:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu :: Tanzaku Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ninja Vices - FB: Year 14 [ft Nobushi Kisho]

avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
Third Player
feat Nobushi Kisho



La douleur gronde, rugit pour qu’il cesse de l’ignorer. Elle tente de l’avaler, de le faire sombrer dans les abysses de sa noire folie. Et cet air pesant qui l’entoure, qui ampli ses poumons à la manière d’un goudron visqueux, corrosif. En cette journée fatidique, il était incapable de taire les maux qui le poursuivaient depuis la dernière année. Il y avait un an jour pour jour, son destin avait été scellé.

La sensation d’un estomac noué et d’une pression constante sur l’abdomen, Nikkou s’était échappé de Konoha et de ces allures du passé. De cette ville aux ces souvenirs déchiquetés et pleine des réminiscences d’une vie heureuse à jamais arrachée par les griffes acérées de la destinée. Alors que fantômes s’éveillaient pour commémorer l’anniversaire de mort de ses coéquipiers, le jeune Shinobi avait préféré s’évader dans les vices offert par le monde des vivants.

Dans l’un des bars les plus malfamés de Tanzaku, Nikkou reposait donc au comptoir, trois bouteilles de saké vides et quelques pensées sombres comme seuls compagnons. En vain, il avait espéré noyer des sévices de l’alcool la torpeur qui menaçait de l’engloutir. Il avait cru que l’eau de vie suffirait à éloigner la mort qui le narguait, ou du moins à embrumer suffisamment ses esprits pour qu’il soit sourd aux cris de ses camarades décédés depuis tout juste un an.

Mais l’alcool était traître. Capricieuse liqueur aux propriétés vertueuses un jour, poison amer le lendemain. Le Saké avait accentué la vivacité de ses sentiments les plus noirs, encourageant par le fait même la prolifération des sombres pensées qui le hantaient depuis plus d'un an. Des reproches continuels. Des doutes à moitié oubliés. Et la culpabilité qui était le propre des survivants. Le Saké ne suffisait pas pour lui permettre d’oublier qu’il était toujours présent, alors que ceux qu’il chérissait avait disparu à jamais.

Secouant la tête, Nikkou tente d’échapper aux amères pensées de l’alcool pour se ré-ancrer dans la réalité et taire le martellement continuel qui commence à le tarauder. Si l’alcool ne suffisait pas, il devait se trouver une autre distraction. Les esprits échauffés, le jeune Uchiha se lève donc et s’approche d’une jeune femme, un sourire concupiscent aux lèvres. Flattée des attentions de ce bel éphèbe à la carrure martiale, elle l’accueille avec un sourire timoré, mais invitant…et le renvoie aussitôt paître en retirant la main baladeuse du Shinobi qui s’était égaré sur sa cuisse.

Maugréant contre la timidité de la jeune femme, c’est en titubant que Nikkou se rend à une table de jeu et s’assoit par dépit, les deux autres vices du Shinobi l’ayant laissé en plan. L’esrpit allégé, il n’a même pas fait attention à la table à laquelle il s’assoyait. Le jeu est simple, un lancé de dés entre lui et deux autres joueurs. Une jeune femme qui lui fait face et un grand gaillard déjà bien énervé par la situation et qui lui décoche un regard plein de haine à son apparition.


    « On ajoute un troisième joueur pour changer la donne ? »


Demande-t-il afin d’apaiser la tension palpable qui régnait à la table, principalement du côté du géant qui regardait avec des yeux écarquillés le dés de son adversaire tomber sur un six…encore une fois semblait-il. Visiblement, la partie n’allait pas en son sens, et ce, depuis déjà plusieurs tours.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
L'armée n'a plus besoin de moi.
C'est pour ainsi dire, tout ce que j'ai gardé en mémoire du mois que j'ai passé dans mon village de naissance ou le destin m'a encore appelé, pour former la génération de cette année. Toujours la même chose : entraîner les recrues, les endurcir, leur faire voir une méthode différente d'apprentissage dans la douleur et le sang. La chose est lassante au bout d'un moment, en effet à force de venir à chaque fois pour la même chose l'esprit ne trouve plus guère divertissement à faire courir jusqu'à épuisement les shinobis de demain. Si j'ai toujours ma coquette solde en haut, c'est surtout l'envie de visiter Tanzaku qui m'a poussé à faire un détour incognito.
L'uniforme sur le dos, une chambre dans une auberge mal fréquentée sans pour autant être la tanière d'un chef brigand et me voilà en train de m'adonner à un vice commun à tout les militaires à l'exception de l'alcool ; les jeux. L'attente constitue une grande partie de la guerre, aussi les détenteurs de dés sont souvent les coqueluches des compagnies. Toutefois, puisque nous sommes des ninjas, chacun a ses méthodes de s'accaparer la victoire, ce qui rend certaines parties extrêmement drôle à voir ; observer un dé lévité dans l'air en tournant sur lui même est la preuve la plus évidente de tricherie, et la plus amusante.

-Pair.
-Impair. Mauvaise idée.

Une technique toute simple pour tricher consiste à utiliser une goutte d'eau sur les dés pour les forcer à sortir les bons chiffres. Après entre la théorie et la pratique il y a un monde, et j'ai passé moins de temps à essayer de mettre en application cette technique qu'à apprendre à faire exploser des mannequins d'entraînement. Toutefois avec un peu d'expérience tout devient possible, et dans des proportions raisonnables.

-Pair. Annonce le croupier.

J'attrape mon argent et mise la même somme que tout à l'heure ; juste de quoi couvrir mes frais d'hôtel. Même scénario : mon adversaire annonce un résultat différent du mien, et la chance me sourit encore. Comme aimait dire mon supérieur à l'époque ou je n'avais pas encore atteint son niveau : la victoire aime la préparation. Je me contente de sourire innocemment alors que je sens mon rival se tendre comme une corde de pendu, malheureusement le destin ne peut faire preuve de clémence pour tout le monde. Un autre jour il jouira de ma supposée chance, car la partie sera disputée entre gens honnêtement.
Puis une troisième personne arrive : un jeune homme qui a l'air d'avoir eu son lot de saké pour la soirée. Il n'a pas l'air de représenter une menace même si j'ai l'étrange sensation de percevoir dans sa gestuelle un zeste de militarisme. Un soldat en permission peut-être?

« On ajoute un troisième joueur pour changer la donne ? » Je me contente de m'incliner.
-Ce serait avec joie. Pair.

Un six sort, le géant commence à bouillir. Le croupier nous montre la paire de dés avant de nous demander si nous avons une objection ; aucune puisque c'est moi qui mène le jeu. J'attrape la moitié de mes gains avant de les poser devant moi.

Impair. Je me retourne vers le nouvel arrivant. Vous pressentez dame fortune à vos côtés pour venir jouer ici? Dans cette auberge.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
Losing
feat Nobushi Kisho



Les effluves d’alcool entourent le jeune Uchiha comme un parfum malsain, symbole de la déchéance d’une nuit qu’il se permet en ce triste jour commémoratif. À son approche, quelques habitués le dévisagent et le jugent de ce comportement inapproprié, mais les joueurs aux différentes tables le zieutent avec un certain intérêt. Les bouteilles de Saké vides témoignaient de son manque de jugement et d’un pigeon prêt à être plumé.

Sans accorder le moindre intérêt à ces hyènes avides de chair fraîche, Nikkou  choisit la première table à sa portée. Mais alors qu’il s’assoit, il perçoit aisément le regard hagard du géant. Le sourire carnassier, il l’accueille avec entrain et un appétit malsain, croyant avoir enfin trouvé une victime sur laquelle faire ses gains de la soirée.

Dans un sourire qu’il veut innocent, le jeune Uchiha remercie ce dernier, mais rit intérieurement de ce civil qui croyait que les standards d’alcool usuels s’appliquaient aux Ninja entraînés. Il reporte alors son attention vers la jeune femme à sa gauche, plus sereine et posée. Visiblement, sa soirée se déroulait mieux que celle de son partenaire de jeu.

« La fortune m'est malheureusement étrangère. Je suis ici en fait justement car il ne me reste plus rien à perdre. »


Un bref instant, la voix du Shinobi se teinte d’une noirceur abyssale, vestige d’un souvenir encore trop présent et d’une plaie encore béante. Le jeune Éphèbe n’avait aucune intention de gagner quelques gains. Il jouait pour perdre. Incapable de combler le vide qui l’accablait, il ne lui restait comme solution que de le remplacer par une autre perte. Un vide plus superficiel, incomparable, mais qui changerait ses idées au moins pendant un bref instant.

Devant la mine incrédule du croupier, Nikkou hoche de la tête afin de signaler qu’il est bien conscient des risques qu’il encoure et qu’il les accepte de plein gré. Tout plutôt que cette douleur poignante qui le tenait dans son étau. Sans outre mesure, il sort la cagnotte de sa dernière mission et la dépose sur la table pour miser le montant requis.

Le croupier change les règles du jeu pour accommoder le trio. Chacun doit miser sur un nombre de manière à prédire le total des points formés par le jet de dés du croupier. Le croupier laisse le temps aux joueurs de faire leur statistique, mais Nikkou se prononce aussitôt, sans prendre la chance de calculer ses chances.

« Six. »


Le ton est sérieux, comme si soudainement le jeu prenait une symbolique plus importante. Le nombre Six. Son chiffre fétiche, représentant les vestiges de sa vie passée.

« Faites vos jeux. Je ne m’attends à rien de moins que de perdre avec ce chiffre. »


Après tout, il avait déjà perdu l’Équipe Six.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Quatre.
-Deux.

La tricherie risque d'être évidente, j'ai choisi le chiffre qui a le moins de chances de tomber d'un point de vu purement statistique, mais j'ai plus de facilité à obtenir deux fois le même résultat sur les dés. Question de technique et de concentration ; utiliser de l'eau de cette façon, en aveugle de surcroît est un exercice délicat. J'observe un bref instant celui qui vient de s'installer ; il me semble un brin trop atteint par le destin pour être réellement en misère à cause d'une femme qui aurait repoussé ses avances, ou n'importe quel autre tracas de la vie courante. Le croupier s'exécute après avoir pris les paris ; je mise beaucoup moins cette fois-ci, question de probabilités.
Sept.
Il y a eu tricherie, mais pas uniquement de mon côté malheureusement ; notre hôte de cette soirée est en train de faire gagner la maison d'une façon un brin brutal, mais aussi peu discrète. Les dés ont été lestés, et limés au vu de mon incapacité à truquer le résultat malgré l'énergie insufflée.

-Il semble que le destin commence à prendre parti. Le croupier me fait les gros yeux, peut-être ai-je été trop directe dans mon sous entendu.
-Tu ne manques pas de toupet de venir jouer les inspectrices de tripot, tu étais dans cette bande il y a dix ans. Ne vient pas jouer les vierges effarouchées ! Je soutiens son regard. Bah! Tu m'agaces, reprend ta mise et va donc voir ailleurs si le ciel n'est pas en train de te chercher. Je reprends mon argent. Petit indice ; il n'est pas là ou tu devrais être. Je range ma bourse avant de m'éclipser fumer dehors. Vous autres aussi, allez donc voir ailleurs si j'y suis. Je n'aie pas de temps à perdre avec vous puisqu'elle m'a éventée. Je pince les lèvres.

Une fois près d'une fenêtre, à une table à l'écart de tout je sors ma pipe : puisque je ne peux pas boire outre mesure, et que les jeux d'argents me sont interdits, autant fumer non? Du moins, c'était ce que je pensais, jusqu'à ce je me rende compte un peu plus tard qu'un curieux ne me rende visite. Le même curieux qui voulait parier son argent.

-Est-ce mes beaux yeux ou l'envie d'entendre des histoires de yakuza qui vous ont mené jusqu'à moi? Je lui fais un sourire. Je ne pense pas avoir encore la chance de pouvoir penser que ce sont les deux à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
Common Features
feat Nobushi Kisho



Les dés sont jetés et le Nombre Six ne l’a pas laissé tombé. Encore une fois, il est un hommage à la perte et l’amertume, un moyen assuré de perdre le peu qu'il avait. Aujourd’hui, il ne s’agit que d'une petite somme d’argent, un bien certes négligeable, qui ne suscite qu’un sentiment de perte tout aussi négligeable. Un léger pincement au cœur, simple déception dans cette misère qui l’accable.

Insuffisant pour lui changer les idées, le jeune Ninja enveloppé des arômes du vice attend avec impatience la chance de perdre une nouvelle fois, de sombrer plus profond dans le maigre déboire auquel il aspire. La chance l’a cependant abandonné il y a longtemps, le laissant seul faire face aux tourments qui l’accablent. Le jeu prend ainsi fin avant même qu’il ne puisse se laisser aller dans ce nouveau vice.

Importuné, Nikkou fixe d’un œil mauvais le croupier alors que ce dernier le somme de se retirer. L’insipide manœuvre du croupier était somme toute ridicule, un tour de passepasse pour des Shinobi entrainés dans l’art de la duperie et de l’infiltration. Presque une insulte lancée à son visage de croire qu’il serait assez naïf pour tomber sous le coup d’une telle tactique. Et pourtant, il ne l’avait pas relevé, satisfait de se voir infligé ainsi d’une nouvelle occupation.

Alors, le jeune Shinobi se relève, prêt à retourner à ses ambitions initiales et à se laisser sombrer dans les sévices de l’alcool, pour être sauvé de cette journée fatidique par la moiteur doucereuse de ce poison. Mais au dernier moment, il se ravise et se dirige vers la petite fenêtre où son ex-partenaire de jeu s’est mise à l’écart. À quelques pas de cette dernière, il lui offre un sourire plein de ce charme assuré propre à l'alcool en guise de salut alors qu'elle l'accueille.

« Plutôt votre capacité à vous faire tant d’amis. Un peu à mon image en fait. »

Le nargue-t-elle en lançant un coup d’œil au géant et au croupier visiblement de mauvaise humeur, tous deux un brin de malice dans le regard lorsqu’ils regardent dans leur direction. En fait, dans la pièce, les deux Shinobis semblent faire preuve d’une impopularité grandissante alors que plusieurs tables maugréaient contre la présence de ce nouveau-venu et ses manières d’ivrogne.

« Et je crois que nous avons sensiblement la même manière de jouer. »

Le ton du jeune Uchiha reste indéchiffrable, porteuse peut-être même d’un soupçon d’ambiguité. Il n’avait certes pas pu analyser sa méthode de jeu au cours de la courte partie venant de prendre fin. À l’affût, le jeune démon aux yeux écarlates avaient cru observer de loin quelques tactiques obscures, le fruit d’un entraînement dispensé seulement à ceux dont la vocation relevait de la mort et du secret. Plus qu'une simple remarque sur les jeux auxquels elle s'était adonnée, une référence à un passé commun. Alors qu'elle se jouait de ses adversaires à l'aide de quelques supercheries pour remporter la partie. Lui, il se jouait des personnes présentes dans la pièce, feignant des capacités plus affectées qu'elles ne l'étaient réellement.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Jouer est une façon de s'initier à la vie ; on essaie, on gagne, on perd, et une fois que l'on est las de ne pas triompher, on commence à chercher les failles. Je tire sur ma pipe. Le tabac me réchauffe la gorge. Mon rythme de vie m'a procuré de nombreuses connaissances en effet, toutefois ne soyez donc pas si prompt à juger : parfois il faut juste laisser couler les phrases censées blesser. Le pardon rapporte parfois beaucoup plus que le châtiment. Je lui rendrai service plus tard, ça ne me coûtera rien et ça signifiera sans doutes beaucoup pour lui. Lui est croupier dans une auberge mal fréquentée, moi suis une kunoichi aguerrie qui suit capable d'envoyer voler les portes de Suna dans les airs, avec les gonds. Allez-y, prenez place je n'attends personne et une conversation ne me fera pas de mal.

Qu'est-ce que je perds à inviter un étranger à partager une soirée d'existence? Si ce n'est quelques minutes de réflexion qui me sont pour l'instant inutile, tant les problèmes tardent à s’amonceler sur le pas de ma porte. Avec une certaine malchance, j'y perdrai juste quelques piécettes, de quoi payer une ou deux bouteilles de saké, qui elles, seront bien investies. L'une des raisons pour laquelle j'ai choisie la voie des ombres est l'aspect pécunier qui n'est pas à sous estimer ; l'argent est toujours une motivation. Peu comprennent, et arrivent à dire que la richesse aide souvent à atteindre le bonheur matériel, si l'on excepte l'accomplissement spirituel, avoir une grande maison, un jardin et une gouvernante facilite considérablement la vie. La bibliothèque, les estampes aux murs, le calme d'habiter dans un quartier tranquille ne sont que les nombreux avantages à avoir les moyens pour ça.

-Que peut donc attirer ici un individu comme vous? La conversation est lancée, inutile de lancer un pavé dans la mare pour constater que l'eau se trouble. Je perçois des habitudes qui sont trop, strictes pour les civils. Le visage qui ne rougit pas malgré l'alcool, les gestes trop précis, certains tics typiques d'une pratique assidue de la discipline, comme par exemple le code fixe pour s'asseoir à une table, le dos un peu trop droit aussi par moment. Mais... J'en oublie mes manières : les gens me surnomment Amaterasu. J'offre mon plus beau sourire à l'illustre étranger devant moi. C'est un plaisir de faire votre connaissance... Monsieur? Ou plutôt... J'hésite. Au vu de son âge je le nommerai... Appelé de force. Toutefois, s'il est ici seul, j'imagine qu'il en va autrement. Compagnon? J'appliquerai bien l'équivalant savant et hautement militarisé qu'est Chuunin, mais je ne tiens guère à faire savoir sa profession au reste de l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
Give Me a Reaosn Why
feat Nobushi Kisho



Les prédateurs se reconnaissent entre eux. Dans leurs attitudes maniérées, pleines d’une précision entraînée et d’une vivacité disciplinée, ils distinguent chez l’autre le même danger dont ils sont porteurs. Des réflexes meurtriers qui les trahissent. Des plis guerriers devenus des habitudes non-dissimulables. Le port martial les distingue au sein de cette panoplie de civils. Un miroir qui leur offre comme reflet leur propre différence.

Les autres clients sans intérêt, Nikkou s’était tourné vers les attentions de l’une de ses paires. Plutôt boire en compagnie de quelqu’un capable de le comprendre, qui entretenait les mêmes références, voire la même expérience. Après des heures en compagnie des habitués de la Ville aux Jeux, il s’était lassé des discussions futiles dont on l’avait accablé jusqu’alors. Ces personnes incapables de saisir les sombres couleurs de son monde, et les odeurs de fer et de sang dont il était formé.

« Je n’ai d’autre raison à ma présence que cet envi de me départir de ces habitudes dont vous parlez. Un moment pour les oublier, peut-être même de m’en défaire. N’est-il pas bon, une fois de temps à autre, de s’oublier ?»

Le jeune Shinobi sourit toujours de cet éclat charmeur, presque ingénu. Une contrefaçon polie de mois de pratique et d’efforts aguerris pour convaincre non seulement autrui, mais lui-même qu’il avait dépassé il y a longtemps les tourments qui l’accablaient toujours. Sans autre formalité, il s’assoit aux côtés de sa compagne d’un soir et lève la main pour faire signe au serveur, qui connaissait déjà la bouteille à apporter.

« Le plaisir est partagé, Amaterasu-san. Vous pouvez m’appeler Saï. »

Lui répond-t-il d’un ton amical, un sourire détaché sur le visage. Il était de coutume qu’aucun des deux interlocuteurs ne donnent leur véritable nom. Dans cette ville où ils ne partageaient que leur amour pour le vice, faire preuve de franchise sonnait le glas de la fin de l’accalmie, et de la reprise de leur rôle de Shinobi. Et la suite n’aurait eu d’autre fin que celle dictée par les alliances et les véhémences de leur patrie.

« Et vous, qu’est-ce qui peut bien vous attirer dans cette bourgade ? »

S’intéresse le jeune Konoha-jin à son tour, curieux d’avoir une meilleure appréciation de son interlocutrice. Les lieux de plaisir n'étaient certes pas inconnus des militaires, mais peu préféraient les lieux occupés par des civils, où il était toujours préférable de cacher son appartenance à la voie Shinobi. Ils étaient trop nombreux à entretenir quelques craintes ou suspicions contre les démons guerriers.

Et au même moment, sans un mot, on dépose brusquement deux verres et une bouteille de Saké sur la table. La règle de l’établissement était simple, on ne questionnait ni les motivations ni les décisions des clients.  La faune nocturne s’occupait elle-même de faire le tri dans ces quartiers malfamés.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-C'est un honneur Sai-San. Saï, le nom d'une dague de parade et d'assassin, j'ignore s'il s'agit d'une coïncidence fâcheuse ou alors si au contraire, le pseudonyme est très mal choisi, voire révélateur de quelque chose. Je suis en ville, sur le chemin du retour. M'étant acquitté d'une dette que je devrai de nouveau m'acquitter l'année prochaine si mes créanciers en juge nécessaire, j'ai jugé bon de passer par ici pour découvrir des aspects du monde que je n'avais pas eu le temps de connaître par le passé. Je connais bien Tanzaku et ses lieux mal-famés, mais parfois un peu de tourisme est agréable, surtout après la discipline militaire à en faire son futon au carré et à vérifier que chaque segment de l'uniforme est lissé. Je tire sur ma pipe. Le devoir ignore le destin, n'a cure des circonstances ; il appel à lui tout ceux dont il a besoin et il en va de même pour ceux avec qui j'ai travaillé. A vrai dire, j'ai plutôt contribué à faire les circonstances qu'à m'en accommoder. J'ai un sourire. L'honneur et le devoir appellent très souvent aux mêmes conséquences.

J'attrape mon verre et le lève en l'honneur de la rencontre que je viens de faire. Un ninja qui cherche à oublier sa vie en traînant dans des coins qui appartiennent aux fantômes du jour ; ceux qui se cachent en pleine lumière. L'arôme du tabac me laisse un arrière goût désagréable au fond de la gorge qui m'empêche de profiter pleinement de ma boisson. Je souffle ma fumée en direction du plafond qui se trouble un bref instant avant que la brume ne se dissipe. Dire que mon pays de naissance existe toujours là où les guerres civiles auraient facilement pu le happer dans une tornade de violences inutiles.

-Je reviens du protectorat de Grandevallée. Petit pays qui n'est même pas consigné sur les cartes, considéré par une région un peu plus autonome que les autres par les autres nations, qui change régulièrement de métropole tant les gens dirigeants n'ont cure du village caché qui y est assorti, ou plutôt, vu la taille de mon pays de naissance, quartier caché. L'un des rares lieux du monde où les gens ont songé qu'il était plus pertinent de ne pas prendre parti. J'hausse les épaules. Pour ma part, s'il faut du courage pour choisir un camp, j'imagine qu'il en faut parfois plus pour refuser de se ranger d'un côté ou de l'autre.

Particulièrement parce qu'une alliance sous entend un consensus général sur les décisions à prendre, ce qui sous entend à son tour une dilution des responsabilités en cas d'échec. Or, pour répondre à des problèmes forts il faut des meneurs qui ait autant d'envergure et de tripes que ce qu'ils affrontent, et les groupes ont la fâcheuse tendance à annihiler toute forme de courage, voir d'initiative. Assumer seul une erreur est beaucoup plus dur que de la répartir sur tout le groupe.

-Toutefois, une question me taraude l'esprit, Saï-san : pourquoi avoir choisi cette auberge pour voir le temps s'écouler?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
To Be Free
feat Nobushi Kisho



En ce funeste jour, la mémoire le tourmente et les souvenirs le poursuivent avec une hargne féroce, lui refusant la moindre tranquillité d’esprit et lui imposant quelques sévices qu’il avait cru pouvoir éviter dans ces quartiers malfamés. Saï. À double tranchant, le nom ainsi prononcé à voix haute se révélait une douce musique à ses oreilles. Et une torture lancinante qui lui écorchait l’âme. Un hommage à un frère de cœur mort au combat, mais également l’écho d’un passé désormais dérobé.

« Le devoir est souvent plus fiable que le destin, moins capricieux. Au moins sait-on ce qu’il attend de nous. »

Il lève son verre aux paroles de sa compagne, l’esprit pourtant ailleurs aux pris avec ses démons et les voix qu’il aurait préféré oublier. Il ne lui restait désormais que ce sens du devoir qui l’accablait. Maigre bouée de sauvetage dans ce monde sans couleur, mais au moins gardait-il un repère. Une ligne directrice capable de le retenir de se perdre dans les méandres de sa solitude et son chagrin.

Les verres vides, en bon compagnon de beuverie Nikkou remplit immédiatement les deux verres de ce nectar qui lui seul pouvait délier les langues et rapprocher deux étrangers. Le seul moyen efficace pour laisser tomber les barrières, voire même défaire les habitudes méfiantes et cachotières imposées par leur profession.

« Le choix est tant un luxe qu’un fardeau. Je suis né sans la possibilité de faire de choix. Un itinéraire pré-décidé dirais-je, voir peut-être même un destin déjà enligné. »

Comme tant d’autres avant lui et tant d’autres qui lui succèderaient. Des jeunes gens nés dans la guerre et grandissant entre quelques combats avec leurs voisins ou même leurs alliés d’autrefois. À la naissance, ils héritaient tous des alliances et des inimités de leurs parents. On les avait engorgés de quelques opinions qu’ils répétaient aujourd’hui, régurgités sans outre questionnement. Les amis qu’il chérit ne sont que le fruit des alliances de ses pères. Les ennemis qu’il détestent eux ne sont quelques mésententes avec lesquelles il n’a aucun rapport.

« Je cherchais justement à échapper aux choix qu’on m’a imposés. Peut-être même à ce devoir que je m’impose moi-même. Et cette auberge m’y semblait à l’abri. Simple, pratiquement pittoresque. Comme s’il n’existait en ces lieux que les jeux et l’alcool. Et le tabac pour certains. »

Ajoute-t-il en suivant du regard les douces volutes de fumées qui s’échappent au plafond. Éphémère existence qui suit sa course au gré de ses envies, sans formes prédéterminées si ce n’est qu’une myriade de possibilités.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Que la notion de devoir soit limpide face à la notion de destin est un raccourci ; parfois les devoirs s'entrechoquent avec violence, faire un choix ne se révèle pas aussi simple qu'il peut alors le sembler. Je souris toutefois à cette remarque qui trahit un jeune âge, et lorsqu'il remplit de nouveau nos coupes, je m'abstiens soigneusement d'y toucher ; l'alcool n'est pas conseillée quand on est capable de faire exploser des choses, et même si je me sais résistante à la boisson de par simple discipline, le saké peut faire dire des choses qui n'étaient pas censées êtres énoncées.
Puis il en vient à nier la possibilité de choisir, comme si le destin des gens était inscrit dans le marbre ; pourtant, devrais-je me considérer comme une victime de la destinée pour avoir eu le bakuton? Pour l'avoir développé en libre consentement éclairé de ma personne? Je secoue légèrement la tête quand il annonce ne jamais avoir eu le choix ; le choix est une composante intégrante de l'être humain. Je ne peux croire à l'impossibilité de choisir, la mort ou la vie, c'est le choix le plus simple qu'on puisse faire et il s'impose à nous dès que l'on né.
Puis vient la référence à mon tabagisme, sans desserrer les dents je réponds avec une spontanéité qui trahit une brève ardeur dans le débat qui se créé progressivement.

-Tout est choix, quand j'étais enfant la guerre faisait encore rage, mon père rentrait régulièrement en empestant le sang les mauvais soirs, les bons l'alcool. Lui n'arrivait pas à faire passer le goût du sang à grand renforts de liqueur. Quand il rentrait un verre dans le nez il était joyeux, et nous l'étions aussi parce que cela voulait dire que rien de grave ne lui était arrivé. A la fin des hostilités il a décidé d'arrêter pour se consacrer à nous, jamais il n'a regretté, même si cela signifiait tirer un trait sur sa vie de ninja et ne plus jamais faire usage de ses talents héréditaires, et devenir un anonyme qui ferait semblant d'être intimidé par des shinobis de passage. J'aimerai apporter la conclusion, mais... Je ne sais pas comment la formuler sans paraître offensante. Tout les choix sont faisables, certains sont plus faciles à prendre que d'autres, et c'est justement à cette capacité à prendre les plus durs qui forcent chez les autres le respect.

Je tire sur ma pipe. J'ai peut-être frappé trop fort.

-Quoi qu'il en soit, fuir ne sert qu'à ajourner l'inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
To Be Free
feat Nobushi Kisho



Les paroles de la Kunoichi déchire le voile de son innocence, cette victimisation derrière laquelle il a préféré se cacher depuis la perte de ses camarades. Aurait-il pu s’épargner cette vie de noirceur et de remords ? Aurait-il pu être l’un de ces hommes affalés aux tables de jeu, seulement concernés par les gains de la soirée ?  Le cœur pris dans un étau, le jeune Shinobi prend une nouvelle goulée de l’enivrant liquide et laisse la brûlure de l’alcool bon marché enhardir son corps et alléger son esprit. La vigueur renouvelée des fêtards, celle dont on se pare de paire avec le ridicule.

« Nous sommes pris dans une roue sur laquelle nous n’avons aucun contrôle. Ce qui coule dans nos veine ne peut être oublié, et encore moins ignoré. »

La voix plus rauque, plus creuse, il s’énonce avec désespoir et un soupçon de mélancolie, sombrant visiblement dans les noirs tourments de l’alcool. Cette négativité exacerbée qui suit l’allégresse des premiers effluves d’ivresse. Prise de conscience désespérée d’une âme en perdition.

« Nous faisons certes des choix, mais n’essayez pas de me faire croire au libre arbitre. Le chemin sur lequel nous nous alignons est pris dans un carcan dont nous ne pouvons sortir. Il est le fruit de cette voie Shinobi qui a donné naissance à ce monde en perdition. Nous pouvons peut-être nous en écarter, mais notre sang nous rappelle toujours à l’ordre. Et si vous ignorez cet appel, faites la sourde oreille, il se passe simplement à la prochaine génération.»

L’image de ses parents qu’il évitait depuis maintenant des mois lui revient alors en mémoire. Le souvenir de leur promesse qu’ils ont brisé. Ce rêve qu’ils ont semé chez leur enfant et qu’il avait cultivé sous leurs encouragements une jeunesse durant, pour qu’il lui soit plus facilement. Brisé en mille morceaux alors que son monde perdait couleur et saveur. On ne fuyait pas la voie Ninja.

« Mes parents ont voulu le mieux pour moi. Ils ont cru qu’en faisant miroiter l’idée que je pouvais être celui que je désirais, que je pouvais choisir la voie qu’il me convenait, tout m’était possible. Les imbéciles. Il n’y a pas d’échappatoire pour le fardeau qu’ils m’ont laissé. Les démons qui me hantent aujourd’hui, ce sont eux qui les ont créés en me berçant de ces illusions. J’ai appris à mes dépens que je ne pouvais et ne serai jamais rien d’autre qu’un Ninja. »

Peut-être que s’il l’avait accepté plus tôt, il aurait pu les sauver. Il avait eu un choix. Celui d’accepter sa destinée ou de la repousser. Et le choix qu’il avait fait avait visiblement été le mauvais. Amaterasu avait raison, il avait essayé de fuir et il s’était heurté aux conséquences de ses choix. Il n’avait peut-être que lui-même à maudire.

« Mais vous avez raison. Il ne sert à rien de fuir. Et nous avons peut-être certains choix dans cette prison qui nous sert de monde. Le choix de ne pas être écrasé par la roue, mais d’en prendre le contrôle. »

Le pouvoir était la seule solution. La seule bouée qu'il lui restait pour ne pas sombrer et maintenir l'illusion qu'il pouvait peut-être à l'avenir faire pencher la balance des possibilités en sa faveur.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Et nous avons peut-être certains choix dans cette prison qui nous sert de monde. Le choix de ne pas être écrasé par la roue, mais d’en prendre le contrôle.

Disons que je n'aurai pas formulé les choses comme ça. Le choix ne se résume pas forcément à être écrase ou à se faire écraser, les gens ne comprennent pas que s'il ne faut pas s'enfoncer dans les extrêmes, ce n'est pas non plus pour faire le grand saut une fois que l'on quitte une extrémité de la balance. Toutefois, quelque chose qui attire mon attention est l'une de ses phrases précédentes ; comme quoi il ne serait jamais rien d'autre qu'un ninja. C'est quelque chose d'assez paradoxal, dans la mesure ou il semble détester son travail mais se définit par ce dernier, chose assez symptomatique d'un mal-être de jeunesse, il me semble du moins. Et puis, je trouve audacieux se définir uniquement par cela, par une essence obtuse de toute forme de raisonnement construit, nous sommes des êtres humains, avec des émotions, des passions, des occupations et donc, par extension, nous couvrons tout un panel d'activités. Se représenter par son travail en dit long sur la place que celui-ci occupe dans sa vie, mais, au vu de ce qu'il me dit, cela semble normal. Peu de gens arrivent à tenir les traumatismes de la vie, à se rétablir des horreurs qu'ils ont vécus, à tourner la page, j'espère pouvoir continuer de tourner celles de ma vie jusqu'à ma mort.

-Parfois, ne pas jouer est la meilleure issue. Non je ne parle pas du suicide. Le monde shinobi est un monde éprouvant, je connais des gens qui sont capables de faire corps avec, vivre en caserne toute l'année et s'entraîner sans relâche, au point d'annihiler toute pulsion secondaire à leur objectif, voire même philosophie de vie. Mais nous, soldats de réserves qui choisissons nos missions et sommes appelés uniquement en cas de mobilisation générale, je ne pense pas que ce soit de cette manière que nous pouvons nous définir pleinement. Je suis ninja, mais aussi épouse et mère de famille. Voire romancière si un jour il me prend l'envie de narrer toutes mes aventures, et celle dont j'aurais rêvé.

Je tire sur ma pipe, est-ce vraiment si difficile d'adopter un point de vue nuancé sur la question? Ou alors suis-je devenue trop rude avec les autres gens? Quant à nos perceptions diamétralement opposées du libre arbitre... Comment convaincre un individu qui ne croit pas en l'existence de l'eau qu'il peut pleuvoir?

-Le libre arbitre n'a pas vocation à transformer l'esprit des gens en une copie fantoche d'une seule âme. Qu'importe si une autre génération prend le relais ? Des choix sous entendent des conséquences qu'il faut assumer par la suite, mais si on a les épaules de porter cette responsabilité, alors pourquoi se priver? Je me suis mariée à un samouraï, je suis la seule à bien le vivre dans mon entourage ninja. Dommage pour eux n'est-ce pas? Les prochaines générations peuvent faire ce qu'elles veulent, après nous le déluge, la fin des temps, qu'importe tant que nous laissons un héritage décent?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
To Be Free
feat Nobushi Kisho



Les pensées noires s’entrechoquaient dans son esprit. Quelques images de ses défaites et des pertes qu’il avait subies. Et au centre de ces préoccupations, sa seule personne et son impuissance. Les erreurs qu’il avait commises. Par le passé, il s’était battu sous l’illusion de quelques choix dont il s’était berné. Le choix de vivre pour des liens qu’il savait désormais éphémères. Le choix de refuser l’héritage maudit de son clan. La veine possibilité de mener une vie absoute des atrocités dont les séniors de son Clan l’avaient prévenu.

« Peut-être arrivez-vous à être mère, épouse et ninja à la fois. Mais tout autre fardeau me semble déjà trop imposant, un pas de plus vers la misère. »

Aboutissement d’une pensée formée par les affres de la misère ou simple élucubration imposée par les sévices de l'alcool, le jeune Ninja sombrait peu à peu dans un défaitisme préoccupant. En ce jour, il se permettait de pleurer ses morts et de s’apitoyer sur son sort, victime de ce monde Ninja auquel il n’avait pas su échapper.

« Est-ce que dédier sa vie à une autre avenue en vaut vraiment la peine? Toutes autres considérations n'augmentent-elles pas simplement les chances de perte. Suivre la seule voie shinobi semble une avenue moins risquée, voire moins dommageable. Le seul moyen de s'épargner les sévices que la vie nous réserve. »

Le jeune Uchiha marqua la pause, pour se resservir une nouvelle fois de ce liquide laiteux qui effaçait ses remords, même pour un bref instant, comblant le vide grandiloquent qui prenait place en son être en cette journée fatidique. La voie du Shinobi était une avenue solitaire, où autrui n’était synonyme que de collatéral. Il n’existait pas de partenaire, pas de véritables liens, simplement des cibles potentielles à ce destin cruel. Le jeune Uchiha savait désormais qu’il lui revenait de porter ce poids seul, sous peine de voir sombrer d’autres sous le poids d’un tel fardeau.

Elle qui se définissait comme mère et épouse, n’avait-elle pas peur du monde dans lequel elle avait mis au monde sa progéniture? N’avait-elle pas peur de souffrir du sort que ce monde réservait à ses fils et ses filles? L’héritage décent qu’elle léguait n’était qu’une simple promesse de mort. La certitude que la prochaine génération souffrirait des maux qu’elle n’avait su endiguer. Par respect, gardant un minimum de contrôle sur ses dires malgré l’alcool qui endiguait son esprit, il préférait s’abstenir de continuer. Accablé de sa jeunesse, il ne pouvait prétendre faire la leçon ou même questionner la sagesse de cette femme qui avait offert la vie. Mère et Shinobi, porteuse de deux destins et de deux fardeaux opposés, messagère de vie et de mort. Et que savait-il, lui, jeune Chuunin imbibé par l’alcool, chancelant sur sa chaise à l’approche d’une nuit bientôt écourtée.

« Regardez-moi aujourd’hui. J’ai troqué mes kunai pour quelques sentiments refoulés et oublié mes objectifs pour des souvenirs qui m’ont mis dans cet état. Voyez le résultat! »

Le portrait n’était effectivement pas reluisant. Le jeune Chuunin était avachi sur la table, le corps penché par en avant, son poids reposant exclusivement sur la table. Incapable de se tenir par lui-même. Les joues rougies par l’alcool et les yeux enfoncés dans leurs orbites. L’âme en peine, il avait trouvé réconfort dans la bouteille de Saké qu’il tenait toujours d’une main ferme, faute de meilleure compagnie.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kisho Nobushi
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 355
Expérience:
732/1200  (732/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Je me sers un verre.
Ses arguments ont un certains poids, dans la mesure ou il est ici en train de s'alcooliser au lieu d'être dans un cadre plus sain, d'autant plus qu'il n'a pas le même bagage que moi. Un peu refroidie par ses réponses qui tiennent aussi de la question philosophique, je laisse planer un silence le temps d'assembler mes réponses. Des réponses qui ne sont pas à la hauteur de ma verve habituelle, mais je m'avoue désarçonner par les réponses que j'obtiens, frapper un soldat récalcitrant et le faire avancer en le tenant par la nuque jusqu'à ce qu'il retrouve la volonté de marcher par lui même n'est pas nécessairement la solution la plus raisonnable hors de l'armée. De plus, j'imagine sans mal qu'une telle attitude, si elle peut corriger un élan de lâcheté sur le coup, ne pourra jamais résoudre le mal être plus profond derrière.

-Vous formulez la voie du Shinobi comme une seule et unique voie, qui intime alors de se plier à tout les caprices du destin, à s'enchaîner. Ce que je trouve cruellement ironique pour des gens qui ont le pouvoir d'influencer leurs prochains, et contrecarrer le cours des événements. Il n'y a pas qu'une seule voie du ninja ; il y a nombre d'enseignements de chemins à prendre.

Je le détaille de haut en bas, et le résultat n'est pas mauvais : aux dernières nouvelles il a toujours la santé et le talent, il a peut-être perdu tout le reste mais il semble encore capable de regagner ce qui lui a été soustrait par le destin. Certains n'ont pas les moyens de se dire ça, ni même la santé, à vrai dire, certains ont connu une fin qui les empêchent de dire quoi que ce soit de là où ils sont. Même un burakumin ne devrait pas morfler autant que ce qu'une poignet de ninjas ont dû subir pour garantir un avenir à d'autres.

-Au moins, vous avez toujours les moyens de rattraper les choses. J'en connais qui aujourd'hui n'ont plus la chance de pouvoir faire quoi que ce soit, eux ont été définitivement happés par le destin, au grand désarroi de leurs familles. Je dois m'avouer incapable de définir la voie qui vous conviendra le mieux, mais gardez à l'esprit que même si la situation vous paraît obscur, vous avez encore les moyens de l'éclaircir. D'un bref coup d'oeil, je vois la salle se vide progressivement, il doit être largement l'heure de dormir, surtout si je veux me réveiller tôt demain. C'est un luxe qui n'appartient quasiment qu'aux jeunes, nous les plus âgés devons composer avec les spectres du temps. Je me lève et avant de partir pour ma chambre, je glisse à mon interlocuteur un adieu simple. Gardez espoir, même si la situation parait en votre défaveur, vous avez toujours les moyens d'inverser les choses. La santé et le talent, ce sont deux choses qui permettent de retourner le destin et vous semblez les avoirs. Bonne chance pour la suite, et bonne nuit.

Je m'éclipse après avoir payé la note.
Je ne veux plus rien avoir à faire avec des humains pour le reste de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uchiha Nikkou
Konoha no Chunin
Messages : 89
Date d'inscription : 17/01/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 227
Expérience:
485/1200  (485/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
img_rp
Ninja Vices
To Be Free
feat Nobushi Kisho



Le jeune Ninja imbibé écoutait avec une attention chancelante sa comparse, s’abreuvant un tant soit peu des enseignements prodigués par cette Kunoichi au vécu plus imposant, ayant survécue non seulement aux affres de la guerre mais également aux étapes de l'âge. Peut-être avait-elle quelques secrets capables de le sortir de cette misère dans laquelle il s’enfonçait. Une manière d’affronter à armes égales la fatalité du Destin. Ou peut-être simplement une vision salvatrice, capable de chasser le sentiment d’impuissance qui l’accablait.

La vision étriquée qu’il arborait l’aveuglait à la myriade de possibilités offertes à ses mieux, le confinant à quelques noirceurs insondables. Et s’il demeurait trop obtus pour saisir la perche que lui tendait la joueuse, une graine s’était certainement plantée dans les terres arides de son âme. Infime promesse d’une vie à naître, d’une nouvelle voie possible pour le sortir des chemins pernicieux sur lesquels il dérapait. Après tout, n’avait-il pas réussi à se sortir de la faiblesse dans laquelle il s’était enfermé des années durant en embrassant la voie ninja qu’il avait si longtemps répudiée? Il ne pouvait donc réfuter l’existence de ces différentes avenues dont son interlocutrice affirmait l’existence. Derrière cette morne qu’il affichait, une brève lueur d’espoir s’était peut-être éveillée. La mince croyance qu’il pourrait peut-être échapper à ce désespoir qui l’avait amené dans ce bar infâme.

« Je n’oublierai pas vos dires, Amaterasu-san. Bonne nuit à vous aussi. »

Marmonna-t-il d’un hochement de tête, regardant la silhouette s’effacer dans les ombres pour le laisser seul avec ses démons. Il ne restait plus qu’au Konoha-Jin que le réconfort de la bouteille de saké. D’un mouvement lourd, il se saisit de la bouteille avec dépit, pour se verser les dernières gouttes du liquide aux propriétés anesthésiques. D’un trait, Nikkou engloutit le liquide transparent et s’apprêta à se lever pour regagner ses appartements.

Mais au moment, où il s’apprêtait à payer sa note, Nikkou remarqua le regard aguicheur de la jeune femme qu’il avait arboré en début de soirée. Plus tôt, elle avait joué aux vierges effarouchés devant ses avances, mais semblait bien s’être ravisée alors que la fermeture approchait. Plus franche maintenant qu’elle avait constaté que l’intérêt du jeune Uchiha n’était qu'éphémère, envie momentané et occasion qui ne reproduirait certainement pas deux fois. La jeune femme à la robe moulante posa donc la main sur l’avant-bras du Shinobi avant qu’il ne paie, le stoppant de quelques regards équivoques alliée à un sourire mielleux. La jeune femme sensible au charme ténébreux des Uchiha, cette aura mystérieuse et dangereuse propre aux ténébreux éphèbes du Clan onnis, elle l’amena jusqu’à sa table pour un dernier verre.

Les joues rouges et les yeux vitreux, Nikkou se laissa traîner sans protester. L’alcool avait atténué la douleur qui sévissait dans son âme, mais qui ne s'en trouvait que simplement amenuisée. Il ne lui restait plus qu’à espérer trouver réponse à ses afflictions dans d’autres plaisirs momentanés. Alors il se laissa convaincre à écouter les rires niais de la jeune femme à chaque banalité qu’il prononçait, misant sur son minois plutôt que sur sa verve dans l’état où il était. Doucement, il glissa même la main sur la cuisse découverte par la jupe relevée (par inadvertance?) pour toucher la peau satinée de la jouvencelle, et oublier un bref instant le souvenir de ses morts. Mais non pas sans remord.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu :: Tanzaku-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.