Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

 :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre]

Aburame Hako
Aburame Hako
Konoha no Chunin
Messages : 663
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 1871
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue2642/1200Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (2642/1200)
Festival des Lanternes

Hako appréciait pleinement le Festival des Lanternes, visitant moult stands bruyant, se fondant dans une foule enjouée et insouciante. Les lumières étaient splendides, l'atmosphère à la fois joyeuse et un brin solennelle.
Et pour une fois, nul danger ne la menaçait (pour l'instant). Pas de guerre, même pas de rixe entre ivrognes (un peu dommage, cela aurait permis au lutin vert de Konoha de briller un peu en jouant à l'héroïne).
Si l'assistance comprenait des ninja issus d'horizon divers, aucun incident n'était pour l'instant à déplorer. Les différents clans et nations shinobi étaient sans doute la par pure curiosité.
Et il y avait eu le précédent de Baransu, qui avait démontré que les ninjas issus de différents horizons pouvaient coopérer sans s'éventrer mutuellement. Bon, pour faire la guerre contre autrui, mais c'était déjà pas mal !
Konoha s'était depuis rapproché de ces mous ultra-riche et parvenu d'Uzushio et avait même fait des ouvertures aux rustres ensablés de Suna...

Bref, pour une fois le monde shinobi semblait bien décider à faire une pause dans les complots et les affrontements dans les ombres du Sekai, au moins le temps du Festival des Lanternes.
Hako flânait ça et là, ses yeux d'émeraudes grands ouvert pour ne rien manquer. Un masque d'Oni (un rappel ironique de sa participation à un autre festival, bien plus orienté baston) de traviole dans ses cheveux indisciplinés et vêtue d'un kimono vert-pâle qui la changeait de son habituelle tenue vert-pomme, la faisant presque passer pour une civile, elle s'écartait volontairement des autres konohajin, par soif de découverte et d'aventure.

Une activité proposée par certain festivaliers avait attiré son attention papillonnante. Le Festival des lanternes était interactif !
Tout le monde pouvait apparemment se lancer dans la confection d'une lanterne et l'envoyait rejoindre des milliers d'ombres illuminant les cieux obscurs, comme un feu d'artifice paisible et ondoyant.
Les gens semblaient y voir un moyen de prière, pour honorer les dieux ou les ancêtres ou juste pour attirer la chance.
La minuscule Aburame, issue d'un clan peu passionné (à par elle) et très terre à terre, n'avait guère la fibre religieuse (pas comme le fumeur chelou d'Uzushio avec qui elle avait dansé une fois durant l'examen chuunin) mais l'idée la séduisait néanmoins.
Construire et pas détruire, pour une fois... Et puis elle ambitionnait de devenir jônin sous peu et un peu de chance ne serait pas de refus, mais si son talent évident prévaudrait. Et puis ses amis, Akira par exemple, aurait bien besoin d'un porte-bonheur...

Sa décision prise, la kunoichi au kimono vert-pâle s'empressa d'acquérir en abondance tout le matériel dédié à la confection d'une lanterne. Ou plusieurs. Ou une super-grosse, super-visible et brillante, digne d'elle, du clan Aburame et de Konoha !
Évidemment, Hako étant Hako, elle n'écouta que d'une oreille très discrète les instructions du vendeur de rue et n'observa guère les autres festivaliers en train de concevoir leurs lanternes.
De toute façon, même si on lui aurait fournit des instructions détaillées et un plan clair, elle n'aurait rien suivit. Hako voulait une lanterne personnalisée !

La minuscule chuunin s'écarta donc un peu de la foule pour se trouver un coin un peu à l’écart pour concevoir sa monstruosité lanterne volante.
"Hmmmm... Est-ce que plus c'est gros, plus ça porte-bonheur ?" marmonnait le lutin vert de Konoha en tentant d'assembler les pièces plus selon son inspiration éclairée que le bon sens. "Je me demande si je pourrais y mettre le symbole de Konoha, en découpant là... Oh ! Et celui du clan Aburame ! Et puis juste à coté, celui des Hyûga pour Yum-Yum ! Hmmmm... Il ressemble à quoi déjà ? Y'a une espèce de flamme..."

Les yeux d'émeraudes de la kunoichi habituellement vert-pomme étincelèrent. Le feu, la lumière... Rien que ça lui plaisait dans la lanterne. Mais était-ce suffisant ?
"♫ Lumière et feu, joyeux dans les cieux ! ♪ ... Tiens, je me demande si ça pourrait... tracter des feux d'artifice ?" fredonna pour elle-même le lutin vert de Konoha, tout sourire. Elle avait trouvé dans différent stands diverses poudres amusantes qui étincelaient une fois embrasées. Et des senko hanabi... Et si elle les attachait dessous la lanterne, pour les embraser juste au moment où cette dernière prendrait son envol ? Cela ferait sûrement une traînée d'étincelles super-classe !

Hako était légalement considérées comme un adulte malgré sa taille. Son rang de chuunin indiquait qu'elle était à même de mener des troupes au combat. Elle était une enfant soldat, une arme redoutable (voire de destruction massive).
Cela ne voulait par contre pas forcement dire qu'elle avait tout son bon sens. Et qui avait eut l'idée géniale de filer tout un tas d'éléments potentiellement incendiaire à une adolescente fan d'explosion et qui rêvait d'être le centre de l'attention générale ?
Est-ce que quelqu'un aurait le bon sens d'arrêter (ou plutôt, s'il tenait à ses dents, de conseiller) le lutin vert de Konoha dans sa conception d'engin volant cracheur d'étincelles incendiaires ?
Bon, d'un autre coté, il fallait déjà que Hako arrive à construire une lanterne potable et à même de s'envoler...

HRP:


Revenir en haut Aller en bas
Shin
Shin
Konoha no Genin
Messages : 25
Date d'inscription : 27/04/2022

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 130
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue81/250Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (81/250)

Cela aurait pu être le jeu de mon enfance ; moi, me tenant immobile dans un lieu de passage, comptant les secondes de liberté, avant qu’un coude ou un sac ne me heurte de plein fouet, avant que quelqu’un ne marmonne quelques excuses à la va-vite. Depuis que je vivais à Konoha, j’avais développé une certaine curiosité, voire une attraction, pour la foule. Je la voyais comme un être vivant, j’avais appris à en identifier les mouvements et les bruits.

Et pourtant, ce jour-là, je ne me sentais pas à l’aise dans cette foule venue des quatre coins du monde. Je n’arrivais pas à la comprendre, à l’apprivoiser. Debout parmi tout ce monde, je n’étais pas certain de vraiment apprécier le moment. Le festival des Lanternes battait son plein, les rues étaient bondées et, plutôt que de murmurer,  les gens avaient décidé que le meilleur moyen de s’entendre était de crier toujours plus fort.

C'était une grande première pour moi – première fois que je quittais mon nouveau village, première fois que j’assistais à ce genre d’événement mondial – et j’aurais dû être transporté par l’excitation, comme pour toutes les « premières fois » que je vivais depuis que j’avais quitté mes montagnes. J’aurais dû m’émerveiller devant toutes ces choses que je ne connaissais pas. Mais je n’avais qu’une envie : rentrer chez moi, rentrer à Konoha.

C’était impossible, malheureusement. On m’avait accompagné jusqu’ici, c’était même la raison pour laquelle j’avais eu le droit d’être là. Je ne pouvais pas m’échapper seul. Je ne voulais pas qu’on se méprenne, après tout, je suivais toujours les ordres. Mais où était la personne qui m’avait accompagné ?
Je fis plusieurs fois le tour sur moi-même, à sa recherche, avant de me rendre à l’évidence : j’étais perdu. Alors, soudain, j’eus un peu peur. Nous n’avions pas convenu d’un lieu de rendez-vous, si jamais on se perdait de vue… Allait-on me chercher ? M’attendre ?  M’oublier ? Dans ma poitrine, mon cœur s’était mis à battre la chamade. Un peu paniqué, je cherchai à m’extirper de la foule oppressante, rejoindre un coin tranquille, peut-être en hauteur, d’où je pourrais chercher mon tuteur.

Je ne voulais pas qu’on m’abandonne. Pas encore.

L’idée m’avait frappé de plein fouet et les larmes étaient sorties d’elles-mêmes. Mais je ne voulais pas qu’on me voit ainsi. Ce n’était pas celui que je voulais être. Alors je me mis à courir, fuyant le plus loin possible.
Je m’arrêtai dans un endroit plus tranquille, reniflant et groggy, mais les yeux de nouveau secs. C’était mieux ainsi. Je n’avais pas résolu mon problème de tuteur, mais au moins je n’avais plus l’air d’un gamin pleurnichard – du moins, je croyais, mais peut-être que les passants ne verraient que mes yeux rouges et mon nez luisant.

C’est en cherchant à m’orienter que mon regard accrocha l’atelier. Pour quelques pièces, on pouvait y concevoir sa propre lanterne. L’occasion de formuler un vœu, prononcer une prière… Mes pas m’y guidèrent instinctivement. C’était quelque chose que je connaissais – pas les lanternes elles-mêmes, mais la symbolique derrière –, quelque chose qui allait me sauver du fiasco de ce festival. En observant tous ces gens qui fabriquaient des lanternes, mon cœur s’apaisait.

Rapidement, je trouvai le vendeur et me procurai le nécessaire à la confection. Il me dispensa quelques conseils, mais je dois admettre que tout rentrait par une oreille pour sortir par l’autre… J’aimais le travail manuel, bien plus que d’étudier et lire des livres, mais il s’agissait d’un travail de précision, bien loin des coups de bêche dans le sol et des coups de marteau dans la charpente. Mes petites mains étaient un avantage, mais mon cerveau ne comprenait pas comment les choses devaient s’assembler. Alors, transportant mon matériel, j’essayais de voir comment faisaient les autres.

« Oh, mais c’est le symbole de Konoha ! » Mon cœur avait fait un bond dans ma poitrine. Cette petite demoiselle en vert avait fait le symbole de mon village sur sa… Lanterne ? « Je viens de là, c’est mon village ! » m’exclamai-je malgré moi, montrant mon bandeau éclatant de nouveauté, sans savoir à qui je m’adressais.
A l’époque, je ne connaissais pas encore le fameux lutin vert de Konoha, ni même tous les symboles des clans du village. En réalité, je ne connaissais pas grand-chose d’autre que le domaine Kamiko – et encore, seulement la partie où vivait Fumetsu, mon sensei, et où il m’entrainait. Alors je ne pouvais pas saisir l’ironie de la situation – oser dire que c’était mon village, à cette jeune fille sifflotante qui appartenait à l’un de ses clans majeurs.

J’enchainai sans attendre : « Tu peux m’aider avec ma lanterne ? J’y arrive pas… » Je posai délicatement mes affaires à côté des siennes, avant de m’incliner. On ne se connaissait peut-être pas, mais j’étais si heureux d’avoir trouvé quelqu’un avec qui partager ce moment. « Je m’appelle Shin ! »

Revenir en haut Aller en bas
Aburame Hako
Aburame Hako
Konoha no Chunin
Messages : 663
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 1871
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue2642/1200Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (2642/1200)
Festival des Lanternes


Trop occupée à construire sa monstruosité volante (enfin... avec de la chance) et probablement incendiaire, Hako n'entendit pas l'arrivée d'un autre adolescent konhajin dans son dos. Et dire qu'elle se prétendait la meilleure chuunin du monde...
En tout cas le nouveau venu avait visiblement reconnu le symbole du Village Caché de la Feuille que la minuscule Aburame avait découpé sur sa lanterne (rendant par là son vol probablement encore plus chaotique, ce qui avec son projet d'y attacher des feux d'artifices dégueulant des flopées d'étincelles s'avérait sans doute une idée plutôt douteuse).

Le lutin vert de Konoha se retourna, affichant bien vite un immense sourire : son art était reconnu.
"Moi aussi ! Et comme c'est le meilleur du monde, autant en être fier !" pépia gaiement la kunoichi en kimono vert en se redressant pour toiser le jeune homme.
Enfin, toiser, pas vraiment : même s'il faisait plus jeune qu'elle, l'inconnu s'avéra un peu plus grand qu'elle. Voilà de quoi l'irriter un brin.
D'un geste du pouce, elle désigna son propre bandeau ceint à sa taille et à moitié caché par son obi aux nœuds un brin grandiloquents et improvisés (Hako n'était guère douée dans le respect des traditions, surtout vestimentaires).

"Bien sûr que j'peux t'aider, même si c'est aussi la première fois que je fais ça. Entre compatriotes, faut se serrer les coudes !" annonça joyeusement la petite chuunin. Une affirmation pas totalement altruiste : cela la plaçait d'office en position de senpai, malgré sa stature de naine.
"Je suis Aburame Hako, chuunin d'élite de Konoha." annonça-t-elle fièrement pour se présenter (et en imposer). "Tu es un jeune genin, non ? J'le vois à ton bandeau tout rutilant... J'me rappelle qu'à la sortie de la l'Académie, j'arrêtais pas d'astiquer le mieux pour que tout le monde le voit bien ! Ah ah !"
Chose qui avait dû même pas durer une semaine : si Hako était vantarde, elle était aussi peu soigneuse et se lassait très vite.
Un brin (certain, comme Akira, le qualifierait de tronc d'arbre ou de poutre) vaniteuse, la minuscule Aburame guetta la réaction de l'adolescent à la révélation de son nom. Sa gloire avait-elle déjà atteint le stade de légende auprès des shinobi un peu plus jeunes ?

"Enchanté Shin ! Voyons ça... Assembler une banale lanterne ne devrait pas poser de problème à deux ninja du glorieux Pays du Feu !" assura sans coup férir le lutin vert de Konoha, pourtant plus spécialiste en explosion et démolition qu'en construction de décoration éthérée et fragile.
Néanmoins, surtout avec un jeune public, pas question de ménager ses efforts et d'échouer ! Elle ferait des lanternes parfaites ! Ou au moins, amusantes !
Elle observa à la dérobée (enfin... C'était Hako et sa discrétion de ninja n'était pas sa plus grande source de renommé) son jeune condisciple, toujours curieuse.

Déjà, il n'avait pas fait mention d'un nom de famille (en supposant que Shin soit son prénom...). Du coup, il ne devait pas venir d'un clan prestigieux du Village Caché de la Feuille. Yurikô-sama avait fait de son mieux pour ne pas exclure les ninjas "sans clan" ou venant de familles plus mineures, mais il fallait bien reconnaître que certains, notamment les Uchiha et les Hyûga, avaient le mépris facile pour ceux ne descendant pas d'une prestigieuse lignée de ninja.
Comme toujours, son propre clan était d'apparence neutre et sans opinion sur le sujet, mais en tant que demi-sang, la kunoichi habituellement vert-pomme savait qu'on trouvait ce genre de débile au jugement hâtif partout.
Elle espérait que le jeune Shin ne se sentent pas trop mal à l'aise face à une ninja d'un clan fondateur de Konoha comme elle. D'autant plus qu'elle était membre de la légendaire équipe n°2.

Bon, en tout cas, ce genin ou ses parents n'avaient aucun don pour se mettre en valeur, surtout au niveau capillaire. Sa figure affichait (comme pour elle, grrrr !) les rondeurs de l'enfance, mais mâtinée d'une sorte de... détachement, un brin agaçant. Il avait l'air un peu benêt comme ça, mais Hako était trop kunoichi et Aburame pour s'arrêter aux banales apparences.
Un point positif par contre : il avait les mains caleuses et un corps robuste, trahissant le ninja qui faisait des efforts et s’entraînait religieusement.
La kunoichi Aburame commença à trier le matériel de Shin, pour voir ce qu'elle pouvait en tirer. Il ne semblait guère doué pour les travaux de précision et la minutie. Hako ne valait guère mieux mais..
"Ah, ah, l'avantage d'être une douce et délicate jeune fille : on a des petites mains aux doigts agiles !" ricana joyeusement le lutin vert de Konoha avec un clin d’œil, pour faire la conversation. Bon sang, c'est vrai qu'elle avait des mains de gamine !

Un ninja sans clan, genin sans doute depuis peu. Un physique quelconque, oubliable mais dénotant d'une certaine robustesse et d'un entraînement non-négligeable (ou de corvées physiques fréquentes).
"Spécialiste en taijutsu ?" hasarda Hako, à moitié pour faire la conversation, à moitié pour impressionner (si elle avait vu juste) l'adolescent de part son esprit analytique d'Aburame. "Si tu veux, à l'occasion j'pourrais t'enseigner deux-trois trucs là-dessus ! C'est l'une de mes nombreuses spécialités !"
Elle ne prenait pas beaucoup de risque : l'art du corps à corps était (à tort) considéré comme "basique" et "facile". Du coup, moult ninja débutant ou ne venant pas de famille ou de clan prestigieux en acquérait au moins les bases.
Une spécialité que méprisait souvent les shinobi venant de clan majeur ou doté de capacités héréditaires. Cela durait jusqu'à ce que le lutin vert de Konoha les propulse à travers un mur d'un coup de poing, brisant leur illusions et leurs os.

Sous les mains sans cesse en mouvement de la petite Aburame et ses conseils éclairés, la lanterne de Shin prenait petit à petit forme.
Voulant assurer le coup et briller aux yeux de plus jeune qu'elle, la minuscule chuunin s'était montré plus... conservatrice, comparé à la monstruosité géante et incendiaire qu'elle avait pour l'instant laissé de coté.
Cependant un œil attentif noterait que la construction n'était pas... gracieuse. Hako avait toujours tendance à en faire trop, à complexifier le design initial.
Et puis, même si elle avait de petites mains, elle manquait de patience (et de délicatesse).

Heureusement, le lutin vert de Konona était étonnamment une bonne pédagogue : elle ne faisait pas tout pour Shin, l'aidant mais aussi le guidant, faisant des suggestions, explicitant pour à son avis telle pièce devait aller à telle endroit. Elle n'hésitait d’ailleurs pas à solliciter l'avis de son camarade et à écouter ses suggestions (même si son applications de celles-ci pouvait laisser à désirer).
Normalement, à eux deux, ils devraient arriver à construire au moins une lanterne fonctionnelle.
Par contre, Shin allait sans doute remarquer que pour Hako, l'important était surtout de faire voler un truc cool (et enflammé) dans les cieux. Pour l'ancien petit moine, il était évident que l'aspect cérémoniel de la chose passait au second plan pour le lutin vert de Konoha...

Revenir en haut Aller en bas
Shin
Shin
Konoha no Genin
Messages : 25
Date d'inscription : 27/04/2022

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 130
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue81/250Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (81/250)

J’eus un large sourire tandis que la demoiselle acceptait bien aimablement de voler à mon secours. Etrangement, je n’avais pas songé une seule seconde qu’elle puisse refuser, comme si le seul fait de venir du même village nous poussait à nous obliger mutuellement. A vrai dire, maintenant que j’y pense, je venais de faire preuve d’une drôle d’assurance. Pourtant, je n’étais pas quelqu’un de particulièrement entreprenant – un simple refus poli suffisait bien souvent à me chasser définitivement – et je craignais souvent de déranger par ma simple présence. Il fallait que je sois vraiment en confiance pour m’adresser de la sorte à une inconnue, même de Konoha. Etait-ce parce que j’étais plus grand, ou parce que j’avais du mal à lui donner un âge ?

Puis, alors qu’elle se présentait, je compris que je faisais erreur. « Aburame Hako, chûnin » J’eus subitement l’impression de tomber dans le vide, ou que mon estomac me lâchait. Une sueur froide coula le long de mon échine, et je sentis une chaleur caractéristique embraser mes joues. Et encore, j’avais la chance d’être à moitié ignorant : je perdais mes moyens pour un nom clanique ou pour un grade, mais je n’avais pas conscience que la personne face à moi était également importante, à sa façon. Dans tous les cas, sans que j’aie à parler, il était clair que sa révélation ne me laissait pas indifférent.

Malheureusement pour moi, cela ne s’arrêta pas là : elle devina tout. Mon grade, mon manque de dextérité manuelle, mon domaine de prédilection… Plus la conversation avançait, et plus mes joues s’enflammaient. Du côté de la parole, cela ne s’arrangeait pas non plus. D’abord rendu coi par la situation, je m’étais finalement mis à balbutier dans tous les sens. « Oui, je... euh… Oui. » Je cherchais à me justifier, sans vraiment savoir quoi dire. Un instant, j’hésitai même à m’excuser, mais trouvai finalement le courage de me retenir.

« Ce serait un honneur… » finis-je par dire d’une toute petite voix, m’inclinant vigoureusement, alors qu’elle mentionnait ses connaissances en Taijutsu. « Mais je ne voudrais pas abuser de votre temps. » Inconsciemment, j’avais remis les formes dans mon discours, laissant tomber le tutoiement au profit du vouvoiement.

Fort heureusement, la jeune fille arrêta un moment de m’interroger pour se concentrer sur mon matériel éparpillé çà et là. Attentif et docile, je m’appliquai alors à suivre scrupuleusement ses ordres ou ses conseils. Petit à petit, la chose prenait forme, entre nos mains malhabiles – surtout les miennes, évidemment.
L’exercice accaparait toute mon attention, tant et si bien que j’en oubliai finalement mon malaise et mon stress. Bientôt, je me rendis compte que je prenais plaisir à fabriquer ma lanterne aux côtés d’Hako et mon sourire revint de lui-même. Peu m’importait la finalité, peu m’importait que le résultat ne soit pas d’une extrême beauté ; c’était notre lanterne. Le chemin était plus important que la destination, disait-on. Et puis, tant qu’elle pouvait s’envoler… Je n’en demandais pas plus.

