:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



Et voila, nous avions touché du bout des doigts la chance et elle nous le faisait payer déjà… L’enchaînement de la sunajin n’avait pas été mené à bien, tandis que l’archer contra mon coup, alors que le chef se libérait de l’emprise de Haruka… Rien ne va plus…
Enfin presque. Le senseur avait quand même été pris dans mon attaque, et l’archer avait finalement été tapé par les chaînes de l’Uzumaki. La menace était-elle finie ? Aucune idée, mais nous avions des problèmes plus urgents en ce moment.

Denya semblait s’en sortir, tant bien que mal, avec son adversaire. Elle avait subi un gros enchaînement, mais elle ne semblait pas si affectée que ça. Personnellement, je savais que si j’avais pris autant de coups, je serais actuellement à terre en train de ramper… Chacun ses qualités ! Mais le plus problématique, c’était ma compatriote. Les Uzumakis étaient surtout fait pour des attaques à distances, des jutsu de blocages ou de support, or, elle se retrouvait en première ligne face au chef de la troupe ennemie.
Je n’étais qu’à une dizaine de mètres d’elle. Alors que je tirais mon sabre en me mettant à courir à ma vitesse maximale, je vis l’ennemi lui assener un puissant coup de pommeaux, envoyant un peu valser l’Uzumaki. Elle était en danger. Et l’ennemi semblait se délecter de ce spectacle ; il avançait sur elle, et commença à lever son arme pour lui assener un puissant coup de katana.

*Tching*

Sa lame choqua la mienne. Bras droit tendu en avant, j’avais réussi à arriver à temps, et je ne comptais pas le laisser réagir. Il devait être un peu surpris d’être contré de cette façon, dans leur art. Mais après tout, je maîtrisais aussi le kenjutsu. Des années d’études au sein des Miyamoto m’avaient forgé un style rapide, efficace.
J’étais sûrement moins fort physiquement que mon ennemi, dont l’armure lourde rajoutait un poids de corps non-négligeable, mais j’avais pour moi la vitesse.

Alors que je venais de contrer son arme, je fis glisser ma lame jusqu’à son pommeau avant de la relever, puis d’attaquer rapidement sur la gauche, tout en bougeant aussi sur la gauche, par petits pas. Une fois cette attaque effectuée, j’enchaînai cette fois ci avec un ISSEN, puis tout en faisant un petit bond en arrière, je tapai du pied au sol et lui envoyas des projectiles pour l’embêter. Cet enchaînement ne technique ne visait pas vraiment à le tuer, ou même lui faire beaucoup de dégât. Je voulais surtout le gêner, et avec un peu de chance, fragiliser encore plus son armure… Ainsi, Haruka pourra re effectuer son fuinjutsu. J’étais presque sûr qu’elle le referait. Si ce n’était pas le cas, j’étais dans une situation plus délicate.

Après avoir fait cet enchaînement, et sans relâcher totalement mon attention sur leur chef, j’envoyai une volée de shuriken sur le senseur, étourdit. La encore le but était de gêner, denya semblait vouloir faire un combo avec son adversaire et le senseur. En envoyant plusieurs shuriken sur lui, je le perturberais peut-être assez longtemps pour qu’il soit surpris.


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

Satané archer ! S'il ne m'avait pas envoyé si loin, si je n'avais pas été obligé de parcourir plus d'une vingtaine de mètres afin de regagner le combat, le chef de la troupe n'aurait certainement pas pu stopper ou plutôt briser mon Fuinjutsu. La puissance du coup était impressionnante, si je n'avais pas été doté d'une bonne constitution, l'onde m'aurait probablement envoyé à terre Je pouvais donc remercier ma mère de m'avoir transmis ses gènes Uzumaki. Néanmoins, un grognement s'échappa de mes lèvres. Une dépense de chakra inutile... C'était pas comme si j'étais en plein territoire ennemi pour une mission d'infiltration au sein d'une armée de samouraïs. C'était pas comme si je devais essayer de récupérer des informations confidentielles sur l'ennemi avec l'équipe qu'on avait improvisé dans la panique de Baransu. C'était pas non plus comme si je devais faire très attention à moi et économiser mon chakra... Au moins, je savais désormais qu'il fallait que je me méfie des archers... Ces types pouvaient être de vraies plaies....

Quoiqu'il en soit, l'homme qui dirigeait la petite troupe, ce même homme qui venait de briser mon Fuinjutsu d'un coup foudroyant, ne perdit pas de temps. Il chargea en ma direction pour me porter un coup de fourreau. Je reçus le coup de plein fouet. Par chance, j'eus simplement le souffle coupé et Akrillo s'interposa afin de parer un autre coup qui m'était réservé. J'allais devoir le remercier pour ce coup de main, sa capacité d'adaptation était vraiment remarquable et son soutien était d'une grande aide. Notre équipe était plutôt équilibrée bien qu'elle ait été formée dans la précipitation, de plus, nous étions sur la même longueur d'onde en ce qui concernait la mission. En effet, pour les combats, la sunajin restait dans son coin, le travail d'équipe ne semblait pas l'inspirer... En même temps, le sabreur de l'équipe et moi-même étions issus du même village, ainsi, même si nous n'avions jamais véritablement combattu main dans la main, nous savions à peu près à quoi nous attendre de l'autre.

Je me reculais, tentant de recouvrer mon souffle, puis j'observais l'échange entre mon camarade et l'ennemi guettant le moment opportun pour essayer une nouvelle fois d'immobiliser le chef. Je fonçai en direction de l'adversaire lorsque le Miyamoto lança des projectiles, formant les mudras nécessaires à mon jutsu avant de poser les mains à terre, essayant une nouvelle fois d'emprisonner le fauteur de trouble. Cette fois, hors de question de laisser une chance à mon opposant de s'en tirer. À peine avais-je fini cette première technique que je matérialisais les chaînes de chakra, signature du clan Uzumaki, pour tenter d'affaiblir cet homme qui nous donnait du fil à retordre... Il nous fallait ce type vivant. C'était le chef de ce groupe de chasseurs funestes. Il devait posséder des informations essentielles pour notre mission et hors de question de les laisser filer. Néanmoins, il fallait l'affaiblir un maximum pour pouvoir l'interroger sans risquer de nous faire égorger.

Une fois mon attaque exécutée, je me retournai pour voir ce qui était advenu de l'archer, ignorant si j'avais pu atteindre le chef, je comptais sur Akrillo pour me défendre en cas de besoin.




Résumé:
 


Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Haruka_signa

Je remercie Itachi, ninja de Konoha pour ce superbe kit !
Présentation
FT
Corrections
MaJ FT
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Un corps à corps épique s’était engagé entre Denya et un Chasseur Funeste, où la danse des lames s'opposait aux pieds et aux poings. Les deux adversaires faisaient assauts de vivacité et de brutalité. le sang (et les copeaux de bois) jaillirent en pluie.
Puis, la sunajin trouva une ouverture dans la tempête d'acier, expédiant un enchainement de coups de pieds à son assaillant pour le déstabiliser. Bien qu'amortie par son armure macabre, le samouraï chancela brièvement sous le choc, ce qui brisa sa garde.
En combattante rouée, la kunoichi du sable balança immédiatement un coup de paume surchargée de chakra à la puissance immense. Sous l'impact, l'armure du Chasseur Funeste se fendilla. Des bouts de cuirs et de métal s'abattirent en pluie dans la boue.
Malgré la puissance du choc, la sunajin n'arriva pas à expédier bien loin son adversaire. Son épaisse protection, à présent en fort mauvais état, était lourd et l'homme particulièrement massif et motivé à donner du fil à retordre à la shinobi.
Grognant de souffrance, il parvint à ne reculer que de quelques pas et à relever sa garde, sabre fermement en main.
Son masque sinistre avait glissé, révélant un homme d'âge mûr, portant fièrement moustache épaisse et cicatrice d'ancien duel. Un vétéran qui grimaçait de douleur et avait le visage en sueur.

Poussant un cri de guerre, il se rua à l'assaut de la kunoichi de Suna pour poursuivre le combat.
Sa vitesse précédente semblait s'être envolée.
"Omotegiri !" beugla-t-il en expédiant un coup puissant mais sans grande finesse vers la ninja du sable.
Denya pu croiser son regard noir et deviner un sourire mauvais.
Cet assaut n'avait que pour but de tester la kunoichi. Le samouraï s'était rendu compte qu'elle était redoutable au corps à corps, aussi il allait utiliser des techniques de harcèlement, alternant entre frappes puissantes et reculades.
"Hadan !" cria-t-il, son sabre soudain chargé de chakra fendant l'air à toute vitesse, générant une onde tranchante vers la sunajin, pour la trancher en deux (au mieux) ou la forcer à reculer hors du corps à corps.


Akrillo avait réussit a expédié l'un des samouraïs à terre d'une violente technique Fuuton.
La chute de cheval combiné au filet de vents avait immobilisé le jeune guerrier de l'Empire.
Ne constituant donc plus un danger immédiat, il fut pour l'instant ignoré par l'Uzujin, qui se porta immédiatement au secours de sa compatriote aux prises avec le chef des Chasseurs Funestes.
Ce dernier ayant échappé par miracle à la technique de Fuinjustu de l'Uzumaki lui expédiant un puissant coup du pommeau de son katana.
Il enchaîna immédiatement d'un coup de lame, profitant que la jeune femme avait le souffle coupé.
Akrillo jaillit à une vitesse incroyable et intercepta le coup de sa propre épée.

Un duel d'acier s'engagea alors entre l'agile Miyamoto et le brutal mais efficace samouraï.
Ne voulant pas se retrouver à deux contre un, il chargea sa lame de chakra avant de l'abattre vers l'uzujin
"Hadan !" siffla-t-il, fendant l'air de sa lame, expédiant une onde tranchante vers le chuunin d'Uzushio.
Par une certaine ironie, ce dernier fit de même, expédiant un croissant de chakra affilé qui dessina une balafre sur l'armure du samouraï, peu affecté par l'assaut.
Le guerrier allait contre-attaquer quand Akrillo déclencha une nouvelle technique, lui envoyant pléthore de petits cailloux, morceau de bois et débris qui trainait au sol, tous renforcés par le chakra.
La pluie de projectiles incongrus surpris le samouraï, à défaut de lui causer beaucoup de dégâts. Il ne remarqua donc pas que l'Uzumaki s'était remise bien plus vite que prévus de l'impact dans son ventre.
Et qu'elle posait déjà les mains au sol pour déployer à nouveau la calligraphie de sa technique clanique.
Cette fois, elle était suffisamment proche pour que la technique s'épanouir à une vitesse ahurissante. Les Sceaux Uzumaki emprisonnèrent aussitôt le chef des Chasseur Funeste dans un cercle de glyphes.

Le samouraï poussa un juron retentissant quand il constata qu'il ne pouvait plus bouger. Il donna des coups de katana rageur dans sol, cherchant vainement à ôter les sceaux, sans le moindre succès. En plus, cette sorcellerie semblait perturber son Ki !
Et soudain, les chaînes dorées de l'Uzumaki fondirent sur lui. Impossible d'esquiver ou de se mettre en garde dans un espace aussi limité !
Il grogna de douleur et des bouts de son armure noire volèrent en éclat. Cependant, la protection de métal avait remplit son rôle, protégeant son porteur.
"Issen !" s'écria le samouraï enragé, expédiant un croissant de chakra tranchant vers la kunoichi d'Uzushio. Même emprisonné, il ne renoncerait pas à ce battre.

Akrillo, voyant son adversaire du moment immobilisé en profita pour expédier une volée de shurikens sur le jeune guerrier de Tetsu qui reprenait ses esprits.
Ce dernier para maladroitement les projectiles, qui ne lui firent pas grand mal à cause de son armure, tout en chargeant le chunin d'Uzushio.
"Omotegiri !" gronda-t-il en abattant son sabre dans un coup brutal.
L'assaut était téléphoné, mais puissant. Cependant, le rusé Akrillo remarqua que le jeune homme essayait surtout de se frayer un chemin vers son chef de troupe. Aurait-il quelque plan pour le libérer ?

Haruka se retourna une fois ses puissantes techniques Uzumaki effectuée. Elle avisa alors que l'archer qu'elle avait précédemment abattu n'était pas mort.
Désormais allongé sur le corps de son canasson, il avait réussit à se redresser et à bander son arc abimé.
Croisant le regard de la kunoichi rousse, il lui expédia aussitôt une volée de trois flèches tirées en un instant.


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Le samouraï qui me haïssait



En face de moi se tenait un ancien marqué par l'expérience. Sur son visage, une belle balafre. Je n'aimais pas cela. Jusqu'à présent, dans ce combat nous opposant aux cinq chasseurs funestes, nous faisons face à des visages cachés. Un ornement effrayant de loi, j'en convenais, mais qui déshumanisait l'ennemi. Cela allait m'aider à tuer avec moins de vergogne, n'ignorant pas la nature de ceux qui se trouvaient face à nous, mais qu'ils portassent de tels déguisements étaient un excellent moyen pour moi de ne pas me rendre compte de leur véritable identité. Puis la révélation d'un homme que le temps et les événements avaient décoré d'un souvenir indélébile. Il était humain et je regrettai un instant d'avoir à le constater.

Il avait mugi et porté un coup puissant mais maladroit. Ce n'était pas la première fois qu'il tentait la décapitation frontale et même si je n'avais su profiter de la fois précédente, son coup était téléphoné. Il y avait mis de la puissance, je le reconnaissais, mais j'avais comme avantage son état. Il n'était pas au meilleur de sa forme. Toutefois, je n'étais pas au meilleur de la mienne non plus, cette flèche dans le flanc se fit ressentir. Je reculai afin d'éviter l'impact, mais un malheureux geste de la jambe fit bouger le projectile. Je hurlai de douleur, une ouverture dont put aisément profiter mon adversaire. Je risquais trop avec ce bois planté dans les côtes, il risquait de me causer bien des désagréments. Je vis le sabre se ruer en ma direction alors que ma côte était presque l'endroit où je focalisais le plus mon attention. Il était trop tard pour esquiver. Plutôt qu'un mouvement compliqué, j'avançai vers le vétéran, à son contact. L'épée vint m'entailler l'épaule, mais à peine me toucha-t-elle que je rabattis mon bras sur elle. Je maintins sa lame et me pensant plus forte que cet homme, je me dis que ses mouvements allaient être bloqués ainsi bloque. De mon bras libre, je sortis un parchemin explosif que je posai sur une fissure de l'armure. S'il explosait, il pouvait enfoncer des morceaux de métal dans le ventre du porteur.



