:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prairie de fleurs.

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Prairie de fleurs. Lun 4 Juin - 23:26
"Voilà, vous êtes arrivés."

Une poignée de main et d'or, un regard de gratitude et d'empressement. Tout ne devient que silence dans le bruit indiscernables des mots inintelligibles des gens inconnus. La charrette s'en va au loin avec un claquement qui rythmait mes pensées et mes pas au cours des deux dernières semaines. Mon sac de voyage ne croit pas à la vie qui m'entoure, il préfèrerait en dessiner une nature morte, car la nature de la foule ne contribue qu'à me tuer.

Mes pas se dirigent lentement à travers les portes ouvertes de la ville fermée et soulèvent des petits nuages de poussières, indiquant la sécheresse des derniers jours et me rappelant celle de ma gorge. Je baisse le regard sur mes mains, ces outils de morts et ces catharsis à regrets, qui tremblent non pas sous le poids du passé, mais sur l'appréhension de l'avenir que j'envisage sans accès rapide à une bonne bouteille. L'être humain doit avoir des repères dans sa vie pour pouvoir continuer à avancer, quand il les perds, il panique et cela se traduit par des comportements... surprenants. Les tremblements de mes mains ne sont bien qu'une manière parmi tant d'autre de rappeler à ces repères. Sauf que moi, je les connais que trop bien, ces réactions à l'isolement.

Un sentiment de honte me traverse le corps alors que je cherche la taverne la plus proche et passe ses portes ouvertes à coup de poing empressé, la sueur gouttant sur mon front et mon front commençant à vouloir regarder le barman et les passant dehors à la fois. L'intérieur en bois n'est pas moi et les tabourets ne sont pas en bordel, mes deux critères sont remplis pour que me laisse le droit de m'asseoir précipitamment dans un siège et de lever un doigt inquisiteur pour demander un verre, peut importe de quoi du moment que le liquide est rapide.

Voir le gens parler me fait prendre conscience du silence qui règne sur ma bouche au contraire de mes pensées troubles. Le verre arrive et glisse sur la table, ce qui fait bouger la surface, danser le ménisque et s'envoler une petite goutte de précieuse liqueur sur la table. On ne me fait pas glisser, je ne déborde jamais, mais qu'est-ce que j'en ai envie parfois. Je lève mon verre et avale une grande gorgée sans même prendre la peine de trinquer avec les fantômes que je m'apprête à rejoindre.

À ta santé, Hikari, toi qui a osé me faire croire que le bonheur était accessible pour les péquenauds comme moi, pour les meurtriers en quête d'un cœur à crever en espérant qu'on le leur rende bien.

Je lève mon verre à Hinata, petit bout de femme qui naquit jeune, grandi vite et mourut tôt, si elle est morte, bien entendu. Le temps est assassin, et le voir passer pour moi me fait sincèrement espérer qu'il est venu la prendre il y a de ça bien longtemps.

Déjà le fond du verre. Je le sais non pas car je commence à voir mon visage meurtri dans le fond de la glace, mais parce que je commence à chanter.


"-Des fois me prend l'envie d'en terminer
À chaque pas une jambe cassée
Chaque marche aucun palier
Je ne peux pas seulement voir la lumière
Je ne trouve pas le tunnel"


Un tunnel, ça serait bien trop clément que de m'en offrir un, un tant soit peu qu'il soit possible de le faire loger dans un joli papier cadeau avec marque dessus "Ta vie merdique n'aura pas de choix". Je suis plus proche de la clairière, avec des défauts et des rêves morcelés à chaque arbre la parsemant. Je pense ne pas comprendre l'importance que de faire un choix dans tout ce bordel, peut-être parce que je n'arrive pas à la comprendre.

Le principe d'un homme brisé est qu'il cherchera toujours à retrouver un bout de tissus à attacher autours de ses miettes pour essayer de faire tenir le pain entier, peut-être même qu'il essaiera de faire croire que sa mie n'est pas écrasée ou qu'il n'est pas rassis, allez savoir.


"-Je ne trouve pas ma voie.
Ne sais pas si je verrai les jours suivants
Ou le meilleur des précédent.
Je ne lève pas la tête
Peut-être devrais-je disparaître."


J'avale encore une grande gorgée, la dernière du verre. Celle du fond du fond, faite de tout l'amas de liquide qui ruisselle le long des parois. Cette gorgée est la pire, c'est celle qui n'a pas de goût et arrive toujours en retard. Souvent avec elle arrivent en retard les remords, pour venir faire passer l'amertume des remords au profit d'une incommensurable envie de dégueuler sur la table.

"-À chaque fois qu'on essaie d'avancer
Il y a une force pour retenir
Nous enfoncer
Nous enfermer.
Et je prie chaque jour pour un tournant salvateur
Pour un lendemain plein d'espoir
Pour qu'hier ne me fasse plus peur.
Je ne peux pas seulement voir la lumière
Je ne peux fermer les paupières."


Toujours Tetsu, ou ma famille, ou les deux en même temps. Il m'est impossible d'espérer voir quoi que ce soit de nouveau et de bénéfique dans ma vie à partir du moment où le fer et l'amour m'ont crevé les yeux. Les gens me rappellent ceux qui ne sont plus là, et me donnent envie de faire des choses qui me rappellent l'époque simple où les questions étaient interdites et la défaite impensable. Ces mêmes choses qui me rappellent qu'après la guerre ou les actes viennent la solitude du travail fini et de la perfection qui saute à la gorge en rappelant que le vide est le prix de celui qui remplit ses contrats.

"-Je ne trouve pas ma voie.
Ne sais pas si je verrai les jours suivants
Ou le meilleur des précédent.
Je ne lève pas la tête
Peut-être devrais-je disparaître."


J'avale encore une autre gorgée, d'un autre verre servi systématiquement alors que des pas s'avancent vers moi.

"-Du balais."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Hé bah... en voilà un accueil. L'autre n'a même pas daigner lever le regard vers moi qui ne m'avance même pas vers lui en plus, je ne fais que passer proche de sa table et lui...

"-Du balais."

Vraiment lui, il ne sait pas où il est ni a qui il s'adresse... Bon c'est une taverne normal... une taverne pour les gens qui ne sont pas comme moi, riche héritière d'un des clans les plus puissant du village de la feuille ! Ah bah... en fait c'est lui le samouraï dont la rumeur parle je suppose. Je compte bien faire ma curieuse... Rien sur moi n'indique que je fais partie des ninja du village, en revanche tout montre que je suis de la haute noblesse. Je porte une robe bleu ciel brodés de fils d'or, dans mon dos les armoiries du glorieux clan Hyûga, de fils blancs et noirs.

Sans aucune hésitation je m'approche de lui. De loin plus petite que lui, il doit faire presque ma taille en étant assis, je n'hésite pas, je n'ai pas de complexe de faiblesse face a des gens d'apparence nettement plus fort que moi et puis... Il doit bien y avoir deux ou trois gars de la bunke non loin de moi. Cela m'énervera toujours de ne pas pouvoir aller et venir sans que des ordres de père ne fasse mettre une bade de gardes du corps partout où je me trouve.

Cela m'arrive d'avoir une attitude très provocante envers les gens que je ne connais pas, rien que pour défier mon père qui ce bat bête et ongle pour me faire tenir a carreau. Je suis une ninja de Konoha, tudieu, il va falloir qu'il le comprenne. Bon, alors que l'autre boit et boit et boit, j'ai l'impression qu'il ne fait que ça depuis tout à l'heure... Enfin dans tout les cas avec les deux mots qu'il a prononcé il me manque grandement de respect et moi tout ce que je fais, avec un grand calme sans être impressionnée le moins du monde par sa carrure et son énorme arme dans le dos. Je pose mes mains à plat sur la table et les yeux grand ouvert, mon visage à quelques centimètre de lui.

"-Tu sais à qui tu cause ? Tu crois que tu as des ordres a me donner ici ? Je vais où je veux et je parle a qui je veux. Tu pige ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
« -Tu sais à qui tu cause ? Tu crois que tu as des ordres a me donner ici ? Je vais où je veux et je parle a qui je veux. Tu pige ? »

Je regarde mon interlocutrice de haut en bas en m’attardant bien sur chaque signe distinctif de richesse ou d’aristocratie. Les petits détaillent me tuent, et m’indiquent une certaine noblesse innée, qui contraste énormément avec le comportement digne d’une charretière de l’enclave. Je plonge alors mon regard dans ses yeux à mon avis issus d’une longue lignée de croisements consanguins (peut-être qu’avoir sa tante comme mère enlève toute notion de tact?).

Elle dit n’avoir pas peur, montre qu’elle ne tremble pas et se force à tenir mes pupilles dans les siennes, mais comme on le sait tous c’est du baratin. J’ai trop vu de gens se mettre une façade devant le creux de leur esprit que la surprise à laissé place à une certaine considération dénuée d’intérêt dans ma tête.

« Je sais que je cause à quelqu'un qui se permet de porter une robe car elle ne portera jamais d'armure. »

Je me ressers un verre directement sous son menton et commence à boire en la refixant bien dans les yeux.

J’ai simplement demandé à ne pas être dérangé, et voilà que l’on vient me frotter au visage une aristocratie dont j’ai connaissance autant que je m’en préoccupe. Je connais un petit ce genre de personnes ayant la nécessité impétueuse d’aller se faire valoir n’importe où, n’importe quand. Si l’armée m’a bien appris un truc, c’est que celui qui sait se tait, et que si quelqu’un ouvre sa bouche c’est qu’il n’a pas matière à le faire.

« -Si l’être doit dire qu’il est le chef, c’est qu’il ne l’est pas... » je bougonne dans ma barbe le temps de trouver le courage et l’alcool nécessaire à aller parler à cette étrangère adepte de poudre aux yeux. Quitte à boire, autant ne pas être seul à le faire. Moi qui me plaignait du silence dans ma vie.

« -Si vous ressentez le besoin de venir ennuyer un vétéran de l'enfer avec votre position sociale et votre noblesse, il serait peut-être intelligent de vous poser des questions sur votre légitimité à celle-ci, non? »

Je lui ramène une chaise sous elle en déplaçant avec le bout de ma botte sur le pied de celle-ci et pose un verre devant elle, tout en m’en resservant un et m’adossant confortablement contre la banquette en vue de la discussion à suivre qui je pense va être animée.

Les gens comme elle, bien que beaux et riches, ont souvent un gros problème, celui d’être privé de la vraie réalité des choses. Il ont de la valeur financière, mais leur esprit ne vaut pas deux sous au même titre que leur expérience se résume aux récits de bataille qu’on leur attribue alors que des hommes meurent en leur nom. À force de vouloir être, on finit par paraître.

« -Vous savez, je ne doute pas de votre possibilité de parler à n’importe qui, je doute simplement de votre capacité à le faire sans vous mettre dans l’embarras. Premièrement par votre tutoiement intempestif dérogeant à votre éducation qui doit normalement saillir à votre rang, mais de plus que vous attendez que tout le monde vous connaisse, alors que ce n’est pas le cas, ce qui montre que vous n’avez rien fait pour mériter et obtenir le respect et la révérence que vous pensez vous être due.

Je vais alors vous donner un conseil en tant que marche-misère, la vraie, celle qui tue un homme en  le laissant en vie. Taisez-vous et écoutez ce que les gens ont fait de plus que votre personne, vous aurez ainsi une attitude n’enjoignant pas une réputation de manant et vous apprendrez que les actes sont mille fois plus puissants qu’une position dans le cœur des gens. Une fois que vous aurez agi suffisamment pour atteindre le cœur de toute une foule, vous aurez la noblesse, la vraie, celle que vous pensez avoir mais dont il n’est rien. »


Parler me fait oublier l’alcool, je me ressers une quatrième verre en même temps qu’un à mon interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Il est vrai que peu me connaisse en tenu civil alors un étranger... Quoi que les armoiries du clan Hyûga sont connu par beaucoup. Il n'a guerre d'autres indice pour savoir qui je suis et je compte bien continuer à jouer le jeux de la noblaillonne qui s’attribue le mérite d’autrui pour ça propre gloire puisque c'est ce qu'il semble penser. Il est vrai, tout de même, que l'influence de la soke repose beaucoup sur le actes de la bunke mais elle a aussi une certaine contribution à sa propre gloire. Je crois que peut peuvent réellement ce vanter de m'avoir moucher de cette façon. Clairement... Non seulement il m'apporte une chaise, mais en plus il me rempli un verre... et moi tout ce que je trouve a dire a ses gestes...

Je préfère un bol de saké, mais merci quand même...

Il a raison sur le premier point, mon éducation de branche aînée de la soke prime quand je ne suis pas en uniforme de Konoha. Ainsi j'aurais due le vouvoyer au lieu de le tutoyer... Mais en devenant ninja mon éducation noble est passé au second rang dans mon esprit. Cette éducation qui m'a fait échoué à ma première tentative de devenir chuunin. Ceci me remet en mémoire que je ne suis pas ce que mon père voudrait que je sois, la perfection Hyûga incarnée.

Vous avez raison. Si je vous est offensé alors je m'en excuse. Je suis Hyûga Ashira, héritière du clan le plus puissant de Konoha.

J'espère bien qu'il y a dans le coin un Uchiha pour entendre cela. S'il n'est peut-être pas le plus puissant, mon clan est au moins sur le podium, en terme de puissance, du village de la feuille. Je me dois donc de le vanter a qui veut l'entendre. Et puis, je ne suis pas non plus le "monstre" que l'on décrit... Bien que j'ai souvent démontré que les gens ont raison de le penser... Je démarre au quart de tour, j'agis beaucoup par impulsivité, je fonce tête baissé mais ceux qui m'ont connu avant, quand j'étais enfant, quand j'étais genin peuvent ce souvenirs que c'était bien pir avant.

Il est vrai que ma tenue actuelle est trompeuse, mais je ne porte de robe que parce que je suis en repos, en tant normale, je suis une ninja de Konoha de rang jônin et ce n'est pas l'argent qui fait gagner des échelons mais les actes. Je ne serais pas a ce rang militaire si je n'avais pas fait mes preuves au combat.

Et finalement je bois une gorgée du verre qu'il m'a servi, assise sur cette chaise indigne de mon rang... Après tout mon clan est très traditionaliste. De ce fait j'ai j'ai appris a manger, boire a tout heure en autour d'une table basse en position du sésa.

Mais ej vous écoute donc vue que vous m'enjoignez a le faire. Qu'avez-vous donc a dire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
"-Je préfère un bol de saké, mais merci quand même…"

"-C'est du saké. Je vous demanderai en revanche de pardonner l'établissement quant-à ses réceptacles, probablement ne sont-ils pas assez de haute lignée pour vous."

Je commence à avoir les boyaux qui se serrent devant un manque cruel de réflexion qui me met mal à l'aise. J'avale ma salive de manière dérangeante pour lui signifier que son manque cruel d'intelligence m'incommode, mais je doute fortement que malgré ce manque elle soit capable de cerner le sens de ce message caché.

"-Vous avez raison. Si je vous est offensé alors je m'en excuse. Je suis Hyûga Ashira, héritière du clan le plus puissant de Konoha."

"-Les vrais nobles ne sont pas censés s'excuser en s'inclinant? Je veux bien croire que des années loin de l'armée de Tetsu ou d'une quelconque forme de famille aristocrate ait pu m'éloigner de l'évolution des coutumes, il m'étonnerait quand même qu'une simple courbette soit devenue dispensable."

Je plonge dans mon verre et regarde le ménisque virevolter contre les parois alors que je fais tourner le liquide à travers la glace.

"-Il est vrai que ma tenue actuelle est trompeuse, mais je ne porte de robe que parce que je suis en repos, en tant normale, je suis une ninja de Konoha de rang jônin et ce n'est pas l'argent qui fait gagner des échelons mais les actes. Je ne serais pas a ce rang militaire si je n'avais pas fait mes preuves au combat."

Je baisse les yeux sur mon verre et esquisse un rictus que je peine à dissimuler. Voilà qu'elle porte le sujet sur ses habits alors que je lui parle de la noblesse, la vraie. Je cerne tout de suite que je parle avec une extrémiste, une vraie, une personne non seulement suffisamment enfermée dans ses idées pour perdre le contact avec la réalité des choses, mais suffisamment longtemps pour renier et déformer cette dernière quand on vient lui apporter.

Je sais que cette discussion ne finira sur rien, je connais déjà la fin avant même d'être entré dans le vif du sujet. Je me ressers un autre verre et me rend compte que j'ai bien fait de prendre un petit, car la bouteille est déjà vidée à la moitié.

"-Je veux bien croire votre fierté quant-à votre accoutrement, mais je vous invectiverait donc d'utiliser votre cerveau, car c'est bien ce dernier et non votre statut social qui fera de vous une belle personne, une qui vaut le détour. Car après tout, qu'est-ce qu'une existence menée sans laisser de traces?"

Je bois cul sec mon verre. Le liquide me brûle quelque peu l'œsophage et stimule ma recherche de mots pour lui répondre.

"-Mais je vous écoute donc vue que vous m'enjoignez a le faire. Qu'avez-vous donc a dire ?"

Je laisse échapper une bulle dans le liquide par une contraction pulmonaire. Due à la surprise. Comment peut-on être aussi fermée à la réalité des gens qui vous parlent et vouloir s'y adonner lorsqu'on scelle une image de misère dans l'esprit de son interlocuteur. Je pose mon verre un peu précipitamment et me tape sur le plexus, à l'endroit où la lame en estoc est sûre d'ôter la vie.

"-Vous me dites être militaire, une vraie. Quelqu'un qui est censé écouter en permanence autour de lui et faire passer ce qu'on lui dit avant ce qu'il pense. Pensez-vous sincèrement que vous vous comportez comme tel?"

Je serre les dents, l'énervement commence à monter et à me contracter les tempes. J'avale ma salive, pose un coude sur la table, et avance ma tête un peu plus proche d'elle. Mon dos se relâche d'un seul coup et m'offre une bouffée d'air frais alors que j'ouvre la bouche.

"-Héritière du clan et militaire, mais vous n'avez aucune qualité d'un côté ou de l'autre. Je suis issu de l'Empire, le vrai, le grand. Celui dont Il Faut Prononcer Les Majuscules Quand On Le Périphrase. J'ai vu mon lot de combat et de noblesse, étant donné que j'ai servi le Shogun en personne de manière secrète, ayant accompli des mission dont j'allais faire les rapports directement à sa personne en tant qu'envoyé spécial."

"-La seule chose que je vois devant n'est pas une soldate accomplie, ou une noble en adéquation avec son rang, mais bien la plus éminente médiocrité de Konoha.
De la où je viens, les soldats n'ont pas conscience de la prouesse des actes qui pourront leur donner un titre en feraille, seulement de la plus absolue forme de modestie qu'est la mort.
Vous ne pouvez pas être soldate et déambuler en accoutrement digne d'une femme de joie, alors que plus loins des hommes s'entraînent nuit et jour, dorment entassés et mangent à même le sol afin d'être prêts quand il s'agira de mourir en votre nom. Se comporter comme vous le faites n'est pas être responsable et méritante envers ses gens.
Si vous pensez être une si bonne militaire, pourquoi n'êtes vous pas en train d'honorer ce qui fait la guerre elle même en vivant de la même manière que vos homme?
Je ne vois pas ici un général, seulement quelqu'un qui profite de sa position pour s'attitrer le mérite de la chair à canon et en récolter les fruits sans avoir vécu le quart de ce que les disparus ont fait pour vous engraisser du haut de votre tour d'ivoire."


Je prends un autre verre pour me rafraîchir la gorge.

"-Et encore, j'ai connu des sergent qui étaient nobles sans être soldats, mais rien que le fait que vous ignoriez les règles de bienséance et que vous étaliez avec fierté votre lignée montre que vous avez conscience de la moitié de la réalité uniquement. Vous avez bien intégré la milice privée, les gardes du corps et la sensation d'être au dessus de tout, mais vous n'avez cure du devoir de figure d'unification, du devoir de diplomatie, du devoir du discours ou le devoir de représenter la quintessence de l'être humain."

Je grogne et tousse un coup.

"-Un vrai soldat à conscience du danger et de la valeur de la vie, il se tait en conséquence et malgré ses échelons se comporte comme s'il devait sa vie à tout le monde dans le rangs.

Un vrai noble se comporte de manière exemplaire, et sa richesse en tant que personne vient du fait qu'il prends ses responsabilités plus à cœur que n'importe quoi, si bien qu'il a la sensation de marcher sur des œufs à chaque seconde, car sa stature d'homme respectable peut s'écrouler à chaque instant."


Je me ressers un verre et le ravale cul sec en levant le doigt en l'air pour signifier que je souhaite continuer. L'alcool commence à faire tourner la tête, mais ça va encore, j'ai l'habitude.

"-Je ne vois rien de tout ça en vous, vous n'êtes ni bon soldat, ni noble. Vous n'êtes qu'une pâle figure. Vous êtes un amas de graisse pensant être méritant de sa situation alors que vous avez oublié de quoi il en retournait.

Je me ferai bien l'honneur de vous raconter tous ces instants de ma vie m'ayant appris ce qu'est que la vraie valeur humaine, celle que vous pensez détenir mais dont il n'est rien. Mais je vous laisserait plutôt méditer sur tout ce que je viens de vous dire, en espérant que vous ayez l'intelligence de vous en servir pour redresser votre situation bien misérable."

Je me lève alors et la regarde bien en haut. Puis part recommander une bouteille de liqueur de litchi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Les coutume de Tetsu sont bien loin des coutumes de Konoha. Soyez donc heureux que je me sois excusez car aucun membre du clan Hyûga n'est censé porter à quiconque. Quand à s'incliner devant un étranger... qui semble de bas parage... Je gage qu'aucun noble, même a Tetsu, ne le ferait.

Pas mal de gens ici me connaisse de nom, de réputation. J'assume pleinement ce que je suis mais je ne laisserais personne, fussent un samouraï, insulter mon honneur de Hyûga, mon honneur de Konoha'jin, mon honneur de ninja, en toute impunité... Il dépasse déjà mes limites alors que ce n'est là que le début de la discussion... Pour une fois que ce n'est pas moi qui ait fait le premier pas vers la provocation.

Visiblement vous même avez besoin d'utiliser votre cerveau car vous êtes un étranger ici et si vous continuez sur cette vois vous risquez de devoir prolonger votre séjour a Konoha car vous êtes bien partie pour devoir affronter la justice du village de la feuille pour calomnie.

Si seulement il c'en était arrêter là... Si seulement il n'en avait pas rajouté... Si seulement il n'avait rien ajouté... Ma colère monte à mesure que j'écoute la suite... Non seulement il m'insulte, mais il insulte aussi le clan Hyûga... Il insulte Konoha, il insulte ceux qui m'ont jugée apte a accéder au rang de jônin. Je ne peux pas laisser passer cela... Je dois riposter, défendre mon honneur et celui de mon clan.

L'Empire de Tetxu n'a de grand que sa superficie, ici, a Konoha, il n'est rien et l'invoquer comme vous le faite ne peut jouer en votre faveur car il n'est d'aucune autorité au village de la Feuille.

Oh et visiblement je ne suis pas la seule a oublier mon cerveau... car vous même venez de commettre une erreur, ne serait-ce qu'en mentionnant des missions secrète pour le shôgun et après cela, n 'est-il pas vrai que lorsque qu'on est samouraï, on l'est jusqu'à la mort ?

Pas besoin d'avoir un cerveau brillant pour dès lors deviner que vous êtes un déserteur de l'armée de l'Empire, pas besoin d'avoir un cerveau très actif pour le deviner et puis quel genre de samouraï viendrait dans un village ninja ?


Je n'en ai pas fini avec lui et le temps qu'il se lève pour aller chercher une autre bouteille je ne bouge pas sans pour autant le quitter des yeux. S'il revient a la même table je ne bouge pas d'un pouce, en revanche s'il change de place, je suis son mouvement avec mon verre toujours a moitié plein pour me ré-incruster et poursuivre la conversation, qu'il le veuille ou non.

Maintenant c'est à vous de m'écouter.

Je suis qui je suis et je suis ce que je suis. Il y a une différence entre être Hyûga et être konoha'jin même si cela ne devrait pas être. Je suis ici en tant que Hyûga pour profiter d'un repos après une longue et difficile mission. Je suis en civil pour marquer que je ne suis pas là en tant que militaire et si vous croyez que même dans cette tenu je ne suis pas capable de vous foutre une raclée monumentale vous vous leurrer car cette robe n'est pas exactement ce que vous en voyez en ce moment même.

Un bon soldat n'entre pas dans une taverne civile pendant son service, à moins d'être en patrouille ou en mission. Un bon soldat sait faire la différence entre ses heures de services et ses heures de repos. Un bon soldat observe et s'abstient de tout commentaire sur les décisions de ses supérieurs. Un bon soldat exécute les ordres qui lui sont attribué sans discussion qu'il soit d'accord ou non avec eux.

J'ai été formée a la guerre dès que je fus en âge de manier un kunaï. J'ai été formée à utiliser le chakra et les techniques spéciale de mon clan dès que je fut en âge de le faire. Et croyez le où non, mais même dans cette tenue, en moins de deux minutes je serais sur les murs en uniforme prête a me battre corps et âme pour défendre Konoha, car... JE SUIS KONOHA'JIN AVANT D'ÊTRE HYÛGA ! Je combattrais tout les ennemis que le hokagé voudra me faire combattre, je tuerais, hommes, femmes et enfants si j'en reçois les ordres.

Alors maintenant, tu lève ton cul, tu me suis au terrain d'entraînement, tu va te battre contre moi, car tu a salis mon honneur, celui de mon clan et celui de mon village.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
"-Les coutume de Tetsu sont bien loin des coutumes de Konoha. Soyez donc heureux que je me sois excusez car aucun membre du clan Hyûga n'est censé porter à quiconque. Quand à s'incliner devant un étranger... qui semble de bas parage... Je gage qu'aucun noble, même a Tetsu, ne le ferait."

"-Encore une fois, vous voulez que je vous y emmène, visiter l'empire? Pour y résider encore maintenant, je peux vous assurer que même les Daimyo me saluent lors des rapports, aussi bas parage que je puisse être.
Et pour ce qui est du fait que vous n'ayez pas à vous excuser, c'est exactement ce que je vous reproche. Vous ne viendrez pas vous plaindre quand on vous considèrera immaniérée.


Je débouchonne la liqueur et en sert un plein verre à mon interlocutrice. Même si cette conversation est en train de tourner au ridicule, le fait d'avoir le dessus niveau argumentaire l'empêche de me toucher profondément, j'en garderai un bon souvenir probablement.

"-L'Empire de Tetxu n'a de grand que sa superficie, ici, a Konoha, il n'est rien et l'invoquer comme vous le faite ne peut jouer en votre faveur car il n'est d'aucune autorité au village de la Feuille.

Oh et visiblement je ne suis pas la seule a oublier mon cerveau... car vous même venez de commettre une erreur, ne serait-ce qu'en mentionnant des missions secrète pour le shôgun et après cela, n 'est-il pas vrai que lorsque qu'on est samouraï, on l'est jusqu'à la mort ?

Pas besoin d'avoir un cerveau brillant pour dès lors deviner que vous êtes un déserteur de l'armée de l'Empire, pas besoin d'avoir un cerveau très actif pour le deviner et puis quel genre de samouraï viendrait dans un village ninja ?


Je m'arrête de servir mon verre.

Je lève les yeux et pose la bouteille en éventrant ses pupilles de mon regard alors que la haine me monte à la gorge. Je me redresse de la banquette et me tient bien droit tout en la meurtrissant du regard. Il y a des choses qu'il ne faut pas évoquer lorsqu'on discute avec moi, et c'est le genre de choses qu'elle vient de sortir. Comme si elle n'avait pas compris que je l'engueulais déjà, elle continue de mériter mes paroles de haine.

"-Je n'ai pas déserté. Je suis à la recherche de ma famille.

Vous savez? La famille que vous êtes censé respecter et non pas salir le nom avec votre fausse prestance de merde et votre prétention de sous-race. Je cherche aujourd'hui à retrouver les personnes qui me sont chère de par leur valeur et leur amour qu'elles me portent, deux choses que votre cervelle de singe n'est pas capable de comprendre.

Je peux vous jurer que lorsque que je les aurais retrouvé, je retournerai dans l'armée active de l'Empire histoire de récupérer ma place de maître de campagne dans l'infanterie à pied histoire d'être dans la première ligne le jour ou le Chrysanthème déferlera sur les villages cachés pour éradiques les déchets de l'évolution comme vous, réduire toute votre famille en esclavage dans les champs de riz et faire de votre fierté qu'un tas de cendre qu'on mettra dans votre bouche jusqu'à ce que vous vous étouffiez avec."


Je sirote alors le doux litchi que je connais comme mon fruit préféré pour adoucir mes mœurs. Le goût sucré connu alors de ma langue vient calmer mon rythme cardiaque et ma rancœur. J'ai de la chance de ne pas faire partie d'un village, car une allégeance à une clique aussi peu recommandable que celle-ci me rendrait malade.

Je commence à avoir des relents de misère dans le crâne. L'Empire me manque et j'ai cette singulière impression que le monde des Shinobis est relativement hétéroclite de par sa proportion a donner au bétail le même droit de parole que les gens sensés. La vie de villageois me décevrait vite de par le mande d'honneur dans leurs coutumes, et le vide intersidéral de respect dans leurs rapports sociaux et leur endoctrinement maladif de supériorité. Quoique, sur ce dernier point, l'Empire fait fort aussi. Mais derrière, à Tetsu, il y a des vraies valeurs pour le justifier. Lors des Grandes Forêts, c'était les lanciers qui embrochaient les Shinobis, pas l'inverse. Cette supériorité vient de la discipline manquante à ces peuples auparavant nomades. Leur société carbure aux instincts primaires, et le plus fort à la plus grande bouche, et donc est le premier à mourir au combat, si bien que le niveau moyen des Shinobis s'est révélé parfois misérable. À Tetsu, le plus fort monte en grade au pris de l'humilité, si bien que la présence d'un conscrit face à un lieutenant suffit à mettre ce dernier dans l'embarras de ses responsabilités et à galvaniser sa conscience dans la hiérarchie sociale de l'Empire. Il en résulte une sensation de responsabilité décuplée pour chaque échelon grimpé dans la foule, et donc une discipline et une considération d'enfer amenant chaque chef à se battre pour ses hommes, et non l'inverse.

Maintenant c'est à vous de m'écouter.

Je suis qui je suis et je suis ce que je suis. Il y a une différence entre être Hyûga et être konoha'jin même si cela ne devrait pas être. Je suis ici en tant que Hyûga pour profiter d'un repos après une longue et difficile mission. Je suis en civil pour marquer que je ne suis pas là en tant que militaire et si vous croyez que même dans cette tenu je ne suis pas capable de vous foutre une raclée monumentale vous vous leurrer car cette robe n'est pas exactement ce que vous en voyez en ce moment même."


"-Encore une fois, vous vous enlisez dans vos défauts. La différence entre Hyûga et Konoha'jin est l'exemple typique d'écart entre les nobles et le peuple que consiste à l'aliénation de la classe dirigeante par ces derniers. À force de continuer à creuser cette écart, vous finirez probablement un jour la tête sur une pique, et ça ne sera pas faute de vous avoir prévenu.
Quelle image donneriez vous a me donner une raclée en robe? Si ce n'est d'une femme écartant facilement les cuisse à la vue de tout le monde?"


"-Un bon soldat n'entre pas dans une taverne civile pendant son service, à moins d'être en patrouille ou en mission. Un bon soldat sait faire la différence entre ses heures de services et ses heures de repos. Un bon soldat observe et s'abstient de tout commentaire sur les décisions de ses supérieurs. Un bon soldat exécute les ordres qui lui sont attribué sans discussion qu'il soit d'accord ou non avec eux."

"-Un bon soldat n'entre pas dans une taverne en civil car il prend son repos avec ses hommes, assis à la même hauteur qu'eux car il est responsable de leur moral. Un bon soldat sait faire la différence entre ses heures de services et ses heures de repos car dans l'une il tient une arme avec ses camarades, dans l'autre il tient des cartes toujours avec ces derniers, et ne va pas vadrouiller n'importe où. Un bon soldat observe et s'abstient de tout commentaire sur les décisions de ses supérieurs, y compris de ses supérieurs spirituels et des vétérans de guerre qui ont des choses à lui apprendre pour faire de lui quelqu'un de mieux au détour d'un verre, et ne lui matraque pas sa noblesse dans la tronche. Un bon soldat exécute les ordres qui lui sont attribué sans discussion qu'il soit d'accord ou non avec eux, et c'est pour ça que quand on vous donne l'ordre de mener vos soldats à la victoire vous partez dans une taverne sans eux?"

"-J'ai été formée a la guerre dès que je fus en âge de manier un kunaï. J'ai été formée à utiliser le chakra et les techniques spéciale de mon clan dès que je fut en âge de le faire. Et croyez le où non, mais même dans cette tenue, en moins de deux minutes je serais sur les murs en uniforme prête a me battre corps et âme pour défendre Konoha, car... JE SUIS KONOHA'JIN AVANT D'ÊTRE HYÛGA ! Je combattrais tout les ennemis que le hokagé voudra me faire combattre, je tuerais, hommes, femmes et enfants si j'en reçois les ordres."

"-Vous êtes ici en tant que Hyûga ou Konoha'jin? Il serait temps de vous mettre d'accord avec vous même au lieu de déblatérer des inepties paradoxales.
Sinon, je suis ravi de voir que vous seriez capable de massacrer des innocents au nom de la gloire et pour la reconnaissance du Hokage, entre ça et l'abandon de vos hommes à leurs occupations, votre armée doit être très combattive."


"-Alors maintenant, tu lève ton cul, tu me suis au terrain d'entraînement, tu va te battre contre moi, car tu a salis mon honneur, celui de mon clan et celui de mon village."

"-Si c'est comme ça que vous remerciez les gens qui vous enseignent leurs leçons de vie pour faire de vous quelqu'un de meilleur et digne de son statut, et vous donner les moyen de vivre votre vie en tant que quelqu'un d'aimé et bon pour ne pas crever comme une raclure et finir décapitée post-mortem, je trouve ça bien curieux. Mais ne suis pas surpris, vous êtes une barbare, je le savais déjà. Je viens juste de découvrir que vous l'êtes jusque au bout."

Je prends la bouteille dans la main, part payer et la suit avec mon sac claquant des pièces de mon armure et de mon nodachi traînant derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Journée standard dans un village bien calme... A vrai dire, tout semble bien calme depuis le départ de mon frère. Je ne m'y habituerai probablement jamais, ce village me rappelle la personne qu'il était à chaque instant, et ma maison est un véritable nœud croisant les époques, mêlant souvenirs et présent. Pff... c'est surement pour ça que je passe la plupart de mon temps libre à me balader un peu n'importe où, m’efforçant de me changer les idées en observant Kato voler, ou en cherchant des ruelles qui me sont inconnues, des lieux non chargés d'histoire... Fuir son passé, c'est étrange non ? Enfin bref.

J'ai fui une bonne partie de la matinée, ne trouvant rien d’intéressant à rapporter si ce n'est une altercation avec un habitant de race féline n'appréciant pas que je viole son territoire. Toujours est-il que ce genre de tribulations ouvrent l’appétit, ou tout du moins le gosier, et avec l'accomplissement de ma dernière mission je pouvais bien m'offrir une boisson à la taverne la plus proche. Après une courte recherche, je tombe sur un établissement bon marché mais respectable, et ici je ne risque pas ma vie... je rappelle Kato, qui vient de poser sur mon épaule, bec dans l'aile, et je passe donc les portes avant de m'assoir lourdement à une table isolée dans un coin de l'auberge. Si certes avec mon bandeau, mon œil blanc et mon manteau tout aussi blanc je ne passe pas inaperçu, les clients portent bien vite leur attention sur autre chose, me connaissant bien maintenant. Je commande une boisson non alcoolisée, ayant déjà vu les ravages que peut causer un tel poison je préfère m'en passer et garder toutes mes facultés cognitives...

Le temps passe, et je savoure mon jus de pomme tout en nourrissant Kato, lorsqu'une conversation monte peu à peu en puissance, surpassant peu à peu le brouhaha ambiant. J'observe la scène, mais ne peux retenir un soupir de lassitude en voyant la protagoniste surement à l'origine du conflit. Ashira. je n'ai rien contre elle personnellement, mais sa manie de considérer les gens comme des insectes est assez lourde à supporter à terme, si on en a pas l'habitude. Et vraisemblablement, le poivrot avec qui elle s'embrouille semble avoir un minimum de fierté et ne refuse de se laisser écraser, lui donnant même des leçons... Aie aie aie, elle va mal le prendre. Je décide de laisser tomber. De toute façon, elle va surement finir en l'ignorant, ou alors le poivrot va partir, vexé, mais de toute façon ce ne sont pas mes affaires. Je me concentre donc sur mon jus de pomme, bien plus savoureux et digne d’intérêt que cette dispute ridicule.

Sauf que les tons montent encore, et il devient difficile de ne pas y prêter attention. Las, je décide de changer d'établissement sauf qu'Ashira devient folle ? Et défie le poivrot en duel ?! Vraiment ?!!
Je reste un instant abasourdi devant l'ampleur de la chose. Une héritière du clan Hyugâ, une Jônin de Konoha qui défie en duel un pauvre type de passage parce qu'il ne s'est pas écrasé devant elle ?! Je crois rêver. Le type pars chercher ses affaires, dans le silence abasourdi de la taverne, et ils commencent à se diriger vers la sortie.

Trop, c'est trop, je peux pas laisser faire ça c'est de la folie !

Je bondis littéralement de mon siège et me met devant la porte, leur bloquant le passage sur une inspiration courageuse temporaire, Kato voletant partout dans la taverne, paniqué par mon attitude absolument pas habituelle pour moi. Ashira est sur le point de me demander de disparaitre je suppose, mais je lui coupe la parole, la fixant d'un regard traduisant bien mon incrédulité et l'effort que mon acte me coute :

"Ashira, c'est de la folie ! Je sais pas ce que vous vous êtes racontés mais c'est un type de passage ! C'est pas un ennemi, ou un criminel, et on tabasse pas des voyageurs sous prétexte d'un défi parce qu'ils nous ont manqué de respect ! Mais tu te rends compte de ce que t'est en train de faire ?!! L'image que tu veux donner de Konoha et de ton clan c'est un ramassis de type arrogants qui tabassent ceux qui ouvrent leur bouche ?! Bordel mais ça va pas bien ?!"


Je déballe tout d'une traite, paniqué par la situation qui pourrait avoir de sacrées conséquences sur l'image globale de Konoha, et je ne réfléchis pas à mes paroles, que je n'aurai jamais eu le courage de dire en temps normal. Si c'étaient deux poivrots d'accord, mais là c'est une héritière d'un clan majeur du village, et une Shinobi au grade maximal avant Hokage en plus... J'espère avoir réussi à étouffer les offenses dans l’œuf, sinon ça pourrait être gravissime... Et je fais pas le poids face à Ashira... Pourvu que sa raison reprenne le dessus !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Qui c'est ce type ? ... Lui semble me connaître mais moi je ne le connais pas... Qui est-il ce gars qui... euh... me stoppe nette dans ma démarche de suivre le samouraï hors de l'auberge et qui m'empêche d'en placer une ? ... Il commence mal déjà... M’appeler par mon prénom ainsi... Il s'adresse a moi comme si j'étais une simple ninja, de basse extraction, il me tutoie et cela a le don de m'énerver encore plus. Pourtant je ne dis rien, je ne réplique rien pour le moment, pas tout de suite du moins. Mon regard en dit long en revanche et je le vrille dans celui du ninja alors que mes mains, dans mon dos viennent défaire un par un les nœuds qui maintiennent ma robe bleu et or a col haut et manche longue. Mes gestes sont lent et le samouraï va vite comprendre qu'en civil je suis toujours prête a passer a l'action. Nœuds qui tiennent bien mais facile à enlever, je prend juste mon tend pour le faire. Mon regard reste fixé sur le ninja que je ne connais pas.

Au bout d'une trentaine de longues seconde dans un silence de feu, je délasse le dernier nœuds et fait glisser ma robe sur mes épaules jusqu'à l'enlever complètement la laissant tomber au sol. Dessous je suis en uniforme de Konoha avec le bandeau portant le symbole du village de la feuille accroché a ma ceinture, celui-ci, là aussi avec lenteur, je le détache de son emplacement pour le placer sur mon front. Je prend mon temps, les deux autres ont tout loisir de ce parler, de me parler, je ne répond pas. Mais même en prenant mon temps, il ne m'aura pas fallut plus d'une minute pour passer de mes habits civils a ceux de ninja. Bon ma robe sera à décrasser après ça d'autant... Qu'en l'espace d'un instant, je me ridiculise en beauté... Je veux faire un pas en avant, je me prend les pieds dans ma robe dont quelque couture ce défont bruyamment tandis que je je me retrouve face contre terre, n'ayant que le réflexe de me protéger le visage de mon bras droit pour ne pas me faire mal... Là je ne prend pas mon temps, l'instant suivant je suis debout hors de ma robe, désormais foutue...

Mais le mal est fait... Après cette Hako qui découvre ma très grande faiblesse par rapport aux insectes, voilà que je fais un faut pas alors que je prenais mon temps pour agir... Prendre mon temps ne me réussi pas j'ai l'impression... M'enfin me voilà couverte de poussière de la tête aux pieds, de face. Le pire c'est qu'il y a bien une cinquantaine de personnes ici a avoir vue ma maladresse... Pourtant maladroite, je ne le suis pas d'habitude... bien au contraire. Demain tout le monde au village saura que je me suis vautré par terre ici même... Je passe clairement de colère froide à... gêne à en devenir rouge pivoine, toute rouge... A vrai dire je n'arrive pas a placer quelconque mot derrière... Je pense déjà à ce que mon père me dira, je pense déjà a la façon dont il me reprochera de m'être ainsi ridiculisée...

Je... heu...

Rien d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Passer une porte, c'est simple. Tenir tête à une Huyga, c'est simple aussi, aussi simple que d'empaqueter ses affaires et que se préparer à lui mettre au raclée à domicile.

Vous savez ce qui est compliqué réellement? Se retenir de rire devant d'un tel amas d'incompétence dont mon interlocutrice fait preuve.

Elle se lève de son siège, bien déterminée à me montrer son côté imperturbable, cachant sa rage bien au creux d'elle et ne laissant rien transparaître de sa peur où de son envie d'en découdre. Elle commencerait presque à me plaire, car même si elle est couverte de défauts en grand nombres, elle a néanmoins le mérite d'aller jusqu'au bout des choses, aussi stupides soient-elles, et c'est ce que j'appelle une qualité. Elle est peut-être mauvaise, mais elle est intègre, et même si j'en ai très envie je ne puis l'attaquer sur ce terrain là.

Je me lève alors de ma chaise aussi, et pousse cette dernière sous la table dans un raclement fort désagréable, faisant tourner des têtes dans l'assemblée et grincer des dents dans ma bouche. Une fois passer la porte, un individu me bouscule le bras pour passer dessous et interpeller mon interlocutrice.

Pas que j'aime pas les scènes de ménage, mais les deux on l'air, relativement proches, et le speech qui s'ensuit me dessine un énorme rictus aux lèvres.

Je suis content de voir que je ne suis pas le seul ici à penser que si l'on règle ses insultes sur le champ de bataille alors qu'on est à domicile, il y a un sacré problème d'égo dans l'histoire. Je m'accoude alors sur le cadre de porte, bien installé par l'aisance que procure la sensation d'un inconnu qui vient exactement appuyer vos dires. Je suis content, parce que cela signifie que j'ai raison. En effet, un fou, seul, c'est un génie. Un fou face à quelqu'un de sain, c'est quelqu'un qui débat. Un fou, au milieu d'une masse de gens en désaccord avec lui, est un nuisible. Et je suis content que les choses fassent passer cette personne pour l'insecte qu'elle mérite d'être.

Malgré tout, elle semble bien décidée à régler les choses avec les poings, j'esquisse une moue indifférente tandis qu'elle essaie de m'appâter en enlevant sa robe de "Je suis là en tant que Hyuga" pour dévoiler sa tenue de "Je suis là en tant que Konoha'jin". Pousser un paradoxe jusqu'au vêtements est quelque chose de formidable à mes yeux tellement qu'il demande un niveau d'illogisme que l'on ne peut avoir que passé un certain seul d'abrutissement, d'orgueil ou d'inconscience de soi.

Mais cela n'est rien à côté de la plus grosse bêtise qu'elle puisse faire chez elle, dans son village natal. Alors que je la regarde arborer fièrement sur son front le bandeau de Suna, je me demande combien de temps sa tête va-t-elle rester sur ses épaules avant que le peuple reconnaisse le symbole d'un village ayant fait couler le sang de bien des familles à Konoha et décide de punir sa porteuse au nom d'une vengeance aveugle et bête. Remarque, aveugle et bête, ça lui correspondrait bien comme adjectifs. M'enfin bon. Allons régler ça au combat.

Je me mets à marcher avant de me faire interrompre part un vacarme assourdissant derrière moi. Ma tête se retourne pour apprécier la splendeur d'une Hyuga sous sa forme la plus pure, c'est à dire par terre, vêtements déchirés par son inadaptation et sa bêtise. J'aurais presque envie de rire, signe réconfortant que la blague est suffisamment grosse pour me toucher et que je suis encore suffisamment détendu et au dessus de toute cette histoire ubuesque pour apprécier un peu d'humour et d'abrutissement dont ma camarade d'embrouille semble bien lotie.

J'applaudis lentement, un sourire aux lèvres, répriment des pouffements de dinde et autres contractions du visage dues au rire intense que je retiens au fond de moi par refus de décrédibiliser une dirigeante peu capable auprès de son peuple.

Mais les choses doivent changer, il serait temps de relever un peu le débat, si mon interlocutrice daigne commencer à me parler poliment en tout cas. Je m'approche d'elle et lui prends la main pour la relever, faisant disparaître sa pince délicate dans ma grosse poigne usée jusqu'à ce que je ne la surplombe plus que d'une dizaine de centimètre.


