:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La culture du raffinement • ft. Haruka

Myōshin Junko
Myōshin Junko
Uzushio no Jonin
Messages : 32
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 0
Expérience:
La culture du raffinement • ft. Haruka Left_bar_bleue133/2000La culture du raffinement • ft. Haruka Empty_bar_bleue  (133/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

« Si ce caractère est la forêt, celui-ci devrait être… » Elle passait négligemment un doigt le long d’un de ses sourcils, tandis qu’elle réfléchissait. S’était-elle trompée et, plutôt que Forêt, fallait-il lire Coutume ? Elle soupira, un peu agacée. Ni l’un, ni l’autre ne semblaient convenir dans son interprétation des sinogrammes.
Elle releva la tête et jeta un œil autour d’elle. La bibliothèque était parfaitement silencieuse et seul le frottement du papier se faisait entendre, par intermittence. Quelques personnes s’étaient éparpillées dans la salle de lecture et étudiaient leur sélection de livres à la lueur d’une petite lampe de table. Elle-même avait disposé, sur son bureau d’étude, les principaux ouvrages sur l’Art des Sceaux. Mais peut-être le terme « principaux » était un peu faible, car elle avait littéralement dévalisé le rayon dédié au Fuinjutsu et avait empilé sur sa table, indistinctement, des œuvres aussi bien anciennes que contemporaines. Elle désirait apprendre une nouvelle technique et, pour cela, elle monopolisait, à tort ou à raison, le rayonnage complet. Si cela dérangeait quelqu’un, il faudrait qu’il ait le courage de venir lui réclamer le livre.

Le Fuinjutsu était un de ces rares domaines pour lequel elle privilégiait l’apprentissage théorique, par rapport à l’apprentissage pratique. Quand il s’agissait de Ninjutsu ou de Genjutsu, les choses étaient différentes. La théorie se résumait aux mudras, généralement, et toute la difficulté résidait dans la maîtrise du chakra, plus que dans la compréhension du fonctionnement de la technique. Pour ce qui était de l’art des sceaux, en revanche… Chaque symbole avait son importance et mésinterpréter un sinogramme pouvait conduire à un sceau affaibli, voire inutile. C’était la raison pour laquelle elle passait tant de temps à étudier la langue, son écriture et sa phonologie – à travers, notamment, le fameux Dai Kan-Wa Jiten. Et si la quantité de caractères et la diversité de lectures ne suffisaient pas, il fallait également ajouter la variété des écritures – traditionnelle, réformée ou autre variante – et les écrivains les plus anciens pouvaient être particulièrement pénibles à lire. Junko avait même remarqué que, parfois, d’un clan à un autre, l’ossature-même d’un kanji était modifiée.

De fil en aiguille, elle en vint à penser au clan des Uzumaki qui s’étaient imposés, à Uzushio, comme une référence dans l’art du scellement. Ils devaient certainement avoir une écriture très belle et particulièrement épurée… Ou peut-être n’était-ce qu’un fantasme de sa part. A vrai dire, Junko ne côtoyait aucun membre de ce clan et ne pouvait qu’imaginer ces choses-là. Pourtant, elle brûlait d’envie de se rendre dans leur temple, d’accéder à leurs secrets les mieux gardés et de partager avec eux cette culture et ce raffinement qui enveloppait le domaine du Fuinjutsu. La dame aurait probablement été heureuse de naitre Uzumaki – d’autant plus dans cette société où avoir un nom importait tant. Alors, pourquoi n’avait-elle personne de ce clan dans son entourage ? Outre le fait que ledit entourage était naturellement très réduit, cela s’expliquait par des sentiments ambivalents. Elle éprouvait une sorte de fascination craintive qui l’empêchait de s’approcher de ces gens qu’elle considérait comme des Maîtres – mais, évidemment, elle ne l’admettrait jamais publiquement. Elle préférait donc les admirer de loin, avec la même pudeur qu’une jeune fille secrètement amoureuse.

Peut-être un jour se rendrait-elle compte qu’elle n’avait rien à leur envier et oserait-elle faire le premier pas. En attendant, elle avait trouvé refuge dans cette immense bibliothèque et étudiait les textes accessibles à tous – et surtout à ceux qui ne portaient pas le bon nom, comme elle. Sa fierté en prenait un coup, mais elle ne s’en faisait pas trop ; si, déjà, elle parvenait à apprendre l’ensemble des sceaux mentionnés dans ces ouvrages, elle pourrait prétendre au titre de Référence, elle aussi.
Sur ces bonnes pensées, elle se pencha de nouveau sur l’étrange symbole qu’elle tentait de déchiffrer. Une clé dans la compréhension d’une nouvelle technique, elle en était certaine. Et pourtant, quelque chose lui échappait…

Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 466
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 59
Expérience:
La culture du raffinement • ft. Haruka Left_bar_bleue1259/1200La culture du raffinement • ft. Haruka Empty_bar_bleue  (1259/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Le Fuinjutsu était sans aucun doute l'art ninja le plus mystérieux, raison pour laquelle on avait tendance à se méfier des maîtres en la matière. Il était évident, pour moi, que l'inconnu effrayait l'homme et les ninjas étant des hommes malgré tout, ils se méfiaient de cet art si obscure que l'on aurait pu associer à de la sorcellerie. Je n'avais pas le moindre soucis à avouer que la recherche sur le chakra comme celle sur les sinogrammes était si complexe qu'elle semblait sans fin. C'était un art destructeur sublime lorsqu'employé par un maître de la calligraphie. Je n'ai jamais eu la prétention de me présenter comme tel, car même si mon coup de pinceau se voulait plus gracieux avec l'âge, l'expérience et la patience qui allait avec, j'étais loin de figurer parmi les meilleurs du clan, au niveau de la calligraphie.

Il y avait plusieurs bibliothèques à Uzushiogakure. Notre village était connu pour réunir des clans aux aptitudes très particulières et mystérieuses, à défaut de posséder une effroyable puissance brute... J'aurais certainement dit que tout tournait autour de la connaissance, des études approfondies et de la sagesse. Et cette pensée expliquait parfaitement la quantité d'ouvrages que nous possédions et la pluralité d'édifices en mettant à disposition. Si mon endroit d'étude préféré était l'académie, suivie par la bibliothèque des Uzumaki, cela ne m'empêchait pas de me rendre à celle du centre ville.

Cependant, un jour où je me rendais à cette bibliothèque afin d'apprendre un nouveau sceau, une femme eut pris en otage un bon nombre de parchemins concernant le Fuinjutsu dont un ouvrage que l'on m'avait conseillée. Je m'approchai donc de la kunoichi -mes dons sensoriels attestant que c'était une combattante aguerrie-.

"Pardonnez-moi, mais est-ce que vous pourriez me passer Chinmoku no Hana ?"

Elle était penchée sur autre chose, elle n'allait surement pas avoir besoin de ce parchemin avant un moment, soit le temps que j'en fasse une copie ou que j'apprenne le Zekka Konzetsu no In. On aurait pu se demander ce qui me poussait à apprendre une telle technique... La réponse était simple : je ne comptais pas être un bon petit solda toute ma vie. Je voulais être reconnue, que ma voix soit entendue. Je voulais avoir des responsabilités mais celles-ci avait toujours impliquées devoirs et sacrifices. Un certain niveau atteint nécessitait de pouvoir garder des secrets enfouis quitte à utiliser ce genre de technique sur moi-même ou sur un allié.
Revenir en haut Aller en bas
Myōshin Junko
Myōshin Junko
Uzushio no Jonin
Messages : 32
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 0
Expérience:
La culture du raffinement • ft. Haruka Left_bar_bleue133/2000La culture du raffinement • ft. Haruka Empty_bar_bleue  (133/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

« Hmm... » répondit-elle par automatisme, prêtant une oreille distraite à l’inconnue qui venait de l’apostropher. Dans le même temps, elle avait vaguement levé la main, comme pour demander à son interlocutrice d’attendre quelques instants. Elle était dans cet état second où elle se savait proche du but – elle pouvait presque palper la Vérité du bout de ses doigts, à travers le papier. C’était précisément dans cet instant critique qu’il lui fallait poursuivre son raisonnement jusqu’au bout, faute de quoi elle perdrait tout ; c’en devenait presque vital. Elle écrivit prestement : deux fois le caractère Arbre, puis une fois Montrer. Ce qui signifiait... « Chinmoku no Hana ? » souffla-t-elle doucement, tandis que son esprit achevait de traiter l’information. Elle secoua la tête, pour chasser les pensées parasites et reprit son étude : les caractères ainsi empilés signifiaient donc Interdire. Mais il était trop tard, malheureusement. Elle s’était interrompue dans son cheminement logique, et à mesure qu’elle essayait de reprendre le fil de ses pensées, elle s’en éloignait. Quelque part, le Chinmoku no Hana s’était imposé et l’empêchait de continuer à travailler. Elle se redressa subitement, l’air fortement contrariée, les sourcils froncés. Voilà qu’elle venait de perdre le fil de ses pensées, de la façon la plus stupide qui soit. On lui avait parlé, et les mots s’étaient lentement insinuées dans son esprit, jusqu’à l’occuper tout entier. Elle poussa un soupir agacé. « Il va falloir tout recommencer ! » Et, évidemment, elle tenait pour responsable la personne qui avait osé l’interrompre. Aussi se tourna-t-elle vers l’inconnue pour lui lancer un regard noir.

« Oh. » Junko se sentit pâlir légèrement, tandis qu’elle réalisait soudainement à qui elle avait affaire. Son regard s’était instantanément adouci et, bien qu’elle s’efforçât de garder contenance, le doute l’assaillait. Elle s’éclaircit la gorge. « Vous êtes… ? » Elle ne reconnaissait pas la demoiselle, mais ses cheveux flamboyants ne laissaient que peu de place à l’interprétation. Le roux et ses déclinaisons vers le pourpre étaient globalement associés au clan Uzumaki. Le fait qu’on lui réclame un document portant sur l’art des Sceaux était également un indice à ne pas négliger – ces éléments n’étaient pas des preuves suffisantes, mais bien des conditions nécessaires. Du point de vue de Junko, il valait mieux jouer la carte de la prudence, à ce stade. Elle n’oubliait pas l’importance que cela revêtait, pour elle, et se faire mal voir d’un membre de ce clan – quel que soit son statut réellement – était un écueil à éviter.

Junko posa son regard sur la pile de documents qui trônait sur le bureau. « Excusez-moi, je n’aurais pas dû monopoliser tous les ouvrages de la sorte. » Elle s’activa alors et se mit à fouiller dans la pile à la recherche dudit parchemin. Cependant, quelque chose l’intriguait. Que faisait-elle parmi le peuple ? De fait, Junko se serait attendue à ce qu’une femme de ce rang – au sens de son appartenance à l’un des clans les plus réputés – ne côtoie pas la bibliothèque du centre-ville, mais uniquement le très prestigieux temple Uzumaki. A croire qu’ils ne possédaient pas d’exemplaire de cet ouvrage en particulier… Faisant appel à ses souvenirs, Junko s’empressa de se remémorer ce que contenait le parchemin. Non seulement il fallait qu’elle rattrape son impolitesse, d’une façon ou d’une autre, mais elle était également face à une opportunité sans pareille de pouvoir échanger avec un des maîtres du Fuinjutsu. Connaître l’ouvrage lui permettrait de réaliser les deux objectifs en un seul coup. « Ah, je l’ai ! » s’exclama-t-elle, exhibant sa trouvaille. Une lecture rapide des premières lignes lui confirma son contenu ; elle se souvenait de l’avoir lu, effectivement. Alors, comme elle tendait le parchemin à Haruka, elle ajouta simplement : « J’ai travaillé cette œuvre et les techniques qui y sont mentionnées, alors… N’hésitez pas à me solliciter, si jamais certaines questions restent sans réponse. Ce sera un plaisir de vous aider. » C’était une tentative un peu maladroite, bien que sincère ; elle redevenait la jeune fille enamourée mais pudique, qui n’osait pas trop se mettre en avant mais qui espérait un jour se faire remarquer par ses qualités.

Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 466
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 59
Expérience:
La culture du raffinement • ft. Haruka Left_bar_bleue1259/1200La culture du raffinement • ft. Haruka Empty_bar_bleue  (1259/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Je haussai un sourcil.
Elle ne releva pas la tête et ne m'adressa pas la parole, se contentant de me faire un signe de main pour me demander de patienter. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi je devais attendre alors qu'elle monopolisait une partie de la bibliothèque. Je gonflai les joues, un peu agacée. J'aurais aimé me mettre immédiatement au travail. Je croisai les bras et attendis, silencieuse, que la femme accepte enfin de me faire face et de m'offrir l'objet tant attendu.

« Il va falloir tout recommencer ! »

Je me demandai si elle me blâmait mais gardai le silence. Je ne voulais pas qu'une dispute prenne place en ces lieux de culture. J'appartenais à un clan réputé pour son sang chaud et j'étais en effet de nature à m'emporter facilement. Je me contentai d'une grimace en guise de réponse à son exclamation.

« Oh. Vous êtes… ? »

Sa voix s'adoucit lorsqu'elle m'aperçut. Pour moi, sa réaction n'était pas si incongrue que cela. J'avais l'apparence typique d'un membre du clan Uzumaki et je ne cachais pas l'emblème de mon clan, situé sur la manche gauche de ma tenue. Les ninjas n'appartenant pas à un clan avaient trois façon d'agir : la première et plus répandue était de s'aplatir devant les claniques, la deuxième était de ne pas adopter de réaction spécifique -ce qui était relativement rare- et la dernière était de se placer comme opposant jalousant ou méprisant les claniques pour une raison ou une autre. Elle étudiait le Fuinjutsu, elle devait donc aduler, d'une façon ou d'une autre, les spécialistes du domaine que formait ma famille, ce qui expliquait sa réaction. J'inclinai le buste.

"Je suis Uzumaki Haruka"


Je ne trouvais pas que ce soit particulièrement juste de me traiter différemment à cause de ma famille, mais je n'en dis rien, à cause de mon orgueil. Elle s'excusa et chercha l'ouvrage que je désirais. Une fois trouvé, elle me le tendit. Je commençai immédiatement à y jeter un coup d'oeil.

« J’ai travaillé cette œuvre et les techniques qui y sont mentionnées, alors… N’hésitez pas à me solliciter, si jamais certaines questions restent sans réponse. Ce sera un plaisir de vous aider. »

Mon regard se plantai dans le sien. Mon visage, neutre jusqu'alors, vit apparaître un grand sourire sur mes lèvres.

"J'aimerais m'investir un peu plus dans la vie du village, aider à l'élaboration de projets, assister le Senkage... Ce genre de chose..."

Je marquai une pause tandis que je laissai mon regard se balader sur le parchemin. Tout en continuant de lire, je repris la parole, toujours souriante.

"Un ami m'a conseillé d'apprendre le Zekka Konzetsu no In, il m'a dit que cela pourrait m'être utile si je parvenais à atteindre mes objectifs avant de me confier que je pourrais le trouver dans cet ouvrage. " Je levai les yeux jusqu'à la femme. Elle est belle. Je repris en haussant les épaules. "Je trouve que les textes ne sont pas assez clairs, en général, je ne dirais pas non à quelques petits conseils."

Je posai le parchemin sur la table d'à côté et posai ma main sur l'épaule gauche de l'inconnue.

"Si tu m'aides, je pourrais peut-être t'aider à mon tour. Tu t'appelles ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Centre-ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.