-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

 :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu]

Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


The Great Gig In The Sky :

Le soleil brillait au village et tout le monde était affairé à ses affaires quand la rumeur atteignit le grand marché d'Uzushiogakure. Sanada, perché sur ses escaliers préférés, dégustait son calumet avec délectation tandis que les rayons chauds d'un ciel sans nuage caressaient sa peau avec douceur.

- Rinkusu est rentré seul à la grande porte il y a quelques minutes. Il est dans un sale état...

- Oui, la Perle n'est pas avec lui.


Le soldat des Cinq n'avait pas besoin d'en entendre plus. Il se releva et après avoir exécuté la technique de marche sur les arbres se mit à sauter de toit en toit à toute vitesse. Son cœur battait la chamade, il n'avait fait que quelques centaines de mètres et pourtant, son souffle manquait, il avait l'impression que l'atmosphère autour de lui devenait oppressante, comme lorsqu'il plongeait dans les profondeurs de l'océan. Sans l'ivresse.

Dans la rue qui menait à la tour, Sanada reconnut aussitôt Rinkusu. Le célèbre pirate, d'habitude virevoltant, semblait claudiquer en direction du sommet du pouvoir. Seul.
Un nœud noua la gorge de Sanada qui, incapable de supporter l'ignorance encore un instant se précipita sur le chemin du Lynx des mers du Sud.

- Qu'est-ce que tu fais là ? Ta mission avec Haruka est terminée ? Alors pourquoi elle est pas avec toi ?

Pour seule réponse. Le shinobi à l'allure d'adolescent posa sa main sur l'épaule du fils de l'orage, baissant la tête en signifiant l'impossible.

Le poids des phalanges sembla enfoncer Sanada dans l'enfer du réel. Alors que Rinkusu s'éloignait, celui qui considérait Haruka comme sa meilleure amie sentit les cieux le happer. L'air froid empli ses poumons, la surface du monde disparut et, noyé dans un tsunami de chagrin, il tomba dans les abysses du ciel.

À genoux, sous un ciel noir, Sanada étouffait.

Le cri qu'il poussa déchira ses cordes vocales. Il avait envie de mourir, d'être foudroyé sur-le-champ par les dieux qui lui faisaient subir ce supplice. Ses larmes furent bientôt accompagnées d'un torrent de pluie. Incapable de se contrôler, Sanada était prostré au sol, ne pouvant décoller le front de la terre qui lui avait volé l'incarnation du bonheur et de l'amitié. Il avait l'impression qu'on venait de lui arracher les tripes, mais qu'elles se tordaient toujours en dehors de son corps.
L'incompréhension et le choc se muèrent en fureur. Il insulta les passants qui le regardaient comme un mendiant un peu fou. Ivre de chagrin, il se releva tant bien que mal, titubant sous un monde altéré par les larmes et la rage qui bouillonnait en lui.

- Arrête-le ! S'écria un garde.

Un de ses collègues, qui connaissait vaguement Sanada, mais surtout Haruka, empêcha l'arrestation d'un geste.

- Sanada, il faut que tu rentres.

Le garçon ne voulait rien entendre, comme prisonnier d'un monde de souffrance, il semblait inconsolable, ses hoquets étrangement en osmose avec le tonnerre qui grondait au-dessus de leurs têtes.

- Non, pas elle. S'il vous plaît. Pas elle. Vous ne pouvez pas.

- Sanada, viens, tu ne peux pas rester ici.

- Par pitié ! Je vous en supplie ! Implora le soldat des Cinq en se prosternant devant ceux qu'il servait avec dévouement.

Avec tact, le garde traîna un Sanada amorphe dans une ruelle moins fréquentée. Le jeune homme, le regard dans le vide, les gouttes joignant ses larmes, ne cessait de répéter des prières Osmitiennes, comme si sa foi pouvait recoller la faille qui avait scindé son être en deux.

Les gardes lui demandèrent de rentrer chez lui. Comme s'il les entendait au travers d'un voile qui séparait deux univers, le jeune homme acquiesça.

Il resta pourtant là, assis contre une boite qui servait à transporter la marchandise dans le Sekai. La pluie ne cessait pas, et le jeune homme sentait son énergie se noyer dans le ciel sans qu'il ne puisse arrêter son ranton.

Au bout d'un moment qui lui parut interminable, comme guidé par la fatalité de l'existence futile des hommes, il rentra sur son toit. D'un geste méthodique, il décrocha le deuxième hamac qui trônait au centre du point de vue, le tissu qui appartenait presque à Haruka tant ils avaient passé de nuits devant le panorama du port à refaire le monde ou plaisanter.
Sanada déposa le hamac à terre pour y mettre le feu.

Si Haruka ne pouvait plus reposer sur ce tissu tressé des mains de la pythie, personne alors n'allait plus y déposer la prison de son âme.

La flamme eut à peine le temps de prendre que le nuage de pluie qui suivait le condamné depuis le début de la fin de son monde intervint pour faire taire son hommage. Chaque fois, Sanada recommença avec minutie, chaque fois, les larmes du ciel vinrent éteindre la crémation symbolique.
Le feu qui venait de naître dans le cœur du jeune homme semblait attirer toutes les flammes des enfers des £egoks.

Les cieux condamnaient son hommage à une nouvelle épreuve. L'extinction du foyer ardent qui le brûlait de l'intérieur. La vague de la vengeance, en lui, au loin, semblait déjà se former. Peu à peu, le chagrin qui s'était transformé en fureur devenait colère froide.

Qu'importe qui ou quoi.

Celui qui avait ôté la vie d'Haruka allait le payer de la sienne. Sous la foudre divine des Cinq, il allait venger son amie ou mourir en essayant de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


Obsédé par le désir de comprendre pour mieux haïr, Sanada passa la nuit à se poser des questions sans qu'il n'ait de réponse. S'interroger avait l'effet bénéfique d'interrompre, pour une seconde seulement, le sentiment de suffocation qu'il ressentait en permanence.

Aux premières lueurs du soleil qui perçaient au loin, derrière les fantômes des nuages que son énergie épuisée arrivait encore à créer sans son consentement, le jeune homme se mit en quête de Rinkusu. Il avait besoin d'entendre ce qu'il s'était réellement passé. Il avait besoin de savoir qui il allait devoir tuer pour pouvoir respirer de nouveau.

Dans les rues déjà animées, la rumeur était devenue nouvelle et tous les édifices avaient mis leurs panneaux en berne pour rendre hommage à la Perle d'Uzushiogakure.
Traînant les pieds et perdu dans son nuage de fumée qui n'avait plus la même saveur, le fils de l'orage demanda aux passants s'ils avaient vu le pirate du village, triste messager de la nouvelle et vaillant survivant de ce qui était, selon les discussions, une horrible bête qui se prenait pour un Dieu.

Après des heures de recherches, il tomba enfin sur celui qu'il cherchait dans un miteux bar des bas-fonds du port. Pendant une fraction de seconde, Sanada hésita à l'attaquer, de dos. Lui faire payer le deuil qu'il imposait aux habitants.
S'asseyant sur la chaise à côté du shinobi, il ne prit pas la peine d'enlever sa capuche, persuadé que cette fois-ci, il le reconnaîtrait.

D'une voix caverneuse, abîmé par les cris qui avaient ponctué sa nuit et la consternation, le jeune homme prit la parole.

- Nous devrions prendre un des optimists pour parler. Nous serons mieux et je n'ai plus confiance. Je veux savoir ce qu'il s'est passé. Dans les moindres détails. Je dois comprendre. Comprendre pour la venger. Dit-il en regardant droit devant lui.

Sa vie venait de prendre une nouvelle tournure. Un grand événement dans le ciel avait transformé la terre des mortels, sa terre, pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Ōshanburazā Rinkusu
Ōshanburazā Rinkusu
Uzushio no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - rang A - Perle d'Uzushio
Ryos: 0
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue1623/2000The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (1623/2000)
Ōshanburazā Rinkusu
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] 83m4

Rinkusu

Où la légende du Lynx des Mers du Sud



Intro - The XX

Il était étrange de voir comment les choses avait évolué en si peu de temps. La mort d'Haruka avait eu bien plus d'impact sur tout le village que le décès de n'importe quel shinobi. Pour moi, il avait fait l'effet d'une douche froide. Je savais que la vie de guerrier de l'ombre était jonché de perte et de terribles événements pourtant, allez savoir pourquoi, j'avais espéré. Presque cru que je pourrais vivre avec la candeur et la joie de ces temps passés où je parcourais les mers avec mon père. Mais que cela soit dans les ombres, sur l'océan ou sur la terre ferme, tout n'était que drame et massacre. Oui, je n'avais pas vraiment le moral. J'avais failli mourir de la patte d'un monstre mais avait malencontreusement survécu à ce combat. J'étais le seul d'ailleurs. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Encore...

Il y a des vérités que je n'ai pas retranscrit dans mon journal. Des faits si durs à avouer que je ne veux pas que qui que ce soit ne puisse un jour le lire, voilà pourquoi j'écris cet épisode de ma vie sur un bout de parchemin vierge qui, sans nul doute, finira à la fin de mon écriture par se faire consumer par les flammes.

Le jour où j'étais rentré ne fut guère facile. L'altercation avec mon frère, les regards que tous me portaient. Les interrogations qui flottaient dans les airs, tels des murmures me brisait l'esprit. Pourquoi avais-je survécu et pas elle ? Avais-je fuit ? L'avais-je abandonné comme le pirate que je suis à son triste sort ? Je ne pouvais que les comprendre après tout. Moi-même je me posais toutes ces questions, enfonçant un peu plus profondément mon âme dans un tourment déjà vécu par le passé et ce... pour les mêmes satanés raisons.

Après avoir défié les hautes instances du village, je m'étais terré dans un vieux bar du port, là où nul ne se rend jamais vraiment. Déjà parce que l'alcool y était dégueulasse, mais surtout à cause de la vétusté de l'établissement qui ne vendait clairement pas du rêve en terme de décoration d'intérieur. Mais pour mes idées noires et mes sombres pensées, il était le QG idéal. Je m'y installais donc, déposant une partie de ma solde de mission sur le comptoir, demandant au barman et patron de faire une ardoise avec ce tas de ryos. C'était plus simple, je savais que j'avais déposé de quoi me saouler pendant au moins trois ou quatre jours, ce qui, au vu de mon état, n'était qu'une avant-première à la chute vertigineuse que je voulais m'offrir.

Les minutes devinrent des heures, qui elles-mêmes s'enchaînèrent avec une vivacité morbide alors que j'agrandissais verre après verre l'ardoise de mes consommations. Non-habitué à fermer aussi tard, le propriétaire me laissa une bouteille pour la nuit, désireux de quitter ce boui-boui qui lui filer déjà beaucoup trop de cauchemars. Seul, éclairé par une simple lampe, je continuais à descendre le contenu de ma bouteille, laissant virevolter le liquide incolore aux reflets bruns dans cette coupelle de bois grossière. Je ne crois pas avoir jamais eu une telle résistance à l'alcool que ce soir-là. Si bien qu'avant de m'en rendre compte, le soleil pointait déjà le bout de son nez, et avec, le patron ainsi que quelques habitués, pour la plupart des hommes qui comme moi, portaient sur leurs visages le déclin de leurs conditions. En toute honnêteté, c'était pas très beau à voir.

Ce ne fut qu'au bout de quelques heures qu'une présence se fit sentir. De celles qui annonce aussi bien de lourds problèmes que de magnifiques solutions. Je pouvais sentir sa tristesse et sa colère. Qui aurait pu le blâmer ? Lui l'enfant de l'orage qui venait de perdre un être cher. Pas moi en tout cas. Pas après ce que moi-même j'avais pu vivre.

Durant un instant, j'eus cru qu'il allait m'attaquer. En tant que combattant aguerrit on arrive avec le temps à ressentir ce genre de chose. Le danger qui nous guette, le moment où le chasseur devient proie. Mais malgré cela, je ne bougea pas. Est-ce que je désirais son courroux ? Sans nul doute oui. Cela m'aurait évité d'aller jusqu'à l'Isthme du Gel et de chercher le baiser de la mort dans ces terres gelées. Cependant il n'en fit rien, préférant s'asseoir à mes côtés, capuche vissé sur la tête, le visage morne et les yeux rougit encore par les larmes qui avaient dû s'écouler toute la nuit. L'espace d'un instant j'avais cru me voir il y a quelques années après la chute de l'Oshanburaza. Ce fut peut-être pour cela que lorsqu'il ouvrit la bouche, je ne l'envoya pas bouler avec les gamins de son âge.

« La venger hein... »

D'un geste ample je bascula ma tête en arrière, mon verre suivant, me permettant de réaliser un dernier cul-sec avant de reposer avec fracas le contenant sur le comptoir et de me jeter sur le garçonnet, le choppant par le col en le soulevant de sa chaise.

« Tu crois que la vengeance t'aidera à apaiser ta douleur ? Attention spoiler : C'est des conneries ! La seule chose que tu réussiras c'est te faire buter. »

Chancelant légèrement je le reposais, récupérant la bouteille de saké avant de me diriger vers la sortie, m'arrêtant dans l'encadrement de la porte pour tourner mon visage vers le jeune homme que je ne pouvais malgré moi laisser ainsi.

« Bon alors tu viens ? »

Sans attendre de réponse je quittais l'établissement, oscillant entre les allées et ruelles du village jusqu'aux quais du port. S'il voulait se rendre sur l'eau pour discuter, grand bien lui fasse, mais il était hors de question pour moi de mettre un seul pied sur un bateau de gosse. À la place, je me rendis vers le Densetsu, franchissant le ponton jusqu'au pont du navire, me retournant pour voir si le bougre m'avait bien suivi.

« Les gars ont part en mer. »
« Mais Capitaine... »

J'attrapai le col de mon second, plongeant mon regard dans le sien, lui faisant bien comprendre qu'en ce jour, nul mot ne devait aller à mon encontre sous peine de subir une colère que tous connaissaient que trop bien et se refusaient à revivre.

« Tr..très bien... »

Attendant que le jeune homme monta à bord, le bateau quitta les quais, s'éloignant d'Uzushiogakure pour les hauts fonds. Posté à la barre avec le jeune loup de mer à mes côtés, je finis par me retourner vers lui, l'esprit encore embrumé par l'alcool.

« Alors tu voulais être sur la mer, nous y sommes. Maintenant dis moi petit, qu'est ce que tu veux savoir exactement ? »

Objets et Techniques Utilisés:
« halloween »
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


Rinkusu avait l'allure d'un jeune homme qui allait à peine entrer dans l'âge adulte. Pourtant, dans ses yeux devenu vitreux sous le flot d'alcool, la lueur du combattant aguerri qui avait vu plus de mort que de naissance flambait. Sanada n'était pas du genre à se laisser impressionner, mais il savait reconnaître les individus dangereux, et il faisait face à un homme qui semblait aussi brisé que lui, la flamme de la vengeance en moins.

Aux mises en garde de Rinkusu, il ne répondit que par le silence. Il n'avait que faire que le monde entier le croit fou. D'un pas lent, il suivit le Lynx des Mers du Sud en direction du port, le faible nuage de pluie au-dessus d'eux hantait les cieux, écartant la foule qui se pressait au cœur de la cité marchande.

Sanada en fils de la mer qui se rêvait explorateur des mondes inconnus autrefois, connaissait tous les bateaux les plus importants d'Uzushiogakure. S'il y avait le Mizushi, le célèbre bateau de Ryoma "Le Dragon" Sato, Le Densetsu n'était pas en reste.

Il s'agissait d'un magnifique trois-mâts aussi imposant que rapide selon la légende. Les immenses lattes de bois qui composaient la coque semblait provenir d'un seul et même arbre gigantesque. Sans aucune cassure, les lattes avaient été courbées pour épouser une forme presque féline sur les côtés pour finir par une coupe tranchante sur les extrémités. En bon passionné, Sanada ne put s'empêcher d'admirer une telle prouesse. En s'approchant, il distingua plus de détails et en fut d'autant plus stupéfait. Malgré une peau parsemée de cicatrices, le bateau resplendissait. Les flancs avaient été protégés par une armature de métal aussi robuste qu'esthétique, les cordages semblaient être de première qualité, les poulies, les winchs, les bollards, tout était fait dans une matière noble et inoxydable. Le métal comme le bois étaient ouvragés finement, parachevant la magnificence de ce vaisseau des mers.

Trop occupé à admirer ce chef-d'œuvre, le chuunin ne remarqua pas la passe-d'arme entre le capitaine et son équipage. Enfin, ils voguèrent vers la véritable maison de Sanada. Le large.

- Alors tu voulais être sur la mer, nous y sommes. Maintenant dis moi petit, qu'est ce que tu veux savoir exactement ?

D'un naturel bavard, le soldat des Cinq garda pourtant le silence un moment pour bien choisir ses mots.

- Je veux comprendre pourquoi Haruka est morte, qui l'a tuée. On parle d'un monstre au village, certains parlent même d'un véritable dieu sur terre, mais ce ne sont que des rumeurs, je ne veux pas, je ne peux pas me contenter de ça. Tu y étais. Tu es donc le seul sur cette maudite terre qui peut me dire la vérité.

Il alluma son calumet qu'il affubla d'un clapet pour éviter que le vent marin ne lui vole son herbe sacrée. Loin des rues étriquées du village, sur les vagues et avec pour seul décor le ciel et son reflet, il se sentait plus calme, apaisé.

- Je ne te demande pas de croire que je vais la venger. Je ne te demande pas de m'aider. Je veux juste comprendre. Je n'ai pas l'intention de me jeter dans la gueule du loup. Si je dois me préparer dix ans avant d'égorger de mes mains la bête qui a ôté la Perle au Sekai, je le ferai. Le châtiment est un sort moins souhaitable que la mort. Par les Cinq et les £egoks, je la vengerai.




"And I am not frightened of dying, any time will do, I
don't mind. Why should I be frightened of dying?
There's no reason for it, you've gotta go sometime."
Revenir en haut Aller en bas
Ōshanburazā Rinkusu
Ōshanburazā Rinkusu
Uzushio no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - rang A - Perle d'Uzushio
Ryos: 0
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue1623/2000The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (1623/2000)
Ōshanburazā Rinkusu
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] 83m4

Rinkusu

Où la légende du Lynx des Mers du Sud



Face my fears - Mree

Pathétique, prévisible et risible au possible. Ce soit disant shinobi n'était qu'un gamin de plus n'ayant absolument pas conscience du monde dans lequel il se trouvait. Depuis notre première rencontre, il y a de cela un an et demi ou deux ans, je m'étais renseigné sur ce fameux Sanada et ce que j'avais trouvé m'avait bien fait marrer. Car si personnellement j'étais connu pour avoir un melon plus gros qu'une pastèque, dans son cas, on jouait sur un tout autre level. Le gamin était persuadé d'être l'élu des dieux, l'énonçant de manière tellement naturel qu'on aurait pu croire qu'il s'agissait d'une qualité sommes toutes basiques. Imaginez ma tête lorsqu'il m'expliqua qu'il allait venger Haruka après m'avoir demander de connaître la raison qui avait poussé à son déclin.

Durant un instant, j'avais voulu lui mettre une gifle pour le faire redescendre de son petit nuage. Mais plus je le regardais, plus je me voyais moi, à l'époque où l'Oshanburaza avait sombré. D'un côté, je le méprisais et d'un autre, je ne pouvais que comprendre ce qu'il ressentait. Peut-être était-ce aussi une des raisons au fait que je voulais le frapper, juste pour le faire redescendre sur terre, comme la vie m'avait fait descendre de mon piédestal. Ce qu'il avait du sûr, c'était que je n'avais aucune raison de lui cacher ce qu'il s'était passé. Peut-être n'apprécierait-il pas la vérité, mais que m'importait, je voulais en finir une bonne fois pour toute et me replonger dans la bouteille jusqu'à mon départ pour l'Isthme.

« Tu veux la vérité gamin ? La vérité c'est que la mission était simple. Trouver une secte et les buter jusqu'au dernier. Jusqu'à là y'avait pas trop de soucis, mais ça s'est corsé lorsqu'on a apprit que ce n'était pas un dieu mais un putain de Bijuu qu'ils vénéraient ! Cet enfoiré était là, sous un temple érigé à sa gloire ! Il y avait des centaines de villageois, des innocents que la secte avait capturé et forcé à travailler... Je m'étais fait passer pour un gosse perdu, on n'a pas mit longtemps à me coller une pioche dans les mains pour creuser la terre, mais déjà là je pouvais le sentir. Imagine le chakra le plus puissant et le plus vil que tu aies jamais ressenti et multiplie sa force par un million et tu auras une idée de ce que j'ai ressenti à ce moment-là... Pourtant, tout le monde te le dira, niveau chakra je suis une bille d'un autre temps, alors pour Haruka qui apparemment avait des dons de senseurs ? On ira pas me faire croire qu'elle était pas au courant... »

J'arrêtais mon discours, me rendant compte qu'au plus ça allait, au plus je revenais sur les paroles qui avaient été mienne. Car si sur le moment j'avais pensé mes mots concernant la Perle d'Uzushio, au plus j'y avais pensé par la suite, et au plus je me rendais compte d'un fait qui ne devait, par soucis d'honneur, être porté au grand jour. Je m'avançais vers une table où était entreposé une bouteille et surtout ma pipe. Avalant un verre d'une traite, j'allumais ma pipe, tirant quelques lattes de fumées avant de me résoudre à me retourner vers le gamin.

« La vérité c'est qu'elle en a rien eut à foutre des innocents ou de la mission. On aurait pu tous les battre sur le chantier. J'avais réussi à me débarrasser d'un des sbires sans combattre et avait mené les esclaves à la révolte. Nous avions toutes nos chances... Mais elle a préféré courir auprès de la bête...  Sur le moment je n'avais pas vu les choses ainsi, mais maintenant que je sais, ce que je sais... Tout ces morts dont on ne parle pas et qui me hante depuis lors... Ce n'est pas le Bijuu qui est responsable, mais bien Haruka... Elle est allé réveiller une créature sur laquelle on ne savait rien... On aurait tout aussi bien pu s'en tenir à la mission mais non ! »

J'avalais un autre verre cul-sec, me préparant à dire cette vérité qui allait sans doute briser le pauvre élu des dieux.

« Kyuubi... Le démon Renard à neuf queue... Je l'ai vu, aussi clair que je te vois... Imagines l'homme le plus grand que tu connaisses et dis toi qu'il ne représente qu'une phalange de ses pattes. » Je me retournais vers lui. « Imagine, un être capable d'un simple cri de paralyser ton corps... Te forçant à le regarder faire fondre la roche d'un souffle de feu si ardent que tout fusionne dans un liquide rougeoyant, comme si tu te trouvais soudainement en plein dans le cœur d'un volcan... Et lorsque tu auras ne serait-ce qu'imaginer les prémices de sa puissance, tu essayeras de te dire que d'un seul coup de queue, il a réussi à créer un souffle assez fort pour tout annihiler sur des kilomètres entier... »

Je tirais un nouvelle latte de fumer, les yeux imbibés d'une tristesse inconsolable.

« La vérité c'est qu'on aurait pu éviter tout ça... Elle n'était même pas obligé de mourir... Si elle avait simplement suivi la mission et pas joué les têtes brûlés, tous ces gens seraient encore en vie... »
Objets et Techniques Utilisés:
« halloween »
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


Le pirate parlait. Il avait beau exposer des faits, ils étaient insupportables à entendre pour Sanada.
Le somptueux navire cassait les vagues sous un ciel qui s'assombrissait. Les quelques bribes d'énergie qu'il restait au jeune homme convoquèrent un nuage d'orage. Dans le ciel teinté de noir, mais qui ne reflétait pas encore l'ombre qui naissait dans le cœur du jeune homme, un éclair vint s'abattre à quelques dizaines de mètres du navire.

- Tu mens...

Sanada ne pouvait s'empêcher de haïr cet homme qui, sous ses airs de gamin, portait la puanteur des vieux qui croyaient tout connaître. Son esprit ne pouvait tout simplement pas concevoir qu'Haruka se soit jetée dans la gueule du loup pour rien. La mission ne pouvait être un hasard.

- Mon cul, si un Bijuu était là, vous saviez dès le départ. Arrête de te foutre de ma gueule. Qu'est-ce que ces créatures légendaires ont à voir avec Uzushiogakure ?

S'il avait entendu de nombreuses légendes sur les Bijuu, ces êtres à la taille et au pouvoir comparables aux dieux, jamais il n'avait croisé une personne censée en parler comme de créatures terrestres. La pensée de ces monstres de la mythologie comme foulant la même terre qui lui ne fut que renforcer sa foi. Il avait enfin une preuve que ce que les sceptiques prenaient pour de simples croyances pouvaient exister, si c'était le cas des Bijuus, cela pouvait aussi l'être pour les dieux et leur £egoks.

Rinkusu continuait ses accusations, la pipe dans une main, un verre dans l'autre, mais Sanada était déjà ailleurs, il voulait en apprendre plus sur ces créatures, chercher à percer le mystère de l'assassin d'Haruka, que ce soit un démon ou un dieu d'une autre obédience.

- La vérité c'est qu'on aurait pu éviter tout ça... Elle n'était même pas obligée de mourir... Si elle avait simplement suivi la mission et pas joué les têtes brûlés, tous ces gens seraient encore en vie...
Sanada ne pouvait plus tenir, le ton de Rinkusu le mettait hors de lui.

- Ferme-là ! Tu ne la connais pas ! Tais-toi !Cria-t-il en se jetant sur le pirate qui ne sembla pas bouger d'un centimètre.

Dans son élan, Sanada dégaina un de ses kunais pour lacérer la vérité qui s'imposait à lui bien plus que celui qui la représentait à ce moment précis. Alors que son bras s'élançait vers le ciel pour mieux se rabattre sur la terre souillée de l'absence de son âme sœur, une main imposante et ferme l'arrêta net.

Le second du Dansetsu, un homme très grand et musclé venait de s'interposer. S'aidant du turban rouge qu'il portait sur la tête, il immobilisa le soldat des Cinq qui ne pouvait rien faire. En temps normal, il aurait usé du corps de l'orage pour se rendre intangible et échapper à la force du marin, mais il était bien trop épuisé pour cela.

À bout de nerf, en manque de sommeil et profondément triste, Sanada se mit à pleurer. Le second relâcha son emprise avec douceur tandis que le fils de l'orage s'effondrait sur le pont du navire.
La pluie s'intensifia.

- Il faut que tu m'aides à comprendre. Je n'ai pas besoin que tu crois que je puisse tuer Kyubi, j'ai besoin que tu m'aides à étudier les bijuus. À comprendre ce que le village leur veut et surtout, pourquoi vous avez été réellement envoyé là-bas. Si tu ne le fais pas pour Haruka, fais-le pour tous les habitants du village qui croyaient en elle, qui croient toujours en elle.

Le jeune homme se releva, essuya les larmes qui coulaient sur son visage tandis que les nuages disparaissaient enfin, laissant le soleil et le ciel azur inonder l'océan.

- Ce que tu m'as dit, personne ne doit jamais le savoir au village. Haruka était une héroïne, pour tout ce qu'elle a fait, je me fous de savoir ce que tu peux croire. Plus que ton frère encore, c'était elle le visage qui nous rassemblait tous. Dans la légende des Bijuus, on parle de plusieurs créatures, cela veut-il dire que le roi des mers que certains marins disent avoir aperçu est un Bijuu ?

Loin du village, le navire n'avait que deux nuances de bleu pour l'entourer. Sanada respira longuement l'air marin, cela faisait des semaines qu'il n'avait pas eu l'occasion d'embrasser l'atmosphère du large. La mer avait toujours eu un aspect apaisant pour lui.

Maintenant qu'il voyait un peu plus clair, il n'avait que faire de la vérité, de l'inconscience de sa meilleure amie. Les dieux avaient refusé de brûler les affaires de Haruka, ils avaient été clairs, la vengeance était le seul chemin. Plus déterminé que jamais, le jeune planta ses yeux dans ceux du pirate.

- Prends-moi pour un fou si tu veux, mais dorénavant, c'est Kyuubi ou moi sur cette terre.
Revenir en haut Aller en bas
Ōshanburazā Rinkusu
Ōshanburazā Rinkusu
Uzushio no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - rang A - Perle d'Uzushio
Ryos: 0
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue1623/2000The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (1623/2000)
Ōshanburazā Rinkusu
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] 83m4

Rinkusu

Où la légende du Lynx des Mers du Sud



Wish you were here - Pink Floyd

Que peut-il y avoir de pire, que d'entendre que la mort d'un être cher n'est pas dû à la bêtise d'un autre ? Oh sur le moment, je n'avais rien à faire de trouver une réponse à tout ceci. Le pauvre gamin qui se trouvait devant moi se laissa déborder par ses émotions, un tourment qui se fit ressentir sur la météo elle-même. Etait-ce là la puissance du fameux « élu des dieux » ? Ou juste une particularité de ses dons de shinobi ? À dire vrai, et sans vouloir me répéter, je m'en foutais. Rien à cet instant n'avait d'importance pour moi, si ce n'était la bouteille et la clope que je tenais dans mes mains quand la pauvre âme se jeta sur moi pour me planter de toute sa tristesse. Il aurait pu me frapper, m'occire en un instant et pourtant, cela ne m'aurait pas dérangé.

Tel était le prix des Légendes. Soit l'on en devenait une en mourant, soit l'on continuait à vivre avec le poids des pertes qu'une telle notoriété avait nécessité. Aujourd'hui, j'étais le pirate qui avait survécu à Kyubi, le messager de la mort de cette « perle ». Mais la vérité, c'était que j'étais surtout celui qui allait devoir en supporter les conséquences. Et l'une d'elle se présentait devant moi, armé d'une lame, prêt à déverser sa colère sur le mauvais bougre. Une chance que Tokagi était présent et l'arrêta immédiatement. Une chance ? Allez savoir. Peut-être qu'au fond je méritais cette punition, peut-être même que... je la désirais ?... Et puis quoi encore.

Et alors que la velléité du jeune garçon se vit remplacer par des larmes, la pluie s'intensifia, ne manquant pas d'humidifier le tabac qui était désormais foutu. D'un mouvement de pousse, j'empêchais les flots jaillissant des cieux d'altérer mon précieux rhum, préservant la bouteille qui ne tarda pas à trouver son chemin jusqu'à mon gosier, alors que le petit continuait à me demander des choses dont je n'avais encore moins à foutre que la seconde d'avant sa petite crise. Il voulait des réponses à des questions que je n'avais pas, et me demander des considérations envers un village qui n'en avait eu aucune envers moi. Un duo gagnant qui aurait pu me faire rire, si sa langue n'avait pas finit par mentionner une chose que j'aurais voulu oublier à jamais.

Loin de se rendre compte de la portée de ses paroles, Tokagi faillit intervenir, mais un simple mouvement de main suffit à l'en empêcher. Sans d'autres paroles, il partit, conscient de ce qui allait se produire et que je ne voulais pas de sa présence à cet instant précis. Laissant le gamin plonger son regard dans le mien, je récupérais une nouvelle gorgé de rhum, alors que doucement, et sûrement grâce à l'alcool, mes nerfs commencèrent à monter, las de cette émotivité puérile et abjecte qui me donnait de plus en plus envie de le foutre par dessus bord.

« Si c'est ça le but de ton existence, laisse moi te donner un bon conseil l'ami. » Je m'approchais de lui, glissant mes lèvres jusqu'à son oreille. « Récupère ton arme et plante toi la dans le cœur. » Je me retirais, reprenant une autre gorgée alors que le dégoût se dessinait sur mon visage. « Tu crois être à la hauteur ? Tu crois que parce que tu fais tes trucs avec la pluie que cela te donne la puissance de battre le Démon Renard ?... Tu sais ce que c'est la chance ? C'est une chose indépendant de tes qualités, de tes talents ou des dons que t'a offert la nature. Et je te le dis, ce n'est que grâce à la chance que j'ai survécu à cette mission. » Je me reculais. Toisant d'un regard remplit de mépris le gamin qui me faisait face, inconscient de la corde sur laquelle il avait tiré. Les souvenirs revenaient, j'étais près à exploser. « Tu penses que parce que tu fais de belles promesses, que tu arriveras à les tenir ? Tu n'es qu'un gosse bercé dans des illusions de grandeur ! Toute ta vie on t'a fait croire que tu était exceptionnel mais bordel regarde toi ! La moindre perte douloureuse et tu pleures comme un nouveau né ! Et en plus de ça ! AH ! Tu veux tuer un être légendaire ?! Me fais pas rire l'ami. »

Plus je parlais, plus je sentais la haine monter en moi. Méritait-il un tel traitement ? Peut-être, peut-être pas, le fait étant que je retournais à la petite table, posant mes mains de part et d'autre, tentant regardant le sol à la recherche d'un échappatoire à ces émotions qui commençaient à me submerger. L'alcool n'aidant, je finis par craquer, alors que des larmes se mirent à tomber sur mes joues empourprées par l'alcool.

« Personne ne peut les battre... Nous ne sommes rien face à eux... Des moucherons, de vulgaires insectes qu'ils peuvent écraser d'un revers de manche... » Je me retournais. « Tu veux savoir ce qu'ils leur veulent ?... Ils veulent leur puissance bien entendu. » Une telle évidence qui se trahit par ma voix via un certain dédain. « Tu penses vivre dans un monde idyllique ? Réveilles toi gamin... Les gens que tu côtoies jour après jour seraient capable de se déchirer entre eux si du jour au lendemain on leur demandait. Ce village n'est qu'une façade pour cacher la noirceur de tous les êtres qui la composent et ne veulent qu'une chose : plus de pouvoir... » Je reprenais une gorgée qui fut beaucoup plus soutenu que les précédentes. « Tu crois qu'Haruka est parti là-bas pour quoi ? Moi ? On m'y a obligé en me donnant le moins d'infos possibles. Je devais aller chercher deux shinobis et les ramener point à la ligne. Mais Haruka elle... Je pense qu'elle savait quelque chose... Et c'est sans doute ce qui a expliqué son comportement... Moi ? J'étais de la chair à canon envoyé par mon propre sang à l'abattoir... » Mes larmes se mélangeaient à la pluie, ma gorge se nouait alors que je me rendais compte que tout si le monde avait été un jour synonyme d'espoir, à chaque fois, un monstre était venu pour tout réduire en cendre.

« Et ne l'appelle pas Roi des mers... Ce n'est qu'un monstre de plus qui détruit aveuglément sans rien savoir... » la bouteille se brisa dans mes mains et le sang se mit à couler sur le plancher détrempé du haut pont. « Tout comme tu as voulu me détruire sans rien comprendre à tout cela... »

Objets et Techniques Utilisés:
« halloween »
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


Alors que le pirate discourait sur la candeur du jeune homme et tentait de mettre en lumière son arrogance folle, portée par une éducation religieuse qui l'avait coupé d'un pan de la réalité, le temps s'estompa. Sanada sentait, comme lorsqu'il avait appris la mort de Mahina, la colère froide l'envahir. En apparence, il était maintenant calme, presque nonchalant face aux paroles de Rinkusu. Comme la gravure sur un métal en fusion qui refroidissait, la cicatrice en forme de prière à la gloire de la vendetta s'incrustait profondément en lui.

Les complaintes du pirate le renvoyaient à sa propre image de miséreux qui s'apitoie sur son sort. Le jeune homme avait dernièrement délaissé quelque peu l'exercice spirituel pour se concentrer sur son entraînement martial. Il se rendait compte que cette négligence l'avait plongé trop profondément dans le monde des mortels accablés par le destin au lieu de l'embrasser. Au contact des shinobis qui n'avaient pas la foi pour conserver leur espoir, il avait laissé la sienne se pétrifier, jusqu'à rejeter la fatalité au profit des contingences, vulgaires illusions de ceux qui se croyaient libres.

- Je n'ai jamais dit que je pouvais le battre, j'ai dit que je le devais. Si tu penses que je dois me planter un kunai dans le cœur, mets le tien dans ton cul ! Tu t'entends parler ? "on peut pas les battre, nous ne sommes rien face à eux." Tu trouveras toujours un être plus fort. Je me fous de ce que tu penses de moi. Je ne me crois pas au-dessus des autres, je me crois en dessous des cieux. Ma vie n'est rien, celle de Haruka non plus face à l'immensité. Le poisson que je mangerai ce soir voyait aussi briller en lui le centre du monde. En te regardant, je me vois, et je me fais pitié.

Sanada ignorait pourquoi, mais malgré la tension et l'animosité qui crépitait dans l'atmosphère, il éprouvait une sorte de confiance aveugle en Rinkusu. Peut-être était-ce leur proximité avec la mer, ou sa façon d'être, qu'il admirait secrètement, il l'ignorait. Tout ce qu'il savait, c'était que malgré ce qu'il avait dit, il croyait chaque mot qui sortait de la bouche du capitaine du Densetsu.

- Je ne crois pas en la chance, si tu es là, c'est parce que ce n'était pas encore ton heure. Voilà tout. J'ai parfaitement conscience que je ne vis pas dans un monde idyllique, je ne m'appelle pas Hana. Dit-il, sachant pertinemment qu'il s'agissait là d'un membre de l'équipe du pirate. Je ne me bats pas pour leur puissance, ni pour ton frère, qui ne s'est entouré que de corruption. Si je veux me battre et devenir plus fort, c'est pour Hana, pour Kaede, ses triplettes et son poulpe grillé, Sugihara et ses livres. Je n'ai pas peur de mourir, la vie n'est qu'un passage. Quant à toi, comme tous les infidèles, tu te masturbes sur ta pseudo-liberté, puis tu blâmes les autres quand la réalité ne correspond pas à tes vœux. On t'y a obligé ? Tu étais de la chair à canon envoyée par ton propre sang à l'abattoir ? Non. Regarde donc autour de toi. Si ta liberté existait, tu serais en train de voguer, cap à l'opposé de ces îles pour échapper à ce pauvre frère qui ne te considère pas. Mais tu es là. C'est que tu le veux et assumes, ou alors c'est le destin, et il ne sert à rien de pleurer. Je me suis perdu dans des sentiments vains. La mort fait partie de notre vie, j'ai déjà tué et donc fait pleurer des mortels, peut-être même des dieux en assassinant un être pieux et bon. Pourtant, je suis encore là, et je dois encore tuer.

Il se rapprocha de Rinkusu et prit dans ses mains la pipe pleine de tabac détrempé. Le ciel était maintenant bleu azur, le vent se faisait plus sec, la vitesse du magnifique navire augmenta. Habilement, le jeune homme démonta le couvercle d'or sur son calumet qui servait à conserver son herbe sèche en pleine mer et le fixa sur la pipe du pirate avant de lui donner un tissu propre qu'il gardait en cas de blessure, un réflexe inculqué par la Sorcière Omura.

- C'est ce qu'on utilise par chez moi en cas de tempête, je suis certain que ça te sera utile.

Il laissa un silence s'installer alors qu'il bourrait son calumet l'herbe odorante qu'il conservait dans une petite besace sous sa cape, lui avait l'habitude du mauvais temps.

- Le Roi des mers, enfin, ta créature, on en parle jusque sur mon île, certains prétendent l'avoir vu au loin, on explique aussi des disparitions de flottes entières dans l'histoire à cause de lui. Il faut que je l'observe, que je le vois de mes propres yeux. Personne ne voudra partir pour une telle expédition. Personne n'a le navire et l'équipage pour. Sauf toi.

Se tournant vers l'horizon, le chunnin avala la fumée aux senteurs fleuries et reprit presque à voix basse.

- Encore une fois, je ne te demande pas de croire en moi. Si je meurs, j'y verrai l'œuvre de la volonté des dieux. Je te demande de m'aider. C'est une demande folle que je te fais, j'en ai bien conscience, mais le destin t'a choisi pour témoin de la mort de la Perle, et tu n'as jamais été un adepte de la vie tranquille et sans danger si je ne m'abuse. Tu peux y voir une coïncidence, peu m'importe, car j'y vois la main des dieux. Je vais tenter de me renseigner sur ce monstre des mers et je trouverai un moyen de le pister. Mais une fois que ce sera fait, voudras-tu m'y emmener ?
Revenir en haut Aller en bas
Ōshanburazā Rinkusu
Ōshanburazā Rinkusu
Uzushio no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - rang A - Perle d'Uzushio
Ryos: 0
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue1623/2000The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (1623/2000)
Ōshanburazā Rinkusu
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] 83m4

Rinkusu

Où la légende du Lynx des Mers du Sud



Shine On You Crazy Diamond - Pink Floyd

Deux sourds ne parlant pas la même langue, voilà ce que nous étions. Lui avait pour œillère sa religion et ses croyances, quant à moi, le désespoir et mon alcoolémie qui ne faisait que grimper de plus en plus. Je me rappelle difficilement de cet instant, mais ce qu'il y a de sur, c'est qu'en entendant ses paroles, mon esprit se scinda en deux.
D'un côté, il y avait le Capitaine ivre mort qui écoutait les propos d'un adolescent un peu plus mature que la moyenne, lui expliquer que tout arrivait pour une raison, dans un flot de paroles que je ne me souviens plus. Et de l'autre, les flashs, de cette horrible nuit où tout a basculé...

Je le revoyais à la barre, hurlant ses ordres à l'équipage que se démenait contre une tempête surnaturelle nous ayant prit de court lors d'une journée ensoleillée. Le temps avait viré à l'orage en à peine quelques secondes et la mer d'huile sur laquelle nous voguions s'était transformé, ne laissant place qu'à des vagues défiants tout ce que l'on pourrait imaginer. Nous étions perdu, c'était une certitude, et pourtant, je n'arrivais pas à me retirer de la tête cette image de mon père, regardant l'horizon, serrant les dents et donnant tout ce qu'il avait pour que nous puissions nous en sortir. Tel était-il, faisant face aux obstacles, aussi impressionnants soient-ils.

Je fus ramener à ma discussion par l'évocation d'un prénom. Hana. Il parlait de la belle Omura mais je n'avais pas su déterminé en quelles circonstances. Il enchaîna sur un flot de notions qui m'auraient sans doute touché, si l'alcool ne l'avait pas devancé. À la place, je revoyais Tora me hurler ses ordres et moi, statique, faisant face à cette vision d'horreur que jamais je n'oublierai. Ce monstre... Ce « roi » des mers... Dont la silhouette venait de se dessiner au creux d'une vague, éclairé par un flot d'éclairs soudain. Je l'avais vu comme je pouvais voir le jeune garçon qui s'évertua à vouloir me rallier à sa cause, critiquant au passage la vie que je menais et mes choix. Oh que j'aurais eu envie de le frapper sur le moment, pourtant... Mon esprit était là, sans que je sois vraiment présent, vagabondant au grès de cette houle qui manqua de faire couler l'Oshanburaza qui, malgré le jeu vicieux de cette chimère, s'en était tiré, non sans mal.

Ce fut après cette rencontre que nous dûmes nous arrêter pour réparer le navire, et qu'ils en ont profité pour nou... les détruire.

Je me réveillais soudainement de mes songes, comprenant ce que voulait faire cet homme qui n'avait nullement conscience, ni même l'envie de comprendre, ce à quoi il voulait se confronter. Il n'avait rien entendu à mes paroles, préférant continuer sur son chemin comme si de rien n'était. Dans ma main, gisait ma pipe agrémenté d'un petit clapet d'or que j'avais cru voir sur le calumet du jeune homme qui n'était plus là. Un cadeau ? Mon esprit s'embrouillait alors que des émotions contraires me prenaient soudainement au cœur. L'envie de vengeance, celle de sauver ma peau, le besoin de retrouver Hana, la nécessité de fuir Uzushiokagure, l'espoir de croire ce que disait ce gamin et la crainte que tout cela soit fait en vain. Je vacillais, tentant de reprendre un minimum de contrôle sur ce corps qui ne me répondait plus. Je m'appuyais sur la table, cherchant un souffle qui peinait à venir. Je suffoquais, comme si quelque chose me tordait le cœur et le secouait dans tous les sens. Un chaut-le-coeur naquît, très vite suivi par quelques relents gastriques for désagréables. Je régurgitais soudainement tout ce que ma bourse vide avait payé en boisson ainsi que le peu de nourriture que j'avais avalé. Un spectacle des plus désagréable et je pouvais le comprendre, mais cela me fit un bien fou.

Les yeux rougis par cette délivrance, des larmes menaçaient de s'écouler à tout moment alors que mon visage n'exprimait que dégoût et complaisance à l'idée d'avoir éjecté toutes ces choses hors de mon corps. Je me sentais un peu mieux, ou du moins, un peu moins pire. Assis le cul par terre, le dos courbés vers l'avant, je relevais la tête pour faire face à Sanada et au bleu azur de ce ciel qui me donnait encore plus l'envie de vomir. Mon visage n'était que dégoût et désespoir avec peut-être, une pointe de... neutralité morbide.

« Kyubi n'est pas le premier que je vois... »

Une phrase lourde de sens, que l'élu des dieux comprendrait sans doute aisément. Je ne pourrais expliquer pourquoi. Peut-être le retour de tout ce que j'avais vécu ses derniers jours ? Ou juste une élan de faiblesse... Le fait étant que l'espace d'un instant, je baissais ma garde.

« Le... « roi des mers »... A prit ma famille... Tout ce que j'aimais, il … Je l'ai vu... Aussi clair que je te vois... C'est à cause de lui que nous avons dû aller à terre... C'est à cause de lui que... que... »

Mes nerfs lâchèrent, et les larmes suivirent. Cependant, malgré que je venais d'en dire plus à ce gamin qu'à mon propre frère sur ce qui s'était passé ce jour-là, je ressentais le besoin d'aller plus loin... Il fallait que je le dise. Une bonne fois pour toute. Sans les fioritures dont s'abreuvent les belles histoires... La vérité... aussi brutale soit-elle.

« Nous étions en route pour que je rencontre mon frère... Je tenais la barre... Nous avions convenu d'un itinéraire mais... j'étais trop impatient. J'ai changé de cap... En l'espace de quelques secondes, nous étions dans une tempête. Et c'est là que je l'ai vu, comme j'ai pu voir le Démon Renard... Mon père s'est battu. J'étais pétrifié... La bête s'est désintéressé de nous... C'est ce qui nous a sauvé... Mais le bateau avait subit trop de dégât pour autant... On a cherché un endroit où mouiller l'ancre pour le réparer... J'étais de vigie... Mais la vision de ce monstre était trop présente dans ma tête... On s'est fait attaquer... Ils sont tous morts... Par ma faute... »

Mon poing se serra alors que difficilement je me relevais, prenant appuie sur cette table qui avait subit nombres de mes colères. Faisant enfin face à Sanada, mon regard se voulait alors, emplit d'une certaine... colère.

« Si je suis à Uzu, c'est pour respecter le dernier vœu de mon père... Rien de plus. »

Je marchais à l'encontre de ce camarade de l'océan qui me faisait face, désirant lui mettre mon poing dans sa petite gueule pour toutes les infamies qu'il s'était permit et dont je n'avais qu'à peine compris le propos. Mais à la place, je le bousculais d'un coup d'épaule en passant à ses côtés, réalisant quelques pas vers l'équipage qui attendait mes ordres en contre-bas.

« ON RENTRE ! »

J'aurais pu m'arrêter là, juste faire la sourde oreille à tout ce qu'il venait de me dire. Mon récit était suffisant pour qu'il comprenne que j'avais toutes les raisons du monde de ne pas vouloir faire à nouveau face à ce monstre qui m'avait tout prit. Et en même temps... Il y avait cette chose... Irrépréhensible, inarrêtable, qui de plus en plus embrasé mon âme et mon cœur. Et ce fut à cause de cette chose, que je me retourna vers Sanada, laissant mon instinct de pirate guider ma langue.

« Pour l'heure, je pars pour l'Isthme d'ici demain. Si... le « Destin » comme tu dis accepte de me garder en vie jusqu'à mon retour... Alors je t'aiderai. »



Objets et Techniques Utilisés:
« halloween »
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Chunin
Messages : 722
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B - Arpendeur des Six Chemin du Cercle d'Or
Ryos: 855
Expérience:
The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Left_bar_bleue2671/1200The Great Gig In The Sky [Ft Rinkusu] Empty_bar_bleue  (2671/1200)
Masamune Sanada
The Great Gig In The Sky


La dichotomie était claire. Face à un homme qui noyait ses sens pour échapper à l'implacable destin, Sanada ne comprenait pas, il ne pouvait comprendre. Sans doute, la religion était, dans ces cas-là, un refuge, et, au fond de lui, il en avait conscience. Mais malgré cela, il ne pouvait s'empêcher de voir les nœuds qui tissaient Jashin entre les fils de la destinée. La contingence n'était qu'une causalité qu'on ne pouvait voir, car, sujet de la chose qui était en nous, il nous était impossible de l'observer.
Comme une montagne qui ne dévoile sa totale grandeur que si l'on est à des kilomètres de son sommet.

Rinkusu était celui qu'avait choisi les dieux pour être le messager de la bataille qu'allait livrer le soldat des Cinq. Plus il décrivait la monstruosité de Kyubbi, plus le jeune homme voyait la grandeur de la tâche qu'ils allaient accomplir. Non pas par choix. Mais parce qu'il en était ainsi. Ainsi, celui qui annonçait l'adversaire avait aussi connu un autre de ses dieux, celui-là même qui hantait les fantasmes de Sanada depuis qu'il avait fusionné avec la mer en acceptant de devenir un être hybride. L'apôtre pirate annonçait le problème et la solution. Pour tuer Kyubbi, il fallait chercher le roi des mers, seul être capable de défier un autre monstre.

- Ne vois-tu pas les cieux et les constellations qui s'alignent pour nous indiquer le chemin ? La souffrance n'est pas vaine, si tu as rencontré le Roi des mers et maintenant Kyubi, si tu as survécu à ces deux légendes, tu ne peux pas t'arrêter là ! Qu'importe ce qu'ils comptent faire avec ces monstres, ne crois-tu pas qu'il vaut mieux nous plutôt qu'une autre force, plus avide de pouvoir encore ?

Se tournant vers l'horizon, il observa une seconde le port au loin et les quelques bateaux de pêche qui longeaient les côtes de petites îles. Il laissa le pirate contre sa rencontre et ce qu'il considérait comme un massacre de sa responsabilité.

Cette fois-ci, Sanada se retint. Il pouvait converser encore des heures pour tenter de convaincre le capitaine du Densetsu qu'il n'avait pas à se sentir responsable des milliers de vies, fussent-elles sous son commandement. Il aurait voulu lui dire ce qu'aurait affirmé la Pythie, que la responsabilité n'était pas un pouvoir que nous avions sur la vie d'autrui, mais la conscience et la connaissance que nous devions apporter aux autres pour tenter de les guider, comme une pierre pouvait détourner un ruisseau, mais jamais l'empêcher de couler. L'essence des choses était la part de divin sur la terre, on pouvait tenter de rendre la vie d'un homme heureux, pas l'empêcher de mourir quand il était l'heure.
Rinkusu se leva alors pour faire face au soldat des Cinq qui resta impassible malgré l'aura menaçante du pirate.

- Si je suis à Uzu, c'est pour respecter le dernier vœu de mon père... Rien de plus.

- Je respecte aussi le vœu de ma mère. Mais pourtant, je distingue les chemins que les dieux tracent, ou j'essaye. Qui aurait misé sur un apprentissage avec Omura Mifuyu ? Moi le combattant élémentaire, et elle, maître du kaikenjutsu. Pourtant, les dieux ont placé ce chemin devant moi et je n'ai fait que l'emprunter. La grande nature me soufflait que la condition d'homme n'était plus suffisante, je n'ai pourtant rien fait pour changer et devenir un hybride. C'est la vie qui ne m'a pas donné le choix. Embrasser la mer ou périr au fond de son royaume.


- ON rentre ! S'exclama le capitaine alors que son équipage se mettait déjà aux manœuvres.

Le spectacle était impressionnant. La coordination était parfaite, le cap fut aligné en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, la vitesse était juste assez rapide pour casser les vagues tout en garantissant à l'éméché une traversée par trop mouvementée. Le ballet marin était exécuté avec une précision que Sanada n'avait jamais vue en bon connaisseur. La symbiose qui animait les personnes sur son pont les rendait imbattables en mer. C'était évident.

Le jeune homme profita du spectacle jusqu'au port. Une fois à quai, il quitta le bateau, mais fut arrêté par la voix de Rinkusu.

- Pour l'heure, je pars pour l'Isthme d'ici demain. Si... le « Destin » comme tu dis accepte de me garder en vie jusqu'à mon retour... Alors je t'aiderai.

Sanada se retourna, partiellement caché par un nuage de fumée et sourit.

- Le destin te gardera en vie. J'ai confiance, il serait temps que tu en fasses de même. Je serai plus fort à ton retour. Je t'en fais la promesse. Les cieux m'en sont témoins.

Sans un mot de plus, il plongea dans la foule qui grouillait sur les quais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation