:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tenez la porte !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le regard de braise armé de la lame délétère formaient un duo de prédilection, éclaircissant de leur lueur fantomatique la scène obscurcie par les brumes et les poisons. La vitesse de la lame surnaturelle couplée aux facultés d’analyse du légendaire Sharingan faisait de lui un ennemi difficile à surprendre.

Il ne suffisait que de l’esquisse d’un mouvement, une simple impulsion, pour que les deux pupilles s'agitent et détectent la course du temps. La retenue du souffle. Les joues gonflées. L’éclat d’acier. Avant même que les deux senbons ne franchissent les lèvres de la Shinobi, le kunai effilé était brandi, arrêtant dans un tintement musical les senbons de son ennemie.

Le souffle haletant et le corps endigué par la fatigue, il fut cependant trop lent pour percevoir la ruse de son ennemie. Derrière deux aiguilles, une volée l’attendait. Trop tard pour les éviter, il ne restait à Nikkou qu’à mitiger les dommages. Dans un effort supplémentaire, Nikkou brandit son second bras, épargnant ses organes vitaux au détriment de son bras déjà amoché. Le corps déjà percé de part et d’autre par son combat précédent, Nikkou esquissa une grimace de douleur, mais refusa de laisser la moindre ouverture à son ennemie.

Aidé de son Sharingan, le Chûnin se coordonna avec l’arrivée d’Ageha pour reprendre de plus belle le combat. La lame affûtée fusait avec une précision chirurgicale pour exploiter chaque ouverture créée par leur double charge et mordre les chairs exposées de l’ennemi. Expert du Ninjutsu, Nikkou demeurait une arme létale au combat au corps à corps, doublant la vitesse de ses coups du tranchant de ses jutsu Fûton. De vitesse et de précision, la danse offerte par les pupilles démoniaques et la lame céleste formait une chorégraphie évasive, mais létale.

Le duo formé par la Feuille et le Sable prenait sans conteste le dessus, leur adversaire loin d’être une experte dans le combat au corps à corps, alors que l'alliance des deux Shinobis renforcées par les capacités d'analyse de Nikkou formait un assaut dangereux. La force de l’Alliance des Villaes Ninja était indubitable.

« Se dépêcher? Tu as peut-être raison…il est temps qu’on fasse notre entrée sur le terrain et qu’on oublie ce menu fretin. »

Pour briser le rythme imposé par le combat, la petite pique lancée par le Chûnin au sourire espiègle fut accompagné d'un regain de leur assaut combiné, à coup de Taijutsu bien placé et de lames effilées pour laisser une ouverture au Shinobi et lui permettre un coup de pied bien senti au moment où son ennemie se chargeait de sa condisciple.

« Fûton: Ryû Kôha Senkaigiri »

La jambe du Shinobi s’abattu alors avec une force décuplée, entourée d’une aura orageuse similaire à celle enveloppant son arme de prédilection. Il fallait mettre un terme à ce combat afin d’assurer le maintien de la porte, sinon le combat qui faisait rage au sol serait peine perdue.



Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Lun 11 Fév - 23:32
Tenez la porte !

Sur les remparts battus par le vent et la pluie (et désormais, la cendre et les vapeurs de poison qui s'effilochaient), le duo d'Ageha et de Nikkou prenait le pas sur la tueuse de Tetsu.
Le légendaire sharingan devina la première volée de projectile vicieux cracher par l'assassine, l'Uchiha ayant vu les joues de celle-ci se gonfler avant qu'elle ne crache sa surprise.
Le mécanisme qu'elle dévoila soudainement le pris par contre au dépourvue et l'acier mordit cruellement la chair du ninja de Konoha. Il faut dire qu'il se battait depuis un moment et avait courut partout : même pour un shinobi, l'épuisement se faisait sentir...

L'espionne de Suna, légèrement en retrait profita de ce maigre instant de triomphe de leur ennemi pour jaillir et tenter de lui faucher les jambes. Elle nota au passage aucune rougeur ou irritation caractéristique autour des blessures de Nikkou : les senbon n'étaient pas empoisonné... Cela voulait-il dire que la tetsujin serait elle aussi à court de venin ?
Cette chaleureuse idée renforça encore la détermination de la sunajin, qui décocha un coup de pied vicieux.
Cela marcha à moitié, son double-maléfique ne semblant pas plus douée qu'elle côté Taijutsu sous la pluie.

Déstabilisée, la tueuse de l'Empire offrait une cible de choix pour l'Uchiha. Ses pupilles couleur de sang ne manquèrent pas l'occasion.
Il fondit sur sa proie tel un faucon, la lardant de sa lame imbibée de chakra. La tetsujin hurla, gravement touché à la cuisse et pissant le sang.
Ahega en profita aussitôt pour appuyer un peu sur la blessure d'un coup de talon vicelard. L'empoisonneuse de l'Empire cria de plus belle, haletante.
Même pour une fanatique, il devenait évident que le combat se passait de plus en plus mal pour elle. Elle avait épuisé ses ruses et maintenant sa vie s'enfuyait à grand jet carmin.

Jugeant l'ennemie fort amochée, Ahega décida de l'entourlouper un peu afin d'en apprendre plus.
Un adversaire au abois pouvait se révéler fort dangereux, mais aussi se trahir...
La mention de la lance du général ne généra que perplexité sur le visage perclus de douleur de la tueuse de Tetsu.
Mais à la mention d'une seconde attaque... Là, par réflexe ses yeux se portèrent non pas sur l'armée de Tetsu qui essayait d'avancer sous les traits des défenseurs Chûritus, non pas vers le duel de titan que ce livrait à grand renfort de coups surpuissant l'Onryou et le Général ennemi... Non, l'infiltrée de l'Empire plongea son regard vacillant vers la porte à demi-calcinée...
Ou pour être précise, vers les tours de garde qui la flanquaient, où ils avaient précédemment activé le Fuinjutsu protecteur d'un marchand d'Uzushio.
Et où se trouvaient aussi les mécanismes pouvant permettre d'ouvrir l'huis.
Réflexe d'agonisante qui regrettait de ne pas avoir accomplit sa mission ? Ou bien...

Nikkou mit en tout cas fin aux interrogations de la tueuse.
Profitant de la diversion offerte par Ageha, le shinobi du clan à l'éventail décocha à l'assassine de l'Empire un coup de pied surpuissant chargé de chakra Fuuton.
Blessée et gênée par l'espionne sunajin, il lui fut impossible d'esquiver la technique de l'Uchiha. Nikkou sentit les os craquer et la tetsujin masquée s'effondra tel en pantin désarticulée dans un dernier hurlement.

Voilà, l'Alliance de Baransu avait vaincu, au moins sur les remparts.
Au sol, dans la boue et le sang, le combat restait indécis. Tant les ardents défenseurs de la citée assiégée que les armées de Tetsu se livrait un combat épique mais sans vainqueur clair.
Il était probable que le destin de la porte et de la ville dépendrait de l'ultime combat entre Maho et le Général ennemi.
Devaient-ils s'élancer pour aller combattre au coté de l'homme-singe ?

Ahega, sans poison, doutait d'être extrêmement utile au milieu de cette mêlée furieuse de titans... Mais l'empoisonneuse des sables savait que même sans venin, un coup de senbon au bon moment ou une diversion pouvait leur offrir la victoire.
Nikkou était lui aussi bien amoché et épuisé... Mais il était un fier membre du clan Uchiha, bénit par le mythique sharingan et un Maître du Vent : ce n'était pas un lancier qui allait lui faire peur !
Les deux alliés réfléchissaient à la suite, quand les sens mystiques d'Ahega se réveillèrent, bientôt suivit par des cris d'alarmes et de combats... Venant des tours de guets encadrant la porte !
Un chakra digne d'un shinobi venait soudain de s'y matérialiser, sortit de nulle part !


Sous les murailles de la citée assiégée, le Général Taiyô Ryûichirô siffla son ordre et sa cavalerie jaillit, bloquant puis entraînant le chef du clan Senju au loin.
Il avait confiance en ces lieutenants : même s'ils devaient sacrifier moult soldats, ils arrêteraient ce maudit konohajin !
Plus qu'à occire la bête immonde et se serait la gloire et la victoire pour Tetsu !
Savourant sa prochaine victoire, le Général de l'Empire abattit son arme avec une force terrible sur l'Onryou.

La résilience du bâton du primate opposé à sa lance sacrée festonnée de dragons l'étonna et amena un sourire satisfait sur le visage du chef des tetsujin.
Ainsi il n'affrontait pas qu'un monstre contrefait, mais un artiste martial à même de s'opposer à son arme légendaire.
Sa victoire n'en serait que plus glorieuse !
Il déchaina toute sa puissance contre le Gardien d'Inari.

Contre toute logique l'homme bête saisit l'arme pour sans doute essayer d'en atténuer l'impact ! Le sous-estimait-il ?
Mais à la grande surprise du Général, l'Onryou aux muscles saillant et au cour tannée survécut, déviant assez le coup pour qu'il ne soit pas mortel.
Luttant pour conserver son arme, le samouraï grogna sous l'effort, dédiant un rictus de pure détestation à la Bête.
"Ôtes tes sales pattes de là, le singe !" enragea Taiyô Ryûichirô, puisant dans tout son art pour s'opposer à la colère et à la force brute de l'Onryou transcendé par la haine.

Maho avait stoppé de justesse le coup assassin du Général ennemi.
Profitant de la surprise, le Gardien d'Inari fit appel à ses dernières forces, gorgeant ses muscles de chakra et de puissance. La bruine constante se vaporisait au contact de sa forme bestiale déchaînée.
Porter par la colère, il contre-attaqua avec une violence inouïe et une vivacité folle.

Bien des hommes auraient fuit en hurlant face à la charge bestiale.
Le Général de Tetsu ne se déroba pas. Surpris par la vitesse de l'assaut, il leva vainement son arme, mais déjà Maho était sur lieu.
L'impact de l'ire du Gardien d'Inari fut terrible, claquant comme le tonnerre. Pendant un instant, tout les combats cessèrent, alors que les soldats et les ninjas restaient abasourdis devant ce combat de titans.

Le choc arracha un hurlement au commandant des samouraï, l'éjectant brutalement en arrière comme une banale poupée de chiffon.
Il rebondit sur le sol et glissa lamentablement en arrière, propulsé par l'impact sur plusieurs dizaine de mètre.
Puis soudain, sa lance ornée de dragons dorés s'enfonça dans le sol, arrêtant sa course folle.
La pluie se mit à tomber encore plus drue, comme si elle avait jusqu'alors retenu son souffle.

Le Gardien d'Inari se tenait en attente, retenant aussi son souffle, invaincue et superbe, véritable dieu primitif sortis des forêts pour se venger de la cupidité de l’humanité et de l’Empire.
Pendant un instant, sa victoire ne sembla faire aucun doute, son adversaire si vantard, si vaillant au sol avec sa lance d'apparat planté telle une épitaphe dans le sol boueux devant Baransu.
Personne ne pouvait se relever après un tel coup ! Personne n'oserait affronter une telle puissance sauvage !

Et puis une main jaillit, empoignant la Lance aux Dragons.
Un hurlement primal, de douleur et de haine mêlée s'éleva, statufiant une fois de plus l'assemblée de guerriers.
Chancelant et s'aidant de son arme légendaire, le Général de l'Empire se redressa.
Son corps n'était plus que sang et marbrure, sa peau déchirée et nombre de ses os brisé. Il ne restait rien de ses nobles habits à part quelques loques boueux virant au pourpre.
Il lâcha un terrible soupir en empoignant son arme à deux mains, peinant à la redresser.
Tous les samouraïs retinrent leur souffle, prêt à se sacrifier pour se jeter en masse sur la Bête si jamais leur seigneur s'effondrait.

Mais Taiyô Ryûichirô ne fit que vaciller. Il adopta une posture guerrière et pointa son arme divine vers le demi-dieu des forêts sauvages d'Inari.
Crachant une dent et du sang, le visage souillé de peau et tuméfié, il dédia un sourire torve à l'Onryou.
"...Insuffisant..." souffla-t-il, épuisé, meurtris mais encore capable de se battre.
Pour cet assaut il avait défié sa hiérarchie. Les Haut-Généraux jouaient un jeu d'attentistes savants avec ce siège. Cela lui déplaisait profondément… Fichus "hommes nouveaux" qui avaient enfumés le Shogun et ses conseillers avec leur nouvelles "stratégies". On voyait ce que ça avait donné ! Mais lui, il était un guerrier. Un samouraï ne reculait pas.

Il ferait tomber cette cité lui-même, seul s'il le fallait !
Il allait abattre cette monstruosité simiesque et cette fichue porte !
"Maintenant, meurs ! Ryû no Moeru Yôna Bakufû !!" exhorta le tetsujin, déployant lui aussi une force et une vitesse incroyable. Sa lance divine s'ourla de pourpre et il la propulsa à une vitesse ahurissante vers Maho avec une précision mortelle, laissant derrière elle une traîne de flamme et de destruction.


Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.



Revenir en haut Aller en bas
Asa Ageha
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 108
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 315
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue208/500Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Dim 17 Fév - 16:13
Un cadavre, un vrai. Méfiante, Ageha ne se laissa pas avoir et se pencha pour vérifier que la « ninja » adversaire était belle et bien morte. Il y avait des poisons, et des techniques, qui pouvaient simuler la mort. On ne la lui faisait plus. D’un geste sur et décidé, elle coupa la gorge de la perdante, vérifiant que le sang coulait difficilement, preuve que le coeur ne battait plus. Et encore… Elle n’était pas paranoïaque, mais ce n’était pas un goûter romantique sur les bords du lac. A la guerre comme à la guerre.
- « Au risque de vous choquer… vous pouvez la décapiter ? On ne revient pas d’une décapitation. » demanda-t-elle, très calme, à son allié du moment, pendant qu’elle palpait rapidement les poches et les manches, et autres plis plus ou moins dissimulés, sur les habits et le corps refroidissant. A la recherche de n’importe quoi, qui pourrait les aider – tous les deux étaient amochés et commençaient à être à court de chakra – ou leur donner des informations – un bout de papier, un plan, n’importe quoi. « Il y a quelqu’un d’autre dans la tour derrière nous. Une autre ninja, je pense. Je décèle un chakra nouveau. » indiqua-t-elle en empochant tout ce qui pouvait être utile au premier coup d’oeil. Bien que méticuleuse, Ageha n’avait pas le temps de se livrer à une fouille complète du cadavre. Elle ne pouvait que prendre tout ce qui avait l’être louche ou intéressant. Si elle survivait à ce calvaire, alors elle reviendrait faire parler les morts. Et Nikkou devait sûrement avoir le même genre de pensées, puisqu’il était un ninja expérimenté.

- « On peut y aller en bourrin. Il y a déjà des combats. Ou on y va en catimini. Ou vous en bourrin et moi en soutien. » Rapidement, elle exposa les faits, tels qu’elle les voyait. La stratégie n’avait jamais été de son ressort, elle, la petite Chûnin. Ce n’était qu’une fois seule dans la place qu’elle devait, parfois, agir selon sa propre volonté, quand le plan plantait. Et même là, elle suivait les consignes et conseils sur les routes d’évasion ou les techniques de dissimulation. Son chef d’équipe avait clairement défini les objectifs pour elle, ainsi que les priorités : la mission avant tout, ou la discrétion avant tout. Sa vie ne rentrait jamais en compte: Ageha savait qu’elle pouvait à tout moment devoir se sacrifier pour soit tuer la cible, soit emporter dans la tombe le nom de Suna.

