Le deal à ne pas rater :
Display Pokémon japonaise Terastal Festival Ex : où la ...
Voir le deal
Le Deal du moment :
Machine expresso automatique avec broyeur – ...
Voir le deal
245.99 €

 :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

You goddam right I do! [PV Naminé]

Invité
Invité
Invité
Disclaimer:



❝Naminé x Genkishi

    ♡ You goddam right I do!


Est-ce que Naminé est faible ? Dur à dire. Enfin, physiquement, c‘est indéniable. Bah, elle reste sacrément menue et chétive (pour ne pas dire fragile), alors oui elle n’a clairement pas l’once d’une véritable force physique contrairement à moi. Mentalement… Je tends à penser qu’elle a l’air puissante, peut-être même plus que moi. Tout le monde n’aurait pas agi à sa manière, tout le monde n’aurait pas pris le risque de sauver un étranger qui s‘était lamentablement échoué comme une merde sur le sable. Par contre, que dire de son chakra ? Ok, je l’admets, sa maîtrise est largement meilleure que moi. Mais est-ce que ses réserves sont suffisantes pour abattre la montagne de boulot qu’elle a voulu ? J’en doute. Preuve en est ; si c’était le cas, elle ne se serait pas effondrée sur moi comme ça. D’un côté, je me dis que régénérer des corps, ça doit bien t’enculer les réserves. Genre bien comme il faut. Mais… Je ne sais pas. Je ne sais plus. Que devrai-je penser ? Du bien, j’imagine. On parle de ma bienfaitrice quand même. Celle-là même qui va risquer sa vie (je pense) à me faire rentrer dans son clan juste pour me filer à boire.
Ouais, c‘est une bonne gosse. Peut-être un peu trop. Elle a de la chance que je ne sois pas uniquement doté de mauvaises intentions… Non pas que je sois un tueur d’enfants, bien au contraire, mais… si Benkei ou Tetsu m’avaient demandé de faire des ravages en plein Uzu, cela aurait été le plan parfait. Mais pour le coup, je suis là par pur hasard (et accident regrettable), donc ça ne se fera pas maintenant.

En tous les cas, il faut que je trouve quelque chose à faire le temps qu’elle recouvre ses forces et esprits. Il est hors de question que quelqu’un me trouve assis à côté d’elle à l’observer. Déjà, ça serait flippant. Ensuite… Ben je risque quand même la prison, voire même pire. De plus, j’ai mieux à faire, comme… me rééduquer, par exemple. Réapprendre sommairement à mes muscles comment ils sont censés fonctionner, parce que ce n’est certainement pas en restant assis que mes problèmes vont s’évaporer. Aussi je me relève et m’étire de tout mon long, en un grognement terrifiant. C’est con à dire, mais ça fait un bien fou en fait ! Je sens déjà quelques gênes au niveau de mon dos disparaître. Bon, les bras et les jambes, ce n’est pas encore tout à fait ça, mais ça me semble être en bonne voie !
Là, je commence à faire les cents pas autour des rochers qui surplombent le corps encore évanoui de Naminé. De temps en temps, je jette un regard (presque inquiet) vers elle, me demandant combien de temps encore elle va rester inconsciente. Bah, je ne lui en veux pas, encore une fois. J’aimerais juste éviter qu’on nous tombe dessus. Ça serait… embarrassant, très clairement. Bref, je continue encore quelques temps. Peu après, je décide de voir si je suis capable d’utiliser mes bras à pleine puissance, quitte à me faire mal. On n’obtient jamais rien sans sacrifice, de toute façon. Alors je commence à faire quelques pompes… sur le sable. Mauvaise idée ; je m’enfonce comme un connard. Je crache les grains qui squattent dans ma bouche et mon nez puis je me redresse. A genoux, j’observe les environs. Et si je me mettais à taper les rochers ?

relativement bonne idée. J’ai les mains en sang et les articulations qui me font comprendre que je devrai remettre ça à plus tard, mais au moins je sais que j’ai encore quelques forces en réserves. De plus, mes épaules me démontent moins et je semble à peu près capable de bouger sans aide extérieure. Et ça, honnêtement, c’était bien ce qui m’effrayait le plus. Bah oui, comment je fais pour m’infiltrer et me planquer si je ne peux pas profiter de toute ma vitesse ? Déjà qu’elle n’est pas bien grande… Las, je m’assois de nouveau aux côtés de la jeune Omura, sans pour autant trop insister à la regarder. Bah, elle ne va pas aller bien loin de toute façon. Certainement pas dans son état.
Un peu perdu dans mes pensées, j’entends du mouvement à mes côtés. Va-t-elle se réveiller ? Il faut croire, vu qu’elle ouvre difficilement les yeux. Le soleil doit d’ailleurs bien lui baiser la rétine. Pauvre petiote ! Mais je souris quand même, rassuré et content de voir qu’elle va mieux et qu’elle a retrouvé ses esprits. Non pas que je pensais que son diagnostic vital était engagé, mais on ne sait jamais, comme dirait l’autre. Là, alors que je joue innocemment avec le sable, à graver je ne sais trop quoi, je remarque qu’elle se redresse tout doucement. J’aurais bien voulu lui dire de rester couchée encore quelques instants, mais… c’est comme si une force invisible m’en empêchait.

« Boarf, t’croyais quand même pas qu’j’allais t’laisser t’ramasser sans bouger l’p’tit doigt quand même ! Je ris légèrement. Mais m’remercie pas, c’bien la moind’ des choses… J’veux dire, taleur j’t’ai d’jà dit qu’j’t’en d’vais une… alors voilà ! Même si c’pas grand-chose pour tout c’que t’as d’jà fait pis tout c’que tu vas encore faire ! »

Finalement, le puzzle mental de la Kunoichi semble se remettre en branle alors qu’elle se redresse pleinement et se relève tout en enlevant les quelques grains de sable qui peuvent lui coller à la peau… avant de me rendre mon treillis, tout en me montrant sa reconnaissance. Je ne dis rien et reprends ma veste en haussant sensiblement les épaules. Bah, ce n’était vraiment rien. Puis bon, sans déconner, même si j’ai beau être une brute épaisse, engagée dans l’armée pour assouvir mes pulsions sanguinaires… J’ai quand même une certaine notion (propre, ok) du bien et du mal. Pour le coup, l’Uzujin est mas bienfaitrice donc je ne vais certainement pas lui causer le moindre souci. Ah ça non !
A mon tour, je remets ma veste en place et, machinalement, fouille mes poches. Je soupire tout doucement en remarquant l’absence (évidente) de mes cigarettes. Non pas que j’y sois accroc, mais je pense qu’en griller une m’aurait fait le plus grand bien, malgré ma gorge complètement asséchée par le sel et le sable. Tant pis. Puis elle reprit la parole. Putain, elle semblait complètement requinquée, aucun doute possible ! Pire encore, j’ai la légère impression que ce petit somme forcé lui avait donné encore plus d’énergie qu’auparavant… Que les kamis me gardent de son surplus, je vous en conjure. En tous les cas, elle m’a vite et simplement fait comprendre qu’il fallait que, justement, on se bouge le cul avant que toute la peuplade se ramène dans son clan. Puis elle a aussi commencé à dire que c’était de sa faute, bla bla bla. Pour simple réponse, je hoche la tête et roule des yeux avant qu’elle me tende la main. J’arque un sourcil avant de lui sourire : c’est l’intention qui compte, j’imagine… Du bout de mes deux doigts, je prends sa petite mimine et fais semblent de prendre appui sur elle pour me relever, sans trop forcer. Il serait malséant qu’elle finisse la gueule la première dans le sable hein. Puis une idée me traverse l’esprit, comme une fulgurance électrique. Sans lui demander son avis, je l’attrape par le col et la cale « confortablement » sur mes épaules.

