:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[FB] Hats down [PV Kazumi]

Kayaba Akihiko
Kayaba Akihiko
Suna no Jonin
Messages : 343
Date d'inscription : 21/05/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Haut Conseiller - Jônin - rang A
Ryos: 863
Expérience:
[FB] Hats down [PV Kazumi] Left_bar_bleue900/2000[FB] Hats down [PV Kazumi] Empty_bar_bleue  (900/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

heaven is a place

on earth



Kazumi & Akihiko


A force de parcourir le monde durant cinq ans, Akihiko parvint à se faire un nom à travers moult contrées. Aussi il n’était pas rare que certains le reconnaissent lors de ses missions et qu’il profite de « tarifs préférentiels » lorsqu’il s’agissait des informations. Cela se prêtait également aux consommations, selon l’humeur du patron ou des serveurs. Cela dit, être connu de la sorte n’était pas toujours bénéfique. Certes il pouvait faire à peu près ce qu’il souhaitait au village, conseiller – si ce n’était pas décider pour lui – ou encore faire chanter quiconque n’irait pas dans son sens lors d’une mission ou d’un débat mais il y avait une certaine contrepartie. Effectivement, on ne pouvait plaire à tout le monde et le blond s’en était rendu compte à plusieurs reprises. Il n’était pas rare que toute une salle s’arrête de parler, rire ou chanter lorsqu’il foulait les planchers insalubres de certains établissements. Démon surgit des eaux, il était parfois connu pour sa propension à détruire des bâtiments ou encore briser certaines personnes psychologiquement. Grand ponte d’une nation Shinobi, il n’était pas non plus apprécié des quelques fervents partisans des Samouraïs de Tetsu qu’il avait pu croiser durant ses péripéties. Leur souvenir avait de grande chose de devenir un traumatisme, en revanche.
Les brigands qui souhaitaient sa mort ? Il y en avait à la pelle. Tous n’avaient pas forcément une rai son valable de lui en vouloir ; il s’agissait bien souvent de ces menus fretins qui souhaitaient voir sa tête sur un piquet car il représentait la Justice du Sable et qu’il lui incombait de l’appliquer, peu importent les moyens utilisés. La mort, peut-être ? Jamais, ou presque. Never say never, cette irrévocable sentence n’était pas monnaie courante chez cette pierre précieuse. Il n’était pas assez prétentieux pour décider ; comme il s’aimait à le dire à son dirigeant : Nombreux sont les vivants qui mériteraient la mort. Et les morts qui mériteraient la vie. Pouvez-vous la leur rendre, Senshi ? Alors, ne soyez pas trop prompt à dispenser la mort en jugement. Même les grands sages ne peuvent connaître toutes les fins. Il lui était néanmoins arrivé d’avoir à le faire. Quand bien même il se refuse le droit de décider de la vie ou non de chacun, il n’est pas pour autant rebuté à l’idée d’avoir à le faire quand la situation l’exige.

C’était d’ailleurs arrivé il y a peu de temps. En premier lieu présent dans les vallées rocheuses, Akihiko et sa fidèle cavalière Hakaze devaient enquêter en ces lieux afin de récupérer des boutures de plantes qui pourraient servir les intérêts de la médecine locale. Malheureusement, toute une mafia avait décidé de les déranger. Au début, le blond avait simplement demandé à l’ébène de rester en recul le temps de faire son spectacle et de montrer qu’on ne s’attaquait pas au Haut-Conseiller impunément mais le patron qui commandait une troupe de « civils » n’était pas décidé à l’écouter. Il avait même dit qu’il faudrait les tuer pour qu’ils soient tranquilles. Qu’à cela ne tienne. Hakaze l’avait requinqué comme il se devait et voilà qu’il se mit à danser entre chacune des victimes. La fin du rituel fut sonné par une importante flaque de sang dans laquelle il pataugeait. Dire qu’il avait fait tout ça sans même sortir sa lame de son fourreau… Les pouvoirs conférés grâce à la Kusaribe n’étaient vraiment pas à prendre à la légère. Si un membre de clan se décidait à se montrer un minimum agressif, il serait préférable de ne pas vouloir le combattre directement.
Cette dernière se tourna vers lui, dubitative. Qu’allaient-ils faire maintenant ? Sans prévenir, un léger flot vint se mêler au sol pour retourner dans ce qui semblait être une crevasse : tableau nettoyé grâce au Sunajin. Il se frotta les mains, fier de sa prestation, et s’adossa contre un rocher. Une cigarette vint se poser entre ses lèvres. Quel malheureux hasard quand même. Son acolyte avait beau pester, Akihiko l’alluma quand même. Il l’avait bien méritée de toute façon. Il souffla la fumée et plongea son regard dans celui de la Kunoichi.

« Du coup, Hakaze. Que fait-on ? As-tu tout ce qu’il te fallait ? L’interrogea-t-il.
- Oui c’est tout bon ! S’exclama-t-elle. Par contre, ce qu’on pourrait faire… Tu sais déjà ce dont j’ai envie, Aki, mais tu veux pas me le donner, soupira-t-elle en gonflant les joues et faisant la moue.
- Tu m’exaspères, tu le sais ça ? Lâcha-t-il, blasé. ]Je te propose qu’on tente de se trouver une auberge pour la nuit, annonça-t-il en regardant le soleil qui commençait à se coucher. Nous rentrerons demain, au petit matin, puisque tu as ce qu’il te faut.
- Parfait ! Sourit-elle. »

Le blond jeta son mégot au loin et se posa aux côtés de la doctoresse. Durant le trajet, les deux discutèrent de tout et de rien, faisant en sorte d’éviter les sujets sensibles. Par chance, ils approchèrent la cité la plus peuplée peu de temps après le crépuscule ; ils n’auraient pas à craindre une quelconque attaque nocturne. Leur position géographique était propice à ce genre de cas ; la vallée rocheuse était située entre le désert du pays du Vent et l’empire Samouraï de Tetsu et Satan sait à quel point ces derniers détestent les ninjas au plus haut point. Prudence et vigueur se devaient d’être au rendez-vous. En arrivant devant la grande porte, le Kayaba parla aux gardes et déclina son identité – bien qu’il n’en avait manifestement pas besoin puisque ces dernières s’ouvraient déjà avant qu’il n’ait pu commencer à parler – tandis que Hakaze restait silencieuse. Plutôt timide et réservée en présence d’inconnus, elle n’aimait pas les regards qui pouvaient lui être jetés. Aussi s’accrochait-elle à son chevalier alors qu’ils descendaient l’allée principale de cette citadelle rocheuse. Tête cachée derrière le bras de ce dernier, elle tentait de faire fi des remarques des passants qu’ils pouvaient rencontrer. Elle, une charbonnière qui abusait du Haut-Conseiller ? Et puis quoi encore ?! C’est elle qui l’avait sauvé de la mort. Ces remarques étaient injustes et simplement méchantes, mauvaises… De toute façon, pourquoi est-ce qu’il ne voulait pas d’elle ? Elle était là, juste devant ses yeux, prête à tout faire pour lui. Elle lui assurait une protection, une sécurité et un confort inégalables mais il semblait ne pas calculer tout cela. Pourquoi… Depuis le début, elle le sentait. Elle savait quand il allait arriver… Cela n’avait pas changé. Alors pourquoi restait-il avec l’autre ? Elle en avait marre, ce n’était plus qu’un corps en décomposition maintenant ! We’re linked by fate, disait-elle.

Le duo finit par arriver devant une auberge qui semblait correcte. Akihiko empoigna la poignée et s’y engagea, sortant Hakaze de ses pensées. Un peu à l’ouest, elle n’avait pas encore trop compris où ils se trouvaient.
L’endroit était bondé de monde. Trouver une place semblait être mission impossible. Au même moment où elle s’apprêtait à lui conseiller de partir, deux honnêtes gens, qui avaient terminé de consommer, se levèrent et partirent. La deuxième s’inclina devant le conseiller et lui indiqua qu’ils pouvaient prendre leurs places. La légende vivante la remercia et, après lui avoir offert sa considération d’un hochement de tête, traîna Hakaze jusqu’au comptoir. Effectivement, les deux places libres se trouvaient à cet endroit, entre une jeune brune et un groupe d’amis saouls comme des cochons.
A présent installé, les deux regardèrent la carte. Le tavernier se pencha vers eux et rattrapa le torchon qui faillit tomber de son épaule. Il les conseilla ensuite selon leurs goûts et n’oublia pas de mentionner que les deux Sunajins pourraient consommer à l’œil ce soir. Il était rare pour les habitants de ce village de recevoir de la visite, encore moins de ninjas et donc encore moins d’illustres personnes comme le Haut-Conseiller. Fatalement, il voulait faire bonne impression et faire parler de son auberge aux quatre coins du monde, quoi de plus normal ? Aussi le concerné le remercia et finit par commander une première bouteille de saké. Hakaze prit un Sex on the beach, s’attirant bien évidemment les regards des plus pervers et graveleux vieillards du village, qui ne tardèrent pas à se faire jeter par le patron. C’était un homme de valeur, quelqu’un qui protégeait la veuve et l’orphelin. Il ne tolérait pas du tout ce genre de comportement obscène.  

L’affluence de cette salle diminuait à mesure que le blond vidait la bouteille qui lui avait été offerte. Après une journée comme celle-ci et la fatigue accumulée, le mélange résulta en une faible résistance à l’alcool qui commençait dores et déjà à se montrer. Il parlait n’importe comment, ne tenait plus en place et avait quasiment eu envie de danser et chanter sur le comptoir. Intenable, Hakaze n’avait dès lors plus aucune emprise sur lui. Alors qu’il faisait le titre et braillait – littéralement – des choses incohérentes, son regard se posa sur la jeune femme qui se trouvait ici depuis le début. Un début de drame s’annonçait. Elle ressemblait comme deux gouttes d’eau à Aika ! Du moins, c’est ce qu’il pensait. Ce que Akihiko qui avait perdu pied avec la réalité pensait. A vrai dire, personne ne pourrait en être sûr. Quoiqu’il en soit, il en était intimement convaincu, bien que chamboulé. Ce n’était pas possible, elle ne pouvait être là. Il avait vu son corps sans vie il y a des années de cela !!! Perturbé, le regard apeuré, il se tourna vers Hakaze et lui tira la manche pour l’apostropher.

« Qu’est-ce qu’il se passe, Aki ? Un problème ? Demanda-t-elle, concernée.
- A… Ai… ânonna-t-il. Il tendit ensuite son doigt vers la désignée, continuant de fixer Hakaze. AIKA-CHAN !!! S’exclama-t-il enfin, en s’approchant lentement d’elle.
- Et c’est reparti… soupira la Kusaribe, déconfite. »

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Re: [FB] Hats down [PV Kazumi] Mar 19 Déc - 21:22
Invité
Peace. Silence.La première année du voyage de Kazumi avait débuté. Elle était encore jeune et assez innocente face au monde. Il lui restait ce côté attendrissant qui était présent du haut de ses dix-sept ans. C'était une qualité, car elle pouvait être appréciée justement pour cela, mais aussi pouvait se créer des problèmes facilement. Elle apprenait donc à devenir plus mature avec le temps, mais ce n'était pas encore gagné. Son temps, elle le passait à s'entraîner dans divers endroits et à voyager. La découverte de nouvelles choses était une passion pour la brunette. Les paysages étaient plus que splendides et peu importe où celle-ci allait. Que ce soit désertique, aquatique ou remplit de verdure, la Yamauchi était heureuse voir le monde. 

Avec les mois qui passaient, elle avait bien sûr eu certains problèmes qui ne l'avaient pas forcément réjouit. Contre la violence, la jeunette évitait le combat. Cependant, lorsque la situation l'oblige, elle se devait de mettre ses talents à l'œuvre. Ce fut dans un lieu qu'elle venait de découvrir que cela se passa : la vallée rocheuse. La brune se devait de passer par chaque endroit possible pour mener à bien sa mission, donc éviter celui-ci n'était pas dans ses plans. C'était avec discrétion que la fille et son regard pressant avec débuté leur visite. Sa curiosité la mena dans un lieu où il n'y avait personne. Elle aimait cela, les lieux silencieux avec peu de monde. Malheureusement, on savait très bien que ces lieux pouvaient être plus dangereux qu'on puisse le penser. 

C'est imprudemment, qu'elle se jeta dans la gueule du loup. Lorsque celle-ci s'en regarda autour d'elle, ce fut une embuscade qui lui tomba dessus. « Qu'ils sont laids » dit-elle dans sa tête. Enfin, c'est ce que l'orpheline pensait avoir dit dans sa tête, mais elle l'avait en réalité marmonnée, et même dit à haute voix. Déjà, que sa situation n'était pas bien jolie, l'idiote en avait rajoutée une couche. Bien sûr, les bandits n'avaient pas appréciés le commentaire peu agréable que l'adolescente c'était permise de lancer sans gêne. Dans leur tête, elle n'était qu'une pauvre folle qui se baladait seule dans un lieu comme celui-ci. Elle avait l'air simplette en plus. Une proie si facile à atteindre. 

