:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tenez la porte !

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 91
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 381
Expérience:
208/500  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
La bataille prenait non pas un tournant décisif, mais s’engageait pleinement. Jusqu’alors, les défenseurs avaient défendu (duh) et les attaquants avaient à la fois tester les forces adversaires tout en bougeant – ou tentant de bouger – leurs pions. La phase préparatoire était donc finie, et c’était bien le round 1 qui commençait. Seulement le round 1. Tout ça, pour n’en être qu’au commencement. C’était une des raisons qui faisaient qu’Ageha avait la guerre en horreur. Autant d’efforts, pour si peu de résultats, là où une lame bien placée, un poison savamment dissimulé ou un tête-à-tête politico-diplomatico-interrogato-menaçant faisant plus encore. Elle qui avait fait l’autruche jusqu’ici ne pouvait pas se permettre de garder ses œillères. Voilà, elle savait, pertinemment, en toutes connaissances de cause, se qui se passait quand les hommes se laisser aller. Cette guerre, c’était l’échec de sa famille de spécialité ; c’était le naufrage des espions et des assassins. Peut-être que si elle avait été meilleure, elle aurait pu faire quelque chose. Mais elle était restée dans son petit monde, refusant de remettre en question ses principes. Bravo Ageha. Quelque part, c’était sa faute, à elle, même si elle savait que ce n’était que du blabla philosophique. N’empêche.

Sa course ne dévia pas d’un centimètre à partir où elle localisa un chakra venant de la source des explosions et de la fumée. Etait-ce l’artificier, ou son garde du corps, qui « brillait » comme ça ? Aucune idée et elle n’avait pas trop le temps de s’arrêter pour examiner la scène. Elle n’était plus une assassin de l’ombre, désormais. Elle était un soldat sur un champ de bataille. Son balayage de senseur capta bien entendu les deux autres combats, et au coin de sa « vision », l’Uchiha clignotait. Elle espérait qu’il aurait la bonne idée de ne pas dissiper la fumée immédiatement, car cela lui donnait la couverture idéale pour travailler le plus « furtivement » - étant donné les circonstances. Elle allait être la lame dans les fumées, à frapper et repartir, car oui, le face à face n’était toujours pas son domaine d’action. Un combat régulier signifierait sa mort. Aussi devait-elle agir maintenant, alors que les conditions lui étaient favorables, quitte à sacrifier la sacro-sainte période d’observation de tout assassin qui se respecte.
Bien sûr, elle aurait pu venir en aide aux deux combats qu’elle devinait. Elle reconnaissait les émanations  de ses alliés du moment. Ageha n’avait pas analysé leur chakra, mais elle en avait absorbé l’aura, et elle savait qui était où. Cela ne changeait rien à leur mission : protéger la porte. Bifurquer pour jaillir, peut-être au mauvais moment, dans un combat où elle n’avait de base pas sa place, au détriment de la sauvegarde des remparts, défense entre les « méchants » et la population civile de Barasu, voilà bien une hérésie sans nom. Il fallait faire confiance aux deux hommes ; ils réussiraient, ou mourraient mais pas sans avoir considérablement affaibli leurs adversaires. De telle sorte que la menace sur la ville n’en serait que plus faible. Or, à l’heure actuelle, personne ne s’occupait de l’artificier, et de ce chakra.

Ageha profita de son déguisement pour traverser les bois sans souci. Les troupes samouraïs s’écartaient sur son chemin, car on ne coupait pas la route à un messager, surtout quand celui-ci courrait vite avec un air décidé figé sur le visage. Elle n’avait pas à s’en faire concernant un tir ennemi sur elle, alors qu’elle aurait été confondue pour un soldat. Il n’y avait personne d’autre qu’elle, et les 3 ninjas de la coalition. Elle sautait par-dessus les racines ou se faufilait à travers deux troncs, et la fumée qui se faisait de plus en plus présente ne la dérangeait nullement. La petite blonde avait l’habitude de manipuler poison et autres substances nocives, donc l’impact était moindre sur elle. Cependant, il lui fallait bien respire, et à chaque fois, un peu de fumée pénétrait dans ses poumons. Tout en courant, elle vérifia son matériel : elle n’aurait droit qu’à une chance, une seule.

Aussi, quand elle jaillit dans la clairière où l’artificier avait posé son chariot pour manipuler ses explosifs, elle traça droit devant la personne dont elle détectait le chakra – bande d’hypocrites, ces samouraïs. Ils traquaient les ninjas parce que leurs méthodes n’étaient pas honorables, mais ils ne se privaient pas de faire du pillage technologique et faire pareil. Tapotant son armure et son symbole de messager, elle arriva au plus près de la personne qui s’attendait donc à entendre des nouvelles ou des ordres/contre-ordres. A la place, elle lui planta un kunai sous l’aisselle, là où la plupart des armures avait un point faible. Elle avait dû choisir sa cible car elle savait qu’elle n’aurait pas le temps de modifier sa stratégie. Comme elle ne pouvait pas savoir si son adversaire aurait une armure ou pas, elle avait dû tabler sur la pire des situations : avec. Bien sûr, ça aurait été plus facile si l’autre n’avait porté que des vêtements de protection basique : la lame et le poison auraient pénétré plus profondément. Mais voilà, ajuster un coup alors qu’on courrait restait un niveau d’agilité et de contrôle qu’Ageha n’avait pas encore totalement atteint. Elle était capable de faire obstruction des sons et des images pour se focaliser sur sa cible, mais ça, c’était quand elle était dans un environnement connu, étudié… et dénué au maximum de menaces secondaires. Or là, elle se présentait devant peut-être une petite troupe – elle n’était pas général, mais même elle savait qu’envoyer un artificier seul, avec son chariot, serait d’une débilité sans nom. Elle devait donc garder un œil certain sur ce qui se passait autour d’elle, pour réagir aux contre-attaques. Donc, elle avait un coup en tête et au diable la réactivité.

Son coup assené, Ageha sprinta vers un nuage de fumée et se dissimula dans la forêt, pour faire rapidement le point. Elle devait détruire le chariot, tout en s’assurant que cette destruction se ferait suffisamment loin pour ne pas détruire inopinément les murailles – tu parles d’un point contre son camp, à ce niveau. Elle devait aussi s’assurer qu’elle venait de poignarder l’artificier et non pas un garde du corps. S’assurer que sa victime devenait cadavre tout en exécutant, si nécessaire une seconde attaque pour mettre l’artificier à terre, s’il avait donc échapper à la première lame.

- « . »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 137
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 351
Expérience:
411/2000  (411/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Il y a encore quelques secondes, il combattait au milieu d'une timide forêt, violant la fierté d'un Samuraï avec la joie cruelle d'une hyène désœuvrée. Le passé des Onryou aidant, il avait profité jusqu'à la moelle de cette humiliation, se laissant aller au miel de la vengeance jusqu'à ce qu'une sublime luciole brisa ce requiem. Une nymphe drapée de nuage, voici tout ce qu'il aperçu, avant que la tumultueuse Baransu disparaisse.

"Kameyo?"

Sa voix auparavant toute pleine d'adrénaline fut littéralement brisée. La surprise combattait l'émerveillement, tandis que la chaleur du combat déjà oubliée faisait place à la félicité, l'excitation, l'apaisement... l'amour? Il songea un instant à leur promesse ; un an était-il déjà passé depuis leur séparation? Pendant de brèves secondes, des doutes assombrirent son esprit, juste le temps que son regard embrasse les merveilleux arbres d'Inari.
Il était chez lui, dans le sanctuaire des grandes forêts, avec ses enfants qui avaient étonnamment grandi. Jiyū et Mirai grimpèrent vivement sur ses bras, le clouant sur place par un poids étonnant pour leur âge. Elles portaient tout deux la crinière ébène de leur mère, mais leur taille actuelle donnait quelques espérances quand au dépassement des cent-quarante centimètres. La charmante génitrice s'avançait lentement vers lui, un sourire charmant sur le visage, tandis qu'elle semblait plus exquise que jamais.

Quelque part dans son esprit, les échos de la bataille chatouillaient sa félicité, incapables toutefois d'ébranler ses perceptions. Après tout pourquoi diable s'amuserait-il à risquer sa vie, lorsqu'il avait tant à protéger dans son sanctuaire végétal? Déjà l'air frais et humide apaisait ses sens, les courbatures qui tiraillaient son dos se faisant plus douces. Même sa bête intérieure se calmait, tandis qu'il quittait sa forme transcendée, relaxant ses muscles, montrant sa face la plus humaine.

Fûton : Shinkûgyaku

Eut-il compris ces mots que la suite eut été plus agréable, hélas, hypnotisé par la femme de ses rêves, Maho ne vit que ses lèvres bouger, et sa main se poser doucement sur sa bouche. Un baiser? Non, la réalité s'imposa brutalement à ses sens, sa chair s'extirpant mystérieusement de son bras gauche, tandis qu'il fixait, impuissant, la splendide Akuma. L'avait-elle réellement attaqué? Malgré la douleur atroce, l'assaut ne fut pas la raison pour laquelle ses yeux furent emplis de ténèbres. Cette trahison, plus surement qu'un millier de flèches, lacéra profondément ses entrailles.

Alors que l'illusion se brisait, l'Onryou se retrouvant de nouveau sur le champs de bataille, une sorcière au visage d'ange le criblant de balles. Le désespoir qui l'avait envahit, la détresse qui quelques instants encore noyait son âme, tout cela ne fit qu'un. Le Gardien d'Inari pouvait se montrer sage, joueur, et même aimable, mais son trait le plus marquant restait sa colère. Une ire ancestrale et profonde, un instinct meurtrier tributaire de toute la sauvagerie du monde animale.
Il n'était que rage, l'admiration qu'il eut précédemment pour la beauté de cette femme n'étant qu'un lointain souvenir. Elle venait tout juste de terminer son assaut que l'homme singe bondit littéralement à sa rencontre. De tout son être se dégageait une aura meurtrière, suffisante à briser la volonté du plus fier des lions. Celui qui l'avait précédemment immobilisé n'était plus un problème, car ayant subit autant que lui cet assaut meurtrier, il n'avait surement plus la force de stopper l'avancée du colosse. Ce dernier tenait d'ailleurs d'une main le cadavre, tandis que l'autre se posa sans broncher sur la main droite de la demoiselle. Elle devait surement être surprise qu'il soit encore debout, et sans doute avait-elle vu peu de gens contre-attaquer après pareille assaut... beauté, tu n'affrontais pas qu'un simple homme. Non seulement le corps du Samouraï avait en partie absorbé l'assaut, mais le corps d'un Onryou dépassant sans mal les limites de ses contemporains. Certes il souffrait, seulement il était parvenu à protéger ses organes vitaux, et sincèrement, il en avait vu d'autres.

La demoiselle par-contre se retrouvait désormais en face d'une bête sauvage, le corps de son allié transformé en une massue meurtrière. Maho ignorait si il avait fait mouche. Chose certaine, il faisait tout son possible pour maintenir sa poigne, broyant presque le frêle membre qu'il tenait dans sa main. Elle avait osé usurper sa chère Kameyo, elle devait en payer le prix.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 116
Date d'inscription : 16/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
608/1200  (608/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Toujours en chute libre, les pupilles rouge demeuraient à l'affût, avides de voir le sang de l’archer se répandre sur sol. Les acrobaties ayant portées fruit, les pieds du jeune Uchiha se posèrent alors au sol avec une aisance gracile, laissant à Nikkou le soin de se ressaisir en position défensive, Kunai brandit à l’avant, sans même esquisser la moindre décontenance.

Le Uchiha faisait montre de toute la grâce létale propre aux Shinobi, spectacle d’une beauté fatale qui dénotait avec l'environnement boueux, ravagé par la Guerre et l'Orage. Ange sanguinaire descendu des cieux enflammés, les derniers archers épargnés par les braises fuirent sans outre mot, laissant leur capitaine se départir de cette volée de kunai et de celles qui suivraient. L’ennemi demeurait pourtant tout aussi exceptionnel que le Shinobi, encaissant les tirs portés à ses points vitaux avec un aplomb qui sut mettre sur le qui-vive le Chûnin, lui confirmant l’expérience certaine de son adversaire.

Prêt à la riposte, Nikkou continuait de fixer de ses pupilles diaboliques les mouvements de son ennemi, dénotant le déploiement d’un Chakra qui ne pouvait que signifier une attaque imminente. Mais même le Dojustu légendaire n’aurait pu s’attendre à un tel déploiement des capacités de son ennemi.  Les gestes de l’ennemi prirent des allures surnaturelles, décochant sans attendre une succession de flèches que Nikkou ne put distinguer que comme un seul mouvement, deux flèches se plantant dans ses cuisses, sans qu’il n’ait eu le temps de réagir.

Retenant un cri de douleur dans un grognement, le Shinobi se jeta sur vers la gauche afin d’éviter les deux prochaines flèches, mais encaissant à la place deux nouvelles flèches en provenance d’une direction improbable. Refusant de perdre la face dans un concours d’acuité, Nikkou continua pourtant de fixer de ses iris pourpres son ennemi et pu apercevoir l’arrivée d’un nouveau tir, qu’il esquiva en se relevant d’un bond sur le côté avant de se baisser pour en éviter une nouvelle.

Revenu en position défensive, le Sharingan pu enfin reprendre le rythme de son adversaire, alors que ce dernier bondissait sur le côté pour l’attaquer de nouveau. Les capacités analytiques du Sharingan poussées au paroxysme, Nikkou put prédire les mouvements de son adversaire, leur séquence enregistrée avant même qu’elle ne débute. Avec toute l’acuité du Dojutsu légendaire, le jeune Uchiha réagit avant même que la technique ennemie ne soit lancée et projeta un shuriken sur la tête de la flèche embrasée avant même qu’elle ne soit décochée, la faisant exploser aux côtés du tireur d’élite.

L’ennemi un instant aveuglé par l’explosion, Nikkou en profita pour foncer vers l’avant afin de réduire la distance avec son ennemi et l’engager au corps à corps. Mais c’était être optimiste que de penser qu’il pourrait prendre ainsi l’avantage. L’explosion à peine dissipée et la course du jeune Uchiha à peine entamée, l’archer avait déjà retrouvé ses moyens et l’avait visé d’une nouvelle flèche meurtrière.

La flèche décochée avec une force et une précision sans pareille déchira l’air, écourtant la distance entre les deux hommes. Le jeune Uchiha lancé dans une course effrénée pour prendre de court l’archer, fonçait en direction même du projectile ennemi, promettant un contact imminent. La tête de la flèche traversa alors les chairs dans un bruit sec, ne laissant qu’un sifflement cruel sur son sillage.

Le corps en mouvement stoppa alors net sa course, les yeux du Shinobi s’écartillèrent et son visage se figeant dans une expression de douleur. Dans un moment interminable, Nikkou tomba alors au sol sous le regard victorieux de son ennemi, tombant d’abord en genoux pour qu’enfin son corps bascule vers l’avant et s’étendre dans la boue. Le Shinobi avait enfin été terrassé...et le Shinobi de s’effacer dans un nuage de fumée pour révéler une bûche de bois transpercée de bord en bord par la flèche ennemie. La technique de substitution, signature des Shinobi de Konoha. Usant de l’effet de surprise octroyée et de sa vitesse surnaturelle, le jeune Shinobi surgit alors des ombres avoisinantes de l’archer, coupant immédiatement du tranchant de son kunai la corde de l’arc de son ennemi pour ensuite le planter en direction des côtes.

Si Nikkou ne pouvait se décrire comme un adepte du Taijutsu, le regard sanguinaire qu’il arborait lui permettait toutefois d’offrir une prestation sans commune mesure. La vitesse de frappe avec laquelle il s'exerçait doublée de la précision de ses coups en direction des points sensibles découverts par le Sharingan offrait une redoutable attaque. Le corps du jeune Uchiha se mouvait avec une vitesse et une fluidité acrobatique, oeuvrant d’amples mouvements secs et précis, son kunai frappant avec une hargne renouvelée.

Mais le Dragon Uchiha ne comptait pas seulement user de ses griffes d’acier. Non, cet ennemi méritait tout le courroux de sa colère. D’un coup de pied bien senti, Nikkou repoussa alors son ennemi, en prenant lui même quelques pas de distance avant de composer les mudras de la technique ancestrale du Clan à l’Éventail.

«  Katon : Gôkyakyû »

La boule de feu soufflée des lèvres du jeune Uchiha embrassa alors le champ de bataille de ses lueurs infernales. A si courte portée l’un de l’autre, son ennemi n’avait que peu de chance de l’éviter cette fois-ci. La boule de feu engouffra alors tout son champ de vision, enflammant l’espace des langues de feu.

Et Nikkou de profiter du bûcher incandescent pour opérer dans les ombres assassines. Alors que la boule de feu s’écrasait dans un torrent de flammes, le Ténébreux émergea de derrière le jutsu, révélant sa présence trop tard pour l’ennemi aveuglé. La lame de son Kunai traça alors un trait sec en direction de la gorge de son adversaire, tranchant sans vergogne les chairs d’un trait profond avant de reprendre l’assaut de coups précis et mortels.



Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Sam 20 Oct - 16:14
Tenez la porte !

Au coeur de la forêt, le Gardien d'Inari errait dans d'agréables songes.... jusqu'à ce que la mort et la destruction pleuvent sur lui.
Les sphères de vide invoquées par la Prêtresse des Vents de l'Empire déchiquetèrent ses chairs, brisant l'illusion onirique dans une terrible trahison.

Le pauvre samouraï qui avait immobilisé l'homme-singe de ses dernières forces pour faciliter encore la visée de sa soi-disant alliée trépassa sous la violence de l'assaut.
A la grande suprise de la moniale autoproclamée, le titan des forêts se redressa malgré ses horribles blessures. Elle pensait réellement pouvoir l'occire avec cette combinaison d'assauts qui avait bien sapée ses forces mystiques.

L'homme-bête rugit de haine, une véritable onde de terreur et de mort frappant alors la tetsujin et l'empêchant de bouger, tétanisé par la peur du fauve d'Inari.
Le monstre simiesque se rua vers elle, traînant le cadavre du valeureux samouraï qui avait donné sa vie pour l'Empire pour s'en servir comme d'une immonde massue.
Le fauve shinobi voulu broyer la petite femme tremblante mais quand il porta la main pour se saisir de la fausse-prêtresse, son corps explosa en une myriade de pétales rosâtres qui lui bouchèrent la vue et l'empêchèrent même de respirer, semblant même le dévorer.

Profitant de l'instant de répit accordé par sa technique d'évasion, la mystique de l'Empire escalada promptement un des arbres si opportunément crée par le Senju afin de se dissimuler dans le feuillage.
Pas question d'affronter cette brute au corps à corps !
Son chakra s'amenuisait et elle devait éliminer ce ninja-singe qui avait été capable de triompher aisément d'un des capitaines de Tetsu.

Elle sourit vicieusement : cela faisait un moment qu'elle ne s'était pas battus sérieusement. Harceler les défenseurs n'avait guère été très passionnant. Surtout qu'elle devait enrober ses techniques par des "prières" et autre démonstration de piété bien éloigné du ninjutsu pour épargner la susceptibilité de la troupailles de Tetsu.
Ce combat était délicieux, même si il avait coûté la vie à un amant vigoureux et ayant une bonne position sociale dans l'Empire.
Les deux combattants avaient des styles complètement opposés : illusions et manipulation contre force brute et rage primale.

Bon, la première chose à faire face à pareille brute était d'ajouter un peu plus de confusion au combat. Si elle l'attaquait directement à coup de jutsu puissant, l'homme singe pourrait sans doute la localiser. Donc : la sécurité avant tout.
"Kasumi Jusha !" murmura-t-elle du haut de son arbre, en signant promptement quelques mudra.
Le sous-bois se remplit alors de copies de la splendide jeune femme, sortant du sol, des fourrées, voire des troncs pour encercler Maho et se ruer sur lui, lame au poing.
Passant sa langue sur ces lèvres, elle lança un kunaï en se synchronisant avec une des illusions qui assaillir l'homme-bête.
Cela ne lui ferait sans doute pas grand mal, mais ajouterait à la confusion et le ferait douter de la réalité de clones...


Au milieu du camp d'archer ravagé, Nikkou concluait (espérait-il) son duel avec le tireur d'élite de l'Empire.
La vivacité de celui-ci parvint même à surprendre le légendaire sharingan.
L'Uchiha à la fierté blessée subit une véritable tornade de flèches renforcées par le chakra qui transformèrent son corps en tête d'épingle.
Malgré tout, le dojutsu mythique, la rapidité et la rouerie du shinobi de Konoha lui permirent d'éviter des blessures mortelles aux points vitaux.
Voyant que son adversaire usait de tous ces talents martiaux, il savait que la fin du combat était proche.

Lorsque l'archer expédia une flèche supplémentaire pour, espérait-il, terminer le ninja blessée, l'Uchiha disparut, remplacé par une souche.
Prenant par surprise l'archer, il lui expédia un coup de kunai dans les côtes après avoir tranché la corde de son arc.
Le tireur d'élite était vif, mais pas assez pour esquiver l'assaut : il grogna de douleur en réfléchissant à toutes vitesse. Ses forces s’amenuisaient et l'impudent l'avait privé de son arc !

N'étant pas un spécialiste du corps à corps l'archer ne put empêcher l'Uchiha de s'écarter du corps à corps  composer quelques mudra avant de lui cracher dessus une boule de feu, alors que lui même avaler une pilule de soldat, un stimulant qu'avait les gradés comme lui pour cette mission d'importance.
Hurlant de douleur, le tetsujin se roula au sol pour éteindre les flammes qui le dévoraient dans la boue détrempée du champ de bataille. L'atmosphère se remplit de l'odeur détestable de la chair brûlée.
Il se redressa tant bien que mal, meurtris, sa chair boursouflée et fumante, ses vêtements en lambeaux calciné et la haine plein les yeux au milieu d'une face désormais crevassée et affreusement mutilée.
Il était peut être un tireur d'élite de l'Empire, mais il n'en restait pas moins un samouraï de l'Empire. Pas question de fléchir ou d'abandonner !

Puisant dans ses dernières forces, il brandit un tantô, une arme de secours dont il n'avait plus fait usage depuis bien des années...
L'archer puisa dans ces ultimes forces : l'Uchiha l'avait brûlé et défiguré ! Il devait lui rendre la pareille ou mourir en essayant !
Il concentra son Ki et sa lame s'échauffa brutalement malgré la pluie battante.

Bien évidemment, malgré son courage et sa détermination haineuse, le tetsujin ne put rien faire contre le légendaire sharingan : Nikkou se rua vers lui à nouveau, manquant de peu de le décapiter.
Mais les chairs boursouflées encore grésillantes du tireur d'élite trompèrent le shinobi, qui ne put assurer un coup mortel.
Aussitôt, l'ex-archer saisit sa chance.
"Omotegiri !" brailla-t-il, abattant violemment sa lame ardente sur le konohajin.
S'il ne le terrassait pas avec cette attaque désespéré, le tireur d'élite doutait de s'en sortir...


L'espionne de Suna décida que la protection de la porte de Baransu était plus importante que les duels mortifères qu'elle ressentait dans la forêt.
Après tout ses "alliés" étaient grands et pouvaient sans doute se débrouiller seuls ! La mission avant tout !
Elle se glissa donc au travers des bois pour rejoindre les assaillants de Tetsu qui se regroupaient après avoir traversé la forêt maudite invoquée par Konoha.

Trompant les samouraïs, l'assassin du désert localisa sa cible : un homme âgé, un plutôt bedonnant.
Celui-ci se montra plus méfiant que son escorte (trois samouraïs en armure lourde mais dont la jeune femme ne décelait pas de chakra menaçant). Il suivait visiblement des ordres précis, un plan concoté à l'avance pour faire tomber Baransu et était assez roué pour pouvoir improviser de lui-même.
Pourquoi le général lui enverrait un jeune messager au travers tout le champ de batailles ?

Mais il s'y soupçonna la duperie et fut assez prompt pour éviter un coup mortel malgré la surprise, le kunaï empoisonnée de la tueuse des sables mordit cruellement ses chairs adipeuses, vu qu'il ne portait pas de véritable armure, juste une tenue d'ashigaru qui le faisait passer pour un banal porteur.

Le vieil artificier réagit avec la vitesse d'un serpent : tirant sa manche, il révéla un mécanisme de propulsion et expédia un expédia aussitôt une volée de petits senbon sur la sunajin avant qu'elle n'ai pu disparaître dans la fumée. Ageha savait que par chance, les projectiles n'étaient pas empoisonnés.
"Imbéciles ! Courrez-lui après !" beugla-t-il à ses sbires médusés, alors que la jeune femme se fondait déjà dans l'épais nuage de fumée.
Le coup n'était pas mortel, mais l'artificier se sentait étonnamment fébrile. Le froid de la pluie constante qui balayait Baransu semblait soudain plus pénétrant. L'univers semblait perdre peu à peu de sa couleur, de sa saveur... Du poison ?

Ageha était une maîtresse de l'infiltration : jamais les malheureux qui se jetèrent à sa poursuite dans la brume (qui ne semblait en fait pas être toxique : cela ne devait être qu'un fumigène pour empêcher l'artificier de se faire larder de flèches par les défenseurs) ne pourrait la trouver ou la toucher.
Les samouraïs de l'escorte agitaient vainement leur katana, sans pouvoir mettre la même sur la jeune femme, ou même simplement l'apercevoir.
Elle aurait sans doute put aisément les éliminer un par un, mais ça cible était leur maître.
La sunajin ressentit toutefois un certain malaise : avec le bruit, les Chûritsu en haut des remparts n'auraient-ils pas dû tirer, même au juger ? Ou faire pleuvoir rocs ou huile bouillante ? Mais là, rien... Il fallait vraiment tout faire soi-même !

La jeune femme jaillit à nouveau de la fumée pour tenter d'occire le maître des explosifs. Celui-ci était visiblement en train de se préparer en... buvant un coup ?
L'adipeux tetsujin terminait une cruche en terre cuite.
L'occasion était belle, aussi la jeune fille fusa vers le vieil homme pour le larder d'un autre coup de kunai. Surpris, il ne put se défendre efficacement, mais à ses yeux porcins dardait sur elle, la kunoichi du désert sentit qu'il avait un plan.

L'artificier grogna de douleur alors que la lame lui infligeait une sale blessure, mais il ne tomba pas : il s'était douté que la ninja reviendrait pour essayer de finir le travail.
Ses joues gonflèrent comme celle d'un immonde crapaud et il cracha aussitôt une pluie d'huile enflammée.
"Katon : Endan !" siffla-t-il entre ses dents, prenant par surprise la jeune fille engagé au corps à corps par sa vitesse : il n'avait pas composé le moindre mudra !

Ageha claqua aussitôt au sol sa fiole de poison, pour répandre un nuage méphitique afin de couvrir sa fuite... Si elle arrivait à échapper au jaillissement d'huile enflammée.
Touché par le nuage, l'artificier toussa bruyamment, ses poumons rongés par le vil poison. Il n'était pas prêt de recracher du feu !
Blessée et tremblant, il commença à reculer, miaulant faiblement pour ameuter son escorte.

