:: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mission de rang B - Un oeil sur les lames [Groupe 1 : Akrillo, Denya & Haruka]

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Ordre de mission:
 

Un oeil sur les lames

Nous étions six sur la même mission, soit deux équipes de trois. C'était une configuration idéale, autant par le nombre de shinobi par équipe que par les compétences associées. À six, notre groupe aurait été trop gros et on pouvait être découvert plus facilement, tandis que nous scinder en deux groupe permettait de couvrir une plus large zone et ainsi, optimiser nos chances de réussites.

Égouts... J'avais dû aller me balader dans des égouts dans l'unique but de me rapprocher du camp ennemi et de sortir discrètement de la citadelle. Des égouts... Pourquoi emprunter ce genre de chemin ? C'était peut être souterrain et donc parfait pour passer inaperçu, mais l'odeur était abominable et niveau déco, c'était pas encore ça... Franchement, j'aurais pu me passer de cette expédition, je commençais donc à regretter d'avoir choisi d'effectuer cette mission... Enfin, maintenant, il était trop tard pour changer d'avis. J'avais plus qu'à essayer de rendre ces moments moins pénibles à l'aide de mes partenaires, j'allais peut être même réussir à devenir amie avec l'un. Je décidais de briser le silence en récapitulant la façon dont nous allions procéder pour exécuter cette mission.

- Traversée des égouts, Henge et infiltration du camp.

Après ça, on allait devoir ouvrir les yeux et tenter de repérer les chefs. Il fallait, quant à moi, que je me prépare à faire appel à mes dons de senseur pour éviter les zones trop fréquentées par les samurai, pour analyser le chakra de quelqu'un ou pour suivre une personne louche. Notre mission était de rang B, mais nous devions nous infiltrer au sein d'une armée... Ce n'était pas n'importe quoi... J'espérais que nous n'allions pas être découverts, car, même si nous avions une certaine puissance, nous n'étions certainement pas de taille contre tant d'hommes armés et entraînés.

Après la traversée des égouts, j'entrais en mode senseur afin de vérifier qu'il n'y avait personne dans les environs avant de sortir. J'utilisai alors un Henge pour modifier mon apparence afin de ressembler à un samurai, puis j'attendis que mes partenaires soient prêts avant de prendre le chemin du camp. Bon... Les choses sérieuses allaient enfin pouvoir commencer ! Excitation d'une mission loin de mon environnement habituel et tension dû à la dangerosité de celle-ci se mêlaient en moi. Je me demandais quel genre d'accueil nous allions recevoir et si nous allions être découverts...


Apparence après le henge:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Au service secret du Général



Ça empestait ! Les relents nauséabonds monopolisaient mon attention alors que je marchais derrière cette Uzumaki. De dos, je ne la voyais pas esquisser de geste pour se pincer le nez. Elle n'était pas Inuzuka, j'oubliais. Si ça avait le cas, nul doute qu'elle eût souffert me martyr, son odorat agressé par de désagréables parfums nuisibles dont nous nous fussions tous passés. Cela compensait la joie que je ressentais d'avoir reçu des informations en matière de stratégie, des renseignements utiles à ma connaissance si je voulais correctement servir le Village du sable. Poser des questions était le meilleur moyen d'apprendre et la situation m'avait permis de piocher des informations non-négligeables. Si le haut-conseiller avait acquiescé ce que disait Nobushi, j'allais me fier à cela. Je ne savais quand cela allait me servir, mais bientôt, espérais-je. Le domaine militaire, je n'y étais plus habituée, mon quotidien avait été la police durant plusieurs années et je m'étais peut-être rouillée. Je pouffai intérieurement en pensant à mes bras de pantins. On eût crû une blague de marionnettiste. Mais cette blague-ci n'avait pas été intentionnelle.

La rousse avait rompu le silence. Elle avait répété ce que nous avions à faire, quelque chose de simple en soiLe Henge, je le maitrisais. Cette technique basique était à la portée de tous. Cependant, si la tempête était faite de partiellement de chakra, je m'attendais à ce que notre déguisement fût immédiatement repéré, mais il me fallait me tenir au plan de mon supérieur et ce supérieur avait fait de Haruka le commandant de notre détachement. Détachement Uzumaki ! Moi, sous les ordres d'Uzu ! C'était bien parce que la situation l'exigeait ! Mais après tout, je n'avais pas hérité du pire. Akihiko était, lui, accompagné par une gamine de Konoha. Que je le plaignais. Mais enfin,nous n'étions pas tous les jours assiégés et notre survie ne dépendait pas tous les jours de ninjas d'autres nations et heureusement ! Je ne voulais pas collaborer avec un Konohajin chaque jour. Même avec un Uzujin. Certes, j'étais capable de dire des plaisanteries en leur présence, mais pour ce qui était des alliances, c'était une tout autre farine à laquelle je ne souhaitais pas gouter.

Nous approchions du jour. Nous allions revoir la lumière naturelle non reflétée, entière, éclairant un champ de bataille. Nous avions quitté l'agitation de la citadelle et emprunté un passage silencieux pour finalement ressortir au coeur du tumulte, là où grondait le plus le pas cadencé de légions avançant par centaines et resserrant peu à peu l'étau des forces du fer. Je me concentrai, sans efforts, puis accomplis ma métamorphose afin de devenir un membre du corps samouraï sous une armure de l'Empire. J'avais été comme bien d'autres surprise par la pluie de flèches et, aidant les civiles à évacuer la bazar, j'avais pu voir la tenue des assaillants de mes propres yeux. Cette image était si récente que me savoir ressembler à l'une de ces boites de conserve vivantes me dégoutait profondément et j'espérais qu'une telle situation allait rester inédite, sinon une opération lancée par Suna pour son triomphe. Ma technique  avait réussi sans surprise et je pouvais m'atteler à suivre les ordres. J'étais maintenant parée pour la suite, mais je ne sentais pas la stratégie comme étant efficace. Nous empestions. J'espérais que la pluie allait rapidement nous laver ou que la fureur de la guerre allait nous permettre de passer inaperçus malgré notre odeur, car je me dégoûtais et que ce parfum fût la raison de notre perte était la pire idée qui eût pu me venir en tête et me vint en tête un autre souci : si nous n'allions pas dans le même sens que le reste des troupes, nous allions être suspects. Alors j'émis une suggestion.


Nous sommes des samouraïs, c'est vrai, mais je pense qu'il faudrait se déguiser en gradés. Il y aurait moins de risque qu'on nous pose des questions, non ? Nous sommes séparés de Nobushi, elle ne peut donc rien nous dire sur les supérieurs, mais...



Je réfléchis et constatai que mon idée était tout aussi risquée. Nous pouvions nous trouver face à des soldats attendant des ordres et cet embarras me fit presque me gratter le casque. Je regardai alors les deux uzujins.


Je propose de salir nos armures. Si nous revenons sans aucune trace, ça semblera bizarre, non ? J'hésite même à me faire saigner pour rajouter du rouge et donc du réalisme.
Ensuite, il faudrait marcher avec empressement pour qu'on n'ait pas l'air de tirer au flanc.



Je continuai alors à placer ma confiance en mon haut-conseiller, mais j'étais sceptique. Je me reniflai. Oui, j'étais sceptique.



Récapitulatif:
 

HRP:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration


Nous suivions à la lettre le plan. Non pas que j’aurais préféré éviter les égouts, mais bon… L’odeur qui s’en dégageait pouvait compromettre la suite de la mission d’infiltration, si elle venait à imprégner nos vêtements. M’enfin, avec une bonne histoire et en se mettant d’accord, il était sûrement possible de se débrouiller…
Je m’étais donc retrouvé dans une équipe de trois, composé d’une sunajins et d’une compatriote. À première vue, il semblerait que nous eussions tous le même niveau, bien que nos capacités soient complétement différentes. La dame des Sables, Denya, semblait être une adepte du corps-à-corps, mais je ne voyais aucune arme sur elle. L’Uzumaki elle semblait être un personnage très important pour la réussite de cette mission. Senseuse et possédant les dons des créateurs de mon village, elle pouvait s’avérer redoutable. Et enfin, il y avait moi, bretteur émérite mais piètre utilisateur de chakra. Le but restait simple à dire, plus dur à effectuer : infiltrer le camp, obtenir toutes les informations possibles, et revenir vivant. Si possible.
Alors que nous approchions de la sortie, l’uzumaki décida d’utiliser le henge maintenant. Très bien, je me concentrai quelques secondes avant de repenser aux samouraïs qui m’avaient attaqué un peu plus haut. Après un petit nuage de fumée, j’avais pris son apparence. L’air grave, avec une barbe taillée et des cheveux court en batailles, je regardais mes compagnons, dans l’armure des samouraïs qui nous assiégeaient

▬Ceci devrait suffire. Pour ce qui est de choisir un gradé, je ne suis pas convaincu… Disons qu’on nous posera peut-être moins de questions, mais il sera d’autant plus dur de les esquiver et s’en sortir si on nous stop. Les gradés ne doivent pas être si nombreux, où même s’ils le sont, on sera vite découvert comme appartenant à aucune famille samurai de ce coin la… En restant déguisé comme la chair à canon, nous pourrions jouer les idiots un peu simplet et lâche, cherchant de nouveaux ordres…

J’attendais une quelconque réaction de mes équipiers avant de poursuivre.

▬Par contre, se salir de bout, ça je suis bien d’accord. Peut-être ça nous dégagera de l’odeur des égouts et l’ont pris celle de tous les autres. Si on nous arrête et qu’on remarque notre odeur, ou non d’ailleurs, je suis d’avis que l’on dise qu’un supérieur nous avait demandé de foncer sur une brèche des murailles mais que celle-ci se trouvait aux niveaux des égouts. On pourra dire alors qu’il est impossible d’y accéder à cause des défenseurs en haut des murailles, du torrent de pluie se déversant dedans et de la petitesse du passage, inadapté avec nos armures… Et que nous rentrons aux camps pour quérir de nouvel ordre et retrouver notre bataillon…

Je pensais avoir tout dit, alors que je me mettais en marche à la suite des autres. Puis je rajoutais, pour finir

▬Hum, peut-être devrons nous marcher dans un ordre qui se prépare à être attaqué. Haruka, tu es un senseur, il vaut mieux te mettre derrière nous non ? Interrogeais-je ma co-équipière.

Après avoir débattu pour savoir qu’elle ordre adopté, nous nous sommes mis en route vers le camp.


Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

La pluie battante avait (heureusement) chassé le gros des odeurs fétides des égouts et les... matières les plus salissantes.
Néanmoins, ramper longuement des ces minuscules boyaux putrides et obscurs n'avaient rien d'une promenade de santé, même pour un ninja aguerrit. De part sa taille, Akrillo était celui qui en souffrait le plus, se faufilant avec difficulté dans les corridors obscurs et inondés.

Les shinobis finirent tout de même par s'extraire péniblement de ce cloaque fétide, avec le sentiment d'avoir accomplit un haut fait légendaire. Qu'ils  préféreraient sans doute ne pas raconter.

En tout cas, ce chemin d'évasion leur avait permit de s'enfuir de la cité assiégée sans mal : il y avait peu de volontaire pour garder les fosses à purin et aucun samouraï saint d'esprit n'oserait tenter un assaut par cette voie. Pas en armure. Pas s'il avait la moindre dignité. De plus,  avec l'eau souillés qui s'en déversait, ces égouts sommaires et puants étaient très glissants.
Revenir par ce chemin s'annonçait par contre donc du plus haut pénible, surtout si la pluie ne se calmait pas..

Ils débouchèrent sur les berges boueuses d'une rivière, transformée en véritable torrent par la pluie et  où se déversait une partie des eaux usées de la cité.
Là, ils purent se reposer un instant sous la pluie battante et le vent mugissant, avant de se déguiser habillement en samouraïs.  Après toutefois  avoir retiré les sangsues qui s'étaient collées à eux et ôté quelques matières innommables qui parsemait leurs cheveux et leurs habits.
Trempée et transit de froid, ils se concertèrent un bref instant après avoir vérifié que nul ne les avait remarqué.

La sunajin proposa de salir un peu leur armure (il faudrait faire attention de ne pas dissiper tout de même leur henge), voire de se blesser un peu pour ajouter une touche de réalisme à leur apparence.
Il est vrais que s'ils comptaient jouer aux samouraïs revenant du champ de batailles, une apparence pimpante (mais un poil puante) serait du plus haut suspect.
Le Miyamoto sembla d'accord, envisageant déjà quelques mensonges pouvant servir de couverture.

Le groupe décidé, il se remirent en marche vers le Sud.
En s'éloignant de la cité, la jeune Uzumaki constata Suna remarqua quelque-chose d'étrange : la pluie devenait bien moins drue, se changeant en simple bruine agaçante. Elle n'y sentait d'ailleurs plus guère de chakra.

Toutefois, le temps restait fort couvert. Brouillards et brumes accompagnaient ce crachin incessant, rendant l'estimation de forces ennemies difficiles.
Les shinobis purent cependant en avoir une meilleure estimation des différents bataillons.
Tapis dans un fourrée au sommet d'une petite colline surplombant la route principale, ils purent observer discrètement une partie de l'armée de Tetsu.

Après le sac du bazar, les samouraïs de l'Empire avaient tenté un coup de force contre la ville. Mais si Baransu avait été malmenée, elle n'était pas tombée sous l'assaut initial, grâce aux efforts héroïques des Chûritsu et des ninjas alliés contre l'ennemi commun.
Aussi l'Empire avait reculé sur des positions soigneusement préparées à l'avance, pour mettre le siège à la ville.

La route principale, menant vers l'intérieur de la Vallée d'Enokizu, puis au delà des Grandes Forêts, le Pays du Feu.
Evidemment, Tetsu ne souhaitait nullement que celui-ci et Konoha, le plus proche des Villages Cachées, soient mis au courant de leur coup de force.

La route avait donc était soigneusement barrée à l'aide de tronc prélevé dans les maigres forêts environnantes, et les ponts franchissant la rivière qui gagnait en force, méticuleusement détruit.
De ce qu'ils pouvaient en voir, il y avait peu de vrais samouraïs dans les environs. Ils apercevaient surtout des divisions d'ashigaru, des unités d’infanteries légères formées de paysans et autres conscrits de basse extraction...
Ces derniers, armée majoritairement de lances et d'arcs, quelques officier ayant droit au sabre, formait des lignes s'abritant derrière des boucliers.
Les meilleurs tireurs lançaient de temps en temps une volée de flèches vers les remparts, pour harceler les défenseurs, mais leur mission principale était évidemment de noyer sous un déluge de flèches tous ceux qui tenteraient de fuir la cité.
La plupart d'entres-eux étaient cependant occupé à la construction de campements.

Ces derniers étaient disposé en quinconce, exploitant aux mieux les reliefs environnants, mais toujours à porter de flèches les uns des autres. En charger un ou utiliser une technique ayant une grande zone d'effet s'avérerait peu utile et causerait la riposte immédiate des autres brigades.
Bannière et étendard claquaient au vent, nombreux et variés, signe que les troupes venaient de tout l'Empire et avait le soutien de moult familles de combattants.

En plus de ça, les ninjas virent passer de véritables samouraïs, souvent des archers à cheval. Ces patrouilles rapides et bénéficiant d'une longue portée transmettaient les ordres et seraient lancée à la poursuite de toute personne tentant de s'échapper de Baransu. Certains s’arrêtaient pour encourager les troupes ou les exalter à travailler plus dur. Ils livraient également des documents du commandement ou récupérer des rapports de bataille.

De temps en temps on voyait aussi des divisions disciplinées de samouraïs, par groupe minimum d’une dizaine de guerriers. La majorité d'entre elles semblaient se rendre vers l'arrière, où devaient se trouver des campements de bases pour l'élite et le commandement. D'autres allaient vers la cité, se placer de façon à relayer les assaillants et maintenir une pression en vue d'un assaut opportun.
Pour l’instant, personne n’avait noté la présence de l’équipe de shinobis déguisés, mais vu la fréquence des patrouilles, cela ne durerait pas, surtout s’ils avançaient en direction du Pays du Feu...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

J'avais été nommé chef d'équipe parce que je possédais des capacités sensorielles, mais nous avions à peu près la même expérience et le même niveau... Le poste de chef était donc une sorte de décoration, ma véritable fonction étant celle d'un radar. Enfin, mes compétences restaient importantes pour la réussite de notre mission et pour élever nos chances de survie. Une personne normale aurait sans doute été tendue dans cette situation, j'avais leur vie entre mes mains et pourtant, j'étais dans le même état d'esprit ou presque, qu'en temps normal.

En tous cas, je n'étais pas prête d'oublier cette expérience... Après le passage dans les égouts, nous empestions à un point inimaginable... Qu'est-ce qu'il ne fallait pas faire pour accomplir une mission et venir en aide à des civils ? Au moins, cela changeait de mes missions habituelles qui étaient parfois assez ennuyeuses ou qui ne m'apportaient rien de nouveau. C'était une toute nouvelle expérience pour moi et avec un peu de chance, nous allions être accueilli comme des héros. Après tout, notre mission nous permettait d'obtenir un tas d'informations sur l'ennemi afin de mettre au point une stratégie de combat adaptée afin de les repousser.

Après que l'on ait utilisé le henge, la Sunajin prit la parole... Je ne savais pas si ce qu'elle proposait était une bonne idée, alors je ne répondis rien, préférant laisser la parole à mon camarade d'Uzushio. Son point de vue était très intéressant et ses arguments étaient valables, je décidais donc de me ranger de son côté.

- Je suis d'accord, il vaut mieux éviter de se déguiser en gradé.

Ce qu'elle disait était sensé concernant l'état des armures, nous étions tous d'accord sur ce point, ce qui nous évitait un débat quelconque. Nous faisions d'une pierre deux coups, cela nous permettait de paraître plus crédible et j'étais plus que ravie d'avoir la chance d'atténuer l'odeur désagréable qui flottait autour de moi. Cette équipe était vraiment bonne ! Nous avions même un stratège qui avait déjà des idées de plans afin d'optimiser nos chances de réussite.

▬Hum, peut-être devrons nous marcher dans un ordre qui se prépare à être attaqué. Haruka, tu es un senseur, il vaut mieux te mettre derrière nous non ?

- L'idéal serait en effet que je reste en arrière. Il m'est difficile d'engager le combat en "mode senseur" et puis, mes capacités ne sont pas vraiment offensives...

Après cette petite discussion, je vins me placer derrière mes camarades tandis que l'on avançait vers le camp... Au bout d'un moment, lorsque la pluie devins bruine, je devins incapable de percevoir le chakra... Il devait s'agir d'une technique spécialement conçue pour brouiller les sens des ninja sensoriels, ils étaient agaçants, ces samouraïs. J'arrêtai aussitôt mes camarades pour leur signaler le problème.

- Je n'arrive plus à déceler le chakra depuis que nous sommes dans cette bruine...  C'est sans aucun doute l'oeuvre d'un jutsu... Je vais rester en mode senseur au cas où le jutsu serait levé à un moment ou à un autre, mais il faut garder l'oeil ouvert.

Après avoir évoqué ce problème, nous reprîmes notre chemin en direction du camp des samouraïs... La plupart des personnes armées semblaient être des paysans, ce qui n'en faisait pas un grand danger, mais nous vîmes aussi passer de vrais samouraïs... Ceux à pieds se rendaient à l'arrière, surement dans le but de rejoindre les hauts-gradés, nous mêler à eux pouvait être une bonne idée... Tandis que ceux à cheval se charger de donner des ordres aux paysans, ce devaient être les lieutenants ou les messagers... Il fallait qu'on fasse très attention maintenant... Nous ne pouvions pas rester ici à observer le camp, mais nous ne pouvions pas nous mêler à une division sans connaître les ordres. Je m'approchais une nouvelle fois de mes camarades, regardant l'un des hommes à cheval avant de prendre la parole.

- Nous devrions peut être faire notre rapport, non ?

Bien entendu, nous n'étions pas obligés de dire toute la vérité...

Apparence après le henge:
 
Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Espionner n'est pas jouer



Faire notre rapport de mission maintenant ? Cette suggestion m'avait surprise et déconcertée. Maintenant, alors que nous n'avions pas pénétré véritablement les lignes ennemies ? Alors que nous n'avions vu que la surface, la résistance que pouvait rencontrer toute personne souhaitant fuir ? Cette proposition me semblait totalement aller à l'encontre de la mission qui nous avait été confiée et pour laquelle nous nous étions scindés en deux équipes. La simple idée de rebrousser chemin à ce moment me donnait l'impression d'être un ninja ben lâche quand bien même je n'avais pas répondu à cette kunoichi d'Uzushio. Je n'allais de toute manière pas accepter. Nous n'avions sous les yeux que la surface, rien de bien surprenant mais en aucun cas quelqu'information suffisante pour intéresser la hiérarchie militaire qui ne souhaitait pas fuir mais combattre. Cette fille n'avait-elle pas compris cela ? Churitsu Sei était un battant, il avait organisé une résistance et comptait bien tenir les positions de sa cité, la fuite n'avait pas été présenté comme une option. Au contraire, nous devions nous infiltrer dans l'armée adverse et même si je reconnaissais que le faible aperçu que nous avions était convaincant quant à l'organisation de l'ennemi, il fallait absolument quelque chose de plus conséquent. Il fallait aller plus au coeur des troupes adverses et j'étais prête à le faire. Si nous ne continuions pas, Tetsu risquait de vaincre la ville qui avait accueilli les shinobis en son sein et nous allions surement passer pour des lâches et des incapables. Incapables de repousser des samouraïs. Incapables de se défendre. Et j'allais accepter cela ? Accepter que la bannière de Suna fût salie de la sorte ? Hors de question ! Hors de question aussi que l'Empire mît la main sur une cité ne lui appartenant pas et marchât sur une région ninja. Oui, une région ninja. Le clan Inuzuka était présent dans la Vallée et Baransu n'abritait certes pas de shinobis, mais sa dette d'honneur me laissait à penser que nous étions en région... neutre. Je m'enflammais, certes, mais la situation n'était-elle pas propice à l'énervement ? Alors que nous étions invités dans une cité, nous avions été attaqués, puis assiégés. Je ne supportais pas d'être dans le rôle de la victime de manière si pathétique. Aussi, je répondis :



Non. Faisons notre travail et ensuite nous reviendrons à Baransu.



Notre position ne nous permettait pas de discutailler encore longtemps. Les sentinelles semblaient aux aguets et leur seul relâchement semblait consister en un arrosage de la cité qui nous avait envoyés. L'organisation militaire de cette armée était d'une belle régularité. Des surveillants en quinconce, des troupes de dix, des cavaliers apportant des missives, tout cela vu de loin était un tableau mettant en valeur la puissance de l'adversaire qui nous était présenté : devant nous, la bordure, un barrage, un simple moyen d'empêcher quiconque de s'échapper de la ville. Un véritable filet dont il semblait impossible de passer entre les mailles. Un système efficace que nous avions devant les yeux.

Apparemment nous avions deux choix : le campement ou le front. Toutefois, je me doutais que si nous allions voir le commandement, nous pouvions être repérés. Si Tetsu se servait de chakra, peut-être que les capitaines et généraux étaient accompagnés de senseurs pour les prévenir d'une attaque dirigée sur leurs tentes. En effet, si les samouraïs prenaient un tel soin à empêcher toute fuite, ils devaient logiquement protéger leurs arrières tout aussi bien, voire mieux. Et si senseurs il y avait, ils devaient non seulement être présents au quartier général mais aussi au front, près des officiers qui allaient lancer les assauts afin de leur signaler quels murs étaient le mieux gardés par les injas encore à l'intérieur de la ville. Aussi, le Henge me semblait devenir une technique risquée et je me demandais comment nous allions pouvoir mener notre mission à bien. Nous n'avions pas un temps fou pour cogiter et mon esprit bouillonnait mais je peinais à rassembler mes idées pour proposer un plan. Cependant, nous ne pouvions arriver en ninjas autour des tentes du commandement. Trouver les tentes en tentant de rester furtifs était une opération à haut risque et il ne s'agissait pas d'une simple caravane, de pirates de faible envergure ou de petites frappes du brigandage mais bel et bien d'une armée entrainée et dont les plus hauts représentants avaient un niveau tout autre que de simples truands présents dans les ruelles de certains villages.


Cependant, toute l'armée n'était sans doute pas organisée en une seule ligne, me dis-je. Mais notre nombre pouvait nous trahir. Un trio alors que le reste de l'armée se déplaçait par dizaines, notre couverture s'avérait mauvaise pour nous rendre à l'arrière-garde. Toutefois, si nous profitions d'un endroit discret ou d'un moment d'inattention, voire de la brume, nous pouvions désactiver notre Henge. Ainsi, j'envisageais d'espionner l'arrière du front ennemi, là où surement personne ne s'attendait à recevoir des ninjas. Ainsi, peut-être pouvions-nous en savoir plus sur le campement, sur la position de la tente où se trouvait de gratin des cerveaux présents sur le terrain. Et revenir avec des informations du front cohérentes. Voire s'il y avait plusieurs tentes. Après tout, si le chakra qui entourait Baransu était généré...

Me vint une autre idée. Contourner le campement et capturer un messager. Cependant, même si les messagers devaient disposer d'informations capitales, l'Empire devait avoir prévu que quelqu'un songeât à capturer ces informateurs, le système avait donc du être pensé en conséquence. Non, vraiment, l'endroit le plus discret où obtenir des informations sur le campement me semblait être l'arrière-garde du front.


Je regardai les deux Uzujins en esquissant, du pied gauche, un léger geste indiquant mon intention de ne pas rester sur place indéfiniment. J'étais prête à recommencer à marcher afin de ne pas sembler aussi suspects qu'actuellement. Nous n'étions qu'un trio et les troupes de samouraïs que je voyais n'avaient aucunement cette configuration. Notre nombre, actuellement, pouvait nous faire passer pour des gens douteux. Pour moi, il nous fallait nous retirer et trouver un endroit discret où désactiver notre technique. Je n'allais pas bouger seule, j'allais sembler bien indisciplinée et risquais ainsi de faire échouer notre couverture, mais j'espérais que nous allions vite avoir un plan d'action.



Retournons au front.