"-Vous savez, quand je vous disais de bien vous comporter et de vous montrer digne de votre peuple afin que ce dernier vous aime, c'était pour vous hein. Moi je viens de me marrer un bon coup, donc ça changera pas ma vie que de vous voir Konoha sombrer dans la haine et la rébellion envers ses dirigeants. Il s'agirait qu'on se souvienne de vous après votre mort d'une autre manière qu'avec une chute dans un bar et une déchirure dans une robe qui pourrait assurer à toute une famille nourriture pendant quatre ans."

Avoir l'air dur et froid ne sert à rien dans ces moments là, il faut aussi savoir rire dans la vie, même des choses les plus graves et de soi même. Car l'humour est trait de finesse d'esprit et de recul sur les choses, deux éléments qui avec le temps sont les matières premières dont les humains manqueront toujours, à chaque moment de leur histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Je vais mourir. Je vois pas comment ça pourrait se terminer autrement. Dans un premier temps, j'ai cru qu'Ashira allait m'étriper puis m'étrangler avec mes boyaux avant de me jeter aux cochons, puis lorsqu'elle à commencé à retirer sa robe, j'ai compris que ma mort serait plus lente, probablement suite à une torture affreuse avant d'une exposition pendu face au village me jetant des tomates pourries... J'ai également réalisé un truc dans son regard, c'est qu'elle ne me reconnaissait même pas... Je veux dire, elle est pas obligée de me connaitre par mon prénom où je ne sais quoi, mais bon ça fait quelque moment que je suis Chuunin malgré tout, et je pensais que tout le monde reconnaissait un minimum ses frères d'armes... Mais bon, vu que je vais mourir, ça n'a plus vraiment d'importance après tout, haha.

Plus elle prends son temps pour retirer sa robe, plus la tension monte, et plus ses yeux m'imaginent bruler vif. Je voulais une fin marquante ? Ah bah j'allais être servi, nul doute qu'on en parlera encore dans 15 ans... Mais bon, au niveau de l'exemple c'est raté. Sa robe enfin retirée après ce qui m'a semblé être une heure, elle attache son bandeau frontal et fait un pas en avant.

Enfin une tentative de pas en avant.
Elle se vautre par terre.

Je dois me retenir pour ne pas exploser. De rire, où de larmes, dieu seul le sait. Toujours est-il que tout le stress accumulé, plus la violence dont j'allais sans doute être l'objet, provoquent en mon for intérieur un véritable cataclysme émotionnel que je ne réprime qu'avec le plus grand mal. Finalement, on ne retrouvera probablement pas mon corps après qu'elle en ait fini avec moi...
Et finalement le sauveur se manifeste. Le vagabond, absolument pas terrifié, applaudit doucement avant de la relever en enfonçant le clou. Finalement, c'est peut-être lui qui allait mourir. Sauf que le regard d'Ashira à complètement changé. De la folie meurtrière nul trace ne reste, remplacée par la honte de s'être ridiculisée en public. Je souffle un coup. Peut-être que personne n'allait mourir finalement !

Néanmoins, une parole du poivrot trotte dans ma tête.  "Il s'agirait qu'on se souvienne de vous après votre mort d'une autre manière qu'avec une chute dans un bar ..." Etrange. Ce type partage vraisemblablement une vision du sens de la vie et de la mort très semblable à la mienne... attendez, j'aurai vraiment pu dire ça ! Il faudra que je m’intéresse à ce type, qui semble être bien plus qu'un simple voyageur...

Toujours est-il que la situation semble désamorcée. Je ramène mes bras contre mon corps, mains dans les poches, et dis, modérant mes propos et laissant un soupir échapper de mes lèvres (faut pas que je relance la situation déjà bien tendue.)

"Bon, ça vous dirait pas de laisser tomber cette histoire et de passer à autre chose ?"
J'ajoute après une courte pause, en rassurant Kato venu se poser sur mon épaule, toujours paniqué : "Je crois que l'image de Konoha à déjà assez souffert comme ça, et qu'il vaudrait mieux que ça n'empire pas..."

Je vais peut-être pas mourir. Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai bien du mal a reprendre contenance. Je regarde le chuunin plus en détail cette fois. Je crois que j'ai du le croiser plusieurs fois sans m’intéresser a lui mais c'est tout. Je me donne un objectif, ce gars, le samouraï, je dois le battre pour montrer ma valeur au combat. En me cassant la figure en beauté, je me suis ridiculiser, je dois me rattraper et montrer ma valeur au combat. Mon regard reste très évasif et fixée sur le chuunin, sans le regarder dans les yeux. Je le détourne un instant pour fixer le samouraï, je reste silencieuse encore un bon moment. Je garde mon teint due a ma maladresse rouge pivoine, certain pourrait croire que j'ai eu le coup de foudre pour alors qu'il n'en est rien. Je regarde autour de moi, un a un ceux qui nous entoure, ils sont hilares, cela ne fait aucun doute, certain ries toujours a gorge déployée... Père va m'en vouloir... Il serait sans doute même capable de me déshérité après ce coup là, allez jusqu'à m'apposer le sceau de la bunke s'il est vraiment en colère... Lui qui est si fin politique, moi je gâche tout... Je dois réagir. Je me tourne précisément vers le serveur qui nous a emmener nos boissons au grand samouraï et a moi et je m'incline respectueusement devant lui.

"Merci pour le service, prenez ma robe, le tissu est de qualité, en le nettoyant vous pourrez en tirer un bon prix auprès d'un tisserand. Prenez là en dédommagement de mon comportement, je n'aurais pas due m'emporter."

J'en est presque les larmes au yeux en parlant de m'a robe. Je l'avais depuis si longtemps, je m'étais attachée à elle, c'est avec elle que j'ai empêchez père d’envoyer Aïsha dans la branche secondaire, c'est souvent avec elle que je la protège au domaine du clan. Cette robe avait une histoire et je tiens aussi a montrer que même si elle est bien abimée, elle comptait beaucoup pour moi et que le dédommagement est sincère... Même si je ne l'aurais pas donnée ainsi si elle avait été en bon état. Je me retourne vers les deux autres, les larmes sont déjà passé et je m'adresse au chuunin. Je crois que son nom me reviens.

"Akane Itachi, si je me souviens bien. Mêle toi de ce qui te regarde. Ce n'est pas un combat pour tuer ou pour faire mal, je vois plus cela comme un combat d’entraînement pour prouver a ce gars ma valeur au combat... Bien souvent c'est en combattant que l'on en apprend le plus sur les autres."

Je ne compte pas me retirer de ce combat juste parce que je me suis ridiculisée, en revanche j'ai encore bien envie d'en découdre avec ce gars là et lorsque je me retourne vers le samouraï c'est avec le regard déterminé fixé sur lui.

"Je m'excuse de m'être emportée, je n'aurais pas due vous cherchez des noises et vous tutoyez comme je l'ai fait. Vous semblez être un valeureux guerrier alors que je ne suis qu'une maladroite petite ninja de haut parage." Je m'incline aussi respectueusement devant lui et quand je me redresse mon regard n'a pas changé. "Acceptez vous toujours de vous battre contre moi, un combat d'entraînement, pour que je vous prouve ma valeur au combat ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
"Akane Itachi, si je me souviens bien. Mêle toi de ce qui te regarde. Ce n'est pas un combat pour tuer ou pour faire mal, je vois plus cela comme un combat d’entraînement pour prouver a ce gars ma valeur au combat... Bien souvent c'est en combattant que l'on en apprend le plus sur les autres."

Enfin un peu d’intelligence dans la bouche de cet enfant. Je m’accoude alors à un étendard dans la rue, un brin de paille dans la bouche, alors que la ridiculisée se permet de faire une leçon de morale à son acolyte de fortune. J’ai en face de moi un petit aperçu que de vivre dans un village caché où tout le monde se connaît, et ça contribue en partie à me dégoûter de ça, encore une fois. Avoir l’impression d’être fliqué de partout, d’avoir la sensation que n’importe qui pourrait surgir d’un buisson pour me dire que je fais de la merde, non merci.

Quoique, là c’est mérité. Je ne sais pas si le karma existe, mais en tout cas je le remercie de s’être manifesté en ce beau jour ensoleillé, plaçant une chute sur le passage d’une hystérique forcenée, lui faisant entendre raison et coupant court à son flot de morale mal placée. Elle a peut-être bon fond, mais en attendant c’est plutôt pas l’aspect d’elle qu’elle offre à son peuple.

J’suis soulagé qu’elle daigne montrer un peu d’intelligence et de bienséance devant son peuple, si la classe dirigeante commence à créer des problèmes, je ne donne pas cher de la longévité de Konoha. Prendre les rennes d’une nation est déjà délicat, alors le faire après une guerre ninja demande une précaution des plus grande afin d’éviter les heurts type révolution ou renversement diplomatique, ou même une guerre. Voir Ashira rentrer dans les gens et dans la délicatesse telle un parchemin explosif me fait me poser des questions légitimes et distantes sur l’avenir d’une nation qui n’est pas la mienne. Pas que j’ai envie que Konoha survive, juste que c’est toujours triste de voir une nation s’effondrer.

Bah, ça fera moins de boulot à Tetsu. Aussi pitoyables mes rapports avec elle puissent être, il n’empêche que je connais trop ma Nation à moi pour ignorer le fait qu’elle sautera sur l’occasion pour grappiller du territoire. Peut-être même que c’est moi qui leur donnera l’info, allez savoir. Si cela me permet de récupérer Hikari, et Hinata… Aucune hésitation, chasser le passé vaut bien un massacre dans l’avenir. Du moins, je crois…


"Je m'excuse de m'être emportée, je n'aurais pas due vous cherchez des noises et vous tutoyez comme je l'ai fait. Vous semblez être un valeureux guerrier alors que je ne suis qu'une maladroite petite ninja de haut parage.

Acceptez vous toujours de vous battre contre moi, un combat d'entraînement, pour que je vous prouve ma valeur au combat ?"


Je souris alors et lève un avant bras pour faire tomber ma brindille sur le sol, le sac claquant derrière en fond sonore. Je me redresse et me tiens bien face à elle, la regardant du haut de mon mètre quatre vingt douze. Je m’incline alors respectueusement, les mains jointes et le regard dur. Toujours le rictus au lèvre, ce truc ne part pas lorsqu’on a vu l’enfer et qu’on se retrouve à faire cette chose si facile qu’est pardonner.

«-Parce que vous pensiez que le bushido me laisserait me défiler ?

J’accepte vos excuses et vous présente les miennes pour m’être obstiné à vous faire entendre raison de manière si brutale.

Maintenant que vous semblez avoir acquis un minimum de lucidité et laissé votre hystérie de côté, allons régler ça. »

Mon côté perfectionniste est satisfait, car maintenant Ashira se tait et nous allons régler ça de manière propre, de manière digne et puissante, la lame parlera pour nous avec infiniment plus d’éloquence que les mots. Le langage spécialité de l’Empire, là dessus, n’en reste pas moins une méthode infaillible de communication pour civiliser les sauvages, calmer les prétentieux et embellir les dignes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Akane Itachi, si je me souviens bien. Mêle toi de ce qui te regarde. Ce n'est pas un combat pour tuer ou pour faire mal, je vois plus cela comme un combat d’entraînement pour prouver a ce gars ma valeur au combat... Bien souvent c'est en combattant que l'on en apprend le plus sur les autres."

Boum. Remis à ma place. En même temps je l'avais cherché, ce n'est que justice. Et puis en mon for intérieur, je sais que j'ai bien fait... Si je me suis mépris sur ses intentions, le fait de la faire s'expliquer évitera que l'affaire déborde comme je l'avais comprise, et comme certainement le "public" présent ici l'a compris. On ne retiendra pas que les Jônins de Konoha sont arrogants, mais qu'ils ont un honneur qui se règle par la lame...

Bon après je ne ressent pas le besoin de me battre pour prouver quoi que ce soit, ou pour comprendre quelqu'un, fin tout le monde sait parler, mais ce n'est pas le cas de majorité de personnes je suppose, et quoi qu'il arrive l'image du village n'en sera pas dégradée... Et si c'est mon image qui est dégradée pour celle de Konoha, tant pis. J'accepte donc sa leçon sans répliquer, ne me sentant pas légitime de m'excuser pour ce que j'ai jugé nécessaire, mais ne voulant pas rejeter des braises sur le feu.

Elle se tourne ensuite vers le voyageur, lui présentant des excuses :

"Je m'excuse de m'être emportée, je n'aurais pas due vous cherchez des noises et vous tutoyez comme je l'ai fait. Vous semblez être un valeureux guerrier alors que je ne suis qu'une maladroite petite ninja de haut parage.

Acceptez vous toujours de vous battre contre moi, un combat d'entraînement, pour que je vous prouve ma valeur au combat ?"


Bon, elle à définitivement retrouvé ses esprits... La perspective d'un incident semble écartée, et je soupire, relâchant la pression accumulée. Ses paroles m'intriguent néanmoins, ainsi le vagabond serait un guerrier valeureux ? Vu son accoutrement, je n'y avais pas pensé, mais effectivement, sa posture semble raconter un passé militaire strict... Il accepte d'ailleurs son défi, lui présentant des excuses également :

«-Parce que vous pensiez que le bushido me laisserait me défiler ?

J’accepte vos excuses et vous présente les miennes pour m’être obstiné à vous faire entendre raison de manière si brutale.

Maintenant que vous semblez avoir acquis un minimum de lucidité et laissé votre hystérie de côté, allons régler ça. »


Le bushido ? Alors ce type serait un samouraï ? Ancien samouraï. Vu sa dégaine, il a du lui arriver des soucis pour se retrouver ici, sans maitre... Ce type m'intrigue de plus en plus... Je me renseignerai en temps et en heure, sans doute. Toujours est-il que je n'ai plus de raison de m'opposer à ce duel qui s'annonce être fait dans les règles de l'art, et je m'écarte de la porte, laissant le passage.

Remis à ma place, je préfère ne rien ajouter, quitte à passer pour un lâche où pour un faible, car j'ai accompli mon "objectif". J'hésite quand même à les suivre, car ça promet d'être un beau spectacle, mais la violence gratuite hors entrainement est quelque chose que je juge inutile, bien que le tout soit amical... J'avoue être complètement partagé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai un sourire en coin. Même si je n'y connais rien au bushido je pensais bien que le samouraï aurait eu une réponse de ce genre. De mémoire, ils ont un sens aiguë de l'honneur et sans doute pense-t-il avoir à laver son honneur contre moi ou à me donner une chance de laver le mien. Je me sens lésée par les mots qu'il a eu a mon encontre, je ne veux pas laisser passer cela et ma... Chute a eu comme effet de me remettre les idées en place. Je me dois d'être plus modéré, moins colérique, il faut vraiment que je travaille là-dessus. Je me dois de m'ouvrir, d'accepter les avis différents. Je me dois d'agir et de faire ce que je devrais faire, je me dois de comporter comme la princesse Hyûga, héritière de mon clan. Cette affaire parviendra de toute façon aux oreilles de père et je me dois d'aller jusqu'au bout.

"Nous irons au camp d'entraînement n°2, c'est le plus proche, et il est très bien pour combattre en un contre un."

Je compte bien user de ma grande vitesse pour être intouchable pour lui. Il est nettement plus grand, nettement plus massif que moi. Mais les techniques de mon clan pourrait bien être d'un effet dévastateur sur lui, quoi qu'a mon avis, vue qu'il est samouraï, il ne doit pas utiliser des masses de son chakra pour combattre. Quoi qu'il me semble que les guerriers de Tetsu sont réputés pour user de leur chakra et en entouré leurs armes pour les rendent bien plus dangereuse. Mais je suis confiante, ma vitesse devrais pouvoir l'épuiser avant moi, peut-être même que je n'aurais pas à utiliser de techniques autre que le juken et mon byakugan.


"Akane Itachi, venez donc faire l'arbitre... Et puis, si vous ne voulez pas, rien ne vous interdit de venir voire une ninja... Battre un samouraï qui la prend de haut, après tout, vous êtes vous-même un ninja et les terrains ne sont pas "réservés", ils sont assez grands pour plusieurs groupes."

Puis, je me tais jusqu'à arriver en bordure du terrain, l'abordant par un endroit où il est plat, une plaine d'herbe verte, bordés d'arbre avec une zone pour s'entraîner au lancé d'armes. Je n'attends pas pour m'y avancer sur quelques dizaines de mètres avant de me retourner d'ors et déjà en garde a la façon de mon clan.

"Quand vous voulez, samouraï, honneur aux invités."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
J’enfile mon casque, ma vue se réduit un peu, mais ma confiance en moi monte jusqu’à ma tête rejoindre l’image du Shogûn. Je ferme temporairement les yeux alors que je dégaine mon sabre à l’aveugle, bercé par le bruit de la lame saillante et le reflet chaud du soleil sur l’acier vers mes yeux me réchauffant la paupière.

Le déplacement vers le terrain avait été parfaitement silencieux, le changement d’humeur d’Ashira m’enjoignant plus à compatir avec Itachi dans son désespoir plutôt que de me réjouir d’un retour à une situation plus normale où la discussion était possible entre êtres humains.

La balade en soi n’était pas trop désagréables, les arbres nous berçant par le vent chantant dans leurs feuilles, les chemins en terre bien entretenus caractéristiques de villages cachés, le soleil un peu chaud mais pas au point de nous étouffer, j’ai bien aimé. Surtout que l’arène est située au fond d’une cuvette, est est parfaitement plat, comme si on avait creusé un trou au milieu d’une forêt au parchemins explosifs et qu’on avait rebouché derrière. J’inspire longuement alors que je passe entre les derniers buissons. Le pollen me chatouille le nez, et les orties frottent contre mes vêtements. C’est une sensation plutôt agréable, et le genre d’éléments qui me faisaient apprécier les conquêtes de l’Empire.

J’ai jamais craché sur le fait de vivre dehors, dans la nature, de dormir à la belle étoile où de manger autour d’un feu de camp, car même le froid devient un ami lorsqu’on sait s’y abandonner. Je laisse tomber mon sac par terre, mouvement devenu chargé de souvenirs tellement j’ai fait et refait se geste du bras avec ce baissement d’épaule alors que j’étais soldat. L’Enclave, les forêts, le Nord-Ouest, tout ce que j’ai pu voir comme paysages immobiles me revient dans la tête, avec un sac comme dénominateur commun, planté au milieu de la scène gravée dans mon esprit.

Je m’équipe alors, absorbé par mon imaginaire, ce vieux barde, qui me chante les rires de mes camarades en tailleurs autour d’une flamme ayant servi à cuire leurs rations, jouant au cartes ou parlant de leurs femmes les attendant à la capitale. Un long soupir quitte ma bouche alors que j’enfile la dernière pièce.


"Quand vous voulez, samouraï, honneur aux invités."

«-Oh fallait pas. »

Un mudra plus tard, et mon armure commence à ruisseler de chakra par toutes les rainures creusées dans cette dernière, l’étendard fixé par un mât dans mon dos commence à voler par la force du vent. Un peu de mon Ki, car c’est son nom Impérial, s’en va de mon coeur pour fuiter vers ma cuirasse. Quand je le sens, je claque des doigts en mon dernier mudra.

Une odeur de brûlé me monte au nez et mon visage est éclairé de l’intérieur par des tonnes d’éclairs parcourant mon armure, chacun fuitant d’une pièce vers le sol par les lois de la physique. Je bouge un peu les bras histoire de voir si tout vas bien, et des bruits de courts-circuits se font entendre, cassant le silence religieux instauré par la nature et le vent autour de moi.

Je ferme alors les yeux, laissant mon champ de vision être bercé de rouge par les éclairs me rétroéclairant mes paupières et leurs veinules. Encore quelques mudras, cette fois plus rapide, et mes paumes commencent à chauffer. J’attrape mon sabre par réflexe et rouvre les yeux. Mon regard noir lancé dans le blanc de mon adversaire perturbé par ma lame tenue au niveau des yeux, parcourue par le tonnerre lui même.

Je me lance sur ma cible à pleine vitesse, utilisant l’inertie et la masse de mon armure afin de me rapprocher de plus en plu vite d’elle. Quand je vois que les éclairs de ma bobine se mettent à fuir et sauter sur elle alors qu’elle rentre dans ma portée, je freine avec mes sandales et assène trois coups de sabre afin d’ouvrir les hostilités.


«-Pour Ashikaga ! »

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
"Akane Itachi, venez donc faire l'arbitre... Et puis, si vous ne voulez pas, rien ne vous interdit de venir voire une ninja... Battre un samouraï qui la prend de haut, après tout, vous êtes vous-même un ninja et les terrains ne sont pas "réservés", ils sont assez grands pour plusieurs groupes."

"Comme vous voulez..."

Soit... Ashira tranche mon combat mental, et fataliste, je me résigne à suivre le mouvement... Kato, sur mon épaule, me met un petit coup de bec, comme s'il compatissait à mon désarroi grandissant, tandis que j'emboite le pas aux deux futurs adversaires. Le silence de mort qui plane dans la taverne à notre départ nous accompagne pendant le trajet, et, si les futurs rivaux semblent se préparer, mon visage se ternit à chaque pas. Ce genre de spectacle est vraiment inutile...

Je secoue la tête, essayant de chasser ces pensées de ma tête. Au moins, je serai la pour éviter que ça dégénère, même si je ne pense pas pouvoir stopper de tels combattants sans sacrifier un morceau de moi même... ça vaudra mieux qu'un mort, de toute façon...

Le chemin de terre serpente, passant sous les arbres bruissant avec le vent léger. Le soleil chaud nous frappe depuis le firmament, contrastant avec le désespoir de mon cœur, mais donnant des conditions idéales pour se battre. Néanmoins, la forêt semble retenir son souffle, comme si le silence qui nous accompagne est contagieux... Seuls les bruissements des feuilles et les bruits de nos pas cassent la monotonie de notre marche. J'ai une pensée pour le samouraï... Il ne cuit pas, dans son armure ?

Toujours est-il que nous finissons par arriver au camp en question. Le terrain plat offre une belle visibilité, et les traces de nos entrainements sont visibles partout... Traces dans la terre, poteaux abimés, arbres marqués par nos techniques... Un observateur attentif ne manquerait pas de remarquer tout ces détails. Les deux adversaires se préparent, Ashira se mettant en garde comme le fait tout Hyûga, et le samouraï enfilant son armure. Je décide de m'écarter du combat, grimpant en haut d'un arbre afin d'avoir un bon point de vue, mais en évitant tout dommage collatéral. Dans le pire des cas, mon genjutsu est prêt afin de mettre en pause le combat qui pourrait dégénérer.

Une question me trotte dans la tête... Le poing souple, ça passe à travers les armures ?

On verra bien, car le combat à officiellement commencé. Suite à un court dialogue, le samouraï passe à l'attaque, utilisant des techniques que je ne connais pas... Il charge son armure en Raïton, et vu la tête de l'herbe autour de lui qui semble carbonisée, je pense que le corps à corps est à éviter... Ashira étant, de par son clan, une spécialiste du corps à corps en question, elle allait devoir trouver une parade... Il fait ensuite passer du chakra dans sa lame, qui semble être du Raïton encore une fois, puis passe subitement à l'attaque, utilisant son Nodachi chargé pour placer trois attaques rapides. J'ai l'impression de voir des éclairs jaillir de son torse pour toucher Ashira, mais je n'y mettrais pas ma main à couper. Ashira va devoir réagir afin de parer ses lames, ou bien va devoir trouver un moyen de contrer sa technique... Mais n'oublions pas qu'elle peut utiliser le Byakuran, et potentiellement trouver la faille dans la garde et l'armure à priori incassable du samouraï... ça promet !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Et voilà... d'entré je fais une erreur tactique... Je l'ai sous estimé, sous évalué. Je ne m'attendais pas à autant de chakra chez un samouraï et encore moins de l'électricité... Je ne m'attendais pas a un malaxage aussi intense, un malaxage de chakra de mon niveau voire plus. Je ne connais pas cette technique bizarre mais en revanche... qu'est-ce qu'il est lent dans ses mouvements... Cela au moins je l'avais bien évalué et bien, montrons lui la différence de vitesse entre lui et moi... sans pour autant forcer. Je ferme les yeux, je forme les mudra nécessaire et quand je les rouvre, mes pupilles sont actives.

BYAKUGAN !

A partir de là je vois tout, j'utilise ma vitesse naturelle pour rester hors de porter de sa techniques électrique, évitant par la même occasion d'entrer dans l'air d'influence de son espèce de champ électrique qui semble assez fortement attirée par moi. Dans un premier temps, je ne fais que me maintenir a distance. Cela doit consommer pas mal de chakra alors, autant rester hors de sa portée pour le moment. Je dois trouver une parade. Trouver les nœuds de chakra par lesquels passe les principaux flux qui alimente sa technique qui je le sens, ne me facilitera pas la tache dans la mesure où toute mes techniques d'attaque sont au corps a corps. Je suppose que lui le savait déjà... après tout mon clan est connu pour ses techniques nécessitant une grande proximité des adversaires. Prudence... Je dois viser juste, d'abord gagner du temps et pour ça je dois essayer de traverser sa techniques le plus vite possible sans me faire toucher trop souvent par ses espèces de filaments d'électricités qui semble jaillir de son armure. Je sais ce que je vais faire. Je sais quel sera mon prochain coup, qui ne tente rien a rien, cette fois je suis prête. Mais d'abord faisons le courir après moi, comme au jeu du chat et de la souris.

Et bien alors !, tout en courant pour éviter ses attaques en restant hors de la zone de sa technique électrique, Je ne m'attendais pas a un tel déploiement de puissance, je le reconnais ! Mais vous êtes bien lent, vous devriez retirer mon armure si vous voulez me toucher !

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Le silence est plus perçant que n'importe quelle arme. Je laisse résonner ce dernier à travers mon armure flamboyante de foudre dans le sable de l'arène. Mes coups partent dans le vide, certes, mais mon regard ne quitte pas ma cible, seule elle existe maintenant.

Mon regard dans le sien blanc devient d'un seul coup perturbant, comme si quelque lien passait maintenant entre nos deux figures braquées l'une sur l'autre. Je vois qu'elle agit comme si elle avait connaissance de tout le terrain, ses pieds esquivant branches derrière elle et éclairs au dessus. Le mouvement de ses tempes battantes me vient fébrilement aux yeux.

Le Byakugan, quelle surprise attendue, ma lame arrête de fendre l'air et les éclairs la léchant s'arrêtent en clignotant, laissant l'acier seul catalyseur de la foudre ambiante. Mon armure se calme un peu alors que je regarde ma cible me laissant seul avec l'orage.

Je commence à saisir sa stratégie, en partie parce qu'elle la gueule à voix haute. Elle compte jouer sur la vitesse pour éviter d'avoir à me tenir au corps à corps. C'est son domaine de prédilection? Auquel cas, si elle m'esquive et ne profère pas ses coup de hyuga sans race sur moi, c'est qu'elle me craint.

Et Tetsu adore qu'on le craigne.

Mes semelles se mettent à chauffer, mes bottes à lui rouge feu, le sable à s'envoler comme dans la tempête. Mes jambes, je les raidis et les gaine alors que je sens la terre se dérober sous mes pieds, l'immobilité de ma personne devenant de plus en plus précaire tandis que mon chakra surcharge encore mon attirail. Je lévite alors, et me lance en avant.

La course est rapide, plus rapide que le lièvre qui court ou qu'Ashira qui fuit pour sa vie. Les éclairs de mon armure se retrouvent plaqués contre moi, me dégageant le champ de vision pour que je puisse pleinement baisser la tête et apprécier le coup de boule dans le côtes que je lui inflige. La sensation de vitesse s'arrête brutalement alors que je lui rentre dedans tel un boulet de canon.

Je lui donne un coup de coude pour la déstabiliser en même temps que ma bobine trouve sa cible et commence à se décharger sur elle, piteux animal offert par ma charge à sa mâchoire carnassière. Elle est peut-être plus rapide que moi en vitesse normale, mais jamais plus rapide qu'une charge au raiton. Elle se fait lécher par l'orage.

Je lui lance alors un coup transperçant au niveau de sa poitrine trop grosse pour pouvoir permettre une esquive au niveau du thorax à cause de l'inertie. Mon regard se plante dans le sien blanc, blanc de sens, et blanc de vie. Un Hyuga peut tout voir, surtout la mort s'abattant sur lui dans la foudre et la colère du Shogun Ashikaga. Et surtout, un Hyuga ne peut tout anticiper, même un simple coup de boule à pleine vitesse, ou un pointard dans l'épaule, don encore moins un coup d'estoc lancé avec toute la ferveur du Chrysanthème.

J'espère qu'elle sait prier


Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour, bonsoir à tous ! Pour une raison purement agréable de lecture, je ne vais point me contenter de regarder la scène en décrivant uniquement le combat, sans rien faire de plus, mais je vais m'amuser à faire un commentary digne d’intérêt.

Le combat d'aujourd'hui oppose deux combattants titanesques, vous l'avez compris. Ashira, la Konohajin au tempérament redoutable et vive comme l'éclair, maitrisant le Byakugan et tout un tas d'autres techniques plus incroyables que les autres. Allez Ashira, tu vas exploser ce gros tas d'armure comme si de rien n'était, ALLEZ KONOHA !

Vu qu'avant tout, un bon commentateur se doit d'être objectif (Hum), je vais présenter son terrible adversaire... Le puissant et ténébreux Otomo, tout droit venu des steppes de l'empire du fer, élevé à coups de bâtons sur la tronche et nourri uniquement avec le sang de ses ennemis, meurtrier, redoutable, invaincu (j'en rajoute ptet un peu.) et maitrisant tout un éventail de techniques étranges et sournoises, mais il n'arrivera pas à déstabiliser Ashira qui n'en fera qu'une bouchée !

Pour un rappel des fait, Ashira à déjà pris quelques éclairs à cause de l'étrange technique de son fourbe adversaire, mais rien ne semble pouvoir arrêter la Konohajin au tempérament de feu, qui ne ce laisse pas démonter pour si peu.

Mais trêves de bavardages inutiles et horripilants, place à l'action !

Comme si de rien n'étais, la redoutable jônin active ses célèbres Byakuran, et commence à tournoyer autour de l'adversaire. Grâce à ces pupilles, elle peut voir le chakra, et voir sa source. Il est donc certain qu'elle va trouver un moyen de stopper l'inconcevable technique de lâche de son adversaire, puis lui porter de redoutables coups afin de le terrasser rapidement. De plus, elle est bien plus rapide que l'homme en armure, qui trainasse sous le poids de toute cette ferraille. Tout porte à croire qu'Ashira va mener la danse tout le duel, mais c'était prévisible de la part d'une Konohajin. Elle se permet de provoquer l'adversaire :

Et bien alors ! Je ne m'attendais pas a un tel déploiement de puissance, je le reconnais ! Mais vous êtes bien lent, vous devriez retirer mon armure si vous voulez me toucher !

Bien envoyé ! Le samouraï se prends pour un type très fort, mais il est plus lent qu'une huitre, le combat est déjà TER.MI.NE !

D'ailleurs, il semble abandonner, baissant sa lame qui cesse d'être parcourue de raïton. C'est ça, looser, abandonne, t'as aucune chance ! Sa défaite était prédestinée de toute faç... ATTENDEZ UN PEU !

Le barbare originaire de Tetsu bluffe toute l'assemblée en faisant preuve d'une vélocité incroyable ! D'un seul coup, c'est comme si le dieu de la vitesse prenait le contrôle, et, chargeant le chakra dans ses pieds et dans toute son armure, il fonce à toute blinde, droit dans la terrible Hyûga, tel un boulet de canon !!

AIE, coup dur pour la Konohajin !

Elle qui pariait tout sur la vitesse, la voilà malmenée par son incroyable adversaire ! Quel retournement de situation !! Le samouraï n'a pas fini son assaut, car la jônin se retrouve prisonnière de l'armure de foudre, et il enchéris avec un coup directement dans la poitrine. Pas cool, ça doit faire mal !

Comment Ashira va t'elle réagir ? Quel sera son incroyable plan pour se tirer de cette situation, et vaincre son monstrueux adversaire ? Nous verrons la prochaine fois ! Et n'oubliez pas, allez Ashira, et allez KONOHA ! (Objectif, toujours.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Je ne suis pas non plus une idiote, pas autant que je le laisse paraître aux premiers abords. J'ai un minimum de logique et je sais à quel point la foudre peut accentuer la vitesse lorsqu'elle est employé ainsi. Je ne suis pas née de la dernière pluie, je n'anticipe pas mais en grâce à mes réflexes due a un intense entraînement, j'esquive le coup de boule de justesse, mais je me prend un coup de la bobine et je sens ma vitesse naturelle ralentir. J'ai eu bien raison de redouter ses éclairs. Ils sont redoutable contre moi et comme j'étais à vitesse maximum d'entrée de jeu, il me voit forcément ralentir. Je dois donc trouver le moyen de contrer cette sorte de bobine sachant que je devrais bientôt désactiver mon byakugan pour reposer mes yeux. Alors c'est partie, a moi de répliquer. Mixant ma vitesse et les techniques spéciales de mon clan, j'entre en action de suite après avoir esquiver les coups suivant de mon adversaire.

Je commence par cibler les bras dans une série de coups dont le but est simplement de toucher les endroits stratégiques pour atteindre les nœuds de chakra les plus important. Je cible la base du cou, les jonctions au début des bras, les nœuds au niveau du plexus, les articulations du coude, je vise au niveau du cœur, des poumons, du foie, de l’estomac. Je déploie toute ma puissance dans ce brutal corps a corps. Puis au bout du bout je tournois puissamment pour le repousser plus loin, suite a cela je reprend mes distance, je ne reste plus une seconde a l'arrêt et je cours façon ninja, bras vers l'arrière pour l'empêcher de m'approcher et dès qu'il tente de réduire l'espace, je change brutalement de direction, j'essaye d'être aussi insaisissable que possible tout en le gardant dans mon champs de vision.

Je reste calme et j'espère pour le petit chuunin Akane Itachi qu'il ne reste quand même assez loin de notre combat histoire de ne pas recevoir de coup. Je ne dis plus un mot, je suis concentrée sur le combat, pleinement, je ne sous estime plus le samouraï.

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Mes attaques ne touchent pas, c’est pas grave. J’attaque plus vite. Mes muscles sont encore en bonne forme et j’ai ma cible dans mon champ de vision, la lame fuse. Je sue un peu comme l’atteste le tissu humide sous l’acier chauffé par la foudre.

Pour la première fois depuis bien longtemps, je me sens vivant. Entendre mon cœur battre dans ma poitrine et mes oreilles siffler par le chakra est une sensation comme on n’en fait plus. Si je ferme les yeux, je peux encore sentir la chair brûlé des contres insurrections dans les plaines fertiles et imaginer vibrer ma lame dans la chair de sous hommes simiesques.

Un coup vient me toucher au niveau du coup, et toutes ces sensation s’en vont alors brutalement, comme si l’on m’arrachait ma force vital, ou plutôt comme si on la bourrait dans mon système lymphatique pour m’étouffer de l’intérieur. La douleur se fait présente. Je résiste, encore, encore un peu. C’est compliqué. J’ai mal, mais je tiens. Je remercie le Shogûn pour m’avoir inculqué la résistance à la pénitence sensorielle alors que je sens l’effet se dissiper pour ne laisser que saccage dans mon chakra.

Je connais alors la suite, et j’esquisse quelques mudras dans la poignée de mon sabre. Mon chakra électrique, mon miens à moi, fonce à toute vitesse dans mes jambes, comme pour faire écho aux éclairs qui sautent de moi vers Ashira, et qui commencent à lui faire des brûlures sur la peau. Sous la terre se tient une petite boule électrostatique que je m’arrange pour commander sous les pieds de ma cible. Sa douche charge fait vibrer mes semelles à moi seul, son maître, bientôt son heure viendra. Il me reste encore à encaisser.

Un paume est lancée vers moi, je n’aurais pas d’autre chance que celle là. Je fond en avant dans le cône de l’explosion sévère malgré mon armure et ma constitution qui absorbent une énorme partie du choc. Mon crâne touche sa paume, et bam.

La charge remonte dans le circuit fermé par mon contact sur l’ennemi, c’est comme si le sol s’ouvrait en deux pour laisser tomber la foudre d’en bas, éclair par éclair le long de ses jambes maintenant clouées au sol pour un bon moment. Je valse en arrière par le souffle de l’explosion.

Je vois le ciel, le ciel bleu, parcouru de simples nuages. Quelle belle vue, quel bon moment. La douleur se fait un peu moins criante devant cette magnifique toile peinte juste pour moi. J’aimerai rester là. Il fait bon, il fait beau, à quoi ça sert de se battre quand on est heureux ? J’ai un code d’honneur. L’Empereur me murmure à l’oreille alors que je fronce les sourcils et me relève suivant le sens de mes éclairs fuitant toujours sur la femme aux yeux blancs. Je prend le temps de m’épousseter et de me relever en la regardant manger la foudre, clouée au sol trop loin pour pouvoir m’atteindre, mais trop proche pour pouvoir sortir de ma bobine infernale.


«-Fiouuu.»

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Akane Itachi
Konoha no Chunin
Messages : 96
Date d'inscription : 19/07/2018
Age : 17
Localisation : Somewhere

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang C
Ryos: 225
Expérience:
310/500  (310/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour, bonsoir a tous ! Nous sommes de retour dans cet intense et haletant combat d'anthologie, qui restera gravé dans les annales, j'en suis certain !

La dernière fois, nous avions laissé la fougueuse Ashira dans position bien compliquée face à son terrible adversaire, le tout dans un suspense insoutenable, mais le combat est loin d'être terminé, j'en suis certain ! Voyons d'ailleurs comment la jônin compte s'en sortir...

Elle réussit à esquiver quelques coups de son monstrueux adversaire, mais les éclairs l'atteignent malgré tout, sans impact visibl... attendez, non ! Sa vitesse à quelque peut ralenti !! La stratégie de la Konohajin est mise en péril, car, même si le ralentissement est à peine perceptible, cela permettra au samouraï de l'atteindre plus facilement, surtout s'il réutilise sa technique peu banale de vitesse...

Et je crois qu'elle comprends la même chose que moi, car elle passe à l'attaque, droit sur le samouraï, dans un taïjutsu d'une précision chirurgicale qui cible directement les noeuds de chakra de son adversaire, visant le cou, les articulations, le coeur, le foie, les poumons grâce au Jûken qui cause des dommages internes, directement sur le chakra et les organes ! Quelle technique dévastatrice en un contre un, le samouraï s'en relèvera t'il ?!

Pour ponctuer ce déchainement de violence, elle lance une incroyable impulsion de chakra qui repousse le samouraï au loin afin de remettre de la distance entre elle et son terrible ennemi. Bien joué Ashira ! Après une telle attaque, le samouraï doit être dans un piteux état ! C'était sur de toute faç...

Attendez, quoi ?!


INCROYABLE !! Le samouraï a en fait profité de l'impulsion de chakra pour plonger droit dedans, et au lieu d'être repoussé au loin, il a réussi à mettre son crane contre la paume d'Ashira ! Il a dû encaisser d'énormes dommages, mais il reste capable de miracle ! Qui aurait cru une telle audace ?!

Et c'est ainsi que comme dans les plus grands shonens, Otomo, que l'on croyait vaincu, réussit à appliquer son étrange technique sur Ashira ! La foudre du samouraï remonte depuis le sol sur la Konohajin, lui infligeant une décharge surement très violente qui lui bloque les jambes temporairement, Aie !

La violence de la décharge provoque une puissante onde de choc qui fait valser Otomo, mais de toute manière Ashira ne peut bouger, restant prisonnière, à la merci de son incroyable adversaire. Ce dernier prends le temps de se relever, et de s'épousseter., et de réactiver les éclairs sortant de son armure, comme si de rien n'était... Quelle constitution incroyable, on dirait qu'il ne s'est rien passé pour lui, tandis qu'Ashira apparait comme condamnée !!

L'inconnu venant droit de l'empire du fer va t'il vraiment vaincre l'inarrêtable Konohajin ? Le combat est-il déjà terminé, ou alors ne fait il que commencer ? Vais je me manger une technique perdue ? L'avenir nous le dira !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hyûga Ashira
Konoha no Jonin
Messages : 87
Date d'inscription : 27/08/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin rang B
Ryos: 100
Expérience:
316/1200  (316/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Ouille... ça fait mal... encore un jet électrique de la bobine, deuxième fois que je me fais avoir... Je sens ma vitesse diminuer encore sous le contacte avec le raiton. mais cette fois j'agis encore avec ma vitesse, elle est mon poing fort même si là... je me sens si lente avec deux choc qui me ralentisse... Je dois vraiment faire vite... vite... Ouf... heureusement que je reste en mouvement que je bouge vite que je saute sinon je me serais pris l'éclair venant d'en dessous, il s'en faut d'un cheveux pour que je me prennes cela dans les jambes... J'ai besoin de mes jambes pour courir heureusement que j'ai d'excellent réflexe, j'ai besoin aussi de la permutation pour combiner le tout et je désactive le byakugan pour reposer mes pupilles. Au moins j'ai pus observer une chose, si je veux éviter les éclair, je me dois de rester à plus de cinq ou si mètre de lui, autant dire que je dois bouger constamment rester hors de porter à plus de cette distance. Je suis plus lente, je me sens plus lente mais je donne toute la vitesse que j'ai. Ma permutation fut avec un rondin d'entraînement proche des environs. J'ai eu chaud...

Je n'ai pas dit mon dernier mot mais attention, j'ai déjà utilisé beaucoup de chakra, mieux vaut me concentrer sur le fait de rester a distance du samouraï et me tenir prête à riposter à sa sorte de charge raiton que j'ai évitez précédemment. Je me dois de réagir, j'attrape trois shuriken dans ma main gauche, et un kunaï dans ma main droite. Je dois le forcer à rester à distance, jusqu'à ce que je puisse réactiver mon byakugan. Je ne vais pas me laisser faire et je me battrais jusqu'à ne plus avoir de chakra et même là, je me battrais sans doute encore jusqu'à ce qu'il m'immobilise où qu'il me mette hors combat mais pas jusqu'à la mort quand même. Bon je ne dit pas, je suis tellement concentrée sur le samouraï que je ne réagirais même pas si l'alarme du village sonnais, je crois que j'irais jusqu'au bout du combat même avec le préjudice que mon absence causerait ailleurs...

Vite d’envois mes shuriken droit sur lui en courant vers les bois du terrain d'entraînement, je sais où me rendre, où il ne pourra m'atteindre avec sa bobine, je matérialise deux clones avec moi, ils me suivent. Je dois monter branche après branche sur un arbre et me cacher dans le feuillage, à plus de cinq mètre de sa tête. Un arbre j'en trouve un, j'y grimpe en sautant de branche en branche pour me mettre hors de porté du samouraï et me cacher dans le feuillage. Je tache de rester aussi silencieuse que possible, je ne bouge plus, j’attends. Mes deux clones eux ce cache ailleurs, plus proche de la lisière des bois, l'un deux jailli rapidement pour attaquer le samouraï  avec la même posture que précédemment, juste avant mon attaque frontale. Quand il ce fait toucher par un éclair, il disparait de suite.

A ce moment là c'est l'autre clone qui jailli des bois en courant sans l'attaquer, il applique ma stratégie de rester hors de la zone de cinq mètre, il n'attaque pas, il observe et disparaitra en cas d'attaque directe contre lui.

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Orochi Otomo
Indépendant
Messages : 149
Date d'inscription : 09/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 100
Expérience:
515/1200  (515/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Coup de lame, encore un, puis un autre. L’électricité explose sous ses pieds levés. Bordel de merde, ça aura été bien tenté. Elle a déjà eu trop de chance dans ce combat, ça n’arrivera plus.

Une bûche ? j’espère que c’est du foutage de gueule ou une bonne blague, parce qu’avoir ma lame encastrée dans du bois me plaît moyen. Je la dégage en faisant bien attention à enlever toutes les échardes possibles.

Je hais les shinobis, je hais cette vermine, ce peuple de sous races avides et radines, gardant leur vie au chaud comme un Uzujin garde son or sous son matelas. L’incapacité de ces rats à faire face me sidère. Je maudis intérieurement le système et le chakra qui leur permet de vivre dans le culte de la médiocrité, et dans des comportement de paresseux indolents fuyant le combat plutôt que de faire face. Mourir dans l’honneur, ça ne leur dit rien. Remarque, ils vivent déjà dans leurs excréments, alors mener une vie de tafiole sans race doit faire partie de leur quotidien. Je serre les dents à m’en péter les molaires alors qu’un clone vient exploser dans ma bobine.

«-Misérable, surtout pour une soi-disant militaire. L'honneur, ça te dit quelque chose?»

Avant je voyais noir avec le flot de chakra et les éclairs de stratégie, maintenant je vois rouge sang et ocre haine. Que Tetsu leur marche dessus une bonne fois pour toute et réduise ce peuple en charpie, qu’il organise son exécution et son extinction de manière organisée, les garder serait inutile tellement leurs gènes sont ceux de couard sans âme. Trop longtemps que cette crasse empeste mon Sekai et salis l’air que je respire.

Un autre clone court, mais je connais déjà son arrêt, celui de mort alors que je m’approche de lui et le vois partir en fumée. Bordel, c’est vraiment misérable que d’en arriver là. À sa place, j’irai me pendre ou me seppuku histoire qu’on aille pas cracher sur ma tombe lorsque je passerai l’arme à gauche, roulé dessus par le Chrysanthème venu m’apporter un minimum de dignité à coup de fer dans la tronche.

Je me délie les épaules. Elle se cache. Pitoyable, mais je vais jouer à son jeu. Incapable de contenir ses instinct de fuyarde, voyons si elle sait contenir ses instincts d’imbue.

Je me tourne vers Itachi et lui crie, à lui, figure blanche comme les os de la future macchabée que je traque. Lui qui se tient et qui est obligé de faire face à la décrépitude de sa race en face de la gloire Impériale. Je serais lui, je vomirais.

«-Je crois qu’on a un abandon ? Non ? Ou alors assumer son infériorité au combat est une tâche trop grande pour une graaaannndde héritière Hyuga ? »

Bam. Emballé c’est pesé. Je me campe au sol, les pieds dans la boue et le sabre dans la terre. La suite promet d’être marrante.

Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.