:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un fantôme dans la cité de Baransu

Invité
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





Le Duo d'Ombrelles profitait du festival pour découvrir la cité de Baransu. Les deux femmes se baladaient à l'extérieur des murs sous un soleil de plomb. L'endroit avait été emménagé en marché pour l'occasion. Un grand nombre de tentes, caravanes, et étals servaient d'échoppes pour les visiteurs désireux de dépenser leurs ryos. Marchant au côté de sa camarade, la Fûma s'émerveillait des nombreux trésors disponibles à la vente. Abritée sous son ombrelle qui l'isolait de la chaude lumière, elle ne savait où donner de la tête. Son regard fini par tomber sur une jeune femme couverte de maigres haillons.

Cette dernière, la tête baissée vers le sol, était enchaînée à une caravane en compagnie d'une dizaine d'autres personnes. Ces hommes et femmes semblaient souffrir d'une malnutrition évidente et certains portaient des traces de coups bien trop peu dissimulés. La Fûma comprit avec horreur qu'il s'agissait d'esclaves, disponible à la vente tels de vulgaires objets. Non loin d'eux, un marchand habillé de beaux vêtements tentait d'attirer la clientelle en usant de belles paroles. De nature bienfaisante, la Fûma s'offusqua à cette vision de décadence. Elle était bien sur trop intelligente pour se laisser aller à créer un débordement visant à libérer ces pauvres gens. La jeune femme savait l'équilibre des forces dans la cité bien trop instable pour risquer une quelconque action, et sa bourse était bien trop vide pour qu'elle ne puisse marchander leur libération.

Aussi, l'illusionniste releva simplement la signature de chakra du marchand d'esclaves, espérant tomber sur lui dans de meilleures circonstances, avant de détourner tristement le regard. Sans entrer dans les détails, Mitsuko fit part de sa lassitude à la Uzumaki qui l'accompagnait pour l'inciter à la suivre dans la cité. Les deux femmes passèrent donc les murailles en observant le décor changer brusquement. À l'intérieur des murs, tout avait été décoré pour l'occasion. Des lampions ornés des kanjis "ninja", "shinobi", ou encore "ombre", pendaient un peu partout. Les établissements étaient déjà plus prestigieux que les échoppes improvisées du marché extérieur, mais certains affichaient clairement des panneaux prônant l'interdiction d'entrer pour les shinobis.

"Autant pour la tolérance..." pensa la Fûma.

À force de tout observer autour d'elle, Mitsuko remarqua quelque chose qui retient son attention. Dans une ruelle proche, un trognon de pomme apparut de nulle part à approximativement un mètre du sol avant de tomber sur la terre battue. Intriguée, la kunoichi se concentra sur son sixième sens sans sentir quoi que ce soit de présent dans la ruelle.

_ Continue sans moi, je vais m'arrêter là un moment. On se rejoint plus tard. lança l'Uzujin à son binôme de toujours avant de s'engouffrer seule dans la petite rue. Toujours à l'abri sous son ombrelle, son éternel sourire aimable aux lèvres, l'illusionniste s'avança jusqu'à arriver au niveau du reste de fruit prenant la poussière.

_ C'est un jutsu intéressant que tu as là. lança t'elle à l'attention de la personne furtive - qu'elle espérait être toujours a proximité - sans lâcher le trognon des yeux. Comment ça marche ? C'est un Genjutsu ? Une déviation de lumière ?

Mitsuko était des plus intéressées.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 17
Expérience:
515/2000  (515/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
J'aime les pommes.
Contrairement à beaucoup de fruits, on peut en manger sans se salir les mains, à peu près n'importe où et sans vraiment se fatiguer. Sans vraiment être un dessert des plus agréable, ça reste une valeur sûre quand on doit gober quelque chose en vitesse, et aujourd'hui, alors que je suis en congé pour un temps indéterminé,  je profite d'un instant de calme pour m'éloigner de la foule et profiter de ma pomme. A force de devoir toujours être l'ombre, parfois littéralement invisible, du haut-conseiller comme d'autres dignitaires de Suna, on se surprend à profiter du calme d'une ruelle. Surtout quand on a passé sa journée à courir sur les toits et à surveiller de loin les huiles du pays du vent, certains gardes du corps préfèrent rester à bonne distance pour protéger leurs employeurs. Pour ma part, étant spécialisé dans l'infiltration, ma tâche était de prendre en filature un assassin qui essaierait de s'enfuir. Mais puisque personne n'est venu du travail, je profite de ma journée de pause pour déambuler dans les étalages, et à l'occasion, prendre une pause à l'abri des regards.
Je jette négligemment au sol le trognon de ma pomme, chose qu'une Uzushio-jin remarque, petite brune que je dois surplomber d'une petite tête et qui, sans être un canon de beauté, s'avère agréable à regarder. Mais, pour donner raison à Iguane qui me prend la tête avec ça à chaque fois que je l'invoque, oui, toutes les kunoichi sont belles à regarder. En même temps, comment pourrait-être laide une femme qui passe ses journées à faire du sport, et la plupart des shinobis l'espèrent, à se faire belle pour pouvoir séduire l'ennemi.
Mais il semblerait qu'elle soit assez curieuse pour tenter le diable dans la ruelle, Iguane aurait été à ma place, les choses ne seraient pas passez comme ça. Ou plutôt, elle aurait regretté de jouer les aventurières du dimanche. J'hausse les épaules alors qu'elle commence à parler, comme quoi ma technique est intéressante, s'interrogeant ouvertement sur les mécaniques de ma création personnelle.
Par contre, je pince les lèvres quand elle demande si c'est du genjutsu.
Après tout, j'aime bien enfermer des jeunes femmes dans une illusion ou je me rends invisible, tout le monde le sait. En particulier les Uzushio-jin à la poitrine peu développée, c'est connu, après tout qu'est-ce que je risque? Si ce n'est évidemment la prison pour avoir causé un incident diplomatique. Peut-être le pilori, et la potence.

-Déviation de la lumière. Le chakra imbibant mon uniforme s'évapore, dévoilant toute ma tenue, sans exposer la moindre parcelle de ma peau qui reste parfaitement transparente. J'en profite pour la détailler du regard d'une façon un peu plus insistante que ce que la société approuve. Takeshi et à votre service, muse d'Uzushio.

Ce n'est pas parce qu'une femme manque de courbes qu'elle n'en devient pas déplaisante pour autant, et pour une fois qu'une Uzushio-jin ne me regarde pas le regard chargé de rage, prêt à me cracher du feu à la gueule parce que je me suis trop approché des frontières, je ne vais pas bouder face à une mignonne. L'uniforme de Suna ne me met pas particulièrement en valeur, principalement parce qu'il jure énormément avec les couleurs ici. Les motifs brun clair et orange sombre qui vont si bien au désert n'a pas bonne mine, ici dans les étalages resplendissant de Baransu. Je m'adosse au mur attendant sa réponse. J'attends de voir ce qu'elle me veut avant de sérieusement commencer à jauger une possibilité ou une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





Le mangeur de pommes répondit à la jeune femme qui s'agissait d'une technique de torsion lumineuse avant de laisser apparaître son uniforme. Ses habits semblaient flotter dans les airs, comme animés par un esprit farceur. En observant le camouflage brodé sur le tissu, la Fûma put en déduire que le ninja venait de l'ouest, terres de roches et de sables. Le bandeau Sunajin attaché au bras droit du shinobi confirma sa déduction.

_ Takeshi et à votre service, muse d'Uzushio. articula poliment l'espion du désert qui avait remarqué la plaque au symbole du tourbillon noué autour de sa manche gauche.

_ Enchanté Takeshi-san. Mon nom est Mitsuko.

Ce n'était pas la première fois que la Fûma se retrouvait engagée dans une conversation avec un Sunajin. Elle avait déjà échangé paroles et idées avec le haut-conseiller du pays du vent lorsque celui-ci était venu en visite au village des tourbillons. Des banalités telles que son nom ou son visage étaient déjà connues. Jugeant ce qu'elle pouvait voir, l'illusionniste estima que l'espion face à elle devait faire une dizaine de centimètre de plus que lui, et possédait une carrure fine.

