Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

 :: Zone Hors RP - Arène :: Combat amical Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Duel de fils - Kamiko Raion

Shirogane Mamushi
Shirogane Mamushi
Suna no Jonin
Messages : 74
Date d'inscription : 10/03/2021
Localisation : a 2 cm de ta jugulaire

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chef de clan - Jônin - Rang A - Hueng Shu de Lóng Shé
Ryos: 416
Expérience:
Duel de fils - Kamiko Raion  Left_bar_bleue152/2000Duel de fils - Kamiko Raion  Empty_bar_bleue  (152/2000)
Shirogane Mamushi
Duel de fils - ft. Raion

L'habituel défaut de l'homme est de ne pas prévoir l'orage par beau temps.

- Une alliance entre Suna et Konoha, quelle idée stupide. Le problème avec les alliances par les liens du mariage, c’est qu’on ne peut prédire qui des deux parties se fera assimiler. Il y a toujours un fort et un faible, dans tous les aspects de la vie, surtout dans une société militariste. Quelque chose me dit que ce sont nos Sunajin qui tomberont sous le charme de leurs femmes, avec toutes ses missions d’accumuler je peux comprendre que leurs envies de baiser soit insupportable. Suis-je contre le mariage entre villages ninja ? Non. Par contre quand il s’agit de l’intendant ainsi que du Kazekage … faut pas trop se foutre de la gueule du monde les frères. Oh, quand on parle du mac voilà la catin qui débarque…

Le marionnettiste s’était tranquillement allongé sur l’un des toits de son village et observait la jeune mariée se balader dans les rues de Suna. Comportement peu inhabituel, pourquoi une kunoichi se baladait à une heure aussi tardive dans un village qui conteste la relation qu’elle entretient avec le Kage. Courage ? Stupidité ? Ou serait-ce simplement de la curiosité ? Ce qui est sûr, c’est que cette situation amusait beaucoup le jeune Shirogane, qui va enfin pouvoir se frotter à une kunoichi de Konoha. D’un bon fugace il atterrit à quelques mètres de la ravissante demoiselle pour entamer une conversation des plus amicale.

- Une longue et belle chevelure noire, un regard froid mais perçant avec une touche de khôl. C’est un canard, mais il a le mérite d’avoir bon goût. C’est mieux que rien je suppose. Je te fais le topo: on se fout sur la gueule ici et le gagnant part avec le visage de l'autre ? Une danse macabre sans règles.  

Il n’avait pas  le temps de rester à discuter du pourquoi du comment, il fallait profiter de cet instant précieux. L’aura meurtrière remplissait l’espace autour de Mamushi, mais il y avait quelque chose qui clochait. Il était bien trop heureux. Pas le genre de bonheur malsain que certains tueurs en série adore arborer, c’était  quelque chose de bien plus pur. Le marionnettiste ne s’était pas battu depuis une éternité. La joie et l’excitation le poussaient maintenant à … danser ?  Mamushi était en train de danser sous le clair de lune .Imitant un rythme mélodique avec sa voix et le claquement de ses doigts. Il déposa sa marionnette au sol et commença à tourner autour de cette masse entouré de bandages en moonwalk. Sa main droite pointa la kunoichi à une vitesse impressionnante, laissant échapper un kunaï dans sa direction.

- On commence ? Je te préviens, c’est rien de personnelle. dit-il sur un ton jovial.




Récapitulatif combat:
Revenir en haut Aller en bas
Kamiko Raion
Kamiko Raion
Konoha no Chunin
Messages : 221
Date d'inscription : 16/10/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chûnin - rang A
Ryos: 2300
Expérience:
Duel de fils - Kamiko Raion  Left_bar_bleue715/2000Duel de fils - Kamiko Raion  Empty_bar_bleue  (715/2000)
Kamiko Raion


 
Duel de fils
HRP
feat Mamushi-kyun

 

Où tu ne manques pas, on peut t'estimer, on ne t'aime pas.
- Anne Barratin

Le hasard n’était pas l’apanage de la Kamiko. Si depuis le mariage, cette dernière regrettait ses incessants moments de vide dû à la transition d’un village à l’autre, il n’en demeurait pas moins qu’elle n’avait guère le temps de s’ennuyer. Suna tout entier avait les yeux posés sur elle, à l’affut de sa moindre erreur pour l’avaler tout entière. Surnom après surnom, défi après défi, Raion tentait, à sa manière, de se fondre dans le paysage de sable en adoptant ses coutumes. Pas une seule fois depuis les derniers jours, elle n’avait complètement fermé l’œil, complètement aux aguets malgré l’assurance de Shirokuma quant à sa sécurité. Pire, même, peut-être avait-elle offert, une fois ou deux, l’occasion volontaire à ses adversaires de se manifester en plein jour. Ils étaient, en définitive, les outils non négligeables de son intégration et, pour ça, elle se faisait un grand plaisir de leur apprendre la différence entre une Konohajin stupide et une Konohajin dangereuse.

La rue où Raion évolue lui est plus que familière. Elle avait mis un point d’honneur, avec le secours de son époux, de pouvoir évoluer dans le quartier résidentiel les yeux fermés. Chaque ruelle, chaque recoin, tout avait été soigneusement et travaillé par la brune, pour retrouver ce qu’elle possédait, à l’intérieur de son domaine de clan : une toile parfaitement maitrisée où elle ne pouvait être surprise. L’heure à laquelle elle rentrait, cependant, était bien plus dû à sa négligence qu’à une véritable stratégie. Et pour cause : elle était coupable d’avoir travaillé un peu trop longtemps, en compagnie de Mamie Maté. Plongée dans l’étude de la mode locale, elle avait baissé les yeux sur un livre, dans la matinée, pour ne les relever qu’en début de soirée. En y repensant, la Kamiko s’en maudissait. Non pas qu’évoluer la nuit lui fasse peur mais il fallait admettre que c’était une erreur : les scorpions et les serpents fuyaient toujours les chaudes lueurs du soleil pour agir aux faveurs de la lune.

C’était d’ailleurs sans doute l’occasion qu’attendait son poursuivant pour se manifester. Elle le sentait, depuis déjà un moment, depuis sa position sur les toits et n’avait, à vrai dire, pas eu l’envie de lui faire remarquer qu’elle avait conscience de sa présence. Elle ne disposait pas de public, ni même de véritable raison d’en découdre avec lui, dans l’immédiat, et n’était pas contre l’idée de rentrer paisiblement chez elle pour profiter de la compagnie de son Akayuki favori. Un luxe, sans doute, que le Sekai était déterminé à lui refuser.

Elle le vit descendre, aussi souplement que le sol pouvait le lui permettre. Sans doute allait-il en profiter pour attaquer, puisque l’occasion était belle. L’ancienne intendante s’y attendait déjà, rassemblant ses mains devant elle pour ajuster son plastron et esquisser les mudra de sa technique. Etait-ce discret ? Possiblement que non, mais à l’heure actuelle, il n’était pas question d’être furtive, mais de rentrer. En vie. Pourtant, personne ne franchit la distance qui les séparait pour porter le premier coup. Une manœuvre prudente, qui permit à Raion de finir de mettre en place la première pièce d’un plan, tout en tentant, aussi fidèlement que possible, de sursauter comme la proie qu’elle devait représenter.
« Charmante introduction, si ce n’est qu’il manque peut-être un prénom. »

Elle dévisage son adversaire, consciente des auras de chakra à ses alentours immédiats. Si la personne face à elle avait indéniablement le visage et la voix d’un homme sûr de lui, il avait cette attitude étrange, presque inquiétante qu’elle connaissait à Kirai. Une raison de plus pour focaliser tous ses talents à l’ouvrage, alors qu’elle se retournait pour faire face à cet ennemi inconnu. Elle n’eut guère qu’une courte seconde pour se décaler de côté, le kunaï traversant ses cheveux et entaillant légèrement son bras au passage. S’il se présentait aussi courageusement, c’était sans doute qu’il préparait quelque chose. Peut-être du poison. Peut-être autre chose. L’ouverture ne lui laissait, en tout cas, que peu de place à un refus.

« Ce n’est jamais personnel, de toute façon. Juste une question d’ego Sunajin millénaire un peu chamboulé. » Elle jette un œil à la blessure qui orne son épaule droite tatouée, comme si cette dernière méritait un peu plus d’attention que nécessaire, avant de relever la tête vers l’inconnu. Un sourire étrangement narquois éclaire les traits de la jeune femme, alors qu’elle se met à applaudir. « Félicitation, tu m’as vu, tu peux maintenant faire un magnifique Henge de ma personne. Ta requête est entièrement remplie. » La voix, acerbe, contrastait avec son air aimable et ses pupilles brillantes d’attention. Tout dans son attitude, laissait percevoir qu’elle présentait le danger sans pour autant qu’une garde se dessine réellement dans ses appuis. « Si tu veux vraiment un combat, rends-moi service, choisis une meilleure excuse et un meilleur gain. » La Kamiko désigne l’objet à terre d’un geste désinvolte, presque désabusé. « Comme quelque chose qui ne donne pas d’information sur qui tu es et ce qui se trouve là-dedans, par exemple. »

Elle pouvait presque déjà voir les fin fils de chakra qui liait l’utilisateur à l’objet, aussi préféra-t-elle s’abstenir de bouger. Croisant les bras sous sa poitrine, elle jette un regard à la rue, à la recherche d’une présence supplémentaire qui se croyait à l’abri de son regard.
Récapitulatif:
Lutèce Factory, Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Shirogane Mamushi
Shirogane Mamushi
Suna no Jonin
Messages : 74
Date d'inscription : 10/03/2021
Localisation : a 2 cm de ta jugulaire

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chef de clan - Jônin - Rang A - Hueng Shu de Lóng Shé
Ryos: 416
Expérience:
Duel de fils - Kamiko Raion  Left_bar_bleue152/2000Duel de fils - Kamiko Raion  Empty_bar_bleue  (152/2000)
Shirogane Mamushi
Duel de fils - ft. Raion


« Ce n’est jamais personnel, de toute façon. Juste une question d’ego Sunajin millénaire un peu chamboulé. »


Du sang-froid dans le désert aride. La konohajin était vraisemblablement habituée à subir la haine des shinobis de Suna et remarqua immédiatement l’arrivée du Shirogane. Une question d’ego ? Beaucoup d’adjectifs péjoratifs pourraient être utilisés pour décrire le croque-mitaine des sables. Pourtant, l’égocentrisme n’en fait pas partie. La mort de cette femme n’était clairement pas une obligation dans les plans du marionnettiste. Une Kamiko décidant de quitter son clan par son propre gré, pour venir rejoindre le village de Suna, pourrait être un avantage considérable dans ses projets. Le seul hic reste le village ninja protégeant les intérêts du pays du Feu. L’avis de Mamushi sur la question était simple : la coopération et le respect mutuel ne peuvent avoir lieu que sur la base des rapports de force. Un pays, qui base sa politique intérieure et extérieure sur une force militaire, n'hésitera pas à détruire ses voisins s’il les juge faibles ou vulnérables. Si une nation est forte, capable de porter préjudice et rendre coup pour coup, c’est à ce moment-là qu'il est possible de s'asseoir à la table des négociations. Voilà pourquoi il fallait mettre un terme à la courte vie de cette Kamiko.

« Inutile de connaître mon nom. L’un d’entre nous lâchera son dernier souffle sur ce sable. »

Raion pouvait, grâce à ses talents de senseur, repérer deux sources de chakra bien distinctes. Celle qui se trouvait à quelques mètres était irrégulière et sinistre. La deuxième, qui avait une réserve de chakra au-dessus de la moyenne, se trouvait beaucoup plus éloignée. Malheureusement, à peine avait-elle senti la présence d'un deuxième invité, la créature la plus proche avait déjà entamé son envol dans sa direction. Elle s’approcha avec une rapidité accrue et longea les murs des habitations. À mi-chemin vers sa proie trois kunai furent lancés dans sa direction. L’une d’entre était équipé d’un petit parchemin explosif, causant une déflagration dans le but de déstabiliser la konohajin. Mamushi, profitant de l'occasion, cassa la distance restante pour approcher sa marionnette et révéler la réelle nature de celle-ci. Le maquillage se brisa en mille morceaux et une voix stridente retentit dans la ruelle.


« CAUCHEMAAAAARD ! »
La créature qui se flottait à quelques pas de Raion n’était pas un simple pantin. C’était un vestige du passé qu’on a tenté de sceller loin des regards curieux. Une page de l’histoire du Pays du Vent qu’on a tenté d’arraché. Pourtant, elle se tenait bien la face à la konohajin. Il n’y avait pas le temps d’observer la menace plus que ça. Car le mot prononcé par la créature se répétait en boucle pour la Kamiko. Les chaleureuses maisons de Suna laissaient place à un environnement cauchemardesque sans fin. Aucun doute possible, c’était bien un Genjutsu qui venait d'être lancé par l'intermédiaire de la voix du pantin. De multiples cris résonnaient dans l’espace autour de la kunoichi, tandis que son corps semblait fondre comme un glaçon au soleil.


Récapitulatif combat:
Revenir en haut Aller en bas
Kamiko Raion
Kamiko Raion
Konoha no Chunin
Messages : 221
Date d'inscription : 16/10/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chûnin - rang A
Ryos: 2300
Expérience:
Duel de fils - Kamiko Raion  Left_bar_bleue715/2000Duel de fils - Kamiko Raion  Empty_bar_bleue  (715/2000)
Kamiko Raion


 
Duel de fils
HRP
feat Mamushi-kyun

 

Où tu ne manques pas, on peut t'estimer, on ne t'aime pas.
- Anne Barratin

Maintenant, Raion savait. Un étrange sourire ironique déforme les traits de la jeune femme, alors qu’elle reconnait la situation dans laquelle elle se trouve. Si son adversaire n’était pas face à elle, il était toute fois indéniable de ne pas reconnaitre les si tristement célèbres marionnettistes de Suna. Son interlocuteur, s’il jugeait parfaitement inutile de lui offrir un moyen de se rappeler de lui autrement que par son sixième sens, ne pouvait pas nier le nom du clan qui était gravé dans les fils qu’elle pouvait voir bouger à chaque mouvement de la créature en face d’elle. Kirai avait raison, les Shirogane étaient des idiots.

« Quand j’ai épousé le Kazekage, on m’a parlé de guerriers. Pourquoi ne vois-je ici qu’un enfant gâté qui fait un caprice ? »


Lorsque la marionnette se précipite vers elle, la Kamiko n’hésite pas. D’un simple mouvement, sans juger nécessaire de poursuivre son faux interlocuteur, elle évolue sur sa toile, esquivant les kunais pour mieux répliquer à son tour. D’un mudra, le sol autour d’elle prend vie, activé par une pulsion de son chakra dans le réseau de fils invisible qu’elle avait tissé au tour précédent. La technique se referme alors sur l’objet en bois contrôlé par le Shirogane à l’identité toujours inconnue, libérant Raion de sa menace immédiate, pour l’instant.

Le parchemin explosif, lui, poursuit son chemin dans le dos de la jeune femme en compagnie des autres kunaïs avant d’exploser, la déstabilisant un peu mais lui offrant la couverture, inattendue mais bienvenue, d’un nuage de poussière arraché à la rue. Se rapprochant de la ruelle adjacente, elle fouille dans ses fontes et s’empare d’une poignée de chute de tissu diverses et variées, qu’elle charge de chakra avant de les jeter devant elle. Les confettis s’envole et, une série de mudra plus tard, alors que le nuage retombe, une petite dizaine de clone émerge, indemne, pour entourer sagement le cocon renfermant leur proie.

« Je ne suis pas ta mère et je ne suis pas intéressée de le devenir. »


Les pas du groupe de Konohajin étouffent presque totalement ses paroles et la réponse, désagréable, que lui adresse le pantin enfermé dans sa prison de soie. Si les clones ne semblent pas affectés, Raion, elle l’est bel et bien. Le monde autour d’elle vacille, à son plus grand désarroi, alors que le cri abominable de la marionnette se réverbère à l’infini dans la rue. Cauchemar. Etait-ce normal, pour un endroit comme celui-ci ? La Kamiko n’avait pas souvenir d’avoir entendu un écho semblable, lors de ses passages. Et son impression étrange n’allait pas s’arranger. Lorsqu’elle relève la tête pour observer autour d’elle, la brune serre violement les mâchoires. Elle n’était plus à Suna, mais dans un immense lieu sombre et imprécis. Devant elle, des centaines de têtes connues, celle de ses cousins, la dévisageaient silencieusement, leurs lèvres répétant, à l’infini, le dernier mot qu’avait entendu l’ancienne intendante. Etrange leitmotiv, se surprit à penser une courte seconde la jeune femme avant de s’attarder sur l’endroit où elle se trouvait. Elle ne pouvait pas être ailleurs qu’en ville. Elle n’avait mis le pied sur aucun Fuinjutsu puisqu’elle n’en avait pas vu avec ses dons de senseur. Mais que se passait-il donc ?

Alors que son regard furète, à la recherche d’une sortie qu’elle aurait pu négliger auparavant, les deux prunelles grises tombent sur la peau de son bras. Cette dernière, un brin rebelle, avait choisi de se laisser déformer, doucement mais surement, pour dégouliner à terre. La situation, inédite, désarçonne la si intelligente Kamiko, qui se retrouve totalement démunie. Un bras n’était pas un liquide, alors qu’était-ce donc que cette sorcellerie ?

Prenant conscience qu’elle ne pouvait plus bouger, les yeux de Raion s’étrécissent de mécontentement alors qu’elle repassait mentalement ses options. Son bras droit, encore intact, se mettait à son tour a tomber, en parallèle de l’intense réflexion de sa propriétaire. Elle avait encore conscience de ses deux techniques en cours. Elle ne pouvait donc pas se trouver ailleurs. Elle n’avait pas mal, ce qui signifiait qu’elle n’était pas blessée. L’environnement autour d’elle n’avait aucun sens, non plus, de quoi finalement, lui offrir la réponse à ce drôle de problème. Une réponse d’ailleurs si simple, que la jeune femme sentit une étrange amertume lui teinter la bouche, lorsqu’elle en prit conscience. Un genjutsu. Ce n’était rien d’autre qu’un genjutsu, et fort peu discret en plus. Cauchemar se répète, encore et encore, alors que la jeune femme se ressaisit. Il voulait jouer à qui était le plus sournois ? Bien, très bien.

La Kamiko, immobile et prise dans l’illusion, se met à sourire jusque dans la réalité. Je suis entière. Elle mobilise, douloureusement, les bras qui gisent sur le sol, à ses côtés. Je suis à Suna. Usant de volonté pure, elle fusille du regard ses cousins qui la harcèle, inlassablement, de leur unique et même mot, usant de leur mantra à son propre avantage. C’est mon cauchemar. Elle sent ses muscles répondre, la brulant abominablement et ne faisant qu’agrandir son sourire. Le raiton des Yotsuki est plus douloureux. A l’extérieur de ses sens, ses deux mains finissent par se joindre, au bout d’un temps qu’elle aurait estimé beaucoup trop long à son goût. Une autre série d’effort et de persuasion mentale, alimenté par la douleur d’un esprit totalement égaré entre illusion et réalité, finit par lui permettre de réaliser, finalement, les mudras de sa salvation. Son chakra se perturbe, une courte seconde, rendant enfin à Raion les droits sur son propre corps. Sa tête se relève et elle darde un regard, assassin, à sa proie. Il ne perdait rien pour attendre, celui-là.

Récapitulatif:
Lutèce Factory, Copyright
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Hors RP - Arène :: Combat amical-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation