:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation Masamune Sanada. [Terminée]

Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG D
Ryos: 319
Expérience:
Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Left_bar_bleue422/250Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Empty_bar_bleue  (422/250)
Voir le profil de l'utilisateur



Matricule ninja
NOM : Masamune
PRÉNOM : Sanada
GROUPE : Uzu
GRADE : Genin
RANG : D
SEXE :
ÂGE : 17ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Un grand frère qui s’occupe de la ferme. Un père alcoolique et une mère psychotique et fanatique religieuse. (Mais tout cela dans la bonne humeur!)

Personnalité
QUALITÉS
Calme
Patient
Curieux
Réfléchi
Attentif
Passioné
Franc
Ouvert d’esprit
Loyal
DÉFAUTS
Fainéant
Tête en l’air
Idéaliste
Bavard
Dispersé
Désobéissant
Têtu
Monomaniaque
Moqueur
AIME
Les livres
Fumer sa pipe
Le soleil sur la peau
Lire et fumer sa pipe au soleil
Fixer des choses
Les capuches
N'AIME PAS
L’exercice physique
Les leçons de morale
L’autorité
La suffisance
La compétition
Les romans d’amour
AUTRES
Sanada est réticent à tout effort, excepté pour ce qui le passionne. Il peut tenir devant un texte des heures sans broncher, mais râle au bout de cinquante mètre de course à pied.
Il adore la natation qu’il pratique tous les soirs avant de se coucher.
Il est croyant même si il ne l’avouera pas aisément.
PHYSIQUE
TAILLE :
1m77
POIDS :
69kg
PEAU :
Blanc-Ambrée
CHEVEUX :
Châtain
Très long
YEUX :
Vert-marron
Il semble rarement cligner des yeux
VISAGE :
Sanada est androgyne. Ses traits fins, sa longue chevelure brune, ses yeux en amande, complètent un visage harmonieux mais assez banal.
CORPS :
Un corps à la musculature légèrement apparente forgée par la natation. Il est élancé, mais peu imposant.
AUTRE :
Sanada porte une capuche toute la journée et par tous les temps, il ne porte le masque que par superstition et dans des circonstances spécifiques.
Histoire
Racontez nous votre histoire en listant les événements importants de votre personnage. Ce que nous voulons voir est votre imagination, votre originalité ainsi que votre cohérence.
Attention, vielliez lister les événements marquants de votre personnage dans le bon ordre chronologique, ne listez pas ses événements dans le désordre !



►Sanada inspira une grande bouffée d'air frais. Au même moment, il ressentit les picotements du soleil sur sa peau avec délectation.
Il alla s'asseoir sur un banc en face de l'hôpital et sorti sa pipe à herbes.
Il avait à peine savouré la première inspiration, si douce et agressive à la fois, qu'un homme assez vieux et corpulent vint s'asseoir à côté de lui.

- Excusez-moi jeune homme, mes bronches sont encombrées, je ne supporte pas la fumée.
Sanada hésita une seconde entre lui souffler l'épais voile d'herbes calcinées au visage ou se lever.
*Cinquante putain de bancs et faut que ce vioc choisisse le mien*
Il jeta l'herbe contenue dans la pipe en la tapotant sur le banc et regarda pour la première fois son interlocuteur.
La transpiration semblait suinter de tous les pores de sa peau qui luisait comme de l'huile au soleil.

- Qu'est-ce qui vous amène ici vous ?
- C'est mes bronches, avec toute la poussière chez moi et cette chaleur, j'ai de plus en plus de mal à respirer, mais toi ? Qu'est-ce qu'un fringant jeune homme fait à l'hôpital ?
- C'est une longue histoire, j'aime bien raconter les histoires, même si mon frère dit que je suis nul parce que je pars dans tous les sens. Je lui racontais les histoires que je lisais quand on était sur le banc de sable, il a jamais été très lecture, j'ai jamais été très perliculture, on faisait la paire…
- J'ai rendez-vous dans une heure, les soigneurs sont très ponctuels mais j'aime assez être en avance et ça me fait sortir de mes étagères, je t'écoute donc.
- Je suis né sur un petit bout de terre entre les îles Taisei et Huzu No kuni, on peut en faire le tour en deux jours, autant vous dire que tout le monde se connait là-bas, les ragots vont bon train, comme la fois où on a dit que j'avais volé les perles roses du voisin Hitari…Alors qu'elles sont même pas rose ses perles, il les peint le salaud, je voulais le montrer, et me venger de ses enfants qui me traitaient de « fillette », c’est tout.
Ouais, on fait dans la perle par chez nous, toute l'île vie de ça et on fait pas exception, on a notre lopin au large du banc de sable et on cultive les huîtres, le rendement est très faible, mais compensé par le prix de la perle. J'ai jamais compris pourquoi certaines huîtres font des perles et d'autres n'en font pas, ou alors des toutes petites ou des cassées. Ma mère dit que les perles des huîtres sont les cadeaux des dieux aux rares élus de leur espèce, elle est très croyante ma mère, les esprits, les dieux, les malédictions et contre sort, elle n'a que ça en tête. Elle pense que manipuler le chakra est un sacrilège si on n'est pas élu, « c'est l'homme qui veut être à l'égal des dieux, sans se soumettre avant.» qu'elle dit sans cesse. Elle m'a fait ce masque pour me protéger du £egok-Cinsei et m'a fait promettre de le mettre quand je « défis les divinités ». Elle aurait surement voulu que je finisse moine osmiétiste…

- Je vois ce que votre frère disait sur votre façon de conter les histoires, c'est très brouillon.
- Oui bon, vous allez pas vous y mettre aussi ! Donc, je disais, ouais, ma mère à une voix extraordinaire, j'entends encore ses chants, au rythme des coquilles d'huîtres qui tapent sur la barque en les remontants. Elle n'a jamais beaucoup parlé, quand elle ouvre la bouche c'est pour chanter ou prier, même si je crois que dans sa tête, c'est un peu la même chose.
Moi et mon frère…

-On dit « mon frère et moi » jeune homme.
- Hein hein...dit Sanada en tentant de toiser le vieux d'un mauvais œil. Mon frère et moi, donc, on n'a jamais eu beaucoup d'amis, à cause de ma mère, « la folle » qu'ils disaient. J'ai jamais vraiment compris comment on détermine la folie, petit, jme disais juste qu'elle devait voir des choses que je voyais pas parce que j'étais trop petit. Que les gens avec qui elle conversait étaient tout simplement trop grands pour que je puisse les apercevoir, c'est grand un dieu, au moins comme les contours de l'océan non ?

...Non, on est con quand on est petit.


Je me suis réfugié dans les bouquins, mon frère dans le travail. Nous devions étudier puis ramasser, trier, ouvrir les huîtres pour laver les perles après la marée. Mon frère dormait le matin et je lui racontais les légendes des dieux et les rituels qu'il fallait apprendre pour que ma mère soit satisfaite. L'après-midi, il péchait et triait les perles, je l'aidais de temps en temps à les laver, échange de bons procédés.

Il y a quelques années, un émissaire de La Ligue Marchande a négocié l'exclusivité de la production de perle de l'île, ça a transformé notre vie en quelques mois, des bateaux accostaient bien plus souvent et la vie a commencé à se développer. On a eu les moyens d'emmener ma mère voir les Omura et depuis, elle va beaucoup mieux. Même si elle, dit que les dieux l'ont définitivement abandonné.


Mais tout ça ne dit rien sur…..c'était quoi votre question à la base ?

- Pourquoi tu es ici à l'hôpital, je présume que tu es venu voir ta mère…et ton père dans tout ça, tu n'as pas dit un mot sur lui.

- Un alcoolique obsédé par les perles et leur valeur, il a pas l'alcool mauvais, c'est même le contraire, c'est la seule qualité que j'ai pu lui trouver. Mon frère c'est différent, il les aime ses perles,faut le voir frotter délicatement les coquilles d'huitres pour leur enlever les parasites, ou son regard quand il en ouvre une qui referme une sphère parfaitement lisse…Heu…ah ouais l'hôpital !

Tout a commencé il y a six jours, ah nan, attendez, faut que je vous parle de ce truc que j'ai lu.

- Quoi ? Mais si tout a commencé il y a six jours, pourquoi avoir raconté tout cela ?

- Dites tout de suite que je suis chiant.

- Il ne me reste plus que vingt minute, et tu ne m'a toujours pas dit ce que tu fais ici et à Uzushio plus généralement.

- J'y viens, j'y viens, je croyais que la patience était une vertu qui se forgeait avec les années. Donc, je me suis toujours posé pleins de questions sur ma mère et « sa folie ». Mon père, lui, faisait semblant de ne rien entendre.
Quelque part, je m'en rends compte aujourd'hui, il était tout aussi déconnecté du monde réel que ma mère, les deux s'étaient créés un monde parallèle, qui voilait ce qu'ils ne voulaient ou ne pouvaient pas supporter de voir, d'entendre, de sentir. Sont-ils les seuls à se créer un monde, je ne crois pas. Existe-t-il un monde en dehors de mon regard ?
J'ai lu quelque part que certain utilisateur de chakra était capable d'altérer les sens de leur adversaire jusqu'à recréer le monde de leur souhait dans l'esprit du malheureux. Mais qui peut me dire si cette altération, je la vis pas maintenant et depuis ma naissance ? Que les dieux ne sont pas les plus grands maîtres de l'illusion et nous leurs victimes.
Je vous ai dit que j'adorais lire n'est-ce pas ? Avec le développement du commerce sur l'île je recevais plein de nouveaux livres, je ne choisissais pas vraiment, mais ça avait au moins le mérite de la surprise. Comme cette fois où j'ai lu cette histoire du samouraï qui combat une créature mi-requin, mi-aigle, et re mi-requin derrière ? Vous connaissez non ? Je vous le conseille !


Bref, un jour en lisant un livre sur un mec moche habitant un temple et amoureux d'une naga je suis tombé sur une page arrachée d'un autre bouquin.

Sanada mit la main dans une poche intérieure de son manteau long et en sorti un bout de papier :

Morceau de papier froissé:
 

J'ai pas très bien compris la première fois, mais pour être honnête, je comprends pas très bien non plus aujourd'hui, mais pleins de questions ont commencé à germé dans ma tête, j'étais petit, c'était des trucs cons.
Parce qu'on est con quand on est petit.

Des trucs du genre « mais quand je lis, c'est une voix qui prononce les mots dans ma tête ? Si oui, quel « son » a-t-elle ? Si je l'entends, même intérieurement, c'est que j'écoute et si je peux m'écouter moi-même parler, c'est qu'on est deux !
Pourquoi quand mon frère se faisait engueuler parce qu'on avait ramené aucune perle je m'en voulais de ne pas intervenir ? Qui est-ce qui me juge quand je m'en veux ?

Il faut un coupable et un juge non ? Encore deux !


Et tout ça traînait et traînait dans ma tête, alors je me suis mis à lire de plus en plus, à me renseigner sur les moyens de comprendre les mécanismes de l'esprit, sans doute une manière de comprendre pourquoi ma mère parle à des êtres invisibles et pourquoi mon père n'entend plus ceux qui le sont, visibles.
Je savais en tout cas ce que je devais faire pour approfondir mes recherches, trouver ce livre et compléter ce paragraphe.
Mais passons, il y a six jours donc, une cargaison partait pour Uzushio avec les plus belles perles de la récolte annuelle. J’ai dit à mon père que je pouvais « escorter » les perles jusqu’ici, ce qui est bête parce qu’il y avait déjà deux archères Gurain, et que je sais pas me battre. Mais mon père les aime pas les Gurain. « Des lâches qui ont donné le pouvoir aux bonnes-femmes et se planquent pour combattre » voilà ce qu’il en dit. Venant d’un homme qui s’est jamais battu, j’ai jamais compris le raisonnement. De toute façon, je lui ai demandé quand il était bourré, et donc, j’ai l’autorisation de rester ici. Ma mère n’était pas trop pour mais mon frère a réussi à la convaincre. Il s’occupe de la ferme et de Maman, et moi je trouve le moyen de comprendre « la folie » ou alors de prouver que les représentants de Cinsei, Amenko, Mino, Karo et Jacin sur terre avec lesquels elle parle sont réels.

J’ai fait le voyage en toute tranquillité, qui oserait attaquer des Gurain sur un terrain dégagé comme une mer calme ? En arrivant ici, je suis allé dans le seul endroit du village que j’avais jamais visité, pour voir la seule personne qui m’avait déjà adressé la parole, la soignante Omura qui s’occupe de ma mère.Je sais ce que je dois faire dorénavant et j’allais savourer ma pipe quand vous êtes venu vous assoir.

-Eh bien, il semblerait que tu puisses l’apprécier maintenant, je vais aller à mon rendez-vous. Comment t’appelles-tu jeune homme ?

- Masamune Sanada…..Msieur. Dit Sanada qui se rendit compte que la remarque sur la pipe était peut-être malvenue.

- Et bien Sanada, tu viendras prendre le thé à l'arrière de ma boutique, il se trouve que je suis vendeur de livre. Lui dit-il en lui tendant un papier avec une adresse.

Juste avant de disparaitre dans l'entrée de l'hôpital, il se retourna vers le jeune homme :

-Ah oui, j'allais oublier ! Il faut croire que je suis aussi dispersé que toi aujourd'hui. Je connais l'auteur et le livre contenant l'extrait que tu m'as lu. Allez ! Bonne journée à toi !

Et avant que Sanada eu remporté le combat intérieur pour se lever, le vieillard et sa canne avaient disparu.

Il avait l'adresse, il faisait beau, rien ne pressait après tout.



Test RP


- J'irais pas.
- Bien sûr que si tu y iras, sinon le vioc te laissera plus prendre des bouquins chez lui.
- De quoi ? Qu’est-ce qu'il peut bien en avoir à foutre de ton biathlon, tu l'as vu non ? Je crois pas qu'il soit féru de sport et encore moins de course à pied, il boite et respire plus bruyamment qu'un régiment.
- C'est un biathlon un peu spécial, il mêle lecture et course à pied.
- Mais bien sûr ! s'exclama Sanada dans un éclat de rire. Qui a bien pu avoir une idée pareille ? Et pourquoi pas de la lutte-poterie pendant qu'on y est, ou alors…
- Ouais ouais, te fatigue pas à monologuer on a pas le temps, j'ai prévu ta réticence mon gars, lis plutôt et habille-toi vite, dans une heure, on est sur la ligne de départ.

Sanada arracha le bout de papier que tendait Hakinobu et s'empressa de le lire.

« Cher Sanada,
Je suis fier de co-organiser le premier biathlon littéraire de Uzushiogakure,
En qualité d'organisateur, (et par peur du manque de participants je l'avoue), je te convoque pour concourir et ainsi, représenter ma boutique et ma personne.
Tu peux refuser.
Je peux aussi te faire payer les dizaines de livres qui me reviennent avec des pages arrachées.
Je sais que tu feras le bon choix.
Entraine-toi bien.
Amicalement,
Chiune Sugihara»


-Entraine-toi bien ? Comment-ça, "entraine-toi bien". Il veut que je m'entraine à la course en dix minutes ? Se fout vraiment de ma gueule…
-Il se pourrait qu'il me l'ait donné la semaine dernière, mais tu aurais alors trouvé un moyen d'échapper à la…coooooouuuurse. Dit Hakinobu en tentant d'esquiver les objets hétéroclites qui fonçaient sur lui.
Ils trottinèrent sur le chemin pour « s'échauffer les muscles » selon Hakinobu, au grand dam de Sanada qui peinait déjà à suivre le rythme.

Après ce qui lui parut une éternité, ils débouchèrent sur un marais en dehors du village.

Une grande table rectangulaire avait été aménagée à l'endroit le moins humide et des personnes distinguées et beaucoup trop sérieuses pour un évènement mêlant lecture et course à pied regardaient les participants d'un air à la fois satisfait et curieux.

- Eh bien, je savais que tu allais venir ! dit le vieux Sugihara avec un sourire franc en apercevant Sanada. Vous êtes en retard, vous avez manqué la cérémonie d'ouverture. Voilà vos dossards, ne sont-ils pas beau ? C'est moi qui les ai faits, et je tiens à les voir trôner sur la première marche du podium en fin d'après-midi. Allez, je vous souhaite une bonne chance !
Sanada regarda le bout de tissu que le vieux avait apposé sur son torse avec dégout.
Un cygne et un lièvre entouraient les inscriptions « la bibliothèque de la cascade » brodé grossièrement.
*On peut au moins dire que le mauvais gout en matière de déco de la boutique est respectée * se dit-il avant de s'avancer à contre cœur vers la ligne où se tenaient les quelques participants à ce marathon littéraire.
- Bienvenue à toutes et à tous encore une fois, ayant déjà fait les présentations, il ne me reste plus qu'à vous distribuer les livres et vous donnez quelques conseils d'ami.
Le premier arrivé à la fin du livre et de la course remporte le trophée, vous ne pourrez changer de livre pendant la course, ni demander à le nettoyer, faits donc bien attention à la boue, un texte illisible sera des minutes en plus pour votre équipe. Le terrain est balisé, à chaque fin de tour, le participant devra déclamer un chapitre entier, seulement alors, son partenaire pourra partir.
Voilà. Place à l'action. À vos marques, prêêêêêt, partez !


Sanada regarda son ami s'éloigner d'un pas agile en faisant semblant de l'encourager.
Hakinobu adorait les médailles, être premier, la reconnaissance et la compétition, tout le contraire de Sanada en somme, qui préférait de loin la quiétude solitaire de l'apprentissage par les livres.

Lorsque le jeune shinobi eut disparu du champ de vision de Sanada, il alla s'asseoir sous un arbre pour remplir sa pipe.
Il respira longuement les effluves en observant la manière dont la fumée jouait avec le vent. Cela l'avait toujours fasciné, cette manière langoureuse et suave qu'avait la matière qui brule de s'évader dans un halo si léger, de prendre mille et une formes en quelques secondes, pour finalement disparaitre dans l'immensité de l'invisible.
Il allait ouvrir le livre quand une main l'en empêcha d'un geste à la fois doux et ferme.

- Tu n'as pas le droit de lire le livre si ce n'est devant les juges et à voix haute, je sais que tu voulais répéter, tu dois être aussi anxieuse et excitée que moi…
Sanada releva la tête doucement et de sa voix la plus grave répondit :
- Non, je ne suis pas anxieux, je me fous de cette course…
- Oh, excuse-moi, c'est tes cheveux. De derrière et avec la capuche, j'ai cru que….
- Pas de soucis, j'ai l'habitude. Répondit Sanada avec un sourire forcé.
- C'est rare que des mecs s'intéressent à ce genre de bouquin, quand j'ai vu cette course, je me suis dit que j'allais allier mes deux passions, l'entrainement physique et Yohiro.
- Yohiro ? C'est qui ? Ton partenaire ?
- Ahahaha ce que tu es drôle ! Mais non voyons, ne fait pas celui que ne sait pas, il n'y a que des fans ici. Pouvoir découvrir le livre en avant-première c'est une chance inouïe !
- Ce que tu dis n'a absolument aucun sens pour moi, alors je sais pas lequel de nous deux doit faire un effort, mais je tiens à dire que dans mon quotidien, je comprends à peu près ce qu'on me dit.
- Yohiro est le personnage principal du livre « Amour maudit », et tu as dans les mains le tome deux de la saga « Toi, mon cœur, mon amour », avant tout le village ! Ma mère doit être tellement jalouse de nous en ce moment !
- Hein, hein... dit Sanada en tentant de masquer l'air narquois et moqueur que ses traits tiraient sur son visage. Tu m'excuseras, je vais aller « m'échauffer les muscles », c'est important…je crois.
- Ah si tu veux je te montre l'entrainement du soleil, je l'ai inventé pour me rapprocher de Yohiro. C'est parce que c'est un esprit maudit, il brille au soleil comme un joyau et il est fort et rapide, c'est sa malédiction tu comprends ?
- Quel supplice terrible, effectivement…
- ….D'où le nom de mes exercices en rapport avec le soleil. Reprit la jeune fille en faisant comme si elle n'avait rien entendu.
- Heu non je vais te laisser, j'ai mon propre protocole avant les épreuves…mais merci !

De la course à pied, un livre d'amour, une compétition, même le maitre absolue du genjustsu n'aurait pu créer une épreuve plus terrible pour le mental de Sanada.

Il était en train d'observer une bataille épique entre des centaines de fourmis quand son ami vint lui taper sur l'épaule.
Sans un mot, il le projeta sur la piste avec un grand sourire.
Sanada regarda autour de lui. Pas de signe des concurrents. Hakinobu était vraiment un athlète hors-pair.
Ils étaient premiers.

La nature n'avait jamais perdu ses droits dans cette partie de l'île, les marécages à mangrove longeaient la côte, séparant l'eau turquoise d'une eau jaunâtre-marron avec une autorité presque surnaturelle. Sanada aurait bien observé cette frontière entre le pur et le trouble avec une bonne pipe bien remplie et le soleil sur sa peau, mais il n'avait pas le temps de penser à cela.
Courir dans de la boue et entre les racines, avec une main et une partie du cerveau occupés à protéger les pages de ce roman à l'eau de rose s'avérait être une épreuve de tous les instants.
Après cinq minutes de lutte acharnée il entendit des bruits derrière lui.

*Ne te retourne pas, ne te retourne pas, t'as pas le temps.* pensa-t-il en se retournant.
Il aperçut ses concurrents foncer vers lui et ne put que constater qu'il ne pouvait suivre leur rythme.
Quand Sanada déboucha enfin sur la dernière ligne droite, il donna tout ce qu'il avait pour tenter de rattraper son retard. Malheureusement, tous ses concurrents direct étaient déjà en train de se reposer, ce qui ne voulait dire qu'une chose, ils avaient tous fini de lire le chapitre.

Sans attendre une seconde il ouvrit le livre.

Livre, chapitre deux:
 

« Jeune homme, vous pouvez passer le relai à votre camarade. »

Hakinobu ne se fit pas prier et partit au quart de tour.
Sanada savait que son ami ne lui en voudrait pas, il se pourrait même qu'il rattrape le peloton, mais lui s'en voulait d'être aussi lent et surtout, de s'en moquer complètement.

Moins de vingt minutes plus tard, son partenaire était là, presque en même temps que les autres. Il déclama ce qui semblait être l'assassinat du père et la fuite des deux amoureux dans les « montagnes rouges carmin » avant de passer la main à Sanada pour la course.

Avec les passages, la piste était de plus en plus dégagée, Sanada tenta de ne pas trop mettre en retard Hakinobu qui rattrapait son niveau exécrable à chaque tour.
Malgré tout cela, lors du passage au dernier chapitre, l'ordre de la course était clair, et Sanada avait enfoncé son partenaire à la dernière place.

Il déclama le dernier chapitre sans conviction et s'écroula sur le tronc d'une mangrove, vite rejoins par son ami.

- Allez, on sera premier une prochaine fois, et puis ça me fait plaisir d'enfin comprendre ce que tu ressens au quotidien…
- Je t'emmerde ! répondit Sanada en bousculant amicalement son acolyte.
- Aïeuh! Faites attention ! C'était la fana de Yohiro qui passait par là et avait été poussée par ricochet. Je hais ce livre ! Comment ça Yohiro devient un humain et perd ses pouvoirs pour…elle? Je me verrais bien séquestrer l'auteur dans une maison loin de tout pour la faire réécrire l'histoire à ma sauce…rho… ça va, je ne lui aurais pas mis « la misère » non plus !Dit-elle en voyant les yeux écarquillés des deux compères.

Tous les trois repartirent au coucher du soleil vers le village, sans médaille ni gloire.

Le soir même, Sanada passa à la boutique du vieux Sugihara.
Celui-ci se tenait debout, observant la cascade qui lui faisait face.

- Je suis juste venu remplacer mes livres…j'ai couru…je peux non ?
- Bien sûr que tu peux ! Ne sois pas idiot, mais viens d'abord ici, j'ai à te parler.
- Je vous écoute. Dit Sanada en s'asseyant sur une pile de caisses.
- Eh bien, cela fait plusieurs mois que je te connais et que tu as commencé l'entrainement. Et j'ai comme l'impression que tu ne prends pas tout cela au sérieux.
La course d'aujourd'hui n'était pas seulement une opération promotion pour un roman à succès, c'était avant tout un entrainement visant à améliorer la concentration et le sang-froid pendant l'effort. Il y a quelque chose que tu sembles oublier au milieu de cette quiétude qui règne au village mon garçon, nous sommes, de fait, un grand complexe militaire. Tu reçois une formation pour être soldat, ce n'est pas un jeu pour « comprendre l'esprit ». Au moment même où nous parlons, des complots contre Uzushio se forment, des membres de notre village se font même peut-être assassiner. Nous sommes une force militaire Sanada, ce qui veut dire que, un jour, je ne l'espère pas, mais c'est une réalité, tu seras appelé à combattre les ennemis du village. Et ceux-là se moqueront bien de savoir que tu n'aimes pas l'exercice.
Si tu es lent et que ton corps est faible, alors tu mourras.

- C'est sûrement vrai, mais, quoi qu'il se passe, « Haenuil ocil mietek man kiese.» ( Les Dieux le veulent ainsi.) comme dirait ma mère. Murmura Sanada dans un sourire.

Il ajusta sa capuche et tourna les talons


Derrière l'écran
PSEUDO : Aristate
ÂGE : Haha
CONNU PAR : Top site
AUTRE CHOSE ? J'ai (enfin) franchi la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1131
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour et bienvenue sur Dawn of ninja.

J'aimerais juste éclaircir un truc avant de te donner ton test RP. Ton personnage est bien d'Uzu? Car en lisant ton histoire on a l'impression qu'il est juste de passage, ou du moins qu'il vient de débarquer à Uzu mais sans précision sur le fait qu'il s'y installe définitivement.

Une autre petite chose. Je ne te demanderais pas de changer, mais en général on demande plus un listing des événements composant l'histoire du perso, ça permet de piocher dedans pour le test RP. Ne touche à rien pour cette fois, mais pense à ça pour un éventuel DC plus tard (chouette histoire au passage).
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG D
Ryos: 319
Expérience:
Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Left_bar_bleue422/250Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Empty_bar_bleue  (422/250)
Voir le profil de l'utilisateur
Tout d'abord, merci pour l'accueil!
J'ai écrit le texte comme " la première conversation de Sanada après son arrivée à Uzu" effectivement.

Je reconnais que cela n'est pas très clair, désolé^^.
Je pensais jouer le personnage dès son arrivée dans le village, comme s'il venait de débarquer de son île au large(oui, il compte rester au village).
Cependant, je reconnais que ça peut nuire au RP en cours des autres joueurs ou avec la cohérence du système (le fait que Sanada ne connaisse pas grand-chose du chakra (pas de techniques du coup) etc), donc, on peut dire qu'il est au village depuis seulement quelques mois et que cette conversation est un flash-back, si cela convient bien sûr.

Je suis désolé pour la forme de la présentation, ayant en lu certaines "romancées" à la manière d'un interrogatoire, je me suis dit que j'allais faire pareil, mais je n'ai pas réussi à rester rigoureux, clair et concis dans les péripéties de la vie du personnage (ce message est la preuve d'un autre échec dans ce domaine...).
Enfin, merci beaucoup, je suis content que l'histoire t'ai plu.


Plein de Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Philippe-poutou-presidentielle-2017
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1131
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Oui, ça convient comme ça avec l'idée du flashback. Du coup après ces éclaircissements, c'est tout bon pour moi.

Voici ton test RP:
 

Tu as deux semaines pour le rédiger. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Masamune Sanada
Masamune Sanada
Uzushio no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 11/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG D
Ryos: 319
Expérience:
Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Left_bar_bleue422/250Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Empty_bar_bleue  (422/250)
Voir le profil de l'utilisateur
Je UP juste pour indiquer que j'ai fini mon test RP. Smile

Je n'ai pas compté la partie en spoiler dans les mots parce que cela ne sert pas le récit et que c'était pour le "délire" surtout. ( Et que j'étais très ric-rac concernant les nombres de mots, mea-culpa )

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1131
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Présentation Masamune Sanada. [Terminée] Pq2c


Respect test-rp et originalité

Et dire que je craignais que ce test ne paraisse trop farfelu et passe vite à la trappe. Je dois dire que, plus que satisfait, je suis enchanté. En plus de prendre la consigne comme telle, tu l'as sublimé en l'étoffant de manière habile, tout en gardant le ton léger de l'énoncé. J'ai littéralement adoré ce que tu en as fait.

Tout d'abord cette introduction, car il n'était pas évident de justifier le fait que Sanada se laisse entraîné dans cette galère pour lui. C'est vraiment très bien pensé. On continue avec un développement totalement en adéquation avec ce que j'en imaginais et qui nous montre bien le caractère du jeune Uzujin, de son dégoût de la compétition jusqu'à cette conclusion replaçant le tout dans la réalité du contexte, en passant par les nombreuses péripéties qui accompagnent la narration. La lecture du chapitre sous spoiler est très bien rendue, je me serais cru dans le jury. C'est vraiment très bien joué. La rencontre avec la jeune fan apporte également une touche supplémentaire à l'incongrue de la situation et sa réapparition dépitée sur la fin donne encore un peu plus de vie et d'humanité à l'ensemble de l’œuvre. Je me suis pris au jeu du début à la fin et j'ai avalé ton récit comme on déguste un bon plat fait maison, partagé entre le plaisir gustatif de l'instant et la déception d'en voir bientôt le bout.

Dernière chose qui m'a fait sourire et que j'ai beaucoup aimé, la petite référence à l'un des maîtres de l'épouvante, Stephen King, par l'intermédiaire du roman ''misery''. Cependant ce passage représente également ma seule déception de tout le test. En effet, pour toute personne connaissant ce bouquin, je pense que le petit descriptif (Je me verrais bien séquestrer l'auteur dans une maison loin de tout pour la faire réécrire l'histoire à ma sauce...) était largement suffisant pour relevé la référence sans que tu aies à rajouter ''la misère'' qui est placé là de manière un peu maladroite, comme si tu craignais que les lecteurs ne relèvent pas le clin d’œil. Pour moi de toute façon c'est, soit tu connais le roman et dans ce cas la référence est clairement explicite dans la phrase entre parenthèses, soit tu ne connais pas le livre et dans ce cas, même avec le rajout de misère, ça ne parlera pas plus.

Bref, ça reste vraiment un détail par rapport à l'ensemble et ça ne retire en rien le plaisir que j'ai pris à te lire. Ce n'est finalement rien d'autre qu'une légère frustration personnelle au fur et à mesure de la lecture de ce passage, du genre ''oh génial...oh dommage''.

Encore une fois, l'imagination déployée dans ce test est un régal pour mon cerveau et l'humour subtil qui l'accompagne tout du long ne gâche rien !



Orthographe et grammaire

Quelle plume ! Légère, juste, entraînante et totalement dans une démarche de mise en valeur du personnage. Un vrai plaisir. Syntaxe, vocabulaire, orthographe, tout y est. J'ai relevé vraiment très très peu de fautes. Un ''s'' oublié par-ci, une lettre mangée par là, mais rien qui ne gêne la lecture et qui ne puisse être corrigé avec une lecture ou deux supplémentaire.



Avis général et verdict

Comme je l'ai déjà dit, j'ai vraiment adoré ton test du début à la fin. Une merveille de récit alliant l'originalité à la justesse humaine des caractères et à la légèreté induite par la consigne. Le tout soutenu par une plume impeccable. Certes je suis dithyrambique, mais c'est pour moi largement mérité. Merci. J'ai hâte de lire la suite des aventures de Sanada. Comme tu l'as demandé, je te valide Gennin de rang D à Uzushio. Bon jeu parmi nous.
Je t'invite maintenant à aller recenser ton avatar et faire ta fiche technique.



Bravo à toi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.