« Tu sais, tout à l’heure, j’ai dit que Konoha est mon village… Mais en réalité, je suis arrivé récemment. Je viens des montagnes, tout au nord du Sekai. » J’avais dit ça spontanément, dans un moment de flottement, alors que je contemplais l’assemblage à l’équilibre douteux, espérant qu’il ferait tout de même honneur à ceux pour qui je prierais. Mes yeux s’étaient alors mis à briller, brusquement humides. Les moines me manquaient terriblement.
Détachant finalement mon regard de la construction, j’offris un sourire sincère à ma sempai. « Je te suis éternellement reconnaissant pour ton aide. Les habitants de Konoha sont vraiment incroyables ! » Je m’inclinai de nouveau, comme je savais si bien le faire. Je voulais la remercier autrement, mais je ne voyais vraiment pas ce que quelqu’un comme moi pouvait faire pour elle. Dans le doute, je m’abstins donc, reprenant mon délicat assemblage.
« C’est vraiment pas facile à faire. La tienne est terminée ? » Je jetai un œil sur l’étrange lanterne de l’Aburame. « Est-ce qu’on essaie de les faire voler un peu ? Mais j’ai peur qu’elle prenne feu avant l’heure… » Chose que je voulais absolument éviter. Du moins, pas avant le lâcher de lanternes officiel !

Revenir en haut Aller en bas
Aburame Hako
Aburame Hako
Konoha no Chunin
Messages : 663
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 1871
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue2642/1200Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (2642/1200)
Festival des Lanternes

Hako ne manqua de remarquer le trouble du jeune homme, sans pour autant savoir à quoi l'attribuer. Certes, elle se présentait de manière tout à fait objective vantait facilement mais il était plutôt rare qu'on la vouvoie, notamment à cause de sa taille et de son visage poupin qui renforçait encore son air juvénile. Enfin, jusqu'à ce qu'elle détruise brutalement un truc ou qu'elle envoie ses insectes boire l'âme des fâcheux. Là, tout de suite elle avait droit à plus d'obséquiosité.
En tout cas, il était visible que Shin semblait soudain un poil mal à l'aise en sa présence, au point de balbutier.
Était-ce en raison de sa réputation au village ? Le lutin vert de Konoha était connu pour ses frasques. Et la puissance de son équipe de shinobi, qui avait en plus la réputation d'épuiser ses sensei...
Ou alors, c'était peut-être qu'elle était du sexe opposé, belle et séduisante (évaluation personnelle), chose qui pouvait troubler les garçons en pleine puberté.
Ou bien c'était son appartenance au lugubre clan Aburame, qui faisait d'elle un nid d'insecte dévoreur de chakra sur pattes. Une chose que beaucoup trop de gens, ces entomophobes, regardaient avec une certaine (et mal placée) répugnance, fuyant leur contact ou même leur présence. Triste, pour une demoiselle aussi extravertie et tactile que Hako.

Pas un instant la kunoichi vert-pomme ne songea que c'était son grade ou le simple fait d'appartenir à un clan fondateur et réputé de Konoha qui troublait le genin. Tout simplement parce qu'elle n'y accordait  guère d'importance, à part pour faire marronner Akira et Yum-Yum (elle n'avait pas renoncer à passer jônin avant eux), se vanter ou les taquiner gentiment sur leur famille de coincé et consanguin...
En tout cas, Hako haussa les épaules, un sourire aux lèvres, simplement ravie d'avoir deviner juste les talents du jeune shinobi.
"Ah, ah ! On verra si tu penses que c'est toujours un honneur une fois que je t'aurai gentiment molesté !" s'esclaffa gaiement le lutin vert de Konoha, plaisantant (à sa façon) pour mettre à l'aise le genin à la coupe au bol. "J'ai pas l'habitude de retenir mes coups ! Comme on dit, plus l’entraînement est dur, plus la bataille est facile !"
Ouais, enfin bon, Hako s'était quand même fait à moitié sermonné pour avoir fait s'éveiller le sharingan un jeune Uchiha lors d'un match "amical" du Tournois d'Amanogawa.
Elle n'était toujours pas trop sûr s'ils avaient été ravis (pour le clan Uchiha) ou consternés pour avoir risqué la vie d'un genin d'un clan prestigieux (pour le reste des autorités de Konoha).

Ils se mirent ensemble à construire la lanterne de Shin, ce qui détendit l'atmosphère. Plutôt que deux machines à tuer, des enfants-soldats, ils ressemblaient à deux gamins s'amusant ensemble.
Au grand plaisir de la minuscule Aburame, Shin se décrispa et le tutoiement revint. Rien ne valait le travail manuel et une activité ludique partagée !
Comparé à la majorité des lanternes des habitants du cru et des visiteurs du festival, leur œuvre était un poil trop massive, un poil trop bancale, un poil trop surchargé niveau décoration mais elle devrait quand même pouvoir décoller (probablement avec une grace douteuse).
Au pire, Hako pourrait lui donner un coup de main (comme par l'exemple la lancer très fort ou, probablement plus efficace, envoyé une partie de son essaim la soulever et l'orienter... Mais est-ce que ce serait pas un peu tricher ?).

Leur "œuvre" achevée, la conversation reprit entre les deux adolescents du Village Caché de la Feuille.
Village qui semblait être au centre des préoccupation de shin.
Alors qu'il la remerciait une fois de plus en s'inclinant bien trop bas au goût de la kunoichi vert-pomme (elle aimait être flatté mais n'appréciait guère les cérémonials empesé ou trop obséquieux), Hako le surpris en lui balançant une pichenette sur le front et un éclat de rire cristallin.
"Idiot ! Tant que tu adhères à l'idée de Konoha, qu'importe que tu viennes d'arriver ou d'où tu viens." le sermonna gentiment le lutin vert de Konoha, l'air toujours aussi espiègle. "Et si les gens de Konoha sont incroyables, alors tu es incroyable ! Ou tu vas le devenir !"
Toujours (quasiment) sûre d'elle-même, la jeune Aburame le pensait vraiment. Non pas qu'elle est descellé par quelques sens secrets ou son expérience de la vie un quelconque talent caché ou destiné hors du commun chez Shin : Hako croyait fermement que tout ceux qui s'en donnait la peine pouvait briller et abattre tous les obstacles. Surtout à Konoha.

Shin attira l'attention de la kunoichi vert-pomme sur sa propre monstruosité volante (à débattre). Maintenant qu'elle en avait monté une plus ou moins dans les règles, certains... défauts de conception lui apparurent. Notamment des problèmes de poids et de portances (elle ignora par contre totalement les risques de transformer sa lanterne en engin incendiaire et lui adjoignant des feux d'artifices et aux poudres étincelantes).
"Non, mais ça ne va pas tarder ! Allez, files-moi un coup de main, histoire qu'on en ai une chacun !" pépia gaiement la minuscule chuunin, certaine que son récent compatriote allait l'aider (et peut-être apporter un peu de bons sens à l'engin).
A deux, finaliser la construction bancale du lutin vert de Konoha trop enthousiaste pour le bien du festival ne fut guère long. D'autant plus que la petite Aburame du refréner ses ardeurs par le simple fait d'avoir une quantité limité de matériaux.

Un fois l'ouvrage terminé, Shin eut une merveilleuse suggestion : faire des essais.
Tout à son enthousiasme, Hako n'y aurait pas pensé. Peu de gens d'ailleurs (mais eux, ils suivaient les règles et instructions) : une lanterne volante allumée s'élevait généralement de son propre chef et ne pouvait normalement pas être récupéré (à moins de s'écraser mollement au sol car mal conçu, avec les risques d'incendie que ça implique).
Mais bien sûr ce n'était un problème que pour les civils et les gens sans imagination. Les yeux d'émeraude du lutin vert de Konoha pétillèrent d'excitation et s'attelant à l'idée.
Ab initio, Hako songea à bêtement attaché un filin métallique ou une corde aux lanternes, comme s'il s'agissait de cerfs-volants, mais elle fini se raviser, n'ayant ni l'un ni l'autre. Bon, elle aurait pu aller en mendier à un stand ou à un autre konohajin (Akira aimait les pièges débiles, il devait bien avoir ça). Cependant le lutin de Konoha avait une autre idée...

Il était difficile (impossible) pour Hako de ne pas se glorifier un peu, surtout devant un compatriote, même plus jeune qu'elle. Elle avait une réputation à tenir.
La nuit commençait à tomber et ils étaient dans un endroit en marge du festival, suffisamment isolé.
"Très bonne idée Shin ! A toi l'honneur alors : allume la tienne pour voir." pépia gaiement la kunoichi vert-pomme, ravis de son idée pour briller devant son condisciple. "Et tu vas voir, j'vais te montrer un truc cool ! Je me charge de la récupérer après le test."
Marmonnant et concentrée, la kunoichi vert-pomme composa une série de mudra effroyablement complexe. En réponse, de ses manches froufroutante et des plis de sa tenue fantaisie s'éleva un inquiétant bourdonnement.
Qui s'amplifiait au fur et à mesure que l'essaim de la minuscule Aburame se déployait, gagnant son dos pour former une paire... de sinistres et vrombissantes ailes d'ébènes.
"Mon équipe a eu un sensei du clan Inuwashi. Tu sais, les fana d'oiseau. Il pouvait s'unir à son familier et se métamorphoser en griffon trop chouette et duveteux ! Mais ça m'a fait pensé à un truc : comment combattre des gens qui peuvent voler ? Voilà ma réponse !"
Propulsé par son essaim vrombissant, la kunoichi vert-pomme s'éleva doucement du sol, prête à rattraper la lanterne si elle s'élevait correctement. Et prête à minimiser les risques, si elle faisait mine de se crasher sur les stands.

Technique utilisée:

Revenir en haut Aller en bas
Shin
Shin
Konoha no Genin
Messages : 25
Date d'inscription : 27/04/2022

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin - Rang D
Ryos: 130
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue81/250Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (81/250)

« Wow… » La bouche légèrement entrouverte, les yeux pétillants, je restai quelques instants immobile, à contempler les ailes de la chûnin qui s’éloignait de moi par la voie des airs. Emerveillé par le spectacle, j’en perdais la notion du temps. Hako ne m’avait pas menti ; sa technique était incroyable. Voler, pardi ! Et tandis que mon esprit peinait encore à réaliser l’exploit que cela représentait pour le commun des mortels, je retenais mon souffle.
D’autres se seraient peut-être attardés sur la composition des ailes – comment l’oublier, elles vrombissaient littéralement –, mais j’aimais assez la Nature pour ne pas me formaliser. Les petites bêtes ne m’effrayaient ou ne répugnaient pas tellement. Alors, tout ce que je voyais, c’était son extraordinaire collaboration avec ces dernières. C’était comme Fumetsu et ses araignées, en un sens.
Voler… Observant toujours Hako, je m’imaginai voir le monde d’en-haut. Je n’en revenais toujours pas.

« Oh, regardez ! » s’exclama quelqu’un à mes côtés. Les frasques de l’Aburame avaient visiblement attiré les regards des quelques personnes présentes. Je repris la mesure du temps qui s’écoulait d’un coup, réalisant que nous n’étions pas seuls. « Oui, c’est trop cool… » soufflai-je, en réponse, tout en levant un pouce vers ma camarade de Konoha. « Et c’est ma sempai ! » ajoutai-je, bombant le torse, soudainement tout enorgueilli par sa prestation. N’allais-je pas trop vite en besogne ? Bah, quelle importance, elle ne devait pas m’entendre de là-haut, de toute façon.

Alors, ayant repris mes esprits, je me précipitai sur ma lanterne et me hâtai de l’allumer. Il ne fallait pas trop faire attendre l'Aburame – même si elle devait prendre un malin plaisir à se trouver soudainement au centre de l’attention. Après tout, je ne savais pas combien de temps elle pouvait tenir ainsi accrochée à ses insectes. J’imaginais que ces derniers devaient se fatiguer, en dépit de sa petite taille et, probablement, de sa légèreté.
Craquant vite une allumette, à défaut de maîtriser le Katon et d’impressionner moi aussi l’assistance, je regardai le combustible placé au centre de la lanterne s’enflammer rapidement. Puis, soulevant le cerceau qui soutenait l’ensemble de la structure en papier, je le portai un instant à bout de bras, avant de le lâcher précautionneusement lorsque je sentis que la lanterne pouvait à peu près supporter son poids.

Cette dernière vacilla un bref instant, légèrement déséquilibrée par son asymétrie, m’offrant aussi un instant de frayeur, puis elle sembla trouver une certaine forme de stabilité et commença alors à s’élever. « Oui ! Ça vole, Hako, regarde ! » m’exclamai-je, tout sourire, frappant dans mes mains d’excitation. D’autres se mirent à applaudir aussi, partageant ma joie sincère. Je pouvais sentir, dans ma poitrine, mon cœur battre follement. J’étais si heureux, en cet instant ! « S’il-vous-plait, faites qu’elle ne prenne pas feu… » suppliai-je alors intérieurement, car je ne voulais pas voir mon bonheur s’écraser en flammes brutalement.

Mais je ne m’arrêtai pas là ; j’en voulais plus encore. Transporté par mon enthousiasme, je me tournai vers la construction de mon incroyable camarade. « Je t’envoie la tienne aussi ! » Sur le coup, je ne m’inquiétai pas de savoir si Hako était d’accord ou non, ni même si elle serait capable de gérer les deux lanternes en même temps dans le ciel. Craquant une nouvelle allumette, je mis feu au combustible de la lanterne du lutin vert. « Vole, gigantesque lanterne ! »

Revenir en haut Aller en bas
Aburame Hako
Aburame Hako
Konoha no Chunin
Messages : 663
Date d'inscription : 15/03/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 1871
Expérience:
Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Left_bar_bleue2642/1200Festival des lanternes - Feu de joie céleste [libre] Empty_bar_bleue  (2642/1200)
Festival des Lanternes

Fière comme un paon verdoyant à froufrou (et grouillant d'insectes voraces vrombissant), Hako s'éleva dans le ciel nocturne.
Bon, malgré sa vantardise, la kunoichi vert-pomme savait qu'elle ne pourrait guère maintenir sa technique très longtemps. Elle avait beau être légère de part son petit gabarit, défier ainsi la gravité n'était pas une mince affaire et elle devrait faire se reposer son essaim de temps en temps.
Mais cela devrait normalement amplement suffire aux tests de vol de la lanterne de Shin.

L'ange noir bourdonnant attira l'attention d'autres spectateurs, ce qui ne fut pas pour déplaire à l'égocentrique (et excentrique) chuunin de Konoha. Grisée, le lutin vert de Konoha offrit au public et à son jeune condisciple une petite démonstration de virevolte aérienne, manquant de peu de s'embugner dans certaine lanterne déjà lâché dans les cieux.
Par bonheur, l'heure tardive masquait en grande parti l'aspect inquiétant de ses ailes en insectes buveurs d'âme...
Shin lâcha leur construction commune qui, cahin-caha, se lança à l'assaut du firmament.

"Une fois de plus, c'est un succès pour Konoha !" tonna la minuscule Aburame en tourbillonnant autour du lampion aérien. Ils avaient réussit ! Malgré son poids et son asymétrie, les deux konohajin avaient triomphé de la construction d'une lanterne de festival. Comme tout le monde ici, même les enfants... Mais il faut dire que leur design était plus massif et aventureux.
Comme la lanterne de Shin se comportait bien (enfin, plutôt honorablement, en partie à cause d'un léger vent ascendant et d'un peu de chance), la kunoichi vert-pomme la laissa s'envoler sous les étoiles et rejoindre l'essaim de lampions flottants du festival.

"Fais un voeux Shin !" pépia gaiement la petite chuunin alors qu'elle se posait brièvement sur un arbre pour faire souffler son essaim avant de reprendre son envol d'un bond gracieux (évaluation toute personnelle) et vrombissant.
Bien sûr, Hako n'attendait qu'une chose : sa propre apothéose et le lâcher de sa monstrueuse création.
Vu comment s'était péniblement envolé leur lanterne commune, elle savait bien que sa propre construction risquait d'avoir aussi du mal. Plus peut-être.
Mais bon, au pire, elle serait là pour lui donner un coup de pouce ou la rattraper si elle faisait mine de choir.
Sourire au lèvre et levant un pouce d'approbation, elle regarda l'enthousiaste et diligent genin allumer et préparer l'envol de sa lanterne.

Contre toutes attentes et malgré un décollage chaotique et aussi gracieux qu'un cygne alcoolique qu'on aurait à moitié assommé, la monstruosité s’éleva, ne tardant pas à cracher un flux d'étincelles quand la poudre à feu d'artifice s'embrasa. Peut-être que cela fournit une poussée supplémentaire à l'engin incendiaire flottant, lui permettant de gagner le firmament...
En tout cas, ça volait.
Pas droit, en tournant sur elle-même un peu trop vite, perdant même quelques pièces. Et crachant une pluie d'étincelle festive de manière aléatoire.

