:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Désert de Suna Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki

Nozomo Hayato
Nozomo Hayato
Suna no Jonin
Messages : 85
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 24
Localisation : France

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 150
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue188/2000Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (188/2000)
Nozomo Hayato
Parchemin de mission:
 


Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki



"Cher Nozomo Hayato,

Avec votre frère, vous formerez désormais l’équipe Tanuki. Le Kazekage possède une mission pour vous, allez massacrer des chefs nomades où vous en occuper, tous les détails sont sur l’ordre de mission. Vous serez accompagnés de Takeda Kyou, malgré son rang de genin, elle connaît les nomades et saura se montrer utile. C’est une mission importante et nous comptons sur votre talent pour ne pas la faire échouer et maintenir la cohésion au sein de l’équipe. Tout échec serait… regrettable.
Bon courage!

Bien à vous, Koyomi Funshin, secrétaire du Kazekage

P.S : Un autre membre pourrait être ajouté à votre équipe, restez vigilant"


Janvier, de l'année 17.

C'est ainsi qu'Hayato avait été informé de sa nouvelle condition de chef d'équipe. Cette nouvelle avait déclenché chez lui des sentiments contraires. S'il était honoré, par la confiance qui lui était accordée. Il s'affichait volontiers arborant un air ennuyé, ce disant déjà bien occupé et rechignant à assumer de nouvelles responsabilités.
Il en avait beaucoup parlé avec Yukio, recherchant son aval. Mais celui-ci ne lui fût pas d'un grand secourt. Selon la légende celui-ci lui aurait asséné d'un ton sec.

"Et tu comptes fuir tes responsabilités lorsque tu seras Kage aussi ?". C'était du moins ce que Hayato avait retenu de toutes leurs conversations.

Cependant, sous cette apparente contrariété, teintée de doutes et de souhait de tranquillité, Hayato n'en prenait pas moins très à cœur son nouveau rôle. La nouvelle équipe avait été l'occasion pour lui de rencontrer deux nouveaux genins. Deux apprentis, auxquels Hayato devait parvenir à transmettre, au côté de son frère, son savoir guerrier.
Il en ressentait une profonde fierté et une certaine nostalgie l'animait à cette idée. Il se souvenait, ému, de l'époque où il constituait pour son frère un modèle et que, du mieux qu'il le pouvait, il l'avait guidé sur la voie des Shinobis.

Les quelques jours précédents le départ en mission, avaient été l'occasion pour Hayato de réunir des informations sur ses deux futures protégées. La première, Takeda Kyou, du même âge que son frère, était une apprentie dans l'art du Kyoujutsu. Hayato avait également pu apprendre que celle-ci était l'heureuse propriétaire d'un cheval, fait qui était suffisamment surprenant en Suna pour que l'intégralité des interrogés ne le lui fasse remarquer.

Le dernier membre de la nouvelle équipe,  dont l'identité fût apprise plus tardivement par Hayato. Était une dénommée Serika Pippuko, Hayato avait eu bien du mal à recueillir des informations la concernant, la jeune génin, tout juste âgée de 14 ans, avait probablement une affinité concernant la manipulation du sable. Son jeune âge, était très probablement la raison du mystère l'entourant.

La veille du départ Hayato s'était enquis de faire connaissance avec ses nouveaux compagnons. Commençant par rencontrer Kyou, qui était occupée au terrain d'entrainement. Puis, il rencontra Pippuko, qui était alors chez elle.  
Ce premier contact avait été l'occasion d'échanger quelques banalités, Hayato cherchait principalement à forger sa première impression.

____________________________________________________

Le soleil n'avait pas encore point, que déjà Hayato était sur le pied de guerre. La nuit avait été courte, un mélange d'excitation et d'angoisse, bousculaient le ventre du jeune Junin. S'appliquant à ne pas réveiller son frère, il quitta aux aurores l'appartement qu'ils partageaient avec lui pour "s'aérer" l'esprit, mais surtout, pour remplir ses poumons, à l'aide de son tabac favori.

Il avait donné rendez-vous à l'ensemble de son équipe au pied des portes de Suna. De là, ils devraient partir en direction du désert, à la recherche dans un premier temps d'un informateur. Du moins était-ce le plan imaginé par Hayato. Il lui semblait en effet nécessaire d'obtenir de plus amples informations sur leurs cibles, avant de pouvoir imaginer plus avant, un plan d'action.

Les heures matinales passèrent lentement et Hayato eut tout le plaisir de sentir à mesure de son lent exode, les rayons du soleil réchauffer ses membres. Le soleil était, tout comme le sable, au cœur de la vie de chaque sunajin. Aussi apprécié que détesté, ami fidèle, ennemi impétueux, chacun avait appris à l'apprécier et à le craindre. C'est alors qu'il s'amusait, assis sur le sable, avec l'ombre que produisaient ses doigts, les faisant danser au gré de ses pensées, qu'Hayato fût tiré de sa rêverie par son jeune frère. Qui lui tendait une gourde, contenant un précieux maté.
Un peu plus tard ils furent rejoints par les deux génins. Celles-ci s'étaient visiblement rencontrées en amont avant de les rejoindre.

Hayato avait alors pris une profonde inspiration et s'était relevé prestement. Jaugeant un temps l'état de ses compères, les dévisageant tout juste. Il tourna les talons et s'adressa à eux, autant qu'à lui-même.

"Équipe Tanuki, assemble."


; color:black;">
Revenir en haut Aller en bas
Nozomo Yukio
Nozomo Yukio
Suna no Jonin
Messages : 152
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 23

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 240
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue439/1200Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (439/1200)



Les trois rois


Feat: La team Tanuki




La nouvelle de la constitution d'une équipe dites "Tanuki" fut une évidence pour moi, la conception du duo Yukayato ne suffisait plus pour mener à bien certaines missions. Il fallait des effectifs complets, pour assurer la bonne réussite des périlleuses péripéties proposées par le Kazekage et le Daimyo. Le chef d'équipe de ce commando "d'élite" était Hayato, mon frère, logique quand on pense à ses compétences... et mon manque de responsabilité, même si mon ainé était de base prédisposé à mener les troupes.

Celui-ci me confia ses doutes, très appuyé sur ses craintes visant les jeunes recrues qui s'ajoutais à notre association. Gérer un petit frère c'est une chose, gérer trois enfants, c'est moins sympa... De plus, du bout des lèvres, il me délivra une sentence qui, rien qu'en m'en rappelant, j'explosais de rage :
- Oh et puis j'ai la flemme... Ne pouvant le frapper, je pus user, néanmoins, de ma verve légendaire.
- Et tu comptes fuir tes responsabilités lorsque tu seras Kage aussi ?

Depuis quand un soldat d'élite, forgé par les combats, l'infiltration et les responsabilités, doté d'un esprit aiguisé et véloce, avait la "flemme". Si j'avais la moitié des capacités de ce vieux trou du cul, je serais très honoré d'être le chef d'une équipe, surtout d'être le meneur d'un ninja comme moi. Il ne voyait pas sa chance, tant pis.

En dehors de nous, les deux juunins, il y avait deux genins. D'après ce que m'avait dit Hayato, il y avait une fille d'à peu près mon âge, Kyou et une petite adolescente.
Pipp... Pippo... Pipeline... Je sais pas.
La première était une archère, spontanément elle serait sous le monitorat de Hayato. C'était donc moi qui devais gérer la gamine... Une vengeance du ciel pour avoir mené à la mort des chuunins ? Déjà que je n’arrivai pas à garder vivants des ninjas accomplis alors une prépubère sortie à peine de l'académie... Folklorique tout ça.

La première mission de cette équipe de bras-cassé était l'approche et le retournement, de leurs vivants ou post-mortem, de trois chefs nomades. Je rigolais par avance de ce nouveau contact avec  les nomades, les précédentes fois on avait été engagé pour détruire des clans séditieux. Içi, il fallait agir en toute discrétion et la voie pacifique était à prendre en compte.
"Comme si Suna commençait à se ramollir, avant on aurait foncé dans le tas..."
D'un autre côté, un peu plus amer, j'imaginais que ma vie aurait été différente si les Nozomo avaient été un peu plus diplomate. Mine de rien, la violence ne résous pas toujours tout et amène certains à devenir des shinobis à la place de vulgaire migrateur. Ces missions au contact des peuplades du désert, c'était un peu un retour aux origines. Constater ce que j'aurais pu être dans une autre vie.

Le matin de la mission, encore une fois Hayato parti de bonne heure : Je ne me souvenais pas être devenu un coup d'un soir, il me faisait régulièrement le coup comme s'il ne voulait pas se déplacer avec moi. Solitaire le frère. Habitué à ses frasques, je me levais à mon rythme, pris une douche et commençai à faire chauffer de l'eau pour faire du maté avec les feuilles prises la veille à la commerçante du coin.
"Encore une bonne prise, mamie"

Me préparant rapidement, après m'être séché, je pris deux gourdes que je remplis du précieux breuvage revigorant. Une tasse de maté fournit environ entre soixante-dix milligrammes et quatre-vingt-dix milligrammes de caféine, soit un peu plus qu'une tasse de thé et un peu moins qu'un café. C'était parfait. Le maté est utilisé traditionnellement contre les maux de tête, la fatigue, la dépression nerveuse... Peut-être que c'est pour ça que j'aime autant cette boisson.
Sortant de l'appartement, je m'engageai vers le point de rendez-vous de l'équipe : Les portes du village. Là-bas, je trouvai Hayato fumant, encore et toujours, des cigarettes. Pour un utilisateur du fuuton, il remplissait quand même pas mal ses poumons de cendre et d'autres merdes. Mon frère s'amusait à jouer avec son ombre, comme s'il avait cinq ans.

- Il est beau le chef des Tanuki ! Sans plus de mesure, je lui tendis une des gourdes préalablement remplis. Tiens, Mamie a eu un bel arrivage.
Bientôt rejoins par les deux genins, nous pouvions nous lancer dans le voyage vers le point de la mission. Pour couronner ce début de mission, Hayato lança une phrase typique des héros de light novels...

Il rentrait bien dans le rôle du  héros.

Sphinx. Yukio 021

Revenir en haut Aller en bas
Takeda Kyou
Takeda Kyou
Suna no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 03/02/2020
Age : 19
Localisation : Cracovie

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 136
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue107/500Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (107/500)


i4e5.gif

Les Trois Rois






~ feat. le Bellâtre Hayato, le Sauvage Yukio et la Jeune Pippuko   







Le sourire narquois du vieil homme aurait dû me mettre sur la voie, jamais cet homme acariâtre, violent et cynique qui était mon père aurait eu un sourire de ce genre s’il n’avait pas eu une idée en tête. Il fallait croire que lassé de ma faiblesse, ou fier de mes progrès, il m’envoyait désormais en guerre contre des nomades comme nous. J’étais incapable de savoir ce qui se déroulait réellement dans la tête de mon exarque et maître… Enfin, je n’avais pas vraiment à comprendre, car je ne devais qu’obéir aux ordres… même si cela me terrifiait profondément. Il m’avait lui-même recommander en disant que je connaissais les nomades et que je serai utile dans cette nouvelle équipe qui venait d’être créé… Les Tanuki si je ne me trompais pas, il y avait en plus Hayato que j'avais déjà pu rencontrer: quelle homme! Un archer comme moi, s'il était là, tout ne pouvait que bien se passer, non? Pour en revenir au nom de l'équipe, cela manquait cruellement d’ardeur guerrière comme nom, je devrais faire avec. Je devais même m’estimer plutôt heureuse, j’avais été libéré de la présence de cette folle de Rinka… L’équipe trois n’avait plus lieu d’être aux vu du départ de Shigeru dans l’au-delà. Hier lors du festin de passage en guerre avec tout le gratin de nomade du village, il m’avait présenté rapidement l’équipe :

« Gamine, il y aura deux hommes et une fille comme toi. L’un est un bellâtre archer Nozomo, ça sera ta bonne étoile, au moins avec lui, tu pourras apprendre. Mais, tu l'as déjà rencontré, tu sais donc à quoi t'en tenir. L’autre est son frère, une brute qui secoue son sabre partout. La dernière est une parente du Seigneur Kazekage, peut-être pourras-tu t’en faire une amie, hein ? »

Timide et réservée comme l’ordonnait notre coutume et mon caractère, je m’étais contentée d’écouter ce que chacun me racontait et avait bus patiemment, picorant dans les plats gargantuesques qu’on amenait. J’avais assisté à bon nombre de départ en guerre, à chaque fois, les gens que j’aimais mourrait. Cette fois-ci, il fallait croire que c’était moi qui allais partir en guerre et mettre ma vie en jeu… Quelle galère, quelle plaie. À l’aube, tout le monde était tombé de fatigue, quant à moi, c’était la guerre qui m’attendait.

Je m’étais levé de la table et avait évité chaque gueulard poilu que je savais nommer par leur propre nom. Ils étaient tous les hommes de main de mon père, chacun était bien avant d’être shinobi, de puissant guerrier qui défiait toute loi logique de puissance. Ils étaient chacun des maîtres du Bukijutsu, à la lance comme à l’épée, ils savaient tout faire. À côté, avec mon arc, je faisais pâle figure, enfin, physiquement, je faisais pâle figure, du haut de mon petit mètre soixante, je ressemblais à une poupée, ce qui me confortait dans le fait que je n’étais pas prête à devenir guerrière ou quoi que se soit. Enfin, certains disaient que j’avais du talent. Je n’y croyais pas vraiment, mais j’acceptais les compliments de tous ceux-là, je savais chacun de leurs faits d’armes, le nombre d’homme tué. La petite Kyou qui n’avait jamais ôté la vie, par peur de ce qu’elle pourrait ressentir ne semblait pas jouer dans la même catégorie. Tout le monde me surestimait, voyait en moi de grande valeur, de la force : que nenni, j’étais une simple femme, rien de plus, rien de moins. Mon truc à moi, c’était la couture et la cuisine, limite la chasse aussi, pas le combat et la guerre. Le monde tournait à l’envers et moi, piégé dans le courant de l’existence, je me laissais faire… Quelle plaie ! Vivement que je me trouve un mari pour que j’arrête de me battre.

Une fois dans ma chambre, je partis au large bain et me lava prestement, suivant le rituel classique du guerrier qui partait en guerre, les servantes me savonnaient, lavait ma longue chevelure ébène, ma peau d’ivoire était désormais propre. On me frottait énergiquement avec des serviettes. Une fois propre, on m’habilla, a défaut d’avoir des vêtements pour la guerre, j’en avais pour la chasse et c’est ce qu’on m’enfila.

Une fois prête, mes carquois attachés à la selle de Marengo, je vidais mes poumons. J’allais partir en guerre pour la première fois de ma vie… Je n’avais pas le choix, désormais je devais croire en moi, croire dans la personne que les autres voyaient en moi et que j’étais absolument incapable de voir… Je devais croire en celle que Shigeru avait aimé, je devais croire en celle qui avait du talent… Alea Jacta est.

Je sautais sur mon canasson et fit quelques tours sur moi-même pour bien vérifier mon matériel. Il était désormais temps de partir en guerre et de régler les problèmes de village… Que c’était incroyable cette place, jamais je n’aurais cru être à cette place. J’étais à la fois heureuse de suivre les pas de mon père, mais terrifier du danger. Comme à chaque fois, nombre de sentiments paradoxaux se battaient en moi et j’étais bien incapable de faire le tri dedans. J’allais suivre mon instinct et voir où cela allait me mener et comment j’allais survivre.
Au moment de partir, la voix de mon père résonna. Je tournais la tête et affrontais du regard la cause de mon malheur et ma joie. En voyant mon regard déterminé, il gloussa :

« Il semblerait que j’ai fait le bon choix en t’envoyant là-bas, tu ne m’as jamais paru aussi motivée. »

J’haussai alors les épaules et murmurai :

« Vous ne me laissez guère le choix… Puis, je dois faire des efforts pour votre bienveillance et celle de feu mon maître… »

Un sourire sans joie transparut sur son visage et il se détourna avant de siffler :

« Reviens en vie surtout ! »

Je me pliais à moitié et psalmodiais :

« Je ne ferai jamais rien qui puisse vous attrister seigneur ! »

Et sans plus de sentiment, je partis au galop. Trop rester et trop parler me donnerait envie de rester, je devais y aller, c’était tout.

Je traversais la ville au galop fourni, sautant par-dessus certaines personnes. J’avais beau me sentir emmurer à ce moment-là, la vitesse me faisait un bien fou. Puis, je devais voir le bon côté des choses, une fois dans le désert, je me sentirai libre comme l’air. Quelle sensation grisante !

Je finis par arriver au point de rendez-vous qu’on m’avait donné. Il y avait déjà deux personnes, deux garçons, probablement les deux frères Nozomo de l’équipe. Je reconnus ainsi de loin Hayato. D’un coup de bride, je stoppais Marengo et sautais d’un coup avec facilité malgré ma robe et atterrit par terre. Je plaquais alors mes yeux sur les deux individus devant moi et ne déclara rien pendant quelques secondes. Ils formaient un étrange duo. Comme l’avait fait remarquer mon père et que je l'avais remarqué, Hayato était un bel homme en plus d'être un archer, l’autre, Yukio était un peu plus sauvage. Je m’inclinais alors devant le premier et me présenta avec chaleur d’une voix pétillante :

« je me représente pour la forme car nous sommes presque tous réunis, moi c'est Takeda Kyou, enchantée de vous rencontrer Hayato ! Comme je l'avais dit lors de notre première rencontre, je suis heureuse de rencontrer un autre archer que moi dans ce village. Je suis heureuse d’être dans votre équipe ! »

Je me tournai ensuite vers le second et me présenta de la même manière, toujours très polie, mais moins chaleureuse, plus banale :

« De même, enchantée de vous rencontrer, vous devez être Yukio, Hayato m'as déjà beaucoup parlé de vous ! J’espère que nous pourrons bien nous entendre ! »

Ma différence de comportement tenait au fait que je suivais les ordres de mon père. Même si la première fois, j'avais été fascinée par cet archer, j'avais instinctivement minaudé, comme avec chaque homme que je cotoyais. J'avais voulu me faire bien voir du dénommé Hayato dès le début, parce qu’il pouvait m’apprendre plein de chose et je le voulais d'autant plus pour suivre les ordres de mon père. De plus, je ne rechignais pas à utiliser de mes charmes pour me faire mieux voir et rendre la coexistence avec ces deux-là plus simples. J’avais beau être soumise et placide, lié une relation d’amitié avec eux serait la meilleure chose à faire. La différence de traitement serait alors visible, mais acceptable car c’était un archer comme moi, à mettre sur le compte de l’excitation. De plus, je connaissais déjà Hayato, ainsi il apparaissait plus comme une connaissance et être plus familière avec lui était donc logique.

Lorsque la dernière arriva, une dénommée Pipako, où Pippuko, un nom fort compliqué. Une Serika qui bien que de huit ans plus jeunes que moi était plus grande. En la voyant, je ne pus m’empêcher de penser, boudeuse :

Crâneuse va !

Mais, je fis taire ces sentiments et d’un sourire angeleur, utilisant mes charmes, je décidais d’en faire mon amie, elle ferait un merveilleux bouclier en cas de problème. Je devais en faire mon amie et je lui murmurai alors qu’on s’éloignait et qu’Hayato avait déclaré le début de la mission :

« Je suis Kyou, enchantée de faire ta connaissance. J’espère que nous pourrons être amies. Tu pourras monter avec moi sur Marengo si tu as envie ? »

J’avais échoué dans la team 3 à créer de bonnes relations, surtout à cause de la présence de Rinka la tarée, mais cette fois-ci, j’y arriverais, je serais amie avec tout le monde et je les manipulerais de mieux que je le pouvais avec mes talents de persuasion et ma docilité naturelle pour rester en vie et ne pas faire de peine à mon père. Voilà, c’était un bon plan ça, je survivrai, foi de Kyou et foi de nomade !







 
Sphinx. pv 020

 

Revenir en haut Aller en bas
Serika Pippuko
Serika Pippuko
Suna no Genin
Messages : 20
Date d'inscription : 18/12/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 130
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue70/500Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (70/500)
Les trois rois
équipe Tanuki

Passant une main sur son derrière, Pippuko soupira d’ennui. Il semblait que sa mère avait perdu de son humour en même temps que sa jeunesse, pour le plus grand malheur des zones de chair de sa fille. Elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi cette femme prenait autant à cœur ses blagues envers elle-même certes un peu morbides, mais qui restaient tout de même des blagues à ne pas prendre au sérieux. De toute façon, comprendre n’arrangerait en rien les petits picotements qu'elle avait à l’arrière-train depuis qu’il avait été victime du plus tendre des coups de pied maternel et ce, dès le réveil. Cela tombait plutôt mal, elle avait déjà pris son bain et devrait donc se passer d'eau froide. Tant pis, elle allait devoir faire avec et attendre que ça lui passe.

Après un bâillement à s’en décrocher la mâchoire et un étirement comparable à celui d’un chat, la demoiselle s’en alla revêtir sa petite tenue du jour avant d’aller s’installer dans le séjour pour boire la soupe miso que sa grand-mère avait préparée, aux côtés des vieillards avant l’âge qu’étaient ses deux aînés. Pendant ce temps-là, elle lorgna sa mère lui préparer quelques collations pour le reste de la journée non sans lui tourner le dos, muette comme tombe. «Elle m’ignore. Si ce n’est pas mignon ça » songea Pippuko, sourire en coin. Tout en engloutissant son petit déjeuner, elle revint sur les noms des membres de l'équipe « Tanuki »  –sans qu’elle n’arrive à comprendre la raison d’un tel nom-, ou du moins les informations qu’elle avait en sa possession. Il y avait donc deux Nozomo, des frères. Yukio le cadet et Hayato l’ainé, qui avait d’ailleurs pris la peine de venir à sa rencontre. À première vue, il ne semblait pas méchant, petit détail qui avait son importance. Après tout, les premières impressions étaient toujours notables et elle n’avait pas envie de se coltiner de vieux grognards tout le long de leur fonction comme elle devait le faire à son domicile avec son père. Il ne restait plus qu’à espérer que le cadet avait pris de son aîné et le troisième membre qui était a priori une fille, soit agréable.

—Ne traînes pas trop vorace, je n’ai pas envie de devoir te rouler jusqu’au village, j’ai une dignité à conserver auprès des autres mégères du village la prévint une grosse voix peu suave dans son dos.

Faisant mine de ne pas entendre sa grand-mère et ses remarques attendrissantes, Pippuko débarrassa et s’empara de sa calebasse ainsi que de sa sacoche rembourrée de mille et une chose qu’elle n’avait pas demandé par sa mère. Une fois préparée, elle déposa furtivement un bisou sur la joue de cette dernière qui n’eut d’autres réponses que de maugréer mais trop tard, sa fille avait détalé. Se dépêchant pour ne pas faire attendre les trois drôles de dames, elle n’arriva que très peu de temps après Kyou qu’elle avait déjà repéré au loin. S’arrêtant de courir à leur niveau, elle s’inclina.

—Bonjour, mon nom est Serika Pippuko commença-t-elle. Ravie de faire votre connaissance.

Après s’être relevée et avoir esquissé un sourire, elle n’ajouta rien de plus. Le plus important avait été fait mais surtout, elle n’avait rien d’autre à ajouter. Après tout, elles ne les connaissaient que depuis quelques minutes, ou du moins quelques heures pour l’un d’entre eux. Une fois les présentations faites et après s’être placée à l’arrière, Pippuko les épia un à un. La première chose qui lui tapa à l’œil était la différence de taille des deux frères. Il semblait que malgré les liens du sang, ils ne partageaient qu’à moitié le même génome. Le hasard pouvait être marrant à constater quelquefois. Cependant, son regard se posa sur la dénommée Kyou après s’être rendue compte qu’elle lui parlait. Monter sur son cheval ? C’est la première chose qu’elle réalisa. Cette proposition lui valut une moue interrogative. La petite demoiselle à qui elle ne donnait pas plus de 16 ans lui semblait réellement sympathique. Si bien qu’elle ne put retenir un petit sourire amical, ravie

—Le plaisir est partagé. Et je serai ravie de monter avec ton cheval qui a un joli nom d’ailleurs.Déclara-t-elle, main dans le dos. Quel âge at-il ?

Devenir amies. Pourquoi pas ? Seul le temps nous le dira s’était-elle dit. Mais pour l’heure, Pippuko se demandait bien ce qu’ils allaient bien pouvoir faire.

Restant aux côtés de Kyou, elle attendit sagement les explications s'il devait en y avoir tout en regardant autour d’elle.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 1629
Date d'inscription : 16/03/2017
Dans le désert, la survie était bien rude, c’était bien souvent, manger ou être manger. Et parfois d’étrange alliance semblait voir le jour. Elles pouvaient prendre des traits bien surprenants comme celles des trois chefs des trois tribus nommées comme cible. Les Chiguru, la plus grande des trois tribus voyageait, mais sur de moins longues distances, le groupe de Rodeo, une petite tribu, nouvelle comparée aux deux autres se déplaçant plus, et les Garateka, ils voyagent également. Éparpillées dans le désert ces tribus, à trois, se trouvaient à la tête d’une véritable puissance. Mais un peu d’histoire serait le bienvenu pour raconter leur histoire.

Chiguru Eita, chef des Chiguru, est à la tête de sa tribu depuis longtemps, au début ce n’était qu’une petite tribu, habituée aux pillages, mais rien d’anormal ou d’inquiétant, tout le monde survit comme il peut. Puis les siens ont grandi, pris de l'importance jusqu'à devenir la tribu la plus importante du désert du Pays du vent, responsable de pillages, vols, saccages, malheureusement trop souent sanglants. L'on envoya donc une kunoichi en la personne de Sahara Denya pour régler le problème. Il fut simple : s’occuper de Birei, fille d’Eita et très convoitée de par sa beauté par de nombreux chefs et héritiers de clan. C'était en l'an 15.  Eita maintint sa tribu à flot grâce à un allié : Minami, chef de sa propre tribu, bien qu’il n’eut pas d’alliance. Ne cédant pas au chagrin, les Chiguru parvinrent à rester la forte tribu qu'elle était et s'allia au Groupe Incisif des Dunes libres.

Les Dunes libres sont dirigées par un homme cruel et puissant : Rodeo Kose. Des rumeurs parlent de son ancienne appartenance aux Coutelas Sanglants, un clan armé et, parait-il, de son penchant pour l'art ninja. Vérité ou non, son clan, bien que jeune, est puissant. Il refuse Suna et préfère créer sa propre puissance, quitte à se mettre à dos le village. Cependant, malgré sa violence, on le dit relié à la Confédération des Oasis ou au combinat des honnêtes marchands. Dondon Garetaka fut le dernier à rejoindre l’alliance. Gize, conseiller d’Eita, l’ayant en effet conseillé à son ami. Cela leur permettrait de savoir et de contrôler Rodeo. Bien que toutes ces informations, il faudra les apprendre dans les auberges et en discutant avec les gens du désert, car vous ignorez pour l’instant où se trouvent ces tribus et leur véritable histoire. Personne ne sait en effet qui sont réellement les chefs de ces tribus, leur nombre et ce que vous allez affronter.
Revenir en haut Aller en bas
Nozomo Hayato
Nozomo Hayato
Suna no Jonin
Messages : 85
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 24
Localisation : France

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 150
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue188/2000Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (188/2000)

Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki

Se retournant pour apprécier son équipe, Hayato se pinça d’un léger sourire alors qu’il observait la scène. La troupe était… Hétéroclite ? Une espèce de samouraï en guenille, qui lui servait accessoirement de frère. Une jeune femme, accompagnée de son cheval et une adolescente. Il avait au moins été heureux de constater que chacun et chacune étaient à l’heure et semblaient dans de bonnes dispositions. Tous affichaient de petits sourires de politesse, marqués par une légère gêne qui saurait disparaitre à mesure que les individus s’appréhenderaient. Mais l’heure n’était pas aux politesses, ils auraient tout le temps de sympathiser dans le désert. Hayato était déterminé et avait ruminé toute la nuit une approche. Il avait déjà fait part de certains points de son plan à ses camarades mais un petit rappel et un topo général lui sembla nécessaire. Il s’accroupit et prit un bâton trainant dans les environs, avec lequel il esquissa un rapide croquis.

Les traits étaient maladroits, le dessin n’étant pas une fonction particulièrement aiguisée chez lui. Mais ils  avaient eu le mérite d’imager ses dires. Il jeta un regard vers ses compagnons pour s’assurer de leur attention, il n’entama pas immédiatement l’explication de son plan, mais commença par quelques présentations.

"Bien que je me doute que cela est inutile, étant donné que vous me connaissez déjà tous. Je me présente ! Mon nom est Nozomo Hayato, je suis un junin de suna et accessoirement, le nouveau meneur de l’équipe Tanuki. Je suis un maître archer et possède également de solides compétences en Taijutsu et quelques aptitudes furtives."

Laissant le temps à ses compères de réagir, les dévisageant tour à tour, il pointa du doigt son frère et continua.

"Lui, c’est Nozomo Yukio, mon frère. Il est également junin et il possède une solide maitrise du sabre. En plus de quelques capacités en ninjutsu katon et futon. C’est un imbécile heureux, un râleur et un boudeur. Mais… Il reste un ninja d’exception, à la volonté sans faille et vous pouvez lui faire pleinement confiance, il ne vous trahira pas."

Jetant un coup d’œil à son frère, ne voulant pas rater la moindre de ses expressions faciales. Le puissant doigt vengeur du junin coulissa ensuite en direction de la cadette du groupe.

"Je vous présente, Serika Pépito, c’est une toute jeune génin qui a hérité des capacités de son clan. Elle possède également des compétences dans le domaine du Genjutsu. Je vous demanderez  à tous de vous montrer vigilant à son égard, c’est probablement sa première mission d’importance sur le terrain. Mais nul doute qu’elle saura vous prouver sa valeur" Hayato ponctua cette dernière phrase d’un clin d’œil à l’intention de la jeune fille avant de désigner du doigt le dernier membre du groupe.

"Enfin, voici Takeda Kyou, elle aussi est une génin. Elle possède des aptitudes dans le maniement de l’arc. Aussi, au vu de ses antécédents familiaux, sera-t-elle notre conseillère en question nomade durant l’intégralité de la mission."

Joignant ses deux mains, Hayato laissa quelques secondes s’écouler afin que chacun puisse intégrer les informations. Il contemplait alors son plan sommaire, préparant la suite de son introduction. Relevant à nouveau la tête et captant l’attention de chacun par un échange de regards. Il résuma le déroulement des opérations.

"Notre mission consiste en la destruction d’une alliance naissante entre différents clans nomades du désert. Nous devrons agir sous couverture, Suna ne devant en aucun cas être impliquée. C’est pour cela qu’a compté du moment où nous aurons dépassé les murs du village, nous devrons tous et toutes nous considérer comme de simples nomades. J’ai préparé quelques vêtements, en plus de ceux que vous avez peut-être apportés. Je propose que nous chargions toutes nos affaires sur le cheval, ainsi nous ressemblerons parfaitement à une caravane du désert." Fouillant dans ses sacs Hayato jeta à chacun une tenue, aléatoirement, tout en prenant soin de conserver une longue cape beige dont il s’équipa aussitôt.

Ils s’arrangeront entre eux.

"Notre premier objectif sera la prise d’informations, il est nécessaire que nous puissions localiser les clans et prévoir potentiellement leurs itinéraires. Pour cela… Nous allons commencer par nous rendre du côté d’une des oasis, à quelques jours de marche. Cet endroit paradisiaque est un lieu de passage obligé pour toute personne traversant le désert." A mesure qu’il détaillait son plan, Hayato faisait glisser son petit bâton sur le sol, dessinant quelques lignes qui représentaient leur itinéraire à venir. Une fois terminé, il se releva et soutint le regard de ses compères.

"Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’en faire part sur le chemin. Nous devons partir au plus vite, si nous voulons éviter de se retrouver en plein cœur du désert alors que le soleil est à son zénith."

Laissant le temps à tous et toutes de se préparer, la fine équipe partit une fois terminée en direction de l’oasis. La traversée du désert n’enchantait pas Hayato. Toujours les mêmes dunes, le même paysage vide de toutes vies. Le jeune homme était plongé dans d’amusantes réflexions alors qu’il contemplait le paysage. À quel point le territoire pouvait influencer l’évolution des peuples ? Ici, nul doute qu’il avait eu une incidence sur le développement guerrier des peuples du désert… Repensant à la mission Hayato prit le temps d’aborder chacun des membres séparémment. Il commença par son frère, auquel il afficha un visage impassible,  fixant l’horizon.

"Yukio, arrivé à l’oasis je veux que tu te tiennes en retrait et que tu surveilles les environs. Nous ne savons pas quelles réactions nos questions pourraient engendrer… C’est peut-être un excès de prudence, mais sait-on jamais." Sa demande était appuyée d’un regard entendu. Il savait que son frère avait parfaitement compris ses instructions, ils étaient habitués à fonctionner en duo. Inutile de s’étendre plus sur le sujet, laissant son frère à ses rêveries il marcha en direction de Kyou.

Il resta quelque temps à ses côtés sans ne piper mots. Inutile de brusquer les choses, ils avaient tout le temps nécessaire. Hayato lançait par moments quelque regard sur la jeune kunoichi ainsi que sur son cheval. Se permettant parfois de poser sa main sur le corps de l’impressionnante créature. La présence de l’animal le rendait pensif. Il avait toujours été particulièrement touché par la naïveté de ses braves bêtes et d’une certaine manière il en était jaloux. Loin de toutes responsabilités, laissant simplement les jours défiler et ne se préoccupant que de leur propre besoins. Les heures avaient défilé et le soleil était déjà haut dans le ciel. Donnant ordre de la main d’établir un campement provisoire, Hayato profita de l’occasion de calme et de l’équipe réunit pour questionner un peu la jeune kunoichi.

"Donc, Kyou… De ce que j’ai pu comprendre, tu es originaire d’un peuple nomade du désert. Est-ce que tu aurais entendu parler de nos cibles ? N’importe quelle information pourait avoir son importance." Ces quelques paroles lui avait fait remarquer la sécheresse intense de sa gorge. Prenant sa gourde il but quelques gorgées, tout en écoutant attentivement sa réponse.

Après quelques minutes, la caravane reprit sa route. Faisant halte à la tombée de la nuit et repartant aux premières lueurs du jour. Une certaine monotonie commençait d’ores et déjà à s’installer. Voulant rompre le silence Hayato s’était adressé à la plus jeune du groupe.

"Enfaite, Pépito … Tu es une adepte du genjutsu n’est-ce pas ? Compétence qui pourrait être utile dans un interrogatoire." Se grattant la tête et essuyant la sueur qui perlait sur son front, il continua. "Il faudrait que l’on convienne d’un code qui nous permettrait de te demander… ou qui te permettrait de nous informer que tu utilises tes compétences." Jetant un rapide regard à ses autres compagnons, il les invita à se joindre à la conversation. "Je vous laisse le choix du code, il doit être suffisamment discret et pas trop commun pour éviter les erreurs d’appréciation !"

Les laissant à leurs réflexions Hayato accéléra pour prendre la tête du cortège. Il fallait bien trouver un moyen d’occuper les troupes durant cette abrutissante traversée. De plus cela pourrait aiguiser un peu leur esprit d'équipe. Fort heureusement, les tanukis arrivaient au bout du tunnel et après quelques autres péripéties. Du haut d’une dune ils aperçurent au loin, quelques tâches vertes et autres carrés blancs qui tranchaient totalement avec le reste du décor.

"L’oasis est ici… Préparez-vous, on arrive."

; color:black;">
Revenir en haut Aller en bas
Nozomo Yukio
Nozomo Yukio
Suna no Jonin
Messages : 152
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 23

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 240
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue439/1200Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (439/1200)



Les trois rois


Feat: La team Tanuki



Les bras croisés, je considérais les deux nouveaux du groupe qui arrivait l’une après l’autre. Pas que le groupe avait été un jour complet, il était nouveau aussi. Avant, c’était Hayato et moi, maintenant il fallait s’inquiéter de la survivance de ces deux filles.
La première était donc Kyou, je devinais son identité bien avant qu’elle se présente à moi. Le cheval parlait beaucoup pour elle, et l’arc bien sûr. Très polie, elle délivra un solide accueil à base de « J’ai beaucoup entendu parler de vous » et de « J’espère que nous allons bien nous entendre ». Une partie de moi avait envie de détruire ces banalités, mais bon… Il fallait être diplomate. Un grand sourire accompagna mes paroles :
- Bonjour Kyou, ravi de te connaître. J’espère que ton arc et ton cheval feront que tu ne mourras pas durant cette mission. "Oups".

Pas que j’avais quelque chose contre cette jeune fille nomade mais j’aimais bien donner le rythme dans les relations. Je donnais de la politesse avec les gens qui n’étaient pas mes coéquipiers, j’allais vivre des choses avec ces gens alors autant qu’ils comprennent très vite que les jolies formules n’étaient pas de rigueur. De plus, ça me faisait bien rire au fond d’énoncer ce genre de chose dans un briefing de mission. L’archère ne put répliquer car la seconde genin arrivait et se présenta aussitôt. Je ne réussis qu’à retenir son nom de famille, déjà connu : Serika. Le reste ne fut qu’une bouilli de syllabe. Ses parents avaient bu quand ils avaient déclaré son prénom à l’administration du village ? Rien de moins sûr.
"Encore des banalités sur son ravissement de nous connaître". Refaire une blague sur la probable mort de cette jeune fille serait trop téléphonée, un simple sourire accueillit ses paroles. Bien vite, les deux filles firent connaissance et discutèrent du nom du cheval… Je les regardai un peu penaud. Espérons qu’elles seront moins dans les potins quand il faudra s’occuper des chefs nomades, quitte à les zigouiller.

Hayato mit fin aux divagations en attaquant son discours de briefing : Il se présenta, lui et ses capacités. "Oublie pas de mentionner que tu bois comme 3 hommes et que tu vomis comme 5" Il ne le dit pas, dommage… Ensuite, il me pointa du doigt et déclama quelques vers au départ flatteurs puis un peu moins. Remontant les compliments à la fin. "Ouais ouais, rattrape-toi avec la pommade". Pas besoin de répondre, mon expression faciale répondit pour moi, un grand sourire promettant mille et une farces durant le voyage et mon majeur tendu vers le bienheureux qui se moquait de moi.
Bien plus intéressant, les compétences de nos alliés. Il commença par Pikachu, elle maniait le sable et le genjutsu… Le genjutsu ?! Une solide compétence, si elle ne faisait pas n’importe quoi avec les illusions de zone. Mon ainé reporta que c’était sa première mission de grande importance, je pris note dans ma tête de faire très attention à elle, pour ne pas traumatiser si tôt une si frêle fleur du désert. Enfin, Kyou, une archère comme l’avait déjà énoncé mon frère durant une de nos réunions à l’appartement. "Ah, cette soirée-là..". De plus, son statut de nomade l’amenait à mieux connaître les cibles et leurs clans que nous. Pauvre faux vrais nomades. Notre sang ne nous permettait pas de nous targuer d’une quelconque information sur les pratiques et la culture du désert… Par contre, donnez-moi une arme et j’en fais couler du sang de nomade. Tout en nuances.

Mon chef de frère continua ses paroles en évoquant enfin la mission et la marche à suivre qu’il avait choisi : Pour ne pas associer Suna à nos actions, il fallait se faire passer pour des nomades. Bonne idée, comme je lui avais déjà dit. Je détachai mon bandeau frontal pour le mettre dans mon petit sac, sur mon dos et accueillis le tissu que me tendait mon aîné d’un air entendu. Devenir ce que tu tues, quelle ironie ! Une robe de voyage noire, doté d’un capuchon. Macabre mais adapté à la chaleur du désert, surtout qu’il y avait un petit décolleté. Sur moi, on verrait mon torse. J’aimais beaucoup ce vêtement, je le garderai peut-être après la mission : Comme un souvenir ou un accessoire de mode.  Enlevant vite mon haut de kimono en toile, j’enfilai cette robe sur mon pantalon. Quelle allure je devais avoir ! Un mannequin nomade… Peut-être que si je n’étais pas devenu un ninja, j’en serais devenu un. Je devrais demander à Hayato… Celui-ci sauvegarda une cape beige. Moins sympa, mais bon c’est moi qui avais eu la beauté après tout.

Après les essayages faits, le chef reporta notre attention sur la première étape de notre parcours : Prendre des informations, pour cela on se dirigeait vers l’oasis. Je connaissais déjà le plan de mon frère et l’oasis était un lieu de départ de choix. Tout le monde passait par là : pour le commerce, le recrutement de mercenaires ou les informations. Hayato et moi avions déjà eu l’occasion de nous diriger dans ce coin-là pour quelques missions : Escorte de chariot, chercher des bandits qui buvaient un coup … Tout pouvait arriver là-bas car on pouvait tout trouver. Mon frère le savait car aussitôt partit, il se dirigea vers moi pour me demander de surveiller les environs en prenant un peu de distance avec mes trois partenaires. Je réagis par un simple haussement de tête, je comprenais ses intentions et j’étais parfaitement taillé pour son ordre. Hayato se dégagea pour aller parler à Kyou, palpant parfois son cheval. "Mais pourquoi flatte-t-il autant la croupe de cet animal ?". Je me rapprochais de la petite Serika, histoire d’occuper un peu mon voyage :
- Bon… Euh… Pilapo… Comment tu te sens de partir comme ça pour discuter ou affronter des chefs nomades ? J’imagine que c’est pas comme ça que tu imaginais une mission de genin. On fera attention à vous, Hayato est un gars solide et responsable. Il va bien vous diriger.

J’écoutais la parole de la prépubère le temps d’arriver au crépuscule. Le sommeil fut rapide après une journée à marcher, un repas frugal, une infusion et au lit ! Le second jour, je partis faire la conversation avec Kyou alors que l’ainé des Nozomo partait faire l’inspection de Pipalo. Quelle coordination !
- Bonjour Kyou, je voulais juste spécifier que je rigolais hier en parlant de la mort. Je ne sais pas si tu as mal pris les choses. Je voulais savoir comment tu te sentais avec cette mission ? Tu as l’air plus expérimenté que ta condisciple mais en tant que genin tu n’as pas dû faire des missions d’un rang si haut, je me trompe ? On fera gaffe à vous, avec Hayato. Une discussion pour faire connaissance, Hayato avait fait l’effort de les rencontrer, pas moi. J’étais un élément du groupe, pas le moteur. Je pris quand même garde aux manœuvres de mon frère :
- S’il a parlé de moi dans de mauvais termes, signalant un quelconque célibat ou en vous parlait de choses inappropriés... Faut me le dire et je vais le remettre à sa place.

Quoi qu'on puisse dire sur ses manières ou ses ambitions pour la vie conjugale de son frère. C’était celui qui menait le cortège qui nous donnait les instructions et la force, je le scrutai patiemment car je connaissais ses doutes et ses questionnements.

- L’oasis est ici… Préparez-vous, on arrive.
Effectivement, l’oasis et ses palmiers se trouvaient à 100 pas de nous. On surplombait la concentration d’hommes, d’animaux et de tentes. Aujourd’hui, l’oasis était bondée : Une bonne nouvelle… Ou une mauvaise. Selon la concentration d’informations ou de bandits armés. À voir, sous mon habit je mis la main sur mon sabre.

La mission pouvait vraiment commencer.


Formidable tenue de Yukio :
 



Sphinx. Yukio 021

Revenir en haut Aller en bas
Takeda Kyou
Takeda Kyou
Suna no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 03/02/2020
Age : 19
Localisation : Cracovie

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 136
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue107/500Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (107/500)


i4e5.gif

Les Trois Rois






~ feat. le Bellâtre Hayato, le Sauvage Yukio et la Jeune Pippuko   







En tout cas, tout commençait plutôt bien, en sachant que Pippuko semblait ne pas être une méchante fille et répondait favorablement à ma gentillesse ! DIEU QUE C’ÉTAIT BON, LA TYRANNIE DE RINKA ÉTAIT TERMINE ! J’allais enfin pouvoir être libre dans cette équipe, sans que personne ne veuille me tuer ! Quelle joie ! Elle était si mignonne, si gentille ! J’étais heureuse que ce ne soit pas un tyran, surtout qu’elle posait des questions sur Marengo. Je lui répondis alors avec un sourire doux :

« Il va avoir quatre ans cette année ! »


Mais, déjà, nous n’avions pas le temps de sympathiser plus, Hayato, en tant que bon chef d’équipe, se représenta. Après notre entraînement d’hier, je savais déjà à quoi m’en tenir un peu. Mais, c’était tout de même important, je devais retenir le plus de choses sur eux, c’était ce qu’il y avait de mieux, se serait peut-être vital si je devais fuir et les utiliser comme bouclier humain. J’avais beau être faible, je préférais mille fois ces trois-là mourir que de voir ma vie se faire faucher. Même si je souhaitais réellement une bonne entente entre nous tous, que j’appréciais déjà Hayato pour la maîtrise de l’arc et que Pippuko semblait être une chic fille, ma survie n’était pas négociable pour moi. Je devais survivre peu en importais les conséquences… Mais, vu la présence des deux jonin, je n’avais rien à craindre, tout allait bien se passer, n’est-ce pas ?

J’avais confiance en Hayato, il semblait être une bonne personne, j’avais plus de mal avec Yukio. Sa façon de m’adresser la parole m’avait laissé un frisson dans le dos. Personne ne se présentait en espérant que l’autre ne mourrait pas ? Cela ne ressemblait à rien, c’était un grand rustre de me parler comme cela. Ma première impression était très mauvaise et je me demandais comment les deux Jonin pouvaient être frères. Mais, je n’avais pas pu m’empêcher de blêmir sous le choc. Quel être étrange ! Plus loin je resterai de lui, mieux cela se passera.

Je secouais la tête, penser à tous les malheurs possibles et inimaginables ne feraient que faucher le peu de courage que j’étais capable de trouver au fond de mon être. Aie confiance Kyou, Aie confiance Kyou, tout se passera bien. Je devais continuer de sourire et garder cette apparence de douce jeune femme, pour me faire apprécier et ne pas replonger dans ce sordide cauchemar d’équipe.

J’écoutais d’une seule oreille ce que racontait Hayato, trop plongée dans mes pensées et le cycle infernal de peur qui me traversait constamment. Malgré mon envie de ne pas y penser, mon esprit y revenait toujours et dans ma tête naissaient mille et une situations horribles. J’étais incapable de maîtriser le cycle discontinue qui m’ébranlait… J’étais si faible et pathétique.

Je réussis à retrouver un semblant de calme lorsque l’archer présenta mes capacités. Cachés derrière mes airs angéliques, je n’avais rien montré de ma crainte infinis et abyssal. Je n’appris rien de ce que je ne savais pas déjà, vu mes origines, ou plutôt mon ascendance, je devrais être capable de bien des informations sur nos cibles, si tenté que mon père m’est mis au parfum un jour. Il m’avait glissé quelques mots hier, à moi de les retrouver. Ma place était importante, cela me mettait une lourde pression sur les épaules… Heureusement que nous étions deux à porter le poids de mes propres responsabilités.

Je me pliais légèrement en deux, soucieuse et murmura, plus très sûre de moi :

« J’espère être à la hauteur des informations qu’on attend de moi ! »

Je me mordais l’intérieur de ma joue, pour ne pas sombrer dans le désespoir et montré à tous, la facette la plus pathétique de mon être : l’intégralité. Je jouais un rôle dans la vie de tous les jours comme dans ce travail infâme et absurde. Il ne restait plus qu’à ne pas trop le dévoiler. Derrière les apparences, tout était différent, mais devant, je savais bien l’aura que j’avais. J’avais le potentiel d’être au moins aussi flippante que mon père… J’avais un potentiel, je ne devais pas le gâcher.

Je fronçais les sourcils et me remis alors les idées en place. Une nomade ne réfléchissait pas en vain, elle assumait la situation, c’était ce que j’allais alors faire, enfin, essayer.

Rien n’était sorcier dans ce que je devais faire, juste aider les deux jonin à s’occuper de l’alliance maléfique de nomade qui se rassemblait. Que j’aurais aimé être à la tête de la horde Takeda, fondre dans l’ennemi et les laisser pour mort. Nous allions devoir tuer les chefs, sans leader charismatique, il était impossible que l’alliance tienne. Je ne connaissais que trop bien l’égo des miens, ils attendaient le bon moment pour se dévorer et emporter la part du gâteau. Comment leur en vouloir ? La même envie de suprématie existait dans mon être et grandissais de jour en jour. Si je devais un jour hériter de la place de mon père en tant que nomade, alors j’étais formé à le devenir. Cet appétit de domination et de conquête, c’était notre nature, même en tant que faible jeune femme. Tuer de tels nomades permettrait finalement de rallier plus de gens à mon clan. Un léger sourire cruel se dessina sur mes lèvres sans que je m’en rende compte. Ce que j’imaginais était trop beau, c’étaient des récits de guerre que j’avais toujours rêvé et à la fois cauchemardé. Qui me fascinaient autant qu’ils me faisaient peur.

Mais, si je devais être digne de la confiance de mon géniteur et malgré mes peurs, je devais être forte dans mes apparences et embrasser ces récits de guerre. Pour la première fois, j’allais participer à une guerre contre des nomades… Cela démontrera alors si j’étais digne de la confiance de mon père et si j’avais vraiment progressé.

La stratégie d’Hayato n’était pas mauvaise, se déguiser en nomade, cela ne me posait aucun problème, en sachant que j’avais déjà les apparences et les manières brusques des nomades. Nous allions effectivement avoir l’air de parfait nomade, l’idée était bonne et me rendait d’autant plus à l’aise. Je retirai alors le bandeau de Suna à ma ceinture et le rangeait dans mon sac. Je haïssais ce symbole et je ne me sentais pas à l’aise en dessous.

Le lieu où nous allions nous diriger me connaissait, j’avais déjà été envoyée là-bas pour de la vente d’esclave au marché noir. Peut-être arriverais-je à me souvenir d’avec qui mon père avait parlé et si nous avions des soutiens là-bas. Je me creusais la mémoire, prête à ressortir chaque information qui me reviendrais.

Avant de partir, je pris à part Hayato et déclara :

« N’hésitez pas à me laisser parler aux gens du désert… Les choses sont un peu différentes ici. »

Et ce fut ainsi que nous nous élançâmes dans le désert. Sans attendre une seule seconde je sautais d’un bond sur mon canasson, après avoir quelques pas, arrivais à la hauteur de la jeune Serika, que j’invitais d’un signe de la main à monter avec moi. Je la tirai ensuite et fis s’asseoir derrière moi, vu qu’elle était plus grande, cela me permettrait de voir. D’un léger gloussement, je déclarais en souriant :

« N’hésite pas à te tenir à mes hanches ! Nous n’irons pas trop vite pour ne pas distancer nos deux amis Jonin ! »

Je me sentais heureuse, presque comme une grande sœur avec sa petite sœur. Dieux que c’était merveilleux et formidable. J’étais vraiment heureuse et même si je me forçais un peu pour me faire plus accepter, il n’en restait pas moins que je me sentais bien dans ce groupe, intégrée, appréciée au moins. Que c’était génial de me retrouver dans d’aussi bonne condition de travail. D’un léger coup d’éperon sur les flancs, j’engageais le pas avec mon cheval, veillant bien à ce que l’adolescente derrière moi ne soit pas trop cahoter.

Je me sentais libre et libérée, dans mon état naturel. Il était temps pour moi de guider tout le monde au mieux dans ce désert et contre ces nomades.

Après une nuit de passé sans aucun problème, sans que rien ne se passe, la seconde journée de la mission commença, sans le moindre problème. J’avais déjà dormi dans le désert à la belle étoile sans problème et j’étais habituée aux conditions. J’avais donc bien dormi et je n’avais eu aucun problème à me remettre en selle, non sans avoir nourri mon fidèle ami.

Après quelque temps de voyage, alors que nous nous rapprochions de l’oasis, Hayato me rejoignit non, sans avoir parlé un peu avec Yukio son frère. Il marcha sans un mot à mes côtés sans rien dire. Puis, après quelques instants, il se permit de prendre la parole et m’interrogea. Il me posa alors quelques questions, pour être sûr d’avoir bien tout compris. C’était vrai qu’hier, je ne m’étais pas trop étaler sur qui j’étais vraiment, trop occupée à jouer de minauderie avec l’archer Nozomo.  Et alors qu’il étanche sa soif, je répondis d’une voix douce :

« Mon père est le chef d’un clan nomade, plutôt connus. Il a rejoint Suna pour étancher sa haine des Kaigan qu’il adore massacrer. Il connaît tous les clans importants du désert ou presque. Il faudrait que je réfléchisse un peu sur ce qu’il a pu me dire. J’avoue que rien ne me revient. Je vous tiendrai au courant si quelque chose me revient ! »

Il serait plutôt important que je me souvienne, mon père m’avait déjà dit des choses dessus, il me fallait juste m’en souvenir.

Et alors que notre chef se dirigeait vers la benjamine du groupe, Yukio se rapprocha de moi et je lui lançais un petit regard noir de coin. Je ne voulais rien avoir avec ce rustre. Parler comme cela, c’était ridicule et flippant surtout. Il était Jonin, c’était son devoir de tout faire pour que cela n’arrive pas. Mais, je me détendis cependant lorsqu’il m’expliqua qu’il rigolait la veille. Je n’étais pas pour autant à, l’aise, mais cela allait déjà un peu mieux. Il voulait savoir si j’avais même pris sa rigolade et comment je sentais notre mission. Derrière ses airs négligés, il avait l’air plus sérieux qu’on pouvait le croire.

Je me raclais la gorge et commençais avec les sourcils froncés et avec plus de rudesse dans la voix que ce que j’avais eu jusque-là :

« Disons que vu que nous ne nous connaissons pas, je ne sais pas vraiment comment interpréter cela, surtout quand j’ai vu tous mes frères mourir au combat sans que je ne puisse rien faire. »

Ma voix était sèche, je ne me maîtrisais plus vraiment, je voulais faire comprendre à l’autre qu’il m’avait blessé. Déjà mes rêves de bonne entente dans l’équipe volaient en morceaux. Ou alors, j’espérais qu’on ne m’en tiendrait pas rigueur. Mais, je comptais mettre les choses au clair. J’avais un minimum d’honneur quand même :

« Pour la mission, nous allons probablement nous battre avec des gueulards violent sans foi ni loi. Il ne faudra pas hésiter au moment de les tuer, dans le désert, c’est tué ou être tué… Mais, si nous fauchons leurs leader, la victoire sera nôtre»

Je fis une pause et dardant mes prunelles sur le sabreur et termina :

« Je n’ai peut-être jamais fait de mission de haut niveau, je saurais être utile et j’espère bien que ni moi, ni mon cheval, ni Pippuko meurt ! »

Je secouais la tête, un peu calmé, même si mes jambes tremblaient un peu… Tout était terrifiant dans ce monde et ce petit rebiffement avec le Jonin qui ne devait pas être beaucoup plus âgé que moi ne faisait pas exception. Je terminais cette conversation :

« Hayato n’a rien fait d’inapproprié, à la différence de quelqu’un… »

J’avais un demi-sourire aux lèvres, essayant de faire de l’humour, pour détendre la situation. Je ne savais pas si cela marcherait, mais je donnerais tout pour essayer de sauvegarder la situation et la relative bonne entente. Je tentais de choses.

D’un petit coup de talons, je rejoignis notre chef et la Serika qui discutais. J’appris ainsi que la jeune femme était une illusionniste. J’avais du mal à considérer cela comme un art guerrier, s’en était fort dommage et cela ne me poussait pas à prendre des initiatives pour un code pour ses illusions et interrogatoire ou je ne savais quoi. Je lâchais la bride de Marengo et haussai les épaules dans une expression de non-compréhension et lâchais peu intéressée :

« Convenez d’un code, je m’y plierai ! »

J’avais beau aimer la jeune fille, je n’avais aucune envie de prendre part à ses histoires d’illusions.

Mais, déjà l’oasis était en vue, nous allions descendre bientôt !

Résumé:
 







 
Sphinx. pv 020

 

Revenir en haut Aller en bas
Serika Pippuko
Serika Pippuko
Suna no Genin
Messages : 20
Date d'inscription : 18/12/2020

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 130
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue70/500Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (70/500)
Les trois rois
équipe Tanuki

Assise sur le dos du cheval âgé de 4 ans, main sur les hanches de Kyou, Pippuko tenta de s’habituer à la sensation de ne rien porter de lourd. Ayant troqué ses vêtements habituels avec ceux que lui avait passé Hayato, elle avait décidée de ne pas les enfiler par-dessus ceux-ci, peu tentée à l’idée de mourir de chaud. Cependant, sa tunique lui semblait bien moins épaisse que les habituels habits et cette nouvelle impression n’était pas prête de lui plaire sur le long terme. Se faisant silencieuse comme elle l’était restée depuis le début des explications de Hayato, elle se contenta de ressasser les informations émises par celui-ci et réprima un sourire quand elle prit conscience  d’être une sorte d’intruse face à ces trois propriétaires d’armes tout en se rappelant l’attitude soupçonneuse de l’aîné des Nozomo, la veille. Très amusant.

Son esprit divaguant pendant un temps, elle revint à elle quand elle crut une nouvelle fois saigner des oreilles et être traversée d’un frisson frénétique. Pilapo hein ? Détournant le regard vers Yukio elle se retint de le toiser et se força à ne pas excessivement ciller de façon à ne pas passer pour une déséquilibrée. Il lui semblait que les frères étaient porteurs d’une anomalie psychologique et héréditaire entravant avec leur mémoire, ou du moins c’est ce qu’elle aurait voulu pouvoir assurer. Pourquoi ne retenaient-ils pas son nom ? Le faisaient-ils exprès ? S'il avait été désagréablement surprenant de la part d’Hayato, l’irritation était tout de même moins importante avec son petit frère. Après s’être fait ses premières impressions, elle n’en attendait pas mieux de la part de ce garçon qui, malgré tout n’avait pas l’air méchant. Elle haussa lourdement les épaules.

― Pas d’inquiétude. Je ne m’attendais à rien pour ne pas me faire de mauvaises surprises dit-elle, accompagné que d’un léger sourire. Dans tous les cas, j’y serai passé un jour mais je suis plutôt curieuse à l’idée de discuter avec ces individus. Merci de demander en tout cas et je compte sur vous pour respecter vos paroles. Cela serait dommage que je meurs avant même que vous reteniez mon vrai nom.

En insistant sur le mot « discuter », la genin pria pour que ses paroles se réalisent.
N’attendant aucune réelle réponse et surtout ne sachant quoi rajouter, elle se contenta de regarder le soleil se faire la malle. Si elle avait dans l’optique de se concentrer sur le paysage elle dû se retenir pour ne pas pincer nerveusement Kyou en entendant une fois de plus son nom écorché. Tournant la tête vers Hayato d’un mouvement brusque, elle plissa les yeux en le fixant. « Pépito ». Rien de plus absurde. Le bougre était bien aimable mais s’il n’était pas fichu de retenir son nom, ça n’allait pas le faire. Un minimum de considération, ce n’était pas la mort.

Pouffant de rire, Pippuko lorgna Hayato en tentant de mettre ses pensées négatives de côté.

― Ça pourrait l’être effectivement. Même avec l’amour passionné que tu portes au genjutsu, tu arrives quand même à le reconnaître. Un  jonin remarquable.

Bien que plaisantant, l'ironie se montrait tout de même présente du fait de son mécontentement passager quant à son nom bafoué.

― Bon hé bien puisque je suis la principale concernée et que la motivation que vous avez est aussi vivace que votre mémoire en mettant de côté Kyou, en ce qui concerne mon nom, le mot « Monaka » sera parfait. Puisque je n’en ai pas sur moi, il est peu probable voir complètement improbable que je l’utilise pour autre chose qu’alerter.

Pippuko restait une gourmande jusqu’au bout. Caressant doucement Marengo d’une main, elle ne fit rien d’autre qu’écouter les paroles de Yukio les priant de lui dire si son frère venait à causer de sujets douteux. Le remettre à sa place ? D’ordinaire, elle se serait montrée plutôt coopérative envers lui mais pour l’heure, elle se sentait plus partante pour encourager son frère à continuer sur ses lancées.
Ne voyant pas le temps passer, il lui fallut un temps avant de remarquer qu’ils arriveraient bientôt à destination. Dommage elle avait apprécié cette petite balade sur le dos de l’animal et derrière la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 1629
Date d'inscription : 16/03/2017
L’oasis était calme, les gens y vivaient tranquillement autour. Des nomades, mais surtout pas des marchands. Non, ce n’était pas l’une des tribus que nos héros recherchaient. Trouver du premier coups aurait été trop facile. L’oasis semblait paisible malgré le lourd soleil qui faisait trembler presque le sable, il était midi et pour l’instant le groupe ne semblait pas vouloir partir. Peut-être s’étaient-ils installés la veille et ils attendaient des clients ? Possible. Les ninjas purent voir de loin des gardes, mais plus là pour surveiller que pour attaquer. Ils observèrent avec attention les ninjas et l’un des meneurs, ou un des membres, s’avança calmement vers eux, il posa un regard sur Yukio et fronça légèrement les sourcils en le voyant aussi nerveux. Il le prit pour le chef du groupe.

« Bonjour étrangers, vous êtes à proximité d’un groupe de marchand de la ligue du désert. Vous êtes les bienvenus si vous souhaitez vous détendre et prendre du temps pour vous reposer ou marchander. »

Son regard caressa le cheval avec attention cherchant à voir ce qu’il avait sur le dos, voir s’ils venaient faire des affaires ou non.

« Si vous venez causer des ennuis… Passer votre chemin jusqu’à la prochaine oasis. »

En rentrant dans le camp, les ninjas purent voir qu’une tente avait été dressée pour boire un peu, profiter de quelques narguilés, cela sentait également la viande grillée et le maté. D’autres étaient ouvertes pour inviter les gens à venir acheter quelques babioles. Il régnait dans le camp une ambiance joyeuse, les gens firent signe aux ninjas les invitant à venir discuter ou acheter. Pour l’instant cela semblait être une promenade de santé, rien de difficile, il faudrait par contre maintenant poser les bonnes questions. Un homme négligemment au teint basané, le kimono ouvert au niveau du torse et un turban enroulé autour de la tête, appuyé dans des coussins, fumait le narguilé, relâchant de lourds nuages de fumé odorant, un marchand proposait de beaux tissus brodées, lui semblait avoir des traits plus fins, les cheveux courts, plus éveillé. Des jeunes femmes discutaient entre elles en observant les autres… Et enfin une albinos cachée sous des vols étaient prostré dans un coin. Elle avait de lourdes chaînes aux poignets et aux chevilles. Elle semblait plus être une enfant qu’autre chose. Ses yeux mauves, en partie caché par des voiles, étaient emplis de tristes, mais étaient surtout encore très attentifs.
Revenir en haut Aller en bas
Nozomo Hayato
Nozomo Hayato
Suna no Jonin
Messages : 85
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 24
Localisation : France

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 150
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue188/2000Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (188/2000)

Les trois rois ; mission de rang B, équipe Tanuki


Le soleil était alors à son zénith quand l’équipe Tanuki parvint enfin aux portes de l’oasis. Hayato précédait tout juste son frère qui ouvrait alors la marche. Les oasis du désert étaient de hauts-lieux de sociabilité et de commerce, aussi il n’était pas rare d’y trouver une garde qui en assurait la pérennité. Hayato observa d’ailleurs une petite troupe qui surveillait leur approche, bien vite, celui qui semblait être leur meneur vint jusqu’à eux et s’adressa à Yukio. Prenant les devants Hayato avait légèrement écarté son frère du revers de la main, faisant face au contrôleur. Se plantant face au garde, il affichait alors une mine calme, mais aux traits tirés de fatigue.

"Bien le bonjour, pardonnez mon impertinence." Portant sa main au niveau de sa bouche, il ajouta d’une voix qu’il voulait faussement basse. "Mon ami ici…" Hayato fit un léger signe de tête vers Yukio. « Il est très gentil… Mais un peu simplet » Retirant sa main, il reprit d’une voix plus assurée. "Nous vous remercions pour votre accueil. Nous avons enduré une longue traversée et souhaiterions simplement nous reposer un peu. Autant nous, que notre cheval…" À cette phrase, le jeune homme pointa du doigt l’animal. "De plus, nos réserves d’eau commençaient à faiblir."

Dépassant le contrôle, la petite troupe pénétra pleinement dans l’oasis. Le paysage était idyllique et une ambiance de fête semblait y régner. C’est une tenture, qui semblait avoir été récemment installée qui avait le plus rapidement attiré l’attention d’Hayato. Offrant un abri efficace contre les rayons d’un soleil ravageur, s’y trouvait alors rassemblé plusieurs délices… Boissons, nourritures, narguilés étaient proposés en divers endroit épars. Les voyageurs qui s’étaient abrités sous la toile, semblaient être des marchands… Comme l’indiquaient les quelques étalages de fortune sur lesquels reposaient diverses richesses. Certains d’entre eux firent signes, les invitants à la fête.

Le meilleur moyen d’obtenir des réponses… c’est encore de s’intégrer au groupe

Hayato avait alors pris l’initiative d’avancer vers quelques marchands, il échangea avec eux quelques banalités avant de demander où il pourrait trouver de l’eau pour refaire leur stock. Obtenant quelques réponses, il se dirigea en compagnie de ses deux génins vers cette direction. Une fois les gourdes pleines, il était temps de passer à l’action. Observant plus en détail les environs, Hayato lista mentalement ses possibilités.

Des marchands, un homme qui fume, des commères, une esclave… Rien qui ne sorte réellement du lot.

Retournant sous la toile, Hayato observait les étalages, tout en humant l’air environnant. Planait alors des senteurs exquises. L’odeur piquante de quelques épices était adoucie par une senteur sucrée émanant de la fumée du bonhomme au teint tanné par le soleil. Prenant sa décision, il avançait dès lors vers lui bien que son esprit soit happé par une odeur familière.

Du Maté ? Ici ? Comme c’est étonnant

Arrivé au niveau du narguilé, le jeune homme lorgnait sur les instruments alors qu’il faisait face à son compère fumeur. "Bonjour, puis-je prendre place à vos côtés ? Ça fait au moins une éternité que je n’ai pas pu profiter d’un bon narguilé…" Prenant place sur l’un des coussins disposés à cet effet, le jeune junin profitait ainsi d'une vu large des environs. Il entama alors une discussion aux apparences banales, tout en surveillant du coin de l'œil ses génins. L’homme à la peau de cuir l’avait peu après, interrogé sur sa provenance. Apposant négligemment le bout du tuyau sur le coin de sa bouche, Hayato expulsa un épais nuage blanc avant de répondre. "Moi et mes compagnons venons de l’autre bout du désert. Nous sommes venus ici pour nous reposer avant de reprendre route." Continuant l’échange de banalité sur la région et ses environs. Hayato fini, une fois la confiance en apparence conquise par ajouter quelques informations, sur le ton de la confidence. "C’est notre chef qui nous envoie dans la région… Paraitrait-il que le désert s’anime ces derniers temps." Cette dernière phrase qu’il avait lâchée en toute quiétude, marquait en réalité le début de son interrogatoire. S’il observait une bonne réaction de la part de son nouvel ami, il se risquerait alors en une approche un peu plus directe. "Notre petit clan a eu vent d’une histoire d’alliance qui se formerait dans le désert… On est un peu loin de tout, mais il est toujours bon de se tenir informé, c’est pour ça que le chef nous envoie ici. Vous savez quelque chose à ce sujet vous ?"


; color:black;">


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nozomo Yukio
Nozomo Yukio
Suna no Jonin
Messages : 152
Date d'inscription : 09/12/2020
Age : 23

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 240
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue439/1200Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (439/1200)


Les trois rois


Feat: Equipe Tanuki



Tout de suite, nous étions repérés... Un homme devant moi me souhaitait la bienvenue avant de nous proposer de nous barrer si nous voulions la bagarre. Étrange, ils étaient sur la défensive. "Comment ne pas l'être dans le désert autour de Suna qui a tendance à vouloir assujettir tout ce que passe ?"

Je voulus répondre, mais mon égocentrique de frère me passa devant : Me dégageant de la main, il parla au monsieur. "Agaçant". Surtout qu'il se mit à parler à voix basse avec son interlocuteur, celui-ci se tourna vers moi... Mon froncement de sourcil se changea en un grand sourire amical. "Il ne faut pas attirer l'attention". Il semblait que nous puissions plus nous avancer dans le camp : Bonne nouvelle.

La concentration d'hommes, de bêtes et de marchandises semblait très active. L'oasis comme point de départ pour notre enquête semblait être un bon choix. Nous commencions en faisant quelques recharges en termes d'eau : On ne commençait pas une enquête assoiffé et avec les jambes encore pleines d'acides causé par la marche. Soyons civilisés ! Hayato tapait la discute alors que je surveillais les affaires, on ne sait jamais. Une fois établis, un minimum, je m'étirai avant de me mettre au travail. Embrassant l'horizon et l'effectif présent dans le périmètre, je repérais rapidement quelques points d'intérêts : Un marchand, ils voyageaient et étaient acceptés un peu partout pour leur intérêt marchand. Des infos, il pourrait très bien en avoir ! Un vieux qui fumait, ça, Hayato l'avait repéré, car il s'avança directement vers lui. "Pourquoi pas ? Un ancien d'un clan nomade a toujours des informations, c'est pas bête". Je me tournais vers les petites pour leur donner quelques consignes, cette nouille d'aîné n'avait rien dit à nos élèves.

- Restez dans le périmètre autour de Hayato, vous pouvez discuter avec les gens, mais ne sortez pas de son champ de vision. Je pars tout seul voir un peu du pays, mais ne craignez rien : Je vous surveille aussi. Je désignai du nez un groupe de femmes, à l'écart. Vous pouvez essayer de vous greffer à cette troupe. Je me rapprochai d'elles pour parler à voix basse, pas question qu'une oreille indiscrète repérait mes prochaines paroles. N'oubliez pas : Pas trop de questions, mais les bonnes. On veut mieux connaitre les clans ciblés, les chefs et surtout leurs positions. Je regardais chacune très sérieusement.

"On ne rigole pas, on peut être entouré de mecs dangereux. Une erreur et on pouvait partir en pugilat général".

Je m'écartai de nos disciples pour tracer ma route, je comptais interroger le marchand. Me rapprochant du stand plein de tissus, je perçus dans la périphérie de ma vision une forme indistincte. Tournant la tête, je compris vite que c'était pas commun. "Blanc, très blanc". Une petite forme, dissimulée sous des vols, de loin je discernais des formes sombres aux extrémités des membres... "Bon bah on a trouvé ma prochaine destination". Plus je me rapprochais, plus la forme se définissait : Une petite fille, huit ans ? Dix ans ? En tout cas, elle était tenue par de lourdes chaînes. Je levais la tête pour chercher la présence de garde ou de menace autour de la prisonnière. Pas besoin d'énerver quiconque... L'esclavage n'était pas autorisé, mais l'autorité de Suna n'était pas totale dans le coin. "Senshi aimerait bien que cela soit le cas".

"Qui dit enfant prisonnier, dit geôliers... On verra bien, au pire on dira que je venais taper la discute."

Arrivé à environ deux mètres de la petite, je m'arrêtais. Sans doute que c'était la limite pour ne pas paraître suspect, je me mis accroupis pour me mettre à la hauteur de mon interlocutrice.  "Donner confiance, ne pas intimider". Elle observait le joyeux brouhaha autour d'elle avec tristesse. Je levais la main pour accueillir son attention, le léger voile laissait devenir ses yeux mauves. "Une albinos avec des yeux comme ça. C'est rare."

- Salut petite. Je levais l'autre main pour montrer que j'étais le moins menaçant possible. Qu'est-ce que tu fais là ?

Est-ce que je voulais la sauver ? Non, on ne sauve pas un banc de poisson en s'occupant des petites sardines qui s'éloignent. Je m'intéressais surtout à son histoire et au réseau qui tournait autour d'elle, en tant que marchandise. "Peut-être qu'un jour on va interdire vraiment l'esclavage, ce serait bien". J'aurai pu devenir esclave, si nos ravisseurs n'avaient pas été les Nozomo. Triste vie.

Je me tenais prêt à toute menace, j'étais un ninja maintenant. On ne sait jamais.

Récapitulatif:
 



Sphinx. Yukio 021

Revenir en haut Aller en bas
Takeda Kyou
Takeda Kyou
Suna no Genin
Messages : 90
Date d'inscription : 03/02/2020
Age : 19
Localisation : Cracovie

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 136
Expérience:
Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Left_bar_bleue107/500Les trois rois; mission de rang B, équipe Tanuki Empty_bar_bleue  (107/500)


i4e5.gif

Les Trois Rois






~ feat. le Bellâtre Hayato, le Sauvage Yukio et la Jeune Pippuko   






Nous arrivâmes vers le crépuscule à l’oasis, première étape de notre voyage pour savoir où se trouvait la coalition de nomade, Ils n’étaient pas là, ça aurait été trop facile évidement, on ne pouvait pas trouver notre ennemi si rapidement. Le vent soufflait légèrement et le lieu était calme, on nous prévint bien avant d’entrer, si on voulait foutre la merde, on n’était pas les bienvenus. Il nous fallait faire profil bas ici et ne pas trop se faire remarquer.

Je descendis d’un bond de Marengo alors qu’Hayato nous permettait d’entrer, il partit sans trop de regard en arrière vers un vieil homme fumant, quant à moi, je patientais vers Yukio dans l’attente d’ordre particulier. On ne devait pas s’éloigner avec Pippuko, le sabreur nous conseilla aussi d’aller voir un groupe de femmes qui discutaient, non sans faire attention à ne pas faire de question trop ciblée. J’hochai la tête et alors que j’accrochais Marengo à un poteau de bois juste à côté d’un point d’eau, je me dirigeais d’une démarche naturelle vers le groupe de femmes.

Sans les deux hommes, la situation serait probablement plus calme, car après tout, je sentais une petite tension entre les frères Nozomo et la petite Serika. Les deux Jonin n’arrivaient pas à retenir son prénom et je comprenais que cela agace la jeune femme. Seule, toutes les deux, je me penchais vers elle et lui murmura à l’oreille, moqueuse :

« Ne fais pas attention aux deux Jonin, ils sont bêtes. Moi, je connais ton prénom...»


J’essayais de lui remonter le moral, parce que la jeune femme me plaisait bien, elle avait du caractère et cela me faisait presque oublier l’absence du mien. Puis, d’un mouvement de tête, je l’incitais à me suivre comme une grande sœur.

Je me sentais excitée où presque à reprendre contact avec des femmes qui n’étaient pas des shinobis, un peu de normalité dans ma vie ne me ferait pas de mal. Une fois à leur hauteur, je mimais une légère révérence pour les saluer, puis leur demanda : 

« Mon ami et moi sommes fatiguées de notre voyage, nous permettez-vous de nous asseoir à vos côtés ? »

Et une fois, la réponse de reçu, je m’asseyais alors et invitais Pippuko à faire de même. On ne pouvait pas laisser les deux hommes tout seuls. Si je les aidais, alors cette mission serait terminée rapidement et enfin, nous pourrons rentrer tous chez nous. J’étais pleine d’initiative parce que la situation n’était pas dangereuse. Demander des renseignements n’était pas très dangereux.
Je m’étirai alors négligente et demandais aux femmes d’un ton curieux :

« Merci de nous permettre de nous reposer quelques instants parmi vous. Au fait, je ne me suis présentée, voici Monaka, moi c’est Kyou, heureuse de vous rencontrer. Qu’est-ce qui vous amène par ici ? »


Je posais des questions banales, espérant recevoir je ne sais quelles informations au détour d’une conversation. J’étais mielleuse et innocente et j’en oubliais presque pourquoi j’étais là, trop heureuse de goûter à un peu de normalité. Je paraissais surtout avoir envie de briser la glace avec ces femmes et voulaient les connaître.

Le soleil était bien beau et le ciel était magnifique. Je décrochais mon outre, bu une gorgée, puis la passa à la Serika à côté de moi en murmurant avec douceur :

« Tiens, bois un peu d’eau ! »

Je prenais instinctivement soin de la jeune fille. J’oubliais presque mes envies de manipulations de tout le monde pour survivre, je ne faisais que profiter de cet instant avant le début de la guerre et des combats. Je rejetais ces idées loin, mais j’étais super terrifiée. J’aurais aimé que cet instant dure éternellement et que je n’ai jamais besoin de revenir. Mais, la vie était différente et à un moment ou un autre, il me faudra repartir.

Résumé:
 







 
Sphinx. pv 020

 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Désert de Suna-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.