:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Requiem D'Orphée

Invité
Invité
Requiem D'Orphée Dim 24 Jan - 21:20
Invité





Une fleur posée sur le sol, un souvenir intact, une pensée fugace. On oubliait parfois des choses, mais l’esprit n’oubliait jamais véritablement, il enfouissait simplement la plupart des pensées, des tristesses dans les tréfonds de notre psyché afin d’éviter qu’on puisse souffrir. En cet instant, un homme jouait le long d’une tombe, sa flute entre ses doigts, son corps se mouvait dans une certaine posture, une danse. Le vent soufflait le long de son kimono, les cheveux qui valsaient au gré du Zéphyr. Le dieu du vent avait décidé d’accompagner les notes du morceau du jeune garçon. Le visage sérieux, les traits fins de l’homme pouvait faire penser à une femme, les yeux fermés. L’ensemble semblait danser au creux des intervalles, des silences, des notes courtes ou longues, blanches ou noires.

La partition dansait dans son esprit à mesure que ses doigts passaient d’un trou à une autre, son souffle fin et précis se posait dans l’embouchure de la fifre. Un instrument simple qui permettait au chunin d’Uzushio de pouvoir jouer la nostalgie de son coeur. C’est en cet instant que l’artiste qui avait tant l’habitude de peindre, semblait découvrir une nouvelle façon d’exprimer ses sentiments. Le nom d'Haruka se trouvait dans ses pensées, le nom de toutes ces personnes qu’il avait perdu. La musique dansait dans les fantômes de ses souffrances.

Un instant, il avait l’impression de voir au sommet d’une montagne ses amis danser sur la musique qu’il jouait… Lavi… Kaito… Haruka… Tant de fantômes, tant d’amis qu’il avait perdus pour de mauvaises raisons. Sa faiblesse, les démons, les pirate… Il souhaitait courir, mais il avait l’impression que finalement c’était la musique qui permettait à son âme de communiquer avec les morts. Une autre explication pouvait se trouver dans la raison de la présence des souvenirs, il devenait peut-être tout simplement fou, une folie passagère, une folie amenée par la tristesse de ces pertes.

Ou simplement c’était la Nostalgie, la nostalgie d’un monde où il pouvait trouver ces amis. Un instant, il voyait le corps des enfants qui avaient brûlé dans l’endroit où il avait grandi. Son père… Les soeurs… Tant de personnes semblaient se tenir sur cette colline. Derrière lui, une silhouette, une autre venait d’apparaître serait-ce? Un visage qui paraissait connu, mais en même temps inconnu pour le chunin. La mélodie d’Orphée semblait ramener un peu trop les gens à la vie, les effets de psychotropes étaient-ils trop fort? Il avait l’impression d’avoir devant lui sa propre mère dont il n’avait jamais connu. Les larmes dansaient le long de ses joues, alors que la musique prenait une allure plus violente, plus rapide, la danse des morts était furibonde, les pieds martelant le sol accompagnant le son de la flute.

Il ne pouvait arrêter de jouer. Il le savait à la dernière note, ce rêve, ce monde onirique se décomposerait dans un Requiem bien trop cruel. Il ne voulait pas, il s’accrochait désespérément à cette vision. Sa mère, il ne l’avait jamais vue, il voulait la serrer dans ses mains. Il ne pouvait pas, il savait qu’elle était la simple illusion provoquée par la drogue, le chakra et la musique. Le morceau se terminait… Les souvenirs se tarissaient et l’illusion prenait fin…

Le savoir était étrange, il avait souhaité tout oublié cet instant. Rien qu’une fois, il voulait redémarrer sa vie. Les larmes coulaient à flots, une rivière de tristesse marquait son visage. Le corps de l’éphèbe flanchait et ses mains finirent sur le sol. Les larmes tombaient sur le sol, les sanglots étaient beaucoup plus discordiaux. Plus de notes, rien que le son amère d’un être en total détresse.

Un instant, il voulait les revoir les serrer dans ses mains, pouvoir entendre leur voix. C’est alors qu’il attrapait son parchemin, de cet instant était figé le corps de ses amis dans sa tête. Leurs voix, leurs regards, leurs gestuelles. Un instant, il peignait comme si sa vie en dépendait.

Les toiles prirent forme et il se mettait à utiliser une série de mudras, il tentait en vain de pouvoir influer du chakra dans ses dessins. Il voulait serrer une nouvelle fois son père adoptif. Rien que le regard, la voix chaude, s’excuser de l’avoir abandonné. Il voulait pouvoir une dernière fois le remercier de son éducation.

Les sanglots trop présents, les larmes n’aidaient pas. Il ne savait pas comment s’y prendre. Pourtant, c’était simple pour faire activer une technique des Kudo, il suffisait simplement d’effectuer un signe précis pour donner vie à ses dessins. Cependant, mes mains n’arrivaient pas, enfin rien ne semblait fonctionner. Que devait-il faire pour simplement enlacer la personne qu’il aimait?

Il continuait de gribouiller. Il souhaitait y arriver. Il n’y avait pas de techniques… Il voulait simplement réussir à créer et incarner l’ensemble de ses sentiments.

Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Re: Requiem D'Orphée Dim 24 Jan - 22:51
Invité





Le peintre faisait danser ses larmes sous la forme de dessins. La tristesse était un fardeau parfois trop lourd à porter surtout lorsqu’il fallait le peindre. La définition de l’artiste se trouve dans la mélancolie, la nostalgie et la force de ses émotions et de réussir à les transparaître. Les yeux qui se teintaient d’une encre particulière, la haine qui se nourrissait dans le coeur du fils des Muses semblait se baigner dans l’obscurité. Le noir qui apparaissait dans ses yeux commençait à prendre de plus en plus de place. L’obscure noirceur venait de prendre son âme, il tentait de la combattre, mais en même temps il n’avait aucune force.

Apollon Dieu qui avait baigné la couche de cet enfant, avait oublié de teinter la vie de ce ninja de son emblème. Le soleil Astre qui incarnait le Dieu des arts, il fallait que cette lumière puisse aider à trouver le chemin de cette jeune âme perdue. Un instant, son chakra passait dans chaque partie de sa main. Une petite ombre se créait devant lui. Un dessin noirâtre sans émotion venait de se présenter au jeune garçon. Un câlin c’était tout ce qu’il demandait. Un câlin c’est ce qu’il n’avait jamais pu avoir. Son père, sa mère, ses amis, ses camarades. Tant de gens avaient péri. Il détestait tant de monde… Lui qui avait eu l’innocence de ne jamais vouloir tuer des gens, de vouloir devenir plus fort pour protéger les gens. Pourtant d’un autre côté, il souhaite ces derniers temps amener la mort, il voulait en cet instant devenir l’instrument de Thanatos, il voulait devenir l'Hérault apportant mort et vengeance.

Shinigami c’était le terme que certains ouvrages pouvaient apporter. Le corps de l’artiste se stoppait, les larmes coulaient sur son visage, des larmes noires, des larmes d’encres. La puissance qu’il tentait de créer, l’incarnation de ses sentiments devenait instable et bien trop puissante pour lui. Un monstre qui tentait de manger le pauvre héros. Il n’était pas la hauteur comme la plupart du temps, aucune musique, aucun dessin ne semblait suffisant pour maintenir le bateau à la surface.

Le ninja s’effondrait une fois de plus, le pinceau tombait sur le sol. Les larmes dessinaient différentes tâches sur le sol, certains verraient un loup, un papillon ou bien quelque chose d’autre. L’âme prenait bien des formes, et en cet instant elle semblait ne plus trouver de signification et de surtout un sens à la vie.

La technique ne voulait pas, le coeur n’y était pas. Les sentiments n’étaient peut-être pas assez fort ou tout simplement il n’était pas assez fort. Le même problème revenait tout le temps, sa faiblesse. Il était devenu ninja médecin afin de pouvoir sauver les gens, mais est-ce qu’il en était seulement capable?

Ses yeux avaient repris leurs teintes d'origine. L’encre avait coulé pour créer une flaque. Il tentait une fois de plus d’y mettre du chakra, la flaque prenait forme. La silhouette de la personne qu’il avait cru être sa mère dans son délire onirique apparaissait et prenait forme.  Une silhouette extrêmement décharnée, un simple squelette, des cheveux. Une sorte de zombie, les ténèbres se trouvaient qui siégeaient dans le coeur du jeune garçon prenait forme en cet instant.

Le duel entre sa noirceur et le jeune garçon devait avoir lieu pour qu’il puisse avancer dans sa vie et surtout peaufiner la technique qu’il souhaitait mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Re: Requiem D'Orphée Lun 25 Jan - 17:09
Invité





L’obscur, le combat entre la lumière et les ténèbres… Un combat immémorial qui ne s’arrête jamais. Le squelette noir avec son épée se mettait à vouloir affronter le flutiste. Un coup d’estoc venait de sortir de cette ombre, le chunin venait d’esquiver d’un bond sur le côté. Il sortait son kusarigama, cependant le squelette ne semblait pas vouloir arrêter ce combat et il continuait d’assiéger le pauvre androgyne d’une multitude de coups d’épée. Il esquivait d’une façon très gracieuse, une danse étrange qu’effectuait l’artiste. L’épée s’entrechoquait avec le Kusa, un bruit métallique et l’encre se mettait à jaillir sur les yeux du pauvre artiste. Il se mettait à tenter d’essuyer le tout avec sa manche, mais un coup d’épée pénétrait le torse du pauvre ninja. Le sang se mit à jaillir au niveau de l’abdomen, l’encre noirâtre se mêlait au rouge du sang.

La plaie était profonde et son kimono tâché. Il semblait en piètre état, il souhaitait continuer à combattre, mais était-il une fois de plus trop faible pour réussir à vaincre l’incarnation même de ses sentiments? Il se relevait d’une manière fébrile, mais il continuait de vouloir se battre. L’épée allait retomber sur le corps du pauvre garçon, mais il réussit cette fois-ci à parer avec la chaîne de son arme. Il se relevait d’un coup, son corps se mouvait dans une mélodie étrange.

Il frappait avec son arme dans le corps squelettique, qui se mit à jaillir dans un flot d’encre énorme. Le rouge et le noir tâchait l’ensemble de la texture du kimono. Mon corps se mettait à tomber sur le sol, le sang coulait plus fort, la plaie et l’encre. Dans une certaine religion, le sang était le reflet de l’âme dans son enveloppe la plus physique. La force des sentiments, il avait réussi à battre ses sentiments les plus néfastes. Cependant c’était trop simple, était-il capable de pouvoir créer cette technique?

Il retentait le coup, le clone semblait plus dure, plus consistant. La main se passait au niveau de sa plaie et la paume mystique semblait réparer la plaie. Le clone représentait un père adoptif plus souple, tout semblait être que de lignes. Un simple croquis rempli de noir, ses yeux continuaient de prendre la teinte noire d’une encre bien trop prononcée. La lumière semblait avoir du mal à percer les ténèbres. Il fallait réussir, il souhaitait charmer le dessin, le faire sortir de sa feuille. Tout était compliqué surtout quand on n'avait pas de base ou de parchemin pour effectuer une technique.

L’instinct était une chose particulière lorsqu’on tentait de créer une nouvelle technique particulière. Son coeur venait à se retranscrire dans l’art c’était ce que le ninja voulait transparaître. L’artiste, le côté altruiste, l’inspiration, il suffisait de rêver. C’était ce qui manquait au jeune garçon, il avait simplement oublié de rêver. Neverland l’endroit où la plupart des choses ne pouvaient jamais s’oublier. Les rêves devaient permettre d’avancer. Il fallait continuer de rêver et surtout de garder espoir, un espoir tout particulier. Le rêve devait s’incarner dans cette technique.

Le clone se formait de nouveau, Haruka, Lavi, Kaito tous mes compagnons qui sont morts prenaient vie devant moi. Les larmes se mirent à couler sur mes joues… Ma main se tendait vers Haruka. Le clone se décomposait devant moi, mon visage se décomposait. Cette technique fonctionnait, mais rien ne semblait pouvoir compenser le trou béant dans mon coeur.

Il fallait continuer à rêver et faire en sorte de gagner cette étrange lutte contre les ténèbres.

To be continued


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation