:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La belle et la bête pv Hatoto

Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 145
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 597
Expérience:
 La belle et la bête pv Hatoto  Left_bar_bleue700/1200 La belle et la bête pv Hatoto  Empty_bar_bleue  (700/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










La belle et la bête





En route pour de la distraction ! Enfin, si on veut… Après avoir enchaîné d’innombrable missions, le senkage m’en donna une qui avait des allures de vacances. Une récompense ? Peut-être, je le savais sympathique, mais pas à ce point. Surtout que les objectifs n’étaient pas vraiment compliqués. Je touchais, par réflexe, le rouleau de mission à l’intérieur de ma veste, et me remémorais ce qu’il contenait.

Mission : Obtenir des informations
Lieu : Côte verdoyante des sources chaudes, Ville touristique de Fukuda
Objectif : Analyser les potentiels économiques de la ville, pour un éventuel accord commercial. Obtenir toutes informations utiles pour la sécurité et pérennité d’Uzushio.

Et rien de plus. Je n’avais pas tout de suite saisie son sourire lorsqu’il m’avait tendu le parchemin, mais maintenant oui. J’allais être dans l’obligation de trainer dans des endroits à forte attraction économique, ainsi que dans d’autres où l’on peut trouver des informations sur tout et n’importe quoi… Autant dire, j’allais profiter des bains et des bars pendant ces trois prochains jours !

Le trajet fut tranquille. On me donna des quartiers sur un bateau de commerce. Il fit quelques haltes sur les côtes du Pays du feu, mais je ne descendis pas. Je ne voulais pas risquer un accident diplomatique, ni poser des problèmes aux marins qui m’accompagnaient. Au bout de deux jours, j’arrivais au port. L’entrée sur leur territoire fut particulièrement aisée. Il n’y avait pas de shinobis, seulement quelques gardes d’une milice local. Ne portant aucun signe extérieur d’être un shinobi, je pouvais me fondre facilement dans la masse. Pour le travail qui m’attendait, si on peu appeler ça un travail, se fondre dans la masse et ne pas être étiqueté en tant que shinobi sera plus pratique.
Le village portuaire n’était pas ma destination. Fukuda se trouvait plus loin, à une heure et demie de marche. Néanmoins, je pris le temps de visiter cette petite bourgade. C’était un petit port de commerce, je crois, si mes souvenirs sont bon, qu’il y en avait quatre dans cette région. Les autres étaient surtout des ports de pêches, ou de plaisance. Et justement, un de mes objectifs étaient de voir si ce port pouvait supporter l’arrivée de nouveau bateau, et donc une plus grande fréquence de voyage, sans trop de travaux. Je regardais les quais, et pu constater qu’en effet, il sera possible, avec seulement quelques aménagements, de créer une autre aire d’amarrage, afin de faire transiter des touristes. Car c’était bien cela le but, amener et transférer des touristes entre uzushio et Fukuda, et favoriser l’économie des deux pays. Après avoir fini d’analyser ceci, je passai en revue quelques boutiques. Je m’arrêtai même dans une de véhémente et achetai une petite cape, ou un poncho. Il faisait un peu plus froid ici qu’a uzushio, et le vent marin n’arrangeait rien. Ce vêtement, en grosse laine et aux couleurs de la région, me permettait d’être plus au chaud. Bon, plus de temps à perdre, me voilà équipé pour reprendre la route !


[Fukuda]

Je mis les pieds dans la ville en milieu d’après-midi. Le soleil commençait sa chute et flirtait timidement avec les vertes montagnes, à l’horizon. La ville, elle, semblait s’animer de plus en plus. Des bars et autres établissements du même genre se préparaient à ouvrir. Je traversais l’artère principale, en regardant à tout autour de moi. C’était une magnifique ville, adossée à un massif rocheux, où se trouvaient d’innombrable et réputées sources chaudes. La ville elle, descendait le long de la montagne, et rejoignait la route qui menait au port, et qui continuait à s’enfoncer dans la région. Entouré de forêt, et composé principalement de bois, Fukuda donner l’illusion d’être une cité d’un Noble clan. Les seuls monuments en pierre étaient les petites murailles et tour qui protégeaient la ville. Protéger contre quoi ? La région n’était pas très dangereuse, et les miliciens étaient souvent envoyé en garnison ici. Et tant mieux, car je n’avais aucune arme, et ne voulais pas me combattre ici. La rue principale, où je me trouvais, partait des portes de la ville jusqu’au premier escalier, qui annonçait l’arrivée dans le quartier des bains. De part et d’autre de cette rue s’échappaient des petits chemins menant à des petits quartiers d’habitation, ou autres endroits festifs qu’il ne faut pas montrer au premier plan.

J’avançais doucement, en prenant le temps de regarder si une boutique m’attirait plus que d’autre. Des groupes d’adolescent passèrent devant moi, à la limite de me cogner !

-Excusez-nous m’sieur !

Je leur souriais, en leur faisant signe que ce n’était pas grave, mais mon premier réflexe fut de regarder si j’avais toujours mon argent. Et c’était le cas. Je me dirigeai vers ma droite, direction une petite échoppe de souvenir. Je pourrais peut-être ramener quelque chose à Sasaki-senseï, ou même pour tous les dragons, afin de décorer un peu notre bâtiment. J’avais largement de quoi me faire plaisir ; entre mes premières années à la garde d’Uzushio, et les missions faites récemment pour notre village…
Je restai une quinzaine de minutes dans cette boutique, avant d’acheter un dragon en bois massif sculpté. Il était de bonne taille, et serait magnifique sur la cheminée de la grande pièce. Je sortis alors un sac à la main, avant de me diriger à un petit stand de nourriture, et pris deux petits bâtonnets de calamar grillé. Tout en avançant, je mordis dedans à pleines dents. Je continuai de faire ce petit manège une bonne heure, avant de me décider de prendre une chambre, dans un hôtel assez réputé.
Ainsi, j’aurais un pied-à-terre dans cette ville, et de plus, je pourrais poser tous mes sacs de mes achats ! La présence de deux soldats devant l’hôtel était gage de sécurité. Malheureusement, ça diminuait aussi mes chances d’entendre des rumeurs ou autres informations croustillantes… Ici, il n’y aurait que des gens assez riches et qui savent se tenir, ils seront bien trop déconnectés du peuple.
Je ressortis, habillé de mes nouveaux habits en laine, afin d’être bien au chaud pour cette soirée. Par chance, à quelques dizaines de mètres, se trouvait un bar où l’ambiance semblait électrique. Il ‘n’était pas vingt heures, et pourtant l’on entendait déjà du bruit, des cris de joie, de la musique. Bref, un bon endroit pour ce que je cherche !

Une fois les portes franchis, je pus voir un spectacle pour le moins amusant, ou désolant si j’étais en charge de la sécurité. Des verres renversés, des hommes et des femmes chantant à tue-tête, des individus couchés au sol, d’autre dansant sur les tables. Je ne pus retenir un sourire amusé. Je me frayai un passage jusqu’au bar, et m’installai sur une chaise haute, à côté d’une touffe rousse, appartenant à quelqu’un qui avait visiblement trop bu.
Je commandai, après quelques minutes d’attendre, un verre de vin, pour commencer la soirée en douceur. Le verre à la main, je l’apportai à ma bouche tout en me retournant sur mon siège, afin de pouvoir observer la salle. Quand tout d’un coup, je le ressentis. L’individu roux venait sûrement de reprendre conscience, puisque je sentis, sans être senseur, une aura de chakra émané de lui. Et assez pour presque me faire paniquer. Curieux, je le regardais. Il avait sûrement aussi ressenti ma présence et mon chakra.


▬Heu, monsieur, vous allez bien ?!



J’engageais timidement la conversation après avoir vidé mon verre, tout en retenant mon acolyte qui penchait dangereusement.



Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
La belle et la bête
 

La solitude était le sentiment le plus difficile à combattre, il s'agissait là d'une sensation pour le moins étrange. Certains succombaient à la folie, l'amertume ou encore la mélancolie. Tout ceci dans le seul but de trouver une excuse à leur isolement. Pour ma part, rien de tout ça n'avait d'importance. Pourtant, parfois encore, je la ressentais. Cette solitude, cette peine, cette douleur. Cela faisait des années que cette femme était morte et pourtant il m'arrivait encore de penser qu'elle était encore là. Pourquoi ? Pourquoi après toutes ces années de combats acharnés il m'arrive encore de me sentir de la sorte ? C'était une question à laquelle je ne pouvais pas répondre pour le moment en tout cas. Il s'agissait là de la principale raison qui me poussait à sombrer encore de temps à autre dans l'alcool. C'est d'ailleurs pour cela que je me trouvais dans cette ville touristique. Elle semblait être bien plus animé que tous les petits villages qu'il m'avait été donné de visiter. Les enfants couraient en riant et jouant, les adultes se promenaient en se tenant par les bras, un sourire sur le visage. Ces gens-là ne devaient pas avoir connu la guerre, la mort ou la peur. Ils semblaient se croire en sécurité totale, alors qu'il n'en était rien. Certes, il y avait des gardes et autre, mais un shinobi comme moi n'aurait pas de mal à tous les tuer et raser ce village. Heureusement pour eux, ce n'était pas dans mes objectifs.


Au loin se trouvait un petit bar qui semblait être bien animé, l'endroit parfait pour se fondre dans la masse et s'alcooliser. Mes maigres ryos allaient sûrement tous y passer cette nuit, il n'était que 17 heures et cette dernière s'annonçait longue. Je pénétrais lentement dans le lieu, les gens étaient tellement occupés à s'amuser et boire que presque aucun ne remarqua la présence d'un nouvel arrivant. Le bar se trouvait en face de moins à quelques mètres, c'est là que mes pas allaient me mener. Tranquillement je venais de m'asseoir tandis que d'un geste de main j'appelais le tenancier. Le premier verre venait d'être commandé, à peine il fût posé que mes mains le portèrent à mes lèvres pour en vider le contenu. C'est ainsi que très rapidement les récipient contenant le précieux liquide s'enchaînèrent. C'était le début de la descente, bientôt, la mélancolie, la tristesse et la solitude allaient laisser place à l'idiotie, l'oublie et l'amertume.


Je ne savais pas depuis combien de temps mon corps se trouvait en ces lieux, mais ce qui était sûr c'est que j'avais bu assez de verre pour être totalement saoul. Ma vision était trouble, mes gestes incertains et ma bave incontrôlable. D'ailleurs quelques gouttes venaient de tomber sur le comptoir, par chance personne ne s'en était aperçu. D'un simple coup allant de gauche à droite avec ma manche je venais de nettoyer la scène de crime tandis que des paroles venaient briser ma quiétude. Il m'était impossible de savoir d'où elles venaient, tant mon corps tanguait à chacun de mes mouvements. C'est à ce moment qu'une main semblait se poser sur moi, à ma droite, non à ma gauche. Doucement ma tête venait de se tourner pour observer cette personne, il s'agissait vraisemblablement d'un homme. Pourquoi ? Pourquoi me parler ou se mêler des affaires d'inconnus ? Les gens de cette ville étaient vraiment impressionnants dans leur insouciance. Est-ce que j'allais bien ? Et bah... J'avais du mal à contenir mon flux de bave, mon corps menaçait de tomber à chaque geste et par-dessus tout, j'avais soif.


"Hmmmmm.... T'es qui toi ?"