Sur l'artère principale croisant perpendiculairement la petite ruelle, les visiteurs profitaient du festival en produisant un brouaha incessant. Celui-ci couvrait suffisamment les voix des deux shinobis pour qu'aucune oreille ne puisse percevoir la conversation sans réduire la distance. Une petite fille qui se baladait le sourire aux lèvres en observant les décorations autour d'elle, passa devant la petite rue. Elle tourna le visage dans la direction de la jounin avant de constater avec horreur l'amas de tissu flottant dans les airs face à elle. Les yeux écarquillés, elle cria au fantôme sans que quiconque ne lui prête attention avant de prendre ses jambes à son cou.

Mitsuko quitta son éternel sourire pour adopter une moue boudeuse.

_ Takeshi-san, on ne vous a jamais dit qu'il fallait se découvrir devant une dame ? En plus de ça, vous faites peur aux enfants. fît mine de gronder la Fûma d'une voix douce, sans élever le ton.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 17
Expérience:
515/2000  (515/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
J'hausse les épaules lorsqu'elle me reproche de faire peur aux enfants, c'est en partie la raison même de mon travail, effrayer les ninjas, les samouraïs, les faire plier à la domination de Suna, savoir ce qui est censé ne pas être su. L'idée de devoir quitter mon camouflage m'horripile, tant l'Uzushio-jin devant moi semble confiante et sereine à l'idée de me parler ; soit elle a les moyens de se défendre, soit au contraire elle est inconscience du danger. Qu'importe la réponse, dans tout les cas si cette conversation tourne au vinaigre je disparaîtrai et éviterai religieusement d'approcher une femme d'Uzushio pour le reste de mon séjour ici.
Mitsuko se fend d'un petit sarcasme à mon égard, alors que j'effraie malgré moi une gamine. J'imagine que je pourrais tout aussi bien demander à Iguane ce qu'il en pense ; après tout, ce n'est pas tout le monde qui peut se vanter d'avoir des Kage Bushin comme les miens. Enfin, au moins les autres Kage Bunshin ne prennent pas acte de leur propre chef eux.

-J'en oublie tout mes devoirs. Je quitte définitivement la discrétion confortable qu'offre la transparence, redevant entièrement visible de la tête au pied en une fraction de secondes. Je mime une petite courbette en guise de salutation avant de reprendre la parole. J'attire les curieuses aussi, mais à vrai dire je préfère les curieuses aux enfants. Au moins, elles ne s'enfuient pas en hurlant au fantôme dès que je profite d'une pomme. Je m'étire, faisant craquer mon dos alors que la fatigue de ces derniers jours commence à me mettre une sévère taule. Que puis-je faire pour gommer cette moue contrariée qui vous va si mal?

Je n'aime pas les femmes qui crient, et les femmes qui ont boudent ont tendance à crier par la suite, alors autant corriger le tir tant que cela est possible. Et puis, qui sait ou tout cela pourrait mener ? Comme déjà mentionné précédemment, pour une fois qu'une Uzushio-jin me parle sans avoir l'intention de me cogner, je compte bien tirer quelque chose de cette rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





_ J'en oublie tous mes devoirs. commença le Sunajin en annulant sa technique. Mitsuko vit alors apparaître devant elle un homme blond de taille moyenne. Ses cheveux en bataille pointaient vers le ciel, et sa façon de la dévisager de ses yeux bleus semblait être à la limite de la perversion. Sous son visage fin et ciselé, la Fûma remarqua la cicatrice qui marquait sa gorge. Sans doute un souvenir de bataille comme en possède nombre de shinobis. Sa musculature témoignait de l'entraînement auquel il devait régulièrement se soumettre comme tous bons ninjas.

_ J'attire les curieuses aussi, mais à vrai dire je préfère les curieuses aux enfants. Au moins, elles ne s'enfuient pas en hurlant au fantôme dès que je profite d'une pomme. reprit-il avant de se faire craquer le dos. Que puis-je faire pour gommer cette moue contrariée qui vous va si mal?

Certains disent que la curiosité est un vilain défaut, ce n'était pas l'avis de Mitsuko. Il s'agissait plutôt d'une qualité, surtout dans sa profession. Le sourire était déjà revenu sur le visage de l'illusionniste. Celle-ci fit tourner sur son axe la toile de son ombrelle en jouant machinalement avec le manche. L'homme face à elle faisait preuve d'une politesse qu'elle trouvait étrange de la part d'un des ninjas du désert. Jusque là, elle n'avait croisé que des Sunajins autoritaires ou hautains. Celui-ci savait se montrer sympathique.