Meurs !





Hors de question de lui laisser le temps de réagir. Cette main qui avait posé la note sur la cuirasse se ferma sèchement, devenant un poing. Il fila en direction du visage de mon adversaire, nullement protégé par une armure. Puis un autre coup, puis un autre. Et cette flèche qui se faisait encore sentir, mais je ne ralentis pas la cadence pour autant. Je savais mon action capitale et accélérai la cadence, serrant les dents, fronçant les sourcils. J'avais l'impression de sentir la pointe se mouvoir dans ma chair, mais alors que je faisais des efforts fous pour aller au delà de la douleur, j'enchainai les assauts à une vitesse folle.


Tarenken !





Un bras sur sa lame, mon poing visait son visage. J'étais cependant trop occupée à ressentir ma côte pour savoir si mon poing touchait. Puis je lâchai le sabre. Relâchement de l'arme ennemie, recul avec la sensation de la lame déchirant à nouveau mon épaule. Saut en arrière ! Mudras. La note devait sauter, profiter de la fissure sur la cuirasse pour la faire éclater à l'intérieur de son bide.


Katsu !







Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



Je ne vis que trop tard le croissant lumineux s’échappant de son sabre. Par chance, je reculais déjà lorsqu’il me fit cette technique, ce qui m’empêcha de perdre l’équilibre et de reculer encore plus. Néanmoins, je me pris toute la puissance de cette technique sur mon torse. La blessure était dangereuse de par son amplitude et son placement : elle n’était heureusement pas profonde. Mais elle parcourait mon torse du nombril jusqu’à mon pectoral gauche. Je grinçais des dents avant de voir l’enchaînement de L’uzumaki enfermer ce chien de Tetsu. *Oh jeune homme, je n’ai pas attendu un siècle entier pour te voir mourir contre de vulgaires samurais !* Je souris à moitié. Je posai ma main sur mes vêtements déchiré et imbibés de sang, et tout en grimaçant je répondis à mon esprit *Si je ne m’en sors pas, je m’excuse déjà de t’avoir fait perdre ton temps…* J’eu pour seule réponse une vague de chaleur qui vint me réconforter et chasser les idées noires qui se réunissaient autour de moi. Je me retournai enfin pour balancer mes projectiles vers mon adversaire derrière moi (tour d’avant fin.)
Cependant, il les contra sans mal ou ils se figèrent maladroitement dans son armure avant de tomber au sol. Heureusement, cette dernière commençait à subir de lourds dégâts et sa protection devait être moins optimal qu’au commencement.

L’ennemi décida d’aller de l’avant et de m’attaquer. Néanmoins, sa chute de cheval le rendait plus maladroit et son assaut était prévisible. De plus, il semblait plus inexpérimenté que ses collègues, puisque je pû lire sans difficulté, dans ses mouvements et regards, qu’il voulait retrouver son chef afin sûrement de le libérer. Ignorant la douleur, je levai mon katana devant moi et portai un coup fort sur celui de mon adversaire. Nous avions utilisé sensiblement la même technique, lui pour me blesser, moi pour le contrer. Ses gestes étaient néanmoins plus prévisibles et lents ; il faut dire qu’avoir une telle armure était efficace pour réduire les dégâts, mais moins pour se battre à pieds dans de la boue.

Alors que je le voyais se diriger vers son supérieur, je fis une pointe de vitesse dans le but de l’agresser au corps-à-corps, mais surtout de le blesser à une jambe. Souvent, les armures avaient des faiblesses à ce niveau-là, alors j’essayais d’exploiter ces avantages. Avant que le combat au corps-à-corps s’éternise et que le samurai puisse me renvoyer une attaque de kenjutsu, j’envoyai la pointe de mon katana vers son épaule gauche afin qu’il se concentre pour parer cette technique, pour qu’au même moment, je puisse rapidement lui envoyer une attaque fuuton. Étant au corps-à-corps, sans utiliser de mudra et en la combinant avec une attaque banale au sabre, j’espérais qu’il se la prendrait, au moins à moitié, pour le faire reculer.

Dans tous les cas, je me mettais ensuite entre lui et son supérieur. Il avait sûrement une attaque assez forte pour délivrer le meneur, j’étais prêt à le recevoir de plein fouet. Mais en aucun cas il devait atteindre son objectif.

Je glissai rapidement ma main dans ma sacoche pour vérifier ce que je savais : je n’avais plus aucune arme de jet. J’avais déjà lancé mes 5 kunaïs en deux fois, et mes 5 shurikens juste avant ces attaques. Néanmoins, je pris du bout des doigts une petite sphère molle qui traînait au fond. Je remerciais les Omura de m’avoir donné une de leur création.
Les pilules de chakra. Peu les utilisaient : en effet, nombreux étaient les shinobis, surtout à Uzushio, à avoir une réserve de chakra conséquente. Nous, les Miyamoto, nous étions les mauvaises élèves. Pourtant, nous évitions d’en prendre : ce genre de drogue pouvait mener à une forte dépendance. Or, dans mon clan, toute dépendance, hors celle de l’entraînement, etait prohibée.
Je la balançai rapidement dans ma bouche. Le goût était immonde mais je devais faire abstraction. Bien vite, je sentirais mes forces revenir, à défaut de voir ma vitalité remonter, ma réserve de chakra sera un peu plus étoffée.


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

Le chef des Chasseurs Funestes était vraiment gênant, malheureusement nous ne pouvions pas le tuer à cause des informations qu'il pouvait détenir... Ce type était beaucoup trop têtu à mon goût... Il n'acceptait vraiment pas de s'avouer vaincu alors que nous avions déjà tué un de ses hommes et que nous arrivions à les gérer malgré notre infériorité numérique. J'avais à peine effectué mes jutsu qu'il m'attaqua avec une technique de Kenjutsu. Heureusement que je n'étais pas allée au corps à corps avec lui... Je n'osais même pas imaginer les dégâts que j'aurais reçus... J'avais pris son coup, mais par chance, c'était plus de peur que de mal. Me retournant pour observer l'archer, j'en avais profité pour prendre un peu plus de distance avec le samouraï.

Malheureusement, cet archer de malheur s'était hissé sur le corps de son cheval et avait bandé son arc dans ma direction pour m'attaquer avec une technique à laquelle il avait déjà fait appel. Cet fois, je décidais que j'avais assez encaissé pour le moment et j'utilisai un Kawarimi pour esquiver son attaque. La technique de substitution était vraiment une merveille, l'inventeur devait être un véritable génie. Elle m'avait sauvé la vie tant de fois... J'avais à peine esquivé les flèches ennemies que j'avais formé des mudras avant de matérialiser mes chaînes, espérant que l'archer ait été déstabilisé par mon utilisation du kawarimi. Dans la foulée, je me mis à courir dans sa direction pour engager le combat au corps à corps.

Actuellement, sur ce champ de bataille, en plein combat, je ne rêvais que d'une chose... Rejoindre mon équipe et aller dans des sources chaudes afin de me détendre un peu... Ils me manquaient vraiment... En même temps, qui aurait pu préférer participer à la guerre que passer du bon temps avec des camarades ? J'avais envie de partir, mais ne serait-ce que par devoir envers mon pays, j'allais rester et combattre l'envahisseur. Ces terres n'appartenaient pas à Uzushio, mais ce n'était pas en tant que kunoichi d'Uzushio que je devais participer à cet affrontement, mais en tant que shinobi. Il était hors de question de laisser des samouraïs s'en prendre à des shinobi sans leur faire payer cet affront. De plus, Uzushio ne devait pas perdre face aux autres villages, il en était hors de question...



Résumé:
 


Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Haruka_signa

Je remercie Itachi, ninja de Konoha pour ce superbe kit !
Présentation
FT
Corrections
MaJ FT
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Le combat entre les Chasseurs Funestes de l'Empire et les shinobis s'intensifiait.
Denya était en duel (chose qu'aucun ninja qui se respecte n'aimait) avec un vétéran samouraï dont l'épée semblait avoir une passion coupable pour la chair (et le bois) de la shinobi du sable. Elle était en outre gênée par ses blessures précédentes.
Heureusement, la kunoichi aux bras de marionnettes était plus robuste et forte qu'il n'y paraissait. Le guerrier de Tetsu ne parvint pas à poser de coup décisif, ce qui le fit pester de rage.

Avec toutes la vilénie d'une ninja, la sunajin glissa un parchemin explosif dans l'armure fissurée du samouraï.
Elle lui assena ensuite une série de terrifiants coups de poings à une vitesse inimaginable. Le casque cornu du Chasseur Funèbre fut éjecté sous les chocs répétés, tout comme des bouts de son armure noire, désormais en miette. Denya eut le plaisir d'entendre craquer les os et hurler de douleur et de colère son ennemi.

Profitant de l'étourdissement crée par son attaque à outrance, la kunoichi de Suna se dégagea promptement de l'emprise de la lame de son adversaire.
D'un bond, elle se mit hors de portée tout en composant promptement un ultime mudra.
La note explosa, propulsant des bouts de chairs fumante et d'armure brisée en pluie autour de la kunoichi.
Son ennemi s'abattit, agonisant dans ses viscères rependues.
Son katana, propulsé en l'air par l'explosion tonitruante se ficha dans le sol boueux en vibrant, marquant la tombe du samouraï.

Akrillo, fidèle à ses préceptes, reculait quand la technique du chef des Chasseurs Funestes lui mordit cruellement les chairs.
Heureusement, ce dernier fut rapidement emprisonné par les techniques ancestrales du clan Uzumaki.
Mais l'uzujin fut également pris pour cible par le plus jeune de la troupe de samouraï.
Il expédia un assaut puissant mais sans subtilité, que connaissait bien le Miyamoto. Fort de son expérience, le shinobi conseillé par ses ancêtres intercepta le coup avec la même technique.
Il était plus fort et plus rapide que le jeune homme aux sens mystiques. L'acier contre l'acier tinta et le choc brutal des deux techniques de Kenjutsu paralysèrent un instant les muscles du samouraï inexpérimenté.
Le roué Akrillo en profita sans tarder pour le larder de coups de katana, meurtrissant sa chair et son armure et lui bloquant le chemin vers son chef emprisonné par le Fuinjutsu.
Alors que de rage le jeune Chasseur Funeste poussait un cri de guerre en levant à nouveau son sabre contre le Miyamoto, le chuunin lui expédia presque nonchalamment une bourrasque terrifiante, le repoussant en arrière malgré son armure.

Captif de la technique Uzumaji, le chef des Chasseurs Funestes refusait pourtant de s'avouer vaincus. D'un mouvement de lame, il expédia un croissant de chakra tranchant sur la jônin d'Uzushio et cria de plaisir en voyant jaillir le sang de l'ennemi honnis.
Il hurla en voyant son fidèle lieutenant littéralement exploser sous les assauts du monstre ninja de Suna.
Emprisonné dans son cercle, il ne pouvait guère aider ses hommes.
Il allait réitérer sa technique, pour au moins se venger de l'Uzumaki quand celle-ci disparut au momen ou trois fléches semblait la toucher. Au final, elle n'avait transpercés qu'une vieille souche pourrie.
Voyant disparaître sa technique, le chef des samouraïs expédia sa technique sur la première cible à sa portée : Akrillo, celui-ci ayant repoussé son camarade, il ne risquait pas de le toucher.
"Issen !" beugla-t-il en abattant sa lame pour former un nouveau croissant de chakra dévastateur. Mais que faire d'autre ?

Ayant esquivée les flèches, Haruka réapparut non-loin de l'archer.
La jônin d'Uzushio fut fascinée et surprise de croiser le regard perçant du samouraï, l'arc déjà bandé. Le soldat de l'Empira avait réussit à suivre des yeux son kawamiri ! Il devait disposer d'une vue extra-ordinaire.
Malheureusement pour lui, il ne disposait pas de la vivacité pour exploiter à fond ses talents naturels. Il n'était pas plus rapide que la kunoichi aux cheveux rouges.
Les chaînes dorées invoquée par les pouvoirs claniques de la jeune femme jaillirent à nouveau, alors qu'il lâchait un trait. Les deux attaques se croisèrent, mais celle de l'Uzumaki était bien plus puissante, balayant la flèche.
Les lanières de métal lacérèrent l'archer, explosant son armure et meurtrissant ses chairs. Il grogna de douleur en effectuant une roulade pour protéger son arc.
Revanchard, il puisa dans ses dernières forces pour expédier un projectile à une vitesse ahurissante sur la kunoichi.

Refoulé par Akrillo, le plus jeune des samouraïs pesa ses chances. Il saignait abondamment et ses muscles étaient douloureux. L'échange de coups d'épée avec le ninja d'Uzushio lui avait clairement fait comprendre qu'il était inférieur en combat au corps à corps.
Il leva donc la main ganté de son armure en direction du shinobi des Tourbillons. Un symbole calligraphié s'y trouvait peint et le chuunin reconnut là un sceau de Fuinjutsu très basique.
A la commande du samouraï, quelques petits coutelas très effilé en jaillirent, visant le ninja.

Il réfléchissait à sa prochaine manoeuvre quand une voix tonitruante l'interrompit.
"Au camp ! Au camp, p'tit !" beuglait le chef des Chasseurs Funestes. "On va les retenir !"
Lui et l'archer allait sans doute y rester, mais le plus jeune d'entre eux aurait peut être une chance de fuit et d'aller chercher des renforts.
Obéissant instantanément à son chef, le jeune homme se retourna et prit ses jambes à son cou. Il siffla et l'un des canassons survivant s'ébranla pour le rejoindre, traversant le champ de bataille. S'il arrivait à monter dessus, il pourrait peut être rejoindre le campement le plus proche.
"Libérez-moi ! Venez m'affrontez, lâches !" continuait de hurler le chef d'escouade retenu par le Fuinjutsu.
Afin de rendre ses menaces plus impressionnantes, il concentra son Ki, recouvrant de nouveau son katana d'arcs électriques.


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Bons baisers de Baransu Lun 30 Avr - 14:56
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Bons baisers de Baransu



Il était mort. Ce vétéran, bien costaud, avait fini par succomber et son cadavre gisait maintenant sur le champ de bataille, sur la terre mouillée mais pas tout à fait boueuse qui était notre champ de bataille. Un archer et un soldat comptaient maintenant parmi les pertes des chasseurs funestes et pourtant, le combat n'était pas terminé. Je me retournai afin de constater comment se débrouillaient les autres. Le chef de nos ennemis semblait enragé devant la perte de l'un de ses hommes tandis qu'une souche plantée de trois flèches était à ses côtés. Félicitation, user d'une technique si basique lors d'un tel combat me semblait être une grande idée de l'Uzumaki qui était maintenant aux prises avec l'archer.

En colère, il y avait de quoi l'être, mais l'entrave du chef ne l'avait pas empêché d'utiliser une technique sur le dragon, mais aucun mouvement pouvant visiblement renverser la situation. Mes pieds pataugeaient sur ce sol presque glissant qui collait à mes semelles, mais c'est sans difficulté que je levai le pied gauche en observant les actions. Je sentais l'archer comme une menace plus importante et alors que je sentis clairement mes cheveux, réalisant alors que l'eau ne cessait de tomber du ciel, je me tournai vers lui. À mon tour d'intervenir, mais à peine allais-je porter assistance aux Uzujins que l'entravé beugla en direction du senseur. Au camp ? Non, hors de question qu'une telle chose arrivât, pas de renforts ! Le cheval arrivait !

Je pliai les genoux, me baissai et saisit de la terre. Elle était suffisamment solide pour être maintenue dans une paume et suffisamment liquide pour s'étaler sur un visage, aussi je lançai deux poignées de ce sol en direction du visage du chef, puis crachai trois senbons, visant ses yeux. J'espérais toucher, cette fois, c'était pourquoi j'avais au préalable lancé de la terre afin de ne pas permettre à ma cible de son concentrer sur le crachat.



Fukumi Hari !





Alors que je crachais, mes mains allèrent chercher des senbons, plusieurs senbons. Certains d'eux portaient une clochette. Il s'agissait d'une technique fourbe, mais je comptais bien distraire l'archer pendant que Haruka portait le coup que j'espérais être le coup final, car il me semblait que l'armure était entamée, voire pire. Projection des senbons sur l'archer !


Kage Senbon !





Pourvu que le tintement des clochettes détournât l'attention de ma cible. Cependant, plus le temps de penser à ces deux adversaires. Le senseur allait fuir à dos de monture. Je m'élançai vers son destrier à toute vitesse, allant à sa rencontre. Je bondis, jambe en avant, comptant lui frapper une patte. Une contraction des muscles de ma jambe droite, dominante, était nécessaire. Il ne devait quitter seul le champ de bataille, un autre au moins avait déjà fui. Je craignais même que l'alerte n'eût déjà été donnée. Ce destrier, en tout cas, ne devait partir. Je serrai les poings et fléchis les bras, sentant mes biceps et brachio-radiaux contractés. Je comptais bien élancer mes poings à l'assaut du corps de l'animal si mon coup de pied échouait. Je voulais immobiliser la monture, mais si je n'y parvenais pas, mes poings allaient parler.




Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Combat





La situation aurait presque pu tourner en notre faveur. J’avais en effet réussi à contrer sans mal mon opposant direct. Ensuite, Denya venait de tuer le siens. Elle avait mis du temps, mais leurs armures nous ralentissaient grandement. Maintenant, elle pourra venir se joindre à nous. Haruka elle, se trouvait un peu plus loin, presque au corps à corps avec l’archer. J’avais cru voir son armure volée en éclats, ce qui était bon signe. Pourtant, je ne baissais pas ma garde. Je l’avais déjà fait une fois, je ne le ferais pas deux.
Et la suite me donna raison. Le chef, fou de rage, décida de m’attaquer. J’eu à peine le temps de lui faire face et de lui envoyer une technique similaire. Les vagues de chakra allaient sûrement se rencontrer, et alors s’annuler, ou exploser au contact. Alors que j’allais refaire face à mon précédent adversaire, je sentis des lames me percer la peau du dos et de l’épaule gauche. C’était officiel, entre la flèche et ça, mon bras gauche était devenu presque inutile. Fou de rage de reprendre encore des dégâts, je me retournais lentement, en faisant un regard à glacer le sang. Appuyé par mon esprit, on pouvait lire en moi une profonde colère néanmoins contrôlée par un calme étonnant.

Mon regard quand je me retourne:
 

Puis le chef, dans une éclaire de lucidité, ordonna à son subalterne de fuir, et de chercher des renforts. Sans attendre, ce dernier se mit à courir comme un beau diable, appelant un cheval par la même occasion. Le chef continuer de fanfaronner derrière moi, mais je n’y prêtais pas  d’attention ; il voulait juste nous provoquer, j’avais des choses mieux à faire !
Je fis pivoter ma lame, pour qu’elle soit dans le sens inverse, diriger derrière moi, afin de ne pas gêner ma course. Je serai fort le poing pour ne pas lâcher le pommeau, et me mis à courir de toutes mes forces. J’étais blessé, heureusement pas au niveau des jambes, mais cela ralentissait un peu ma course. Néanmoins, ma proie était blessée aussi, et en armure. Je pus le rattraper sans de grandes difficultés, avant de le plaquer au niveau des hanches afin de le faire tomber. Sans attendre, j’essayai au plus vite de le désarmer, avant de me relever d’une roulade rapide et je tendis mon katana vers lui. Dans cette altercation, l’homme avait perdu son masque, laissant découvrir un jeune homme effrayé.
Je guettais si le cheval n’arrivait pas comme une bête furieuse vers moi.
Si c’était le cas, je changeais ma position afin de lui couper une patte avec mon katana, avant de rendre ma pose de domination sur mon jeune adversaire.
Néanmoins, si Denya avait réussi son coup, je restais avec mon katana pointer vers l’homme.


▬Tu sais de quoi je suis capable, avec mon arme ou sans, alors pas d’entourloupe. Il y a eu assez de mort aujourd’hui, ne rajoute pas ton nom pour rien. Le combat est terminé.


Je regardais aux alentours voir si un quelconque danger était visible, avant de le refixer dans les yeux.

▬-Nous avons déjà appelé des renforts. Tu crois que nous avons fait péter nos parchemins pour le plaisir ? Non, c’était un signal pour nos compatriotes. Et si tu veux mon avis, tu voudras être loin avant qu’une dizaine d’hommes comme nous arrive. Loin et sans renfort, tu ne voudrais pas faire subir à tes camardes le même sort ?


J’avais surtout pour but de le briser un peu mentalement, de le faire acquiescer. Cependant, s’il tentait quoi que ce soit, j’étais prêt à le blesser, avec mon arme ou fuuton.

▬-Si tu as des informations pouvant te sauver la vie, c’est le moment de les dire gamins. Une carte, des ordres, des noms, des nombres, quoique ce soit qui pourraient nous être utiles. Si c’est le cas, et sur l’honneur des Miyamoto, je te laisserais la vie sauve. Cette guerre est juste un gâchis.

Les miyamoto était connu pour leur honneur et rigueur, même chez les clans samurais ennemis. Bien sûr, nous n’étions pas connues de tout le monde, et aussi bien, cet homme n’allait rien comprendre à ce nom, mais on ne risquait rien de tenter.
L’échange dura que quelques dizaines de secondes, une minute tout au plus. J’avais espéré que Denya et haruka s’occupait du chef et de l’archer, afin de me laisser un peu de temps… De plus, après cette course-poursuite, nous nous étions éloignés du cœur du champ de bataille, ce qui me laissait le temps de voir venir des coups ennemis ou autre…



Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

J'avais bien jouée en esquivant les flèches de l'archer avec un kawarimi. Cependant, je fus stupéfaite en voyant que celui-ci avait réussi à me suivre du regard... C'était incroyable quand même ! Je ne savais pas que les samouraïs pouvaient s'avérer aussi puissants et coriaces, décidément j'avais encore beaucoup de choses à apprendre... Malheureusement pour l'homme, la surprise ne m'avait pas stoppée, j'avais tout de même lancé mon attaque qui avait réduit à néant l'attaque qu'il avait lancé au même moment. Même si son regard avait su me suivre, son corps n'avait pas réussi à suivre. Heureusement pour moi qu'il n'était pas plus rapide, grâce à cela, j'allais pouvoir engager le combat au corps à corps comme je l'avais souhaité.

Mon adversaire était déjà bien amoché... Hélas il était têtu et le laisser en ressortir vivant pouvait se retourner contre nous, alors il fallait que je me débarrasse de lui. Je comptais bien entendu jouer mon rôle jusqu'au bout, mais je ressentais tout de même une sorte d'admiration, non... Du respect, oui, c'était ça, du respect... Je le respectais parce qu'il s'était battu avec tout ce qu'il avait et parce que ce groupe de samouraïs avait réussi à nous mettre un temps soit peu en difficulté alors que nous étions loin d'être faibles... Cet home méritait donc que je me batte contre lui en utilisant tout ce que j'avais, dans le but de tuer. Face à mes chaines, face à sa situation, il n'avait pas tremblé, il n'avait pas cherché à fuir, mais il n'avait pas abandonné la vie.

Je m'approchai. Il m'attaqua. Il tira une flèche dans ma direction. Je n'esquivai pas. Je n'avais pas pu, sa flèche avait été bien trop rapide pour moi. Le projectile se planta dans mon épaule gauche, une sorte de grognement sorti de mes lèvres. La rapidité était loin d'être mon point fort, moi, je me démarquais par mon chakra et mon endurance. Enfin, malgré ça, les coups faisaient toujours un mal de chien, je les supportais juste plus facilement. Denya détourna l'attention de mon opposant avec des senbon, parfait. J'en profitai pour essayer d'aller au contact afin d'utiliser la seule technique Raiton que je maîtrisais, puis, j'enchaînais avec un Tarenkyaku dans le but d'en finir au plus tôt...



Résumé:
 


Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Haruka_signa

Je remercie Itachi, ninja de Konoha pour ce superbe kit !
Présentation
FT
Corrections
MaJ FT
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Bouillant de rage et ne pouvant rien faire à cause de la maudite malédiction shinobi qui le clouait sur place, le chef des Chasseurs Funestes expédia une onde de chakra vers Akrillo.
Le chuunin d'Uzushio répondit de même, certain de sa supériorité.
Les deux techniques se croisèrent violement, explosant en échardes de chakra tranchant incontrôlées. L'une d'entre elles orna le visage du Dragon d'une petite coupure et lui coûta quelques cheveux.
C'était passé prêt ! Il avait eut de la chance : les techniques des deux hommes n'étaient pas conçut pour servir de parade...

Saharah Denya s'étant débarrassée de son adversaire, elle chercha d'autres cibles.
Le chef des samouraïs se mit alors à beugler des ordres et la kunoichi des sables répondit en lui jettant de la boue au visage. Cette réaction puérile agaça le guerrier prisonnier du cercle de Fuinjutsu, qui se contenta de se protéger avec son avant-bras en grognant de mépris devant pareille singerie.
Mais il ne s'agissait que d'une diversion : trois senbon effilés filèrent vers le visage du captif. Son masque morbide en arrêta la plupart, mais l'un des vils projectiles se planta dans sa joue, lui arrachant un cri de douleur et de surprise.
La sunajin poursuivit son assaut, expédiant cette fois une volée de senbon en direction de l'archer, dont certains était lestés de clochettes.
Ce dernier, au prise avec la bouillante Uzumaki, détourna un instant les yeux en attendant le tintement derrière lui, craignant l'arrivée d'un nouvel ennemi ou un nouveau kawamiri de la par de la kunoichi d'Uzushio.
Distrait, il ne put esquiver les autres senbon, qui se fichèrent douloureusement dans son torse, désormais vulnérable après la destruction de son armure.

Haruka, malgré le fait d'avoir reçut une flèche qu'elle ignora avec toute la résilience des Uzumaki, ne manqua pas non plus cet instant de distraction.
Elle sauta sur l'archer et lui envoya un puissant courant électrique dans le corps.
Il s'agissait d'une technique Raiton assez banale, le corps de la rouquine servant de paratonnerre pour transférer l'électricité dans le corps ennemi.
Ennemi, qui portait moult élément métallique de son armure en lambeau. Le tout avec un ciel d'orage.
L'éclair fut impressionnant et le guerrier de Tetsu poussa un hurlement terrifiant, ses muscles tressautant sous la décharge. Une horrible odeur de chair et de poil brûlé s'éleva des endroits où il portait les restes de son armure.
Voulant impérativement terminer le combat, la kunoichi d'Uzushio enchaina avec une violette série de coups de pieds hyper-rapides.
Elle entendit les os des côtes de son adversaire craquer comme du bois sec. Ses coups enfoncèrent en plus les senbon précédemment expédiés par Denya.
Quand la jônin relâcha son adversaire après son enchainement, il s'effondra au sol, vaincu. Ses seuls mouvements étaient les spasmes erratiques de ses muscles électrifiés. Il rendit l'âme dans la boue, le sol peinant à boire le sang de ses multiples blessures.

Le chef des Chasseur Funeste avait donné l'ordre à la plus jeune recrue du groupe de fuir ce combat qui semblait perdue. Il trouverait vite des renforts qui les vengeraient !
Le jeune samouraï tourna les talents, une aigreur à l'estomac. Un guerrier de Tetsu n'était pas sensé fuir !
Il obéit néanmoins et siffla un cheval.

Peine perdu : malgré le fait qu'elle soit bien abimée, son armure était lourde et le terrain boueux.
Akrillo sembla se matérialiser comme par magie et le planqua durement. Le Miyamoto n'eut aucun mal à expédier au loin le katana du jeune homme qui se débattait tout de même, expédiant des coups de poings ganté de fer dans l'estomac du shinobi d'Uzushio pour se libérer.
Si il parvenait à saisir au vol les rênes de cheval, quitte à se faire trainer sur la route...

Un craquement terrifiant et un hennissement abject balaya son ultime espoir. Denya venait de faucher la patte du canasson en plein galop.
Lancé à pleine vitesse, la pauvre bête s'abattit lourdement, se brisant encore d'autres os. Elle poussait des gémissements d'agonie pathétiques, ses membres irrémédiablement brisés.

Akrillo pointa alors son katana au tranchant parfait vers le jeune samouraï, menaçant.
Il commença à interroger le samouraï.
Le Miyamoto avait beau être effrayant, matérialisation bien réelle des cauchemars que l'Empire voulait chasser, ses coups d'œil nerveux en arrière pour surveiller le reste de la bataille gâchait un peu l'effet.
"Des renforts ?" souffla le jeune guerrier. "Attendez de voir les nôtres, chien impie ! Le campement Aomitsu est proche et ils vont avoir entendus eux aussi !"
Il se tut soudain, en ayant déjà trop dit. On ne discutait pas avec l'ennemi. Il savait où était son devoir.
"L'honneur ? Un vil shinobi ose parler d'honneur !?" se récria le jeune homme à terre, masquant sa peur sous la colère outrée.
"Plutôt..."
Il plongea une main dans une sacoche de cuir à sa ceinture. Il comptait libérer son commandant avec ça, mais l'heure était venu de rejoindre avec gloire ses ancêtres, emportant le monstrueux ninja avec lui.
"...Plutôt la mort que le déshonneur !" termina-t-il, envoyant entre lui et le shinobi trois petits pots de terre cuite fumants déjà. Akrillo devina immédiatement qu'il s'agissait d'explosifs, sans doute une variante de parchemin explosif ou de boule explosive.
A cette distance, le jeune samouraï n'en réchapperait pas lui non plus : il comptait essayer d'entrainer le Miyamoto dans la mort avec lui !

Toujours scellé par la technique Uzumaki, le chef de Chasseurs Funestes beugla sa haine, voyant son escouade, ses amis même, se faire décimer.
Des deux mains, leva vers le ciel son épée chargée de chakra Raiton, bandant ses muscles, criant sa haine. Pour l'honneur de l'Empire, il lui fallait vaincre ou moins un des ennemis ! Ou périr en essayant. Il n’avait pas attaqué pour l’instant, préférant concentrer ses forces.
Le cercle de calligraphie ondoya, montrant des signes de faiblesse. Bientôt, le samouraï serait libre, et alors...



   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Aujourd'hui mourra peut-être



Les braves tombés se faisaient plus nombreux au fil des minutes et sous la pluie hurlait un chef d'escouade devant l'hécatombe, impuissant, immobilisé, sans moyen d'intervenir. Un pauvre hère dans la joue duquel était planté un morceau de métal pestait sous la triste mine du ciel, sous les gouttes. Au tableau de la défaite venait de s'ajouter un cheval fauché dans sa course par ma jambe. Il n'avait su résister et signait l'envolée de l'espoir d'une fuite rapide pour l'un d'eux, mais aussi pour nous. Si victorieux fussions-nous, nous avions laissé échappé au moins une gaye et quelle n'allait pas être la surprise des prochaines personnes à le voir seul courir, sans personne pour le monter. Les détonations n'allaient pas nous aider à être discrets, car si une monture n'indiquait pas une destination précise, une émission de son aussi bruyante était un indice clair que quelque chose d'anormal se tramait.

Alors que tout s'enchainait, mon esprit se focalisa à nouveau sur le chef. Je ne pensais pas le sceau lancé par l'Uzumaki suffisamment puissant pour maintenir un samouraï prisonnier infiniment et si ma rencontre avec ma dernière victime animale m'avait fait atterrir sur les fesses, je me relevai bien vite. L'échange verbal entre les deux messieurs ne semblait pas donner grande chose mais une capture de son dirigeant allait surement moralement lui peser. Désarmer nos ennemis et les placer en totale impuissance était la meilleure chose à faire.



...Plutôt la mort que le déshonneur !





Un rebond, deux rebonds, trois rebonds, quatre rebonds... Le son de plusieurs petits objets plutôts légers se fit entendre, ils ne sautèrent qu'une fois avant de rouler dans le sol qui devenait d'un boueux désagréable. Plus ça crépitait. Un son typique de parchemins explosifs. Je me retournai et aperçut des armes que je n'avais jamais observées auparavant. Mais alors que tout shinobi travaillant en équipe eût tenté d'éloigner les objets de son coéquipier, mon intuition me siffla de laisser l'Uzujin et de m'en prendre à son chef. Je lui bondis dessus.

Bien sûr, je m'attendais à ce qu'il se défendît, mais je m'estimais assez rapide pour ce type d'approche. Je devais le surpasser en vitesse, mais afin d'être sure d'être au contact sans trop de risque, je saisis de la boue de ma main gauche et réitérai un lancer. La suite fut par contre un variante, j'allais utiliser les senbons de l'ombre. Je n'avais pas été attentive à la réaction de mon opposant, mais comme un morceau de méta avait été planté dans sa joue, il n'avait sans doute pas excellemment vu ma technique sur l'archer, voire pas du tout. De plus, cette technique était généralement utilisée pour que la cible ne se focalisât que sur les clochettes. Par contre, là, je voulais qu'il se focalisât sur tous les senbons.


Kage Senbon !





De mon bras droit jaillirent les senbons. Certains étaient munis de clochettes dans le but de distraire l'attention de ma cible. Pourvu qu'il décidât de les parer. Pas le temps de supposer. Ma main gauche visa la collerette du sabre qu'il tenait. Attraper son arme par la collerette, voilà l'unique but de ma diversion.

Je fermai le poing droit que je dirigeai vers son visage. Il avait une aiguille dans la joue. Si je parvenais à l'enfoncer encore plus tout en le tabassant, j'allais surement lui faire lâcher prise. Biceps contracté, je lançai ce poing à de moult reprises sur le visage de mon opposant. J'étais une maitresse dans l'art du taijustu et quand bien même je ne pouvais pas exécuter chaque technique à la perfection, je pus coordonner son corps pour, dans la foulée, propulser ma jambe gauche deux fois dans le flanc de mon ennemi.

J'étais violente, mais il devait lâcher son arme. Il fallait qu'il se sentît démuni, impuissant.



Nos renforts arrivent ! 20 shinobi comme nous sont partis dans vos campements et plus de 100 sont en route. Vous allez mourir ! Nous sommes bien trop nombreux pour vous !










Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



L’homme semblait être plus courageux que je le pensais. *Mince, ça ne serait pas aussi facile d’avoir des informations…* Mon katana proche de sa gorge, et mes yeux ancrés dans les siens, je n’eu aucun mal à deviner ce qu’il voulait faire. A peine sa main mise dans sa sacoche que mon sixième sens se mit en marche. Je pliai légèrement mes jambes en faisant un petit mouvement de recul. Alors, il balança trois sortes de bombes. Si je restais là, c’en était fini de moi.

J’avais déjà amorcé mon mouvement avant de les voir, mais une fois ces bombes jetées, je le continuai : je tendis mes jambes d’un coup pour faire une sorte de bond en arrière et me retrouver à une distance convenable. Je n’aurais de toute façon pas le temps pour me mettre plus loin. Pendant le saut, je balançai mon arme un peu en arrière, pour la retrouver non loin de mon atterrissage, afin d’effectuer un double technique fuuton. Alors que j’étais encore en vol, je ciblais d’abord les bombes, dans l’espoir de les envoyer plus loin, voir même de les éteindre. Mais, collé à la boue, j’avais peu d’espoir de les faire décoller, j’avais plus de chance de les ensevelir… Ce qui pourrait donner de bon résultat aussi. Avec mon autre main, je ciblais l’homme par terre. J’avais surtout pour but de le décoller des bombes. Il prendrait quand même sûrement des dégâts, mais il avait encore son armure, et il valait mieux prendre une technique fuuton que trois bombes à ses pieds.

Alors que mes pieds se posèrent le sol, je sentis le souffle et la chaleur des bombes qui explosaient. La déflagration vint jusqu’à moi, mais j’espérais ne subir aucun dégât. Je récupérai rapidement mon sabre à mes pieds, et fonçai sur le corps de l’ennemi. J’espérais qu’il était encore vivant. Si c’était le cas, je l’assommais (s’il ne l’était pas déjà) et utilisai rapidement mon sabre pour défaire l’armure de l’ennemi afin de le transporter. Je pris aussi quelques instants pour effectuer une fouille : remède, arme, parchemin, tout ce qui pouvait nous être utile. Après avoir fouillé son corps, je décidai alors de l’amener vers l’endroit où se trouvait le chef. (A moins qu’il soit mort, dans ce cas je le fouillais juste de fond en comble !) . Sur le chemin, je fis un détour pour mettre fin aux souffrances du cheval. Le bruit des bombes allait alerter les ennemis. Le bruit du cheval agonisant allait continuer de les mener exactement vers nous…

Je restais à une distance raisonnable du chef ennemis, prêt à utiliser le corps en bouclier humain au besoin, si le chef décidait de m’attaquer, mais il semblait assez occupé avec Denya.


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

J'avais tué l'archer... Je n'y avais pas été de main morte avec cet homme. Os brisés, peau brûlée... Il était mort, il n'y avait pas de doute à avoir là-dessus... En quelques minutes, nous avions tué plusieurs personnes, c'était pour notre mission, pour la continuer et la réussir. C'était une mission clef pour repousser les samouraïs, alors nous devions être sans pitié. Les seuls ayant été épargné étaient les personnes susceptibles de détenir des informations importantes, soit le chef des Chasseurs Funestes et le senseur. Miyamoto Akrillo s'occupait du senseur tandis que Denya s'était élancée sur le chef qui ne semblait attendre qu'une chose : que mon sceau s'affaiblisse assez pour qu'il puisse sortir de la zone délimitée. Ils étaient sur les survivants. Ils ne devaient probablement pas avoir besoin de moi, alors je pouvais faire ce que je voulais.

J'avais décidé de fouiller l'archer que je venais de tuer. Avec un peu de chance, cet homme détenait sur lui quelques armes, quelques documents intéressants, voire même un ou deux remèdes. Je fis l'inventaire de son équipement... Je retirai ensuite les senbon qui s'étaient enfoncés dans la chaire de celui qui fut mon adversaire, quand des bruits d'explosion retentirent, me sortant brusquement de mes pensées. Je tournai la tête vers le bruit en question, ça venait de l'emplacement où se trouvait le jeune samouraï que l'uzujin essayait d'interroger. Je ne savais pas vraiment ce qu'il se passait de se côté là, mais je n'avais pas envie d'envenimer la situation, raison pour laquelle je me rendis en direction de la sunajin afin de la soutenir, l'homme qu'elle devait gérer me semblant problématique, puis je lui tendis les senbon que j'avais récupéré.



Résumé:
 


Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Haruka_signa

Je remercie Itachi, ninja de Konoha pour ce superbe kit !
Présentation
FT
Corrections
MaJ FT
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Akrillo avait la vivacité du serpent et ses réflexes ne l'avaient jamais trahit quand il s'agissait d'éviter le danger.
Bondissant prestement en arrière, le shinobi d'Uzushio expédia quasiment en simultanée deux techniques Fuuton pour souffler les bombes du suicidaire et repousser celui-ci.
L'usage d'un vent modéré lui permit d'écarter les explosifs, mais sans les souffler ou les éteindre. Tout comme des parchemins explosifs, ils étaient conçut pour fonctionner par tout temps.
La seconde technique du chuunin était plus puissante, assez pour emporter un homme. Il souhait repousser le jeune samouraï hors des zones d'explosions... Mais n'y parvint pas complètement.

Le guerrier était en armure et déjà vautré à terre : il ne glissa que sur quelques mètres, alors que les bombes s'envolait littéralement.
L'une rebondit non loin de lui et explosa dans une déflagration terrible, lui arrachant le bras. Brûlé et amputé, le jeune samouraï hurla, se convulsant à terre.
Sans soins rapides, il était perdu.
Les autres bombes se perdirent, mais qui savait quels ennemis les détonations avaient pu alerter ?
Les shinobis étaient-ils assez loin des campements d'ashigaru et du camp qu'ils comptaient infiltrer ? Les explosions pouvaient-elles se confondre avec le tonnerre ou les bruits de batailles autour de Baransu ?

Akrillo s'approcha de l'agonisant, otant les débris de son armure malmenée. Le jeune homme était mourant et incapable de répondre à la moindre question. Cela n'arrêta pas le chuunin d'Uzushio qui le fouilla sans ménagement.
Il ne trouva pas grand chose sur le corps en devenir. Un petit couteau. Des rations de viandes séchées, un sifflet d'os, une gourde d'eau à moitié vide. Et une lettre non-terminé pour ses parents. Il y décrivait avec fierté sa joie d'avoir été choisit pour faire partie d'une unité d'élite du Shogun et d'avoir survécus à un entrainement incroyable qui avait fait de lui un vrai guerrier, que tout se passait bien et qu'on leur avait promis des terres, qu'il allait gagner un titre de noblesse, devenant un véritable samouraï et qu'il pourrait enfin épouser Etsuko, sa bien aimée...

