:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tenez la porte !

avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Tenez la porte ! Lun 19 Mar - 22:51
Tenez la porte !

Quand les shinobis arrivent en urgence, précédent les trop maigres renforts des Chûritsu, la porte Est de la cité de Baransu est sous la menace de l'Empire de Tetsu.
L'imposante défense est une merveille de bois de fer cerclé d'acier, bien à même de rire au nez de n'importe qu'elle troupe de bandits. Mais pas d'une armée de samouraïs. Sa chute n'était au final qu'une question de temps et du nombre de guerrier que l'Empire décide de sacrifier.

Flanqué de deux tour de guets s'ouvrant uniquement sur la retonde des murailles, elle constitue néanmoins un point de défense aisé. Franchir cet obstacle avait jusqu'alors était jugé trop couteux en hommes et en matériel.
Du haut des remparts, les Chûritsu et les ninja pouvaient cribler de flèches, de pierres, d'huile bouillante, de jutsu et même de pot de chambre bien remplit l'ennemi qui ne pouvait les atteindre que difficilement, même en l'absence de douves.

Pourtant, quelqu'un chez les samouraïs de Tetsu avait décidé de faire fit de tout ça et de tenter tout de même un assaut.
La surprise avait été totale chez les défenseurs.
Les tours de guets avaient désormais leurs toits enflammées par une pluie de flèches incendiaires et les flammes s’étendaient beaucoup trop vite.
Certaines volées de projectiles à la pointe creuse répandait au sol une substance noirâtre et puante, qui s'enflammait pour un rien malgré la pluie battante.
Pire : même les éléments semblaient être contre les défenseurs de Baransu. Dès que les Chûritsu tentaient d'éteindre un foyer d'incendie, le vent se renforçait, l'attisant sauvagement. Les bourrasques projetaient même parfois les guerriers au sol, voire les faisaient chuter des remparts vers une mort atroce. Elles balayaient aussi les flèches des archers, ce qui empêchaient les défenseurs de Baransu de contre-attaquer.
Il devait bien y avoir au moins deux bataillons d'archer en trait d'arroser les remparts de projectiles et ils constituaient pour l’instant la menace la plus immédiate : il ne fallait pas les laisser continuer à larder les défenseurs de projectiles en toute impunité. D’autant plus que le feu risquait de se propager à l’intérieur de la ville… Et tout bras luttant contre l’incendie était un bras qui ne brandissait pas l’épée contre l’Empire.
Pour couronner le tout, Tetsu devait avoir un ou plusieurs spécialistes de la visée : malgré le vent et la tempête, il était fréquent qu'une flèche à la précision meurtrière face mouche. Ces tireurs d'élites visait évidemment en priorité les chefs d'escouades des Chûritsu, aisément reconnaissable à leur casque festonnée d’un plumeau vert et à leur bâton de commandement.

Au loin, on pouvait à peine deviner à travers le rideau de pluie, une force armée s'amassait et avançait très lentement vers la porte. On pouvait distinguer des soldats brandissant de hautes échelles... Dès que les défenses seraient assez affaiblit, nul doute qu’il prendrait d’assauts les remparts et la porte.


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 79
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 177
Expérience:
193/2000  (193/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...

Pourquoi diable s'était-il rendu dans cette foutue cité? Ses confrères de l'ordre l'avaient pourtant prévenu des risques de cette aventure, après tout, qu'est-ce qu'un gardien d'Inari pouvait bien faire à Baransu? Malgré leurs prouesses surhumaines, les Onryou ne se considéraient toujours pas comme des shinobis. Dès lors, pourquoi s'inquiéter de cet étrange festival?
De prime à bords, ce raisonnement primitif puait le bon sens. Toutefois c'était à cet ostracisme borné que le peuple des forêts devait sa déchéance! Depuis son intégration à l'ordre d'Heuksa, il constatait chaque jour l'amoindrissement des siens, comprenant peu à peu les méfaits de leur fermeture d'esprit. Les traditions portaient certes un savoir ancestral, mais elles devaient agir en fondations, non en œillères, assombrissant la clairvoyance d'un peuple déjà bien ignorant des choses du monde.
Aussi, usant de ses privilèges de Gardien, Maho avait saisi la chance de briser cette spirale, profitant du Festival d'Ombre et de Lumière pour jeter un œil neuf sur le monde. Grand Yasei, il ne fut point déçu! Peu d'endroits auraient pu offrir des échantillons aussi variés des merveilles du Sekai, en particulier pour ce qui concernait les fameux shinobis. Malgré la défiance que leur portait sa tribu, on ne pouvait nier que leurs arts seraient d'une aide précieuse pour le redressement de son clan.

Hélas, le temps des découvertes fut brutalement écourté par un invité surprise. Comme s'il avait prévu la tragédie, le ciel s'était mis à pleurer, inondant la ville d'un déluge intransigeant. Puis, l'eau se changea en flèches, ajoutant aux tons grisâtres de la tempête la violence du rouge. Quelle douce ironie qu'un Onryou décide finalement de quitter sa forêt, pour se retrouver aux prises avec la même nation qui salissait Inari. Les responsables de Baransu mettront surement plus de temps à s'en rendre compte mais, pour les avoir si souvent affrontés, Maho reconnu sans peine les flèches du Pays du Fer. Ainsi donc les Samuraïs querellaient également avec les Shinobis,
voici une information qui lui sera étonnamment précieuse.

Qu'elle fasse la taille d'une maison ou d'une cité, une cage ne seyait jamais à un animal sauvage. Contraint à supporter ce siège ridicule, Maho faisait tout pour se distraire de la rage qui bouillonnait en lui. Bien qu'il ne se souciait pas le moins du monde des autochtones, il leur venait en aide, car les ennemis de son ennemi devenaient ses amis. Pourtant il ne saurait retenir éternellement sa colère grondante. C'était dans cet état de calme avant la tempête qu'il arriva à la porte Est, attiré par les flammes dansantes malgré cette pluie torrentielle.
Les brasiers couplés à la pluie de flèches étaient suffisamment explicites : l'état de siège menaçait ce point d'entrée. Nul doute que les autorités locales ne souhaitaient pas voir une armée déferler dans l'intérieur de la ville. Non, cette valve ne devait point être ouverte. Profitant du chaos pour rejoindre discrètement le haut des remparts, il sortit son arme promptement, parant in-extremis une flèche meurtrière. Cet acte héroïque lui valut non seulement l'attention d'une des fanfreluches emplumées, mais également une certaine autorité.

"Je sais que vous ne me connaissez pas, mais je pense que toute aide est la bienvenue en ce moment non? Comment s'annonce la situation?"

En temps normal le chef d'escouade aurait surement renvoyé cet huluberlu mais, malgré son manteau maculé de terre, Maho venait de lui sauver la vie. Renonçant temporairement à l'étiquette,
l'homme lui fit un résumé concis et honnête de la situation : ils étaient débordés.  Pris en tenaille entre la pluie de flèches et la montée des flammes, les défenseurs ne savaient pas où donner de la tête, d'autant plus que les têtes pensantes tombaient l'une après l'autre.
Ils avaient besoin d'un répit, ne serait-ce que pour calmer le feu, et réorganiser la défense. Très bien, le Onryou pouvait leur offrir cela.

"Foutus archers hein... Je pense que vous devriez condamner toute ouverture, quitte à perdre en visibilité, afin de vous protéger des flèches. Ainsi vous pourrez concentrer vos forces sur l'incendie. Si vous voulez un conseil, inutile de gaspiller de l'eau à éteindre ces flammes. Si la pluie n'y parvient pas, ils doivent utiliser une substance inflammable. Il faut étouffer ce brasier, du sable ou de la terre devrait faire l'affaire. Pour ce qui se trame de l'autre côté de la porte, je m'en charge."

Son interlocuteur pensait surement qu'il était en train de plaisanter, juste avant qu'il ne croise le sourire carnassier du Gardien. Non, il pensait chacun de ses mots, dégageant une telle assurance que le soldat n'eut pas un instant l'envie de douter ses ordres.
Alors qu'il se rapprochait des forces d'invasion, Maho constatait avec un rictus aigri que le climat jouait réellement contre eux. La violence du vent couplée à cette pluie compacte rendait toute riposte difficile. Il s'étonnait toutefois que l'ennemi parvienne à faire mouche au travers de ce chaos. Il devait y avoir quelques archers de génie dans le lot. Avant toute action d'éclat, il était important d'en savoir plus.

Se tapissant un peu plus contre le mur des remparts, afin d'éviter une flèche funeste, Maho fit un instant le vide dans son esprit. Se connectant à son animal intérieur, il faillit être emporté par la rage criante qui sommeillait en lui. Non, pas tout de suite, le courroux du singe s'imposait la patience. Posant son oreille contre la pierre dure du rempart, il activa alors une des arcanes de son clan. D'ordinaire, cette technique était utilisée pour inspecter la forêt, mais nulle doute qu'elle serait parfaitement efficace pour la situation actuelle.
Les sons environnants prirent soudainement une ampleur colossale, la pluie de flèches devenant un roulement de tambours, le torrent céleste un choir de cuivres. Tous les bruits de la guerre s'amplifiaient, créant une carte sonore qui compensait merveilleusement l'aveuglement causé par ce climat. Son ouïe fraîchement exaltée remplaçait les yeux bancales des défenseurs, perçant à jour les desseins de ce fougueux envahisseur.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



La Cité défigurée par l’assaut meurtrier faisait désormais montre d’un contraste tragique. Les vestiges du Festival d’Ombre et de Lumière pendaient lamentablement des échoppes fermées à double tour par les commerçants. Les vieillards et les enfants réfugiés dans le maigre confort de leurs demeures, les rues grouillaient de soldats aguerris dirigeant de peine et de misère les civils armés de lames de fortune. La ville en émoi, la tension était à son comble. Mais au-delà de l’affolement général, il régnait un calme militaire et une discipline calculée imposés par la coopération fortuite de mercenaires versés dans l’art de la Guerre.

La menace révélée, les Ninja s’étaient levés d’un seul mouvement, opposant leur savoir ancestral à la force de frappe de l’Empire Tetsu. Dispersés aux quatre coins de la Cité de Baransu, les forces Shinobi avaient fait front commun et s’étaient chargées d’organiser les défenses de la ville. Retardé par ses opérations peu scrupuleuses, le jeune Uchiha s’était précipité en direction de la Citadelle Chûritsu, centre des opérations du siège de Baransu. Alors que d’autres Shinobi avaient été envoyés en quête d’informations sur les assaillant, le temps était désormais venu d’organiser la défense.

Au coeur de l’effervescence fébrile qui s’était emparée de la Citadelle, une Kunoichi à la beauté fatale lui avait délégué un ordre de mission des plus hautes instances. La Porte Est de la Cité faisait face à un danger imminent, un assaut dantesque sous lequel les maigres défenses de la Porte menaçaient de céder. Les défendeurs de la Porte maintenaient déjà avec peine leur position et les assauts répétés auraient vite raison de leur maigre ténacité. Leur défaite éventuelle serait fatale pour la défense de la Cité, ouvrant une brèche pour l’armée qui se dessinait au loin.

La Kunoichi d’Uzushio, aux prises avec une autre urgence, avait recruté par la même occasion une Genin issue du Village caché dans les Sables, une bien maigre équipe pour assurer la défense d'un point stratégique. Fière et solennelle, la Jonin à la blancheur satinée leur avait simplement indiqué qu'en temps de guerre, il fallait pourtant faire avec les ressources disponibles, leur promettant de leur envoyer une aide additionnelle par la suite.

Devant l’urgence de la situation, les deux Ninja filèrent à toute allure, alertés par la fumée noire qui se dégageait de l’extrémité Est de la Cité. Les présentations écourtées, l’estomac du jeune Shinobi se noua sous le stress de la situation alors qu’il réalisait qu’il lui reviendrait de diriger l’opération et pis encore, que la vie de la jeune Genin serait entre ses mains. L’ombre de ses camarades tombés au combat étendait ses ailes funestes sur leur mission. Mais la mission demeurait sa priorité, peu importe ce qu’il lui en coûterait.

Écartant toutes autres considérations, le Shinobi éveilla le pouvoir de ses pupilles pour discerner l’état de la situation. Les remparts de la Ville se dessinaient déjà à leur vue, et à leur base ils pouvaient déjà apercevoir quelques corps désaxés, tombés sous les assauts de l’ennemi. Les défenses tombaient déjà, alors que le feu menaçait d’envahir l’enceinte de la Cité. Et ces vents venus d'outre-monde qui semblaient prendre pour cible les soldats alliés... La situation augurait mal. Seul réconfort, le Sharingan percevait la présence d’un utilisateur du Chakra dissimulé à l’abris des flèches mortelles visiblement venu porté secours aux Churitsu déjà submergés par la situation. Les trois Ninja devaient organiser leurs efforts, seulement ainsi pourraient-ils venir à bout de l’Empire Tetsu.

Dépassant les dernières bâtisses de la ville, Nikkou fonça en direction du Shinobi accolé au rempart. Sous la pluie battante, il demeurait surtout attentif aux pointes de fer criblant le ciel, évitant au passage une flèche qui se ficha au sol. Arrivé aux pieds du rempart, il laissa l’individu accomplir ses desseins, le jeune Uchiha attendit de percevoir une légère modification de son flux de Chakra avant de prendre la parole.

« Uchiha Nikkou, Chuunin de Konoha. Nous avons été envoyé par les autorités de Baransu pour défendre cette porte, mais votre aide nous serait de la plus grande utilité. Avez-vous recueilli quelques informations sur la situation? »

La présence de l’inconnu avait quelque chose de rassurante, évocation d’une force primal, presque animale. Il croyait même reconnaître la prestance sauvage des Onryou, clan sollicité par les hautes instances de Konoha. Et s’il n’avait jamais eu la chance de rencontrer ce clan païen, il connaissait de renom leur force primordiale. Avec son aide, déjà leurs chances de succès augmentaient d’un cran. Mais le tout dépendrait de leur coopération, et du plan qui se dessinait dans son esprit.

« Si nous voulons survivre à cet assaut et retourner à nos vies respectives, il nous faudra travailler ensemble. Afin d'assurer la meilleure stratégie possible, quelles sont vos spécialités? Je suis un utilisateur de Ninjutsu offensif, plus efficace au corps à corps et à courte distance. Je ne peux rien contre les flammes, mais je peux donner un peu de répit aux soldats pour qu'il s'en occupe. »

Alors que gardes et débris continuaient à chuter des remparts, les yeux du Démon s'attardaient aux vents inusuels qui dardaient les remparts de leur violence inusitée. Il n'avait pas énoncé l'évident. Ce rouge sanguinaire dont ses iris s'étaient colorés et ces pupilles en forme de virgules qui détaillent la situation environnante. L'éventail dans son dos énonçait déjà son appartenance au clan Uchiha et les mystérieux pouvoirs du légendaire Sharingan.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 69
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 236
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mer 28 Mar - 14:00
A vrai dire, Ageha était plus perturbée par le fait de se retrouver à Baransu que de se retrouver en état de siège. La jeune femme n’avait toujours pas compris pourquoi Kabaya-san s’était mis en tête de l’éduquer plus en avant dans les arts ninjas, sur des domaines qui ne la regardaient pas forcément, et elle n’avait toujours pas digéré la façon dont il lui avait forcé la main. Oui, il avait bien joué, et de toutes les façons, il aurait pu s’en passer. En sa qualité de chef, Kabaya-san pouvait se contenter d’ordonner. A la place, il avait pris la peine te convaincre – tenter de – Ageha.
En pure perte. Ageha refusait toujours autant de se montrer agressive. La seule vraie leçon qu’elle avait retenue avait été de dissimuler mieux encore ses opinions personnelles et de les garder pour elle. Passé ce stade, elle s’était contentée de suivre le mouvement. Voyager l’amusait souvent, mais son esprit têtu de contradiction avait décidé que d’abord, ce festival serait nul.

Ce en quoi elle se retrouvait à ne pas vraiment avoir tort. Certes, ce n’était pas la faute de Kabaya-san. N’empêche. Une attaque, en plus d’une tempête ? Echec total sur toute la ligne. Si elle avait été impressionnée par l’orage, elle qui n’avait jamais vu une telle abondance de pluie dans son désert natal, l’offensive de l’Empire la contraria. Déjà parce qu’elle n’avait qu’une vague idée de ce qu’était l’Empire – à force des sécher les entraînements, on ratait forcément des informations précieuses. Mais surtout, parce qu’elle se retrouvait confrontée à ce que l’existence pouvait faire de pire à ses yeux : le déploiement de la cruauté la plus terrible, telle que seuls les humains pouvaient la pratiquer, avec cette avidité qui tournait à la passion dévorante et avec une telle expertise qu’ils l’avaient élevée au rang d’art.

Alors qu’elle participait aux opérations d’évacuation des civils, Ageha fut recrutée sur la seule foi de son bandeau protecteur par une sculpturale shinobi qui ne prit même pas le temps de se présenter. En moins de temps qu’il le fallait à une bougie de se faire souffler, la blonde se retrouva affectée à une équipe chargée de protéger une porte. La chute de ce point des murailles serait un point presque fatale à la défense de la ville entière. N’ayant pas le choix, et ayant au moins quelque chose qui correspondait à ses états d’âmes, Ageha ne profita pas de la pluie drue pour prendre la poudre d’escampette. A la place, elle colla aux talons du ninja de Konoha, telle une ombre, légère et sans bruit. Cela ne se notait pas vraiment, vu les clameurs ambiantes : cris de peur et des douleurs, ordres aboyés, hurlements de ralliement et d’encouragement, crépitement des gouttes sur la pierre, grésillement des flammes, martellement des boulets, des flèches et des pieds. La guerre était avant tout une question de bruits : on parlait de son tonnerre, par opposition au silence de la mort. La guerre, c’était la vie exacerbée à son paroxysme, la flamme chauffée à blanc, le fer chauffé à rouge, jusqu’au point de rupture… dont on ne revenait jamais vraiment.

Tenir la porte, c’était beau sur le papier, mais en pratique, Ageha se demanda si la haut-gradé n’avait pas rêvé. Elle ne voyait pas comment faire. Mais elle n’était pas une spécialiste. Son guide du moment rejoignit un autre combattant, que la jeune femme examina avec surprise et circonspection. Louche ? Juste un peu. Un peu beaucoup, peut-être. Ils allèrent droit au but, et c’était bien. Ils n’étaient pas ici pour prendre le thé ou pour faire réunion tupperware.

- « Asa Ageha, chûnin de Suna. Spécialisée dans l’infiltration et la discrétion.  » Elle ne s’étendit pas, puisqu’elle pourrait être amenée à espionner ces personnes dans un avenir à venir – si tant était qu’elle en eût un. Peut-être sa présentation surprit les deux hommes : l’imaginant plus faible, ou s’attendant à plus de détails ; elle n’y prêta pas grande attention. « Je peux probablement me faufiler de l’autre côté des murailles et analyser la situation depuis leur arrière-garde. Et s’il y a une personne à viser en particulier, il se pourrait que je puisse vous aider. »
En général, dans ce genre de bataille, le chef restait en retrait pour « superviser la stratégie en ayant une vue d’ensemble ». Ageha avait toujours considéré qu’il s’agissait là d’une périphrase pour « n’a pas les couilles de venir tacher la chemise avec la foule de clampins dont on a si facilement ordonné la mort – pardon, le sacrifice – et ce pour pas forcément grand-chose ». L’un dans l’autre, ça ne changeait rien. Trouver le capitaine, le général ou le grand manitou local, le tuer et brandir sa tête depuis les remparts restait une des meilleures stratégies dont Ageha avait entendu parler. Et elle n’impliquait qu’une seule mort.

En attendant de (peut-être) servir à quelque chose, la jeune femme activa ses capacités d’analyse, notant que ce Uchiha faisait de même. Elle avait bien entendu parler du sharingan. C’était autre chose de le voir en vrai. Rapidement, elle détourna les yeux. C’était très impoli de regarder les techniques des autres. Une brèche dans leur intimité. Ageha respectait profondément le droit à l’individualité de chacun. Sauf quand on venait lui saper plus encore le moral en venant ruiner un festival où elle avait décidé de s’ennuyer.
Qu’allait-elle reprocher à Kayaba-san maintenant, hein ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Naoshige
Chef du Clan Senju
Messages : 12
Date d'inscription : 24/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 88
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Voilà à présent deux semaines que le brun rôdait sans interruption dans cette région éloignée, faute d'une tâche qu'il s'était lui-même confié. L'espoir que lui offrirait la paix intérieure et mettrait un terme à ses recherches incessantes, guidait ses pas jusque là. Le salut des siens représentait en ce jour son ultime but, l'Eden en perdition dont bénéficiait autrui. Son enquête alla en profondeur, expliquant une absence aussi tardive hors de son habitat d'origine. Sans compter qu'il devait miser sur la discrétion, afin d'opérer dans des conditions plus qu'acceptables. Les petites routes allèrent dans sa préférence, de même pour les interrogations basées sur la simplicité, le tout à l'aide d'un masque couvrant son faciès durant l'ensemble de sa quête. Ce travail de longue haleine rapporta ses fruits ou du moins des graines, qu'il espérait voir plus tard prendre de l'ampleur et apporter quelque chose de concret.

Le hasard le fit plonger dans les festivités qui semblaient aller en bon train, de quoi vouloir s'abandonner au repos, avant de regagner son chez lui, rapport sous le coude. Les activités ne manquaient pas et le rythme offert par les diverses expériences aussi bien théâtrales que musicales dont s'adonnaient les artistes, extirpaient peu à peu l'homme masqué de son quotidien. Une rencontre aussi plaisante qu'inopinée naquit dans son amusement éphémère, et laissa place à un jeu dont les règles ne lui étaient guère inconnues. Une longue marche en binôme, des éclats de rire à l'unisson et autres confessions, aussi fausses pouvaient-elles être de la part du Senju. Son nom n'avait pas autant d'importance que son appellation premier, il et elle le savaient pertinemment. Une romance d'une quelconque sorte, dont l'histoire transcenderait peut-être le temps n'aurait pas lieu. Il était plutôt question d'un récit aussi court qu'intense, servant à combler cette soif d'aventure qui leur faisait parfois tant défaut.



Un court silence prit place soulignant leur incompréhension. Le cœur de sa récente rencontre continuait à mettre sa cage thoracique à rude épreuve, dont la peur naissait via quelques cris stridents et autres roulement de flèches provenant de l'extérieur, lui servaient dès à présent de stimulant. Le shinobi posa délicatement l'une de ses mains sur ses fines lèvres, lui affichant un sourire qui se voulait être rassurant. Il tenait avant tout à éviter tout autre bruit supplémentaire, car il avait besoin de savoir, de comprendre le pourquoi de cette situation plus qu'inattendue. Les sons gagnèrent en nombre et devinrent totalement inaudible, l'empêchant de recueillir la moindre information sans mettre le pied dehors.

Vêtements sur le dos et masque sur le visage, il pressa le pas en direction de la porte la plus proche de sa position, non sans donner quelques instructions à celle qu'il dut quitter dans de telles circonstances. Il évoluait de toit en toit, constatant l'ampleur des dégâts causés dans cette partie de la cité où il transitait. L'ambiance changea du tout en tout, des soldats beuglant à tout va, remplaçaient les civils, sur un fond de crépitements de flammes et autres bâtisses s'effondrant lourdement. Ses déductions s'avéraient juste, du moins à moitié. La source de cette attaque provenait bien d'une zone proche de cette porte, bien que ce soit le point d'attaque le plus surprenant lorsqu'on connaissait les différentes histoires la concernant. À sa grand surprise, elle semblait toujours fidèle au poste, mieux encore, des personnes siégeaient sur les remparts, de quoi rendre la situation moins désespérante. Le brun rejoignit sans mal la petite troupe improvisée qui prenait part à l'action défensive de la cité et elle avait de quoi faire hausser plus d'un sourcil. Un homme un brin très ou trop proche de la bête, une ravissante jeune femme, mais surtout un membre du clan à l'éventail. Le festival avait beau être plaisant, il ne s'attendait pas non plus à croiser d'autres membres de la feuille. Il scruta non sans difficulté la menace qui approchait peu à peu.

- Ça en fait du monde...

Ni une ni deux, des mudras s'enchaînèrent offrant une composition parfaite. De cela, une immense vague prit forme, s'écrasant violemment sur les nouveaux visiteurs. Il tenait à agir vite et bien, mais surtout à ne pas dévoiler son identité, ni les raisons qui l'ont menées ici.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mar 3 Avr - 23:15
Tenez la porte !

Le premier à rejoindre la porte menacée fut un homme d'aspect bestial.
Malgré son apparence un peu trop "sauvage" pour les pauvres samouraïs Chûritus, son arrivée ragaillardit les cœurs.
Non seulement cela signifiait que leur appel à l'aide avait été entendu, mais il émanait également du shinobi indépendant une aura de puissance bestiale.

"Je sais que vous ne me connaissez pas, mais je pense que toute aide est la bienvenue en ce moment non? Comment s'annonce la situation?" s'enquit l'homme-singe auprès d'un des gradés.
"... Compliqué, monseigneur." répondit maladroitement le gradé, visiblement stressé. "Mes hommes sont épuisés. Nous n'y voyons goutte et subissons depuis peu un assaut continu de la part d'archers ennemis. Des flèches incendiaires qui brulent même sous la pluie ! Et impossible de contre-attaquer : cette maudite tempête disperse nos traits !"

Le ninja malin comme un singe donna ensuite ses ordres. Despéré, les défenseurs suivirent ses conseils et abandonnèrent leur poste pour essayer de dresser des barricades contre les fléches. Les Chûritsu allèrent piller les maisons alentour pour chercher du bois afin de dresser quelques boucliers contre la pluie de projectile.
Ils firent également la chaîne pour essayer de faire monter sur les remparts de la terre... Mais ce ne fut guère probant : avec la pluie, les alentours étaient plus boueux qu'autre chose et transvaser la gadoue n'était pas facile. Il fallut courir chercher des ustensiles de cuisine et des seaux.

Semblant flairer la panique, un clairon retentit, vrillant les tympans de l'homme-singe. Celui-ci provenez d'un surplomb, de là où sifflaient une partie des flèches.
"Parfait... Ils....occupés... faite... la charge..." entendit à peine le shinobi à l'ouïe amplifié avant que le cuivre donne le ton de l'assaut.
Là-bas, sur la collinette de gauche, se trouvait un gradé qui avait des sens aussi hors-norme que les siens, pour avoir pu desceller un changement dans le défense de si loin au milieu de l'orage...
La piétaille de Tetsu se mit aussitôt en branle, profitant que les défenseurs des remparts étaient occupés à essayer de monter des barricades, à calfeutrer les ouvertures des tours de guets et à lutter contrer l'incendie.
A bonne distance, le Onryou pu entendre le raclement des chevaux et des bruits de sabres qu'on ajustait ou qu'on faisait claquer contre une armure. Visiblement, les samouraïs gardaient des troupes en réserves, sans doute l'élite. Ceux qui avançait vers la porte était sans doute des troupes légères, des ashigaru "sacrifiable" comme dirait un sunajin.
Par contre, au loin, en face de la porte et là où il entendait des chevaux, l'homme-singe remarqua aussi des grincements et les râles d'hommes ployant sous une lourde charge...

Suivant de peu l'homme-singe, un Uchiha examinait la situation avec ses pupilles légendaires.
Il rejoignit le shinobi indépendant dans son abri et se présenta, requérant plus d'informations et présentant sommairement ses compétences.
Les pupilles du ninja de Konoha lui apprirent qu'il y avait au moins deux groupes d'archer distinct, tous les deux situés sur de léger surplomb en dehors de la ville.
Comme depuis le début de l'invasion, le sharingan descella d'infimes traces de chakra dans les gouttes de pluie et les nuages.
Puis soudain, un éclat ! Oui... Le vent qui balayait les remparts, repoussait les flèches des défenseurs et menaçait les samouraïs sur les murailles n'avait rien de naturel.
Quelqu'un dans l'armée de Tetsu utilisait le Fuuton !
De loin, visiblement, ce qui expliquait la relative faiblesse des bourrasques : elles pouvaient dévier les flèches ou déstabiliser soudainement un non-shinobi, mais elles ne présentaient aucun danger pour un ninja.
Les vents de ninjutsu semblaient provenir du gros des troupes assaillantes, pas d'une des divisions d'archers... Mais Nikkou n'était pas membre du clan Hyûga : c'était trop loin même pour ses iris mythique pour être plus précis.

Une sunajin suivait l'Uchiha, étrange alliance de circonstance. Elle se présenta à son tour et explicita un peu ses talents, comptant mettre un plan de contre-attaque au point avec les autres shinobi.
Ses sens mystiques l'avertirent de deux choses étranges : d'abord, comme depuis le début de l'assaut de l'Empire, la pluie et les nuages étaient... étranges.
Mais plus marqué, elle ressentait l'usage de ninjustu ciblant les remparts.
Difficile de dire d'où cela provenait avec précision : le chakra arrivait vraisemblablement du gros des troupes, soit en face de la porte, mais à une distance dépassant celle de ces capacités sensorielles...
Elel suggéra, qu'en tant que spécialiste de l'infiltration, elle soit envoyée se faufiler dans les rangs ennemis, à la recherche d'une cible juteuse dont la mort pourrait déstabiliser l'assaut...

Finalement, un homme masquait rejoignit la porte menacée, visiblement agacé d'avoir était interrompu dans ses "échanges" par une invasion de samouraïs xénophobes.
Il rallia la petite troupe de shinobi qui prenait en charge l'ultime défense (aisément reconnaissables : ils ne portaient pas d'armures Chrûritsu et l'un d'eux était même un compatriote affichant allégrement l'emblème maudit du clan à l'éventail).
Laissant tomber une remarque laconique, le Senju masqué sauta sur les remparts et composa alors une impressionnante série de mudra avant d'invoquer une vague de Suiton d'une ampleur colossale.

La déferlante titanesque causa un instant de flottement chez les troupiers de l'Empire qui chargeaient justement au sol de la trompette.
Ce fut la débandade.
Le mur d'eau faucha littéralement les premiers rangs d'ashigaru, les balayant sans ménagement et les renvoyant de là où ils venaient.
Cependant, le gros des troupes de Tetsu était encore loin et il suffit aux guerriers de l'Empire de reculer et de se mettre en hauteurs sur les reliefs alentours pour ne pas être touché par les trombes d'eau.
L'assaut était certes stoppé pour l'instant, mais ce n'était qu'un simple retard.
L'eau s'évacuait doucement, suivant les pentes naturelles pour rejoindre la rivière déjà en cru qui coulait non-loin.
Le devant de la porte s'était changé en un marigot bourbeux, mais il en fallait plus pour faire renoncer l'Empire.
Ageha put constater l'efficacité du tsunami : il n'y avait plus la moindre présence décelable en dehors des remparts.
Cela laisserait sans doute le temps aux ninjas et aux shinobis d'essayer d'éteindre les incendies et de dresser des défenses supplémentaires avant le prochain assaut.

L'oreille affûtée de Maho capta une réponse à cette impressionnante démonstration d'art ninja en provenance de la division d'archers située à gauche de la porte.
"... shinobi...renforts... Prévenir... prêtresse… vents… et... général Ryûkû... Préparez...criblez... mon commandement... Envoyez...signal... Occupe... du... masqué."
Des sifflets retentirent alors, sans doute un moyen pour l'Empire de coordonner ses troupes malgré la visibilité assez faible à cause de la tempête.
Et après les sifflets, le bruit de centaines de flèches fendant les airs vint à ses oreilles. Visiblement, l'Empire était irrité...
Les deux escouades d'archers faisaient feu à l'unisson, emplissant le ciel de traits mortels.

Nikkou décela lui aussi l'arrivée de la masse de projectiles, son sharingan repérant les traits fendant les cieux troublés malgré la pluie et l'obscurité des nuages d'orage.
Mais ce n'était pas tout ce que les pupilles légendaires remarquèrent.
Venant de l'escouade de gauche, un flash de chakra...
Ageha le ressentit aussi quand la technique traversa en un instant son aire de détection.
Une flèche chargé de chakra avait prit son envol, ciblant le shinobi masqué...
Tous virent également décoller une volée de projectiles embrasées, qui visiblement ciblaient les remparts. Tetsu voulait maintenir la pression et empêcher les défenseurs d'éteindre les incendies. La substance noirâtre et puante, aisément inflammable n'avait pas encore été recouverte de terre ou de boue, malgré les efforts des Chûritsu : monter le terre en haut des remparts n'était pas vraiment évident sous l'orage et les flèches...

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 79
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 177
Expérience:
193/2000  (193/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...

L'adversité à cette curieuse capacité à faciliter les alliances. Non seulement un gardien de la forêt venait en aide à une citée humaine mais, avec un naturel troublant, il s'associait sans faire d'histoire à de parfaits inconnus. Aucun d'entre eux n'eut à faire un serment, pourtant ils savaient désormais que le temps de cette aventure, ils seraient de parfaits compagnons. Aussi si Maho ne fit pas le moindre geste envers les nouveaux arrivants, il avait déjà accepté leur présence, divulguant à eux comme à l'officier dont il venait de sauver la vie les informations que son ouïe daignait lui offrir.

"Parfait... Ils....occupés... faite... la charge..."

Il avait déclaré ceci d'un ton mécanique, conscient que l'officier ici présent où les nouveaux arrivants seraient bien plus aptes à traiter l'information. S'il ne devait faire qu'avec cela, lui aussi aurait pu prévoir une charge, seulement l'Onryou analysait en ce moment même une myriade de sons divers et variés. Les forces ennemis n'étaient pas plus bruyantes que la pluie ou les Churitsus, et cette écoute sélective requérant pour l'instant toutes les ressources de l'homme singe.
Il sortit toutefois sa tête du sol, intrigué par le tsunami qu'il venait de percevoir. Peu habitué aux prouesses des shinobis, il ne put que s'incliner devant une telle démonstration de puissance. Il savait bien que le ninjutsu permettait de faire danser les éléments, seulement nous ne parlions pas d'une bruine ou d'une simple boule de feu. Ce type venait de déclencher un cataclysme, et tandis qu'il regardait l'auteur de cette prouesse, le disciple d'Heuksa se sentit vaguement rassuré. Nul doute que les défenseurs seraient un tant soit peu ragaillardis par cette preuve de puissance.

"Des chevaux, des hommes en armures lourdes... je pense que le gros des troupes reste à venir. Ils transportent quelque chose d'énorme... je ne sais pas de quoi il s'agit, mais ça semble sacrément lourd."

Encore une fois sa voix se fit mécanique, car bien qu'il s'habituait à cette cacophonie sonore, l'effort requérait tout de même toute son attention. Il prit toutefois la peine de jeter un coup d’œil aux alentours, constatant que certes ses conseils furent pris en compte mais, la météo n'aidant pas, ils peinaient à être exécutés. Il ignorait quelle était la chose que l'on traînait juste qu'ici, néanmoins mieux valait qu'ils soient prêts avant son arrivée!

"Quelqu'un nous observe dans cette direction, le doigt de l'Onryou pointa directement sur le groupe d'archer de gauche."... shinobi...renforts... Prévenir... prêtresse… vents… et... général Ryûkû... Préparez...criblez... mon commandement... Envoyez...signal... Occupe... du... masqué.

Encore une fois il transmettait les informations au moment même où il les recevait, sauf que pour le coup, quelque chose perturba son calme souverain. Sa voix monotone se transforma soudainement en hurlement, l'urgence et la crainte résonnant dans son timbre. Il connaissait le son d'une flèche, mais jamais encore il n'en avait perçu autant. Une pluie mortelle se dirigeait vers eux.

"TOUT LE MONDE À COUVERT! MAINTENANT!"

Chose promise chose due, la pluie meurtrière étendit son ombre sur la porte Est, paralysant de peur pour un instant les cœurs des pauvres défenseurs. Le gardien d'Inari pouvait sans mal passer cette épreuve, dommage qu'on ne puisse en dire autant pour le reste de la piétaille. Pourtant, tandis qu'il s'apprêtait à écouter l'hymne à la douleur, Maho ne perçut aucun cri. Quelque chose avait stoppé ce terrible assaut, et il n'avait aucun doute que ses alliés de fortune y était pour quelque chose.
Certes il aurait pu demander des explications, cependant sa collaboration n'en faisant pas pour autant un adepte du travail d'équipe. Balançant quelques mots, il s'élançait déjà de l'autre côté de la porte.

"Vous vous débrouillez parfaitement sans mon aide. Je vais aider à la consolidation des défenses : criez mon nom, Maho, si vous avez besoin d'aide."

Joignant le geste aux mots, le sauvageon quitta sa position, bondissant d'un bond hors des remparts. Pareille chute aurait pu être mortelle pour un individu lambda, seulement nous parlions d'un Onryou. Ses capacités physiques surpassaient largement celles de ses pseudos-combattants. Couvrant ses pieds d'une fine couche de chakra, il atterrit sans mal dans la boue, semblant indifférant à l'instabilité du terrain.

"Du nerfs bon sang! Il nous faut éteindre cet incendie. Rassemblez de grandes quantités de terre dans les plus grand contenants que vous pourrez trouver, je m'occupe de les transporter!"

De nouveau, l'homme singe fit résonner sa voix, son assurance dans ce chaos entraînant les défenseurs épuisés à suivre ce guide. Posant son regard aux alentours, il aperçut deux barricades venant tout juste d'être assemblées. Se saisissant d'une dans chaque main, il s'élança vers la porte, délaissant les échelles pour courir directement le long du mur.
Sa vitesse et sa force serait sans doute d'un grand secours pour les charpentiers improvisés, puisque déjà il avait acheminé les murs de bois au sommet, un simple bond lui permettant de rejoindre le chantier de fortune. Il souhaitait non seulement les aider par ses capacités physiques, mais également booster le moral des troupes. Que quelqu'un trébuche d'une échelle, qu'un type se retrouve dangereusement suspendu suite à un faux pas, il s'élancerait de ce pas pour le sauver. Car pour l'enfant des forêt, une chose était sûre : il fallait dominer ce feu avant que le gros des troupes n'arrivent!
Oui, il n'avait pas oublié l'autre côté de la porte, et bien qu'amoindrie, son ouïe bien plus aiguisée restait à l'écoute, traquant en particulier les éventuels échanges des ninjas ici présents. Si les choses dégénéraient là-haut, il devait être prêt à intervenir.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Les pupilles démoniaques suivaient avec une attention particulière les flux de Chakra portés par les éléments déchaînés. Depuis le début des hostilités, le légendaire Dojutsu percevait le caractère mystique de la tempête, incapable d’en cerner pourtant l’origine, mais espérant que les hautes autorités de Baransu récoltait des informations sur cette technique aux ampleurs colossales. Lui-même Dompteur des Vents, il doutait qu’une telle prouesse météorologique pouvait être comparée aux attaques ciblées contre les samouraï défendant les remparts.

Intrigué,  le jeune Uchiha perçait de son acuité héréditaire la trame atmosphérique à la recherche de quelques traces d’origines mystiques. Enfin, au moment où un samouraï se levait pour éteindre l’un des incendies, il perçut l’éclat de Chakra gonglant les vents et les dirgeant à l’Encontre des troupes de Baransu. Le flux était cependant faible, son origine trop loin pour être discerné avec acuité. Impossible de déterminer son origine précise, mais il pouvait en déduire que son utilisateur était un puissant utilisateur du Fûton. Au moins savait-il à quoi s’attendre.

« Ils comptent un utilisateur du Fûton dans leurs rangs. »

Assidu, le jeune Uchiha relaya immédiatement l’information à ses coéquipiers. Devant un tel état de siège, l’analyse de la situation relevait d’une importance capitale et il ne pouvait se permettre d’être avare de détails. De même. le Konoha-Jin enregistrait les informations reléguées par ses coéquipiers d’infortune avec une attention particulière. Leur équipe se voyait donc pourvue d’une Assassine et d’un Guerrier issu du mystérieux clan de la Forêt. Déjà, ce dernier faisait montre des talents de chasse légendaires de son Clan, reléguant non seulement les informations sur la situation en dehors des remparts, mais également les ordres du commandement ennemi. Il fallait désormais mettre ces informations à profit.

« Il nous faut éteindre ces feux au plus vite et renforcer les défenses. Je vais m’occuper de défendre les remparts pour nous permettre de nous organiser. »

Toujours à l’abri derrière les remparts, le Chuunin porte sa main à sa sacoche d’un mouvement vif mais saccadé pour y saisir deux parchemins. L’urgence de la situation l’obligeait à réfléchir au quart de tour, et à prendre une décision sans outre pensée pour ses objectifs initiaux. Sans plus hésiter, il tend alors à la Suna-Jin les deux parchemins dérobés plus tôt  inscrit du Kanji « Protection ». Plus tôt, il avait eu le temps de s’enquérir sur la nature de ses butins de guerre et il savait que ce dernier était négligeable, rien qui ne méritait d'être conservé au détriment du succès de leur mission ou de leur survie. Un simple Fuuin pré-préparé qui pouvait être activé par une simple impulsion de Chakra.

« Ageha, ces parchemins sont en mesure de renforcer la Porte. Le Sceau est déjà préparé, il ne suffit que de les apposer et de les activer d’une impulsion de Chakra. Pouvez-vous poser ces parchemins sur chacune des tours de guet sans vous faire repérer? Un senseur ou un traqueur risque de vous prendre pour cible cependant.  »

Au moment où il tend les parchemins de scellement à l’Assassine, son Sharingan perçoit l’arrivée d’un autre Ninja. La silhouette svelte et la longue chevelure brune lui rappellent vaguement quelques profils aperçus au sein de la Feuille, mais le masque effilé l’empêchait de déterminer l’identité du personnage. Dans une déferlante de Chakra, le Ninja souligna alors son entrée en invoquant une vague salvatrice au dessus des remparts, qui pris des allures de véritable tsunami. Impressionné, Nikkou se réjouissait d'une telle arrivée impromptue. Leur équipe pouvait donc compter sur l’ajout d’un utilisateur du Suiton aguerri.

Un court instant, le jeune Uchiha jette un coup d’œil par dessus les remparts pour voir l’état des dommages. Les ashigaru repoussés sous la pression, l’assaut à l’encontre de la porte avait été arrêté, ce qui permettrait à leur équipe de renforcer les défenses. Les flots résorbés avaient laissé le terrain emboué, rajoutant à la difficulté de la progression des troupes ennemies, mais également à leur ardeur contre le Ninjutsu et ses facultés destructrices.

Au même moment où le Onryou proférait son avertissement, il vit la salve de flèche assombrir le ciel de leur nuage assassin. Mais son attention se porta plutôt en direction d’un danger plus imminent, un éclat de puissance vif tiré de l’escouade de gauche en direction du Ninja masqué. Le tir de Chakra était rapide, mais son Sharingan y décelait également une puissante inédite. Usant de toute sa vitesse, le jeune Uchiha se releva et tendit son bras en direction du tir surnaturel dégageant une immense quantité de Chakra Fûton.

« Fûton : Jûha Reppû Shô  »

L’incantation relâchée dans un cri capable de s’opposer aux violences des intempéries, le Chakra de vent invoqué se matérialisa sous la forme d’un énorme bras démoniaque qui s’allongea à partir du bras du jeune Chuunin. La Paume du Bras Céleste s’opposa entre la flèche infusée de Chakra et le Ninja masqué, offrant la masse compressée de Chakra Fûton comme bouclier face à la puissance du tir ennemi et la retournant d'une poussée vers son lieu d'origine.

Le souffle court sous l’invocation de ce Jutsu, Nikkou continua pourtant ses manoeuvres et allongea le bras de chakra bleuté pour balayer la superficie en haut des remparts. Le mouvement du Bras de Chakra opposa à la salve meurtrière un vent qui suffi à dévier les projectiles en dehors des enceintes de la cité. À bonne distance de la porte, les flèches se fichèrent donc au sol, répandant un liquide noir qui s’enflamme avec l'aide les flèches incendiaires. Les troupes de l’Empire devraient ainsi faire à l’incendie auquel elles avaient destiné leurs captifs. De quoi raviver le moral des troupes.

« Pendant que certains d’entre vous s’occupez des incendies et des barricades, les autres réfugiez vous à mes côtés et préparez arcs et flèches pour la riposte. Je ne lèverai le jutsu qu’un bref instant pour vous permettre de tirer sur les archers. Baransu n’a-t-il pas de catapulte derrière ses défenses? Il nous nous préparer pour les troupes plus loin. »

Le Ninja s’énonça d’une voix pleine d’assurance, évocatrice non seulement d’une certaine expérience dans les arts de la guerre mais également d’un espoir salvateur. Dans un triomphe éloquent, le Bras Céleste se posa enfin devant les remparts pour offrir une barrière aux vents et projectiles assassins visant les Samouraï de Baransu. La vision idyllique offerte évoque quelques protections divines, alors que les cieux eux-mêmes semblaient enlacer la Ville de leur bénédiction. La défense de la Porte était assurée, du moins pour le moment.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 69
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 236
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Jeu 12 Avr - 23:03
Les choses allaient vite. Presque trop vite. A tel point qu’Ageha ne s’embarrassait même plus avec l’effort de tenter de comprendre. De toutes les façons, dans la guerre, il n’y avait rien à comprendre. Jamais. C’était presque puéril, autant de force, d’âmes, de volonté, d’ingéniosité, pour le seul but de la destruction. C’en était ironique, quand on y réfléchissait bien. La race humaine avait un sens de l’humour fort mal à propos. Prise dans la tourmente comme une poupée ballottée par les courants – et quelque part, entre l’eau du ciel et les tourbillons de suiton, ce n’était pas qu’une image – Ageha endura. Les cris, les flèches, le vent, le feu.

A dépit de tout, Ageha arrivait à rester concentrée. Elle ne serait pas une ninja-assassin sans cela. Ses sens lui parlaient, tout autant que ceux de ses camarades d’infortune, chacun à sa manière. En assemblant les indices de chacun, elle comprit : du chakra dans la pluie et les nuages, via un utilisateur de fuuton qui manipulait les vents. Un utilisateur plus en arrière, dans une groupe dont elle ne pouvait que déceler la présence. Un homme qui en avait envers le dernier arrivé de leur troupe, et qui avait immédiatement infligé des lourdes pertes. Pas étonnant.
N’étant pas capable de fournir une stratégie, Ageha se tint coi, attendant les ordres. Ça, elle était douée, et ça devait se voir, car elle reçut rapidement une mission. Sans tiquer sur l’emploi très familier de son prénom – encore fallait-il avoir un peu d’amour propre pour cela – elle prit les parchemins avec déférence. En de telles circonstances, c’était un bien précieux.
- « Je veux bien. Je devrais y arriver... surtout que je sens quelque chose qui s’attaque aux remparts. Ça ne m’étonnerait pas que les ninjas, prêtres ou grands manitous en face soient en train de traficoter je ne sais quoi. » Elle s’arrêta pour s’assurer que ses mots étaient compris « Si je peux me permettre. Une fois que j’aurais fait ça... je pourrais peut-être tenter une percée de l’autre côté pour aller voir à qui nous avons en face ? Il y a quelqu’un là dehors qui nous VOIT... ça m’énerve un peu. »

Avec ça, elle partit dans un petit trot vers la porte la plus proche. Tout en maintenant son mode senseur, la jeune blonde commença à dissimuler sa présence, dans un mode opératoire qui lui était très familier. Ce n’était pas encore comme une seconde peau, une de ses habitudes qui vous sont complètement, à la manière de respirer ou de cligner des yeux : à partir du moment où vous y pensez, vous avez perdu. Sa faufilant entre les gens, souple et agile comme le roseau, la shinobi arriva à la première tour sans trop d’encombre – si on oubliait les flèches, le feu et sûrement tout plein de trucs dont elle n’avait même pas idée (pas difficile, vu qu’elle n’avait pas trop d’imagination). Là, elle prit un peu de temps pour trouver le bon emplacement. Pas à la portée de n’importe qui, sur quelque part qui tiendrait le choc, qui tomberait en dernier lieu. Là, elle avisa la poutre soutenant le plancher du premier étage. Coulée dans les pierres, elle était le cœur de l’édifice. Parfait ! Une échelle de bois, un peu de grimpette à l’ancienne, 100% mano a mano et la voilà à cinq mètres au dessus du sol – l’espace avait été aménagé pour permettre à des lances, des chevaux et on savait pas trop quoi encore d’être entreposé ici – avant de se concentrer. Mandra du tigre, Mandra du serpent – il était sympa à faire celui-ci, c’était un des favoris d’Ageha. De toutes les façons, les serpents, c’était cool  - Mandra du rat, et pour finir, Mandra du coq. Ce qu’il était ignoble, celui-ci. On s’emmêlait les doigts, et si on se plantait, ça foutait tout en l’air. En plus, les coqs, c’était agressif, ça n’avait pas une belle voix. En fait, la seule chose bien chez le coq, c’était qu’il rendait super bien en curry bien vert, bien fort. Ou en brochettes enrobées de paprika. Miam. Bref, elle finit son sceau et imposa ses mains, libérant le premier parchemin. Là, un travail de pro ! Dans tes dents, Kayaba-san. AHAHA !

Reniflant et secouant un peu la tête pour remettre le sang dans le bon sens, Ageha sauta à terre et se hâta vers la seconde tour. Elle prenait bien soin de ne pas utiliser de techniques très puissantes, pour rester sous le radar. Avec le barouf que faisaient ses coéquipiers du moment, il faudrait un miracle pour la sentir précisément. Ceci dit, si c’était le cas, cela dévoilerait des informations très intéressantes sur le niveau de l’ennemi. Intéressantes et assez emmerdatoires, puisque cela voudrait dire qu’il était vraiment puissant. M’enfin, fallait bien mourir un jour.
Arrivée à la seconde tour, Ageha se refusa à employer encore une fois du chakra, même aussi infime soit-il, pour monter jusqu’au plafond. Déjà, pour rester anonyme au maximum, et surtout, pour sauvegarder jusqu’à la moindre once de son énergie. Qui savait si cette particule de fluide pourrait faire, jusqu’à pencher la balance en leur faveur.

- « J’ai besoin de monter au plafond, s’il vous plait. » demanda-t-elle, alors que la bataille faisait rage. La demande surprit – sans blague ! - mais épuisés et prêts à perdre tout espoir, les quelques gardes autour d’elle acquiescèrent, sans bruit. Elle n’était pas lourde et avec un tonneau traînant dans le coin, il fut possible de faire une sorte de pyramide, et la jeune Sunajin put apposer le second sceau – tigre-serpent-rat-saleté-de-pourriture-de-coq – et la chose était faite.

Toujours avec son petit trot de combat, prête à partir à grande vitesse si nécessaire, Ageha alla faire son rapport.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Sam 28 Avr - 20:35
Tenez la porte !

Après avoir transmit ses informations glanaient par ses sens animaux, l'homme singe beugla son alerte, alors qu'une nuée de projectiles fendait les cieux.
Les Chûritsu essayèrent tant bien que mal de s'abriter derrière les barricades hâtivement dressée sur les remparts.
Mais l'avertissement n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd.
Libérant une quantité monstrueuse de chakra Fuuton, l'Uchiha expédia une onde d'une puissance terrifiante guidé par la précision du légendaire sharingan pour intercepter les projectiles.
Il les balaya sans soucis, interceptant au passage le trait vicieux qui visait l'Onryou et les flèches enflammées.

Il y eut un instant de flottement, puis des vivats de la par des samouraïs défendant la porte.
Même à distance, on pouvait déceler la consternation chez les troupes ennemies. En un instant, les assauts de deux compagnie d'archer avait été réduit à néant.
Tel était la puissance des shinobi, tel était la force des Uchiha.
La griffe ondoyante déchirait le ciel, obéissant à la main du ninja de Konoha et prête à intercepter toute nouvelle nués de projectiles.
L'usage de cette technique Fuuton eut un autre effet, plus inattendu. Devant la présence d'un autre Maître du Vent, le (ou la) petit(e) malin(e) qui s'amusait à essayer de faire choir les défenseurs en armure des remparts et à attiser les feu cessa soudain.
Par pure méfiance ou par peur de l'autre manieur de Fuuton ? Ou bien était-ce pour préparer à son tour un déferlement titanesque ?

Toujours est-il que les défenseurs purent soudain mieux s'organiser.
Obéissant aux instructions de Maho, les Chûritsu amenèrent seaux et baquets, voire même des tonneaux de vin et de sake qui furent impitoyablement sacrifié pour être remplis de terre (ou plutôt vu la pluie torrencielle, de boue).
Aider par le singe, les soldats purent commencer à éteindre les incendies, noyant les flammes et la substance noirâtre incendiaire sous la boue.
Avec la griffe tempétueuse de Nikkou, les guerriers Chûritsu purent travailler sans se soucier de la menace d'une flèche ou d'un vent traitre.

L'Uchiha avait également confié à Ageha renfermant une technique de Fuinjutsu normalement prête à l'emploi.
La sunajin escalada discrètement les murailles, puis avait posé les deux sceaux en suivant les instructions avec l'aide de quelques gardes.
Dès qu'elle eut fini, la technique se déclencha. Elle put la sentir se déployer avant même de la voir à l'oeuvre : des calligraphies ondoyèrent à partir des deux sceaux de Fuinjutsu, couvrant la Porte de leur chakra protecteur.
Normalement, les lignes de Fuinjutsu aurait dû disparaître, laissant une entrée hermétiquement scellée et des adversaires perplexes.  

Mais il n'en fut rien. La calligraphie shinobi ondoya soudain, tourbillonna, se métamorphosant sur l'huis.
En un instant, l'écriture s'épaissit, vira au violet céruléen, légèrement lumineux et irréel.
La porte Est de Baransu était désormais ornée des deux cotés d'un immense et extrêmement voyant symbole d'Uzushio.
Sur le pourtour du symbole du Village Caché des Tourbillons, une écriture soignée annonçait au monde et en lettres gigantesques : "Boutique Yukie - Armes & Protection Shinobi - Exclusif à Baransu : Fuinjutsu en provenance directe du clan Uzumaki - Exemplaire de démonstration, ne peut être vendu ou échangé."
La sunajin, songeuse devant l'étrange message, se dit que l'Uchiha qui lui avait donné ces parchemins avait sans nul doute profité du chaos de la guerre pour faire quelques "emplettes" dans les coffres des morts et des disparus... Il y avait surement de quoi lancer quelques rumeurs pour décrédibiliser le clan à l'éventail, déjà connu pour ses vols de ninjutsu. Mais d'habitude, il faisait plutôt usage du sharingan...

En tout cas, la protection de Fuinjutsu fut accueillit par moult cris rageurs par l'armée de Tetsu.
La soldatesque n'avait aucune idée de ce qu'était ce sceaux, mais ils connaissaient au moins le symbole ornant les bandeaux des ninjas honnis.
C'était une provocation.
Des trompettes rugirent. Visiblement, l'Empire avait décidé de répondre.

Maho put entendre se mettre en branle les troupes. Il y avait désormais trop de bruits pour que ces sens puissent lui permettre d'isoler une conversation dans le brouhaha des ordres beuglés par les officier, les coups de clairons, les cavalcades des chevaux et le fracas des armes et des armures.
Il restait encore pas mal d'eau, assez pour monter aux genoux des fantassins, mais Tetsu avait décidé de passer à la vitesse supérieure.
Deux nouvelles salves de fléchèrent partirent en direction des remparts, mais vite balayer par la griffes immatérielle de l'Uchiha.
L'Empire avait essayé d'étaler son attaque, mais même si le shinobi du clan à l'éventail ne pouvait être partout, les Chûritsu avaient eut le temps d'éteindre les incendie et de dresser des planches et tréteaux pour s'abriter des flèches.

Les défenseurs virent alors sortir de la brume un véritable mur d'ashigaru, boucliers dressés, naginata en avant. Ils avançaient lentement, au pas. Derrière eux venait une escouade de samouraï en armure lourde, encadrant un gigantesque bélier. Ils étaient menés par un colosse en armure lourde.
L'arme de siège dénotait une improvisation. Elle avait visiblement était hâtivement taillé dans les bois alentour et mis sur les roues de quelques chariots dérobé lors de l'attaque du Bazar ou à des marchands ayant tenté de fuir.
Néanmoins, il paraissait terriblement lourd et efficace.
De part et d'autre du bélier se trouvait des ashigaru, pourtant à plusieurs quatre très longues échelles.

Enfin, des cavalier se déployaient sur les cotés, prêt à charger ce qui essaieraient de sortir, soit pour empêcher la progression de l'arme de siège et de l'armée, soit pour aller titiller les archers.
Loin derrière, le général ennemi et ses troupes d'élite attendaient de voir ce qu'aller donner cet assaut.


   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le Bras Céleste entourait les remparts de ses vents bienfaisant dans une auréole bleutée, véritable miracle descendu des cieux pour couvrir la Cité de Baransu de sa divine protection. Au centre des vents protecteurs, on pouvait discerné la silhouette ténébreuse d’un Shinobi arborant le symbole de l’Éventail, affrontant avec aplomb la venue d’une armée entière à la charge. Le bras recroquevillé devant le visage en position défensive, Nikkou déployait toute l’étendue de son pouvoir afin d’offrir aux troupes quelques répits face aux intempéries et attaques ennemis.

Le Jutsu faisait ainsi non seulement office de défense, mais également de symbole d’espoir pour les troupes débordées par les récents évènements. Accueilli dans une clâmeur extatique, la protection offerte laissait libre cours aux opérations des ashigarus, se démenant pour éteindre les feux qui menaçaient de réduire en cendres la dernière défense de Baransu. La prestance du Chûnin de Konoha assurée par son intervention héroïque, suite à son appel, certains archers le rejoignirent avec une foi renouvellée derrière la protection azurée, arcs en main et feu au ventre. La Cité ne tomberait pas sous leur veille.

Les traits tirés par la concentration pour maintenir la charge de Chakra invoquée, Nikkou gardait toujours un œil sur les archers venus se réfugiés pour préparer leurs armes. Le Sharingan toujours activé perçut alors à l’extrémité Est une lueur azurée se dégager de la tour de guet. Les perceptions légendaires du Dojutsu perçurent un influx de Chakra de en provenance de ladite lueur, qui s’enfonçait dans la structure même des remparts et courraient dans un réseau d’énergie en direction de l’autre Tour. La jeune Chûnin avait donc réussi à apposer les sceaux sans se faire remarquer, assurant ainsi la préparation de la Défense de la Porte alors que les Chûritsu érigeaient de nouvelles barricades pour faire face à une autre attaque. Le temps pour la contre-attaque était arrivé.

« Archers! Préparez vos arcs! Nous passons à l’attaque, attendez mon signal.  »

La voix puissante du Shinobi s’éleva au-dessus des vents dans un appel au courage des hommes, ordonnant aux archers de bander leur arc. Derrière la défense azurée, Nikkou put alors voir les troupes ennemies foncer au combat, leur assaut alimenté par une rage décuplée face aux prouesses déployées par le Ninjutsu, objet de la haine ancestrale des Samouraïs. Le Sharingan lui permettait de déceler des groupes de samouraï lourdement équipés et dirigés par un guerrier à la stature impressionnante, entourant des engins de siège conséquent. La contre-attaque devait être lancée sans plus attendre.

Observant la situation avant de lancer son dernier ordre, les perceptions légendaires du Uchiha lui permirent cependant de remarquer des guerriers en retrait. Probablement les dirigeants de l’opération, et très certainement les meilleurs éléments de l’armée lancée contre la Porte Est.  L’arrivée de la jeune Kunoichi de Suna, venue faire rapport de ses exploits, le Chûnin reprit ses esprits tombait donc à point. Il était temps à chacun de mettre à profit ses expertises.

« Ageha-san, comme vous l’avez souligné il nous faut plus d’informations. Les samouraï semblent dirigés par un colosse en armure, peut-être s’agit-il d’un haut-gradé. Certains éléments de l’armée sont quant à eux restés à l’arrière, probablement des hauts-gradés ou des atouts de dernier ressort. Tout ce que je peux vous offrir c’est un bref moment où j’attaquerai l’archer qui a su cibler notre allié à une telle distance. »

Le plan énoncé dans un seul souffle, Nikkou porta une dernière fois son attention sur la vague humaine qui venait à leur rencontre, préoccupé par les échelles et le bélier. Leur maigre Équipe Ninja devait se charger de cette nouvelle menace. Ils ne pouvaient pas rester à l’abri derrière les remparts, les maigres troupes à ses côtés étaient incapables de repousser une telle armée. Il leur fallait eux, soldats versés dans les arts surnaturels, se déplacer au combat et briser la moindre chance qu’avait Tetsu de percer les défenses de la Cité.

« Maho-san, avec votre force êtes-vous en mesure de vous occuper du bélier et des samouraï ? Peut-être que notre ami masqué pourrait vous apporter son aide ? Je m’occupe de semer la pagaille chez les archers. »

L’homme-singe les avait avisé que la simple évocation de son nom en cas de besoin suffirait. Le jeune Uchiha s’était donc prononcé d’une voix claire, mais mesurée, audible seulement pour leur compagnon masqué à ses côtés à cause des vents. À voir la force et la vitesse déployées par le Ninja Indépendant pour aider les troupes à éteindre les feux, il était plus qu’à même de s’occuper des engins de guerre, et ce à distance comme sur le terrain. Et l’étendue du Jutsu employé par l’homme masqué faisait montre d’un Ninjutsu capable de repousser n’importe quel de ces cavaliers. La présence de ces deux guerriers sur le champs de bataille suffirait certainement à dévier l’attention des ennemis de la présence de la jeune Kunoichi. Il ne demeurait plus qu’à voir leur faculté à travailler en équipe. Et à la lui de sonner la charge.

« Archers! Droite! »

L’ordre prononcé fut aussitôt accompagné par le geste synchronisé des archers, qui d'un seul mouvement orientèrent leurs arcs en direction de la compagnie d’archer à la droite du mur. Aussitôt, le Jutsu Fûton fut déplié vers la gauche, laissant le champs libre vers la droite. Et au même moment, les flèches aux couleurs de Baransu furent décochées dans un bruit sec, s’envolant dans les cieux en direction de la compagnie d’archers à droite pour les forcer à trouver quelques refuges.

La salve lancée, le Chakra Fûton s’élança en direction du bataillon d’archers opposé dans une course effrénée vers l’ennemi qui avait su viser un Shinobi à une telle distance. La protection invoquée prenait ainsi des allures de véritable Griffes Démoniaques, revirement impromptu de la situation alors que la proie devenait prédateur. Le Jutsu s’abattit donc avec une force démesurée au cœur même de la division d’archers, défonçant le sol dans une onde de choc envoyant valser les ennemis, brisant le sol et soulevant les terres morcelées et la boue pour déstabiliser et faire sombrer les ennemis, obstruant leur vue par la même occassion..

Les Griffes de Chakra avaient ravagées le terrain, raclant le sol de leur intempestive puissance et frappant tout corps sur leur passage. Véritable carnage, le Bras de Chakra balayait de ses vents la moindre résistance et envoyait valser avec une force dantesque les corps des pauvres militaires. Du haut de son perchoir, Nikkou dirigea enfin son Jutsu de manière à frapper les derniers debout, ceux montrant une résistance suffisante pour éviter de se voir repousser par la force de frappe du coup initial. Les Griffes acérées déployées désormais pour lacérer les chairs ennemies et les perforer avec une sauvagerie digne d’une véritable bête, s’acharnant sur les ennemis résistant à son appétit pour le sang.  


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 69
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 236
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pour un moment, il sembla que la situation s’était complètement renversée. L’espace devant la porte se retrouvait libéré de toute intrusion et la structure de pierre se tenait droite, à la fois renforcée par les sceaux du parchemin, et protégée par les soldats qui ne ménageaient pas leurs efforts pour éteindre le feu qui menaçait. Certes, il semblerait aussi que le ninja de Konoha eût une main baladeuse dans les affaires d’autrui. Mais ce n’était pas Ageha qui allait lui faire des reproches. Déjà, à la guerre comme à la guerre. Et Uchiha-san n’avait pas hésité à se défaire de ce bien mal acquis, si tant était qu’il l’eût acquis pour autre chose que cette bataille. Et ce n’était pas elle, l’assassin, qui allait faire la morale à un voleur.

Autour d’elle, les soldats de la cité reprenaient courage devant ce qui ne fut qu’une accalmie. Mais ça suffisait. La vision des porteurs de lames ennemis, entourant le bélier, des samouraïs et du colosse, n’eut pas l’effet de terreur qui aurait dû les précéder. Il fallait dire que les voir patauger dans l’eau qui montait jusqu’aux genoux, alors qu’ils étaient en armes lourdes, rendait l’image d’une tortue engluée. Difficile de vraiment prendre tout cela au sérieux.
- « Si seulement quelqu’un pouvait rajouter de la terre à cette eau, ça ferait un très beau marécage bien impraticable à pieds, à cheval ou à roues. » lança-t-elle aux alentours, mais surtout en direction de l’Uchiwa. Certes, lui avait une affinité vent, et clairement pas terre. Mais comme il avait assumé le rôle de coordinateur, de stratège, c’était à lui qu’on soumettait les idées, bonnes comme mauvaises. L’espace d’un instant, Ageha se demanda qu’elle était son affinité. Elle ne s’était jamais intéressée à ce sujet, car cela n’avait rien à voir avec sa spécialité, le poison et l’assassinat. De base, elle avait toujours trouvé les démonstrations de ninjustu « à effets sons et lumières » complètement inutiles pour son entraînement. Cependant, c’était souvent joli à voir, et encore plus efficace. Destructeur, même. Si aujourd’hui elle bénéficiait de ce qu’une telle force pouvait apporter, elle savait qu’elle resterait toujours en son fort intérieur circonspecte devant autant de pouvoir dans si peu de mains. Il suffisait qu’un seul ninja de haut rang décidât d’avoir la folie des grandeurs pour mettre à sang et à feu tout un pays. C’était le genre de puissance qu’Ageha craignant et détestait, elle qui n’adorait rien d’autre que la paix.

- « Oui, je vais aller enquêter sur les lignes arrières. Je ne peux rien pour ce groupe, pour le moment. Ils sont trop près. » Peut-être sur le retour pourrait-elle prendre le colosse à revers, d’une lame empoisonnée dans le dos. Mais pour le moment, ça serait de la folie de s’attaquer à ce groupe.

Utilisant son entraînement physique plus que son chakra, Ageha s’élança le long des remparts, longeant les fondations vers la gauche, admirant malgré la situation la construction de pierres entassées si finement qu’une souris ne pourrait pas s’y faufiler. Estimant avoir mis suffisamment de distance entre le point focal des ennemis – la porte – et elle, la jeune femme utilisa échelles et escaliers, escaladant les pierres si possible, pour monter en haut des remparts. La brume née du feu et de l’eau se répandait sur la plaine. Parfait. Utilisant encore une fois son mode senseur, Ageha s’assura que personne ne se trouvait de l’autre côté des remparts, à faire ce qu’elle-même s’apprêtait à faire : infiltration et espionnage.

Entre elle et la porte, la zone de chaos que Nikkô avait crée avec ses redoutables griffes. Voilà bien une chose dont Ageha était absolument incapable, et pour lesquelles elle avait généralement une grande réticence. Force était de constater que parfois, ça pouvait être utile, de tout défoncer à coup de chakra surpuissant. La boue était encore en train de retomber quand elle se laissa glisser, n’utilisant qu’une once d’énergie pour se stabiliser en bas, dans la plaine boueuse. Avec son analyse des alentours, elle savait où ne pas aller. L’espace d’un instant, elle hésita : devait-elle prendre le risque d’utiliser la technique qui permettait de marcher sur l’eau, auquel cas elle s’exposait à une détection ? Le champ de bataille n’était pas assez arrosé par la tempête pour avoir transformé l’espace en véritable lac, mais plus tôt elle s’éloignait, moins elle pouvait être vue. Cependant, ne sachant pas qui elle avait en face, Ageha opta pour la prudence : pas de technique, au moins d’y être contrainte.
Ce fut donc par la force des bras et des jambes qu’elle se fraya un chemin à travers la brume, obliquant en une direction de courbe pour revenir vers le centre, mais par l’arrière. Bientôt, elle fut couverte de boue, et cela masqua tous signes visibles de son appartenance au camp des ninjas. Bien entendu, elle s’était défaite de son bandeau protecteur. Mais pour renforcer son déguisement, elle empoigna le premier cadavre qui passait pas là – quitte à abréger les souffrances d’un ennemi si nécessaire – pour s’emparer de son surcot. Avec sa petite taille, Ageha ne passerait jamais pour un guerrier. Quand bien même elle essayerait, elle ne pourrait pas bouger avec une armure lourde sur le dos. Alors qu’incarner un page était parfaitement à son niveau. Ah, étant plus jeune, elle pouvait être se faire passer pour un jeune garçon. Là, avec son visage fin et ses yeux, peu la prenait encore pour autre chose qu’une gamine. Cependant, elle était couverte de boue. Peut-être que cette fois ? Bah, on verra si le cas se présente. Pour le moment, l’essentiel était de s’approcher du camp arrière en toute discrétion.

C’était pourquoi elle avait pris grand soin de puiser dans son entraînement d’assassin pour être le plus furtive possible, et ce dès qu’elle avait quitté la protection des remparts. Il ne fallait pas confondre blonde intérieure et blond d’intérieur !

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 79
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 177
Expérience:
193/2000  (193/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Brebis dressées par l'adversité, les protecteurs de Baransu obéirent au doigt et à l’œil. Une pléthore de contenants s'amassaient aux pieds de la porte, tandis que l'homme singe et quelques braves acrobates s'occupaient de les hisser au sommet. La menace d'incendie disparaissait enfin, laissant place à des barricades qui minimisaient enfin l'impact de ces foutues flèches. Bien qu'il ait sauvé deux ou trois malheureux d'une chute fatale, l'Onryou savait pertinemment que sa présence ne justifiait pas le regain d'enthousiasme qu'il constatait parmi les défenseurs. Terrifiante et majestueuse, la griffe fantomatique récemment apparue semblait à elle seule avoir changé la donne. Cette prouesse ninja avait ravivé l'espoir malgré la pluie battante et la fatigue naissante, et même le Gardien ne put s'empêcher de songer que telle puissance ferait des merveilles pour la défense d'Inari.

Hélas le temps n'était guère à la contemplation. Bien qu'il ait diminué l'amplitude de son ouïe, notre sauvageon perçut sans mal le vacarme caractéristique d'une troupe en marche. L'ennemi avançant enfin, signalant ainsi la fin de cette guerre d'usure. L'enfant d'Inari savait fort bien qu'il y avait plusieurs façons de remporter une bataille, pourtant l'affrontement frontale restait de loin son issue favorite.
Peu de temps après le déclenchement de cette symphonie métallique, Maho perçut, malgré le brouhaha, l'utilisation de son nom. Chose promise chose due, il concentra toute son attention sur les mots lui étant destinés. Inspectant une dernière fois les barricades fraîchement montées, il les jugea suffisamment solide. S'élançant en somptueux acrobate au travers des structures de défensives, il ignorait sans mal les pierres glissantes et les sauts improbables, arrivant en quelques secondes aux côtés de l'Uchiha. Un rapide coup d’œil au delà des remparts lui permettant de constater l'ampleur de l'assaut.

"Je m'en occupe."

Bien trop calme au vue de la situation, la réponse du colosse avait de quoi étonner. Pourtant il ne montrait pas la moindre de trace de doute, et on pouvait même remarquer un léger sourire naître sur son visage. L'adrénaline qui envahissait ses muscles ne rimait point avec la peur. L'Onryou se délectait d'hors et déjà de l'affrontement à venir, impatient de relâcher cette rage primale qu'il avait trop longtemps bridée.
Quittant les côtés du chef temporaire de l'opération défensive, le Gardien attrapa un énorme drapeau de Baransu, le détachant d'un coup sec de son piédestal avant de sauter d'un bond gracieux aux bords des remparts. En temps normal il ne se serait pas ainsi exposé aux archers, mais son compagnon de fortune et sa griffe démoniaque rendaient la menace des flèches caduque. Tenant fièrement le drapeau à ses côtés, notre porte étendard prit une profonde respiration, déployant une voix aussi puissante que le rugissement d'un lion.

"BARANSU! Hurla le lion, sa voix titanesque résonnant dans les murailles. Il n'y a pas si longtemps, dans d'autres terres, le pays du fer montra son vrai visage. Imbue de sa propre puissance, aveuglée par sa haine, l'armée gigantesque de ce démon a saccagé mes terres et piétiné le sol des mes ancêtres... et je n'ai rien pu faire pour les en empêcher. La tristesse teinta la voix du lion, subtile, mais non moins profonde.Toutefois depuis, j'ai tourné le dos à ma faiblesse. Depuis, j'ai décidé que personne, démon légendaire ou hommes sanguinaires ne viendrait menacer les miens. Et vous? Au-revoir mélancolie, l'ardeur du guerrier reprenait le dessus. Aujourd'hui, vous avez le choix. Aujourd'hui vous pouvez montrer aux tyrans les couleurs de la défaite, et imprimer la peur au plus profond de leurs âmes. Aujourd'hui, je vais combattre pour votre citée, et vous?"

On sous-estimait souvent l'utilité d'un discours avant une bataille, cependant un homme exalté faisait une arme redoutable. Ceci dit, il fallait plus que des mots pour embraser l'espoir. En bon primate, l'humain réagissait avant tout à l'exemple.
Fermant les yeux pour quelques secondes, l'Onryou rentra au fin fond de lui même, se connectant pour un instant avec sa bête intérieur. Petit à petit, il relâchait les verrous de sa bestialité, déployant un chakra animal dans l'ensemble de son corps. Ses muscles se faisaient plus épais, sa pilosité plus imposante, et une somptueuse queue de singe s'ajoutait à sa physionomie. Maho changeait à vue d’œil, son aura devenant de plus en plus animale, tandis qu'un sourire carnassier déformait ses traits.

Plantant violemment le drapeau dans la pierre, le primate humanoïde regarda avec un sourire exalté l'armée en approche. Ils avaient eu le temps de se rapprocher avec son petit discours, le pire étant qu'ils pensaient surement que c'était une bonne chose... ils venaient tout simplement d'entrer à portée de sa fureur.
S'élançant au dehors des remparts, le Gardien bondit sans prévenir, ne manquant pas d'attirer l'attention des défenseurs incrédules. Tous le suivaient du regard, tandis qu'il passait lentement sa main le long de son arme favorite. Maho commençant à tourner sur lui même, boulet de canon dirigé vers le pilier de cette invasion. Dans un vacarme aussi puissant que l'orage, le bâton légendaire s'écrasa sur le colosse en armure, rencontre épique entre la fureur bestiale d'Inari, et la puissance métallique de Tetsu. Voici ce qu'on appelait une entrée en scène fracassante. D'autant plus que malgré qu'il doutait fortement que ce coup suffirait à briser ce colosse, et qu'il se trouvait désormais au centre de l'armée ennemie, le disciple d'Heuksa ne montrait pas le moindre signe de peur. Il se moquait de l'adversité, faisant encore une fois résonner sa voix dans un majestueux rugissement.

Défenseurs de Baransu, il est temps que vous vous embrasez. Certes l'armée ennemie semble innombrable, mais vous ne manquez pas d'atouts! En ce moment même, un démon est apparue sur le champs de bataille, tandis qu'un ange veille sur vous depuis le ciel. Courage Baransu, de vaillants shinobis valent bien plus que la plus puissante des armée.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Naoshige
Chef du Clan Senju
Messages : 12
Date d'inscription : 24/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 88
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
L'ardeur à laquelle faisait preuve les assaillants rendait le temps plus long qu'il ne pouvait sembler déjà. Il n'était plus question d'un simple assaut servant à vérifier la véracité des éloges entretenus, à l'égard de ces remparts jugés inviolables. Mais d'une volonté dure comme le fer qui les caractérise, souhaitant une extermination pure et simple d'une gêne qui avait trop perduré, selon eux. Le masqué fut le dernier à pouvoir réellement saisir la chose, faute de n'avoir en sa possession les connaissances des arts mystiques liés à une perception sur-développée. Sa force de frappe fut non négligeable, mais elle ne pouvait se suffire à elle-même. Sa prouesse technique n'instigua pas la peur, mais un simple climat de méfiance chez l'ensemble des troupes qu'il repoussa précédemment, l'obligeant à rester en retrait. La patience est mère de toutes les vertus. Il ne le savait que trop bien, mais cette connaissance ne pouvait tempérer sa frustration de se savoir pieds et poings liés. Voilà bien longtemps qu'il ne fut plus un homme d'action, mais son désir d'agir face aux besoins d'autrui restait inchangé, allant même jusqu'à gagner en intensité en raison des enjeux qu'ils encouraient. Mais ce n'était sans compter sur les tactiques distillées avec parcimonie, venant de ses alliées éphémères à destination des forces armées de Baransu. La vapeur fut inversée avec le temps, via une organisation animée par l'ambition de mettre un terme à ces offensives incessantes, engendrant au bout un gain de moral collectif.

Le retardataire se décida à retrousser ses imposantes manches écarlates, une fois plongé dans cet amas de bravoure généré par leurs camarades d'infortunes, le tout galvanisé par le laïus du combattant d'Inari à l'apparence bestiale. Le Konohajin ôta l'attirail qui couvrait jusque là son faciès, avant d'aménager sa chevelure via une queue de cheval lui offrant un aspect plus combatif. Au vu de ses prochaines décisions, il ne lui servait plus à rien de cacher son appartenance au village de la feuille. Le regard on ne peut plus sévère, les pupilles ambrées du Senju s'agitaient vivement à la recherche de proies alléchantes, précédant ses actions futures qui le poussèrent à se séparer des remparts à présent sous bonne garde. Se projetant d'une hauteur à en faire pâlir bon nombre d'hommes, il se laissa tomber jusqu'à une destination proche de son compagnon d'arme déjà en plein échange. Si le premier fauteur de trouble avait jeté son dévolu sur guerrier à la carrure intimidante, positionné en tête de groupe, le second avait comme préférence l'instrument de guerre, qui justifiait la présence d'un tel rassemblement en mouvement.

Ne pouvant lutter face la gravité terrestre, il se laissa attirer à l'approche du sol, signant la fin prochaine d'une chute à l'allure interminable. Plus la proximité s'affaiblissait, plus la terre semblait s'éveiller, grondant furieusement sous les pieds des envahisseurs qui eurent la folie de le fouler. Naoshige ferma les yeux, souhaitant visionner le fruit de son imagination, empruntant la forme d'une image aussi bien gravée dans sa psyché, que perfectible sous l'ensemble de ses atours. Le sol gagnait davantage en instabilité jusqu'à se fissurer à divers points stratégiques, laissant place à la nature sous sa forme la plus pure s'exprimer. Le champs de bataille modifier sa dimension au bon vouloir d'un seul être. Arbre après arbre, branche après branche, feuille après feuille, tout sans la moindre exception arborait en harmonie un habitat sauvage, selon ses caprices. Sa naissance provoqua au passage un déchaînement d'une violence rare, faisant éclore la peur face à une force aussi peu commune que surprenante, qui malmena les troupes récemment mobilisées.

Quant au Senju, ses pieds n'entrèrent pas en contact avec le sol, prenant appui sur l'une des nombreuses branches en hauteur, à l'abri des regards. De sa position dominante, il pouvait être à même d'évaluer l'ampleur des dégâts subis par leurs opposants, à présent coupés dans leur élan. Malheureusement cela ne suffisait toujours pas à dissiper son insatisfaction. Être heurté par les branches et emmêlé par les innombrables accroches qu'apportait dame nature, ne pouvait combler la somme de leurs affronts, obligeant le maître de la forêt à poursuivre son offensive en direction son objectif premier. Son futur sabotage devait entraîner la chute de la garde rapprochée, veillant sur l'outil destructeur. Jouissant de l'effet de surprise et de la gêne temporaire, il se rua sans attendre davantage sur les samurai souhaitant libérer le bélier de son étreinte, fendant l'air sabre en main depuis sa position dans l'espoir d'embrocher une première victime une fois atterri.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mar 29 Mai - 23:25
Tenez la porte !

Rassurée par la présence des ninjas qui n'avait pas hésité à déployer des techniques extrêmement spectaculaires, les défenseurs de Baransu lâchèrent une volée de projectiles comme un seul homme en suivant les directives de l'Uchiha.
Renvoyer les tirs à l'ennemi était aussi un plaisir sans fin pour les assiégés qui avaient tant souffert.

Tous les défenseurs ayant concentrés leurs tirs sur le batailler d'archers de l'Empire de droite, cela généra un nuage de flèches assez conséquent, même si plus réduit que les traits des apparemment innombrables troupes d'assaut de Tetsu.
Des cris de douleurs et de rage fusèrent, signe que l'attaque avait fonctionnée. Les défenseurs purent alors constater que ce camp prit pour cible élevait en toute hâte un mur de boucliers et les combattants à l'arc, jusqu'ici trop sûr de leur supériorité, se redéployaient derrière. Ces archers étant désormais occupés, ils ne constitueraient plus une menace immédiate pour les remparts.

En parallèle, le ninja du clan à l'éventail fit s'élancer sa monstrueuse griffe de tempêtes, passant de la défense à l'attaque.
Elle fusa vers l'escouade de gauche, balayant au passant les projectiles envoyée en représailles par les archers de Tetsu.
Soudain, alors que la griffe démoniaque allait ravager les positions ennemi, le légendaire sharingan capta une étincelle de chakra extrêmement concentrée.
Mais trop tard : une flèche siffla, perforant la technique et explosant au cœur des tourbillons de vents et de chakra en une détonation tonitruante.
L'explosion déstabilisa la technique de l'Uchiha, libérant les vents hurlant de son contrôle. La gigantesque griffe bestiale disparut, laissant la troupe d'archer de l'Empire choquée mais indemne.
De vivas s'élevèrent même, saluant l'intervention miraculeuse de leur champion.
Oui, là bas, au milieu de ces hommes, il y avait un tireur d'élite, quelqu'un qui savait manier le chakra et était expert dans l'art du Kyujutsu. Quelqu'un de roué, qui agissait toujours au bon moment... Il fallait le découvrir !

Hélas, même les mythiques pupilles écarlates ne pouvait déceler un individu dans la foule à pareille distance.
Le soldat de Tetsu avait parfaitement dissimulé son tir.
D'ailleurs d'autres traits arrivèrent, détectées par le sharingan et visant avec précision de Konohajin. Deux flèches, aux étranges trajectoires traduisant l'usage de chakra. Se pourrait-il qu'il n'y ai pas qu'un seul tireur d'élite ?

L'Uchiha avait demandé à l'impressionnant homme-singe s'il se sentait capable de s'occuper du bélier et de ses servants qui avançaient pour menacer les fortifications.
Cela sembla mettre en joie le Onryou. D'un bond, il gagna le haut des remparts pour s'emparer de la hampe d'un drapeau au couleur de la cité assiégée.
De sa voix tonitruante, il beugla un discours d'encouragement pour rallier les défenseurs pendant que le konohajin utilisait sa technique pour les protéger des assauts aériens.
Le discours souleva en réponse le hurlement primaire de tous les défenseurs, prompt à défendre leur cité et le moral ragaillardit par l'arrivée et l'efficacité visibles de ninja.
Tetsu avait reculé.
Les feux avaient été maitrisés.
Les éléments avaient arrêtés de lutter contre eux. Et à voir la titanesque griffes tourbillonnantes de l'Uchih, ainsi que la vague qui avait repoussé les ashigaru de l'Empire, ils luttaient même pour eux !

Gonflé à bloc, les archers expédièrent leurs traits en suivant les ordres. Bientôt la boue serait rouge du sang des envahisseurs !
Adieu moral en berne, hésitation causé par les blessures, la mort d'amis proches, le froid, l'impression de marée d'acier inarrêtable de l'armée qui les assiégeait. Les samouraïs et défenseurs de Baransu allaient leur montrer !

Suite à son discour, l'homme-singe au physique impressionnant et désormais encore plus simiens bondit vers l'armée et le bélier qui approchait.
Il visait le samouraï le plus massif, un colosse qui semblait être un gradé menant les troupes.
Abattre d'un coup un chef serait une entrée en matière digne de l'Onryou enragée, capable d'enflammer le coeur des défenseurs.
Las, le samouraï en armure lourde n'était pas née de la dernière pluie. Il avait suivit des yeux les agitations de l'Onryou sur les remparts et sa transformation. Il avait donc anticipée une attaque ou une autre fourberie shinobi. Il concentra son Ki dans son nodashi qui s’illumina d’éclairs crépitants, afin d'être prêt à tout.
S'il fut surpris par sa détente incroyable et son bond inhumain, il garda son sang-froid et s'écarta promptement de la trajectoire du projectile à demi-humain.
Force. Précision. Contrôle. Tel était les vertus prôné par son école de Kenjutsu. La rage d'une bête fauve ne souffrirait que d'une chose : celle d'être mâter par l'acier impitoyable de Tetsu.

Même s'il ne put toucher le samouraï qu'il visait, Maho abattit son bâton surchargé de chakra Dôton dans le sol.
Si ce dernier n'avait pas été détrempé par la pluie et la technique de Suiton précédente, il aurait volé en éclat.
L'impact titanesque repoussa les samouraïs alentours, faisant volée la troupaille et des vagues de boue.
Seul le colosse qui s'était sagement écarté au dernier moment se tenait encore debout sur les pentes des cratères bourbeux.
Alors que pleuvait les mottes de terre et les corps de ses fidèles vassaux, le chef de l'escouade passa à l'assaut avec une brutalité terrifiante.
"Sandâsutoraiku !!" beugla-t-il en expédiant son sabre titanesque parcourut d'éclair vers Maho.
L'impact de cette technique équivalait à un coup de tonnerre à bout portant. Immédiatement après, l’homme de fer balança un puissant revers  de son monstrueux nodoshi, dans l’espoir de décapiter un singe sonné.

Jusqu'alors discret, le responsable de la vague terrifiante qui avait repoussée le premier assaut maladroit de l'Empire s'élança à la poursuite de l'homme-singe, abandonnant son masque pour plus d'aisance et de gloire pour Konoha.
Alors que l'Onryou se lançait dans un duel tonitruant, le Senju fit appel à ses dons héréditaires, déployant une technique spéciale de son clan.
En quelques instants, une véritable forêt émergea du sol boueux. Racines et branches se courbèrent, ondulèrent, emprisonnant les soldats de l'Empire et leur bélier.
Défenseur et attaquant firent un court instant une pause, bouche-bée devant l'apparition miraculeuse qui ne signifiait qu'une chose : le prestigieux et craint clan Senju se joignait à la bataille.

A l'arrière, sur un cheval de guerre, un homme massif hurla son déplaisir à grand renfort de juron.
Et à portée d'oreille d'une discrète sunajin qui avait profité de tout ce remue-ménage et de ses talents de Senseur et d'infiltratrice pour se glisser jusqu’aux plus hautes instances.
Pour l'instant, la jeune fille ne faisait qu'espionner.
"Un Senju ! Pouah ! Mutant dégénéré !" pesta celui qu'elle avait identifié comme étant le Général Taiyô Ryûichirô.
A ses coté se tenait une femme vêtu d'habit de prélat. Mais elle ne pouvait tromper l'espionne des sables : elle savait manier le chakra. Plus troublant était l'arme que portait le dirigeant de l'assaut : une lance festonnée ornée d'un dragon d'or. L'arme titillait ses dons de Senseur.
"Voilà qui va compliquer l'assaut, c'est certain." répondit la moniale d'un ton posé. "J'avoue craindre pour le capitaine Towa et ses soldats. C'est une véritable bête fauve qui s'est élancé des remparts..."
"Bête qu'il devra mâter ! Impossible d'envoyer la cavalerie dans ce marigot et cette forêt ! La peste soit le ninjutsu !"
"Oui... D'autant plus qu'il y a un manieur de Fuuton sur les remparts désormais. Le Vent ne répond plus à mes prières, dévoyé par ce ninja..."
"Un manieur de Vent... Hummm... Intéressant, mais j'aurais préféré me nourrir de Feu ! Cela m'aurait permit de nous débarrasser de cette encombrante verdure... Bah, on ne peut pas tout avoir !"
Le général réfléchit, puis se tourna vers une aide pour donner ces ordres.
"Claironnez quatre coups brefs, puis deux longs. Cela prendra sans doute trop longtemps pour sortir le bélier de ces fourrés... Que Hanabusa passe à l'action, tout comme Machiko et Mariko. Nous pouvons retourner cette forêt contre eux : elle couvrira notre approche. Nous allons montrer à ses ninjas et à leurs laquais de Baransu que l'Empire a plus d'un tour dans son sac ! Que les troupes avancent, notamment avec les échelles. La confusion permettra à nos deux petites mignonnes d'accomplir leur devoir. Et... Dame Usui ? Pourriez-vous allez soutenir notre vaillant capitaine. Des Senju et des singes, cela risque en effet de vite le dépasser..."
"Il en serait fait ainsi, général..." déclara la prêtresse, avant de s'incliner. Sautant sur un cheval, elle se rua vers la forêt.
"Nous allons avancer, prudemment." continua le général de l'Empire. "J'ignore si cette forêt est définitive ou si elle va s'étioler... Mais nous devons être prêt à soutenir notre première ligne au cas où ! Tetsu, ralliez-vous à moi ! Ce soir, nous trinquerons dans le palais des Chûritsu !"

Non loin du duel de titan, un konahajin profitait de la luxuriance de cette nouvelle canopée pour s'y fondre, invisible. Il lui fut facile de se glisser derrière quelques samouraï gardant le bélier enchevêtré pour les occire tranquillement, laissant Maho se chargeait du chef de l'escouade...
Alors qu'il achevait un pauvre samouraï qui n'avait que comme haut-fait de guerre de s'être battus contre une branche, des coups de cor retentirent. Il s'agissait visiblement d'un message codé, car les gardiens du bélier s'écartèrent promptement, s'égayant dans la nouvelle forêt.

Du coin de l'œil, le Senju repéra alors des mouvements dans ses arbres. Deux ombres filaient promptement dans les branches, se déplaçant typiquement comme des shinobis.
Il put voir jaillir de concert deux kunaï, à droite et à gauche, qui visait l'homme singe. L'un visait la cuisse de l'Onryou, l'autre son bras.
Il n'y eut pas d'autres attaques, les mystérieux assaillants s'éloignant promptement en direction des remparts et ce, sans un bruit.


Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



La terre gronde et les cieux se déchirent. La masse de Chakra Fûton déchaînée par le Gardien de la Porte éclate dans les cieux distingués, laissant déferler la pression tonitruante des vents démoniaques sur le champ de bataille accablé des soldats. La Griffe de Vent explosent dans un tonnerre sourd, emportant dans son élan les pauvres soldats par dessus lesquels elle se frayait un chemin vers sa cible.

Et le point d’origine de cette puissance désormais déchue ne fut pas épargné. L’attaque portée, il avait été trop tard pour le jeune Shinobi de la repositionner dans sa position défensive, laissant l’extension venteuse de son corps explosant sous l’assaut et libérant les vents habilement maîtrisés jusqu’alors.

Déstabilisé, ce n’est que grâce à l’acuité mystique de son Sharingan qu’il perçut les deux traits fuser à son encontre. Profitant du souffle de l’explosion venteuse, Nikkou usa de sa vitesse pour éviter l’une des deux flèches, se plaçant cependant malencontreusement dans le chemin de la deuxième qui écorcha l’extérieur de sa cuisse.

Visiblement, il y avait chez les archers de l’Empire des prodiges capables de rivaliser même avec les prouesses visuelles du Clan à l’éventail. Enfant de l’honneur et de l’orgueil, il lui revenait de démasquer ces tireurs et d’en faire son affaire. Sans une autre pensée, Nikkou gueula alors aux archers déjà prêts à la riposte et gorger des sentiments de leurs derniers succès.

«  On va régler le cas de ces archers. Couvrez-moi! Tirez! »

Comme un seul homme, le corps armée de Baransu tirèrent une nouvelle salve de flèche, mais cette fois en direction de l’escouade épargnée par l’attaque de l’Uchiha. Analysant la situation à l’aide de l’acuité de son Sharingan et ses plus fines capacités de stratège, Nikkou profita du momentum créé par la salve de flèches pour s’élancer au-dessus des remparts alors que les archers trouvaient refuge derrière quelques formations inadéquates.

Vif comme l’éclair, le jeune Uchiha dévala à grande vitesse les remparts de ses pas devenus adhésif grâce à son Chakra pour trouver refuge dans la forêt improvisée. D’un bref coup d’œil, il s’assura de la situation. Le singe guerrier et l’utilisateur de Mokuton demeurait assez proche pour protéger la Porte en cas de besoin. Il lui revenait de prendre les devants et de rendre monnaie sur compte à ces tireurs à la précision mortelle. Une pensée lui traversa l’esprit pour Ageha, en s’approchant ainsi, peut-être pourrait-il également aider à couvrir son retour en cas de complication.

Le jeune Uchiha franchit la distance à une vitesse folle, avalant son écart d’enjambées calculées et faisant attention de zigzaguer au travers des les arbres afin d’éviter de devenir une proie trop facile. Dans sa course, il approchait avec dangerosité de l’archerie improvisée, mais sans connaître exactement l’emplacement de ses cibles. Il ne lui restait donc qu’à l’obliger à se démasquer.

«  Katon : Gôkyakyû »

Avec le mécanisme développé par des années à s’entraîner à la maîtrise de ce Jutsu emblématique pour le Clan à l’Éventail, Nikkou composa les mudras et expulsa aussitôt une véritable boule de feu prenant des allures de météorites à quelques mètres du lieu où les archers préparaient leurs arcs, surpris par le soleil brûlant qui menaçait de les engloutir.  


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 69
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 236
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Dim 24 Juin - 21:06
Ageha était partagée. Discrète et invisible, elle avait pu voir et entendre, et toute novice qu’elle était dans la guerre, elle savait que c’était un avantage indéniable. Surtout quand on savait la qualité de ce qu’elle avait entendu. Ce n’était pas simplement s’assurer d’avoir bien compter des ennemis – même si le nombre d’unités de cavalerie la surprenait grandement. Elle connaissait des éléments essentiels sur les ennemis, les « vrais », ceux qui allaient poser des soucis. Son premier instinct fut de retourner à Barasu faire un rapport, mais... quelles seraient les chances de pouvoir revenir si près des lignes arrières ? Si elle avait bien entendu, il y avait des ennemis dans la forêt qui poussé sous l’impulsion des défenseurs. Les samouraïs avaient largement prouvé qu’ils n’étaient pas contre l’utilisation du chakra, ou du ki, ou de quel que soit le nom donné à l’énergie intérieure et extérieure du monde.

D’un autre côté, que pouvait-elle faire ? Le général était trop entouré pour être assassiné, même en un geste manquant de discrétion.  Ageha comptait une dizaine d’hommes, composant lieutenants et garde d'élite, sans parler des troupes régulières. Les probabilités que l’un réalisât qu’elle était un visage complètement inconnu étaient grandes – même s’il était très tentant de penser qu’en face, ils étaient tous des truffes. Et même si elle arrivait à hauteur du général, elle n’avait aucune chance de s’en sortir. Ageha n’avait rien contre l’idée du sacrifice... en théorie. Autant garder ça pour la der des der.

Pour le moment, elle avait mieux à faire. Elle avait encore une cartouche à jouer, avant de rebrousser chemin. Elle avait beau vouloir en savoir plus sur l’arme du général, ou même en vouloir à sa vie, elle avait cette occasion unique d’être parfaitement déguisée. L’information, c’était déjà une demi-victoire. Plus que rapporter une conversation, ça serait autrement plus utile de donner des faits, des données tangibles – si tant était que ceci voulût dire quelque chose.

Rampant en arrière pour échapper à toute détection, utilisant toujours son mode furtif et son mode senseur pour ne pas se faire repérer ET éviter de tomber nez à nez avec quelqu’un, genre un patrouilleur. Faisant le grand tour, Ageha se débrouilla pour arriver à l’arrière, vers les lignes de soutien. Là, elle assuma son rôle de page-messager-trouffion avec toute la conviction qu’une espionne-assassin pouvait développer: dans le cas de la petite blonde, plus de dix ans d’entraînement. Elle mentait comme elle respirait.
Donc elle s’approcha du tonneau de ravitaillement des troupes et but une longue rasade.
- « Je reviens de l’avant-garde. » fit-elle au page à côté d’elle. Dans ce genre de configuration, les « petites gens » n’étaient jamais mis au courant et voulaient donc toujours en savoir plus. « C’est chaud. Ces foutus ninjas sont vraiment des horreurs de la nature. Il y a une sorte d’homme-singe qui bouffe les gens tout cru et une forêt qui a poussé d’un coup. C’est la première fois que je voyais ça. » Elle écarquilla les yeux, mêlant colère et frayeur. Sachant parfaitement joué de sa petite taille, elle avait un peu forci sa voix pour paraître et parler comme un jeune garçon. « C’est ma première fois à servir pour l’armée... ça se passe bien ici ? J’y connais pas trop, moi. » Elle évalua son compagnon : il avait quelques années de plus, donc devrait être plus au même des stratégies militaires habituelles chez les samouraïs. « Il va gérer, hein, notre Général ! Il a l’air trop fort, avec son cheval de guerre et son armure. Et sa lance ! J’ai réussi à la voir un peu en passant. C’est vrai, ce qu’on dit dessus ? » Elle renifla et essuya sa bouche avec le pan de sa manche, jouant la carte de la confidence déjà bien connue. Forcément, il y avait des on-dits, des rumeurs, des légendes même, sur sa personne. « La dame-prêtresse, aussi. Elle est très belle, mais elle est partie. J’espère qu’elle va nous faire gagner ! »

Tout en parlant, Ageha prenait note de tout ce qu’elle voyait: les réserves d’eau, et de munitions – elle qui détestait faire « boum », elle pourrait faire une exception, si le général avait fait venir des pièces d’artillerie, même si toute cette eau rendait l’option peu crédible – les emblèmes, les dispositions. Tout, rien, n’importe quoi, n’importe qui.
- « Finalement, on fait quoi, nous ? C’est qui, qui se bat, finalement ? J’suis perdu avec toutes ses troupes. » Un bon petit soldat, peu désireux de faire, mais volontaire si nécessaire. La guerre, quoi.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 79
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 177
Expérience:
193/2000  (193/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Le tournesol s'épanouit sous la caresse du soleil, le guerrier brille au centre du baroud. Digne de son héritage, l'Onryou n'avait pas hésité, crachant sa fureur ancestrale au visage de l'ennemi. Hélas, l'acier ne pliait pas face aux cris. Son remue-ménage repoussa les métaux de bas-étage, mais il en faudra bien plus pour briser un katana de qualité. Le titan de fer ne semblait pas moins solide que la bête colossale, promettant, dans ce décors terrible, le choc de deux beaux diables.

Personne ne doutait de la qualité des disciples du Bushidos, le Samuraï ayant toujours été l'exemple même du combattant. Seulement si elle ne manquait pas de classe, cette manière n'était pas absolue. Forgé par l'expérience du combat et des années de pratique, affûté par ses sens surhumains et ses réflexes animaux, l'homme des forêts ne manquait de rien face au disciple du fer. Alerté à la fois par le crépitement de la foudre et le bruit de l'acier, Maho esquiva d'un bond agile la robuste riposte.
Son instinct l'avait bien servi, mais il ne put prévoir le véritable coup de tonnerre succédant l'assaut. Non seulement une vive douleur perça ses oreilles, mais un frisson de peur s'empara de tout son être. Rien d'insurmontable pour un soldat entraîné ; hélas, le singe en lui fuyait face à l'orage. Ce colosse métallique n'était pas à sous-estimé. Ne laissant pas le moindre répit à son opposant, il fit de nouveau danser sa longue lame, profitant du désarroi du shinobi pour pénétrer sa chair.

Ou du moins fusse ce qu'il crut, ignare des merveilles promises aux maîtres du chakra. Seulement, si le bruit avait bien affecté l'Onryou, il en fallait plus pour briser sa concentration. Résistant sans mal au souffle de l'assaut, le diable poilu surmonta sa douleur, ne quittant pas des yeux la trajectoire de l'outil de mort. Il attendit l'instant fatidique, calmant sa peur soudaine tandis que le chakra envahissait son être. Les ninjas bafouaient sans cesse les lois régissant notre monde, et même leurs techniques les plus basiques portaient les couleurs de magie.

