:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Sud-Ouest :: Plaines Fertiles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

COIN [Mission rang B, PV Akame]

avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Parchemin de mission:
 

-De la contre insurrection en somme. Annonçais-je à Akame en sortant du château. Trouve toi un alibi qui tient la route, je suis ici pour récupérer un bijoux qui m'appartient après que les bandits aient intercepté la caravane de marchands qui devait l'acheminer à bon port.

En marchant à l'extérieur de la demeure du suzerain des lieux, en me remémorant alors les cours sur la contre insurrection que j'ai reçu lors de mon service, les COINs comme aimait bien les appeler notre instructeur, je cherche à assembler le puzzle. Rien ne vaut un peu de réflexion pour comprendre son adversaire, et le mouvement qu'il va faire au prochain tour.
Des brigands au grand coeur, rien que ça, comme mentionné précédemment avec la chuunin de Suna, les choses ont tendance à s'envenimer assez vite lorsque l'économie est atteinte, surtout quand la population y est mêlée de façon aussi active. De ce fait, inutile d'essayer d'enquêter frontalement à la recherche des brigands, ils seront couverts par la population tant que celle-ci n'a aucune raison de se confier à nous. Si je voulais mal faire le travail, et obtenir une victoire tactique, sans doutes que j'irai arracher les ongles d'un paysan, puis d'un autre, jusqu'à obtenir mes réponses pour ensuite tuer sauvagement mes collègues qui ont cru bon de prendre le partie de la veuve et de l'orphelin. Définitivement une tactique qui marcherait, mais la victoire ne serait que de courte durée ; d'autres auraient alors pris la place des bandits, conforter par mes actes dans leur quête de richesse face au seigneur de ces terres. Un mois plus tard on m'aurait probablement appelé, soit par les brigands pour assassiner le seigneur, soit par ce dernier pour éliminer de nouveau l'engeance qui se serait installée. J'ai un sourire alors que nous nous dirigeons vers l'auberge qui nous servira de camp de base.

-Le secret pour mener à bien ce genre de choses est d'être agréable, sourit, dit bonjour aux gens même si en d'autres occasions ils n'auraient même pas mérité ton regard, n'ait pas l'air menaçante. D'ailleurs, en parlant d'hospitalité... Je me retourne vers Hebikaze. Sais-tu cuisiner? Je songeais à embarquer quelques friandises, à partager bien évidemment. Avec les pauvres. Les gens se livrent beaucoup plus facilement quand on a partagé quelque chose avec eux, et puis il faut bien se donner les moyens de parvenir à ses fins non? A part ça, souvient toi des grands principes de ce genre de mission ; la question n'est pas de contrôler un territoire, ou de faire un maximum de victimes chez l'adversaire, si tu veux que ce soit une vraie réussite, il faut que nous ayons les civils de notre côté, sinon ils ne parleront jamais. Notre objectif est de les retrouver, ensuite... Nous aviserons en fonction de ce qu'ils nous proposent et de l'attitude du seigneur ; je doutes que nous ayons suffisamment de ressources pour décimer une bande de shinobis et de samouraïs. Sauf s'ils sont vraiment mauvais.

A mesure que nous marchons, la foule change de nature, des riches marchands ayant une geisha à leurs côtés aux palanquins, nous passons aux classes moyennes, paysans essayant de vendre le fruit de leurs récoltes et pour enfin terminer, les mendiants, les joueurs fauchés comme le blé ainsi que les castes inférieures. Les bâtiments, s'ils étaient resplendissants au début, accusent désormais une sévère usure et n'ont pas été rénovés depuis longtemps. Puis une auberge attire mon attention, exactement ce que je cherchais : beaucoup de voyageurs sans le sous, en plus des prostituées si je me réfère à certains kimonos assez courts au niveau des jambes. Mais c'est l'aubergiste qui m'intéresse ; je glisse les pièces sur le comptoir, pile ce qu'il faut pour deux chambres et un petit supplément.

-Deux chambres s'il vous plaît. Je me retourne un instant, un bruit m'ayant fait sursauté, mais rien de suspicieux normalement. La police est sur les dents en ce moment, de ce que j'ai entendu les voleurs du coin les ont encore humilié récemment? Du moins, c'est ce que j'en déduis puisqu'ils m'ont questionné pendant une heure sur les raisons de ma présence ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que les deux Kunoichi entraient dans le château du noble seigneur, Akame ne perdit pas de temps pour avouer que l’intérieur donnait une claque tellement c’était magnifique, c’est sûr qu’on ne peut y retrouver cela à Suna, cependant deux femmes se pointèrent en même que le seigneur, en arrivant au château, la jeune femme avait eu des échos sur la situation du seigneur, le peuple semblait être contre lui désormais. Il avait oublier ses sujets au dépend de galas bien organisé et de rendez-vous qui coûtait fortune, un homme qui dépensait sans compter en somme, une personne écœurante pensa-elle en observant le seigneur, au passage il n’était point grand, il était même plus petit que Akame, non loin du un mètre soixante-cinq environ, les cheveux longs et bruns, la peau pale aussi blanche que un cadavre, il n’était pas beau à voir. Mais le ton roque de sa voix en faisait presque peur il expliqua longuement la situation que Hurlecendre avait évoquée auparavant, cependant Hebikaze comprit tout le génie des criminels en voulant faire ami-ami avec le peuple et cette situation était et allait être très compliqué à démêler, à la fin de son débriefing, la dernière phrase du Seigneur fit doucement sourire la Sunja-jin.

* Vous êtes un monstre, donner de l’argent aux pauvres et peut-être vous auriez une chance de vous rattrapez. *

Mais elle ne pouvait pas le dire à haute voix, ce n’était pas le moment de causer du tord, sans perdre de temps Akame prit la parole.

-Ne perdons pas de temps, allons-y.

Puis les deux Kunoichi quittèrent le domaine du seigneur, la tête haute pour Akame toujours avec la hâte de réussir cette mission.

-C’est triste de vouloir faire le bien en ne respectant pas les règles. Devoir se mettre le peuple dans la poche sera loin d’être aisée mais j’ai confiance en nous, je suis sûre que nous pouvons le faire.
Affirma l’adolescente regardant le panorama qui donnait sur les terres du seigneur. Hurlecendre avait trouvé une cause pour justifier sa présence ici.
-Je dois retrouver le collier de ma défunte mère volé par ces brigands.
Dit-elle en chuchotant, dans des villages comme ceux-ci les murs peuvent avoir la drôle de capacité à avoir des oreilles. C’était la première fois qu’elle eu une idée sombre de mentir sur sa mère pour trouver un prétexte, Hebikaze trouvait cette excuse légèrement stéréotypé pour être vrai mais si ces interlocuteur la prenne de pitié ou encore d’empathie peut-être que les résultats seront bons.

Cette tâche allait prendre du temps, et la jeune femme devra se montrer patiente pour mener à bien cette quête saugrenue. Akame suivit alors sa partenaire sans savoir vraiment la destination mais Hurlecendre avait beaucoup plus d’expérience et prenait les rênes pour cette mission, Aka devait en tirer correctement des conseils que Hurlencendre allait lui léguer pour son propre futur et l’indépendante fit de même en expliquant que, la politesse et la bienveillance était de mise pour réussir ce genre de chose. La grande femme se retourna vers l’adolescente lui demandant si-elle savait cuisiner or cette dernière n’avait jamais eu l’occasion de le faire, c’était peut-être sa première fois.

-Je n’ai jamais cuisiné, mais je peux essayer ! Expliqua-elle, pourquoi cette question ? Ne savait-elle donc pas cuisiner ? Tout en continuant d’écouter sa camarade, elle observait les gens qui passaient, ils changèrent au fil du temps, des riches au pauvres passant par la caste ouvrière.

-Cela risque d’être compliqué d’avoir le peuple avec nous ? Ils sont déjà conquis par les criminels, peut-être que si nous donnons de la nourriture à un mendiant ou bien quelque chose qui y ressemble , il pourrait nous vendre des informations. Proposa la chuunin en marchant et les deux femmes arrivèrent finalement à une auberge, cela fera office de maison le temps de ce contrat.
Laissant Hurlecendre parler à l’aubergiste, Akame regarda le spectacle à l’entrée de l’auberge, ça ressemblait plus ou moins à une dispute d’amis, allait-ils en venir aux mains se questionna-elle ?

-Je vous plains à être aussi grande, ça doit attiré le regard de la police, enfin bref, on fais quoi désormais ? Puis elle chuchota aussitôt.
Allons trouver un mendiant pour soutirer des informations ou bien vous avez une meilleure idée ? Je suis toute ouïe.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres




La grande cité de Mirakasa était un des joyaux des Plaines fertiles. Bien sûr, elle n’était pas comparable aux citadelles des Daimyo dirigeant les régions, mais elle surpassait de loin les autres villages un tant soit peu fortifié.
A l’intérieur de ses hautes murailles de pierre blanche se trouvait une ville continuellement éveillée. Du château du seigneur Kojima aux bas-fonds de la vieille ville, les citoyens allaient et venaient, pour le loisir, pour le travail (pas forcément licite), pour des manigances. Jours et nuits.

Néanmoins, ce bouillonnement n’était qu’une façade ; bien qu’à première vue, la cité avait tout pour rendre envieux ses voisins, si on grattait un peu la surface, on se rendait compte que tout n’était pas aussi beau. Le seigneur avait un peu trop privilégié les nobles, un peu trop délaissées les classes moyennes et pauvres, un peu mal géré les finances, un peu mal géré les services de surveillance… Alors, le peuple avait un peu décidé de se prendre en main. Une troupe d’hommes entraînés et déterminés c’était mis à prendre aux riches pour donner aux pauvres, au grand plaisir du Peuple. Au grand désarroi des Nobles.
« Tout ceci devait cesser » Pouvions-nous entendre dans les couloirs du Château. Il leur fallu un mois entier avant de se lancer et de recruter, secrètement, des Shinobis pour mener à bien cette affaire.

Les deux sauveuses avaient décidé de commencer leur traque dans une auberge, au fin fond des Quartiers Pauvres. Une riche idée, si elle était suivie d’un plan adéquat.
-Deuxième et troisième porte à gauche, après l’escalier, fit-il un peu distrait, en train de remplir des bières pour un groupe de jeune homme peu calme.
Il glissa néanmoins les pièces dans sa poche.
-Si vous voulez une table, allez-y, quelqu’un viendra prendre votre commande. Sinon, attendez-moi au comptoir.

Un homme qui avait préalablement fait tomber sa chaise, avait enfin réussi à remonter dessus, au pris d’un effort conséquent. Il était seul et voulait sûrement le rester. Non loin, le groupe de jeune homme que venait de servir l’aubergiste continuait de parler avec force mais sans une once d’agressivité. Ils semblaient forts physiquement, entraînés, et leurs habits troués ou abîmés pouvaient démontrer, pour l’œil aguerri, qu’ils se battaient souvent. Deux autres tables étaient remplies : un couple mangeait en rigolant discrètement et en discutant. Et un trio d’amis, assez calme, qui buvait, lentement, leur bière. Vos regards se croisèrent légèrement, mais il ne s’y attarda pas. Intimidé par les filles ? Peut-être.

Alors que l’aubergiste avait fini son tour, il revint vers vous (au bar/table/là où vous êtes), un peu essoufflé dû à son surpoids préoccupant.
-Alors, pfff, je vous sers quoi, pfff ?








Récapitulatif combat:
 
         

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un groupe d'hommes forts, peut-être nos bandits, peut-être juste des bagarreurs de rues particulièrement compétents, ils ne nous portent aucune attention. Sans êtres vulgaires ils font du bruit et ne semblent pas en mauvais termes les uns les autres, ni en train de comploter quoi que ce soit, je laisserai traîner mes oreilles plus tard. En attendant, mon regard s'attarde sur le trio, ils boivent discrètement, ne font pas de vagues, l'un d'eux nous a observé brièvement, je m'étire discrètement, le but n'est pas de soulager mes muscles mais de vérifier que mes sacoches de shuriken sont toujours à leur place. Elles y sont toujours. Puis vient le couple, ils ne font pas de vagues mais l'endroit me semble inadapté à... Un couple justement, j'imagine mal deux tourtereaux venir se voir ici, mais ne nous laissons pas berner par les apparences, ni par la paranoïa. J'ai mes shurikens à portée de main, je dois bien être en mesure de créer une diversion qui nous permettra de faire la lumière sur une chose ou deux.

-Nous allons nous installer à une table. En chemin, je glisse à Hebikaze sur un air innocent qui n'en veut pas moins dire. Profite de la vue.

Nous nous installons à une table à côté d'un mur, de ma place j'ai une vue perçante sur le trio qui boit en silence, je garde un sourire serein même quand les regards se croisent, tandis que la Suna-jin a un angle parfait pour guetter les bagarreurs. Lorsque le patron, homme enceinte à la vue de sa panse nous demande ce que nous commanderons, je ne me laisse pas séduire par l'idée de prendre un bon repas chaud. Il faut garder à l'esprit où est-ce que nous sommes, et les tenants et aboutissant de notre mission. Je me fends d'une bouteille de saké, l'alcool n'aide pas à réfléchir, mais en petite quantité il ne pénalise pas non plus l'organe le plus important du stratège. Je me garde bien de commenter le choix de ma camarade, chacun ses goûts, surtout que la mission passe avant les mondanités.

-Dites moi patron, il semble que ce soit jour de fête à côté. Il se serait passé quelque chose en ville? Les brigands ne ripaillent pas pour rien, encore moins après une défaite, donc ils doivent profiter d'un de leurs larcins j'imagine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Après que Hurlecendre eu sa discutions avec l’aubergiste, ce dernier proposa aux kunoichi d’aller dans leurs chambres ou bien à une table, la grande femme affirma vouloir aller à une table laissant par la suite un sous-entendu que Hebikaze comprit rapidement, la suna-jin se posa à une table qui donnait vue sur toute la pièce.

En prenant la peine de regarder encore une fois un peu mieux, elle remarqua d’autres groupes, l’un d’eux était composé d’hommes fort physiquement, ces personnes là tapa dans l’oeil de la jeune femme, non pour leur physique bien entendu mais pour la mission, leurs habits semblaient affichés des ouvertures dans leurs habits sûrement dut à de nombreux duels. Était-ce eux ? Non pensa Hebikaze, les autres individus de l’auberge semblait avoir un œil indifférent vis-à-vis d’eux. Akame fit mine de rien mais prenait soin d’observer correctement les personnes au physique puissant, elle ne devait prendre aucun risque et ne laisser aucune chance de rater les personnes qu’elle devait embarquer, mais comme dans toute chasse, les chasseuses ne commencent avec peu de chose et doivent se débrouiller de elles-même pour parvenir à leurs proies. Quittant légèrement des yeux le groupe pour en analyser un autre, un garçon croisa le regard de la chuunin, les deux furent surprit de se regarder droit dans les yeux, en suivit une petite gêne qui força les deux personnes à abandonner le regard, en dehors de la gêne, l’adolescente avait une petite idée derrière la tête, le trio d’amis ne semblait pas totalement net et valait peut-être le coup de se pencher sur le coup un peu plus. Aka’ plongea sans faire de mouvement brusque la main dans la poche de sa veste orange et sentit son kunai, la présence du kunai la rassura, l’ambiance était malsaine, quelque-chose tournait pas rond ici, elle avait le sentiment d’être observé mais en vu du couple qui rigolait, cela lui réchauffa le cœur, mais quel endroit pour manger en couple pensa-elle puis le dirigeant de cet endroit se pointa souhaitant avoir la commande des deux ninjas en infiltration.

Prise de court alors que l’aubergiste attendait sa réponse, elle répondit rapidement avec un léger sourire comme Hurlecendre avait expliquée auparavant.

-De l’eau s’il-vous-plaît.

Puis l’aubergiste victime de son surpoids s’exécuta pour remplir la commande exigé des deux femmes, Akame continua de garder un œil sur les différents groupes, essayant de ne rien rater.

Quelques minutes passèrent, et le patron des lieux revenait avec les commande, un verre d’eau et la gourde qui allait avec et une bouteille de saké. Hebikaze arqua un sourcil, elle se demandait si cet alcool avait pour don de concentrer ou bien Hurlecendre était-elle simplement alcoolique ? Mais sans perdre de temps, l’adolescente bu quelques gorgées de son verre écoutant la discutions de la ninja indépendante et de l’homme.

Aka’ attendait avec impatience la réponse du patron, peut-être allait-il donner des informations bien plus concrète que à présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


L’aubergiste mit ses mains sur ses hanches en les regardant prendre commande, mais aussi pour récupérer un peu de son souffle. Solidement bâtis, la cinquantaine, il pourrait presque passer pour un militaire, si ça bedaine proéminente ne trahissait pas une hygiène de vie incompatible pour ce corps de métier. Après les avoir regardés et pris leurs commandes, il s’apprêtait à tourner ses solides jambes avant parlées.

-Oh, eux, ce sont des braves gaillards du coin. Des jeunes adultes qui arrivent à se débrouiller dans la vie et qui fêtent ça bien ! Allez, de l’eau, un repas et du saké, c’est parti hihi !

Il s’éloigna d’un pas puissant, en chantonnant quelques mots, joyeux.
Alors que leur commande était en préparation, l’un du groupe bruyant se leva pour avancer vers le comptoir. Il voulait sûrement demander quelque chose à l’Aubergiste.
Presque dans le même temps, par une étrange coïncidence, le couple s’en alla, assiette vide et monnaie sur la table. Main dans la main et toujours rieurs, ils prirent le chemin de la vieille ville, continuer leur soirée ailleurs.
La troisième table était toujours aussi calme. Ils buvaient modérément. D’ailleurs, ils n’avaient toujours pas recommandé, alors qu’ils portaient leur choppes à leurs bouches de façon récurrente. Mais bon, vous savez ce qu’on dit, il n’y a pas d’alcool fort, juste des hommes faibles.
Alors que l’aubergiste mettait du temps pour ressortir, pour finalement se mettre à parler au garçon, une serveuse, blonde et souriante, arriva les mains chargées de votre commande.
-Et voilà pour vous, bon appétit !


Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Des jeunes qui se débrouillent dans la vie?
Je suppose qu'à une certaine époque, moi aussi j'arrivais à me débrouiller, en étant une kunoichi médiocre mais suffisamment capable pour assumer des tâches subalternes. J'évite de creuser le sujet alors que mes doutes se confirment lentement ce qu'ils sont, toutefois, en l'absence de preuves sérieuses, autant ne pas éveiller les soupçons. Le couple part, avec une attitude tout à fait normale, il ne reste plus que les bavards et les calmes, ils boivent trop ; ils trempent les lèvres, c'est de la bière. Ils squattent, des mouchards?
Très possible, après tout, ils consomment, n'attirent pas l'attention, ils se confondent parfaitement dans le décor et personne ne songerait à leur chercher des problèmes. Et puis surtout, ils peuvent partir quand ils veulent puisqu'ils sont ici depuis plus longtemps que nous, à juste boire, un peu finir cul sec sa boisson avant d'aller prévenir le chef. Akame porte une main à sa poche dans un réflexe des plus mauvais, je lui tape le pied du bout de ma botte, les mains en évidence est un signe rassurant pour les gens autour de nous. Lorsque quelqu'un cache ses pattes, il peut très bien les montrer de nouveau, avec un parchemin explosif autour des doigts ou un shuriken. La raison pour laquelle je n'ai pas tâté ma sacoche d'étoiles de lancer tout à l'heure. Je secoue gentiment la tête en souriant, inutile d'inspirer la méfiance aussi tôt dans notre enquête. La Sunajin a encore certaines choses à apprendre avant de pouvoir se targuer d'être une ombre parmi les ombres, moi aussi d'ailleurs, l'apprentissage d'un ninja ne s'arrête qu'à sa mort.
L'homme qui va jusqu'au comptoir m'intrigue, le fait qu'il se lève presque en même temps que le couple disparaissait pique ma curiosité au vif.

-Arrête de tripoter ça. Je ne sais pas ce qu'elle a dans sa poche, mais je n'aie jamais vu un individu stressé mettre les mains dans des poches vides. Va lui parler, parle donc de ta maman et du bijoux que tu recherches. Il saura peut-être quelque chose. Akame s'exécute.

Pendant qu'elle va compter fleurettes avec l'homme au comptoir, je focalise mon attention sur le trio de petits buveurs, et sourit. Je les détaille du regard, mémorise les traits de leur visage pour ceux que je vois, essaie de détecter un tic qui me permettrait de les identifier. Après tout, les femmes aussi ont le droit d'avoir le regard baladeur. Une femme souriante, qu'y-a-t-il de plus agréable après tout?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Elle prit encore une dernière gorgée et c’est seulement à ce moment que l’aubergiste prit ses responsabilités et répondit à la question de Hurlecendre brièvement et sans vraiment répondre à celle-ci. Il donnait l’impression de vouloir éviter ce sujet, les kunoichi avaient-elles une touche ? Mais que ça soit Hebikaze ou Hurlecendre aucune des deux décidèrent de continuer la discution, elles devaient se contenter de cette réponse et en tirer quelque-chose. L’adolescente fit obstraction avec le monde extérieur et essayait de réfléchir, des jeunes adultes qui se débrouille bien dans la vie et qui fêtent ça bien… Les bleus et les mauvais habits indiquaient clairement qu’ils faisaient un métier demandant un bon physique or ce village inspire la pauvreté sauf pour les nobles en quoi peuvent-ils réussir dans la vie ? Les yeux de l’adolescente étaient figés sur le mur réfléchissant longuement tout en posant la main sur son kunai dans sa poche droite mais deux évènements suivirent, un homme du groupe de la table bruyante se levait quasiment en même temps que le couple qui venait de finir leurs repas, les gloussements de ce couple était à la mignon et étrangement glauque. Et encore en même temps, la grande kunoichi donna un léger coup de pied demanda de stopper à quoi elle touchait dans sa poche, la suna-jin reposa les deux mains sur la table continuant d’observer l’homme se dirigeant finalement vers le comptoir, c’était peut-être le moment d’y aller se demanda-elle ? Ironie du sort, Hurlecendre demanda à la chuunin d’y aller pour le collier de sa mère, l’adolescente s’exécuta sans perdre de temps. Akame se leva de sa chaise prit son verre à moitié vide.

-J’espère vraiment le retrouver… Dit-elle d’une mine dépitée à Hurlecendre, Hebikaze savait jouer le jeu à la perfection quand le temps l’exigeait, le comptoir où se situait le patron était accompagné de tabourets pour les alcooliques solitaires, l’individu qu’elle devait accoster attendait sûrement le retour de l’homme à la bedaine imposante, c’était le moment pour prendre quelques informations.

Elle s’avança doucement vers le comptoir le visage triste et fermé, écartant le tabouret qui séparait les deux individus. La jeune femme perdait son regard dans verre d’eau observant du coin du regard qu’elle avait peut-être réussit à attirer l’intention de l’autre individu c’est alors qu’elle prit son courage à deux mains et engagea la conversation avec un ton fébrile mais sans plus pour rester crédible.

-Quand je suis arrivé ici, à quelques lieux de l’entrée du village, j’abordais fièrement sur moi un magnifique collier orné de quelques pierres dorés. Aka’ prit une gorgé avant de reprendre son histoire.
C’était le dernier souvenir que j’avais de ma pauvre mère. Et je me suis faite agresser par des voleurs qui n’ont eu aucun scrupule à me retirer le seul objet que ma défunte mère m’a donné avant de rejoindre le ciel… Affirma-elle en ravalant sa salive pour continuer.
-Excusez-moi de vous importunez avec mon histoire, mais j’aimerais savoir si vous détenez la moindre information sur ce collier, sentimentalement je ne peux vivre sans celui-ci.. Pitié, dites moi que vous savez quelque-chose…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Alors que le jeune homme attendait au bar, il vit arriver une jeune femme, de taille moyenne et avec un physique gracieux. Cette dernière se plaça à côté de lui avant de larmoyer sur son sort et ses problèmes. L’homme la regarda avec des yeux ronds avant de lâcher :
- J’ai l’air d’un shérif ? Allez voir la garde, ils seront bien plus à même d’avoir des pistes !

Puis il se retourna vers le comptoir. Après de fins secondes, il soupira longuement avant de rajouter.
- Les voleurs du coin ne voleraient pas un objet à une fille tel que vous, à part si vous êtes en vérité une noble ? Ce qui laisse deux choix. Soit un nouveau groupe s’est installer en ville, soit vous mentez.

Il laissa planer sa phrase. Il ne voulait même pas de réponse et lorsque l’aubergiste sortit de la cuisine, il le prit à parti pour pouvoir discuter avec lui. Si la jeune Kunoichi tendait l’oreille , elle pourrait entendre des fragments de conversation.
-Vent… Est… Demain…
-Sûr … Rester… non…
-Source… Souffle… Aurore…
Il se séparent ensuite, et sans un regard envers la femme, il regagna ses acolytes, armée d’une choppes dans chaque main !

Pendant ce temps, la belle et noble Nobushi usait de ses pouvoirs féminins pour attirer l’attention de la bande la plus suspecte. L’un d’eux la remarqua et fit part au groupe de sa trouvaille, assez maladroitement pour que Nobushi puisse s’en apercevoir. L’un rigolait avec le premier avant d’être ramené à l’ordre par un troisième, ce qui eu pour effet de leur faire reprendre leur calme. Néanmoins, ce dernier regarda la Kunoichi de façon plus intense, sans peur, dans les yeux. Puis, il déclara une phrase courte, ce qui mis en mouvement le groupe, avec une organisation bien rodé.

Les trois compères se dirigèrent eux aussi vers la porte, mais l’un d’eux se scinda du groupe pour aller payer l’aubergiste. Les deux allaient sûrement attendre pendant que le dernier attendît le chef des lieux. Au même moment, on pouvait voir que le groupe de beuglards les regardait avec intention. Une malsaine atmosphère s’installa rapidement dans la pièce…








Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Le regard d'une femme, c'est à peu près la finalité de l'existence d'un homme ; avoir une progéniture, et pour ça il faut une femme. Certains choisissent de privilégier l'esprit, d'autres encore préfèrent l'art de la conversation et du savoir vivre, l'or est une méthode privilégiée par les plus riches alors que devenir ninja semble un favori. L'uniforme attire les femmes comme un aimant attire le fer, et savoir que l'on vit une existence qui ne sera peut-être plus de la partie le lendemain encourage les comportements cavaliers, qui offrent parfois de belles récompenses.
L'un d'eux mord à l'hameçon, au point de s'en casser les dents si je me réfère au coup de coude qu'il envoie à son camarade, mon sourire s'accentue en voyant que tout se passe comme prévu avant que le troisième ne me toise le plus sérieusement du monde, je contiens une certaine hilarité alors que nous échangeons des regards diamétralement opposés. L'homme sans peurs et sans reproches face à la kunoichi sans inquiétude et sans haine. Après tout, j'ai pu me défaire de samouraïs, ce n'est pas un homme grossièrement vêtu qui va m'inquiéter, ou je peux aussi lui permettre de rentrer dans la légende en étant le premier homme à avoir visiter une étoile à l'aide d'une explosion. Installée à ma place, je les regarde un brin déçue partir, alors que les ripailleurs les fixent d'un air mauvais.
Prévoyant le mauvais coup, je me verse un verre de saké avant d'attaquer ma boisson tant que je peux encore en profiter. Ensuite?
Je fais ce que toute femme devrait faire pour entendre les derniers ragots ; je m'incruste au milieu de la masse. Mais allions l'utile à l'agréable, quand j'arrive au comptoir, je pose quelques pièces dessus, j'ai envie d'une autre bouteille. J'ai une certaine consommation d'alcool, et plus j'ai bu pour passer le temps tout au long de ma carrière, plus je devais boire pour passer le temps avant d'être ivre.
Logique de l'affaire : pour être ivre moins vite, il faut boire plus.

-Une deuxième bouteille s'il vous plaît. J'aime le saké, si ça n'était pas suffisamment évident comme ça. Par simple curiosité. Juste de la curiosité, véridique, je pourrai bien lui demander plus tard, voire le découvrir au début de la nuit, mais je n'ai pas envie d'attendre. Il y a un couvre feu à l'auberge? Je suis du genre à boire tard. Juste pour savoir si cela risque de poser problème.

Comme le disait si bien mon mentor : les shinobis avant les plébéiens. Toutefois, il y a une raison un peu moins avouable à ma question ; j'ai besoin de savoir vers quelle heure l'auberge ferme en général. Histoire de savoir quand commencer une crise de somnambulisme qui me mènerait directement dans l'arrière-salle à la recherche d'indices.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Akame serra les dents quand elle vit que sa tentative de récupérer des informations échoua platement, grande déception ça semblait bien partir mais elle devait se contenter que d’un maigre lot de consolation d’aller voir la police du coin, seulement le physique de son interlocuteur était trompeur il était loin d’être bête, mais il prenait étrangement parti pour les voleurs disant qu’il n’allait pas prendre la peine de voler une personne comme elle. Comme-ci il répondait à une accusation ou l’autre alternatif était qu’elle mentait, bien que cette option là était la bonne, il avait défendu les voleurs du coin, de mèche ou bien fan ? C’était à Akame de répondre à cette question, buvant le fond d’eau qui restait dans son verre, elle tourna le regard vers le trio de compagnons sans être vu, ces trois-là étaient clairement plus susceptible d’être louche que ceux de la table bruyante bien trop calme pour une bande d’amis, ils souhaitant se faire petit mais quel était l’intérêt d’être discret dans un lieu public ? Puis soudainement l’oreille de la Suna-jin se concentra sur la discutions de l’homme ainsi que de l’aubergiste, mais malheureusement elle n’en tira pas tout les mots, la première phrase ressemblait à :
-Vent.. Est… Demain…
La seconde sonnait comme -Sûr… Rester...Non…
Tandis que la dernière -Source...Souffle...Aurore…
De près ou de loin ça semblait être un indicateur de rendez-vous, une date et une heure. Tandis que Hebikaze essayait d’assembler les mots, les personnes occupant la table en face de Hurlecendre se leva et quitta l’auberge, sauf un. Le plus charismatique passa au comptoir pour payer, le groupe d’homme buvant leurs choppes venait de perdre leurs visages si souriant pour un visage dur et fermé, la chuunin sourit au vu de la situation,  quel était le rapport entre les deux groupes ? Pour l’instant tout était que de l’hypothèse mais ils ne semblaient pas s’aimer.

Trop d’informations à donné à Hurlecendre, surtout le message codé qu’elle avait entendu quelques minutes avant, que devait-elle faire désormais ? Prendre en filature le trio semblait être une bonne idée mais trop risquée, elle avait déjà pris un léger risque qui fut mis en échec, faire le point était peut-être la meilleure solution avant de continuer, la kunoichi avait le goût amer de l’échec, au même moment où elle se leva, sa partenaire de mission se trouvait à coté d’elle, ne prenant pas la peine d’écouter ce qu’elle disait, Aka’ retourna à sa table appuyant ses coudes sur la table, la tête plongée dans ses mains.
-Vent.. Est… Demain…
-Sûr… Rester...Non…
-Source...Souffle...Aurore…
La première phrase en entière pouvait donner : Mettez le Vent à l’Est Demain ?
La seconde était plus ambiguë mais la troisième était plus intéressante : Source, Souffle, Aurore, Aurore était l’heure, le Souffle avait un rapport avec le vent, et la Source… Une source d’eau à l’est du village à l’Aurore ?
L’adolescente se tira les cheveux, ça donnait rien, et c’était complètement fou mais peut-être que ça valait le coup d’aller jeter un coup d’œil à l’est du village.
La jeune femme releva la tête et prit dans sa main la bouteille blanche de Saké, vide. Elle reposa la bouteille d’alcool et souffla en observant la table juste en face d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Malgré son échec pour obtenir des informations, la sunajin ne renonça pas et tendit l’oreille pour obtenir des bribes d’informations. Sa tête travaillait pour réunir ce qu’elle avait entendu pour obtenir quelque chose de convenable. Et elle semblait en bon chemin.

Pendant ce temps, les gens se levaient et s’asseyaient dans la taverne. L’homme qui attendait au comptoir pour payer se voit rejoindre par la femme qui les observait précédemment. Ignorant cette présence, il donna ses quelques pièces à l’aubergiste, qui semblait moins sympathique, avant de partir où ses hommes attendaient.
Une fois sortis, l’atmosphère devint bien plus amicale et le sourire se re dessina comme par magie sur le visage de l’aubergiste.

-Pas de problème, m’dame ! Un couvre-feu ? Fort heureusement que oui ! Je dois bien me reposer quelques fois ! Mais n’ayez crainte, il se trouve au plein milieu de la nuit, même plutôt au petit matin, du moins tant que les gardes ne viennent pas jusqu’ici pour nous embêter !
Alors qu’il prenait une nouvelle bouteille et la débouchona, il rajouta
-Par contre ça sera mon collègue qui vous servira le reste de la nuit, j’ai malheureusement quelques courses à faire demain, pour ravitailler l’auberge ! Et vue mon gabarit, il me faut bien un peu de repos, ahahah !
Quelques bruits avaient pu attirer nos kunoichis et leur montrer que le dernier groupe présent se donner en spectacle, faisant mine de se battre, ou recréant une scène qu’ils avaient déjà vécu. Pourtant, ce show était peut-être utilisé pour masquer le départ d’un de leur membre, décidé à suivre le groupe qui venait de rentrer.

L’aubergiste regarda d’un mauvais œil le fuyard, mais n’intervenait pas. Après tout, ce n’était qu’un aubergiste.
Le brouhaha continua quelques secondes alors que plusieurs petits groupes venaient à leurs tours remplir la taverne : un trio de vieillards, un duo d’homme mûr au bar, une femme seule…






Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Le chef du trio paie, puis s'éclipse sous le regard mauvais du patron. Ce dernier vient me voir et répond à ma question en me passant une bouteille, le crû n'a pas l'air très sophistiqué, mais à priori, de qualité honorable. Toutefois, je n'essaie guère de cacher ma curiosité lorsque l'autre groupe s'agite, tentant tant bien que mal de couvrir le départ d'un des leurs, qui semble bien décider à suivre les trois silencieux. Mon regard accroche celui d'Akame, je lui fais signe d'aller sur leurs traces pendant que je continue d'enquêter ici. Nous sommes deux, autant suivre plusieurs pistes puisque le nombre nous le permet. L'aubergiste aussi, toise l'air sombre celui qui vient de s'éclipser, suscitant en moins des interrogations plus ou moins contradictoires. S'il n'était pas content que les mauvais buveurs partent, pourquoi alors être contrarié lorsqu'un des jeunes gens qui se battent part les prendre en filature? Lui même traqué par la sunajin.
L'information ne fait pas sens dans mon esprit, puis je comprends ; il s'est pris d'affection pour les bagarreurs du dimanche et il craint sans doutes qu'il n'arrive quelque chose au solitaire qui s'est décidé de partir sur les traces du trio. Du moins, c'est ainsi que l'information se forme dans mon esprit, rien n'est sûr, tout est encore imaginable. Bien décidée à obtenir des renseignements, je formule une autre question.

-Il y a de l'agitation en ville? La question est sérieuse, même si elle est posée sur un ton léger, j'attends une vraie réponse. Je suis du genre nocturne et aux vues de ce que je viens de voir. Ou plutôt, pour reformuler cela plus brusquement, ce qu'il m'a bien laissé voir. J'ai l'impression qu'il y a des bandes rivales en ville. Si je sors à la tombée de la nuit, est-ce que je risque au détour d'une allée de découvrir une rixe entre jeunes gens?

Qu'il m'en dise plus, une kunoichi contrariée c'est moche, et si j'ai encore de la marge, je n'aimerais pas être obligée de dire en partie la vérité sur ma mission ici pour obtenir des infos. Sinon je devrais sans doutes recourir à des moyens moins conventionnels à mesure que les gens se méfient de moi, et cela risque de faire mal.
Pour eux.
Evidemment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
La petite réflexion qu’elle eu valait vraiment le coup de s’y intéresser un peu plus, cette idée était vraiment tangible, il suffisait juste que la chuunin ait le temps d’explorer cette piste encore fallait-elle qu’elle trouve le moment pour. Lorsque l’homme avait finalement payé son passage à l’auberge et qui quitta celle-là, l’ambiance redevenu chaleureuse et conviviale, cela renforçait vraiment son hypothèse de deux factions dans ce village, mais le but était de trouver quel était la faction de nos fameux voleurs de nobles. Hurlecendre avait bien sentis le coup de l’auberge, les deux kunoichi apprenaient pas mal de choses et plusieurs chemins s’ouvraient à elles mais un vacarme pas possible apparut soudainement dans la propriété de l’aubergiste, après avoir gueulé pendant une dizaine de minutes, ils commencèrent à se battre, ça semblait plus être une comédie que autre chose, mais un détail des plus croustillants fit son apparition, un type de la bande se divisa et quitta l’auberge, mais pourquoi ? Pour suivre les trois autres, Hebikaze tourna les yeux vers le comptoir croisant celui de Hurlecendre, son regard semblait demander d’aller les prendre en filature et puis si c’était pas le cas, la chuunin prenait l’initiative d’elle-même, l’adolescente fit le moins de mouvement brusque pour quitter sa résidence de quelques jours pour rejoindre les quatre fuyard, espérant que ça allait se concrétiser sur une bonne chose.

Le ciel était orangée, la soirée commençait doucement, le soleil prenait son temps à se coucher laissant encore les habitants de ce pauvre village terminer leurs missions de la journée, elle était en face de la plus grande route du village et juste à sa droite se tenait des ruelles sombres malveillante, tout au fond d’une ruelle elle recroisa l’homme qui prenait en filature les trois autres. Le type n’avait pas vu Aka’ ce n’était plus qu’une question de discrétion jusqu’à à arriver à destination, la suna-jin s’enfonça doucement dans la ruelle sordide, Hebikaze frissonna déjà, le moment était dédié à l’horreur, le soleil ne donnait aucune lumière sur cette rue, la kunoichi ne comptait pas prendre ce temps dans cet endroit et avança lentement mais sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Alors que, d’abord le trio d’hommes silencieux, puis un homme des bruyants, sortaient de l’auberge, la sunajin décida à son tour de sortir et de suivre ce dernier. Silencieuse comme une ombre, elle suivait l’homme sans que celui-ci ne s’en rende compte.
Cependant, l’homme était rusé, et suivait un chemin sinueux et difficile à pister, juste par simple précaution. Parcourant des allées malfamé et autres piteuses ruelles, ce qui devait arriver arriva.
-Alors ma belle, on se balade seule ?
Au détour d’une ruelle, et alors que sa proie venait de tourner sur la droite, un groupe de vagabond tomba des toits. Trois devants elle, deux derrière. Ils n’avaient pas du tout l’allure de celui qu’elle traquait, ils avaient sûrement préféré attaquer la jeune femme plutôt que cet homme qui avait l’air d’appartenir à un groupe connu dans la ville. Au moins dans les quartiers pauvres.
-Tu sais, on voulait te voler ce que tu avais, alors balance tout à tes pieds ! Avant de nous faire perdre patience.
La sunajin, bien que désavantagé par le nombre, pouvait sans (trop de ) mal s’en tirer, aussi bien par le combat que par une fuite improvisé. Puis, si elle voulait suivre sa cible, elle devait en finir rapidement.


Pendant ce temps, à l’auberge, Dame Nobushi restait au comptoir. Elle avait observé toute la scène et vit son acolyte commencé sa filature. L’aubergiste répondit à son interlocutrice:
- Comme dans chaque ville où le seigneur fait mal son boulot, des gangs se crée. D’abord des petits groupes, puis ils s’agrandissent avant d’être assez important. Assez important pour voir de moins en moins de soldats par chez nous, même si certains se pensent discret et viennent enquêter ici en civil…
Il faisait sûrement référence au trio non bavard, qui était partit un peu plus tôt.
-Ne sortez pas trop tard, seule, ou dans les ruelles trop sombres, et tout devrait bien se passer. Il y a bien un gang des environs qui nous cause des crasses, mais je suis sûr que quelqu’un, les gardes ou d’autres gentilhommes, viendront nous les calmer.
Alors que les minutes passaient, un homme grand et fin rentra dans l’auberge. Vu la réaction de l’aubergiste, ça devait être son collègue, celui qui venait le remplacer.
- Je suis désolé, Madame, mais il est temps pour moi de partir, vous savez, les affaires, le repos…
Alors qu’il te parlait, il avait posé ses mains sur son ventre omniprésent sur son corps.
Lentement, il alla préparer ses affaires pour enfin sortir de l’auberge et rentrer faire ce qu’il devait.




Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Des bandes de voyous en ville? Je pensais qu'il n'y avait qu'un seul groupe , des voleurs au grand coeur et avides d'égalité entre les pauvres et les riches. Si seulement les pauvres étaient heureux d'êtres pauvres et les riches heureux d'être riches, il y aurait beaucoup moins de problèmes dans ce bas monde. Toutefois, puisqu'il semble que la garde urbaine enquête en civil dans ces hommes, j'en déduis très logiquement que la police est vraiment en difficulté face à certains. Mais surtout, une phrase éveille mon attention.
Il y a bien un gang des environs qui nous cause des crasses, mais je suis sûr que quelqu’un, les gardes ou d’autres gentilhommes, viendront nous les calmer.
Ne serait-ce pas une allusion aux bandits qui vident les coffres de nobles et ce seraient soi disant pris d'amitié pour les sans le sous? La ou certains verraient un appel à l'aide déguisé, je perçois plutôt un sous entendu qui en révèle un peu plus que ce qu'il voudrait bien en dire.
Le reste de la conversation ne vaut pas le coup d'être repassée au crible, nous parlons de fioritures avant que je ne rejoigne pas ma place lorsque l'aubergiste est relevé. Je profite de mon repas, prenant la place de ma collègue pour garder un œil sur la table bruyante, boire du saké et manger, quelle vie palpitante que celle d'une kunoichi en mission. Si toutes les opérations contre le banditisme pouvaient se dérouler comme ça, il y a longtemps que je serais devenue une experte de ce genre de cas d'école.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Alors que la jeune femme poursuivait doucement sa filature, les chemins commençaient à faire apparaître des culs-de-sac, restant plus que deux ruelles à prendre, Akame prit celle de gauche, grave erreur celle-ci s’avérait être une impasse, la kunoichi reprit le chemin qu’elle avait emprunté mais à défaut d’avoir perdu quelques dizaines de secondes, la Suna-jin allait en perdre bien plus. Reprenant alors vers sa droite, cette endroit était une mauvaise idée, une perte de temps inestimable et maintenant elle découvrait une bande de cinq personnes, accosté par une phrase qui énerva très rapidement la Kunoichi, elle répondit au quart de tour
-Dégagez immédiatement, je n’ai pas le temps.
Mais cette tentative de persuasion était vouée à l’échec, le seul moyen de régler cela rapidement était d’ôter la vie à celui qui venait de prendre la parole, l’idée de tuer ne la dérangeait absolument pas, trop concentré sur sa mission, l’agacement était déjà haut, c’est alors que le chef de la clique des cinq petites frappes si mal vêtu et légèrement armé reprit la parole pour maintenant menacé Hebikaze, cette dernière haussa les sourcils, il venait vraiment de la menacer, malheureusement pour eux, la suna-jin avait décidé d’enclenché, Akame gloussa et dégaina son Kunai, mais elle avait eu une autre idée, encore plus impressionnante.
C’est alors que Aka’ posa son kunai comme demandé à ses pieds, mais aussitôt fait elle enchaîna sur un nombre de mudras incalculable, quelques mètres séparaient l’adolescente et la bande de malfrats, de petits éclairs commençaient à se distinguer autour des mains de la shinobi tandis qu’une sphère se formait à l’intérieur de ses mains, les types en face ne réagissaient point quant ils vit l’orbe de raiton se formé.
Après avoir dépensé assez de chakra, un sourire malsain se forma sur le visage de la chuunin, la situation s’était renversé, la proie devenait le chasseur, et le chasseur allait abattre sa proie.

-Chidori…
Puis la jeune femme fit un long bond pour rattraper les mètres qui se séparait entre elle et le chef de la clique et lorsqu’elle se trouva à bout portant la main qui contenait la sphère électrifié transperça brutalement le torse de son ennemi l’électrisant au passage mais le temps n’était pas au massacre, elle retira aussitôt son bras du corps de la personne sûrement inerte, la manche de son manteau fut ensanglantée, interrompu par un deuxième bandit, elle se contenta seulement d’un simple coup de coude dans la figure pour le mettre à terre et courir le plus vite possible pour sortir de cette ruelle.

Entre-temps la jeune femme enleva son manteau orange, trop suspect de le porter avec une longue tanche de sang, gardant juste son haut noir, peut-être qu’il n’était pas encore trop tard pour les rattraper, une fois sortit de ce labyrinthe de ruelles, la jeune femme respira un bon coup afin de rependre son souffle…

Récap:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Alors que l’auberge restait calme, voyant son propriétaire rentrer chez soi, quelques rues plus loin, la sunajin livrait bataille. Ou plutôt massacre.
En effet, les hommes l’ayant attaqué s’attendaient à trouver une jeune femme apeurée, non une kunoichi entrainée.
Grâce à un jolie saut et une technique raiton, elle mit à terre le chef de la troupe, avant de fuir, sans oublier d’en taper un autre au passage.
Alors qu’elle reprenait son souffle, à une centaine de mètres, l’homme entendis un léger cri. Surement le bandit électrocuté. Néanmoins, il n’y prêta guerre attention. Il savait sa mission et il la continuerait.
Si la kunoichi montait sur les toits, elle n’aurait point de mal à retrouver le bandit. Mais il fallait faire vite, il sera bientôt arrivé à destination, bien caché…

Pendant ce temps, la soirée à l’auberge continue calmement. Ou, on pourrait le croire. Si Nobushi faisait attention, elle avait pu voir plusieurs visages passer par les fenêtres. Alors qu’elle réfléchissait sûrement à se que cela pouvait signifier, la porte s’entrouvris et laisser passer quatre petites boules, explosant d’un coup, laissant échapper d’épais nuage de fumé. Alors que les personnes de l’auberges perdaient la vue, ils pouvaient entendre de nombreuses personnes crier, mais aussi rentrer dans l’auberge.
-GARDE DE MIRAKASA. TOUT LE MONDE A PLAT VENTRE !
Ayant bien étudier leur coup, les boules avaient surtout étaient lancé vers l’entrée et le milieu de la place, épargnant plus ou moins la table des bruyants. Tout ça dans le but d’être caché lorsque les gardes rentraient, afin de se mettre en position d’attaque autour de leur cible.
Les 3 compères se regardaient, déterminés à se battre, sortant de long couteau de leurs bottes et autres cachettes.
Puis, en une fraction de seconde, ils surgirent de la fumée, criant, arme au clair. Une poignée de garde bondirent sur leur ennemi de la soirée.
Pour les clients, tout ceci était incompréhensible. Mais dame Nobushi pouvait peut-être recoller les morceaux, grâce à ses informations…





Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est en ayant vidé la deuxième bouteille de saké, pas si forte que ce que j'aurais pu le croire au premier abord, que je réalise qu'il y a une agitation inhabituelle au niveau des fenêtres. Pesant rapidement le pour et le contre de la pertinence de prendre action dès maintenant, je ne fais rien et continue de regarder avant que la porte ne s'entre ouvre. Je bondis hors de ma chaise alors que des grenades envahissent une partie de la pièce, très vite la fumée qui envahit les lieux se dissipe pour laisser place à une escarmouche entre gardes et vauriens.
Si j'aide les gardes, je vais définitivement compromettre mes chances de pouvoir dénicher par des méthodes pacifiques notre bande de voleurs.
Si j'aide les bandits, je risque de définitivement ruiner mes chances de toucher ma paie auprès du seigneur.
Et si je reste les mains dans les poches, un carnage risque d'avoir lieu, et je ne suis pas une grande adoratrice de bains de sang. D'autant plus que les morts ne parlent pas, contrairement aux vivants. Ce qui ne me laisse donc guère le choix si je veux obtenir des réponses sans que le sang ne se mette à couler.
Mes mains forment les mudras des clones aqueux avant que trois ne réplique de moi ne se forment de mon côté, moi aussi je peux avoir ma propre bande. J'envois deux clones garder la porte d'entrée, histoire d'éviter qu'un importun ne veuille s'enfuir, et fonce dans la mêlée après avoir invoqué un fouet aqueux. Dans le doute autant attaquer les gardes ; ce n'est pas comme si nos brigands allaient pouvoir s'enfuir aussi facilement. J'agrippe avec mon fouet aqueux le garde le plus proche de moi avant de le tirer à ma personne ; sans doutes que je pourrais l'immobiliser, mais les voleurs de grands chemins sont assez mesquins pour poignarder un homme incapable de se défendre.

Rapport de situation:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Sous l’adrénaline, la jeune femme ne captait toujours pas avoir arracher une vie sans aucun scrupule et si à le malheur de réaliser, elle devra se remettre en question mais le moment n’était pas à la plainte, Akame devait très rapidement retrouvé la piste de l’homme qu’elle espionnait, Hebikaze avait l’étrange sensation d’être sur une bonne piste, les types qu’elle venait de croiser était de mèche ? Si elle prenait la peine de réfléchir un court instant, ses anciens ennemis voulaient voler la Suna-jin mais dans l’auberge, le type au comptoir avait prit la peine d’expliquer que les voleurs que les deux kunoichi traquaient de base ne prendrait pas la peine de voler la chuunin. Soit il y a effectivement deux groupes de voleur en ville ou bien il mentait. La première possibilité s’avérait la plus probable, cela pourrait expliquer la méfiance entre les deux petits groupes dans l’auberge, si plusieurs groupes de voleur se distinguait, cette histoire allait être longue à comprendre, mais la réponse l’attendait, à une centaine de mètres.
Akame était totalement perdu, elle n’arrivait pas à reconnaître où elle était, mais l’important était que sa cible était toujours en vue la jeune femme devait trouver quelques chose pour rattraper la distance c’est alors qu’une succession de maison lui donnait une idée, elle fit un simple bond pour être sur les toits, et enchaîna les toits pour se rapprocher très rapidement de sa cible.

Le soleil était définitivement entrain de se coucher, les lampions du villages s’allumaient chacun leurs tours et le lourd brouhaha du village se tut. L’atmosphère devenu sérieuse mais calme, elle avait désormais un meilleur visuel sur la personne qu’elle prenait en filature, tapis dans l’ombre, l’adolescente ne risquait pas d’être débusquée, elle patientait attendant la destination final, Akame reprit doucement son souffle, c’était la première fois qu’elle utilisait chidori, lorsque la chuunin fit l’apprentissage de cette technique, elle connaissait très bien le potentiel destructeur de celui-ci, mais le coût en chakra était compliqué à diriger.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Ce qui devait arriver arriva. Au lieu de prendre du recul, de fuir hors de l’auberge et d’analyser la situation, la kunoichi avait décidé de sortir les armes au grand désarroi des soldats. Envoyant deux clones à l’entrée, bravant la fumée, Nobushi invoqua un fouet d’eau et attrapa un des gardes le plus proche. Ce dernier, surpris, observant le fouet, il put quand même crier un sol mot :
-SHINOBIIIIIS !
Les gardes n’étaient ni assez nombreux, ni assez puissants pour contrer un shinobi. Alors que la fumée s’estompait, une sorte de calme était revenue. Tout le monde s’observait. Un des gaillards semblait blessé tandis que les deux autres avaient vaincu leurs adversaires, gisant par terre, assommé ou mort. Autour d’eux, quatre gardes les jaugeaient, alors que trois autres étaient plus en retrait dans la salle. A première vue, ils semblaient être des soldats basiques, sans grande formation, néanmoins, l’un d’eux, sûrement le chef, semblait plus fort que les autres. C’était sûrement lui qui avait blessé le gueulard...
Alors qu’ils se regardaient, le chef vit l’un des siens aux mains de la shinobi. Ni une ni deux, il comprit que cette dernière était un renfort des brigands, peut-être même leur chef suprême, comme disaient les rumeurs. Dans tous les cas ils n’étaient pas prêts à contrer pareille menace. Rodé par des automatismes militaires, le chef aboya un ordre et chaque soldat pris dans sa sacoche une boule avant de les lancer vers la porte d’entrée et les fenêtres. Cette opération devait être secrète, mais vue la tournure des évènements, ils avaient besoin de renfort. Et puis, s’il leur chef capturait chef des bandits, cela lui annonçait une grosse promotion.
De ces boulles jaillirent une nouvelle fois une fumée, mais rouge vif cette fois ci, sûrement un signal d’alerte entre gardes. Malgré l’obscurité naissante, elle était bien visible à l’extérieur. Les renforts ne tarderaient pas, il fallait maintenant juste survivre jusqu’à qu’ils arrivent…
Criant pour se donner du courage, le chef repartit contrer les 3 brigands restant, avec ses trois compagnons, tandis que les 3 en retrait fondirent sur Nobushi, lançant des coutelas effilé et katana bien en main.
Le prisonnier qu’elle avait fait se débattait comme il pouvait, et avait sortit un long couteau d’une cachette, dans le but de la blesser à la main.


Plus loin, perdu dans les méandres de la vieille ville, Akame avait retrouvé sa proie. Cette dernière venait de rentrer, au coin d’une ruelle, dans une trappe et disparu alors de la vision d’Akame. L’entrée ne semblait pas gardée ni piégé. Akame pouvait alors s’infiltrer si elle le souhaitait.
Silencieuse, elle ne sera pas repérée par l’ennemi. Au fond d’un couloir sombre, elle pourrait percevoir, par l’entrebâillement d’une porte, sa cible, adossée à une table, une bougie à la main. Était-il en train de lire quelque chose ? Un autre indice remonta jusqu’à la sunajin : une vilaine odeur de cramer et la grande luminosité de la pièce. Non. La proie était en train de détruire des documents !


Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Shinobi.

Je suis une femme, je prends note de l'offense faites à mon statut et envoie au sol mon prisonnier qui vient de sortir un couteau. Le fouet aqueux me revient dans la main alors qu'il essaie de se relever, je punis tout faux-espoir d'un coup de pied dans le dos, le laissant au tapis pour un bon moment. Le clone resté avec moi encaisse les couteaux de lancer, il se désagrège en une flaque trouble au sol, je regarde les gardes avec un mélange d'incompréhension et de stupeur. Je suis de votre côté non? Le seigneur a eu au moins la décence de mettre ses hommes au courant de ma présence.
J'esquive un coup de sabre d'un pas en arrière.
Apparemment non.
Je lève la main et ferme les yeux, un flash blanc envahit toute l'auberge, aveuglant une grande partie des gens présent. Les deux clones qui me restent se jettent sur les gardes aux prises avec nos bandits, l'objectif n'est pas de les blesser mais juste de les ralentir. Je charge sur l'un des voleurs de grand chemin et je me jette sur lui, au sens propre du terme. Nous passons au travers de la cloison en papier de riz de l'auberge, il grogne de douleur alors que les gens derrière nous reprennent conscience de ce qui se passe. Je bénis intérieurement les fumigènes rouges d'alerte, et l’agrippe par son vieux kimono élimé pour l'emmener avec moi dans les ruelles perpendiculaires à la rue principale, loin des regards indiscrets.

-Ne bouge pas, n'essaie pas de te débattre. Parfois des directives valent mieux que le silence. Je suis de ton côté. Nous disparaissons rapidement dans le dédale de ruelles sans qu'il n'ait son mot à dire.

La ville va sans doutes être fouillée, et je m'efforce de prendre de la distance en l'emmenant assez loin des artères principales. C'est à l'ombre d'un vieil entrepôt miteux que j’interromps notre course, enfin, notre, façon de parler. Je l'ai plus ou moins embarqué de force avec moi sans qu'il n'ait son mot à dire. Ce n'est qu'une fois que je suis certaine que personne n'est à notre poursuite que je le lâche brutalement, le repoussant contre un mur, avec le sourire. Je le laisse toutefois libre de ses mouvements, et de se refaire une convenance vu la manière dont je l'ai secoué.

-Ton chef est shinobi d'après les rumeurs, parle moi un peu de ta bande, je suis au chômage. La demande est formulée sur un ton aimable, mais qui ne souffrira aucune contradiction, toutefois puisque les voleurs sont rarement des gens intelligents, je me sens obligée d'ajouter sur un ton plus tranchant. J'ai prix des risques pour toi, j'espère que je ne me suis pas trompé sur ton compte. Au pire je le livrerai à la garde, après une discussion assez physique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hebikaze Akame
Suna no Chunin
Messages : 19
Date d'inscription : 17/04/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 0
Expérience:
0/500  (0/500)
Voir le profil de l'utilisateur
La jeune femme paniqua pendant un moment, elle venait de perdre la cible de vu lors de son ascension sur les toits, elle continua son parcours dans le vieux village. Le panorama devenait affreux lorsque le soleil s’absentait, Akame observa de droite à gauche espérant ne pas rater sa filature, c’est alors que in-extrémiste, l’espionne retrouva l’homme ce dernier semblait avoir fini sa course, il était à la fin d’une ruelle dans un petit coin et une trappe s’y cachait. L’adolescente dessinait un grand sourire sur son visage, la kunoichi venait de réussir parfaitement sans compté le petit massacre à des centaines de mètres sa filature, l’homme qu’elle traquait entra dans cette petite trappe, personne ne semblait s’occuper de la garde de celle-ci, c’était peut-être un lieu caché que seulement ce type avait la connaissance, ça sera encore plus jouissif d’entrer à l’intérieur hors de question de rater une occasion de mettre son nez dans les affaires des autres pensa-elle. Hebikaze prit la décision de descendre des toits pour avancer doucement vers l’entrée du lieu caché, la chuunin lança un dernier regard autour-elle personne était-là l’endroit et le moment pour venir était minutieusement choisit, à l’abri de tous les regards seulement sa certitude s’estompa nettement une fois devant la petite ouverture en bois, devait-elle vraiment le risque d’y aller maintenant ? Peut-être que l’occasion de se représenterait pas mais le risque en face était peut-être encore plus grand, le doute était enfin fondé, la jeune femme fut totalement incapable d’ouvrir cette trappe, la Suna-jin avait tuée sans hésiter et c’est devant son objectif qu’elle douta.

Akame serra les poings et ouvrit alors doucement le passage secret, ce dernier donna sur un couloir éternel, tellement long mais la fin était illuminé par l’entrebâillement d’une porte mais illuminé comme si c’était une bougie ou une lampe très peu flambante derrière cette porte or le bruit était inaudible ou alors inexistant. Hebikaze en s’approchant avait le luxe d’entendre alors un nouveau bruit et l’odeur lourde et non respirable renforça sa pensée, c’était un feu et en s’approchant une ultime fois de la porte, passant l’œil pour voir la pièce, des papiers étaient entrains de fondre dans le feu, l’inconnu en jetait d’autres en lisant un document. Juste avant d’ouvrir la porte l’adolescente effectua peu de mudras pour utiliser une technique ayant la capacité de changer la ton et le timbre de la voix pour dissimuler sa voix.

C’est alors que la ninja infiltrée ouvra la porte d’une délicatesse extrême,  l’adolescente sortit son kunai et s’approcha de la cible très concentré dans sa lecture, ni une ni deux, elle se leva et plaça le kunai à la limite de la gorge bloquant son interlocuteur de se retourner.

-Pourquoi tu est là ?! Pour qui tu travailles ? C’est quoi tous ses documents que tu brûles ?!
Le ton de la voix de l’adolescente était devenu grave et caverneuse comme ci que c’était un homme d’une trentaine d’années à tout casser. La gamine fit pression sur la gorge de sa victime pour lui faire peur.

-T’as une famille, une femme, des enfants et des amis, ça serait dommage que tout s’arrête maintenant si j’enfonce mon arme dans ta gorge ? Répond à toutes mes questions, si tu me mens, je te fais la promesse de t’exécuter sur le champ !

Récap':
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 189
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Une troupe pas comme les autres


Nobushi réagit rapidement et pu contrer les attaques de ses agresseurs du moment. Tandis que la patrouille de garde prenait le dessus sur les brigands, la kunoichi attrapa un des malfrats avant de transpercer le fragile mure, se retrouvant dans la rue. Rapidement, elle s’éloigna en changeant rapidement de ruelle avant d’être vue.
Elle avait échappé à cette embuscade, mais nul doute que les patrouilles seraient multipliées jusqu’au petit matin, et la ville bouclée. Du moins, jusqu’à que le seigneur comprenne qu’ils s’agissent de la Kunoichi qu’il a recruté… Encore faudrait-il qu’il puisse faire quelque chose dans que tout soit suspect.

Une fois au calme, elle interrogea sa victime du moment promptement. Celui-ci se redressa, il ne semblait pas méfiant envers celle qui lui avait surement sauvé la vie.
-Ouais, paraitrait. Jvais pas tmentir hein, on l’à jamais vue nous autres. Nous sommes cantonnés à la ville nous autres, à gagner des informations chose du genre ! D’ailleurs, j’espère que Tomo à pu faire ce qu’il devait faire… On savait, enfin plus ou moins, qu’on allait nous attaquer, alors l’un de nous est partit détruire tous nos documents importants, par simple précaution…

Il faisait surement référence à l’individu qui était partit un peu plus tôt. Celui qu’Akame avait pisté.
-Sbien beau que tu sois au chômage, car je pense qu’au moins une place vient de se retrouver libre. Restons séparé pour ce soir, encore merci d’ailleurs ! Mais demain, dès l’aube, si tu veux faire tes preuves, retrouve-nous vers la porte est. Tu comprendras rapidement ce qu’il faudra faire !

Il essayait surtout de ne pas donner trop d’information, ne sachant pas s’il pouvait faire confiance à cette mystérieuse sauveuse. Mais il voulait aussi s’en sortir vivant, donc il était obligé de lâcher quelques vérités. Puis, un shinobis en plus dans les rangs, ça plairait surement à ce chef inconnu.


De son côté, Akame avait réussit à empêcher l’ennemis de bruler d’autre (possiblement) importants documents. Ignorant tout de la situation actuelle de la ville et de son alliée, elle employa plutôt les moyens fort pour tirer des informations.
-T’es de la garde c’est ça ? Pfeu, trop tard, j’ai déjà brulé les documents les plus importants. Tu peux m’emporter, sale chien, mais jamais ne tu pourras tuer nos idéaux !!

L’homme semblait résigné dans ses convictions. Si Akame décidait de le torturer tout en l’interrogeant, elle se rendra vite compte qu’il ne sait pas grand-chose de plus. Seulement que lui et son groupe devait se retrouver demain à l’aube à la porte Est. Il ne sait rien de plus sur le chef suprême de la bande, ni de l’emplacement du camp.
En fouillant dans les papiers, elle pouvait découvrir que les bandits cherchaient une grosse cargaison de pierre précieuse que la noblesse locale devrait pas tarder à recevoir. Il avait, semble-t-il, trouvé la date de leur arrivée et son emplacement. Surement la raison du rendez-vous demain.
Sur les papiers grillés, elle pouvait deviner qu’il s’agissait d’ordres, mais devenue illisible, sauf la signature : Jin.

Dans la ville, les escouades avaient pour ordre d'arreter et de questionner toute les femmes se baladant à cette heure-ci. De plus, certains gardes portant une armure de meilleurs qualités et une légère cape traverser les rues, suivant à la trace quelque chose d'invisible...


Récapitulatif combat:
 
         

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 166
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
277/1200  (277/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Le voleur se remet droit, peu inquiet de mon existence ni de mon intervention divine qui lui a évité la prison, aussi, il se montre un peu bavard en guise de récompense. J'ai un sourire en voyant que je ne m'étais pas trompé sur son compte, et en l'écoutant, je réalise que celui qui orchestre tout cela a une certaine conscience professionnel. Ne jamais se salir les mains, toujours tout déléguer à des intermédiaires, maximiser la distance avec les crimes. Quelque chose me dit que l'individu auquel j'ai affaire a une certaine expérience dans le domaine du crime organisé, mais après tout, rien d'impossible pour une Kisho, si nous avons survécu aux grandes guerres je peux bien arrêter un shinobi non? Peut-être pas de la façon la plus subtile qui soit mais quand même.
L'idée un instant de le menacer m'effleure l'esprit, mais il ne servirait à rien de montrer les dents maintenant, puisqu'il a parlé. Je pourrais sans doutes obtenir plus en lui plantant un kunaï dans la jambe, mais ce serait contre productif sur le long terme, et engendrerait des souffrances probablement inutiles.

-Evidemment, je serais là demain à l'aube. Il est à son intérêt qu'il ne soit pas en retard, compte tenu des risques que j'ai du prendre pour lui. Je m'appel Hurlecendre au passage, si tu veux mettre un nom sur celle qui t'as sauvé pour ton patron. Je le laisse partir sur ces dernières paroles.

Ensuite? Je retourne à l'auberge, déguisée en homme en pleine fleur de l'âge. Ou du moins, devant, et me pose en attendant le retour de ma partenaire. Je ne peux pas rentrer décemment après le bordel que j'ai foutu, mais je peux toujours me faire passer pour un homme amateur de chair, surtout qu'Akame a un certain charme. Ce sera toujours mieux de passer pour un débauché qu'un criminel. C'est posé à côté d'une poutre que je guette ma camarade qui me servira de laisser passé pour ma chambre, d'où ensuite je pourrais attendre paisiblement.
En attendant, je ressasse ce qui s'est passé dans mon esprit ; les gardes doivent avoir des taupes pour venir attaquer ainsi les bandits, ou du moins des guetteurs dans les auberges. Les brigands sont suffisamment bien organisés pour ne rien avoir à envier à la vraie pègre mafieuse d'autres cités, et leur chef sait cloisonné ses affaires, loin de la ville. Cela exclut donc la possibilité d'un noble ou d'un mafieux qui opérerait directement d'ici, mais plutôt suggère un preux shinobi qui passerait une grande partie de son temps dans les bois.
Je pince les lèvres à l'idée de me battre dans une forêt, voire même de me battre loin de sources de témoins potentielles. Si cela me laisse le champ libre pour mes techniques les plus dévastatrices, cela m'empêche aussi de jouer la carte du sablier si mon adversaire est plus fort, il est toujours plus rassurant de se battre en sachant que des renforts peuvent arriver d'une minute à l'autre, et de tenir. Se savoir seul est très désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Sud-Ouest :: Plaines Fertiles-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.