_ Comme vous l'avez dit, Takeshi-san, je ne suis qu'une curieuse. Je n'attends rien si ce n'est d'apaiser ma curiosité. Pourquoi rester dans l'ombre en ces jours de fête ? Ne trouvez-vous pas le festival à votre goût ?

La pensée des esclaves mis à la vente a quelques dizaines de mètres de là traversa l'esprit de la jeune femme. N'en laissant rien paraître, elle se dit que le festival n'était pas entièrement à son goût non plus. Elle se refusait à penser à ce que ces pauvres gens allaient devenir. Les femmes les plus belles seraient sans doute forcées à la prostitution, les hommes les plus fort mit aux travaux forcés, et les enfants... Mieux valait ne pas trop y réfléchir...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 17
Expérience:
515/2000  (515/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Une curieuse qui visite les ruelles sombres de Banrasu, attirée par les fantômes comme les papillons de nuit sont attirés par la flamme d'une bougie. J'ai un sourire en constatant que les Uzushio-jins ne manquent pas de cran, et j'imagine que j'aurais pu obtenir une réponse moins développée, aussi je vais me comporter en homme courtois et relancer la conversation sur un autre sujet. Histoire de lui permettre de rebondir sur un thème un peu plus ouvert que la curiosité, qui est une qualité pour un éclaireur, mais un défaut pour les autres soldats. Après tout, qu'y a t-il de plus dérangeant qu'un membre du contingent qui commence à poser les mauvaises questions, à tout remettre en cause et à chercher ses propres réponses? Sans doutes quelqu'un qui a eu le temps de les trouver, pour ma part je suis l'exception qui confirme la règle à propos de la mort ; mourir n'est finalement pas une expérience si traumatisante.
Dans la mesure où cette cicatrice à mon coup est un simple rappel que l'homme est faillible, mais que la dévotion humaine, elle, peut vaincre le grand vide.

-Je reste dans l'ombre car j'aime la tranquillité, et que j'ai passé les derniers jours à proximité de la foule. Le festival est à mon goût. Si on excepte que les esclavagistes sur place n'ont pas assez de marchandises pour que Suna songe à s'acheter un régiment d'esclaves. Pourtant, Amaterasu sait qu'il serait utile d'avoir de la masse dispensable pour les combats. Il y a de la couleur, les gens sont souriants, on y trouve des choses qu'on ne pourrait acheter nulle part ailleurs. On peut même parler à un membre d'un autre village sans avoir à se méfier d'une éventuelle arrière pensée à ses actions. Même si je suis sûr que les renseignements généraux de Suna vont avoir des choses à se mettre sous la dent après ce festival. D'ailleurs je vous trouve sublime Mitsuko-san, puis-je vous inviter à prendre un verre en ville?

L'idée de me trouver une agréable compagnie après ces jours éprouvants m'est fort sympathique, et puis, ce serait un honneur que de pouvoir passer un peu de temps avec des gens qui sont d'habitudes désignés comme l'ennemi par la hiérarchie. Sur certains, la propagande basique de l'armée marche, mais sur moi je dois avouer que cela a surtout développé en moi une curiosité sur l'ordre social et les moeurs des autres villages cachés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





_ Je reste dans l'ombre car j'aime la tranquillité, et que j'ai passé les derniers jours à proximité de la foule. Le festival est à mon goût. Il y a de la couleur, les gens sont souriants, on y trouve des choses qu'on ne pourrait acheter nulle part ailleurs. On peut même parler à un membre d'un autre village sans avoir à se méfier d'une éventuelle arrière pensée à ses actions. répondit Takeshi.

Les locuteurs savaient l'un comme l'autre que c'était faux. Un tel événement était une opportunité sans pareille pour l'espionnage. Autant de shinobis de différents villages, regroupés dans un même endroit, avec interdiction formelle de s'entretuer... C'était l'occasion rêvée pour aller à la pêche aux renseignements. Mitsuko se doutait que le Sunajin en était lui aussi conscient. S'il avait réellement confiance en la bonne foi des autres villages, il ne cacherait pas ainsi sa signature de chakra, ou encore son apparence dans une petite ruelle.

_ D'ailleurs je vous trouve sublime Mitsuko-san, puis-je vous inviter à prendre un verre en ville ?

Takeshi faisait donc à présent preuve de charme. Ces paroles flatteuses glissèrent sur la Fûma sans lui faire le moindre effet. La jeune femme n'avait jamais été à l'aise avec son corps. Même si elle possédait des mensurations dans la moyenne et que son entraînement régulier avait forgé son corps, elle ne se trouvait pas à son goût. Elle avait déjà réfléchi à ce qu'elle pouvait changer, mais impossible pour Mitsuko de mettre réellement le doigt sur le problème. Elle était de celles qui n'aimaient pas leur corps sans vraiment savoir pourquoi. Ce jugement personnel faisait que l'illusionniste était peu encline à accepter la véracité des compliments sur son physique. Elle se retrouvait parfois même à ressentir de la jalousie lorsqu'elle observait d'autres femmes aux physiques attrayants.

Mitsuko inclina légèrement son parapluie sans en quitter l'ombre avant de lever les yeux vers le ciel. En observant brièvement la position du soleil, elle en déduit qu'il ne devait rester qu'une bonne heure avant que la nuit ne tombe.

_ Je suppose que j'ai un peu de temps. Je dois cependant rejoindre quelqu'un à la nuit tombée. J'ai entendu dire qu'il y aurait des feux d'artifice.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 17
Expérience:
515/2000  (515/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Je me retiens de pincer les lèvres en écoutant sa réponse, gardant un air satisfait alors que je n'obtiens qu'une demi-victoire ; j'aurais apprécié une réponse un peu plus réactive qui me permette d'enchaîner sur autre chose. Toutefois, j'en connais d'autres qui n'auraient pas dépassé le stade de la proposition, alors je souris, il faut savoir se contenter des petites choses parfois. Je cesse de réprimer mon chakra, dévoilant une signature énergétique qui surpasse très probablement la sienne, et surtout qui en dit beaucoup aux censeurs qui pourraient êtres en vadrouille.
D'un bref signe de tête, je fais signe à l'Uzushio-jin ; nous retournons dans l'artère principale et la foule étant moins dense en cette fin d'après midi, nous obliquons vers une auberge accueillante. Comment je sais qu'elle est accueillante et bien fréquentée? Probablement parce que nombres de dignitaires mineurs des différents villages cachés s'y sont installés le temps de leur séjour, laissant les meilleurs quartiers aux Kage, et à leurs gardes personnelles. Enfin, celle qui fait bien, j'ai pour ma part héritée d'une chambre pour quatre, avec trois autres éclaireurs qui sont censés s'assurer qu'aucune menace potentielle ne s'approche des casernements de luxe des collègues. Chacun ses occupations, toutefois je veille à choisir un endroit qui ne s'est pas métamorphosé en camp de base ; non pas que les shinobis des différents pays sont envahissant, plutôt que le surplus de vestes renforcées et de bandeaux de factions peut en rendre nerveux plus d'un. On se pose à une table, chacun commande ce qui lui convient, je me fends d'une coupe de saké tant l'idée de prendre un verre m'agresse l'esprit depuis le début de ma présence ici.

-J'ai toujours trouvé les feux d'artifices magnifiques, même si j'ai une préférence pour les aurores boréales ; au moins ma petite soeur ne me traînait pas hors de mon lit pour venir regarder les aurores boréales avec elle. Car seul un homme marié peut savoir à quel point une femme peut-être obstinée quand elle veut quelque chose. Et vous? Feux d'artifices ou aurore boréale?

Je prends une petite gorgée de ma coupe d'alcool de riz, maintenant que ce besoin pas si urgent a été accompli, je me sens déjà plus serein. Quant à l'idée du feu d'artifice, j'imagine que si le haut conseiller ou un autre haut gradé veut y assister, je serais de service ce soir pour surveiller la zone et servir de rempart entre un assassin et l'huile que je vais escorter en toute discrétion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





Les deux shinobis se mirent alors en route vers un établissement pour étancher leur soif. La Fûma pouvait à présent sentir le chakra émanant de Takeshi. Celui-ci semblait lentement baisser sa garde. Tout en restant à une distance respectable l'un de l'autre, ils traversèrent la foule peuplant les rues jusqu'à arriver devant une auberge. Voyant le Sunajin y entrer, l'illusionniste lui emboita le pas en rengeant son ombrelle dans son holster dorsal. Ils se dirigèrent alors vers une table avant d'y prendre place. En s'asseyant, Mitsuko plaça ses mains sur ses cuisses. Ainsi sous la table, elles étaient hors du champ de vision du Busujima.

_ J'ai toujours trouvé les feux d'artifice magnifiques, même si j'ai une préférence pour les aurores boréales ; au moins ma petite sœur ne me traînait pas hors de mon lit pour venir regarder les aurores boréales avec elle. Et vous? Feux d'artifice ou aurore boréale ? demanda ce dernier.

_ Je n'ai jamais eu la chance de pouvoir observer une aurore boréale, mais j'apprécie cependant le spectacle offert par un beau feu d'artifice. répondit Mitsuko en se penchant légèrement en avant.

Une serveuse arriva alors devant eux pour prendre leur commande. L'Uzujin profita de l'instant où son vis-à-vis tourna le regard en direction de l'arrivante pour signer calmement quelques mudras sous la table. Soucieuse que les muscles de ses bras ne trahissent son geste, elle prit son temps pour rendre son action imperceptible. Tout deux commandèrent une coupe de sake, alors que Mitsuko enregistrait dans un coin de sa tête la signature de chakra et l'affinité élémentaire de l'espion.

Le personnel était préparé à la venue de ses clients, aussi les verres ne mirent que quelques secondes à arriver devant eux. Le Sunajin semblait avoir grande envie de cette liqueur, car il porta la coupe à ses lèvres sans plus de cérémonie. Toujours tout sourire, Mitsuko sortit lentement sa main droite de sous la table avant de se saisir de la porceleine qu'elle leva en direction de son locuteur.

_ Savez-vous d'où vient ce rituel, Takeshi-san ? Je veux parler de trinquer ainsi avant de boire.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Takeshi Busujima
Suna no Jonin
Messages : 164
Date d'inscription : 13/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 17
Expérience:
515/2000  (515/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Je secoue la tête, ignorant l'origine de ce geste si convivial que j'ai pourtant pratiqué maintes fois. Les occasions de lever le coude ne sont pas rares à l'armée, à vrai dire picoler est une tradition intégrante de certains groupes, et les éclaireurs ne sont pas réputés pour avoir une vie de caserne triste. Plutôt l'inverse même, avec les capacités qui sont inhérentes à notre rôle d'avant-garde furtive, nous sommes presque aussi des régiments de chicaneurs professionnels quand il s'agit d'entretenir des relations avec les autres troupes. Aussi, j'écoute attentivement la réponse de Mitsuko, oubliant quelle m'incruste dans un dossier avec ses mudras sous la table. J'ai toujours trinqué sans réfléchir à l'origine de ce geste symbolique, et me faire enrichir culturellement à ce sujet me paraît une bonne idée, ainsi qu'un bon début.
Ensuite...
Je bouillonne intérieurement à l'idée de m'être fait fliqué ainsi par une étrangère à ma nation, qui en plus de cela n'a même pas réussi à le faire discrètement. L'une des bases de la formation militaire est le corps à corps, surtout pour un ninja, et que fait-elle? Elle pense que parce que j'ai détourné légèrement le regard je n'ai pas vu ses mouvements de bras à la périphérie de ma vision ; l'oeil humain a un champ de visuel extrêmement large. Si je n'ai pas la perception des couleurs ni la possibilité de lire un objet sur le rebord de ma zone de détection, j'ai encore une assez bonne vue pour me rendre compte qu'on essaie de m'enfiler jusqu'au trognon.
J'offre un petit sourire condescendant à mon interlocutrice.

-Tu es sur une très fine pellicule de glace Mitsuko. J'ai envie de la cogner, et que son sang éclabousse le plancher pour lui rappeler que c'est un acte de guerre, ce qu'elle vient de faire. Toutefois, homme de bonnes manières oblige, je me contente de rester neutre, un brin positif pour faire bonne figure. J'attends une explication pour les mudras sous la table.

Je ne rajoute rien, sirotant mon saké que je sais parfaitement sûr alors que la Uzushi-jin me doit des explications. On ne badine pas avec la sécurité intérieure à Suna, elle le savait, elle aurait dû être plus discrète la garce, par contre elle a obtenu un effet dont elle ne se doutait certainement pas en prenant ma signature ; elle m'a coupé tout sentiment que je pouvais éprouver à son égard. Elle serait bien capable de me subtiliser mes papiers après une partie de jambes en l'air celle-là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

ft. Takeshi Busujima

Un fantôme dans la cité de Baransu





Devant la négation de son vis-à-vis, Mitsuko commença alors à raconter les origines de ce rituel. Elle expliqua que ce geste était originellement fait lors de négociations de paix. Que les nouveaux alliés cognaient ainsi leurs verres pour s'échanger dans le même temps quelques gouttes de leur breuvage. Ce geste permettait donc de s'assurer que les verres n'étaient pas empoisonnés en forçant l'autre à boire de sa boisson. Avec le temps, ce rituel originellement exécuté par méfiance prit une autre signification. Il devient une preuve de confiance entre les deux partis. La Fûma conclut en précisant qu'en trinquant ainsi, elle espérait que ce geste plein de sens promesse une paix et une prospérité durable entre les deux villages.

La demoiselle accompagnait enfin la coupe à ses lèvres lorsque le Busujima prit la parole.

_ Tu es sur une très fine pellicule de glace Mitsuko.

La Fûma écarquilla les yeux en arrêtant son geste. Du côté du Sunajin, la politesse avait donc disparu. Il était la, le caractère sec et hautin que la jeune femme associait aux enfants du désert.

_ J'attends une explication pour les mudras sous la table. termina-t-il.

Les mudras avaient pourtant été fait de façon tout à fait discrète. En entrant dans la salle, la dame à l'ombrelle avait même vérifié qu'aucune surface ne pouvait refléter ses gestes. Les signes avaient été faits calmement, de manière à ce que les muscles de ses bras ne s'affolent pas pendant ses mouvements discrets. L'illusionniste avait même attendu que l'homme tourne le regard vers la serveuse pour passer à l'action. Enfin, à travers la table et avec Mitsuko ainsi penchée en avant, même une personne avec une vue sur-développée n'aurait pu observer clairement son exécution. Ruse et discrétion faisaient pourtant partie des qualités de Mitsuko. Aussi pour la jeune femme, il n'y avait que trois solutions. Soit le blond était paranoïaque, ce qui en faisait quelqu'un d'instable, soit sa réplique était du bluff, visant à troubler l'Uzujin, soit il était lui aussi un adepte de la sensorialité. Mitsuko ne l'avait pourtant pas sentie utiliser du chakra, contrairement à elle qui n'avait eu de cesse de surveiller l'homme de son sixième sens. Cette dernière optique lui semblait donc des moins probables. Il n'y avait qu'une seule manière d'en être sure : nier en bloc.

_ La paranoïa est une traître maîtresse, Takeshi-san. répondit calmement la Fûma en posant son verre sur la table sans même y tremper les lèvres. Elle sortit sa main gauche de sous la table et la joint à la droite au bord du plateau de bois. Une femme ne peut-elle donc plus jouer nerveusement avec ses mains sans être accusée ainsi ? Pour l'exemple, l'illusionniste se tordit les doigts comme le font les gens timide ou nerveux. Je n'ai simplement pas pour habitude de suivre ainsi de parfaits inconnus, encore moins quelqu'un d'un autre village. Avez-vous ressentit les effets d'une quelconque jutsu ? Vous aurai-je fait du mal ? conclue t'elle d'une voix claire et intelligible sur un ton offusqué.

Dans le dos du Sunajin, un client attablé à l'oreille traînante tourna son regard dans la direction des ninjas. Leur discutions attirait donc déjà l'attention. Mitsuko regardait fixement Takeshi. Comme à son habitude, elle faisait preuve de sang-froid et de conviction dans son mensonge. Comme toutes bonnes menteuses, elle tenait un faciès impassible, ne bougeait pas les yeux dans des directions compromettantes, et ne faisait preuve d'aucun signe visible d'une anxiété caractéristique. L'Uzujin était prête à réagir au quart de tour, n'oubliant pas que la porte entrée se trouvait deux mètres dans son dos et qu'elle n'avait vu aucune porte de sortie annexe lorsqu'elle avait balayé la pièce du regard en y pénétrant.



HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: La Cité de Baransu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.