Ils n'allaient sans doute pas comprendre pourquoi. Je mis mes mains le moins en évidence et, m'assurant que personne ne me regardait, j'esquissai lentement les mouvements du Henge puis secouai l'index afin de leur faire comprendre que je souhaitais nous débarrasser de ce déguisement pour y aller en ninjas. J'espérais aussi que nous allions avoir l'occasion de trouver là-bas de véritables armures de samouraï afin d'avoir un véritable déguisement. Pour nous trouver où nous étions, le Henge suffisait et ne pas lavoir nous eût fait repérer, mais maintenant, il me semblait devenir une gêne.
Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
[/i]

Récapitulatif:
 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration




Le champ de bataille se livrait à nous. Un petit peu. Sans cette maudite pluie et ce brouillard inquiétant, on pourrait avoir une superbe vue d’ensemble. À croire que même les conditions météos étaient contre nous. On voyait à peine à quelques centaines de mètre, voyant des petites escouades trottiner vers leurs destinations, des samurais montés sur de puissants destriers parcourant une distance incroyable en peu de temps, des groupes d’hommes plus désorganisé, mais plus nombreux… Temps de choses à noter dans notre tête, mais si peu de certitude. Il fallait s’approcher, voir se mêler à eux pour réussir à bien notre mission.
Mais avant tout, il fallait se mettre en mouvement. Rester immobile dans un lieu où tout le monde se déplaçait et semblait savoir quoi faire, c’était extrêmement suspect. Je laissai donc les autres prendre en main un peu la mission et s’approcher un peu plus du front avant de les stopper ou du moins demander de ralentir l’allure. Quelque chose avait fait tilt.
Nous ne passions pas très loin d’un petit regroupement d’hommes armées et leurs étendards me disaient quelque chose. Mais oui, c’était sûr ! Mon esprit acquiesça avec moi, me confortant dans ma prédiction .. **Bien joué jeune homme, ça me dit aussi quelques chose, c’est un vieux clan..**. Oui, répondis-je mentalement, un vieux clan samurai du Sud, les Amako..
Les Amako était un clan du Sud de l’empire, pas forcément très puissant. Enfin, je pensais. Mes cours d’histoire au sein des Miyamoto remontent à maintenant quelques années, mais pourtant ce symbole me dit vraiment quelque chose. Je ne pouvais pas en tirer plus… Si peut-être le nom de Tokero Amako. Un nom illustre de ce clan, mais à savoir s’il était déjà mort, vivant, présent dans cette guerre… Aucune idée. On pourrait alors peut-être jouer dessus, mais pas trop, si ça rentrait dans les détails, je serais dans de beaux draps. Et mon équipe aussi !

▬Attendez, j’ai un plan…
Je fis le signe du henge et rajouta le signe du clan là où il pouvait se trouver chez les samurais. Il était représenté par quatre petits carrés noir percés d’un minuscule trou blanc. Faite comme moi, s’il vous plaît, je vais tout vous expliquer.

Pendant qu’ils firent le même geste que moi pour obtenir aussi ce symbole, je leur expliquais la provenance de ce clan et tout ce que je savais. Je préférais en faire part à toute l’équipe plutôt que d’en prendre le commandement et peut-être se retrouver bloqué si on les interrogeait. Non, le partage d’information était le mieux.

▬Je propose alors d’aller voir une des troupes un peu plus loin, n’ayant pas d’étendards de ce clan. Là-bas, nous pourrions peut-être glaner des informations et choisir la marche à suivre… Il faudrait juste paraître l’air blessé, désorienté et pressé. Les groupes de samouraï que nous avons pu voir se déplacer par dix… Étant que trois, nous pouvions dire que nous avions été attaqués par des Shinobis… Et on pourrait alors le demander si eux vont bien, s’ils savent où sont et s’il y a des senseurs… Puis on improvisera selon leurs réponses et leur réception.

Après avoir débattu quelques secondes, tout en marchant pour ne pas être suspect, nous partîmes vers une escouade correspondant à nos critères de sélection !

▬Ayez bien l’air blessés et choqués, nous sommes des samourais, mais survivre à une embuscade shinobi n’est pas donné à tout le monde ! Je parlerais en premier, je connais mieux les samurais et mon clan s’en rapproche, mais je compte aussi sur vous !

Une fois en vue, je fis un grand geste du bras aux paysans armés le plus proche. Il semblait soucieux, sur ses gardes, mais sans plus. Après tout, nous avions l’air de véritable samurai.

▬Samuraï Akrillo Amako, du Noble clan Amako, des terres du Sud ! Nous venons d’être attaqués !! Par un petit groupe de shinobis, ils étayent trois… Quatre, je crois… Ou cinq ! Tout est allé si vite ! Nous sommes… Les seuls rescapés…

Reprenant mon souffle et montrant mes camarades du bras, je continuais de parler

▬Tout est allé si vite, ils nous ont balayé avec une sorte de vent mystique, ces chiens ! Je pensais qu’on aurait pu les discerner s’ils quittaient la forteresse, il n’y a personne capable de faire ça ici ou quoi ?!
Fis-je l’air rageur, en me tenant mes côtes supposément blessées…

Alors qu’une poigne de ces paysans s’était maintenant agglutinée à nous, je continuais de parler. J’usais un peu de bluff, mais je devais avoir la prestance nécessaire et l’avantage du grade pour ne pas être trop embêté… j’avais plus peur qu’un de ces émissaires à cheval arrivent d’un coup, là ça serait plus problématique.

▬Vous êtes nombreux dans le coin, et votre escouade, ça va ? Il me semblait les avoir vus disparaître dans votre direction ! Nous devons vite aller prévenir mon chef et le reste du camp. Si vous avez un message à faire passer, nous le transmettrons mais vite. Je ne veux pas laisser une victoire, si petite soit-elle, à ces misérable shinobi !

Et alors que j’attendais qu’un des leurs s’exprime, je m’entretenais avec mes camarades samourais en leur demandant s’ils étaient près à partir. Dès que ces paysans nous auraient répondu ou s’ils m’étaient trop de temps, nous couperons court à la conversation et partirons vers là où semble être leur camp de base.




Récapitulatif combat:
 


© NAELY



sigle clan:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

La confusion et l'hésitation semblait régner dans le groupe, probablement tétanisé par le déploiement de force de l'Empire.
Certains pensaient la mission accomplit. Dans la lettre, pourquoi pas après tout : ils avaient bel et bien apprit la présence de camp de guerriers et leur disposition. Ils avaient même une vague idée de leurs effectifs et de l'organisation militaire du siège.

Mais c'était insuffisant et fort peu détaillé. Il leur fallait plus de renseignements et sur autre chose que de la piétaille qu'une escouade de ninja décidé n'aurait pas grand mal à décimer.
Devaient-ils retourner au front, pour voir qui mener et organiser les assauts ?
Ou bien s'infiltrer dans le camp d'ashigaru, voire plus loin derrière les lignes ennemies ? Capturer un officier, un samouraï à cheval ?
Les idées fusaient, les actes stagnaient comme l'eau saumâtre dans leurs traces de pas boueuses.

Puis, la décision fut prise par Akrillo, qui venait de reconnaître un étendard parmi ceux flottant dans les ciels agités. Les Miyamoto avaient dans le passé étaient proche des samouraïs (ce qui les rendaient bien sûr de plus haut suspect aujourd'hui) et les leçons d'histoire de l'Uzujin tombait à point nommées.

Ils décidèrent donc de se diriger vers un des campements d"ashigaru, modifiant soigneusement leur déguisement pour prendre les traits (enfin, les armures salies et amochées) de guerriers du clan Amako. En espérant se faire passer pour une patrouille ayant subit une traitreuse embuscade.

Evidement, dès qu'ils sortirent de la brume et des fourrées, le groupe de faux samouraïs se fit mettre en joue par les archers du camp.
Visiblement, ils étaient à la fois surpris, nerveux mais soulagée de voir des armures de l'Empire.

Prudent néanmoins, leurs instructeurs avaient insistés sur la fourberie naturelle des ninjas, les conscrits de Tetsu les entourèrent, mains sur leur naginata.

"Qui vive ?" tonna un gradé.
"Samuraï Akrillo Amako, du Noble clan Amako, des terres du Sud ! Nous venons d’être attaqués !! Par un petit groupe de shinobis, ils étayent trois… Quatre, je crois… Ou cinq ! Tout est allé si vite ! Nous sommes… Les seuls rescapés…"

L'affolement manifeste de l'Uzujin déguisé surpris un peu les guerriers. Même meurtris et vaincus, ils s'attendaient à un comportement plus calme et digne de la part de leur élite.
Cependant, le nom prononcé était connu et la petite troupe à l'air mal à point n'avait aucun signe de grade. Couvert de saleté et de boue, difficile de donner un âge exact aux faux-samouraïs. Du coup, le commandant du camp les classa comme de tout jeune combattant, sans doute se retrouvant pour la première fois à la bataille.
Mais il s'agissait tout de même de noble samouraï, donc à écouter, protéger et servir.

"Tout est allé si vite, ils nous ont balayé avec une sorte de vent mystique, ces chiens ! Je pensais qu’on aurait pu les discerner s’ils quittaient la forteresse, il n’y a personne capable de faire ça ici ou quoi ?!" continua Akrillo, enfilant les mensonges dans le but d'acquérir quelques renseignement.

Le chef du camp grogna. Voilà que ces samouraïs mal dégrosssit se plaignaient de pas avoir fait leur job. Fichus nobliaux !
"Nous n'avons rien vu, nous sommes en charge de surveiller la route et de mettre en place le siège. Maudite pluie, ça facilite pas la surveillance... Mais le courroux du ciel martèle la cité impie bien plus que nous... Bon, pourquoi n'avait vous pas mander d'aide ? Vous avez perdu les sifflets  ou quoi?"
Alors qu'il posait cette question, laissant percer son énervement (ses troupes étant fréquemment assigné à la logistique et au ravitaillement, il méprisait ceux qui "égaraient" le matériel), et se renfrognait soudain vaguement suspicieux, un de ses aides sonna un cor puissant, afin d'avertir les troupes alentours.
Déjà, les guerriers de Tetsu se mettaient en position, prêt à cribler de flèches tout ce qui pourrait avoir poursuivit les faux-samouraïs ou tenterait de fuir Baransu par ici.

Alors qu'on leur servait hâtivement (et à grands regrets poliment contenus) un sake chaud revigorant (mais peu agréable au palais) et que l'on leur proposait quelques onguents pour leurs blessures, les ninja déguisés purent tendre l’oreille pour capter les conversations des soldats autour d'eux. Soldats qui continuaient d'ailleurs à les surveiller vaguement. Même si Akrillo avait réussit à endormir un peu la méfiance du chef du camp, ce dernier restait visiblement prudent.
"Les Chasseurs Funestes vont rappliquer et s'occuper de vos lascars..." s'enthousiasma un jeune guerrier, vaguement gradé. "Même avec leurs tours maléfiques, ces damnés shinobis ne pourront distancer leurs chevaux !"
"Inquiétant, ces gars..." murmura l'un des ashigaru à la bonne trogne de paysan mal dégrossit. "On dit qu'ils peuvent vous voir même dans le noir et vous traquer pendant des jours et des jours..."
"On raconte qu'ils ont été bénit par Chuibukai Mei en personne et qu'elle leur a conférée ses pouvoirs divins. Ils peuvent tout savoir de toi d'un coup d'œil..."
"Ouais ! Et c'est de vrais samouraïs ! Ils vont vous venger et nous ramener les têtes de ces maudits shinobis ! On pourra les balances sur les murailles dès qu'on aura monté des catapultes..."
"Si seulement on avait pu emporter nos engins de sièges..."
"Tu parles, entre les cols de montagnes et la Punition du Ciel, ça aurait été la mort de les transporter..."

Dans le campement des ashigaru, les shinobis n'eurent pas grand mal à remarquer une tente un peu plus ornée que les autres. Il s'agissait évidemment de celle du commandant du camp.
Bien que n'étant pas samouraï, il disposait du privilège du grade.
Qui sait, à l'intérieur, ils pourraient peut être trouver quelques documents pour en apprendre plus sur l'armée de Tetsu.
Les sens mystiques de l’Uzumaki l’informèrent qu’ici il n’y avait aucun chakra supérieur à celui de civils, à l’inverse de certain qu’elle avait perçu en observant le va et vient des cavaliers et ses escouades de samouraïs.

Mais pour l'instant, le chef du camp revenait vers eux après avoir distribués ses instructions à ses troupes pour se préparer à intercepter des shinobis illusoires.
"Nobles samouraïs, il ne semble pas y avoir d'assaut d'envergure et nos guetteurs ne descellent rien. Souhaitez-vous vus reposer ici un instant ? Ou bien préférez-vous regagner votre propre campement à l'arrière ? Nous serions aussi très honorés si au moins l'un d'entre vous acceptait d'accompagner une de mes escouades pour montrer aux Chasseurs Funestes l'endroit de l'embuscade afin qu'ils commencent la traque. Et aussi pour récupérer les corps de vos compagnons tombés au combat..."


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

On aurait dit qu'il y avait comme qui dirait un quiproquo entre nous... Je n'étais pas stupide, je n'allais tout de même pas décider de rentrer alors qu'on venait à peine d'arriver et qu'on n'avait pas la moindre information précise ou qui puisse avoir une grande influence sur les combats à venir. Je voulais en vérité livrer un faux rapport aux samouraïs hauts-gradés, mais ce qu'ils pensaient de moi n'avait pas grande importance et puis, mon camarade Uzujin avait un plan bien plus intéressant... Je l'imitais donc, comme il nous l'avait demandé, puis je le suivis en silence. Je n'osais pas prononcer le moindre mot, de peur de ruiner tous ses efforts et de permettre à nos ennemis de nous démasquer.
En tous cas, chapeau ! Akrillo se débrouillait à merveille, il avait fait une brève présentation avant d'expliquer notre situation, en questionnant les samouraïs et en faisant des réflexions qui pouvaient nous rapporter des informations intéressantes. Cependant, le chef du camp se méfiait de nous et ne le cachait pas ou très mal, de sorte que notre mission était compromise et notre vie en danger... Malgré cela, on nous apporta le nécessaire pour nous remettre sur pied, du sake et des onguents... Le sake n'était pas du tout mon truc, mais je me forçai à en boire afin d'éviter que l'on paraisse plus suspect. Pendant ce temps de répit, j'écoutais les conversations des paysans qui traînaient non loin de nous et me questionnais sur ceux qu'ils nommaient "Chasseurs Funestes" ainsi que sur cette "Chuibukai Mei"...

Je remarquais que mes capacités sensorielles, qui avaient été brouillées, me permettaient désormais de percevoir le chakra des personnes présentes dans les environs et, à l'exception des cavaliers, ils étaient tous des civils. Ainsi, même s'ils étaient nombreux et que l'on ne nous faisait pas vraiment confiance, c'était rassurant de savoir qu'il n'y avait pas véritablement de danger parmi les hommes de ce camp. J'expliquais la situation à mes camarades, chuchotant et observant les déplacements ennemis afin de veiller à ce que seuls les membres de mon équipe entendent.

"Nobles samouraïs, il ne semble pas y avoir d'assaut d'envergure et nos guetteurs ne descellent rien. Souhaitez-vous vus reposer ici un instant ? Ou bien préférez-vous regagner votre propre campement à l'arrière ? Nous serions aussi très honorés si au moins l'un d'entre vous acceptait d'accompagner une de mes escouades pour montrer aux Chasseurs Funestes l'endroit de l'embuscade afin qu'ils commencent la traque. Et aussi pour récupérer les corps de vos compagnons tombés au combat..."

La tente ornait devait être celle du chef, ce qui signifiait qu'elle contenait probablement des documents intéressants pour nous. Y entrer seuls pouvait être dangereux, mais y entrer avec le chef en réussissant à fouiner sans être coincer l'était tout autant... Néanmoins, il fallait que l'on obtienne des informations et pour cela nous n'avions d'autre choix que de prendre des risques. Cette fois, je décidais de prendre les devants. Mon camarade Uzujin nous avait sauvé la mise avec son idée de clan, maintenant, c'était à moi de jouer.

- Je pense qu'il serait préférable que l'on regagne notre campement, néanmoins, je vous remercie pour votre charité. Quant à votre demande, nous ne pouvons la satisfaire. Notre état ferait de nous de véritables poids pour la traque et puis, je doute qu'un de nous ait envie de revivre ça de sitôt. Cependant, nous nous ferons un plaisir de vous montrer sur une carte la zone où nous avons été pris en embuscade ainsi que de vous conter avec précision ce qu'il nous est arrivé.


Apparence après le henge:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Vivre et laisser vivre



Mon idée de remonter au front n'avait pas été appréciée. Je m'étais alors conformée à la volonté de deux Uzujins et cette idée me contrariait, mais l'idée de mourir sous les flèches des samouraïs après avoir été découverte n'était pas pour me plaire. Aussi, pour la cohérence du groupe, je suivis mes deux coéquipiers d'une mission. Je n'étais pas fière de devoir faire équipe avec eux et de devoir m'accorder à ces deux Uzujins, mais après tout, ils n'étaient pas Kaigan. Uzushio n'était pas bien méchant et constituait un rival commercial, certes, mais de nombreuses régions séparaient le Pays du Vent du pays des Tourbillons. Je n'allais pas non plus me forcer à détester des gens, cela n'allait rien m'apporter de bon tant dans la vie quotidienne que dans les missions. J'avais une tâche à accomplir et laisser ma fierté me dicter de ne pas agir en harmonie temporaire avec cette Uzumaki et Akrillo pouvait mener à un échec et potentiellement à la chute de Baransu. Si Baransu tombait, ce serait une honte pour Suna de n'avoir su protéger un hôte et un déshonneur pour moi de n'avoir su me maitriser et d'avoir compromis les chances de mon village de briller et celles de centaines de gens de survivre.


Samuraï Akrillo Amako, du Noble clan Amako, des terres du Sud ! Nous venons d’être attaqués !! Par un petit groupe de shinobis, ils étayent trois… Quatre, je crois… Ou cinq ! Tout est allé si vite ! Nous sommes… Les seuls rescapés…



Le samouraï en herbe avait fort bien présenté la situation à notre interlocuteur et quand bien même nous n'avions pas été accueillis avec grande joie pour un manque flagrant de discipline et notre oubli de faire usage de nos sifflets, information très intéressante, nous avions été considérés avec un sérieux que nous ne pouvions négliger. Notre plan avait fonctionné. Si bien fonctionné que des experts de la traque n'allaient pas tarder à montrer le bout de leur nez. Je n'étais personnellement pas encline à les rencontrer. Si le chakra avait quelqu'implication que ce fût dans l'affaire qui nous occupait, il y avait fort à parier que Tetsu baignait dans la fourberie en vilipendant les arts shinobi et les utilisant simultanément à son profit. Certains précieux dojutsu avaient peut-être même été sournoisement subtilisés afin de morigéner la soldatesque adverse, à savoir dans notre cas, l'agglomération de Baransu et ses hôtes.

Le chef avait parlé. La chef de notre groupe avait répliqué. J'étais restée en retrait et décidai de ne pas me manifester plus que nécessaire à ce moment-là, d'autant plus que notre interlocuteur ne nous voyait visiblement pas d'un bon oeil à refuser de porter assistance à ces Chasseurs funestes. Ceci dit,
nous venions de connaitre légèrement plus la diversité des troupes adverses et leurs méthodes. La construction de catapultes n'allait pas nous aider.

Le temps jouait maintenant contre nous, nous devions nous dépêcher et ne pas nous retrouver nez-à-nez avec ces traqueurs dont nous ne savions rien. Nous allions retourner dans un campement plus retranché non sans indiquer au chef où cette racaille de shinobi avait attaqué notre division. Il nous toisa quelques secondes, soupira légèrement et nous invita à la suivre à sa tente. L'endroit n'était pas bien grand, il n'était clairement pas un officier supérieur, mais nous pouvions surement en apprendre plus. Je vis Haruka continuer à prendre les devants en s'installant avec notre hôte devant la carte sur laquelle étaient disposés des pions et des plots. Nous avions devant nous une carte des opérations. Dommage, je ne savais pas clairement lire les plans de bataille, mais je me joignis à ma coéquipière Uzumaki. J'espérais qe nous allions réussir à captiver son attention assez longtemps pour qu'Akrillo,
discrètement, observe le contenu et les informations que cette tente pouvait nous donner. Quant à Haruka et moi, nous allions devoir nous atteler à la lecture de la carte.




Notre division était ici. C'est là que nous avons été attaqués.



J'avais pointé du doigt un endroit sur la carte occupé par l'indication d'un faible nombre de soldats.
J'avais pris soin de désigner un point qui n'était pas à la vue de tous et surtout qui ne se situait pas entre deux bataillons. Je partais du principe qu'attaquer de face était risqué, mettant l'attaquant en danger, la riposte pouvant venir de troupes situées à gauche, à droite et en face. Non, j'avais choisi un endroit que des ninjas pouvaient attaquer sans être pris en tenaille.




Nous tenions nos positions ici, mais n'avions pas été mobilisés pour lancer un assaut frontal. Nous nous tenions ici. Les shinobi étaient peu nombreux, ce n'était clairement pas un bataillon ou une troupe. Ils nous ont attaqué par le flanc par surprise.



Je marquai une courte pause en terminant ma phrase avec une voix plus grave.



Ils ont attaqué notre flanc, mais nous ne les avons pas vus venir. Ils ont été discrets, mais nous n'avons aucune idée du chemin qu'ils ont emprunté et sur le moment, on a pensé à rien. Ils ont commencé leur attaque sans utiliser aucune technique de feu ou quoi que ce soit, ils sont venus furtivement et on a vu un de nos collègues tomber, puis un autre et un autre. Ils utilisaient des armes courtes, ça faisait pas beaucoup de mouvements.



Je vis que ma coéquipière esquissait de légers gestes pour appuyer mon propos et rendre la vision de l'attaque plus concrète. Pitrerie ? Non, cela pouvait être plus évocateur que des mots.


Enfin, je dis aucune technique de ninja, sauf le vent, ils nous ont balayés avec ça, mais de loin, ça n'a pas du être spectaculaire. Ça s'est passé très vite. On aurait dit qu'ils avaient tout calculé, c'est un miracle qu'on ait pu s'en sortir.



Je regardais en même temps le plan. Si le campement dans lequel nous étions était si proche du front, alors cette carte devait regorger d'informations. Y avait-il des informations sur l'endroit où étaient construites les catapultes ? Comment se présentait le front ? L'ennemi disposait-il déjà de machines de siège ? Je devais voir comment les différents bataillons étaient organisés. Cette carte n'était sans doute pas exhaustive, mais au moins, nous allions pouvoir comparer ces renseignements et les renseignements récoltés en plus haut lieu. Mais surtout : la nourriture. Où la nourriture était-elle entreposée ? J'espérais qu'Akrillo allait réussir à savoir l'itinéraire qu'elle avait parcouru aussi.



J'ai pu remarquer quelque chose. Ils portaient des masques. Des masques qui cachaient entièrement leurs visages mais sans les protéger, comme pour simplement les cacher. Et on a couru. Nous ne savons pas s'ils ont essayé de nous poursuivre, mais en partant, j'ai entendu des bruits bizarres, comme s'ils préparaient quelque chose. Mais c'était plutôt des bruits sourds, je crois. Et quand on a vraiment quitté notre position, je pense pouvoir affirmer qu'ils étaient encore sur place. Nous avons pensé à retourner voir ce qu'ils faisaient, mais ils nous auraient surement tués tous les trois. Après tout, ils ont battu plusieurs d'entre nous, nous n'étions plus de taille. Alors nous sommes venus faire notre rapport.



Je n'avais pu gagner plus de temps. Si j'avais parlé plus, et j'avais déjà beaucoup causé, le chef m'eût demandé d'abréger. J'espérais qu'Akrillo avait réussi à obtenir quelque chose d'intéressant, bien que le laps de temps eût été court.


Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration





Mes camardes avaient pris les choses en mains. Après avoir plus ou moins convaincu le chef des lieux, nous nous étions reposé quelques secondes, avant que ce dernier revienne vers nous.
Haruka avait habilement refusé tout en lui demandant d’aller dans sa tente, afin de lui montrer le lieu de notre attaque. Ainsi, l’explication du refus était cohérente et on ne les laissait pas seul face à ces chasseurs funestes… Chasseurs que nous devions éviter, afin de ne pas avoir de soucis ?
L’avantage d’avoir Haruka dans le groupe, c’était de pouvoir sentir quand un ennemi approchait d’un peu trop près. Enfin, un ennemi ayant du chakra. Ça nous aiderait pour anticiper.
Je les suivis, légèrement derrière, pendant que mes deux collègues se plantèrent devant une carte avec le maître des lieux. Sans même un regard, je compris ce que je devais faire. Elles allaient sûrement le distraire, alors autant en profiter.
Sans faire de bruit, et faignant être juste derrière lui, je me mis à observer la tente. Elle était modeste, ce qui prouvait l’ascendance non noble du soldat. Ou capitaine. Peu importe, il n’était pas très gradé, ni noble, contrairement à nous, enfin à nos henge. Ainsi, il devait sûrement se soumettre à nous, tant que ça restait dans ces champs d’action et ne remettaient pas en cause des ordres de plus hauts placés.
Pendant que je pensais cela, je ne perdis pas une seconde ; mes yeux allaient de droite à gauche, fouillant chaque recoin à la recherche d’information. Je poussai délicatement et sans bruit quelques feuilles sur le bureau à la recherche de n’importe quoi : leur effectif, un nom qui semblait important, un ordre d’attaque, que sais-je. Je m’assurais toujours du coin de l’œil que le chef du camp était toujours absorbé par le discours de la sunajin. Elle y mettait du sien, mais je sentais que tout ça touchait à sa fin. J’avais pu déjà obtenir quelques informations, mais pas suffisamment. Je vis aussi un petit rouleau avec le sceau cassé. Il pouvait ressembler étrangement à ceux que nous recevions. Peut-être il y aurait plus à savoir ici. Du bout des doigts et en retenant mon souffle, je l’entrouvris afin de glaner quelques phrases pouvant nous êtres utiles, ou même juste une signature, un escadron, un groupe, un sigle…
Tandis que ma partenaire finissait, je me rapprochai silencieusement, comme nous l’avions appris pendant des années d’études et d’expérience sur le terrain, vers le Chef. Comme si j’avais toujours été là, je soupirai légèrement, afin de me faire remarquer.



▬J’espère que les Chasseurs funestes arriveront vite pour rattraper ces meurtriers, fis-je d’une voix sombre. Mais comme là dit plus tôt mon camarade, nous devons rentrer au camp faire notre rapport. Notre supérieur doit savoir ce qu’il s’est passé, et ainsi re agir en conséquence. Tenez bon et ouvrez l’œil.


Puis, après avoir attendu quelque seconde une réponse de l’intéressé, mais pas trop, comme pour montrer que nous avions l’habitude d’être obéis par la plèbe, nous, les samouraïs, je me mis en route et sortis de la tente.
Je n’avais pu observer que quelques secondes la carte, mais je pensais savoir où se trouvait le camp principal. De plus, Haruka et Denya pouvaient appuyer ou réfuter la destination, puisqu’elles l’avaient pu observer bien mieux.
J’espérais que personne ne nous empêcherait de partir. Je regardai Haruka du coin de l’œil, pour voir si elle sentait quelque chose arriver ou non, afin d’être prêt à changer de direction au besoin. Et alors que nous commencions à nous diriger vers la sortie du camp, à l’écart des autres, je leur soufflai :


▬Une fois un peu plus à l’écart, nous devrions faire des Henge simples. Ils seront inutiles en combat ou quoique se soit, mais permettrons de passer inaperçu de loin si nous ressemblions aux troupes de samouraïs que nous avons vue plus tôt. Je vais aussi vous dire ce que j’ai pu récupérer comme information…




Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Le chef du camp s'avéra un peu deçut de ne pouvoir se faire escorter jusqu'au lieu supposé de la pseudo embuscade. Il y aurait de la gloire à récolter et ses hommes se seraient sentis davantage en sécurité accompagnés par de noble samouraï.

Toutefois, un des arguments de la kunoichi d'Uzushio déguisée porta : ces valeurs combattants avaient subit de lourde perte et devait être épuisé et blessé.
Même si l'explication semblait un peu... geignarde pour d'aussi vaillants soldats de l'Empire.
Mais il s'agissait après tout de jeunes nobles qui découvraient la réalité de la guerre en mettant en pratique pour la première fois leur entrainement.
Ils ne pouvaient pas réellement les blâmer pour ça... Il n’en avait (hélas) ni le droit, ni le grade.

Le chef du campement accepta donc la proposition de la rouée shinobi transformée.
Il conduisit les samouraïs dans la tente qui servait de quartier général à leur petite troupe d'ashigaru.
L'endroit était chiche, sans décoration. Il ne s'agissait après tout que d'un camp mineur d'une division parmi tant d'autres.
Malgré tout, elle contenait une carte et quelques documents attirant l'œil avide des shinobi.

La sunajin du groupe prit les devant et s'approcha, indiquant le lieu où était sensée s'être déroulée l'attaque.
De fait, Denya pouvait à tout loisir analyser le document pendant qu'il décrivait minutieusement la fausse embuscade, soutenu par Haruka.
A eux deux, ils captivaient l'assemblée, constitué du chef du camp et de quatre officiers.
Respectueusement, les soldats de Tetsu n'interrompirent pas le récit des ninjas déguisés.
Profitant de la diversion, Akrillo farfouillait discrètement parmi quelques parchemins.

La carte s'avéra plutôt décevante : elle manquait de précision et était centrée essentiellement sur les alentours immédiats, puis s'étendant vers le sud et l'est. Elle détaillait bien le plan actuel de l'Empire : après son premier assaut plus ou moins réussit, Tetsu mettait en place un véritable siège.
Il était visible qu'il barrer volontairement la route pour éviter toute demande ou arrivée de renforts en provenance de Konoha ou du clan Inuzuka.
En comparant avec leur souvenir des bannières entre-aperçut flottant au vent, les shinobi pouvait voir que la carte manquait aussi d'une information vitale : où était les campements des samouraïs ? Du commandement ?
Visiblement, quelqu'un avait sciemment omît ces information.s
Seul un gros campement ne portant aucune icone ashigaru, très proche, était indiqué.
Visiblement, il y avait une hiérarchie très pyramidale et les troupes de bases n'avaient que la position de leurs supérieurs immédiats et de leurs collègues. Pas fous, les stratèges de l'Empire avaient envisagée la possibilité que leur ligne soient infiltrés et ils cloisonnaient soigneusement les informations : la troupailles n'avait pas besoin de tout savoir.

Malheureusement, beaucoup de blason, dessin et symboles étaient également inconnus des ninjas.
Mais en prenant leur position comme exemple... Il y avait visiblement beaucoup de camps d'ashigaru. L'Empire avait visiblement engagé de nombreuses troupes.
A la couleur des pions, on pouvait supposer que certain de ces camps, les plus périphériques n'étaient pas encore terminés ou en place. Des renforts seraient-ils en route ? L'armée n'était-elle pas entièrement déployée ?
En tout cas, si la situation était similaire au nord de la ville... A terme, Baransu était perdue. Il ne s'agissait pas de quelques troupes mobilisées pour abattre une ville hérétique. Ce n'était pas une opération coup de poing "politique" contre les ninja.
C'était une véritable invasion.

Dans les papiers, Akrillo pu lire quelques ordres. Les camps les entourant avait bien pour but d'attendre et d'abattre tous ceux qui essaieraient de sortir de la ville.
Il n'y avait pas le moindre signe d'un assaut ultérieur. Bien : cela allait donner un peu de temps aux défenseurs et aux shinobis.
Une note installait un roulement, certaines divisions d'ashigaru ayant l'ordre de se rendre dans les forêts alentours pour collecter du bois.
Visiblement, l'Empire allait construire des armes de siège sur place.
Il était probable que Tetsu porterait un seul et unique assaut final, submergeant la citée.

D'autres ordres envoyaient une partie de la soldatesque réquisitionner des vivres et des bras dans de petits villages alentours.
D'ailleurs, les ashigaru, bien que pestant après le sale temps et les travaux forcés, avaient le moral. Il y avait même une petite carte des environs, fort grossière, où les soldats s'attribuaient déjà des terres. Était-ce la récompense promise par l'Empire ou un fantasme ?
Un autre parchemin, comportant la date de la veille, déclarait cette division "Pure face à la Lumière de l'Empereur." et était par signée par un sceau stylisé, pouvant signifier "Les Yeux Vigilants".
Le chuunin d'Uzushio mémorisa aussi un ou deux noms de gradés entre-aperçut sur les missives : cela pourrait toujours être utile à glisser dans une conversation. Sauf s'ils étaient mort ou en disgrâce d'ici là...

Leur petit théâtre s'étant parfaitement déroulé, les shinobis jouèrent les samouraïs fidèles, désireux de rapporter les faits à leurs supérieurs au plus vite.
Ils déclinèrent donc les invitations à se reposer, voire à se faire soigner par les ashigaru (ce qui aurait exposé le coté factice de leur apparence).
Les ninja purent donc quitter le camps sans encombre, le commandant promettant d'aller récupérer les corps de leur soit-disant camarade tombé au combat avec les renforts qu'il avait fait mander.

Grâce à la carte, les shinobis savaient donc que plus à l'arrière encore se trouvait cette fois un camp de samouraïs, une base d'opération plus vaste, regorgeant sans doute de guerriers d'élite responsable de l'assaut sur la région.
En quittant le campement, Akrillo souffla à ses camarades qu'il faudrait peut être changer de déguisement...

En tout cas, ils se mirent en route sous une pluie fine vers leur nouvelle cible d'infiltration.
Après un peu de marche, la jeune Uzumaki arrêta soudain le groupe.
D'après ses sens mystiques, cinq chakras dignes de shinobi se déplaçaient sur le sentier reliant les deux camps de l'Empire. Et très vite, pour une raison qui fut vite évidente aux ninjas : ils entendirent le galops des chevaux.
Dissimulée derrière un rocher surplombant la route, ils purent voir arriver au loin cinq cavaliers, tous vêtus d'une armure lourde de samouraï d'un noir de suie, à part le masque grimaçant qui couvrait leurs visages. Lui était d'un blanc osseux. Deux d'entre eux portaient sur le dos un arc.
Vu leur tenue, à n'en pas douter, il s'agissait des Chasseurs Funestes et il se dirigeait vers le camp d'ashigaru que les shinobi venaient de quitter. Ils arrivaient probablement du camp principal de samouraï vers lequel se dirigeait l'équipe.

Valait-il mieux se cacher ? Se déguiser ? Les saluer ? Les affronter entre les deux campements de l'Empire ?


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Notre plan avait fonctionné, nous avions réussi à entrer dans la tente du chef. Denya et moi avions détourné l'attention d'Akrillo avec succès, ce qui lui permis de fouiner sans se faire prendre par l'ennemi. On avait bien joué sur ce coup-là car non seulement, cela avait permis à mon camarade Uzujin de récupérer des informations, mais en plus, nous n'avions plus besoin que l'un de nous accompagne les samouraïs. Ils avaient complètement mordus à l'hameçon... La Sunajin contait "notre histoire" tandis que je la précisais ou je mimais  afin de rendre cela plus vivant et crédible. Une fois sortis de là, nous prîmes la direction d'un autre camp, celui où devaient se trouver l'élite...

C'était la première fois que je faisais une mission aussi importante, c'était une expérience toute nouvelle dont je comptais évidemment profiter. J'avais déjà fait des missions d'infiltrations, mais c'était infiltrer un petit village ou un commerce, pas une armée...  Au moins, cela me permettait d'affiner certaines de mes compétences et d'en développer d'autres auxquelles je n'avais pas forcément prêté attention. Et puis, avec un peu de chance, j'allais pouvoir gagner en réputation grâce à cet événement... Je le savais que ce n'étais pas bien de se réjouir du malheur de certains, mais je ne pouvais m'empêcher de trouver des aspect positifs à l'attaque de Tetsu sur Baransu.

Alors que nous marchions en direction du prochain camp que nous allions infiltrer, mes capacités sensorielles me mirent en état d'alerte et j'arrêtai le groupe. Instinctivement, nous nous cachâmes derrière un rocher. Cinq, il y avait cinq personnes dotés d'un chakra semblable à celui des shinobi... Nous pouvions dès lors entendre des chevaux galoper vers nous... Je n'aimais vraiment pas ça, le timing était trop parfait... Cela ne faisait pas longtemps que nous avions quitté le camp et pourtant, ils étaient déjà là et je doutais que l'autre chef de camp les ai prévenu. Je ne savais pas pourquoi ils étaient là et puis, je n'avais pas eu l'impression que les paysans nous aient démasqués, mais les faits étaient là, cinq cavaliers arrivaient vers nous.

Les Chasseurs Funestes ? Ils s'agissaient peut être d'eux en vue de ce qu'on avait pu entendre... Si c'était bien eux, ils devaient être puissants, alors le combat n'était pas la solution idéale, loin de là... En plus, deux d'entre eux étaient armés d'un arc, ils devaient donc se spécialiser dans le combat à distance tandis que les trois autres devaient privilégier le corps à corps, sauf si un senseur ou un médecin se trouvait parmi eux, ce qui risquait de nous compliquer la tâche.

Akrillo prit les devant et passa à côté des cavaliers en criant un "soldats, à moi", nous invitant ainsi à suivre le mouvement. Je vins le rejoindre, accélérant le pas, sans poser mon regard ne serait-ce qu'une seconde sur les cinq samouraïs, espérant qu'ils nous laisseraient tranquille. Nous n'avions aucun moyen d'être sûr du comportement à adopter face à eux, alors nous n'avions plus qu'à prier...


Apparence après le henge:
 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Le Henge est éternel



Je n'étais pas peu fière de nous : nous savions quelque chose de plus, quelque chose se tramait ! La fierté me motiva et malgré une certaine maladresse de notre part ou une vigilance de la leur, nous n'avions pas obtenu un résultat totalement mauvais. Glaner des informations en la présence d'un gradé, fût-il un sous-officier sans haute responsabilité, n'était pas dans mon habitude. Je n'avais jamais accompli de mission en bernant l'ennemi de la sorte. Il n'y avait certes pas de quoi se targuer de l'avoir fait à un tel stade, mais c'était une première, tout de même. Toutefois, il s'agissait de ne pas crier victoire trop vite, car la menace pesait sur les murailles de Baransu et il nous fallait des renseignements plus conséquents. Bien sûr, qu'il en fallait ! Notre hôte ne pouvait se contenter de si peu pour organiser ses défenses de manière optimale.

Haruka avait bien soutenu mes propos et avait montré un talent théâtral non-négligeable, intériorisant correctement son personnage et ne surjouant pas, elle avait su calquer ses gestes sur mes paroles, appuyant alors mes phrases et captivant l'attention de notre auditoire. Haruka, à n'en pas douter, je n'eusse pas obtenue seule un tel résultat et tu avais su dévoiler un talent qui pouvait sembler insoupçonné chez un ninja : la tragicomédie. Venais-tu du théâtre Kabuki ? Assurément, une carrière s'offrait - toi dans ce domaine, mais comme tu étais impliquée dans notre infiltration, nul doute que ce corps de métier ne t'intéressait pas à l'heure actuelle.

Ceci dit, il s'agissait d'utiliser un Henge simple. Une bonne suggestion, je m'étais alors exécutée. Un Henge simple, un !

Soudain, notre comédienne amatrice nous fit comprendre qu'elle avait senti quelque chose et nous nous étions cachés. Elle n'avait rien dit, surement car ce n'était ni le lieu ni l'endroit pour parler. Mais qu'est-ce qui pouvait la gêner ? Nous étions en territoire ennemis, mais notre couverture avait fait son office jusque là. Je pensais toutefois comprendre. Si elle était inquiète, cela signifiait qu'en face se trouvait un véritable problème et ce problème pouvait être composé de senseurs. Les Chasseur Funestes ? Après tout, nous ne savions pas s'ils disposaient simplement d'un odorat fin, d'une ouïe développée ou s'ils détectaient le chakra. En temps normal, la kunoichi que j'étais eûs suggéré d'opter pour un itinéraire différent, mais notre succès avait du me monter à la tête et je ne désirai alors pas me cacher absolument.

Sortir de notre cachette, sortir. Ne pas rester bêtement là, nous allions être repérés, peu importe par qui ! Puis Akrillo avait pris la tête de notre trio, avançant soudainement plus vite et se retournant, nous lançant alors :  



Soldats, à moi !




Quel aplomb, commandant, quel entrain ! Peut-être que passer à côté de nos ennemis en faisant mine d'être affairés à autre chose qu'à leur parler allait justifier que nous ne nous signalions pas, car nous ne connaissions absolument pas la procédure à adopter lorsqu'une unité rencontrait une autre unité. Certes, lors de notre sortie des égouts, nous n'avions pas vu les différents détachements s'identifier, donc j'espérai qu'il allait en être de même face à ces cinq cavaliers. En tout cas, il était trop tard pour reculer, nous les croisions.



Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration


Il allait sans dire que la chance, enfantée par Dame Fortune, était de leur côté. Le bluff de l’Uzujin leur avait créé une porte de sortie et surtout ils ne repartiraient pas vraiment bredouilles. Des pions, des bouts de cartes, des images mentales – aussi précises fussent-elles – des lettres comblaient les poches du ninja des tourbillons. Maintenant que la méfiance de leurs « pairs » abaissée, il pouvait presque mener leur groupe à la victoire ; du moins, à avoir encore un peu plus d’infos au sujet de ce raid ô combien dévastateur.
Alors qu’il commettait son larcin, ses deux équipières semblaient jouer un jeu duquel elles étaient les maîtresses. Les Reines d’un échiquier aux mouvements si amples, vastes et calculés qu’il était dur de les percer, de lire en elle. Au pire, cela leur permettrait de gagner du temps et de se préparer à au moins limiter les dégâts si vraiment ils se retrouvaient dans la totale impossibilité de fuir.

Peu de temps après, la Kunoichi qui venait du même village que notre sabreur fit comprendre au trio atypique qu’elle avait senti quelque chose. Se cacher – et non pas fuir ! - ne semblait pas une option à leurs yeux. Aussi s’exécutèrent-ils sans moufter. Derrière un rocher, Akrillo recherchait un plan. Les Chasseurs Funestes ? Qui étaient-ils ? A en croire ces brèves descriptions, il ne s’agissait pas de simples Samouraïs, encore moins d’Ashigerus. D’indépendants, peut-être. Toujours fut-il que si Haruka avait senti quelque chose et qu’elle était à présent en alerte, cela ne voulait rien dire de bon. Par Amaterasu, ce qu’il priait et implorait ses ancêtres que ne fussent pas des Shinobis senseurs de par delà les contrées du Fer !
Un autre problème lui était venu à l’esprit… Si cette délégation portait un nom, ce n’était probablement pas pour rien, certainement pas juste pour se targuer d’un quelconque titre ô combien honorifique qu’annonciateur de terribles desseins au lugubre présage. Le Miyamoto ne connaissait pas non plus la procédure à adopter en faisant face à de telles personnes…
De toute façon, il leur fallait sortir de là. S’ils devaient se faire repérés, autant que cela soit en ayant un visuel sur leurs ennemis. Il prit donc la tête du trio et déambula avec la noble démarche de tout samouraï qui se respectait – à l’instar de son clan, d’ailleurs – et se retourna après avoir dépassé les guetteurs encapuchonnés.



« Soldats, à moi ! Scanda-t-il à ses deux partenaires, espérant et priant encore l’intégralité de tout son clan pour que ce stratagème portât ses fruits... »


Récapitulatif combat:
 


© NAELY
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

La fine équipe de shinobi progressait en direction d'un camp de samouraïs, sans doute bien plus important et donc plus riches en renseignements potentiels que le malheureux poste de garde d'ashigaru.

Brusquement, les capacités sensorielles (ça, et le bruit de cavalcade) de l'Uzumaki déguisée l'avertirent de l'arrivée de gêneurs. Des samouraïs, bien plus redoutable que de simple ashigaru et pouvant manier le chakra.
Les ninjas se cachèrent tout d'abord, pour décider de la marche à suivre.
Au vue des armures noires et de leur description, ils devaient sans doute s'agir d'une escouade ces fameux Chasseurs Funestes, l'unité de l'Empire chargée de traquer les shinobis essayant de fuir Baransu.

Ils ne pouvaient pas prendre le risque de rester cacher ainsi. Cette troupe, dont la tâche principale était le pistage de fuyard ninja, risquaient fort d'avoir un ou plusieurs membres disposant de sens très développés, voire renforcé par le chakra. Ou pire encore : l'un d'eux pouvait être un Senseur, comme la jeune Uzumaki.

Akrillo, malgré son instinct shinobi et sa prudence naturelle qui le poussait à rester tapi dans les ombres, décida de ne pas prendre de risque.
Il sortit gaillardement de sa cachette, ralliant ses "troupes".
Après tout, ils étaient grimés en samouraïs... Bon, Denya avait décidée de changer d'apparence suite à une suggestion de d'Akrillo (qu'il n'avait d'ailleurs pas appliqué lui-même, ni sa condisciple, attendant sans doute d'être en vue du prochain campement pour adopter une apparence adaptée).
Leur équipe n'avait pas le nombre habituel de combattants, mais il devait bien y avoir d'autres escouades ayant subit des pertes durant les batailles et regagnant leur camp...

De fait, les cavaliers ne leur jetèrent qu'un regard vaguement intéressé quand ils sortirent de leur cachette.
Les mains s'étaient certes resserrées sur les armes, mais ce n'était qu'un reflexe face au cri du Miyamoto et de l'apparition soudaine de la troupe de guerriers déguisés.
Ils ne ralentirent pas et se portèrent à la hauteur des faux samouraïs, les saluant d'un hochement sec de la tête sous leur casque grimaçant.

Les cavaliers allaient les dépasser, tout à leur mission : rejoindre le camp d'ashigaru  qui avait sonné une alerte codée réclamant leur intervention.
Mais soudain, à peine à  douzaines de mètres l'un des Chasseurs Funestes écarquilla les yeux et se mit à hurler.
"Bon sang ! Mais qu'est-ce que c'est que ce putain de monstre !" s'écria-t-il en contemplant l'Uzumaki,d’un air médusé et en tirant sur ses rennes pour ralentir sa monture par réflexe.
Sugako Izaya était anciennement un jeune bonze, mais ses "dons" l'avaient forcé à rejoindre l'armée, à la grande fierté de son père (et un peu moins de son frère ainée, déjà samouraï qui y voyait là une soudaine concurrence).
Jamais le jeune homme n'avait ressentit pareille présence psychique ! Même pendant les derniers entraînements avec la Très Sainte Chuibukai Mei.

Suite à son cri, le commandant des Chasseurs Funestes lui lança un regard noir et intrigué, ramenant le jeune cavalier à son devoir.
"Shi...shinobi !" hurla-t-il, pointant du doigt la jeune Uzumaki, dont le chakra était un véritable phare pour le jeune Senseur samouraïs.
Le chef de l'escouade de traqueur de Tetsu ne se le fit pas dire deux fois et fit claquer les rennes de sa monture, tout en dégainant son sabre de cavalerie, qui se mit à luire, voire à crépiter, parcourut de petits éclairs.
Son intention était claire : décapiter la menace.
"Et les autres ?" beugla-t-il à son acolyte en chargeant.
"Je vérifie !" s'écria le Izaya, arrêtant son cheval pour se concentrer sur ses dons mystiques. "Shinjitsu no Me ! Confirmé ! Ces chiens impies sont tous déguisés !"
Aussitôt, le Chasseur Funeste à ses cotés s'élança aussitôt vers Akrillo et Denya, épée au poing et leur décocha au passage un puissant coup de lame en arc de cercle, essayant de les blesser tous les deux.
Parallèlement, les deux archers montés s'écartèrent de la route, à la recherche de position avantageuse et pour couper toute retraite ou arrivée de renfort et dégainèrent leurs arcs.


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Les hommes aux sabres de métal



Des shinobi ? Ici ? Des ninjas ? Parfaitement, devant eux ! Deux représentants du village caché des tourbillons et une représentante du sable déguisés en samouraïs. Riche idée pour une infiltration ? Riche idée certes, le jeune Miyamoto avait même susurré à ses coéquipiers de prendre le blason d'une famille bien placée dans la hiérarchie. Avec un cerveau rempli de tant de connaissances, capable de nous procurer un déguisement adéquat, il n'y avait rien à craindre. Nous avions pu berner le chef du premier campement et su obtenir des informations certes peu nombreuses, mais les soldats bavards nous avaient mis au jus quant à la construction de machines de sièges afin d'assoir leur domination sur Baransu. Nous savions que quelque chose de préparait : l'Empire avait engagé des soldats pour un nouvel assaut. Sans compter l'usage de sifflets sur le front en matière de communication et ce n'était pas tout ! Toutefois, rien de bien précis, nous ignorions où se cachaient leurs réserves de nourritures et si nous envisagions de couper leurs communications, s'attaquer à des cavaliers isolés n'était pas le moyen le plus rapide. J'espérais qu'il y avait un centre de regroupement des informations et que le réseau de communication était chapeauté depuis un endroit bien déterminé.

Si bien débuter ne laissait pas présager une erreur aussi grossière que celle qui suivit. Comment, alors que nous savions l'existence des Chasseurs Funestes, avions-nous pu imaginer passer à côté de cette division sans nous faire repérer, sachant que le chef du campement avait bel et bien dit qu'ils allaient aider à débusquer les ninjas qui avaient prétendument mis à mal notre troupe ? Qu'est-ce qui nous était passé par la tête. Je me souvins avoir pensé qu'il s'agissait simplement de cavaliers dotés de sens aiguisés, mais qui m'avait mis cette idée en tête ? L'un des Uzujins ou moi-même ?

Pas le temps de se plaindre, le combat était engagé. Un chef apparent était muni d'un sabre auquel il avait ajouté une dose de ninjutsu. Nous avions bien la preuve que les samouraïs usaient des techniques des shinobi, plus aucun doute à avoir. Auparavant, nous pouvions envisager que seuls quelques responsables de l'état-major avaient de telles compétences liées à la pluie qui avait masqué leur voyage, mais qu'un simple particulier responsable d'escouade maitrisât notre art rendait la chose évidente. Ledit particulier se dirigeait vers notre senseur, auquel je voulus prêter assistance, mais Akrillo et moi étions chargés par un second larron.

Il décrivit de sa lame un arc de cercle, cherchant visiblement à nous toucher les deux d'un coup d'un seul, quel fumier. Quel génie ! Mais il allait falloir prendre en compte la résistance de la policière d'en face, moi. Protéger Akrillo afin qu'il pût aider notre senseur et chef de groupe ! Assister notre équipe et prendre sur moi, tel était le rôle que je m'imaginai prendre un instant face à ces opposants dont j'ignorais la force. Il était trop tard pour reculer et j'avais une certaine méfiance dans l'idée de la réussite du combat, mais encore une fois, il était trop tard. Je pris une grande respiration, tendis mes doits et, fronçant les sourcils afin de me convaincre et me gorger de vigueur, utilisai mon endurance particulière afin d'être la première frappée et encaisser la technique sans broncher. J'avais cependant bronché car mon adversaire était à cheval et la puissance de son attaque s'en trouvait décuplée, mais j'étais plus résistante que son attaque n'était puissante. Puis un constat : plus de Henge. Pourvu que prendre cette technique de plein fouet empêchât Akrillo d'en pâtir lui aussi.

Quoi qu'il en fût, quelle surprise pour le samouraï de constater que son coup n'avait pas été efficace. Du moins, j'imaginais qu'il était surpris car ces masques ne laissaient transparaitre aucune émotion. Toutefois, je savais qu'un être humain restait un être humain et sans attendre, je bondis. J'avais mal, j'avais reçu une frappe directe dans les côtes et quand bien même j'étais debout, j'avais senti l'épée, qui m'avait laissé la marque de son plat. Alors qu'il me fonçait dessus, je bondis et concentrant ma force, je décochai un puissant coup de poing. Le frapper. Lui faire mal. Le désarçonner. La puissance de l'impact allait surement le déséquilibrer et sa chute allait lui occasionner des dégâts supplémentaires. C'était du moins mon espoir. Lui et moi, face à face, allions subir un impact.
 







Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration




La situation avait dégénéré. Rapidement. Alors qu’il y avait une minute, nous étions de parfait samurai en mission pour l’Empire… Notre véritable identité de Shinobis fut découverte par ce groupe d’ennemis. Surement les Chasseurs funestes. Nous ne voulions pas tomber sur eux, et bien tant pis.
Maintenant, il fallait agir. Ils étaient 5, nous trois. Deux venaient de nous attaquer, alors que celui qui semblait nous avoir découverts restait en retrait. Les deux autres, des archers, venaient de se séparer pour trouver de meilleures positions. Il fallait agir. Tout se passait au même moment. Alors que je voyais un cavalier me fonçait dessus, j’aperçu la Sunaji me passer devant pour prendre l’attaque de plein fouet. Il ne me fallut pas autres choses pour me mettre en mouvement.


Merci
soufflais-je sans me retourner, à la Sunajin.

Légèrement baissé, la tête en avant, je courus à une vitesse folle en lançant ma paume de ma main vers l’agresseur de Haruka. Je visais l’homme et non la bête, mais ma technique pouvait bien toucher les deux. Fuuton, Kakeami. Un filet de vent tranchant fonça à toute vitesse sur l’ennemi, qui je l’espère fut surpris, vue que son attention était vraiment portée sur ma compatriote.
À peine j’eu fini cette action que je regardai l’archer monter s’éloigner un peu de nous. Je vis Haruka lancer quelques projectiles. **Bonne idée, j’ai quelques choses pour t’aider**. Tandis qu’une main allait chercher deux kunai dans ma poche arrière et les lançaient, l’autre envoyait une énorme bourrasque de vent sur l’archer le plus proche de nous. Couplée aux différentes armes de jet, cette technique devrait le perturber voir le blesser. L’important était de se débarrasser rapidement de ces deux archers.

**Tu vas sûrement avoir besoin de moi, jeune homme** Ignorant la voix de mon ancêtre, j’essayai de faire le vide en moi, analysant mes réserves de chakra et la situation. Tout n’était pas perdu, pas encore. Néanmoins, nos et leurs prochaines actions scelleront le sort de cet affrontement.
Nous étions légèrement séparé, Denya combattant un adversaire, seule. Haruka et moi de l’autre côté, à quelques mètres de là, contre celui qui semblait être le chef et un archer qui venait de recevoir un sacré enchainement de technique. Néanmoins, le deuxième archer et celui qui nous avait ciblé n’étaient pas encore rentrés en action et n’avaient pas encore reçu de dégâts…

Mes doigts tapotaient frénétiquement la poignée de mon katana, pendant que mes yeux scrutaient d'où viendrait la prochaine attaque.
Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Je me sentais un peu tendue... Cinq personnes avec du chakra de shinobi... J'espérais que nous n'allions pas avoir à les combattre, car non seulement je ne pouvais pas deviner leur force au travers de leur chakra, mais en plus leur statut important faisait que voir ces personnes subitement disparaître était louche... En suivant Akrillo, je n'avais plus qu'à prier pour qu'aucun senseur ne se trouve parmi eux, bien que leur formation laissait paraître les deux combattants au corps à corps, deux archers et l'autre dont nous ne savions rien. Cette dernière personne était sans l'ombre d'un doute là pour soutenir les autres... Peut être s'agissait-il d'un simple soigneur et je l'espérais.

Malheureusement, il s'avéra que ce type était senseur, comme moi... Et que j'avais une réserve de chakra plutôt importante qui lui avait permis de nous démasquer... Par contre, les termes utilisés pour me qualifier n'étaient pas très gentils, il exagérait complètement. C'était pas parce que j'avais une réserve de chakra un peu plus importante que mes camarade que j'étais un monstre, pauvre chou, il lui en fallait peu pour l'effrayer... Ce qui était sûr avec ce type, c'était qu'il ne devait pas être très populaire auprès des femmes s'il leur parlait comme ça. Quoiqu'il en soit, je laissai tomber mon henge, mon identité ayant été découverte.

Apparemment, les chasseurs funestes voulaient en découdre... Dès lors que je fus percée à jour, un homme s'élança vers moi au galop, l'arme à la main, et ce n'était surement pas pour me prendre dans ses bras... Au même moment -ou presque- l'autre épéiste attaqua le Miyamoto et la sunajin. Cette réaction fut le signal qui débuta notre affrontement, les shinobi en mission d'infiltration contre les samouraïs spécialisés en traque. Je priais pour que ce combat ne s'éternise pas trop, car que nous continuions ou non notre mission d'infiltration, nous ne devions pas être repérés et nous avions besoin de chakra.
L'homme qui avait chargé vers moi était à cheval, donc plus rapide que moi. Je doutais pouvoir esquiver son coup, alors je protégeai instinctivement ma tête et ma gorge qui étaient sans doute plus faciles à atteindre pour le cavalier. J'étais parfaitement prête à encaisser lorsqu'Akrillo utilisa une technique Futon pour tenter de repousser mon agresseur. Je me rendis alors au côté de mon camarade d'Uzushio, avant de tenter un remarquable -ou pas- lancé de kunai en direction de l'archer le plus proche. Ce fut à ce moment-là que je découvris l'utilité du Futon, ou du Ninjutsu affinitaire en général. En effet, le Miyamoto avait utilisé un deuxième Futon dans le but de renforcer mes projectiles. Ayant l'espoir de me débarrasser d'un chasseur funeste, l'archer attaqué, je fis usage de mon Hiden, plus précisément de mes chaînes de chakra afin de le frapper.

Je lançai ensuite un coup d'oeil vers Denya pour voir comment cela se passait de son côté.



Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Les Chasseurs Funestes avaient démasqué les shinobis s'infiltrant derrière les lignes de l'armée. Sans hésiter, l'escouade engagea le combat, pour la gloire de l'Empire.
Profitant de la vitesse de leurs montures pour augmenter la force de leurs coups, les samouraïs chargèrent les ninjas.

L'intrépide Denya réagit promptement, faisant rempart de son corps modifié et renforcé par le chakra pour encaisser les coups menaçant Akrillo.
Le choc fut d'une rare violence, mais la sunajin tient bon, à la grande surprise du cavalier. Le bouclier-humain avait empêché l'usujin d'être touché, ce qui lui laissa le temps de préparer sa technique de Fuuton. Akrillo remercia d’un mot la femme des sables, peut être un peu étonné par ce sacrifice héroïque. Tel n’était pas les mœurs habituelles des rudes guerriers du Pays du Vent.
Cela montrait que la sunajin comprenait la nécessité de leur mission et la situation gravissime dans laquelle ils se trouvaient tous. Une équipe soudée était vitale pour réussir la mission et la coopération de tous permettraient aux ninjas de se dresser contre l’Empire.
L’uzujin s’élança vers sa condisciple, voyant que Denya avait la situation bien en main. Il n'allait pas laisser une demoiselle de l'estimé clan Uzumaki, une compatriote se faire décapiter par une épée crépitant d'éclairs funestes !

Le shinobi d'Uzushio expédia donc un filet de vent tranchant qui cueillit l'adversaire de la rouquine au moment où la lame allait s'abattre.
Le choc propulsa en arrière l'assaillant qui démonta, s'écrasant lourdement dans la boue, son armure lardée de lames de vents extrêmement tranchants. Il laissa échapper un cri de surprise et de douleur et se releva qu'à grand peine, visiblement groggy. Son canasson, privé de maître, dépassa le groupe de ninja, avant de s'arrêter plus loin.

Denya balança alors un coup de poing monumental au samouraï dont elle avait stoppé l'attaque, l'envoyant lui aussi rejoindre durement le sol et fendillant son armure ténébreuse.
En revanche, le guerriers amortit sa chute d'une roulade et parvint à se relever en position de combat.
Derrière son masque sinistre, ses yeux luisaient de haine. Pourtant, il grognait : le coup avait salement fait mal ! Mais il aurait sa vengeance.
Sans s'attarder, il leva son katana, à présent chargé de chakra, l'abattant dans le vide devant lui en direction de la shinobi du sable.
"Issen !" s'écria l'homme, chargeant ensuite la ninja en suivant l'onde de chakra qu'il avait expédié.
Dès qu'il fut à porté de la sunajin, il arma un coup puissant.
"Omotegiri !"

Haruka, sauvé par l'intervention d'Akrillo, repéra un des archers qui les flanquait et lui expédia aussitôt une volée de projectiles de métal.
Connaissant bien sa compatriote, le rusé Akrillo utilisa aussitôt une de ses techniques  Fuuton, propulsant les armes à une vitesse incroyable.
L'archer fut totalement pris de cours. Il aurait habituelle doucement rit de simples kunaï : à pareille distance, cela n'aurait fait qu'égratigné son armure.
Mais l'attaque combinée fut dévastatrice : les lames transpercèrent en grande partie son armure et le souffle terrifiant, l'expédia violemment lui et son cheval contre un arbre, lui arrachant un hurlement de douleur.
Un craquement terrifiant et un hennissement désespéré déchirent l'air brumeux. La pauvre monture n'avait pas supporté le choc.
Sous l'impact, le samouraï  blessé hurla lui aussi. Il tenta de se relever, sachant très bien que son arc était sans doute en morceau, tout comme son bras. Et des kunaï effilés mordaient cruellement sa chair. Impensable ! Lui, un archer de l’Empire de Tetsu avait été transpercé par des projectiles shinobi !

Mais cela n'était pas fini. A peine le soldat de Tetsu arrivait-il à s'extraire de sa monture abattue que des chaînes dorées fendirent l'espace, le prenant totalement par surpris.
Son l'impact, son armure sombre, déjà bien abimée, explosa littéralement. Sa chair fut déchiquetée par les pointes cruelles des chaînes luisantes de chakra Uzumaki.
Il s'effondra, vaincu, son sang ruisselant dans la boue. Il mourut en plein déshonneur, n’ayant même pas eut le temps de frôler le moindre ennemis…

Cette perte tragique fit beugler de colère les autres Chasseurs Funestes.
L'archer survivant aligna immédiatement un trait puissant, visant la jeune femme aux cheveux rouge sang qui avait occis son camarade. La flèche avait pour but (en plus de tenter de tuer sa cible) de séparer l'équipe. Diviser et conquérir.
Immédiatement après son premier assaut, l'archer-samouraï décocha promptement trois traits simultanément : un pour chaque ninja.

Le Chasseur Funeste doté de sens mystique qui était jusqu'alors restait en retrait décida d'aller porter secours à ses ainés.
Jusqu'à présent, il avait été obnubilé par l'éblouissant chakra de l'Uzumaki, mais après avoir vu Akrillo en action, il lui semblait désormais vital d'occire ce manieur des vents.
Eperonnant sa monture, il chargea sabre au clair, comme l'avait fait ses compatriotes.
Mais alors qu'il arrivait à toute vitesse sur l'uzujin, il fit pivoter son bras, activant un mécanisme secret habillement dissimulés dans les sinistres décorations de son armure noire.
A la grande surprise d'Akrillo qui s'attendait à un coup d'épée, ce fut une volée de projectiles métalliques très effilés qui s'abattit sur lui.
Profitant de la vitesse de sa monture et de la stupeur causé pare son attaque traitresse, le jeune Chasseur Funeste abattit ensuite son sabre vers la tête d'Akrillo pour tenter de le décapiter.


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Le fer n'est pas éternel



J'avais touché et ma cible avait chuté de sa monture. Sa chute eût été rude, mais un samouraï de sa trempe devait être entrainé. Si bien entrainé que malgré son armure, il avait réussi à esquisser une roulade, ne subissant pas pleinement la puissance de l'impact. Une telle agilité forçait le respect, même pour un adversaire pareil. Un respect que je n'avais toutefois que de combattante à combattant. Tetsu avait lâchement attaqué une cité pacifique qui accueillait un festival annuel, non pas une cité alliée du monde shinobi. Baransu n'était pas connue pour être un repère habités par nombre de ninjas, l'architecture des lieux était pourtant claire : il s'agissait d'une ville de samouraïs, que l'on eût justement pu penser proche de l'Empire du fer. Pourtant, fort était de constater que ceux qui ne vivaient pas à l'intérieur des mêmes frontières que le Shogun Ashikaga étaient des ennemis de celui-ci. Jusque là, Suna voyait le Pays du feu d'un mauvais oeil, mais n'attachait pas une immense importance au reste de la carte, sa priorité étant les plaines fertiles. Mais avec cette action, cette seule action, je vous détestais. Je détestais Ashikaga et sa lâcheté. J'en étais sure, le kazekage et l'intendant allaient surement partager mon opinion. Désormais, vous étiez les ennemis de Suna. Et il allait falloir vous arrêter. Vous, Tetsu. Au même titre que Konoha. Au même titre que les Kaigan !

Je vous détestais !

Un flash ! Une lame de chakra tirée à distance au nom de la haine du shinobi, quelle pitié. Une attaque redoutable mais ô combien détestable de la part de ceux qui nous détestaient pour l'usage de ces mêmes méthodes que je voyais servies ici-même. Un coup d'oeil rapide avait permis de constater un sabre dont les éclairs jaillissaient. Hors de question que cela me touchât. Légère flexion des jambes et un puissant élan vers la gauche et je fonçai vers l'avant, d'un bref coup de l'autre jambe sur le sol, mais aussitôt mon plan pensée, je sentis une douleur dans la côte. Une flèche ! Du coin de l'oeil, je vis que l'archer qui avait survécu avait réussi à me viser et je n'avais su réagir à temps. La peste fût de ce combattant à distance, sa capacité à couvrir une large zone en faisait un adversaire à abattre ! Mais j'étais gavée d'adrénaline et, dopée, profitant de ma pointe de vitesse, décrivis un arc de cercle et fonçai sur le flanc de mon assaillant qui avait accompagné son flash, tout en ressentant légèrement la douleur causée par la flèche, mais l'excitation immédiate était trop forte pour que je fusse perturbée. Surement.



Tarenken !




Arrivant à sa rencontre, je concentrai mon chakra dans mes bras et sans trop réfléchir, lançai mes poings dans un violent assaut contre le samouraï. Les coups étaient si violents que ne se faisait ressentir que l'effort dans mes épaules. J'ignorais si mes coups touchaient, mais je frappais. Dents serrées, la policière se assénait coup sur coup sans savoir si résultat elle obtenait et cette policière, c'était moi. Stop. L'archer, il fallait s'en charger ! Le samouraï ! Je l'avais dans mon champ de vision. S'était-il déplacé et l'avais-je suivi du regard ? Aucune idée, mais il était là.



Fukumi Hari !




Trois senbons ! C'étaient trois senbons crachés en direction de son visage. Une faible attaque, peu de dommages, mais si je touchais, j'allais le désorienter, le gêner, l'indisposer, forcément.
Puis j'appuyai sur l'une des mes jambes et tournoyai sur moi-même à toute blinde, voyant où était ce décocheur de projectiles. Je l'avais en visuel. J'allais me servir de son copain comme objet à lancer. Mon pied partit en direction de celui que j'espérais avoir assommé avec mes poings.



Akrillo, j'essaye de t'envoyer ce type !





J'avais crié, il n'avait surement rien compris. Aucune articulation de ma part. Puis je lâchai un violent coup de pied, avec pour but de projeter ce sabreur sur l'archer.


Suna Toppû !






Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 139
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Infiltration




Tout se passait étrangement bien. Mes différentes lectures au cours de mon entraînement Miyamoto m’avait prévenu que cela ne durerait pas. Et ce fut le cas.
Après avoir tué l’un des leurs, une rage s’empara de celui qui nous avait repéré et qui était resté en retrait jusqu’à maintenant. Il tira son sabre et se mit à me charger. Parallèlement, j’essaye d’avoir une vision d’ensemble du reste de la scène de combat, pendant les fins secondes qui me restaient. Denya se chargeait de son gars. Haruka semblait réfléchir et prête à agir… Et l’archer derrière faisait… Il bandait son arc ! Je le vis me viser. Mes yeux retournèrent rapidement sur mon agresseur direct. Non. Je n’aurais pas le temps de tout éviter et la menace principale était le cavalier. Alors que je vis du coin de l’œil la flèche partir, je tendis mon bras gauche sur sa trajectoire. Un cri sec de douleur m’échappa, avant de serrer les dents et de me re concentrer sur la tâche qui m’attendait.
L’homme n’était plus qu’à quelques mètres lorsqu’il activa une sorte de mécanisme. Trop. S’en était trop, je lançais alors mon attaque maintenant. Je me protégeai de mon bras blessé et ce dernier pris les senbons qui m’étaient destinés, pendant que je lançais au même moment la même technique qui avait été utilisé sur leur chef plus tôt. J’espérais l’avoir stoppé. J’avais attendu le dernier moment, comme lui l’avait fait pour son piège, afin qu’il ne puisse pas ou difficilement changer de trajectoire. De plus, effectuer ces techniques sans mudra étaient très efficaces pour surprendre au corps-à-corps.
J’espère aussi avoir assez épargné le cheval. Après tout, on pourrait peut-être en avoir besoin plus tard !
Sans attendre, je pris avec ma main non blessée mes deux dernier kunaïs, donc un qui avait une petite surprise : un parchemin explosif. Je les lançai sur cet archer de malheur, avant de les amplifier encore avec mon fuuton, mais plus modérément. Après tout, je commençais à vraiment taper dans mes réserves…

J’avais cru entendre Denya crier quelque chose par rapport au samurai qui était aux prises avec elle. Elle voulait l’envoyer sur l’archer ? très bien, de toute façon, nous avions été synchro, si son enchainement avait réussi…

Une fois le kunai en position, à la position de l’archer, je fis un signe de la main pour enclencher l’explosion. Très bien, il venait de prendre une bonne dose, avec un peu de chance, son arc c’était cassé, ou il était tombé inconscient… Et si, encore par chance, Denya avait réussit à envoyer le siens, alors les deux avaient pu prendre ma tech et l’explosion. Si c’était le cas, le combat allait rapidement tourner en notre faveur…

J’avais quelques secondes de repos, mais si quelqu’un m’attaquait, je stoppais directement ce que je faisais... Je pu regarder mon avant-bras gauche. La flèche traversait le bras, un tiers deux tiers… Ce n’était pas beau à voir, mais étrangement, la douleur ne fut pas aussi forte que prévue. Aucun os avait dû être touché. En la laissant là, je limitais l’hémorragie. Je cassai les bords pour que ce soit moins contraignant pour bouger. Puis je me remis en position de combat. Je gardais un œil sur mon agresseur à cheval et ce qu’il était devenu, alors que haruka elle agissait toujours…




Même pas encore eu besoin de ton aide, le vieux, mais reste pas loin, on sait jamais...

Je ne me surpris pas de parler à autre voix, après tout, la fatigue et le stress me perturbait un peu. Au fond de moi, je ressentis quelqu'un sourire et essayer de me réconforter, comme pour me dire que je me débrouillais pas mal...


Récapitulatif combat:
 



© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Haruka
Uzushio no Jonin
Messages : 258
Date d'inscription : 24/12/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Perle d'Uzushio - Jounin Rang B
Ryos: 118
Expérience:
1156/1200  (1156/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Denya avait l'air de s'en sortir remarquablement bien, c'était une sunajin, non ? En tous cas, elle en imposait plus que ceux que j'avais déjà eu l'occasion de voir du même village. Elle n'avait donc pas besoin d'aide, malheureusement, la regarder m'avait distrait assez longtemps pour que je ne sois pas en mesure d'anticiper l'attaque de l'archer et de l'esquiver. Heureusement, je m'étais défendu avec mon bras droit et l'attaque ne semblait pas avoir pour but de me tuer, ni de me porter un puissant coup, mais uniquement de me repousser... Le point négatif était que cette fichue flèche m'avait fait reculer d'environ vingt-cinq mètres, je ne pouvais donc pas venir en aide à mes camarades ou, pas aussi rapidement que je le souhaitais... J'avais choisi de désactiver mon mode senseur, cela me demandais trop de concentration pour que je puisse me battre avec toute ma puissance.

Mais, grâce à cette technique que l'archer avait employé, j'avais pas mal de recul ce qui était plutôt bien puisque j'avais donc une vue d'ensemble qui me permettait de voir le plus important... Actuellement, l'essentiel me semblait d'empêcher le chef de regagner ses esprits ou au moins de limiter ses actions. Je me mis donc à courir en direction de ce type afin d'essayer quelque chose, néanmoins, l'autre énergumène à cheval m'attaqua une nouvelle fois. Je me servis une nouvelle fois de mon bras droit pour me défendre... J'avais une bonne endurance, mais ça faisait un mal de chien.

Je continuais à courir pour m'approcher un maximum de celui qui m'avait attaqué en tout premier, lançant l'affrontement. J'essayais ensuite de l'immobiliser à l'aide d'un Fuinjutsu dont mon clan avait le secret. Puis, sans même vérifier que l'homme se retrouve bien prisonnier du Fuin, je me retournais pour lancer une attaque sur l'archer, après que les autres se soient acharnés dessus.





Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 313
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Un oeil sur les lames

Fonçant soudainement à une vitesse inimaginable, Denya esquiva les assauts du samouraï qui la chargeait.
Hélas, tout à son duel, la sunajin ne put esquiver la vile flèche de l'archer survivant. Ah, il était beau l'honneur samouraï !
De rage, elle saisit sa cible et lui expédie une série de coups de pieds d'une puissantes effroyables. Son armure se fissura sous les impacts enragés et il grogna de douleur en encaissant l'assaut.
Mais la kunoichi du sable ne comptait pas en rester là : profitant de sa proximité avec son adversaire, elle lui cracha au visage quelques senbon avec une précision redoutable. Malgré le masque grimaçant et sinistre, elle comptait bien aveugler son adversaire.
Celui-ci réagit promptement, détournant la tête et leva un bras pour que les traits ricochent sur ses plaques d'armures.
Son attention détournée, c'était le moment idéal pour attaquer encore : Denya puisa dans ses ressources et accrut encore sa vitesse avant d'expédier un puissant coup de pied tourbillonnant dans la poitrine du samouraï.

Mais son adversaire la surpis à son tour, accélérant soudainement à son tour. Il se déplaça à une vitesse incroyable pour quelqu'un pourtant une armure et esquiva le coup de la kunoichi de Suna.
Aussitôt, il contre-attaqua par une impressionnante pluie de lames assoiffées de sang
"Attôtekina Bôkô !"
L'assaut à outrance ne visait aucuns points vitaux, mais ne laissait guère d'échappatoire à la shinobi. Il avait pour but de la clouer sur place, de la forcer à défendre et à s'épuiser en focalisant son attention. Et pareil déluge d'acier permettait au samouraï de placer des coups précis et ciblés moins facilement anticipable. Et cela permettrait à son collègue archer d'ajuster un autre tir vicieux.
Derrière son masque sinistre, le Chasseur Funeste sourit.
"Senkai bôkô !" s'écria-t-il soudain, expédiant un coups de lame vers les yeux de la kunoichi du sable. D'un bond, il se retrouva derrière elle après avoir porter son assaut.
A peine les pieds à terre qu'il décocha un nouvel assaut, déchainant une véritable tempête de lames contre Denya.
"Burêdosutômu !"

Akrillo avait lui aussi été touché par une des flèches du samouraï archer, et se retrouvait charger par un des Chasseur Funeste, celui disposant de sens capable de découvrir leurs subterfuges.
Un mécanisme vicieux expédia une volée de senbon sur l'Uzujin, qui leva le bras pour les parer, puis expédier un ninjutsu puissant afin d'emporter au loin son adversaire.
Ce dernier, bien qu'ayant déjà vu le Maître du Vent à l'œuvre ne put esquiver à temps. La rafale le désarçonna et l'envoyant lourdement choir dans la boue, évitant au shinobi d'Uzushio de se faire décapiter. Paniqué, son cheval s'enfuit au galop.

Profitant de se répit, le roué shinobi expédia promptement des kunaï, dont un piégé avec un parchemin explosif vers le second archer. Il déclencha aussitôt une autre technique Fuuton, dans l'espoir d'occire le mécréant de la même manière que son collègue.
Las, l'ennemi n'était pas stupide et avait déjà vu à l'œuvre les shinobis qui avait tué son collègue et ami.
Dès que Akrillo expédia ses projectiles et sa technique, il décocha une flèche surchargée en chakra vers lui.
"BAKUHATSU YATÔ !"
Le projectile détonna en croisant les lames de vents et les kunaï, la dissipant et envoyant les armes se perdre dans les fourrés alentour. ce fut un pauvre pins qui disparut dans l'embrasement du parchemin explosifs.
Immédiatement, l'archer galopa pour changer de position et être une cible moins facile...

Haruka ne vit par arriver la flèche bélier, qui l'expédia bien loin en arrière dans une explosion de chakra.
A peine se relevait-elle qu'un autre projectile fondit sur elle pour la transpercer.
Grognant, l'Uzumaki se mit à courir pour rejoindre le combat.
Elle avisa alors l'archer qui l'avait tant gêné, qui s'écartait justement des lieux pour trouver un nouvel angle d'attaque. Avec toute la détermination des jeunes Uzumaki, la kunoichi accéléra pour l'intercepter... Las, il était bien trop rapide.
Mais il lui restait un moyen : usant de ces dons héréditaires, elle invoqua à nouveau ses chaînes dorées, qui disposait d'une portée suffisante.
L'archer avait bien vu l'Uzumaki et connaissait l'attaque qui avait mit fin à la vie de son partenaire de toujours. Il tenta de l'esquiver, faisant volter sa monture... Mais il n'y parvint pas à temps.
Les chaines transpercèrent cavalier et monture, qui s'abattit à terre dans un hennissement d'agonie. Le cavalier encaissa en grognant les coups de métal doré parcourus de chakra et l’impact au sol. Son armure était en miette et il était grogy, souffrant de la chute.

L'Uzumaki, estimant son adversaire hors de combat pour le moment se rua vers le chef d'escouade qui reprenait ses esprit. La rouquine déploya aussitôt un Fuinjustu propre à son clan pour l'enfermer le temps d'occire le reste des Chasseurs Funestes.
Le cercle de glyphe se déploya juste à temps pour stopper le commandant avant qu'il ne charge Akrillo ou Denya.
Le samouraï regarda les écritures mystiques qui l’empêchaient d'avancer d'un œil perplexe. Puis un sourire se dessina derrière son masque sinistre.
Il se tourna vers la kunoichi d'Uzushio en levant son sabre crépitaāt et en prenant une pause martiale.
"Sandâsutoraiku !" s'exclama-t-il avant d'expédier un coup puissant sur le sol, le fracassant et brisant le Fuinjustu.
L'impact fut comme un coup de tonnerre qui aurait renversé l'Uzumaki si elle avait été de plus faible constitution.
"Ikiwonomu !" s'écria-t-il en chargeant aussitôt la kunoichi, paume en avant, avant d'essayer de lui expédier un puissant coup de fourreau de son estomac pour lui couper le souffle et la décontenancer. Après ça, il lui décocha un simple coup de lame de son katana.


   
Récapitulatif combat:
 
         

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sahara Denya
Suna no Jonin
Messages : 158
Date d'inscription : 13/12/2017
Localisation : À Suna

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang B - Consterne même les chats
Ryos: 307
Expérience:
307/1200  (307/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Obligation de tuer Lun 23 Avr - 12:46


Uzumaki Haruka,


Miyamoto Akrillo &


Sahara Denya
Obligation de tuer



Ô mon corps emporté par un bel engouement
Atteint par une flèche, ô douleur dans le flanc
L'adrénaline était telle que dans ton ire
Si tu avais touché, tu ne sus me le dire.

Un barrage de coups fut ainsi délivré
À mon opposant farouche et déterminé
Sous une fine pluie qui venait rendre humide
Nos vêtements souillés par ces coups bien perfides.

Un usage immoral et surtout surprenant
De l'armée du si noble empire de fer venant
Était fait du chakra que nous, les shinobi
Pensions par l'esprit des samouraïs honni.

Ainsi donc au contact d'une terrible engeance
Le tableau semblait peindre notre dominance
Le vent du preux Miyamoto avait sonné
Le glas d'un samouraï au champ d'honneur tombé.

Ainsi avait brillé cette grande nation
Le sang chantait l'héroïsme des Tourbillons
Gare toutefois à qui eût crié victoire
Sur une réussite il ne fallait s'asseoir.

Rongés par la colère, selon moi, cette troupe
De l'arrière envoyée considérait la coupe
Pleine à en déborder et une contrattaque
Surprit notre assemblée, nous flanquant une claque.

Mon adversaire direct avait de son armure
Paré quelques senbons, esquivé un coup dur
Puis avait fait pleuvoir de manière outrancière
Sur moi une myriade d'épées meurtrières.

Surprise que j'étais de son agilité
Qu'il ne fût par sa cuirasse point accablé
Subissant l'étonnement je tendis les bras
Et me focalisai sur l'Attôtekina.

Des possibilités, je voyais la rupture
Comme de toutes la seule réponse sure
Et voulant reculer, diminuer l'impact
Je parai de mes bras les estocs avec tact.

Cependant ça lardait et mes bras de pantins
Perdaient de leurs échardes au rythme du courtain
Et gênée que j'étais, nul moyen de s'extraire
De l'enchainement porté par l'homme du Fer.

Puis un coup ascendant, une surprise en somme
De la même façon que disparut cet homme
Car avec agilité, il avait bondi
Et m'attaquant au dos, c'est là qu'il me surprit.

Je sentis que la tempête avait commencé
Par l'arrière des coups me furent assénés
Ô mon corps, tout cela, tu devais le subir
Tandis qu'il te frappait sans jamais ralentir.

C'est alors que j'arrêtai les coups de ma jambe
La surprise finie, je redevins ingambe
« Suna Senpû » murmurai-je discrètement
Avant de m'élancer, pied pointé vers l'avant.

Je feintai l'ennemi visant le haut du corps
M'affairant à porter un autre coup retord
Le déstabiliser était mon objectif
Pour ensuite asséner un vrai coup au récif.

Un récif ? Plus vraiment, il était affaibli
Malgré une cuirasse, il avait lui aussi
Subi moult assaults, de mes poings en l'occurence
Et allait de nouveau gouter à ma puissance.

J'atterris sur mes jambes et la suite arriva
« Shôgekishô » : paume lancée avec fracas
Frapper mon ennemi de ce coup ascendant
Le projeter sur un des soldats survivants.

Lui et moi aussi proches, ma main l'avait ciblé
Était-il sous son masque un peu déboussolé ?
Ayant comme cible le senseur de Tetsu
Je mis mon énergie, ma puissance en ce coup.






Récapitulatif:
 

Code repris à MISS AMAZING et Aburame Hako.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Tempête de lames : le siège de Baransu :: Le Grand Bazar et l'extérieur-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.