:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Domaines des Clans :: Domaine Omura Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l'importance de savoir cacher ses secrets

Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 210
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 432
Expérience:
De l'importance de savoir cacher ses secrets Left_bar_bleue947/2000De l'importance de savoir cacher ses secrets Empty_bar_bleue  (947/2000)
Omura Mifuyu

De l'importance de cacher ses secrets

Laboratoire de Mifuyu, DAPHU.
Un mardi après-midi.

"Vous êtes sûrs que vous voulez que ce soit moi qui vous opère, Dame Mifuyu ? redemanda Ichiro, comme pour être sûr que la demande était bien réelle. La Sorcière était sa maîtresse, son modèle, sa prêtresse. Il ne pouvait croire qu'un amateur comme lui allait avoir le privilège ultime de manipuler le corps de l'immortelle et légendaire Omura. Et s'il faisait une bêtise ? S'il entaillait de trop son divin épiderme ?
- Bien sûr. Puisque je te dis que tu as toute ma confiance…
- Je… Merci, Dame Mifuyu ! Je ne vous décevrai pas."


Le garçon était devenu aussi rouge qu'un morceau de chair découvert en quelques secondes seulement. Ce n'était pas la première fois que l'ancêtre demandait son aide dans ses entraînements. Il avait déjà contribué au renforcement de ses capacités au combat aux scalpels, il y avait quelques mois de cela. C'était un garçon sage et discret, dont personne ne soupçonnait l'inclinaison progressiste. Il n'était pas un shinobi de grand talent, encore qu'elle avait entendu dire qu'il s'était beaucoup amélioré depuis leur dernier entraînement. En fait, elle le soupçonnait de s'être tué à la tâche dans l'espoir que la femme-enfant requiert à nouveau ses talents. En bref, il était tout ce dont elle avait besoin en cet instant.

L'opération qu'elle lui demandait aujourd'hui était simple, aussi elle ne s'inquiétait pas de son bon déroulement. Ce que le garçon voyait comme une faveur, elle le voyait comme une simple utilisation de son influence. Ichiro était vraisemblablement obsédé par la vieillarde, qui se plaisait toujours à utiliser de nouveaux pions dans ses plans.
Cette intervention chirurgicale, donc, était des plus basiques. En fait, il s'agissait d'une simple amélioration de son corps qui s'était avérée fort pratique à de nombreuses reprises dans le passé. Seulement, depuis son opération et son adoption d'une enveloppe plus jeune et plus petite, elle n'avait encore eu ni le temps, ni l'opportunité de s'y consacrer à nouveau. Il fallait également avouer qu'en temps de paix, l'urgence était moindre. Pourtant, désormais, cette technique lui paraissait indispensable. Fallait-il y voir le présage de la guerre prochaine ? Sans aucun doute, oui, vous répondrait-elle.

Elle avait donc pris le temps d'expliquer tous les détails de l'opération à Ichiro en amont. Celui-ci avait hoché continuellement la tête sans rien dire, pour signifier qu'il comprenait ce qui était attendu de lui. Par sécurité, elle avait également couché sur un parchemin toutes les étapes à respecter au cours de l'intervention, qu'il pourrait suivre tandis que la vieillarde serait endormie. Il n'était pas évident de faire confiance à autrui, aussi il était clair que si elle avait pensé que l'opération puisse représenter le moindre danger pour elle, elle ne l'aurait pas faite. Ce fut donc l'esprit léger qu'elle succomba à la fatigue qui lui avait été directement incorporée dans le sang sous forme de poison. Elle resta allongée ainsi sur la table d'opération pendant une bonne heure, avant d'être progressivement ramenée à la réalité.

Quand elle se réveilla, elle ne remarqua d'abord aucun changement. Puis, reprenant progressivement conscience de son corps et de ses capacités sensitives, elle sentit comme un immense vide au centre de sa cage thoracique. Quelle affreuse sensation ! Elle avait l'habitude de déplacer ses organes à l'intérieur même de son corps sous l'impulsion de son chakra, pourtant cette fois-ci, c'était différent. Le vide ne pouvait être comblé, cette place resterait vide à jamais. C'était frustrant, alors même que cette horrible impression était le signe du succès de l'opération. Heureusement, après quelques jours à vivre ainsi, elle ne se rendrait plus compte de la différence.

"Je te remercie, Ichiro, je me sens bien. Tu as fait du bon travail.
- A votre service, Dame Mifuyu !"
s'empressa-t-il de répondre, avant de se diriger de lui-même vers la porte du laboratoire. Quel bon toutou, pensa la doyenne. Il comprend même quand il est temps de partir. C'est un bon garçon.

A quoi donc pouvait bien servir ce creux au sein de ses entrailles ? Après s'être difficilement relevée - l'anesthésiant faisant toujours légèrement effet - la Sorcière marcha jusqu'au bureau de bois posé en équilibre contre le mur. Elle en ouvrit le premier tiroir pour sortir un kunai, puis un épais parchemin. Attrapant fermement le kunai de la main droite, elle leva le bras pour le tendre au-dessus de son visage. Elle ouvrit sa gorge de tout son large puis, lentement, y introduisit l'arme de jet. Celle-ci eut du mal à passer, mais fut finalement bientôt entièrement avalée par la chirurgienne, qui manqua de vomir deux fois. Le métal froid, calé délicatement entre ses poumons, lui conférait une impression morbide, comme si la mort elle-même venait l'attraper de l'intérieur. Cette froideur lui parut insupportable, à tel point qu'elle dut rejeter immédiatement l'arme. Les muscles de sa mâchoire se contractèrent, sa gorge s'ouvrit et, enfin, en déplaçant délicatement ses organes internes, elle put pousser l'arme jusqu'à être capable de l'attraper à mains nues.

Après s'être rincée la bouche, elle essaya de nouveau, cette fois avec le parchemin. Le faire passer fut plus compliqué, même si le kunai avait eu le mérite d'ouvrir la voie. Le contact du papier contre sa chair lui fut moins désagréable, sans doute car il n'était pas aussi froid. Elle put donc l'y garder quelques heures pour tester sa résistance, avant de le recracher en parfait état, bien que légèrement humidifié par les parois de ce nouveau coffre-fort, caché là où personne n'oserait jamais le soupçonner.

L'opération avait été un succès.



~
Entraînement solo


Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 210
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 432
Expérience:
De l'importance de savoir cacher ses secrets Left_bar_bleue947/2000De l'importance de savoir cacher ses secrets Empty_bar_bleue  (947/2000)
Omura Mifuyu

De l'importance de cacher ses secrets

Le même laboratoire.
Un dimanche matin.


Quelques jours avaient finalement suffi à la doyenne pour s'habituer à cette crevasse qui lui emprisonnait la poitrine. Sa respiration était également revenue à la normale : elle n'entendait plus ce petit sifflement à chaque fois qu'elle inspirait un peu trop fort pour ses poumons comprimés dans son petit corps modifié. Elle s'était également faite à cette sensation de fraîcheur si proche de son cœur lorsqu'elle décidait de camoufler un objet métallique dans son être. Elle y gardait d'ailleurs toujours un kunai, à défaut d'y cacher des documents secrets pour le moment. Ainsi, elle pourrait se défendre à tout moment – bien qu'elle ne fut pas encore sous grande menace. Plus que de s'être habituée à cette présence, en fait, elle avait fusionné avec. C'était comme si ce poids dans sa poitrine était devenu la norme et qu'elle sentait comme une étrange absence à chaque fois qu'elle en retirait l'objet.

Elle connaissait l'étape suivante, car il y en avait toujours une. Un vieil adage Omura, qu'on lui avait rabâché probablement autant de fois que la vieille femme avait prononcé les mots "c'était mieux avant", disait ceci : Un Omura ne s'arrête d'optimiser son corps que lorsqu'il n'en a plus la place. S'il n'en a plus la place, c'est alors qu'il l'a mal optimisé.
Ces mots, la Sorcière en était l'incarnation même. Elle savait mieux que quiconque juger de leur véracité, puisqu'elle les avait poussés à l'extrême dans sa précédente vie. Ou plutôt, dans sa précédente enveloppe. La Mifuyu d'il y a quarante ans, celle qui semait la terreur sur les champs de bataille, était parfois surnommée – parmi ses autres tout aussi charmants sobriquets – l'armurerie humaine. Elle était parvenue à cacher en son corps tant d'armes différentes, qu'il semblait à ses ennemis qu'elle savait tout manier et qu'il était impossible de la surprendre. Dans un certain sens, c'était vrai. Hélas, elle n'était aujourd'hui plus que l'ombre de ce qu'elle était à l'époque. Jusqu'à ce que son avènement ait lieu à nouveau.

Dans l'après-midi, elle fit à nouveau venir le jeune Ichiro. Elle avait passé la matinée à préparer le sérum qu'il utiliserait sur elle. Encore une fois, elle se le serait bien administrée elle-même, mais elle se plaisait à bâtir cette relation de confiance avec son subordonné. En lui donnant l'impression de faire de lui son favori – et c'était peut-être le cas, en réalité – elle construisait en lui un sentiment d'exceptionnalisme qui renforçait d'autant plus l'admiration qu'il lui portait déjà. Il ne tarda pas à pénétrer l'antre de la Sorcière, légèrement tremblotant comme à chaque fois qu'il l'approchait.

"Entre donc, Ichiro. D'un geste théâtral, la femme-enfant étendit son cou vers le plafond, ouvrit grand sa mâchoire puis en ôta le flacon qui y était stocké. Tu vois, ceci, c'est grâce à ton aide précieuse. Maintenant, j'ai encore besoin de toi. Tu vois cette fiole ? Elle est remplie d'un sérum qui va renforcer les muscles de ma mâchoire. J'aimerais que tu me l'appliques, en me piquant dans la nuque. Je l'aurais bien fait, tu t'en doutes bien, mais une femme de mon âge n'est plus si souple. J'ai toute confiance en ton expertise.
- Tout de suite, Madame !" s'empressa-t-il de lui répondre.

Il saisit le flacon et en versa le contenu dans une seringue. Mifuyu s'assit, dos à lui, sur la table d'opération. En quelques secondes seulement, l'aiguille pénétra la chair de la vieillarde, qui ne broncha pas. Elle avait vécu sa vie entière à manipuler cet outil et l'avait tant de fois subi également qu'elle ne voyait aucune différence entre une piqûre et une simple caresse. Son assistant en fut particulièrement étonné, mais ne dit rien. Il ne voulait surtout pas prendre le risque de laisser croire à sa maîtresse qu'il avait douté d'elle.
Au bout d'une minute, il avait fini d'intégrer la solution dans le presque éternel sang de la harpie – comme l'appelait Sanada. Elle se leva donc, puis commença à s'exercer. Elle entraîna d'abord sa mâchoire à effectuer des mouvements compliqués, à plus grande vitesse. Un bon exercice pour cela était de fortifier ses talents d'éloquence. C'est ainsi qu'elle se mit à réciter la même phrase pendant quelques minutes, sans plus prendre en compte la présence d'Ichiro, à qui elle avait demandé de rester. "Suis-je bien chez ce cher Serge ? Suis-je bien chez ce cher Serge ? … Suis-je bien chez ce cher Serge ?..."

D'un seul coup, comme si elle était parvenue à un soudain déclic que le pauvre Ichiro fut incapable de discerner, l'ancêtre s'arrêta, satisfaite. Elle s'approcha de lui puis, quand elle fut presque à distance de lui déposer un baiser sur la joue – cette idée, d'ailleurs, lui glaça autant le sang qu'elle ne l'obséda – elle lui souffla finalement une ultime requête à l'oreille. Il manqua de s'évanouir sous la pression inhumaine que cette femme, non, ce monstre, exerçait sur lui.

"J'aimerais que tu me serves de partenaire d'entraînement.
- B… Bien sûr, Dame Mifuyu !
- Je te remercie. Prends donc un kunai et place toi derrière la table."



~
Entraînement solo


Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 210
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 432
Expérience:
De l'importance de savoir cacher ses secrets Left_bar_bleue947/2000De l'importance de savoir cacher ses secrets Empty_bar_bleue  (947/2000)
Omura Mifuyu

De l'importance de cacher ses secrets

La même journée.



Il s'y hâta, tandis que la chirurgienne recula de quelques pas. Il la fixa du regard, se demandant quel malheur allait s'abattre sur lui. Bien sûr, il se sentait honoré d'être celui à qui la Sorcière avait demandé de l'aide, comme elle l'avait fait la dernière fois ; toutefois, l'idée de passer du rôle d'agresseur à celui de victime l'effrayait un peu. L'ancêtre n'était pas connue pour sa délicatesse, aussi le garçon se demandait quels étaient les réels risques qu'il encourait en se prêtant à ce petit jeu.

Il fit l'erreur de se perdre dans ses pensées une seconde de trop. L'observant sans réellement la voir, Ichiro eut l'impression que sa supérieure était sur le point de vomir. Il fit un pas en avant, voulant lui venir en aide, avant d'être heurté par un kunai qui vint se loger sans mal dans son épaule droite, lui arrachant un cri de douleur. Sa technique n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle lui avant démontré seulement quelques minutes auparavant. Quelle injection miraculeuse !
Mifuyu ricana avec bonheur. Ce sérum avait provoqué une véritable amélioration chez elle : elle était désormais capable de propulser l'élément contenu dans cette poche organique. Le kunai était parti si vite, qu'à une distance raisonnable, son assistant n'avait pas été en mesure de l'éviter. Quelle satisfaction immense !

Le garçon, de son côté, était resté hébété. Il contemplait sa blessure en passant délicatement ses doigts autour de sa plaie, les teintant de son sang épais. Étrangement, il ne semblait pas en vouloir à la Sorcière. Simplement, il ne comprenait pas. Tout redevint un peu plus clair quand l'être à l'apparence de petite fille se rapprocha de lui : il eu d'abord un geste de recul, avant de se laisser examiner par cette doctoresse de génie. Elle lui arracha sans prévenir l'arme de jet qui était incrustée dans sa chair, ce qui provoqua en lui une telle douleur qu'il se mordit le doigt jusqu'au sang. Il fut finalement apaisé lorsqu'il sentit le chakra médical de Mifuyu s'appliquer contre sa plaie qui se résorbait à vue d'œil. Au bout de quelques minutes, cette vilaine blessure n'était plus qu'un mauvais souvenir.

"Je te remercie pour ton aide, Ichiro. Je suis désolé de t'avoir blessé, tu peux te reposer, maintenant."

Et c'est ce qu'il fit. Il quitta la pièce sans un mot, sans savoir quoi penser. La vieillarde s'était simplement testée sur lui, comme elle aurait pu le faire sur n'importe quelle autre cible immobile. Elle s'était servie de lui et, au fond, ça ne le gênait pas.

De son côté, la matriarche du clan médecin était satisfaite de ses progrès. Il lui restait une dernière chose à tenter, pour vérifier que sa technique était parfaite. Elle sortit de son laboratoire pour rejoindre un petit débarras dans lequel étaient entassés toutes sortes d'objets et d'armes. Dans un fracas métallique agaçant, elle parvint à dégager un katana de cette masse d'affaires. Cette longue lame serait le test ultime : si elle parvenait à la projeter, cela voudrait dire que ses muscles buccaux s'étaient déjà habitués à leur nouvelle transformation.

A nouveau posée devant sa table d'opération, comme si elle lui servait de repère pour une raison étrange, elle avala pratiquement instantanément le katana, qui vint remplir presque intégralement l'espace qui avait été aménagé dans son corps pour l'accueillir.
Elle le contint enfermé pendant encore quelques minutes, afin de tester sa réaction à un objet si gros. Elle ne sembla pas avoir de problème pour effectuer toutes ses autres actions normalement, aussi elle se résolut à s'essayer à la projection. La lame de katana était si longue qu'à la première tentative, elle manqua de s'entailler la gorge avec, avant de parvenir finalement à l'expulser faiblement. Ce n'était pas bon, mais au moins elle n'avait pas eu à utiliser ses mains. C'était une bonne chose.

Elle recommença alors une deuxième, puis une troisième fois. Maintenant que son corps était modifié, il n'y avait pas de secret : elle devait simplement pratiquer pour s'améliorer. Elle avait besoin de comprendre l'étendue de ses nouvelles capacités buccales en stimulant ses muscles. Sa seule maîtresse serait l'expérience.
Elle resta ainsi de longues minutes, avalant puis recrachant immédiatement le katana. Au bout du dixième essai, elle était déjà parvenue à le sortir assez rapidement pour qu'elle puisse s'en servir sans avoir à attendre. Lors d'un combat, ces quelques secondes de gagnées seraient précieuses. Au bout du quinzième essai, les muscles de sa bouche étaient devenus si puissants qu'elle put l'éjecter en trajectoire rectiligne à un mètre devant elle. C'était une véritable prouesse étant donnée la masse de l'objet. Aussi, elle pensa ne plus pouvoir progresser et mit un terme à son entraînement.

Elle sentait de terribles courbatures lui gonfler la gorge. Elle plaça un kunai en réserve dans cette cache secrète, puis quitta son laboratoire, satisfaite.




~
Entraînement solo


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Domaines des Clans :: Domaine Omura-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.