:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Terrain d'entraînement Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des aiguilles pour le papillon

avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 153
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Techniques qu'Ageha va apprendre:
 




Asa Ageha


Sahara Denya

Les poteaux de frappe






An 15,


été


12h30 : J'arrivai sur un sol rocailleux digne d'un reg. Jamais je n'étais venue sur ce terrain d'entrainement, un terrain aménagé comme tant d'autres que je balayai le secteur du regard en panoramic, analysant l'endroit où je me trouvais. Il était vrai que mon habitude tendait à m'emmener pratiquer dans des lieux déjà connus, une zone de confort en quelques sortes. Je regardai les poteaux de frappe. Ils étaient là, n'attendant que moi et j'avais l'envie de ne pas tant entrainer des techniques spécifiques que les bases était forte. Zou, ils n'allaient pas venir eux-mêmes à moi. J'avançai vers l'un d'eux, un joli cylindre entamé par le temps et les coups dont le haut était décoré d'une bande de peinture rouge. Puis je ralentis, pensive, jusqu'à m'arrêter.

12h36 : Je sortis des limbes dans lesquelles mon esprit avait décidé de vagabonder, me surprenant à avoir stupidement rêvassé sans que nul ne décidât de m'interrompre dans mes pérégrinations oniriques. Les poteaux étaient toujours là, attendant qu'on les servît. J'observai leur écorce terne, me demandant pourquoi ils n'avaient pas été dénudés afin d'être rendus plus présentables. Je trouvai une réponse qui me convenait : pourquoi dénuder un tronc mort au lieu de laisser les assauts des ninjas se charger de le faire s'effriter ? Pour rendre honneur à cette possibilité, j'allai tabasser l'un d'eux.

12h50 : Voilà plus de dix minutes que je m'acharnais sur le bois, mettant tout mon coeur à l'ouvrage. Crochets, directs, coups de pieds circulaires, coups de pieds médians, je me faisais suer dans mon entrainement quotidien, seule, comme à l'accoutumée. J'avais bien aperçu mon élève Akame exercer certains de ses coups plus loin mais personne n'était en ma compagnie.

13h03 : Mon adversaire était debout, solide comme un roc, encaissant mes attaques les unes après les autres, comme m'invitant à taper plus fort, ce que je faisais sans qu'on dût le dire deux fois.

13h10 : J'appuyai ma tête contre le bois, haletante, souhaitant une pause. Je soufflais lourdement par la bouche, puis m'étant calmée je passai à une respiration nasale. J'avais tabassée comme une folle et avais besoin de passer à autre chose ou tout au moins de souffler car continuer incessamment était tout bonnement infaisable.


Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 70
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 301
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Ageha était revenue de sa mission qui l’avait amenée aux confins du Pays des Vagues depuis quelques jours, qui en fait menaçaient de se transformer en mois. La lune s’était levée et couchée sur le désert, immuable, mais avec sa croissance venait l’éveil spirituel de la petite blonde. L’idée lui trottait dans la tête depuis quelque temps maintenant, suite à sa rencontre avec une rousse jônin qui lui avait confié la possibilité d’être amenée à travailler en solo. Ce n’était pas que Ageha recherchait la solitude, mais il se trouvait que ses spécialités l’y poussaient. Travailler seule ne voulait pas dire l’être, et un assassinat n’était jamais autant réussi que si toute l’équipe avait fait son travail. Cependant, Ageha savait désormais qu’elle ne pouvait pas laisser à ses camarades le soin de veiller sur elle, surtout si elle était amenée à s’infiltrer plus en avant encore dans les territoires ennemis.

Elle qui honnissait tant l’entraînement se surprenait à hanter les abords des lieux de « torture », petite figure presque transparente, ombre dans les rochers, inaperçue pour qui ne la cherchait pas. Elle regardait, analysait, cherchait le meilleur moyen de devenir meilleure, plus forte, sans pour autant trahir sa promesse de ne jamais attaquer en premier.
Cependant, Haruka lui avait appris que poser des questions n’était pas forcément une mauvaise chose. On arrivait parfois à obtenir plus que demandé, ou autre chose, mais c’était là la preuve de la maturité que de savoir trier le bon du superflu ou non circonstancié. Prenant donc son courage à deux mains, la blonde approcha sa « proie ». Sahara-san était une personnalité connue à Suna : membre de la police de la ville, jônin prometteur... voilà un pedigree impressionnant.

- « Bonjour... Excusez-moi de vous déranger... » Une autre qu’Ageha aurait peut-être été timide. Elle avait juste quelques craintes de perturber son aînée pendant un moment de concentration intense. Enfin, c’était ce qu’elle avait compris. Elle ne voyait pas ce qu’il y avait de concentré dans taper un bout de bois immobile qui avait été un arbre tout ce qu’il avait de beau et de vivant avant. « Je... je suis Ageha. Spécialisée dans l’infiltration et la défense... Mais depuis quelques temps... je me dis que je dois m’améliorer encore plus dans la défense... Je... ne veux pas attaquer. C’est contre mes principes. Mais je vais avoir à faire à des ennemis de plus en plus puissants et je dois être capable de leur faire face... Auriez-vous des conseils ? » Elle posa la question très directement, et très innocemment. A Denya de juger de la réponse à y donner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 153
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Asa Ageha


Sahara Denya

Une élève inattendue





Bobo
aux bras.
Baba.
Bras de fer ?
Non, car bobo.
Et pas bras de fer, bras de bois.

Baba.
Ce poteau n'avait aucune marque, comme si je ne l'avais pas frappé.
L'avais-je frappé ? Réellement ?
Étais-je frappée ?
À taper dans un poteau durant aussi longtemps, oui, assurément, car j'étais marquée physiquement, quand bien même le poteau, lui, ne l'était pas.
Voulais-je un frappé ? J'en eusse volontiers consommé un, mais il fallait pour cela des glaçons et les conserver dans notre village n'était pas chose aisée. Je ne vivais pas dans l'Enclave ni dans l'Isthme de Gel mais au sein du Pays du vent, dans le désert.

Point de café frappé, certes, mais une pause. Mais alors que j'allais calmement me poser approcha une chuunin qui voulait causer.



Bonjour... Excusez-moi de vous déranger...




Quelle ne fut pas ma surprise. Une empoisonneuse aux cheveux longs venait à ma rencontre. Cette assassine aux cheveux blonds cherchait conseil auprès d'une spécialiste dans le combat au corps-à-corps ? La kunoichi si familière aux arts ménagers, difficile à motiver et butée comme un taureau ou un quelconque animal dix fois plus massif qu'elle me demandait conseil ?

Je ne m'y attendais pas, mais soit, j'étais ravie à l'idée de lui apporter mon aide. Étonnée, mais ravie. Mes yeux se levèrent vers le ciel afin que je finisse de reprendre mon souffle après cet effort intensif et, je le reconnaissais, stupide de ma part.



Tu ne me déranges pas, Ageha. Tu me surprends, au contraire. Tu n'as pas la réputation d'être la kunoichi la plus impliquée dans son entrainement. Des conseils à donner...


Ageha, Ageha, Ageha, une spécialiste de l'infiltration. Que pouvais-je bien lui enseigner ? Elle n'était sans doute pas une future maitresse en taijutsu, aussi ne pouvais-je lui inculquer que les bases. Si elle était venue vers moi, j'eusse été stupide de la penser demander à apprendre du ninjutsu, non ? Peut-être. Enfin, elle demandait surtout des conseils. mes bras se croisèrent alors et je considérai mon interlocutrice. Elle était une jeune chuunin experte en infiltration, un domaine de compétence bien éloigné du mien.


Oui, j'en ai un. Tu dois être capable de fuir, surtout. Tu es spécialiste en infiltration, donc j'imagine que tu n'as pas l'habitude de te battre directement. Selon ce que je sais de toi, tu n'es pas une experte en combat mais plutôt un assassine. Mon conseil est donc que tu privilégies la fuite. Certains oublient par exemple la technique de permutation, qui est pourtant l'une des premières techniques apprises par les ninjas. La permutation te permettra d'échapper à des attaques de ton niveau actuel et tu pourras en profiter pour t'échapper. Je ne vais pas détailler cette technique, si tu es chuunin, tu sais forcément l'utiliser. Mais ne néglige pas cette technique, elle peut être d'une usage capital. Par contre, je peux aussi t'apprendre l'usage d'une technique qui permet de dissiper certaines illusions.


Regard à gauche.
Regard à droite.
Balayage du terrain.
Arrêt de la caméra sur un jeune chuunin rouqin. Plan d'ensemble sur Cadotsude, qui s'entrainait en compagnie de trois autres personnes.
Travelling avant en sa direction à vitesse de course.
Plan américain sur un garçon avait bonne allure malgré un léger embonpoint.

Je le fis approcher et chuchotai à son oreille, pour que le papillon ne nous entendît point. Nous échangeâmes un regard et il grimaça ironiquement avant de me fixer dans les yeux pendant trois secondes. Puis son visage n'afficha plus d'expression et il effectua quelques mudras. C'est alors que se leva le vent et avec lui, le sable. Le terrain était envahi par une épaisse poussière qui n'était cependant pas étouffante. Ma respiration restait intacte alors que se calmait le souffle qui laissa place à un terrain dévasté, recouvert par le désert. Au niveau de mes jambes, d'épais grains étaient venus prendre la place d'un sol désormais recouvert. Les poteaux rongés étaient eux aussi submergés comme l'était la zone dont les murs avaient été abattus par la tempête dont les ravages s'étendaient au ruelles du village, à tout le quartier désormais désert. J'étais seule dans des ruines abandonnées. Un cauchemar s'il en était, mais il ne s'agissait que d'une illusion.

Je détestais cette image si réaliste que je vivais et heureusement pour moi, rien n'était réel. Fixant l'horizon, je m'exprimai sans chercher à trouver Ageha, car je n'avais aucune idée de l'endroit où elle se trouvait.



Si je ne te regarde pas, c'est que je suis prise dans une illusion. Cadotsude maitrise le genjutsu. Par contre, c'est une technique assez simple même si tu ne maitrises pas ce domaine. J'ai un élève qui la connait, d'ailleurs, mais moi je n'ai jamais vraiment aimé ça.


J'étais décidément incapable d'aller doit au but et cela devait être désolant pour toute personne désireuse que je lui prodiguasse un enseignement. Je plissai très légèrement le front et cherchai stupidement mon élève, me demandant alors ce qui m'avait pris de me mettre dans telle situation, face à un spectacle déroutant que je n'appréciais guère.


Je suis prise dans un genjutsu, je ne te vois pas. Je vais t'apprendre une technique qui peut te libérer de certaines illusions, même si je n'avais pas vraiment besoin qu'on me l'afflige pour te la montrer. Pour cela, tu dois être consciente d'avoir été prise dans le genjutsu en question. Donc tu ne vas pas avoir comme réflexe de l'utiliser à chaque fois, parce qu'un maitre en genjutsu va tenter d'être discret. De plus, s'il est capable d'exécuter sa technique sans mudras, ton ennemi pourra facilement te tromper. Le genjutsu permet de faire croire à des éléments très réalistes, voire à copier des techniques existantes. En apparence. Je précise tout ça comme rappel et pour te préciser que cette technique, le Kai, n'est pas infaillible. Par exemple, ce n'est pas vraiment une technique faite contre les illusions de zone, mais plutôt contre les illusions qui te touchent toi, particulièrement. Ou qui touchent une autre personne. Regarde bien mes gestes.


Je mis mes mains en évidence et, paupières closes, effectuai calmement les mudras nécessaires à la dissipation de l'illusion.


Contrôle ton chakra. Tu dois le manipuler pour en faire un électrochoc, il faut que tu ressentes donc une secousse. Pour ça, perturbe ton chakra. Tu dois faire en sorte de le perturber pour ensuite le relâcher. Pour ça, contrôle ton flux. N'y va cependant pas trop fort, il s'agirait de ne pas t'évanouir en le rétablissant. Non, modifie-le suffisamment pour que tu sentes une différence un peu dérangeante. Et d'un coup, libère-le et ce rétablissement d'un fux normal va produire un choc. C'est ce choc qu'il faut pour te libérer de ce genjutsu.


J'attendis une réaction de la part de mon élève du jour tandis que ma vision s'éveillait à la réalité. Je savais que l'usage du genjutsu allait être nécessaire. Je le pensais. Je n'avais jamais imaginé possible l'acquisition de cette méthode sans être victime moi-même de cette hypnose ninja. Je me tournai vers notre partenaire d'entrainement qui fixa alors Ageha.


Regarde-le dans les yeux, s'il te plait.




Il commença alors à effectuer des mudras. Il allait relancer la même technique, mais sur la jeune empoisonneuse.

Narakumi !




Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 70
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 301
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Ageha ne pensait pas que la jônin la reconnût. Qui était-elle ? A peine une chûnin, et une assez ratée par tous les standards ninjas, et encore plus sunajins. Elle était contre la violence, dans un pays ultra militarisé et offensif. Elle refusait de s’entraîner en se payant le culot de sélectionner les exercices. Si elle avait une réputation, elle n’était pas bonne, et ne méritait donc pas cet accueil presque chaleureux. Toute aussi détachée qu’elle pouvait être, Ageha avait clairement entendu les mots de l’autre femme, une vérité qui pour une fois n’était pas accompagnée de reproches. Étrangement, ce fait mis à nu la dérangea. Elle qui assumait se vit se mordre la lèvre inférieure. Ainsi, la méthode de Denya pour la motiver, cette sorte de culpabilité passive, fonctionnait, si tant était que la jônin avait eu ce but en tête.

La brune se montra disposée à répondre aux interrogations d’Ageha, qui écouta en un silence quasi religieux, hochant la tête au fur et à mesure qu’elle comprenait les indications. La fuite, et la permutation, les bases. Oui, oui, elle reprendrait tout ça. Puis elle se redressa quand elle comprit qu’on allait attaquer un nouveau chapitre, et un morceau sérieux.
Le genjutsu... Ageha en avait entendu parler, merci beaucoup. Elle reconnut la succession de mudras, bien que celle du rouquin fût rapide et proposait une variante à la combinaison de base. Chacun ses méthodes, et ses apports personnels. Ainsi donc la policière se retrouvait dans une illusion captant tous les sens. Ageha vit son regard se figer pour redevenir mobile, mais sans voir le monde autour d’elle.

L’assassin en elle trouva cette technique intéressante. Ses applications pouvaient être nombreuses et utiles dans son domaine, mais la dépense de chakra posait un souci, tant dans le risque de se faire repérer par l’ennemi que dans celui devoir l’illusion ne pas fonctionner correctement. Or, finalement, ce n’était qu’un détour pour tromper la cible. Autant la tuer directement.
Mais Sahara-san avait en tête de lui enseigner à contrer de telles armes, plus que de les utiliser en soi. L’espace d’un instant, Ageha fut déçue, mais elle comprit la logique de la leçon. Elle se contenta juste de marquer le genjustsu comme un champ d’étude futur dans sa tête, pour plus tard. Ainsi, elle put se concentrer sur l’apprentissage des mudras et des gestes. Et aussitôt dit, aussitôt fait, dans le sens où on passa à la pratique immédiatement. Ah, voilà une efficacité qui plaisait à Ageha, bien qu’elle se retrouva plongée dans une scène apocalyptique sans presque aucun avertissement.

Un champ de bataille se déployait, dans toute son horreur et son atrocité, la boue du sol teintée en rouge par du sang inutilement répandu sous un ciel grisé de vapeur et de fumée des armes et des explosions. Les gémissements et cris d’agonie des soldats trucidés gisant à ses pieds faisaient un contre-poing presque trop parfait au brouhaha de bataille qui résonnait encore au lointain. Ça en serait presque harmonieux.
Et Ageha contemplait ses mains rougies jusqu’au coude et elle comprit qu’elle avait participé à la mutilation de ces hommes et femmes. Le genjustu la tenait, et bien. Ageha n’arrivait pas à se calmer, alors que la panique et la bile la prenaient à la gorge. Elle allait être malade, et c’était encore ce qui pouvait lui arriver de moins pénible. Car la folie commençait déjà à lui grignoter la santé mentale. La seule pensée qui arriva à la tirer d’affaire, alors qu’elle savait qu’elle était dans une illusion, était que dans une telle circonstance, il était juste impossible qu’elle fût la seule survivante.
Mais ce n’était pas pour autant qu’elle arriva à se calmer et à contrôler son chakra. Elle ne pouvait que se répéter, parfois mezzo-forte entre ses dents serrés « ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai. »

Mais ce n’était pas suffisant pour sortir d’elle-même de ce traquenard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 153
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Asa Ageha


Sahara Denya

La dissipation

d'un genjutsu





Elle avait écouté mes indications sans broncher, attentivement, se comportant jusque là comme une bonne élève. Sans doute lui avais-je dit quelque chose qui l'intéressait réellement. Après tout, elle était d'elle-même venue auprès de moi et c'était de son propre chef qu'elle demandait des conseils, aussi eût-elle été mal avisée de se plaindre de quelque manière que ce fût de ce que je lui disais tant il s'agissait de sa demande. Mais tout de même, Ageha n'était pas connue pour sa discipline exemplaire, aussi avais-je été étonnée. De tous les dossiers que j'avais lus dans le but secret de pouvoir participer aux réunions stratégiques concernant les conquêtes, il ne semblait point que la jeune empoisonneuse blonde fût la plus impliquées de nos concitoyens. Fichue lecture que je n'avais pas terminée, d'ailleurs !

Mais au lieu de ressasser le passé, j'avais choisi de la diriger vers la dissipation du genjutsu en lui expliquant le processus nécessaire avant de la faire enfermer dans une illusion. Que vivait-elle actuellement, si ce n'était une difficile épreuve mentale ? Elle seule le savait, mais ça ne devait pas être bien beau. Pas du tout, même. D'expérience, je n'avais jamais apprécié être victime de cette illusion, qui était d'un réalisme fou et poignant, capable de modifier l'image du monde, prenant aux tripes en attaquant les plus grandes peurs de la victime qui allait donc se retrouver prisonnière d'un véritable cauchemar. Au vu de l'absence de mudras de l'assassine, elle était en effet prise. Ça avait dû être pour elle une surprise d'être ainsi ciblée sans que je n'eusse crié gare, mais je tenais à profiter de la leçon pour lui rappeler un autre élément essentiel des techniques.



Est-ce que tu peux rester ici et maintenir ta technique ? Je vais chercher un de ces fils qu'on utilise justement pour le Kai.



Cadotsude hocha la tête et après avoir jeté un oeil à la situation, je filai à toute allure. Me servant de ma vitesse supersonique, je traversai le terrain jusqu'à la salle d'entrainement, de l'autre côté de l'aire. Je courus au bureau et entamai une fouille des armoires et tiroirs, des établis et commodes jusqu'à trouver un fil tressé transparent que je m'empressai de saisir avant de retourner vers mon élève, qui était toujours sous l'emprise du genjutsu. Elle tremblait en regardant ses mains, se sentant mal, assurément.

De quelques pas, je m'approchai d'elle, le fil dans la main gauche. J'effectuai quelques mudras et posai ma main droite sur son épaule. Je me concentrai, ressentant le flux de mon chakra. Il parcourait mon corps, parcourais mes jambes. Il était dans mes bras et mes mains. Je me concentrai et commençai à perturber cette fluctuation, puis procédai soudain à une injection en Ageha afin de la sortir de là. Cette expérience avait du la perturber et n'allait peut-être pas lui donner envie de continuer son entrainement en ma compagnie, mais je tenais à lui donner une importante leçon.



Je suis allée un peu vite en besogne, c'est vrai. Tu peux me reprocher ça, mais peut-être que si tu étais plus habituée à l'entrainement, tu saurais te focaliser sur les techniques. Je vais t'apprendre le Kai de manière moins brutale, mais il faudra que tu t'entraines, car c'est une technique de défense. Utiliser la dissipation d'illusion doit être un réflexe si tu veux y échapper. Si tu ne t'entraines pas, il arrivera exactement ce qui vient de t'arriver.


Je la fixai plusieurs secondes, prête à entendre des remontrances et à me faire traiter de psychopathe. Afin d'éviter cela, je fermai les yeux et n'écoutai plus rien, me concentrant sur l'idée du repas de ce soir, avec la famille. J'ignorais encre quoi préparer.  Surement des galettes. Un repas pas bien original, mais je ne roulais pas sur l'or ni le désert sur la fertilité et lors de mes derniers achats, il n'y avait pas une grande variété d'articles. Puis soudain, mes paupières s'ouvrir et mon bras tendit le fil.


Ce fil est conducteur de chakra. L'utilisateur fait fluctuer son chakra dans le fil, mais s'il injecte une trop grande dose d'un coup, ça casse. Cet outil est très utile pour une première application du Kai. Il s'agit de se concentrer pour l'injecter, comme si c'était une partie du corps.


L'outil se trouvait alors au creux de ma paume, disponible, n'attendant qu'un preneur.



Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Asa Ageha
Suna no Chunin
Messages : 70
Date d'inscription : 11/02/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 301
Expérience:
156/500  (156/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Ageha n’était pas du genre à juger les gens, ou à se formaliser de leur jugement. Elle n’avait pas tellement d’honneur personnel. Comment pourrait-elle, elle l’assassin de l’ombre, la main aux ordres de son maître, la tueuse implacable ? Il y avait des luxes qu’on ne pouvait pas se permettre, et d’autres qui en plus d’être superflus, finissaient par gêner. Ageha ne s’embarrassait pas d’un ego. On pouvait bien penser d’elle ce qu’on voulait, ça ne changeait rien à ses capacités. Si on voulait s’arrêter aux apparences, la juger selon la norme, dans un monde de caméléons et de surnaturel, ce n’était pas son problème. L’hypocrisie mentale des autres l’indifférait complètement, voir l’avantageait. La sous-estimer était mettre un pas dans la tombe – la leur.

Sahara-san n’était donc pas différente de ces « grands » qui pensaient que différent était moins bien. Oui, elle ne s’entraînait pas comme eux. Ce n’était pas qu’elle n’en avait pas le besoin, car tout enseignement était techniquement bon à prendre, mais on n’avait jamais que 24h dans sa vie, et même si on réduisait le sommeil et autres besoins matériels au minimum vital, ce n’était pas suffisant pour tout apprendre. Or, Ageha était une spécialiste avant tout. Elle devait se concentrer sur les arcanes propres à sa filière.

Ses remarques, presque sarcasmes, passèrent sur la blonde comme l’eau sur les plumes d’un canard. La jônin n’avait aucune idée des entraînements auxquels Ageha se soumettait. On n’était souple et agile, silencieuse et discrète comme elle, sans suer corps et âmes. Et que savait-elle de ses séances de mithridatisation, ou de travail sur les substances, pour pouvoir les reconnaître à la vue, au goût, à l’odorat, et savoir préparer l’antidote.
A quoi bon perdre de l’énergie à protester ? Si la brune était assez idiote pour penser de travers, ce n’était pas les paroles d’Ageha qui allaient la faire changer d’avis. La blonde se contenta de la regarder, et de l’écouter, presque bovine dans son attitude. Si Sahara s’imaginait avoir affaire à un génie qui allait réussir du premier coup, elle était partie pour une série de déception, alors autant qu’elle s’y fît, et rapidement. Maintenant qu’Ageha avait « senti » de tout son être un genjutsu fort, elle savait ce que ça faisait, et était autrement plus prête pour y faire face.
De toutes les façons, la jônin ne semblait pas très concernée. Ageha ne la blâmait pas. Elle s’était adressée à elle alors qu’elle avait sûrement son propre emploi du temps, ses préoccupations. La jeune femme prit le fil et l’examina, se demandant si elle en aurait besoin. Le chakra était une des arcanes qu’Ageha maîtrisait le mieux.

Se tournant vers l’autre apprenti, l’assassine hocha la tête, et elle se retrouva plongée dans ce cauchemar. Une pensée très parallèle se demanda combien de temps le genjutsu prendra cette forme. Après tout, le cerveau était un muscle comme un autre. A force de voir la même image, il allait forcément associer cette vision à une technique d’illusion. Ainsi la seule « vue » du champ de bataille ensanglanté sera un signal à lui seul, suffisant pour briser le piège mental.
Pour le moment, Ageha n’était pas encore complètement immunisée à cette violence gratuite. En fait, une seconde exposition lui tordit les tripes, et elle ferma les yeux, fortement. Au diable les rides. Les probabilités qu’elle vécût assez vieille pour se préoccuper de ce détail plastique étaient faibles, de toutes les façons.

Le fil dans sa main était une réalité complètement palpable. Pourquoi cet élément de l’extérieur l’avait-elle suivi dans ce spectacle macabre ? Elle ne le savait pas, et très honnêtement, elle s’en fichait. Cette fois, elle était préparée et sans même l’aide du fil, si ce n’était de se raccrocher à sa tangibilité, elle réussit à s’extirper de l’illusion. Avec l’entraînement, elle prendrait de moins en moins de temps, et elle espérait, une dose en moins de sueur. Elle était bonne pour une douche, au plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 153
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

Asa Ageha


Sahara Denya

La fable du demi-pantin

et du papillon





Le nindo du soldat guide l'entrainement
Qu'il transmet de lui-même à son tour au suivant.

La jounin Sahara, sans peser ses actions,
Avait fort mal joué avec une illusion
Malmenant Ageha qui demandait conseil
Et vécut un cauchemar durant le sommeil
De sa pure conscience qui, enchainée,
N'avait aucun moyen de se dépatouiller
Des images de morts, ô terrible tourment,
Qui avaient hanté son esprit un court instant.

De retour au combat et prête à en découdre,
Elle ignorait pourtant qu'elle allait se résoudre
À apprendre non pas cet étrange fil
Mais par une méthode au demeurant tranquille.
Point de quoi s'alarmer, mais ce fut d'un frustrant,
Lorsque le fil fut confisqué par un sergent :
« Pour utiliser ceci, il fallait réserver. »
Affirma le shinobi brun et balafré.

C'était là un revirement inattendu.
Denya devait donner des trucs de son crû :
Des astuces et ficelles qu'elle avait inventées
Sans user d'un outil, un défi, c'était vrai.
Aussi s'assit-elle à réfléchir un moment,
« Si je devais apprendre, seule et sans enseignant
À maitriser le flux de chakra m'habitant,
Comment m'assurerais-je de bien relâcher
L'énergie que je dois perturber ? »
Il lui vint une idée simple comme un bonjour
Elle fit signe à Ageha d'attendre pour
Partir et revenir munie de ces papiers
Permettant du chakra savoir l'affinité.

« La consigne est aisée : injecter ton chakra.
Mais de vive manière, fortement, comme ça. »
Elle prit un morceau d'une taille importante
Et injecta son flux de façon conséquente
En l'ayant perturbé, retenu en son corps,
Puis relâché d'un coup, sans sueur, sans effort.
Là où par habitude, la feuille était coupée
Elle fut plutôt ici d'un coup sec tranchée
Vivement comme attaquée par un coup de lame
Qui se posa devant les deux pieds de madame.

« Libérer son chakra d'un coup sec amplifie
L'effet sur le papier. » Qui, tendu à la fille,
S'avérait être un bon outil improvisé
Pour que le kai fût en fin du jour maitrisé.
« Perturbe donc ton flux, retiens tout ton chakra
Qu'il ne soit à son aise, qu'il ne circule pas.
Puis relâche en un coup cette fluctuation
Ce coup sec te libèrera d'une illusion
Si appliqué sur toi, mais préférons d'abord
S'exercer sur des feuilles, puis après sur un corps.
Si ta nature est feu, le papier brûlé
Partira en fumée : combustion spontanée.
Cette feuille définit ton affinité
Mais relâcher ton flux décuple son effet. »

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Terrain d'entraînement-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.