:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nobushi Kisho, mercenaire.

Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 489
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 383
Expérience:
Nobushi Kisho, mercenaire. Left_bar_bleue979/1200Nobushi Kisho, mercenaire. Empty_bar_bleue  (979/1200)
Voir le profil de l'utilisateur



Matricule ninja
NOM :Kisho
PRÉNOM : Nobushi
GROUPE : Indépendant
GRADE : Jounin
RANG : B
SEXE :
ÂGE : 28 ans
SITUATION : Mariée
FAMILLE : une fille adoptive de 12 ans, un mari samouraï, deux frères en vie.

Personnalité
QUALITÉS
Travailleuse
Observatrice
Silencieuse
Pragmatique
Curieuse
Attentive
Déterminée
Patiente
Honorable
DÉFAUTS
Réservée
Nationaliste
Opportuniste
Raciste
Exigeante
Hypocrite
Condescendante
Pragmatique
Rancunière
AIME
Le thé
Les duels
L'opium
Les feux d'artifice
La guerre
Les jeux
N'AIME PAS
Les étrangers
Les traîtres
L'ignorance
La vulgarité
Les conflits
Les abus de pouvoir
AUTRES
Politisée
Pince sans-rire
Traditionnaliste
PHYSIQUE
TAILLE :
1m90
POIDS :
60kg
PEAU :
pâle
CHEVEUX :
Charbon
long
YEUX :
Bruns
En amande
VISAGE :
Traits fins, menue, endurante.
CORPS :
Menue, endurante, sec.
AUTRE :
Porte le moins possible un uniforme officiel, tatouage d'une fleur de cerisier mise en relief par scarification.
Histoire

Si j'écris en ces heures sombres, avec la calligraphie d'un grand maître à force d'écrire d'inlassables missives à destination de ma famille, et de mes employeurs, c'est bien car je crains pour ma vie. Non pas que ce récit soit l'oeuvre d'une femme blessée et enfiévrée qui chercherait à laisser une trace de ses exploits dans le monde, plutôt une façon de conserver des archives pour l'avenir. Car c'est à mon bureau avec une tasse de saké à côté de moi que sont consignées mes aventures, et très probablement que le parchemin que j'ai sous la main ne saurait contenir toutes mes péripéties de sa seule force. Je crains pour mon futur car être une kunoichi est un sport dangereux, et la mort n'a jamais la politesse de prévenir lorsqu'elle frappe, je prends donc mes précautions pour laisser un héritage valable à ma famille.

► Je suis née en l'an de grâce -13 avant notre ère. Une existence paisible d'ailleurs, la vie dans un petit pays neutre m'a permis de ne pas être guère préoccupée par les affrontements, parfois il vaut mieux se garder une province neutre sous la main pour les pourparlers de paix lorsque la situation l'oblige. La seule anecdote marquante est mon père, qui revenait chaque semaine à la maison pour quelques jours en empestant le sang à plein nez. Ça et cette solitude au sein de la famille ; les enfants peuvent être cruels entre eux, moi et mes frères n'avons pas eu une vie facile, mais pas non plus effroyablement dure. Les autres enfants nous rejetaient pour les rumeurs circulant sur notre père, j'ai pleuré quelques fois, j'ai eu plus de moments de joie que de larmes, rien de tragique.

► Les choses sérieuses ont commencé lorsque j'ai eu 13 ans ; mes deux petits frères voulaient devenir des ninjas, et moi aussi. Je n'aie jamais intégrée officiellement d'académie militaire, mon père était officiellement un petit aubergiste qui s'était rangé après la guerre et avait pris deux apprentis, en réalité... Disons simplement pour la postérité que le jour où les portes des forteresses ont cessé d'exploser était aussi le moment où mon géniteur avait embrassé une carrière plus paisible.
J'ai appris le plus spectaculaire de lui ; le Bakuton et l'utilisation du terrain à mon avantage principalement. En somme à être une espionne militaire et une saboteuse plus qu'une vraie combattante, en soi je n'aie jamais saisi l'intérêt de se battre au front lorsque la cause que l'on défend l'est parce qu'une somme mirobolante nous attend à la fin.

► A vingt ans deux grands événements ont illuminé ma vie qui ne manquait déjà pas de soleil ; j'étais devenue une kunoichi accomplie, à traquer les criminels de guerre (les petits, ceux qui cherchent à se faire oublier quelque part sans faire de vagues) et surtout à me nourrir de petits contrats. Mais plus encore, je me suis éprise d'un samouraï. Pas en tant que shinobi évidemment, lui recherchait une dame de compagnie pour la soirée et je devais surveiller de près son seigneur. L'attirance fut réciproque même si la relation fut essentiellement épistolaire après cet épisode jusqu'à ce que le travail m'appelle au sein de l'Empire.

► Puisque j'ai mentionné mon époux, et ma fille adoptive, force est de donner une explication. Je me suis mariée en l'an 10 avec mon samouraï, son seigneur n'a vu aucune objection à ce que l'un de ses sujets prenne pour femme une étrangère aussi cultivée que moi. Pour couper court à toute forme d'ambiguïté ; mon mari était alors au courant de mes activités, et n'a jamais rien trouver à redire car j'étais alors une précieuse aide financière lorsqu'il revenait à la maison blessé. Inutile de mentionner que mes origines lui ont fait écoper de plusieurs duels d'honneur ; venant d'un petit pays voisin à l'Empire, certains ne trouvaient pas concevable que de m'avoir prise pour épouse. J'imagine sans peine le scandale que ça aurait été s'il s'était répandue la nouvelle qu'un samouraï avait épousé en toute connaissance de cause une kunoichi. Heureusement pour mon couple, bien choisir ses contrats aide à ne pas se faire détecter.

► Quant à ma fille adoptive, Masami, je l'aie recueillie sur le bord d'une route ; orpheline de guerre et exploitée par un aubergiste peu scrupuleux de la misère humaine pour animer un peu l'avant de son établissement. Une musicienne aveugle, chose tragique mais pas aussi rare que l'on peut le penser après une guerre mondiale. Je l'aie prise sous mon aile parce que j'avais eu des gens pour m'épauler lorsque j'étais gamine, certes ma situation était différente mais néanmoins je ressentais le besoin de faire de même envers une âme qui n'avait rien demandé à personne. On peut parfois faire un geste envers le destin non? Vu la destinée que m'a offert le karma jusqu'à maintenant une main tendue comme celle-ci n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan.

► Aujourd'hui? J'ai une famille, une maison, un travail et des économies. Il n'en reste que les temps sont troubles et il m'est impossible de m'asseoir sur le tas d'or familial en attendant que la tempête passe ; des intrigues politiques se trament, des jeux de pouvoir se forment et j'ai bien l'intention de conserver mes acquis. Voire même faire fructifier ma fortune.
(Tout ça dans la plus grande intimité, j'imagine sans mal que le shogunat aurait des problèmes avec le fait qu'une shinobi soit mariée avec un samuraï et qu'elle agisse sur son territoire. Déjà que mon mari craint toujours que mon secret soit découvert, avec le shogun à mes trousses mes valises n'attendraient alors que moi.)
Test RP

Une fois votre fiche complétée, le staff vous confiera un test RP sur la base des éléments donnés. Ce test RP déterminera votre grade. Faites nous rêver !  

« Garde à vous. » Tonne Grêle d’acier. Les recrues se mettent au garde à vous. « Repos. » Vingt pieds s’écartent de leur frère pour se poser un peu plus loin. « Garde à vous. » Claquement de bottes. « Transfert d’autorité à Percebrasier. On vous les laisse, prenez en soin. Hurlecendre avec moi. »

L’intéressé nous salue alors que nous nous éclipsons pour un autre coin de la base, laissant soin à notre chuunin d’encadrer les aspirants. Le temps de leur entraînement ici ils auront un uniforme en plus de leur bandeau, histoire de les habituer à être tous similaires ; ensuite retour à la normalité. Directive un peu étrange s’il en est ; bien sûr que notre pays doit se tenir prêt à toute attaque, qu’elle soit d’une entité étatique ou clandestine. Ce qui passe évidemment par des formations pour s’assurer que chaque élément combatif soit capable autant de se prendre en charge lui-même que d’agir au sein d’une unité plus grande. Mais ces stages d’endurcissement sont couteux ; les uniformes, les armes à fournir, l’encadrement, tout cela a un prix. N’aurait-il pas été plus pertinent d’investir cet argent dans des lignes de fortification, du matériel plus performant et dans de la recherche stratégique ; prendre les enseignements de la dernière guerre pour tirer des leçons et adapter l’organisation. Nous sommes beaucoup trop souples pour pouvoir tenir une ligne logistique par exemple, les équipes réduites qui opèrent chacun de leur côté est une excellente chose sauf pour le ravitaillement et les plans de grandes offensives pour ne citer que ça. C’est sympathique d’avoir une escouade qui fait du zèle et se décide à poursuivre l’ennemi, mais si cela crée un trou dans une ligne de front qui avance, les choses peuvent devenir gênant.

« Qu’est-ce que vous pensez d’eux ? » Finit par me demander Grêle d’acier, les mains dans les poches alors que nous marchons vers nos quartiers.
« Nous sommes en train de tremper leur caractère ; à la fin de tout cela ils devraient avoir durcis. Du moins, ce sont mes vœux pour eux. » Sous son masque, je discerne un petit rire. « Quelque chose vous a déplu dans ma remarque sensei ? » Il secoue la tête.
« Je ne peux que constater avec joie votre sérieux dans l’entreprise qui nous unit. » Nous sommes unis par des liens faits d’or, qui à l’exception d’un fou aurait refusé pareil tâche ?

Je croise les bras ; nous sommes en hiver, si la neige peut-être l’objet de contemplation elle est aujourd’hui une embûche supplémentaire. Mes mains gèlent et coincées entre mes bras et le gilet pare éclat elles ne seront peut-être pas gercées à la fin de la journée. C’est l’une des nombreuses règles implicites qui existent ; on ne met pas les mains dans les poches tant que l’on n’est pas un vétéran accompli. Question de tenue ; nous ne sommes pas des yakuzas, ni dans un quartier d’eaux, le devoir nous intime un uniforme irréprochable.

« Une bouteille de saké chacun ? Pour terminer la soirée dans le calme. » Propose-t-il. J’hoche la tête alors que nous approchons des dépôts.

J’ai toujours apprécié l’alcool, surtout par temps froid. Il est toujours un plaisir que de se réchauffer le corps et l’esprit avec une coupe de spiritueux.

« D’où venez-vous Hurlecendre ? Si vous ne souhaitez pas répondre je comprendrai. » Pourtant la politesse et les usages m’intiment de ne pas le contrarier en accédant à sa demande.
« D’un village loin d’ici, j’ai été appelée pour servir ici quelques temps. » A l’exception de ma famille et du gouvernement, peu de monde est au courant de mon travail. « Et vous-même ?
-Je suis ici de carrière. » Un ninja entièrement dévoué à son pays. « Je vis ici. »

Moi de même, toutefois sous une forme différente ; lui passe l’année à s’entraîner et à garder les frontières, j’ai adopté un mode de vie plus permissif quant à mon existence en dehors de tout cela. Peut-être un jour nos chemins se croiseront ; j’aurai un visage à mettre alors sur le maître de la bande d’aspirants débraillés et de chuunin silencieux dont je fais partie. La seconde catégorie, ce qui hélas ne me permet pas de jouir de beaucoup de privilège ; j’ai une chambre pour tomber le masque, je suis nourrie, logée et blanchie. En plus de toucher un salaire bien évidemment. Savoir que derrière chaque kimono peut se cacher quelqu’un avec qui j’aurai travaillé pourrait très vite donner naissance à des sentiments paranoïaques si l’on est une âme stressée, heureusement j’ai appris à étouffer toute inquiétude par rapport à une précédente rencontre. Comment vivre en sachant qu’un élément du passé serait en mesure de réapparaître dans notre destinée ?
Les masques que nous portons chacun sont en grande partie responsables de la tranquillité d’esprit qui habite chacun d’entre nous ; derrière mon masque de bois mon visage demeure sauf de la mémoire des autres, celui de Grêle d’acier git paisiblement à l’abri des complots avec l’aide de quelques bandes de tissu. Les pseudonymes aussi y sont pour quelque chose ; parfois pour garder l’anonymat et des rapports cordiaux entre collègues enfiler une identité factice est préférable à la vérité. La vérité heurte bien plus que le sabre lorsqu’on sait attendre la bonne opportunité, aussi, me savoir protéger d’une telle traîtrise apaise mes pensées. La fin de la guerre n’a pas signé la fin des combats ici ; encore par les temps qui courent des règlements de comptes surgissent. L’armistice signe la fin des hostilités entre deux factions, pas entre les âmes qui les habitent.

« Hurlecendre ? Avec votre pouvoir de naissance, n’avez-vous jamais songé à servir votre nation à plein temps ?
-C’est un honneur que je ne peux me résoudre à accepter. » Je m’arrête, il se fige.

Je le vois à ses yeux qui s’arrondissent devant mon refus de suivre son tracé.

« Vous avez choisi un ascétisme qui ne peut qu’inspirer le respect, mais une hirondelle ne peut se résoudre à une vie de loup. » J’ai choisi la liberté.

La vie en collectivité ne m’a jamais fait de l’œil, de plus il est parfois bon de prendre de la distance avec les autres et s’arrêter un instant pour réfléchir au cours des évènements, chose que l’armée ne permet pas de faire. Bien sûr, lorsque je deviendrai jounin il n’appartiendra qu’à moi de tracer les champs de batailles de demain mais ce jour est encore loin. Très loin. Une raison plus terre à terre est au sujet de mes talents en matière d’explosions ; pourquoi irai-je donc dans une formation qui ralentirait ma progression dans ce qui est mon atout principal quand je peux cultiver une particularité qui peut signer la différence entre un échec et une victoire ? Evidemment, ça ne peut-être mon unique capacité, mais j’ai l’avantage de par mon sang de posséder une faculté qu’aucun autre n’a, à l’exception de quelques élus à travers le monde. Pourquoi l’ignorer ?
Nous finissons par arriver au dépôt, nous percevons notre repas pour la soirée et une bouteille chacun. Je grimace en voyant la taille presque insignifiante de la flasque reçue ; ce n’est pas ce soir que quelqu’un s’endormira ivre, et s’il est certain que l’alcool réchauffera mon corps d’espionne militaire, il n’y en n’aura pas assez pour que je passe une nuit sans rêves. D’un signe de tête trop assuré pour être inhabituel, Grêle d’acier me fait savoir que c’est la norme ici, le petit geste de main qui suit m’indique que lui aussi est agacé par la contenance des bouteilles. Toutefois ce n’est qu’une petite injustice, le monde nous a formé à recevoir pire ; la vie est la meilleure des professeurs quand il s’agit d’enseigner la résilience à ses élèves. Ceux qui arrivent à l’âge adulte et dans l’armée sont souvent même les plus forts du troupeau, à notre grande joie. Après tout, que serait l’univers sans forts ? Probablement que l’homme n’aurait jamais été devenu le sommet de la vie intelligente.

« Vous venez de la campagne non ? » Je confirme sa supposition d’un signe de tête. « Vous connaissez la maladie du renard alors.
-En effet, il faudra que j’en touche deux mots à notre promotion d’aspirants, sinon ils perdront tous la tête aux premières groseilles qu’ils croiseront. »

Bien avant les combats, la mort peut aussi survenir de la main de dame nature. L’attente incite à l’erreur, et seuls les démons sont en mesure de savoir à quel point l’attente est une composante intégrante de la guerre. Les conflits ignorent les intermédiaires et privilégient les extrêmes si l’on se réfère à mon expérience des rixes entre gangs et les grandes batailles qui ont été consigné dans les livres d’histoire. Parfois chaque camp aura plusieurs mois pour se préparer à l’affrontement du siècle, parfois la victoire décisive aura été remportée sur un malentendu. La chance est un facteur important. En partant de ce principe, quelle tristesse de n’avoir aucuns moyens de pouvoir lui imposer une limite et des variables fixes.

« Ce serait très courtois de votre part, compte tenu des contraintes que nous avons ; les méthodes mises en œuvre pour les entraîner, les restrictions sur les punitions, le retard de paie.
-Je suis ici en toute connaissance de cause sensei. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider, et transformer les enfants autour de nous en soldats. » Grêle d’acier se mure dans un silence éphémère, à peu près autant qu’une brise de mer avant de s’incliner très légèrement face à moi. Une petite génuflexion, un bref spasme au niveau de la nuque et voilà une courbette.
« Je suis honoré de vous compter à mes côtés. » Ah ! Point de flatteries avant que les évènements ne nous aient donné l’occasion d’avoir un entraperçu de la valeur de l’autre. Je n’aime guère être vendue à plus que mon prix exact.
« J’espère pouvoir me montrer digne des qualités que vous semblez me… » J’éternue. « Prêter. » Le froid devient insoutenable pour mes mains.

Heureusement nous sommes bientôt arrivés à nos quartiers. Une paire de gants ne semblerait pas de trop pour la suite des évènements ; je reste ici encore treize jours, il va me falloir de quoi tenir.

« Vous pouvez mettre vos mains dans vos poches. Du moins une pour l’instant ; vous avez assez d’expérience pour justifier cette négligence. » Je glousse malgré moi telle une courtisane.

Est-ce donc ça que devenir une kunoichi confirmée ? Pouvoir se targuer d’un usage aussi insignifiant parmi les civils que lourd de symbolisme parmi nous autre ?
Je m’incline bien bas devant celui qui m’a autorisé à ce privilège.

Derrière l'écran
PSEUDO : Lys
ÂGE : J'ai connu Star Wars en cassettes.
CONNU PAR : Top site
AUTRE CHOSE ? nope
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 489
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 383
Expérience:
Nobushi Kisho, mercenaire. Left_bar_bleue979/1200Nobushi Kisho, mercenaire. Empty_bar_bleue  (979/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Juste pour dire que j'ai terminé ma fiche. Nobushi Kisho, mercenaire. 2910684007
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Yume
Hyûga Yume
Konoha no Genin
Messages : 418
Date d'inscription : 16/03/2017
Age : 20
Localisation : Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Genin Rang B
Ryos: 125
Expérience:
Nobushi Kisho, mercenaire. Left_bar_bleue345/1200Nobushi Kisho, mercenaire. Empty_bar_bleue  (345/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Hello ! Quel beau personnage ! J'aime beaucoup ! Sans plus tarder ton test

Spoiler:
 


Nobushi Kisho, mercenaire. JAC2XUGh_o-1
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 489
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 383
Expérience:
Nobushi Kisho, mercenaire. Left_bar_bleue979/1200Nobushi Kisho, mercenaire. Empty_bar_bleue  (979/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Test Rp terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1128
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenu encore ! Et il est l'heure de ta correction.

Respect test-rp et originalité

Mon test était très large et très vague, je te félicite pour ton choix de scène ! Si au début je n'avais pas saisis, tu as sus me convaincre. J'adore ce que tu as fais du test !

Orthographe et grammaire

Pas de fautes, ton texte est excellent, aussi bien que ton style que par l'orthographe ! Rien à dire de ce côté là !

Avis général et verdict

J'aime beaucoup ton personnage, j'aime ton style, je ne vois aucune raison de te refuser ton rang ! N'oublie pas d'aller recenser ton avatar, ton personnage et n'oublie pas de faire ta FT. Je te souhaite un excellent jeux !


Correction par Correcteur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.