:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé

Kisho Asahi
Kisho Asahi
Indépendant
Messages : 23
Date d'inscription : 23/06/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé Left_bar_bleue41/1200L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé Empty_bar_bleue  (41/1200)
Kisho Asahi



Matricule ninja
NOM : Kisho
PRÉNOM : Asahi
GROUPE : Indépendant
GRADE : Chuunin
RANG : B
SEXE :
ÂGE : 23 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Père décédé en mission depuis très jeune.
Une mère aimante et dévouée à sa famille.
Une soeur aînée garçon manqué.
Une deuxième soeur aînée bienveillante mais rude.

Personnalité
Perfectionniste
Amical
Charismatique
Serviable
Adroit
Lucide
Persévérant
Infatiguable
Débrouillard
Efficace
DÉFAUTS
Ambitieux
Puéril
Fier
Impulsif
Rebel
Arrogant
Bavard
Insatisfait
Moqueur
AIME
Famille
Gloire
Combat
Poissons
Rire
Spectacles
N'AIME PAS
Perdre
Pluie
Inaction
Cuisiner
Lâcheté
Hiver
AUTRES
Très chanceux
Connaît pleins de blagues
Complexe sur sa taille
PHYSIQUE
TAILLE :
2m10
POIDS :
105kg
PEAU :
Pâle
CHEVEUX :
Blonds
Courts
YEUX :
Bleus
Përçants
VISAGE :
Visage très juvénile, pourtant il présente déjà des rides d'expression à cause de ses mimiques continuelles. Beau sans être magnifique
CORPS :
Un corps musclé taillé dans la pierre. Des mains adroites, des jambes longues
et une voix tonitruante.
AUTRE :
Son cache-oeil est purement cosmétique. Il l'enlève quand les combats deviennents trop compliqués. Un drapeau se trouve au bout de son bâton, il le change à chaque mission en mettant celui d'une autre nation, espérant tromper quelqu'un. Ca ne fonctionne pas.
Histoire

An 0:

"Aujourd'hui papa ne rentrera pas."

Le constat était clair, sans appel. Ce soir et tout les prochains soirs, papa ne rentrera plus à la maison. Jamais. Cette phrase avait dûe être prononcée des dizaines, des centaines de fois dans l'histoire des Kisho, pourtant le coeur d'Asahi se serra en l'entendant. Les larmes, nombreuses, coulèrent pendant une bonne partie de la nuit. C'était lui l'homme de la maison maintenant. Le plus petit. Encore dans les jupons de sa mère et de ses soeurs. C'est ce soir là que le petit Asahi se fit une promesse, devant le ciel étoilé; il rendrait fier sa mère, ses soeurs et les porterait plus haut que son père n'ait pu le faire. Le lendemain il avala son déjeuner à grandes bouchées avant de demander à sa soeur aînée de commencer à l'entraîner. Ce qu'il apprenait normalement ne lui suffisait pas, comment aurait-il pu lui suffire? Il lui fallait plus, et vite.

Sa mère a toujours commenté avec humour que c'est cette détermination qui l'a fait poussé autant.

An 5:

"MAMAAAAAAAAAAN!"

Les yeux embués de larme, Asahi s'était réfugié chez lui. Une fois de plus des jeunes du village s'étaient foutu de lui à cause de sa taille de géant. Toujours les mêmes, une petite poignée d'enfants teigneux et un peu brusques. Pourtant, est-ce que c'était sa faute qu'il soit si grand? Non! Alors Asahi s'assit contre un des murs de sa maison et plongeat la tête entre ses mains pour pleurer. Pleurer contre eux qui se foutaient de lui, pleurer contre lui qui n'arrivait pas à garder la tête haute malgré ces petites railleries, pleurer contre tout. A son âge, on devient un petit rebelle, c'est normal. Pour lui ça s'est exprimé en beaucoup de larmes et d'engueulades avec les autres. Pas contre sa famille, pas question. Pour survivre, il fallait rester soudé. Se battre contre le monde extérieur oui, se battre contre sa propre famille, jamais.

Sa grande soeur le découvrit en train de pleurer en rentrant à la maison. Il ne fallût pas longtemps pour qu'il crache le morceau et pas longtemps pour qu'elle aille remonter les bretelles des petits qui l'importunait. Alors il pleura encore. Encore. Parce qu'il avait pas réussi à régler ça tout. Il était pas assez fort et c'était dur à accepter. Mais un jour, tout le monde le regarderait.

An 12:

Ce jour était arrivé plus rapidement qu'il ne le croyait. Il avait déjà une petite renommée dans le clan. Une toute petite renommée de rien du tout. Pourtant un sourire ineffaçable s'affichait sur son visage. Un sourire comme on en voyait rarement chez les Kisho. Un sourire qui commençait déjà à déranger. Car dans le monde des assassins, on apprécie rarement une grande gueule amicale. Pourtant, les résultats étaient là; autant de réussites que de missions entamées. Une détermination sans failles, un entraînement draconique et un sérieux surprenant en mission, voici ce qui protégeait Asahi du dédain total de ses camarades. Pourtant certains commençaient à apprécier le vent de fraîcheur du jeune homme. Plus précisement la majeure partie de ceux qui avaient mené des missions avec lui.

Les combats amicaux avec les membres de sa famille se faisaient déjà plus disputés. Sa carrure imposante couplée à son utilisation du bâton, un sens presque surnaturel pour le combat. Peut-être aurait-il été plus heureux dans un clan d'artiste martiaux, loin des murmures de la nuit. Peut-être aurait-il été plus heureux loin, très loin d'ici dans un pays plus lumineux. Plus à son image. Mais il jouait avec les cartes qu'il avait en main et pour rendre sa famille heureuse, il n'avait qu'un seul choix; persévérer.

An 15:

La promotion au rang de Chuunin. Il en avait rêvé, encore et encore. Mais finalement elle était là. Il avait bien mûri depuis cette nuit où il avait pleuré la mort de son père. Pourtant, la même rage brûlait en lui. Une rage dévorante qui le poussait à se pousser, qui l'empêchait de fermer l'oeil de la nuit lorsqu'une mission ne s'était pas déroulée de manière optimale. Il avait mordu la poussière, encaissé des défaites. Il les vivait toujours aussi mal. Pourtant, personne ne peut avoir de parcours sans faute. Personne sauf celui qu'il aurait aimé être.

Son parcours avait été exemplaire. Chien bien obéissant, il faisait ce qu'on lui demandait. Sans broncher. Pourtant une fois rentré au bercail, c'était comme si son professionalisme disparaissait en fumée, peut-être un moyen de relâcher toute la pression accumulée. Son caractère ne plaît toujours pas à tous, mais pourtant il en est arrivé là. Pourtant, il lui arrive toujours de regarder le ciel étoilé et de se demander jusqu'où il pourrait aller... Et si rester sagement chez les Kisho est son meilleur choix de vie.
Test RP

Une fois votre fiche complétée, le staff vous confiera un test RP sur la base des éléments donnés. Ce test RP déterminera votre grade.
Faites nous rêver !
Pour un rang D : 500-2000 mots minimum
Pour un rang C : 1000-2000 mots
Pour les rang B/A : 1500-2000 mots


T’as froid aux pieds. T’éternues. T’ouvre les yeux.

Un plafond inconnu.

Tu essaies de te relever. Oui, essaie. Car alors que tu te redresses, une douleur te cloue au sol. Un gémissement de douleur s’échappe difficilement de ta gorge alors que ta main se dirige vers ton torse pour examiner la situation. Un énorme bandage comprimant ta cage thoracique. Puis des souvenirs.

Un flash bleu t’aveuglant, la peur. Celle de mourir, d’échouer, de se réveiller avec une nouvelle défaite. Putain. Tu tappes le sol de ton poing fermé alors que sur ton visage, une honte enfantine se lit très clairement. Au pays des menteurs, t’es loin d’être celui qui cache le mieux ses émotions. Tes dents mordent l’intérieur de tes joues, la douleur te forçant à rester calme alors que ta gorge se serre.

T’as été mauvais. T’es mauvais. Le verdict est sans appel; Kisho Asahi, le plus faible des Chuunin, honte de sa famille et cadavre en sursis! Convalescence, entrainement et retour à la case départ. Super. Mais avant cela, il fallait rentrer. Retrouver la maison, faire face au mépris dans les yeux des autres quand tu annonceras ton échec. Peut-être que tout le monde est courant. Peut-être que tout le monde se fout déjà de ta gueule. Sûrement. Bien sûr même.

Tu roules sur le ventre, te crispant lorsque ta blessure entre en contact avec le sol. Tu te relèves difficilement, une main plaquée contre ton torse. Ta tête effleure le plafond alors que tu fais l’inventaire de tes blessures. Coupures, brûlures et… ça. Un souvenir indélébile d’une défaite que tu aurais voulu oublier. D’habitude, tu aimes tes cicatrices. Témoins de ton entraînement, témoins de tes combats. De tes victoires et de tes défaites aussi, mais tu essaies d’oublier ces dernières.

Alors tu commences à marcher vers la porte, prêt à devoir te battre pour sauver ta vie à nouveau. Prêt à sauter à la gorge du premier qui voudra t’envoyer six pieds sous terre. Parce que t’es pas prêt à mourir. Comment le pourrais-tu? Se serait abandonner ta famille et trahir cette promesse que tu t’es faite. Alors tu fais coulisser la porte avec la rage d’une bête blessée.

Une mamie.

Assise là, à boire du thé. Le regard plongé dans un petit jardin. Ton oeil unique s’agite frénétiquement pour compenser l’autre qui ne voit que les ténèbres. Il te faut à peine une seconde pour décortiquer le décor. Ton porte drapeau est là. Tes vêtements aussi. Du moins, ce qu’il en reste. Puis la vieille dame tourne la tête vers toi, visiblement soulagée.

“- Ah, vous êtes enfin réveillé! Je me faisais beaucoup de soucis pour vous!”

Du souci? Pour toi? C’était nouveau ça. Peu de gens s’en faisaient. Sûrement pas ceux de ton clan. Tu articules un sourire qui sonne faux avant de sortir de la chambre. Pas de temps à perdre ici, il fallait déjà partir à la chasse aux informations.

“- Oui ça va un petit peu mieux… Où sommes-nous? Je suis encore un peu sonné.”

La réponse? Loin de chez toi. Peu importe l’endroit précis, seule la distance pour te rendre à ton foyer compte. Tu peux pas rester indéfiniment ici. Tu sais même pas qui elle est.

“- Vous devriez vous reposer vous êtes encore faible et-
- Non. Merci. Je dois reprendre la route.”

Tu titubes jusqu’à ton porte-drapeau. Ce long bâton métallique qui te servira de canne survivre aux longs jours de marches qui t’attendent. Mais ton ton sec et ton sourire crispé ne suffit pas à donner le change. Elle t’attrape le bras alors que tu passes à côté d’elle et te tire vers elle. La douleur te cloue au sol alors qu’elle boit une petite gorgée de la boisson brûlante en rigolant doucement. Elle est beaucoup plus futée que la plupart des autres personnes.

“- Jeune garçon, si vous comptez repartir sur les routes, je ne donne pas cher de votre peau. De plus, nous sommes bien loin de Konoha.”

Konoha? Tu lèves un sourcil, intrigué avant de comprendre. Elle pensait que tu étais un ninja de Konoha! La technique du faux drapeau avait fonctionné! Au moins quelque chose qui avait réussi… Un rire jaune t’agite. La plus farfelue et la plus bancale de tes techniques avait fonctionnée. Tu t’assois en tailleur à ses côtés. Autant profiter de la situation un peu alors. Si tu te faisais attaquer comme ça t’y laisserai ta peau, elle avait raison.

Alors tu te fais une raison. Pendant quelques jours, tu vas devoir rester ici à broyer du noir. Pour pallier à ton inactivité, tu essaies de l’aider comme tu veux. Avec ta force, tu peux l’aider à faire pas mal de choses sans forcer et le soir tu restes éveillé tard pour t’entraîner mentalement. Répéter encore et encore ce combat, tout ce que tu aurais pu faire pour te sortir de là. Pour éviter cette attaque. Pour gagner, pour t’enfuir, qu’importe. Tout ce que tu aurais pu faire pour ne pas être là.

Le Dai Henge.

T’aurais pu le connaître. T’aurais dû le connaître. Piètre Chuunin que tu fais. Bientôt les enfants du village s’y connaîtront mieux en Ninjutsu que toi. Tout ce que tu sais vers, c’est agité ton porte-drapeau et faire quelques étincelles. T’es loin, très loin de pouvoir foutre toute ta famille à l’abri du besoin et leur payer une vie de tranquillité. Elles vont encore devoir aller sur le champ de bataille. Elles vont encore devoir souffrir. Tu vas encore passer des nuits blanches à te demander si elles vont rentrer saines et sauves. Elles aussi doivent en faire en se demandant quand tu vas rentrer.

Le plus vite possible. Tu fouilles dans ton sac, en tire un petit flacon. Des pilules de soldat. T’en avales deux, espérant faire disparaître la douleur le temps de repartir. Le temps de donner le change à cette grand-mère que tu ne connais pas. A cette grand-mère qui t’as aidé sans te connaître. Ta faiblesse te dégoûte comme le goût des médicaments. Mais t’as pas le choix, tu peux pas rester toute ta vie à ses crochets. T’es déjà un poids pour ta famille, faudrait pas devenir un poids pour celle des autres.

T’attends la nuit pour partir. Pour essayer de t’éclipser sans faire de bruit. Mais quand on fait ta taille, on disparaît pas par magie, t’en as déjà fait l’expérience. Quand on fait ta taille, on galère à passer par la porte. On galère à passer par n’importe quelle issue. Alors bien évidement que tu l’as réveillée. Elle ouvre la porte doucement alors que tu mets ton sac sur ton épaule, que t’enfile tes chaussures pour t’en aller. T’as senti sa présence au moment où elle s’est réveillée.

“- Vous partez déjà?
- Oui… Ca fait déjà une semaine que je suis là, il est temps que je parte. J’ai laissé un dédommagement sur la table.”

Tu sais que son regard dévie vers l’énorme pièce d’or. Un ryo. Un seul petit ryo. Presque rien pour un mercenaire, beaucoup trop pour un paysan. Dès que tu sens son regard quitter ton dos imposant, tu disparais dans les ténèbres. Un ninja doit savoir soigner sa sortie tout de même. Au moins comme ça tu lui devras rien. Pas question de laisser des dettes derrière toi. Pas question de laisser de traces. Pas question de revenir ici un jour. Il te fallait aller de l’avant.

Tu te forces à marcher chaque jour un peu plus. Tu presses le pas, même si ta santé ne te le permets pas. Rentrer au village le plus rapidement possible, annoncer son échec et repartir sur de bonnes bases. C’était la seule chose à faire. Apprendre le Dai Henge aussi, ce ne serait pas du luxe. Ce serait même une nécessité. Au pays des nains, le géant est loin d’être le roi. Au pays des aveugles, celui qui porte un cache-oeil pour le style est juste un idiot. T’es juste un idiot. Mais un idiot qui travaille plus dur que n’importe qui.

Le trajet est dur. La douleur s’est calmée mais n’a pas disparue. La cicatrice, elle, ne disparaîtra sûrement jamais. Sans avoir d’occupations journalières, il est plus difficile d’esquiver les idées noires. Mais il est plus facile de laisser couler ses larmes aussi. Au fond, t’es encore un grand gamin, la moindre petite défaite te plonge dans un état second et même la joie de la plus grande des victoires disparaît rapidement, remplacée par l’envie d’accourir vers la prochaine.

Tu penses déjà à la prochaine fois. La prochaine mission, le prochain combat. T’essaies de ne pas déjà penser à la prochaine défaite. Tu pars du principe qu’il n’y en aura plus d’autres, tu feras tout pour de toute façon. Tu le feras pour ton clan, pour toi et pour ta famille. Pour que plus jamais tu n’ai à te réveiller en fixant un plafond inconnu, pour que plus jamais tu n’ai à être redevable à un inconnu. Tu deviendras le plus fort des Kisho et le monde sera obligé de le reconnaître.

Derrière l'écran
PSEUDO : Votre Pseudo Asahi
ÂGE : 20
CONNU PAR : Top site je crois, ça fait un moment que je regarde le forum mais je me suis enfin décidé a m'inscrire.
AUTRE CHOSE ? Un joli rayon de soleil chez les Kisho!
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 1296
Date d'inscription : 16/03/2017
Correcteur
Bienvenue sur Dawn of Ninja !

Voici ton test RP:
 

Bonne chance pour ces deux semaines de test RP.
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Asahi
Kisho Asahi
Indépendant
Messages : 23
Date d'inscription : 23/06/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 0
Expérience:
L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé Left_bar_bleue41/1200L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé Empty_bar_bleue  (41/1200)
Kisho Asahi
Test RP terminé et en attente de correction!
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 1296
Date d'inscription : 16/03/2017


L'éclair fou des Kisho - Test RP terminé Pq2c


Respect test-rp et originalité

À mes yeux, c'est simple et efficace. Ça va droit au but mais c'est complet et pas vide d'émotions. La consigne est respectée.

Tu racontes une partie de ladite consigne et donnes le ton, un ton donné avec l'objectif clair et omniprésent dans ton récit de rentrer. Jamais tu ne dévies et tu évoques les raisons de cette envie qui est plus : une nécessité. Tu abordes surtout la blessure sur le plan physique, mais comme les conséquences que tu trouves à ton incapacité temporaire sont bien abordées, la différence de traitement entre le mal et la manière dont tu le vis est correctement traité.

Voir l'usage de la pilule de soldat fait plaisir, tu as donc jeté un oeil à la bibliothèque ou simplement choisi de faire référence à l'entrainement de Naruto pour parachever son entrainement en vue de la maitrise du futon.



Orthographe et grammaire

Tu as commis quelques erreurs de conjugaison.
Par exemple : «  t’y laisserai ta peau » au lieu de "t'y laisseras ta peau"
« Mais ton ton sec et ton sourire crispé ne suffit pas à donner le change. » Là, le verbe devrait être accordé au pluriel.

Tu as aussi oublié un mot. Mais le nombre de fautes est correct pour le rang demandé.



Avis général et verdict

Sans surprise, tu es validé indépendant de rang B.

Tu peux recenser ton avatar et créer ta fiche technique.



Bon jeu et amuse-toi bien !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.