Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

 :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le dormeur de la colline [Solo]

Invité
Invité
Invité

Un somme, il avait piqué un somme le long d’un arbre allongé proche d’un lit de feuilles. C’est ce qu’on appelle un trou de verdure où chante une rivière, la flute couché à ses côtés. Les branches qui tombaient sur la dépouille d’un homme, il pleurait, les mains sur son torses, les cheveux qui dessinaient autour de son corps. Les feuilles s’accrochaient le long des haillons de cet infortuné qui avait été blessé par ce squelette infâme d’une réminiscence monstrueuse. Le sang coulait le long de ses vêtements, l’argent, le soleil, l’ombre d’un homme que la montagne rendait si fier. Luit en son sein, un homme dont la mousse caressait la peau. Le corps semblait être définitivement mort, le simple son de sa respiration extrêmement sifflé, un sourd petit bruit qui avait du mal. L’encre et le sang qui avait tâché son kimono. La violence dû à la création d’une technique.

Il n’était plus rien qu’en cet instant un ninja jeune, bouche ouverte, tête nue à même le sol dont la nuque baignait dans le cresson bleu, quel miracle et quelle poésie de pouvoir observer cet instant rempli de mélancolie. Il s’endormait, il était endormi, étendu sur le sol. L’ombre qui drapait le corps accompagné de son manteau d’herbe. Il était bien pâle où la lumière pleuvait dont le visage était baigné parfois de lumière.

Les pieds dans les glaïeuls, il souriait à la victoire de son combat entre la lumière et les ténèbres. Il souriait comme un enfant malade, il faisait un somme. Il semble allongé dans la nature, il a froid, les parfums ne faisaient pas frissonner les narines du petit. Il dort dans le Soleil, la main sur la poitrine pour recouvrir sa plaie, la paume n’avait pas réussi à tout stopper. Tranquille, il avait une plaie béante sur l’estomac. Le chakra continuait de luire de sa paume pour tenter de stopper l’hémorragie. Il faisait tout ce qui pouvait pour tout arrêter.

Son paysage onirique était extrêmement particulier, il était dans les limbes un monde entre la vie et la mort. Son corps était inerte, car le sang avait été énormément perdu. Il tentait de tout faire pour survivre.

Son corps onirique semblait marcher le long d’un pavé sinueux, un messager de la mort s’approchait. Shinigami, Charon il portait un nombre incalculable de nom, de sa barque fantomatique il avançait lentement, mais sûrement à ses côtés, les fantômes de son passé. Un entretien particulier semblait se commencer. La tête étrangère qui ne l’était pas tant:

« - Tu as bien grandi mon petit Shun!
-Père, que fais-tu ici?
-Je suis à une place qui n’est pas la tienne. J’ai vécu de nombreuses années, tu n’en ai même pas à la moitié.
- Père, je suis tellement désolé, j’aurais du vous protéger. Toi et les autres!
Tu as fais de ton mieux, on aurait déjà dû tous mourir si tu n’avais pas donné une partie de ton salaire. Dis-moi que deviens-tu?
-Je suis toujours ninja, j’ai ouvert un orphelinat.
-Je vois, tu as finalement fait ce que je faisais. Arrête de vouloir sauver tout le monde, arrête de te blâmer des maux du monde entier. Vis pour toi. Tu le mérites!
-J’ai échoué tellement de fois. Perdu tant d’amis, par ma faiblesse.
-Ahah tu te trompes, aucune personne qui est morte ne l'est par ta faute. Chacun souffre d’une faiblesse, et encore plus d’une force. Parfois certaines personnes meurent parce que le Destin a décidé de le faire. Fais de tes pertes une immense force, fais en sorte de créer un moyen d’avancer. Ne sombre pas pour les ténèbres, choisi la voie de la lumière. Sur ce, je dois y aller! Cette barque est pour moi, continu un peu plus loin, des personnes veulent te parler! »

