:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ne tirez pas sur l'ambulance [missions rang C]

avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 138
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Mission:
 













Première mission !







▬Laisse moi au moins te porter un sac !




Nous étions partis depuis une vingtaine de minutes, que Gikochi, le médecin que je devais protéger, avais déjà fait tomber trois fois ses affaires.


▬Je prends juste de quoi t’alléger et ainsi augmenter notre vitesse de voyage. Ne t’inquiète pas, je reste toujours prêt à te protéger au moindre problème !


Je lui pris un de ses sacs, un peu de force, et le plaça sur mon dos. Il ne gênerait que très peu mes mouvements en cas d’attaque, et ça lui permettrait d’avancer bien plus rapidement.


▬▬Tu sais, nous sommes qu’a une poignée d’heures de notre destination et à notre vitesse actuelle, quatre pour être précis. Il y a très peu de chance que l’on soit attaqué. Par contre, pour toi ça doit être une aventure ! Si jeune et déjà envoyé pour sauver un noble ! Tu dois être fier de toi.


J’essayais de casser cette tension qu’il créait lui-même, et de rendre la suite du voyage plus sympathique. Il faut avouer qu’une première sortie pour une mission peut être stressant, alors s’imaginer que l’on va se faire attaquer peux rendre la chose bien plus difficile. Il ne devait pas penser à ça, c’était mon boulot. Il valait mieux qu’il se concentre sur sa mission.
-Merci , Akrillo-senseï. Je… Oui je suis un peu stressé, et je me rends compte du devoir que j’ai pour cette mission. L’honneur de mon clan sera touché si je rate, si le noble meurt… Mais cela ne va spas arriver ! Une fois sur place, j’aurais juste à étudier le patient et identifier le poison, ainsi…

Il fallait juste mettre ce jeune homme en confiance pour qu’il se mette à parler. Sans s’arrêter. Je ne l’écoutais plus que d’une oreille, tout en restant polie. Je devais aussi surveiller les alentours après tout.

Le soleil tapait, sans être agressif, et un petit vent soufflait dans notre dos. Nous marchions depuis maintenant deux heures, nous devions être à mi-chemin de notre objectif.


▬Faisons une pause, buvons un petit peu, j’ai aussi de quoi manger si tu as faim !


-Oh merci, mais j’ai aussi ramené de quoi me rassasier !
Il sortir rapidement et avec un sourire, une petite boite contenant quelques onigris. Je le vis mordre à pleine dents.


▬Prends ton temps, nous sommes pressé, mais si le médecin tombe malade, nous serions dans de beaux draps !


Il déglutit lentement et hocha de la tête. Il reprit des plus petites bouchés, tandis que je mangeais du pain sec. Ce jeune homme serait sûrement, dans quelques années, un élément très important de son clan, et ainsi du village. Cette mission devait sûrement être utilisée comme test pour voir sa réaction sur le terrain.


▬Comment se passe l'enseignement des Omura ? Désoler de poser d’un coup cette question, mais ça me trottait dans la tête ! Vous avez des senseï spécialisé ? Suivez-vous le même cursus qu’un shinobi « normal », ou vous êtes passé plus à l’écart ? Je ne connais que très peu votre clan, à vrai dire. Ou du moins son fonctionnement interne.


La question ne sembla pas le surprendre. Il prit sa dernière bouchée avant de commencer à me répondre.
-Je sais que nous sommes assez discrets, il est vrai… En fait, nous suivons en effet le cursus habituel, c’est-à-dire académie, Genin puis l’évolution normal, mais nous suivons aussi des cours en interne.
Je l’écoutais avec attention avant de lancer :


▬Remettons-nous à marcher, et continue de m’expliquer ce que tu disais, ça m’intéresse vraiment !


Je l’aidai à remettre ses sacs sur lui, tandis que je pris son sac à dos sur moi, et réajustai mon sabre.
Nous marchions depuis quelques minutes, au milieu de quelques arbres, lorsque j’entendis comme un bruit métallique. J’agrippai Gikochi par le col et le plaquai à terre, avec moi. Deux kunaï se plantèrent dans mon sac à dos. Je l’enlevai et le jetai sur le côté, et je lançai à mon protégé.


▬Reste sur le côté, en dessous de cet arbre, c’est parfait.

J’eu à peine le temps de regarder les kunaïs. Ils étaient vieux et légèrement rouillés, pas digne d’appartenir à des shinobis. Trois hommes surgirent devant nous, à travers le chemin, tandis qu’un autre, posté sur un arbre, cria :
-Enfin un petit peu d’action ! Nous attendions un médecin avec quelques shinobis pour le protéger, et voilà que nous voyons juste un gamin avec un simple épéiste ! Ca va être du gâteau ! Allons-y les gars !

Il tomba au sol, et avec ses compagnons, approchèrent tous ensemble de moi, les armes au clair.
Ils avaient l’avantage du nombre, et de la surprise, mais au moins ils pensaient vraiment que je n’étais qu’un simple épéiste. Il était facile de s’y méprendre : je ne portais pas mon bandeau sur ma tête, mais il était accroché à ma hanche. Cependant, je le retournais toujours lorsque nous sortions dans ce genre de mission, exactement pour arriver à ce genre de situation. De plus, je ne portais aucun signe distinctif de shinobis : ni gilet, ni kunaï ou shuriken visible…
Je ne suis pas senseur, mais même à cette distance, je ne ressentais aucun chakra émanant d’eux. De plus, de par leurs armes, gestuelles et tenues, je pouvais en conclure que ce n’était que de simples bandits. Ou mercenaire… En garder un en capacité de parler pourrait être utile…
Je jetai un coup d’œil au jeune médecin. Il semblait terrifié, puis il me regarda. Je lui répondis avec un léger sourire, en sortant ma lame.
Mon visage reprit toute sa concentration, les ennemis étaient encore à une vingtaine de mètres, j’analysais leur mouvement, et le meilleur moment pour frapper. Moi, j’étais en position de garde, mes deux mains sur mon katana. Je devais garder l’illusion d’être un simple guerrier le plus longtemps possible.

Avant de les faire déchanter…


Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 138
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Premier Combat





Ils étaient bientôt à portée lorsque le premier jeta son long couteau sur moi avant d'en tirer un autre. Je le contrai in-extremis, avant de subir la charge de ces deux autres compères. Je balayai l’air de haut en bas avec ma lame, contrant ainsi leurs épées. L’acier s’entrechoqua quelques instants avant de se séparer et laisser place au quatrième homme, sur ma droite. D’un coup d’œil, je compris qu’il allait sûrement me toucher. Mais si je me retournais pour le contrer, je serais alors de dos aux trois autres, et ça serait bien plus problématique.
Je pris une longue inspiration et en restant ancré face à mes adversaires, je décalai mon sabre sur la droite dans l’espoir de ralentir son attaque. Sa lame glissa sur la mienne, et me toucha mon avant-bras, sans grande force. Une entaille apparue, mais rien de bien gênant, tant que le combat ne s’éternise pas.
*heureusement que l’on nous apprend à nous battre des deux mains, dans la caste du Chien. *

Je pris deux kunais rapidement, de ma sacoche se trouvant sur le bas de mon dos, et les lança sur le groupe devant moi. Ils devaient servir juste de diversion. Je sautai en arrière en m’arrêtai lorsque je fus à une dizaine de mètres d’eux.


▬Bien, il est temps de vous rendre maintenant. Ceux déposant les armes seront épargnés.


Je les regardais droits dans les yeux, d’un visage froid et d’un air autoritaire. Ignorant le sang qui coulait le long de ma main, ainsi que le visage effrayé de mon accompagnateur.
Les quatre bandits se regardèrent avant d’exploser de rire. Ils avaient dévié les kunaï facilement, et se remettaient à me foncer dessus.
Je soupirai longuement, et passai main sur ma lame. CHAKRA NAGASHI, FUUTON

Je notai juste une légère interrogation dans les rangs de mes adversaires. Je pris appui sur mes jambes et me jetai dans la mêlée. Mon arme était devenue légère comme une plume, je la faisais tournoyer autour de moi, contrant les lames ennemis, blessant par endroit, renversant la tendance.
Enfin, je vis une ouverture. ISSEN !
La jambe d’un des brigands vola, tandis que son corps resta sur place, avant de tomber. Un de moins. Je me retournais, le visage dur. Ses trois compagnons commençaient à prendre peur.
-Tu ne serais pas un Putain de Shinobi quand même ? Putain les gars, achevons-le !!! Cria celui qui semblait être le chef.
Ils s’éloignaient et m’entouraient de façon à ne pas pouvoir contrer leurs trois attaques en même temps. Habile. Je regardais leurs pieds, et au moment où ils me foncèrent dessus, je pris mes trois derniers kunaïs et les lança sur celui devant moi. Il put en contrer que deux, mais le troisième se ficha dans sa poitrine avant de tomber. Mes derniers ennemis me fonçaient dessus, de chaque côté de moi.
*Il va falloir que je triche un peu…*
Au moment où ils arrivaient au corps-à-corps, je me baissai légèrement sur mes cuisses, et je levai ma lame pour contrer celui de droite. La douleur de ma blessure commençait à s’amplifier, heureusement, le combat aller se terminer, je n’aurais pas à changer de main. Je venais de contrer leur chef, quand le dernier se jeta sur moi, légèrement derrière moi sur ma gauche. Je pris une légère inspiration, et mis la paume de ma main gauche face à lui. Je murmurai : FÛTON : REPPÛSHÔ.
Un vent violent emporta l’homme tel un vulgaire pantin, avant de le plaquer sur un arbre. Il tomba par terre, raide. Surement assommer, peut-être pire.
Les yeux du chef passaient de ses compagnons, par terre, gémissant ou inconscient, à mon visage.
Je levai rapidement ma lame au niveau de son cou.


▬▬-Lâche ton arme, tout de suite.


D’un geste, il desserra ses doigts de son arme, et la laissa tomber à terre. Le combat était fini. Je le pris par le col, et le plaquai au sol. Je sortis une corde, ce que tout garde d’Uzushio avait, pour arrêter les ennemis du village. Après avoir solidement lié ses mains, et rattaché à mon bassin, le chemin pouvait reprendre.
Je rassemblai les corps de ses ennemis sur le côté du chemin. Celui a la jambe coupée était déjà meurt, en s’étant vidé de son sang… Celui avec le kunaï planté dans le thorax ne ferais pas long feu sans des soins d’urgence. Le dernier semblait juste évanoui. Je décidai de le capturer aussi, mais en laissant sur place. Un shinobi ou un garde passerait bien dans les environs pour les amener en prison, ou bien ils mourraient seuls, ici… Bien qu’il y eût aussi une chance qu’un groupe de bandits les sauves.
J’aurais pu les achever ici et maintenant, mais tuer de sang-froid n’était pas dans mes habitudes…. Et je ne voulais pas commencer.

-Akrillo-senseï… Laissez-moi voir votre bras, s’il vous plaît.
La jeune voix, encore fébrile due à la peur, venait de derrière moi. Le jeune médecin voulait sûrement soigner ma blessure. Je lui adressai un sourire, un lui présenta mon avant-bras. Le sang avait commencé à sécher autour, mais la plaie rester présente. Il appliqua ces deux mains au-dessus et une douce lueur apparue. Après quelques dizaines de secondes, la douleur diminua. Il m’appliqua ensuite un onguent, ce qui eut un effet de cicatrisation presque instantanée.


▬-Merci Gikochi, tu es vraiment utile !


J’ébouriffais les cheveux du jeune garçon, avant de lui faire signe de se remettre en route.
Je ne pensais pas retrouver des ennemis sur la route, après tout, les bandits sont peu organisés, s’ils avaient été plus, ils m’auraient tous simplement attaqué en même temps. C’est avec cette idée en tête que nous repartîmes vers le Château du Clan Mion.


Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Miyamoto Akrillo
Uzushio no Chunin
Messages : 138
Date d'inscription : 15/03/2017
Localisation : Uzushio

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin Rang B
Ryos: 392
Expérience:
356/1200  (356/1200)
Voir le profil de l'utilisateur










Fin et renouveau !





INous marchions depuis une petite heure, et le sentier semblait mieux dessiné sous nos pieds, preuve de notre arrivée prochaine au château du clan Mion. Notre petit accrochage s’était plutôt bien terminé, mon jeune compagnon n’avait reçu aucune blessure, tandis que la mienne n’était plus qu’un lointain souvenir grâce à ces dons de médecin. Derrière nous deux se traînait le dernier bandit. Les mains tenues par une corde et reliées avec moi par cette dernière, il ne pouvait s’enfuir. Ces trois compagnons, ou ce qu’il en restait, gisait dans la forêt, attendant des renforts ou une aide, qui ne viendra peut-être jamais. Ils ont eu ce qu’il méritait, enfin, je pense…
-Akrillo-senseï, je … Je me demandais, Étiez-vous obligez de les tuer ? Je sais que vous avez fait ça pour me protéger, mais… N’aurait-il pas été possible de juste leur mettre une bonne leçon, sans leur enlever la vie ?
Comme s’il avait lu dans mes pensées, le jeune médecin sorti cette phrase de nul-part… Il devait sûrement y réfléchir depuis quelque temps déjà.


▬Tu sais, j’aurais aimé ne pas les tuer, mais en s’attaquant à deux shinobis d’Uzushio, il s’attaquait à tout le village. Les laisser vivre aurait signifier laisser une menace planer sur nos camardes. Comment aurais-tu réagi en apprenant que ces mêmes bandits, si nous les avions laissés vivant et libre, auraient tué un membre de notre village dans une embuscade ?


Je lui laissais le temps de réfléchir avant de relancer


▬De plus, je ne les ai pas tous tués. Seulement un. Le deuxième et certes en très mauvais état, et le troisième aussi, mais un garde les arrêtera peut-être et les mettra en prison. Ma mission n’était pas d’exterminer tous les bandits du coin, en ramenant celui-ci, j’outrepasse déjà mes ordres. Mais en l’interrogeant, nous pourrions peut-être savoir qui les a payés pour faire ça…


Je m’arrêtais à hauteur du jeune homme, et me baissai légèrement, avant de poser mes mains sur ses épaules. Je le regardai dans les yeux, avant de lancer :



▬Ne crois pas que je suis un tueur sanguinaire. J’ai juste fait ce qu’il fallait, pour cette mission et pour mon village. Et viendra peut-être le jour où tu seras aussi confronté à ce genre de situation aussi. Tu verras, dans le feu de l’action, tu agiras comme on te l’enseigné, et comme ton cœur te le dis, pour protéger les tiens.


Il hocha la tête, l’air pensif, mais agréablement surpris par ma réponse. Je me relevais et tirai sur la corde pour que le bandit se rapproche.


▬Allez en route, il nous reste à peine quelques dizaines de minutes.


Une fois grimpé une colline assez haute, le château se présenta à nous. D’une architecture japonaise traditionnelle, il était d’une base de pierre massif, de laquelle s’élevait de hauts murs en bois, relié par des poutres qui s’entrelaçaient, donnant un aspect fantastique et merveilleux. Les murs en bois finissaient leur course en flèche, en se rejoignant au centre, pointant vers le ciel. On y retrouvait des ornements métalliques prouvant, à ceux qui doutaient encore, le caractère noble de ce bâtiment. Tout autour se trouvait des petites murailles en bois, séparant le château du petit hameau qui l’entourait. Des dizaines de petites maisons en bois venaient se tasser les unes contre les autres, dans l’espoir d’être à l’abri derrière leur protecteur. Le tout était englobé de puissante mais vieille muraille en pierre, dont certains endroits tombés en ruines, accusant de leur âge. De petits champs se trouvaient autour de ces dernières, respectant le schéma traditionnel d’organisation de château médiéval.
Nous nous étions arrêtés quelques secondes pour admirer le magnifique panorama. Des étendards blanc et violet, aux couleurs du Clan Mion, flottaient dans les airs, et étaient accroché à la muraille.


▬Nous y voilà… lançais-je dans un murmure...


Je me remis à marcher, avec à ma suite, le prisonnier et mon acolyte. Nous nous retrouvâmes face aux grandes portes au bout d’une vingtaine de minutes. Des gardes se présentèrent devants nous, nous reconnaissant directement. J’avais mis cette fois-ci en évidence mon bandeau, afin de clamer de quel village nous venions.


▬Bien, Gikochi, nos chemins se sépare ici, je te laisse rejoindre ton patient, ces gardes t’y amènerons ! Moi je dois amener ce prisonnier à votre chef, nous devons l’interroger, ils ont essayé de nous attaquer.



Je rendis le sac au jeune médecin, et lui rappela que je restais dans cette ville quelque temps encore. Lorsqu’il aura fini, il sera soit ramener par moi, si je suis encore là, où alors accompagné par une escouade de leurs gardes, jusqu’à Uzushio.
Quelques gardes et lui hochèrent la tête, et partit en direction du château, tandis que moi et deux autres soldats partions vers une autre destination, la prison.


▬Je dois vous avertir, j’ai laissé un homme mort ainsi que deux de ces camardes en très mauvais états dans un petit bosquet, à une heure et demie d’ici, environs. Vous devriez envoyer quelques hommes s’en occuper, pour la sécurité de vos voyageurs. Enfin, si vous n’avez rien de plus urgent à faire ! Je compte rester ici toute l’après-midi, je peux aisément combler le manque que fera l’envoie de quelques gardes.


Celui qui semblait être le plus gradé fit un signe de tête et aboya des ordres. Quelques gardes partirent en direction de ce qui semblait être la caserne.
-Vous en avez déjà assez fait comme ça, Akrillo-sama, je vous en remercie. Vous pouvez assister à l’interrogation, même si nous pensons déjà qui peut être leur employeur... Sinon, vous pouvez aller faire un tour au village, c’est un jour de marché aujourd’hui, je suis certains que vous trouverez de magnifiques choses !

Il posa une main sur mon épaule. L’homme est assez âgé mais robuste, et sa poigne qui pressait mon épaule démontrait de sa puissance. Malgré qu’il ne dégageât aucun chakra, je n’aimerais pas le rencontrer en combat.
-J’espère sincèrement que votre médecin peut sauver notre seigneur… De plus, nous devons trouver le traître qui l’a empoisonné ! Votre présence ici pourrait dissuader une nouvelle attaque de ce traître…
Je hochai la tête, j’avais compris ce qu’il me demandait. Je n’allais pas partir en mission d’espionnage et de détection d’ennemis, mais plus en mission d’intimidation. Après tout, je venais de terminer celle-ci, et je voulais rester ici pour visiter. Me balader dans tous le village et château, bandeau bien visible et armes non dissimulées, montrerait que nous sommes en bon terme avec le clan Mion, et fera réfléchir leurs ennemis avant de retenter une attaque…

C’est ainsi que je passai les trois prochaines heures à errer dans le village, m’entretenant avec les villageois pour avoir et donner des nouvelles, acheter quelques bricoles, souvenir… Une fois au château, le pu recroiser Gokichi. Selon lui, il ne sera pas difficile de sauver leur seigneur, mais le traitement sera long. Il avait déjà commencé en procurant les premiers soins, et il allait maintenant chercher des ressources pour un antidote plus puissant. Soulagé que le chef du clan soit sain et sauf, je pourrais revenir en apportant de bonnes nouvelles à Uzushio. Le médecin m’avertit aussi qu’il aller devoir rester une semaine, minimum, pour s’assurer que ces traitements fonctionnent, avant de donner des directives aux docteurs du château et ainsi partir. Je rentrerais alors sans lui.
Je sortis du château lorsque le soleil commençait à décliner dans le ciel, un groupe de garde passa devant moins, entourant deux hommes. Les bandits. Ainsi, ils les avaient récupérées, tant mieux. Le dernier n’était pas là… Peut-être l’avait-il brûlé où enterrer sur le chemin. Ce n’étaient pas mes affaires.
**il est temps de partir** Pensais-je, sans voir arriver derrière moi le vieux garde.
-Excusez-moi, Akrillo-sama, mais pouvez-vous apporter ce document à votre Kage ? Il contient des remerciements, ainsi que les informations que nous avons soutirées au bandit capturé. Mes gardes qui reviennent avec les autres viennent de m’avertir que toutes les versions sont les mêmes. Vous savez que Seigneur Kiseki est allié à votre Kage, et qu’ils veulent tous les deux s’ouvrir sur une politique commerciale et non-agressive. Ce n’est pas le cas de tout le monde, et encore moins d’une des autres familles Nobles de notre Pays, les Okiga. Tout le reste des informations se trouvent sur le parchemin, votre Kage vous fera sûrement part de ce qu’il contient. C’est plus grave que nous le pensons. Merci encore, Akrillo-sama, et j’espère pouvoir re traiter avec vous, si nous avons besoin d’aide !


▬D’accord, je vois, je lui amènerais le plus vite possible, ne vous inquiétez pas ! Merci à vous, et bonne continuation.


Nous nous saluons respectueusement, chacun notre tour, avant de vaquer chacun à nos occupations…
Je savais ce qu’il me restait à faire, en route pour Uzushio !


Récapitulatif combat:
 


© NAELY
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.