Denya ne s'était guère soucié des explosifs ou des velléité suicidaire du jeune samouraï, concentrée sur celui qui lui paraissait le plus dangereux : le chef de l'escouade des Chasseurs Funestes.
L'uzujin était après tout un maître du Fuuton, il l'avait amplement démontré : il saurait sans nul doute gérer la situation explosive.

La kunoichi des sables bondit donc sur le chef d'escouade à une vitesse terrifiante, lui expédiant à nouveau un peu de gadoue pour gêner sa vision.
Cela ne démonta pas le roué samouraï, qui avait déjà vue la même "attaque" précédemment. Il se contenta d'esquiver le projectile boueux.
Profitant toutefois de la diversion, la sunajin lui envoya une volée de senbon, dont certain munit de clochette.
Le son surpris le samouraï, qui fut touché par les projectiles. Néanmoins, son armure le protégea de la majorité des pics métallique, seuls quelques un trouvant une faille ou un morceau de chair exposée.

Denya en profita pour essayer de s'emparer du sabre. Elle était plus forte et plus rapide que la samouraï, mais ce dernier était un véritable adepte du kenjutsu : il ne se laissa pas déposséder de son arme crépitant de petits éclairs pour autant, même quand les poings dur et puissant de la kunoichi au bras de pantin lui expédia quelques coups dans le visage, fendant ses lèvres et cassant son nez. Le senbon jaillit de la plaie, ouvrant une terrible balafre dans le visage du guerrier.
La sunajin lui expédia aussi une volée de puissant coups de pieds dans les côtes, hélas encore protégée par son armure, qui craqua tout de même sous l'impact.

Elle essaya aussi l'intimidation, mais ne décrocha qu'un sourire amusé de la part du vétéran.
"Mensonge..." siffla-t-il en crachant du sang, tout en constatant qu'il était désormais libre de ses mouvements, le cercle de Fuinjutsu s'étant dissipé. "Vous les shinobis ne savaient que mentir..."
Il ignorait la douleur et Denya sut pourquoi en croisant son regard gris acier.
Le regard de quelqu'un qui avait accepté la mort et la défaite, qui la regardait déjà de l'autre coté de la rivière Sanzu. Mais un regard qui n'accepterait pas le déshonneur ou la réédition.
"Accroches-toi bien à ma lame, shinobi." cria-t-il, alors que la sunajin et sa force immense l'obligeait à baisser toujours plus le katana. Bien, il ne comptait pas donner plus d'un coup et celui-ci n'avait rien de subtil. "J'ouvre le chemin et je franchirais les portes de l'au-delà avec ta tête comme trophée ! Sandâsutoraiku !!"

Cessant de lutter, il accompagna au contraire le mouvement imposé par la kunoichi des sables, envoyant son sabre se planter au sol dans une attaque désespérée. Il y mit toutes ses dernières forces, tout son Ki, son énergie vitale.
Pourvu que ça suffise !
L'impact fut assourdissant, brisant le sol et même l'armure du samouraï, qui fut expédié en arrière.
Il ne se releva pas, ayant brulait jusqu'à son âme pour cet ultime assaut.
Néanmoins, celui-ci avait été grandement gêné par Denya qui tenait la lame et il n'avait pas été aussi puissant que prévus...

Loin de ce combat homérique, Haruka vérifia que l'archer était bel et bien mort. Mieux valait éviter toute surprise…
Le corps en piteux état confirma que cette fois, il avait son compte, lui et son cheval.
Elle fouilla le cadavre, sans trouver grand chose : des rations de survit (probablement au goût infect), une gourde, une petite flasque d'alcool, un sifflet, un carquois, une petite lame de secours et un peu de tabac à priser.
Contre son cœur, une lettre auquel il tenait visiblement beaucoup, soigneusement pliée.
Point de mot doux d'une petite amie ou de parent aimant : il s'agissait d'un ordre de mobilisation, déjà ancien, ordonnant, "par ordre du Haut-Général Sozo Hidesu, à l'honorable samouraï Yûsei Hidejîro de rejoindre l'unité d'élite des Chasseurs Funestes, dirigée par Chuibukai Mei".
Il s'agissait visiblement d'une promotion qui lui tenait à coeur. Le dos de la lettre officielle était couvert de signatures et mots d'encouragement du Septième Régiment d'Archer de l'Empire. On le sommait de "se couvrir de gloire pour le clan Yûsei - ton grand frère ", de ramener "quelques têtes de ninja au Shogun ! - ton cousin, Yôsei Migetsu" ou de "Faire la fierté du régiment - caporal Tankei".

Les ninjas survivant purent aussi fouiller sans soucis le corps du chef de l’escouade. Les shinobi surent qu’il était mort plus de l’épuisement total de son chakra que des blessures qu’ils lui avaient infligé.
Comme les autres, il n’avait pas grande chose sur lui. Il s’agissait d’une unité conçut pour traquer et engager le combat contre des shinobis : ils n’avaient donc logiquement sur eux que le minimum pour accomplir leur mission et ne transportaient pas le moindre secret de l’Empire.
Le chef était visiblement un grand amateur de poésie, ayant deux petits ouvrages grandement compulsé. Il en écrivait aussi : un haiku griffonné  ornait une page :
« Nuages de brouillard
faisant de leur mieux rapidement pour montrer
cent scènes »

Lui aussi portait un sifflet, mais également un insigne gravé représentant un démon grimaçant, sans doute une sorte de laissez-passer et portant le numéro trois.

Les shinobi décidèrent en outre de passer un peu de temps à dépouiller les morts.
Le cadavre de l'autre archer révéla qu'il avait lui aussi un sifflet et quelques provisions (lui, des onigiri aux prunes salée), ainsi qu'un carquois encore plein et une belle lame en seconde arme.
Un bracelet de perle de bois ornait son poignet et il y avait un charme de bonne fortune dans ses poches. En examinant d'un peu plus prêt sa tête, on voyait qu'il avait des cheveux forts courts, comme repoussant après une tonte. S'agirait-il d'un ancien moine, un samouraï ayant tenté de trouvé la paix intérieure dans la Foi, mais rappelé sous les drapeaux par le Shogun ?
Les ninja ne le saurait probablement jamais.

Le dernier samourai avait vu son équipement fort abimé par le parchemin explosifs et les coups de Denya. Son sifflet était inutilisable et ses provisions détruites. Un petit carnet de cuir avait survécut à la bataille. Il contenait des dessins de paysages, de la flore et de la faune exécuté avec passion plutôt que talent, ainsi que des fleurs séchés entre les pages. Il était visible que l'homme aimait l'art et la Nature. On trouvait aussi un croquis de leur commandant, brandissant une épée parcouru d'éclair. Une note s'ajoutait au dessin, visiblement celle d'un autre homme : "Mabushi, évite de montrer celle là... Je sais pas toi, mais je trouve que la technique secrète de l'école Tomoaki ressemble un peu trop à du sale ninjutsu..."

   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya

Moi, une mauvaise menteuse ?

Tous les shinobis étaient de piètres menteurs ?

Il semblait satisfait que je m'agrippasse à son arme, ce qui n'était guère rassurant. Je l'emportais jusque là dans ce duel de force, mais dans un élan, son bras d'épéiste l'emporta et son sabre blindé de foudre vint s'abattre sur le sol, dans un fracas électrique et éclatant.
Je l'avais ralenti.
Je l'avais gêné.
Cela ne l'empêcha pas de ficher sa lame dans le sol en plaçant dans cette attaque les espoirs qui lui restaient. Un ultime effort avec lequel il comptait m'emporter.


Ces informations ne suffisent pas


Le choc fut violent et souffla les mèches de mes cheveux.
Un coup violent dont l'impact m'atteignit. Un coup porté par un samouraï fatigué.
Un samouraï était mort en tentant de m'entrainer avec lui, au sacrifice de son armure et de sa vie.
Son poignet maintenait encore fermement le manche de l'arme qui était la sienne mais son bras, lui, ne maintenait plus rien. Ses jambes non plus. Son corps alourdi par l'armure tomba de tout son poids sur moi. Je le repoussai, le maintenant debout de mon bras libre. Restant debout, je plaquai mes deux mains sur son torse et l'envoyai de toute ma force se coucher une dernière fois au sol. Une posture qui n'allait guère changer.

Je vis Haruka qui me tendait un senbon. Probablement pensait-elle que je voulais torturer cet homme. En effet, c'était mon projet une fois qu'il allait être désarmé, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il pérît de son propre coup. Je regardai le corps sans vie de ce chef de meute, esquissai un sourire et plissai le front avant de fixer l'Uzumaki, lâchant un souffle amusé.

Puis retour à la réalité. Une flèche était plantée dans mon flanc et il me fallait l'extraire. Ma main se posa sur la tige tandis que le morceau de métal se fit ressentir, même s'il n'était que légèrement mis en mouvement dans la chair. Le projectile avait bien fait son chemin dans mon corps et s'était logé assez profondément pour que je susse qu'il allait être difficile à enlever.

Dents serrées, mains tenant le bois, j'avalai ma salive et arrachai la flèche lentement. Ce satané morceau de métal déchirait mon être à chaque millimètre parcouru, mais pas question d'arracher ça d'un coup sec ! Un morceau de chair pouvait partir et qui savait combien de sang il m'était alors possible de perdre en plus ? Mâchoire tendue, concentration, il me fallait me dépêcher malgré cette douleur intense. J'avalai ma salive une nouvelle fois, profondément, puis arrachai le dernier centimètre avec empressement mais maitrise. Mon réflexe immédiat fut de poser ma main libre sur la plaie ! Ça faisait mal, mais j'en avais vu d'autres. Je n'avais par contre plus l'excitation du combat, donc sentais mon flanc ouvert, exposé à l'air, perforé ! Immobile deux secondes, trois secondes, muscles contractés. Puis je fis quelques pas, espérant oublier ce bobo, mais pas moyen. Puis j'observai les autres et mes yeux se posèrent sur le cadavre du premier archer tombé. Je me penchai vite sur lui et profitai du début de notre fouille pour arracher un morceau de tissu à l'habit qu'il portait sous son armure, ce qui ressemblait à un kimono noir. Je fis de ce morceau un bandage qui empêcha la plaie de saigner, même si des fils venaient alors chatouiller mon ventre, ce qui me fit lâcher un léger rire nerveux.

Nous continuâmes la fouille et obtînmes peu de renseignements, mais nous les partageâmes. Nous connaissions le nom du plus haut gradé, si toutefois l'ordre émanait directement de lui. Nous ignorions la taille de l'état-major. Nous ignorions aussi si haut-général était le lus haut grade que pouvait occuper un samouraï dans l'armée impériale. Supposément, oui.

Yûsei Hidejîro, l'un des archers, avait appartenu au septième régiment, dans lequel on pouvait trouver un caporal nommé Tankei. Caporal devait être l'un des grades les plus bas parmi les sous-officiers.

Le samouraï que j'avais occis était un dessinateur. Mabushi, semblait-il. Quelqu'un lui conseillait de cacher une esquisse d'une technique de l'école Tomoaki. Il y avait donc des écoles de kenjutsu. Les artistes martiaux auxquels nous allions encre faire face durant ce conflit risquaient de s'avérer être de gros durs à cuire. Alors que j'avais les genoux dans la boue, je feuilletai les autres croquis qui se révélèrent sans importance.

Cependant, j'étais intriguée par l'insigne. Comme nous tous. Nous rassemblâmes ce que nous avions récolté sur les cadavres de ces chers morts.
Nous avions de la nourriture, des rations de survie et des onigiris aux prunes salées que j'eus sur le moment envie de gouter.
Les archers nous offraient deux carquois, l'un vide et l'autre plein.
Ils étaient munis, l'un d'une petite lame de secours, l'autre d'une belle lame.
Nous avions les précieux sifflets, si utiles à la communication et peut-être des sésames pour notre fuite.
Une gourde, une petite flasque d'alcool, cela allait peut-être convenir pour accompagner le manger. Le tabac à priser, quant à lui, était hors de propos.
Le premier archer tombé avait sur lui un bracelet de perle de bois et un charme de bonne fortune, deux objets dont j'eux instantanément envie.
Deux carnets, l'un avec des haiku, l'autre avec des dessins. Je me demandais si feuilleter les ouvrages en détail eût permis à notre expert en maniement d'apprendre une technique. Au moins, nous savions qu'il y avait des écoles et des régiments d'archers.

Nous engloutimes rapidement la nourriture. Il fallait maintenant aborder la tactique. Nous étions tous d'accord pour dire que l'infiltration du camp par Haruka était trop risquée au vu de son chakra colossal. Elle allait donc rester en retrait et distraire le campement Aomitsu. Il fallait que nous choisissions comment répartir les rôles. Akrillo proposa de se vêtir comme il pouvait en un Chasseur Funeste.




Les Chasseurs Funestes sont un groupe trop spécifique. Si quelqu'un censé te reconnaitre ne te reconnait pas, nous sommes fichus. Mieux vaut, comme avant, jouer le rôle d'un samouraï lambda.



Évidemment, Haruka soutenait son compatriote. Je m'intéressais à la politique internationale et, fait intéressant, j'avais ouï dire qu'avant d'avoir été surnommée "Perle d'Uzushio", elle avait porté l'amusant sobriquet de "Première Palourde". Cette anecdote qui me revint me conforta intérieurement dans le fait que j'avais raison et qu'en face de moi se tenait un mollusque aux cheveux de feu. J'allais donc me plier à la majorité.

Dès lors, le plan fut simple. Miyamoto allait enfiler des morceaux d'armure et jouer le samouraï. Pour ce faire, j'allais devoir sortir un des Chasseurs funestes du terrain, le cacher. Haruka et moi allions sans doute nous partager la tâche. J'allais commencer à déplacer le corps, Haruka allait faire mine de se battre contre Akrillo  et lorsque les renforts allaient arriver, elle allait se cacher. Le Miyamoto allait ainsi passer pour le seul rescapé sauvé par les renforts. Ensuite, les deux filles allaient jouer le rôle de la diversion. Toute idée étant actuellement risquée, je me fis à celle d'appliquer la planification du dragon. Non sans signaler que quelque chose me taraudait. Je pointai le senseur du doigt et parlai doucement pour qu'il ne nous entendît pas, à coup sûr.


J'espère qu'il n'est pas fort mentalement et que les moindres pilules ne vont pas le calmer, sinon il t'identifiera vite, Uzujin.




Sans l'aval des deux autres, dans un grand empressement, je pris sur moi le charme et le bracelet du possible ancien religieux et rangeai aussi dans mes affaires l'éventuel laisser-passer qu'il allait falloir montrer au général Churitsu. Je redressai l'une des carcasses en conserve en mettant mes bras sous ses épaules. Je la maintins assise alors que je me baissai pour agripper de mes bras de bois notre homme, sous ses aisselles et le trainai hors du champ de vision de quiconque allait s'approcher, cherchant des yeux de la verdure où cacher le corps. Mais je me rappelai que nous nous étions cachés derrière un rocher. Je soulevai alors le samouraï et le prit sur mes épaules, m'élançant vers ce rocher qui surplombait la route et y dissimulai le malheureux au mieux.


Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



Enfin, la fin du combat avait été sonnée. Mais pas la fin de la mission. Après un rapide tour des corps, nous avions découvert… peu de chose intéressantes. Un nom d’un général je crois, mais aussi un parchemin avec un sceau étrange. Mais à part ça… Chuibukai Mei, un nom revenait. Elle était donc bien la chef de ce groupe d’élite. Bien.
J’abandonnai à son sort mon ennemi précédant. J’avais un plan, l’avoir vivant serait utile, mais lui donner des soins était impossible, pour la cohérence. Je pris néanmoins son sifflet d’os. J’avais quelque temps pour souffler, je pu alors boire dans une gourde et enlever ma flèche. Un léger flot de sang jailli, mais rien de grave. Finalement, je ne m’en étais pas trop mal sortit. Je pu regarder aussi ma balafre sur le torse. Elle saignait toujours, mais comme je le pensais, ce n’était pas profond, et heureusement !
Une fois réunis avec mes collègues, je pu décrire ce que je pensais :

▬Actuellement, nous n’avons pas assez d’information. Mon ennemi a parlé d’un camp, le camp Aomitsu. Il devrait se trouver non loin de là, sûrement celui où on se dirigeait de base. Néanmoins, avec les explosifs , les chevaux qui ont fui et celui qui criait de souffrance, je doute que l’on soit passé inaperçue…

Tout en commençant à saisir ici et la des morceaux d’armure abîmé, ou en enlevant sur le corps des victimes, je continuais mon monologue.

▬Ils vont arriver et en force. Peut-être pas les mêmes que nous venons d’affronter, ils ont l’air d’être des unités d’élites, au vu des documents gagnés. Mais justement, nous devons nous préparer à la venue de renfort, mais pas pour les combattre…

Je mis alors un casque sur ma tête, et donnai mon katana à Haruka. Typique des miyamoto, il ne ressemblait pas à ceux des ennemis…

▬Il faut réussir à les infiltrer. Je me propose dans ce rôle : j’ai un entraînement rigoureux proche des samurai me donnant une plus grande facilité pour se fondre dans la masse et leur ressembler , postures, mouvements… Deuxièmement, utilisateur du fuuton, je pourrais facilement, (ou presque) me dégager en cas de problème, évitant le combat au corps à corps.


Commençant à placer l’armure sur moi et en saisissant un katana ennemis par terre, tout en vérifiant qu’il ne faisait pas trop unique ou personnel, je continuais.

▬Troisièmement, je suis blessé à des endroits stratégiques, permettant une plus grande cohérence sur mon rôle de rescapé d’une attaque, évitant ainsi un henge qui serait trop vite découvert… Et enfin, je ne suis qu’un chunin. Si cette mission peut être mortelle, il vaut mieux que vous deux, jonins de vos villages, garder les informations que nous avions et que vous soyez prêtes à les ramener en cas de problèmes. Vous êtes bien plus importante.


Je disais ça sans aucun état d’âme, ni pour rajouter un aspect dramatique ou pour me plaindre de mon rang. Non, c’était comme ça, c’était la hiérarchie, la rigueur, la cohérence. Je connais ça, mon clan n’était que ça ! un jonin est bien plus important pour le fonctionnement d’un village et en temps de guerre qu’un Chunin. De plus, mes caractéristiques déjà énumérées, sans compter mon incroyable vitesse et ma capacité d’adaptation me mettait au premier rang pour cette mission, c’était tout simplement de la logique.
J’écoutais les reproches de la sunajin et vis mon supérieur répondre. Je levai la main calmement.

▬Rester un simple samurai pourrait être utile oui, mais nous ne savons pas si ces armures sont spécifiques aux chasseurs ou non, auquel cas, me faire passer pour un samurai de base avec leur armure serait déjà la fin. De plus, chaque clan samurai à l’air d’être déterminé dans une zone. Seuls ceux appartenant aux chasseurs funestes peuvent se balader librement. Dire que je suis un simple Samurai de tel clan , même si ce dernier existe, peut s’avérer fatal : imaginer, ils sont sensés être à l’autre bout de la cité, ou avoir ordre de ne pas s’aventurer hors de leur camps…


Je continuais aussi à défendre rapidement mon idée ; nous venons de lire sur un document qu’ils avaient subis un entraînement spécial, à l’écart je supposais. Donc les soldats lambda ne devraient pas nous connaître spécialement. De plus, j’avais un casque, et un faux nom au besoin… Quelques effets personnels en plus.

▬Oh lui ? Honnêtement, je ne pense pas qu’il sera vivant le temps que les ennemis arrivent, ou qu’ils soient ramenés aux camps. Si c’est le cas, je garderai mon casque et agirais comme si c’était un frère d’armes blessé. Et une fois au camp et soigné, je trouverais un moyen pour en finir, ou alors ne plus le croiser…


J’essayai de me mouvoir avec ma nouvelle armure. J’étais ralenti, mais ne portant pas la grosse cuirasse, ça m’allégeait fortement ! Finalement, j'enlevai mon casque, et tirai mes cheveux, tendus en avant vers Haruka.

▬Tu peux les couper, s’il te plaît ? Autant jouer mon rôle le mieux possible.


En effet, tous les ennemis avaient les cheveux assez courts. Possédant les cheveux mi-long, ce n’était pas crédible. Avec mon katana, elle pouvait bien raccourcir la longueur. Je finirai avec un kunai récupérer au sol rapidement, recouvrant les cheveux au sol de boue, pour ne pas laisser d trace. Je lui envoyai aussi le kunai.

▬Ne ménage pas tes coups quand ils arriveront, tout doit être le plus crédible. Et surtout, ne perds pas mon sabre.


La dernière phrase était bien un ordre camouflé.


J’étais bien recouvert de boue, ouvert au torse et au bras, perdant du sang, en armure d’ennemis et en combat contre le Shinobis qui avait tué tous mes frères d’armes. Je me répétais ce scénario jusqu’à y croire. J’attendais quelques instants pour voir si des ennemis arrivaient, fixant mon ennemi du moment avec une fausse rage. Au moindre bruit, je fonçais, du mieux que je pouvais, sur elle avec mon sabre. Si personne n’arrivait même après avoir tout préparé, j’usais alors du sifflet d’os qui pendait autour de mon cou… En espérant que les ennemis arriveraient, en petit nombre, mais surtout que le plan marcherait…


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

Alors que je m'approchais de Denya, le chef des Chasseurs Funestes lança une attaque sur celle-ci. J'accélérai le pas. Elle avait été blessée. Je lui tendis un senbon pour qu'elle torture l'homme, mais il était apparemment mort. Mort d'épuisement. Il avait utilisé trop de chakra... Ces hommes... Jusqu'où pouvait aller leur fidélité ? Je fixais quelques instant le cadavre du chef, j'éprouvais du respect, j'éprouvais beaucoup de respect envers eux... Je fermais les yeux et gardais le silence pendant un moment priant pour le salut de leur âme. Puis, à la fin de ces instants, je me remis au travail. Une mission de la plus haute importance m'attendait. Mes coéquipiers m'attendaient.

Une fois la fouille finie, nous fîmes l'inventaire de ce que nous avions trouvé. Parmi les informations intéressantes, nous avions mis la main sur le nom d'un caporal, du Haut Général et nous avons trouvé qui était la Chuibukai Mei dont on avait entendu parlé, c'était la chef des Chasseurs Funestes. Une fois la communication finie, nous discutâmes de la marche à suivre. Déjà, nous étions tous d'accord pour dire que nos informations n'étaient pas suffisantes et que c'était une mauvaise idée que j'essaie de m'infiltrer dans un camp, à cause de mon chakra. Nous étions d'accord pour que mon camarade uzujin s'infiltre, mais nous ne partagions pas le même avis concernant la couverture que devait avoir cet homme.

- Je pense qu'il faut respecter la volonté d'Akrillo, c'est lui qui va prendre le plus de risques après tout. De plus, nous avons des cadavres de chasseurs funestes sous la main. Au camp précédant, nous avons paru suspects parce qu'on était que trois, là il a une explication solide.

Après m'avoir confié son sabre pour en prendre un autre, le Miyamoto me demanda de lui couper les cheveux afin de ressembler le plus possible à l'ennemi. Je répondis à sa demande, puis j'attrapai le kunai qu'il m'envoya. J'accrochais ensuite le katana de l'homme à ma ceinture, puis je le regardais lui, kunai à la main. Je me préparais à exécuter le rôle qui m'attendait tandis que Denya cherchait à se débarrasser du corps supplémentaire. Lorsqu'il me menaça de son arme je me mis à sourire, parant et attaquant à l'aide du kunai, j'essayais de temps à autre de placer un coup de pied. Mon mode senseur était activé, j'essayais de percevoir l'arrivée des samouraïs afin de préparer ma fuite.



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Une fois le combat terminé, les shinobi purent fouiller les corps des Chasseurs Funtestes, grappillant quelques menus objets et brides d'informations. Ils ne prirent même pas le temps de souffler ou de se soigner réellement, bandant juste leurs plaies les plus graves afin d’éviter toute hémorragie.
Un plan fut mit au point : Akrillo allait jouer au "dernier survivant contre les fourbes shinobi", si jamais d'éventuels renforts de l'Empire se pointaient.
Ce qui ne serait guère étonnant, vu l'usage d'explosifs et de techniques dévastatrices peu discrètes de la part de cette unité d'élite de Tetsu.

Se déguisant, le chuunin d'Uzushio se prépara à jouer son rôle, Haruka s'attribuant (sans doute à regret) le rôle de "l'ennemi en déroute", tandis que Denya allait planquer leur corps surnuméraire.
Laissé à l'agonie dans la boue, le bras tranché, le jeune Senseur ne tarda pas à expirer.

Après un temps d'attente relativement long passé à essayer de ne pas tuer son compatriote blessé tout en aillant l'air crédible dans son rôle d'assassin aux abois, Haruka ressentit l'arrivée des fameux renforts.
Ils provenaient du camps vers lequel se dirigeait initialement les shinobis, qui ne devait pas être bien loin. IL s'agissait d'une dizaine de samouraï à pied, en armure lourde, harnaché pour la guerre, dont deux archers.
Elle descella en eux à peine trois sources de chakra digne d'un shinobi.
A les voir avancé avec prudence, il ne fallait pas être grand observateur pour savoir qu'ils n'agissaient que par devoir (et surement l'ordre d'un supérieur gueulard).

Avisant celui qu'ils prirent pour un des redoutables Chasseurs Funestes au prise avec une démone aux cheveux rouges, maniant des armes visiblement shinobi, ils poussèrent un cris d'alerte. Ils ne virent les corps que plus tard, ce qui attisa leur colère.
Cinq samouraïs s'élancèrent aussitôt pour porter secours à Akrillo, donc visiblement un gradé qui agitait déjà son katana en hurlant "Sus au ninja ! Pour le Shogun !".
Mais en armure lourde, même blessée l'Uzumaki n'aura aucun mal à les distancer et à disparaître (surtout avec ces dons sensoriels).

Les cinq autres s'étaient arrêtés, trois d'entre eux se disposant pour protéger leurs archers de toute attaque surprise, scrutant les alentours à la recherche d'éventuels autres assaillants ninja.
Bien évidemment, les archers prirent le temps de viser, à genoux et expédièrent des traits assassins vers la jônin d'Uzushio qui fuyait...

"Chienne ! Lâche ! Revient goûter notre acier !" tonna le chef de troupe en agitant (en vain) sa lame en direction de la fuyarde.
Constatant que ses efforts étaient vains, il se tourna vers Akrillo dans son armure noire rapiécée.
"Vous allez bien ? Que c'est-il passé ?"
Mais devant la nervosité de ses troupes, il ne poussa pas plus loin son interrogatoire. Ils étaient face à des shinobi qui avait occis quatre Chasseurs Funestes ! Et visiblement, sans la moindre perte ! Son escouade ne faisait pas le poids.
"Rassemblez les corps de nos héros tombés face à ses vils assassins sans honneurs..." ordonna-t-il, offrant son épaule pour soutenir Akrillo. "Nous reviendrons avec une armée pour débusquer ces lâches !"

Le chuunin des Tourbillons fut ainsi conduit avec sa joyeuse escorte jusqu'au campement de samouraï le plus proche.
A l'oeil, il était évident qu'il ne s'agissait plus d'un simple avant-poste de conscrits. Des bannières chatoyantes ornaient de symboles claniques flottaient au vent. De grandes tentes servaient de baraquement aux soldats, mais d’une bien meilleure qualité que celle des ashigaru. Quelques unes semblaient même encore plus riches et étaient gardé par des plantons en armures lourdes, indifférent en apparence à la pluie.
Le camps était cerné d'une véritable barricade de pieux et grouillait de samouraï en patrouille. Un mirador central avait même déjà était édifié. L'armée de Tetsu travaillé vite et efficacement.

On amena le ninja déguisé à l'écart, le conduisant à une infirmerie de campagne. Là, on lui ôta avec déférence son armure cabossée, avant de bander et désinfecter ses blessures pendant qu'on lui servait un thé brulant mais revigorant. Quelques médicastres pilaient en toute hâte diverses herbes, préparant un onguent.
Pendant ce traitement parut un officier, sans doute le commandant du camp.
Il réitéra alors la question qu'avait déjà posée le chef de troupe.
"Que s'est-il passé ?"
De la réponse du shinobi infiltré dépendrait sans doute la suite des événements...


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Quantum of escape Dim 20 Mai - 15:30
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Quantum of escape



Tout s'était déroulé à merveille selon le plan. Presque tout. Le corps caché avait bien été planqué et je n'avais pas été repérée, mais les archers avaient pris l'Uzumaki pour cible. Ainsi visée, elle avait du fuir et sa faible vitesse n'avait pas été un avantage pour elle. On avait voulu l'arroser, la doucher de traits. Cependant, la lourde armure de nos ennemis était à leur désavantage et j'observai la scène sans nulle intention de lui porter assistance malgré les projectiles sifflant qui risquaient de la toucher. J'étais capable d'encaisser mais le plan exigeait que les samouraïs ne me repérassent pas. Il me fallait être la plus discrète possible et ne pas laisser entrevoir un quelconque plan derrière le duel entre les Uzujins. Aussi, je la laissai, certaine qu'elle allait échapper à la troupe d'Aomitsu.

Ils partirent finalement. Quatre corps ornaient alors le champ de bataille et je pus voir s'éloigner ces gars en armure dans leur démarche militaire, progressant vers le campement où ils allaient se replier. Plus de paroles, cette fois. Des signes suffirent à nous décider à partir, suivant de loin les soldats armés qui avançaient vers une colline sur laquelle ils grimpèrent accompagnés du dragon Akrillo qui se jetait dans la gueule du loup. Un loup armé, visiblement, bien défendu par des pieux habilement posés en barrage et un mirador visible de loin. Il allait falloir que nous restions à distance, mais le temps nous était compté. À cette distance, nul ne pouvait nous entendre.



J'ai deux parchemins explosifs. On a deux carquois dont un plein...




Pas le temps de faire une liste, il fallait agir vite. Une observation rapide du camp me permit de constater que l'avant du campement était le mieux protégé. Logique, les samouraïs visaient Baransu, la majorité de leurs infrastructures de protection étaient donc focalisées vers la cité. Cependant, il ne fallait pas se faire d'illusion, attaquer dans le dos du campement n'eût pas été sans danger. De plus, le jeune Miyamoto pouvait peut-être gagner du temps, mais si nous devions faire diversion, il fallait agir rapidement. Plus nous patientions, plus les risques qu'il fût repéré grandissaient. S'il portait le moindre signe traitre, il était cuit. À vue de nez, contourner le campement était trop long, c'était hors de question.

Qu'Akrillo risquât sa vie en s'infiltrant était une chose, il n'avait pas mes tatouages sur le visage ou mes bras de bois permettant de le classer comme non-samouraï, mais qu'il considérât ma vie et celle de Haruka comme plus importantes que la sienne du fait de son grade était difficile à avaler comme argument pour qu'il se désignât volontaire pour infiltrer le campement Aomitsu. Je n'avais fait aucune remarque, mais moi qui oeuvrais dans le but de protéger autrui n'avais absolument pas la même conception des choses et je n'estimais pas la vie de quiconque plus importante que celle d'un autre par essence. Si j'assassinais, c'était parce que j'avais choisi mon camp et estimais que le rôle de la vie de ma victime était une entrave, pas sa valeur.[/i]


Créons le maximum de clones. Nous en envoyons cinq par l'avant pour distraire le campement. Tu prends des clones et approches par la gauche, moi par la droite. Tu es plus lente que moi, donc je propose que tu prennes un sifflet et que tu siffles de toutes tes forces. Ensuite, tu fuis et tu les fais tourner en bourrique. Je vais essayer de semer un peu de pagaille de mon côté. C'est suicidaire, je sais, mais je n'ai pas mieux.




Haruka et moi nous mimes rapidement d'accord et créâmes chacune dix clones. La stratégie était établie et la situation était urgente, nous ignorions si le jeune Uzujin allait être capable de tromper la vigilance d'un chef de camp. Et si la chef des Chasseurs funestes était en face de lui, il risquait de perdre la vie à l'instant. Je pris avec moi les duplicatas qui me ressemblaient et nous nous mimes rapidement en place. J'étais un tantinet plus rapide que la rousse et donc, par la droite, je progressais avec mes copies, nous toutes tapies tandis que par l'avant, des clones faisaient mine d'être discrets, mais ces répliques de Haruka avaient pour vocation d'être repérées. Être repérées afin de concentrer l'attention des samouraïs sur elles.

J'avais sur moi le tabac, le livre de poèmes et la flasque d'alcool, des éléments inflammables que je pouvais utiliser pour affoler le campement en tentant d'embraser le sol ou les tentes. J'avais caché le carquois sur mon ventre, sous mes vêtements, afin d'avoir une armure ventrale minimale avec des flèches et dans mon dos, la belle lame constituait une faible armure dorsale. J'avançai avec les clones, prête à utiliser le Kawarimi. Après tout, s'ils me tiraient dessus, la trajectoire des traits était évidente et dans ce cas, j'allais pouvoir faire une permutation efficace.

Nous avancions, mais les clones de l'avant ne devaient pas avoir fait long feu. J'attendais le coup de sifflet de Haruka qui allait, ne fût ce que deux secondes, surprendre les samouraïs. À ce moment, j'allais foncer. Un bruit. Un son aigu. Déjà ? Haruka avait-elle des ennuis ? Ou avait-elle estimé plus sûr d'éviter que je fusse repérée en opérant déjà la diversion ? Qu'est-ce qui se passait de l'autre côté ? Aucune idée, mais le signal était clair. Finie la planque.Il allait falloir sauter par-dessus la palissade. À l'assaut !




Récapitulatif:
 

À l'adresse du maitre du jeu:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



Enfin, les ennemis, ou plutôt mes alliés, étaient arrivés.
Harcelant Haruka qui se joua d’eux, ils fondèrent sur ma position pour m’épauler. L’un d’eux me demanda des comptes.


▬Je suis vivant, rentrons rapidement !

Je le sentais nerveux, mais je l’étais aussi. De par ma mission d’infiltration, mais cette réaction pouvait sembler logique, après tout, j’étais un samurai venant de survivre à une attaque meurtrière de Shinobi.
Ils regroupèrent rapidement les corps avant de repartir vers le camp, m’aidant à marcher.

Leur base était bien plus fortifiée que la précédente. Les hommes semblaient mieux équipés, ordonnés… Nous étions vraiment dans un camp de Samurai. Plus dangereux, mais avec surement plus d’information. On me guida logiquement vers une tente de soins. Sur le chemin, je pu observer quelque tente plus grande, avec des gardes postés à l’entrée de celle-ci… **S’ils doivent avoir des infos quelque parts, c’est par ici…**
Alors que le médecin commença à enlever mon armure, assis, je récupérai le carnet volé et le mis sur ma cuisse. Je demandai de quoi écrire. En effet, je voulais consigner ce qui venait de se passer ici, comme aurait pu faire un samurai, et en attendant que l’on vienne m’interroger.
Cependant, lorsqu’un gradé fit son apparition, j’arrêtais ce que j’étais en train de faire, avant de me lever péniblement pour saluer le supérieur. Enfaite, était-il supérieur à moi ? Etant dans un groupe d’élite, j’avais peut-être plus de force que lui, mais je supposais, qu’étant possiblement le chef du camp, il était plus gradé que moi.


▬-Yûsei Mabushi, du Clan Yûsei, Membre des Chasseurs funestes, Au rapport.


J’avais pris le nom que j’avais pu lire sur un ordre donné sur un des pauvres gars qui nous avait combattu. Le prénom, lui, était le même que celui sur le carnet que j’avais. Tout est crédible, pour le moment. J’avais omis le numéro trois retrouver sur le corps du chef. Mieux valait trop peu en dire que quelque chose de complétement faux. On pourrait mettre mon oublie, si on me le demandait, sous le coup de la fatigue et du stress. Après tout, j’avais le torse complétement ouvert et perdu 4 de mes amis et collègues. Mais au besoin, je pourrais rajouter un :"3eme unité ".
En me levant, j’empêchai le médecin qui me badigeonnait le corps d’onguent de finir d’ôter mon armure de mon bras. Puis, voulant discuter avec l’officier, je regardais le médecin comme s’il gênait dans la situation actuelle, tout en le remerciant du regard pour ses services.
S’il sortait, cela me faciliterait la tâche. Néanmoins, s’il tenait à rester, je ne m’attarderais pas dessus.
Du temps, j’avais besoin de temps. Haruka et la Sunajin avait un plan, décidé en amont, pendant notre préparation. Elles allaient attaquer le camp d’un moment ou un autre. Entre le ramassage de corps et le chemin pour venir jusqu’au camps, puis la tente de soin, il c’était passé une bonne poignée de minute. De quoi leur permettre de se mettre en position. Ou du moins je l’espérais.
Paradoxalement, je ne mis pas trop de temps à répondre à l’officier, jouant mon rôle à la perfection.


▬Paradoxalement, je ne mis pas trop de temps à répondre à l’officier, jouant mon rôle à la perfection.
-Une embuscade, répondis-je simplement. Nous venions de recevoir un message du camps d’Ashigaru. Des rescapés samurai avait reçu une attaque très rapide de Shinobi. Nous avions rappliqué au plus vite, mais ce sont bien eux qui nous ont trouvé.


Regardant l’officier dans les yeux, je jouais au soldat d’élite bien formé, qui essayait de caché la peur qu’il venait de subir, et qui voulait absolument aider.


▬Ils étaient 4. Néanmoins, comme pour les premiers rescapés, nous n’étions pas leur but. Après avoir … tué Hidejîro et Yohi… Ils ont filé vers l’arrière garde, nous laissant nous trois face à une seule. On pensait qu’ils nous avaient sous-estimé et que c’était notre chance. Que nenni…


J’avalai de ma salive, comme si je me remémorais se qui venait de se passer.


▬Elle avait une réserve de ce maudit chakra monstrueux. Je n’avais jamais vu ça. J’étais celui qui avait été formé et qui possédait les dons pour repérer le chakra… Elle possédait des pouvoir encore plus étranges que ce que nous avions entendu sur les Shinobis ; des chaines sortaient d’elles dans le but de nous transpercer, ou des sortes de pièges sortaient du sol pour nous empêcher de bouger… Elle tua très rapidement Kohei. Le boss lui, c’était complétement épuisé pour essayer de la tuer, en vain… Quant à moi, je ne pu survivre que grâce aux sacrifices de mes collègues, qui l’avait bien épuisé avant, et de votre arrivé. Sans ça, je n’aurais pas fait long feu…


Alors que je disais ça, je touchais mon torse bandé et meurtris. Je lui laissais le soin de me répondre, néanmoins, je rajoutais encore quelque phrase.


▬Avez-vous mis vos hommes en positions défensives ? Et est-il possible de contacter Chuibukai-Sama ? Une fois sur pieds, je dois être réaffecté, je ne veux pas qu’ils s’échappent aussi facilement !


J’espérais que le médecin n’allait pas revenir, s’il était parti, ou s’il était encore là, n’allait pas insister pour enlever l’armure de mon bras. Si c’était le cas, je le laisserais faire et découvrir mon tatouage. Je resterais stoïque et guetterais leur réaction. S’il venait à paniquer ou sembler effrayé, je les rassurerais rapidement.


▬Nous voulons tous servir l’Empire et, encore plus, tuer du Shinobi, peu importe notre passé, non ?


J’espérais que cette phrase, compte tenue de tous le reste allant dans mon sens, finirais par le convaincre.
(Encore une fois, ce moment se passerait que si le médecin venait à découvrir mon tatouage. Sinon, ce n’est juste pas arrivé !)


Et alors que j’entendis comme un sifflement ainsi que quelque brouhaha à l’extérieur, je jouai l’ultime carte du bluff, en formant un signe avec ma main, comme si j’étudiais les lieux, tel un senseur. Puis je re ouvris mes yeux, dans ceux de l’officier, et déclara, dans un mélange de peur et d’excitation de tuer du shinobis :


▬-Ils sont là, ils nous attaquent !


Si ce n’était pas encore le cas, j’espérais que l’attaque aurait lieu dans la minute, ou légèrement plus, pour que ce soit cohérent. Sinon, je venais de griller officiellement ma couverture, et je devrais alors passer aux choses sérieuses.


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Haruka
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 542
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 221
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1310/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1310/1200)
Un oeil sur les lames

Dix personnes, dont trois au chakra digne de samouraï ou de shinobi, étaient en train d'approcher. Ils en avaient mis du temps pour nous rejoindre ! Si nous ne jouions pas la comédie et qu'un samouraï était vraiment en danger, ces types seraient arrivés longtemps après la bataille. Dès lors qu'ils me remarquèrent, ils s'écrièrent et cinq d'entre eux se précipitèrent vers Akrillo pour lui prêter main forte et donc, me repousser. Je fis un bond en arrière à leur approche, puis je lançai deux senbon dans leur direction. Je me retournai et je me mis à courir le plus vite possible, espérant les distancer ou trouver un endroit pour me mettre à couvert, n'ayant pas envie de me retrouver avec une flèche plantée dans le corps. Ces types utilisaient du chakra, je le sentais pas du tout ce coup-là. Un premier trait partit, je me jetai à terre, faisant une roulade avant pour me relever dans la foulée et reprendre ma course, esquivant ainsi le projectile. Une seconde flèche partit, effleurant ma tête. Un cri de douleur s'échappa de mes lèvres, mais je n'interrompis pas ma course avant d'avoir semé les samouraïs et retrouvé ma partenaire.

Nous avions mis au point un plan, enfin c'était Denya qui avait eu cette idée et, elle me plaisait plutôt bien. Infiltrer le camp avec quelqu'un comme moi était une très mauvaise idée, à cause de ma quantité de chakra. Il fallait que l'on attire l'attention pour permettre au Miyamoto de se procurer des documents et de fuir, alors faire appel à des clones et attaquer le camp avant de partir semblait être la meilleure option que nous avions, la sunajin et moi. Nous n'avions pas de temps à perdre. Mon binôme me tendis un carquois que je plaçai, comme elle, au niveau de mon ventre, sous mes vêtements, pour me protéger un temps soit peu.

Je désactivai ma sensorialité, puis je créai dix clones intangibles. Je commençais à sentir la fatigue, due à l'utilisation intensive de chakra, se manifester. J'en avais encore une certaine quantité en réserve, avant de mourir d'épuisement, mais j'allais tout de même devoir faire attention à ne pas en dépenser inutilement. Heureusement pour moi, faire quelques clones n'était pas bien fatigant... J'en envoyai d'ailleurs cinq à l'avant du camp, histoire d'attirer l'attention quelques temps. Denya était allée, avec quelques uns de ses clones, vers la droite tandis que moi, je courais vers le flanc gauche avec le reste des miens. Une fois arrivée et positionnée non loin du clan, je ne me posai pas de question. J'utilisai le sifflet récupéré sur le cadavre d'un chasseur funeste, puis, je lançai un kunai accompagné d'un parchemins explosif en direction des barricades. Je pris ensuite l'initiative de faire demi-tour avec l'un de mes clones, laissant les trois autres sur place.
Il fallait à tout prix que je réussisse à échapper aux ennemis et que je m'éloigne pour siffler un peu plus loin. Si je restais plus longtemps, j'allais perdre mes chances de fuir. La sunajin était plus rapide, elle avait donc plus de solutions. Je devais soutenir mes camarades en évitant de me faire avoir, je devais donc rester perpétuellement en mouvement et distraire comme je le pouvais l'ennemi...



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 820
Date d'inscription : 16/03/2017
Un oeil sur les lames

Dans le campement de samouraïs qui chapotait cette zone de l'invasion, Akrillo, déguisé, faisait son rapport à celui qui était sensément son supérieur.
Sa fausse identité ne fut pas questionné, le commandant reconnaissant visiblement le nom de clan, mais sans en savoir d'avantage.
D'un geste, il repoussa le médicastre qui s'avançait avec un onguent odorant. L'uzujin savait que la décoction pourrait soulager un peu ses blessures (oh, l'ironie de se faire soigner par l’ennemi), mais l'apothicaire risquait aussi de repérer ses tatouages, extrêmement mal vue et suspect chez les gens de l'Empire.
Il essaye de se donnait un air morgue et méprisant, jouant le samouraï émérite qui faisait passer son devoir avant le soin de ces quelques "égratignures".
Cette imbécilité virile fit soupirer le médecin, mais il se retira d'une courbette, laissant l'onguent sur une table. il n'alla cependant pas très loin, au cas où le blessé s'assiérait sur sa fierté et aurait besoin de lui.

Le chuunin d'Uzushio donna un récit crédible, avec moult détail trahissant l'intervention d'un Uzumaki, un clan connu et redouté même dans l'Empire.
Alors qu'il terminait son récit, le commandant du camp hocha la tête et pivota vers un aide de camp, ordonnant à celui-ci de passer en alerte maximale. Le soir commençait à tomber et la visibilité baissait : autant prendre un maximum de précaution.
"Un messager sera envoyé, Yûseï-dono." déclara le chef du campement de Tetsu. "Vos supérieurs et les notre seront avertit. Vous avez été confronté à une monstruosité contre nature : un ninja du clan Uzumaki. Mais soyez sans crainte, nous vengeront vos compagnons. Ces lâches shinobis et leurs esclaves de Baransu périront sous le fer de Tetsu !"

A peine eut-il terminait sa déclaration pour appuyer le feu qui semblait encore bruler dans les prunelles du jeune Chasseur Funeste qu'un sifflement retentit.
Il s'agissait d'un des sifflets d'alerte qu'utilisait les troupes pour signaler leur position ou communiquer à distance entre elle.
Le commandant ne reconnut aucun code précis, juste une trille. Une escouade en danger ?

Soudain, le spécialiste autoproclamé de la traque hurla, annonçant l'arrivée de shinobi.
"En formation !" beugla aussitôt le commandant. "Montrons à ses couards la puissant de l'Empire ! Pour Tetsu ! Pour le shogun !"
Il sortit immédiatement de la tente médicale, suivit par le médecin, laissant le blessé seul.

Cinq clones était sortis des sous-bois sans la moindre précaution, servant d'appât.
On leur lança un "qui vive ?" de pure forme. Suite aux déclarations du Miyamoto infiltré, le campement de l'Empire était immédiatement passé en sécurité maximale.
Incapable de répondre à la sommation, les bunshin se firent quasiment instantanément criblés de flèches par des archer samouraïs.
Le disparition éclair intrigua les défenseurs, mais obéissait à la discipline de fer des samouraïs, personne ne bougea, attendant les ordres.

Un coup de sifflet retentit, les troublant encore plus. Avaient-ils des collègues en danger plus loin ? Un capitaine hésitait à envoyer une escouade quand une explosion retentit, ouvrant une bréche dans leur muraille de défense sur le flanc gauche.
"On nous attaque, à gauche !"
Le chef du camp arriva sur ses entrefaites, beuglant ses ordres.
"Il s'agit d'un assaut shinobi ! Tenez-vous prêt ! Archer, tir de suppression sur le flan gauche ! Cavaliers, à cheval !"
Des braseros furent attisés et des torches furent allumées sur tout le pourtour du campement, alors que les troupes de l'Empire se préparer à la manœuvre.
Une pluie de flèches s'éleva du camp en direction des clones de l'Uzumaki.
Heureusement pour la jônin, elle s'était sagement retirée : le déluge de projectiles les hacha menu.

Denya essaya de profiter de la confusion pour s'infiltrer de son coté.
Mais là : avec ses clones, les braseros et les samouraïs mis sur le qui-vive par les déclarations d'Akrillo, les soldats repérèrent bien vite la sunajin et ses doubles.
Aussitôt une plus de flèche s'envola vers elle et son armée de doubles.
"Par ici ! Il y en a d'autres !" hurla un troufion en agitant son sabre vers la kunoichi aux bras de marionnettes.
Après l’envolée de projectiles, elle put entendre un ordre crié par le commandant du camp.
"Envoyez une escouade de cavalier de chaque coté ! Je veux la tête de ces mécréants qui ose défier l’armée du Shogun ! Archers, restez vigilant ! Un homme de chaque escouade en arrière et ne regardant que ses camarades : méfiez-vous des illusions et des tours de lâches !"


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Revenir en haut Aller en bas
Sahara Denya
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 401
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Arsenal Ambulant
Ryos: 1874
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue1344/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (1344/1200)
Campement Impérial Jeu 7 Juin - 22:33
Sahara Denya


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Campement Impérial



Haruka, que se passait-il ? Pourquoi sifflais-tu ? Et si tu sifflais, pourquoi avions-nous besoin d'attaquer directement la colline ? Pourquoi cette stupide attaque alors que nous pouvions nous charger de détourner l'attention des samouraïs vers l'extérieur sans être à découvert ? Cela me revint : afin de réellement capter l'attention des gens qui prenaient à présent soin du jeune Miyamoto. Le jeune chuunin, prêt à se sacrifier selon une stupide idée voulant que sa vie fût moins importante que la mienne ou celle de Haruka, était sans doute le centre de l'attention de certains responsables de l'empire. Il était infiltré mais n'allait pouvoir se déplacer à sa guise, la surveillance devait être bien trop importante. Le son strident m'avait perturbée au point de me faire m'interroger sur le sens même de notre attaque. J'étais à cran.

Cependant, tu avais sifflé trop tôt, Haruka. Avais-tu des problèmes ? Puis une explosion. L'attention allait nécessairement être braquée sur toi et des troupes allaient sortir du campement. Là se situait le principal souci : tu n'étais pas la plus rapide d'entre nous et si toutes les troupes mobiles étaient concentrées sur un seul point, à savoir toi, tu risquais gros. Tu avais pris l'initiative que j'espérais avoir en attaquant en premier, c'était frustrant et déstabilisant. J'étais entrainée à ce genre de surprise mais n'appréciais guère cela. Les pieux qui m'apparaissaient de plus en plus proches semblaient soudain s'éloigner et la tranquillité du ciel laissa place à une averse de bois. Des pointes de fer tombaient en trombe et vinrent faire s'évanouir mes duplicatas en quelques nuages de fumée. Les Denya étaient découvertes et toutes volèrent en fumée. Toutes, mêmes l'originale. Si si, à l'endroit où j'étais auparavant ne se trouvait plus qu'une souche d'arbre.



Kawarimi.





La technique de substitution, simple et efficace dans ce genre de cas. Je ne pensais pas me servir d'une technique si basique dans une situation si dangereuse, mais j'avais bien pu éviter les flèches qui m'étaient destinées. Une aubaine pour me cacher et quelle meilleure cachette que la palissade-même ? J'en convenais, j'eusse pu trouver bien meilleur endroit où me dissimuler mais je devais capter l'attention du campement impérativement. J'ignorais si j'allais être en mesure de pénétrer à l'intérieur de la zone Aomitsu mais si j'avais un moyen d'entrer et sortir aisément, je devais le saisir. Je devais cependant agir avec prudence car de l'autre côté des pieux se trouvait une part sérieuse de l'armée du shogun, donc sans doute des renseignements sensibles. Les codes à siffler, peut-être. La position des réserves de nourriture ? Jeune Miyamoto, tu avais intérêt à revenir vivant et à transmettre au général des informations importantes.


Clonage





Cinq clones apparurent à mes côtés. Je décidai de procéder de manière possiblement intelligente en espérant distraire les archers. Me faire cribler de flèches ? Non-merci. J'envoyai deux clones parcourir quelques mètres vers l'arrière tandis que mes trois autres clones bondirent sur la palissade afin de pénétrer le campement et d'y semer une certaine pagaille. Mes deux autres clones, simultanément, firent leur apparition quelques mètres plus en arrière et moi, je sautai mais ne m'installai pas sur la palissade. Je m'y accrochai, dévoilant ma tête mais pas mon corps. Je voulais voir l'intérieur en me laissant la possibilité de simplement lâcher prise pour ne plus être à portée des tirs hauts. Mes clones commencèrent alors à avancer.







Récapitulatif:
 
Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 172
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 451
Expérience:
Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Left_bar_bleue896/1200Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka] - Page 2 Empty_bar_bleue  (896/1200)










Infiltration



J'avais enfin le champ libre, abandonné par le commandant. Une chance inouïe : le médecin l'avait suivi. Mon jeu d'acteur avait apparemment su convaincre. La confiance qu'on m'accordait était celle d'un membre de l'Empire, l'infiltration était un succès. Une occasion que je devais immédiatement saisir, car la situation n'était pas à notre avantage. La rencontre avec les vrais Chasseurs funestes avait entamé notre énergie et nous ressentions tous une certaine fatigue. Nous n'étions pas épuisés, ni à terre, mais nous n'étions plus en pleine possession de nos moyens et nous lancer dans un véritable combat était suicidaire. Mais tel n'était pas notre plan et il nous restait des cartes à jouer, nous avions un chakra suffisant pour couvrir notre fuite. Cependant, ceci n'allait pas longtemps rester une certitude.

Actuellement, il nous fallait économiser nos forces et rester sur la défensive. Haruka et Denya n'étaient que deux face à un campement entier et les ordres beuglés mobilisaient la cavalerie. À ce point ? L'alerte maximale ne prêtait pas à rire, les samouraïs avaient pris la menace très au sérieux et leur dispositif était efficace. Certes, tout le monde n'était pas en place, mais les rangées d'archers assurant la défense des palissades faisait tout à fait son office. Impossible pour mes coéquipières de rester statiques, surtout avec des soldats montés à leurs trousses. Cependant, je comptais sur elles pour tenir le campement en alerte. J'avais besoin d'un peu de temps.

Je sortis de la tente et observai le chaos ambiant autour de moi. "Chaos" était exagéré, "agitation" était plus approprié. Les flèches fusaient et on apprêtait certaines montures. Je tendis l'oreille. Si je voulais m'échapper, libérer plusieurs bêtes pouvaient m'aider à couvrir ma fuite. Où se trouvait l'enclos ? Il y avait du bruit, mais je mis mes oreilles à contribution afin de savoir où se trouvaient les chevaux. Il me fallait aussi organiser mon départ et monter à cheval au milieu d'un troupeau était idéal pour semer une certaine pagaille et éventuellement piétiner des ennemis gênants.
Le commandant ne m'avait pas mobilisé, ce qui me laissait une certaine mobilité mais ne me rendait pas invisible. Cependant, hors de question de rester sur place, être en mouvement était capital si je n'étais pas sous une tente dans le rôle d'une blessé. Il fallait que je trouvasse la tente du commandement. Je scrutai le campement à l'affut des moindres parures importantes qui allaient m'indiquer, de par leur richesse et leur allure imposante, que je me trouvais face à la tente des chefs. Cependant, je m'attendais à voir des gardes en poste devant elle. Si je voyais que c'était le cas, il me fallait trouver une tente pas gardée mais semblant aussi garder des secrets. Je parcourus énergiquement le campement à la recherche de la tente. J'espérais qu'elle ne fût pas gardée et reconnaissable entre mille, mais je m'approchai d'une tente plus grande que les autres et même s'il ne s'agissait pas du seul beau tissu, elle était entourée d'imposants drapeaux de Tetsu.


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.