:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB]

Invité
Invité
Invité
Dîner morbide
Kayaba Akihiko

Deuil

Cimetière de Suna


Je me trouvais silencieusement dans le cimetière de Suna, avec Sora, mon petit frère. En effet, nous étions venus, comme tous les mois nous recueillir sur la tombe de nos parents, morts au combat il y avait déjà six mois. Six mois que nous vivions seuls et que j'étais partie avec une équipe d'élite pour nous venger. Six mois que mon maître était mort, en me protégeant... Encore maintenant, il m'arrivait de faire des cauchemars, revoyant la scène, le couteau se plantant dans son corps, puis le noir absolu. Plus rien. Suite à cette mission, j'avais été nommée Jônin du village. Une kunoichi d'élite, donc. Autant dire que la charge de travail était incroyable et les missions étaient biens plus dures. Mais je tenais bon, pour le village, et pour Sora aussi.

- Rentrons, Sora. Il se fait tard.

Tout en ébouriffant avec un léger sourire les cheveux de mon petit frère, je commençais à me diriger lentement vers la sortie du cimetière. Il y avait énormément de pierres, tant des civiles que des ninjas. Il faut dire que le désert était un endroit rude te impitoyable, il n'y avait que les plus forts qui pouvaient espérer y survivre. Je prenais donc par la main mon petit frère, alors que nous étions proches de la sortie quand soudain...

- Mes respects, Haut Conseiller...

Kayaba Akihiko, le Haut Conseiller de Suna et également un Jônin du village, tout comme moi. Enfin, il avait beaucoup plus de poids à l'intérieur de ses murs, ce qui était normal. C'est pour ça que je m'adressais de manière aussi formelle à lui. Respect du protocole. Après, s'il souhaitait que je lui adresse plus simplement la parole, il lui suffirait de me le demander, comme à chaque fois. Ainsi, il avait été aussi là pour se recueillir ? Remarque, ce n'était pas si étonnant. Dans le village, tout le monde avait au moins perdu un proche, si ce n'est plus. Au final, je ne le connaissais que peu et sa vie personnelle ne m'intéressait pas plus que ça. En revanche...

- Incroyable ! Vous êtes Kayaba Akihiko ? Le Haut Conseiller et Jônin ? Je suis votre plus grand fan ! Je peux avoir un autographe, s'il vous plaît ?

Mon petit frère semblait plus que l'apprécier. Il adorait en effet ce dernier et faisait tout pour faire comme lui. Il essayait même de reproduire sa chevelure et son style vestimentaire, ce qui me désolait un peu, je devais l'avouer. En tout cas, Sora semblait surexcité tandis que je gardais une mine impassible, cherchant une échappatoire à cette situation plus qu'ennuyeuse...

- Alors, comment se déroule le travail en ce moment ? Avez-vous des informations sur une possible alliance entre Suna et le Clan Tohsaka ?

Un sujet comme un autre. Pendant ce temps, Sora continuait de regarder Kayaba, des étoiles plein les yeux. C'était assez embarrassant et j'espérais qu'il allait vite cesser.

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Kayaba Akihiko
Kayaba Akihiko
Suna no Jonin
Messages : 347
Date d'inscription : 21/05/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Haut Conseiller - Jônin - rang A
Ryos: 863
Expérience:
Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Left_bar_bleue900/2000Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Empty_bar_bleue  (900/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
RP 01
DÎNER MORBIDE
Just tonight


Douze ans. Cela faisait déjà douze ans qu’Aika avait été retrouvée un triste matin, gisant dans son propre sang sans qu’aucun indice n’ait été trouvé. Douze années que le village avait perdu un être formidable et prometteur. Cela faisait également autant de temps que le Haut-Conseiller de Suna ne s’en était pas remis et qu’il pensai à elle à longueur de journée. Une blessure qui ne guérirait jamais était ce qu’il y avait de plus destructeur, même s’il montrait le contraire à tout le monde.
Aussi se rendait-il tous les soirs, dans la mesure du possible, sur sa tombe afin de s’y recueillir, « d’échanger » avec elle. Mais cela n’était pas tout le temps le cas. Lorsqu’il partait en mission, il était fatalement bien trop loin du cimetière pour le faire. De ce fait, il prenait toujours un certain nombre de cierges et une photo de sa défunte fiancée pour s’adonner à son rituel.

« Après tout ce temps ? » lui demandait souvent la seule personne en qui il avait pu trouver un minimum de réconfort. « Toujours... » répondait-il à chaque fois. Le désespoir l’avait souvent guetté mais grâce à cette épaisse carapace, jamais Akihiko n’avait sombré. Sur le fil du rasoir, l’idée de la rejoindre lui avait souvent traversé l’esprit mais il n’en avait jamais eu le courage. Inconsciemment, quelque chose lui était destiné et un jour il trouverait la vérité. C’était d’ailleurs pour ça qu’il n’avait probablement pas franchi cette ligne : il ne pouvait pas partir en paix. La femme qui n’avait d’yeux que pour lui s’était légitimement demandée pourquoi il ne tentait pas de véritablement faire le deuil et de passer à autre chose, de tourner la page (sans pour autant l’oublier). Ce à quoi il citait automatiquement un grand hauteur des temps anciens qui pourrissait probablement de l’autre côté des lointaines dunes au sud du village :
« Doutez que les flammes ne soient de flamme
Doutez que le soleil n’accomplisse son tour
Doutez que la vérité soit menteuse infâme
Mais ne doutez pas de mon amour.
J’aimais Aika. Quarante mille frères ne pourraient pas, avec tous leurs amour réunis, parfaire la somme du mien. »


Comme tous les soirs, le Sunajin se rendait vers le cimetière pour s’y recueillir. Cigarette à la bouche, il ne s’attendait pas à croiser qui que ce soit. Les nuits se faisaient de plus en plus fraîches et, surtout, il était l’heure de se mettre à table. Le Jûnin n’avait pas si faim que ça. De toute façon, il devait rejoindre Hakaze et son clan un peu plus tard pour participer à une « soirée » avec elles. Il n’avait pas vraiment la tête à festoyer mais il se disait que peut-être cela pourrait lui être bénéfique. Ce n’est pas comme s’il avait quelque chose de mieux à faire, de toute façon.
Alors pourquoi se rendre au cimetière lorsque tout le monde était censé être occupé ? Afin de ne croiser personne, justement. Officiellement, aucun proche du Kayaba n’avait été déploré au cours de ces quinze dernières années. Pas même un homme de mains. Il n’avait alors aucune raison de vouloir s’agenouiller face à un autel et parler mentalement. Cela n’avait aucun sens.
A vrai dire, personne n’avait été au courant de sa relation avec Aika. Pas même sa mère adoptive ni son meilleur ami. Encore une fois, la seule personne avec qui Aikihiko pouvait se comporter relativement normalement était Hakaze. C’était là la seule personne vivante avec qui il n’intériorisait pas, à qui il se confiait et avec qui il se sentait bien. Ce n’était pas seulement par rapport à sa relation tabou qu’il intériorisait, d’ailleurs. Il avait été forcé de toujours masquer ses émotions à cause de son paternel qui l’avait toujours maltraité. Au fond de cette cave sombre et humide, il n’avait pas même le droite de sangloter et d’exprimer la moindre once de tristesse ou de peur. Rien. C’était un mal-être qui le suivait depuis tout ce temps et dont il ne s’était pas débarrassé. Peut-être même n’en avait-il pas envie.
D’un côté, cette facette avait aussi ses avantages. A ne rien ressentir et ne rien montrer, manipuler la plèbe était un jeu d’enfant ; il suffisait au blond de s’adapter à son auditoire et de leur faire entendre ce qu’il pouvait pour bénéficier de leur aide. Basique et loin d’être l’idéal que l’on pourrait s’imaginer, peut-être. Mais en attendant, cela avait toujours fonctionné et c’est pour cette raison que le Kazekage suivait le moindre de ses conseils : le Kayaba connaissait trop bien la psychologie humaine et l’art de la manipulation pour se priver d’un tel atout. Sans oublier son esprit stratégique et l’intelligence qu’il avait pu démontrer à de nombreuses reprises…

Malheureusement, deux personnes ne semblaient pas du même avis. Alors que la nuit tombait et que le Haut-Conseiller passait la porte du cimetière, une voix qui ne lui était pas si inconnue se fit entendre. Celle d’une Jûnin qui n’avait aps non plus eu une vie facile : Yoshizaki Hikaru. Probablement venue afin de se recueillir sur la tombe de ses parents, elle semblait être d’humeur à partir de là. Ce que le blond ne savait pas, c’est qu’elle n’était pas seule. Et son acolyte n’était pas des moindres… En effet, il avait toujours été en admiration totale devant Akihiko – chose qui le faisait sourire. L’innocence des jeunes n’aurait de cesse de l’étonner. Ne s’en préoccupant pas plus que ça, il continua sa marche lugubre et passa inévitablement près d’eux. La jeune femme le salua formellement et donc avec respect. Faux sourire aux lèvres, il lui adressa un hochement de tête.

Bonsoir, Hikaru.

Le plus jeune enchaîna directement en lui posant plusieurs questions à propos de lui et son statut. Etait-il vraiment Kayaba Akihiko, le Haut-Conseiller ? Ce gosse ne devait aps avoir plus de cinq ans, c’est alors avec étonnement qu’Akihiko le fixa. A cet âge-là, on n’idolatrait certainement pas un homme tapi dans l’ombre qui n’était que, d’apparence, bon à prodiguer des conseils aux Kage et s’adresser à la foule de manière à s’en servir sans vergogne par la suite. Mais il remarqua rapidement que les deux se ressemblaient un peu ; le petit frère avait les cheveux bien plus longs que la dernière fois qu’ils s’étaient rencontrés et il portait également une veste un peu trop similaire.
Le Kayaba rit légèrement en entendant la dernière question de ce dernier. Un autographe ? Mais dans quel moment avait-il atterri. C’était bien la première fois qu’un fan se présentait à lui, tiens. Il s’approcha alors de lui et se mit accroupi pour lui ébouriffer les cheveux, toujours souriant.  

Cela aurait été avec un malin plaisir, Sora mais tu vois... 」 Il fit mine de fouiller dans ses poches. 「 Je n’ai pas de stylo sur moi. Cela sera pour une autre fois ! 」 Il ralluma alors sa cigarette. 「 Mais dis-moi… Tes cheveux n’auraient pas un peu grandi depuis la dernière fois que je t’ai aperçu à l’épicerie ?

Il se redressa lorsque la grande sœur prit de nouveau la parole. Sujet sensible, elle souhaitait avoir des informations sur une potentielle alliance entre Suna et le clan Tohsaka. Honnêtement, le Haut-Conseiller ne s’était pas encore vraiment posé la question et à cette heure-ci, il n’avait pas la tête à penser à son travail. Tout ce qu’il voulait, à la base, était passer un peu de temps « avec » Aika avant de se rendre chez les Kusaribe pour se détendre. Rien de plus. Autant dire que la curiosité de la jeunette était quelque peu dérangeante à cette heure-ci mais il n’en fit rien et continuait de sourire, les yeux sautant de Sora à Hikaru, et inversement.

Informations confidentielles. En parler actuellement n’aurait aucun intérêt de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dîner morbide
Kayaba Akihiko

Proposition

Cimetière de Suna


C'était assez étonnant, de voir le Haut Conseiller aussi amical. Certes, il ne s'agissait pas d'un monstre mais quand même. C'était la première fois que je le voyais comme ça, souriant et riant même, alors qu'il en était en train de discuter avec Sora. Pas d'autographe, donc. Tant mieux, au moins ça allait éviter de retrouver une signature de cet homme dans notre maison. Non pas que je le détestais mais j'avais toujours du mal à comprendre la fascination de mon frère pour lui. Il essayait même de copier son style et c'était assez fatigant parfois, je devais l'admettre. Et le voilà qui allumait sa clope. Mince, il allait falloir que j'aie une petite discussion avec lui, un peu plus tard quand nous serons seuls. Je ne voulais pas que mon frère prenne de mauvaises habitudes, après tout. Le tabac, c'était de la merde.

- Je vois.

En vérité, je m'en fichais un peu, de sa réponse et ça devait se voir sur mon visage. C'était juste pour détourner un peu la conversation, histoire que mon petit frère ne fasse pas ce que je redoutais le plus à cet instant. Je le connaissais ce diablotin et si je lui en laissais l'occasion, alors nul doute qu'il allait en profiter et cette perspective était peu réjouissante, je devais l'avouer.

- C'est pour vous ressembler les cheveux longs ! Je prends déjà de l'avance, héhé. Je deviendrais un ninja aussi grand que vous.

Malgré toute ma volonté, je ne parvins pas à retenir la claque que je me mettais au visage, blasée. Et voilà, on allait sur cette pente.  Décidément, il n'en ratait pas une, Sora et cette conversation commençait à prendre un tournant qui ne me plaisait mais alors, pas du tout. Encore un peu et ça allait devenir vraiment dangereux. Vite, une idée.

- Dans tous les cas, je vous souhaite bon courage. Allez, on rentre Sora, il commence à se faire tard.

Génial, j'allais enfin pouvoir partir d'ici et éviter le terrain miné. Cependant, mon petit frère ne semblait pas de cet avis et avait l'air visiblement décidé. Non, s'il te plaît, tout mais pas ça, je t'en supplie...

- Dîtes, si vous voulez vous pouvez venir manger chez nous ! Hikaru cuisine trop bien, vous verrez !

Merde. Comment se dépêtrer de cette situation gênante. Alors que j'allais inventer une excuse  totalement bidon, pour ne pas avoir à subir ça, j'eus le malheur de croiser le regard de mon petit frère. Ce dernier brillait d'admiration et semblait me supplier d'accepter. Bon sang, je ne pouvais pas lui résister quand il me faisait ce regard. Mince.

- Uniquement si ça vous convient, bien sûr...

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Kayaba Akihiko
Kayaba Akihiko
Suna no Jonin
Messages : 347
Date d'inscription : 21/05/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Haut Conseiller - Jônin - rang A
Ryos: 863
Expérience:
Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Left_bar_bleue900/2000Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Empty_bar_bleue  (900/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
RP 02
DÎNER MORBIDE
The Truth


Il y avait définitivement un gamin qui était totalement en train d’aduler Akihiko au sein même de ce lieu morbide. Un cimetière était un bien drôle de lieu pour une rencontre de la sorte, bien que cela n’étonna pas vraiment le Haut-Conseiller, vu les sombres circonstances de la mort des parents de ce petit bonhomme… Mais aussi du Sensei de sa sœur. Malgré sa carapace, le blond ne pouvait pas rester insensible face aux étoiles qui brillaient dans le regard de Sora. C’est pour cela qu’il était un peu embêté de ne pouvoir répondre à sa requête, ne pensant pas forcément à prendre un stylo pour aller se recueillir.
Néanmoins, la plus grande semblait un peu dans l’embarras. Il était tout à fait compréhensible que cette dernière soit gênée par tant d’admiration envers une personne aussi « banale » que lui. Après tout, personne n’était au courant de son double jeu. Pas même les ANBU. Seule une escouade particulière l’était ; leur but était de le suivre constamment lors de ses pérégrinations en dehors du village afin de garantir sa sécurité lors de missions top secrètes, ou d’effacer les traces de son passage en cas d’infiltration plus ou moins bien réussie.
Aussi ne fut-il pas du tout étonné lorsqu’il vit un certain désintérêt sur son visage une fois qu’il eut répondu à sa question. D’un côté, il préférait cela plutôt qu’une personne trop curieuse qui aurait insisté pour avoir un peu plus d’informations. Là n’était pas son métier ; il avait une obligation de résultat et de moyens, pas de conseil.

Debout, il se recula d’un pas afin de ne pas enfumer le jeune Sunajin. L’inciter à fumer à son âge serait tout sauf une bonne idée. Déjà qu’il lui arrivait de regretter son addiction… Mais il ne pouvait pas arrêter. Pas maintenant. Pas tant qu’il n’aurait pas retrouvé l’assassin d’Aika. De plus, le stress lié aux mauvaises nouvelles quotidiennes n’aidait pas à l’arrêt expéditif de son intoxication. Peut-être qu’un jour il parviendrait à se défaire de ses démons… mais ce n’était pas encore le moment.
Après avoir entendu le commentaire du jeune homme sur sa chevelure, Akihiko ne put s’empêcher de rire. Il ne s’y attendait pas le moins du monde et trouvait cela flatteur, en plus d’être attendrissant. Chacun avait son modèle, sa figure d’inspiration à suivre. Pour certains, il s’agissait d’idéologies. Pour d’autres, de personnes à copier, auxquelles s’identifier. Ou alors de chemins à ne pas suivre du tout. Et c’était là le modèle d’inspiration qu’avait suivi notre héros.

De ce que je vois, tu es un jeune homme plein d’ambition. C’est bien ! 」 Le félicita-t-il. 「 En revanche, fais attention à ne pas tout suivre à la lettre. Forge-toi, instruis-toi, sois toi-même. 」 Il souffla sa fumée au loin. 「 Et fais attention aux mauvaises habitudes de certaines personnes… Hikaru saura te le faire comprendre, j’imagine. 」 Lança-t-il surtout à cette dernière, accompagné d’un regard en coin.

Il lui ébouriffa de nouveau les cheveux et éteint son mégot contre sa semelle et le lança dans une poubelle non loin d’eux. La situation était devenu à deux pas du malaise de son côté. Tout ce qu’il voulait, c’était se recueillir auprès d’Aika et aller se détendre par la suite, pas se retrouver coincé entre une Jûnin avide de vengeance et son fanboy de petit frère. D’un hochement de tête, il voulut leur faire comprendre qu’il était venu le temps de se séparer mais le jeune Sora n’était pas du même avis. Il n’avait peut-être même pas compris le sens de ce hochement de tête. En effet, il venait de proposer au Haut-Conseiller de manger avec eux.  Le regard brillant, il fixait Akihiko et Hikaru. Les deux croisèrent alors ce regard empli d’innocence et  le blond hésitait maintenant. Devait-il accepter ou tout simplement refuser ? Il n’était pas comme eux et n’avait pas les mêmes priorités. Mais faire un clivage social n’était pas forcément la meilleure chose non plus… De plus, briser les rêves et espoirs d’un gamin n’était pas non plus envisageable. Son éthique était peut-être discutable, mais il avait encore un minimum de morale pour ne pas briser un enfant.
La grande sœur prit alors la parole et accepta la requête de son petit frère. Sous réserve que le convié accepte, bien évidemment. Il se retint de ne pas rouler des yeux, soupira de manière inaudible et acquiesça d’un signe de la tête.

Très bien. Néanmoins, je ne m’éterniserai pas après le repas. J’ai quelques affaires à… régler. 」 Avoua-t-il directement.

Plus vite il serait parti, mieux ce serait. Il n’avait pas envie d’être confronté à une Hakaze en furie parce qu’il arriverait en retard alors qu’il lui avait promis de passer la soirée avec elle. Elle était insupportable lorsqu’elle avait un plan en tête et on ne peut plus redoutable une fois en colère. Sans oublier la miséricordieux courroux de la matriarche si elle apprenait que sa protégée était dans tous ses états à cause de ce « foutu Haut-Conseiller de pacotille ». Son impassibilité et son refus de se mettre en ménage avec la petite dernière du clan n’étaient pas très appréciés ni compris par toutes, malheureusement…
Ils se mirent finalement en route pour le centre-ville, là où résidaient Hikaru et Sora. Ce dernier était d’ailleurs logé sur les épaules du plus âgé. Il était un peu tro p collant à son goût mais il n’en fit rien. Lui aussi avait eu cet âge et il aurait préféré passer du temps sur les épaules de quelqu’un plutôt que séquestré au fin fond d’une cave… Il tourna la tête de manière à avoir le petit bonhomme dans son champ de vision et lui sourit.

Bien… Si Hikaru cuisine aussi bien que tu le dis… Quelle est donc sa spécialité ? Tu as attisé ma curiosité, vile garnement.

Bien sûr qu’il faisait tout pour s’attirer les bonnes grâces du jeune Yoshizaki. Il avait toujours pris soin de soigner sa réputation. Pour une fois qu’il pouvait le faire sans manipuler tout le monde, il n’allait clairement pas s’en priver.
Après quelques minutes de marche, le trio parvint finalement à la demeure des Yoshizaki. C’était la première qu’Akihiko y était convié depuis la découverte des cadavres de leurs parents… Un léger pincement au coeur se fit ressentir, mais il s’en débarrassa tout aussi vite lorsque Sora sauta de ses épaules pour s’agripper à la porte.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dîner morbide
Kayaba Akihiko

Aux fourneaux !

Cimetière de Suna


Il riait encore, ce qui était assez étonnant. Finalement, peut-être que c'était quelqu'un de plus sympathique qu'au premier abord. Remarque, avec son poste de Haut Conseiller, il était normal qu'il veuille garder l'air le plus neutre et le plus sérieux afin de garder la stabilité du village. Bah, ce n'était pas plus mal, au moins Sora avait l'air content. Il faudrait que je pense à le remercier, à l'occasion et je fis d'ailleurs un hochement de la tête à Kayaba, en écoutant ses remarques sur l'aspect néfaste du tabac. Il avait totalement raison.

- En effet, ne prend pas cet exemple. Le tabac peut altérer tes capacités de ninja, comme l'odorat ou l'endurance.

Et voilà que je me retrouvais encore une fois à donner une leçon à mon frère. Il faut dire que je n'en manquais jamais une occasion, afin qu'il soit prêt bien avant de venir à l'académie. Il fallait qu'il soit fort pour survivre dans ce monde cruel et heureusement, il acceptait toutes les remarques que je prenais la peine de lui dire. Bien, c'était un bon élève, je devais au moins admettre ça.

- Chouette ! On y va !

Il acceptait donc l'invitation ? Soit, j'allais devoir faire des pieds et des mains pour le satisfaire. Mine de rien, j'avais ma petite fierté en tant que cuisinière et je détestais qu'un invité reparte en n'étant pas satisfait du repas. Attention Kayaba Akihiko, tu vas très bien manger ce soir, je le garantis ! C'est ainsi que nous commencions à marcher dans les rues du village, paisiblement. Heureusement, il n'y avait pas beaucoup de monde dehors à cette heure-ci et c'était tant mieux. Je ne voulais pas que des rumeurs courent à notre sujet, après tout. Le fait de voir Sora sur les épaules du Conseiller était une scène attendrissante et ça me tira d'ailleurs un sourire, ce qui était assez rare pour le souligner.

- C'est un secret, vous verrez bien ! Grande sœur veut pas que je le dise.

Brave garçon, il suivait mes instructions à la lettre. J'aimais particulièrement réserver des petites surprises à mes invités et aujourd'hui ne dérogerais pas à la règle. Encore quelques minutes avant d'arriver enfin en vue de la maison. Parfait, il commençait à faire vraiment sombre et il n'était pas bon de traîner trop tard dans les rues. Non pas qu'avec notre force, quelqu'un puisse réellement nous ennuyer, il est vrai...

- Bienvenue chez nous. C’est un peu austère mais j'espère que ça vous conviendra.

Austère, c'était effectivement le mot. Bien que l'habitation était extrêmement bien éclairée, il n'y avait au final que très peu de décorations. Tout juste quelques photos de famille. Lees meubles étaient simples et l'agencement de la maison se voulait plus fonctionnelle qu'autre chose. Même ma chambre était triste à en pleurer de banalité. Il n'y avait que celle de mon frère qui débordait de vitalité, avec des jouets et des livres un peu partout. Il faut dire que je le gâtais un peu trop, je devais l'avouer avec honte. En même temps, je ne pouvais pas être toujours là et c'était plus ou moins pour me faire pardonner. Enfin, à peine nous étions en train de pénétrer dans la maison que Sora revenait rapidement avec un pinceau et du papier, en regardant Kayaba. Décidément, ce gosse n'en ratait pas une.

- Laisse le respirer un peu quand même et oublie pas de te laver les mains avant de passer à table.

De mon côté, je rangeais mon sabre dans un coin du salon, facilement à portée de main en cas d'attaque. J'avais confiance en ma vitesse, l'une des meilleures du village et la distance restait raisonnable. Puis, attachant un tablier autour de ma tenue, je me dirigeais vers les fourneaux, prête à offrir un véritable festin à notre invité.

- Faîtes comme chez vous, Haut Conseiller.

Tant qu'il ne le dirait pas, je ne me permettrais pas de le tutoyer. Alors que je commençais rapidement à faire la cuisine, sortant les ingrédients dont j'avais besoin, j'écoutais d'une oreille distraite la conversation entre Kayaba et Sora, un léger sourire sur les lèvres. Jusqu'à ce que ce vilain garnement ne pose une question... embarrassante ?

- C'est qui le plus fort entre vous et grande sœur au fait ?

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Kayaba Akihiko
Kayaba Akihiko
Suna no Jonin
Messages : 347
Date d'inscription : 21/05/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Haut Conseiller - Jônin - rang A
Ryos: 863
Expérience:
Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Left_bar_bleue900/2000Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Empty_bar_bleue  (900/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
RP 03
DÎNER MORBIDE
The Truth


Sans surprise, Hikaru rejoint Akihiko à propos des « mauvaises habitudes » qu’il avait mentionnées  auprès de son petit frère. Elle lui indiqua que le tabac était bel et bien néfaste et que cela pouvait même atténuer ses compétences en tant que Ninja. Fondamentalement, ce n’était pas si faux, bien que le Haut-Conseiller n’en avait jamais souffert. Ou presque.
Il approuva les sages paroles de la Jûnin d’un hochement de tête et sourit suite à l’enthousiasme du petit garçon.  C’était quand même pratique d’être une figure d’autorité dans ce village. Les avantages qui en découlaient étaient nombreux, mais le plus flagrant était de pouvoir manger et boire à l’oeil.

Durant le voyage, le blond tenta d’extirper des informations sur la spécialité de sa sœur, mais rien ne sortit de sa bouche. Il en prit note mentalement : si même à cinq ans il ne cède pas une information aussi bénigne qu’un plat, il n’y avait aucun soucis à se faire quant à sa confiance, et celle que les autres pourraient lui accorder. Mais il n’allait pas en rester là. Il était vraiment curieux et n’aimait pas être défié de la sorte. Sa fierté était quand même assez imposante, mine de rien. Mais il n’allait pas tenter dans l’immédiat, il ferait un peu plus tard.
Une fois arrivés à bon port, la maîtresse des lieux lui présenta le logis comme étant austère. Akihiko n’aurait pas été jusque là. Certes, il n’y avait que peu de décorations, mais ce n’était pas choquant venant de Shinobis. Lui-même n’avait jamais trop accordé d’importance aux bibelots et autres attrape-poussière, de toute façon. C’était plutôt le rôle d’Aika et, maintenant, de Hakaze. Cette dernière lui prend souvent la tête à ce sujet d’ailleurs. Elle trouve son appartement  trop morne pour quelqu’un de sa stature. Pour lui, décorer son appartement ne servait à rien puisqu’il n’y était que très rarement. Ou alors il y était avec la femme médecin, ce qui signifie qu’il n‘avait pas trop le temps de prêter attention à la décoration.

Le blond rentra finalement et aperçut du coin de l’oeil le bambin revenir avec une feuille et un pinceau. Il le voulait son autographe et il n’en démordrait pas. Hikaru se mit à l’aise et se dirigea vers la cuisine pour commencer à préparer le repas, suite à quoi elle lui dit de faire comme chez lui. Bien. Il s’assit alors sur une chaise de la cuisine et prit Sora sur ses genoux pour enfin lui faire sa signature. Il se demandait où cette dernière serait accrochée, d’ailleurs. Il était intimement convaincu que ce n’était clairement pas sur le frigo qu’elle serait mise en évidence. Ce n’était clairement pas au goût de la jeune femme, selon lui. Il fit descendre son cavalier pour se lever et aller vers la fenêtre qu’il prit le soin d’ouvrir pour pouvoir fumer. Voyant que le jeune homme le fixait encore, il lui fit un clin d’oeil et lui fit comprendre de partir d’un hochement de tête.  Histoire d’éviter de l’enfumer.
La cuisinière était à l’autre bout de la cuisine. Elle était donc tranquille à ce niveau-là. Par contre, maintenant qu’il était invité à dîner avec elle et son petit frère, il se devait de lui offrir quelque chose en échange. Aussi, il détestait qu’on soit si formel avec lui. De toute façon, ils étaient forcément plus proches que deux simples collègues liés par la hiérarchie puisqu’il mangeait chez elle… Il pensa alors à ce qu’il allait lui « offrir » en contrepartie de son hospitalité.

Par contre, Hikaru. Tutoie-moi. Nul besoin d’être si formelle alors que je vais partager un dîner avec toi et ton frère. 」 Il tira une latte et recracha la fumée par la fenêtre. 「 Toi aussi Sora, je sais que tu m’entends ! 」 S’exclama-t-il en étouffant un rire.

A son appel, le petit sacripant couru jusqu’à lui, ce qui le força à jeter sa cigarette au loin. Faites des gosses, qu’ils disaient. Il s’accroupit une nouvelle fois devant lui et écouta ce qu’il avait à dire… Ou à demander. Et cette question était vraiment très mal venue. En effet, il demanda qui était le plus fort entre les deux adultes. La question pouvait se poser, en effet… Eh bien, il allait lui répondre.

Hum… Tu sais, ta grande sœur est la plus rapide du village. Peut-être même une des plus rapides au monde ! Quant à moi, je n’ai rien de spécial, physiquement. Je suis juste très malin et intelligent. Et je sais très bien maîtriser ton chakra. 」 Il se concentra quelques secondes. 「 Tu vois, par exemple… Il y a dix personnes dans un rayon de cinquante mètres autour de nous. C’est à ça que me sert ma maîtrise. Sinon… Je peux faire apparaître toute sorte de formes d’eau, n’importe où. Même dans le désert. 」 Il s’arrêta quelques instants et lui montra son katana. 「 Comme Hikaru, je sais aussi me battre avec une  lame. Mais je pense qu’à ce niveau elle peut facilement me battre ; elle est bien trop rapide pour moi. 」 Akihiko le laissa analyser toutes ces informations. 「 Alors, selon toi mon petit Sora… Qui est le plus fort entre ta sœur et moi ?

Savoir faire preuve d’humilité était la clé de la réussite. Le seul moyen de faire en sorte que les gens aient confiance en eux pour ensuite aller dans leur sens afin qu’eux ensuite vienne dans le vôtre pour pouvoir leur soutirer tout ce que vous vouliez, sans qu’il ne s’en rende compte. La manipulation, quel art subtile… Mais ce n’était pas le but avec Sora, ni même avec Hikaru. Akihiko savait à quel point cette dernière état patriote et donc dévouée envers Suna. Il n’avait donc pas besoin de lui demander pour qu’elle défende d’elle-même la mètre patrie.
Il avait fait preuve d’humilité pour prouver qu’il n’était pas si froid ou hautain que ce qu’il pouvait montrer. Les gens pouvaient avoir certains a priori sur lui vis-à-vis de sa stature et de son rang. Il faut dire que vu la manière avec laquelle il se comportait avec certains plébéiens… Cela n’arrangeait pas vraiment son cas. Loin de lui l’idée de penser que son hôtesse avait également un jugement pré fait de sa personne, il préférait néanmoins montrer un peu l’humanisme qui pouvait découler de lui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Invité
Dîner morbide
Kayaba Akihiko

Rapport de force

Le tutoyer ? Très bien, si c'est ce qu'il souhaitait. C'était certes un peu plus simple, mais personnellement je m'en fichais. Après, si ça lui faisait plaisir, j'allais m'exécuter. Ce n'est pas ça qui pouvait me déranger outre mesure. D'ailleurs, il disait la même chose à Sora. Même si je ne la voyais pas, je me doutais que cette petite peste devait être aux anges, alors qu'il était là. Et voilà d’ailleurs qu'il était en train de demander à Akihiko quel était le plus fort entre lui et moi. Hum, c'est vrai que ce n''était pas une question facile. Après tout, nous avions chacun nos points forts, même si j'étais une grande spécialiste. Assez pour être, comme il le disait la kunoichi la plus rapide du village, en exceptant notre cher Kage. Mais j'écoutais avec attention la réponse d'Akihiko, réellement curieuse de ce qu'il en pensait.

- Aki a raison, et ce n'est pas simplement une question de vitesse.

Mais je n'allais pas en dire plus pour le moment. Il ne fallait pas dévoiler trop d'informations pour le coup. C'est donc en continuant de préparer la nourriture que j'écoutais ce qui se disait. Ainsi, il posait également la question à mon petit frère ? Bah, je ne pensais pas vraiment que ça soit dans un but caché. Certes, je n'étais pas au-dessus de tous les soupçons, car personne ne l'était, mais il fallait avouer que ma loyauté envers le Sable était à toute épreuve. Plutôt mourir que de trahir le village. Dans tous les cas, Sora semblait réfléchir, pendant que je me permettais de donner mon point de vue. Il n'y avait pas de raison à ce que je ne participe pas.

- De mon côté je ne pense pas qu'il faille raisonner en puissance pure, comme le dit Aki. Ce serait plus un combat pour la distance. Si j'arrive à m'approcher, je peux gagner. Je pense qu'il sera d'accord avec moi.

Oui. Il était bien plus fort que moi à distance te j'étais meilleure que lui au corps à corps. C'était donc une question de distance, rien de plus. Si j'arrivais à m'approcher suffisamment, alors ma lame le trancherait assurément. C'est ce que je pensais, car après tout, j'avais un atout. Un atout secret que personne à par mon petit frère ne connaissait. Sauf que évidemment...

- Je pense que c'est grande sœur qui gagne ! Elle peut utiliser la technique des samouraïs là, quand ils ont leur épée dans le fourreau. Je me souviens plus du nom.

Bon sang. J'avais une terrible envie de le baffer à cet instant présent. Certes, j'aurais dû faire plus attention à ce sujet, lui demandant de respecter assez vague mais bon. C'était fait, c'était fait. C'est tout, il n'y avait pas besoin de dramatiser. Néanmoins, je ne parvins pas à retenir un profond soupir parfaitement audible dans toute la maison. Comme si j'étais ennuyée par le fait qu'il révèle mon atout, ce qui était effectivement le cas. D'ailleurs, je devais bien lui faire comprendre que je n'appréciais pas.

- Tu seras puni de dessert ce soir, Sora ! Ça t'apprendra à dévoiler mes petits secrets.

Après, je faisais parfaitement confiance à Akihiko pour garder cette information pour lui. Il était bien plus malin et savait que ce serait dangereux pour le village, qu'elle soit révélée. Il faut dire qu'un atout pareil, ça ne courait pas les rues et il fallait le préserver, pour éviter des contre-mesures. La préparation avançait plutôt bien. C'était presque prêt et alors que j'étais en train de goûter, histoire de voir si tout allait bien, je repris rapidement la parole. D'un ton plus tranquille que juste avant.

- À l'occasion ça te dis un petit entraînement, Aki ? Je suis sûre qu'on peut en apprendre beaucoup l'un de l'autre.

Il est vrai que ça pouvait être véritablement intéressant. J'avais certainement beaucoup à retirer d’un entraînement avec quelqu'un comme lui. Il ne restait plus qu'à savoir s'il allait accepter. Ce serait pas mal sympa, mine de rien. Mais malheureusement nous ne pourrions pas nous battre à pleine puissance, hors de question d'endommager le village. Le lot classique des puissants ninjas. Plus on devenait fort, plus il était difficile de s’entraîner.

- À table les garçons ! C'est prêt.

J'arrivais donc à la table, tandis que Sora en bon garçon bien discipliné la dressait. Nous allions manger dans le salon donc, comme à l'habitude. Sora était donc à côté d'Aki tandis que je me mettais en face tout en commençant à servir à manger. Il allait m'en dire des nouvelles, de mon curry !

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Kayaba Akihiko
Kayaba Akihiko
Suna no Jonin
Messages : 347
Date d'inscription : 21/05/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Haut Conseiller - Jônin - rang A
Ryos: 863
Expérience:
Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Left_bar_bleue900/2000Dîner morbide [Kayaba Akihiko] [FB] Empty_bar_bleue  (900/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
RP 04
DÎNER MORBIDE
Miss Nothing


Certes, Akihiko avait autorisé les Yoshizuki à le tutoyer. Pourtant, il ne lui semblait pas leur avoir demandé à ce qu’ils utilisenr son diminutif à tout bout de champ. Après tout, les seules personnes à l’utiliser étaient sa mère adoptive, Aika-chan et Hakaze. Même son meilleur ami ne l’appelait pas comme ça ! Mais s’il lui fallait ça pour être un minimum à l’aise et arrêter toutes ces formalités ridicules, alors soit. C’était déjà un poids en moins, d’autant plus qu’il avait le pressentiment qu’ils risquaient de devoir collaborer ensemble à de nombreuses reprises ; les aptitudes au combat de cette dernière étant très intéressantes aux yeux du Haut Conseiller. D’ailleurs, elle confirma ses paroles : ce n’était pas seulement une question de vitesse, ni de puissance à proprement parler. Elle lui vola en quelque sorte les mots lorsqu’elle dit à Sora que la distance jouait également. Le blond hocha la tête en guise d’approbation. Elle avait totalement raison.

 Elle a raison. Par contre, je suis quasiment persuadé de gagner si je parviens à la maintenir à distance. Hikaru est, certes, plus rapide que moi mais j’ai moi aussi quelques cartes dans ma manche... 

En parlant de cartes dans la manche, Hikaru semblait elle aussi en avoir quelques unes en réserves et qui n’avaient été divulguées nulle art, pas même dans ses dossiers. Voilà qui était intéressant. Pas divulguées jusqu’à ce que, bien sûr, le petit frère n’en dise de trop. C’est ainsi qu’Akihiko fut au courant de la technique ultime de son hôtesse. Bien sûr, cela était expliqué avec les mots d’un gosse de cinq ans, mais le simple fait qu’il eut mentionné l’appartenance de cette technique aux Samouraïs suffit au stratège de tout comprendre et d’en tirer sa propre conclusion.

 L’Iaidô.  」 L’aida-t-il alors. 「  Voilà qui me sera fort utile à l’avenir...  」 Marmonna-t-il par la suite avant de regarder la concernée et de sourire. 「  Ne t’en fais pas, je n’en parlerai à personne. Je garde simplement cette information en tête ; elle pourrait m’être très utile lors de nos prochaines conquêtes, si tu vois ce que je veux dire. 

Bien sûr, il faisait référence à l’élaboration de stratégies pour conquérir les différentes nations qui entouraient Kaze no Kuni. Mais il avait raison : grâce à cette technique, c’est elle qui gagnait le duel… en cas de corps à corps. Encore une fois, Akihiko avait lui aussi des ressources dans lesquelles il pouvait puiser pour la maintenir bien loin de lui. Après tout, il pouvait utiliser ses jutsus élémentaires sans aucun mudra. Par conséquent, même s’il était bloqué à cause de l’Iaidô, il avait largement de quoi la renvoyer au loin et prendre de nouveau l’ascendant sur elle. Mais ça, il le gardait pour lui. En aucun cas il n’avait à lui révéler quoi que ce soit… Pour l’instant, du moins.
Finalement, Hikaru punit son petit frère pour ne pas avoir su tenir sa langue. Le conseiller lui fit un clin d’oeil qui voulait dire « viens me voir à la fin du repas, je te donnerai le mien », mais aussi pour embêter un peu la plus âgée.
Suite à ça, elle proposa un entraînement à son convive. Un petit entraînement… Akihiko ne faisait pas dans la demi-mesure et s’ils venaient à s’entraîner, il serait contraint de dévoiler une myriade de ses techniques… et raser tout un décor. Ce n’était pas ce qu’il valait le plus le coup à son goût, mais soit. Il y réfléchirait.

 Pourquoi pas. Mais pour l’instant je suis pris sur tous les fronts. Nous aviserons plus tard.  」 Proposa-t-il sans vraiment laisser le choix à son interlocutrice.

Après tout cela, la maîtresse de la maison somma les deux garçons de se mettre à table. N’étant qu’un simple invité, il laissa les deux s’asseoir en premier et finit par prendre place aux côtés de Sora qui était excité comme une puce. Honnêtement, il se demandait bien ce qu’il pouvait encore poser comme questions… D’un côté, i l espérait qu’elles pourraient être gênantes. C’était son petit côté joueur : il aimait bien embêter les gens avec qui il était… Surtout quand il pouvait découvrir des failles à capitaliser… Un léger sourire narquois naquit sur ses lèvres lorsque l’odeur du curry parvint à ses narines. Rien qu’à l’odeur, cela promettait d’être délicieux.
Tout le monde fut servi et tous en chœur s’exclamèrent « Itadakimasu ! ». La tradition avant de manger. Akihiko enfourna la première fourchette dans sa bouche et… C’était un véritable festival de goûts et de saveurs dans sa bouche. La chaleur montait, ses papilles dansaient… Un véritable orgasme gustatif. Il n’avait jamais rien mangé de si bon… Il n’en pouvait plus.
Plus il mangeait, et plus la température montait – et ce n’était pas à cause des épices. Il était totalement hors de lui, il avait presque l’impression de revivre un de ces moments intimes avec Aika… Il ne pouvait vraiment plus se contenir… Si bien que ses habits s’enlevèrent d’eux-mêmes à mesure qu’il se régalait de ce met.

 Encore...  」 Haleta-t-il. 「  J’en veux encore… En plus, Hikaru ! Laisse moi manger ça encore plus fort, avec plus d’ardeur !!!  」 S’écria-t-il, définitivement hors de contrôle.

Heureusement que Hakaze n’était pas là, ou à proximité. Elle aurait probablement été jalouse… Ou aurait profité de l’euphorie du moment pour enfin réaliser le moindre de ses fantasmes. Cela aurait pu être cocasse… Même si là cela l’était déjà, il y avait malgré tout un léger problème dénommé Sora, âgé de cinq ans. Il ne pouvait pas assister à une telle scène entre sa sœur et son idole sans être marqué à vie.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Habitations-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.