J'avais eu beaucoup de mal à prononcer ces mots, tandis que d'un geste de main j'appelais le tenancier pour commander un verre d'eau. Oui, je devais vraiment être saoul pour commander cette immonde boisson. À vrai dire le taux d'alcool dans mon sang était tel que l'inconnu m'était déjà sorti de la tête. Mes yeux tentèrent de se concentrer sur cette personne pour en apercevoir les possibles traits. C'est à ce moment que d'un coup mon corps tout entier venait de se lever avec précipitation pour sortir du bar. Par chance j'avais réussi à courir dans une petite ruelle à droite pour y déposer ce liquide appeler vomit. Cela faisait des années que ça m'était pas arrivé à vrai dire, voir une éternité. Lentement mes genoux touchèrent le sol tandis que mes mains rattrapèrent le tout pour m'éviter de tomber dans cette flaque immonde. Ma tête se trouvait au-dessus de la substance à quelques centimètres. J'espérais au fond de ma personne être totalement seul, car cette scène était pour la plus gênante.


"Le monde c'est comme du vomit"


Cette phrase n'avait aucun sens et j'étais bien trop rond pour argumenter ou déposer une thèse sur le monde de vomit. Malgré tout après ça, il m'était déjà possible de me sentir un peu mieux, voir beaucoup. Peut-être qu'il était encore temps de reprendre quelques verres avant de quitter cette ville. Il s'agissait en tout cas de l'idée principale, mais mon corps semblait refuser de répondre. C'est pour cette raison que je me retrouvais assis, dans cette ruelle, adossait à un mur, regardant dans le vide, ou plutôt, dans le vomit.

   
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 145
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 597
Expérience:
 La belle et la bête pv Hatoto  Left_bar_bleue700/1200 La belle et la bête pv Hatoto  Empty_bar_bleue  (700/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










La belle et la bête




L’homme ne semblait vraiment pas dans son assiette. Il gigota avant de demander un verre d’eau, puis de se réfugier dehors en courant. Pour quelle raison avait-il fui ? Je ne le saurais peut-être jamais. Je fis signe au tavernier de me resservir un verre. En attendant que celui soit rempli, je me frayai un passage jusqu’à la fenêtre afin de voir ce qu’était devenu cet homme. Je ne le vis pas, mais vue son état, il ne pouvait pas être aller bien loin.

Après quelques minutes où j’essayais tant bien que mal de m’amuser, le sort de ce pauvre homme obnubilait mes pensées. La musique et les cris des individus auraient dû me permettre de m’amuser et être bien plus à l’aise. Mais quelque chose m’en empêchait. Cet homme avait l’air d’être vraiment perdu et son chakra… Tellement puissant ** Ne lui cherche pas des noises, il est bien plus fort que nous** Je soupirais, mais mon esprit avait raison… **Je sais, mais je veux en savoir plus, reste sur tes gardes au cas où quand même** Il ne me répondit pas, mais je savais qu’il allait prendre garde. Après tout, ma mort amenait aussi à la sienne. Mes verres continuaient de s’enchainer et la musique s’amplifiait, pendant que nous étions de plus en plus serrés dans ce bar.
C’est lorsque j’entendis un éclair s’abattre non loin du village et la pluie qui le suivait de près que je me décidai d’aller à sa recherche. Au moment de partir, le tavernier me rappela pour payer ma part, mais aussi celle de l’étranger. **Eh bien, cette soirée commence bien..** J’en profita pour payer en plus deux bouteilles à emporter, une d’eau et l’autre d’alcool avant d'aller vers la sortie.

Je remontai mon pull et mon écharpe afin d’être protégé le plus possible de la pluie, même si mes cheveux allaient être trempé. Les gros nuages gris laissaient imaginer que la pluie allait durer toute la nuit. C’était étonnant comment la météo avait changé rapidement, mais après tout, nous n’étions pas encore en été, nous étions en train de vivre une des dernières pluies de printemps.

Le sol commençait à devenir boueux, et les rues se vidaient de plus en plus. Les plans de chacun avaient été modifiés à cause de l’orage, forçant les uns et les autres à se réfugier dans les bâtiments les plus proches, ou à courir jusqu’à chez eux. Je n’échappais pas à la règle, la pluie m’avait fait changer mon programme, mais elle n’était pas seul. Je voulais revoir cet homme, m’assurer qu’il aille bien, mais aussi essayer de récupérer des informations. Même si je suis un peu en vacances, je n’oublie pas mon appartenance et savoir d’où viens un shinobi aussi puissant pourrait être utile.

Je ne savais pas par où commençait à chercher, mais je n’en ai même pas eu besoin ; après trois mètres sur la droite, je le vis. Lui, assis à côté de ce qui semblait être son vomi… **Oh mon dieu l’odeur…**
Je m’approchai doucement de lui. Il ne réagissait pas particulièrement à ma présence. C’était-il endormis ? Ou en faisant cela, me montra-t-il qu’il me tolérait ? Une fois assez proche de lui, mais en gardant une distance, par simple politesse, je lui parlai.


▬Il faudrait peut-être trouver un abri non ? Saoul comme vous êtes vous allez finir par vous endormir dehors, et avec cette pluie, ce n’est pas le mieux.

Je m’accroupis néanmoins à côté de lui, lui montrant ainsi qu’il pouvait prendre son temps. Je sentais la boue qui commençait à attaquer mes chaussures, heureusement je n’étais pas à même le sol. Je soupirais légèrement…


▬Je n’ai pas l’habitude de parler aux inconnues, pour être honnête. Mais je n’ai pas non plus l’habitude de prendre des vacances non plus et encore moins trouver un shinobi avec une telle réserve de chakra ici. Alors je voulais continuer dans la nouveauté.


Je glissai devant lui les deux bouteilles, il était facile de remarquer, par leur emballage, qu’il y en avait une remplis d’eau, et l’autre d’alcool. Je le laissais se servir dans celle qui voulait, vu son état il était plus prudent d’arrêter l’alcool, mais il pouvait bien faire comme il voulait, il était grand.
Une poignée de minutes passèrent, avant de nous décider d’agir. La pluie s’intensifiait, et mes vêtements commençaient à s’humidifier.


▬Vous avez un logement ? Vous arriverez à y rentrer seul ou vous avez besoin d’aide ? À moins que vous vouliez retourner au bar ? Oh et moi c’est Akrillo.


Il devait fortement se douter que je fusse un shinobis, néanmoins je taisais mon appartenance, nous ne savons pas s’il a des antécédents avec notre village ou non, et je me devais d’être prudent. Je me relevai d’un coup sec, lissant comme je pouvais mes vêtements en attendant sa réponse.






Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
La belle et la bête
 
La situation était totalement ridicule pour une personne de mon rang. Un ninja à la puissance colossal, simplement assis près de son vomit. La pluie elle-même venait me narguer en m'arrosant de ses gouttes humides. C'était clairement ce qu'on pouvait toucher le fond. Mes pensées étaient remplies d'une tonne d'inepties, de guerre et de paix. Cela faisait des années que je parcourais ces terres avec des projets en tête et pourtant rien de tout ça n'avait encore démarré. C'est comme si au final, tout cela me faisait tellement peur qu'inconsciemment, je sabotais moi-même mes plans. Peut-être que finalement prendre la tête d'un tel projet n'était pas une chose dont j'étais capable. Oui, c'était ce genre d'idées qui étaient en train de traverser mon esprit. L'alcool qui parcourait mon corps n'aidait certes pas à la réflexion, au contraire. C'était comme si le monde entier était en train de tourner à une vitesse folle. Les bruits ne semblaient qu'être des murmures venant de l'autre côté. Pourtant, j'entendais cet homme me parler comme si j'étais un simple inconnu ou son ami. Je le sentais se placer près de ma personne et continuer son discours futile et ennuyeux, mais je ne pouvais pas bouger. C'était comme s'il parlait directement dans ma tête, ses mots résonnaient fortement.


Puis plus rien, le silence, un instant de répis. C'est à peu près à ce moment qu'il posa ce qui semblait être deux bouteilles au sol. À ce moment un éclair éclata, le bruit venait réveiller ce cauchemars. Je me revoyais ce jour, devant ma maison en feu. Sachant que ma future femme était morte, sentant l'odeur du brûler partout. Je me revoyais son corps dans mes mains, encore chaud, encore fumant. À ce moment dans un effort surhumain et d'un geste de main, du cristal venait de recouvrir la rue, enfermant par ailleurs l'homme qui se trouvait à mes côtés. Mon souffle était rapide, mes yeux froids et mon aura meurtrière était palpable. Mon regard venait de se poser sur celui qui venait d'être enfermé, l'envie de tuer elle l'entoura. Il n'avait rien fait et pourtant j'étais à deux doigts de le tuer sans pitié. Quelques secondes plus tard après avoir repris mes esprits le cristal disparût. Baissant la main tout en gardant mes yeux plongés dans ceux de l'homme avant de m'abaisser pour prendre la bouteille d'eau et la boire.


"Désolé pour tout ça, ce sont des vieux démons."


L'expérience devait être traumatisante, mais s'il s'agissait d'un shinobi comme je le pensais, il ne devrait pas fuir. Bien sûr, cela ne comptait pas si jamais il était de faible rang ou lâche. C'était en quelque sorte l'occasion de tester cet homme et ses "bonnes intentions". Il m'était impossible de penser qu'un homme aussi inconscient puisse exister, prendre soin des autres avait tout de même des limites. L'inconnu aurait pu connaître un destin bien plus funeste si mes esprits ne m'étaient pas revenus. Levant la tête vers le ciel, reprenant peu à peu la situation en main, tandis que l'alcool perdait de son effet. Ma main venait de se poser derrière ma tête pour la frotter, un air étourdit sur le visage.


"Et bien... Je n'ai pas pensé à réserver, j'ai l'habitude de dormir dehors ou sur le sol, j'irais très bien."


Après ses mots mon corps s'approcha de celui de mon interlocuteur de façon à n'être qu'à quelques centimètres de ce dernier. Mes yeux venaient de se plonger dans ceux de ce dernier pour l'examiner. J'étais en train d'essayer de comprendre ses intentions, pourquoi faisait-il tout ça pour un inconnu ? S'agissait-il d'un homme tellement puissant qu'il ne connaissait pas la peur ? Ou simplement d'une personne assez idiote pour l'ignorer ? Car pour moi, la peur faisait partie de la vie. Elle permettait de connaître ses limites et de les dépasser, mais surtout, de comprendre ses points points faible et de les éliminer. En attendant, je restais planté là, à attendre la moindre réaction du nouveau. Ce qui était sûr, c'était qu'après l'accidentelle démonstration, il ne tenterait sûrement rien d'idiot.






         

Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Akrillo
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 145
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 597
Expérience:
 La belle et la bête pv Hatoto  Left_bar_bleue700/1200 La belle et la bête pv Hatoto  Empty_bar_bleue  (700/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










La belle et la bête




En une fraction de seconde, je me retrouvai enveloppé dans une sorte de cristal dur. Fraction de seconde dans laquelle je n’avais pas agi. Aurais-je pu ? Peut-être, peu probable, mais j’avais aussi des atouts secrets… Aussi secrets que l’affinité du chakra de cet homme. Je n’avais jamais rencontré quelqu’un pouvant créer des cristaux de tel sorte, aussi nombreux et rapidement. J’en parlerais aux Senseï Miyamoto, peut-être en savent-ils plus. Du moins, si je rentre vivant. C’était mal partie, pourtant je ne voulais pas réagir. J’avais confiance en les hommes, même si je ne devrais peut-être pas… En tout cas, j’utiliserais mes techniques que si l’alcoolique devant moi montrait de l’agressivité. Pour l’instant, il me semblait plus confus qu’autre chose.

Comme je le pensais, après s’être rendu-compte de la situation, il lâcha prise et me permit de me libérer. Ses yeux ne quittèrent pas les miens et je lui rendais son regard. Je restais impassible et neutre. Même si je ressentais un peu de panique, les nombreuses années à s’entraîner avec les Miyamoto m’avaient apprise à cacher ces sentiments et son esprit, notamment en combat. Ici, c’était encore plus facile, puisque je n’agissais pas, je n’avais alors pas à me soucier de mon corps et mon arme, seulement de mon esprit. **Toujours dissocier arme-corps-esprits, jeune Akrillo…** Des vieux souvenirs revenaient, à moins que mon ancêtre c’était réveillé. J’étais alors comme un roc. Je n’émanais pas de sentiments particuliers, mais je laisser l’interlocuteur seul face à moi, seul face à sa propre perception de moi-même.

Il rajouta, après s’être excusé, qu’il n’avait nulle part où dormir. J’avais déjà fait assez d’effort pour quelqu’un qui ne voulait pas être aidé. Tant pis, je lui tenterais une dernière fois, sans vraiment me préoccuper du résultat. Tandis qu’il s’approchait de plus en plus de moi, comme pour humer mon âme, je restais immobile en arquant un sourcil, par curiosité. Il avait passé bien trop de temps dehors, à tel point qu’il commençait à hériter d’attitudes d’animaux… Et pourtant, il ne semblait pas être un Inuzuka ! Je changeai mon attitude en prenant un air sincèrement amical, mais en restant assez sérieux. Je sentais que mon esprit, l’ancêtre centenaire qui était en moi, m’accompagnait dans mes paroles, leur donnant une pointe de sagesse presque anormale chez un individu si jeune.

▬Ne t’excuse pas, nous avons tous des batailles à livrer au fond de nous-même. Et je suis désolé si j’ai malencontreusement ravivé une d’elles.


Mon attitude dénotait un peu par rapport à jusqu’à maintenant. Surement mon côté Miyamoto et professionnel qui ressortait. Tout en me levant, sans le quitter des yeux une seul fois, je rajoutai

▬Néanmoins, sa cacher dans l’alcool et l’oublie n’est pas la meilleure des décisions. Et même si vous avez vécu des atrocités, cette situation ne vous convient pas, elle n’est pas digne de vous, Shinobi.


Je ramenai ma main lentement au niveau de mon cou, afin de prendre mon collier, et je tirai un coup sec afin de le décrocher. A l’intérieur de ma paume se trouvait une sphère de Jade, valant son pesant en ryos. Je me mis en face de l’homme et m’accroupis pour re être à son niveau. Je le regardais dans les yeux, tout en plaçant le collier sur la bouteille d’alcool, restée au sol.

▬Mais c’est à vous de prendre vos décisions. Vous pouvez continuer comme ceci, si votre vie vous convient et partir re acheter de l’alcool… Ou bien vous reprendre en main, vous pourriez faire tellement de choses…. Rester assis dans son vomi est sûrement tout en bas de toutes vos possibilités.


Je me relevai finalement, tout en décrochant un bâillement.

▬Mais bon, qui suis-je pour parler ? Juste un jeune Homme idéaliste ? Peut-être… Quoiqu’il en soit, ce monde est déjà assez fou et dangereux comme ça… Ne le devenez pas encore plus.


Je regardais une dernière fois mon interlocuteur, en lui souriant franchement, puis détourna enfin mes yeux de celui-ci. Je pris finalement la direction d’où j’étais venue. Il pouvait, s’il le voulait, continuer de me parler ou me rattraper, j’entendrais tout. Mais vue comment il avait agi jusqu’à maintenant, cacher dans sa carapace, ça m’étonnerait qu’il le fasse.



Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.