C'est alors que l'étrange lueur du gigantesque sceau d'Uzushio qui perçait la brume s'affadit, puis disparut totalement.
La sunajin entendit soudain des cris dans le brouillard, en provenance des murailles.
Quelques secondes après, un puissant cor retentit au loin, derrière la forêt nouvellement formée, bientôt suivit par moult autres.
La terre se mit alors à vibrer, puis même à trembler : la cavalerie de l'Empire se mettait en marche.
Le général de Tetsu avait sonné la charge et se joignait à la bataille.



Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.






Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 91
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 381
Expérience:
208/500  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Dim 21 Oct - 15:07
Ageha n’aimait pas ça. Elle n’était pas faite pour les combats ouverts comme ça. Mais à la guerre comme à la guerre, disait-on. Elle n’avait jamais compris ce que cela voulait dire. Elle pouvait conceptualiser que lors d’un conflit, les ressources et moyens étaient très souvent limités et il fallait faire avec le peu de moyens disponibles. Donc, en cas de situations critiques, il fallait faire avec ce qui restait disponible et ne pas compter sur une aide extérieure. Certes. Mais la guerre était leur pain quotidien, donc l’adaptation devrait être leur maître mot. A quoi donc bon se résigner de ne pas pouvoir y faire, alors que le but de leur existence était de pouvoir y faire ?

La jeune femme délaissa complètement les trois hommes en armure, si ce n’était qu’elle gardait un œil sur eux. Ils pouvaient la toucher et la tuer, mais ils ne présentaient aucune menace pour la cité à l’heure actuelle. Peut-être devrait-elle les tuer à la fin, car s’ils regagnaient le gros des troupes, alors cela voudrait dire trois paires de bras pour brandir un katana ou une lance. Ageha, de tout temps, détestait l’attaque. Elle était une pro de la défense, et de retourner les armes de l’autre contre lui-même. Aussi savoir dès à présent qu’elle devrait sûrement mettre fin aux jours de trois humains qui étaient sûrement des pères de famille, et qui n’avaient qu’obéi aux ordres la dérangeait.

Si elle semblait se perdre en pensées inutiles, c’était pour mieux chasser la douleur cuisante dans son arrière-train, où, disgrâce parmi les disgrâces, l’artificier avait réussi à planter ses aiguilles. Ageha étant un modèle réduit, elle n’avait que peu de gras, et bien que les outils ne furent pas empoisonnés, elle sentait leur morsure. Et puis, c’était ce petit morceau d’orgueil qui souffrait le plus. Elle n’irait pas jusqu’à dire préférer avoir pris le coup dans l’épaule, mais franchement ? Comment expliquer ça à Kayaba-san sans que le blond s’étouffât de rire au récit ? Non, elle ne voyait pas.

Pour le moment, la stratégie d’Ageha semblait fonctionner. L’artificier, tout maître du chackra qu’il était, ne semblait pas équiper pour faire face à ces attaques de guêpes. La fumée qu’il avait lui-même répandu se drapait autour de la shinobi comme la toge d’un dieu ancien, un dieu aux sombres présages, sillage de mort. Elle s’était adaptée aux conditions et les avaient retournées à son avantage. Et l’attaque de souffle embrasé n’allait pas diminuer ceci. La chaleur provoquait des courants d’air qui, s’ils dissipaient la fumée au sol, la faisait monter. Cette fois, les remparts allaient voir d’où était venue cette attaque, ou du moins l’espérait-elle.

Le moment du jugement dernier était venu. Pour l’homme. Ageha était une enfant-soldat, entraînée depuis sa plus tendre enfance à manier les armes et les concepts philosophiques de mort et de sacrifice. Elle aimait Suna, plus que tout. C’était sa maison, son foyer. La vie y était peut-être dure, mais c’était SA vie. Et si Baransu tombait, alors le monde ninja était en danger. Sans parler qu’elle ressentait déjà une empathie certaine pour les habitants civils de cette ville, qui n’avaient rien demander à personne. Si elle pouvait leur épargner une souffrance, n’importe laquelle, alors elle mettait sa vie en jeu. Ageha doutait fortement que son adversaire avait la même abnégation pour l’Empire Tetsu.
Aussi, lorsque la boule de feu éclata devant elle, Ageha prit une décision en une seconde, au point qu’elle agit presque par instinct : ne pas reculer, et avancer. Au diable les souffrances ! Elle était née pour ça. Si elle amenait son adversaire aux portes du puits des âmes, alors elle n’aurait pas failli. Mettant tout juste ses bras en croix devant elle pour protéger ses yeux, la kunoichi se jeta dans le feu. Adieu cheveux et sourcils, habits et déguisement. Adieu, ennemi anonyme. Tu t’es bien battu, mais Suna gagne toujours au jeu du plus con.
Continuant sur sa lancée sans presque pas ralentir, Ageha surgit devant sa cible et lui enfonça un senbon au niveau des oreilles, visant le cerveau. Un coup net, précis, qu’elle pratiquait depuis des années, avec juste ce qu’il fallait de force pour franchir les os et les cartilages sans briser son arme.  Puis, délaissant son ennemi qu’elle espérait agonisant, la genin se précipita sur le chariot de l’artificier. Elle était en feu, n’est-ce pas ? Elle s’adaptait et retournait les situations à son avantage, n’est-ce pas ? Ben voilà. Cracher du feu à côté d’un paquet de choses explosives n’était pas une bonne idée. Se jeter dessus en forme torche humaine non plus, mais Ageha savait parfaitement que même si elle arrivait à se défaire de l’artificier ET des TROIS samouraïs, elle resterait avec ses explosifs sont les bras. Elle n’aurait pas la force de les porter jusqu’à Baransu, où les défenseurs pourraient en faire usage. Non, il était plus que probable que les munitions retomberaient entre les mains de l’Empire. Alors, tout ça, pour ça ? Non merci.

Surtout qu’elle n’avait pas envie de mourir. S’il le fallait, elle le ferait, mais bon…
- « JE VAIS TOUT FAIRE SAUTER !!! » hurla-t-elle alors qu’elle continuait sa course enflammée. « FUYEZ PAUVRES CRETINS !! » Ce n’était pas gentil, mais Ageha n’était pas gentille ; elle était une shinobi qu’on avait forcé à venir dans un trou perdu où elle ne voulait pas venir, pleins de gens bizarres et l’Empire avait été assez stupide pour penser qu’attaquer une ville plein de ninjas était un bon plan. Comment dire ?
Elle sauta donc sur le premier objet qu’elle attrapa, sac, tonnelet et se roula dessus, tentant de transmettre les flammes, tout en éteignant les siennes, tout en se préparant à battre le record du 100 mètres haies/racines pour sauver ce qu’il lui restait de peau. C’était les bases de son entraînement : vitesse et agilité. Pas besoin de technique pour ça, juste du chakra, beaucoup de chakra.

Et si ça sautait, alors les défenseurs sur les remparts seraient bons pour économiser leurs flèches, non?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 137
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 351
Expérience:
411/2000  (411/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Le papillon dansait merveilleusement entre les griffes du singe. Alors que l'Onryou s'apprêtait à aplatir son opposante, une myriade de pétales de fleurs vinrent lui faire un baiser. Les lèvres végétales lui coupèrent le souffle, l'aveuglant tandis qu'elles picotaient sa chair. Encore une fois la belle dompta la bête, déployant des astuces aussi pitoyables qu'efficaces. Le Gardien partageait beaucoup avec les shinobis, la malice n'en faisait hélas pas partie. Lorsque le cadavre heurta bruyamment le sol, il jura intérieurement, encore une fois trompé, mais pas encore vaincu!

Lâchant sa massue morbide, Maho refoula quelque peu sa rage, conscient que cet énigme ne saurait être écrasée par la force brute. Déjà la demoiselle tissait de nouveau une toile mensongère, se multipliant en bactérie humaine pour envahir la forêt. Pauvre chose, elle avait bien mal choisi son partenaire pour jouer au chat et à la souris. Tenant fermement son bâton, l'homme-singe prit une profonde inspiration, ôtant un des verrous de sa bestialité pour aiguiser ses sens. Encore une fois, la forêt devint un livre ouvert, le prédateur déployant son ouïe.
La souris pensait pouvoir se cacher mais désormais, ses pas avaient discrétion de l'ours, sa respiration le bruit de l'orage. Un simple roulis de bâton permit à l'enfant d'Inari de chasser la lame volante. D'un bond aussi inattendu que majestueux il s'élança au travers des clones, ignorant l'armée fantôme pour déchaîner son arme sur l’illusionniste. Elle pouvait tromper sa vue, mais l'ouïe du singe l'avait repérée, et le premier coup de bâton fut rapidement suivit par un autre, puis un autre, l'assaillant déchargeant sa rancœur de ce funeste jeux de tambour.

Il espérait vraiment l'avoir touchée cette fois, et dans le cas contraire, il l'aurait poursuivie, bien décidé à fracasser quelques os de ce joli minois. D'ailleurs à peine eut-il fini sa danse martiale, l'homme-singe attrapa de sa main libre l'entièreté de cette face tant haïe, fracassant sa prise contre le sol, bien décidé à ne pas la laisser partir.
Ses yeux luisaient de rage, tandis qu'un sourire malsain déformait son visage. On disait que la colère ne faisait pas ressortir le meilleur de nous même, cela était sans doute fois. Toutefois il fallait avouer qu'il n'y avait que l'ire pour transformer ainsi le Gardien en quelque chose de surhumain. Son manteau bestial dégageait certes laideur et cruauté, mais il y avait également de la majesté, et une formidable aura de puissance dans l'expression brutale de sa rage. Tout comme le rugissement du lion, la hargne du singe intimait le respect.



lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 116
Date d'inscription : 16/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
608/1200  (608/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Au moment de trancher la gorge de l’archer, l’épaule de Nikkou l’élança d’une douleur vive et l’arc tracé de son Kunaï s’amenuisa. L’évasion ne lui avait permis que d’éviter une flèche perdue de l’octette précédente, le laissant à la merci de la flèche assassine qui avait transpercé de bord en bord son épaule. Seule l’adrénaline de l’enchainement subséquent avait pu masquer un bref moment les dégâts occasionnés par la flèche incisive.

Le coup assassin perdant son aplomb sous la douleur, le Uchiha déchira les chairs brûlées de manière superficielle. Instantanément, il réalisa son erreur alors qu’il prenait conscience du manque de résistance du corps de l’ennemi. Trop tard, il n’avait pas atteint les cartilages de la gorge et il devait désormais composer avec la contre-attaque.

En alerte alors qu’il savait son coup déficient, les pupilles écarlates comprirent rapidement la prochaine action de son adversaire. Alors, le jeune Uchiha déploya les arts mystiques de son clan, profitant du dernier rapprochement avec son adversaire pour croiser son regard et déverser la puissance maudite de son Dojutsu.

Le contact visuel fut bref, presque imperceptible, mais le mal était fait. Le regard de Nikkou avait su altérer les sens de son ennemi, embrouillant de telle sorte son esprit pour qu’il soit incapable de percevoir la véritable distance des objets, la réalité désormais décalée ses perceptions. Afin de maintenir l’illusion, Nikkou fit bon escient des prédictions du Sharingan et sauta tout même à gauche au moment où son ennemi frappa pour éviter de dévoiler la supercherie.

La lame s’enfonça dans le vide à plus d’un mètre de distance de Nikkou, laissant pourtant son ennemi croire que l’esquive tardive du jeune Uchiha avait suffi pour l’épargner. Les sens mystiques du Uchiha aux aguets, il en profita pour détailler avec toute la finesse de son Dojutsu les mouvements de son adversaire, les enregistrant avec une minutie inégalée.

Profitant du moment de choc causé par les perceptions altérées de son ennemi, le Ninja ramassa sur le sol un tanto similaire à celui de son adversaire sur le corps d’un des archers ayant succombé à sa première attaque. Et pour énième fois, il fonça alors vers son ennemi pour prendre finalement sa revanche.

 
«  Omotegiri »

À la surprise de son ennemi, le Uchiha abattu alors le sabre dans l’exacte réplique des mouvements précédents. Le coup de sabre traça un large trait au devant du corps de son ennemi, visant une nouvelle fois la gorge boursoufflée déjà entaillée, pour la trancher une fois pour toute. Le coup porté vers l'avant semblait pourtant provenir de la gauche pour l'archer encore sous l'influence du Genjutsu, ne laissant pas présager que le coup sa trachée.

Le Uchiha profita du Genjutsu subtil qu’il avait lancé pour coordonner la fin du combat et asséna de nouveaux coups de son Tanto au corps meurtri de son ennemi. Aidé des précieuses pupilles du clan Uchiha, il ne laissa aucun de répit à l’ennemi et frappa de coups vils et précis, misant sur sa vitesse pour en finir avec l’impie. Il en profita au passage pour découper la pochette où ses pupilles espiègles avaient aperçu la main de son ennemi plonger avant d’avaler une substance qui l’avait enhardi.

Les pupilles rouges prirent alors une teinte incandescente dans la noirceur qui reprenait subitement ses droits. La lueur bleue d’Uzu s’était fanée et Nikkou comprit alors qu’il avait prêché d’orgueil en allant sur le champ de bataille et en délaissant les remparts. Il devait retourner protéger les remparts.
En guise d’adieu, le Uchiha planta alors son tanto dans le pied de son ennemi encore confus par ses perceptions distordues pour le clouer sur place avant de plonger pour ramasser l’objet tombé au sol et fuser en direction des remparts à une vitesse qui étirait les blessures de guerre laissées par son ennemi.  

Ninja du Pays du Feu, Nikkou se mouvait avec aisance et rapidité dans la forêt invoquée par son allié, profitant de son couvert pour éviter les regards espiègles ou toute autre attention non sollicitée. Une fois aux abords des murailles, rapidement il perçut des cris qui déchirèrent le brouillard. Gardant la cadence, il fixa alors son regard perçant sur la structure défensive, tentant d’apercevoir l’origine des cris et sans ralentir le pas, Nikkou escala alors les remparts en s’orientant par les mouvements décelés dans les volutes du brouillard mystique qui couvrait Baransu depuis maintenant des jours.

Récapitulatif combat:
 
   
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Lun 5 Nov - 17:40
Tenez la porte !

Forte de ses renseignements, l'espionne de Suna avait anticipé l'une des plus viles menaces de l'armée de Tetsu.
Si ça se trouvait, l'énorme bélier improvisé, avec son allure menaçante et son... rentre-dedans évident n'avait été qu'une diversion.
Tetsu comptait visiblement faire sauter l'obstacle qui maintenait leur armée innombrable hors des murs de la cité !

La jeune fille, plus habituée à l'infiltration et la discrétion prit alors une courageuse décision et se rua à l'attaque.
Les trois samouraïs de l'escorte de l'expert en explosifs n'était pas dangereuse : la lourde fumée qu'ils avaient rependus pour ses protéger des flèches des défenseurs se retournait contre eux.
Cependant, sous l'assaut des éléments, ce nuage de gaz artificiel commençait à se dissiper. Déjà, on pouvait de nouveau distinguer la forme des remparts, voire les silhouettes des guerriers perdues dans les brumes...
Bientôt, il n'en resterait plus rien

Ageha engagea donc au plus vite un duel contre le vieillard adipeux qu'elle avait empoisonné, se jetant même dans la boule d'huile enflammée que le triste sire lui cracha dessus.
Vive comme un serpent, la kunoichi de désert frappa l'artificier en serrant les dents sous la douleur.
Le coup porta, surprenant le vieil homme. Hélas, sa vitesse égalait celle de l'espionne des sables. Il tourna la tête au dernier instant, évitant le coup mortel. Le senbon se planta néanmoins douloureusement dans ses joues verruqueuses.
Il grogna de douleur, maudissant la kunoichi, mais Ageha n'était déjà plus là, se ruant vers le chariot d'explosifs qu'avait trimbalé la troupe.

Se roulant au milieu des jarres et des tonnelets de poudre au risque d'être elle-même réduite en charpie, Ageha réussit à déverser un peu d'huile enflammée sur le chariot, qui s'embrasa aussitôt malgré la pluie.
Elle croisa alors le regard mauvais de l'artificier, hélas encore en vie et plus que furibard.
"A moi mes braves ! Pour Tetsu" beugla-t-il en réponse aux menaces de la jeune fille avant de partir dans une quinte de toux douloureuse. "La ninja à allumer la mèche ! Poussez le chariot contre la porte ! Pour le shogun !"

Immédiatement et faisant honneur au courage et à l'abnégation (voir à une certaine propension au suicide) des leurs, les trois samouraïs se ruèrent vers la carriole embrasée qui crépitait de plus en plus.
Négligeant les flammes et la peur, ils se mirent à pousser le chariot plein d'explosifs en direction des remparts, prêt à donner leur vie pour leur mission.
"Tetsu vaincra ! Morts aux ninjas et à leurs laquais !" beugla à nouveau le vieillard adipeux pour motiver ses troupes suicidaires. Et lui-même.

Lui, bien évidemment, s'était prudemment écarté et arracha le senbon que lui avait planté Ageha dans ses bajoues.
Il allait perdre pas mal d'équipement et des hommes, mais cela n'était rien face à la victoire.  Il ne se sentait pas bien : non seulement il avait du mal à respirer, mais on aurait dit que ses forces vives l'abandonnaient... Sans doute du poison. Maudite garce !

"Je m'occupe de la péronnelle !" grinça-t-il en écartant les bras et en crachant pour chasser le goût horrible du poison et de l'huile qu'il avait vomit. "Tu aimes les aiguilles et les couteaux, hein ? Et bien en voilà ! Shinku Enbu  !"
Il écarta d'un geste les pans de sa cape de pluie, révélant moult petits couteaux semblables à des kunai. Immédiatement, il expédia un véritable déluge de lames en direction de la kunoichi.
La pluie d'acier avait pour but de repousser la sunajin, le temps que les trois sacrifiés poussent le chariot enflammés jusqu'à la porte.

Dans la forêt à peine née, un homme-singe se battait plein de hargne, sa haine attisée par les multiples tromperies de son adversaire.
Ses sens animaux l'avertirent du sifflement d'un kunaï visant un point vital, qu'il para de son imposant bâton de combat.
L'attaque avortée lui permit de localisé la traîtresse : elle n'était pas au milieu de ces doubles, qui devaient être illusoire, vu le peu de bruit qu'ils produisaient en se battant dans la boue.

L'homme bête bondit instantanément, écume aux lèvres et bien décidé à faire payer celle qui avait osé jouer avec son esprit et ses envies.
La Prêtresse des Vents essaya bien de dresser une vaine barrière de kunai, mais les coups de Gardien d'Inari étaient bien trop prompts. Divers clones quasiment sans substance tentèrent de s'interposer inutilement, se faisant hacher menue par la furie du fauve.
Attaquant de milles angles différents, l'homme-singe rossa copieusement la donzelle, déchirant son kimono blanc qui s'ourla de sang et de boue, alors qu'il l'expédiait à terre. Maho eut la douce satisfaction d'entendre craquer des os.

Elle était à sa merci, saignant et gémissant dans la boue, son corps magnifiques broyé par la puissance du ninja bestial.
Emplit de fureur, Maho voulu en finir et lui broyer le visage de sa poigne de gorille quand il croisa son regard sombre  emplit de douleur et affolée... Mais tout aussi haineux et déterminé que le sien.
"Magen Jyubakusatsu !" siffla La prêtresse  entre ses dents, signant un geste alors que la bête tentait de l'empoigner.
Le poing rageur de Maho se referma sur le vide.
Soudain, le sol explosa, des racines boueuses en jaillissant pour enserrer le fauve d'Inari. Un véritable arbre essayait de l'entraver de ses branches et sa force ne pouvait lutter contre la puissance de la Nature elle-même.
Traîtrise ! Le Senju de Konoha s'était-il retourné contre eux ?

De sa position, Maho peut aussi voir charger plusieurs cavaliers en armure au travers des bois. Heureusement, aucun d'entre eux ne l'avait vu pour l'instant.
L'armée du fer s'était finalement ébranlée. Des cors de guerre raisonnaient partout dans les bois, martyrisant l'ouïe affûtée de l'homme-singe.
Mais celui lui permit aussi de localiser le meneur de cet assaut, qui fonçait avec son escorte en direction de la porte...

Sur une petite butte qui avait servie de position avancée à un détachement d'archers de l'Empire du Fer et qui maintenant n'était plus qu'un champ de batailles dévasté, un duel se concluait.
Le tireur d'élite de Tetsu, privé de son arme de prédilection, tenta un ultime assaut pour se défaire du Uchiha.
Mais las, les légendaires pupilles écarlates et l'art de la tromperie du ninja de Konoha ruinèrent ses efforts.
Pour ajouter à l'humiliation, Nikkou retourna contre le tetsujin sa propre attaque, un classique du clan à l'éventail.

L'assaut surprise blessa cruellement le soldat de l'Empire, mais poussant un cri de guerre, il repartit néanmoins à l'assaut de l'Uchiha.
Hélas, si le tetsujin s'était avéré un combattant à l'arc redoutable, il en allait autrement épée à la main, surtout face au mythique sharingan. Il avait tout donné lors de ses assauts précédents et malgré une vaillance sans faille, la lame du konohajin fini par trouver un chemin vers son cœur.
De la besace lacéré par les coups de l'Uchiha ne tomba plus que quelques rations de pains et un médaillon, abritant sans doute le portrait d'une femme aimée.

Devant la défaite de leur chef, ce fut la panique chez les survivants de la troupe d'archers. Ils n'étaient pas samouraï, la majorité d'entre-eux étant des ashigaru. Et parmi eux, la plupart étaient jeunes et n'avait jamais affronté face à face l'ennemi honnis. Ce dernier se matérialisait à présent sous la forme d'un démon aux yeux sanglants, domptant les éléments et se riant des attaques les plus puissantes de leur chef d'escadron.
Ce fut la débandade, même si quelques courageux (ou suicidaires) rêvant de gloire ou trop endoctrinés pour ressentir pleinement la terreur bandèrent mollement leur arc et expédièrent maladroitement des flèches sur le ninja.

Nikkou et ses yeux de braises ardentes se pouvaient être inquiétés par une contre-attaque aussi peu appuyée de la part des tetsujin.
Le shinobi, sa sainte vengeance enfin assouvie, s'inquiéta pour la porte et les remparts. De la fumée épaisse s'en était élevé.
Il s'élança donc en direction des murailles avec toute sa vitesse de ninja plutôt que de poursuivre les débris apeurés du bataillon d'archers.

En chemin, le shinobi du clan à l'éventail vit disparaître le symbole d'Uzushio, signe que le Fuinjutsu protecteur avait été brisé.
Arrivé sur les remparts, il ne fut pas long pour qu'il découvre quelques Chûritsu proprement égorgés et moult autres défenseurs paniqués. Tout ceci ne pouvait signifier qu'une chose : les murs avaient été infiltrés par un ou des assassins de Tetsu. Bien des forteresses étaient tombées ainsi, de l'intérieur.
La brume maléfique diminuait l'utilité de son dôjutsu légendaire, mais ce n'était pas ça qui allait faire reculer un ninja de Konoha.

En tout cas, les égorgeurs de l'Empire n'avaient pour l'instant pas réussir à ouvrir les portes scellés. Ils s'étaient contenté de semer la panique et de désactiver la protection mystique (et volée) que l'Uchiha avait mis en place. Donc, ils ne devaient pas être très nombreux.
En contrebas, alors que la fumée commençait à se dissiper, Nikkou remarqua les lueurs oranges d'un feu.
Des torches ? Un incendie ? Celui-ci semblait avancer vers les lourdes portes de Baransu au travers du brouillard.
Mais ce n'était pas tout. Des cornes de guerre claironnaient dans les bois invoqués par le Senju et des bruits de cavalcades se faisaient entendre.
L'assaut final de Tetsu approchait !

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 91
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 381
Expérience:
208/500  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Bien sûr. Elle n’avait pas vraiment eu de réelle chance de tuer son adversaire. Elle n’était qu’une chuunin, et pas des plus dégourdies, face à un expert en son domaine. On n’envoyait pas un homme seul avec un chariot et uniquement trois gardes-du-corps, s’il était un clampin. Il était donc très dangereux, et il aurait fallu un gros malentendu pour qu’elle réussît à le tuer du premier coup.

Le souci, c’était qu’elle n’avait pas un second coup. Ageha était un shortgun. Maintenant que la fumée se dissipait, elle avait perdu 80 % de sa force de frappe, et sans la possibilité de se dissimuler, elle était ouvertement faible. C’était flagrant, visible à l’oeil nu, d’autant plus qu’elle ne cherchait pas à le cacher. Ageha avait une mission, et au diable les apparences. Elle était encore en train de brûler, à moitié, et vanité en cendre ne tuait personne, alors que ses senbons oui. Une abnégation qui égalait celle des samouraïs qui se savaient en train de risquer leur vie à pousser un chariot rempli d’explosifs. A tout moment le chargement pouvait s’enflammer, et leur arracher la vie… et leur identité. En mangeant leur chair au-delà du reconnaissable, le feu emporterait leur différence, faisant de trois personnes un seul et unique amalgame, unis dans l’éternité et l’anonymat.

Ageha n’hésita pas. Elle fit demi-tour, abandonnant l’artificier à sa colère. Aussi son attaque de lames ne toucha pas intégralement la cible, puisque la jeune blonde avait utilisé sa vitesse ninja pour rejoindre les trois nouvelles menaces. Les kunais s’enfoncèrent dans son dos ou ses mollets, la ralentissant, lui arrachant un cri de douleur, mais elle repoussa tout cela au fond d’elle. Kayaba-san allait récupérer une belle larve traumatisée à la fin de cette « mission diplomatique », s’il ne récupérait jamais quelque chose.

Mais elle s’entêta. Mourir ici, ou dans cinq secondes, prise dans la déflagration, où était la différence ? Pour elle, aucune. Pour Baransu ? Tout. La différence entre le quasi-génocide d’une ville, et une vie de cauchemars pour les plus jeunes, c’était… Ageha. Le papillon de nuit. Seule, contre Fatalité.
Un combat des plus inégal s’il en était .

Elle sauta et tourbillonna sur elle-même, tentant d’offrir le moins de surface possible pour les armes de l’homme laissé derrière elle, et se jeta sur ses trois ennemis qui, tous de dos, offraient une cible parfaite. Ce n’était pas un assassinat, admirable dans sa précision, mais une mise à mort. Une fois, deux fois, trois fois, et autant de fois qu’elle le pouvait, la blonde abattit ses kunais dans le cou, sous l’aisselle, et tout autre point faible exposé à ses aiguilles, sur chacun des hommes. Ils devaient mourir, là, maintenant, sans que le chariot ne pût avancer d’un centimètre supplémentaire. Si elle devait mourir, elle mourrait. Mais elle ne tomberait pas seule.
Mais elle ne tomberait pas inutilement. Malgré tout, elle voulait survivre. Ne serait-ce que pour en finir avec son ennemi. Elle le garda à l’esprit, toujours, et fit appel à son éducation d’empoisonneur pour vérifier qu’elle ne souffrait « que » de plaies ouvertes.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 137
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 351
Expérience:
411/2000  (411/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


La différence entre un combattant expérimenté et un simple novice ne se situait pas simplement dans la maîtrise technique. L'homme rompu au combat apprenait l'importance d'un esprit clair, délaissant la force illusoire de la colère pour l'expertise du contrôle de soi. Malgré son tempérament de feu, le Gardien d'Inari savait fort bien à quel point sa propre rage pouvait l'aveugler... Pourtant le voila, s'adonnant tout entier au combat, vibrant d'une haine animale et stupide, brûlant de détruire cette vicieuse prêtresse. Un plaisir démoniaque avait envahi ses sens tandis qu'il la rouait de coup, vengeant l'image intolérable qu'elle avait immiscé dans son esprit : la trahison de Kameyo. Livré à sa bête intérieure, Maho se délectait de ce carnage, oubliant une leçon dont il avait, quelques instants plus tôt, douloureusement payé le prix.

Pour la seconde fois, sa main se referma dans le vide, la sorcière déployant encore une fois sa magie venimeuse pour tromper ses sens. Cette fois la nature elle-même lui prêta main forte, un arbre vigoureux venant emprisonner l'Onryou. Il avait beau se débattre, sa force sur-humaine restait impuissante, lui, qui d'ordinaire déracinait un arbre d'un simple mouvement de bâton. Il fallait l'avouer, cette vipère avait de la ressource. Pour un instant, le singe enragé fut mise au fer, l'immobilisme forcé ramenant un peu de clarté dans son esprit. La rage seule ne lui apportera pas la victoire! Il n'était ni le plus puissant, ni le plus rapide, ni même le plus robuste des Gardiens. Sa renommée il la devait à sa malice, à sa capacité de voir au-delà des limites. Profitant du temps de pause, notre anti-héros calmait son souffle, et rassembla ses idées.
Bien que mise à mal, son ouïe restait un merveilleux outil. La terre tremblait, un chaos de métal et de chair envahissait la forêt, symphonie morbide d'une guerre d'ambition. Pendant un moment, le Gardien songea à sa forêt, à ses enfants... Pourquoi encore risquait-il sa vie pour une contrée étrangère? Oui, le doute caressait son esprit, mais il fallait plus que cela pour le faire chavirer. Foutaises que tout cela, il n'avait jamais été lâche, cela ne commencerait pas aujourd’hui. Les vautours s'amassaient déjà autour de son cadavre, mais il ne comptait pas leur abandonner si aisément ses entrailles. Peu d'outils restaient à sa disposition : son corps, son arme, et le cadavre de son ancien ennemi.

La folie du combat avait finalement abandonné sa face, laissant à la place le malicieux sourire du singe. Maho savait ce qu'il avait à faire, et se donnant du courage, il accueillait avec plaisir la peine à venir.

Katsu

Les mots s'échappèrent de ses lèvres, déclenchant l'explosion du parchemin siégeant encore sur le cadavre du samouraï. Oui, ce dernier était bien trop proche, et déjà les flammes vinrent lécher sa peau, arrachant un râle douloureux à l'enfant d'Inari. L'huile traîtresse rongeant sa peau s'embrasa, le libérant du poison par une médecine morbide. Tout comme l'on ravivait un cheval chancelant par un coup de fouet, Maho retrouva ses esprits, chassant illusion et venin par la souffrance.
Sans doute la belle était surprise, et la suite n'en serait pas moins déroutante. Ayant surpassé sa rage, l'Onryou renoua avec les enjeux de la bataille. On pouvait penser qu'il fuyait, mais au contraire, le chasseur délaissait le louveteau pour se concentrer sur l'Alpha. D'un bond fulgurant il se lança dans les arbres. Cette forêt artificielle était loin d'égaler sa terre natale, mais il s'en accommodait parfaitement, exprimant des décennies d'acrobaties par sa formidable agilité. Il fendait l'air comme flèche, sautant d'arbre en arbre en oubliant toute notion de gravité. Sa musculature se faisait plus épaisse, sa pilosité augmentait, et encore une fois une queue de singe vint prolonger sa colonne. Dans cet état transcendant, au milieu de cette flore, Maho ne connaissait pas d'égal.

Si eux ne pouvaient le voir, lui savait parfaitement où se trouvait sa cible. Il n'était pas un brillant stratège, mais il avait suffisamment d'expériences de la guerre pour reconnaître les ordres d'un chef. Il aurait pu retourner à la porte, seulement ne serait-il pas plus utile ici? Pour sauver la ville de l’inondation, il fallait soit fortifier le barrage, soit stopper l'avancée des eaux. De par sa nature guerrière, le Gardien opta naturellement pour la seconde option.

Diable sylvestre, une chose mi-singe mi-homme s'extirpa des bois, plongeant en démon de la guerre dans la troupe de cavaliers. Déjà l'horreur se mettait à danser, agitant son outil de mort dans un ballet funeste, affrontant le dragon en face à face, bien décider à lui couper la tête.

lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 116
Date d'inscription : 16/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
608/1200  (608/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Arrivé sur les remparts, le regard de sang du Shinobi se porta en premier lieu sur les Churitsu tombés, égorgés par une vile lame de l’Empire au cœur même de leur sanctuaire. Pour se hisser ainsi au sommet des remparts et désactiver le Sceau de protection en place, il avait certainement fallu un maître de l’infiltration et de la dissimulation. L’Empire n’était donc pas seulement formée de loyaux Samouraï à la lourde armure, mais également d’assassins oeuvrant dans les ombres habituellement réservées aux Shinobi.  

Et face à cette nouvelle menace, la crainte de se faire occire par les ombres mouvantes trahissait désormais le comportement fébrile des archers. Pris de panique, ils étaient trop occupés à jeter un regard à gauche et à droite pour voir où se cachait leur ennemi, pour pouvoir attaquer les nouveaux samourais au bas de leurs murailles. L’ordre et l’enthousiasme soulevés par les exploits des quatre Shinobi avaient été remplacés par une panique généralisée.  

Tournant sur lui-même, Nikkou porta ensuite son attention sur le champ de bataille offert au regard paniqué des derniers défenseurs de Baransu, La situation ne payait effectivement pas de mine. Ils étaient aveuglés par les brumes désormais éparses qui ensevelissaient les remparts. Certainement une tactique de l’Empire pour dissimuler leur prochaine fourberie. Le Konoha-jin se rapprochant un bref instant des remparts, il tenta de scruter de son regard mystique l’ampleur de la menace ennemie.  

La fumée toujours présente commençait peu à peu à s’amenuiser, révélant seulement au regard scrutateur du Uchiha la présence de lueurs orangées…d’autant plus dangereuse compte tenu des armes employés jusqu’à présent par l’Empire. La présence de flammes alors que des bombes avaient déjà été employées par l’Empire ne pouvait  être qu’un indice d’une nouvelle menace bien plus conséquente.  

Et Nikkou ne pouvant pas prendre la chance que l’Empire ne révèle une nouvelle arme capable de faire tomber les Portes de la Cité, il composa aussitôt quelques mudras avant de souffler d’un ton plein d’assurance l’incantation nécessaire.  

« Fûton : Daitoppa »


Le souffle du jeune Uchiha forma un couloir de vent en direction des lueurs orangées qu’il avait aperçu en contrebas. La puissance vent invoqué suffisante pour balayer tout sur son passage écarta sans autre résistance la fumée déjà éparse, pour s’attaquer directement aux lueurs et leurs combustibles et les repousser de son souffle dantesque, le retournant aux lieux d’origine du combat où il avait été allumé.  

« Défenseurs de Baransu, reprenez vos positions! Les archers sont désormais hors d’état de nuire et la fumée maintenant dispersée, il n’existe plus aucun obstacle à vos tirs.  Vous entendez les cors de guerre ennemis? Il est désormais de votre ressort d’arrêter leur avancée. »


D’une voix forte, le jeune Uchiha s’était prononcé afin de remettre de l’ordre dans les rangs de Baransu et alors que les Churitsu reprenaient leur position et visaient les ennemis. Désormais, il lui fallait reporter son attention sur la présente situation afin d’éviter que d’autres Ashigaru ne perdent la vie sans moyen de se défendre contre les assassins de l’Empire.  

« L’un de vous a-t-il la moindre information sur les attaques précédentes? Laissez-moi m’occuper du vil serpent qui s’est frayé un chemin jusqu’ici et je vengerai vos frères tombés au combat. »


Alors qu’il circulait sur les remparts, Nikkou ressassait les brides d’informations qu’il avait sur la situation. Le plus important était la disparation du Sceau protégeant la Porte, protection supplémentaire contre les assauts de l’Empire. Quelques Ashigaru étaient également tombés, sans qu’il ne puisse qualifier la situation d’attaque de masse. Plus probablement, il s’agissait des Ashigaru sur le chemin des assassins. La mission première des intrus devait donc d’ouvrir les Portes pour l’assaut des troupes.  Et il revenait à Nikkou d’empêcher que les portes ne soient grandes ouvertes avant l’arrivée de l’ennemi.

Le regard sanglant du Sharingan s’intéressa alors aux ombres éparses répandues sur les Remparts, Nikkou cherchant sans vergogne la moindre présence d’un ennemi. Le Konohajin mettait à profit tous ses sens mystiques pour suivre les traces de sang laissés par le passage de l’ennemi.

Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Naoshige
Chef du Clan Senju
Messages : 19
Date d'inscription : 24/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 89
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Vainqueur d'un échange aussi intense qu'expéditif, le Senju se voyait déjà repartir en direction des remparts une fois la menace repoussée, mais ce n'était sans compter sur l'acharnement dont faisait preuve du soldat qui venait de tâter de son instrument létal. Un écran de fumée fit son apparition, annonçant la prochaine tentative d'entrave visant celui qui se voyait peut-être bien trop beau à cet instant, au point de ne pouvoir anticiper le subterfuge né de la malice de celle qu'il pensait être en mesure de semer. Le Senju s'extirpa sans tarder de cette purée de pois, mais le mal fut déjà répandue en lui sans qu'il en prenne conscience. Une douleur se propagea dans l'ensemble son être, déformant quelque peu son visage auparavant neutre. Prenant appui sur les différentes branches qui jonchaient l'espace naturel, qui leur servait de champs de bataille, il se rua à nouveau vers les rempart. Sa main empoigna une partie du tissu qui recouvrait sa poitrine, tandis qu'il compta sur son système immunitaire dans l'espoir de récupérer le souffle qui lui faisait à présent défaut. Il n'avait pas ignoré celle qui fut la cause de cet état déplaisant, bien au contraire. Cette masse noirâtre brouillant sa perception, il se voyait dans l'obligeance de ruser un minimum afin de débusquer la trouble-fête. Sa vitesse restait supérieure, effaçant les doutes sur une possible course poursuite qu'il imposerait la jeune fille, réduisant ainsi les options de cette dernière.

Dans sa course folle et non sans peine, faute du poison précédemment inhalé malgré lui. Le konohajin se lança à la recherche d'éléments pouvant lui indiquer l'état actuel du conflit, regrettant au passage l'absence d'un accompagnateur doté des compétences connues aux senseurs. Aucune trace de rixes ou bien de pas pouvaient être signalées, de quoi amplifier sa frustration déjà conséquente, qui fut aussitôt balayée par un nouvel et immense écran de fumé qui apparu non loin de la zone à protéger. À en juger par sa récente expérience en lien avec cette matière, tout cela n'annonçait rien qui tendait vers le positif. Le temps continuait à s'écouler, au point où il retrouva un peu plus de sa vigueur jusque là perdue, bien que la douleur le rongeait toujours davantage, mais qu'importe si la mission restait toujours en cours. Naoshige ne cessa de transiter à travers la forêt, zigzaguant de manière continue, réduisant certes sa vitesse de progression, mais lui offrant un champ de vision plus acceptable. L'esprit affuté, il se tenait prêt à neutraliser une bonne fois pour toutes la gêneuse, au moindre assaut venant de sa part.

Ce n'était sans compter sur le son non moins impressionnant généré par ce qui semblait être un cor de guerre. Alarmé suite à son écoute, le Senju modifia sa pointe de vitesse initiale, pour au final mettre un terme à sa course, prenant appui sur une branche avant d'y poser une main sur l'arbre, dans l'optique de capter l'étendue des vibrations projetées par celui-ci. L'immensité des troupes mobilisées pouvait être perçue de manière approximative, via son expérience en tant qu'ancien habitant de la forêt. Il en allait de même pour leur position, qui n'était visiblement pas si éloignée de la sienne. Les yeux du membre de feuille s'écarquillèrent l'instant d'après. La "kunoichi" de Tetsu avait à coup sûr entendu le puissant bruit provenant de l'outil de guerre, lui offrant le choix de rejoindre les troupes en mouvement et de leur signaler la présence du konohajin dans la forêt, lui soutirant alors le luxe d'une possible attaque surprise. À cette idée il changea de trajectoire, dans l'espoir d'entrer à nouveau en contact avec l'ennemie, afin de l'empêcher de divulguer la moindre information le concernant, ou alors d'anéantir les troupes avant qu'elle ne soit arrivée.




Je suis trop hippie pour ces conneries - Naoshige
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Jeu 15 Nov - 18:58
Tenez la porte !

Dans la fumée (qui n’était désormais plus qu'un simple brouillard masquant à peine les silhouettes des mécréants), Ageha faisait honneur à Suna, n'hésitant devant aucun sacrifice pour protéger la porte de Baransu.
Sans penser une seule seconde à sa sécurité ou sa survie, la kunoichi du désert encore en flamme se rua vers le trio de suicidaires qui poussaient de toute leur force le chariot bardé d'explosifs de Tetsu.

D'un bond agile, la mortelle demoiselle des sables atterrit derrière un samouraï qui peinait à pousser le lourd fourgon remplit de bombes déjà allumées. Les coups experts de la chuunin trouvèrent sans mal les failles de l'armure du soudard de l'Empire. Hélas, son sang rependu en jets puissants n'éteignit pas les flammes, pas plus que la pluie battante...
Cela ne pouvait signifiait qu'une chose : les poudres et combustibles infernaux de Tetsu s'étaient embrasés et menaçait de détoner à tout instant.

L'attaque de la kunoichi de Suna avait également été remarquée par les candidats à une mort glorieuse pour le Shogun.
Un des soldats se jeta sur elle, pour l'engager ne serait-ce que quelques instant de plus, pendant que son collègue aux muscles saillant arc-boutait sur le chariot embrasé pour approcher la porte.
Ageha savait qu'elle n'aurait aucun mal à occire le samouraï, mais son fanatisme allait la ralentir...
D'autant plus que le maître ès explosifs de Tetsu n'allait pas rester sans rien faire !
Un sourire mauvais aux lèvres, l'adipeux artificier avait sorti une petite lame de jet et ajustait son tir, se préparant à empaler par derrière la sunajin qui finissait d'égorger le second soldat.

Mais soudain, un véritable tempête secoua tout ce beau monde, envoyant valdinguer la menue kunoichi du désert et lui sauvant la vie par la même occasion. Le kunaï traître de l'artificier se perdit, balayé par l'impressionnante bourrasque. Ce dernier fut également envoyé bouler au loin.
Seul survivant de son escouade, le dernier samouraï hurla sa haine et banda ses muscles à fond pour pousser le chariot un peu plus loin.
Mais las, entre la boue répandue par l’inondation du Senju et la rafale de vent venant des remparts, il ne put faire avancer plus la charrette embrasée.

Sous l'appel d'air, les flammes jaillirent d'un seul coup, transformant la carriole en brasier.
Une explosion tonitruante retentit, dégorgeant de feu bouillonnant qui illumina les alentours. Une incroyable colonne de flamme s'éleva, surpassant même les remparts de Baransu.
La fournaise vient lécher la porte et les murailles elle-même tremblèrent sous l'explosion. Si le chariot avait atteint l'entrée de la ville, rien n'aurait pu y résister.
Le choc propulsa à nouveau à terre la sunajin, ainsi que bon nombre des défenseurs de la cité assiégée.

Mais la porte calcinée tint bon, même si des flammèches s'en élevaient encore. L'onde de choc avait balayé les restes des fumerolles de l'Empire et les Chûritsu pressé sur les remparts purent ainsi voir arriver le reste de l'armée de Tetsu.
La détonation tonitruante avait sonné le signe de l'assaut final et les samouraïs se ruaient vers la cité, bien décidé d'en finir.

Ageha, se releva péniblement, de la boue plein la bouche (ça avait au moins eut l'avantage d'éteindre les flammes) pour contempler le brasier ardent. Ses oreilles sifflaient et dégoutaient de sang. Elle devait avoir un tympan crevé. La seule chose qu'elle pouvait entendre, c'était le ce qu'elle sentait à travers ses os : une charge de cavalerie.
Un mouvement non loin attira son attention : l'artificier se relevait lui aussi, aussi sonné qu'elle.
La rage étincela dans son regard quand il constata que la porte restait inébranlable.
La kunoichi des sables ne put comprendre exactement ce qu'il disait (sans doute moult jurons), mais pas besoin d'être grand clerc pour deviner ses intentions à son regard meurtrier : il se mit en garde et soudain, sans le moindre avertissement souffla un impressionnant cône de feu vers la demoiselle du désert.

Sur les remparts, Nikkou fut lui aussi jeter à terre par l'explosion qui était près, bien trop près.
Mais sa technique (et les efforts d'Ageha) avaient bel et bien sauvés la cité d'un infernal coup de boutoir explosif.
Se redressant, le konohajin aux yeux pourpres put enfin voir la situation dans son intégralité : la jeune fille de Suna était aux prises avec un vieil bedonnant portant les couleurs de Tetsu.
Le mythique sharingan reconnu aussitôt la jet de feu que l'artificier expédia sans le moindre mudra sur la sunajin : une variante de la Boule de Feu Suprême, une technique chère au clan Uchiha.
Devait-il se porter au secours de la ninja du désert ? Châtier l'impudent qui osait utiliser une technique Katon ?
Ou bien, comme il l'avait prévu, devait-il se mettre en quête de l'ennemi intérieur ?

Car la ville restait menacée : l'Uchiha était convaincu qu'un spécialiste en sabotage de l'Empire s'était immiscé derrière les remparts, ayant notamment abattu le précieux Fuinjutsu protégeant la porte. En quelques instants, ses pupilles écarlates analysèrent les remparts.
Les Chûritsu reprenaient confiance par sa présence et le fait de voir leur défense encore intact (enfin, si on veut, le feu qui rongeait la porte était quand même bien inquiétant) après une pareille débauche de flammes et d'explosions.

Par contre, les défenses manquaient d'organisation. La mort avait prélevé un lourd tribut chez les samouraïs de Baransu.
Agacé, le ninja de Konoha remarqua que les corps étendu, attaqué aux points vitaux par une lame experte, étaient tous des gradés.
Nul doute : un assassin était dans la place. Et digne d'un shinobi.

Mais voulant faire honneur aux exploits de la sunajin et se remémorant l'impétueux discours de l'homme-singe, les défenseurs se mirent en place pour attendre de pied ferme la déferlante du Fer.
Un Chûritsu se porta à la rencontre de Nikkou, sans doute pour s'enquérir de quelques ordres ou conseils pour préparer leurs défenses.
Un sifflement. Un kunaï dans l'œil et le noble défenseur de Baransu bascula par dessus le parapet humide en hurlant.
Et derrière lui se tenait une mystérieuse silhouette féminine qui se ruait déjà vers l'Uchiha, lui expédiant un shuriken... Non ! Deux ! C'était un Kage Shuriken ! Espérait-elle vraiment tromper le redoutable sharingan ?

Mais malgré ses talents héréditaires, Nikkou n'avait pas sentit arrivé l'assassine. Pas de bruit, pas de chakra décelable avant qu'elle ne l'attaque... Elle devait être une spécialiste de la furtivité.
La tueuse s'approcha, bien décidé à en finir avec le ninja du Pays du Feu.
"Hitei Musho !" siffla-t-elle, baissant soudain son foulard pour cracher une pluie de fines d'aiguilles vers le konohajin. La première attaque n'avait pour but que de faire diversion pour qu'elle puisse se rapprocher et viser le visage du ninja du clan à l'éventail.
Le but de la tetsujin était clair : se débarrasser au plus vite du trop dangereux sharingan...


Dans la forêt invoquée par le maître des Senju, Maho se résolu à une douloureuse extrémité. Bravant la douleur, il se fit exploser à l'aide du parchemin explosif de  feu son "gourdin samouraï" avant que la vile prêtresse ne lui porte un coup fatal en profitant de son immobilisation.

La souffrance et l'horreur des tripes embrasés dissipa l'illusion qui maintenait captif l'homme-bête.
Il s'élança aussitôt, rompant le combat contre la traîtresse de l'Empire qui jouait avec ses émotions et ses perceptions.
Elle ne faisait que le retarder et priver les défenseurs de ses atouts martiaux.
Invoquant sa bête intérieure, le Gardien d'Inari bondit d'arbre en arbre, bien décidé à se ruer vers le détachement commandant l'armée que son ouïe affûtée avait entendu s'élancer dans les bois.

Il ne fallut pas bien longtemps à l'Onryou pour retrouver les cavaliers et s'abattre tel un fauve parmi eux.
La surprise fut totale et la majorité du bataillon tomba sous la pluie de coup brutaux et d'une vivacité inhumaine que l'homme-singe déchaîna.
Le nom de leur Empire et de leur shogun aux lèvres, les soldats de Tetsu firent rempart de leur corps pour protéger leur général.
Homme et bête furent broyaient par la fureur de la bête.

Mais alors que Maho allait s'élancer sur le général de l'armée ennemi, aisément reconnaissable à sa haute stature, son regard méprisant, sa superbe armure et sa lance festonnée d'un dragon d'or, une colossale explosion retentit, illuminant les cieux noirs de pluie.
L'incroyable colonne de flamme ne menaçait pas directement Maho, mais la déflagration fut terrible pour ses sens sur-aiguisée.
Assourdis, l'homme-singe perdit un instant sa concentration, ce qui permit au roué général de s'enfuir accompagné de deux fidèles.

Les cavaliers sortirent de la forêt, poursuivit par le Gardien d'Inari. Ils avaient un peu d'avance, mais Maho en transe avec sa Bête Intérieure surpassait même les chevaux de guerre de l'Empire : nul doute qu'il pourrait les rattraper pour s'offrir un duel face aux remparts de Baransu.
Le shinobi indépendant vit le général demander une lance à l'un de ses lieutenants (comment osait-il ne pas juger Maho digne de son arme princière ?), qu'il lança vers l'homme-bête avec une précision et une force étonnante.
"Ransu Ohitsujiza !" s'exclama-t-il d'un ton méprisant, ses yeux froids ne suivant même pas la trajectoire (parfaite) de son attaque, comme s'il considérait l'homme-singe indigne de son attention.
Sans même ralentir, il éperonna sa monture en direction de la porte.

Au cœur de la forêt qu'il avait lui-même créé, le chef du clan Senju ressentait une profonde frustration.
Usant de milles et une fourberies totalement indignes d'un membre de l'Empire du Fer (quels hypocrites), la kunoichi (inutile de l'appeler autrement) ennemie avait profité de la fumée pour lui échapper.
Pire même : pour l'empoisonner.
Bien évidemment, cela n'allait pas arrêter un shinobi de la trempe de Naoshige. Néanmoins, c'était fort agaçant de se faire berner par une inférieure au service d'un Empire ouvertement anti-ninjutsu.

Et chose étonnante, malgré son expérience et ses sens, dans sa forêt, impossible pour le Senju de retrouver trace de son ennemie.
Genjutsu ? Non, il n'en avait décelé aucun signe. La tueuse devait donc être une spécialiste de l'infiltration et de la furtivité, ce qui cadreraient avec ses attaques lâches et sournoise... Mais la tetsujin ne porta pas de nouvel assaut. Elle devait roder, attendant une ouverture ou bien s'était enfuit. Ou s'était élancée vers les murailles...
Par contre, le konohajin n'eut aucun mal à ressentir la terrible mise en branle de l'armée de Tetsu ! Si les fourrées invoqués par ses pouvoirs ancestraux avaient bien ralentit l'ennemi, ce dernier s'était à nouveau décidé à un assaut d'envergure.

Soudain, une éruption terrifiante s'éleva de près de la porte qu'ils avaient juré de défendre corps et âmes. Un pilier de feu impressionnant s'éleva dans le ciel, éclaboussant d'une lumière crue les sous-bois.
Visiblement, ça sentait l'explosif ! Tetsu avait-il réussit à faire sauter la porte ?
Le Senju pesta : visiblement l'impressionnant bélier hâtivement assemblé n'avait été qu'une diversion ! La véritable menace provenait sans nul doute d'un petit groupe de spécialiste, comme l'empoisonneuse qu'il avait brièvement affronté et des artificiers !
Se ruant vers Baransu, le konohajin arriva à l'aurée du bois et put découvrir avec soulagement la porte encore debout (bien que bien noircie).

Près des flammes et d'un impressionnant cratère, il reconnut la silhouette de la petite sunajin. Elle se faisait cracher un jet de flammes dessus, de la part d'un rondouillard en armure légère de l'Empire.
D'autres tetsujin sortaient des bois, à cheval ou à pied, bien décidé à enfoncer la porte ou assaillir les remparts.
D'ailleurs, sur les murailles, il reconnu au loin un membre de son village, un Uchiha, qui visiblement se battait contre quelqu'un.
Et sortant du bois, trois cavaliers dont l'un à l'armure impressionnante qui jeta vivement un lance sur son poursuivant : un monstre mi-homme, mi-animal. Sans doute l'Onryou sous sa forme la plus bestiale...

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 91
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 381
Expérience:
208/500  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mar 20 Nov - 16:11
Ageha avait vu de bien meilleurs jours. A bien y repenser, c’était la pire journée de sa vie. Elle avait l’impression que chacun de ses os avait été rompu en au moins trois endroits différents. Elle se sentait lasse, si lasse, mais n’avait plus assez de force pour pleurer. Elle reprit douloureusement conscience après une ou deux secondes de doux oubli. Je souffre, donc je suis, ou quelque chose du genre. Ses oreilles sifflaient et son regard avait un peu de mal à se fixer sur une image. Si elle avait navigué, elle aurait pu dire qu’elle avait le mal de mer, mais de la mer, elle n’en avait jamais vu que la plage. Le seul réel réconfort était que son adversaire en face n’était pas mieux. Si elle était brûlée, lui était empoisonné, et jusqu’à présent, il n’avait pas donné signe de guérison.

Alors qu’ils se regardaient en chien de faïence, Ageha étudiait les environs. Une ninja ne pouvait pas rester sourde et aveugle au dynamisme des terrains… surtout quand elle était sourde, ne serait-ce que momentanément. Les remparts tenaient le coup, et elle se félicitait d’avoir mis terme à cette menace qu’était le chariot de poudre. Ne restait donc que l’artificier. Et la grande question était de savoir ce qu’il pouvait faire, réellement, maintenant qu’il n’avait plus ses outils. Ageha se remémora ses attaques. Adepte du feu, clairement, et des lames de jet. Il possédait donc l’avantage de la distance, indéniablement. Il avait eu de meilleurs réflexes qu’elle, les rares fois où elle avait passé sa garde.
C’était dans ces cas qu’elle regrettait presque de ne pas avoir de chakra qui faisait « boum ». L’espionne avait toujours considéré les techniques les plus « sons et lumière » avec le plus grand respect, mais surtout la plus grande perplexité quand l’application à son cas lui était imposée. A quoi bon ? Elle devait être discrète, non ?
Aujourd’hui, elle voyait bien les limites de son champ de compétences ; ce n’était pas pour autant qu’elle se sentait des envies soudaines de changer sa façon d’être et de voir le monde.

Alors que l’artificier gonflait ses joues pour lancer une attaque de type katon – elle avait suffisamment vu la chose pour la reconnaître, s’étant pris une boule de feu en pleine poire – Ageha prit la sage décision de fuir. Cela demandait du courage, peut-être plus que de sauter à travers l’attaque enflammée. Car elle renonçait à une partie du combat, elle qui n’avait jamais échoué jusque là. C’était bien beau de se dire que la mission était de protéger les remparts et la ville, et qu’elle se devait de partager les informations glanées sur le général et sa lance… Il n’en restait pas moins qu’elle n’avait pas tué sa cible et que cela avait le goût de l’échec. Mélangé au sang dans sa bouche, cela lui levait le coeur, et on en revenait au mal de mer… Mal de terre, peut-être.

Laissant un tronc d’arbre prendre le souffle ardent à sa place, Ageha profita des fumées et flammes qui entourait le cadavre du chariot pour se soustraire à la vue de l’homme de Tetsu. Hors de portée – du moins l’espérait-elle – elle courut vers les remparts. Dans son malheur, elle y trouva un peu de chance, car son surcot aux couleurs de l’Empire, dérobé à un cadavre, avait brûlé et les lambeaux retenus à son corps étaient maculés de boue. Ageha prenait le risque de se faire attaquer par Baransu, mais elle comptait sur sa course aux allures de shinobi pour alerter les archers : Tetsu refusait d’admettre l’usage du chakra et méprisait les ninjas. Ainsi, elle ne pouvait être qu’une alliée ?

Escalader les remparts fut assez facile, tant qu’on la laissa faire. C’était assez difficile de gérer ce satané étourdissement qui lui faisait chavirer cœur et vision, pour en plus faire face à un défenseur zélé.
- « Visez l’homme ! C’est l’artificier de l’Empire !!! » s’époumona-t-elle. Etant à moitié sourde, elle ne se rendait pas compte du volume de sa voix. « Je chercher Uchiha Nikkou-san ! J’ai des informations vitales !! » Bien qu’elle ne fût pas particulièrement apparentée au grand brun, et n’avait pas étudié son chakra en particulier, elle se doutait bien qu’il devait être l’un des rares à avoir du chakra dans le coin. Il suffisait de viser la bouboule brillante sur sa carte mentale et d’y aller directement. Non ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 137
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 351
Expérience:
411/2000  (411/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Sans faillir l'Onryou assaillit ses proies, balayant la garde rapprochée du général comme de simples fétus de paille. Insignifiants insectes certes, mais ils parvinrent toutefois à protéger leur roi, remplissant ainsi leur fonction malgré leur impuissance. Cette danse n'étant qu'un hors d'oeuvre, l'homme-singe continua sa course, bien déterminé à poser son bâton sur l'armure étincelante.
Sauf que le général ne se laisserait pas faire. Déjà il se saisissait d'une arme, la propulsant d'un geste à la forme parfaite. En tant qu'expert en Bojutsu, Maho connaissait quelque peu l'art voisin du maniement de la lance, et même s'il s'agissait d'un ennemi, il reconnu sans mal le toucher d'un expert. Un sourire malicieux s'imprima sur son visage, la qualité de son adversaire ne faisant qu'augmenter l'excitation du combat.

En tant normal pareil tir ne saurait être esquivé, surtout à une aussi faible distance. Seulement le Gardien ne jouait pas selon les règles de l'humanité, sa forme actuelle lui permettant de transcender en force comme en vitesse les limites de son espèce. Quittant en un instant la sécurité du sol, le primate s'élança dans les airs, déploya son corps en longueur dans un vol plané aquilin. La lance passa à quelques centimètres de sa peau, sifflant dangereusement non loin de son visage. Il jouait avec le feu, mais cela s'avéra payant, puis-qu’après une roulade d'acrobate, le fils d'Inari reprenait déjà sa course.
Démontrant les capacités de son corps exceptionnel, l'Onryou égalait sans mal la vitesse du cheval. Tenant fermement son arme, il prit une profonde respiration, puis s'élança de nouveau. Son bond était bien plus puissant que le précédant, s'associant cette fois à un coup de bâton qui n'était que le premier d'une longue série. Usant de la même agilité avec laquelle il avait décimer la garde, Maho concentrait cette fois ses coups sur une seule personne, transformant cette danse guerrière en un assaut frénétique, une pluie cruelle où chaque goutte s'abattait avec la force d'un ours.
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 116
Date d'inscription : 16/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 178
Expérience:
608/1200  (608/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le Jutsu du jeune Uchiha parvint à soutenir les efforts de sa coéquipière désormais révélée par les brumes dissipées. L’assaut des samouraïs qui continuaient d’avancer avec une ferveur renouvelée face aux assauts Shinobi avait été repoussé, à leur plus grande chance. La Porte de Fer n’aurait pas tenu sous le souffle de l’explosion. Et pour en témoigner, le souffle de l’explosion fit trembler les remparts, projetant Nikkou au sol avec une violence qui lui arracha un grongement douloureux.

Assourdi, le Konoha-jin se releva avec peine pour regarder l’étendue des dégâts. La Porte tenait toujours, n’accusant que quelques traces cendreuses. Et il avait désormais une meilleure vue sur ce qui se tramait au sol. Il vit la jeune Suna-Jin se relever avec peine de l’explosion, au contraire des samouraïs ignorant des arts Ninja renforçant leur corps et leur âme. Il demeurait pourtant dans cet enfer de mort et de sang, un autre corps qui se releva pour cracher sa rage enflammée à l’encontre d’Ageha. Un rictus apparut sur les lèvres de Nikkou alors que ses pupilles pourpres virent sa coéquipière s’évader avec toute la prouesse des arts Ninja. Il n’avait pas à s’inquiéter pour elle.

Alors, Nikkou reporta son attention sur les ombres cachotières des remparts, d’autant plus désordonné depuis l’explosion qui avait ébranlé les fondations de la Cité et leur propre courage. Il ne décelait pourtant aucun signe distinctif susceptible de lui indiquer la position de cette redoutable menace. Une experte dans le domaine de la discrétion et de l’assassinat. S’il ne la retrouvait pas dans l’immédiat, elle aura tôt fait de réduire à néant les défenses de Churitsu.

Trop tard. Dans une gerbe de sang qui tacha la tunique de Nikkou, l’assassine se révéla en emportant avec elle une nouvelle vie, ne laissant pas la moindre interstice pour permettre au Shinobi d’intervenir. L’œil maudit perçu cependant sans mal la séquence de mouvements de sa nouvelle ennemie. D’une vrille sur le côté, Nikkou évita sans peine le premier Shuriken pour ensuite fléchir les genoux en laissant son corps tomber vers l’arrière et laisser le second Shuriken passer à quelques centimètres de son corps.

Et d’une flexion vive, il se retrouvait de nouveau en position défensive face à la meurtrière masquée. La maîtrise du shurikenjutsu ne pouvait avoir qu’une seule signification. Il avait affaire à une Kunoichi. Au moins, l’Empire reconnaissait-il la valeur martiale de sa profession. Mais il devait donc être d’autant plus prudent. Alors, en reprenant position, Nikkou avait aussitôt formé un mudra imperceptible dans sa vivacité.

Les armes crachées par la Kunoichi percèrent d’un bruit sourd la main brandie du Shinobi, avant qu’une fumée ne révèle le tronc d’arbre s’étant substitué au corps du Konoha-jin. Mais trop tard, la Kunoichi avait déjà entamé sa prochaine mesquinerie, visant d’un kunai affuté le bien le plus précieux d’un Uchiha. Le Sharingan.

Et un tel affront ne saurait rester impuni. Au moment où le Kunai de la Kunoichi approchait du tronc d’arbre, le jeune Uchiha, dans l’angle mort de son ennemie, descendu depuis les airs, une jambe brandie pour s’abattre sur son ennemie.

« FÛTON : RYÛ KÔHA SENKAIGIRI »

La jambe couverte du Chakra Fûton s’abaissa alors sur le corps de son ennemie avec une force orageuse. Le coup porté éleva alors un nuage de boue autour du point d’impact, dans un bruit sourd qui ne saurait certainement pas être ignoré par quelqu’un à l’affut d’un Ninja en plein combat.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Naoshige
Chef du Clan Senju
Messages : 19
Date d'inscription : 24/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 89
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les tremblements gagnèrent en netteté et en fureur, preuve que les connaissances du konohajin ne l'avaient pas trahi cette fois. Il pressa le pas à la vue de la terminaison de la forêt qu'il avait lui même fait naître, dans l'espoir de toucher au but avant la kunoichi de Tetsu. Une ombre s'extirpa alors des profondeurs de celle-ci, assistant tardivement à ce qui semblait être l'avènement d'un scénario catastrophe, dont il ne put être pleinement conscient auparavant. La troupe qu'il avait précédemment sentie via le tintamarre dû à leur total manque de discrétion, était déjà en plein conflit avec l'homme singe qui occupait fièrement le front de cette alliance temporaire. Face à lui une unité disposant de ce qui paraissait être un gradé à la stature aussi imposante que son habillage. Ce qui n'empêcha pas la silhouette de poursuivre sa course, se ruant telle une bête sur la proie désignée par la crinière blonde qui lui était familière. Alors que ses mains s'agitaient avec frénésie et parfois de manière symétrique, il capta l'attention d'une partie des troupes composant cette assemblée hostile, plus précisément celle de l'artificier devenu dès à présent la cible à abattre. Profitant du précédent échange endiablé impliquant le manieur d'explosif et la native des terres ensablées, le Senju usa de sa ruse couplée à sa vivacité, afin d'approcher celui qu'il pensait être à l'origine de cette teinte noirâtre qui décorait dorénavant le prestigieux rempart.

Une fois à proximité, l'atmosphère changea drastiquement lorsque le pyromane pu enfin se rendre compte de l'étendue du danger qui planait sur sa personne. Mais l'habitant de Tetsu ne bougea pas d'un orteil, laissant afficher sur le reflet de ses yeux écarquillés, le maître de la nature qui laissa échapper un souffle chaud d'entre ses lèvres avant de dégainer dans un nouvel effort son arme, dont la lame n'avait visiblement pas encore été assez libérée en ce jour. Ce manque dynamisme n'était expliquée que par un sentiment proche de la peur qu'instiguait le chef Senju, via un chakra pénétrant accompagné d'une froideur intense. De la sueur parsemait le visage du probable impuissant, perlant à grosse goutte à mesure que le métal froid réduisait l'espace qui le séparait de la zone ravagée dans un futur proche. L'instrument finit par s'abattre telle une sentence irrévocable, provoquée par l'arrogance qui poussa auparavant l'étranger à souiller la fierté de Banransu. Naoshige avait emmagasiné bien trop de retard, pour qu'une once d'hésitation vienne le couper dans son entreprise. L'adversaire allait trépasser avant que ses compagnons d'infortune aillent le rejoindre sans leur consentement.





Ah ! - Naoshige
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 401
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Sam 8 Déc - 21:07
Tenez la porte !

L'espionne de Suna décida que la confrontation directe avec le pyromane de Tetsu n'était plus prioritaire.
D'un prompt kawamiri, elle se mit hors de ranger et se rua vers les remparts qu'elle avait juré de défendre. Son escalade typiquement ninja et ses cris d'alertes lui évitèrent de se faire flécher à vue par les défenseurs.
Elle désigna aux Chûritsu l'adipeux amateur d'explosifs.
Hélas, la sunajin put constater qu'il régnait un certain chaos sur les murailles : entre l'explosion titanesque et assourdissante et le massacre des officiers par une tueuse infiltré, la défense peinait à s'organiser.
Reconnaissant tout de même un ninja, donc un professionnel de la guerre (ou plutôt du meurtre), quelques samouraïs décochèrent une volée au tetsujin.
Mais le roué bonhomme profitait des couverts du champs de bataille dévasté par son pilonnage et il parvint à ne pas se faire toucher (ou alors pas gravement) par les traits mal assurés des défenseurs de Baransu.

Ageha activa ensuite ses dons sensoriels pour retrouver ces alliés, dont le konohajin du prestigieux clan à l'éventail dont elle avait pu apprécier les efforts de défense de la muraille.
Du haut des remparts, la fourbe empoisonneuse du désert peut voir déferler l'armée de Tetsu qui sortait enfin du bois. L'heure de l'assaut final avait sonné !
Les Chûritsu et les autres défenseurs se mirent en position pour repousser les envahisseurs à coups de flèches, de pierre et de tout ce qu'il pourrait trouver à leur balancer.
Occupé à lutter contre les forces de l'Empire et empêcher la pause d'échelle jusqu'au rempart, les shinobi de l'Alliance de Baransu ne pourraient plus compter sur eux...

Les sens mystiques de la Sunajin repèrent bien vite l'Uchiha, surtout qu'un samouraï allié tendit le doigt vers lui en réponse aux demandes pressante de la jeune femme.
Mais il n'était pas seul : il combattait une autre source de chakra ! Entrainée aux arts de faire tomber les citadelles, l'espionne de Suna se douta qu'il s'agissait d'un infiltrateur de l'Empire.
Il s'était sans doute glisser au travers des défenses avec des façons proches de siennes et avait désactivé le Fuinjutsu protecteur de la Porte et occit quelques officiers de l'armée de Baransu au passage.

Elle vit l'Uchiha éviter d'une contorsion un shuriken... Qui en cachait un autre, que les pupilles écarlates décelèrent à temps. D'un bond de coté, le konohajin esquiva la fourberie.
Son adversaire d'avança et souffla une pluie de minuscules aiguilles vers son visage, souhaitant mettre fin à la menace du sharingan.
Mais le chuunin de Konoha fut toujours aussi prompt : en un instant, il se substitua à un bout de barricade qui avait été arraché par l'explosion. Les petits projectiles sifflèrent légèrement en se plantant dans le bois, signe qu'un vil poison était à l'oeuvre.
Immédiatement, l'Uchiha bondit et décocha un terrible coups de pied tranchant à la tueuse de l'Empire.

Cette dernière était déjà en train de composer des mudra, mais ne fut pas assez prompte. Le sang jaillit, se mêlant à la pluie torrentielle qui douchait les murailles. Elle hurla, gravement blessée, mais en bonne professionnelle, l'assassine serra les dents et termina sa technique, remplacée elle aussi par un morceau de bois calciné.
Immédiatement, le sharingan se mit en traque, tout comme les sens mystiques d'Ageha. La mortelle envoyée de Tetsu n'était pas aller bien loin : elle ne cherchait qu'à gagner un peu de champs pour poursuivre ses assauts.
"Dokugiri !" souffla-t-elle, envoyant un épais nuage de fumées délétères à la couleur du plus haut suspect.
Maligne, la tueuse avait reconnu  un utilisateur du légendaire sharingan : il ne servait donc à rien de l'engager au corps à corps ou d'essayer de le cribler de lames à distance. Ces maudits yeux rouges pouvaient tout deviner !
Alors, elle avait choisit la vilénie : la taille de son nuage de poison le rendait particulièrement difficile à esquiver. Et surtout, il boucherait la vue à l'Uchiha.

La tueuse dégaina alors promptement cinq shuriken de sa réserve particulière dont les lames avaient été frottées au charbon pour les rendre encore moins visible.
Elle expédia les projectile d'un coup, chacun selon une trajectoire différente : sa cible était après tout visiblement un maître du Fuuton et plus d'un possesseurs d'un dojutsu légendaires... pas question de bêtement se faire souffler son attaque !
Il y avait peu de chance que toutes les lames volantes touchent, vu qu'elle ne voyait plus elle-même sa cible mais cela suffirait sans doute à le faire douter et à masquer sa position réelle. Si ça le forçait à rester dans le nuage empoisonné, ce serait encore mieux !
Elle guetterait l'occasion et finirait par trouver une ouvert pour porter un coup fatal.
Mais dans son obsession à occire un détenteur du légendaire sharingan, la tueuse et empoisonneuse de l'Empire n'avait pas du tout remarqué l'arrivée de son homologue des sables...

Au bas des remparts, c'est avec un soulagement non feint que Hanabusa Assu, grand artificier du général Taiyô vit disparaître la petite kunoichi du désert.
Cette peste avait été une véritable calamité !
Son escorte était morte, ses bombes avaient été honteusement gaspillées !
Certes, il avait ébranlé l'imposante Porte de Baransu... Mais elle n'était pas tombée. La disgrâce allait s'abattre sur lui, comme le courroux du général de Tetsu.
Ses talents et son affinité pour les flammes étaient... tolérés pour leur utilité. Mais avec cet échec, nul doute qu'on lui ordonnerait de "racheter son honneur". De façon un peu trop définitive à son goût !

Mais tout n'était pas perdu. Il était tetsujin et particulièrement obstiné. Il avait beau ne plus pouvoir entendre, d'être couvert de boue et de suie, d'être affreusement blessé et de se sentir mal, comme si son âme cherchait à quitter son corps brulant, il continuerait.
Cette maudite empoisonneuse avait fuit ? Et bien ce n'était pas des poumons malades et quelques tremblements qui allaient arrêter un artificier de l'Empire !
Il allait incinérer lui même cette fichu porte ! Le général allait arriver, il paverait sa voie vers la gloire par le feu et la mort !

Forçant son corps un peu trop gras, le maître en explosifs se rua à l'assaut. Le terrain ravagé par la déflagration titanesque lui permit d'esquiver les flèches maladroites expédiées par des défenseurs de la cité assiégée encore sous le choc.
Il allait y arriver !
Son corps semblait alterner entre le brulant et le glacial, mais il allait réussir. Déjà, il se préparait à user de sa plus terrible technique. En secret, ses vieux maîtres lui avait enseigner l'art du Katon. Il n'était pas dupe des mensonges polis dont l'avait enrobé la guilde des artificiers : il s'agissait bel et bien de ninjutsu, sans doute issus des bibliothèques des ninjas qu'avait spoliés et massacrés Tetsu...
Mais il y avait une certaine beauté poétique à retourner l'art de ses monstres assassins contre eux et leurs esclaves de Baransu.
Ah, quel plaisir ce serait d'imaginer le visage défait de cette maudite kunoichi quand elle verrait les flammes dévorantes abattre le dernier rempart de la cité !
Ah, il l'imaginait déjà conduit devant lui, enchaînée, alors qu'il se tiendrait à la droite du Général Taiyô ! Oooh, comme il allait bien s'occuper d'elle, si elle n'avait pas déjà été souillé par quelques briscard de l'armée...

Soudain, il se figea. Ses pensées de triomphe pervers furent balayées par un terrible sentiment de panique.
Une silhouette terrible se matérialisa derrière lui, sortant des ombres, terrifiante.
La bouche de l'artificier s'assécha complètement, malgré les poisons qui rongeait ses chairs. Son âme vacilla face à l'imposante présence qui n'avait qu'un seul but : sa mort. Il souilla son pantalon en voyant approcher le chef du clan Senju, tel un dieu vengeur sorti de la forêt qu'il avait lui-même invoquée.

En un instant, le Senju fut sur lui. Et sa lame, en lui.
Le cauchemar devint réalité et l'artificier vit à jamais s'évanouir l'espoir de triompher. Il avait faillit... Définitivement, cette fois.
Il eut un petit sourire en agonisant. Et dire qu'il voulait éviter le seppuku...
Mais il était de Tetsu. Il lui restait un dernier devoir à accomplir.
"Tu... viens... avec... moi..." marmonna-t-il, saisissant le katana qui le transperçait tout en écartant sa veste, révélant un monceau de parchemin explosif. Par bonheur (ou malheur pour son adversaire), la maître des explosifs n'avait pas besoin de mudra pour concentrer ses dernière force pour faire jaillir une étincelle...
Il disparut dans une terrible déflagration et un torrent de flammes, essayant d'emporter avec lui le Maître des Forêts de Konoha dans la tombe.

Sonnant l'assaut final, le général Taiyô Ryûichirô chargea en direction de Baransu. Un ennuyeux singe d'apparence vaguement humanoïde (un ninja, sans le moindre doute) essayait de le rattraper ou de la ralentir.
Allez savoir : pareille bête fauve n'avait sans doute pas la moindre once de plan. Mais il fallait tout de même s'en débarrasser.
Il somma un de ses aides de lui confier une nouvelle lance, ne voulant pas salir sa précieuse Lance du Dragon sur une sorte d'animal ou d'inférieur.

D'un geste négligeant, il expédia la lance renforcé par son Ki sur leur poursuivant simiesque.
A la grande surprise du Général, l'homme-fauve esquiva le projectile avec une aisance déconcertante. Quelle vitesse ! C'était peut être après tout un adversaire digne d'intéret.
De toute façon, le Général avait anticipé une esquive possible : il fit brièvement un signe quand la lance dépassa Maho.
Le parchemin explosif détonna aussitôt, roussissant le poil de l'Onryou enragé et le déstabilisant un poil malgré sa rapidité.
Bien évidemment, il en fallait bien plus pour stopper le Gardien d'Inari.
Il se rua à l'assaut et se concentra pour bondir sur Ryûichirô... Mais une douleur soudaine lui transperça le pied.
L'homme-singe croisa le regard moqueur du Général de Tetsu.
Ce fourbe avait négligemment ouvert en toute discrétion une des sacoches de son canasson et rependu derrière lui des Makibishi !

Le piège douloureux ralentit Maho, mais n'empêcha pas l'Onryou déterminé de bondir sur le général.
Ce dernier bondit à sa rencontre, abandonnant son cheval et empoignant d'un mouvement gracieux sa lance festonnée.
"Ashi to Yanagi no Kaze !" lança-t-il en concentrant son Ki dans son arme et ses bras, dressant un barrage d'acier entre lui et la charge furieuse et chaotique de l'homme-bête.
Les arabesques subtiles et vivaces du tetsujin s'opposèrent aux coups puissants et anarchiques du Gardien d'Inari. Des étincelles jaillirent alors que les deux forces de la nature s’opposaient, sans vainqueurs. Le destin de deux guerriers se jouait dans ce duel sous les remparts de Baransu.

"Bien tenté, mais un peu brouillon..." provoqua le chef d'armée de l'Empire, en souriant d'un air supérieur. "Maintenant, merci d'avoir la décence de mourir, ninja ! Hagane no Kôsoku !"
Sa lance ornée d'un dragon d'or jaillit à une vitesse impressionnante, visant le bas du corps de l'homme-bête. Visiblement, son opposant voulait lui ôter toute mobilité au plus vite, ayant conscience de l'effroyable vitesse de l'Onryou.

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 91
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 381
Expérience:
208/500  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Dim 9 Déc - 13:03
Maintenant que Ageha commençait à reprendre ses esprits, bien que les sons restaient étouffés sous un sifflement des plus énervants, la jeune ninja put revenir à ses amours premières : l’infiltration. Puisqu’elle avait momentanément perdu un sens, elle compensait par tous les autres, y compris ce chakra qui lui permettait de cartographier les environs. Ainsi, elle repéra l’énergie de Nikkou – et put identifier par là-même ce à quoi une signature fûton pouvait ressembler – et nota tout naturellement une autre, dans un style différent. Etait-ce un allié ? Elle eut la réponse rapidement. Ah, la belle brochette d’hypocrites que cet Empire !! Entre un artificier adepte du feu (ce qui revenait tout de même à un penchant sado-masochiste quand on y regardait de plus près) et une ninja furtive, on était loin du ki.

Etant un peu en retrait, il lui fut facile d’analyser la situation. Ageha se fit prudente, et aussi silencieuse que possible – bon, le ramdam dans la plaine couvrait la plupart des sons, mais arriver en gueulant « Uchiwa-san » ne lui semblait plus une bonne idée. Alors qu’en bonne assassine, elle aurait voulu prendre le temps de réfléchir un peu plus, elle se fit forcée de passer à l’action. Son corps réagit avant même que son esprit eût réellement conceptualisé ce qui se passait. Peut-être avait-elle déjà reconnu la suite de mudras. L’un dans l’autre, elle activa sa défense anti-poison alors qu’elle se précipitait à la vitesse grand N (N comme ninja) pour pousser Nikkou hors du gros du nuage de poison. A lui de faire le reste. Décidément, elle était bien audacieuse aujourd’hui : après s’être jetée dans une boule de feu, voilà qu’elle plongeait dans les brumes corrosives. Mais elle était cette fois en terrain conquis, et elle accueillit le parfum acre comme un vieil ami… dont elle refusait la trahison.
Cette fois, elle ne souffrirait pas que son honneur fût bafoué. L’espionne, ici, c’était elle. L’autre n’était qu’une caricature, une pâle copie qui ne s’assumait pas. Elle refusait donc de perdre contre cette pouffiasse de bas étage.

Retournant de nouveau l’arme contre son propriétaire, Ageha plongea dans le nuage pour couvrir ses mouvements [AC ici]. Puis, elle jaillit droit sur l’ennemie dont elle connaissait la position avec exactitude, quitte à encaisser l’attaque de shuriken. Elle était déjà à moitié chauve et brûlée, donc ce n’était pas ça qui allait lui faire mal ! Avec sa peau à vif, elle dégustait déjà… Alors, des coupures en plus ou moins. La rage de voir ses arts détournés lui donnait un boost d’énergie qui permettait d’encaisser. Comptant sur l’effet de surprise, Ageha répéta sa manœuvre d’un seul coup, fort et bien placé, avant de disparaître dans la fumée. La sous-ninja avait déjà pris un coup direct donc Ageha espérait bien que cette nouvelle attaque allait l’achever.

Si elle ne réussissait – ô rage !! - la blonde devait alors penser avant tout à se protéger, pour pouvoir aider Nikkou. Elle « voyait » la sous-ninja, et pouvait décrire ses mouvements et avertir l’homme de Konoha si elle faisait mine de tracer des mudras. Elle se préparait d’ailleurs à devoir faire usage de sa voix puis de se déplacer rapidement, pour éviter que la brune s’en prît à elle.

Le jeu du chat et de la souris venait de commencer, sauf qu’il y avec deux chats et un mulot demi-pet de cafard.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.