Le jeune garçon souhaitait une dernière fois enlacer son père adoptif. Il ne voulait pas qu’il s’en aille, il ne voulait pas le perdre une nouvelle fois. Cependant, il n’avait pas le choix, le squelette chef de barre attrapait le fantôme de son immense cape et d’un simple geste, il n’y avait plus personne. Au loin, il y avait une silhouette. Shun devait continuer d’avance pour la voir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
La silhouette de son père adoptif s’en allait alors qu’une nouvelle personne s’approchait dans un premier temps, c’était une éclopée. Une personne sans une jambe, puis petit à petit la silhouette redevenait entière. Le visage du chunin se dessinait dans une sorte de tristesse incommensurable, il balbutiait quelque chose d’étrange :

« - Haruka, je… »

La rousse ne le laissait même pas parler qu’elle prit la parole :

« - Tu crois que tu vas être désolé que je sois morte en héroïne. J’ai pu combattre et mourir face au grand Kyubi. Bon, j’ai laissé une simple jambe, seule relique de ma grandeur. »

Shun explosait de rire, même dans la mort elle n’avait pas changé. Cet ego, cette puissance, elle inspirait le respect même sous cette forme. Le chunin répondait, d’un air tristounet :

« - Je suis désolé, tu es une héroïne, mais que va faire Uzushio sans toi ? Que vais-je faire sans tes conseils ? Sans ta bonne humeur… Tu m’as toujours soutenu ! »

Elle explosait de rire, elle était comme à son habitude, toujours dans une sorte de frivolité et une fougue insolente. Elle était un modèle, alors qu’elle a toujours été plus jeune que lui. La grande perle d’Uzushio:

« - Ahah, tu sais très bien qu’Uzushio s’en sortira sans moi. De plus, tu es bien assez grand pour réussir à t’en sortir. N’oublie pas tu es très fort, je t’ai toujours respecté. Rassure-moi, vous avez construit une énorme statue en mon honneur dans le village, je suis quand même la grande Perle qui est morte face à un démon renard à queue! »

Elle riait, elle ne pouvait s’empêcher de rire, elle avait cette force de pouvoir affronter tout ce qui était possible comme si tout était qu’une simple brise qui effleurait son corps. L’être aux longs cheveux lui répondait :

« - Je te promets qu’on est en train d’y penser. J’aurais tellement voulu que tu sois toujours à mes côtés ! »

Elle souriait une dernière fois :

« - Arrête de te blâmer du destin de tout le monde. Vis pour toi, Kaito, Lavi et moi-même ne sommes pas mort à cause de ta faiblesse. Nous sommes morts, car le Destin en a voulu ainsi! »

Elle lui tapait dans l’épaule avant de sauter sur une des pirogues qui passaient par là. Une dernière phrase résonnait dans sa tête :

« - On se reverra le plus tard possible ! Fais attention à toi et vis pour toi mon ami ! »

Les larmes se mirent à couler sans s’arrêter, c’était la fin de la plus grande Héroïne que le Sekai avait connue. Soudain, une autre pirogue passait Kaito et Lavi faisait des grands coucous. Ils souriaient d’une grande force et criaient en grande pompe :

« - Shun, on ne t'oublie pas. Vis pour nous et promets-nous d’éradiquer les pirates !»

Un sourire se dessinait sur le visage de l’éphèbe. Ils étaient partis… Tout ceci n'était qu’un simple rêve. Un flash, une violente secousse et les yeux du corps inerte venaient de s’ouvrir. La plaie s’était recousue à force de chakra. Le flûtiste s’était relevé jusqu’à ses jambes. Avant de partir, Haruka lui avait susurré dans l’oreille une chose toute particulière :

« - Utilise le genjutsu et l’encre pour créer une vision d’horreur. Le conducteur de la pirogue devrait pouvoir t’aider à l’inventer. »

Un tourbillon d’âme pour torturer son adversaire. L’ensemble était simple, les esprits de ceux qui étaient mort étaient la première partie pour comprendre cette future technique. Il devait l’appréhender pour la créer totalement. Cette technique pourrait être un moyen de se débarrasser de ses ténèbres et devenir plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité

Le dormeur qui ne dormait plus s’était remis debout, son kimono ne ressemblait plus à grand-chose. Il attrapait son attirail qui s’était positionné le long de son corps pour le ranger dans leurs étuis. La dernière phrase de la perle d’Uzushio n’arrêtait pas de tourner en boucle dans sa tête. Il fallait se servir du conducteur de la pirogue pour s’inspirer et créer cette nouvelle technique. Une illusion entre l’encre et les morts, une technique qui se servait du flot des âmes qui se retrouvaient dans l’autre monde.

Charon était l’utilisateur qui pouvait d’un simple mouvement emmené n’importe qui au loin. Un cœur, une âme, il était le messager de la mort, mais il était surtout l’être qui dans son impartialité pouvait choisir entre le paradis et les enfers. Il est l’homme de main le plus fidèle d'Hadès, il n’a jamais failli depuis sa création. Hadès figure de proue d’une religion perdue et d’un autre temps. La divinité qui pouvait à lui seul vendre des âmes pour obtenir des pouvoirs, il a souffert de sa vie dans les souterrains un peu comme Ereshkigal ou bien Anubis, trois divinités dans différentes religions qui avaient tous subit le fardeau de leur charge. Ils étaient isolés dans les ténèbres, mais avant tout, ils avaient réussi à s’habituer de la rivière des âmes.

La réponse se trouvait dans cette phrase : « La rivière des âmes ! ». En se souvenant de ce schème de mémoire, il se souvenait des mains qui montaient petit à petit sur la barque qui guidait les âmes. Il fallait créer une technique, qui utilise ses mains, ces morts qui viennent chercher le corps d’une personne pour l’entraîner dans les ténèbres.

La lumière qui habitait son âme était beaucoup plus forte. La rencontre avec les personnes qui lui manquaient ont engendré une recrudescence de la lumière dans son coeur. Il était rassuré, il pouvait devenir plus fort et cette nostalgie qu’il avait traînée depuis tellement longtemps, il pouvait s’en servir comme d’une arme. La réponse à cette souffrance, c’était l’espoir, l’espoir de tous les êtres qu’il avait perdu. En effet, Dame Destinée avait coupé leurs aspirations, leurs rêves. Le fil s’était stoppé et s’il ne voulait plus s’en vouloir de leurs morts, il souhaitait faire en sorte de pouvoir maintenir leurs rêves.

Ainsi vint la création de cette technique :

Il voulait mélanger l’encre comme un tourbillon d’eau, invoquant les éternelles Ondines. Divisez l’encre fine dans un torrent d’émotions et d’illusion. Vénus sœur du noir et de la beauté. Dans une violente émotion d’un flot pur de fantômes. Souvenirs errants des ninjas perdus au combat. Dites-moi la neige, les saisons ou ceux qui n’ont plus la chance de pouvoir toucher la neige ou bien la chaleur du soleil. La mer des morts parlait pour tourmenter l’ennemi, les morts ont encore des choses à dire, des cris, des souffrances. Ils ne sont pas des souvenirs, ils sont les légendes de notre passé, c’est ainsi que la puissance de cette technique doit apparaître. La peur de l’oubli, un hommage à ces légendes, Hydre intime qui s’incarne par plusieurs têtes.


Cette technique était simplement l’art de confronter son ennemi à ses pires cauchemars. Il n'était pas simple de pouvoir utiliser cette technique, mais elle s'inspirait de la technique des doubles. Il suffisait simplement, concentrer le chakra dans l'encre, mais également dans ses yeux. L'art d'un parfait mélange entre le genjutsu et les techniques du clan Kudo.

La théorie était assimilée, la pratique compliquée, mais il était persuadé de la réussir. Il s'entraînait à créer ce flot d'encre au travers de son parchemin. Après plusieurs essais, la technique semblait fonctionner. Au fond de son coeur, le Chunin remerciait Haruka, car toute cette réussite c'était son dû.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation