Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
 :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Territoire du Vent :: Désert du Vent Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sa place est dans un musée ! [solo rang C]

avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 178
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 163
Expérience:
553/2000  (553/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Indicatif de mission:
 

-Ne rend pas ça plus traumatisant que ça ne l'est déjà. Nous nous reverrons. Je ne voulais pas. Je voulais que tu vives. Ou pas. Je me retourne.

Saeko, en chair et en os, devant moi. Je suis dans cette foutue grotte où tout a commencé, ou ma vie a décidé de partir en couilles d'un seul coup, sans aucune pitié pour ce que j'ai pu faire ou être, sans me laisser le temps de m'excuser. Sans me laisser le temps de lui dire au revoir ni même de faire une réelle amende honorable pour toutes mes erreurs, mais... Rien ne correspond, celle qui me fait face n'est pas mon épouse, cette affirmation me vient à l'esprit alors qu'elle tire un katana de son fourreau, visiblement prête à en découdre avec moi. La vraie ne voulait même pas faire de duel au kendo avec moi, même quand elle était d'humeur bagarreuse (c'est-à-dire une fois l'an), alors espérer me faire croire que la vraie oserait dégainer un katana à mon encontre, alors même qu'il y a cinq ans de cela je la suppliais de ne pas sacrifier sa vie pour moi... C'est mal la connaître. Je tire mon kunaï avant de m'approcher, les cérémoniels ne durent pas longtemps, j'exécute un déplacement rapide à la perfection pour me retrouver à côté d'elle et lui porte l'estocade. Elle esquive d'un pas sûr le côté avant de se fendre d'une riposte large, je recule d'un déplacement rapide avant de repartir à l'assaut toujours en Shunshin. Le combat dure une demi-minute avant que je ne me retrouve un genou à terre, en train de puiser dans mes réserves pour continuer mes assauts, mais je me rends très vite à l'évidence que tout cela est vain. Elle se bat bien mieux que moi.
Je tente un coup de la dernière chance, un déplacement éclair mais surtout extrêmement offensif, le kunaï réapparaît au beau milieu de son poignet et elle lâche son arme. Le temps que j'en tire un autre pour lui trancher la gorge, elle récupère celui que j'ai laissé en elle avant de me le planter bien profondément dans la poitrine.
Salope.

-Takeshi, ça va? J'ouvre les yeux. Je suis dans mon pieu, et les pieds que je vois en gros plan sont ceux de Kasugano, mon apprentie. C'est ton tour d'observer. Je sais, si je suis réveillé c'est bien pour ça.

J'émerge de ma couverture, qui me sert aussi de veste et renfile mon foulard qui était mon oreiller attitré. Ma disciple baille à s'en décrocher la mâchoire, je suis censé prendre la veille de nuit. Je m'étire comme un chat avant de me poser dans l'ouverture de la caverne qui nous sert de planque ; l'avantage que de nombreuses zones aient été pacifié par Suna est bien les nombreuses grottes inutiles qui peuvent servir de point de repos aux expéditions en patrouille. Je me pose à l'entrée située sur les hauteurs de falaises et observe la propriété de notre contrebandier, à l'écart d'un petit village qui s'est formé autour d'un puits. Cela va faire deux jours qu'on stationne ici, à parler de tout et rien en observant les allées et venues de notre contrebandier en vadrouille, qui passe son temps dehors à supposément fouiller des ruines, pour dormir la nuit comme un bon citoyen de Suna. Sauf que ce n'est pas un bon citoyen, de ce fait dès que nous aurons trouvé le bon créneau nous irons nous servir chez lui, et surtout récupérer son masque mortuaire. Suna a besoin du masque pour... Son intérêt culture je suppose, à moins qu'il ne s'agisse d'un kinjutsu caché, ou une quelconque bêtise du genre, ça ne m'étonnerait pas que le kazekage fasse passer une opération complexe pour une simple mission de sauvegarde du patrimoine. Une mission de rang C éveille moins l'attention qu'une rang A, surtout s'il s'agit de récupérer du matériel rare.

-On passe à l'attaque demain matin, dort bien.
-Demain, en plein jour?
-Oui, il n'est pas là la journée, on ira récupérer ce qu'il faut.
-D'accord, tu es sûr que tout va bien? Pourquoi est-ce que ça n'irait pas? Tu as l'air plus distant que d'habitude.
-J'ai rêvé de mon couple. Ce qui fait mal.

Atrocement mal au cœur, de se voir renvoyer à la gueule tout ce qui a été foiré dans la relation la plus stable que j'ai jamais eue. Surtout en sachant que c'est moi le principal fautif, en un sens je ne regrette rien parce que j'aurais bien profité, mais savoir que je n'ai pas pu être un bon mari en même qu'un bon fêtard me broie les reins. J'aurais préféré être un bon mari avec le recul, mais... Inutile de potasser le passé en espérant y changer quelque chose, surtout que j'ai hérité de certaines responsabilités à l'égard du village, et en attendant de mourir au service de la nation... J'imagine que je n'ai pas le droit de m'arrêter pour pleurer, ce serait le summum de l'hypocrisie avec tout ce que j'ai pu faire. Je grimace en réprimant une montée de sentiments fébriles. Ce n'est pas parce qu'une blessure a guéri qu'on peut appuyer dessus.

-Je suis en paix avec moi-même, c'est juste une montée de culpabilité rien de plus.
-Je peux prendre encore une ou deux de garde, si tu veux un instant pour toi.
-Ça ira, dort. Demain va être une longue journée et je peux me priver de sommeil, toi évite tant que tu n'as pas prouvé que tu pouvais te débrouiller dans des situations apocalyptiques.

Elle hoche la tête sceptique, avant de partir dormir dans un coin frais, je m'adosse à la paroi tiède de l'entrée et contemple le domaine de notre cible, enveloppé dans mon cache-poussière, le corps et l'esprit endolori par ce cauchemar.
Parfois je regrette que les guerres shinobis se soient arrêtées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 178
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 163
Expérience:
553/2000  (553/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
-Kodo? Ou es-ce que tu es passé? Ce n'est pas drôle si c'est une blague.

Kodo dort derrière une dune à l'heure qu'il est, avec la tempête de sable qui approche j'ai du mal à comprendre ce que l'un des deux gardes de la propriété cherche à obtenir, à se balader à l'écart de la baraque du contrebandier en quête de son collègue. A sa place j'aurais couru, j'aurais si vite et si fort que des étincelles seraient apparus dans mon sillage, tellement rapide que même un Uchiwa ou un Hyuga n'aurait pu me garder en ligne de vue. Mais non, il faut forcément qu'il se mette en tête de retrouver Kodo qui n'aurait pas dû prendre une pause un peu à l'écart de la porte principale de la demeure. Je reste invisible accroupi devant le gus alors qu'il cherche son collègue du regard, Kasugano profite de l'occasion pour se faufiler derrière lui avant de l'étrangler. Enfin, c'est comme ça que j’interprète le débilo-jutsu qu'elle lui sort, à bondir sur son dos et enrouler ses jambes autour de sa taille en même temps qu'elle passe son bras autour de sa gorge. Mo-même qui suis médecin, j'ai du mal à comprendre ce que mademoiselle tente de faire?
Ah oui! Elle tente de lui comprimer la carotide pour cesser d'approvisionner le cerveau en sang puis au bout d'une dizaine de secondes de lutte, je commence à penser que ma disciple ne sait pas vraiment ce qu'elle fait. Puis il finit par s'effondrer par terre, tel un sac de riz qu'on aurait jeté au sol sans ménagement et je ne peux m'empêcher de pouffer de rire devant si peu de grâce. Kasugano se relève haletante et ensablée, mais vivante et en bonne santé.

-Il était tenace celui-là. Mon bras gauche vient chopper son poignet droit. Je tire dessus sans ménagement, elle pivote légèrement sur le côté quand je mets mon corps en rotation, son dos heurte ma poitrine et je viens enserrer sa gorge. Ah! Ou pas. Arrête tu vas me tuer. C'est ça.

J'exécute tellement bien ma prise d'étranglement qu'elle est toujours en mesure de parler, et n'a toujours pas perdu connaissance au bout de cinq secondes. Je suis le meilleur ninja du pays du vent c'est incroyable. Kasugano finit par comprendre sa situation et me donne un léger coup de coude pour se dégager, je surjoue un grognement de douleur tandis que mademoiselle se renfrogne un peu derrière une mine boudeuse. Comme si elle allait tirer la tête bien longtemps ; elle ne fait jamais ça, c'est bien pour ça que je l'ai prise comme apprentie, parce la vie de ninja sous-entend ne pas emmerder son partenaire avec des émotions.

-Qu'est-ce qui n'allait pas dans mon étranglement? Le point de pression.
-La carotide se divise en deux assez vite, il faut que tu gonfles le bras si tu veux vraiment faire pression au niveau de la carotide commune.
-Comment est-ce que je fais pour gonfler le bras?
-En faisant des pompes le matin pardi.

Eh oui, maintenant j'imagine qu'elle fera ses pompes le matin comme je lui suggère de le faire. Sans attraper mon tour de bras, j'espère qu'elle réussira au moins à en taper trente sans devoir s'y reprendre. Lassé de cet échange, je lui fais signe de traîner le type à l'intérieur de la maison tandis que je ramasse le dénommé Kodo pour le déposer au milieu du salon. Ma disciple détourne le regard, un peu honteuse d'avoir défoncé la serrure plutôt de l'avoir crochetée, toutefois je ne dis rien. Quand on peut ouvrir une serrure d'un coup de pied c'est que la porte est vraiment de mauvaise facture. Chose normale quand on est un contrebandier, je m'imagine mal débarquer chez un menuisier lui demander une porte très résistante, de sorte à ce que je puisse m'entraîner à la défoncer. Même si l'idée peut sembler intelligente au premier abord, pourquoi demander cela à un menuisier quand on peut juste fracturer toutes les serrures de sa caserne?
La maison de notre hôte est vide de toute vie, si on excepte les deux gardes qui comatent dans un coin de la salle principale. Je siffle Kasugano de chercher notre masque, et comme tout bon ninja de Suna, je passe derrière elle en foutant un bordel monstre. Retourner les tiroirs, briser les miroirs, éventrer les placards et semer le bazar, il n'y a rien de plus jouissif.

-Ce ne va pas à l'encontre de notre mission? Nous devions être discret non? Si, mais ça n'a pas marché donc je nous rends discret.
-Assommer deux gardes et défoncer la serrure de notre cible c'était discret peut-être? La clenche de la porte est détruite et on voit des traces de chaussures sur sa porte qui ne sert plus à rien. Alors je fais ce qu'il faut pour que ça pousse pour un simple pillage, notre cible pensera que ce sont des bandits qui sont passés chez lui. Elle renverse une table en guise d'approbation.

Tant de porcelaines brisées, je glisse le masque mortuaire que nous étions venus cherché dans un linge et l'enveloppe précieusement dedans avant d'embarquer aussi dans ma poche quelques conneries qui valent cher. Histoire de donner le change. Théoriquement, toute richesse acquise en mission est censée être délivrée à la trésorerie du village pour éviter les pillages intempestifs, mais... J'imagine que c'est un cas de force majeure. A la fin de la tornade que nous formons à nous deux, il ne reste plus grand-chose d'exploitable, et on embarque un coffre aussi. Il est verrouillé et même si j'ai mes outils de crochetage, je ne suis pas tenté de l'ouvrir ici, ça pourrait prendre beaucoup de temps et on ne sait pas quand il va rentrer.
Chouette journée dans le désert.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 178
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 163
Expérience:
553/2000  (553/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai horreur des tempêtes de sable ; mon foulard noué contre mon visage, je progresse lentement en tenant la main de Kasugano, on se tient la main comme des gosses qui vont à un festival alors qu'on redoute plus que tout de se perdre. Le coffre chargé sur mon dos, tout notre matériel de bivouac sur celui de ma disciple on avance comme des idiots en référant à nos boussoles de poignet pour ne pas se perdre et rejoindre Suna. La tempête n'a pas l'air de vouloir se calmer, et ce qui m'inquiète le plus n'est pas d'être perdu, mais bien de manger un objet volant durant notre marche : je ne vois pas à plus de dix mètres devant moi, et nous sommes à environ cinq lieux de Suna. La météo est tellement infecte que même un Hyuga ou un Uchiha n'y verrait pas plus loin devant lui, c'est malin hein? De pouvoir voir à des kilomètres à la ronde ou de distinguer parfaitement chaque mouvement humain, maintenant comment est-ce qu'ils feraient dans le désert ces idiots? Avec un milliard de grains de sables en mouvement dans mon champ de vision et tellement de silice au mètre cube que si je lançais un kunaï le vent serait bien capable de me le renvoyer.
Comme pour provoquer le destin j'en lance un, c'est pour toi, hasard fourbe, cruel, sadique et bénévole. J'espère que tu feras un bon usage de ce poignard, probablement que tu le gaspilleras en le laissant au détour d'une dune, ou alors peut-être que tu me le renverras dans le dos dans un accès de rage, fait comme bon te semble Destin. Parce que tu es un être plus fourbe qu'un Yamanaka, plus opportuniste qu'un Kisho, plus impitoyable qu'un Kaigan et surtout, tu es un Uzujin. C'est probablement la seule explication rationnelle au fait que tu sois une telle ordure qui me plante des coups de couteau dans le dos depuis le début de mon existence. Il faut impérativement être un commerçant avide d'or pour vouloir tant que ça frapper un adversaire qui a le dos tourné.

-KASUGANO
-Hein?

J'abandonne l'idée de lui dire qu'elle a les mains moites, et que ça me gène terriblement de tenir la main à une fille qui a les mains moites. Chose très ironique et stupide puisque j'ai moi même les mains moites, enfin, j'imagine qu'au moins je ne risque pas d'avoir les mains gercées à la fin de la journée.
Puis je recroise le kunaï que j'avais jeté, en lévitation dans l'air. Puis à mesure que nous nous approchons une silhouette se forme autour, non, je sais à quoi certains et certaines peuvent penser. Je n'ai pas planté quelqu'un par accident dans le désert, ce que je dis est à prendre au pied de la lettre : il y a un corps en formation, en pleine apparition devant la dague de lancé, et cet individu tient le bout de la lame entre ses doigts. Une minute, à l'exception des Senri, qui joue avec le sable sans difficulté...

-Kasugano, cours! Elle disparaît trois mudras plus tard.

Evidemment, quand il s'agit de détaler sans demander son reste, son Shunshin arrive aussi vite que les emmerdes. L'idée de m'enfuir en utilisant un déplacement rapide me vient aussi à l'esprit, mais pour quoi faire? Nos assaillants auraient juste à marcher vite pour nous rattraper après que nous nous soyons crevés à nous déplacer à haute vitesse. On nous retrouverait à l'ombre d'une dune à reprendre notre souffle, et un animal au pied du mur tient bien plus longtemps s'il n'a pas passé sa journée à courir. Puis je me rends compte qu'il n'y a qu'une femme en face de moi, j'ai peut-être mes chances finalement, une retardataire qui se servait de la tempête pour se déplacer? Si elle pense que je suis un ninja qui va se laisser kidnapper pour finir dans son harem elle se trompe.
La tempête s'éclaircit un peu, elle grimace en constatant qu'il va falloir faire ça vite. Elle pointe du doigt le coffre que j'ai lâché pour gagner en vitesse. Elle le montre de l'index avant de se taper le torse avec. Non seulement une Kaigan veut me dépouiller, mais en plus elle n'a même pas l'amabilité de parler. Malgré son sourire d'ange, je tire la gueule devant ce marché ou je suis perdant.

-C'est une saisie de mission, je ne peux pas l'offrir à une étrangère. Elle papillonne des yeux en me faisant un regard de chaton triste. Qu'est-ce que je gagnerais à te donner ça? Qu'est-ce que je gagnerais à déposer à la trésorerie des statues en porcelaine? Un sourire de la mégère qui s'en occupe? La clanique se glisse avec une grâce de kunoichi à côté de moi avant d'abaisser mon keffieh pour faire une bise sur la joue. Tu es dure en affaires hein? La claque qu'elle me décoche m'indique qu'elle doit être de rang B à minima. Je me relève le plus dignement possible, j'avais oublié la règle numéro un de tout habitué de bordel : ne jamais dire à une pute que c'est une pute. Je refuse toujours. Elle a l'air surprise. Je suis un ninja de Suna, j'ai un nindô. Baise quand tu peux, dort quand tu peux, manges quand tu peux, parce que quand tu voudras il est très probable que tu ne puisses pas. Mais ça, seuls les vétérans endurcis peuvent le comprendre. La Kaigan claque des doigts avant de pointer le coffre, encore, puis désigne le Sud avant de mimer un type qui dort. Je ne vais pas en plus faire les commissions d'une Kaigan. La silencieuse se tape le front. Elle me pointe du doigt. Que je vienne moi au camp? Hochement de tête. Pour dormir? Nouveau hochement de tête. Elle se pointe du doigt.

, la question peut se poser. Servir Suna et repartir avec juste le masque mortuaire, considérant que me faire enlever par une Kaigan ne vaut pas le coup, ou alors au contraire, me faire kidnapper par une Kaigan pour passer un bon moment. Pour ensuite me faire sacrifier à Shukaku et ainsi fournir un casus belli à Suna pour les exterminer? Pour un type sain d'esprit la question ne se poserait pas, mais moi j'ai déjà été tué, et se faire égorger ne fait mal que les premières secondes, ensuite l'esprit décroche totalement. Alors... Est-cette mademoiselle est assez belle pour que ça vaille le coup?
Pour moi oui.
Mais plus tard, ça va être le bordel dans quelques heures si je ne reviens pas vivant et avec le masque. Je glisse la malle vers elle.

-Un autre jour, j'ai un rapport à faire. Je te laisse la malle. Mais je garde le masque.

Je reprends ma route en trottinant vers Suna alors qu'elle se fend d'un dernier mauvais regard à mon égard. Un peu plus et je me faisais assassiné pour un faux dieu.
J'ai eu de la chance de m'en sortir en un seul morceau, même si je peux dire au revoir à mon supplément de solde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Territoire du Vent :: Désert du Vent-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.