:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The best of you [SOLO]

Akayuki Kalida
Akayuki Kalida
Suna no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG B
Ryos: 210
Expérience:
The best of you [SOLO] Left_bar_bleue640/1200The best of you [SOLO] Empty_bar_bleue  (640/1200)
The best of you [SOLO] Ven 11 Déc - 0:59
Akayuki Kalida


The best of you [SOLO] Tenor
The best of you






Un cavalier surgit hors des dunes de sable, courant vers le village de Suna, on s'aperçoit au final le ridicule de la scène. Un nomade du désert sur un vieux poney à moitié crevé est en train de se présenter vers les portes du village. Sa petite taille et sa dégaine ridicule quand il chevauche son fidèle destrier fait doucement rire les gardes. Il faut dire que de le voir décoller de la selle à chaque pas de l'animal a de quoi donner le sourire à plus d'une personne. 

Cependant, les gardes déchantent rapidement en voyant une kunoichi inconsciente sur le cul du canasson. Le vieux débris, visiblement content d'être arrivé, effectue une ruade qui fait décoller son chevaucheur ainsi que la comateuse. La bête visiblement douée d'intelligence n'attend pas que son propriétaire s'explique pour mordre la jambe de Kalida et la trainer dans le sable pour la jeter d'un mouvement de tête vers les gardes avant de partir bouder dans un coin. 

Le petit monsieur quant à lui se relève pour finir de nouveau à terre avec de plates excuses et un accent fort singulier : 

- Echcouzez moi mes sheigneurs, ché trouvais chette femme en plein millieuch du désherte. Elle a chertainement oublié de sh'approchisionner en eau la pauvre. Vu le symbole, che l'ai ramené ichi. Bonne chournée à vous méchieurs ! 

Sans demander son reste, le drôle de monsieur sort un légume ou une sorte de friandise, difficile à identifier le machin. D'un pas lent, comme s'il a peur de sa propre bête, le voilà en train d'essayer de se faire excuser auprès du poney pour qu'il daigne à reprendre la route. 

Constatant qu'il est complètement inoffensif, les gardes emmènent Kalida vers l'infirmerie pour qu'on puisse la remettre sur pied rapidement. Un peu de Iroujutsu et le tour est joué, la demoiselle se réveille donc, un mal de crâne assez significatif et la jambe qui lui fait sévèrement mal. Soulevant la couverture, elle constate un gros bandage autour du mollet, se demandant bien ce qui a pu se passer.

- Vous êtes une idiote et une inconsciente !

Tournant le visage, la rousse peut constater la présence de sa bienfaitrice, une kunoichi d'un âge avoisinant le sien avec la particularité d'avoir des cheveux blancs et des yeux bleus indescriptibles. Se grattant l'arrière de la tête, Kalida rit de façon nerveuse : 

- Heu... J'ai dû avoir un coup de chaud ? Et je me suis évanoui ? Je me serais relevé à la nuit, c'était rien de grave. Mais, il m'est arrivé quoi à la jambe ?

- Un animal avait visiblement une dent contre vous et vous a mordu pour le plaisir mais pas assez fort pour vous briser l'os, vous avez de la chance. 

- Euh... Je peux y aller quand ? Je me sens bien là. 

La spécialiste en médecine se rapproche de Kalida, examinant la kunoichi avec un grand soin, elle semble également utiliser une technique d'un autre registre, celui du Kanci Taipu et semble perplexe : 

- Vous... Vous avez un incroyable potentiel mademoiselle. 

Clignant des yeux, perplexe sur ses dires, l'Akayuki reste muette comme une carpe quelques secondes avant de pencher la tête sur le côté en répondant : 

- Hein ?

De dépit, le médecin se masse le front avant de reprendre : 

- Vos réserves de chakra, elles sont anormalement importantes comparés à la plupart des gens que je traite ici. Vos ressources sont bien plus conséquentes. Vous ne le saviez pas ?

- Bhen... Vous me l'apprenez, mais en gros ça veut dire quoi ? Je peux juste utiliser plus de chakra, donc plus de technique, c'est tout non ? 

- Pas vraiment, ça implique aussi l'utilisation de techniques qui sont inaccessibles pour d'autres. Je vous conseille de jeter un œil un jour dans la bibliothèque de Suna pour chercher quelques techniques en ninjutsu. Qui sait, vous pouvez peut-être trouver votre bonheur dedans. 

Soupirant, elle se masse la nuque, toujours aussi perplexe : 

- Ninjutsu ? Je suis clairement plus sur le Taijutsu et je mélange mon affinité Katon avec ça... Je connais très peu de technique ninjutsu, qu'est-ce que vous voulez que j'en foute de votre information ? 

La femme lève les mains au ciel en rétorquant : 

- Moi ? J'en sais rien, ce sont vos réserves, pas les miennes. Dans tous les cas, vous n'allez pas pouvoir marcher correctement le temps que la jambe cicatrice. Je peux m'arranger pour vous faire parvenir des copies de parchemins en attendant. Cela vous va ? 

Plissant les yeux, Kalida demande avec méfiance : 

- Pourquoi être aussi investi, je vous connais même pas. 

Tandis qu'elle quitte la porte, le médecin lui fait un sourire : 

- J'aime juste voir les potentiels exploités. Voyez ça comme une forme de curiosité maladive. 

Puis elle disparaît en fermant la porte. Quelques heures plus tard, Kalida s'emmerde comme pas possible dans son lit, elle a eu beau essayé de marcher, ça c'est soldé par une douleur à la jambe et du sang qui pisse à travers le pansement. Les bras croisés, c'est limite si elle ne compte pas les secondes défilées pour essayer de s'occuper. Mais ça l'énerve encore plus, ce qui provoque avec la rage un vol improvisé du plateau-repas déjà vide. 

Le ninja médecin de tout à l'heure revient avec différents parchemins à ce moment là : 

- Je pense que j'ai trouvé quelques trucs qui pourraient vous intéresser. Faites le tri là-dedans, ça va vous occuper. Et respectez le matériel... Ou je vous colle assez de tranquillisants pour que vous restiez tranquille !

Sur ce ton menaçant, le coin de lèvres de la rousse tremble un peu en même temps que les spasm de sa paupière droite : 

- Entendu, pas de problème ! 

C'est de la peur ? Ou quelque chose dans ce genre-là ? En tout cas, Kalida va rapidement se mettre à la lecture pour s'occuper

Parmi toutes les techniques présentes, il y en a une en particulier qui attire son attention ainsi que des dérivés. Une version améliorée du clonage. Au lieu de ne faire qu'une illusion, il s'agit de véritables doubles pouvant même utiliser le chakra. Les petites annotations en bas du parchemin sont copieusement ignorés par la demoiselle qui commence à décortiquer les différentes façons d'utiliser cette technique. Les clones semblent donner toutes les informations qu'il a pu vivre à son propriétaire quand il disparaît, une chose forte intéressante si on génère assez de clones pour en envoyer un peu partout. Cela offrirait du coup une nouvelle utilité à Kalida sur le champ de bataille que simple experte du corps-à-corps présente pour fracasser les ennemis. 

Voulant éviter de répéter les erreurs de ses précédents entraînements, la rousse lit avec précaution comment gérer la malaxation du chakra ainsi que le mudra à effectuer pour réaliser la technique sans trop galérer non plus. Quand elle sortira de cet endroit, elle pourra réellement commencer l'entraînement.




Techniques à apprendre :
 
Revenir en haut Aller en bas
Akayuki Kalida
Akayuki Kalida
Suna no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG B
Ryos: 210
Expérience:
The best of you [SOLO] Left_bar_bleue640/1200The best of you [SOLO] Empty_bar_bleue  (640/1200)
Re: The best of you [SOLO] Lun 14 Déc - 1:52
Akayuki Kalida


The best of you [SOLO] Tumblr_inline_nesz750ewx1rwdv8h
The best of you






Les gens se retournent dans la rue comme s'ils sont en train de découvrir que les fantômes existent, une certaine attention qui fait doucement grogner Kalida tandis que le bruit du bois de sa canne heurte le sol en même temps que sa jambe blessée : 

- Si je retrouve l'animal qui m'a fait ça, je le transforme en barbecue vivant... 