« Ouaip’, j’ai pu récupérer un peu d’énergie et d’force… Je commence à marcher. R’gard’ bien, j’peux m’déplacer sans aide, avec toi sur mon dos ! Ce n’est pas comme si elle était ultra lourde, de toute façon. Je continue donc de me déplacer, à la recherche de ce qui pourrait être le chemin pour pénétrer en son village. Euh… Je me gratte le menton. J’connais pas vraiment l’patelin en fait… Va falloir qu’tu m’guides j’crois, je demande un peu gêné. »

❝ my world. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


You goddam right I do! [PV Naminé] Original


you goddam right i do!

Genki semblait avoir repris du poil de la bête comme on dit, elle ne savait pas exactement combien de temps elle était restée assoupie mais le temps ne jouait clairement pas en leur faveur. Alors que les yeux bleu de la jeune fille se tournèrent vers le ciel maintenant orangée, elle se rappela alors que les membres du clan ne tarderaient pas à finir leur journée de travail et de recherche et qu'ainsi ils rentreraient chez eux, assiégeant par la même les rues et ruelles du Domaine de clan. Durant ses heures très fréquentées, la sécurité dans les rues étaient assurer par des membres du clan, expert en chasse et pistage. Naminé savait donc qu'il fallait éviter ce moment, et pourtant il fallait aussi qu'elle rentre chez elle si elle ne voulait pas inquiéter les membres de sa famille.
Le grand monsieur rassura la jeune fille en lui racontant qu'il n'allait pas la laisser tomber après ce qu'elle avait fais pour lui, très honorable de sa part mais il ne semblait pas se rendre compte de la situation dans laquelle il pourrait encore la mettre si quelqu'un les prenait. Elle pourrait être considérée comme étant une traitresse et la peine pour ce genre d'activité c'est la mort ou l'exil...bon peut-être trop radicale, elle bénéficierait peut-être d'un allègement de peine vu son jeune âge mais dans tous les cas la punition serait à la mesure de sa trahison.
Alors que la jeune fille réfléchissait à tout ceci, Genki la saisit et la posa sur son épaule comme si elle n'était rien de plus qu'une fragile petite brindille. Quel regain de force ! C'était très impressionnant pour Naminé car elle n'avait vu quelqu'un récupérer si vite !
Elle ramena une partie de la jupe de sa robe entre ses jambes pour des raisons assez évidente et elle pointa une direction du doigt.

- Par-là Monsieur Genki ! Je vais vous indiquer la route, faites attention aux rochers certains sont tout de même glissant à cause de l'embrun.

Naminé posa une main sur la tête de Genki, heureusement pour elle qu'il la tenait bien car le chemin du retour était plus escarpé que ce que le monsieur pensait !
Elle lui montra la voie et ils avancèrent ainsi.
Pour rentrer dans son domaine, ils devaient remonter la colline de sable où Naminé dessinait auparavant, ensuite ils devraient emprunter un chemin étroit entre les rochers et enfin ils arriveraient jusqu'au domaine. Heureusement pour eux, ce sentier était peu emprunter, surtout en semaine et encore moins à la tombé du jour. Sur le chemin, la jeune fille en profita pour apprendre à connaître davantage son interlocuteur, quitte à l'aider autant faire un peu connaissance non ?

- Dites Monsieur Genki, vous venez d'où exactement ?

Elle se cramponnait encore à la tête du grand Monsieur et elle le laissait poursuivre, elle savait qu'il saurait quand la reposer. Elle ne voulait pas faire tout le chemin sur son dos bien qu'elle trouvait cela marrant, d'ailleurs cela se voyait car la jeune fille souriait d'un air innocent comme à son habitude, et on pouvait voir dans ses yeux un petit air joyeux...après tout personne ne l'avait porter de cette façon auparavant, même pas son propre père avec qui elle partageait si peu de chose de toute façon !
Elle observait, perché sur les épaules de Genki, la mer qui s'éloignait et le soleil qui s’engouffrait si présomptueusement dans l'océan, elle se dit alors que la vie était parfois rigolote, qu'elle avait rencontré en peu de temps des gens extraordinaires et pourtant très singulier. Peut-être qu'un jour toutes ses nouvelles connaissances lui serviraient, peut-être qu'un jour elle fera appelle à eux et peut-être même qu'elle se battra à leur côté...qui sait ? En tout cas, elle était ravie de chaque rencontre qu'elle avait faite ! Son optimisme enfantin était peut-être le secret de sa chance justement, mais la jeune fille ne s'en rendait pas compte encore.

Halloween
Infiltrer sa propre maison...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


❝Naminé x Genkishi

    ♡ You goddam right I do!


Si cette journée a démarré de la manière la plus merdique qui soit, il faut croire que, finalement, tout rentre dans l’ordre. J’ai évité le pire, j’ai sauvé une petiote après qu’elle-même m’ait sauvé d’une mort certaine, je pense récupérer petit à petit ma force, j’arrive à marcher sans aide… et avec l’Omura sur les épaules ! Enfin, sur l’épaule, plutôt. Faut dire qu’elles sont larges, les miennes. Eh, n’est pas surnommé le Boeuf qui veut ! D’ailleurs… Il est quelle heure ? Genre, je commence à avoir la sainte dalle, là. Alors je regarde vers le ciel et… force est de constater qu’il se fait sacrément tard quand même. L’azur se teinte de lueurs orangées à mesure qu’on commence à marcher vers ce que j’imagine être Uzu… Donc la nuit approche déjà ???
Voilà pourquoi je rêve d’un foutu cochon. Ou d’un cerf. Ou de trois loups… Comment choisir ?! Tous ces mets sont si succulents et divins… j’en bave presque pour de vrai ! Mais si l’heure tourne à ce point… ça veut dire que, bientôt… les arcanes secrets du clan Kisho vont également se faire valoir ? Un grand sourire vient barrer mon visage, me donnant probablement un air meurtrier, ou de grand malade. Plus besoin de me soucier des senseurs des Tourbillons ! Je serai l’ombre de Naminé… toutes proportions gardées. Je peux même me faire passer pour un non ninja ! Aaaaah, ce pied. Il faudra que je lui dise, d’ailleurs. Des fois qu’on se fasse choper. On ne sait jamais, après tout…

Bref, la blondinette est sur mon épaule et rabat vite fait bien fait les pans de sa jupe entre ses cuisses. Bah, ça se comprend. Il serait malséant qu’un vieux pervers lubrique vienne vouloir se rincer l’oeil… aussi dégueulasse ça soit au regard de l’âge de ma « protégée » et bienfaitrice. Cela dit, même si elle a l’air confortablement installée, je la tiens de mon bras gauche afin de m’assurer qu’elle ne se fracasse pas par terre. Ça aussi, ça serait malvenu. Comment j’explique ça aux autorités après, hein ? Un coup à finir en taule pour de la merde. Et j’en n’ai clairement pas envie. Oulah non.
La jeune toubib pointe enfin une direction de son doigt tout fin : il est facile de comprendre que je vais simplement avoir à suivre le guide, un peu à la manière d’un âne à qui on tend une carotte. Loin de moi l’idée de n’être considéré que comme une mule, mais c’est quand même ce qui se rapproche le plus de notre situation, ne se mentons pas. Par ailleurs, elle m’a bien dit clairement de faire gaffe, parce qu’apparemment les cailloux sur lesquels je marche sont glissants… Je réprime un rire et ne laisse apparaître qu’un petit sourire. C’est qu’elle me sous-estime, la petiote ! Là, je concentre mon chakra dans mes pieds afin de faire l’effet d’une chaussure adhésive et me mets à courir dans la direction qu’elle pointe, au maximum de ma vitesse. Bon, rien de bien folichon, mais je pense qu’elle est supérieure à la sienne hein. Bah, j’ai de grandes pattes.

« J’pas peur d’ça, t’inquiète ! Je lui fais un clin d’oeil. T’as pas d’jà oublié qu’j’suis un Shinobi moi aussi, hein ? Je lui demande sans vraiment attendre de réponse de sa part. »

Naminé continue tout de même de s’accrocher d’une main sur ma tête alors que je maintiens sa taille de mon bras, vu que son membre restant est occupé à me montrer quel chemin prendre. Bordel, c’est quand même vachement escarpé et glissant… même avec le chakra au pied. Je fronce les sourcils et souffle avant de grogner de mécontentement, regardant mes péniches afin de pas me ramasser comme un gosse qui apprend à marcher. Encore quelques pas et… la colline sableuse que j’avais aperçue plus tôt ! Sérieusement, c’est si proche ?
Soudain, je dois m’arrêter. Ouais, utiliser autant d’efforts alors que je me suis à peine remis de ma convalescence n’était pas forcément l’idée du siècle… Devinez qui a un point de côté ? Bah c’est Bibi. Quel con, je vous jure. Aussi je m’arrête de me penche sensiblement pour récupérer mon souffle et faire disparaître la douleur, tout en prenant le soin de ne pas la faire tomber. Bah ouais, on n’est pas encore arrivés de ce que je comprends…

« J’ai… P’tête trop couru, je déplore, haletant. Laisse-moi juste r’prend’ ma respiration pis… je souffle. On va pouvoir s’y r’mettre ! Je me veux rassurant. T’en fais pas. »

Encore quelques courtes minutes de repos pour reprendre mon souffle et je sens déjà la douleur qui s’estompe. Parfait ! Au moins, je connais mes limites pour l’instant. Ce n’est peut-être pas plus mal vu qu’on va… s’infiltrer. Je réalise seulement, con. En fait, ça pue un peu. Je veux dire… Si on se fait choper, c’est sûr que je passe à la casserole. Mais ce qui m’inquiète surtout, c’est par rapport à Naminé. Qui sait de quoi Uzu (et surtout les Omura) sont capables si jamais ça venait à se produire ? Je veux dire… Il s’agit quand même de faire pénétrer un inconnu au beau milieu du domaine d’un clan majeur, ce n’est pas rien ! Bref, je crains plus pour sa peau que la mienne. Au pire, je devrais facilement me défaire de leurs chaînes vu mon gabarit et ma force de brute. Par contre, s’ils venaient à la tuer par ma faute…
Je déglutis sèchement. Je ne pourrai pas m’en remettre ni même me pardonner… Elle est toute pure et innocente, une vraie Candide… Elle ne mérite pas de prendre par ma faute. Je commence à alors à me faire tous les scénarios dans ma tête quand sa petite et douce voix me sort de mes délires.

« D’où j’viens ? Bonne question… je la charrie. J’ai beaucoup voyagé on va dire, mais là d’puis que’q’ temps j’loge dans les Montagnes d’Nord-Ouest, dans l’Enclave… j’sais pas s’tu connais ? Je lui réponds avant de lui demander alors que j’aperçois les portes de ce que j’estime être son village. Bon, fait nuit maint’nant donc on d’vrait pas m’remarquer. Je bombe le torse. ‘fin, on viendra pas croire que j’suis un ninja… Je la dépose et m’accroupis pour être à sa hauteur. Du coup… on dit j’suis quoi ? Un marchand qui s’est noyé comme une merde ? A mon tour de poser les questions. »

❝ when the hammer falls. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


You goddam right I do! [PV Naminé] Original


you goddam right i do!

Naminé s'amusait bien sur les épaules du grand monsieur, son côté enfantin ressortait très largement ! Elle affichait un air fière et malicieux, elle se rendait compte à quel point Genki était fort. Il se remettait à peine de sa noyade et pourtant il gambadait déjà comme une biche...enfin un éléphant plutôt, ça colle mieux avec l'image qu'il pouvait renvoyer !
Naminé ne voulait pas qu'il s'épuise pour rien et pourtant il semblait parfaitement à l'aise entre les rochers et les sentiers tortueux qu'il empruntait. Sa masse ne semblait pas être un handicap pour lui, cependant heureusement que le village n'était pas trop loin. La jeune fille n'était pas dupe et elle voyait bien que cette petite balade avait fait souffrir le grand gaillard ! En même temps il se remettait tout uste d'une noyade, elle ne pouvait pas s'attendre à mieux...
Il du faire une pause, reprendre son souffle et enfin repartir. Il était vraiment déterminé visiblement, Naminé ne sait pas trop s'il réalisait à quel point les choses allaient se compliquer par la suite mais elle ne fit pas part de ses inquiétudes préférant les garder pour elle, pour l'instant. Arrivé devant le village, Genki déposa la jeune fille au sol, elle avait l'impression de perdre énormément de hauteur...elle aimait bien être grande en faites. En tout cas, les choses sérieuses allaient commencer maintenant ! Il en profita pour lui dire d'où il venait, montagne nord-est ? Jamais entendu parler ! Naminé ne connaissait pas vraiment le monde en dehors de Uzu et pour cause, elle n'en sortait quasiment jamais. Non pas qu'elle n'en ai pas envie mais en tant que jeune genin d'un rang assez faible, personne ne lui conseillait de s'aventurer en dehors des murs rassurant de son village. Peut-être qu'un jour elle pourrait voir la maison de Genki, peut-être même deviendraient-ils alliés ? En tant que jeune idéaliste une telle idée avait pu migrer dans son esprit mais elle n'était pas stupide et elle savait que les choses n'étaient pas aussi simple que cela ! Bien au contraire.

Apparemment, le ninja était capable de passer inaperçu, uniquement la nuit si la jeune fille avait bien compris. Drôle de capacité, dont elle n'avait aucune connaissance mais elle décida de le croire. Après tout pourquoi mentirait-il de toute façon ? Il suggéra l'idée d'être un marchand noyé, pas si mal mais cela sonnait terriblement faux lorsqu'on voyait la carrure du grand monsieur. Il ressemblait à un homme qui avait fais la guerre, et pour cause, cela devait sans doute être le cas. Les Omura n'était pas stupide, ils auraient du mal à gober une histoire pareille ! Non elle se devait de trouver quelque chose de plus convainquant !
Elle plaça sa petite main sur son menton et observa Genki avec attention. Au vue de ses vêtements il ne pouvait pas être un « simple »marchand, il fallait qu'elle trouve quelque chose plus en adéquation avec son imposante masse. Les mots a éviter était ninja, soldat, guerrier et étranger...tout ce que le monsieur reflétait en faites.

- Monsieur Genki, désolé de vous contredire mais les personnes de mon clan sont méfiantes et franchement vous ne faites pas vraiment marchand. Pourquoi ne pas dire que vous êtes un navigateur, un marin en soit. Vous avez les mains abîmés et votre langage correspond plus à des gens qui vivent sur les bateaux. Uzu possède un port tout de même assez développé d'où le fait que vous naviguiez proche de nos berges, hélas votre barque s'est échouée alors que vous pêchiez tranquillement, vous n'avez pas pu rejoindre votre navire et vous passez par là pour en savoir plus car je vous ai repêché. A moitié vrai, ainsi les Omura ne verront pas que nous mentons.

Mentir...concept très abstrait pour la jeune fille. Elle n'avait pas pour habitude d'agir ainsi et surtout pas avec les personnes de son clan. De ce fait, s'ils se faisaient prendre, il fallait qu'elle trouve quelque chose de suffisamment convaincant pour pas qu'on voit qu'elle mentait.
L'histoire qu'elle avait inventé semblait tenir la route, du moins sur la majeur partie des points mais il ne fallait pas qu'on leur pose trop de question cependant.
Naminé hocha la tête d'un air déterminé, elle s'avança vers la porte du clan.

- Si vous êtes d'accord Monsieur Genki allons-y ! Je vais essayer de nous faire passer par le chemin le plus rapide et discret vers ma maison. A l'heure qu'il est nous devrons tout de même faire attention!

Elle attendait la réponse du grand monsieur avant de s'élancer dans son domaine, en même temps elle réfléchissait à l'itinéraire le moins dangereux, celui où ils pourraient passer incognito...

Halloween
Infiltrer sa propre maison...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


❝Naminé x Genkishi

    ♡ You goddam right I do!


Les paroles de la petite tête blonde me l’effet d’un coup de poignard en plein coeur. Moi qui pensais avoir un plan de génie, pour une fois… Eh bien non, ce n’était pas suffisant ! Après, comme on dit, il y en a toujours plus dans deux têtes que dans une. Je suis d’accord, mais ça me fait quand même chier de me vautrer face à une gamine… Et surtout de me faire corriger par cette dernière ! Question de fierté d’ego, quoi. Cela dit, je dois bien avouer que le plan de Naminé est plus… arrangeant. Pour tout le monde, qui plus est. Bah, j’aurai quand même plus de facilité à partir marine que marchandage, très clairement. Aussi, toujours accroupi face à elle, je lui souris en la regardant dans les yeux avant de lui ébouriffer (oui, encore) les cheveux.
C’est un peu ma manière de lui faire comprendre qu’elle a raison, de la féliciter, mais aussi de la remercier. On ne croirait pas comme ça, mais c’est important à faire, selon moi ! Les paroles, c’est bien. Ouais, ça va vite à dire, c’est fait. Mais ça ne reste que du blabla. De la parlote. Rien de forcément probant ni concret. C’est pourquoi j’estime que le « contact physique » (et on ne va pas s’imaginer des choses complètement tordues, par pitié) est primordial, même dans une situation aussi lambda que la nôtre. Enfin, lambda… On va s’infiltrer dans son domaine quand même. Ne l’oublions pas.

« Ouais, t’as raison… Je lui dis quand même, histoire d’appuyer mes gestes. Bravo pour l’idée, ‘tout cas, pis merci hein ! Mon sourire grandit encore un peu, dévoilant mes dents. »

Enfin, nous reprenons la route alors que nous discutons de tout et de rien. Enfin, rien… De là d’où je viens. Et les Kami savent combien il m’est difficile d’en parler. J’ai un peu de mal à situer Uzu par rapport à l’Enclave, pour être tout à fait honnête… Ouais, c’est compliqué. Je suis loin d’avoir une carte dans le nez, ou encore le compas dans l’oeil ! Une fois les portes énormes du village passées, je fais en sorte de ne croiser le regard de quelqu’un. Ouais, un tueur, tu le vois au plus profond de ses pupilles. Et ça se sent. Le mieux, donc, c’est que je fasse comme si je n’étais pas quelqu’un de fondamentalement brutal… Ou, au moins, que j’agisse de manière pacifique. Chose que j’ai réussi à faire depuis qu’elle m’a sauvé. J’imagine donc être sur la bonne voie…
D’un côté, je n’ai pas vraiment de raison de buter de l’Uzujin. Certes, la forteresse n’aime pas grand monde… On a tendance à ne faire confiance qu’à nous-mêmes. Je vous l’accorde. Mais de là à éclater quiconque ne venant pas de chez nous, combien même je suis sur leur territoire… Nan, ça ne servirait vraiment à rien, si ce n’est de me jeter dans la gueule du loup. Il s’agirait de ne pas oublier que je suis toujours considéré comme étant en convalescence. j’ai, certes, repris du poil de la bête, mais je suis encore relativement affaibli… Même si ma carrure peut indiquer le contraire, je suis à peu près sûr que je ne pourrai pas me battre contre plusieurs ninjas. Pas maintenant.

Après quelques détours dans ce qui ressemble, pour moi, plus à un labyrinthe aux différents niveaux et dédales qu’à un véritable village, nous finissons par arriver face aux portes du domaine de son clan. Là, je me pose à ses côtés alors qu’elle reprend la parole de sa douce voix angélique. Alors comme ça, elle attend mon aval. Je ris doucement et hausse sensiblement les épaules ; on va chez elle, pas chez moi. Puis, rendu là… J’imagine que je n’ai pas trop le choix. En plus, j’ai vraiment soif et ma gorge me fait un mal de chien. Sans parler de la famine qui s’empare de moi. Pour l’instant, et je touche du singe (en me touchant donc le front, quitte à attiser la curiosité de l’Omura), il ne l’a pas fait savoir. Je ne passe donc pas pour un ogre dévoreur d’enfants ou que sais-je encore !
C’est d’ailleurs là que je remarque quelques réverbérations dans le ciel. De la lumière artificielle ? Ben Dieu, c’est qu’ils sont doués ces cons ! Du Raiton, peut-être ? Je ne saurai trop le dire. Il n’y a aucune flamme pour nous illuminer et nous ouvrir la voie, j’imagine donc que c’est fait à l’aide de chakra… ou d’une connerie du genre. Mais au moins, ça confirme que je suis bel et bien indétectable des senseurs. Rien qu’à l’idée, je soupire longuement de soulagement avant de la reprendre sur mon épaule, sans vraiment lui demander son reste.

« T’m’en veux pas d’te prendre comme ça, j’espère ? Je tourne la tête vers elle, attendant de voir si je peux revoir le visage enfantin mais ravi qu’elle avait quand j’ai couru sur la plage et que j’ai manqué de me casser la gueule. J’compte sur toi pour bien m’guider, j’aimerai éviter d’trop avoir à leur causer… j’pas doué pour ça comme t’as pu l’voir ! Pis… Je pousse violemment les portes… Je n’arrive pas à contrôler ma force aussi bien que je le voudrais. J’veux pas qu’t’aies d’emmerdes à cause de moi, t’comprends ? »

Un dernier sourire et je commence à m’élancer, tous les sens en alerte. Ahhhh… Je me revois encore à l’époque où j’étais à l’ANVIL, en train d’aprenter les sentes les plus rocailleuses et à tout faire pour éviter les quelques sentinelles ennemies pognées sur notre route… C’est vivifiant tout ça ! Un brin nostalgique, elle peut presque voir une larme couler. Mais ça va, je vais bien et je ne suis pas triste, cette fois.
Ainsi, j’utilise Naminé en guise de radar, n’ayant qu’à suivre le bout de son doigt pour savoir par où passer. Mais je reste vigilant et ne la suit pas aveuglément… Et heureusement ! Encore un peu et je fonçais sur un gars que je ne connais pas. Ça l’aurait foutu mal, franchement. D’un coup d’un seul, j’ai fait un ultime pas de côté pour me planquer dans une ruelle. Là, je ferme les yeux et me concentre sur les bruits. Le con, il a des getas. On va dire que je suis chanceux.

« S’tu connais la gueule d’leurs rondes, c’le moment, Namichou ! Je lui chuchote afin qu’on ne se fasse pas griller. J’pourrai passer par les toits mais j’suis sûr qu’on va essayer d’m’tirer d’sus comme si j’étais un lapin, con ! »

❝ star sky. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


You goddam right I do! [PV Naminé] Original


you goddam right i do!

Genki sembla emballé par le plan de la fillette et pour lui faire savoir il lui ébouriffa les cheveux, chose à laquelle la jeune fille répondit en gonflant les joues et en fronçant les sourcils, une tête qui avait pour but de montrer sa désapprobation ! Elle ne voulait pas être décoiffée voyons !
Captant que cela se voulait être un geste amical elle finit tout de même par lui sourire et ils traversèrent le village. Le trajet était bien moins dangereux car contrairement à ce que l'on pourrait croire, la population d'Uzu ne prêterait pas attention à ces deux personnes, il y avait suffisamment de monde pour qu'ils passent incognito et surtout qu'ils n'attirent pas particulièrement l'attention. N'étant pas une ninja très connue...voir même pas connue du tout, personne ne la remarqua. Juste un papa avec sa fillette devait penser certaines personnes. Quoi qu'il en soit, la traversée du village fut l'occasion parfaite pour en apprendre davantage sur le grand monsieur. Il lui parlait de là où il venait mais hélas Naminé ne connaissait absolument pas la géographie du continent...enfin si elle l'avait apprise mais honnêtement elle ne s'en souvenait pas du tout alors elle hocha la tête pour pas que Genki la prenne trop pour une imbécile. Faut-il dire qu'en plus de cela, les genins n'avaient pas trop la possibilité de se déplacer librement en dehors du village et que cela leur étaient même très dangereux.

Devant les portes du Domaine, Naminé attendait la réponse du colosse, elle se tourna vers lui et le vit se taper le front...d'un air interrogateur la jeune fille arqua un sourcil en penchant la tête sur le côté...peut-être un truc de chez lui ? Elle ne préféra pas s'attardait là-dessus et quand bien même elle n'en aurait pas eu le temps car il la saisit par la taille et la repositionna sur ses épaules comme une vulgaire petite poupée de chiffon. Elle sourit cependant, cela l'amusait beaucoup, elle se sentait vraiment grande sur les épaules de Genki. Elle se tourna vers lui en souriant. Il était vraiment rigolo ce monsieur, rien que sa façon de s'exprimer faisait rire la petite blonde, elle ne se moquait pas de lui ou ne le prenait pas de haut non plus, non...elle le trouvait marrant. Elle n'avait pas l'habitude de croiser des gens extérieurs à son village et cela avait un côté assez rafraîchissant de parler avec de nouvelle personne. La jeune Omura commençait à avoir des envies de voyages depuis sa promotion au grade de Genin !
Bien qu'elle trouvait cela très amusant, il fallait reconnaître que cette position ne serait pas très discrète et que les membres de son clan ne comprendrait pas comment un inconnu puisse porter une gamine de la sorte, les Omura étaient assez prude pour ce genre de chose alors elle préféra descendre.

- Ce n'est pas que je n'aime pas ça monsieur Genki mais, cette position n'est pas très discrète, je préfère descendre. Je marcherais devant vous et vous n'aurez cas me suivre d'accord ? Si quelqu'un arrive, j'essaierais de trouver un autre chemin. Je préfère vous l'annoncer de suite, je ne suis pas une bonne menteuse alors mieux vaut éviter de croiser des gens.

Genki poussa la porte et entra, Naminé passa devant et ils commencèrent à marcher. La jeune fille savait qu'il la suivait mais ne faisait pas réellement attention à lui car elle préférait se remémorer le chemin qu'elle devait prendre. Elle marchait donc le regard droit et une main sous le menton, elle réfléchissait intensément lorsqu'elle entendit un bruit derrière elle.
Le grand monsieur avait failli heurter quelqu'un et l'esquiva au dernier moment, en faisant un subtil pas de côté, mouvement qu'elle ne pensait jamais voir d'un homme ayant une telle carrure. Il se planqua en suivant dans la rue perpendiculaire. Naminé soupira...ça allait être compliqué...
Genki lui demanda si elle connaissait les rondes des gardes mais...elle n'avait jamais fais attention à ça !

- Non, par les toits nous serions repérés de suite et là c'est sûr que tous les gardes nous couraient après puis c'est interdit, aucun Omura ne fait cela.

Naminé se frotta le menton et tenta de réfléchir à un nouvel itinéraire. Elle ne mit pas longtemps à trouver une nouvelle solution.

- Oh je sais ! Nous pourrions passer par les rues adjacentes à la rue principale ! Le soir elle est peu fréquentée et donc nous pourrions voir les personnes arriver plus facilement, normalement elles ne sont pas extrêmement surveillées puis si jamais nous pourrons passer les gardes en empruntant les entrées communes des bâtiments, on entre dans une rue et on sort dans la rue parallèle ! Ca va nous faire faire pas mal de détour, mais j'ai le plan de la route en tête donc on ne devrait pas se perdre et éviter de croiser le plus de gens possible !

Elle ouvrit la marche. Sûre que son idée était la plus adaptée, elle s'élança dans une ruelle qui longeait la rue principale, elle n'avait pas souvenir que le chemin était si étroit, heureusement, les entrées communes et les jardinets étaient nombreux et offraient une planque toute choisie en cas de présence de garde Omura. Naminé était cependant plus confiante qu'au départ, elle savait que ces rues n'étaient pas très fréquenté et avec un peu de chance ils ne croiseraient que quelques couples et jeunes qui se défilent de leur responsabilités le temps d'un soir...qui sait ?

Halloween
Infiltrer sa propre maison...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


❝Naminé x Genkishi

    ♡ You goddam right I do!


Une fois que Naminé est bien posée sur mon épaule, je la regarde et croise son regard ainsi que son sourire enfantin, plein de bonheur. Un brin nostalgique ? Totalement. Cette époque où je prenais mes enfants sur mes épaules… Je tuerai pour pouvoir la connaître encore et encore. Oui, ma petite famille me manque énormément. Cruellement. Et pourtant, je suis encore là, vivant, alors que c’était à moi d’y rester, pas l’inverse… Et pour ça, je me détesterai tout le temps. Bien sûr, je pourrai me venger, mais comment ? Je n’ai jamais parlé de cette histoire, de ce pan de ma vie, à qui que ce soit… Et je ne pense pas être prêt à le faire. Rien qu’y penser me fait beaucoup trop mal (preuve en est, je fais tout mon possible pour ne pas pleurer devant la blondinette), alors en parler à quelqu’un ? C’est totalement inenvisageable. Non pas que je me juge faible si je me mets à pleurer devant quelqu’un (encore que…), mais je n’ai tout simplement pas envie d’avoir à faire des séances et des séances avec quelqu’un pour écouter mes problèmes. Dans tous les cas, je sais pertinemment que ce n’est pas comme ça que je m’en sortirai ni que j’arrêterai de penser à eux, donc autant garder ça pour moi et vivre avec comme je le fais depuis plus d’un an.
Puis l’Omura descend de mon épaule, malgré les quelques rires échangés. Ce n’est pas contre elle, clairement pas, mais ça m’a fait l’effet d’un coup de couteau en plein coeur. C’est peut-être égoïste, mais si j’avais pu me projeter quelques années en arrière encore une paire de minutes, je l’aurais fait volontiers.

Soit. Je la laisse donc faire et je l’écoute. Il faut avouer que, encore une fois, elle a de bons arguments. Bordel, elle est pleine de ressources la petiote. Plus que certains membres de mon clan… Et ça, clairement, ça fait quand même vachement peur. Même pas quinze ans qu’elle se démerde mieux que des personnes réputées adultes… Monde de cons, je vous le dis. Alors, à mesure qu’elle parle, je hoche doucement la tête, assimilant les informations qu’elle me prodigue et lui faisant aussi comprendre que, justement, je saisis bien tout ce qu’elle peut me dire. De toute façon, c’est elle qui mène la danse, pas moi. Je suis le type qu’elle sauve, ne l’oublions pas. Et en fait il faudrait vraiment que j’arrête d’avoir des initiatives ou que je prenne des libertés, parce que, encore une fois, ça ne se passe pas vraiment de la bonne façon. Pire encore, ça nous fait perdre du temps.
Et bordel que j’ai soif. Et faim. OH PUTAIN OUAIS. J’espère qu’elle aura de la viande à m’offrir… ça va me requinquer de fou si c’est le cas ! Je salive rien qu’à l’idée, d’ailleurs… Ah bordel que j’ai hâte d’arriver chez elle, je ne vous raconte pas.

Bref, je pousse la porte et elle s’élance. Je la suis, m’adaptant à sa vitesse (il est d’ailleurs marrant de remarquer que, blessé comme j’ai pu l’être, ma vitesse ne vaut pas forcément celle d’une enfant… mon ego en prend un coup, et c’est violent). Heureusement que j’ai tous mes sens en alerte, d’ailleurs… Ben oui, même si je ne cours pas hyper vite, imaginez un bœuf qui crapahute rapidement et qui balance plus de cent kilos de muscles sur un pauvre mec qui n’avait rien demandé ? Ben c’est ce qui a bien failli se passer. Mais grâce à mon mental hors du commun (et beaucoup de chance, soyons honnête), j’ai pu l’esquiver au tout dernier moment en faisant un magistral, et sublime, pas de côté. Ainsi, je me planque dans une rue perpendiculaire et chuchote aussi doucement que je peux, espérant qu’on ne se fera pas griller. Il serait quand même con de se faire griller en aussi bon chemin, non ?
Naminé me rejoint donc dans cette ruelle sombre (pas de mauvais esprit, s’il vous plaît) et je lui explique que passer par les toits serait une mauvaise idée. Cette fois, elle semble plutôt d’accord avec moi et annonce qu’apparemment c’est interdit, puisque aucun Omura ne le fait. Ah… Je ne savais pas. Bah, faut croire que chaque nation a ses propres mœurs de toute façon.

« Genre personne l’fait ici ? P’tain, choqué, je lui réponds. J’trouve ça sympa perso, pis… ç’peut faire gagner du temps t’sais ! Continue-je de chuchoter. Là, elle se frotte le menton. j’ai compris : elle réfléchit. Eh, c’est que ça sert de savoir analyser les gens et de repérer des signes typiques. Là, elle nous propose de passer par les rues adjacentes, là où il y aura moins de monde. C’est vrai que ça peut sembler banal, mais comme je ne connais pas vraiment les lieux, c’est compliqué pour moi de dire de faire ça, hein… En tout cas, je suis bien content qu’elle ait trouvé une idée parce que je ne me voyais pas essayer de contourner le type planté comme un piquet au beau milieu de la place. J’te fais confiance t’façon, Namichou. Tekass. Tu m’guides, j’te suis. Aussi simple qu’ça ! »

Je frappe doucement dans mes mains, approuvant le plan, et je me mets de nouveau à la suivre. Autant dire que là, je me concentre surtout sur elle vu le bordel dans lequel j’entre : il y a des dédales partout, on passe notre vie à changer d’angle de course… C’est tellement intense que je pourrai presque croire qu’on essaie de semer quelqu’un plutôt que de juste faire en sorte de ne rencontrer personne. Sans déconner, s’infiltrer chez elle, ça vaut au moins une mission de rang B… si ce n’est pas de rang A. Après quelques temps, nous finissons par nous retrouver dans un espèce de jardinet (je ne m’y connais pas, mais je suis certain que les jardiniers y passent des heures et des heures tant c’est joli) lorsque… je crois entendre des pas, au détour d’une autre ruelle. Oh non, dites-moi que ce n’est pas ce que je pense… Puis je sens une présence.

« Eh merde... »

❝ a man with a plan. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


You goddam right I do! [PV Naminé] Original


you goddam right i do!

Naminé n'avait jamais fais attention, son domaine était drôlement fréquenté le soir en faites ! Rien qui ne pouvait arranger son affaire décidément.
Genki la suivait cependant sans trop râler, il était balaise et avait une carrure d'épouvantail mais son « don » lui permettait de passer plus inaperçu au couché du soleil. Fort heureusement, car comme tous les domaines d'Uzu des senseurs devaient sans doute veiller au grain, de ce fait, un étranger ninja passerait difficilement inaperçu. Mais fort heureusement ce n'était pas le cas !
La jeune tête blonde avait suggéré de passer par la route la plus longue mais la moins fréquentée, donc il voguait de jardin en jardin, de petites rues en petites rues pour atteindre leur objectif : la maison de Naminé.
En la suivant, visiblement de bon cœur, le géant la renomma...Namichou ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Peut-être une coutume de l'endroit d'où il vient ? Elle n'avait jamais réellement eu de surnom et du peu qu'elle s'en souvienne elle n'en avait donné à personne. Celui-là était particulier et elle trouvait ça étrange alors elle arqua un sourcil, tel que le grand monsieur ferait, et elle croisa les bras d'un signe réprobateur. Quitte à faire un peu de route ensemble, elle préférait qu'il s'abstienne et l'appel par son prénom.
Il faisait nuit noire, pas de lune ce soir, outre la rue principale, les autres n'étaient que peu éclairée rendant l'atmosphère légèrement plus lugubre. Tellement, qu'un chat sortit de derrière une poubelle l'effraya et que par un excès de courage...elle bondit derrière Genki lui saisissant le bras.
Une fois que la sale bête était partie en poussant un grognement digne d'un cerbère (au moins ça), la jeune fillette arbora un sourire gênée sur le visage, comme ninja parfois elle faisait peine à voir mais bon...là c'était différent, puis il était sortie de nulle part ! Naminé se frotta le derrière de la tête en se confondant en excuse, décidément c'était pas son jour. Elle reprit rapidement la route, ouvrant la voie au grand monsieur, les joues encore rouge de honte. Il ne fallait pas qu'elle se démonte pour si peu sinon elle passerait sans doute pour quelqu'un de stupide et de lâche, ce qu'elle ne souhaitait absolument pas être bien sûr !

La route était bien plus longue que Naminé l'avait cru au départ, elle commençait à en avoir marre d'emprunter les petits chemins. Elle avait hâte que cette histoire se termine bien qu'elle appréciait la compagnie du grand monsieur (mais pas son langage qu'on se le dise), elle savait qu'elle faisait une grosse bêtise en invitant cet homme et va savoir ce que les autres penseraient d'elle après cela !
Qu'est-ce qu'elle ne ferait pas pour les autres ?
Alors qu'elle marchait au devant, un nouveau bruit donna l'alerte, Naminé sourit. Elle n'allait pas se faire avoir cette fois, ah ça non ! Elle s'attendait à voir un autre chat surgir de n'importe où en grognant et en hérissant le poil...sauf que...
Elle mit du temps à comprendre que cela serait peut-être plus dramatique cette fois, elle n'envisagea cette possibilité que lorsque Genki souffla un « Eh merde », mot tout à fait approprié étant donné les circonstances d'ailleurs.
Perpendiculairement à leur ruelle, une branche retrouvait la rue principale et c'est de la que surgit un jeune garçon. Plus âgé que Naminé, blond aux yeux bleu comme elle. La jeune fille se tourna vers Genki, elle tenta de le dépêcher à se cacher derrière un gros arbustes d'un jardin voisin mais hélas il était trop tard.
Roxas tourna en leur direction, il stoppa net en voyant Naminé pousser une grande masse sans le faire bouger ne serait-ce d'un millimètre. Il observa la scène quelques instants avant d'entamer la conversation.

- Naminé ? Tout va bien ?

La jeune fille arrêta et se tourna vers son GRAND cousin, en faites leur lien de parenté était tellement éloigné qu'elle ne savait même pas si elle pouvait réellement le considérer comme tel. Elle frotta sa robe et sourit au jeune garçon qui venait d'arriver, elle fit mine d'avoir l'air surprise et lui lâcha un sublime sourire.

- Roxas ! Quelle surprise !

Le jeune garçon n'était pas dupe, il voyait bien que quelque chose clochait. Surtout en voyant le comportement de sa cousine ; il l'avait toujours trouvé un peu spécial mais là elle l'était encore plus que d'habitude.

- Qu'est-ce que tu fais là cousin ?
- J'habite à deux maisons d'ici.


Aaaaah mais qu'elle cruche, pensa-t-elle d'elle-même. Souriant d'un air un peu bête maintenant, Roxas tourna son regard vers Genki, il ne l'avait jamais vu et allait certainement demander ce que cet homme pouvait bien fabriquer ici et ce que Naminé faisait dans les petites rues du domaine. Pour anticiper sa réaction la jeune fille saisit son cousin par le bras et le guida face à Genki, il fallait qu'elle fasse diversion rapidement avant que quelqu'un d'autre ne s'amène !

- Cousin, je te présente Kigen. C'est un pêcheur, il travaille beaucoup avec ma sensei.
- Écoute Naminé, je sais pas ce que tu fabriques, mais franchement, laisse-moi en dehors de ça tu veux ?


Roxas se libéra de l'emprise de sa taré de cousine et leur fit signe de la main en partant. Il se moquait éperdument de qui était cet homme et encore plus de ce que faisait la jeune fille avec lui, il savait qu'il n'y avait aucun danger réel car il ne sentait pas de chakra particulier en cet homme. Un pêcheur comme un autre.
Naminé l'observa s'éloigner d'un air béat...elle avait donc si peu de crédit aux yeux des membres de sa famille ? Un peu vexée tout de même, elle se tourna vers Genki et elle fit la moue.

- Poursuivons, on est plus très loin.

Elle lui fit comprendre qu'elle ne souhaitait absolument pas reparler de cette histoire avec lui. Pour qui il l'avait faite passer encore ? Marchant plus rapidement, elle ne se tourna pas une seule fois pour voir Genki sachant pertinemment qu'il devait la suivre car il avait de grande jambe non ?

Ils esquivèrent quelques passants, notamment les amoureux qui se cachaient du regard des autres dans ses rues désertes, et qui de ce fait ne firent même pas attention à leur présence.
Alors qu'elle aperçut sa maison, la fillette s'arrêta, passa la tête de la rue et observa à droite et à gauche pour être sûr que personne n'était là, elle observa alors sa maison, elle se rendit compte que les lumières étaient toutes éteintes. Comme toujours, ses parents travaillaient tard et elle les voyait peu, pour une fois cela allait lui être profitable !

Halloween
Infiltrer sa propre maison...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


❝Naminé x Genkishi

    ♡ You goddam right I do!


Autant dire qu’on faisait notre bout de chemin, doucement et tranquillement. Non pas que je l’ai expressément demandé, hein, mais vu la gueule du trajet… On n’a pas trop le choix que d’y aller doucement. Déjà que j’ai un sens de l’orientation juste dégueulasse, alors devoir bifurquer à chaque intersection… Gros bordel. Honnêtement, je serais complètement incapable de prendre le chemin du retour tout seul. Ou alors il faudrait que je passe par les toits… Et autant dire que si je fais ça, les gardes du coin vont vouloir me tirer dessus comme un lapin. Non pas que j’ai peur d’être blessé, au contraire, même… Mais s’il y a un combat, je ne donne pas vraiment cher de leur peau. C’est que je suis barraqué, comme type, et le dernier qui m’a cherché… Pas sûr qu’il s’en souvienne encore vu l’état dans lequel je l’ai laissé. Bah, il peut quand même s’estimer heureux d’être tombé sur moi. Je n’avais pas eu l’ordre précis de buter le premier à me les briser, donc j’ai fait en sorte de juste le laisser inconscient. Ni plus, ni moins. Une leçon d’humilité, en somme.
Nous continuons donc notre « infiltration » dans son propre domaine quand je me mets à l’appeler par un surnom que j’aime bien. C’est une certaine habitude chez moi, déjà à l’armée j’aimais bien en trouver certains débiles pour les types que je ne pouvais pas blairer… ou pour mes cons de supérieurs. Puis, avec ma femme et mes gosses, j’ai appris à en trouver des mignons. Et comme la petiote l’est tout autant et qu’elle m’aide beaucoup, je pensais que c’était une bonne idée. Force est de constater que non, vu le regard que j’ai bouffé et toute son attitude qui a changé par après.

Maintenant que j’ai compris la leçon, je sais que je dois juste l’appeler Naminé. Je ne vais pas mentir, ça va être dur de réprimer ça, mais soit. J’en suis capable, je le sais ! Wooooooooh !!!!! Voilà, maintenant que je me suis mentalement préparé et galvanisé, je ne ferai plus cette erreur !!! En tout état de cause, je ne parle plus vraiment pendant le reste du trajet. Disons que, d’ordinaire, je ne suis pas très loquace. Alors si en plus je sais que j’ai fait une sacrée bourde… je préfère éviter tout risque de la froisser. C’est con à dire, mais la fin de ma convalescence dépend quand même beaucoup d’elle. Peut-être même un peu trop. Mais sérieusement, qu’est-ce que je vais faire si je ne peux pas boire ou manger ? J’ai tout perdu en me noyant ! Quelle vie de merde, je vous jure.
M’enfin, suis-je vraiment à plaindre ? Comme dit, elle m’a sauvé. Genre vraiment. Si elle n’avait pas été là (ou si j’étais tombé sur quelqu’un d’autre), on m’aurait probablement laissé crever sur la plage, à me noyer dans mon inconscience. Ou alors j’aurais très bien pu finir en taule ou en salle d’interrogatoire… pour finir prisonnier de guerre ou faire payer une rançon aux Kisho. Dans tous les cas, ça aurait été un sacré plan de con.

Mais alors que je pense à tous les autres scénarios possibles, voilà qu’elle sursaute et se braque avant de… saisir tout son courage à deux mains et se planquer derrière moi en me saisissant le bras. Pauvre petite fille innocente… ce n’est qu’un chat. Je souris, sans pour autant me moquer, et la sens trembler contre moi. Le chat s’est d’ailleurs mi à feuler, accroissant la peur ressentie par la jeune Omura. Sensiblement, je hausse les épaules et lance mon regard le plus noir et terrifiant à la bestiole et dégage certaines pulsions hostiles à son égard. C’est là qu’il commence à se barrer. Naminé, après ça, reprend la route et je continue de la suivre. Je jurerai avoir vu ses joues virer au rouge tomate, d’ailleurs. Ah, les enfants…
Nous reprenons donc notre excursion afin d’accéder au Saint Graal que semble être sa maison familiale. Si les rues sont occupées, il y a peu de chance pour que ses parents soient encore là. Autant dire que ça me rassure un peu. Mais on ne sait jamais ! Ce n’est que peu après que j’ai entendu un bruit. Des bruits de pas, en fait. Ça semblait un peu nonchalant, comme si ça errait sans but. Mais c’est vraiment une personne, donc c’est ultra chiant. Je vais devoir mentir, putain. Enfin, je crois. La petiote se braque de nouveau, mais cette fois… elle ne fuit pas. Elle semble même prête à défoncer la présence. Ou au moins l’intimider. Je n’en sais rien. Toujours est-il que le type se révèle être un monsieur (justement) de son clan. Un cousin, si j’en crois ce qu’elle dit, après avoir tenté de me pousser… en vain. Roxas, aussi. Là, ils parlent tous les deux rapidement puis elle se met à son bras et l’apporte à moi. Seigneur non. Epargnez-moi ça. Par pitié. Et voilà qu’elle me le présente. Kigen… Super. Remarque, ça pourrait me servir d’alias pour plus tard, genre dans une mission ou quoi… C’est intelligent en fait. Bien joué ! Par respect, je m’incline légèrement face au fameux Roxas quand il demande à ne pas être mêlé aux histoires de sa cousine. Je hausse un sourcil : ce n’est pas très sympa pour elle, ça. Heureusement que je ne suis pas de ceux qui jugent, j’aurais pu la prendre pour un nid à emmerdes autrement.

Le gars finit par se barrer et je remarque facilement que la situation a légèrement vexé la blonde. Son ton de voix se veut aussi bien plus sec qu’avant alors qu’elle m’intime de reprendre la route. D’ailleurs, si elle regardait souvent vers moi pour s’assurer que je la suivais bien, mais là… Elle n’en fait rien et ne discute de rien. J’en conclus donc qu’elle ne veut absolument pas parler de ce qu’il vient de se passer. Bah, d’un côté, ça peut se comprendre. Ça fait toujours mal à son ego de se prendre une veste par une personne de sa famille… J’imagine, en tout cas. Disons que mon modèle familial est bien loin d’être l’idéal, ni le plus conventionnel.
Enfin, nous semblons arriver à l’ultime intersection. Non pas que je le sache ou que je puisse lire dans son esprit, mais vu la précaution avec laquelle elle s’est avancée au bout de la rue et qu’elle s’est mise à regarder à droite et à gauche… Je reste néanmoins derrière elle, me pensant discret (alors que pas du tout, hein) et imite le moindre de ses mouvements, des fois que je vois quelque chose qu’elle ne verra pas. C’est là que je remarque qu’une maison ne possède absolument aucune lumière. Serait-ce donc la bonne ?

« C’ta barraque là, celle où y a pas d’lumière ? Je demande, sans discrétion. Je n’attends néanmoins pas son accord ni même sa réponse et commence à traverser et reste planté devant la porte, comme un gros rocher qu’on aurait placé là. Ou comme un garde du corps un peu amoché. C’est selon. J’vais p’tête t’laisser r’prend’ la tête d’la marche, hein… Puis, le temps qu'elle arrive, je me mets à chantonner parce que ça me trotte en tête depuis quelques temps quand même. Ohéééé ohéééé capitaine... ABANDONNEEEEEEEEE !!! »

❝ capitaine abandonné. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité


You goddam right I do! [PV Naminé] Original


you goddam right i do!

Ils étaient enfin arrivés devant la maison de Naminé. Sa rencontre avec son cousin, Roxas, l'avait miné, elle ne s'attendait pas à une si grande froideur de sa part. Ni à ce qui la prenne autant de haut. Elle savait que dans sa famille elle était considérée comme étant « le boulet », elle savait également que peu de ses membres croyaient en elle mais elle ne se doutait pas que cela la toucherait autant venant de son cousin. Autrefois, ils étaient très proche, étant fille unique, elle jouait énormément avec lui et sa sœur Chiyo, si Roxas avait toujours été destiné à prendre une place importante dans le clan, Chiyo et Naminé étaient déjà bien moins adulées mais cela n'avait pas grande importance. Enfant, les trois jeunes n'accordaient aucun crédit à ces choses, ils étaient presque inséparables. La sœur de Roxas était plus jeune de deux ans et elle suivait les deux « grands » comme leurs ombres, elle imitait jusqu'au moindre comportement, elle admirait énormément son frère qui le lui rendait bien et la protégeait toujours comme une petite chose fragile. En revanche, il voyait en Naminé une petite fille qui lui prêtait une oreille attentive et il espérait la voir réussir dans le monde ninja de part la puissante détermination dont elle faisait preuve. Seulement avec le temps, il est devenu bien plus fort qu'elle et aujourd'hui il ne l'a juge absolument pas comme son égal, comme tous les autres membres de la famille, il pensait qu'elle n'y arriverait jamais et il commençait à la mépriser un petit peu. Un mépris qu'il cachait à peine et dont il ne connaissait pas réellement l'origine, cela était peut-être lié à Chiyo. Une vieille histoire de famille dont personne n'osait parler, sauf Naminé bien entendu qui cherchait à raviver ses souvenirs perdus et qui ne comprenait pas pourquoi ce sujet était à éviter.

La lumière de la maison était encore éteinte, comme tous les soirs, les parents de Naminé n'étaient pas rentré. Sans doute encore en train de travailler. Leur recherche était bien plus importante que n'importe quoi d'autre.
Ils aimaient leur fille, cependant, ils étaient peu démonstratif et la pression qu'ils subissaient par les chef de clan les poussaient à travailler bien plus que les autres pour prouver leur bonne foi. Fut un temps où ils pratiquaient des expériences, aujourd'hui interdites, sur d'autres humains et ils furent sévèrement punis pour cela, ils avaient perdus toutes leurs recherches précédentes et aujourd'hui ils étaient très surveillés. Ce changement de situation, ils l'avaient cachés à Naminé, son amnésie post-traumatique avait également arrangé les affaires des parents, ils n'avaient donc pas eu besoin de lui expliquer ce qu'il s'était passé. C'est pour cette raison que la jeune fille pense que ses parents ont toujours été des personnes éthiques et respectueuses des autres. Il n'en était rien en faites.
Depuis toute cette histoire, et pour éviter les questions de la petite fille, les parents essayaient de l'éviter ou alors de lui faire penser à autre chose en la forçant chaque jours à se surpasser. Ils pensaient qu'un jour la petite finirait par oublier et qu'elle se consacrerait à son avenir.
Naminé était une gamine tenace et elle pensait qu'elle ne pouvait pas bâtir son avenir sans connaître son passé, elle ne pouvait pas se construire sur du sable. La jeune fille était donc inquiète pour son avenir mais également en ce qui la concernait dans le passé.

Aujourd'hui en tout cas elle était parfaitement au courant de ce qu'elle était en train de faire, elle aidait un grand gaillard d'un bled lointain à introduire sa maison...
Elle ne pensait jamais faire une chose aussi stupide dans sa vie, mais Genki semblait être un homme bien, elle le connaissait peu certes mais elle ne pensait pas qu'il ai mauvais fond. Il lui semblait reconnaissant, gentil et il faisait des efforts pour ne pas attirer plus d'ennui que Naminé n'en avait déjà.
Cela lui plaisait de rencontrer des personnes différentes et lointaines à tout ce qu'elle connaît, et surtout de se retrouver devant des personnes qui ne la jugeait pas et qui ne connaissait pas forcément sa famille.
Les jeunes du clan sortaient peu et donc ne se mélangeaient que très peu aux autres, Naminé en avait fais de même jusque sa rencontre avec son amie Miyamoto. Elle aimait parler avec des personnes différentes d'où le fait qu'elle ai demandé à être dans une équipe différente des Omura et qu'elle s'entraine parfois avec des personnes qui ne sont pas du clan. C'est une chose que ses parents comprenaient totalement, bien que cela les fasse râler car les étrangers ne pourraient pas apprendre à leur fille le hiden du clan bien sûr, mais ils avaient cédé à la demande de la demoiselle et tentait de lui trouver d'autres personnes pour ces entraînements. Naminé leur était reconnaissante mais leurs absences répétées et leurs tentatives a demi masqué d'éviter toutes ses questions.
En tout cas, elle fut rapidement sortie de ses pensées alors qu'elle observait scrupuleusement les environs, Genki partit sans l'attendre devant la porte de sa maison. Elle fronça les sourcils car elle n'avait même pas pu l'arrêter, il s'était élancé sans même réfléchir et en quelques pas il se retrouvait devant sa porte. La blondinette le rejoint d'un pas plus prudent, et alors qu'elle s'approchait de lui, elle l'entendit pousser la chansonnette comme si de rien n'était. Capitaine abandonné ? Elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire, devant la bonne humeur du grand monsieur. Elle avait été un peu irritée par la réflexion de son cousin et de ce fait son comportement avait changé. Elle essaya alors de se rattraper car le pauvre monsieur n'y était pour rien dans les travers de sa famille.

- Quel organe monsieur Genki ! Très bon choix de chanson étant donné les circonstances de votre naufrage...

Elle lâcha un petit rire sarcastique avant de se mettre devant la porte. Elle souffla un grand coup pour essayer de se libérer de toute la pression qu'elle s'était mise avec cette histoire d'infiltration.

- On va devoir essayer de rester discret, si mes parents apprennent que quelqu'un est venu, ils vont vraiment me maudire ! Non pas que je n'aime pas vos chansons, mais pour le coup il va falloir chanter moins fort.

La jeune fille ouvrit alors la porte de sa maison, jeta de nouveau un regard autour d'elle et invita Genki à entrer poliment.

Halloween
Infiltrer sa propre maison...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.

Acte II -  Infestation