Lorsque le premier sauta sur la cible, mais c'est d'une simplicité certaine qu'elle réussit à esquiver. Elle fut le même sort pour les trois autres. Elle évita de les toucher jusqu'à que l'un d'eux attrape sa longue chevelure pour lui tirer, la balançant ainsi au sol. Après cela, la jeune fille fut sans pitié. Elle les attrapa tous un par un et on assista à un carnage. Le problème de Kazumi était là. Elle ne voulait pas être violente, mais lorsqu'elle le devenait, c'était un massacre. Du haut de ses 17 ans, l'ado devenait cette personne sans pitié. C'était de sa mère que la brune tenait cela sûrement.Cette femme sans pitié dans ses missions. Après cette péripétie, la brune était épuisée, et même agacée. Profiter du calme était ce qu'elle favorise dans ce voyage, et même dans sa vie et là elle se devait d'aller trouver un lieu pour dormir. 

Arrivée là bas, c'était beaucoup plus de monde qu'elle croisa, même trop de monde. Beaucoup, moins rayonnant fut son visage dans ces lieux. Le monde l'étouffait, le bruit la fatiguait, les odeurs mélangées la répugnaient. C'était donc dur pour elle de rester en ville. Malgré cela, la fille trouva une auberge pour crécher assez facilement. Elle semblait en bon état et pas trop insalubre.  C'est après une bonne douche, un repas simple qu'elle avait acheté que la solitaire se mit à sa fenêtre et observa les habitants s'activant lorsque la nuit tombait. Kazumi prit donc le temps de se changer, coquette comme toujours elle prit soin d'elle avant de partir en bas de l'auberge, là elle où elle allait dormir pour boire un thé, l'alcool n'étant pas son truc et elle était en plus assez jeune. 

Une fois arrivée, elle prit place à une table, et débuta sa dégustation, accompagnant cela d'un livre qu'elle aimait lire lorsqu'il y avait du monde autour d'elle. Une bulle se créait et la paix était comme présente autour de son être. C'était sa manière d'avoir la paix même sans être seule. Pourtant, il y avait un vacarme autour d'elle pouvant être insupportable pour une personne dans son genre. Son thé juste en face d'elle, elle fit en sorte de faire abstraction de ceux qui l'entouraient. 
Elle était jeune, belle et pouvait en effet plaire aux hommes. Cependant, son regarde perçant en fit reculer plus d'un. Il était oppressant et si… froid. Elle semblait être une toute autre personne lorsqu'elle désirait la paix. Ce côté froid, c'était ce qui pouvait intimider le peu d'idiot qui allait essayer de l'enquiquiner. 

Les heures passaient, les pages de son livre se tournaient et c'est après trois tasses de thé que la jeune se rendit compte que le lieu se vidait petit à petit. Il y avait déjà un peu moins de bruit qu'à son arrivé, mais il restait encore des gens. C'est au moment où celle-ci ferma son livre qu'elle fut surprise de se faire interpeller, et cela, d'une manière bien inhabituelle. Un doigt la pointait sans scrupule, manquant cruellement de politesse envers elle. Ce doigt qu'elle venait de trouver plus qu'irrespectueux, la fit grimacer. Un nom accompagnait ce vulgaire doigt qui se rapprochait d'elle « Aika ? ». Elle regarde autour d'elle, mais aucune femme ne l'entourait à ce moment, c'était donc d'elle qu'il parlait ? La brunette finit par analyser le personnage qui se cachait derrière cette main pointé vers elle. « Ah... Un alcoolique encore.. » Se dit-elle dans sa tête, enfin encore une fois, c'était plus marmonné que dans sa tête. C'était une sale manie, mais son honnête était beaucoup trop forte. 

La brune se leva, son livre dans une main et se tourna vers l'homme complètement ivre qui lui adressait vulgairement la parole. Son regard de base haineux, eu un peu pitié pour lui. Il ne semblait pas vraiment méchant, ni même du genre à venir la harceler. L'aurait-il confondu avec une autre femme ? C'était fort possible. Enfin, c'était clairement le cas. Mais le moment n'était pas de faire une bourde en disant quelque chose de trop méchant. La fille ferma les yeux quelques secondes se frottant la tête avant de lui répondre. Ses yeux vairons,  rouge et doré étaient encore plus impressionnants lorsqu'elle le regarde droit dans les yeux. Elle ne semblait pas en colère, au contraire, c'était beaucoup plus de gentillesse qui pouvait se lire dans son regard. De la gentillesse avec un soupçon de pitié dans le fond, c'était clair comme de l'eau de roche. 

« - Mh, je suis désolée, mais vous devez faire erreur...» Dit-elle un peu gênée. C'est en poussant une mèche de cheveux en arrière qu'elle soupira, comme épuisée de tout ce qui lui était arrivée aujourd'hui. 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.