Indignée, humiliée à ses yeux, l'Akayuki serre les dents un peu plus pour chaque regard qui se tourne vers elle. Derrière elle, la kunoichi aux cheveux blancs la suit sans un bruit, un aspect un peu félin, voir mesquin dans sa manière de bouger et l'expression de son visage. 

Kalida tourne son visage vers elle, la fusillant un peu du regard : 

- Vous trouvez ça drôle ? Kusaribe-san ? 

La demoiselle aux cheveux blancs lève les mains aux ciels en feignant l’innocence : 

- Moi ? Par tous les kamis, il serait malavisé de ma part de rigoler de votre état. Je suis médecin après tout, ça serait un comble pour un personnel du secteur médical, vous ne pensez pas ? Akayuki-san ?

La rousse grommèle un peu avant de reprendre : 

- Je vous ai déjà dis de m'appeler Kalida

- Alors appelez moi par mon prénom également.

Serrant sa canne, elle grince des dents avant de céder : 

- Ok, ok ! D'accord Saori-san, très bien. Mais vous n'êtes pas obligé de me suivre partout ou je vais, et j'aurais très bien pu étudier ces parchemins sur le terrain d'entraînement sans vous. 

Jouant avec un bracelet qu'elle tourne autour de son index, la Kusaribe semble faire un moue du visage, presque de manière hautaine elle répond : 

- Vous devriez être heureuse que je reste à vos côtés pour m'assurer que vous êtes capables de maîtriser le Kage Bushin no Jutsu à haut niveau. Vous pourriez devenir un sacré atout pour le village avec une tel technique. Je dois tout de même assurer l'investissement !

Investissement, ce mot résonne dans la tête et a vraiment cette impression qu'on se sert d'elle, une sensation désagréable qui la fait rager encore plus, quelques mèches de cheveux s'embrasent sous la colère avant que l'infirme temporaire reprenne la direction du terrain d'entraînement. 

Une fois arrivée, à nouveau, les regards se tournent vers la rousse, elle qu'on croit justement indestructible par moments vue comment elle se relève à chaque fois. Apparaître avec une jambe encore blessé et une canne, ce n'est pas spécialement quelque chose qui conserve cette image. Fermant les yeux, Kalida a vraiment l'impression d'être en situation de faiblesse, montrant une image fragile. C'est dur pour elle, l'hésitation se fait ressentir également, le désir de juste fuir la scène et de rester cloîtrer chez elle le temps de son rétablissement. Mais l'idée de ne rien faire chez elle la rend encore plus folle de rage. 

Une main réconfortante vient alors se poser sur l'épaule de l'infirme, prise d'un soubresaut, Kalida se retourne et voit Saori en train de la regarder avec un regard réconfortant :

- Tout le monde a le droit d'avoir ses moments de faiblesse, même vous. Soyez vous-même, vous voulez continuer l'entraînement malgré votre état, c'est louable. J'ai dit que je vous aiderai, je le ferais jusqu'au bout. 

Quelques enfants jouant aux loups se trouvent à proximité du terrain d'entraînement, le regard de Kalida croise celui d'un des marmots. D'ordinaire, la rousse a l'habitude d'y voir une certaine forme d'admiration, des étoiles dans les yeux, une forme d'innocence. Aujourd'hui, l'enfant semble plus... inquiet en voyant la canne. Puis, en une fraction de seconde, l'enfant retourne jouer après le contact physique du « loup » de la partie. Serrant sa canne assez fortement, Kalida soupire : 

- J'ai toujours voulu paraître surhumaine... Une héroïne auprès des jeunes, j'irais même jusqu'à dire que j'y éprouvais de la fierté à ça. Malgré mes défauts, mes erreurs... Rien que de voir le visage émerveillé des enfants qui me regardaient m’entraîner au Taijutsu. Ça avait quelque chose de gratifiant. 

Un doux rire se fait entendre de la part de la demoiselle aux cheveux blancs immaculée : 

- Tachons dans ce cas de faire en sorte que vous maîtrisiez au plus vite la technique. Je suis sûr et certaine que les yeux redeviendront comme vous le dîtes quand ils vont verront en plusieurs fois. Installons-nous là-bas. 

Suivant sa camarade tant bien que mal en boitant avec sa canne, la rousse pose cette dernière sur un banc en pierre non loin avant de se mettre en face de Saori qui commence à lui donner ses instructions. 

- Bien, commençons déjà par la base, fais-moi un Bushin no Jutsu classique. 

Se grattant la tête sans savoir où son sensei improvisé veut en venir, Kalida s'exécute en faisant un clone basique qui imite les mêmes mouvements que l'utilisateur.

- Comme tu le sais déjà, ces clones ne peuvent pas faire grand-chose à part installer le doute chez des néophytes ou la confusion chez des non-initiés. Aucune ombre, pas d'impact, bref, inutile à notre niveau. Cette technique ne te demande pas grand chose au niveau de tes réserves, et là est toute la différence avec les clones d'ombres. Le but va être d'insuffler une dose beaucoup plus conséquente de chakra. Parlons dans ce cas en pourcentage. Pour faire déjà qu'un seul clone, tu vas devoir connaître à quelle quantité de chakra tu te retrouves aux cinquante pourcents. 

Encore plus perplexe, les bras pendus vers le sol en faisant l'horloge avec en les envoyant vers la droite puis vers la gauche en inertie : 

- Hein ? Mais comment je suis censé le savoir ça ? Et vos trucs de sensorielle, ça peut pas aider tout simplement ? 

- Navré, je ne suis pas Hyuga, je ne vois pas non plus le chakra dans sa forme pure chez quelqu'un. Je peux seulement l'évaluer. 

- Et... Vous pouvez pas l'évaluer au fur et à mesure que j'utilise des techniques ?

La goutte de sueur apparaît sur le front de Saori qui semble dépité devant ces paroles : 

- Ce n'est pas vraiment comme ça que ça marche Kalida... à la limite je peux déterminer qui est le véritable clone dans le tas, mais c'est là ou mes talents s'arrêtent.

- Haaaan, ça va être trop long pour savoir ça ? Et je m'y prends comment ? Je crame du chakra jusqu'à ne plus en pouvoir ? Et on chronomètre le temps ?

La femme aux cheveux blancs semble abasourdie par l'idée avant de répondre : 

- Heu... C'est peu conventionnel mais... ça pourrait marcher ! Bouge pas, je vais mesurer le temps. Prête ?

Suite à ça, Kalida enflamme son poing avec sa technique de la griffe du phoenix, technique qu'elle a clairement le plus l'habitude d'utiliser et donc connaît sa consommation. Après pas mal de temps, le phœnix faiblit tout comme la flamme de son poing avant de trébucher à moitié sur le sol, tentant de se rattraper mais sa jambe invalide lui force à poser le genou à terre. 

- J'ai cru que ça n'allait jamais finir. Bon, si je comprends bien, et si le calcule et la prise de temps est exacte, on sait un peu près combien de chakra tu vas devoir consommer pour les clones. Tu as consommé beaucoup de chakra, repose-toi. 

Le passage au tutoiement est assez soudain mais c'est passé comme une lettre à la poste pour Kalida qui n'a même pas fait attention et continue sur la foulée : 

- J'espère quand même que ça en vaut la peine ce jutsu, je sais même pas si je vais l'utiliser un jour, pas vraiment mon style d'attaquer à plusieurs. Je préfère les combats honorables, en un contre un. Genre sur une plaine avec le soleil couchant ou levant. 

Rigolant de plus belle en cachant sa bouche du dos de sa main, Saori réplique : 

- Tu es une romantique toi, n'est-ce pas ?

Kalida prend immédiatement la mouche avec une gueule pas possible avant de s'agiter en braillant tout et n'importe quoi, faisant rire aux éclats la femme aux cheveux blancs. Ce qui évidemment, ne fait qu'attiser les flammes de Kalida qui ne marche pas dans son jeu mais y court à plein régime. 

Quelques heures plus tard et une fois que la réserve de chakra soit de nouveau remplie, Kalida retourne à la tache, attendant le top départ de Saori pour commencer la consommation de chakra dans le temps imparti. 

- Prête ? TOP !

Une fois le décompte effectué, Kalida arrive maintenant à situer la dose de chakra nécessaire pour équilibrer le clone. Cependant, alors qu'elle commence à faire le mudra, Saori lève la main en signe d'opposition : 

- Arrête, il se fait tard et tu viens tout juste de consommer la moitié de ta réserve. Ne va pas te mettre dans les pommes bêtement. On reprend ça demain, bonne nuit Kalida. 

Saori se lève donc avec grâce et noblesse dans son kimono bleu ciel en laissant derrière la rousse coupée en son plein élan. Assez déçue, elle récupère sa canne avant de rentrer chez elle, enfin, le dépotoir qu'elle appelle chez elle. S'affalant sur le lit matelas dans le dos tandis qu'elle fixe le plafond. 

- Un grand potentiel...

Ce n'est pas la seule personne qui a pu lui sortir ce genre de phrase, Shirokuma a fait le même genre de révélation lorsqu'ils ont eu une discussion sérieuse dans cette pièce justement. Et puis, il y a aussi son père qui lui disait qu'elle peut accomplir de grandes choses. Est-ce vraiment le cas ? Le destin lui donne-t-il une tâche à faire à l'avenir qui sera importante ? En parlant de destin, le visage de Towa s'affiche dans son esprit, repensant à cette conversation pendant ce festival. Est-ce que Kalida croit vraiment en çà ? Que tout est déjà écrit quelque part et qu'on ne peut rien y faire ? Assez fataliste comme vision des choses pour la rousse. Elle aime à penser que l'on peut tout de même accomplir tout ce que l'on souhaite à partir du moment qu'on y met de la conviction. Soupirant de fatigue, les paupières de la demoiselle se font lourd avant de plonger dans un profond sommeil.

Le lendemain, Kalida revient donc sur le terrain d'entraînement mais aucune trace de Saori, cherchant à droite, puis à gauche, aucun signe d'une femme aux cheveux blancs. Perplexe, et pour une fois raisonnable, elle s'assit sur le banc de pierre pour attendre la venue de sa formatrice. Deux voire trois heures plus tard, la désirée se montre enfin avec visiblement des cernes épouvantables et un mal de crâne qui se ressent juste en la regardant. Kalida ne connait que trop bien cette situation et sourit de compassion : 

- Gueule de bois ? Tu n'étais pas obligée de venir, juste un messager aurait suffi. 

Un signe las de la main de la part de Saori indique qu'elle est « opérationnelle » selon elle : 

- C'est bon, c'est bon... On enchaîne. 

Assez sceptique, la rousse se lève donc en boitant pour laisser la place au sensei avant de se mettre en face d'elle en exécutant le mudra du Kage Bushin no Jutsu. Fermant les yeux, concentrant son chakra de manière à gaspiller le moins possible, l'Akayuki relâche la technique : 

- Kage bushin no jutsu ! 

Un nuage de fumée apparaît alors mais à ce moment apparaît un corps inerte au sol avec l'apparence de Kalida. Un peu de déception dans son regard, Saori se lève tout de même et tente de toucher le clone : 

- Visiblement tu as réussi à le rendre matériel, il manque cependant la conscience et donc son indépendance à ce clone. On est sur la bonne voie. 

Bayant aux corneilles mais avec une certaine élégance, la demoiselle aux cheveux blancs retourne à sa place en regardant Kalida : 

- Repose-toi le temps de récupérer ton chakra et on recommence. 

Kalida s'allonge donc directement dans le sable chaud et remarque que depuis le début, Saori utilise une technique au même moment de façon discrète. Est-ce une des fameuses techniques cachées de son clan pour aider ses partenaires ? C'est discret mais c'est efficace, il est vrai que la rousse récupère bien plus vite en présence de cette femme. Le visage se tournant vers son enseignante, Kalida admire les traits fins de son visage, ce nez délicat, ses lèvres... Pendant un instant, elle se les imagine au contact avec les siennes mais elle reprend vite ses esprits en regardant les nuages. Une frustration commence un peu à naître en elle mais rien de grave pour le moment, elle a clairement l'habitude de vivre avec ce désir charnel quasi impossible. 

Quelques heures plus tard, la rousse se fait réveiller par sa propre canne dans le flanc. Se réveillant doucement, elle se frotte les yeux en s'y foutant du sable au passage. Ce qui provoque un réveil express ou la rousse hurle de douleur en essayant de sortir tous les grains dans les yeux. Soudain, elle se fait attraper le visage par des mains délicates avant de sentir un souffle frais sur ses cils, celui de Saori qui lui retire le sable délicatement des yeux. 

Pendant un instant, les deux se regardent dans les yeux, le genre de moment qui peut créer une certaine gêne mais en l’occurrence, aucune des deux ne l'est. Mais Saori coupe rapidement à la scène en aidant Kalida à se relever : 

- Bien, reprenons. 

Hésitante, voir un peu perturbée, la rousse reprend sa gnaque habituelle : 

- YOSH ! 

Concentrant son chakra comme la première fois, elle met l'accent sur le fait de créer une copie d'elle, que ce soit sa gestuelle, sa voix, ses souvenirs, elle s'investit réellement dans ce clone qu'elle souhaite créer : 

- KAGE BUSHIN NO JUTSU ! 

Comme la première fois, le nuage de fumée apparaît et une personne se tient debout à côté de Kalida. Une personne qui n'est ni plus ni moins que la copie parfaite du phoenix et qui salue d'un geste de la main avec un grand sourire : 

- Yo !

Le sourire se transmet du clone à l'original qui a pour premier réflexe de venir lui serrer la main de manière virile pour tester sa propre force. Évidemment, inutile de vous dire que les deux forcent comme des ânes mais qu'aucune l'emporte sur l'autre étant donné qu'elles ont la même force. Saori, dépitée, et au passage redevenu normal sans aucunes cernes, décide de prendre la parole :

- Bon... Si le clone pouvait aller faire un tour en ville avant de disparaître ça m'arrangerait. 

Une nouvelle fois perplexe, les deux Kalida se regardent dans les yeux avant de faire en même temps un signe d'approbation par un hochement de tête. Le clone s'en va donc faire un tour en marchant correctement sans la blessure de l'original. Puis, après plusieurs minutes, la rousse semble frappée par la foudre en emmagasinant les informations de ce qu'a pu vivre le clone. 

- Oooh, je vois ! C'est comme ça que ça marche ! J'ai compris !

Souriante, Saori la regarde s'exciter toute seule avant de se lever : 

- Bien, maintenant que tu as compris comment on faisait pour un clone, il va falloir que tu m'en fasses un deuxième mais avec la même consommation de chakra que tu viens de faire. 

- Hein ?! Mais... ! Je viens à peine de réussir le premier ! Tu veux pas déjà que je maîtrise ça correctement ? 

Soupirant, Saori la regarde droit dans les yeux : 

- Tu sais le faire idiote, j'ai confiance en ta maitrise de chakra, maintenant il faut que tu en fasses plus ! Plus tu feras de clone et tu diviseras ton chakra de manière équitable, et plus les clones te seront utiles pour faire des tâches qui te prendront normalement soit du temps soit impossible en temps normal. Ils pourront aussi exécuter tes techniques, ou aider à les faire ! Donc fais ce que je te dis ! Dans tous les cas, j'ai autre chose à faire. 

Le bruit de ventre de Saori se fait alors entendre, ce qui la fait doucement rosir de honte tandis que Kalida la regarde un peu gênée : 

- Euh... Je t'invite ?

Se grattant l'arrière de la tête, l'Akayuki a bien envie d'en apprendre plus sur cette curieuse femme qui s'est donné l'objectif de l'aider. Un peu surprise par l'invitation, Saori accepte sans rechigner et voilà les deux femmes dans un quelconque restaurant du village en attendant leurs plats respectifs. Intriguée, la rousse entame la conversation : 

- Dis-moi, j'ai toujours cette impression que tu ne me dis pas toute la vérité sur tes motivations. Je me trompe ? 

Saori la regarde un peu surprise par cette question avant de regarder dehors : 

- Tu t'es confié à moi sur le terrain d'entraînement, j'imagine que je peux faire de même... Vois-tu, je fais partie de cette « classe » de personne qui n'a pas les compétences requises pour être sur le terrain. Ou du moins, les missions à longue durée. Mon chakra se consomme à une vitesse hors norme, mes réserves, à l'inverse des tiennes, sont plutôt limitées. Ce qui veut dire moins de techniques, donc moins de jutsu de soutien ou de soin... 

Kalida la regarde avec un air de compassion, comprenant peu à peu le tableau qui se dessine devant elle, prenant la parole : 

- Alors, tu décides d'aider ceux qui peuvent faire ce que toi tu ne peux pas... ? Mais qui sont les idiots qui te disent que tu ne peux pas ? C'est injuste ! Tu...

La rousse se fait brutalement couper la parole par Saori qui prend un ton grave : 

- Je ne veux pas de ta pitié ! 

Sur le coup, Kalida reste muette, détournant le regard de Saori qui visiblement a les ongles quasiment plantés dans la table. C'est la première fois qu'elle voit cette femme en position de faiblesse : 

- Je me suis moi-même retiré, étant plus utile ici, au village... C'est un dur choix que j'ai fait, ne vient pas remuer le couteau dans la plaie avec de belles paroles.

Le regard rempli de regret, Saori se lève en laissant la monnaie du plat qu'elle a commandé et s'en va, laissant Kalida seule sur place. 

- On se revoit une autre fois...



Techniques à apprendre :
 
Revenir en haut Aller en bas
Akayuki Kalida
Akayuki Kalida
Suna no Chunin
Messages : 284
Date d'inscription : 28/07/2020
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG B
Ryos: 210
Expérience:
The best of you [SOLO] Left_bar_bleue640/1200The best of you [SOLO] Empty_bar_bleue  (640/1200)
Re: The best of you [SOLO] Jeu 17 Déc - 20:37
Akayuki Kalida


The best of you [SOLO] BB054CDB2BE8C55BC916529254C764CDEE7830BF
The best of you






Les yeux rivés vers le plafond, les deux mains sur le bord de sa couverture, Kalida reste pensive sur ce qui a bien pu se passer dans la tête de Saori la dernière fois. Ça fait plusieurs jours maintenant que la demoiselle l'a laissé en plan dans ce restaurant. La rousse a beau venir tous les jours patienter au terrain d'entraînement en espérant voir ces cheveux blancs comme nul autre pareil, ça c'est toujours soldé par un poireautage en bon et du forme.

Le soleil perce doucement les ténèbres de la chambre à travers les stores de la fenêtre, Kalida n'a presque pas dormi, le seul moment ou elle a réussi à dormir, la demoiselle s'est imaginée en train de danser une valse avec Saori, ce qui l'a hautement perturbé. Et elle peut maintenant oublier l'idée de fermer les yeux., le domaine Akayuki commence doucement à prendre vie avec notamment un chantier de rénovation pour quelques bâtiments suite à une tempête de sable.

La demoiselle se redresse doucement, nue comme un ver, et commence à se lever en se grattant l'arrière de la tête. Elle enfile au moins un caleçon pour cacher ses fesses et se dirige vers la salle de bain en lâchant un habituel rot matinal. La routine habituelle s'impose avec le brossage de dent, la douche et un peu de sport pour réveiller le corps sans pour autant le faire transpirer. Enfin, du sport, tout sauf sa jambe folle pour le moment.

Elle attrape sa canne de marche et sort de son appartement pour rejoindre la rue. Visiblement, pas mal de monde se dirige vers la place centrale du domaine. Le marché est sans doute ouvert avec les arrivées des derniers voyages des marchands qui amènent les ressources pas spécialement disponibles dans le désert. Un homme avec une magnifique moustache en bacchantes revient d'ailleurs avec un achat assez étrange, une chèvre, sans doute pour en boire le lait. La rousse vient tout de même à se poser la question du « comment elle va se nourrir la chèvre ». En plein désert, l'herbe est manquante, la pauvre bête risque de ne pas avoir la meilleure des vies. Au pire, elle finira par remplir l'estomac autrement...

Kalida retourne donc sur le terrain d'entraînement malgré ses tentatives récentes, au moins, elle peut toujours s'entraîner un minimum à maîtriser qu'un clone, mais les conseils avisés de Saori occupent tout de même une part importante dans cet entraînement. Et en quelque sorte, c'est elle qui motivait la rousse à s'entraîner à autre chose que le Taijutsu et le Nintaijutsu. Mais quelle ne fut pas la surprise de la kunoichi en constatant la présence de son entraîneuse assise sur le banc comme si de rien était. Ne voulant pas remuer le couteau dans la plaie, l'infirme s'avance avec un timide :

- Salut, ça va ?

La femme aux cheveux blancs se contente d'un signe de la tête avec un poli mais froid :

- Très bien, on peut reprendre.

Même pas elle a demandé par politesse si la rousse va bien, cette dernière semble un peu triste sur la situation et retourne donc s’entraîner à canaliser son chakra. Seulement, la désagréable impression de distance provoquée par Saori déclenche un blocage chez Kalida qui n'arrive pas à se concentrer et à malaxer correctement le chakra pour faire de bons clones. Chose que l’entraîneuse remarque tout en prenant la parole :

- Il y a un soucis ?

La rousse soupire en la regardant dans les yeux :

- Je m'excuse... Pour la dernière fois, je... Je voulais pas te blesser.

Saori reste silencieuse en la regardant quelques secondes avant de détourner le regard :

- Ce n'est rien, tu ne pouvais pas deviner ma réaction.

- Tu... Tu veux bien redevenir comme tu étais ? Avant ça ? Te voir aussi froide, aussi distante, ça m'aide pas.

La femme soupire donc avant de se lever, levant la main puis, de manière hésitante, la dépose délicatement sur l'épaule de l'infirme en la regardant dans les yeux de manière sincère et plus douce :

- Tu n'as rien fait de mal, tu n'as pas à t'excuser, c'est à moi de faire de plates excuses pour t'avoir laisser en plan pendant tout ce temps. Je suis désolé.

Les yeux dans les yeux, le temps semble se figer l'espace de quelques secondes et les regards des autres ninjas se tournent vers les deux femmes qui semblent tout de même assez proche physiquement. Remarquant ça, Saori toussote un peu avant de tapoter l'épaule de Kalida avant de revenir à sa place avec un petit sourire malicieux :

- Bien, reprenons très chère.

Se concentrant avec cette fois-ci l'appui de Saori, la rousse se concentre pour avoir une parfaite gestion de son chakra et exécute la technique une nouvelle fois :

- Kage bushin no Jutsu !

Comme d'habitude, le nuage de poussière se lève avec cette fois-ci un deuxième clone, cependant, Kalida semble avoir mal jaugé le chakra et se retrouve en train de tituber avec sa canne avant de commencer à tomber. D'un mouvement-éclair, Saori la rattrape avant qu'elle ne choie et rigole un peu :

- C'est bien Kalida, t'en fais pas, t'as réussi.

Les deux clones se regardent en se demandant si on parle à elles puis s'amusent entre elles en faisant un Jankenpon. L'original rigole un peu avec des paupières lourdes et admire Saori :

- On va peut-être retravailler ça quand même cette fois...

La femme aux cheveux blancs rigole doucement de bon cœur avant de prendre soin de sa camarade afin qu'elle puisse aisément récupérer son chakra. Le reste de la journée se passe merveilleusement bien pour le coup et Kalida finit par contrôler un peu mieux sa consommation de chakra pour les deux clones. Cependant, c'est maintenant que le véritable défi va commencer...



Techniques à apprendre :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.