:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu :: Autres villages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

This stray dog world, this sick sad place.

Invité
Invité



Une matinée bien calme dans un petit village non loin de celui de Konoha.
La veille, Sera avait pu en apprendre d'avantage sur les modes de fonctionnement du village caché de Konoha : il y eut cette rencontre avec Aburame Hako ainsi qu'avec ses proches. Une première mission qui ne manqua pas de la démarquer des autres habitants du village, l'aidant doucement à accéder aux instances les plus importantes régissant l'ordre à l'intérieur des hauts remparts qui défendaient les habitants. Bien que probablement encore surveillée de loin par les plus puissants ninjas à la solde de l'Hokage, rien n'avait empêché la jeune sauvageonne de continuer ses investigations dans les lieux qu'elle fréquentait depuis sa venue. Il y avait cette petite auberge à l'est, qui avait accepté de lui céder une chambre en l'échange de ses services. Opérant à quelques corvées de bon matin, celles-ci s'achevèrent au moment où elle posa pelle et balayette dans le local de rangement approprié.

Vêtue de la belle robe qu'elle avait pu emporter hier, Sera, d'un simple signe de la main, signala son absence à l'aubergiste -Kaede, une vieille femme aimable et travailleuse, évoquant très fréquemment la gentillesse du chef de Konoha, se ventant même de l'avoir vu grandir au travers de ses expériences. Un fils du village selon elle, proche de ses commerçants et de ses hommes.

" Le parquet brille ! Arigato, Kaguya-san ! " Remercia-t-elle chaleureusement avant que son hôte ne franchisse le pas de la porte conduisant directement à l'une des nombreuses ruelles étroites qui composaient ce petit village d'artisan décoré d'un canal artificiel.



Le ciel bleu et frais était revigorant dans ce silence apaisant que Sera tenait à écouter. Interrompant sa marche pour s'accouder sur la rambarde d'un pont en bois vernis, peint d'un rouge vif chaleureux, elle contempla la clarté de l'étroite rivière qui s'écoulait en dessous. Surprise par son reflet, elle se voyait différente : elle n'était plus cette esclave impulsive et monstrueuse au passé tourmenté. Et même si son opinion quant à sa tenue restait inchangée, elle souriait tout de même du changement visible qui faisait désormais d'elle une brillante guerrière.

Mais il restait tant à accomplir : ces récentes rencontres n'ayant que eues des impacts positifs sur son état d'esprit ne suffisaient pas à amoindrir son souhait à rendre justice à ceux qu'elle considérait comme de nouveaux alliés. Bienveillamment, elle pensait à la jeune Hyûga ainsi qu'à l'intrépide lutin vert du clan Aburame. Deux clans importants de ce village avec leurs lots de mystères. Mais sa principale question était de savoir où se cachait le mal à l'intérieur de tout ces murs. Quels sacrifices avaient pu servir à la formation d'une nation. Et surtout, où étaient les personnes qui risquaient de corrompre l'idée pacifiste d'un Kage a priori soucieux des siens.

Sur ces idées, Sera reprit sa ballade matinale d'une marche tranquille. A sept heures du matin, nombreux artisans avaient déjà commencé à travailler leurs matières premières. Les premiers coups de marteaux, même lointains, fendaient l'air en même temps que l'odeur du bois chaud se mélangeait à celle de la nourriture chaude et fumante.

Les commerces extérieurs commençaient à ouvrir et Sera était décidée à échanger le peu de ryos qu'elle avait gagné contre un autre vêtement bien plus conforme à ses habitudes. Ainsi, circulant dans une petite allée étroite qu'occupaient plusieurs marchands, elle stoppa net sa marche lorsqu'elle repéra quelques ensembles d'entraînements qu'elle avait déjà envier à d'autres ninjas : ces gi amples, légers et confortables, qui permettaient une exécution des Kaguya no Maï sans aucune gêne.

Satisfaite de son achat qu'elle portait à dessous de bras, elle reprit sa marche pour se diriger vers un endroit qu'elle appréciait bien; le premier qu'elle avait découvert lors de sa première halte dans le Territoire du Feu. Il s'agissait d'un troquet correct où s'arrêtaient de nombreux voyageurs, tenu par un mastodonte aux yeux vairons qui laissait graviter autour de lui différentes histoires pour certaines capillotractées : il serait un étranger venu de très loin; un ancien guerrier invincible... seul les inconscients oseraient chercher des ennuis dans un endroit aussi calme, où tous le monde tenait à un certain anonymat, à un certain calme pour se ressourcer.

" Oyo', Kaguya-san... " Salua poliment le grand homme entrain de nettoyer quelques chopes derrière son vieux comptoir en bois. A cette heure-ci, quelques villageois buvaient le thé, et quelques voyageurs simplement de passage se dissimulaient derrière leurs tasses de thé, ou de saké.
La belle sauvageonne, toujours aussi gênée par sa tenue et par les regards qu'elle captivait autour d'elle, demanda un endroit où pouvoir revêtir son Gi. D'un geste nonchalant de la main, on lui indiqua les latrines. Se changeant promptement et appréciant immédiatement la sensation d'un textile confortable sur elle, Sera, gesticulant des épaules toute souriante, prit place sur un tabouret face au comptoir, non loin d'un autre client caché dans une longue cape obscure.

" Yare yare ! Je suis bien plus à l'aise comme ça, et je le serai encore plus avec un bon thé aux fruits rouges ! "

" Wakatta, chère guerrière... " Acquiesça l'intemporel colosse à la force tranquille, lui servant immédiatement sa commande. Et selon lui, il n'y avait que les Kaguya pour ne pas prendre en compte la douleur d'une boisson brûlante. Fidèle à son tempérament aussi tranquille que bouillonnant, Sera prit une bien grande gorgée pour une femme normale. Amusé, le commerçant normalement peu bavard commenta avec une légère tendresse : " Kami wa anata o tamochimasu. " A quoi Sera souriait comme une enfant rassasiée.
En tant que propriétaire d'un véritable foyer de guerriers venant de tous les horizons, Buredo n'eut que très rarement la possibilité d'admirer des kunoichi aussi belles et vaillantes que sa récente visiteuse. Il avait compris son caractère divulguant. Des fois simple et naïve, il suffisait cependant de quelques enjeux pour laisser place à une féroce combattante dont le corps lui-même était une arme. Nombreux étaient les admirateurs des guerriers du clan Kaguya, précurseurs d'un nouveau style d'art martial extrêmement dangereux. Et quelques uns devaient peut-être le savoir : Kaguya Sera avait refusé le titre de Chef du clan, même après avoir vaincue le très puissant Gunsei lors d'un combat singulier. L'ancienne esclave de Tetsu, tueuse de samouraï et de Seigneurs, n'échappait pas à une certaine renommée dans les bas-fonds du Sekai.

... Dans ce refuge normalement tranquille, il pouvait également arriver quelques débordements. Si le monde grandissait à une vive allure, certains ne parvenaient pas à en suivre le cours. Alors, il existait des dépravés, des esprits géniaux désormais ravagés par l'alcool. Non loin d'elle, un pourri aux dents carnassières semblait réclamer de l'argent qui ne lui appartenait pas auprès d'un vieil artisan aux mains déjà couvertes de sciures. Un homme introverti et innocent qui cherchait sans doute un peu de force pour poursuivre son chantier.

Rapidement excédée par ce soudain tumulte, Sera interpella l'ivrogne :  

" Eh, ojiisan' ! Laisse cet honnête homme en paix ! "


La crapule titubait instinctivement vers elle avec les bras ballants, son regard brillant d'une intention perverse. Levant la main vers le visage sérieux de la Kaguya, celle-ci l'intercepta avec force et vitesse pour opérer à une clé de bras. Une pareille prouesse ne pouvait pas laisser indifférent d'autres maîtres en arts martiaux, ne pouvant qu'apprécier la précision de quelques pivotements et d'une détente parfaite. Plaqué contre le comptoir, l'ivrogne souffrait d'un douloureux étirement musculaire.

" Kaguya-san, je te remercie mais je ne veux pas que le sang coule. "

" Cet homme a nuit à quelqu'un, il doit mourir. "

" Ce n'est pas toujours aussi simple à décider. Et puis j'ai cru comprendre que tu rendais service aux habitants en ce moment... "

" Il ne s'arrêtera pas... " Grogna-t-elle en faisant sortir de sa paume un long pic osseux menaçant la nuque de sa proie.

" Alors fais-le pour cet endroit. Si les autorités devaient ramasser un corps ici, ce refuge pourrai fermer à l'avenir... "

Un argument convaincant qui recloua Sera à sa place, tandis que l'ivrogne tentait tant bien que mal de prendre la fuite, alors aidé par Buredo.

Remarquant le regard en coin de la personne capuchonnée à deux tabourets d'elle, Sera ajusta le haut de son Gi sur ses épaules avant de silencieusement croiser les bras sur le comptoir. Ses habitudes ainsi que ses sens lui communiquaient, selon le Kokoro no Bunseki, la nature du chakra de cet inconnu, devinant ainsi qu'il s'agissait d'un guerrier louvoyant de territoires en territoires, tout comme elle. Devinant également une certaine noirceur dans son aura, elle demanda à voix basse :

" Mauvaise journée ? "


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amatera Hatoma
Indépendant
Messages : 19
Date d'inscription : 23/10/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A
Ryos: 96
Expérience:
0/2000  (0/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Premier contact.    

Cela faisait quelques jours que je parcourais les terres du pays du feu, sans but. La vraie raison était sans doute mon sens de l'orientation désastreux. Heureusement, il y avait beaucoup à faire dans un pays comme celui-ci. Konoha était présent depuis peu et la criminalité avait connu un essor incroyable. Une vraie mine d'or pour un tueur comme moi. Assassiner des bandits, ramener leur tête comme preuve, empocher la récompense, se soûler, voici le résumé de mes journées.


Aujourd'hui ne faisait pas défaut, je me promenais avec un sac contenant la tête du chef d'un petit groupe. Sa prime était misérable, mais assez de quoi boire et manger pour la journée. Je ne comptais pas faire de vieux os dans ce bars minable de toute façon. Sur la route se trouvait un vieil homme qui semblait avoir des problèmes avec sa charrette. Le pauvre homme tenait à peine debout ses muscles tremblaient à chacun de ses gestes. Il me faisait tellement pitié, je décidais alors de l'aider à réparer son moyen de transport. Prenant soin de poser le sac à mes pieds avant de soulever à l'aide du chakra et de ma force l'engin. Une fois la roue remit correctement mes mains la fixèrent assez fortement pour tenir le voyage. Le vieillard voulait me remercier en donnant quelques ryos, argent qui fût bien sûr refusé. Je n'étais pas tombé assez bas pour voler la maigre pension d'une personne qui allait vraisemblablement mourir dans la semaine.


Quelques minutes de marche plus tard mon imposant corps se trouvait enfin devant l'établissement ou mon contact devait attendre. Mon entrée s'accompagnait comme d'habitude du silence de la plupart des hommes. Il faut dire qu'après avoir passé tant de temps dans cet endroit pitoyable la plupart d'entre eux avaient déjà goûté à mes poings. Le tenancier me lançait toujours le même regard noir et ceux depuis qu'un de ces enfoirés ait faillit mourir de mes mains. Tout cela m'importait tellement peu, tout ce qu'il me fallait, c'était un verre. J'avais à peine eu le temps de tremper mes lèvres dans le verre que l'on venait de me servir que mon contact arriva. La transaction se passa comme d'habitude puis l'homme lança quelques mots avant de partir."- Tu sais que je t'ai déjà dit que ce n'était pas la peine de me ramener les têtes à chaque fois..."Après avoir entendu ces paroles je laissais entendre un soupir, il n'y avait que des mauviettes dans cet endroit cela en devenait ennuyant. C'est à peu près à cet instant qu'un fait vint briser la monotonie de ma journée. Elle venait de pousser ces portes, la lumière accompagnait son entrée tel un ange pénétrant en enfer. Les alcooliques étaient pour la plupart tous bouche-bée, certains laissaient même couler de la bave à la vue de la demoiselle. Pour ma part, je me demandais seulement ce qu'une femme comme elle pouvait faire dans un lieu pareil. Mes yeux étaient accrochés à elle tandis qu'une multitude de questions parcouraient mon esprit. La jeune femme semblait connaître le tenancier personnellement.


Quelques minutes de marche plus tard mon imposant corps se trouvait enfin devant l'établissement ou mon contact devait attendre. Mon entrée s'accompagnait comme d'habitude du silence de la plupart des hommes. Il faut dire qu'après avoir passé tant de temps dans cet endroit pitoyable la plupart d'entre eux avaient déjà goûté à mes poings. Le tenancier me lançait toujours le même regard noir et ceux depuis qu'un de ces enfoirés ait faillit mourir de mes mains. Tout cela m'importait tellement peu, tout ce qu'il me fallait, c'était un verre. J'avais à peine eu le temps de tremper mes lèvres dans le verre que l'on venait de me servir que mon contact arriva. La transaction se passa comme d'habitude puis l'homme lança quelques mots avant de partir.


"- Tu sais que je t'ai déjà dit que ce n'était pas la peine de me ramener les têtes à chaque fois..."


Après avoir entendu ces paroles je laissais entendre un soupir, il n'y avait que des mauviettes dans cet endroit cela en devenait ennuyant. C'est à peu près à cet instant qu'un fait vint briser la monotonie de ma journée. Elle venait de pousser ces portes, la lumière accompagnait son entrée tel un ange pénétrant en enfer. Les alcooliques étaient pour la plupart tous bouche-bée, certains laissaient même couler de la bave à la vue de la demoiselle. Pour ma part, je me demandais seulement ce qu'une femme comme elle pouvait faire dans un lieu pareil. Mes yeux étaient accrochés à elle tandis qu'une multitude de questions parcouraient mon esprit. La jeune femme semblait connaître le tenancier personnellement.


Le temps passait lentement quand tout à coup un soûlard vint briser ma tranquillité en gueulant avec un inconnu, tous deux non loin de ma personne. La donzelle quant à elle semblait vouloir en découdre maîtrisant anormalement vite le fauteur de troubles. Je ne pouvais pas en croire mes yeux... C'était des os... J'avais entendu parlé de cette capacité aussi rare que dangereuse brièvement. Tandis qu'elle posait ses fesses à mes côtés un sentiment étrange parcourait tout mon corps. C'était, de l'excitation. Pas celle qu'un homme ressent quand il a envie de culbuter une femme, mais celle que ressent un guerrier lorsqu'il rencontre quelqu'un d'intéressant. Mes mains tremblaient d'impatience tandis que mon coeur s'emballait à tel point j'avais envie de découvrir son véritable pouvoir, laissant même mon aura meurtrière reprendre le dessus un court instant. Puis, calmement sans la regarder je réussis à reprendre le contrôle sur ces pulsions primaires. Mes yeux se posaient alors sur la jeune femme sans que le moindre mot ne sorte de ma bouche. Le verre se trouvant dans ma main fût lentement amené à mes lèvres pour y consommer le contenu avant de le reposer assez fortement.


"- On m'offrirait des millions de ryos pour ramener un corps avec tes capacités, femme." Prononçais-je doucement.


C'était rare de me voir aussi joueur, aussi taquin envers un inconnu. Aujourd'hui par chance, j'étais de plutôt bonne humeur et par-dessus tout, je voulais découvrir qui était cette femme. Les hommes tout autour regardaient tous sans dire le moindre mot, la plupart savait de quoi j'étais capable et semblait craindre pour la sécurité de la donzelle. Il est vrai que le dernier à avoir osé poser ses fesses à côté de ma personne, avait fini avec une multitude de cristal dans le corps, mais il l'avait cherché. Mes yeux se levaient doucement vers la jeune femme alors que je venais de commander un autre verre, bien dépensier ce soir je le regretterai sûrement demain. Tandis que l'homme m'apportait ma boisson, mes yeux eux n'avaient pas bougés d'un centimètre, il était temps de demander à l'inconnue les raisons de sa présence et de son irresponsabilité.


"- Que veux-tu concrètement ? Car, si c'est goûter à la mort, tu seras bientôt exaucée mademoiselle." Finisais-je sur un air provocateur.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu :: Autres villages-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.