- « Vous pouvez compter sur moi pour contre-carrer tout ce qui est poison. Mais je suis à court de « munitions » moi-même. Je ne peux que rester en éveil, pour scanner et aider… Je ne peux même pas vous soignez, sauf si vous savez prélever du chakra. » Ah, il aura fallu d’une guerre pour qu’un Suna-jin offrît son énergie à un Konoha-jin, mais Ageha avait trop de bon sens pratique pour rabâcher une hostilité stérile. En ce moment précis, Nikkou Uchiwa était un allié, et la meilleure chance de la ville de protéger les murailles.  Tout en parlant, Ageha ne perdit pas de temps pour reconstituer une dose de poison drainant, le seul qui lui serait utile dans un combat face à face. Ça serait un coup unique, et elle allait garder cette cartouche précieusement. Comme quoi, s’arrêter deux secondes pour réfléchir et ne pas foncer la tête baissée pouvait se révéler payant.

- « Je propose d’y aller en éclaireur. » Et joignant le geste à la parole, Ageha s’avança, l’oeil et les sens aux aguets, prête à esquiver le moindre truc louche. Les cadavres composaient une scène macabre et Ageha s’obligea à garder l’esprit froid du détective. Sans aucun doute, une autre « ninja ». Ce qui voulait dire qu’outre les attaques furtives et les poisons – sauf qu’en entendant les bruits de combat, le furtif avait été mis au recyclage – il pouvait y avoir des pièges. Donc la blonde était tentée de hurler des ordres pour forcer les défenseurs à se ruer sur les tours, et à assaillir l’infiltrée. Si elle était du type discret, une attaque en masse, et frontale, la déstabiliserait. Mais la jeune femme hésitait à sacrifier autant de vies, pour pas grand-chose, avec le risque de déclencher quelque chose de pire. Acculer un adversaire restait le meilleur moyen de le rendre désespéré. Fallait voir ce que l’artificier avait fait…

Du coup, Ageha resta sur la défensive. Prête à intervenir, et à faire bouclier, du mieux qu’elle pouvait. Elle avait repris son piège précédemment posé, et ne voyait pas pourquoi elle ne pourrait pas refaire quelque chose de similaire. En attendant, elle se concentrait réellement sur le chakra ennemi pour bien l’identifier et faire en sorte que l’Autre n’échappât plus à sa détection.


Annulation de précédente AC
1 nouvelle AC

Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Nori
Miyamoto Nori
Uzushio no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 454
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue0/2000Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Vibration divine, la puissance du choc s'échappa de l'arme, envahissant les mains, les bras, puis le corps entier de l'Onryou. Il gémissait de douleur comme de plaisir, tandis que ses pieds renouaient avec la terre. La gravité reprenait rapidement ses droits, se mêlant à la fatigue pour abattre une cape de plomb sur le furieux combattant. Rapidement il ancra son bâton dans la terre, perdant sa superbe sous l'agonie de son corps. Oui, chaque partie de son être tremblait de fatigue, ce qui certes ne diminuait pas sa hargne guerrière, mais disons qu'il en voyait de plus en plus la limite.

"Ysei, sois fier de ton fils."

Une prière s'échappait de ses lèvres, tandis qu'il regardait non sans appréhension son adversaire se relever. Pendant un instant, sa confiance infaillible chancela, le frisson de la mort léchant ses entrailles. Qu'importe l'avenir, un Onryou souriait à l'adversité comme un enfant : avec l'inconscience du bienheureux.
Allégorie du combat éternel de l'ancien et du nouveau, apothéose du choc entre le bois et le fer, ce duel infernal se refusait de finir. L'homme de fer revenait à l'assaut, d'autant plus puissant qu'il venait d'être vaincu. L'orgueil du guerrier était une chose remarquable. Le fils d'Inari le savait bien, et alors qu'il comprenait que l'un comme l'autre ne s'avouerait jamais vaincu, un sourire illumina son visage. Sa vie entière portait la couleur du combat, il était un Gardien, un Chasseur, il était le Croc acéré et le Poing fermé d'Inari. Qu'importe l'issue de cet énième affrontement, ce duel valait la peine d'être vécu.

Rendu brûlante par la rage du samouraï, la lance volait, projectile funeste, vers l'homme-singe. Il n'avait qu'à sentir la chaleur que dégageait le projectile pour comprendre qu'encaisser pareille attaque serait suicidaire... pourtant son corps se refusait de bouger. Ses blessures couplées à sa fatigue le rendait plus lourd, plus lent, tandis que cette mort perçante filait de façon céleste.
Non, il n'offrira pas si aisément son dernier souffle. Inondant brutalement son corps avec ce qu'il lui restait de chakra, Maho chassa en moins d'une seconde fatigue et doute,  reprenant la conscience animale propre à son clan. Le projectile affamé de chair dut se contenter d'une ombre. La bête éveillée tenait à sa peau, elle fuyait les flammes par instinct, sans pour autant oublier sa proie. Chevauchant la vitesse incontestée des shinobis, le prédateur échappa à la mort, ivre de briser une bonne fois pour toute le cou de cette brebis insolente.

Hélas le général n'était pas une brebis, et pour l'atteindre il fallait rentrer dans la traînée de flamme laisser par son assaut. Le Gardien s’engouffra donc dans l'enfer, sa peau meurtrie demeurant muette sous l'étau de sa volonté. Il tenait fermement son arme, l'abattant dans un coup latéral de toute beauté, qui n'aurait en temps normal jamais du atteindre sa cible. Seulement l'envoyé de Tetsu n'était pas le seul à posséder un outil de légende, et déjà le bâton s'allongea, comme s'il avait décidé de lui même qu'il était hors de question de manquer sa cible.

Le combat n'était pas encore fini, mais la hache et le chêne déployait l'un comme l'autre leurs dernières cartes.

lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le souffle haletant et le corps en lambeau, Nikkou pris un instant pour regarder leur ennemi alors qu’il reprenait son souffle. Le corps défiguré seyait sur le sol, désormais plus que vaguement humain suite à l’écrasante force de l’orage. Loque humaine baignant dans son propre sang, l’assassine n’en demeurait pourtant pas impressionnée.

Conditionnée à ne jamais laisser la moindre cible derrière elle, la Chûnin des Sables égorgea sa cible, avant de voler le cadavre de ses possessions, laissant Nikkou la grâce du dernier coup. Professionnel jusqu’à la fin, il s’approcha donc à son tour du cadavre et approcha sa lame affûtée de Chakra Fûton de l’entaille déjà ouverte.

D’un coup sec, le Ténébreux scia alors le cartilage de la trachée dans un bruit écoeurant de la lame surnaturelle, laissant les derniers flux sanguins quitter le corps inerte. Professionnel aguerri, le Chûnin laissa son regard ensanglanté parcourir le corps de mutilé, à la recherche de la moindre boursoufflure ou pochette secrète susceptible d’avoir échappé aux doigts fins de la tueuse des sables. En guise de vérification, il s’attarda donc au moindre recoin oublié du corps de la défunte, à la recherche du moindre objet susceptible de les aider à remporter cette Guerre s’éternisant.

L’opération terminée, Nikkou se leva à son tour et porta son attention sur Ageha, le corps meurtri et les cheveux roussis, ne pouvant réprimer son inquiétude de lui imposer une nouvelle épreuve dans son état. Lui-même ne payait pas de mine, ses vêtements déchirés sur l’ensemble de corps, quelques pièces reprisées pour panser des blessures bien trop profondes pour des soins si superficiels.

Mais déjà, son regard se portait sur la tour de guet. Lors de leur combat, le mythique Sharingan avait réussi à percevoir l’inquiétude de leur ennemie et son regard éparse en direction de la seconde tour. Au même moment, sa coéquipière confirma ses soupçons. La Guerre ne connaissait pas le repos.

« L’Empoisonneuse a regardé dans la direction de cette tour. Le chakra que tu as ressenti doit sûrement être celui de son coéquipier. Nous aurons sûrement affaire à un autre assassin, si tu n’as pas pu le détecter plus tôt… »

Entre-temps, l’utilisateur du Sharingan porta son attention sur le champs de bataille au sol. Le Chef du Clan Senju avait été écarté du combat principal, laissant l’Homme-Singe affronté une brute à la Lance d’Or. Probablement le Général mentionné par l’Espionne des Sables. Un véritable combat de Titans semblait engagé, mais il était encore trop tôt pour les deux Shinobi pour venir porter leur aide à leur coéquipier d’infortune.

« Ma réserve de Chakra est bientôt à sec de mon côté. Je devrai minimiser l’usage de mon Ninjutsu…Nous devrons régler le compte de l’ennemi sur les remparts le plus rapidement possible si nous voulons nous assurer que la Porte ne tombe pas. Il s’agit de notre priorité. »

Alors, d’un seul mouvement, les deux Shinobi s’élancèrent sur les remparts en direction de la seconde Tour où les sens mystiques de la Tueuse les amenaient. L’esprit préoccupé par le succès de leur mission, Nikkou évita tout regard en direction des cadavres éparpillés sur les remparts. Peut-être aurait-il pu les sauver s’il n’était pas parti affronter l’archer? Trop tard pour y penser. Toute Guerre avait des causalités.

« Nous devons maximiser nos chances de succès, alors j’attaquerai de front en bourri et tu auras une ouverture suffisante pour intervenir immédiatement. Surprenons ces assassins à leur propre jeu. »

Arrivé à la tour de guet, le Chûnin laissa le temps à Ageha de s’écarter et de trouver son angle d’attaque. Dès le moment où elle fut hors du champ de vision, Nikkou entra à la volée dans la tour, les mudras déjà composés pour invoquer le Feu des Dragon Uchiha, misant sur les facultés exacerbées de son Sharingan pour repérer l’assassine dans les ombres qu’elle avait choisi pour se dissimuler.

« KATON : GÔKAKYÛ »

En guise de diversion, un lance-flamme infernal s’échappa de la bouche du Shinobi en direction de son ennemie, l’intensité du souffle suffisant pour aveugler tout adversaire surpris de la sorte.



Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Jeu 7 Mar - 23:51
Tenez la porte !

Toute la soif de sang (ou la prudence, c'est selon) de Suna s'exprima par l'adorable bouche d'Ageha, qui demanda à son compagnon de fortune de trancher la gorge de leur ennemi vaincue. Histoire d'être sûr.
Le konohajin aux pupilles sanglantes s'exécuta sans coup férir, alors que l'espionne des sables fouillait le cadavre.
Empoisonneuse comme elle, la discrète tueuse de Tetsu disposait peut être de quelques ingrédients ou fiole de poison qui pourrait remplir les réserves bien à plat de la sunajin...

D'un commun accord, les deux ninjas de l'Alliance de Baransu s'élancèrent promptement vers l'une des tourelles flaquant la porte de la cité assiégée.
C'est là que les sceaux du fuinjutsu (volé) d'Uzushio avaient été déployés... Et c'est aussi là que se trouvait les lors mécanisme permettant en temps normal d'ouvrir et de fermer l'imposante porte de la ville.
Ageha y avait sentit l'apparition soudaine et inexpliqué d'un chakra digne d'un shinobi qu'elle n'avait pas encore ressentit jusqu'à présent.
Et avec son mythique sharingan Nikkou avait surpris un coup d'œil réflexe de feu l'infiltrée de Tetsu dans cette direction...

Ils ne se soucièrent donc pas du duel de légende qui se jouait en contrebas et se hâtèrent d'aller voir.
Très vite les shinobis eurent confirmation d'un problème : des cadavres de samouraïs Chûritsu égorgés de dos parsemaient la rotonde. L'un d'eux semblait montait la garde à coté de la porte menant à la tour de guet... Et son corps appuyer contre la muraille le ferait pour l'éternité, un sourire sanglant tracé sur la gorge.

Ageha, spécialiste en infiltration ne décela aucun piège, tout comme le sharingan du konohajin.
A voir le massacre, le ou la tueuse de Tetsu faisait à présent fi de toute subtilité. Ils entendirent des bruits de batailles bien vite suivit de cris d'agonie à l'intérieur.
L'intention de ce nouvel ennemi dans leurs murs était claire : actionner les mécanismes d'ouverture de la porte de Baransu. Chose délicate pour un homme esseulé, mais pas impossible pour un ninja.

Ils pénétrèrent donc en toute hâte dans la tour, qui sentait déjà fortement la fumée et le brûlé suite à l'assaut ultime de l'artificier de l'Empire.
En un éclair, le légendaire sharingan de l'Uchiha analysa la situation : des Chûritsu morts ou agonisant. Les autres portes de la tour barricadée à la hâte. On entendait derrière des hurlements de rage et de coups de bélier de la part des samouraï défendant la cité.
Et examinant les imposants rouages et mécanismes permettant d'ouvrir l'huis, une silhouette mince et souple, masquée, véritable jumelle de la kunoichi assassin qu'ils avaient déjà vaincus.

Ni une, ni deux,  le shinobi du clan à l'éventail agit immédiatement, envoyant une déferlante de flamme sur l'espionne de Tetsu.
L'angle était parfait, les pupilles pourpres ayant anticipé le mouvement réflexe de la tueuse ennemi la prenant par surprise. Elle disparu un bref instant dans les flammes, hurlant.
D'une souple roulade, elle sortie de la zone embrasé, ses vêtements fumants, sa peau en partie calcinée et le regard plein de haine pour l'Uchiha.
Elle se mit en position de combat.

"Sôfûshasan no Tachi !" s'exclama-t-elle en expédiant soudain une volée de kunaï et de shurikens vers l'Uchiha. Elle devait gagner du temps et ouvrir cette fichue porte pour que les myriades de soldats de l'Empire puissent envahir la citée !
Mais la tetsujin avait fait une erreur : en partie aveuglée par les flammes de la boule de feu, elle ne s'était pas rendu compte de qui elle affrontait exactement, ne notant pas les pupilles écarlates et le symbole clanique de son adversaire dans la tour envahit par la pénombre. Stressée et blessée, elle n'avait même pas encore noté la présence de la jeune sunajin.
Le légendaire sharingan remarqua les trajectoires étranges des projectiles et la présence de fils de fer discrets qui les reliaient...
Nikkou surpris également un mouvement étrange de la main de la tueuse, juste avant qu'elle n'envoie ses lames.
Ageha quand à elle ressentit grâce à ses sens mystiques l'utilisation rapide et successive de deux techniques...

Au bas des remparts, le Général de Tetsu jouait son va-tout, expédiant sa lance avec fureur vers le Gardien d'Inari dans un déferlement de flammes et de puissance.
L'instinct sauvage de l'homme-singe lui sauva la vie : encaisser pareille attaque aurait été du suicide.
Ses réflexes de fauve de sa bête intérieure lui permirent d'esquiver au dernier moment la lance ardente d'un prompt shunshin.
Épuisé et meurtris, le Gardien d'Inari ne recula pas, chargeant au contraire son adversaire à travers les flammes.

Le samouraï de l'Empire, son armure en morceau et privé de son arme légendaire accueillit pourtant la charge de l'homme-bête par un rire dément.
Le tetsujin aux yeux injectés de sang était tout aussi gagné par la soif du combat que le terrible Onryou. Et peut être par quelques chose d’autre… Un stimulant ?
Il fit un curieux geste de la main alors que l'homme-singe se précipitait sur lui. La fiole qu'elle contenait s'écrasa, vide, dans la boue. Les pupilles dilatées du samouraï brillaient sous l'afflux d'énergie.
"Ie ni Modorimasu !" s'exclama-t-il d'un ton impérieux, main toujours tendue en avant.
Maho sous sa forme bestiale entendit un terrible sifflement venant de derrière lui, alors que la terrible lance festonnée de dragons du Général de l'Empire fendait l'air à son commandement.

L'arme légendaire regagna la main du tetsujin juste à tant pour rencontrer son homologue que l'Onryou abattait avec une furieux bestiale.
De nouveau, des étincelles jaillirent quand les deux armes s'affrontèrent.
Maho avait l'avantage de la force, mais soudain, le Général se déroba, plus vif qu'un serpent.
"Tu aurais dû rester à terre, monstre !" grogna Taiyô Ryûichirô en esquivant le coup surpuissant du Gardien d'Inari. "Mais je reconnais ta vaillance ! Fort peu peuvent se targuer de m'avoir autant ralenti ! A genoux et donne moi ton nom, qu'il soit chanté dans mes exploits ! Jiin no Issô !"
D'un mouvement impérieux de sa lance étincelante, il tenta de balayer le Gardien d'Inari pour le faire choir.
"Et maintenant, meurs enfin !" s'écrier le guerrier du Fer portant un nouveau coup terrible de sa lance orné de dragons.




Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.



Revenir en haut Aller en bas
Asa Ageha
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 108
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 315
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue208/500Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Dim 10 Mar - 22:10
Et bis repetita.

Ageha, si elle n’avait pas eu le visage cramé, aurait levé les yeux au ciel en soupirant. Mais un tel visage avait tendance à tirer sur les zygomatiques, qu’elle avait à vif, et aurait souligné son absence de sourcils. Ah, et ce petit détail comme quoi elle n’avait pas forcément le temps. Dans un combat, un instant d’inattention et c’était la mort. Montrer son agacement face au manque d’originalité de son ennemi n’était pas un luxe que l’ex-blonde pouvait se payer. Il n’empâchait qu’elle avait l’impression de revivre le combat qui venait de se passer. La « ninja » - et là, Ageha eut cette pensée fugitive de se demander comment les deux jeunes femmes étaient désignées dans les rangs de l’Empire, où l’usage du « chakra » était interdite et le mot même remplacé par « ki »… éclaireuses, peut-être ? Ah, quelle hypocrisie !

La Suna-jin ne fit pas l’erreur de sous-estimer son ennemie, mais il était clair que ne pas être des ninjas était une position et une style de vie qui avait ses désavantages : on n’en connaissant qu’une partie. Les « sœurs de bataillon » semblaient n’avoir qu’un savoir limité en terme de techniques. Bon, elle pouvait difficilement critiquer, vu qu’elle aussi, mais elle ne tenterait pas de faire le même enchaînement futile. Elle devait savoir que l’autre était morte, avoir senti la dissolution de son chakra. Et même sans ça… le fait qu’ils fussent tous les deux devant elle prouvait l’échec. L’un dans l’autre, elle aurait dû se méfier.
Ageha analysa ses gestes sans se douter cependant qu’il y avait des fils reliés permettant le retour de jet. Comme quoi, elle avait tort de penser que les deux impostrices ? Imposteuses ? Étaient des copies conformes. Par contre, elle ne rata pas le second geste. Donc, jet de lames empoisonnées ? Via un mécanisme fixé au bras comme son amie – bras perdu dans la bataille, merci Konoha ? Est-ce que ça changeait vraiment ? Elle n’avait pas d’autres ressources, et si ça avait marché une fois, ça marcherait bien une seconde.

La jeune femme laissa passer la boule de feu puis se précipita dans son sillage, sa défense anti-poison de nouveau opérationnelle, un kunai à la main, en direction des yeux, ou de la gorge, selon ce qu’elle pouvait toucher. Au pire, l’épaule, bien profond, coupant les tendons. Une petite hémorragie pourrait aider, même Ageha préférerait quelque chose de plus rapide. Pour elle, car elle avait encore une bataille à gagner – ou à ne pas perdre – et pour l’autre, car toute ennemie qu’elle était, elle ne méritait de souffrir inutilement.
Tout cela, en restant aux aguets. Ageha savait parfaitement que ce n’était pas elle qui allait abattre cet ennemie, celle-ci ou tout autre. Elle manquait de force, de technique, de tout, si ce n’était de bonne volonté et d’un sens tactique faiblement développé. Nikkou était à bout de « forces », mais il restait le bras armé de leur duo. Son rôle était d’affaiblir les défenses, tout comme le général et son armée, pour laisser la réelle menace s’approcher au plus près, à moindre frais. Elle devait être capable d’anticiper les coups et les mouvements de l’adversaire, pour l’acculer si possible, pour prévenir toute surprise en tous les cas. Et si nécessaire, se faire embrocher vivante si elle arrivait à immobiliser l’ennemie ; peu importait sa vie, tant que la victoire revenait aux ninjas.
Aux vrais ninjas.
Ceux qui n’avaient aucun sens de l’honneur.
O ironie, la mort n’en sera pas plus douce.


Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Nori
Miyamoto Nori
Uzushio no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 454
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue0/2000Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Suintant de sueurs et de sang, le monstre s'élançait vers sa proie, incertain de son coup de griffe, aveuglé par la rage. Hélas peu importe sa détermination, l'enfant d'Inari ne pouvait défier les lois du monde. La fatigue, la douleur, la ténacité de ses ennemis, tant de choses qui érodaient sa bestialité, ramenant sans cesse, coup après coup, souffle après souffle, le superbe Gardien au rang des hommes. L'humanité réclamait son présent. L'Onryou eut un temps de répit, sa nature animale lui permettant d'esquiver de justesse le sournois projectile. Hélas c'était bien là tout ce que son corps pouvait lui offrir. Taudis de paille, il fut balayé sans aucune pitié, heurtant le sol dans en une violente étreinte.
Malgré toute sa malice le singe fut finalement pris au piège. Il n'avait plus de de cartes dans son sac, et sincèrement le contact du sol lui donnait bien plus envie de s'endormir plutôt que de continuer l'affrontement. Seulement voila, le destin l'avait placé dans cette bataille, il ne saurait le décevoir. Ainsi, alors qu'une arme légendaire menaçait sa chair, l'animal traqué eut un sursaut de bravoure.

Différant du choc du métal et des os, plus froid, plus puissant, un puissant claquement retentit dans la forêt. Bien qu'il fut projeté au sol, Maho possédait toujours ses atouts simiesques. Sa queue préhensile n'avait pas lâché son arme, et dans un mouvement aussi vif que précis, celle-ci rejoignit ses mains, s'enduisant par la même occasion d'un manteau de chakra. Oui, hériter d'un clan centenaire, il n'en restait pas moins un shinobi, capable tout comme eux de tordre à sa volonté les lois de ce monde.
L'arme désormais inflexible rivalisait sans peine avec la lance légendaire, d'autant plus que la force de l'homme-singe n'avait rien à envier à celle de son opposant. Usant de nouveau de ses aptitudes simiesques, l'Onryou enroula son appendice préhensile autour de l'arme qui avait tenté de le frapper, déployant une force étonnante pour la poigne d'une simple queue. D'une roulade intrépide, il quitta la confort de la terre, tirant violemment par la même occasion sur la lance du Samouraï. Cela ne suffirait surement pas à le désarmer, mais nul doute qu'il sera moins apte à recevoir le véritable coup de bélier qui menaçait son intégrité. Tenant fermement son outil de carnage, le Gardien concentrait sa force dans la riposte, sa puissance naturelle rendue d'autant plus terrible qu'elle profitait de l'élan du chakra.

"Maho, Gardien des puissants Onryou. Voici le nom de celui qui brisera ta fierté."

lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le brasier Uchiha engouffra l’assassine dans sa torpeur infernale, lui arrachant au passage un cri de douleur doublé d’une rage à peine voilée. Les flammes léchant ses membres encore de leur caresse à vif, la Kunoichi préparait cependant déjà sa riposte, laissant le temps à Nikkou de l’analyser de ses yeux à la lueur démonique. La ressemblance était frappante. Un petit gabarit perdu dans une tunique noire faite pour la discrétion. La jumelle de leur ennemie précédente oeuvrait certainement des mêmes artifices, jouant de furtivité et de méthode perfide pour achever ses cibles.

Militaire aguerri, Nikkou profita de ce temps pour souffler quelques instants, prenant le temps d’analyser les gestes de son ennemie de son Sharingann. Et dans un éclair de lucidité, il put apercevoir le soulèvement de sa manche et quelques gestes effectués dans l’ombre. Les chances étaient qu’à l’image de sa jumelle, elle usait des mêmes vilaineries et il n’était pas en état de risquer d’être affecté par son venin.

Les pupilles carmines en alerte, Nikkou aperçu distinctivement les fils Ninja dont étaient pourvus les multiples projectiles et la direction perfide qu’ils prennaient. En garde, il leva alors le Kunai effilé de Chakra Fûton en guise de seule défense. La lame alléguée par l’aflux du Chakra venteux doublée des perceptions aiguisées du Sharingan lui permettait de dévier les projectiles grave à ses réflexes aguerris, mais il demeurait attentif au piège de son ennemie, focusant son attention sur ce shuriken à la trajectoire improbable. À son arrivée, il laissa filer le shurikenjutsu et usa de ses perceptions affûtées pour trancher le fil ninja guidant l’instrument.

Profitant de l’arrivée de sa coéquipière et de la surprise de son ennemie devant l’échec de sa technique, Nikkou fusa de toute sa vitesse vers son ennemie, le Kunai Fûton brandi pour attaquer de concert à la Suna-Jin sortie de l’ombre. Le duo de sable et de feuilles recommencèrent alors la même danse, maintenant en phase avec leur cadence respective pour offrir un tandem impressionnant. Aidé de son Sharingan, le Démon Uchiha profitait de chaque interstice créée par leur duo improbable pour incapaciter leur ennemie en tranchant les tendons liant le bras et l’avant-bras.  


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mar 12 Mar - 23:49
Tenez la porte !

Ageha hésita un instant à se précipiter devant la volée de projectiles de leur ennemie : sa méfiance naturelle d'empoisonneuse et d'espionne lui faisait suspecter l'usage de poison.
Mais le konohajin aux pupilles couleur de sang n'était pas lui non plus un béjaune : le légendaire sharingan avait capté l'infime mouvement durant lequel la tueuse de l'Empire avait promptement enduit ses lames volantes de quelque substance toxique.

En un instant, vif comme le vent, l'Uchiha trancha fils et shuriken de son arme au tranchant renforcé par son chakra.
Il se rua à l'assaut, voulant verrouiller la knunoichi adversaire au corps à corps. Elle se battait comme sa jumelle, à l'aide de poison et de fourbe attaque à distance et autre vilenie.
Autant ne pas lui laisse déployer tout ses moyens !

Le ninja du clan à l'éventail ayant sans mal repoussé l'assaut, la sunajin décida immédiatement de passer à l'action.
Prise par surprise, l'assassin de Tetsu se vit orner d'une belle balafre. Cependant, l'infiltrée avait réussit à protéger ses points vitaux.
Mais Nikkou ne laissa pas passer l'occasion offerte et ses lames surchargées de chakra Fûton fendirent l'air puis la chair, balafrant de sales plaies leur ennemi.

Prise entre deux feux, la tetsujin ne savait trop que faire. Comme sa consœur (et ironiquement, Ageha), elle comptait essentiellement sur la surprise et la fourberie. Chose particulièrement difficile contre le mythique sharingan et une kunoichi du désert qui connaissait tous ses trucs...
Elle décida de jouer son va-tout.

D'un mudra, elle disparut alors que les deux shinobi de l'Alliance de Baransu revenait à la charge pour l'occire, laissant sa place à quelques débris de bois calcinée. Un kawamiri.
Déjà, les pupilles écarlates du konohajin se mirent en action, traquant l'ennemi. Mais Nikkou était désavantagé : la tour de guet regorgeait de recoins obscurs et le petit incendie déclenché par sa boule de feu faisait danser les ombres. Il lui faudrait quelques instants pour faire la mise au point et retrouver la tueuse. Des secondes potentiellement fatales…

Ageha quand à elle n'avait pas à se fier à ses yeux. Elle sentit l'usage de la technique et ses sens mystiques lui révélèrent presque immédiatement où se trouver la fourbe tetsujin.
D'ailleurs, elle était déjà en train de rassembler son chakra et de composer des mudra, après avoir avalé une petite fiole.
Elle souffla aussitôt une pluie d'aiguille violine d'un aspect plus que malsain, visant les deux shinobi.

D'un bond souple, la sunanjin jaillit, interceptant l'arc de cercle à peine craché. Sa résistance au poison l'empêchant d'être affecté par l'insidieuse substance, une toxine corrosive.
D'un mouvement de poignet, la kunoichi des sables expédia un parchemin explosif vers l'ennemie, signant immédiatement le mudra du serpent pour déclencher une petite explosion.
Surprise à nouveau et sous le choc, l'assassin de l'Empire du Fer fut projeté... Vers l'Uchiha ! Le sharingan anticipa immédiatement la trajectoire et en un éclair les lames de Nikkou furent sur elle.
Dans ses pupilles écarlates, elle lue sa mort prochaine...
Elle avait échoué. La Porte était sauve.

Sous la pluie et les remparts, deux guerriers de légende s’affrontaient, meurtris et épuisés.
Aucun des deux combattants opiniâtre ne voulait céder. Deux forces de la nature, deux volontés, deux égos s'affrontaient sur un champ de bataille illuminé par les éclairs de la tempête.
Le Général de Tetsu balaya le grand singe, profitant de la surprise d'avoir récupérer son arme légendaire.

Mais le Gardien d'Inari sous sa forme bestiale avait encore quelques tours dans son sac.
Sa longue queue touffue lui évita de perdre pied et son arme. Son gros bâton durcis au Dôton s'interposa à temps pour parer l'incroyable lance orné de Dragons de Taiyô Ryûichirô.
Le regard de ce dernier restait froid, maître de lui-même. Le parfait samouraï, inflexible, nullement paniqué devant l'imposante arme qui noircissait sous l'influx de chakra Dôton.

Maho tenta de saisir la hampe de la lance royale de son ennemi, mais le stratège de Tetsu l'avait vu venir : il avait pu jauger de la force et de la vitesse de l'homme-bête et de sa faculté à utiliser son long appendice simiesque.
Cependant, éviter l'empoigne offrait une ouverture pour son adversaire qui abattit avec rage son énorme bâton.
Le Général de l'Empire, même connaissant leur différence de force physique leva sa lance pour intercepter le coup, un sourire mauvais aux lèvres.
"Dévores, ma lame du Dragon ! Fais tienne les forces de mon ennemi !" tonna-t-il, certain de sa supériorité.

Les deux armes légendaires s'entrechoquèrent dans une pluie d'étincelles. Le samouraï recula sous l'impact, titubant.
Mais Maho eut une effroyable surprise : nul chakra ne courrait plus dans son bâton sacré.
A l'inverse, la lame de son ennemi s'était noircie, se changeant à lame d'obsidienne à l'incroyable résistance.
Le samouraï s'en servit pour encaisser le coup terrifiant.
Néanmoins, la force de l'homme-bête le força à reculer en serrant les dents sous l’impact douloureux.

"Et bien, Maho du clan Onryou, soit honoré de croisé le fer une dernière fois avec Taiyô Ryûichirô, Général de Tetsu et ton exécuteur." rétorqua le commandant en chef des samouraï avant de faire un moulinet de sa lance désormais chargé de chakra Dôton. "Ma fierté et mon art de la guerre triompheront et j'entrerais dans cette ville pathétique en pleine gloire ! Prends ça : Zentô Maifuku !"
Il chargea, lance à avant, bien décidé d'en finir et ravis de retourner les arts ninjas du Gardien d'Inari contre lui.
Profitant de son élan, le Général de l'Empire doubla l'attaque d'un nouveau coup de sa lance légendaire.

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.


Revenir en haut Aller en bas
Asa Ageha
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 108
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 315
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue208/500Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Sam 16 Mar - 16:12
Ce n’était pas que ça ne faisait pas mal. Des coups, Ageha en avalait sa dose quotidiennement, que ce fût du corps à corps, ou des lames de kunai, ou des piqûres de senbons. Son corps était constellé de petites cicatrices preuve d’un entraînement régulier – et nécessaire, vu qu’elle se faisait encore toucher. Malgré ses années comme enfant soldat, Ageha n’avait pas encore appris à ne pas ressentir la douleur. En revanche, elle savait faire fi, bon coeur contre mauvaise fortune. D’ailleurs, tous les sunajins passaient par cette étape : savoir encaisser. La capture n’était pas quelque chose qu’on envisageait avec plaisir, car c’était un déshonneur total – valait mieux mourir, réellement. Mais Suna n’avait pas survécu à la Grande Guerre en étant naïf ; en cas de capture, l’interrogatoire et la torture s’envisageaient, clairement. Aussi les guerriers du désert avaient dû subir interrogatoire et torture, et encaisser, encore, et encore et encore… jusqu’à comprendre que la mort était mieux.

Ce n’était pas la douleur donc.
C’était l’amertume de l’échec.
Oui, la « ninja » gisait dans son propre sang, et elle n’avait pas fait long feu. Quelqu’un d’autre se serait peut-être tourné vers Nikkou pour partager des félicitations et s’exclamer  « oh, nous faisons une bonne équipe, hein ? ». Pas Ageha. Elle n’avait fait que son devoir, et en fait, n’avait même pas réussi ça. Le Konohajin avait été touché par les aiguilles de poison, de façon minime mais tout de même touché, parce qu’elle n’avait pas été capable de tout bloquer. Elle n’avait pas achevé l’artificier, et n’avait pas récolté des informations si probantes que ça. A se demander si elle avait servi à quelque chose, réellement. Comment Kayaba-san allait-il réagir après ça ?

- « J’espère que ça ira. » fit-elle avec ce détachement qui lui était propre. « Je ne sais pas guérir les empoisonnements. Pas encore. » ajouta-t-elle, bien décidée à remédier à ça dans un futur plus ou moins proche. Fallait-il déjà qu’elle recouvrât une peau avant de franchir la ligne, en passant de patient à soigneur. Toujours aussi prudente, elle traça un nouveau sillon rouge à la gorge de l’ennemie, laissant à son allié le soin de la décapiter ou pas. Avec prudence et application, Ageha recommença à fouiller les poches, se méfiant d’un dernier piège possible. Avec les empoisonneurs, tout était possible. Et elle savait de quoi elle parlait. « Tiens, je crois que cela vous sera plus utile qu’à moi. » Elle était encore pleine d’énergie, et nettement moins amochée que les cadavres autour d’elle, ou que Nikkou. Et elle savait parfaitement que contre le général que Maho affrontait toujours, elle ne serait que d’une utilité…. Même pas partielle. Ageha était persuadée que l’ennemi n’avait aucun moyen de luter contre sa dernière dose de poison. Mais l’effet draineur prendrait du temps, et c’était ce que la cité n’avait pas… pas plus que Maho. Et fallait-il encore s’approcher suffisamment près pour le piquer, or ceci n’était pas un petit rien. La blonde avait vu l’Uchiha utiliser des techniques beaucoup plus « boum paf pif » qu’elle. Non seulement allait-il sûrement être plus efficace qu’elle, mais avait-il besoin de régénérer son énergie.

Ageha s’assura ensuite que le mécanisme de la porte tenait toujours. L’infiltrée avait peut-être commencé à défaire les verrous ou débuté un travail de sape contre les murailles. Satisfaite (ou pas?) de son analyse, la jeune fille se déplaça souplement d’un bond vers le chemin de garde, surplombant la plaine boueuse d’un côté et le début de la ville assiégée de l’autre. Le général continuait de lutter, et il le ferait jusqu’à la mort. Toute retraite serait un échec total pour lui, si les informations récoltées valaient quelque chose. Oh, comme Ageha comprenait ce sentiment amer d’impasse. Elle soupira, repoussant ce qu’il lui restait de cheveux en arrière, prête à une dernière passe d’armes
- « Je suggère que vous alliez aider en bas. Je reste là, en soutien. Si nécessaire, je viendrai vous aider avec mon dernier atout. » Là, elle avait clairement dit qu’elle ne valait plus grand-chose. Ce n’était pas pour autant qu’elle allait se mettre en PLS sur le sol à gémir. Suna ne pratiquait pas la technique de la larve morveuse. Souffrir, c’est être encore en vie, qu’on disait.

- « J’ai besoin de renforts ici !!! » appela-t-elle à haute voix. « Qu’on évacue les morts et les blessés dans le coin pour le moment. Il faut libérer le passage. Récupérer les flèches et les armes, laissez-les sur place. » ordonna-t-elle aux défenseurs de la ville qui avaient grand besoin d’organisation. « Il faut finir de nettoyer la plaine. Visez tout ce qui bouge et qui n’est pas le combat contre le général. Pour le moment, n’interférez pas, mais si les ninjas devaient mettre genou à terre, alors c’est feu à volonté sur le général. Vérifiez les défenses. Je veux les rapports, maintenant ! » La guerre, c’était vraiment un truc de fou. Jamais Ageha ne se serait sentie capable de diriger quoi que ce fût, encore moins un contingent d’hommes. Il suffisait de voir comment sa vie se déroulait pour comprendre que c’était une mauvaise idée de la laisser prendre des décisions. Mais évidemment, personne d’autres ne semblait volontaire pour assumer ce rôle et Ageha faisait toujours de son mieux pour réussir ses missions. Généralement, cela voulait dire assassiner un gars, mais voilà, la guerre, c’était un truc de folie et on se retrouvait à faire des choses inimaginables. Même si la blonde se doutait que lors que les vétérans de la Grande Guerre disaient ça en secouant la tête, ils ne pensaient pas à la direction de soldats.
On était traumatisé par ce qu’on pouvait, hein…

Et histoire de ne pas complètement passer pour une novice, Ageha garda sa défense contre le poison et son détecteur, à pleine puissance. Il ne sera pas dit qu’elle allait être de nouveau être prise à dépourvu. Ils voulaient chanter ? Bien, l’empire allait danser.

Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Nori
Miyamoto Nori
Uzushio no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 454
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue0/2000Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Les ennemis de mes ennemis...


Tout comme le soleil terminait sa course dans l'océan, toute histoire, aussi épique soit-elle, se devait de finir. Aussi brillant fusse-t'il, ce duel s'approchait dangereusement de l'excipit. Les deux combattants semblaient à bout de force, mais l'enfant d'Inari était largement le plus à plaindre. Sa volonté avait beau continué de luire, son corps ne parvenait hélas plus à suivre le rythme. On pu clairement voir la détresse déformer ses traits lorsque, sans crier garde, sa propre magie se retourna contre lui.
Bien qu'en apparence son adversaire fut celui qui fit un pas en arrière, le Gardien fut clairement affecté, immobile devant l'évidence. Alors que le Général clamait sa détermination, Maho lui ferma les yeux, sentant pour quelques secondes le goût de la Fin. Sa pilosité diminua, ses muscles perdirent leur tonicité, et sa longue queue simiesque s'évanouit dans le vent. Le temps d'une bouffée d'air, il quitta cet enfer.

Ses pieds meurtris se retrouvèrent dans l'eau fraîche d'une rivière gracile. Une brise discrète, chargée des senteurs de l'Automne, léchait les marques brûlante de ses trop nombreux combats. Au loin, des clapotis intrépides résonnaient, rythme du bonheur de ses filles adorées, tandis qu'une voix féline et délicieuse lui murmurait dans l'oreille. Sa tête endolorie reposait sur le sein de l'être aimé, son corps meurtri soutenu par les bras d'un ange.

Mais ce n'était pas d'aujourd'hui. Lendemain prometteur ou passé glorieux, il n'avait hélas aucune puissance sur un présent désastreux. Alors qu'il rouvrit les yeux, une lance recouverte d'ébène s'avança vers lui. Naturellement il tenta d'esquiver, mais il était bien trop tard.
Le métal pénétra sa chair, s'enfonçant dans sa peau, dans ses muscles, s’immisçant dans ses côtes qu'il brisa comme des bâtons de craie. Pénétration précoce et forcée, elle ouvrait un passage interdit, invitant un froid glaciale dans un corps encore trop plein de vie. Et pourtant l'Onryou n'émit pas le moindre son. Trop fier pour crier, trop fier pour pleurer, Maho se contenta de fixer son adversaire, la haine de son peuple s'injectant dans ses yeux.

En moins d'une seconde, son corps avachi reprit de l'ampleur, ses muscles se gonflèrent, son appendice simiesque réapparu. Saisissant d'une poigne implacable la lance intruse, l'homme-bête la maintenait à l'intérieur de lui. Ses deux mains serraient de toutes leur force, tandis que sa queue agile s'enroulant autour de la hampe, prouvant une dernière fois la force écrasante des Onryou.
Maho avait certes lâché son arme, il puait le sang et la sueur, et l'on aurait juré que la mort trônait déjà à ses côtés, prête à réclamer son du. Néanmoins il était encore en vie, son œil brillant d'une lueur unique ; ni espoir ni folie, aucune haine ou aucune rage, il n'y avait dans ces iris que la détermination, la douleur, et l'âme mise à nue d'un animal traqué.

"Pourquoi dois-je mourir samouraï?"

Une question aussi inattendue qu'absurde, qui pourtant ne demandait aucune réponse. L'Onryou ne voulait pas de réponse, il ne parlait en réalité même pas à son adversaire, mais clairement à tout ce que ce dernier représentait. Après le combat des corps, leurs âmes pouvaient finalement se rencontrer.

"Que vous a-t'on fait?! Pourquoi saccager notre forêt, couper nos arbres millénaires et tuer, massacrer; éventrer nos frères? Pourquoi mon peuple doit-il mourir pour votre cupidité? Pourquoi ne pourrais-je jamais revoir ma femme... mes filles."

La rage, l'incompréhension, la tristesse, la voix autrefois brutale se brisait sous ses émotions, tandis que, peut être pour la dernière fois, l'enfant d'Inari tentait de comprendre la cupidité des hommes. Il devait passer pour un fou. Seulement, dans le sépulcre de la guerre, qui ne l'était pas? Plus il parlait, et plus la pression qu'il exerçait sur la lance augmentait, démonstration sans faille de sa détermination. Il ne gagnerait surement pas ce duel, tout comme il ne gagnerait pas cette bataille. Pourtant, en cet instant, le temps de ses probables derniers mots, il imposait le silence, contraignant le monde, où au moins son monde, à prendre à une pause.

"Samouraï... je donne littéralement ma vie pour cette réponse. Pourquoi? Réponds Samouraï! POURQUOI!? Tue moi mais réponds... comment peux-tu avoir la force d'abattre une civilisation entière, mais être incapable de vaincre ta cupidité... Pourquoi?"
lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Les deux Défenseurs de la Cité de Baransu engagèrent une nouvelle fois le combat rapproché, usant d’une coordination singulière pour deux Shinobi aux allégeances ennemies. Le duo offrait une danse macabre aux pas désormais coordonnés, les deux partenaires ayant assimilé le rythme de l’autre lors de leur précédente prestation. Lame empoisonnée et lame de vent fendaient donc l’air avec une précision surprenante.

Leur adversaire n’entendait cependant pas leur laisser la chance de dévoiler la finale de leur chorégraphie. D’un mudra, l’assassine disparut dans un écran de fumée, remplacée par un morceau de bois calciné si sec que la lame Fûton le fendit de bord en bord. La fourberie avait suffi pour désemparer le détenteur de Sharingan pour quelques secondes, le temps nécessaire pour que la tueuse œuvre de ses ruses et poisons

Jumelle de l’ombre, l’Assassine de Suna parvint à intercepter la majorité des aiguilles corrosives, protégeant à même son corps son partenaire. Par réflexe, Nikkou tenta d’intercepter les dernières aiguilles de sa lame, les brisant simplement en plusieurs goutellettes qui aspergèrent sa tunique. Incrédule, le Konoha-Jin vit alors sa tunique se désagréger à plusieurs endroits, le tissu déjà en piètre état cédant pour laisser à la vue son torse, où quelques rougeurs commençèrent à apparaître, le poison brûlant à petit feu son épiderme.

La colère du Uchiha attisée par les vilénies du Scorpion de l’Empire, les pupilles écarlates s’écarquillèrent, réclamant désormais le sang de leur ennemie. D’un timing surnaturel, le Konoha-Jin se plaça alors dans la mire de l’explosion ayant propulsé la Tetsu-Nin, l’attendant de sa lame affutée pour l’empaler d’un sourire carnassier. Et ne laissant rien au hasard, il tourna sa lame d’un demi tour dans la chair de son ennemi dans un bruit écoeurant avant de la laisser tomber au sol.

Leur ennemie n’était plus qu’un cadavre, mais Nikkou n’était pas dans un état bien plus enviable. Le corps amoché par les deux précédant combats, il regarda son torse désormais dévoilé et constata les rougeurs incandescentes qui le seyaient désormais. L’adrénaline commençant à tomber, il prit enfin conscience de la brûlure continue que la Tueuse lui avait laissé en guise de cadeau d’adieu. Au moins leur avait-elle laissé un cadeau plus intéressant.

« Merci. Nous pouvons être fiers Ageha, la Porte n’est pas tombée.  »

Déclara-t-il en attrapant les pilules trouvées par sa condisciple, tentant au moins de souligner leur réussite. Les deux Shinobi avaient réussis à repousser non seulement les deux tueuses infiltrées sur les remparts, mais également deux troupes d’archers dirigé par un archer aux pouvoirs mystiques et un maître artificier qui aurait pu réduire en cendres leurs défenses.

L’heure n’était cependant certainement pas à la célébration. Nikkou ne pouvait pas le cacher, il était sévèrement amoché; et quoi dire de ses réserves de Chakra…Le sombre bellâtre qui avait commandé les archers et insufflé de l’espoir aux gardes Baransu n’était plus qu’un corps en décrépitude. Loin de l’image du héros venu les sauver de l’invasion ennemie, il ne tenait debout que grâce à l’échine de sa fierté.

Avant de sombrer, Nikkou porta les pilules à ses lèvres et les avala, usant du peu de ses forces pour se retenir de les régurgiter sous leur goût ignoble. Aussitôt, il sentit son corps se revigorer un minimum et les blessures les moins profondes se cicatriser. Un traitement cependant insuffisant pour amoindrir les effets du poison. Ce serait cependant suffisant pour l’instant. La Guerre n’était après tout pas encore gagnée.

« Tu as raison. Il nous faut nous débarrasser de ce Général. Si jamais tu perçois que nos Chakra disparaissent, tu sauras intervenir en conséquences. »

Le corps restauré et l’esprit focusé sur un seul objectif, Nikkou adressa un sourire de son visage amoché à la Kunoichi de Suna, avant de fuser dans un éclair de tissu noir à l’Extérieur de la tour de guet.

«  Bonne chance Ageha-chan. Je suis confiant que nous nous retrouverons en sécurité derrière les remparts après cette dernière épreuve. »

Une fois à l’extérieur, Nikkou prit un instant pour détailler la situation aux bas des remparts. Identifiant de son Sharingan son ennemi et l’environnement à l’entour du combat il put constater que tant le général et Maho semblaient bien amochés. Il ne devait donc pas traîner, mais il devait également profiter de l’effet de surprise. Le Konoha-Jin identifia donc le chemin le plus rapide, mais également caché, qui lui permettrait de surprendre son ennemi.

Sans perdre de temps, Nikkou chargea alors ses pieds de Chakra et dévala à grande vitesse les remparts, conscient que son ennemi devait concentré son attention sur l’Homme-Singe plutôt que sur l’arrivée d’un nouveau venu. Le sol approchant à grande vitesse, au dernier moment il bondit d’un saut qui le porta immédiatement sur la cime d’un des arbres invoqués par son condisciple Konoha-Jin. Représentant du Village caché dans les Feuilles, le couvert des arbres demeurait son environnement de prédilection pour toute tentative de dissimulation.

Les coups titanesques échangés par les deux combattants résonnaient en échos dans la forêt mystique, Nikkou sut se repérer suffisamment tout en restant dissimulé, jusqu’à ce que la scène du combat se dessina entre les branches. Usant des ombres et du couvert des feuilles, le Konoha-Jin s’assura de contourner les acteurs présents en évitant de tomber sous le regard du Général ou d’un quelconque larbin.

Alors, Nikkou aperçut la Lance du Dragon Noir empaler le Guerrier à l’allure simiesque. Retenant le cri de colère grondait dans son for intérieur, Nikkou se positionna alors à l’orée de la forêt, profitant de cette tragédie qui retenait toute l’attention de son ennemi. Le Guerrier d’Inari n’avait pas encore sombré et il offrait au contraire à son allié d’un jour une ouverture en or. Et alors que la Lance insufflée au Chakra Dôton était maintenue par la force primale du Onryou, le Ténébreux s’élança dans les airs pour atterrir dans le dos de son ennemi emprisonné.

« Fûton : Ryû Kôha Senkaigiri »

S’écria-t-il en invoquant le pouvoir du Fûton pour recouvrir sa jambe de Chakra avant de l’abattre d’une force orageuse sur la clavicule de son ennemi. L’armure en morceau n’offrant plus qu’une protection superficielle à son ennemi, le coup de pied renforcé par la force orageuse s’enfonça alors dans le corps de meurtri du Général.

Loin d’espérer que le combat était ainsi gagné, Nikkou ne perdit aucun instant et d’une flexion de son tronc vers l’arrière, il se contorsionna dans une pirouette vers l’arrière pour s'écarter. Au passage, il taillada les côtes de son ennemi de sa lame Fûton avant de reprendre pieds au sol, la lame de chakra Fûton levée pour intercepter tout mouvement de son ennemi et reprendre le combat.  


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Jeu 4 Avr - 22:03
Tenez la porte !

Sur les remparts, la situation semblait sécurisée.
Ageha resta tout de même prudemment en arrière, à organiser la défense des murailles car c'était bien beau les duels épiques, mais il avait toute une armée qui se ruait vers la ville dans l'espoir de surclassé les défenseurs.
De plus, l'espionne de Suna savait que ses sens mystiques pourrait (probablement) la prévenir en cas d'une nouvelle tentative d'infiltration de la part des forces spéciales de l'Empire.

Et il ne fallait pas oublié que sous ses airs de jeune fille, l'empoisonneuse du désert était une chuunin, formée au commandement.
Son sa férule, les samouraïs Chûritsu et autres volontaire reprirent courage. La défense mise à mal par l'assaut de l'artificier et des deux tueuses infiltrées se remit en place, attendant désormais les forces de l'Empire de pied ferme.
Pendant ce temps, Nikkou, vaguement ragaillardie par une trouvaille de la sunajin, se frayait un chemin et bondissait vers le cœur des combats, vers le duel épique qui faisait retenir leur souffle aux deux armées.

Le Général de l'Empire ne put retenir un hurlement primal de satisfaction quand sa lance ensorcelée transperça la chair de l'homme-singe.
Malgré sa morgue et sa détermination, il était épuisé par ce combat de titan. Son corps n'était plus qu'un entrelacs douloureux de griffures, de marbrures bleutées et suppurantes, voire de plaies ouvertes. Il avait plusieurs côtes cassées et sans doute d’autres os fêlés. Il grogna sous l'effort en empalant l'Onryou, crachant une dent et du sang. Son armure familiale n'était plus que ruine, ses beaux atours de stratèges n'étaient plus que lambeaux souillés de boue et de sang.
Mais il triomphait ! La Bête était à terre, reprenant forme humaine, et il sentait en lui la délicieuse odeur du sang et du plaisir de la mise à mort.

Souriant méchamment, il plongea son regard victorieux dans les yeux emplit de haine de l'Onryou vaincu dont l'arme légendaire roula dans la gadoue... Mais une fois de plus le Gardien d'Inari le surprît.
En un instant, l'Onryou reprit sa forme bestiale et maintint la lance festonnée de Dragon dans ses chairs, enroulant son appendice caudal autour de la hampe pour garder en lui l'arme légendaire.
Le Général tira tant bien que mal, vrillant la lame pour déchirer les organes de Maho, mais l'homme-bête mourant disposait encore d'une force et d'une détermination terrifiante.
"Pourquoi dois-je mourir samouraï?" s'enquit alors le Gardien d'Inari, les deux adversaires bloqués dans une ultime et mortelle étreinte.

"Pourquoi ?" siffla le chef des samouraïs de l'Empire. "Parce que tu es un ennemi. Parce que tu gêne l'accomplissement de ma mission, de mon destin. Je n'ai ni haine, ni rancœurs envers toi, Onryou Maho. Tu es juste... un obstacle qui doit être abattut."
L'âme mise à nue par la perte de sang et de chakra, par sa mort prochaine, l'homme-singe déversa verbalement sa haine et sa frustration sur son adversaire, cherchant des réponses à ce conflit.
Il délirait sans doute à moitié en s'emportant contre son bourreau.

Se dernier écouta, son regard se faisant dur et froid, le feu du combat viril éteint par une sourde colère. Le masque se fissurait.
Tout le champ de bataille semblait attendre sa réponse.
"Ma cupidité ? Tu cherches une raison à nos assauts, ninja ?" rétorqua d'un ton glacial le Général. "Voici donc le visage d'un shinobi défait quand le vent tourne ! Et nos femmes, nos filles, mortes de par votre fautes, pour votre cupidité ! Combien de guerre avaient vous déclenchés par la traîtrise, ninja ? Combien de seigneurs légitimes ont été assassinés dans leur lit ? Combien de veuve et de fils morts empoisonnés contre quelques ryôs ? Combien de réputations salies par vos complots ? Combien de nobles lignées brutalement massacrées ? Combien de terres magnifiques et fertiles ravagées  par votre ninjutsu ? Combien de saints temples et de splendides châteaux incendiés par vos clans ? Combien de révoltes fomentées contre des dirigeants honorables pour qu'un de vos clans gagne un minuscule avantage dans vos disputes incessantes ? Combien de trésors, rouleaux  séculaires et armes légendaires honteusement dérobés à leur légitime propriétaire ? Combien de familles jetées sur les routes ou prises en otage par vos machinations ?"

Taiyô Ryûichirô, Général de l'Empire s'emportait presque, lui aussi traversé par milles et un souvenirs douloureux et pertes terribles qui l’avaient amenés là, à se battre sous l'orage en ces terres étrangères.
Et il ne comptait pas être vaincu, que ce soit physiquement ou moralement.
"Justice ! Vengeance ! Ordre ! Voilà ton pourquoi, ninja !" tempêta-t-il, essayant toujours d'extraire son arme des entrailles du ninja par des vrilles vicieuses qui mettait l'Onryou à l'agonie. "Comme beaucoup, vous récoltez ce que vous avez semé. Et il n'y a qu'une manière d'en finir une fois pour doute avec ces violences et ces guerres : par une domination totale et une purge des shinobi ! Tetsu n'est pas dupe de vos grands airs, de cette soi-disant Grande Paix, de votre nouvelle respectabilité affichée par ces maudits Village Cachés. Nous savons que dans l'ombre, vous conspirez, vous lorgnez déjà sur les possessions de vos voisins ! Cupidité ? C'est vous qui vendez au plus offrant le meurtre et la corruption ! Mais nous allons purger le Sekai, par le fer et le feu ! Vous serrez soumis ou vous mourrez ! Et enfin, nos et vos enfants pourront connaître la paix sous l'ordre bienveillant du Shogun, sans crainte de se voir assassiner par une ombre stipendié !"

Il était temps d'en finir.
Le Gardien d'Inari avait bien combattu, mais Taiyô Ryûichirô avait une ville à faire tomber. Il hésita : continuer à farfouiller avec sa Lance des Cinq Dragons ou terminer l'Onryou à coup de pied et de poings ? Il eut une autre idée et concentra son Ki dans l'arme... Il allait piéger cette bête en simulant la fatigue, avant de déployer une nouvelle fois une de ses technique pour arracher sa lance de ses tripes...
Mais soudain, un nouvel adversaire jaillit hors de la forêt, Nikkou atterrissant derrière lui avant d'attaquer d'un terrible coup de pied chargé de chakra Fûton.

Le mythique sharingan put alors admirer la fluidité et la grâce du terrible combattant qui avait tant mis à mal le Gardien d'Inari.
Malgré la surprise, le général ennemi réagit à la vitesse d'un serpent, lâchant sa lance que retenait Maho pour faire une roulade de coté.
Le coup de pied de l'Uchiha ne rencontra que le vide, creusant une tranchée dans la boue.

Cependant, le chuunin de Konoha s'avéra d'une vivacité stupéfiante et repartie à l'attaque alors que le Général de Tetsu lui dédiait un sourire mauvais en arrachant le parchemin explosif que le fourbe shinobi du clan à l'éventail avait réussie à lui coller dans le dos dans son saut.
L'Uchiha larda son adversaire de coups de kunaï aiguisés par son chakra Fûton. Le sang jaillit alors que Taiyô Ryûichirô se protégeait tant bien que mal.  
"Maudits traîtres !" grogna-t-il, perclus de souffrance. "Voilà donc quel était votre plan : essayer de détourner mon attention avec vos pleurnicheries de vaincus ! On ne me la fait pas à moi !"

Il jeta le parchemin explosif au visage de Nikkou avant que le shinobi ne le fasse exploser.
D'un souple coup de pied, le Général du Fer expédia dans ses mains ce qu'il avait voulu récupérer par sa roulade et se mit en garde, le Bâton du Gardien de Maho en main.
Ryûichirô souffrait : ces derniers coups de lames avaient provoqués de terribles hémorragies, aggravant ses blessures déjà trop sérieuses.

Le Général de Tetsu lorgna vers la Porte, calcinée mais toujours debout, malgré tout l'art et l'ultime sacrifice de  Hanabusa Assu.
Sur les remparts, de troupes fraîches de samouraïs Chûritsu commençait à arriver et à s'organiser. Cela signifiait que les deux sœurs avaient échouées elles aussi...
Et nulle nouvelle de Usui Mui, la fourbe prêtresse des vents ou du puissant Towa Yoshîro, son bras fidèle droit...
Pour la première fois du conflit, il connu le doute.
Ne serait-il pas plus sage de se retirer ?

Non.
Il avait parié sa carrière sur ce coup de force. Et il ne pouvait pas abandonner sa lance légendaire aux mains de l'ennemi, aux mains sales et puantes d'un démon-singe. Et de toute façon, ce nouvel adversaire aux pupilles écarlates n'allait pas le laisser s'en tirer ainsi.
La mort ou la gloire, donc.
"Un Uchiha... Quel honneur !" railla-t-il, puisant dans ses dernières forces. "Et au vu de la forêt qui a ralentie l'avancé de mes troupes, un Senju. Mais est-ce que cela suffira à arrêter la puissance du Fer ? Voyons ça ! En garde, shinobi !"
Le chef des samouraïs esquissa quelques kata défensif, prouvant au ninja qu'il savait manier le bâton de main de maître. Ce n'était pas si éloigné de sa lance et l'arme du Gardien d'Inari, parfaitement équilibrée et d'une solidité à toute épreuve, avait réussit à rivaliser avec son arme légendaire.

Promptement, il attaqua, voulant apparemment fracasser le crâne du konohajin.
"Subit le courroux de Tetsu, lâche ! "
Le général se doutait bien qu'entre son état et son manque de familiarité (qu'il essayait de cacher au mieux) avec l'arme, il ne touchera pas un shinobi du clan à l'éventail avec son formidable sharingan. L'assaut n'était donc qu'une feinte.
Il lâcha soudain l'arme au lieu de porter le coup, l’envoyant sur le shinobi de Konoha pour le gêner et puisa dans ses dernières forces.
"Ie ni Modorimasu !" s'écria-t-il, main tendue en avant, rappelant sa lance.
Si les pupilles légendaires du clan Uchiha s'étaient fixé sur les circonvolutions complexe du Bâton du Gardien, elles se laisseraient peut être surprendre par la Lance des Cinq Dragon arrivant dans le dos de Nikkou après s'être arrachée des chairs mourantes de Maho !

Obéissant à son appel, sa fidèle lance regagna ses mains. Meurtris, il peinait à manier l'arme qui lui avait apporté tant de victoire... Mais ce n'était pas le moment de faiblir !
Dès que sa lance fut en main, le général de l'empire poursuivit l'offensive, bien décidé à déchiqueter l'Uchiha.
"Nan Sen-mai Mo No Hagane !" beugla-t-il, faisant pleuvoir un déluge d'acier vers le konohajin qui osait essayer de lui voler sa victoire.
Il avait le souffle cours. Sa vision se troublait. Il avait trop puisé dans ses forces... Cet ultime assaut avait peut être été de trop... Mais... une retraite... n'était pas... envisageable.

Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.


Revenir en haut Aller en bas
Asa Ageha
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 108
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 315
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue208/500Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Laissée seule – enfin, seule ninja – Ageha se retrouva sans trop savoir comment, en charge. Elle était peut-être la seule à s’en rendre compte, mais l’ironie de la situation ne lui échappait pas. La voilà, jeune gamine de 17 ans moquée par la plupart des guerriers de son village pour son manque de force et de volonté, en train de diriger des hommes pouvant être son père, bien plus expérimentés et surtout à la qualité pleinement reconnue. Peut-être que Kayaba-san allait être rassuré quant à sa décision de la prendre comme élève. Il se pourrait même qu’il en fût fier.
Mais Ageha n’était pas Ageha sans un bon sens concret des choses pratiques, et elle ne mit pas la charrue avant les bœufs. La bataille n’était pas finie, loin de là. Aussi s’appliqua-t-elle à continuer de scanner les environs à la recherche de tout chakra suspect. Bien qu’elle n’eût pas analysé la nature des énergies de ses alliés du moment, elle avait appris à les distinguer, et désormais, elle les reconnaîtrait entre mille et plus. Ainsi, elle savait que toute autre aura n’était pas amicale, jusqu’à preuve du contraire.

- « Ne vous relâchez pas ! » ordonna-t-elle aux soldats sur la muraille. Il n’y avait plus de menace immédiate, mais la plaine grouillait encore d’ennemis qui arrivaient, réduisant la distance entre eux et les murs. « Economisez les flèches, ne tirez que si vous êtes certains de faire mouche. Profitez-en pour vous hydrater ou soigner les plaies superficielles. Que les messagers aillent quérir des soigneurs. Que les blessés soient évacués et triés par gravité de blessure. Les morts… Pour l’instant, entassez-les hors du chemin. » C’était moche, mais c’était la guerre. Le temps des tombes et des larmes viendra après.  Ils étaient tombés, et rien n’allait changer ça. Transporter proprement les corps serait une perte d’énergie cruciale en ce moment où la cité était dans l’œil du cyclone : un calme trompeur. « Renforcez les portes par des poutres supplémentaires. Identifiez les pans de la muraille fragilisée. De même, gardez un œil sur la forêt, l’ennemi peut y progresser cacher et débouler sous nos pieds comme par surprise. »
N’importe qui aurait penser à tout ça. Elle ne voyait rien de fantastique à sa stratégie qui consistait à bénéficier de l’avantage que représentait la défense : laisser venir en reprenant son souffle. Mais bon, comme personne n’avait invité l’Empire à venir les attaquer, c’était normal que les samouraïs galérassent un minimum. Nan mais oh !

L’attente étant de mise, Ageha ne rata pas une miette de la tirade du général, et elle ne put s’empêcher de rouler les yeux. Les hommes… non, ce n’était pas du sexisme, mais il n’y avait qu’un homme pour penser comme ça. Une femme ne conceptualisait pas la vie comme ça.

- « Tu te trompes, Général ! » l’interpella-t-elle depuis le haut de sa muraille. « L’Humanité est devenue ce qu’elle est par la violence. La race humaine n’est pas devenue la race dominante en faisant des gouzis aux tigres à dents de sabre ou aux autres prédateurs. Chacun naît dans la douleur, celle de la mère qui accouche. Tu ne peux pas retirer la violence de l’humain. C’est ainsi. » Pourquoi se désoler de ce fait ? « Que cette violence s’exprime par le ninjustu ou pas les lames, c’est la même chose. Toi-même, tu as du sang sur les mains, et ce n’est pas une question de qui a commencé, qui a provoqué quoi le premier. Nous sommes tous coupables, et le blâme est universel. » Elle haussa les épaules. Ce n’était pas du fatalisme. C’était l’acceptation des faits. « Dans ton propre camp, Général, la violence fait rage. N’as-tu pas été envoyé en avant-garde par tes compagnons d’armes qui souhaitent autant ta défaite que ta victoire, toi qui deviens trop puissant et qui agace par tes prises de position. Trouves-tu que ton camp est en mesure de donner des leçons de morale ? » Ageha aurait pu se mettre à ricaner, mais elle ne sentait que de la peine, qui alourdissait son coeur.

- « Général, des hommes et des femmes sont morts aujourd’hui, et pour rien. Ce sang, c’est l’Empire qui en porte la responsabilité, tout comme il portera la responsabilité de la guerre provoquée. Car même si tu prenais la cité, tu n’auras pas tué TOUS les ninjas, et ceux qui sont à Konoha, Suna, Uzushio et partout dans le monde, ceux qui seront encore en vie, voudront se venger, tout comme tu sembles vouloir venger les tiens. Le cercle est infernal et tu ne fais que l’alimenter, prisonnier malgré toi.
Non, Général, si tu veux être garant de la paix, pose les armes, et retourne vers tes terres. Arrête de manger de la viande, car traquer un animal est encore une sorte de violence, et fais-toi ermite. Médite sur le sens de ta vie, et quand tu seras prêt à ne plus être germe de violence, alors tu parcourras le monde et tu te rendras compte que la plupart des voleurs volent pour survivre. Parce qu’ils ont faim, parce qu’ils n’ont pas de vision d’un monde meilleur, parce qu’ils ne se rendent pas compte qu’il y a une autre voie possible. Penche-toi sur leurs blessures, physiques comme morales, panse leur mal-être, aide-le, et là, tu seras un homme de paix et ce en toute connaissance de cause. Un soldat ne peut parler de paix ou de bon-droit. Nous sommes le mal incarné, toi et moi, et malheureusement, combattre le feu par le feu ne fait d’embraser encore plus le brasier de la haine. »


Elle espérait qu’il comprendrait la futilité de son discours. Après, elle ne le lui reprochait pas. Elle était soldat, elle aussi. Mais au moins ne se berçait pas d’illusions. Alors que le général se mentait, ou entretenait une hypocrisie historique. Allait-il réellement l’écouter ? Elle n’y croyait pas. C’était possible, ceci dit.

- « Archers, si Onryou-san flanche, criblez l’ennemi de flèches, quitte à le tuer aussi. » ordonna-t-elle, inflexible. Son allié était mourant. Elle voulait sa survie, mais la victoire avait toujours un coût et si elle devait le payer de la vie de l’homme-singe, alors ainsi en serait-il. Il devrait comprendre. Et même si non, il serait mort, donc bon. Le Général avait poussé les ninjas jusqu’à leur dernier retranchement. « Tes compagnons de combat si méprisants pourront souiller ta mémoire en faisant de toi un martyr, Général, si tu ne recules pas. Crois bien que ce n’est pas le cas, pas plus toi que n’importe lequel des soldat tombé aujourd’hui. Je regrette chaque perte, y compris chez les tiens. Une vie ne devrait pas se finir comme ça. Mais nous somme des soldats, la tombe anonyme est notre destinée. »  

Et tant pis s’il ne comprenait pas.
Nikkou-san pourrait facilement éviter les flèches, ou utiliser ses vents pour se protéger. S’il le fallait, Ageha descendrait elle-même lui arracher les yeux avec les ongles ou lui mordre le nez jusqu’à hémorragie complète. Ces enfantillages s’arrêtaient là.

Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



Le coup de pied orageux toucha terre dans une explosion de boue et de pluie, alors que la charge Fûton s’était évanouie devant la vivacité de son ennemi. Aux aguets, Nikkou avait eu la vivacité nécessaire pour continuer son enchaînement et amocher son ennemi, mais il avait également pu admirer pour la première fois toute la puissance militaire de l’Empire de Tetsu.

Le Général Ryichiro avait visiblement accédé à ce titre par ses seules aptitudes. Combattant versé non seulement dans l’art noble du bushido, mais également fier d’une expérience sans pareille, il avait vécu selon ses propres propos les guerres Shinobi et se souvenait même des guerres intestines du monde Shinobi. Survivant d’une guerre où il n’avait eu que le fer forgé de sa lame pour faire face au camp Shinobi usant de fourberie et d’arts mystiques.

L’esprit toujours aussi vif malgré son état, le Général n’avait pas été dupe et avait même su repérer le parchemin explosif avant même que Nikkou n’ait l’opportunité de le déclencher. Pragmatique, le Konoha-jin le rattrapa au vol. Il avait certes perdu l’effet de surprise, mais dans son état, il ne pouvait se délester de la moindre arme.

De même, son ennemi s’était saisi d’un objet familier. Le bâton des forêts mystiques du Pays du Feu, un artéfact que le Gardien d’Inari avait amené de sa propre demeure pour l’opposer aux lames de l’Empire. Et le Général de perpétuer l’injure jusqu’à jouer de ses quelques tours pour impressionner son rival. Impardonnable. Le regard carmin s’attarda sur le corps en lambeau de l’homme-singe, mais toujours aussi tenace, s’assurant d’empêcher le Général de retrouver sa Lance mystique. Serrant les dents devant l’insolence du Samouraï qui osait s’approprier l’arme d’un ennemi avant sa défaite, Nikkou cracha toute sa hargne.

« L’honneur n’est pas partagé, Samouraï. Où donc est passé l’honneur du Pays du Fer alors qu’il attaque en pleine célébration un pays rival? En ce jour, il n’est qu’opportun de vous rappeler que le Fer plie sous la puissance du Feu. »

Le Sharingan perçant le présent et le futur à l’aide des deux tomoes acérés, Nikkou pu déceler la feinte de son ennemi qui lâcha l’arme du Gardien au dernier moment. Écartant le bâton d’un coup de pied en direction de son allié, il occupa son attention plutôt sur la perception du Chakra déployé par son ennemi, une charge identique à celle dont était porteuse la Lance au Dragon d’Or.

Visiblement, le Samouraï n’avait pas abandonné son arme légendaire. Et Nikkou n’était pas du genre à fuir devant la menace. D’un bref regard en direction de son allié, il aperçut la Lance fusée à toute allure à sa direction, lui laissant quelques secondes seulement pour esquiver l’attaque…ou préparer la riposte. D’une rotation sur lui-même, le Uchiha exposa son flanc gauche à la morsure de la Lance, la laissant déchirer ses chairs pour retourner à son propriétaire, mais évitant tout organe vital. Et dans ce mouvement, il usa de la vitesse de son doigté pour apposer dans ce tourbillon de sang le parchemin explosif tout juste ramassé sur la Lance festonnée. Et alors que le Ninja terminait sa vrille dans un râlement de douleur, il reporta son attention sur son ennemi au moment où il retrouvait sa lame.

« Katsu! »

Le Parchemin explosif apposé sur la Lance explosa sous le symbole du Tigre au moment même où le Général s’en était saisi, retrouvant non seulement son arme de prédilection, mais le piège de son ennemi qu’il avait si habillement déjoué plus tôt. L’arme explosive avait fait son dû, épargnant quelques instants au Shinobi afin de lui permettre de reprendre sa position défensive, ou du moins une pâle imitation dans son état actuel.

Homme de guerre et de sang, le Général émergea rapidement de la tempête de feu. Inébranlable, la Lance du Dragon d’Or était déjà positionnée pour sa prochaine attaque, mais il ne suffisait cependant que d’un seul regard pour changer la donne. Affranchi de l’écran de feu et de fumée, le Général de l’Empire chercha de son regard son ennemi, tombant sur les pupilles caractéristiques des Démons Uchiha.

Alors, d’une simple impulsion Chakra et d’une flexion de son esprit, le Uchiha déversa ses fourberies à même les sens de son ennemi, retirant à ce Guerrier aguerri le bénéfice même de cet art qu’il avait perfectionné des années durant. La salve de coups de la Lance visait désormais une image imperceptiblement décalée, toujours trop à droite, laissant à Nikkou la chance d’esquiver avec une aisance renouvelée. Les coups vifs et imprévisibles rencontraient indubitablement le vide, laissant croire aux talents extraordinaires d’évasion du Uchiha.

Profitant de la tromperie imposée à l’esprit de son ennemi, Nikkou échappa au dernier coup en plongeant sous la lame de son dernier, glissant jusqu’à la jambe gauche de son ennemi, alors que ce dernier le voyait se diriger plutôt vers la droite. Dans cette glisse, Nikkou trancha sans vergogne de la lame Fûton de son kunai trancha les ligaments de la cheville gauche du Général, avant de terminer sa course un mètre plus loin. Et au moment où le Général tombait sous l’assaut, le Uchiha forma les mudras légendaires de son Clan.

« KATON : GÔKAKYÛ »

Ragea-t-il alors que le Feu des Dragons Uchiha se déversait dans un lance-flamme à l’intensité infernale dans le dos de son ennemi aux sens retournés.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Mer 1 Mai - 18:06
Tenez la porte !

Consciente de ses limites (et de la situation), l'espionne sunajin organisait les défenses sur les rempart pour aider les Chûritsu et leurs alliés à repousser l'armée de l'Empire qui déferlait hors de la forêt.
Haranguant les troupes, la chuunin du désert mettait en œuvre tout l'art militaire de Suna et ses talents de commandante.
Sa seule présence (et ses victoires face aux ennemis infiltrés) rallier les cœurs des protecteurs de Baransu.
Elle guettait l'occasion d'intervenir dans le duel titanesque au pied des murailles, en ayant toutefois conscience de ces limites. Les combattants en contrebas étaient de véritables monstres de puissance et elle espérait que le légendaire sharingan du konohajin serait à la hauteur de ces titans.

La jeune femme sermonna à son tour le champion de Tetsu.
"Oui, nous sommes violent !" tonna en retour le Général de l'Empire. "Par le feu et la lame, nous voulons apporter l'ordre et la justice. Notre justice !"
Il ricana  en la pointant de sa lance.
"Vaut-elle mieux que la vôtre, ninja ? Je le crois ! Nous sommes la lumière qui chassera les ténèbres, le feu purificateur, à la fois cruel et bienfaisant. Sur les cendre de la guerre, des sillons remplit de sang versé par l'anonyme et le héros, nous fonderont un nouvel ordre. Meilleurs, je le pense ! C'est pour cela que je me bats ! Imparfait ? Certainement, nous ne sommes que des hommes. Mais il sera fondé sur l'honneur et la discipline, plutôt que sur la duplicité, le mensonge, le meurtre et le détournement des puissances de la Nature ! Je ne suis pas un homme de paix et nul doute que les Kami me feront un jour payer le sang versé... Mais nous balayerons ce système vicié dont vous n'êtes que des parasites sans âmes, des profiteurs de guerres, des assassins sans foi ni loi ! Nous ne régleront pas tous les conflits et problèmes du monde... Mais au moins, nous abattrons ceux qui s'en délectent, ceux qui les provoquent pour le simple profil !"

Ageha ordonna aux archers de mettre en joue le chef des ennemis, ce qui ne l'impressionna guère.
Même affreusement blessé et épuisé, le lancier se dressait fièrement sur le champ de bataille, défiant les lâches tapis derrière les remparts de lui envoyer leurs traits.
Voyant leur Général menacé, les soldats de Tetsu déployèrent aussi leurs archers, prêt à cribler de flèches les défenseurs qui s'en prendraient à leur maître.
"Bien parlé, gamine ! Le soldat est toujours prêt à accepter la boue du champs de bataille comme ultime étreinte." cria le guerrier du Fer. "Tu sais donc que je ne reculerais pas. Deux visions s'affrontent ici et je serais prêt à mourir pour la mienne ! Je n'ai que faire des médisants, de mon camp ou du votre. Héros légendaire ou boucher pathétique, l'Histoire jugera."
Un mince sourire traversa sa face ravagée par le combat.
"Et comme elle est écrite par les vainqueurs, j'ai bien l'intention de remporter ce combat et d'abattre ces murs..."

Le combat reprit, Nikkou se mêlant du duel alors que Maho commençait à flancher.
La chef de guerre se tourna vers le nouvel arrivant. Les blessures étaient terribles et les ninjas n'avaient apparemment pas dit leur dernier mot. Pire encore, il sentait son Ki s'épuisait malgré les drogues.
Un Uchiha maintenant... Après la forêt d'un Senju et un homme-bête, voilà qu'il leur envoyé la légende du monde shinobi. Quel honneur ! Etait-ce un plan prévus d'avance ou juste les aléas de la guerre ? Qu'importe ! Pas question de ployer le genou devant un ninja !
"Celui qui jaillit des ténèbres et attaque de dos espère me donner une leçon sur l'honneur ?" railla Taiyô Ryûichirô en pointant sa lance divine sur le konohajin. "Voyons ce que vaut le feu de Konoha face à la Lance du Dragon de Tetsu !"

L'Uchiha esquiva le Bâton du Gardien expédia par le chef de guerre et le miraculeux sharingan lui permit d'esquiver le coup de lance vicieux.
Vicieux, le shinobi de Konoha apposa promptement un parchemin explosif sur l'arme légendaire... Mais le général de Tetsu semblait l'avoir vu venir : la faisant coulisser pour l'empoigner le plus loin possible du piège, il plaqua sa lance dans la boue au moment où l'Uchiha faisait détonner le parchemin pour étouffer au maximum la détonation.
Le tetsujin banda les muscles et serra les dents quand la lance vibra sous le choc.
"Tromperie et attaque en traître, vous n'êtes bon qu'à ça ! Si... prévisible." ricana Taiyô Ryûichirô en se remettant en garde pour en finir avec le shinobi du clan à l'éventail.

Ce simple échange confirma à Nikkou la puissance et la vivacité de son adversaire. Non seulement il était aussi vif que l'Uchiha, mais sa force était terrifiante, vu la façon dont il manier sa lourde lance festonné de Dragon.
Un seul coup au but et le konohajin y resterait surement.
Du coup, le chuunin déploya les talents de son clan, plongeant l'ennemi dans une illusion du sharingan qui perturberait à coup sûr ses assauts.

Bien lui en prix car déjà la lance légendaire s'abattait... Mais du mauvais côté.
Profitant des sens déréglés du général, le konohajin plongea de l'autre côté, tranchant la chair de son kunaï affuté par le chakra Fuuton.
Le chef des samouraïs grogna de surprise et de douleur.  Ses yeux où luisait une terrible intelligence se plissèrent alors que la compréhension faisait jour dans son esprit.
"Une forme d'illusion..." maugréa-t-il d'un ton aigre mais déterminé. "Quoi attendre d'autre d'un utilisateur des pupilles écarlates du démon !"
S'appuyant sur sa lance d'une main, il expédia un puissant direct à l'Uchiha de l'autre, prenant par surprise le konohajin qui se concentrait sur sa prochaine attaque.

Alors que le chuunin de Konoha composait des mudra pour son attaque finale, il vit venir sa mort.
Déjà Taiyô Ryûichirô brandissait sa lance et se retourna, vif comme un serpent et toisant l'Uchiha avec un sourire carnassier. La véritable position de l'Uchiha.
Était la douleur de sa jambe blessée qui l'avait tiré de l'illusion ou le stratège de l'Empire avait-il déjà adpaté ses perceptions au monde faussé par le sharingan ?
En tout cas, il était perdu : concentré sur sa technique, même ses pupilles mythiques ne pourraient le sauver de l'ire du guerrier du fer. Il était trop près !

Sur les remparts, Ageha donna l'ordre.
Une pluie de flèche s'envola, douchant le Général, l'Onryou tombé et le chuunin de Konoha.
Immédiatement les archers de Tetsu ripostèrent, touchant la muraille et les tireurs qui s'étaient exposés pour assurer leur tir.

Sourire aux lèvres, certain de sa victoire, le Général de l'Empire leva sa lance, prêt à embrocher Nikkou.
Des flèches se fichèrent dans ses bras et ses épaules, lui arrachant un cris de rage et de souffrance. Mais surtout, interrompant pour quelques secondes son assaut.
Les pupilles écarlates de l'Uchiha flamboyèrent, ne manquant pas cet opportunité. En un instant, le chuunin de la Feuille termina ses mudra et cracha le plus puissant jet de flamme qu'il put.

La pluie incessante se vaporisa sur le trajet du cône de feu.
Le Général n'eut pas le temps d'esquiver, déjà gravement blessé et épuisé. Le guerrier de Tetsu disparut dans une tempête de flamme et un hurlement terrible.
La silhouette embrasée roula dans la boue, cherchant à étouffer les flammes dévorantes de l'Uchiha dans la boue et les flaques qui parsemaient le champ de bataille dévasté.

Sous les yeux horrifiés de l'Uchiha, se servant de sa lance légendaire comme d'un bâton pour s'appuyer, Taiyô Ryûichirô se redressa.
Ses vêtements déjà crottés n’étaient plus que loques calcinées. Sa peau noircie grésillait et répandait une odeur abominable.
Son beau visage n'était plus qu'une masse de tissus carbonisés. Il avait perdu un œil, d'où suintait une humeur visqueuse et répugnante.
Seule ses dents restaient blanches, étrange et dérangeant sourire au milieu de ce visage dévasté.
"T...Tetsu... vaincr...vaincra..." balbutia péniblement le guerrier indomptable, cherchant à reprendre pied. "Nin...justu... impie... Ne... me... vaincra pas..."

Il brandit sa lance, bien décidé à en finir avec le konohajin responsable de son état.
Mais soudain, la hampe de son arme légendaire glissa de ses mains ravagée et poisseuses de sang.
Quelque instant plus tard, l'air incrédule, le Général de l'Empire chancela, tombant à genoux.

"Le Général ! Le Général est tombé !" beugla alors un soldat de Tetsu, semant le chaos dans les troupes de l'Empire.
La chûte de leur champion sembla saper la détermination des soldats du Fer, alors que sur les remparts les défenseurs de Baransu exultaient. Ageha ordonna le tir d’autres salves dévastatrices pour miner encore plus le moral de l'ennemi.
Des cors raisonnèrent : l'ordre de retraite avait été donné par les officiers survivants.
Des cavaliers se mirent immédiatement en branle pour se porter au secours de leur Général, alors que les archers restant de l'Empire canardaient les remparts pour les couvrir.

Épuisé, Nikkou contemplait son ennemi vaincu.
Non loin de lui, Maho agonisait dans la boue. Il entendait la charge de cavalerie désespérée des tetsujin.
Mais soudain, un autre danger se matérialisa : jaillissant des bois, une femme splendide vêtue de blanc se ruait vers eux, à une vitesse digne d'un shinobi. Des larmes striaient son beau visage déformé par la haine.

Le jeune Uchiha savait la bataille gagnée... Mais il ne pouvait rester là. Il était trop exposé à la vengeance de l'armée en déroute.
Le chuunin de Konoha avait plusieurs possibilités devant lui.
Il pouvait utiliser ses dernières forces pour emporter Maho  et son bâton avec lui au sommet des remparts. Peut être quelqu'un pourrait-il encore sauver l'homme-singe, même s'il y avait de grande chance que sa carrière de shinobi soit à jamais derrière lui...
Ou alors, il pouvait aller achever le Général de l'Empire et le décapiter. Sa tête tranchée et planté aux sommets des remparts proclamerait à tous ce qu'il adviendrait aux fous osant défier l'Alliance de Baransu. Cela dévasterait le moral de Tetsu.
Ou encore... Il y avait cette lance mystérieuse qu’avait essayé de lui jeter le Général dans un dernier effort, dont son sharingan percevait presque la puissance. Une arme légendaire et terrifiante, capable d'apporter la gloire à son porteur. Il serait dommage d’abandonner une arme pareille…
Il devait prendre une décision, et vite.


Récapitulatif combat:
 
         

 
Feat.


Revenir en haut Aller en bas
Asa Ageha
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 108
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 315
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue208/500Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (208/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Ven 10 Mai - 15:35
Ainsi donc le Général était aveugle et sourd à la logique et au bon sens. Son discours puait le lavage de cerveau. Il répétait une doctrine sans queue ni tête. Il se revendiquait soldat, mais voulait faire la paix, par le feu et la violence. Jamais un homme de guerre ne pourrait construire, c'était tellement antinomique. Chakra ou ki, ou juste force des bras, un guerrier détruisait. Même en protégeant… tout ennemi tombé restait le fils ou l'amant, l'ami ou le père, de quelqu'un. Ageha eut un reniflement moqueur.

- « Hypocrite, comme tant d'autres. Aucun meurtrier n'est meilleur qu'un autre. Qu'importe les moyens employés, ou les motivations. Une vie fauchée reste une vie fauchée et un assassin reste un assassin. Tu penses agir pour le bien des hommes en tuant les ninjas, mais tu n'es qu'un meutrier. Ne dit-on pas que l'enfer est pavé de bonnes intentions ? » Ageha n'avait pas envie de discourir sur le sens profond qui animait les villages ninja. Chacun vivait sa vie comme il l'entendait. Si jamais Suna n'avait pas été ce qu'elle voulait, elle aurait pu partir. Sûrement mourir au passage, mais cette mort aurait été son choix, car si vivre comme une ninja l'indisposait autant, charge à elle de devenir assez forte pour changer ce destin, ou d'accepter la mort comme alternative. Tous les pleurnichards n'étaient que des larves pathétiques incapables d'assumer les conséquences de leur choix, des enfants gâtés qui voulaient la belle vie sans avoir à se battre pour ça.

Mais le Général n'était qu'un ennemi parmi d'autres. En face d'elle, des contingents entiers de soldats, l'Empire, qui pouvaient être raisonner, à minima impressionner. Parfois, les mots étaient des armes tout aussi tranchantes que des lames. Ageha ne pouvait concevoir que l'embrigadement s'étendait à l'ensemble de la population.
- « Ton camp, mon camp… mais nous sommes les mêmes, Général. Il n'y a aucune différence entre nous : nous ne sommes que les chiens de nos maîtres. Tu obéis à ton empereur, nous obéissons à nos commanditaires, les dirigeants et les nobles qui pour régler leur histoire, préfèrent se cacher derrière nos armures et nos énergies. Ton ki et notre chakra ne sont que la même chose, différemment interprété. Tu manies une lame qui n'est pas bénite des dieux ou autre. C'est toi, et toi seul, qui utilise ton énergie pour soulever des montagnes. Une énergie qui existe chez n'importe qui, pour peu qu'on se donne les moyens de comprendre comment la manipuler. Ton ordre et ta justice, ce n'est que la décision d'une poignée d'hommes. Et tuer les ninjas ? C'est comme tuer les samouraïs. Impossible. Nous sommes tous des ninjas potentiels, nous sommes tous des samouraïs potentiels. Même si le savoir devait se perdre, il renaître tôt ou tard, car c'est juste une énergie naturelle, que la nature utilise quotidiennement. Donc à moins que l'Empire n'aille tuer chaque homme, femme et enfant, et que chaque soldat, sergent, colonel et empereur se tue à la fin, tout cela n'a servit à rien, et ne servira jamais à rien.
Tu as été vaincu Général, avant même que tu ne mettes les pieds sur ce champ de bataille. Tu as perdu en te battant pour une cause qui n'existe pas. Tu manies une lance tel ton ennemi. Tu es un ninja et je suis une samouraï. Garde tes discours sur la morale et la justice. Tu n'as été qu'un jouet, manipulé et sacrifié. Comme un enfant, tu as accepté des paroles de haine et de mal, que tu as répandu, sans savoir la vérité, sans chercher à la connaître. Dans ce monde, nul ne peut être juge, juré et bourreau. »


La jeune femme fit un signe aux troupes postées sous ses ordres. Tout ceci la fatiguait. Si elle s'écoutait, elle irait infiltrer le palais de cet empereur pour le tuer, d'un senbon empoisonné. Lui et tous ses très chers généraux. Ah, elle se demanderait ce qui se passerait, à ce moment. Le pire était qu'elle connaissait la vérité. Rien. Il ne se passerait rien. D'autres prendraient la place des morts, trop contents de cette opportunité, et cracheraient sur les ninjas qui posaient de façon bien pratique comme coupable idéal. Le reste de la masse, la population, ne verrait aucun changement. Et la roue tournerait.
Encore, et encore.

- « Protégez le retrait de nos alliés. Jetez-y toutes vos forces. Flèches, poison, feu, glace… brique, huile et pots de chambre, boue et dents s'il le faut. Ne laissez pas d'autres personnes briser notre unité. Nous avons trop souffert pour tout arrêter maintenant... » Puis elle s'adresse au ninja de Konoha. Elle n'avait que des mots pour lui, et seul sur le terrain, il déciderait en son âme et conscience.
- « Le général est déjà mort. Il a combattu honorablement. Il ne mérite pas d'être sacrifié plus en avant… et l'Empire ne mérite pas un martyr. Sa lance… nous l'avons déjà combattu, et gagné. Plus personne dans le monde n'ignorera plus ses capacités. Mais il est important qu'on veille les uns sur les autres. Nous sommes humains avant tout ! » lui hurla-t-elle au dessus des brouhahas des combats.

Puis, elle s'adressa à la femme en blanc, dont elle sentait le ki, sans en connaître la nature, mais qui faisait d'elle une ennemie.
- « Adversaire aujourd'hui, mais nullement ennemie. Je ne crois pas que les Dieux, qui nous ont donné notre force, veulent que nous nous entretuions. En dépit de ce que vous pensez, nous ne sommes pas des monstres avides de sang, et nous désirons vivre le mieux possible. Il est tombé pour ces convictions, mais sans honneur… deux ninjas ont suffit à faire tomber votre grand guerrier… si vous avez un peu de bon sens, vous comprendrez que votre attaque est vouée à l'échec. Je vous en conjure, repartez, et épargnez à votre armée, et à notre monde, une guerre de plus dont personne ne veut. »

Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



L’éclat de la lame magnifié par les légendaires facultés du Sharingan laissait entendre une fin cruelle pour le jeune Uchiha dont les doigts s’agitaient en d’étranges acrobaties pour former les mudras propres à son art. Déjà, les effets du Genjutsu se dissipaient chez le général chevronné, retirant le maigre avantage que le jeune Uchiha avait su gagné dans cette joute face à un ennemi aux talents de stratège qui avaient su dépasser les siens. Les mudras composés dans un automatisme sans faille, le Chunin tentait en vain de creuser ses méninges pour quelques ruses à déployer, sans rien trouver qui le sauverait de la lance qui s’approchait dangereusement.

Le corps meurtri et les bras las, le Uchiha ne pouvait que prier les cieux que ses talents suffiraient à lui épargner le tranchant de la lance pointée à son endroit. Les deux ennemis blessés s’affrontaient de l’énergie du désespoir, délaissant la dignité du duel pour une course contre la montre. Le prochain à frapper remporterait la bataille. Et Nikkou de voir de trop près son reflet dans la lance encore étincelante de son ennemi…avant qu’une flèche ne transperce sans vergogne le bicep de son ennemi, accompagné d’une pléthore de ses condisciples.

Le colosse de Tetsu arrêté dans son dernier coup, Nikkou en profita pour finaliser les derniers mudras de son incantation, ignorant les flèches se figeant à leur tour dans son corps au sol, protégé en partie par la vue obstruée par le Général. Une blessure de moins ou de plus, qu’importe. Et alors que les flammes du Dragon Uchiha se déversaient sur leur ennemi, Nikkou eu une pensée pour sa condisciple de Suna et ses ruses qui l’avaient gardées elle, et lui par la même occasion, en vie dans cette camapgne de guerre pour laquelle ils n’étaient pas taillés.

Le jet de flamme continué par un écran de fumée et de vapeur causée par les pluies éternelles de la Cité de Baransu, bien vite l’odeur familière de la chair carbonisée vint titillé les narines du Konoha-Jin de leur écoeurante, mais rassurante, présence. Le dernier effort de guerre l’ayant vidé de ses forces, Nikkou baissa enfin les bras et relâcha un souffle lourd de fatigue, enfin prêt à laisser tomber l’adrénaline pour s’adonner à cette fatigue réclamait désormais son dû.

Et alors, émergeant de la vapeur et des flammes, le corps calciné, mais les muscles encore bombés, le Général trônait dans le carnage. Dieu de la Guerre descendu sur terre pour conquérir le monde de cette lance au Dragon d’or encore étincelante malgré ses déboires. Et Nikkou, d’opposer à cette vision dantesque sa propre résolution. De se lever avec toute la grâce du héros, acceptant la mort, mais réclamant également la victoire.

Le visage sévère et les poings crispés sur ses Kunai, sa seule aversion contre la défaite le gardant debout, le Konoha-Jin ne reculait pas et au contraire accueillait avec l’appétit du Guerrier la fin imminente du combat. Et alors qu’il levait les kunai dans sa position de défense, ses yeux mystiques pointés sur la lame de cette lance qui avait déjà emporté son compagnon, il la vit tomber vers le sol de pair avec le corps de son ennemi qui sombrait sous les efforts combinés des trois Shinobi.

Figé, encore dans l’appréhension d’une attaque imminente, Nikkou resta stoïque, son esprit déjà encombré par la suite du combat et sa propre attaque, incapable de prendre conscience de sa fin. « Le Général est tombé » entend-il au loin de concert au bruit sourd de la cavalerie. Et Nikkou de fixer le corps de son ennemi. Dieu de la Guerre déchu de son titre, et cette lance qui brillait encore la boue, qui avait roulée au loin de son détenteur désormais indigne. Digne d’un vainqueur. Digne d’un nouveau Dieu de la Guerre. Le combat terminé, Nikkou pouvait admirer de ses pupilles maléfiques le fin ouvrage de la Lance, parsemé de runes inconnues du Uchiha, certainement porteur d’une puissance ancestrale inconnue des Shinobi.

Et le Sharingan de rencontrer les yeux vifs des dragons d’or enroulés autour de la lame létale, protégeant de leur puissance mythique ce trésor de l’Empire. Une énergie de paire à un souvenir encore trop vif, brève réminiscence d’une puissance d’un autre monde qu’il avait une seule entraperçue. Et face à laquelle ses alliés avaient péri. Peut-être la clef pour en sauver d’autres. Nikkou s’approcha sans autre pensée en direction de la Lance céleste, sa main se soulevant d’elle-même en sa direction, pour la saisir d’une main ferme. D’une légèreté incroyable, associée à un métal certainement d’un autre monde, mais lourde d’une puissance enivrante, pratiquement écrasante.

Perdu dans sa contemplation, il fut ramené à l’ordre par un éclair blanc dans l’horizon et les mots qui résonnèrent en écho au pied de la Porte. Ageha. Retour brutal à la réalité. La vision cauchemardesque du champ de guerre se révéla aux yeux du Chûnin. Le corps brulé et dévasté de son ennemi. Les vestiges fumants de leur combat. Et plus choquant encore, el corps ensanglanté du Gardien d’Inari, inconscient plus loin. Un héros de cette guerre, qui avait su combattre d’égal à égal avec cet ennemi, l’affaiblissant de telle sorte à ce que Nikkou puisse enfin le terrasser et mettre fin à cette guerre. Un héros désormais inconscient, blessé et taché par la boue. Sacrifié pour une guerre à laquelle il n’appartenait pas. Non, pas encore, pas une autre fois. D’une élancée sans autre pensée pour la sorcière blanche à sa poursuite, Nikkou se projeta vers son allié.

De ses dernières forces, Nikkou empoigna le corps lourd de l’Homme-Singe, s’aidant de l’appui de la Lance pour le soulever. Le Onryou d’une taille conséquente, Nikkou le laissa tomber lourdement sur son dos, ramenant ses lourds bras de guerrier sur son ses épaules en guise de prise et les pattes de l’homme-animal sur ses hanches. Enfin, il glissa la lance festonée sous le fessier du Onryou en guise de siège, se suffisant de cette prise précaire alors qu’il voyait la prêtresse de l’empire s’avancer dangereusement. Pire encore, le bruit distinct de la cavalerie en approche, faisant gronder le sol de leurs pas lourds des armures et armes qu’ils portaient.

Encore entrain d’ajuster la posture, Nikkou sentait le prochain combat approché. Un combat qu’il n’était pas sûr de pouvoir gagner. Trop tard? Le cauchemar qu’il avait vécu des années plus tôt se répéterait-il alors que son allié d’un jour allait sombrer sous les coups de l’ennemi? Et alors qu’en guise de dernier espoir il s’élançait en direction de la cime des arbres, priant pour ne pas avoir une nouvelle mort sur sa conscience, un miracle descendu du ciel. Flèches, bouts de bois, briques et une pléthore d’autres matériaux fusèrent du ciel pour couper la course de leurs ennemis, laissant au Konoha-Jin la possibilité de regagner les mûrs de Baransu.

Conjurant ses dernières forces, Nikkou courrait à la plus grande vitesse que lui permettait son corps meurtri et la charge dont il s’était encombrée, s’enfuyant du désespoir avec comme seule lumière au bout du tunel les enceintes de cette cité pour laquelle il avait pratique donnée sa vie. Refusant de céder aux caprices de son corps, il surmontait l’effort sans jamais défaillir, montant les mûrs des enceintes sous les acclamations des troupes qu’il avait lui jusqu’alors supporté. Injectant le peu de chakra qu’il lui restait dans la plante de ses pieds, le Ténébreux escalada les murailles dans un effort dantesque, se refusant d’abandonner, malgré son corps prêt à céder.

Et enfin, d’une dernière propulsion, Nikkou bondit au-dessus des remparts pour retrouver leur sécurité, atterrissant avec lourdeur sur la muraille au milieu de ses alliés. Un instant, le Chûnin resta accroupi au sol, tentant de récupérer de cet effort colossal qui l’avait ramené à la sécurité. Et enfin, il bougea. L’Onryou toujours sur son dos, retenu pas la lance dorée qui brillait, glissa doucement sur le sol, loque humaine au seuil de la vie et de la mort. Et Nikkou de se relever d’un dernier effort de volonté, s’aidant de la lance dorée comme d’un appui pour retrouver toute sa longueur et quelque peu de sa prestance.

Droit et fier, le Uchiha s’avança vers le bord des remparts pour s’adresser au champ de bataille tout juste quitté et apercevoir les troupes en cavale, qui avait suivi son ascension et celle de l’emblème de leur chef tombé au combat. Et en guise de victoire, il leva la Lance dérobée à Tetsu. Les mots étaient sans valeur, sans objet. La Porte avait tenue et le Général était tombé. Baransu avait vaincu.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 605
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tenez la porte ! Sam 18 Mai - 23:26
Tenez la porte !

Ageha continuait à haranguer les troupes et à s'opposer verbalement au Général ennemi.
Mais l'heure des discours était passé pour le terrible samouraï de Tetsu. Était-ce la fatigue ? Les mots de la jeune sunajin l'avaient-ils atteint ? Ou bien la combinaison et le sacrifice des ninjas de l'Alliance de Baransu prenait le dessus sur ses talents martiaux de stratèges ?

Le chef ennemi chût, entraînant avec lui le moral de l'armée d'assaillants. Les troupes de l'Empire s'élancèrent à la rescousse de leur champion finalement vaincu.
La porte de la citée assiégée, bien qu'endommagée et roussie tenait bon. Les remparts se regarnissaient de renforts, shinobis et samouraï Chûritsu mêlait sous les ordres de la chuunin de Suna.
La bataille était perdue pour Tetsu. Le coup de force du brillant et dangereux Taiyô Ryûichirô avait échoué.

Ce dernier agonisait dans la boue, horriblement brûlé par l'attaque ultime d'un Uchiha à bout de souffle.
Toutes l'armée du Fer semblait se ruer vers lui pour l'évacuer du champ de bataille.
Cela ne signifiait qu'une chose : Taiyô Ryûichirô était aimé de ses hommes. Même dans la défaite ils lui restaient fidèles et espéraient sauver leur maître.
Mourir sur le champ de bataille était portant l'honneur ultime pour un samouraï.
Mais les tetsujin refusaient de voir la tête de leur leader bien-aimée honteusement tranché par un ninja.

Le général de l'Empire n'était pas le seul à se vider de son sang dans la gadoue.
Le Gardien d'Inari était tombé, ayant tout donné pour arrêter son incroyable adversaire.
Deux armes de légendes avaient croisé le fer et leurs propriétaires légitimes gisaient à l'article de la mort sous la pluie indifférente de l'orage maudit conjuré par Tetsu.
Chacun de ces armements mythiques s'enfonçait lentement dans la terre retournée et bourbeuse du champ de bataille ravagé, à bonne distance l'une de l'autre.

Un seul homme se dressait encore au milieu du carnage : Uchiha Nikkou, ultime vainqueur de la bataille désormais légendaire de la défense de la Porte de Baransu.
Le chuunin de Konoha était épuisé, ses réserves de chakra au bord du gouffre. Ses pupilles légendaires le brûlaient douloureusement : maintenir le sharingan actif lui coûtait un peu plus chaque seconde.
Et il ne devait pas rester là : tout Tetsu semblait converger en sa direction.

Le konohajin hésita : épuisé, devait-il tout tenté pour achever son ennemi ? Abattre celui que toutes les troupes de l'Empire du Fer voulait sauver ? Cela porterait un coup à leur moral, c'est certain... Et la gloire, pour lui !
Mais... cela n'aurait qu'un temps.
Tetsu avait été vaincu aujourd'hui... Leur échec minerait déjà assez le moral des troupes. En rajouter risquait au contraire de les exciter encore d'avantage.
Qu'ils récupèrent leur héros déchu ! Il vivrait dans la honte de son échec... S'il ne se suicidait pas de à cause du déshonneur. C'était bien le genre de bêtise que ferait un samouraï !

Du haut des remparts, Ahega beugla ses ordres : il fallait couvrir à tout prix Nikkou !
L'espionne du désert ne savait pas dans quel état était le Gardien d'Inari... L'Onryou était mort ? Mourant ? Pas question en tout cas de perdre une seule personne de plus !
On lui avait confiait la défense des remparts, de la porte, de la cité : elle ne tolérerait pas d'avantage de pertes !

Le mythique sharingan décela dans la lueur d'un éclair un éclat doré dans la boue.
La Lance des Cinq Dragons.
Le jeune Uchiha sentit monté en lui l'avidité, l'appel de la puissance.
Là, à deux pas gisait une arme de légende, qui avait fait jeu égal avec le Bâton du Gardien du Défenseur d'Inari.
Un trésor.
Un symbole aussi. S'emparer de l'arme du général vaincu affecterait aussi le moral des troupes.
Et... accroîtrait la puissance du clan Uchiha s'il parvenait à la conserver.

Sa décision prise, Nikkou s'empressa de ramasser l'arme dans la gadoue.
Une arme superbe ! Et la lance n'avait plus l'apparence d'onyx qu'elle avait eu en affrontant l'homme-singe. Étrange.
Au contraire, dès que le chuunin de Konoha posa sa main sur la hampe, l'arme sembla... réagir. L'appeler.
Et se faire plus légère.
Les dragons qui la décoraient n'avaient-ils pas légèrement écartés leurs ailles d'or ?
Ou bien c'était la fatigue du combat qui lui jouait des tours...

Une pluie de flèches et de projectiles divers et variés (y compris les insultes d'Ageha) s'abattit, coupant un instant la charge des cavaliers de Tetsu qui auraient pu en profiter pour embrocher l'Uchiha dans une folle cavalcade vengeresse.
Le chuunin du Village Caché de la Feuille en profita pour courir vers l'Onryou à terre.
Il respirait encore. A peine.
Même avec des soins prodigués par les meilleurs ninja-médecin, ce n'était pas dit qu'il s'en sorte... Et si ce miracle avait lieu, sa carrière de ninja serait probablement terminée...
Nikkou devait-il le laisser là, vaincu ? Sa dépouille ferait sans doute la joie des tetsujin, prix de consolation et vengeance mesquine.
Non, pas question !
Le Gardien d'Inari s'était comporté en héros. Pas question de l'abandonner ! Même si l'Uchiha n'était pas le plus généreux des membres de son village, ce n'était pas ainsi qu'agissait un ninja de Konoha !

Chargeant sur son dos son camarade tombé, le chuunin aux yeux pourpres s'élança vers les remparts.
Ce fut une course contre la montre : les tetsujin rapatriant leur héros déchu tout en essayant de larder le konohajin de flèches.
Mais, aidé par les défenseurs galvanisés par l'espionne de Suna, Nikkou réussit à gravir les murailles de la ville qu'il avait sauvé.
La sécurité, enfin.

On lui arracha l'Onryou des mains pour le conduire auprès des spécialistes. Le Gardien d'Inari vivrait-il ? Seuls les kamis le savaient.
En tout cas, Tetsu avait essuyé une terrible rebuffade aujourd'hui. La lance dorée festonnée de dragons que brandissait l'Uchiha en témoignait. Ageha coula un regard intéressé à vers son camarade du moment.
Bien évidemment, Suna aurait son mot à dire sur pareil butin...
Mais pour le moment, pour les héros de la Défense de la Porte, le temps du repos était venu. Et de la gloire : une ovation victorieuse montait des troupes Chûritsu et de leurs alliés.




Récapitulatif final:
 
         

 
Feat.


Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Nikkou
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 155
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 113
Expérience:
Tenez la porte ! - Page 3 Left_bar_bleue628/1200Tenez la porte ! - Page 3 Empty_bar_bleue  (628/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Hold the Door
Under Attack
feat Onryou Maho, Asa Ageha, Senju Naoshige & PNJ



La Lance des Cinq Dragons brandie du haut des remparts semblait irradier de son propre éclat malgré les sombres cieux qui menaçaient la Cité de Baransu. Ultime symbole de la défaite des troupes au sol qui regagnaient leur campement dans une vague de détresse, pestant et criant face à la terrible résistance que leur avait offert Baransu alliée aux arts mystiques des quatre Shinobi qui étaient apparus sur le champ de bataille. Et emblème de la victoire écrasante de la Défense de la Porte de Baransu.

Les troupes acclamaient l'apparition de ce trésor de guerre ramené des tranchées et porté par le Démon aux yeux rouges qui avait offert protection aux enceintes de Baransu et  semé le carnage sur le champ de bataille. L'ovation extatique se tournait également vers la Kunoichi marquée par les flammes de la guerre dont on acclamait la vivacité d'esprit qui avait su non seulement protéger les troupes des vils ennemis, mais également diriger les troupes jusqu'à leur dernier souffle. Pour l'Homme-Singe dont la force écrasante avait ébranlée les forces ennemis, les soldats et médecins adressaient un respect irrévérencieux. Tous savaient qu'il ne pourrait jamais repayer la dette contractée avec le Gardien d'Inari.

Et Nikkou de finalement se retourner vers les troupes, offrant la Lance de légende à leur admiration. Le beau ténébreux réduit à un corps parsemé de blessures sanguinolentes et d'écchiymoses, ses cheveux d’ébène plaqué sur son visage par un mélange de boue et de pluie, demeurait pourtant droit et fier, faisait toujours montre d’une prestance héroïque. Le torse bombé, la Lance brandie à bout de bras, il offrait aux défendeurs de Baransu non pas sa victoire, mais la leur.

Enfin, il baissa la Lance, laissant l’acclamation s’essoufflée pour se frayer un chemin vers la jeune Chûnin au corps tout aussi meurtrie, amoché par les flammes de leurs ennemis. Les Shinobi s’offrirent leur contentement, célébrant la douce victoire, sans toutefois oublier que cette victoire ne leur appartenait pas.

L’esprit encore enivré par les acclamations et les applautissements des troupes, Nikkou en avait presque oublié le poids du fer forgé qui siégeait toujours dans sa main. L’éclat de pouvoir perçu plutôt semblait s’être effacé devant la fierté d’avoir non seulement réussi la mission, mais avoir tenu face au siège d’une nation entière. Nulle arme ne pouvait lui fournir un tel sentiment d’euphorie.

Présentant la Lance à Ageha en la soulevant du sol brièvement, fruit de leurs efforts combinés et de leur frères tombés au combat. Le trésor n’était pas sien ou celui d’Ageha, mais le résultat de leurs efforts combinés rendus au service de Baransu. D’un simple sourire clairvoyant et d’un hochement de tête entendu, le Konoha-Jin et la Suna-Jin comprenait que ce prix ne pouvait revenir qu’à une seule partie en l’instance.

Alors, sans un dernier regard sur le champs de bataille gorgé du sang de leurs ennemis et de leurs alliés, Nikkou quitta sa condisciple en direction de la Citadelle d’un pas lasse sous les vestiges des dernières acclamations leur étant adressées. Aux bas des murs, un cheval dépêché à son endroit l’attendait déjà, envoyé directement par les hautes instances auxquelles on avait déjà adressé par un code entendu que la Porte avait tenue.

L’Uchiha embarqua sans autre commentaire sur la bête, reposant avec joie le poids de son corps presque-mort sur la selle offerte. Son bras le plus meurtri fit claquer les rennes dans un claquement de sonore, le cheval filant alors à toute allure vers la destination connue. Et Nikkou de brandir la Lance de la Victoire haut et fière en parcourant les allées citoyennes de la Cité jusqu’à la Citadelle à son plein cœur.

À son approche, on apercevait distinctivement l’éclat doré de la Lance mystique et dejà les hautes autorités s’étaient amassées au haut des marches pour voir arriver l’émissaire de Konoha. Par esbroufe, ou simplement par fatigue, le Chûnin laissa le cheval gravir les marches de la Citadelle à la rencontre du Général, pour enfin descendre une fois arrivé à ses côtés.

Dans un geste empreint de solennité, Nikkou s’agenouilla devant les hautes instances de Baransu, peinant à cacher la grimace de douleur causée par cette contorsion qu'il s'imposait, la Lance désormais reposée sur ses deux mains et offerte à la direction de Baransu.

« La Porte de Baransu a tenu et les troupes de Tetsu sont en déroute. Le Général a été défait de corps et d’esprit et nous vous rapportons la Lance légendaire qu’il maniait sur le champ de bataille en signe de victoire de Baransu. Nous ne doutons pas que les pouvoirs que renferment cette Lance sauront protéger Baransu contre de telles menaces »

Un pincement au cœur, Nikkou sentit la Lance lui glisser des doigts et ses propres ambitions de puissance s’étioler sous un nouveau souffle de fierté.


Récapitulatif combat:
 
   



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.