Alors que tout semblait indiquer qu'il fut tranché par la lame, ce fut la texture d'un tronc de bois, non d'un corps humain, que rencontra le nodachi. S'évaporant au dernier moment, Maho s'était substitué à un simple tronc d'arbre, échappant non seulement au coup meurtrier, mais également aux vicieux projectiles dont il n'avait même pas soupçonné l'existence.
Dans un momentum parfait, le Protecteur d'Inari réapparu dans l'angle mort de sa proie, son bâton
fermement maintenu en l'air, prêt à s'abattre. Alliant à la perfection l'art chaotique du ninjutsu et la puissance ancestrale de son clan, l'homme-bête déchaîna son arme. Un coup descendant, sec et précis. Cette contre-attaque n'était pas simplement imprévue, elle portait une force que, sans doute, aucun être ici présent n'avait jamais contemplé. Porteur d'une sentence divine, le batôn de l'Onryou détenait non seulement la vigueur d'Inari, mais également la fureur ancestrale d'un peuple fier et trop longtemps bafoué. Peu importe ce qui rencontrera cette arme : que ce soit l'armure du samuraï, ou, si par quelques miracles il avait su s'échapper, le sol boueux, la terre en sera ébranlée.

Tout entier à son combat, Maho se fichait, pour l'instant, du reste de la bataille. Il détruirait la forêt, l'armée, et même les portes qu'il était censé protéger si cela signifiait sortir victorieux. Tandis qu'il invoquait une petite apocalypse, on pouvait lire sur son visage un sourire démesurément large. Un démon n'aurait pas l'air moins heureux. Oui, voici ce qu'il était sans le maquillage de la paix : un diable souriant.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Naoshige
Chef du Clan Senju
Messages : 12
Date d'inscription : 24/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 88
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Agitant habilement son sabre d'un coup sec, afin de l'épargner au plus vite du sang qui s'en écoulait. Le natif du pays feu reprit brièvement son souffle tout en observant les alentours, percevant par la suite la sonorité assourdissante procréée par un cor de guerre, se répandant dans l'ensemble de la zone. Le regard affûté, le voilà à présent spectateur d'un repli stratégique à effet immédiat des quelques soldats, qui eurent la chance de ne pas avoir goûté de sa lame. La menace que représentait l'arme de guerre n'était plus qu'un vague souvenir, laissant place à la suite des évènements façonnés par les têtes pensantes de la faction opposée. Mais à peine avait-il eu le temps de s'abandonner à une phase de réflexion, qu'un énième brouhaha fut retentit à une position proche du haut représentant des Onryou. L'impatience devenait grandissante, au point de rendre ce conflit plus énergique et sanglant qu'il ne l'était auparavant. Un brin curieux quant à l'idée d'en apprendre davantage sur l'issue d'un duel pouvant aller jusqu'à faire trembler un champs de bataille, le Senju retourna en hauteur avant de débuter une avancée au cœur de son nouveau territoire jonché de verdure, jusqu'à ce que ses sens de shinobi lui permirent d'être alerté de plusieurs présences hostiles en rapide progression, qui s'attaquèrent sans une once d'hésitation à l'homme bête jusque là prit dans des échanges d'une rare intensité, ne prenant guère le temps d'arrêter leur course.

Victime d'une nouvelle situation déplaisante, le brun ignora les projectiles à destination de l'homme à l'allure bestiale une fois sa riposte engagée, préférant se focaliser sur les deux ombres étrangères qui poursuivaient leur évolution en direction des hautes murailles. Son faciès laissant paraître un air neutre, dissimulait en vérité sa légère exaspération face à deux proies séparées l'une de l'autre, tandis qu'une de ses mains entra en mouvement, semblable à un chef d'orchestre, il dicta avec parcimonie les prochaines actions que la nature se devait d'entreprendre. Une partie de la forêt reprenait soudain un élan de vie, s'attaquant à l'une des récentes menaces dans l'unique but de parvenir à une nouvelle neutralisation. Le brun pressa le pas, fondant à pleine vitesse en direction de l'ombre positionnée le plus à droite avec laquelle il souhaitait rapidement en découvre, en raison du temps qui lui faisait défaut. Nul doute que les sceaux apposés soigneusement sur les remparts seraient liés au prochain objectif de ces chers samurai, obligeant le maître de la forêt à revenir à son point de départ, dans l'espoir de contrecarrer ce nouveau stratagème.




Ce qu'on rencontre dans la vie, c'est la destinée. Mais la façon dont on le rencontre, c'est un effort personnel.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 267
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Jeu 19 Juil - 23:41
Tenez la porte !

Galvanisé par le succès de la défense des ninjas alors qu'ils voyaient la porte de leur précieuse citée déjà tombée, les guerriers Chûritsu ripostèrent face aux archers ennemis.
Ils étaient bien moins nombreux que les forces en apparences inépuisables de Tetsu, mais il compensait par une volonté de feu. De plus, avec les barricades dressées au sommet des remparts, les feux maitrisés et la fin du harcèlement incessant des bourrasques de la tempête, les défenseurs pouvaient désormais tenir un bon moment.
Criant et exultant, ils défiaient l'ennemi entre deux salves, attirant ainsi volontairement l'attention de l'armée de l'Empire afin de laisser le champ libre à leurs mystérieux sauveteurs shinobi.

Blessé dans sa fierté Uchiha, Nikkou dévala en trompe les remparts. Il voulait la tête du ou des tireurs d'élites qui avaient eut l'outrecuidance de contrer sa technique et d'attenter à sa vie.
Le konohajin se glissa rapidement dans l'épaisse forêt invoquée par son compatriote (et rival, comme tout les Senju). Entre le couvert des arbres et les volées de flèches des défenseurs, personne ne remarqua et ne gêna la progression de l'Uchiha vers la troupe d'archers de l'Empire.
Il entendit vaguement qu'on se battait dans les sous-bois, mais c'était une guerre après tout.
Il aurait pu rejoindre ses collègues pour terrasser plus rapidement leurs ennemis perdus dans la véritable jungle invoquée par le Senju. Il n'en fit rien. Son sang Uchiha réclamait vengeance !

Le shinobi aux yeux écarlates jaillit comme une fusée vers la petite butte où s'était installée l’escouade d'archer de Tetsu.
Il s'agissait majoritairement d'ashigaru, encadrée par quelques samouraïs de l'Empire. Ils avaient dressés des boucliers de paille et d'osier et porté de grand chapeau pour se protéger des flèches des défenseurs et ainsi l'assaut vaillant des Chûritsu n'avait fait que quelques blessés légers. Mais ces protections ne leurs seraient d'aucune utilité face à la déferlante de flammes que l'Uchiha se hâta d'invoquer.

Sa surprise fut grande quand un cri d'alarme retentit avant même qu'il est fini de signer les mudra de sa technique.
"Par la droite ! Un shinobi !" beugla un archer, tournant déjà son arc vers le konohajin. Le sharingan entra aussitôt en action, identifiant l'ennemi qui l'avait vu arriver d'une manière ou d'une autre.
Malgré l'avertissement la Boule de Feu Suprême prit par surprise de nombreux ashigaru, qui périrent incinérer ou furent gravement brûlée, ce tordant de douleur au sol en essayant d'atteindre les flammes.

L'homme qui avait lancé l'avertissement se déplaça à une vitesse incroyable hors de la trajectoires du brasier.
Nikkou sut alors qu'il avait trouvé son adversaire.
Toujours glissant sur la boue en raison de sa vitesse effroyable, l'archer de l'Empire décocha un trait au vol vers le shinobi de Konoha.
Le sharingan remarqua bien vite que cette dernière n'avait pas la précision dont il pouvait s'attendre de la part de pareil tireur d'élite.
Bien vite Nikkou comprit pourquoi : le trait n'avait pas réellement pour but de le blesser. La flèche impie libéra un nuage méphitique tout au long de sa trajectoire.
Pendant son vol, le tireur d'élite décocha un second trait, qui cette fois semblait bien plus dangereux aux pupilles écarlates du chuunin.
En tout cas, en plus de sa vitesse, cette homme devait avoir des yeux d'aigles pour l'avoir ciblé ainsi, en mouvement et alors que des vapeurs colorées commençaient à lui boucher la vue !

L'archer termina sa glissade derrière l'écran de fumée qu'il avait créé. Il voulait visiblement rendre la vie difficile au ninja. Le pire, c'est que le mur nébuleux fut aussitôt utilisé comme couvert par les guerriers de l'Empire survivants.
"Ne paniquait pas ! Il est seul !" s'écria le tireur d'élite. "Barrage de flèches ! Empêchez-le d'avancer ! On va clouer ce salopards de ninja !"
Obéissant à leur chef (il était désormais clair qu'il s'agissait de l'officier responsable de cette escouade), les archers de Tetsu firent feu à travers le brouillard artificiel.
Bien qu'incapable de cibler Nikkou, la pluie de flèches constituait un barrage assez efficace.

Le légendaire sharingan pouvait permettre à l'Uchiha de rire de ces traits tirés au hasard, s'il se concentrait sur sa défense... Mais ce serait laisser l'initiative au tireur d'élite de l'Empire.
Peut être valait-il mieux foncer et traverser le rideau de fumée, quitte à encaisser une ou deux flèches ?
Mais pour l'instant, le konohajin devait d'abord gérer le trait luisant de chakra qui se précipitait sur lui en avant garde du nuage de projectile ennemi...

Loin de là, une sunajin effrontée mais discrète infiltrait l'arrière-garde de l'assaut.
Entre la pluie incessante et les prodiges de ninjutsu, l'attention de l'armée de Tetsu se portait vers l'avant et les combats dantesques qui semblaient se dérouler aux abords de la porte de Baransu.
Nul ne remarqua donc l'espionne qui se faisait passer pour un jeune page, qui avait en plus déployait tout ces talents pour la furtivité et la reconnaissance.
Ageha se glissa donc jusqu'à un chariot de ravitaillement. Quelques ashigaru ou serfs montaient une vague tente/bâche pour protéger les vivres que d'autres déchargeaient.
Quelques samouraï gardaient l'endroit ou encadraient la troupaille de corvée. Les sens mystiques de la sunajin lui apprirent qu'un seul d'entre-eux avait un chakra digne d'un shinobi.
Il s'agissait d'un samouraï d'âge mur, voire vieillissant, assit sur un tabouret de campagne à coté d'un tonneau de ravitaillement. A coté de lui se trouvait un autre samouraï, plus jeune : apparemment, le pauvre écopait de tout le boulot que lui confiait le vieux. Cela devait donc être un samouraï de bas-rang et Ageha ne décela aucune aptitude au maniement du chakra chez lui.

L'homme lui fit qu'elle pouvait se servir. Visiblement, il était assez détendu et pas trop collet-monté. Malgré un léger embonpoint et un nez bulbeux, il rayonnait la confiance et la force. C'était probablement pour ça qu'on l'avait choisit pour veiller sur le ravitaillement. Il devait s'agir d'un intendant en chef.
Le samouraï de Tetsu ricana comme un grand-père bonhomme aux propos de la sunajin infiltrée. Visiblement, sa couverture marchait.
"Tout va bien ici, p'tit !" répondit l'intendant d'une voix grave et forte pleine d'assurance. "Ces traîtres de Chûritsu n'ont pas de quoi faire une sortie suffisante pour menacer nos lignes arrières. Dès qu'ils ouvriraient une porte, notre glorieuse armée leur tomberait dessus ! Et leurs sales ninjas sont sans doute trop occupés à sauver leurs miches de couards pour nous menacer. Et on est prêt à les recevoir !"

Il fit claquer son sabre au fourreau contre sa cuisse pour asseoir son argument.
Le plus jeune renchérit, des étoiles pleins les yeux.
"Oh oui, le Général Ryûichirô va exterminer nos ennemis !"
"Ouais, même si certain esprit chagrin à l'arrière, le cul vissé sur leur chaise à parler stratégie alambiqué disent qu'il se précipite un peu..." grogna le vieux. "Mais on ne gagne pas les guerres en hésitant ! Il va frapper un grand coup ! Et à nous la gloire !"
"J'étais avec lui, lors de la rébellion d'Amaisuiden..." soupira d'un ton rêveur le plus jeune. "Simple page comme toi, à l'époque. Un ninja rebelle nous avait surpris au milieu des rizières et il a invoqué un terrifiant dragon d'eau. La cataracte maudite allait s'abattre sur nous troupe quand le Général à lever sa lance. Il a invoqué les force du vrai Dragon de Tetsu ! Il a dévoré la trombe d'eau puis l'a renvoyé en riant à l'ennemi tétanisé ! Le ninja est mort sur le coup !"
"Ouais, le Général a toujours eut un faible pour les coups d'éclats ! Ahaha ! Ces ninjas ne savent pas ce qui les attendent..."

Asega poursuivit, alimentant la conversation. Elle apprit que le Général s'était lassé d'attendre et s'était contentait de faire fabriquer un bélier. Les autres généraux de l'Empire moisissaient dans leurs campements humides en attendant que des armes de sièges soient prête ou arrive en renfort de l'Empire. Ou ils attendaient juste que toutes les troupes dépêchées par le Shogun soient enfin là pour assaillir la ville d'un coup, puis s'emparer de la région.
Mais cela n'allait pas assez vite pour Ryûichirô qui craignait que les Chûritsu ou les ninja réussissent à briser le siège et aillent quérir du renfort.
Il avait donc fait le pari d'un assaut rapide et brutal, à l'encontre des préconisations des deux Haut-Généraux de l'Empire.
S'il réussissait, ces chefs fermeraient les yeux et louerait sa clairvoyance.
S'il échouait...

Les deux hommes n'avaient pas grand chose à dire sur la prétendue prêtresse, à part qu'elle était apparemment les oreilles de Ryûichirô et quel disposait d'étrange pouvoir confiait par les kami (mais ils ne savaient pas lesquels).
Asega en apprit également plus sur le bélier et les troupes de confiance du Général.
"Même cette forêt maudite n'arrêtera pas nos troupes !" pesta le plus vieux des samouraïs. "Le Général se doutait bien que l'engin de siège attirerait l'attention. C’est un rusé renard, je parie qu'il a un plan de secours pour s'en servir comme diversion..."
"J'ai trimbalé du... hum... matériel pour Hanabusa Assu, avant le départ du bélier. Je crois qu'il est dans l'escouade."
"Oh ? Ce vieux pyromane ? Il n'est pas noble, encore moins samouraï mais y'a pas meilleur démolisseur dans tout l'Empire ! Le v'là le plan de secours ! Ce soir on dinera à Baransu en contemplant les reste fumants de cette maudite porte blindée..."
"Tu devrais retourner au front petit : le Général ne va pas tarder à ce lancer dans la mêlée. Il doit juste attendre d'en savoir un peu plus sur ce qui se passe dans cette maudite forêt..."


Au coeur de la forêt, un duel de titan s'engageait.
Seul debout après l'arrivée tonitruante de l'homme-singe, le chef de l'escouade gardant le bélier porta un coup d'épée chargé de tonnerre contre le shinobi indépendant.
Maho esquiva par miracle l'attaque éclair, mais ne pût protéger ses oreilles du rugissement de tonnere qui l'accompagna.
D'un prompt kawarimi, il échappa au puissant coup de nodashi de son adversaire.
L'homme-singe remplit de fureur bondit comme un démon grimaçant. Désormais, grâce au miracle d'un Senju, il était sur son territoire et l'impudent samouraï qui lui avait arraché son ouïe allait payé !

Concentré sur sa folie destructrice, le Garde de la Forêt d'Inari ne prit pas garde aux ridicules piqure d'insectes de deux lames qui le frôlèrent.
Dans un rugissement bestial, l'homme-bête abattit son arme surchargée de chakra Dôton sur le colosse en armure lourde.
Le guerrier de Tetsu ne put esquiver la férocité de pareil assaut. Il vola littéralement sous l'impact, sa splendide armure de métal explosant littéralement en inutiles fragments.
Propulsé au loin par le choc, il rebondit plusieurs fois sur le sol boueux, éclaboussant les troupes qui peinaient à se relever. L'onde de puissance en revoya même certains au pays de Morphée.

Le samouraï fini douloureusement sa course contre le bélier enchevêtrée dans les lianes et racines Senju.
Il vomit du sang, abasourdit et se releva péniblement en s'aidant de son nodashi que par chance il n'avait pas lâcher dans son titanesque vol plané.
Son armure ! Sa précieuse armure ! Elle lui avait été offerte par son père ! Une relique qui se transmettait de génération en génération depuis plus de deux siècles et qui avait connu moult guerres et trahisons sans coup férir !
Elle gisait éparpillée, réduite en miette d'un seul coup par un... une bête fauve !

Et il ne valait guère mieux. Lui, un colosse rompu à l'art de la guerre, invaincu sur les champs de batailles... Jusqu'à présent il avait toujours été fier de sa force.
Rapide et brutal, voilà quel était jusqu'alors sa réputation. Pas le plus brillant des stratèges, ça c'est sûr, mais une puissance redoutable sur laquelle ses maîtres s'était toujours appuyée.
Et il avait était balayé !
Il souffrait le martyr. Son torse n'était plus qu'une plaie violacée, le choc lui ayant arraché jusqu'à son pourpoint.
Le samouraï avait déjà connu la guerre et savait qu'il avait plusieurs côtes brisés et probablement des hémorragies internes qui le condamneraient sous peu...

Jamais il n'avait subit autant de dégâts en une seule attaque ! Jamais il n'avait été confronté à pareil monstre !
"M-Mauudiiiit... Shiiinobiiii..." râla-t-il, se redressant malgré la douleur. Son armure familiale était brisée. Son corps agonisait. Les courageux jeunes samouraïs de l'Empire qui l'accompagnait était soit à terre, soit perdu dans cette maudite forêt.
Bon, le vieux s'était évidemment fait la mâle, tout comme les deux donzelles. La porte tomberait quoi qu'il arrive.
Mais il ne pouvait pas abandonner !
Il devait abattre le fauve, ce monstre immonde mélange contre-nature d'homme et de bête !

Plongeant la main à sa ceinture, il récupéra et avala quelques pilules. Une médecine d'une origine douteuse qu’on avait distribué qu'à quelques combattants d'élite.
Cela lui redonna quelques forces et assourdit la douleur, mais guère.
Cependant il sourit. Il était temps d'entrer dans la légende ! Nodashi fièrement brandit, il se redressa pour se retrouver face à Maho.

"Je suis Towa Yoshîro, chef du clan Towa !" tonna-t-il malgré la souffrance et le fait que son adversaire ne devait plus l'entendre. "Vassal du clan Taiyô, loyal servant du Général Ryûichirô, disciple de Gakuun Tomoaki et capitaine de Sixième Bataillon d'Avant-Garde de l'Empire de Tetsu ! Et je suis ta mort ! Pour le Shogun !"
Il chargea en hurlant un cri de guerre, enveloppant à nouveau son arme de chakra crépitant.
"Arcanne ultime de l'école Tomoaki : Inazuma no Ryû !!" hurla-t-il, déchaînant toute sa puissance contre Maho.
"Ce n'est pas fini !" cria la samouraï se ruant vers l'homme-singe pour lui asséner un coup surpuissant de son Nodashi, la bave aux lèvres.
Est-ce que ce monstre pourrait survivre à ça ?

Une femme arriva dans la forêt et abandonna bien vite son cheval pour s’élancer dans les frondaisons. Plus besoin de maintenir les apparences dans ces bois. D'instinct  Usui Mui, la soi-disant prêtresse des vents, savait qu’il lui faudrait utiliser toutes ses ressources et son ninjutsu. Entre le raz-de-marée, la griffe de vent et la forêt, c’était signe que Baransu regorgeait de ninja puissant pour la défendre. Bon sang, ils ne pouvaient pas entre-tuer comme dans les guerres des clans ? Il avait fallut que pour une fois les shinobis de tout horizons coopèrent et ruinent les plans de l’Empire !

Pestant, l’(ex)kunoichi de Tetsu se guida aux sons d’un combat tonitruant. Au sol, elle vit des lambeaux d’armures… Pourvu que Yoshîro aille bien ! Elle aimait faire tourner en bourrique le colosse à l’esprit obtus. Mais il n’abandonnait jamais et savait comment traiter les dames sous ses dehors de brute. Et il n’y avait pas que son nodashi qui était impressionnant…
Si un de ces barbares lui avait fait du mal, elle lui ferait payer !

Non loin de là, Naoshige décida de poursuivre l'une des ombres furtives qu'il avait entre-aperçut fuyant à travers la canopée en direction des remparts.
Rassemblant ses pouvoirs de maître du Mokuton, il ordonna à sa forêt d'emprisonner un des fuyards alors qu'il s'élançait à sa poursuite.
Les branches et racines obéirent à son ordre et capturèrent l'ombre qui bondissait tant bien mal d'arbre en arbre et chose étonnante, dans un parfait silence : il s'agissait visiblement d'un shinobi spécialiste en infiltration.
Impression que confirma ce que trouva le Senju dans la nasse de branchages : un bout de bois ayant servit à un prompt Kawamiri.

Cependant, l'ennemi n'était pas allé assez loin et le Senju le rattrapa sans mal grâce sa vitesse, surtout que le fuyard essayait maintenant d'éviter les frondaisons traitresses et bosquets aux ordres du Senju.
L'ennemi s'avéra être une mince kunoichi masquée. Elle semblait plutôt jeune et fort nerveuse d'avoir était rattrapée par le konohajin.
Pestant contre sa malchance, l'assassin de Tetsu engagea immédiatement le combat, abandonnant toute idée de discrétion.
Elle expédia une volée de shuriken et de kunaï en direction du jônin.
"Sôfûshasan no Tachi !" siffla-t-elle en dirigeant ses projectiles vilement avec des fils d'acier quasiment invisible. Elle espérait pouvoir prendre au piège le ninja allié à Barensu.

Dans la mesure du possible, elle ne voulait pas combattre plus que nécessaire : ça mission n'était pas là.
Mais si elle y était forcé, elle utiliserait les techniques plus viles et les plus retorses pour emporter son adversaires dans la tombe. Où à défaut, le retarder.
Il fallait espérer que sa sœur jumelle parviennent à s'infiltrer jusqu'en haut des remparts... De nombreuses forteresses d'apparence imprenables étaient tout simplement tombées... de l'intérieur.
Et au pire, il restait l'autre maniaque des explosions...



Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le souffle embrasé du jeune Uchiha illumina un instant le champs de bataille de son indécente incandescence. Feu mystique à l’éloge du Clan à l’Éventail acclamé dans sa course par les cris indolents des ashigaru, ne laissant dans son sillage que l’odeur écoeurante des corps brûlés, en guise d’avertissement pour les survivants.

Derrière le soleil martial qui s’était frayé un chemin dans les rangs ennemis, le Ténbébreux continuait sa course dans la splendeur effilée des Uchiha. Ombre sévère et tranchante qui déchirait le champs de bataille de sa course effrennée. Le corps porté vers l’avant et les bras vers l’arrière, le Ninja ne se laissait nullement distraire par les multiples obstacles qui parsemaient sa route, focusant ses esprits sur l’individu qui s’était enfin révélée à son regard carmin.

Un homme s’était retiré du brasier avenant sans le moindre trouble, fusant à une vitesse incroyable hors de la portée les torrents infernaux. Le même homme avait tonné les ordres qui avaient permis à certains archers d’éviter les feux qui avaient dévoré les corps de leurs alliés. Un sourire aux lèvres, le Démon porta alors l’attention de ses pupilles sanguinaires sur cet homme qui s’était absous de la médiocrité des hommes pour atteindre les sommets de son art. Le chef de l’escouade des archers s’était enfin révéler à la colère du Uchiha.

Les deux virgules suivaient les faits et gestes de l’héraut de l’Empire, détaillant chaque flexion de muscles et la direction de ce corps aux mouvements trop vifs pour l’œil ordinaire. Prédateur au regard à vif, l’appétit du Uchiha grondait avec une force retrouvée. Les remparts derrières lui et, l’espérait-il encore sécurité, il pouvait se consacrer à ses premiers amours, arts de combat et de mort plutôt que de protection et de salvation.

Le tir molasse qui suivit les acrobaties de l’archer révéla bien vite la tactique de son ennemi. Aidé de son Sharingan, Nikkou esquiva sans mal la tête aiguisé de la flèche, pour se retrouver derrière la fumée dégagée afin d’offrir un couvert aux derniers membres de ses troupes, mais une bien maigre protection face au fauve qui continuait sa course à leur encontre. Peu de Ninjas auraient eu la présence d’esprit de se dissimuler à la terrible puissance du Dojutsu des Uchiha. Chance ou coup du destin, l’archer pouvait s’estimer heureux de voir les volutes de fumée s’éparpiller aux vents pour qu’il s’échappe au regard de son ennemi.

Nullement en reste, le tacticien tira un second trait à la vivacité renouvelée, trait meurtrier décoché non seulement avec la vitesse d’un archer aguerri, mais décoché avec un œil de lynx. Le chef de l’escouade ne manquait certainement pas d’expérience dans le domaine de la guerre. Derrière le nuage poisseux qui se formait, Nikkou distingua le mouvement de l’escoude alors l’ordre énoncé par l’archer. Les archers se préparaient à la riposte.

Les tactiques de l’Empire ne faisaient cependant pas le poids face aux arts Shinobi et à la puissance du Ninjutsu. Le deuxième trait fusant hors du nuage de fumée alors que les archers décochaient leurs flèches en rafale, le Démon Uchiha composa rapidement les signes appropriés pour manier l’élément céleste.

«  Fûton : Daitoppa »

Les mots de puissance furent porteurs d’un souffle dévastateur, les vents de Chakra emmagasinés dans les poumons du jeune Uchiha se déversant pour percer les lignes ennemies. La violence des vents suffit à emporter dans son sillage la flèche meurtrière et les tirs sans commune mesure des archers, mais dévia également la course de la fumée, la jetant sans vergogne aux visages des troupes de l’Empire. Ceux qui avaient été épargnés par les feux du Shinobi se voyaient désormais emportés par l’Ouragan soulevé de sa seule volonté.

Profitant du momentum offert par la fumée jetée au visage du tireur d’élite de l’Empire,  Nikkou sans attendre se lança dans les airs avec une grâce altière, tournant sur lui-même pour décocher des tirs de shuriken à la précision diabolique, visant les points vitaux de l’archer.  


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 69
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 236
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mer 8 Aoû - 21:05
Ageha salua les deux samouraïs, s’inclinant plus profondément en face de l’ancien pour respecter son rang et son expérience et s’en retourna vers le front, courant d’un pas alerte mais économe, comme tout bon page devait le faire. Elle n’essaya même pas de se cacher, puisqu’elle n’avait plus à dissimuler sa progression. Cette fois, elle venait de l’arrière des troupes, en route vers un groupe plus en avant. La jeune femme se contenta de bien verrouiller son chakra pour échapper à toute tentative de sondage et s’attacha à n’agir que comme un humain, se déplaçant en 2D et à une vitesse de torture paraplégique en ce qui la concernait.

Sa tête fourmillait d’informations. Ainsi le général n’était qu’une avant-garde des troupes de l’Empire et sa position était délicate. Si son attaque devait échouer ou pire permettre une avancée ninja-Baransu, cela mettrait à mal Tetsu. Elle fut tentée un instant d’aller s’infiltrer plus en avant, au coeur de la menace. Tuer les autres généraux, voire l’empereur. Mais elle réalisa qu’elle n’avait sûrement aucune chance. Si « une simple escarmouche pour tester les lignes » mobilisait tellement de forces qui restaient toutefois complètement sacrifiables, alors cela voulait dire que le gros des troupes avait une puissance de feu bien plus considérable. Au point de pouvoir la voir venir à des kilomètres. Non, ceci n’était pas son combat. Sa mission était de protéger les murailles, de tenir en défense jusqu’à ce que les renforts arrivent.
A ce titre, ce fameux Général Ryûichirô ne devait pas forcément mourir. Il fallait en revanche se méfier de cette lance à eau, et si elle mourait en emportant avec elle cette information, alors la honte et l’infamie serait sur son âme. Fantôme damné et honni pour l’éternité, elle serait responsable – partiellement – de la chute de la citadelle et la mort des civils s’y trouvant. Par contre, Hanabasa Assu, artificier de son état, devenait sa cible, si jamais elle croisait son chemin.
Oui, c’était ça ! Elle allait rejoindre les murs et faire son rapport, tout en gardant l’oeil ouvert pour le pyrotechnicien. Elle irait jusqu’à faire un court crochet pour tenter de le tuer, s’emparer de son stock ou le faire sauter sur place.

Aussitôt pensé, aussitôt mis en œuvre. Ageha avait l’habitude de devoir décider seule, car généralement c’était seule qu’elle agissait, une fois dans l’antre de la bête. Son équipe avait préparé le terrain et se tenait prête à venir la sortir d’un mauvais pas mais en mission d’infiltration ou d’assassinat, la blonde avait appris à prendre ses décisions et à s’y tenir. Mauvaises ou pas, au moins avaient-elles le mérite d’exister.. et d’être mises en œuvre.

Utilisant le mode senseur, Ageha s’engagea dans la forêt. Il ne lui fut pas difficile de disparaître à la vue du reste des troupes. Si elle avait pour direction principale les murailles, elle ne se contentait pas d’aller droit devant. Bien au contraire, son balayage se voulait aussi minutieux que sa rapidité le permettait. Elle perdait en finesse et qualité, certes, mais elle devait avant tout dresser une cartographie de qui était où, faisant quoi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 79
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 177
Expérience:
193/2000  (193/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Ven 10 Aoû - 20:09
Les ennemis de mes ennemis...


Les vibrations du bois entre ses mains, le souffle puissant d'un gong déchaîné, puis l'explosion d'une peau de fer. Maho s'offrait pleinement à la destruction, ses muscles gonflés d'adrénaline l'emmenant aux portes de l'extase. Bien sûr qu'il ne remarqua même pas la brûlure qui titillait sa peau, ou l'engourdissement de sa chair, comment le pouvait-il? Incarnat de la violence, il ajoutait à son plaisir la pitoyable chute d'un énième beau parleur. Alors samouraï, où était ton entrainement? Que faisait ta discipline? Qu'en était-il du Bushido? Alors samouraï, que faisais-tu dans la boue, piétiné par le sabot du cheval que tu tentais de dompter. Alors samouraï, vomis, bave, saigne! Te voila enfin dans la gadoue, vermine à la peau de fer!
Pourtant, alors qu'il riait à pleine gorge, le démon à forme humaine fut soudain réduit au silence. Ses yeux moqueurs se firent attentifs, fascinés par l’exceptionnelle poésie d'un combattant : une ténacité insoumise. Il avait beau haïr les chiens de Testu, héritier de l'inimité ancestrale de son peuple, comment ne pas s'incliner devant ce spectacle? Vaincu et brisé, l'homme se relevait, imitant le phœnix, il défiait la mort par sa simple volonté. En tant que guerrier, l'Onryou ne pouvait qu'admirer un esprit si robuste, d'autant plus qu'il était parfaitement conscient de la force qu'il venait de déployer. Bravo samuraï, la bête t’abhorrait encore, mais avec cette fois un arrière goût de respect.

Hélas, malgré le feu qui l'habitait, ce corps meurtri n'en pouvait plus. Le soldat avait beau clamer sa bravoure, ces rugissements de vieux lion ne saurait effrayé un Gardien. Cependant, l'enfant d'Inari devait reconnaître sa valeur, et dans les plus pures traditions martiales, il lui offrit son nom, et accepta son défi.

"Onryou Maho, je t'attend ma mort."

Et alors que le nodachi se teinta encore une fois d'éclair, l'homme singe prit une profonde respiration, tenant fermement son arme, du chakra se déversant déjà dans tout son corps. Certes il ne s'attendait pas à ce que la foudre elle même s'abatte sur lui, et sans doute cela aurait-il fonctionné sans autant de mise en scène. Seulement on l'attaquait de face, et malgré la vitesse de ce dragon de foudre, il s'y était préparé! La lame s’abattit effectivement, fulgurante et splendide, mais elle fut stoppée juste avant d'atteindre son crâne, la main gauche du singe tenant fermement le fourreau, lui interdisant tout mouvement. Le sourire aux lèvres, Maho cherchait déjà le dépit dans les yeux du samouraï. Inutile, ce dernier ne fit que crier de plus belle.
L'épéiste s'agita de nouveau en vain, et encore une fois, Maho lui démontra que son entraînement ne lui était ici d'aucun secours. Esquivant la coupe d'un saut gracieux, l'acrobate enroula sa queue autour du malheureux tandis qu'il lui laissait une petite note sur le visage. Dès qu'il se réceptionna, son puissant appendice se mit en mouvement, projetant sa proie contre le sol. Aussitôt, le mudra du serpent envahit ses mains, tandis qu'il lâcha la sentence de mort.

Katsu

Voici ce qu'il aurait du dire, clôturant ainsi un combat qui n'avait déjà que trop durer. Hélas, le ciel lui même décida d'épargner cette vie. Une silhouette éthérée pénétra le  morbide théâtre. Vêtue d'un kimono dont la blancheur nacrée s'effaçait sous ce déluge. Un jeune soleil venait de percer les ténèbres, imposant à la laideur du pugilat une beauté pétrifiante. Oui, l'homme comme la bête venaient d'être vaincu, terrassé, pour un instant, par cette vision irréelle. L'Onryou pouvait sans faillir affronter les plus terribles combattants, mais cette femme... comment saurait-il abîmé pareille beauté?
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.