Bien que d'abord ravis, la minuscule Aburame tournoyant autour de son œuvre grandiose ne tarda pas à afficher une mine inquiète.
Hako avait beau être d'un enthousiasme délirant et une risque tout, elle restait une chuunin de Konoha et en voyant la nuée incendiaire que libérait sous elle sa lanterne incontrôlable, elle ne pu s'empêcher de s'inquiéter.
Certes son projet avait aboutit et fonctionnait. Plus ou moins... Mais il mettait en danger le public et les autres lanterne, à cracher ses étincelles de partout...
Il fallait qu'elle contrôle sa trajectoire elle-même, alors que son essaim commençait déjà à montrer des signes de fatigue...

"J'vais la ramener au sol !" s'écria-t-elle en direction de Shin, virevoltant pour s'approcher de sa construction brinquebalante et incendiaire. "Faut trouver un moyen de mieux contrôler la trajectoire et les feux d'artifices... Pas question de gâcher la fête des autres !"
C'était ça, être une kunoichi responsable ! Elle espérait que Shin en prendrait de la graine. Et que Yume et Akira verrait qu'elle pouvait être à la fois innovante et prudente, sachant prendre ses responsabilités et accepter l'échec. Semi-échec. Demi-réussite. Réussite à optimiser.

Alors qu'elle s’auto-congratulait mentalement de sa maturité (ce qui défaisait toute l'idée), Hako s'approcha de sa lanterne d'un tourbillon grouillant d'ailes noire comme la nuit.
C'est bien évidemment à ce moment qu'un des feux d'artifices honteusement chargé dans le lampion décida qu'il était temps de faire son bouquet final.
Il cracha une nué d'étincelle splendide, mais faisant basculé la lanterne. Le nué étincelante suivit le mouvement et... embrasa en un instant les pauvres kikaichuu qui s'épuisaient à maintenir en l'air le lutin vert de Konoha.

Ce fut comme mettre feu à de la poudre : dans un crépitement flamboyant et un odeur de chitine brûlé, une des ailes de la kunoichi vert-pomme se changea brièvement en torche.
Hako poussa un petit cri de surprise fort féminin, vite suivit d'un abominable juron qui l'était moins.
Par réflexe, la malheureuse et trop vantarde chuunin se rattrapa à sa lanterne. Bien évidemment, la monstrueuse construction déjà instable n'était pas conçue pour supporter le poids d'une adolescente, aussi petite et menue soit-elle.
Le choc déstabilisa définitivement la lanterne, qui s'embrasa en un instant, projetant flammes et étincelles festives sur la minuscule kunoichi et embrasant son aile restant.

Hako et sa lanterne churent promptement d'une hauteur vertigineuse, s'abattant tel un météore lâchant des feux d'artifice, une comète de destruction scintillante.
Par chance, elle s'écrasa dans un tourbillon de flammes et d'insectes embrasés dans un endroit tranquille du festival.
Le choc fut effroyablement brutal, mais eux le mérite de souffler la majorité des flammes sans causer plus d'incendie ou de dégâts. De toute façon, il ne restait pas grand à brûler, à part les vêtements de la chuunin de Konoha.
S'il y avait eu quelques cris durant la chute, un silence inquiet se propageait dans le public inquiet.
C'est alors que le lutin vert (plutôt roussie) de Konoha émergea des débris encore fumant. Ses vêtements étaient ravagés et sa peau couvert de suie et de bleus mais vu le nombre de jurons par seconde, elle allait plus ou moins bien.
Ce qui faisait se demander en quoi était bâtit le lutin vert de Konoha.

"Bordel !" conclut la minuscule Aburame après une série d'épithètes déplaisant que nous ne rapporteront pas ici. Toute endolorie, elle fit jouer ses muscles, constatant alors l'état de ses vêtements trouée et roussie, voire carrément incinérer. "Même sans être en mission, j'arrive à niquer ma tenue ! Au prix où elle coûte !"
S'époussetant (sans succès) grossièrement, elle soupira lourdement avant de rejoindre Shin et lui dédia un énorme sourire, indifférente à son apparence et à la surprise du public de la voir s'en tirer à si bon compte.
"Bon, on va dire que c'était un succès mitigé... Mais... ça valait l'coup ! Au moins pendant un p'tit moment ma lanterne a été la plus incroyable du Festival !"
Elle se retourna pour évaluer les dégâts causés par son... atterrissage impromptu. Ouf, pas d'incendie et elle ne s'était pas abattue sur un stand ou des gens. C'était déjà ça... Mais elle savait déjà qu'elle allait en attendre parler un moment, avec les sermons d'Akira, de Yume, de ses parents et sans doute d'autre konohajin.

"J'ai p't'être été un poil trop ambitieuse, mais c'est en essayant qu'on apprend. J'vais ranger tout ça... Non, mes clones vont l'faire, ils sont là pour ça. Mushi Bunshin !" annonça la kunoichi vert-pomme dans un mea culpa un peu tiède. "Et ensuite, j'irais racheté de quoi faire une lanterne normale. C'est moins rigolo, mais j'veux pas risqué d’abîmer celles des autres..."
Et ensuite, s'il lui restait un peu d'argent, elle irait s'offrir deux-trois spécialités locales à déguster avec Shin. Elle était la chuunin c'était à elle de l'inviter, ne serait-ce que pour le récompenser de son rôle d'assistant ingénieur aéronautique.

Résumé:

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation