Le Deal du moment : -64%
-64% sur le Lot de 2 Enceintes bibliothèques ...
Voir le deal
199 €

 :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: Vallée des Nuages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Invité

How to save a life?

Jin & les autres

Jaune et Marron.


 
Le colosse Yamanaka marchait comme à son habitude dans le territoire du clan de l’esprit. L’ensemble de son équipe de sécurité s’était plutôt bien répartie dans le territoire. Maintenu sans cesse par un lien mental, la discussion se maintenait alors qu’un message du plus jeune dans la bande venait d’interpeller Jinpachi pour qu’il revienne au centre du clan. Le Goliath venait pour récupérer un certain message, une demande particulière qui semblait émaner d’une intendante du nom de Sona. Une série de meurtres de femme, elle souhaitait l’aide du clan Yamanaka, mais aucun autre ninja n’était réellement disponible. Elle devrait se contenter du chef de la sécurité comme ninja pour effectuer cette besogne. Une enquête, elle fallait avouer que ce n’était pas le principal atout du mercenaire.

Il attrapait le papier et envoyait un message télépathique à tous ses camarades pour leur informer qu’il partait en mission. Il attrapait un petit baluchon, une cape et sa tenue de ninja. Il partit le plus rapidement possible pour rejoindre l’endroit où la commanditaire se trouvait. L’horreur des meurtres des femmes semblaient d’un caractère très urgent et d’une violence sans nom. En même temps, il fallait avouer que coudre les orifices des personnes était quelque chose d’extrêmement barbare même pour l’homme qu’était le blond au QI d’huitre…

La faiblesse des femmes revenait dans le sujet, il était fou que parfois le sexe féminin pût s’avérer être le sexe faible. Sauf quand on parlait d’une certaine Yuriko, cette femme était en tout point la perfection intégrale et d’une puissance hors norme. Certaines essayaient trop de s’imposer comme par exemple l’immonde Sayuri… Elle avait juste le nom de barbe à papa, mais en vrai c’était une véritable peau de vache.
Il était temps de se consacrer à cette nouvelle mission. Elle se qualifiait de rang A sur l’échelle de la difficulté, il avançait sur la route. Il se demandait le motif de ce criminel pour vouloir tuer autant de femmes. Il ne semblait avoir rien de sexuel, puisqu’il semblait recouvrir les différents orifices.

Le soleil venait de caresser la peau d’albâtre du ninja lorsqu’il arrivait à sa destination. Il frappait à la porte du manoir, celle-ci s’ouvrait d’elle-même. Un majordome d’une étrange pâleur venait d’apparaître:

« - Vous devez être un des trois ninjas qu’on attendait, vous êtes le premier arrivé! Veuillez me suivre dans la salle d’attente! »

Le colosse acquiesçait d’un hochement de tête et il se retrouvait dans une pièce assez rustique et avec un petit feu dans le coin de la salle. Il s’asseyait en attendant que ses comparses de mission et que la femme qui avait fait la demande puisse se joindre à ce conciliabule.  




Récapitulatif:

Meurtres dans la brume





Le village de Shiroi Houseki, situé à la frontière entre l'isthme du gel et la vallée des nuages, sur les terres du seigneur Hidenaka Matsuo, est en proie à une série de crimes aussi étranges que macabres. En moins de deux mois, huit femmes ont déjà été retrouvées assassinées, dépouillées de leurs vêtements ainsi que de leur épiderme, empêchant ainsi toute identification des cadavres. Plus surprenant encore, l'absence de tout orifice sur leur visage. Ce n'est qu'en recoupant ces meurtres aux disparitions de huit femmes dans le même temps, que ces dernières ont pu être déclarées comme étant les victimes. Craignant pour la réputation du village et de son seigneur, qui doit accueillir nombre de personnalités pour la fête des miroirs et devant l'impuissance des autorités locales, Sona l'intendante du domaine, a décidé, en concertation avec les membres du conseil, de faire appel à des shinobis pour résoudre cette affaire au plus vite.

Objectif :Identifier et ramener le tueur en série, mort ou vif.

Commanditaire :Sona, intendante du seigneur Matsuo Hidenaka.

Récompense :735 ryôs


Technique visée:




Revenir en haut Aller en bas
Maika
Maika
Équilibriste de Danzaemon
Messages : 75
Date d'inscription : 05/05/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG A
Ryos: 10
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue156/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (156/2000)
Les rubis fondent dans la neige


Après avoir discuté avec Sona, Maika et Doro décidèrent de faire un tour dans les environs. Les maisons, la plupart en bois, avaient une architecture particulière. Certaines enclavées, d'autres coincées entre deux parois de roche glacée, elles s'élevaient en hauteur sur plusieurs étages, contournant le manque de place de ce fait.

Seul l'immense château construit de matériaux nobles s'étendait sur une surface plus que respectable.

Les habitants observaient le danseur et son animal avec un intérêt mêlé à la méfiance. Les rumeurs prétendaient que le château avait enfin mis les grands moyens en employant des shinobis. Cet étranger devait être un de ces enquêteurs, mais au vu de sa stature et de ses muscles, ils doutaient de ses capacités à élucider un mystère.

Doro et Maika ne faisaient guère attention aux regards insistants dont ils étaient l'objet. Le regard vers le sol, le hérisson et son compagnon humain reniflait à tout-va les effluves qui voyageaient au travers de ces rues givrées.
Pour Maika qui avait acquis ce don de Doro, c'était un nouveau monde qui s'était offert à lui. Le royaume des odeurs ne souffrait que très peu de l'illusion et si un homme pouvait faire bonne figure ou bien se transformer grâce au henge, le mensonge se dégageait de l'haleine fétide de l'homme comme son empreinte olfactive, odeur unique qu'aucun subterfuge visuel n'aurait su cacher.
Dès lors, Maika avait appris à sentir le monde plutôt que de le voir. Ce qui aurait dû être un ensemble de maisons terne et de ruelles sombres traversées par des hommes chétifs et secs devenait un bouquet de senteur, de l'urine prenante des alcooliques du coin de la rue, au parfum des nobles qui s'empressaient de regagner leur domaine après avoir acheté des légumes frais.
Le bois trempé emplissait les narines des membres de Danzaemon, la potée que préparait une femme dans la rue, enceinte si l'on s'en référait à l'odeur de lait maternel qu'elle dégageait, l'odeur du sang aussi quand il passa devant un boucher qui laissait les carcasses de ses bêtes pendre sur sa devanture.

Quand enfin il se retrouva devant l'immense château, la pénombre naissante et les sifflements du vent rendaient la vue étrangement horrifiante.

- Je sais pas dans quoi tu nous as embarqué, mais je te préviens, je crève pas ici à me geler les épines pour les beaux yeux d'un noble de mes deux. Je l'emmerde lui et les morts. Des gueux qui se font dézinguer, c'est pas la mort pour ces connards normalement.


- Ils ont une sorte de festival bientôt, ils ont peur que les meurtres entachent leur réputation. Tu as raison sur un point, je doute qu'ils soient intéressés dans la vie de ces jeunes filles.

- Au pire, tu me laisses fouiller dans la baraque, on prend ce qui brille et on se casse ! L'autre taré de Sachi n'aura qu'à rester.

Maika allait répondre quand un homme assez grand, le teint blafard, ouvrit la porte de la grande demeure.

- Un de vos collègues vous attend déjà Shinobi. Dit-il d'une voix monocorde et détachée.

- Ouh il me plaît pas celui-là avec sa gueule de fantôme, il est presque aussi pâle que Tsumi-les-fesses-enneigées.

Au bout d'un couloir, Maika fut invité à entrer dans une salle richement décorée d'or et de pourpre. Se mariant parfaitement avec la noble matière, la chevelure blonde de son partenaire pour la mission se dessina. et ce n'était autre que Jinpachi, un shinobi qu'il avait déjà rencontré lors d'un de ses voyages.

Doro sauta du bô de Maika pour se jeter dans les bras du fils de Raijin.

- Mais si c'est pas Jinpachi ! Le ninja assez couillon pour se battre avec le seul neurone qu'il lui reste ! S'exclama-t-il en jouant les peluches sur les genoux de celui qu'il insultait.

 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Shawa Shiroi
Shawa Shiroi
Uzushio no Jonin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/03/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - Rang B
Ryos: 75
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue0/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (0/1200)

3f188cab071b22d2d35ac9f027a45362.gif

Voyage à l'étranger




Il était dix heures du matin, dans le clan Inuzuka se trouvait quelques enfants qui jouaient près d'un lac. Les gamins étaient en train de s'amuser au Ninja, certains avaient des Shurikens en cartons. Non loin de ces enfants, se trouvait un homme allongé sur une branche en train de dormir. Ses ronflements étaient si forts qu'ils dérangeaient les enfants, l'un d'eux en avait marre, alors il prit une pierre et lança cette dernière dans la tête du dormeur.


- Aïe ! Qu'est-ce qui... Ahhh !!!



*Boom



L'Inuzuka tomba de la branche, les enfants rigolaient en regardant leur aîné couché au sol. Yukimura se redressa et se toucha l'arrière de la tête, il constata qu'il avait une bosse.


- Ah ! C'est malin, vous avez de la chance que mon visage ne soi pas abîmé !



Les enfants se roulaient par terre tellement qu'ils n'en pouvaient plus.


- Arrêter de rire !



Un homme du clan arriva calmement, le type regarda Yukimura avec un air fatigué.


- Heu... Le chef te confie une mission.


Yukimura orienta son regard vers le Ninja.


- Oh, c'est toi Yoshikawa ! Une mission ?



Yoshikawa sortit d'un étui l'ordre de mission, puis il l'envoya en direction de son pote. Plume réceptionna le parchemin au vol, puis le chien le ramena à son maître.


- Bon chien.



Le Shinobi regardait le parchemin, une fois sa lecture terminée Yukimura soupira de fatigue.


- Pffff... Pourquoi moi ? Je ne suis pas le seul ici à pouvoir traquer un tueur.



Yoshikawa haussa les épaules, puis il souhaita bonne chance à son pote et il s'en alla.


- Bon, de toute façon je n'avais rien d'autre à faire aujourd'hui. T'es prêt Plume, direction le village de Shiroi Houseki.



Yukimura n'était pas enchanté par cet ordre de mission, mais comme c'était un ordre du chef il fallait qu'il s'en occupe. Yuki appela Plume, ce dernier escalada le corps du pisteur et se posa sur son épaule droite, ils se mirent en route. Ils traversèrent la frontière du clan Inuzuka, les deux comparses voyageaient en discutant de tout et de rien, mais surtout de femme. Sur le chemin Yuki croisa quelques femmes exquises, cet homme ne put s'empêcher de les draguer, même devant leur copain. Parfois il était pourchassé par les petits amis de ses nouvelles conquêtes, mais grâce à sa vitesse de pointe Yukimura sema à chaque fois ses poursuivants. Après de nombreuses péripéties, l'Inuzuka arriva enfin au village.


- J'imagine que c'est ça le village de Shiroi Houseki.



- Wouf !



- Héhé ! J'espère qu'elle est sublime l'intendante, Sona c'est ça ?



- Wouf !



- On y va, direction le château !



L'Inuzuka explorait le village les mains dans les poches, le Ninja regardait autour de lui avec un visage souriant. Il voulait découvrir qui faisait subir un tel traitement aux femmes de ce village, en plus sa méthode était horrible. Ce genre d'individu ne devait pas avoir beaucoup de cran pour s'en prendre à de faibles femmes sans défense, Yukimura savait pertinemment qu'il existait des femmes plus fortes que lui, mais le pisteur préférait ne pas y penser. D'ailleurs le Shinobi arriva devant le château, Plume était toujours sur son épaule droite. Il tapa quatre fois à la porte, un homme âgé se présenta à la porte et posa son regard sur le sauvage.


- Salut ! Je suis un Nin...



L'homme âgé coupa la parole à Yukimura.


- Vous êtes en retard de trois minutes et treize secondes. Vos compagnons vous attendent déjà, veuillez me suivre. Disait-il sur un ton distingué.


Yukimura suivait le vieux dans le château, l'Inuzuka n'appréciait pas trop la façon dont le vieux lui avait parlé. Le majordome ouvrit une grande porte en bois, le Ninja regarda les deux hommes qui étaient déjà présents. L'Inuzuka rentra dans la salle et se posa à côté du Yamanaka, Plume observait Maika, tout comme son maître.


- Alors, vous aussi vous êtes des Ninjas ? Cool non ?!



Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 2353
Date d'inscription : 16/03/2017
Meurtres dans la brume!


Tout avait commencé deux mois plus tôt, ou presque. Pendant ce cours laps de temps, huit cadavres sauvagemment mutilés avaient été retrouvés dans les alentours du château d'Hidenaka Matsuo, seigneur de la vallée des nuages, reconnu pour le faste qui agrémentait sa vie de nanti. En consultation avec son architecte attitré, il avait lui-même dessiné les plan de sa demeure et choisi les matériaux qui la constitueraient. C'est ainsi que, s'élevant sur trois étages, le bâtiment avait été charpenté dans un bois de chêne massif que plusieurs régionaux grassement payés avaient tractés jusqu'ici, après les avoir achetés à bon prix aux voisins de la côte verdoyante. Plusieurs blocs de marbre d'un blanc immaculé avaient ensuite été utilisés pour construire les façades et les différentes pièces, quelques tailleurs de pierre des environs étant également été embauchés pour sculptés les extérieurs et donner encore un peu plus de chatoyance à l'endroit.

Maika était arrivé le premier, bien avant ses futurs compagnons de mission, si bien qu'après qu'il eut rapidement rencontré l'intendante Sona, cette dernière lui indiqua être bien trop occupée par la préparation de la fête des miroirs pour se permettre de les recevoir les uns après les autres et de s'attarder avec chacun d'eux individuellement. Si bien que l'homme au hérisson en profita pour aller faire un tour dans les environs. Jusqu'au village plus précisément, après avoir traversé la forêt. Tout du long de son trajet, son odorat au-dessus de la moyenne lui indiqua d'ailleurs que les morts récentes n'avaient pas encore disparu, l'odeur de mort se mêlant à celle du sang et plus étrangement à celle de chair en décomposition, bien que ces dernières effluves paraissaient bien plus subtiles. Si personne ne semblait vivre ici dans la pauvreté, la simplicité des bâtisses en bois du village offrait un contraste saisissant avec le luxe du château de l'autre côté de la forêt. Bien qu'il n'eut pas réellement le temps de s'y attarder, le jeune homme eut tout de même le loisir de découvrir que la plupart des habitants vivaient de l'artisanat quand d'autres étaient au service direct du seigneur. Cependant, malgré une certaine aisance, à défaut de parler d'oppulence, une ambiance lourde, accentuée par la brume quasi permanente qui étreignait toute la région depuis quelques temps, pesait sur le village. Au cours de sa marche Maika croisa ainsi des familles aux faciès fermés, certaines pleurant la mort de l'une des leurs quand d'autres se demandaient si elles n'étaient pas les prochaines sur la liste.

Accueilli par le majordome de la demeure, Doro de son prénom et Yasuei de son nom, comme ils se présenta à lui, Jinpachi fut le premier à s'installer dans le salon des invités, sorte de grande pièce rectangulaire au milieu de laquelle trônait une cheminée dont la suie avait finie par s'incruster dans le marbre malgré un nettoyage régulier. Dans l'un des coins de la pièce, un bar tenait bonne place, proposant plusieurs rafraîchissement soft ou alcoolisés selon les préférences de chacun. Quelques uns des plus grand crus du sekaï y étaient d'ailleurs rassemblés pour le plaisir des palets les plus fins. Contre un mur était calée une table remplie de nourriture variée et sur toute la longueur d'un autre mur, s'étirait un canapé en peau d'ours, tandis que quelques fauteuils en peaux de différents animaux étaient également répartis un peu partout dans la pièce et que les murs étaient recouverts d'immenses tapisseries retraçant les plus grandes guerres de la vallée des nuages. Doro, invita le Yamanaka à s'installer à son aise tandis qu'il le laissa pour aller à la rencontre du prochain arrivant qui n'était autre que Maika.

Le majordome était un homme d'une soixantaine d'années dont la famille servait les seigneurs de la région de génération en génération. Il était ainsi une mine d'information pour qui souhaitait en apprendre plus sur les différents dirigeants qui avaient régis la vallée des nuages. Grand et longiligne, il avait les joues creusés et la pâleur du croque mort telle que la convention aime à les décrire. Engoncé dans un costume serré, on aurait juré que ses côtes apparaissaient au travers et qu'il n'avait que la peau sur les os. S'il parlait peu et d'une voix monotone, il semblait en revanche être totalement dévoué à l'écoute des besoins d'autrui, même si on pouvait noter chez lui un côté pointilleux sur la ponctualité. C'est ainsi qu'après avoir accueilli et guidé Maika, il ne se gêna pas pour faire remarquer son retard au troisème arrivant, Inuzuka Yukimura, auquel il adressa un regard noir lorsque son animal de compagnie s'ébroua dans le couloir menant à au salon.

-Il y a des paillassons pour cela jeune homme...entre ce chien et le hérisson précédent, je ne savais pas que mon maître avait recruté un zoo pour cette mission...finit-il par ajouter en étirant ce qui semblait ressembler à une tentative de sourire.

Les trois shinobis étaient enfin rassemblés. Pour le meilleur et pour le pire. Doro leur intima de patienter quelques instants jusqu'à l'arrivée de l'intendante, tout en profitant comme bon leur semblait des victuailles mises à disposition. La jeune femme ne se fit pas attendre bien longtemps et débarqua en grande pompe, cinq minutes après, traînant avec elle l'attitude pressée de celle qui a des millions de choses à faire. Cependant, le sujet était suffisamment important pour qu'elle se calme un peu, décidé à prendre le temps nécessaire pour expliciter au mieux la situation. Un air des plus sérieux affiché sur le visage, Sona cachait ses yeux verts derrière une paire de lunettes rondes qui ne cessait de glisser le long de son nez et qu'elle remontait régulièrement d'un doigt, tandis que son épaisse chevelure brune était montée en un chignon tressé à la perfection. Les différentes affaires dont elle s'occupait ici inlassablement, lui avaient donné un corps galbé et elle avait l'air des plus alertes et dotée d'une répartie à toute épreuve. Pas le temps de perdre son temps. Il fallait dire que Matsuo Hidenaka était un épicurien au sens le plus large du terme, un homme de faste et de fêtes qui s'il favorisait l'oisiveté en toutes circonstances, détestait s'occuper des affaires courantes. c'est pour cela qu'il faisait en sorte de s'entourer des meilleurs spécialistes dans leurs domaines respectifs. Assurément, Sona était la meilleure dans le domaine de l'intendance, ne laissant rien au hasard.

-Très bien messieurs...commença t-elle...j'espère que vous avez pris le temps de vous restaurez à votre guise car il est maintenant temps de débuter le travail, notre seigneur est riche certes, mais ce n'est pas pour cela que nous devons gaspiller l'argent investit...et comme le dit le proverbe, le temps c'est de l'argent...poursuivit-elle en griffonnant deux trois choses sur le calpin qu'elle tenait en main....messieurs Maika, Yamanaka et Inuzuka donc...Suivez-moi, nous allons faire un tour du propriétaire pour commencer!

Sans plus attendre, elle fit volte face et emprunta de nouveau la porte par laquelle elle était arrivée. La visite commença par le rez de chaussée, composé du relativement petit salon dans lequel les shinobis avaient patientés, ainsi que du corridor de l'entrée, d'une salle à manger, de deux salles de bains et d'un second salon, gigantesque celui-là, pouvant accueillir sans problème une bonne centaine de personnes assises ou debout, sans que personne ne se marche dessus.

-C'est ici qu'ont lieux les différents divertissements, concerts, expositions ou autres pièces de théâtre proposés par nos artistes. Trois d'entre eux résident dans ce château...libre à eux d'embaucher ponctuellement des partenaires...

Au premier étage, deux nouvelles salles de bain, une pièce de repos de taille moyenne, quelques chambres et une immense bibliothèque regroupant divers romans, traités de philosophie ou de théologie, des bouquins documentaires et autres archives historiques sur la vallée des nuages et les régions voisines. Le tout disposé en quinconce dans un couloir dans lequel se cotoyaient diverses sculptures recouvertes de dorures et des tableaux réalisés par le peintre du domaine.

Aux deuxième étage, trois salles de bain, une salle à manger pour les repas conjugaux, de nombreuses chambres toutes plus somptueuses les unes que les autres, dont celle du seigneur et de son épouse située en plein centre, juste en face de l'escalier en colimaçon reliant les différents étages entre eux, ainsi qu'une grande pièce dont la toiture et la façade donnant sur l'extérieur sont constituées d'une large baie vitrée offrant une vue imprenable sur la forêt et la vallée, et permettant d'observer les étoiles en toute quiétude.

Enfin, au sous-sol, les cuisines, d'une taille impressionnante et disposant des outils les plus modernes pour préparer les meilleurs plats possibles. Egalement, plusieurs monte-charge donnant sur les différents salons et salles à manger.

-Hidenaka sama a embaucher le meilleur cuisinier du pays pour le servir. Bien sûr, comme pour tous les autres, il le paye suffisamment et lui offre assez d'avantages pour qu'ils n'ait pas envie d'aller voir ailleurs...quand aux fruits et légumes que nous mangeons, ils sont cultivés dans nos jardins, c'est là-bas que travaillle la jeune Rukia Kabuki qui a découvert l'avant dernier cadavre en lisière de forêt...suivez-moi que je vous montre l'extérieur et nous en terminerons par la raison de votre présence ici...

Les jardins étaient d'une splendeur sans pareille, répartis en différentes zones maraîchères, tandis qu'une autre portion était allouée aux plantes et autres arbustes, taillés avec soin. Amateur de chasse, Matsuo disposait également d'écuries et d'un chenil rempli de chiens qui ne manquèrent pas d'aboyer dans une indescriptible cacophonie lorsque Plume passa devant eux. Enfin, une grande dépendance comprenant plusieurs chambres s'élevait dans la cour arrière.

-Très bien, dirigeons-nous vers ce pavillon à présent...indiqua t-elle en pointant du doigt un petit bâtiment en pierre dont l'allure dénotait un peu avec l'ensemble.

Elle poussa la lourde porte en bois et descendit quelques escaliers donnant sur une salle dans laquelle étaient alignés huit cadavres recouverts d'un drap et embaumés pour mieux les conserver. Elle souleva l'un des draps.

-Inutile de tous vous les montrer, le modèle est le même à chaque fois. Voyez-vous, en plus d'être dépecés au millimètre, nous pouvons voir coups de couteaux et de griffes un peu partout sur le corps, sauf sur le visage, qui lui est totalement intact, si ce n'est qu'il est dépourvu d'orifices et de courbes...pas d'yeux, pas de nez, pas de bouche...nous ne parvenons pas à nous expliquer cela...

Malgré l'horreur du spectacle, Sona continuait ses explications d'un ton froid et monotone, comme si rien ne pouvait l'atteindre. Si l'odeur avait été en partie cachée par l'embaumement, elle n'en restait pas moins forte et sans doute peu supportable pour des personnes ayant un odorat aiguisé. L'intendante reprit.

-Quatre de ces cadavres ont été retrouvés en forêt, deux au village et deux dans l'enceinte du château...dernière chose et pas des moindres, l'estomac de chacune des victimes semble avoir été ouvert et creusé en profondeur, comme si le coupable y cherchait quelque chose...messieurs, dans une semaine débutera la fête des miroirs, qui par ailleurs occupe une bonne partie de mon temps...il est hors de question que celle-ci soit troublé par quelque chose de cet acabit...elle fit une fois de plus coulisser ses lunettes le long de son nez pour les remonter...vous avez carte blanche pour vous déplacer dans le château, interroger, fouiner, mais vous n'avez pas le droit à l'erreur...le domaine comprend douze résidents permanents qui dorment soit à l'intérieur même du château, soit dans la dépendance à l'arrière...le seigneur et sa femme, moi-même, le majordome, l'architecte, le médecin, le musicien, le comédien, le peintre, la personne qui s'occupe des animaux, le chef cuisinier et le jardinier en chef. Les autres personnes qui travaillent ici viennent tous du village. Je vais maintenant vous laisser, mais j'ai aménagé un petit temps tous les soirs pour que vous me fassiez un topo de la situation si des avancées significatives sont à noter dans votre enquête. Au boulot messieurs!!!




 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

How to save a life?

Jin & les autres

Jaune et Marron.


 
Le blond se retrouvait assit sur un mobilier qui servait de canapé. Il attendait les autres participants de la mission, mais son visage fut amené à rencontrer une personne qu’il avait déjà connue. Son sourcil s’arquait quand l’animal de l’acrobate se mettait à monter sur ses genoux. Il semblait se rouler en boule, mais d’un autre côté, si on évitait les piques, on pouvait voir une sorte d’animal assez mignonne et un brin déjanté. Le grand Ninja se tentait à gratter le ventre de l’hérisson qui la dernière fois s’était retrouvé à voler sur plusieurs mettre comme une balle de cuir.

Un dernier ninja vint se joindre à la réunion. Un homme avec un nouvel animal, ce qui semble être un Chien-loup, des connaissances acquises par son clan. Un Inuzuka, il y avait de fortes chances pour que cet homme soit un Inuzuka, clan connu dans la maitrise d’un art de combat couplé avec un chien ninja. Lorsqu’on connaissait les facultés d’un chien ninja, on se disait qu’ils pourraient servir à l’enquête. Néanmoins, la façon de parler de l’Inuzuka était un peu étrange, surtout qu’il venait de poser une question un peu simplette… Tous des ninjas, la consternation du Yamanaka était bien trop grande, si l’avantage du flair de l’animal était grand. L’intellect de son maître semblait se coupler avec celle de Jinpachi. En espérant que Maika soit assez intelligente pour combler la simplicité d’esprit des deux autres.

Le grey Butler dont personne ne retient le nom, en même temps qui peut se permettre de retenir le nom d’un personnage secondaire ? Il s’amusait à nous faire la visite de la demeure, il fallait faire une investigation, parler avec des gens ? Hum, Jinpachi n’était vraiment pas fait pour ce genre de mission, mais il devrait bien réussir à discutailler avec une personne ou deux. Ah non en fait le géant n’avait pas capté que le Grey butler s’était mué en une sorte de femme qui avait presque le nom de nouilles chinoises.

Il essayait de retenir les diverses informations, il y avait trois artistes pour les retenir le sot blond les avaient affublés des sobriquets Am Stram Gram pour s’en souvenir. La suite de la visite permettait de définir qu’il y avait également un cuisinier, il serait le poulet de la basse-cour. Il y avait une petite jardinière, on garderait à l’esprit qu’elle serait la tomate. Ils arrivèrent vers un édifice où étaient entreposés à l’intérieur sous d’immenses draps, des corps éventrés et violentés. Les morts qui étaient la raison de la présence des ninjas dans cet endroit? Il y a également une chose qui vient en tête pour le blond, il posait une question à celle qui faisait office d’intendante:

« - Est-ce qu’il y a des traces de cannibalisme ? Aucune marque de dents ? Et les choses ont été faites de manière très précise? De type faite par un médecin ou un amateur? »

Il fallait potentiellement réduire cette hypothèse. La suite, la femme donnait une liste énorme de potentielles sources, impossible pour le cerveau étriqué et simplet de retenir l’ensemble des personnes. Il se retournait vers les deux autres:

« - On peut peut-être se répartir les tâches ? Sachant que s’il est question de précision, il serait peut-être intéressant d’aller voir vers les personnes qui utilisent des objets tranchants comme le cuisinier ou jardinier ? N’oublions pas l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un ninja soigneur ou pire un maître de l’assassinat et des poisons. Des idées ? De plus monsieur Inuzuka, le flair de votre chien pourrait-il essayer de coupler l’odeur des cadavres à une potentielle personne ? »



Récapitulatif:



Technique visée:




Revenir en haut Aller en bas
Shawa Shiroi
Shawa Shiroi
Uzushio no Jonin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/03/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - Rang B
Ryos: 75
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue0/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (0/1200)

3f188cab071b22d2d35ac9f027a45362.gif

Elona




L'Inuzuka regardait les cadavres avec attention, les orifices de ces pauvres bougres étaient effectivement cousus avec précision. L'odeur infecte que dégageait les victimes dégoûtait Yukimura. L'odorat du maître chien était extrêmement sensible, l'odeur était insupportable même Plume était dégoûté. Une fois la visite terminée Sona donna quartier libre aux Ninjas pour mener leur enquête, le Yamanaka proposa de se répartir les tâches et aussi d'utiliser l'odorat de Plume pour dénicher des pistes. L'Inuzuka était d'accord avec Jinpachi, il fallait se répartir les tâches. Mais l'odeur de putréfaction était encore présente dans l'air, du coup l'odorat de Plume tout comme celui de Yukimura n'était plus aussi efficace qu'auparavant. Mais l'Inuzuka refusait d'avouer sa faiblesse.


- C'est une très bonne idée, Plume est un élément indispensable pour retrouver cet assassin.


Yukimura avait menti à ses deux compagnons, pour son honneur ? non, pour l'honneur du clan Inuzuka qui était en jeu et Yukimura refusait d'entacher sa réputation. Le sauvage regarda Jinpachi et Maika avec un sourire hautain, il se porta volontaire pour questionner la personne responsable des animaux du manoir.


- Je vais me charger du responsable du dressage des bêtes, si ce type à une odeur suspecte sur lui je la repérerai sans problème. Si je trouve quelques choses, je vous préviendrai.


Le Shinobi dépassa ses compagnons les mains dans les poches, Plume marchait à côté de son maître. Le chien regarda son maître avec un air accusateur, Yukimura avait encore l'odeur des cadavres dans les narines.


- T'exagères quand même, t'aurais pu leur dire que notre odorat est presque inutile.


Yukimura soupira de fatigue.


- Tu me gonfles, t'imagine qu'un membre du clan Inuzuka dit un jour à ses compagnons " Désolé, je ne peux pas vous aider à pister une simple odeur... Parce que j'ai le nez trop sensible !" Tu veux niquer la réputation du clan ? C'est ça ton plan ?


Plume tourna la tête vers la gauche pour ne plus voir son maître, Yukimura ferma les yeux pour ne plus voir la tête de son animal. Le duo passa devant les cages où une dizaine de chiens étaient enfermés, ces idiots aboyaient quand Plume passait devant leur cage. Yukimura eut une idée, son odorat était inutile pour le moment, mais pas les capacités de Plume à communiquer avec ses congénères. Yukimura se baissa pour se mettre au niveau de l'oreille droite de Plume, puis il lui susurra " Demande à tes potes s'ils n'ont pas une piste sur l'assassin ou si leur maître porte une odeur inhabituelle." Le chien soupira à son tour, il s'approcha de la cage des clebs.


- Hé salut les potes... J'ai un service à vous demander, votre maître est-ce qu'il a sur lui une odeur inhabituelle ?


L'un des chiens se ramena près de la cage, il s'agissait d'un dalmatien vraiment immense comparé à Plume. Le chien s'exprima dans un langage raffiné et sur un ton courtois.


- Ahem, ahem... Mon cher, il est d'usage de dire Bonjour avant de quémander quoique ce soit, puis la présentation est de rigueur.


Le Dalmatien regarda Plume avec un air narquois, le chien Inuzuka soupira de nouveau.


- Bonjour, je me présente je suis Plume et mon maître m'a demandé de vous demander si vous avez vu ou même sentis une odeur inhabituelle dans les parages ?


Le Damaltien adopta une posture élégante et sérieuse.


- Mon cher, j'ai ouï dire que des infamies avaient lieu ces derniers temps. Ma maîtresse Elona n'est en rien responsable de ses meurtres, c'est une femme exquise qui s'occupe de ma fratrie avec professionnalisme et intégrité. Ma chère Elona n'a aucune odeur étrange ou même désagréable sur son veston, ni même sur sa magnifique peau de pêche.


Plume remercia le Dalmatien, Plumeau revint vers Yuki et lui raconta ce que le Dalmatien lui avait raconté. Yukimura n'avait retenu qu'une chose qui pour lui était la plus importante, la peau de pêche d'Elona. Qui d'ailleurs arriva avec une prestance digne d'une noble, cette fille était magnifique et l'Inuzuka poussa des petits cris à voix basse " Ouah,ouah,ouah,ouah." La dame posa son sac de croquette par terre et s'essuya son front couvert de sueur, Yukimura affichait un sourire satisfait et il s'approcha de la jeune femme.


- Hello, je me présente Yukimura. Je ne suis qu'un Humble Ninja, aventurier et surtout célibataire.


Elona posa son regard sur l'Inuzuka, ce type ressemblait à un pratiquant d'arts martiaux et elle avait horreur de ce genre de personne qui utilisait la violence au lieu des mots.


- Vous n'êtes pas mon type.


Yukimura était bouche bée, Plume affichait un sourire moqueur. Le Ninja avait le cœur en miette, mais sa mission le poussa à se ressaisir.


- De toute façon je m'en fous... Disait-il à voix basse.


- Pardon ?


Le Ninja enchaîna.


- J'aurais quelques questions à vous poser concernant les meurtres récemment découverts en ville.


Elona croisa les bras en regardant le pisteur.


- Première question : t'étais où lors du dernier meurtre ?


- On se tutoie ?


- Oui, on se tutoie.


Elona soupira et leva les yeux en l'air.


- J'étais avec mon petit ami en train de manger des boulettes de poulpe au restaurant Poulpy.


Yukimura ne pouvait distinguer le vrai du faux, alors il continua son interrogatoire.


- Deuxième question : tu connaissais les victimes ?


Elona était un peu mal à l'aise avec cette question.


or=#006600]- Oui, très bien même. Ma petite sœur, Hana, est l'une de ses victimes[/color]


Yukimura souriait, le Ninja croyait avoir piégé la dresseuse.


- Pourquoi l'avoir supprimé ?


Elona se mit à hurler sur Yukimura.


- Jamais ! Jamais, je n'aurais pas osé porter la main sur ma petite sœur. Vous êtes un monstre !


Elona commençait à fondre en larmes, Yukimura se sentait un peu coupable. Le Dalmatien discutait avec Plume.


- Ce freluquet fait pleurer mademoiselle Elona, je m'en vais les mordes les boursettes.


Plume s'éloigna doucement de la cage, Yukimura posa une dernière question à Elona.


- Dernière question : T'as déjà aperçu une personne étrangère au manoir qui aurait déjà rôdé par ici ?


Elona essuya ses larmes.


- Non... Disait-elle avec une voix frêle.


Le pisteur salua la dresseuse et lui présenta ses excuses pour l'avoir fait pleurer, Elona accepta de lui pardonner. Puis le Ninja partit en direction du manoir.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Maika
Maika
Équilibriste de Danzaemon
Messages : 75
Date d'inscription : 05/05/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG A
Ryos: 10
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue156/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (156/2000)
Les rubis fondent dans la neige


Après avoir visité le splendide manoir, Maika, Doro et les autres furent conduits vers les cadavres.
Pour une fois, le hérisson n'eut pas l'obscénité facile, écrasé comme les autres par l'odeur et le poids de la mort qui pesait entre ces murs. Sona exposa les faits en indiquant aux ninjas qu'ils avaient carte blanche, une bonne chose s'ils devaient retrouver rapidement un tel bourreau. Maika était, quelque part, soulagé. Pas de bande de malfrats à occire, ni de personnalité à enlever ou tuer. Pour celui qui n'aimait pas se battre, une enquête était un bon moyen de gagner de ryos sans trop se fatiguer, du moins, le croyait-il.

Après avoir déposé ses affaires dans le petit bureau aménagé pour leur enquête, l'Équilibriste de Danzaemon retourna dans les rues, l'hérisson caché dans l'épaisse tête-capuche de la peau d'ours porté par son compagnon humain regardait les alentours, sa petite tête dépassant de la mâchoire supérieure de la fourrure. Aux fenêtres des habitations, Maika pouvait entrevoir les rideaux qui s'écartaient légèrement comme pour mieux observer les étrangers qui venaient d'arriver au village. La rumeur disait que le seigneur avait fait appel à des shinobis pour résoudre le mystère du "tueur aux mille visages" comme les habitants du bourg l'avait appelé en raison de son aptitude à faire disparaître le faciès de ses victimes.

Chaque fois que Maika tournait la tête vers une des fenêtres, le voile se refermait aussitôt, lui prouvant qu'il n'était pas encore temps d'interroger la population. Il lui fallait une piste avant tout, aussi mince soit-elle, pour pouvoir user de sa prestance physique afin d'obtenir des informations complémentaires.

- On va où ? Demanda Maika à son acolyte toujours emmitouflé dans la gueule du manteau.

- Les gueux ont l'air trouillards, ça sert à rien de leur parler pour le moment. Surtout avec ta gueule.

- Je t'emmerde.

- Ferme-là et écoute ! On devrait aller voir sur les lieux du crime.
- Il y en a eu quatre dans la forêt.

- Bon ben, on commence par là bouffon ! S'exclama Doro avant de disparaître sous une sphère d'épines.

Maika ne répondit pas, il avait l'habitude du langage fleuri de son partenaire. Dans un silence qui ne laissait place qu'aux chants des oiseaux et aux sifflements du vent, Maika traversa le village pour arriver vers l'orée de la forêt. Là, quelques maisons de bois entouraient une scierie posée au-dessus d'une vieille rivière qui semblait descendre du sommet des montagnes enneigées.
Le shinobi aperçut alors des enfants qui jouaient avec des épées de bois.

- Je te lance mon épée de glace ! Dit l'un en balançant le lourd bâton sur ce qui semblait être son frère jumeau.

- Aïe ! S'écria celui-ci en recevant le projectile en pleine poire. C'est pas juste ! On avait dit que tu étais de Tetsu, tu as pas de pouvoir d'abord !

- Eh, mais je fais ce que je veux !

- MAMAN!!!!

Maika s'avança quand la mère, une femme d'une trentaine d'années, vociféra contre ses garnements en sortant de la scierie.

- Je travaille ! Vous ne pouvez pas arrêter deux minutes de vous battre ?

La petite famille stoppa sa scène dès qu'ils virent le colosse. Les enfants rentrèrent sans demander leur reste, comme s'ils avaient peur de se faire dévorer sur place.

- Qui êtes-vous ? Dit la mère en attrapant un bâton, défiant Maika du regard avec la détermination de celle qui pouvait mourrir pour protéger sa famille.

- Calmez-vous, j'ai été mandaté par votre seigneur pour retrouver l'auteur des meurtres qui ont sévi ces derniers temps.

- Ces meurtres ? Des massacres, vous voulez dire ! J'ai vu un cadavre sortir de cette forêt, ce n'était plus un humain, mais un...corps ! Dit-elle la voix tremblante.

- Justement, si vous voulez retrouver votre tranquillité, le mieux serait encore de m'aider. On m'a dit que quatre cadavres avaient été retrouvés dans cette forêt, vous savez où à peu près ? Si vous acceptez de m'y conduire, cela pourrait avoir un grand impact sur notre enquête. Si nous avançons vite, nous réduisons la marge du coupable pour brouiller les pistes.

- Vous croyez qu'il vient du village ?

- Votre seigneur le croit...

- Par le Temple du Bois Bleu ! Dit-elle horrifiée à cette idée. Très bien, je vais vous conduire aux endroits dont parle le village, je ne suis pas certaine, mais ça vaut le coup de jeter un coup d'œil.

Doro qui dormait depuis tout ce temps se réveilla partiellement.

- Laisse là marcher devant que je puisse mater quelque chose d'autre que ces putains de conifères. Eh ! Mais qui dit forêt, dit HÉRISSONNES, ça sent la débauche ! Dit le petit animal en sautant de la capuche pour courir au loin, insensible aux appels de Maika.

Procréer ou enquêter, il fallait choisir.
 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 2353
Date d'inscription : 16/03/2017
Meurtres dans la brume


L’intendante n’avait pas encore eu le temps de prendre congé que le colosse Yamanaka lui posa plusieurs questions. Son agacement était visible et elle ne cherchait pas même à s’en cacher. Croisant les bras contre sa poitrine, elle jaugea le blondin avec un certain mépris avant de soupirer en jetant un coup de menton vers l’unique corps mutilé visible.


« Vous pouvez voir de vos propres yeux que la découpe a été effectuée avec une précision chirurgicale. Quant à savoir si cela est l’œuvre ou non d’un médecin, je m’abstiendrai de me prononcer sur le sujet. Vous êtes tous là pour ça si je ne m’abuse. Pour ce qui est du cannibalisme, nous n’avons pas retrouvé la marque de dents mais certains organes sont effectivement manquants ou partiellement présents. Si vous permettez. »


Ne faisant plus montre d’une grande patience pour les shinobis qu’elle employait, la femme quitta l’endroit. Le Yamanaka proposa d’utiliser le flair du chien pour aider le groupe, ce que l’Inuzuka accepta volontiers, quand bien même Plume était inutile en la matière. L’homme hérisson, visiblement peu soucieux de travailler en équipe, fit cavalier solitaire. Pendant qu’il se dirigeait vers la forêt, Yukimura posa des questions à Elona, la responsable des animaux du domaine seigneurial. Après de piètres avances faites à cette dernière et qu’elle l’ait proprement et simplement éconduit, l’homme mena son enquête. La pauvre servante ne lui apprit pas grand-chose en dehors du nom de l’une des victimes : Hana. La jeune femme n’était personne. Ni riche ni trop pauvre, elle n’était qu’une simple cuisinière de la bourgade. Elle n’avait pas d’histoire extraordinaire et tout semblait indiquer qu’elle n’était finalement rien d’autre qu’une pauvre bougresse ayant eu le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.


Tandis que la caméra bougeait rapidement, elle retrouva le hérisson à forme humaine qui avait décidé de mener son enquête dans les bois et était tombé sur une joyeuse petite famille qu’il avait proprement et simplement effrayé. Il fallait bien dire qu’en dépit des atrocités commises récemment, les habitants étaient loin d’être habitués à une telle personne. Même si cela ne lui plaisait guère, la mère de famille accepta de mener Maika à l’endroit où, disait-on, les corps avaient été retrouvés. Le pas peu rapide mais déterminée, elle avança dans la forêt après avoir donné ses directives aux enfants, ce qui en l’occurrence revenait simplement à rester dans la maison sans en sortir avant qu’elle ne revienne. Tandis que la femme et le shinobi se mettaient en marche, une ombre semblait flotter au-dessus de leurs têtes. Lointaine, fugace et aussi difficile à percevoir que pouvait l’être le vent.


Après une bonne dizaine de minutes, la femme d’âge mûr indiqua de l’index un coin de forêt. De ce qu’elle savait, c’était à peu près par-là que les corps avaient été retrouvés. Au premier coup d’œil, l’endroit ne semblait rien avoir de marquant. Toutefois, si le shinobi s’attardait suffisamment, il pourrait constater la présence de plantes mourantes regroupées en petit tas. Ceux-ci ne semblait pas dépasser la taille d’une personne allongée.


« J’ai cru comprendre que c’était à peu près ici mais je n’étais pas présente quand ils ont… Enfin vous savez. Partons à présent s’il vous plait, y’a vraiment rien à voir ic… » dit-elle avant d’être prestement interrompue.


Sortant de nulle part, l’ombre trancha la gorge de la femme. Son corps tomba durement dans l’herbe tandis qu’une mare de sang se formait rapidement au sol depuis son cou. Ses gargouillis de douleur auraient glacé le sang à quiconque avait un tant soit peu de compassion. Il semblait difficile à croire que cela ait pourtant été le cas de l’homme hérisson. L’assassin tout de noir et rouge vêtu, gardait son visage dissimulé derrière une capuche et de large bandages. Ses petits yeux d’un noir profond scrutaient le shinobi.


« Ksss Ksss Kssssss… » siffla lentement l’inconnu


Bas sur ses appuis, il semblait jauger la cible. Sa dague ensanglantée dans la main droite, il tremblait frénétiquement. Sortant de sa manche gauche une nouvelle dague, il se rua vers sa cible en tournoyant très rapidement. La vitesse de l’assassin était telle qu’il laissa derrière lui plusieurs images rémanentes. Son but était clair, en finir le plus rapidement avec cet imprudent qui avait eu la mauvaise idée de s’écarter du groupe bien plus que de raison.


Récapitulatif:
         

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 461
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 28
Localisation : Avec des pingouins

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 1188
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1854/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1854/1200)
Ft Maïka, Inuwashi Yukimura & Chinoike ToshiroGorilles dans la brume
Meurtres dans la brume
J'étais quelques peu désappointée, si ce n'était dire particulièrement agacée. Je ne cachais pas ma mauvaise humeur tant que je fus en compagnie de Toshiro, le temps de notre voyage pour atteindre le village de Shiroi Houseki.  Bien que la route n'était pas longue puisque cela demeurait non loin de la frontière de l'Isthme, je ne pouvais m'empêcher d'être attachée à certaines règles protocolaires et je n'aimais guère que l'on se jouât de nous.

" J'ai ouï-dire que l'on vantait le travail de l'intendante du seigneur Matsuo Hidenaka... cette réputation est clairement surfaite. "

L'objet de mon irritation ? Un soi-disant problème administratif. Il y avait déjà plusieurs jours, une certaine Sona, avait pris contact avec mon clan et quémandait de l'aide pour une enquête qui me donna un arrière-goût amer de déjà vu. D'après les premières indications, des jeunes femmes avaient été massacrées de manière totalement barbare et une nouvelle fois, le seigneur en tête souhaitait régler très rapidement le problème avant que cela ne put nuire à la réputation de son village. Jusque-là, il n'y avait rien de choquant... sauf qu'un jour après, nous avions reçu une lettre nous précisant que nos services n'étaient plus requis.... et un autre courrier encore nous expliquant qu'il y avait une erreur et que nous étions effectivement attendus. Je trouvais cela particulièrement déplorable.

" Si mes fonctions ne me bridaient pas, ni même le fait qu'il s'agit de proche voisin auprès de qui il est plus sage de garder de bon terme, je ne me priverais pas de leur faire remarquer l'incompétence de leur réseau. "

Mais comme je l'avais déjà si bien dit, il m'était nécessaire de me contenir du mieux que je pouvais, ne serait-ce que pour des raisons pratiques que politiques. Avant même de nous présenter devant les commanditaires, je ne pus m'empêcher de me tourner vers mon ami Toshiro.

" Bien que je sais qu'il n'est pas nécessaire de te le rappeler, tâchons de faire au mieux et évitons les esclandres.


Je connaissais la nonchalance de mon camarade et combien cela pouvait parfois être particulièrement irritant. Mais je n'avais pas demandé l'aide du bonhomme de neige sans arrière-pensée. Je me souvenais O combien il m'avait été difficile à moi et Hitagi lors d'une de nos missions de devoir composer sans l'aide des compétences d'un médecin - que cela soit pour nous-même ou bien l'étude des corps des victimes. Je ne souhaitais pas faire la même erreur à la vue de la description du rapport que l'on nous avait fourni.

Après avoir traversé forêt et village, nous avions fini par trouver la luxueuse et immense demeure du seigneur local. La bâtisse était si immense que j'avais dû mal à croire qu'un tel lieu pouvait se trouver dans pareil écrin. Nous finîmes cependant par nous faire annoncer et ce fut un patibulaire majordome qui nous accueilit.

" Bonjour. Je me nomme Chinoike Etsu, intendante du clan de même nom. La personne qui m'accompagne est Chinoike Toshiro. Nous avons été demandé par une certaine Sona. "

À cet instant, l'homme nous jaugea un peu avant de nous informer que d'autres shinobis étaient déjà présents et que nous serions amenés à travailler en étroite collaboration avec ces derniers. Je me mordis la lèvre pour éviter de montrer mon exaspération. En plus des soucis administratifs, voilà que l'on ne pouvait faire confiance à notre clan seul ? J'étais à deux doigts de nous sentir insultée mais... je supposais que pour des raisons de délai, ils avaient préféré se montrer précautionneux en engageant plus d'une personne. Quoiqu'il en fut, l'intendante locale semblait faire la visite aux autres ninjas, nous obligeant donc à attendre son retour pour connaître un peu mieux les détails de l'affaire. Cependant, je n'avais nul désir de perdre du temps et je me permis de questionner directement le chambellan.

" Veuillez m'excuser... mais puisque votre supérieure n'est pas encore là, me permettez-vous de vous poser quelques questions ? En tant que majordome, vous devez être la personne qui sait le plus de chose dans cette maison. Vous êtes les yeux et les oreilles de votre seigneur, un homme de confiance. "

Je supputais, puisqu'il devait avoir accès à tous les endroits de ce manoir, qu'il avait peut-être vu ou entendu des choses suspectes, peut-être même des comportements.

" Vous avez pu noter des comportements étranges depuis les premières disparitions ? Peut-être des choses d'apparences anodines, mais qui demeurent sortir un peu des habitudes des hôtes de cette maison ? Peut-être avez-vous vous-même une idée du coupable ? "

Généralement, le personnel de maison avait souvent un avis sur tout mais ne parlait jamais devant leur seigneur ou supérieur. Je voulais tenter ma chance en imaginant que la non-présence de la dénommée Sona pourrait peut-être lui délier un peu la langue.

Je guettais aux alentours pour voir si quelqu'un arrivait, mais il semblait que j'avais encore un peu le champ libre.

" J'ai cru comprendre que des victimes avaient été trouvées dans le manoir-même. Pourrais-je savoir dans quel endroit ? Vous connaissiez ces femmes ? Elles avaient l'habitude de venir ici ? Des travailleuses du village peut-être ? "

Lui laissant le temps de me répondre, je finis néanmoins par me raidir lorsque je crus deviner le retour de la fameuse Sona. Comment ? Je dirais que c'était une question de stature : une femme stricte, des lunettes, un air sévère. Peut-être était-ce un trait commun à la fonction de faire preuve d'autant d'austérité mais je ne pus m'empêcher de me demander si j'avais l'air aussi antipathique. Je nous présentais à nouveau alors qu'elle nous expliqua les grandes lignes. Elle repartit avec son majordome pour reprendre leur travail, me laissant seule avec mon camarade.

" Je suggère que nous allions inspecter les cadavres dans leur mausolée. Peut-être trouverais-tu des indices ? "

Mais au moment où je faisais ma demande à mon ami, un visage nouveau apparut, accompagné d'un très étrange animal. Il devait être l'un des shinobis conviés, et à deviner, sans doute le Inuzuka. Bizarrement, je le sentais pas trop ce type....

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Toshiro
Chinoike Toshiro
Indépendant
Messages : 105
Date d'inscription : 22/02/2021
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 5
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue458/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (458/2000)


On se dirigeait vers un village nommé Shiroi Houseki pour enquêter sur des meurtres de jeunes femmes de ce que j’avais pigé. Mon amie Etsu était en pétard, parce que ces trous de balle nous avait demandé de l’aide, qu’ils annulent un jour plus tard. Alors, certes, il n’y a pas mort d’Homme, mais quand même ! C’était clairement un manque de respect pur et simple, personne ne pouvait donc blâmer Etsu de souffler du nez, de grogner et tout ce qui va avec. Je ne m’intéressais pas du tout au côté administratif, parce que ça me gonflait légèrement. Quoi, c’est inacceptable pour un médecin ? Je suis d’accord, mais personne vérifie ce que je fais et honnêtement, on s’en fout un peu nan ? Je ne vous dis pas comment se gère un restaurant ou une boutique ! Ça y est, je suis énervé moi aussi ! Putain Sona, tu fais chier sans déconner, ils ont cru qu’on était dispensables ou quoi ? Ils mériteraient qu’on rentre chez nous. Ouais, je vais faire ça, ils peuvent se démerder seul, mais connaissant Etsu, elle va gueuler si je lui soumets l’idée et puis si elle y va toute seule, je ne pourrais pas la protéger. Hummm, que faire ? Etsu râla soudainement à voix haute ce à quoi je répondis.

-Pour avoir fait ça, ils mériteraient le seppuku ou une bonne vieille pendaison, après tout on ne fait pas ça au Chinoike ! Sans rire ils se prennent pour qui ceux-là ? Chui sûr que c’est le genre de personne qui renifle ses propres pets.

Elle se sentait bridée par son poste et c’était à juste titre, elle ne pouvait même pas leur dire le fond de sa pensée.

-Si tu veux, je peux m’en charger, je comptais le faire de toute façon, après tout un incapable doit savoir que c’est un incapable, sinon ça restera un incapable toute sa vie et là, ce n'est pas bon pour l’incapable, ce sera la spirale infernale, d’abord une lettre ensuite une erreur dans un repas, puis une guerre totale contre son propre village. Dis-je en me prenant le menton.

Mon petit discours avait dû la titiller puisqu’elle se retourna vers moi, m’expliquant qu’il ne fallait pas faire d’esclandre. Moi, faire une scène ? Ok, elle avait bien fait de me le dire, je le savais et je n’allais pas le faire, mais en essayant de la taquiner, j’ai dû lui faire peur. Après tout, nous, Chinoike, étions des professionnels et bien que ce n’était plus à prouver, il fallait continuer de renvoyer cette image. Ça allait être chiant de ne pas leur dire le fond de ma pensée, mais c’était clairement faisable, surtout avec la reine des neiges à mes côtés.

-Oui, je te le promets. Lui dis-je en lui souriant.

À force de marcher, nous avions fini par arriver devant la grande bâtisse du patron du village.

-Et bah, ils ne se font pas chier ! Dis-je en observant le gros bâtiment.

Je laissais passé Etsu devant, après tout, c’était elle qui dirigeait. Un type nous attendait, ça devait être leur serviteur. Etsu nous présenta, je fis un petit signe de main et le saluai quand elle prononça mon nom. Le majordome nous informa sur la présence d’autres shinobis et là je vous jure mes yeux on fait un trois cent soixante degrés dans mes orbites et de la vapeur sortit de mes narines. Vous le voyez-vous aussi ce foutage de gueule ? C’était insultant et si Etsu n'avait pas été là, je lui aurais fait remarquer bien méchamment qu’il se foutait de nous. Mais bon, une promesse est une promesse. La reine des neiges commença à poser des questions au majordome. Pendant ce temps-là, j’observais ce qui se trouvait autour de nous, après tout, on pourrait peut-être trouver un truc qui nous aidera. L’interrogatoire d’Etsu fut interrompu par l’arrivée d’une sorcière qui embarqua le majordome et nous laissa seul, Etsu et moi. Même si ces gens étaient des cons, j’étais content d’être parti en mission avec elle, depuis qu’on s’était réconcilié, je cherchais un peu à passer du temps avec elle. Je savais bien qu’elle avait voulu de moi pour mes capacités de médecin et on ne peut pas la contredire parce que mine de rien, j'étais balèze. Mais même si ce n'était pas son intention première ça me faisait plaisir. Elle me demanda si je voulais voir les cadavres. Effectivement, dans cette sordide affaire, des femmes avaient été tuées et on avait retrouvé leurs cadavres assez étranges. Ça serait donc un bon début d’aller les voir.

-C’est une bonne idée. Les cadavres peuvent nous apprendre beaucoup plus que ce que les gens penses. Je t’ai raconté la fois où j…

Je fus interrompu par l’arrivée d’un type que je n’avais pas vu rentrer dans la pièce. Il était accompagné d’un animal, ça devait être l’Inuzuka. J’avais un chien aussi, il y a fort longtemps, c’était mon meilleur ami, on faisait tout ensemble, je le nourrissais, le soignait quand il était blessé, on avait de longues discussions qu’on faisait sous la voûte étoilée du ciel. Soudain, il arrêta de venir chez moi et mes parents m’avaient expliqué qu’il n’avait plus le droit de venir, mais honnêtement, ça ne m'étonnerait pas le moindre du monde que ce soit Tsumi qui l’ai mangé. Mais revenons au type en face de nous, bien qu’il fût employé sur la même mission, je me méfiais un peu, après tout, je ne le connaissais pas et il avait une tête de bandit.

-Bon...jour ?  

Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A
Revenir en haut Aller en bas
Shawa Shiroi
Shawa Shiroi
Uzushio no Jonin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/03/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - Rang B
Ryos: 75
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue0/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (0/1200)

3f188cab071b22d2d35ac9f027a45362.gif

Du renfort




Yukimura avait fini de questionner Elona, évidemment, ce fut sans succès. L'Inuzuka marchait dans le domaine avec Plume, les deux comparses regardaient autour d'eux. Plume reniflait la moindre odeur suspecte, histoire de faire avancer cette affaire.


- Rien, pour l'instant...


Yukimura reniflait lui aussi une odeur suspecte, le sauvage tomba sur une odeur agréable.


- Oh, ça sent bon... Une femme, c'est une femme.


- Ça doit être Sona, ou Elona.


- Non, ce n'est pas Elona, et encore moins l'autre frigide.


Les deux sauvageons arrivèrent dans la pièce principale, là où le majordome avait convié les trois Ninja lors de leur arrivée. Yukimura remarqua deux nouvelles personnes, l'une était une belle femme, petite, mais belle. L'autre était un homme, qui avait bizarrement l'odeur d'une femme, Yukimura regarda le bonhomme avec de grands yeux stupéfait, son odorat était si détraqué que cela ?


- Bonjour...


Yukimura regarda Toshiro, son odorat était bien détraqué, principalement à cause de ces odeurs de putréfaction. Yukimura ferma la porte de la pièce, puis il souffla un coup en s'appuyant sur le bar.


- Oh la vache, l'odeur est horrible.


Plume se dirigea vers Toshiro, le cabot était en train d'inspecter le corps du Chinoike.


- Pour l'instant, ce mec est correct. Aucune odeur suspecte, pour l'instant. Je vais examiner la fille...


Mais Yukimura interrompit son chien.


- Non, je m'en charge.


L'Inuzuka s'approcha d'Etsu, puis il se présenta, tout en reniflant la Chinoike.


- Bonjour, je m'appelle Inuzuka Yukimura. D'ailleurs, vous êtes qui ?


Le sauvage pointa du doigt Toshiro.


- C'est ton petit copain ?


L'Inuzuka se mit à sourire.


- J'ai entendu la fille qui parlait d'inspecter le mausolée, si ça se trouve, ce sont des renforts ?


Yukimura se gratta le menton.


- Mon chien m'a dit que vous vouliez inspecter le mausolée, je peux vous y conduire.


Le sauvage ouvrit la porte, puis avec Plume, ils sortirent à l'extérieur.


- L'odeur a disparu, heureusement. J'avais l'odorat brouillé à cause de cette odeur, ton odeur me faisait à celle d'une femme. Disait-il à Toshiro.


Yukimura conduisit nos deux amis jusqu'au mausolée, mais il n'ouvrit pas la porte, au contraire, il s'en éloigna.


- Je ne souhaite pas rentrer, l'odeur est atroce, tout comme la vision des corps.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Maika
Maika
Équilibriste de Danzaemon
Messages : 75
Date d'inscription : 05/05/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG A
Ryos: 10
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue156/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (156/2000)
Les rubis fondent dans la neige


Porté par les innombrables vices qui composaient sa personnalité, le hérisson gambadait déjà au milieu des arbres, le museau aux aguets à la recherche de phéromones sexuelles de ses comparses. Heureusement, il n'était pas très rapide et fut donc assez près pour entendre l'agression que subissaient son compagnon humain et la donzelle.

Alors que la mère de famille s'écroulait sur le tapis blanc des feuilles recouvertes par la neige, le pourpre colonisa ses contours, l'entourant d'un linceul aux couleurs du clan du sang.
Sans hésiter, Doro agita ses petites pattes potelés pour se précipiter vers Maika. Il ne savait que trop bien comment allait réagir le danseur de Danzaemon. Au-delà de leur vie empreinte de violence, le duo s'était formé après la mort de celle qui donnait son nom au colosse aujourd'hui. Rien n'enrageait plus Maika qu'un homme assassinant une innocente.
Quand l'ombre tournoya à une vitesse folle en direction de l'artiste, le hérisson comprit qu'ils avaient à faire à un adversaire de premier ordre, sans doute lié à toutes les horreurs que subissait la petite bourgade depuis des semaines.

L'animal accéléra le pas du mieux qu'il pouvait. Il ne craignait pas tant pour la vie de son camarade que pour celle de l'ombre de tissu. Avant de le dépecer, il fallait l'interroger.
Dans le duo et malgré les apparences parfois espiègles de la bête piquante, c'est lui qui était le plus raisonnable du groupe, et de loin.

Maika était un homme extrême dans ses amours comme dans sa violence et s'il haïssait se battre, il ne montrait jamais une once de pitié lorsque les premiers coups avaient été assénés, cherchant à annihiler son adversaire le plus vite possible afin que ce qu'il considérait comme une corvée cesse. .
La façon dont bougeait l'assaillant ne laissait que très peu de place au doute, c'était un combattant accompli. L'issue du combat était incertaine, mais une chose ne l'était pas, au moins l'un des deux ninjas allait terminer dans un piteux état.

*****

Maika regarda la jeune femme tomber, le regard marqué par l'incompréhension, la pauvre n'avait même pas eue le temps d'avoir peur. Il lut dans ses yeux la même détresse qui avait traversé la cantatrice avant qu'elle ne trépasse, avant que la vie du colosse ne s'arrête, à l'aube de son adolescence. Aussitôt, une rage intense le saisit à la gorge, ses veines se gonflèrent, presque tremblant, il avança d'un pas alors que son adversaire tenait dans sa main la lame ensanglantée. Un instant plus tard, il en sortit une autre et se jeta à l'assaut du danseur.

Celui-ci planta ses pieds dans la terre meuble, tachée du sang d'une âme qui n'avait sans doute jamais tué, fit face à la chorégraphie gracieuse de son désormais ennemi, et, le laissa venir à lui.
Le jeu de jambes du manieur de dagues était parfait, il évoluait à une telle vitesse qu'il était difficile de le suivre du regard, ses gestes laissaient une trace dans le réel, comme si le présent lui-même était incapable de suivre la cadence infernale sous laquelle l'assassin tournoyait. Sa main se leva ainsi, suivit par son fantôme, avant de se battre avec force.

Tout le corps du colosse tressaillit sous la douleur. Encore fou de colère, il laissa la lame le heurter en serrant les dents. Peu importait les coups qu'il recevait, tant qu'il pouvait les rendre.
Profitant de la proximité avec le tueur, il essaya de s'emparer du bras qu'il l'avait frappé, renforçant sa poigne à l'aide de chakra infusé dans ses doigts.
Collant son front contre celui de l'agresseur, il maintint son emprise afin de lancer sa contre-attaque qui commença par un violent coup de tête.

Laissant son buste pivoter, il inclina légèrement ses genoux qui suivaient le mouvement de la rotation. Sa main libre referma, formant un poing massif qui s'élança avec pour cible le torse du ninja.
Maika ne s'arrêta pas là, comme toujours, le danseur allait au plus efficace, au plus violent aussi.
Il tenta de renforcer sa prise sur le bras coupable de l'entaille et le saisissant de l'autre main avant de sauter pour coller ses pieds sur le corps de l'assaillant et tirer de toutes ses forces. Maika voulait se servir du corps du ninja pour appui afin d'arracher le membre coupable de l'attaque du reste de cette misérable personne. Presque à perpendiculaire, les pieds sur les hanches et les mains bien accrochées au poignet, il ne donnait pas longtemps à la chair et aux os pour céder si cela réussissait.

- Aghhhhh ! S'écria le colosse alors qu'il y mettait toute sa puissance.

Déjà, Doro arrivait, les piques dressées en mode combat, il tentait de contourner l'adversaire pour l'attaquer de dos. Affronter la sauvagerie de Maika était une chose, résister aux épines dans les parties intimes, dans les yeux, les oreilles, le nez, les orteils et la nuque en était une autre...

- Je vais tellement te piquer qu'on croira que tu sors d'une tournante au fond d'un labo Omura fils de putain !

Récapitulatif combat:

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 2353
Date d'inscription : 16/03/2017
Meurtres dans la brume


Lorsque les deux shinobis aux yeux écarlates pénétrèrent dans le manoir du seigneur local, ils ne furent pas dépaysés. En effet, l’intendante et le majordome étaient tous deux si froids qu’ils devaient aisément rappeler leur terre d’accueil aux Chinoike. Le serviteur qui les reçut en premier lieu ne leur montra pas particulièrement de respect mais demeura malgré tout professionnel. Droit comme un « i », il écouta la jeune femme poser ses questions. Quand elle lui laissa finalement l’occasion de parler, il toussa légèrement pour s’éclaircir la gorge.


« Si j’avais en ma possession de telles informations, croyez bien que nous n’aurions guère besoin de vos services, mademoiselle. Une ombre a frappé à plusieurs reprises, voilà tout ce que je sais. Quant aux jeunes femmes décédés, du moins pour celles retrouvées ici même, elles faisaient effectivement partie du personnel. Deux jardinières, une cuisinière et une femme de chambre. Elles ont toute été retrouvées dans le jardin, à chaque fois au petit matin et bien en évidence. Je ne sais rien de plus. »


Impassible, le majordome se fixa à nouveau en voyant l’intendante Sona approcher. Cette dernière semblait encore plus lasse que son subordonné et le fait de devoir une fois encore expliquer les détails de cette affaire lui coûtait. Malgré tout elle fit son laïus aux shinobis du gel et prit congé en compagnie du serviteur en chef. Pour en apprendre plus, les protagonistes n’auraient d’autre choix que de mener leur enquête. Bien vite, les deux nouveaux venus firent la connaissance du jeune Inuzuka aux airs de détrousseurs de grands chemins. Si le groupe décidait de mener un examen approfondi sur les corps, le médecin en apprendrait plus. Les victimes avaient le visage intact mais tous les orifices et les paupières cousus. L’entièreté de l’épiderme des corps étaient absent, méticuleusement retiré et une entaille d’une précision chirurgicale se trouvait au niveau du ventre. En se salissant un peu les mains, il serait également possible de constater des traces de fouilles dans l’estomac et l’absence du foie chez les victimes.


Dans le même temps, à quelques lieues du château, le combat entre l’assassin et l’homme bête venait de commencer. Le coup de l’assaillant masqué fit mouche et sa lame s’enfonça dans la chair du shinobi. Malheureusement pour ce dernier, en plus de la douleur causée par la lame en elle-même, il se rendrait vite compte que la sournoiserie du tueur ne s’arrêtait pas là. En effet, l’arme avait été empoisonnée et ses effets ne tarderaient pas à se faire violemment sentir. Sifflant toujours tel un serpent, l’individu encapuchonné fit montre d’une remarquable vitesse. Manquant de peu de se faire attraper par son assaillant il esquiva ensuite sa tentative de coup de boule. L’homme tout vêtu de rouge et noir se mouvait avec agilité et rapidité tel un véritable serpent.


Malgré sa prodigieuse vélocité, l’assassin fut contraint de solliciter toutes ses ressources pour échapper aux assauts suivants. Le moindre coup de l’homme hérisson aurait été dévastateur et il ne pouvait se permettre de les encaisser. Se déplaçant à une vitesse si rapide qu’elle semblait dépasser les limites humaines, il esquiva la technique du shinobi indépendant et sa tentative audacieuse de lui arracher un bras. Sa dague ensanglantée en main, il se fit plus petit sur ses appuis.


« Ksssssss Ksss Ksss Ksssssss… »


Bondissant en arrière pour s’écarter, l’inconnu sortit de sa poche un petit objet qu’il lança en l’air avant de former un unique mudra. Une explosion lumineuse éclata, éblouissant facilement les personnes dans son champ d’action. Profitant de cette diversion éclatante, l’assassin forma un clone qu’il envoya le remplacer pendant qu’il disparaissait sous l’effet de sa technique suivante. Devenu invisible, il utilisa ses dons pour devenir indétectable et battre en retraite. Pendant ce temps, son double fonçait vers Maika arme à la main, faisant mine de vouloir lui trancher la gorge. Bien sûr, son but était en réalité de se faire exploser une fois au corps ou après avoir été détruit d’un coup de poing bien placé. Sifflotant toujours tel un dément, il aurait été difficile de dire qu’il s’agissait d’un clone, du moins si le ninja qui lui faisait face avait été aveuglé.  


Récapitulatif:
         

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 461
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 28
Localisation : Avec des pingouins

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 1188
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1854/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1854/1200)
Ft Maïka, Inuwashi Yukimura & Chinoike ToshiroGorilles dans la brume
Meurtres dans la brume
Amère, je le restais tout au long du voyage à cause du problème administratif de nos commanditaires. Je n'aimais pas que l'on me tournât en ridicule et c'était l'impression que cela me fit. Bien que d'une certaine façon, l'idée de Toshiro de remettre en place nos "patrons" me séduisait un peu, ma raison me rappelait qu'il n'y aurait pas meilleure faute stratégique que de se mettre des "voisins" à dos. Maintenant que nous commencions à nous faire connaître, tout le fruit de notre travail pourrait retomber comme un soufflet. Cependant, pour être honnête, lorsque nous arrivâmes à destination et que je commençais à interroger le domestique de maison, l'homme me sembla aussi glacial que notre région... et c'était moi qui le disais, rendez-vous compte. Il ne m'inspirait pas du tout et je ne saurais dire si c'était mon égo ou quoi, mais je n'aimais pas la manière et le ton avec lequel il me répondit.

Tout l'art de la diplomatie était de ne rien laisser transparaître et des gens irritants, je savais que je risquais d'en rencontrer plus d'un. Il fallait dire que l'avantage de notre clan était que j'avais assez d'énergumène pour tester ma patience et je pouvais même vous citer les noms : Ryuku, Buntaro, Kamejiro, Toshiro... Alors un vieux guindé qui me regardait de haut, ce n'était rien du tout... mais ça m'agaçait tout de même.

" Avec toute la politesse que je vous dois, sachez que mes questions n'avaient pas pour but de laisser entendre que j'attendais de vous la résolution de l'affaire. Je désirais simplement savoir si vous possédiez une opinion sur le sujet et une opinion n'est pas un gage de vérité. Toutefois, les intuitions et les rumeurs sont parfois révélatrices d'informations. "

Je soutins alors son regard avec la fierté qui était mienne, lui faisant comprendre par la même occasion qu'il n'était pas en train de discuter avec un pécore du coin et quand bien même ce fut le cas, il n'avait pas à manquer de respect. Notons que contrairement aux apparences, j'avais su conserver un ton calme et un peu distant.

" Je vous remercie de votre coopération, monsieur. "

Peut-être que ma gratitude fut un peu ironique. Dans tous les cas, j'avais noté dans un coin de mon esprit toutes les informations qu'il me fournit et je fus assez surprise de savoir que l'assassin ne choisissait que des femmes travaillant dans la maisonnée. Est-ce que cela signifiait qu'il avait une dent contre le propriétaire ou bien que ces cibles étaient facilement disponibles parce qu'il était lui-même quelqu'un de l'entourage ? L'idée aussi qu'il exposa ses victimes aux yeux de tous me questionnait. Ce fut à cet instant que l'on fit la connaissance de l'intendante de la maison que je toisais un peu - oui, je ressassais un peu l'imbroglio administratif. Elle nous fit le résumé de la situation avec une lassitude que je trouvais d'autant plus déplacée que notre retard était de leur faute, mais encore une fois, je me retins. Il me fallut attendre leur départ pour râler un peu auprès de Toshiro.

" On croit rêver. Elle ose se faire appeler intendante en se conduisant d'une telle façon devant des shinobis qu'elle a demandé. Si je ne possédais pas de conscience professionnelle et de valeurs, je lui aurais écrit une lettre incendiaire et nous serions partie sur le champ. "

Mais nul le temps de m'étaler sur le sujet qu'un homme accompagné d'un drôle d'animal arriva à notre rencontre. À l'allure, je supposais qu'il s'agissait bien évidemment d'un autre shinobi mais à vrai dire, son comportement était... particulier. Le chien se mit à renifler d'un peu partout... et le maître aussi.

" Hého! Je rêve où vous venez de me renifler ! Essayer encore de vous approcher de cette façon et vous ne verrez pas mon kunaï arriver entre vos deux yeux!! "

Ne me demandez pas pourquoi, mais savoir cet homme que je ne connaissais ni d'Adam ni d'Eve s'approcher de moi de manière aussi bizarre me mit très rapidement mal à l'aise. Une telle proximité, c'était à la limite de la décence. Mais le pire était quand il crut que Toshiro était mon petit-ami. Je fronçais des sourcils de colère et mes joues rougirent de gêne.

" Quoi ? Mais bien sûr que non ! "

Quelle drôle d'idée que voilà ! Cela me semblait tellement impensable puisque je le connaissais depuis... depuis trop longtemps pour vraiment me souvenir. Et puis ce n'était pas comme si... n'y pensons pas.

" Je me nomme Chinoike Etsu, intendante du clan Chinoike. Voici Chinoike Toshiro, un membre du clan. Et si nous sommes voués à travailler ensemble, Inuzuka Yukimura, je vous prierais de vous rappeler que nous sommes en mission et que l'affaire que nous devons traiter n'est pas à prendre à la légère alors... restez sérieux. "

Je regardais ce dernier avec un œil sévère alors que je pris naturellement la direction du mausolée. C'était là-bas qu'attendait les corps des victimes et je laissais bien évidemment Toshiro s'occuper des observations de près. Il était médecin, cela lui parlait bien mieux qu'à moi... et j'étais quasi certain que ce Yukimura n'était pas un savant. Je me retournais vers lui, le regardant de haut en bas avec son animal.

" Vous avez dit Inuzuka, n'est-ce pas ? Votre odorat est si sensible que cela ? Vous n'avez pas noté de fragrance particulière sur les corps ? Une odeur commune ? "

Il était visiblement déjà passé ici, autant lui demander si ce dernier avait réussi à obtenir des informations.

" Attendez-nous quelques secondes ici... je laisse la porte ouverte. "

Une fois que nous trouvâmes les victimes, je ne pus m'empêcher de placer ma main sur mon nez. Si l'odeur était infecte pour moi, je me rendais compte que cela devait effectivement être pire pour l'Inuzuka... mais si ce n'était que l'odeur. La vision des corps mutilée de ces jeunes femmes était à la limite du supportable, même pour un shinobi, c'était de la barbarie. Je laissais Toshiro les inspecter et m'indiquer ce qu'il avait constaté.

" Une fouille de l'estomac, tu dis ? Le foie manquant ? C'est encore plus ignoble que ce que je croyais.... mais est-ce que cela signifiait pas que ces femmes ont ingéré quelque chose dont le coupable ne voulait pas laisser la trace ? Ou peut-être bu ? Un poison peut-être ? Tu connais des poisons qui laisseraient des traces dans le foi ? "

C'était à ne rien comprendre. Coudre les orifices, leur arracher la peau et fouiller les entrailles ? Voulait-il effacer des traces ? Pourquoi se donner la peine de les abandonner dans le jardin dans ce cas s'il désirait qu'elles soient retrouvées ? Pourquoi se donner tant de mal ? L'ignominie des hommes me dépassait parfois.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Toshiro
Chinoike Toshiro
Indépendant
Messages : 105
Date d'inscription : 22/02/2021
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 5
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue458/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (458/2000)


Etsu était formidable quand il s'agissait de diplomatie. Il y a cas voir comment elle venait de gérer la situation. Le majordome en plus de son balai dans le fion, nous prenait clairement de haut. Esquivant toutes les questions d’Etsu en nous envoyant boulez elle lui répondit calmement et sans s’énerver. Quelque part au fin fond de moi, je l’admirais pour ça. L’intendante dont tout le monde rêve. C’était une mission hors de chez nous et il fallait se faire bien voir alors il était hors de question pour moi de l’ouvrir devant les commanditaires, donc je la laissais faire.

Nous étions donc dans la fameuse pièce où l’inconnu venait d’entrer interrompant notre conversation.
Le chien qui venait de passer la porte avec son maître s’approcha de moi pour venir me renifler le derrière.

-Mais qu’est-ce que ?! Retiens ton molosse, manquerais plus qu’il me pisse dessus celui-là. Dis-je en faisant quelques pas pour me dégager de cette situation.

L’homme avait l’air de souffrir à cause de l’odeur des cadavres, mais ça ne l’empêcha pas de renifler mon intendante. Faisant un pas vers eux, je vis et entendis Etsu protester. Normal en même temps, un mec que vous ne connaissez pas arrive et commence à vous renifler, c’était bizarre comme situation. Le gars commença à me pointer du doigt demandant si on était ensemble. Oh bordel de cul, je venais de comprendre de quoi il s’agissait. Ce mec devait être un coureur de jupon en puissance, même si sa phase d’approche était un peu plus que bizarre. Je me devais de protéger l’intégrité de mon intendante, alors après qu’elle eut nié les faits, je m’approchais du dresseur de chien et lui dit :

-On n’est pas ensemble, mais ça ne saurait tarder. Dis-je en souriant. Donc n'essaie même pas.

J’espère qu’avec ça, il lui foutra la paix. Sinon elle allait sûrement le tuer et l'enterrer quelque part.
Etsu nous présenta comme l’exigeait la politesse. Je le saluai de la main lorsqu’elle prononça mon nom. Lui se présenta comme étant un Inuzuka, ça ne m’étonnait pas trop à vrai dire, le chien était un gros indice. Vous pensez qu’ils se reniflent tous le derrière dans ce clan ? Ça devait être ultra bizarre quand même. Niveau intimité, j'avais vu mieux. Etsu partit sans un mot de plus en lançant un regard noir au dresseur de chien. Je la suivis jusqu’au mausolée où se trouvaient les cadavres que je devais examiner, qui sait, ils allaient peut-être nous révéler des choses. J’entrais donc dans la pièce, en compagnie d’Etsu, où gisaient les corps, l’odeur de la mort venant me chatouiller le nez. La mort avait une odeur vraiment caractéristique et je pouvais malheureusement la reconnaître parmi plein d’autres. Je pris un scalpel qui traînait dans ma sacoche et m’approcha du premier cadavre. Après quelques observations, on pouvait voir qu’il ne s'agissait pas là de l’œuvre d’un amateur. Ce malade avait retiré tout l’épiderme du corps et cousu tous les orifices de la victime de manière soignée. Sur le centre de son corps une entaille d’une dizaine de centimètres, droite, précise. Ce n’est pas n’importe qui, qui peut faire ce genre de chose. J’agrandis l’incision grâce à mon scalpel pour regarder la femme en profondeur. Quelque chose me choqua, sur le moment, je regardais partout à l’intérieur, sait-on jamais. Il lui manquait son foie ! Le coupable lui avait retiré proprement en plus. Je plongeais mes mains à l’intérieur examinant chaque parti de son corps. Une fois fini, je sortis mes mains et passai aux autres cadavres. Après un petit bout de temps et un bon lavage des mains, je sortis de la pièce et rejoins Etsu et Yukimura.

-Excusez-moi ça a pris un peu plus de temps que ce que j’avais prévu. Dis-je en m’approchant de mes deux camarades. Ce taré leur a arraché l’épiderme et cousu tous les orifices. Ce n'est pas un amateur et ça m’étonnerait que ce soit son premier coup d’essai. Elles ont toute une coupure au milieu de leur corps qui est incroyablement précis. J’ai pratiqué une autopsie et j’ai capté qu’il manquait leur foie et que quelqu’un avait trifouillé leurs estomacs pour je ne sais quelles raisons.

Etsu était choquée et me posa des questions sur cette partie. Je les regardais tout les deux et leurs dit :

-Tout ce que je sais, c'est qu’on n’enlève pas le foie de quelqu’un comme ça, c’est prendre de sacré risque, quelqu’un aurait pu le voir faire. Alors sois l’assassin est sacrément doué, soit il fait ça à l'abri des regards. Pour ce qui est de l’estomac, ça pourrait être n’importe quoi en vrai, mais comme tu dis le poison reste une piste solide. Y en a pas mal qui vise le foie, mais ce n’est pas comme ça qu’elles sont mortes. Si le type a voulu effacer ses traces, alors ce serait pour cacher l’utilisation d’un poison paralysant ou un truc du genre. Toutes ses femmes sont mortes de la même manière, vidée de leur sang. Ça pourrait faire partit d’un rituel ou un truc du genre.

Je ne connais pas ses motivations, mais ce qui était sûr, c'est que le monstre qui avait fait ça n’était pas un rigolo.

-Vous savez ce que c’est le pire ? C’est qu’il ou elle voulait qu’on trouve les cadavres. Le majordome a dit que l’assassin les avait laissés dans le jardin bien en évidence et on sait tous les trois que si tu veux cacher ce que t’as fait, tu ne les laisses pas à un endroit où tout le monde peut passer. Dis-je en serrant le poing.

Est-ce que j’étais énervé ? Oui, totalement. Ça me dégoûtait de voir ce que ce monstre avait fait et savoir qu’il ne s’en cachait même pas me saoulait au plus haut point.

-Faut qu’on le retrouve au plus vite avant qu’il recommence.


Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A
Revenir en haut Aller en bas
Shawa Shiroi
Shawa Shiroi
Uzushio no Jonin
Messages : 115
Date d'inscription : 01/03/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - Rang B
Ryos: 75
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue0/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (0/1200)

3f188cab071b22d2d35ac9f027a45362.gif

Compréhension



Yukimura était assis sur l'herbe, il était pensif, Plume faisait sa toilette. L'inuzuka repensait aux mots d'Etsu.


- Une odeur commune, non ? Pas que je sache, et toi Plumeau ?


Le chien arrêta de se laver, il regarda son maître.


- Hum...Non, pas que je me souvienne.


Les deux inuzuka furent dérangé par la venue d'Etsu, elle avait sans doute terminée d'examiner les corps.


- Ce n'est pas jolie, pauvre femmes.


Toshiro rejoignit ses camarades, ce dernier s'excusa pour son retard, mais il apporta quelques précisions sur les corps.


- Plus de foie ? Ce type doit être un sacré taré, peut-être qu'il les a mangés ?


Toshiro répondit à la question d'Etsu, d'après lui, ce type serait un expert du corps humain.


- Ce serait un médecin ? Il suffit d'interroger les médecins du coin, ou même celui du manoir, je suis persuadé qu'il doit y en avoir un...


Toshiro serra les poings, ce type était énervé, Yukimura regarda le bonhomme.


- Il doit s'agir d'un maniaque qui a besoin de reconnaissance, mais il a trop peur de s'exposer au grand jour. Ça doit être un type du coin, pas seulement un voyageur, ou un touriste de passage, non, ce tueur doit avoir une vie ici.


Plume se tourna vers son maître.


- En tout cas, ce tueur ne doit pas être loin...


Yukimura se leva, puis il retira les brins d'herbe qu'il avait sur les fesses, il regarda les deux Chinoike.


- Je propose qu'on se divise en deux équipes, comme ça, on couvrirait beaucoup plus de terrain pour la recherche...


Yukimura fit un clin d’œil à Etsu.


- Première équipe : moi et Etsu...


Les motivations du sauvage étaient simples, il voulait draguer la Chinoike, sans avoir Toshiro dans les pattes.


- Deuxième équipe : Toshiro et...


Yukimura remarqua qu'il manquait quelqu'un, le type avec sa longue chevelure et son hérisson, cela faisait un moment qu'il ne l'avait pas vu.


- D'ailleurs, il est où l'autre porc-épic ? Vous ne l'avez pas vu en arrivant ? Un grand type avec de longs cheveux, il a un hérisson avec lui, non ?


Plume tenta de sentir son odeur, mais il ne trouva rien, enfin, rien de très insistant. Il y avait bien des brides d'odeur de Maika, mais pas au point de le localiser, d'ailleurs, son odeur était devenue très faible.


- Je crois qu'il n'est plus dans le manoir, il serait parti ?


Yukimura renifla de nouveau, mais effectivement, l'odeur de Maika avait presque disparu, même celle de Doro.


- Il a pris peur ?


Yukimura voulait en savoir plus, peut-être qu'il avait découvert un indice et, qu'il l'aurait joué solo.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Maika
Maika
Équilibriste de Danzaemon
Messages : 75
Date d'inscription : 05/05/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG A
Ryos: 10
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue156/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (156/2000)
Les rubis fondent dans la neige


Le serpent était insaisissable. Maika n'arrivait pas à mettre la main dessus malgré sa vitesse.

À peine l’assassin était parvenu à échapper à la poigne de l’acrobate qu’il usa d’un artifice shinobi pour l’aveugler.
Bien trop téméraire pour esquiver le projectile, Maika fut complètement aveuglé. Un voile noir puis blanc lui recouvra la vue. Fou de rage, il balança ses poings dans le vide, coupant en deux un arbre qui avait le malheur d’être sur son chemin avant de percuter ce qu’il lui parut être son adversaire.
Pourtant, il n’en était rien et l’explosion qui s’en suivit fut telle qu’elle projeta le corps du colosse à plusieurs mètres en arrière. Sa tête percuta un épais tronc de la forêt, le voile blanc redevint noir et la conscience s’échappa momentanément du danseur.

Quelques secondes plus tard pourtant, dans un cri qui réveilla la forêt, l’artiste planta son poing dans le sol, se redressant tant bien que mal.

- Je vais t’arracher la tête !

Doro allait aussi vite qu'il le pouvait. L'adversaire de Maika était rapide, au moins autant que l'arme du Danzaemon. Un instant, l'hérisson hésita à foncer sur le shinobi pour tenter de le renverser, mais quand il aperçut celui-ci faire un clone après avoir aveuglé son compagnon humain, il se ravisa.
Le souffle fit trembler toutes les épines de son corps. Plusieurs arbres et plantes furent soufflés avec Maika, provoquant un trou fumant où la copie explosive de l'assassin avait péri.

Plus que le responsable de ce massacre, c'est la vie de Maika qui importait maintenant pour Doro. Il savait le danseur bien trop borné pour fuir, bien trop inconscient pour se rendre compte qu'il était à l'article de la mort, et donc, de l'accomplissement final de sa malédiction.
Sans surprise, dans un cri, Maika se releva, usant de cette volonté de fer qui avait sauvé la vie du duo alors qu'ils n'étaient encore que des marmots. Alors qu'il se précipitait vers l'endroit où il avait aperçu l'assassin pour la dernière fois, il fut projeté au sol par Doro qui planta ses yeux ronds dans ceux du danseur.

- J'en ai ras-le-cul de me trimballer un boulet dans ton genre putain, il t'a défoncé. Tu vas l'accepter et retourner au village. On a pas encore baisé ce putain de contrat Maika, t'as pas le droit de crever !

Le venin de ce serpent humain coulait encore dans ses veines, il le sentait faire battre ses muscles, s’immiscer dans chaque recoin de son corps pour lui insuffler une douleur chaude, brûlante. L’effet était d’autant plus prégnant autour de la plaie provoquée par la dague du désormais condamné, la peau paraissait être marquée au fer rouge et la douleur était presque insoutenable.

Chaque pas fut une lutte, mais avec la détermination de retrouver la cantatrice de son enfance, il arriva enfin aux portes du village.

Là, deux gardes étaient postés, méfiants de voir cet étranger imposant arriver en titubant ainsi.

- Assassin, forêt, interdisez l’accès. Appelez les autres nin…

Maika, affaibli par le poison, s'écroula au pied des sentinelles. Doro, lui, était déjà parti à la recherche de l’intendante et des autres pour les prévenir.

Sans une aide médicale, c’était la mort et la transformation en démon de feu. Et Doro, lui, n’avait pas encore eu le temps de faire sa tournée des coins coquins de la forêt, pas question de partir où que ce soit avant.

- Ah ça non ! S’écria le hérisson en sautant de toit en toit.


Récapitulatif combat:

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 553
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 23
Localisation : Quonselespelles

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 620
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1615/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1615/1200)






   
Meurtre dans la brume  

   




   
~ feat. Toshiro le Dafalgan, Etsu le plus belle et Maika l'épineux





   


Les jours passaient et se ressemblaient, les missions semblaient toutes être les mêmes et à chaque fois, un vague sentiment de déjà-vu me perçait le bide. Cette fois-ci, rien de vague, mais comme une épine plantée en plein milieu de ma trogne : des femmes mutilées, tuées dans une ville ? Ça me rappelait vaguement quelque chose, non ? BAH OUI, CETTE PUTAIN DE MISSION AVEC CET AKIMICHI DE MERDE ! Un frisson me traversa l’entièreté de l’échine, je me secouais comme une chienne avant de m’attaquer à un arbre sans défense au milieu de la forêt, vidant le magma de rage qui me déchirait le ventre, comme une grosse boule qui grandissait et qui n’attendait plus qu’à exploser et tout réduire en cendre. J’avais bau avoir réussis à soumettre ma colère, dans cette situation, j’étais bien incapable de me contenir : ça me faisait juste vriller.

Les nuages dans le ciel, le vent, le temps n’était pas super beau et ça minait mon moral en plus. Déjà qu’avec l’impression de me jeter dans le même piège qu’une année auparavant, me foutait le cafard, me dire que cette fois-ci pourrait être pire me rendait encore plus malade. Je tentais de me calmer et de me dire que je n’étais plus la même, que j’avais beaucoup progressé et que j’étais plus forte, mais comment me retirer c’te sentiment pessimiste qui grondait dans ma caboche ? J’avais beau savoir qu’Etsu et Toshiro me précédait de peu et j’avais beau savoir que je pouvais mettre ma vie entre leurs mains, les traumatisant souvenirs me revenaient toujours. Des femmes tuées, ces pauvres Chinoike qui enquêtaient… Peu importait comment je tournais la chose, ça finissait mal. Je voulais réussir à protéger mes deux aînés, mais, Dieu c’que c’était difficile !

Je claquais de la langue et fit un pas en avant, puis deux : j’reprenais mon chemin, l’histoire d’arriver fissa. Quand Toshiro et Etsu étaient partis, ils avaient demandé à Fuyu de me prévenir de les rejoindre quand j’arriverais. Du coup, à peine le temps de revenir d’ma dernière mission que déjà on m’renvoyait au billot. Même pas le temps de m’envoyer en l’air ou me laver : la barbe. Du coup, arrivée une demi-journée après leur départ, après quelques heures de sommeil que j’étais reparti. J’allais devoir me laver là-bas, car sinon, comment j’allais pouvoir attirer le coupable ?

Parce que oui, j’avais beau juste avoir une infime partie des connaissances, je savais bien comment ça allait se finir : j’allais me faire attaquer de nuit seule. Si un Akimichi taré m’avait trouvé à son goût, nul doute qu’un autre taré devrait craquer. Voilà, putain, je m’étais résignée à être un appât vivant, ça faisait chier, mais j’sentais que je n’allais pas avoir trop le choix. Boh, au moins, j’allais pouvoir voir de quel bois je me chauffais et ce que je valais maintenant, avec un peu de chance, le résultat serait pas mal.

Finalement, j’arrivais en vue de la ville, avec pas tant de retard que ça, parce que finalement, c’était quasiment la porte à côté et ce n’était pas la mer à boire. Mais par contre, j’avais complètement oublié ou presque la présence du manoir où je devais retrouver Etsu et Toshiro, j’étais donc en train d’errer dans la ville, à la recherche d’un bain ou du manoir de celui qui nous mandait, mais rien. Au moins, il faisait jour, pas de brume, pour l’instant du moins, du coup, je n’avais pas à craindre de me faire serrer dans une ruelle sombre, surtout que des gens étaient dehors, c’était pratique.

Ce fut à ce moment-là que j’entendis des gens crier de peur et s’attrouper, c’était à la bordure du village avec un bois. En voyant autant de gens, mon sang ne fit qu’un tour, c’était probablement encore une gonzesse qui avait été crevée : bah fallait croire que je portais malheur, parce que la mort était partout où je passais. Ça ne donnait clairement pas envie de me côtoyer. Plus grande et forte que les la composant, je me traçais un chemin parmi tous les gens, non sans entendre plusieurs remarques qui parlait de pauvre homme et d’horreur. Ce n’était pas une zouz qui avait été crevée ? je fronçais les sourcils, ce n’était pas c’qui était prévu !

Puis, j’arrivais alors et je blêmis d’un coup. Mon sang ne fit qu’un tour alors que je restais choquée un instant et que mes yeux me piquèrent. Je n’avais plus de voix dans ma gorge. Je m’approchais, aboyant sur les gardes qui refusaient de me laisser avancer. Vu que mes vêtements de combats étaient dans mon sac, j’étais coquette et ne ressemblait pas à une shinobi. Ni sabre, ni lame en vue. Je me baissais et plaçait alors ma main sur le cou du colosse allongé par terre. Je sentis alors un vague pouls et rassurée, ou plutôt bien secouée, mais bien heureuse de voir que ce n’était pas un cadavre, je commençais à attraper l’homme qui était plus grand que moi et l’issant sur mes épaules avec difficulté, non sans souffler, murmurais pour moi-même autant que Maika :

« Bordel, t’es arrivé quoi ? »

Et je fis alors un pas, puis deux, alors que la foule se séparait en deux. J’en profitais pour gueuler : 

« PERSONNE VA D’OÙ IL VIENT ! »

J’étais tâchée de sang et je sentais les forces du géant faiblir un peu trop. Je me souvenais comment il m’avait sauvé ma vie, il y avait quelque temps de cela et il était hors de question que je le laisse crever comme ça et disparaître. J’allais le sauver et le destin n’était pas trop mauvais, car je savais déjà ou l’emmener : au manoir. Il y avait Toshiro qui était probablement là-bas et qui pourrait probablement quelque chose pour lui. Maintenant, il fallait espérer que je ne me trompais pas. Je n’accepterais pas que cet homme quitte ce monde, je ne connaissais peut-être qu’à peine Maika, mais peu importais, il fallait qu’il survive. Trop de gens étaient déjà morts, sans qu’en plus, quelqu’un d’autre y passe.

M’arrêtant à quelques croisements de rues, on m’indiqua la demeure du seigneur de la région et gonflant encore mes muscles sous l’effort, continuai ma route : il me fallait trouver Toshiro et sauver le colosse. Maintenant, il fallait croire dans ma bonne étoile et espérer que le médecin soit bien là-bas et que le géant survive : rien n’était sûr. J’avais une de ces boules au ventre qui ne voulait pas partir : si même un homme aussi fort que Maika avait été vaincu, nul doute que je ne ferais probablement pas long feu. Je frissonnais de nouveau, moi voilà de retour en enfer… ramasser des perles, c’était quand même plus simple !


   

   

   


   
Sphinx. pv 020

 


   

 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 2353
Date d'inscription : 16/03/2017
Meurtres dans la brume


L’autopsie du médecin Chinoike ne dura pas particulièrement longtemps mais elle lui permit d’apprendre bien des choses sur les corps des femmes assassinées. Il était clair que la troupe de ninjas avait affaire à un véritable tueur en série psychopathe. Que cherchait-il ? Que voulait-il Dans quel but ? S’agissait-il d’un homme ou d’une femme ? Agissait-il seul ou non ? Il aurait été impossible à ce stade d’affirmer quoique ce soit.


Plus loin, à quelques lieues, le porc-épic humain manqua de peu de rejoindre son créateur. Empoissonné et fortement blessé, il ne survécut que par miracle. Si l’assassin était resté un peu plus longtemps, il aurait certainement déjà passé l’arme à gauche. Par miracle, il était parti aussi vite qu’il était arrivé. Dandinant avec peine vers la ville, Maika attira l’attention de quelques villageois effrayés. Eux-mêmes, de par l’attroupement formé, firent venir la nouvelle venue, elle aussi du clan Chinoike. Affolée, Hitagi prit le colosse sous son aile et le ramena à la demeure du seigneur comme elle le pouvait. Les domestiques qui la virent arriver paniquèrent et le majordome fut instantanément mis au courant. Il fit venir les ninjas toujours sur place, tandis que le jeune Inuzuka prenait la tangente sans raison apparente. Réellement inquiet, mais s’il manquait toujours de compassion, l’homme d’âge mûr s’avança vers le grand blessé.


« Suivez-moi, nous avons une infirmerie et un médecin. Je sais bien que votre collègue sera certainement plus compétent mais vous aurez au moins un lieu où il pourra se reposer. »


Ne laissant guère d’autre choix aux ninjas que de le suivre, il mena avec hâte aux étages supérieurs du manoir. Quand ils pénétrèrent dans l’infirmerie, qui n’était au final rien de plus qu’une grande pièce avec plusieurs lits, des armoires et un bureau, un homme était déjà présent. Blond aux yeux bleus, il portait une légère barbe et un bouc bien taillés. Son arcade était fendue d’une grande cicatrice. De prime abord, il devait avoir entre quarante et cinquante ans. Sur son bureau se trouvait un chat d’un roux très clair, presque blond, qu’il caressait tendrement. L’air las, presque fatigué, il leva les yeux vers la troupe et ces derniers s’écarquillèrent en voyant l’état du porc-épic humain.


« Ah quand même ! Il ne s’est pas raté celui-là. Il a tenté de sauter d’une falaise pour voir ce que ça donnerait ou quoi ? Nom d'Amenko, va nous falloir du sang et je n’en ai pas à disposition. Un volontaire peut-être ? Du moins si vous connaissez son groupe sanguin, évidemment… »


Laissant son animal sur le bureau, le médecin se leva vivement pour venir à l’encontre des shinobis. Il les guida vers le lit le plus proche et alla chercher des compresses, de quoi faire un garrot, une seringue d’anti-douleur et de l’alcool à désinfecter. Il semblait clair que le jeune Toshiro serait certainement plus efficace avec son ninjutsu médical, mais comment le pauvre homme aurait-il pu le savoir ? Ne se décourageant pas, il réunissait déjà ses affaires pour tenter de sauver la vie de ce colosse à l’air si particulier.  


         

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 461
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 28
Localisation : Avec des pingouins

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 1188
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1854/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1854/1200)
Ft Maïka, Inuwashi Yukimura & Chinoike ToshiroGorilles dans la brume
Meurtres dans la brume
Je ne pouvais raisonnablement rester à l'intérieur du mausolée. L'odeur était bien trop insupportable et je préférais laisser Toshiro faire tranquillement son travail. Du coup, j'en avais profité pour échanger un peu avec l'Inuzuka qui, malgré son odorat surdeveloppé, n'avait visiblement obtenu aucune information utile à notre enquête. C'était un peu frustrant, d'autant que son chien aurait pu nous servir pour retrouver le meurtrier, même si je supposais que cela aurait été un peu trop facile. On avait affaire à un cinglé, et à la vue de ses provocations, il semblait assez sûr de lui. Quand Toshiro finit par nous rejoindre et qu'il exposa les horribles faits d'armes de notre assassin, je ne pouvais cacher mon profond dégoût. Cependant, je me devais aussi de garder la tête froide. Je ne pouvais pas le laisser m'emporter par mes émotions, raison pour laquelle je questionnais un peu plus mon ami pour avoir ses conclusions d'expert.

" Je vois... si on prend bout à bout tout ce que tu viens de dire, cela a forcément pris du temps. Il n'y avait aucune trace de sang là où se tenait les corps donc il les a toutes tués ailleurs. Et puis, pour retirer des organes aussi méticuleusement, les coudre ou bien leur arracher la peau...  "

Je croisais les bras alors que je réfléchissais encore un peu, plissant les yeux, rivés sur le sol. Je rentrais clairement dans mon mode réflexion intense en tentant de ramasser les pièces du puzzle, mais tout était encore trop brouillon.

" Il a forcément un local ou une pièce dédiée. Il doit également avoir besoin de matériel. On arrache pas la peau d'un humain comme celle d'un lapin à moins d'avoir une force phénoménale, mais les corps ne seraient pas dans un tel état. Tu as parlé de précision chirurgicale, hein ? "

Je mordis la lèvre.

" La première chose à laquelle on peut penser c'est évidemment un médecin. Un chasseur ou un taxidermiste pourrait aussi être un bon suspect. Il faut que nous demandions la liste des individus qui pourraient avoir à minimum ces compétences. Mais je reste troublée par l'idée que tous les corps ont été trouvés dans la zone comme tu l'as dit Toshiro. "

Je levais lentement la tête vers le grand manoir. Des victimes à l'intérieur et dans le jardin. Personne ne les avait vu disparaître et personne n'avait vu qui que ce soit déposer les cadavres. Notre assassin était un fantôme ou bien...

" Toshiro... un manoir comme ça, ça doit avoir des passages secrets non ? "

Il était fortement dommage que nos yeux ne nous permirent pas de voir au travers des murs. Quant à ma réflexion, je me basais simplement sur le fait que les nobliaux construisaient souvent leur demeure en créant des passages pour fuir à la dérobée s'ils venaient à être attaqué. Si de tel passage pouvait exister, peut-être que notre assassin en avait connaissance et cela pourrait expliquer pourquoi personne n'avait jamais rien vu. Porter un corps ou le trainer, c'était pas une tâche invisible. Mais encore une fois, si l'assassin avait une force de molosse...

" Le jardin ou l'intérieur du manoir... aussi fort que l'on peut être pour porter un cadavre, cela ne passe pas inaperçu. Il connait forcément les habitudes du château, les tours des gardes ou des domestiques. Il est assez confiant pour exposer ces malheureuses et ne pas avoir peur d'être pris, d'autant que l'organisation du festival doit mettre tout le monde sur le pied de grue. Il joue avec nous. "

Je n'eus pas le temps de demander plus en détail l'opinion de mes deux camarades qu'un membre du personnel nous quémanda au plus vite. C'était à la demande du majordome et une fois sur place, je m'aperçus de la présence d'Hitagi mais aussi d'un grand blessé.

" Hitagi ! Depuis quand es-tu ici ? Cet homme ! "

Pas le temps de demander mon reste que le majordome indiqua dans la foulée où l'on pouvait trouver le médecin du manoir pour prendre en charge le grand blessé.

" Yukimura-san, est-ce qu'il s'agit de l'homme qui... Yukimura... san ? "

Alors que je me tournais pour demander une vérification sur l'identité du malheureux, l'Inuzuka avait disparu.

" Mais je rêve ! Le chien est partie la queue entre les jambes ! "

Moi qui imaginais les Inuzuka bien plus courageux, je ne pus cacher ma colère devant un tel comportement. Son camarade était dans un état grave et voilà qu'il prenait la poudre d'escampette ! C'était une honte. Mais ce qui était d'autant plus grave, c'était que le géant aux épines était un shinobi. Qui avait pu le mettre dans cet état ? L'assassin ? Il devait à tout prix survivre. Il devait avoir des informations.

" Toshiro! Il faut à tout prix que tu aides cet homme. Vois ce que tu peux faire avec le médecin. "

Sur ses paroles, je me retournais vite vers Hitagi.

" Hitagi! Nous parlerons des détails plus tard, mais dis-moi si cet homme t'a dit quelque chose ? Tu l'as trouvé où ? Il faut alerter les soldats du seigneur Hidenaka. Qu'ils organisent une ronde et inspecte la zone où notre camarade a été trouvé. "

De mon regard sévère, je cherchais le majordome du regard. J'avais besoin de lui poser de nouvelles questions, mais aussi d'avoir des informations sur les habitudes de chacun dans le manoir.

" Je vous remercie de nous permettre d'utiliser votre infirmerie pour notre camarade, mais si ce dernier est dans un tel état, l'homme ou la femme que nous recherchons est bien plus fort que ce à quoi l'on s'attendait. "

Je fronçais les sourcils avec autorité.

" Vous nous avez engagé pour trouver le meurtrier, mais nous ne pouvons pas protéger toute la population. Vous devez demander à votre intendante d'organiser des tours de gardes plus serrés. Notre assassin se joue de nous et en plein jour. J'ai aussi besoin que vous me fournissiez le planning de chacun des domestiques du château, mais aussi du schéma de tournée de vos soldats qui assurent la sécurité du manoir. Vérifiez également que tous vos employés répondent à l'appel aujourd'hui. Nous ne savons pas si c'est le hasard ou pas qui a fait que notre blessé a croisé l'assassin. Peut-être a-t-il enlevé une autre personne.... Ha aussi... je sais que ma question pourrait vous semblez étrange, mais est-ce que vous connaissez bien l'histoire de ce manoir? "

Dans la foulée, je lui demandais s'il était au courant de l'existence ou non de passage secret dans le manoir. Que cela soit réel ou bien une simple légende, je ne voulais rien laisser au hasard.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Toshiro
Chinoike Toshiro
Indépendant
Messages : 105
Date d'inscription : 22/02/2021
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 5
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue458/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (458/2000)


Etsu était en pleine réflexion. Elle venait de croiser les bras et réagissait à ce que je leur avais expliqué.

-Ouais, n’importe qui n'est capable de faire ce genre de truc, crois-moi ! Lui répondis-je.

C’était vraiment étrange, on avait affaire à un mec qui s’y connaissait en anatomie et chirurgie et qui trempait dans un truc louche du style trafique d’organe ou alors, peut-être qu’il bouffait les organes enlevés aux victimes. Je sentis un truc remonté dans ma gorge, cette pensée était vraiment dégueulasse, j’en avais vu des trucs dans ma chienne de vie, mais ça, c'était toujours aussi dégueulasse. Etsu avait sans doute raison, il devait forcément découper ses victimes quelques parts et les ramener dans le jardin en toute discrétion. Le plus facile pour faire ça, c'est d’avoir le matos et d’être pas très loin du lieu de dépôt et surtout connaitre les lieux, parce que pour passer inaperçu avec tout ce passage, c'était pas facile.

-Tsss sûrement un détraqué qui veut montrer son travail aux gens du manoir ou quelqu’un qui a une dent contre eux. En tout cas, c'est un sacré cinglé.

Etsu regarda le manoir avant de me poser une question. Je levai la tête et me mis à côté d’elle en fixant une fenêtre du premier étage.

-Le contraire serait étonnant. C’est une giga baraque et on ne sait que trop peu de chose sur ce qu’il se passe réellement là-dedans. Dois y avoir des tunnels ou des trucs similaires pour évacuer en cas d’incendie ou de siège.

On n'eut même pas le temps de finir notre réflexion qu’un des employés du manoir vint nous chercher. Ils auraient une urgence médicale. Une fois sur place, j'aperçus le blessé qui correspondait étrangement bien à ce que nous avait dit l’Inuzuka, un grand porc-épic avec les cheveux longs accompagné d’un hérisson. En parlant de l’Inuzuka, où est qu’il est passé celui-là ? Je le cherchais du regard, il devait être parti. Etsu aussi l’avait remarquée, elle pesta après lui.

-Le meilleur ami de l’Homme hein ?! Dis-je en soupirant.

Il avait saisi la première occasion pour se barrer. Un lâche ou un génie ? L’avenir nous le dira. On était en route vers le médecin du manoir qui était un des suspects pour moi. Je fis un petit signe de tête à Hitagi qui était venu nous rejoindre et avait ramené le colosse blessé. Notre compagnon shinobi était vraiment dans un sale état et celui qui lui avait fait ça doit être vraiment balèze. Peut-être qu’il était tombé sur notre assassin, quoi qu’il en soit, il fallait le soigner et lui demander toutes les infos qu’il avait. Etsu m’ordonna de le sauver.

-Aye aye captaine. Lui répondis-je en partant avec le hérisson et le grand type chez le médecin.

On entra dans l’infirmerie, une grande pièce avec des lits partout et un bureau. Un vieux type, blond avec des yeux bleus et un petit bouc, était assis derrière et tripotait un chat. Il devait être le médecin responsable de cet endroit et potentiellement notre assassin. Généralement, les gens qui caressent leur chat comme ça derrière un bureau ne sont pas fiables du tout, il lui manque plus qu’un tableau avec des photos des victimes et il devient le parfait tueur en série. Ils placèrent l’homme porc-épic sur un des lit et le médecin se leva. Au début, je voulais voir comment le médecin allait se débrouiller, mais quand il a commencé à attraper son matériel je poussai un gros soupir et approchai du grand type.

-Ranger vos gris-gris doc, je m’en charge. Dis-je en utilisant l’Iroujutsu sur l’homme hérisson.

J’avais cette capacité à me foutre dans ma bulle quand je pratiquais l’Iroujutsu, surtout depuis que j’avais soigné des blessés sur un champ de bataille. Il fallait garder sa concentration au maximum en faisant fi des éléments perturbateurs extérieurs au patient. Je déplaçais mon petit orbe blanc sur le corps meurtrie du colosse, cherchant les zones les plus touchées. J’en profitais pour stopper quelques hémorragies par-ci par-là et pour désinfecter ses plaies.

-Il a bien morflé, heureusement que vous l’avez amené ici rapidement. Dis-je en stoppant ma technique. Je vais utiliser une technique qui demande de la concentration et du calme. Dis-je en regardant tous les gens autour de moi et spécialement le hérisson. Il me faut de la place. Dis-je en agitant ma main devant lui.

Cet animal de compagnie devait pas mal tenir à son maître, mais il devait me foutre la paix pendant les soins. Les blessures les plus superficielles étaient guéries, maintenant, je devais m'occuper des blessures internes. Je plongeais mes mains à l’intérieur du géant grâce à une technique que j'affectionne particulièrement parce qu’elle était pratique pour les soins, mais aussi pour le combat, histoire de pouvoir chatouiller le foie de son adversaire. Je réparais l’intérieur du colosse que j’avais sondé plus tôt avec mon autre technique, alors je savais où je devais aller et mes soins étaient clairement efficaces. Je vous ai déjà dit que j’étais un très bon médecin ? C’est un fait dont j’étais particulièrement fier, moi qui étais doué principalement pour tuer et me battre. J’avais développé cette capacité pour prendre soin de mon petit frère et des membres de mon clan, mais je m'égare. Après avoir trifouillé à l’intérieur du géant pour le rafistoler comme je pouvais, je partis me laver les mains et demandai à un des employés du manoir de nous apporter de l’eau et de quoi bouffer pour le blesser et moi, ça crevait de soigner des gens. Je m’assis sur le lit à proximité du blessé attendant que la princesse se réveille pour lui poser des questions. Regardant le shinobi étendu devant moi. Qui aurait bien pu venir à bout d’un type comme ça ? Qui qu’il soit, il ou elle devait sans doute être vraiment fort. En attendant, je me tournai vers le médecin et lui posai quelques questions.

-Vous êtes médecin ici, vous devez savoir ce qu’il se passe nan ? Vous avez des informations qui pourraient nous aider ? Demandai-je.

Le mec en face de moi rentrait dans la case : suspect, il connaissait sans doute bien les lieux et était médecin et donc aurait très bien pu faire du mal à ses femmes. Il fallait que je fasse gaffe en sa présence tant que mes doutes n’étaient pas levés.

Récapitulatif :

Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A
Revenir en haut Aller en bas
Maika
Maika
Équilibriste de Danzaemon
Messages : 75
Date d'inscription : 05/05/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG A
Ryos: 10
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue156/2000Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (156/2000)
Les rubis fondent dans la neige


Après la douleur, une sensation de douce chaleur pénétra les entrailles du danseur. Encore trop faible pour ouvrir les yeux, il ne sentait plus le froid mordant lui percer la peau au travers de son épaisse peau d'ours lacérée.

À en juger par le confort, il devait être allongé sur une table de bois.

Peu à peu, il sentit son énergie revenir. Il avait déjà connu cette sensation. C'est un maître du chakra médical qui était en train de le soigner. Le médecin du manoir ? Il en doutait, il semblait y avoir plusieurs voix autour de lui, et aucune ne lui semblait familière. Il n'avait pas l'oreille de son ami Sachi, mais il sentait que l'atmosphère était différente.

Doro était rassuré. Le couple de couillons semblait tomber à point nommé puisque le mâle était médecin. Avec une dextérité qui semblait innée, la larve humaine sembla planter ses mains dans les intestins de Maika. Le hérisson aurait voulu aider son compagnon humain et ne pas laisser un inconnu foutre ses pattes dégueulasses à l'intérieur de son ami. Mais, appuyé sur une fiole au liquide un peu visqueux, il laissa donc faire.
Les soins se prolongèrent un long moment, puis, enfin, le danseur fut laissé seul pour récupérer.
Doro s'allongea sur le torse balafré de son compagnon humain et s'endormit avec lui.
Comme toujours, ils allaient revenir plus forts.

Au petit matin, Maika se réveilla en sursaut. Il arracha un bout de tissu et aspergea un charbon incandescent qui brûlait dans le poêle pour en faire un fusain de fortune. Avec toute la minutie qu'il put monopoliser entre ses doigts meurtris, il tenta de dépeindre la silhouette et le bout de visage qu'il avait aperçu entre les tissus ouvragés. Peu à peu, un portrait grossier prit forme. Des traits flous cachés en majorité par un tissu. Une allure frêle mais agile, avec deux dagues dans chaque main.

Déjà épuisé par l'effort, le colosse retomba bientôt dans les limbes de l'inconscience.

Doro s'empara du croquis dessiné par son compagnon humain et se précipita dans le couloir pour l'apporter au petit groupe plus pâle que le cul d'un hérisson des neiges.
L'animal connaissait déjà Hitagi et c'est donc sur elle qu'il grimpa avec une agilité digne d'un animal ninja. Calant son popotin étonnement doux car dépourvu de toison piquante entre les deux seins de la jeune fille, il prit écarquilla ses yeux ronds pour paraître mignon tout en tendant la page griffonnée par Maika.

- C'est lui qu'il faut démembrer ! Pourvu que Maika le laisse pourrir quelques jours, ça attire les vers et je raffole des vers ! Ah! c'est vrai que tu me comprends pas couillonne. Comme toi ou comme toi aussi. S'exclama-t-il en couinements et claquements de langue tout en pointant Etsu et Toshiro du doigt. On dirait que vous avez grandi dans le cul d'un cheval géant, faudrait quand même penser à aller au soleil de temps en temps ! D'ailleurs à ce propos, pendant que l'autre débile dort, je pourrai arpenter les alentours....

- Tu vas la fermer un jour ?

Une voix résonna dans la pièce. Maika, adossée contre la porte, encore faible malgré les soins miraculeux du médecin Chinoike, regarda la nouvelle petite troupe et sourit.

- Bienvenue dans ce qui ressemble pas mal à l'enfer ! Dit-il, l'ironie cassant sa voix encore affaiblie par le serpent humain.



Récapitulatif combat:

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 553
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 23
Localisation : Quonselespelles

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 620
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1615/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1615/1200)






   
Meurtre dans la brume  

   




   
~ feat. Toshiro le Dafalgan, Etsu le plus belle et Maika l'épineux





   


Arrivée au manoir sans trop de soucis, car tout le monde était trop heureux de les laisser tranquille. Là-bas, tout le monde paniqua, j’étais détrempée de sang et portait probablement le type le plus grand et solide que tout ce petit monde avait vu de sa vie, type aux portes de la mort : clairement, la situation était juste terrifiante, encore plus pour moi qui sentais la poitrine du géant se soulever de moins en moins au fur et à mesure que le temps passait. Moi, je voulais juste retrouver Etsu et Toshiro pour qu’on puisse sauver Maika et ne pas se séparer. Après tout, vu ce que je savais de notre mission, il y avait de grande chance que notre assassin ait réservé une sale surprise au colosse, engagé comme nous pour régler ce problème. La mort était si proche et j’en étais juste terrifiée, parce que je savais l’autre infiniment plus fort que moi et le voir dans un tel état c’était juste horrible.

Finalement, un type plus vieux que tous pris les choses en main, pendant que tous les autres employés du manoir s’évanouissaient ou ne trouvaient pas les mots devant le blessé grave et moi qui aboyais pour qu’on lui sauve sa putain de vie ! Merde, fallait pas être con, il saignait, fallait le sauver ! Le vieux, lui, faisant fi de l’atmosphère tendue que j’amenais avec moi et nous emmena, Maika et moi vers une infirmerie, parlant d’un médecin. A mes yeux un médecin lambda n’avait aucune chance de ramener le titan de la frontière de la mort, mais je n’en dis mots. J’aurais vraiment préféré avoir Toshiro sous la main ici et maintenant. Mais, le vieux enchaîna en faisant mention d’un « collègue », malgré l’odeur métallique et mes vêtements poissé de sang, j’esquissai un sourire : Toshiro était là et allait pouvoir sauver la vie de ce malheureux, putain, ce que ça faisait plaisir.

 Etsu et Toshiro ne tardèrent pas se montrer alors que je montais les escaliers, toujours l’immense shinobi sur le dos. J’aurais aimé les serrés tous les deux dans mes bras, je ne les avais pas quittés il y a si longtemps, mais ils m’avaient terriblement manqué ! Mon intendante m’harcela de question, la situation était compliquée et vue que c’était elle le cerveau du clan, elle devait savoir à peu près tout. Puis, c’était vrai que niveau arrivé paisible et tranquille on avait déjà fait mieux, beaucoup de choses s’étaient passés en un rien de temps et elle comme moi, on avait besoin de réponse. Elle pesta à la recherche d’un type qui semblait avoir disparu, j’arrivais après la guerre et je ne pigeais pas tout. Elle avait bien compris le côté critique de la situation et se tourna vers Toshiro pour qu’il le soigne. J’étais bien d’accord avec elle, seul lui pouvait s’en occuper proprement. Enfin, moi je soufflais comme un bœuf sous l’effort, je mis mes pensées en place répondis en grognant :

« J’viens d’arriver… J’suis tombé sur lui complètement K.O ! »


Je continuais de marcher, suivis par mes deux camarades, mais au moment ou j’allais reprendre mes explications, Etsu me coupa, m’indiquant qu’on parlerait de cela plus tard. Ça m’arrangeait, car parler avec quelqu’un de plus lourds que moi sur le dos, ce n’était pas une chose simple, entre-temps, j’aurais le temps de cogiter comment j’allais présenter ça !

Une fois arrivée à l’infirmerie, je découvris qui était le toubib dont on m’avait parlé, il n’avait pas l’air trop incapable, assez vieux pour être mon daron, propre sur lui, il ne ressemblait pas à l’espèce de dégénéré qu’on avait croisé avec Etsu et qui s’était permis de copieusement la pelotée et l’embrassée. Ce qui voulait dire qu’il l’avait embrassé avant que moi je ne le fasse d’un geste spontané après avoir vaincu l’Akimichi, qu’il la touche comme cela m’avait agacé et je le savais, laissé des séquelles à mon intendante ; c’était la première personne qui la touchait comme ça. En sortant après avoir posé le type sur une grande table, j’entendis Toshiro prendre les choses en mains, ça me rassurait, car j’avais toute confiance en lui. Je savais que Maika survivrait.

Sortis de l’infirmerie, écarlate de l’effort autant que de l’hémorragie de l’autre qui avait tâché ma tenue, je soufflais un peu, puis je me tournais vers mon intendante qui entre-temps était allé engueuler le majordome qui nous avait mené jusque-là. Je pouvais reprendre mes explications et essayer de comprendre un peu mieux ce qui se passait, parce que j’étais perdue et elle devait l’être elle aussi :

«  J’le connais, c’est un des types les plus costauds que j’ai croisés dans ma vie. J’pige pas comment il a pu se retrouver dans cet état-là… Sûrement qu’il a dû être engagé comme nous ! Je l’ai trouvé à la lisière de la forêt, des gardes étaient déjà là, j’ai interdit à tout le monde de s’approcher de là-bas ! »

En tout cas, la situation craignait vraiment, de ce que j’avais entendu, il était question de type qui se jouait de nous dans le château et ça ne me plaisait pas. Que quelqu’un puisse se déplacer partout posait vraiment un problème. Pire, c’était même dangereux pour nos vies ! Mais, je n’avais pas dit mon dernier mot et je comptais bien essayer de régler ce problème, j’avais une petite idée :

« Tu dis que quelqu’un se joue de nous dans le château ? Alors on va essayer de le débusquer ce salaud ! »

Je posais alors mon sac et m’entaillant le pouce jusqu’à ce qu’une goutte de sang se forme, puis l’explosa sur le sol en scandant :

« KUCHIYOSE NO JUTSU ! »

Il y eut une petite explosion de fumée et apparus alors ma nouvelle arme, celui qui était capable de régler toute cette histoire avec de la chance. Cela rappellerait probablement quelques mauvais souvenir à mon intendante, mais maintenant, ce qu’il fallait comprendre, c’était que les hyènes étaient de mon côté et que, même si je n’avais pas un grand contrôle sur eux, elles sauraient être utiles… Tout du moins, celle que j’avais convoqué le serait sûrement. Se tenait devant mon intendante et moi, une petite boule de poil bipède qui papillonna des yeux avant de se jeter sur ma jambe :

« Oh ma dame est de retour ! Que vous êtes belle ! Embrassez-moi ! Flattez-moi ! »

L’avantage d’être une femme était que l’hyène mâle avait tendance à se soumettre plus facilement. J’aimais ce côté soumis. Mais, ce n’était pas le moment pour ça, on perdait du temps, une seconde de plus ou le type pourrait se tirer sans qu’on ne voie rien Je le délogeais et grognais :

« Tu auras une caresse après, d’abord Basile, sonde ce bâtiment à la recherche d’une source de chakra supérieure à la mienne ! »


La Hyène hocha la tête puis commença alors à sonder tout le manoir à la recherche de signature de chakra qui saurait être celle de quelqu’un d’assez fort et dangereux pour mettre Maika dans cet état. J’avais toute la confiance dans mon invocation et j’espérais qu’elle nous permettrait d’avancer. Je n’aimais pas ce climat de peur ou je ne comprenais rien, cela ne me rappelait que trop la mission qui nous avait mis dans une situation pareille. Je détestais ces tueurs embusqués et caché ! Mais même si je trouvais quelque chose, je ne quitterai pas Maika qui devais se reposer, partir à trois contre lui alors même qu’il avait atomisé le colosse puait le mauvais plan, si au moins, on pouvait retenir sa signature de chakra, alors on aurait déjà vachement avancé ! Fallait croire dans ma bonne étoile maintenant !

. . .

J’étais persuadée que ce qui avait mis Maika dans cet état-là reviendrai à un moment ou un autre pour terminer le travail et je comptais bien l’en empêcher, coûte que coûte. Je m’étais donc postée en sentinelle pour monter la garde, aidé de mes deux camarades : a trois on avait plus de chances que seul. Au petit matin, l’état du colosse s’était bien amélioré et dès son réveil, une petite créature que je connaissais bien, m’apporta un papier qui venait d’être griffonné par Maika. Doro ne se gêna pas pour s’asseoir sur ma poitrine et je grommelais avant de prendre le papier et d’aviser la silhouette qui était là, coucher sur le papier : celle de notre ennemi. Je tendis le papier à Toshiro et Etsu pendant que le hérisson grommelait et piaillait, ce qui finit par énerver le géant qui avait bien eu du mal à dessiner dès son réveil ce qu’il avait vu, surtout qu’avec l’hémorragie, ces souvenirs devaient être salement brouillés. Il se redressa et d’une voix faible, démontra qu’il était bien réveillé, quoique fatigué. Au moins il était vivant et ça, ça faisait plaisir. Doro toujours assis sur moi, je bougeais la tête pour dévisager l’autre et déclara :

« Sale moment pour s'retrouver, hein ? En tout cas, j’espère que tu vas mieux car… on risque d’avoir besoin de toute ta force pour dégommer la gueule au fils de pute qui t’as mis dans cet état-là. »

Je tapotais mon sac à côté de moi, sûre de mes nouvelles armes pour crever l’autre, j’étais la shinobi la plus solide de tout le clan et je comptais bien tout mettre en œuvre pour venger l’autre et apporter gloire et victoire sur le clan ! Il fallait voir ce qu’on allait faire désormais, mais en tout cas, ça craignait pas mal tout ça et j’avais hâte d’en terminer, parce que j’allais finir avec des cheveux blancs à force de me faire du stress et d’être confronté à des dangers que je ne pouvais pas voir. J’étais plus une mercenaire qu’une véritable shinobi moi !




   

   

   


   
Sphinx. pv 020

 


   

 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 2353
Date d'inscription : 16/03/2017
Meurtres dans la brume


Les efforts du shinobi aux cheveux blancs furent amplement suffisant pour tirer l’homme-bête du mauvais pas dans lequel il s’était retrouvé. Son expertise permit au hérisson de reprendre des couleurs et de réchapper au funeste destin qui se profilait un temps devant lui. Le médecin du manoir observa le ninja avec attention. L’on sentait dans son regard un mélange de jalousie et d’admiration, comme s’il avait tant espéré pouvoir agir de même lui aussi. Attentif et obéissant, le vieux majordome avait pris congé le temps des soins et n’était revenu vers le petit groupe qu’après avoir eu l’autorisation de l’intendante de fournir aux ninjas tout ce que leur cheffe avait demandée.


« Conformément à vos exigences l’appel a été fait et il ne manque personne. Madame l’intendante a également consenti à vos autres demandes. Pardonnez moi de ne pas vous avoir répondu tout à l’heure, mais oui, je connais fort bien l’histoire de ce manoir. Pour tout vous dire, j’y travaille depuis maintenant près de vingt ans. Figurez-vous que j’ai commencé comme valet de pied. Il y avait en effet quelques passages secrets dans le temps mais ils ont tous été condamnés depuis. »


Dans le même temps, Toshiro avait décidé de s’intéresser au médecin. De retour derrière son bureau, l’homme aux cheveux blonds coupés court hocha la tête. Son chat n’avait pas bougé d’un poil, visiblement peu intéressé par le spectacle qui venait d’avoir lieu. Même l’apparition soudaine de l’invocation de la kunoichi ne le fit broncher. Soit l’animal avait un sang-froid légendaire, soit il était totalement attardé. Ou bien pouvait-il s’avérer qu’il soit aveugle ? Ce n’était après tout pas chose rare. À force de caresser l’animal, l’homme faisait de temps à autre voler quelques touffes de poils.


« Médecin, chirurgien, herboriste, guérisseur, j’ai bien des casquettes vous savez. Bien sûr que je sais ce qui se passe ici, personne ni au village ni au manoir ne l’ignore. Ce que je peux vous dire, pour avoir moi-même examiné les corps des victimes, c’est qu’il s’agit du travail d’un professionnel. Je pense à un eisei-nin pour ne rien vous cacher. Comme je l’ai expliqué à notre intendante, je vois mal un simple civil réussir de telles prouesses avec les outils dont nous disposons. Non, il faut du chakra, j’en suis convaincu, même si elle ne partage pas mes conclusions. Elles sont trop hâtives, soit-disant. Je vous montrerai mes rapports demain matin si vous voulez. »


Comme le soir approchait et qu’il fallait laisser Maika se reposer, le médecin prit son chat avec lui et quitta la pièce en même temps que le groupe. Afin de rester sur leurs gardes, ils décidèrent de mettre en place un système de quart. Une chose éveilla cependant de suite les soupçons d’Hitagi. Son invocation avait beau persister, elle était incapable d’utiliser ses dons de senseur. C’était comme si quelqu’un ou quelque chose brouillait inéluctablement la zone, le rendant aveugle malgré lui. Durant toute la durée de la nuit, les gardes redoublèrent de vigilance. Ni eux ni les shinobis ne virent quoique ce soit ou ne subirent d’attaque. Tout était particulièrement calme. Au matin, le majordome fit préparer un petit déjeuner pour les shinobis. Quand finalement tout le monde se retrouva dans le bureau du médecin, ce dernier n’était pas là. Seul Maika et son animal étaient présents. Après quelques minutes, la majordome envoya un domestique chercher le médecin pour qu’il montre ses rapports à Toshiro. Quelques minutes plus tard, le même homme revint en courant, l’air choqué.


« C... C’est... Horrible !


- Quoi ?! Que s’est-il passé ?


- L... Le docteur est m... mort...


- Comment ?! Mais c’est impossible ! »



Dans un mouvement de panique, le majordome et le domestique se ruèrent vers la chambre du médecin, suivis bien tendu des ninjas qui voudraient certainement savoir ce qui s’était passé. Une fois arrivé sur place, le groupe découvrit le quinquagénaire blond dans son lit, gisant dans son propre sang. Sa gorge avait été tranchée nette. Son chat, qui ne le quittait jamais, était absent. Qui aurait pu dire s’il s’était enfui ou s’il avait été lui aussi mis à mort ? En état de choc, le majordome se sentit défaillir. Le domestique qui l'accompagnait le rattrapa in extremis avant qu’il ne s’écrase face contre terre. Comment tout cela était possible ? Personne n’avait rien vu et pourtant un mort était bien à déplorer. L’assassin avait plus d’un tour dans son sac et les shinobis allaient bien vite comprendre qu’ils étaient les proies, non les chasseurs. 


         

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 461
Date d'inscription : 16/04/2019
Age : 28
Localisation : Avec des pingouins

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 1188
Expérience:
Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Left_bar_bleue1854/1200Meutres dans la brume [pv: Sachi et Maika] Mission rang A Empty_bar_bleue  (1854/1200)
Ft Maïka, Chinoike Toshiro & HitagiGorilles dans la brume
Meurtres dans la brume
Je n'aimais pas les surprises, ou en tout cas je n'avais pas souvenir d'avoir aimé ça un jour. J'aimais les choses bien établies, claires et qui avaient du sens, un étonnamment paradoxe à la vue des missions dans lesquelles je me retrouvais impliquées. À croire que je n'attirais que les dégénérés. Toutefois, on ne choisissait pas et c'était à moi de prouver que j'étais à la hauteur et capable de résoudre ce genre de "problème". Mais il ne fallait pas se mentir, tout commençait très mal : un shinobi qui venait de déserter, un autre qui revenait broyé, autant de message qui laissait entendre que notre ennemi n'était pas une simple vermine.

En tout cas, il n'en fallut pas plus pour que mon esprit pragmatique se mit en branle et poussa mes camarades à se plonger sans attendre dans nos futurs problèmes. D'ailleurs, dans la foulée, Hitagi décida de faire appel à de "vieux amis" qu'étaient les hyènes. Je ne pourrais mentir en disant qu'elle me mettait toujours mal à l'aise. Je n'avais pas oublié la douleur de leurs mâchoires. Alors que de mon côté je guettais les réponses du majordome de la maison qui étaient partis s'enquérir de quelques autorisations de parler, je découvris un drôle d'animal, un hérisson qui semblait particulièrement familier à mon amie Hitagi. Ce dernier agitait un bout de papier griffonné, un portrait visiblement. C'était un peu grossier, mais relativement habile si cela venait du maître hérisson blessé. Après avoir noté les traits physiques caractéristiques de l'agresseur, je le tendis à Toshiro pour qu'il en fît de même. Ce fut à cet instant-là que l'homme de cirque apparut.

" Vous devriez rester encore coucher. Il n'est pas raisonnable pour vous de vous lever encore. Si mon ami a fait un miracle, donnez un peu de temps à votre corps pour récupérer de ce qu'il a subi. "

Il fallait dire que même si je me basais sur les paroles de Hitagi qui me l'avait décrit comme un homme robuste, je savais aussi que Toshiro avait dû donner pour le sauver. Je ne désirais pas que le travail accompli par mon benêt compagnon n'eût servi à rien. On devait laisser notre fierté de guerrier de côté, même si c'était un peu hypocrite de ma part de le lui demander indirectement.

" Permettez néanmoins que l'on se présente puisque nous sommes voués à collaborer. Nous sommes tous les trois des shinobis du Clan Chinoike. Vous connaissez déjà Hitagi, l'homme qui vous a sauvé est Toshiro et je me nomme Etsu. Et visiblement, nous ne serons pas de trop en étant quatre étant donné cette affaire... "

Je soupirais, déjà agacée par les problèmes qui nous tombaient dessus, et peut-être aussi par le langage châtié de ma camarade. Je n'aimais pas quand elle faisait preuve de vulgarité, elle valait mieux que ça... Finalement, mon regard s'illumina un peu à l'arrivée du majordome. Nous allions peut-être avoir enfin quelques maigres réponses.

" Je comprends votre position et vous remercierez bien évidemment l'intendante pour avoir consenti à nos requêtes. Pour ce qui est des passages condamnés, pourriez-vous nous indiquer leurs positions ? J'aimerais tout de même m'assurer qu'aucun d'entre eux n'eut été rouvert sans que personne ne s'en rendit compte. "

Je me méfiais de tout, comme d'habitude, sans pour autant remettre en cause l'exactitude des paroles du domestique.

" Si cela est possible, j'aimerais que dès demain nous puissions interroger vos autres membres du personnel. Que cela soit des cuisines, du jardin ou même les autres femmes de chambre. "

Puisque les principales victimes étaient du château et que je ne doutais pas qu'entre membres du personnel cela devait bien papoter, peut-être qu'un élément nous sauterait aux yeux, et puisqu’aucun ne manquait à l'appel.... Du moins, c'était ainsi que je prévoyais les choses. Alors que je réfléchissais et que j'écoutais Toshiro discuter avec le médecin, je laissais mes songes se perdre en observant le geste du docteur qui caressait son chat. Je ne pus m'empêcher de me dire qu'il avait la belle vie et que lui, il ne connaissait pas les problèmes du monde. La nuit s'avançait, le médecin partit avec son bien heureux animal.

" Bon. Il faut laisser notre camarade récupérer. En attendant, nous allons organiser un quart chacun notre tour. Hitagi d'abord, moi ensuite et toi Toshiro. Tu dois aussi récupérer suite à ton intervention. Si vous notez quelque chose d'anormal, n'agissez pas tout seul, c'est compris ? "

Une fois les ordres donnés, nous partions tous soit dans nos chambres respectives, soit surveiller en fonction de l'heure de notre quart. Est-ce que j'avais bien dormi ? En réalité, pas vraiment même si la fatigue fit naturellement son office pour m'emmener aux pays du sommeil. Mais en réalité, quelque chose me tracassait. Avant que nous partissions effectuer nos charges, l’hyène de Hitagi prétendit qu'elle ne pouvait rien percevoir, que tout lui semblait brouiller. Cela pouvait signifier plusieurs choses : soit notre assassin avait préparé le terrain, soit il avait des dons pour contre-carrer un senseur, soit cette hyène était incompétente. La dernière idée m'avait même frôlé l'esprit, car même le chat du médecin n'avait pas paru effrayé. C'était pour dire. Mais malgré mes angoisses, la nuit fut plutôt calme. Trop calme.

Nous finîmes par tous nous retrouver dans le bureau du médecin puisque notre grand blessé s'y trouvait et que ce dernier devait nous fournir le résultat de ses autopsies. Et avant même que nous puissions échanger quoique ce soit - et même notre petit déjeuner - le domestique qui avait été envoyé cherché le docteur arriva en panique.

" QUOI ? Mort ? "

Je fronçais sévèrement des sourcils alors que je commençais à pester contre moi-même. Comment cela était possible ? Aucun d'entre nous n'avait noté quoique ce soit, personne ne se baladait dans les couloirs, personne. Lorsque nous arrivâmes dans la chambre du médecin, son corps gisait, la gorge tranchée. Je fis un signe de tête à Toshiro comme pour lui demander d'estimer à quelle heure il avait été tué et s'il n'y avait pas quelques choses de particuliers et de notables sur le corps.

" Ce fils de chien.... comment a-t-il pu.... Hitagi, inspecte la pièce. Regarde si tu ne trouves pas ces dossiers. "

De mon côté, mes yeux balayaient l'endroit et je réfléchissais à voix haute.

" Comment a-t-il pu entrer.... la fenêtre devait être fermée, il fait trop froid pour aérer, surtout la nuit. Il était déjà dans la chambre ? Il se cachait ici ? Mais il l'aurait remarqué, surtout avec son chat.... son chat... SON CHAT ! "

Ma voix s'éleva brutalement et je me mis à regarder s'il n'y avait pas son animal de compagnie.

" Ce satané chat!!! C'est ça qui me troublait hier!!! Comment se fait-il qu'il n'était pas effrayé par la présence de l’hyène ? Il n'a même pas grogné une seule fois ! Même un animal paresseux ne resterait pas de marbre face à un fauve et nous savons que le docteur est parti se coucher avec lui. Mais ça n'a pas de sens.... "

Je ne pratiquais pas le Dai Henge mais j'en connaissais les principes. On pouvait aisément se faire passer pour n'importe quoi ou n'importe qui, mais ce n'était pas une transformation parfaite. Dans mes souvenirs, le poids ne changeait pas. Est-ce que cet animal pouvait être comme l'hyène d'Hitagi ? Dans tous les cas, l'animal avait disparu....


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: Vallée des Nuages-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation