:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ceux qui dévorent en silence [mission rang A]

Senju Naoshige
Senju Naoshige
Konoha no Jonin
Messages : 109
Date d'inscription : 16/09/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - Chef de clan - Rang A
Ryos: 834
Expérience:
Ceux qui dévorent en silence [mission rang A] Left_bar_bleue265/2000Ceux qui dévorent en silence [mission rang A] Empty_bar_bleue  (265/2000)
Senju Naoshige
Ceux qui dévorent en silence [rang A]
Senju Naoshige & Animateur

Ordre de mission:
 

Au sein de ses quartiers, le chef du clan Senju resserrait chacune des lanières de sa tenue. Dans une pochette à sa taille, il avait rangé ses kunais, accompagnés de ses shurikens tandis que dans une autre, il y avait glissé ses parchemins explosifs. Féroce dans toute son allure, le Senju fronçait le regard vers un miroir qui renvoyait son reflet. Il avait tiré ses cheveux en arrière, attachés en un chignon pour se dégager la vue ; cela accentuait les traits fins de son visage. Un léger soupire s’échappa de ses lèvres alors que son regard se portait vers la fenêtre, pensif pendant quelques instants. Même si le village était dans une ferveur différente des précédentes semaines, il ne mettait pourtant pas son activité en pause. Les élections pour le prochain Hokage approchaient à grand pas alors que l’homme, lui, avait lié son âme à celle de la jeune Hyûga dans une cérémonie traditionnelle qui avait mis de côté tous les aspects shinobis de leur vie, une volonté de la part des mariés qui partageaient quelques points communs dans cet avis singulier : ils avaient, tout deux, voué leur vie au village, à leur carrière. Cependant, ils étaient autre chose que des guerriers, leur vie n’était pas résumée que part cela et c’était un point important de Naoshige ; à ses yeux, le village de Konoha ne devait pas dépendre des attentes et des envies d’un seigneur, gras et bedonnant, qui ne voyait que le potentiel militaire du village. Peu après ce mariage, alors qu’il avait tenté de se rapprocher - véritablement - de son épouse, il quittait le mariage pour une nouvelle mission ; au moins, pouvait-il se dire que malgré tout, s’il venait à périr dans de tragiques circonstances, sa douce épouse pourrait reprendre sa vie comme si rien n’avait changé. Si le mariage avait bien été célébré, cela n’avait pas été plus loin qu’un échange de voeu - d’ailleurs, Naoshige passait peu de temps la nuit avec son épouse. Il préférait demeurer dans son bureau et pour l’heure, la seule nuit qu’il avait passé avec Yume, cela fut car cette dernière vint d’elle-même l’intimer à venir dormir, à force de voir les cernes creuser les pommettes de son époux. Malgré son âge et qu’il ait conscience de l’utilité de ce mariage aux yeux des anciens du clan, Naoshige préférait marquer une distance certaine avec la jeune femme pour ne pas la brusquer, ne voulant pas influer ses choix, ni ses décisions. Il avait pris cette résolution bien avant le mariage.

Silencieux dans ses mouvements, le chef du clan Senju ouvrit la porte de son bureau avant de disparaître du domaine du clan telle une ombre furtive. Sur les toits du village, le shinobi avançait rapidement avant d’atteindre, d’un bond lointain, les portes. Il fit un signe de la tête aux gardes à l’entrée avant de quitter l’enceinte de Konoha, rapide. Se retrouvant aussi vite dans la forêt entourant le village, il se projeta de branches en branches, sans se retourner, sans défaillir ; il préférait partir seul, dans un but de rapidité. Les membres du village qu’il connaissait étaient pour la plupart déjà en mission et il ne souhaitait pas se voir dérangé par des shinobis avec lesquels il n’avait jamais coopérer, au risque d’échouer la mission - et de ternir le prestige du village. Il se rendait dans un endroit non loin de là, à la frontière avec son pays d’origine et préférait presser le pas, ne voulant pas être retardé par quoique ce soit. Naoshige connaissait le territoire et bien qu’il n’y eut aucune différence fondamentale entre la forêt du pays du feu et celle dans laquelle il venait d’entrer, certains signes - dont la diversité des arbres - lui permit de se rendre compte qu’il venait d’arriver au plus proche de sa destination. Levant les yeux vers le ciel, contemplant la cime des arbres, le Senju se mit à monter au plus haut, obtenant un point de vu imprenable sur l’endroit qui s’étendait au-delà de la forêt.

La vallée d’Enokizu était un véritable carrefour, à cheval entre plusieurs régions ce qui offrait une grande diversité des cultures. Au nord, elle se trouvait bordée par l’empire du fer qui dominait un vaste territoire. Entité menaçante, mais entité commerciale puissante, la vallée avait pu profiter de ses liens avec les samouraïs pour se développer et même prospérer. Au sud se trouvait le pays du feu : fort d’une puissance à la fois économique, militaire et sociale, il représentait les grands pays de ces dernières années. Fondateur d’un mouvement, le pays du feu avait grandement évolué et bien que cela ne soit pas totalement l’évolution rêvée par le Senju, personne ne pouvait aller contre le fait que la puissance du feu était significative dans de nombreux domaines. Tout en regardant au loin, le Senju sortit une carte de sa poche qu’il déplia ; cela représentait quelques informations au sujet de la mission, dont des lieux où s’étaient produites des disparitions. Il y avait de nombreuses pistes possibles et avec les événements de Baransu, l’option d’un assaut des samouraïs n’était pas à écarter. Se pinçant les lèvres, il se plongea dans ses pensées. « Il est tout à fait normal de penser que ce sont des assauts perpétrés par Tetsu teikoku, mais n’auraient-ils pas envoyé une armée plutôt que quelques groupes épars ? Cela dit, ils l’ont fait une fois et cela a échoué. Peut-être tentent-ils une approche différente. » pensa l’homme, en contemplant toujours l’horizon où un petit village se tenait debout, au centre d’une région boisée. Le Hokage avait évoqué les régions reculées de la vallée et d’après la carte, les disparitions semblaient centrées en ce lieu précis ; d’un mouvement habile, le Senju se propulsa d’arbres en arbres tout en descendant lentement vers des branchages plus adaptés à sa course furieuse. Si la vallée n’était pas une territoire fortement grand, il y avait cependant de nombreuses forêts et peu de zones dégagées, ce qui ralentissait son déplacement. Le parcours s’avérait donc plus loin, malgré la destination choisie par l’homme pour son enquête.

Il fallut un long temps de route au Senju pour parvenir aux environs d’où se produisaient les diverses disparitions. Exécutant le même geste qu’auparavant, il se hissa au sommet d’un arbre pour obtenir une vue d’ensemble et trouver, éventuellement, un endroit adapté à ses recherches.

Récapitulatif combat:
 
©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Ceux qui dévorent en silence

La région où avait été signalé les inquiétantes disparition se trouvait au nord de la Vallée d'Enokizu, au lieu d'épaisse forêt couvrant des collines de plus en plus haute se changeant en contrefort montagneux. Plus loin au delà des pics enneigés en cette saison se trouvait le sinistre Empire du Fer.
Normalement, vu l'époque de l'année, le chef du clan Senju doutait d'une nouvelle incursion militaire de Tetsu. Les cols reliant la région à l'Empire étaient bloqués ou difficilement praticable.

Puis après la coûteuse déculottée de Baransu, il était douteux que le Shogun relance une invasion d'envergure... Mais aller faire comprendre ça aux péquenots du coin, qui vivaient désormais dans la crainte de leur voisin aggressif et dorénavant perçu comme un peu trop expansionniste !
Du coup, dans il faudrait sans doute faire un tri dans le fatras de rumeurs qui secouaient ces collines boisées et terrorisaient leurs habitants.

Debout sur un arbre, Naoshige plissa des yeux à la recherche de quelques communauté humaine. Bien évidemment, dans cet endroits sauvages, il n'y avait guère de carte fiable.
Le plus grand centre de population se trouvait être le village d'Anazetsuen qu'il apercevait niché entre deux collines auprès d'un cours d'eau.
Ville-étape et marché de la région, c'est là que camelots, bûcherons et trappeurs se réunissaient pour vendre leurs marchandises et il en partait quelques routes commerciales, dont deux qui dépassaient (de peu) le statut de simple piste : l'une serpentant dans les montagnes pour gagner les frange de l'Empire, l'autre regagnant la civilisation pour au final aboutir à la capitale.
C'était probablement là que le ninja de Konoha trouverait le plus d'hommes bavards à même de le renseigner sur les rumeurs de la région. Il devait aussi s'y trouver une garnison de samouraï du seigneur de ses terres.

Plus loin, au cœur de colline encore plus sauvages se trouvaient d'autres villages et communauté beaucoup plus petites et plus rustiques.
Lors de ses errances dans la Vallée d'Enokizu pour gagner cette partie du pays, on avait parlé au Senju du Camp de Katto, un campement semi-permanent de bûcherons et de coureurs des bois peu amènes. Dont on n'avait aucune nouvelle, d'ailleurs. Mais comme ces gens étaient connus pour être fort indépendants, voire misanthropes, personne ne s'en était inquiété jusqu'à présent.
Difficile de savoir s'ils avaient rencontré un problème : des fourreurs et autres abatteurs d'arbres continuait de venir vendre leur produit en ville, la plupart ne passant à Katto que de temps en temps...
Mais par contre, aucun messager n'en était revenu, se perdant apparemment corps et âme dans  ces flancs boisés...

On avait aussi mentionné au ninja de Konoha l'existence du village de cultivateur de Sukerû. On le mentionnait comme une étonnante réussite locale d'un groupe de cultivateurs effroyablement déterminés. Ils avaient apparemment obtenu de leur Seigneur des terres à cultiver pour eux-même, s'ils y arrivaient.
Isolé et au relief tourmenté, personne n'y croyait. Mais les agriculteurs avaient effectué un travail de titan, transformant leurs rudes collines en un chef d’œuvre d'agriculture en terrasses qui les avaient rendu indépendants et même prospère. Fier du succès de leurs ancètres, leurs descendants avait tendance à prendre de haut les autres habitants de la région et à vivre entre-eux, s'estimant « élus ».
Là encore, plus de nouvelle de ces paysans un peu snob, plus aucune livraison de leur bon riz ou de leur fameux petit vin blanc. Deux messagers apparemment avaient tenté de rejoindre l'endroit et aucun d'eux n'avait donné signe de vie depuis...

Plus loin, presque aux limites des montagnes et de Tetsu se trouvait apparemment la Communauté de Horimasu. Autour d'un village central chapeautant une mine de fer et de cuivre s'était développé tout un tas de petits lieux-dits, petits rassemblements de familles et autres campements de mineurs et prospecteur. Des gens rudes, suspicieux et qui n'aimaient guère les étrangers.
Depuis la guerre de Baransu, on racontait d'ailleurs qu'ils avaient cessé tout commerce avec l'Empire, voire qu'ils tiraient à vu sur les gens qu'ils ne connaissaient pas.
De fait, on n'avait pas de nouvelle de cette communauté et personne n'était allé vérifier comment les mineurs se portaient.
En tout cas, leurs livraisons de minerais s'étaient taris. Mais c'était peut-être les caravanes qui avaient disparues ?

A partir de ces informations et de lointain panaches de fumée s'élevant dans le ciel clair, Naoshige pût établir une vague carte mentale de la région.
Une colonne de fumée s'élevant au loin en cadrait cependant pas : elle était trop excentrée, entre ce qu'il supposait être les feux de Sukerû et ceux d'Horimasu. Et elle était trop épaisse pour n'être que le feu d'un campement de trappeurs dans la forêt.
Un autre village dont le konohajin n'aurait jamais entendu parlé ? C'était tout à fait possible, vu l'isolement de la région.
Peut-être un gros campement de brigands ? Voilà qui expliquerait peut-être les disparitions, même si d'habitude les bandits de grand chemin ne se regroupaient pas en larges bandes et n'étaient guère discret dans leur exactions ?

Peut-être s'agissait-il aussi d'un campement des nomades Inuzuka. Même si le contrat avait été au final passé avec Konoha, le clan des dresseurs de chien-ninja pouvaient avoir par fierté envoyée une troupe enquêter sur le problème...
Ou alors, un monastère nouvellement implanté dans la région. La guerre avait semé le chaos et la désolation dans la région, amenant beaucoup d'habitant à chercher le réconfort dans la foi. Ou le pardon, d'ailleurs : Naoshige que Konoha et d'autre clan shinobi avait déjà été contacté pour s'occuper de déserteurs ou traînard de l'armée de Tetsu qui hantaient encore les campagnes...

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Naoshige
Senju Naoshige
Konoha no Jonin
Messages : 109
Date d'inscription : 16/09/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jonin - Chef de clan - Rang A
Ryos: 834
Expérience:
Ceux qui dévorent en silence [mission rang A] Left_bar_bleue265/2000Ceux qui dévorent en silence [mission rang A] Empty_bar_bleue  (265/2000)
Senju Naoshige
Ceux qui dévorent en silence [rang A]
Senju Naoshige & Animateur

Le regard porté vers l’horizon, il contempla les différentes limites tracées par les montagnes et les cours d’eau. La carte qu’il tenait dans ses mains n’était pas totalement optimale, c’était bien tout le contraire et de fait, il comparait la version qu’il avait avec ce qu’il voyait sous ses yeux. D’un geste brusque, il froissa le parchemin qu’il rangea dans une pochette, préférant se concentrer sur les lieux qui s’affichaient face à lui. Les options étaient nombreuses et chaque communauté s’était apparemment regroupées autour d’activités diverses, bien souvent agricoles ou minières. Les villageois des différentes bourgades, dans le monde entier, avaient souvent une tendance à l’exagération face à ce qu’il pouvait se produire de négatif dans leurs coins perdus. De nombreuses fois, face à des attaques de loups ou autres animaux dangereux, les citoyens se recroquevillaient chez eux en attendant les actions des shinobis, voyant cela comme des attaques possiblement de puissances ennemies. Peut-être que ce qui était pris pour des raids samouraïs n’était que de simples attaques d’ours, dans une forêt boisée qui devait connaître de nombreuses créatures terrifiantes - pour tout être autre qu’un shinobi. Interroger les villageois étaient une piste intéressante, non pas pour entendre leurs nombreux récits mais plus précisément pour obtenir des informations exactes sur les différents lieux où s’étaient produits les disparitions. Naoshige avait lentement mis en place une carte dans sa tête, prenant en compte toutes les informations qu’il voyait au loin et ne manquant pas les détails qui s’étalaient longuement. Des informations plein les yeux, le Senju fronça les sourcils pour déceler, dans un endroit plus reculé, u autre panache de fumée. Il ne savait pas d’où il pouvait provenir, car les différents villages se trouvaient de part et d’autre, à différentes extrémités. Face à cela, un léger soupire s’échappa de ses lèvres : il y avait d’innombrables informations à prendre en compte et pourtant, il ne devait pas faire traîner cette mission trop longtemps. Il en allait de l’honneur du village, qui se devait d’effectuer les requêtes d’autrui avec brio : plus que cela, même, car les Inuzuka avaient échoué à cette tâche. Le regard dur, il émit diverses hypothèses sur ce que pouvait être cette fumée, à commencer par la plus probable - bien qu’étrange, malgré tout : cela pouvait être des bandits, mais une telle fumée sous-entendait un feu de camp assez grand et dès lors un groupe conséquent, pourtant, les bandits n’étaient pas réputés pour être d’une grande cohésion.

Faisant grise mine, le Senju décida de se remettre en route d’un mouvement habile. Le saut qu’il effectua, rapide et gracieux, lui permit de rejoindre un autre arbre, puis un suivant jusqu’à légèrement descendre pour avancer de branches en branches. L’imposante traînée de fumée qui s’élevait dans les airs, inconnue, était sa direction ; il était prudent, mais préférait prendre d’abord ce chemin étrange, qui lui était inconnu, pour enquêter sur les différentes disparitions. Si cela s’avérait ne rien être d’important, alors il partirait de là et prendrait une seconde direction, car désormais, avec la vue d’ensemble qu’il avait obtenu précédemment, il lui était davantage possible de concocter un itinéraire par lequel acquérir de précieuses informations.

S’élançant de branches en branches, Naoshige avançait à pleine vitesse mais au fur et à mesure qu’il voyait la fumée se rapprocher, le jounin de Konoha préférait ralentir sa course. Attentif, il ne voulait pas se faire surprendre et préférait privilégier la prudence, plutôt que la témérité ; la mission était suffisamment d’importance pour qu’il prenne, avant toute chose, conscience du danger plutôt que de se lancer hâtivement à la charge. Ce n’est qu’alors qu’il arrivait encore plus proche de la fumée, qu’il cessa de s’élancer au travers des branchages pour descendre à même le sol. Prêt à dégainer un kunaï, le shinobi demeurait sur ses gardes en observant le moindre mouvement, alors que ses pas, lentement, le conduisait vers l’endroit qu’il venait visiter. Que cela soit des bandits, des samouraïs, des shinobis renégats ou même de simples moines, il se préparait mentalement à ce qui allait apparaître face à lui, tout en essayant de paraître au moins possible menaçant : peut-être allait-ce être de simples villageois, perdus dans la forêt, qui patientaient en attendant qu’une aide ne vienne. Conscient que toutes les hypothèses pouvaient avoir lieu, Naoshige préférait se préparer autant au pire comme au meilleur, n’oubliant pas l’objectif de sa mission.

Récapitulatif combat:
 
©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.