:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Sud-Ouest :: Plaines désertiques Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family

Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Mission à accomplir:
 

Ft  Chinoike Hitagi & RyukuOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



Le monde semblait vraiment vaste quand on le regardait depuis l'Isthme de gel. Si chez nous, on ne voyait que de la neige et de la glace, voire un peu de boue et de marécages en période plus douce, c'était toujours appréciable de quitter notre domaine. Et je n'allais pas le faire seule car une nouvelle mission guettait les miens. Si la dernière fois je n'avais emmener que la jeune Hitagi, cette fois-ci, Ryuku s'était ajouté à notre bande car j'estimais que j'avais besoin de mains supplémentaires pour la tâche qui serait la nôtre. La destination? L'autre coté du monde, presque à la frontière du désert : les côtes d'Omui.

En effet, le damyio des environs cherchaient des shinobis capable de protéger deux personnes qui, dans un avenir proche, pourraient devenir aussi riche que crésus. Seulement, il avait besoin de certains garantis pour s'assurer qu'il n'y avait pas de tromperie et en conséquence, il était nécessaire de jouer les nounous pendant près d'une semaine. Sur le papier, cela avait l'air... facile. Toutefois, l'argent rendait les gens fous, ce qui mettait en danger la vie des héritiers potentiels.

J'avais expliqué dans les grandes lignes ce qu'il en était à mes deux compagnons mais je ne m'y étais pas attardés car la route nous serait longue. Les détails, je les leurs confierais au fil de l'eau à chacun de nos arrêts. Le reste du temps, nous devions filer le plus rapidement possible à destination et cela se comptait bien évidemment en jour. Pourquoi cette peine? Parce que la prime le valait et c'était aussi une autre façon de prouver que notre clan était capable d'assurer la protection de petits gens comme des grands. Il fallait qu'on réussisse. Pas seulement pour notre réputation de shinobis, mais aussi pour me convaincre à moi-même. Comment pourrions-nous protéger toute une région si nous en étions incapable pour seulement deux individus?

" Il va nous falloir rencontrer le daimyo de la région pour avoir éventuellement plus de renseignement sur la mission à accomplir. Nous rencontrerons aussi ceux que nous allons devoir protéger. Il vous faudra vous tenir tous les deux. Nous avons une réputation à conserver. "

Je ne leur disais pas cela pour les effrayer, mais le ton de ma voix n'en était pas moins sérieux. Il fallait dire que tous les deux, malgré leurs différences d'âge, étaient des personnes assez sanguines. Je n'étais pas certaine qu'ils soient également les Chinoike les plus patients du monde alors.... quand la mission se devait de garder en sécurité pendant près d'une semaine une mère et son fils.... Je ne savais pas pourquoi, j'avais peur que ces deux là ne se tinrent pas.... sages. Pourtant, ils étaient de remarquables shinobis et je me réconfortais avec cette idée. J'essayais. Surtout... pour Ryuku. Le protocole n'était pas trop sa tasse de thé.

Nous traversâmes ainsi les terres du sekai, et nous avions même essayé d'éviter de passer par les terres du feu, par précaution, même si cela rallongea notre route. Nous visitions ainsi à la va vite les grandes forêts et les terres fertiles pour enfin arriver près des côtes. C'était splendide. Surtout en cette saison. Mais je n'étais malheureusement pas là pour jouer les touristes et mon sérieux prenait toujours le pas. Nous finîmes donc notre voyage par le "palais" du daimyo Kinoshita Yûsuke devant lequel nous nous tenions.

Avant que nous nous fassions connaître, je me tournais toutefois une dernière fois vers mes camarades, avec un regard plus insistant en direction de mon aîné qui avait toujours une dégaine assez nonchalante.

" Je vous rappelle que nous allons nous entretenir peut-être avec le seigneur des environs directement. Il nous faut faire bonne figure. Tenez-vous bien, faite honneur à notre clan. Ne répondez pas de manière irréfléchie si le daimyo vous adresse la parole et surtout, ne vous montrez pas insultant. "

Puis je poussa un soupir pour citer un argument un peu plus terre à terre.

" Je rappelle que c'est lui qui paye. "

Réajustant mes vêtements pour me donner un air plus présentable, je finis par me présenter devant la grande demeure.

" Bonjour. Je suis Chinoike Etsu, intendante du clan Chinoike. Nous sommes venus de loin pour répondre à la demande de Kinoshita Yûsuke, votre Daimyo, concernant l'affaire d'un certain Fumiaki Gen. Seriez-t-il possible de nous faire annoncer à lui? "

Nous allions pouvoir en savoir un peu plus sur l'ampleur de notre tâche.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Ryuku
Chinoike Ryuku
Indépendant
Messages : 48
Date d'inscription : 05/03/2019
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 336
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue43/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (43/1200)

Feat les chinoikes

Mission B - On tape sur qui ?

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Tdyj

Enfin ! Nous quittons l'isthme de gel pour se diriger bien loin au sud, direction les cotes d'Omui. Le simple fait de quitter cet endroit de froid glacial est une récompense en soit. On va pouvoir enfin ôter ces énormes habits de fourrures et ne plus risquer, ne serait-ce qu'une engelure rien qu'à l'idée de se soulager naturellement du trop-plein d'urine. Ça permet aussi de limiter les affaires de voyage, on n'y pense pas assez à ça, mais se balader dans tout le sekai de façon légère, qu'elle liberté ! La deuxième bonne nouvelle, c'est qu'Etsu à décidée d'esquiver le bateau pour éviter tout contact avec le pays du feu. Quel soulagement ! Je ne supporte pas la houle. Cinq minutes en mer et j'aurais d'expulsé l'intégralité de mon petit-déjeuner par-dessus bord. Un magnifique spectacle dont je préfère me passer. Mais une idée me taraude l'esprit… Y-a des lapins dans le désert ? Un voyage sans lapin, ce n'est pas une escapade réussie !

Les jours passent et notre destination se profile devant nous. Une excursion aussi longue ça forge le groupe, on en apprend un peu plus l'un sur l'autre. Elle a le sang chaud la petite Hitagi, elle est tout mimi quand elle s'énerve. Je commence à prendre un certain plaisir à la taquiner des fois sans raison, Etsu, je n'ose pas trop encore. J'aime voir gambader la jeunesse, il me tarde de voir grandir la prochaine génération, j'espère que d'ici là nous auront fait assez pour qu'il puisse s'épanouir bien de ce glacier qui nous sert de gîte. Mais quel plaisir de sentir cette chaleur sur la peau. Plus les degrés montent et plus ma jouissance augmente. Sentir le soleil brillant taper sur mon crâne luisant, une sensation d'extase que beaucoup trop d'hommes ignorent. Ils ne savent pas ce qu'ils ratent. C'est l'occasion rêvée pour exposer fièrement ma tunique d'un jaune pétard et d'un rouge laqué. Honte à ceux ne prenant pas un instant de réflexion devant la future mode du Sekai.

Notre objectif n'est plus qu'à quelques pas. Le regard de la cheffe se fait insistant sur ma personne. Réagir de manière irréfléchie ? Mes pensées se bousculent à cette écoute. Laisse tomber Ryuku, personne n'arrive à comprendre que bien souvent la situation à besoin d'être géré à l'instinct. Tu le sais que la réflexion ce n'est pas ton fort. Faute avouée, à moitié pardonnée ? Je prends mon souffle pour tout de même rétorquer, quand le mot payer arrive jusqu'à mes oreilles. Ah ! Ma seule réponse sera alors un simple soupir bien appuyé. Nous voilà d'ailleurs à destination, sympa la baraque. C'est un peu moins pitoyable que chez nous. On vit quand même dans un bloc de glace aussi, ça a une certaine classe, mais la pratique s'en trouve drastiquement diminué.

Suite à la demande de Etsu, l'un des gardes, passe une arche qui semble indiquer l'entrée de la propriété dans le but de nous annoncer. Mon instinct me guide à fortement esquiver cette entrevue, pourquoi risquer un incident quand on peut simplement patienter à l’extérieur ? Glissé dans le dos de la cheffe, je lui susurre à l'oreille.

Ryuku ▬ Je pense que je vais patienter dehors moi, soleil est si beau c'est bête de ne pas en profiter !

Accompagnant mes mots par l'action, je prends alors place contre la palissade, adossé, regardant bêtement les nuages passant qui me paraissent incroyablement magnifique aujourd'hui !

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu et  Ryuku
I
l cognait fort, il cognait très fort… J’étais paradoxalement heureuse de faire tabasser de la sorte, qui donc me frappait ? L’astre solaire, le soleil frappait de ses rayons lumineux, ma peau glabre, cette étendue ivoire se plaisait à ressentir cette chaleur, comme une chaleur bienfaitrice, elle remontait mon moral. Sous les reflets de cette lumière immortelle, les lignes blanches qui parcourait mes mains, mes bras, mon cou, mon ventre, mon torse, étincelaient. Toutes ces cicatrices étaient la preuve, le testament de ma douleur. Mais aussi la marque incontestée de mon appartenance à mon clan, le clan des Chinoike, glorieux maîtres du sang, ils étaient ma famille, j’étais une des leurs. Sur cette route désertique, qui nous menait inexorablement vers la gloire, j’avais enfin pus retiré mes vêtements chauds, ceux qui m’empêche l’hypothermie, à la place, tout mon corps était recouvert par des tissus si fin que  je craignais presque qu’ils laissent apercevoir trop de ma personne. Je n’avais pas vraiment l’impression que ce soit vulgaire, mais si exhibé mon ventre, mon décolleté, mon dos est vulgaire, alors je le suis. Je ne ressentais aucune pudeur, y compris parce qu’aucun plouc qui nous rencontrerait ne pourrai poser une seule main sur moi, l’autre c’est que j’étais en présence de ma famille.

Surtout d’Etsu, mais vous devez bien me connaître depuis le temps, par sa simple présence Etsu arrive à faire ressortir le meilleur de moi-même, elle était ce qui se rapprochait le plus d’une sœur. Enfin, il n’y avait pas que Etsu, il y avait aussi Ryuku, bien que j’eusse probablement eu de mauvais aprioris à son égard, la faute à la manière dont il avait causé une fois à la vieille carne. Mais ce voyage, nous avais appris à mieux nous connaître et grâce à mon sang peut-être un peu chaud, je me dois bien de l’avouer, celui-ci avait pris l’habitude de me faire un peu tourner en bourrique, mais je ne m’en formalisais pas, comme on dit, qui aime bien, châtie bien...  Enfin, j’ai peut-être piqué une crise une ou deux fois… ou alors beaucoup plus, j’en ai perdu le nombre. Aussi, la présence d’Etsu et du soleil atténuait mes humeurs, de ce fait, j’étais de bonne humeur comme je l’étais rarement.

Pourquoi nous étions dans ce désert, enfin cette plage? A priori, Etsu nous avait dégoté une mission, genre, de la protection d’une dame et de son rejeton. Cela voulait probablement dire que la bagarre nous attendait. J’aimais la bagarre, j’avais hâte de cogner un ou deux abrutis. Je ne me formalisais pas des détails, seul l’action m’intéressait. Enfin, mon intendante me l’avait déjà fait comprendre, je devais bien me conduire, j’allais rencontrer un  petit noble, un roitelet régnant sur son territoire, le genre de gars bien crâne, bien chiant pétant plus haut que leur cul, le même genre de personne que ceux qui avait ordonner notre génocide. Mais, j’étais bien forcée de bien me tenir, sous peine de nuire à sa réputation à elle, à Etsu, c’était probablement la dernière chose que je souhaitais faire, vous devez vous en douter, me connaissant. En plus, c’était ce gars-là, le seigneur qui payait, a nous le pognons, le fric, l’oseille, le blé si nous réussissions la mission. Mais, je devais faire attention, je dois pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir buter, j’vais encore finir dans la merde si j’fais pas un minimum attention…

Nous finîmes par arriver devant le château du seigneur qui requérait notre aide. Etsu se présenta, expliquant qu’on était là sur les ordres de sa majesté le seigneur Kinoshita. J’ai toujours été aussi cynique moi ? Et alors que Ryuku voulu rester dehors à attendre, pour moi, il était bien impossible que je laisse ma sœur y aller seul, je la suivis d’un pas rapide, puis me rappelant qu’il fallait faire bonne figure, je fis demi-tour, déposa l’énorme sabre de près de deux mètres de long à Ryuku, puis repartis bon train avec Etsu, prête pour l’entretien. Ce que j’avais retenu ? Que je devrai probablement soit fermer ma gueule, soit tenté de bien causer. Ma motivation ? L’oseille ! J’aimais la vie de combattant, surtout aux contact d’Etsu !


kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Héritier surprise [Mission rang B]

La côte d’Omui, comme bien des territoires attenants, bénéficiait de peu d’avantages face à d’autres régions boisées et verdoyantes. C’était un endroit désertique où le soleil était maître incontesté, réchauffant constamment les longues étendues sableuses qui dégageaient une chaleur étouffante. Son avantage demeurait dans un maigre terrain qui longeait la côte, faisant bénéficier l’endroit de quelques cultures mais cela s’avérait bien peu pour survivre et financer toute l’économie ; bien des marchands s’étaient en ce sens spécialisés dans la commercialisation d’épices. Ces dernières se développaient avec grande aisance dans l’endroit et au cours des années, de nombreuses personnes s’étaient démarquées. Fumiaki Gen était de ceux-là. Riche propriétaire de vastes étendues, il employait nombre de paysans qui travaillaient à ses ordres pour développer son imposant commerce. Sa mort avait ébranlé sa compagnie, fondée quelques décennies plus tôt avec trois associés. Sa mort fut si éprouvante qu’elle inquiéta dès lors le daimyo, qui percevait de fortes rentes dans ces actions commerciales et lorsqu’on évoqua la succession, cela fit perler une goutte de sueur sur la tête de l’homme qui gérait ce pays : trois investisseurs, tout trois allaient vouloir la détention de l’entreprise. À cela s’était rajouté une femme, sortie de nulle part, qui prétendait avoir porté l’enfant de l’homme et qui était venu le présenter à la cour du daimyo : certes, l’enfant portait les traits de feu l’entrepreneur Gen. Mais cela ne voulait, aux yeux des trois investisseurs, rien dire ! Gen était un homme fort de sa personne, élancé, à la barbe fraichement taillée, un homme de grande envergure mais ses traits étaient… extrêmement courants. Noir de pilosité, des yeux tout aussi bruns que les arbres des contrées avoisinantes, il n’avait rien pour se démarquer. Mais pourtant, bien des choses allaient dans le sens de ce que la femme disait ! Fumiaki Gen était un homme libertin, cela se savait. Il aimait la chère fraiche et tendre des jeunes demoiselles qu’il rencontrait, ne se souciant guère de leurs origines. En prime, la femme montrait des preuves compromettantes et cela avait suffi à convaincre le daimyo de faire le nécessaire. Le moine était en route pour les analyses, qui détermineraient qui aurait droit à l’héritage proéminent.

C’était dans un fastueux palais, où se mêlait luxe, plaisir charnel et bonne gastronomie, qu’un homme se tenait assis sur son trône. Il portait une tenue très ample, accompagnée d’une coiffe à l’allure exubérante qui montrait toute la richesse de son rang. Le daimyo de la côte d’Omui était un homme qui vénérait l’argent, la seule chose qui pouvait maintenir à flot son glorieux pays. À leur arrivée devant le palais, les membres du clan Chinoike furent accueillis par des gardes qui appelèrent une femme à l’allure agréable. Cette dernière, d’un geste sobre, invita ceux qui le désiraient à suivre la marche ; dès lors, ils furent conduits dans un dédale de couloirs qui menèrent finalement à l’antre du plus puissant homme de ce territoire. Assis sur son trône, il observa les deux femmes qui avançaient vers lui et qui furent annoncées dans un puissant éclat de voix. Kinoshita Yûsuke inspecta les deux femmes d’un regard long et insistant, les détaillant avant d’inspirer légèrement pour prendre la parole. « Mesdames. » dit-il d’une voix jouasse, ravi par l’arrivée des shinobis. Ces dernières dégageaient quelque chose, une prestance, se disait-il. « Je suis ravi de votre arrivée en ces lieux. » prononça-t-il simplement à leur encontre. « Allez donc les chercher, mon brave, au lieu de rester pantois à mes côtés. » reprit-il en parlant à un homme à ses côtés qui semblait se tourner les pouces. Il se précipita exécuter l’ordre de son maître, rapide. « Votre arrivée tombe à point nommée. » lâcha l’homme en observant les alentours de la salle. Les deux femmes pouvaient remarquer un manque d’effectif dans la protection actuelle du daimyo, qui ne se voyait entouré que de quelques gardes qui faisaient le guet, droits comme des piques. « Je vais commencer par les informations primaires. Himeka-san et son fils, le potentiel héritier de la famille Fumiaki, requiert une protection de tout instant. La situation actuelle ébranle quelques peu l'entreprise de feu Fumiaki Gen et les investisseurs ne cessent de chercher à faire valoir leur droit. » Malheureusement, ils pouvaient se montrer insistants et leur façon d'être n'était pas toujours la bonne. Ils avaient tenté de grassement rémunérer le daimyo, chacun à leur tour, en échange de quoi il devait en reconnaître un comme héritier de toute la fortune du défunt. « Vous devrez escorter la femme et son fils à tous les endroits où elle souhaitera se rendre, afin d'assurer leur survie jusqu'à l'arrivée du moine qui témoignera de la filiation de l'enfant. » expliqua-t-il plus brièvement alors que des bruits de talons se faisaient entendre dans la pièce, ainsi qu'une voix enfantine. Himeka était une femme de grande classe, portant ses cheveux cheveux blonds attachés en un chignon dans lequel était insérée une baguette, tenant fermement le tout. Chiguru, quant à lui, était jeune et cela transparaissait : à sa taille, il ne devait pas avoir plus de neuf ans. S'inclinant face aux shinobis et ensuite face au daimyo, la femme brisa le silence d'une voix mélodieuse. « Daimyo-sama, avez-vous précisé les dernières nouvelles ? » demanda-t-elle avec une voix inquiète, alors que l'homme hochait la tête de gauche à droite en reportant pleinement son attention sur les deux kunoichis. « J'allais y venir... Récemment, la compagnie de mercenaires que j'employais a quitté son poste et le palais. Sans me donner de raison, ces forbans sont partis et m'ont obligé à réorganiser le corps armé qui me défendait. » commença-t-il à expliquer. « Je ne peux décemment pas assurer que ces bandits ont été payés par un de ces investisseurs, mais... La coïncidence me semble suffisamment étrange ! » s'exclama l'homme dont la voix montrait clairement qu'il n'avait pas terminé son allocution. « Pensez-vous qu'il serait envisageable de ne pas tuer les mercenaires, s'il venait à vous attaquer ? Ce n'est pas leur faute, ils... ils sont payés ! Qui refuserait une trahison, face à une monnaie sonnante et trébuchante ? » dit-il sur un ton niais. L'homme n'était pas mauvais, mais avait une fois aveugle en l'argent et une tendance à trouver des justifications incessantes à toute action. La femme s'avança d'un pas. « Daimyo-sama, nous ne pouvons décemment pas tolérer que des mécréants tels que ces mercenaires aient droit à une clémence de notre part, s'ils viennent à s'en prendre à vous ou à nous ! L'argent ne justifie pas cela. Ils vous ont trahi, aussi simplement que cela ! » tentait-elle de convaincre l'homme. Ce n'était pas la première fois qu'elle tentait d'expliquer ce fait et espérait y parvenir, un jour. Le regard d'Himeka se porta sur les shinobis : elle attendait d'eux de l'aide pour convaincre ce bougre de laisser le sang couler, en prime, il omettait un détail important ! Le chef de ces mercenaires avait été surpris proche de la demeure de l'un des investisseurs, ajoutant plus de crédibilité à l'hypothèse de la trahison. La crainte se lisait dans le regard de la mère.

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Ft  Chinoike Hitagi & RyukuOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



Je n'étais pas une femme anxieuse, pas quand il s'agissait de mon travail. En tant que shinobi, de toutes manières - et surtout intendante - je me devais de conserver mon sang froid au maximum. Alors lorsque Ryuku me confirma qu'il préféra demeurer dehors, j'en fus presque soulagée. Il fallait dire qu'aussi fort qu'il était, il avait un caractère bien à lui et le fait qu'il en eut conscience à cet instant me prouvait qu'il avait bien une tête qui fonctionnait... à sa façon. J’acquiesçais simplement d'un mouvement pour lui confirmer que ça me convenait et que c'était le plus sage. Je ne serais donc accompagnée que de Hitagi à qui je souris avec confiance.

On fut alors rapidement rejoindre après ma présentation par quelques gardes qui allaient nous escorter. Ce fut donc avec politesse que je les saluais, emboitant rapidement leur pas avec une allure assurée. Il fallait que nous montrions que les Chinoike étaient un clan avec des membres qui savaient se tenir et qui inspiraient une certaine confiance. Nous devions assurer notre réputation. Rapidement, nous fûmes donc amenées dans la grande salle du trône du Daimyo et je plia un genou à terre en guise de respect à mon arrivée, espérant être naturellement suivie par ma jeune amie. Ce ne fut qu'au moment où le grand noble nous adressa la parole que je me dressais moi-même, pointant mon regard dans sa direction. Mes yeux n'avaient rien d'inquisiteur cependant et je n'essayais pas de l'impressionner, seulement de prouver mon sérieux.

J'écoutais donc avec la plus grande attention chacun des propos du daimyo, toutes les informations dont il disposait pouvait nous servir. Il nous confirma rapidement que notre mission serait une question d'escorte, mais aussi de protection rapprochée pour une mère et son enfant. Je supposais naturellement que la priorité serait le gamin. L'héritier, c'était lui après tout. Cela ne signifiait pas pour autant que nous négligerions sa mère mais j'espérais fortement que tout ce qu'elle avait pu conter n'était pas un mensonge car elle jouait la vie de son fils.

En parlant du loup d'ailleurs, Himeka arriva à point nommer avec son enfant. Elle se présenta comme une femme élégante et plutôt belle. On ne pouvait pas dire que le commerçant volage avait mauvais goût.... bien que son comportement... c'était autre chose. Toutefois, elle venait avec des nouvelles moins réjouissantes pour nous. Voilà maintenant que l'on risquait d'avoir des mercenaires aux fesses. On aurait pu se douter que les anciens investisseurs tenteraient des choses, mais au point de réussir à corrompre des hommes qui travaillaient au palais? Ils avaient dû leur agiter sous le nez une sacré fortune pour tourner le dos au daimyo.

Par contre, je demeurais légèrement pantoise face à la question du souverain. J'arquais un sourcil d'étonnement. Mais la belle Himeka me devança par son discours auquel je ne répondis cependant pas, ni en confirmant, ni en infirmant ces propos. Toutefois, je finis par prendre la parole pour exposer moi-même mon avis sur le sujet.

" Daimyo-sama, il est vrai que la coïncidence est plutôt étrange. Je me permettrais d'avoir deux hypothèses à ce sujet. "

Je fronçais légèrement les sourcils alors que je réfléchissais.

" Dans un premier temps, il est facile d'imaginer qu'ils ont été payés pour déserter leurs postes mais cela ne signifie pas nécessairement qu'ils veulent directement s'en prendre à Himeka-sama. Cela affaiblie votre sécurité mais il se pourrait que ce soit un autre groupe d'individus à qui eu été quémander la tâche ingrate d'exécuter un travail moins convenable. Mais s'il s'agit bel et bien des mêmes mercenaires, comme l'indique Himeka-sama, ces hommes ne sont pas dignes de confiances. "

Elle pointa ses grands yeux rouges en direction de Kinoshita Yûsuke.

" Si vous accordez votre pardon à ces individus, vous n'êtes pas à l'abri qu'une telle chose recommence à nouveau. Cela vous mettrait en danger. Si la rumeur court que l'on peut corrompre vos hommes sans qu'ils n'en payent le prix, j'ai peur que l'on vienne s'en prendre à vous. "

Je n'avais personnellement aucun plaisir à exécuter qui que se soit, mais j'avais un grand sens de la loyauté. Pour avoir été trahi, mon clan y avait beaucoup d'attache et nous étions plutôt rancuniers.


Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu et  Ryuku
J
e suivis Etsu, les pensées braqué bien autre part que sur la mission, j’étais concentré sur l’architecture du bâtiment dans lequel  nous nous enfoncions, en cas de problème, je voulais être absolument sûre de retrouver la sortie très rapidement.  Comme une ombre, je ne quittai pas Etsu, je n’avais confiance en personne ici, à part mes camarades, on se sait jamais quand l’humeur d’un seigneur peut tourner, jamais. Encore une fois, nous avions été trahis une fois et je refusais catégoriquement d’être trahis une seconde fois et de voir mon peuple, mon sang s’évanouir dans les méandres de l’histoire. J’étais clairement à cran depuis que j’étais rentrée dans cette demeure, toute ma bonne humeur s’était envolée si rapidement, ma concentration était mise à dure épreuve, je me concentrais sur chaque cliquetis métallique pouvant être une arme, une armure. J’en faisais peut-être trop, mais mieux vaut prévenir que guérir.

Lorsque nous rencontrâmes, le seigneur, j’eu le plaisir d’apercevoir un homme plutôt mou et candide, peut-être pas un abrutis, mais clairement pas une lumière. Voir une figure si… terne me fis relativiser ma crainte et je pus me détendre et m’incliner assez à contre cœur, suivant l’exemple d’Etsu, encore une fois, c’était lui qui payait, je ne devais pas nous faire perdre la mission et l’oseille que ça pourrait nous rapporter.  Alors que je me levais distraitement, suivant la gestuelle d’Etsu pour ne pas créer d’incident diplomatique, j’étais bien autre part que les paroles mièvres du seigneur. En effet, je n’écoutais pas vraiment les détails de la mission. Pourquoi ? Parce qu’Etsu les écoutaient elle, je n’étais pas là pour la finesse et la politique, j’étais là pour casser des gueules, c’est tout… Je rirais presque à cette phrase, elle plairait probablement à Ryuku rester dehors. Mais, je secouais la tête légèrement, je me devais de rester attentive aux gardes et aux mouvements dans la salle. De ce fait, je lançais des sourires carnassiers aux gardes qui rencontraient mon regard, appréciant de voir leur visage pâlir à l’extrême et resserrer leur prise sur leurs armes et vérifier leur matériel. Ce comportement me permis d’avoir à peu près l’arsenal de ceux qui pourrait se retourner contre nous, au gré des humeurs d’un mollusque. J’étais disposée entièrement à montrer que je n’étais pas une femme faible et encore moins Etsu. Mes yeux se portèrent assez rapidement vers la femme qui entra dans la salle, un bien jolie brin de femme. Elle amena avec elle des informations que je compris en plus des modalités de base de la mission.

On allait devoir surveiller la bougresse et son rejeton, mais une troupe de mercenaire autrefois allié au souverain allait probablement nous attaquer et ce dernier nous demandait de les épargner ? Même en étant stupide, une telle candeur était presque écœurante, étais-ce un seigneur qui se dressait devant moi  ou une larve? Je me retenus de dire quelque chose, tant cela m’indisposait d’entendre de pareil idiotie. Je ne pus que faire mine de tousser et me retourna pour ne pas indisposer le seigneur, je faillis à me mettre à rire ou grogner, je mis mes mains complète sur mon visage pour empêcher mon comportement de transparaître, je ne savais pas du tout comment réagir, le mieux était probablement de ne pas réagir.

Etsu, elle réagit, expliquant bien, avec des mots infiniment plus gentils que ceux que j’aurais utilisés, la stupidité du seigneur. Mais, je laissais cela de côté, car de nouveau droite et dans un semblant de stoïcité, j’enfonçai mes yeux dans ceux de la mère pour percevoir une peur infinis. Aucune femme ne devrait vivre dans une telle peur, aucune. Je serrai le poing si fort que les jointures blanchir jusqu’à leurs extrêmes. Outre l’argent, je venais de trouver une détermination supplémentaire, ma détermination était si forte, que je me permis de prendre la parole en fixant le seigneur, d’un regard que je n’espérais pas trop méchant :

« Je pense exactement comme ma camarade, votre seigneurie. Vous devez montrer que vous êtes un souverain avisé que nul ne trahis. Une telle clémence de la part d’un homme de votre trempe serait ridicule, cela ni siérait guère au seigneur de la côte, Sieur Kinoshita. Si malheur vous arriverait, ce serait un malheur pour  cette région, tant les bienfaits que vous avez pour elle. »

Cet homme était si mou et mièvre que ma démagogie allait marcher et même si elle échouait, cet homme ne pouvait que je m’étais moquée de lui. Mais son comportement ridicule m’exaspérait au plus haut point, dire qu’un dirigeant aussi peu aviser gouverne une région… C’en est presque incroyable, autant prendre un ivrogne dans une taverne, il ferait un meilleur leader. Puis, détournant mon regard pour revenir à la mère, mes yeux avaient probablement pris une expression plus clémente automatiquement continua :

« Quand à vous, je vous promet de vous protéger, vous et votre fille. Je n’oserai plus portée le nom Chinoike si j’en suis incapable. »

Puis, je baissai les yeux, dévorant le sol. J’allais désormais suivre Etsu sans rien dire,  l’heure de la baston approchait et j’avais de plus en plus envie d’aller casser du mercenaire.


kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Héritier surprise [Mission rang B]

D’un geste lent, le daimyo fit sortir de l’une de ses manches un éventail aux couleurs sobres. Il fit un mouvement des doigts pour l’ouvrir rapidement et s’éventer quelques instants, écouter avec attention ce qui était dit par les jeunes shinobis qui se trouvait face à lui : un soupire s’échappa de ses lèvres alors qu’Himeka reprenait sa tirade pour le convaincre de punir ses précieux mercenaires. Cela le déplaisait, car il avait appris à s’attacher à ces mercenaires mais ce n’était pas que cela, ils n’étaient pas tous mauvais… C’était des mercenaires, après tout ! Ils allaient au plus offrant mais certains avaient une certaine conviction, n’étaient pas de purs pleutres qui voulaient la mort d’autrui. Cependant, la trahison avait un goût amer. Cela ne passait que difficilement dans la bouche du suzerain de ces terres, qui sous le joug de son caractère à tout le moins tolérant, avait laissé passé cela. Il avait vu - ou plutôt entendu - au beau milieu de la nuit ces mercenaires quitter l’endroit, laissant la salle où il siégeait vide. Seuls ses gardes personnels, quant à eux, étaient restés présents à leur poste. Toujours en s’éventant, l’homme écouta attentivement les tirades de toutes les personnes présentes. Fort mou et peu avisé de sa personne, il n’avait pourtant jamais été contre les conseils des personnes qui s’approchaient de lui. En prime, ces shinobis étaient payés pour être à ses ordres - et à ceux de la ravissante Himeka et de son jeune fils - ainsi, il était persuadé qu’il ne disait cela que pour l’intérêt de leur mission et de l’avenir de la côte ! « Je conçois fort bien ce que vous dites là, mais les choses sont toujours plus compliqués que cela… » dit-il d’une voix mollassonne en guise de réponse. « La trahison doit être punie, mais elle peut l’être de bien des façons, alors… » reprit-il, en réfléchissant derrière son éventail qui camouflait la partie basse de son visage. Il ne sait que peur, écoutant les paroles de ceux autour de lui, il ne voyait pas réellement d’issu favorable à tout cela. Il avait ces mercenaires depuis tant de temps qu’il ne pouvait plus compter les lunes qui s’étaient écoulés depuis qu’ils étaient venus habiter ce palais. « Soit, soit… Mais dans ce cas… j’aimerais ajouter une requête, si cela ne vous dérange pas… » dit-il en portant son regard sur la jeune Chinoike qui se prénommait Etsu. Himeka était certes une femme charmante, mais Etsu l’était tout autant et pour le daimyo, c’était un régal que de la dévorer des yeux. « Parmi ces mercenaires, une jeune femme répondant au doux nom d’Arame travaille pour le compte du chef… J’ai longuement discuté avec elle, depuis sa venue et… j’en suis persuadé ! Elle n’est pas méchante, elle a souvent contredit les ordres de son chef… » explique le daimyo, les traits de son visage serré par ce qu’il disait. « Elle est jeune, alors ..! Si vous pouvez, convainquez-la de cesser cela ! Peut-être pourra-t-elle convaincre certains de ses pairs, n’est-ce pas ? Elle est la seconde du chef, malgré tout et… elle est trop douce pour mourir pour les erreurs d’un vieil homme qui, aux premiers abords, semble prêt à passer l’arme à gauche ! » reprit-il, sur un ton presque vigoureux. Il espérait vraiment que cette demande ne générait pas les shinobis. « Cependant, si vous ne parvenez pas à cela, alors… Faites ce que vous avez à faire. » conclut Kinoshita sur ce sujet, tandis qu’Himeka tournait de nouveau son regard vers les shinobis.

Peu après cela, le daimyo se leva de sa place. Sa posture, une fois debout, était bien différente. Le dos légèrement courbé, l’homme semblait être dans une mauvaise passe physiquement, il n’avait pas la force ni la vigueur d’un homme en pleine fleur de l’âge. « Le moine qui doit s’occuper des comparaisons sanguines arrivera dans une semaine, mais se rendra aussitôt dans le domaine des Gen. C’est là-bas qu’il procédera aux tests, car les investisseurs souhaitaient voir cela de leurs propres yeux : vous devrez donc conduire Himeka et son fils là-bas. J’ai fais préparer un transport pour eux, mais cela sera votre tâche de les protéger. » reprit de nouveau le daimyo, qui descendait les marches le séparant de ses interlocuteurs. Cette fois-ci, Himeka reprit la suite. « Nous ferons quelques arrêts en route, le chemin n’est pas très long, tout au plus deux jours de route… Mais de nombreux villages sont sur notre route, nous en profiterons pour acheter quelques épices. Un marché se trouve, à un jour de marché. » expliqua la jeune femme, serrant son fils contre elle qui entourait les jambes de sa mère de ses bras menus. « Avez-vous des questions ? » demanda la femme, qui semblait prête à partir.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Ft  Chinoike Hitagi & RyukuOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



Je ne savais vraiment pas quoi penser de ce daimyo. Est-ce qu'il était réellement aussi naïf? Certes, on pouvait corrompre bien des hommes et des femmes avec des ryos, mais cela ne faisait pas tout. Est-ce qu'il reposait donc tout son pouvoir sur simplement la taille de sa fortune? Plus je le regardais et plus je le trouvais pathétique. Sa manière de diriger, sa manière de se laisser embobiner...  mais je me devais de demeurer respectueuse. Mais au moins, je savais que je n'étais pas la seule à penser de cette manière quand ma jeune amie appuya mon opinion. Et je n'étais pas peu fière de son intervention car elle parla bien et dignement. Quand on savait qu'elle était plutôt d'humeur sanguine, je savais qu'elle faisait beaucoup d'effort pour se tempérer. Je n'aurais jamais obtenu un tel résultat avec un homme comme Ryuku.

Alors que Kinoshita Yûsuke était sur le point d'entendre raison après avoir obtenu trois avis féminin qui convergeaient dans la même direction, voilà qu'il retenta à nouveau de négocier la clémence pour un des mercenaires. Décidément, je ne comprenais pas cet homme. Il avait été trahi et lui était près à accorder un pardon sans quasiment aucune concession. Cela m'échappait totalement mais peut-être que cela m'agaçait d'autant plus que je portais toujours une forte rancune à l'égard des Uchiha, malgré le poids des années. Je n'étais pas capable de balayer cela d'un simple revers de la main alors que lui agitait simplement son éventail en parlant de cela comme s'il s'agissait d'une erreur humaine si banale qu'elle n'était qu'une goutte d'eau. Si la femme qu'il désirait protéger s'en était pris à sa vie, peut-être penserait-il autrement.

Néanmoins, il n'en demeurait pas moins celui qui avait commandé cette mission. S'il désirait que l'on épargna la vie de cette personne, alors nous devions céder. C'était son domaine, sa région après tout. Il paierait le prix de son choix. Je me contentais de fermer les yeux et d'acquiescer d'un mouvement de tête.

" Comme il vous plaira mon seigneur. Nous essaierons de convaincre cette jeune femme de son erreur. Néanmoins, vous conviendrez que si elle attente à la vie de Mademoiselle Himeka... "

Je ne finis pas ma phrase, elle était bien assez explicite. Après tout, nous devions avant tout protéger le jeune héritier et sa mère. L'autre donzelle était une tâche secondaire.

Ce fut à la fin de cette "négociation" que le seigneur de la côte d'Omui se dressa difficilement de son trône. Cela lui donna un coup de vieux de le voir se tenir si courbé, mais encore une fois, je ne devais rien montrer pour ne pas l'offenser. Mon regard rouge se contenta de le suivre dans ses mouvements et je demeurais attentive à ses explications. Lorsque ce fut le tour de la jeune femme à protéger, j'agitais la tête négativement.

" Aucune question. Nous pouvons partir directement si vous êtes prêtes. "

Sur ces mots, je me tournais vers le seigneur et le salua une dernière fois. Il était temps de se mettre en route et que nous ne perdions pas une minute. Naturellement, je me tournais vers Hitagi et lui murmura quelques instructions à voix basse et uniquement à son attention.

" Notre priorité est le jeune héritier. Garde bien les yeux ouverts, surtout sur l'enfant. "

Je tapotais l'épaule de la jeune fille, puis je pris la direction de l'extérieur pour retrouver notre autre camarade. Je me devais de lui expliquer la marche à suivre, au moins le temps que le transport soit préparé comme avait pu l'indiquer le daimyo. Je suivis donc à nouveau les quelques gardes qui nous avaient guidé jusqu'à la salle du trône et une fois dehors, je cherchais du regard le crâne chauve du Chinoike turbulent.

" Ryuku! Nous y allons! "

Deux jours de route pour atteindre le domaine des Gen, plus de nombreux potentiels arrêts en fonction des envies de la jeune mère. Cela multipliait les risques d'attaques ou tout autre embuscade. Si cela n'avait été que moi, j'aurais fait le choix de tracer directement notre route jusque là bas. Mais je n'étais pas maîtresse de cette décision.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu et  Ryuku
J
’avais bien du mal à rester en place, je tapais presque du pied frénétiquement, j’avais envie, que dis-je, j’avais besoin de me dégourdir les muscles, de manier un peu ma grosse épée. Mon impatience était encore plus mise à rude épreuve par les paroles du daimyo, c’était chiant, sa voix monocorde, sans aucun changement me donnait envie de pioncer et bordel, j’avais pas envie de pioncer, j’avais envie de casser du mercenaire ! En plus, il était toujours perché dans son monde à vouloir protéger une bande de traître, si il existait à mes yeux une qualité essentiel pour un soldat, c’était la loyauté, des soldats dénué de loyauté ne méritait pas d’être considéré comme des soldats. Bref, j’avais du mal à me contenir, je regardais un peu partout, commençant presque à me mâcher un ongle. Je serrai aussi les points pour contenir la rage que j’éprouvais pour le daimyo, en plus d’être chiant, cette flaque dévorait Etsu des yeux. Comment osait-il ? J’étais la seule qui devrait la regard… (euh non, peut-être pas quand même), voir ces yeux de chien mouillé arpenter chaque parcelle du corps de mon intendante ne me plaisait pas, on aurait dit un bout de viande tomber entre les pattes du chien le moins fin et que celui-ci se plaisait d’avoir trouvé un telle morceau de viande. J’avais clairement du mal à me contrôler, j’entendais même plus un traître mot qui sortait de sa bouche chevrotante. Je compris tout de même qu’il parlait d’une femme, cet homme ne réfléchissait qu’avec ce qu’il avait le froc, avec le peu d’énergie qu’il mettait dans absolument tout ce qu’il faisait depuis que nous étions arrivées, le voir donner de l’importance à quelque chose était paradoxal, surtout que bon, il écoutait sa libido avant tout. Chose espérer que tous les hommes ne sont pas autant abrutis parce qui pend entre leur jambe, sinon, jamais aucun d’eux ne vaudra la peine de s’intéresser à eux.

Lorsque le daimyo se leva, sa posture ne me fis éprouver qu’un dégout encore plus important pour lui, rien ne m’inspirait le respect, absolument rien, sa manière de parler, sa politique, rien. Il était vide, aussi consistant qu’un flanc et aussi résistant qu’une brindille, rien en lui n’inspirait le respect, il n’était à mes yeux qu’un minable incapable, motiver par l’envie de serrer une gonzesse qui l’avait trahis et qui ne se rendra probablement pas. Je sentais tout mon corps vibrer, je n’allais guère réussir bien longtemps à contenir tous mes sentiments que j’avais envie de cracher à la face du pauvre, voir sa tête d’ahuris mettre des secondes à comprendre le sens de mes paroles, puis exploser en larme, voilà un spectacle que j’adorerai voir, sincèrement, j’en rêverai !  Et puis lui mettre un bon gros coup de grolle dans le cul pour le faire tomber et le voir se ramasser misérablement, telle est exactement le rêve que j’entretenais à cet instant même alors qu’il évoquait probablement des informations cruciales.

J’écoutai d’une oreille les paroles de la dame que nous allions côtoyer pour les prochains jours, j’étais sur le point d’exploser de rire à cause de mes pensées précédentes, mais je me retenais, encore et toujours.  Et alors qu’elle nous demanda si nous étions prête à partir et qu’Etsu répondis, que bien entendu nous étions prête, je ne pus m’empêcher de souffler du nez, je m’obligeai à mettre ma main sur ma bouche, pour essayer de garder bonne figure, mais assez difficilement, je réussis à réprimer ce fou rire incontrôlable. Je m’inclinai devant le flanc qui nous servait d’employeur, puis me dirigea vers la sortie. A ce moment-là, je me fis intercepter par Etsu qui me souffla quelques instruction, surveiller l’enfant à tout prix et prioritairement à la mère. Je hochai la tête ayant retrouvé mon un semblant de calme. Puis, telle une ombre, m’engagea derrière la mère et son fils et commença ce qui s’annonçai être une mission d’escorte tout à fait banal.

Une fois dehors, à nouveau sous le soleil de la plage, j’eu le plaisir de revoir Ryuku qui me rendis mon sabre. Dès que je vis son visage, je m’imaginai  instantanément comment il aurait réagis devant le daimyo et cette pensée me suffis à me faire exploser d’un fou rire, n’étant plus devant l’être visqueux, je n’eus pas à me retenir et mes éclats de rire explosèrent, tandis que je m’excusai auprès de la mère. Je m’étais retenu trop longtemps de ne pas rire. Notre employeur me provoquait des quintes de rire, mais aussi une frustration incroyable dû à sa bêtise.

J’allais suivre Etsu, elle était notre meneuse, celle qui dirigeait. En soi, notre mission commençait maintenant ! Bientôt, bientôt je vais te dégourdir mon petit corps, ai patience, bientôt tu pourras danser et remuer, pour l’instant reste concentré, tu dois protéger cette petite famille !


kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Ryuku
Chinoike Ryuku
Indépendant
Messages : 48
Date d'inscription : 05/03/2019
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 336
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue43/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (43/1200)

Feat les chinoikes

Mission B - On tape sur qui ?

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Tdyj

Je m’ennuie, je m'endors, je transpire. Je ne suis pas habitué à un temps aussi desséchant. On est dans le total opposé de chez nous. Ma combinaison colle, ça en deviendrait presque gênant et désagréable. Puis c'est moche le sable, rien à voir avec la neige. Les hautes températures et mon inactivité me font somnoler. Interdiction de rester comme ça. Mon regard se tourne vers les gardes. Hum … Déterminé, accompagné d'un certain hardeur, je me pointe juste devant eux. Demandant voir leur hurlant mon souhait de vouloir sympathiser et fêter ça autour d'un jeu. Mais aucune réaction, bien trop stoïque les gaillards, impossible d'en tirer quelque chose. Je soupire de dépit. N'y a-t-il rien pour me distraire ? Une grosse masse apparaît alors dans le coin de mes yeux. L'épée d'Hitagi, hum …

L'arme en main, à une certaine distance de tout dommage collatéral, je tente un mouvement latéral. L'allure est si saccadée que l'on pourrait croire qu'une forme maladie trahis ma compétence de combattant. Ai-je au moins une fois dans ma vie posé les mains sur la fusée d'une épée ? Pas que je me souvienne. Qu'importe, voulant bien faire, j'agite la chose d'un côté à l'autre reproduisant des mouvements totalement aléatoire qui démontre bien mon inaptitude à manier une lame d'une telle envergure. Ces exercices ont terriblement augmenté ma température corporelle, je transpire énormément. Un clignement d'yeux et j'aperçois une silhouette juste en face. Celle d'un enfant, le voilà de retour.

Kami-sama ▬ Ca faisait longtemps Ryuku.

D'une main, je viens reposer la lame sur mon épaule.

Ryuku ▬ Que me veut l'honneur de votre visite monsieur la divinité ?
Kami-sama ▬ Je viens voir comment se porte l'homme qui espère un jour me remplacer. Qui sait, peut-être ai-je des affaires à régler ici-même.
Ryuku ▬ Si vous pensez vous en prendre à notre intendante, vous avez choisi la mauvaise personne.


Ni une, ni deux, je lance l'épée dans sa direction. La lame s'écrase alors au sol avec force laissant s'échapper un puissant jet de sable ainsi qu'un beau nuage de poussière. L'enfant ? Disparu, comme à son habitude. Mon poing se ferme, une certaine tension fait rage dans tout mon être. Une explosion de sens qui s'estompe directement à l'entente de la voix d'Etsu. Ma tête se tourne vers elle, nos regards se croisent, je lis une certaine incompréhension. Je crois avoir compris. Mes yeux se posent alors sur l'épée d'Hitagi planté un peu plus loin dans le sable. Je fixe de nouveau l'intendante et hausse seulement les épaules, manière de dire que je ne sais pas comment s'est arrivé. Elle ne répond que d'un simple soupire.

Quelques minutes plus tard.

Tout le monde est de nouveau réuni. Etsu m'a clairement expliqué la situation. La diplomatie n'est pas mon fort, mais la chose est plutôt simple, il faut écarter toutes les menaces qui barreront la route, point. Un véhicule fait d'ailleurs son apparition. Il est évident que c'est le moyen de locomotion de nos privilégiés. Attisé par la curiosité, mais surtout pour le bien de la mission, je me dois de savoir à quoi ressemble ceux que je dois protéger. J’entrouvre la porte, scrute les passagers, mais reste bloqué devant la vue qui me fait face. Subjugué devant la beauté de la jeune mère, j'en reste statique, jusqu'au moment où je sens une force m'extirper de force de la diligence. J’atterris un peu plus loin, la tête enfoncée dans le sable. D'un mouvement, je déloge le haut de mon corps, recrachant au passage le désert entré illégalement dans ma gorge. J'entrevois alors mon agresseur, l'intendante, un poil excédé semble-t-il. Je souris et ne peux m'empêcher de rajouter.

Ryuku ▬ Etsu, tu as vu cette beauté ?

Une simple seconde lui suffit pour me faire une nouvelle fois déguster au goût granuleux du désert d'une magnifique gifle dont elle a le secret. Aurais-je dit quelque chose de travers ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Miyuki
Chinoike Miyuki
Indépendant
Messages : 27
Date d'inscription : 27/09/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue88/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (88/1200)
Trois jours.

Voilà trois jours que j'attendais patiemment dans cette ville à l'autre bout de ma caverne. Partie après les autres membres de mon clan (j'avais été .. hum... retenue pour affaires personnelles ailleurs), je n'avais pas hésité à traverser les terres du Pays du Feu contrairement à mes comparses. J'étais agile, rapide et discrète, et l'immense région ne pouvait se targuer d'avoir des postes de gardes dans tous les secteurs. Je m'étais donc faufilée sans problème jusqu'à atteindre le désert du Sud-Ouest, sans savoir qu'Etsu avait pris un trajet plus prudent. Bonne idée, considérant les boulets qu'elle devait traîner avec elle. D'autant plus qu'un groupe voyage à la vitesse de son individu le plus lent, c'était la recette gagnante pour que je me morfonde quelques jours en les attendant.

Mon séjour n'avait pas été de tout repos. Le soleil surpuissant qui brûlait ma peau diaphane m'avait forcée à adopter le style vestimentaire de la poplace locale. Les rayons semblaient frapper plus durement encore sur mes habituels vêtements sombres, d'autant plus que mon style détonnait des habitants du désert. Sitôt arrivée dans la région, j'avais troqué mes kimonos adaptés aux températures froides de l'Isthme du gel pour des étoffes légères et colorées, en plus de porter un voile protégrant ma tête et mes cheveux. Ainsi accoutrée comme un clown ou un bouffon si vous voulez mon avis, je pus me fonde dans la masse de cette ville où trônait fièrement le palais du Daimyo, n'ayant l'air guère différente des nombreux enfants qui courraient partout. Enfants qui étaient plus grands que moi pour certains d'entre eux. C'est pourquoi on ne me porta aucune attention pendant ces quelques jours de vacances. Tant qu'à être en mode touriste, autant en profiter.

J'avais ainsi pu découvrir pourquoi les épices du désert faisaient la réputation de ce désert, ainsi que les gouteuses dattes séchées enrobées du sucre, un pur délice. J'avais rapidement saisi le potentiel énergétique de ces dernières, alors que je restais parfois juchée sur le toit de mon auberge plusieurs heures dans la nuit froide, cherchant à m'occuper comme je le pouvais en attendant les retardataires. J'essayais d'en apprendre un peu plus sur la réputation du lieu, et si ma lame allait être nécessaire pour rétablir la justice dans ces rues où le sang disparaitrait au travers du sable. Malheureusement, mes services ne furent guère requis alors que rien ne semblait clocher ici-bas. Quelques criminels semblaient revendre de la marchandise volée, mais la petite contrebande ne m'intéressait guère. J'avais entendu quelques rumeurs de ces marchés aux esclaves, mais rien ne me mena à eux. Peut-être qu'une journée supplémentaire m'aurait été nécessaire pour en apprendre plus la dessus, mais je n'en eus jamais l'occasion.

Lors de ma troisième journée de visite, après avoir fait des achats au souk, je reconnus un crâne dégarni et poli comme un cristal, tant bien que les rayons qui tombaient dessus éblouissaient tous les alentours : mon cousin Ryuku. Enfin arrivée, ce n'étaiy pas trop tôt. Mais que faisait-il seul ? Surtout, était-il en train de se désorganiser? Il lança une épée sans raison dans le sable, et je roulai des yeux jusqu'à très loin derrière la tête : un petit voile sur sa tête ne lui aurait pas fait de tort. À force de se faire taper dessus par le soleil, quelque chose ne tournait plus rond dans son coco. Son cerveau était clairement en train de surchauffer. Heureusement, Etsu sortit presque instantanément, suivie d'Hitagi. Je n'avais aucune idée de ce qu'ils avaient bien pu apprendre avec le Daimyo, mais je devais me grouiller avant qu'ils ne repartent sans moi.

L'intendante s'était mise à gifler Ryuku sans raison lorsque j'apparus devant tout le monde, les bras chargés de dattes. Drôle de vision pour une jeune femme aussi malingre que moi, reconnue pour son aversion de la nourriture.

" Vous en avez mis du temps... " dis-je laconiquement avec le même ton monocorde qui me caractérisait, tout en engouffrant un fruit sucré dans ma bouche.

Je me retenai de leur en offrir, je ne voulais pas que cette brutasse d'Hitagi bouffe tout mon stock. Ils n'avaient qu'à prévoir leur provisions. De plus, j'ignorai superbement leurs invités qui étaient sortis avec eux. Je n'étais pas là pour discuter ni faire semblant d'être gentille ou avenante. J'espérais seulement que personne ne me fasse de commentaire sur mes vêtements locaux dont les couleurs chatoyantes étaient bien loin des kimonos noirs que je portais en permanence.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Héritier surprise [Mission rang B]

Himeka s’inclina en remerciant avec emphase Etsu avant de sortir à pas vifs avec son fils qui jeta un dernier regard aux Chinoike en trottinant sur les talons de sa mère. Ils rejoignirent leur appartement et la femme rangea rapidement leurs affaires, empaquetant dans un sac à dos quelques affaires vêtements et objets de leurs anciennes vies avant de tendre la main vers son fils qui s’y pendit et observa avec attention sa mère. Cette dernière passa ses doigts dans ses cheveux avant de se diriger d’un pas rapide vers la sortie, elle remercia une nouvelle fois le damyo avant de se diriger vers le point de rendez-vous où les attendaient les Chinoike. La femme était nerveuse, qui ne le serait pas avec ce qui planait au-dessus de sa tête ? Cependant elle s’efforçait de paraître calme pour son fils. « Nous sommes prêts. » Chiguru fixait avec intensité Estu et Hitagi, il semblait fasciné par les deux ninja. Puis son regard passa tour à tour des différents Cihnoike. Il était émerveillé par eux. Il voulu lâcher la main à sa mère, mais cette dernière lui saisit fermement le poignet pour s’assurer qu’il reste près d’elle et qu’il ne s’éloigne pas d’un millimètre. Elle fronça légèrement les sourcils et serra son sac contre elle. Elle se mit à suivre les Chinoike sans hésiter en gardant son fils contre elle. Le petit garçon regarda Hitagi et demanda d’une voix emplit d’innocence. « T’es une princesse toi aussi ? » Sa mère ne dit rien et observa Hitagi avant de s’approcher d’Estu en gardant son fils près d’elle. Elle n’aimait pas le savoir loin d’elle, ni même qu’il s’intéresse à quelque chose loin d’elle. « Etsu-sama, comment allez-vous faire pour assurer notre sécurité ? Sachez déjà que je ne laisserais jamais mon fils tout seul. Dans les marchés il va y avoir beaucoup de monde, et Chiguru-chan les adore et il sait déjà bien négocier, alors… c’est important qu’il puisse aussi s’éduquer. Vous savez comment vous allez faire ? » demanda-t-elle, particulièrement intéressée par le fonctionnement qu'allaient mettre en oeuvre les membres du clan Chinoike dans cette protection rapprochée ; en effet, il n'avait fallu qu'une vingtaine de minutes pour voir la ville en contrebas d'une colline, qui s'étalait devant eux, illuminée par les lanternes, tandis que le brouhaha ambiant emplissait déjà l'air tant elle était bondée de personnes. C'était le fameux marché où la femme voulait faire un arrêt - pas le seul, cela dit. Elle avait besoin de bien des choses et observait celle qui semblait être la " chef " de cette équipe, un léger sourire agréables sur les lèvres.

Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Ft  Chinoike Hitagi & RyukuOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



Cette mission allait être longue. Très longue. C'était certains. Alors que j'attendais la jeune femme et son fils au dehors, une voiture avait été apprêtée à leur intention pour facilité nos déplacements. On ne pouvait pas se permettre de se balader le long des routes à la vue de tous et avec un enfant si jeune, cela n'en finirait jamais. Rapidement, ils montèrent, leurs bagages amenés par des hommes du daimyo. Je me retournais à nouveau vers Hitagi et je lui fis signe de les suivre pour une garde plus rapprocher le temps du voyage. Je savais qu'elle en était capable et c'était aussi une manière pour moi de la séparer temporairement de mon autre camarade, Ryuku.

" Hitagi, je voudrais que tu montes dans la voiture avec eux. Tu assures la protection rapprochée du petit... "

Au même moment, je fus interrompue par mon aîné au crâne chauve qui commença son cinéma et joua les curieux en ouvrant à nouveau la portière afin d'observer le petit héritier et sa mère. Bien évidemment, il manquait totalement à ses manières, ce qui avait le don de me mettre hors de moi. Autant vous dire que je n'avais eu aucun scrupule à le saisir par le col et le tirer de là rapidement. Tout aussi vite, je pointais un regard noir et exaspéré vers lui.

" Je te rappelle qu'on est pas là pour s'amuser! Fais preuve d'un peu de sérieux. "

Je me malaxais la tempe quand il trouva les  mots qui me mirent encore plus en boule. Cette fois, je ne retins pas la claque que je lui mis dans la figure, et je n'essayais même pas de me justifier. Il m'énervait quand il jouait les idiots. Heureusement pour lui, l'arrivée de Miyuki calma mes ardeurs bien que... je crus un instant ne pas la reconnaître. C'était la première fois que je la voyais vêtue de couleur et cela lui conférait un air.... étrange. Je ne pus retenir mon étonnement mais au moins, elle se fondrait plus aisément dans le décor habillé comme les autochtones.

" Bonjour Miyuki. Nous avons dû nous entretenir avec le daimyo. Il nous a fait une requête supplémentaire. Il semblerait que ce dernier souhaite, bien que ramener l'héritier soit notre priorité, tentons de préserver la vie d'une jeune femme qui fait partie des mercenaires qui auraient abusés de sa confiance. Si nous sommes attaqués en chemin, il nous faudra faire... attention à ne pas écourter la vie de cette... Arame. "

Je ne tentais pas de lui en dire plus, du pourquoi et du comment. Cela se voyait sur mon visage que je ne comprenais pas la logique de la demande de ce seigneur extravagant mais il payait. On exécutait. Je préférais donc l'avertir dans l'hypothèse où nous rencontrions les traîtres sur le chemin.

" Bien. Maintenant en route. Ryuku, tu montes avec moi devant. Tu conduis. "

Il nous fallut près d'une vingtaine de minutes pour rejoindre la ville que désirais voir Himeka. Je ne pouvais pas m'empêcher de trouver cette femme curieuse. Elle savait pertinemment le danger qui pesait sur la tête de son gamin et pourtant, elle voulait quand même faire des emplettes. Je trouvais ça d'une imprudence sans nom. Il aurait été tellement plus simple pour nous de tracer directement notre chemin jusqu'au domaine de son amant défunt.... je n'avais cependant pas à discuter. Un peu frustrant tout de même pour moi de ne pas avoir complètement les rênes de cette mission. J'étais obligée de me plier à aux caprices de la belle dame.... et ceux de mes congénères difficilement gérables.

Arrivée à destination, je fis arrêter la voiture un peu en retrait et je fis un signe de tête à Miyuki pour partir en éclaireur. C'était la plus petite et la plus agile. La plus discrète également. Ryuku et Hitagi, ils étaient à la fois la force d'attaque et le bouclier. L'un ouvrirait la marche, l'autre la fermerait. Moi, je me tiendrais près de la mère et de l'enfant.

" Madame, vous avez quatre paires d'yeux qui veillent sur vous. Nous ne vous lâcherons pas d'une semelle. De plus, il ne serait pas très malicieux pour quiconque de lancer une attaque au cœur de la foule. Cela créerait un mouvement de panique sans précédent et mettrait même les soldats de la ville sur le qui-vive. Par contre... "

Je pointais mes yeux rouges dans ceux de la mère de famille.

" .... Ne vous écartez pas de nous. Qu'importe ce que vous souhaitez, dites-le moi en premier lieu. Et si par hasard vous pensez voir un visage familier, faite-le moi savoir également. "

Il fallait se méfier de tout.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu, Ryuku et Miyuki
A
près repris mon sabre, je commençai donc à attendre prêt de mon intendante. Puis, après quelque temps, je vis finalement la dame apparaître avec son fils. Elle s’était directement dirigé vers Etsu, moi, je m’étais rapprochée du petit garçon, Chiguru si je ne me trompais pas, que nous allions protéger, je restais particulièrement proche de l’enfant que nous devions protéger en priorité. Je suivais Etsu et la mère de l’enfant qui marchait pendant que nous nous dirigions vers le véhicule qui allait nous mener à la prochaine étape du voyage. Je voyais le regard du petit sur moi avec fascination. Je ne pouvais pas lui en vouloir, pour un petit garçon, voir des personnes comme nous devait être étrange, moi peut-être plus qu’Etsu, car même si nous avions la même peau exsangue aux reflets ivoires et les cheveux d’un brun sombre, je faisais facilement une quinzaine de centimètre de plus qu’Etsu, en plus, j’avais un sabre énorme à la ceinture. Par rapport aux habitants de la région avec leur teint basané, c’était sûr que nous étions exotiques. Et alors que nous marchions, celui-ci me demanda finalement après m’avoir regardé un long moment si j’étais une princesse aussi. Je réfléchis quelque seconde, lâcha un rire cristallin devant l’innocence du jeune garçon puis répondis :

« Oui, on peut dire ça, j’suis aussi une princesse ! »

Je souriais avec la même candeur que l’enfant. Je n’écoutais que d’une oreille ce que disait la mère du môme préférant faire des grimaces pour faire rigoler l’enfant. J’avais tout de même compris l’essentiel : nous allions faire beaucoup de pause dans des endroits vivant et le garçon était plutôt aventureux. Soyons bien clair, je ne me sentais pas en mesure de critiquer le plan de voyage de la dame, mais il me paraissait entre autre beaucoup plus simple de rejoindre le plus rapidement possible l’ancien domaine de feu son amant… Enfin, les désirs de madame sont des ordres, je vais simplement faire mon travail et protéger ce môme, même si je dois y laisser des plumes !

Après que celle que je considérais comme ma sœur et la dame eurent finis de parler. Je vis la mère et le fils monté dans la voiture, afférer pour l’occasion. Moi, j’étais toujours dehors, mon nodachi sur les épaules, à côté d’Etsu, celle-ci s’approcha de moi puis, me fis signe de les suivre avant de déclarer dans le creux de mon oreille :

« Hitagi, je voudrais que tu montes dans la voiture avec eux. Tu assures la protection rapprochée du petit... »

Elle n’eut pas le temps de terminer que Ryuku, ouvris la porte du carrosse et siffla à moitié la dame notre patronne entre autre. Etsu sans perdre une seconde lui fis bouffer la poussière et je ne pus que glousser devant le ridicule que mon camarade. Bien entendu, il se fit disputer comme un enfant et pour cause, il avait probablement manqué quelques règles de savoir-vivre… Enfin, ça m’avait bien fait rire donc je ne pourrai pas lui en tenir rigueur. Je posai ma main sur l’épaule de ma boss, puis déclara avec détermination avant de monter au pas de course pour rejoindre la mère et son fils :

« Sans problème je monte avec eux ! Le gamin ne risquera rien, j’en fais mon affaire ! »

Je rentrai ainsi dans la voiture. Puis, m’asseyais à l’inverse du garçon, pour pouvoir lui servir de bouclier humain si jamais. Je ne réussis pas à faire rentrer mon sabre et c’est avec déception que je dus me séparer de ma lame et la laissé à l’avant là ou Etsu et Ryuku s’allait s’installer ! Laisser mon arme hors de mes mains me gênait car j’étais plus faible sang… Ok, j’étais tout à fait capable de créer une arme avec mon sang, mais aucune d’entre elle n’égalait la qualité de ma lame. Une fois bien assise sur les sièges du véhicule bien trop luxueux pour moi, j’en profitais pour me présenter et pour le garçon et pour la mère :

« J’vais présenter, moi c’est Hitagi. C’est moi qui vais surveiller vot’ fils… Tant que j’rai là ! Rien ne lui arrivera, ça, j’vous le jure ! »


Après m’être présentée, je finis par sortir la tête par la fenêtre et par apercevoir une jeune femme de petite taille habillé d’étoffe aux couleurs riches. Je finis par reconnaître Miyuki mon aîné après quelque secondes. Puis, levant haut le bras, la salua avec ferveur pour qu’elle puisse m’entendre. J’avais faillis ne pas la reconnaitre avec ses étoffes chatoyantes… J’étais si habituée à la voir de noir vêtue que voir sa peau ivoire soulignée par de vives couleurs me fit tiquer quelque seconde. Puis, retourna entièrement dans le véhicule et tenta de me calmer, j’étais si excitée par cette mission… Mais, je doutais que montrer mon excitation soit réellement bonne à montrer devant la dame… Mais, j’avais envie de bouger, de rire, de vivre en soit, donc rapidement, je commençai à converser avec candeur avec le petit garçon. Mais, j’avais pris sur moi deux kunai, un pour chaque main que j’avais caché négligemment dans ma tunique blanche légères. Je souriais de toutes mes dents pour essayer de mettre en confiance la dame. Je n’allais avoir aucun problème avec le petit car Chiguru semblait déjà m’apprécié, c’était flatteur.

Après plusieurs minutes de voyage, une petite vingtaine tout au plus, voyage que j’avais passé la tête à l’extérieur, laissant le vent gifler mon visage et virevolter mes cheveux, j’avais néanmoins pris garde à répondre à chaque question sérieuse de la mère avec la plus grande logique et j’avais répondu aux questions du fils avec gentillesse et légèreté. Finalement, nous nous arrêtâmes en contrebas de la ville. Je descendis de la calèche, suivis de nos deux clients. Rapidement, Miyuki fut envoyée en éclaireuse tandis qu’Etsu promulgua et quelques règles pour la sécurité et notre plan d’action. Quelque chose de tout simple. Ryuku en tant que gros bourrin allait ouvrir la marche, Etsu allait rester avec la mère et le fils tandis que moi j’allais fermer la route, en somme, j’allais être un banal bouclier. Avant de nous mettre en route, je m’agenouillai devant le jeune garçon, j’avais repris mon sabre que je portais sur mes épaules et déclara :

« ‘Sieur Chiguru, si vous avez la moindre crainte, n’hésitez pas à venir près de moi, je vous protégerai. Pour sûr je serai votre bouclier! »

Puis me relavai, sentant mon ventre gargouiller. J’avais une faim de loup, j’espérais que j’allais trouver plusieurs choses à manger, car j’étais affamée. Mais, je comptais néanmoins répondre aux attentes d’Etsu au maximum et protéger cette mère et son fils. Je comptais bien mettre tous les moyens possibles et inimaginables pour les protéger, foi de Chinoike. Ainsi, suivant le mouvement, nous nous dirigeâmes vers la ville.


kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Ryuku
Chinoike Ryuku
Indépendant
Messages : 48
Date d'inscription : 05/03/2019
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 336
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue43/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (43/1200)

Feat les chinoikes

Mission B - On tape sur qui ?

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Tdyj

Oh ! Calmez-vous les amis ! On est arrivé ! Mais qu'est-ce qui est passé par la tête d'Etsu de me mettre en tant que conducteur ? Elle voulait nous tuer, c'est ça ! J'avais jamais pris en main ces trucs-là moi. J'ai failli leur arracher la mâchoire plusieurs fois aux pauvres chevaux. Heureusement qu'ils ont de la bouteille les bougres, ils m'ont direct remis à ma place. Je crois qu'on a plutôt bien sympathisé d'ailleurs. À peine à destination, je n'ai pas hésité à sauter du véhicule pour aller leur caler une ou deux caresses. Ils sont trop mignons. Yo ! Yu ! Good Job ! Que je leur lance un pouce en l'air. Aucune réaction. Je sais qu'intérieurement, ils ont compris. On est pote maintenant, c'est sûr.

Les autres sont plus formels, ils font des courbettes devant la demoiselle et son fils. Je passe la tête sur le côté pour entrevoir la donzelle. Une vraie beauté, avant la fin de la mission, il faudra qu'on trouve un bon bar à saké et là, je pourrais tenter ma chance. Faut quand même que je lui fasse comprendre que je ne suis pas un homme facile et surtout pas bon à marier. Ca paraît un bon plan tout ça. Etsu me toise du regard. Faut que je me dépêche ou je vais encore me faire gifler, je sens encore la douleur de la punition précédente. Ce n'est pas vraiment le moment d'indisposer l'intendante. Elle en profite pour nous briefer. On va se la jouer formation tortue, moi devant, Hitagi derrière, Etsu au milieu et la pauvre Miyuki toute seule dans le noir. C'est sûrement parce qu'elle pas grande la petite, elle peut se faufiler partout. C'est pratique !

Ryuku ▬ J'ouvre la marche no soucis chef !

C'est important pour l'histoire de le préciser, mais on a garé le véhicule légèrement éloigné du quartier, en hauteur sur une petite colline. Donc si je vous dis que si à la fin de ma phrase mon pied d’appui vient à se bloquer dans un objet non identifié, vous arrivez à imaginer la suite ? Mon seul souvenir de la chute est le visage dépité de la Chinoike aux cheveux vert. Comme si elle n'y était pas habituée à force. Au moins la descente est rapide, mais non sans bruit, mêlant des roulades dignes des plus grands cascadeurs et de léger cris de stupéfaction. La fin de cette course endiablée ? Encastré dans un bâtiment de bois, accompagné d'un certain vacarme. Une reconversion dans le monde du spectacle est peut-être possible. Je reste immobile quelques secondes dans une position peu confortable avec une vue splendide sur le ciel étoilé.

Il faut croire que mon acrobatie n'a pas était sans effet. Ma vue est maintenant obstruée par deux jolies poitrines, un peu trop découverte, mais pas sans me déplaire. Il semblerait que je sois rentré en collision avec leur lieu de travail et qu'elles s'inquiètent de mon état. Comme c'est mignon. Elles essayent de communiquer avec moi, mais ma concentration est ailleurs. Ryuku, pervers ? Qu'allez-vous dont imaginer !? Un sursaut de stupeur me remet sur pieds, un étrange fluide rougeâtre coule de mon nez. Adoptant une posture plus digne, je leur fais comprendre que tout va bien. Ce n'est pas une petite cascade de rien du tout qui va mettre à mal le héros des Chinoikes !

Je ne comprends pas très se qui se passe. Voyant ma non détresse, elles affichent désormais un large sourire et accompagne ce rictus, d'un rapprochement plus que nécessaire. Stupéfait je ne sais comment réagir, suis-je mort ? Est-ce le paradis ? Les voilà maintenant en train de tâter mes muscles, me couvrant au passage de compliments. Mon flot sanguin nasal redouble d'intensité. Etsu ? Où est Etsu ?
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Miyuki
Chinoike Miyuki
Indépendant
Messages : 27
Date d'inscription : 27/09/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue88/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (88/1200)
Heureusement pour moi (ou pour eux), personne ne fit de remarque explicite sur mes vêtements de style local, ni même sur les fruits que je consommais. C'est donc en slence que je continuais à fourrer des dattes dans ma bouche, observant les lieux tout autour de moi. Etsu en profita pour me faire un petit topo de la situation, m'expliquant que le Daimyo avait demandé à ce qu'une certaine mercenaire soit épargnée si elle devait croiser le fer avec nous.

" Arame.... okay.. " fis-je mollement en haussant les épaules, mettant une nouvelle datte dans ma bouche. J'allais tâcher de la garder vivante tant au aussi longtemps qu'elle ne devienait pas trop dangereuse. Dans ce cas-ci, ce n'était pas à moi de décider qui devait rester en vie ou non. Si le commanditaire souhaitait à ce qu'elle reste en vie, soit. Tant qu'elle ne tentait pas trop d'attenter à la mienne ou à celle du fils.

Le problème le plus pressant semblait la mère de cet héritier, qui jouait les grandes dames, à vouloir à ce qu'on l'escorte personnellement au marché, alors que nous devions nous assurer que le petit se rende sur les terres de celui qui serait son défunt père. Fallait-il lui rappeller que nous avions été mandés pour assurer leur sécurité à tous les deux, et qu'elle nous rendait la tâche difficile à vouloir trainer dans les marchés ? Bon, après tout, ce n'était que quelques achats, si elle ne nous causait pas trop de soucis, cela irait. Si elle devait sérieusement nous gêner, je n'allais pas hésiter à lui enfoncer ma lame dans le pied pour la calmer et lui rappeler que sa vie était en danger.

J'embarquait donc à la suite d'Hitagi dans la voiture prenant la dernière place libre. Le trajet ne fût pas de tout repos, Ryuku étant un piètre conducteur, mais au moins nous avions pu nous rendre au lieu en question. Avant d'arriver, Etsu m'indiqua de prendre de l'avance et surveiller les environs, et je ne me fis pas prier pour exécuter ses ordres. En mode furtif, habillée à la mode locale, mes armes bien dissimulées dans mes vêtements, j'allais faire de mon mieux possible pour passer pour une simple enfant au marché, comme il y en avait tant d'autres. Me faufilant dans la foule, j'essayais d'observer les potentielles menaces. Y avait-il des hommes qui s'étaient concentrés sur la voiture lorsqu'elle s'était arrêtée ? Sur la mère et l'enfant qui en étaient sortis ? Y avait-il des gens en train d'attendre on ne savait trop quoi, informés que nos protégés devaient faire un arrêt ici ? La mère allait-elle être de mèche ? Il me fallait assumer toutes les possiblités.

Et encore une chance qu'on m'avait laissée partir avant. Je n'avais pas pu être témoin directement de la bêtise que venait de faire Riyuku. Je l'aurais probablement cogné le crane avec la garde de mon tantô.

heho:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Héritier surprise [Mission rang B]

La femme observa avec attention la voiture une petite mine peu rassurée sur le visage. Mais soit. Elle observa avec attention Hitage et serra son fils contre elle qui admirait toujours la Chinoike. Elle grimpa dans la voiture et serra son fils contre elle, la femme toisa le Chinoike qui ouvrit la porte pour les regarder comme des bêtes curieuses. Elle sursauta quand Etsu lui colla une claque. Elle commençait à se demander s’ils seraient assez efficaces pour repousser les attaquants. Elle s’inquiéta sérieusement de la santé mentale des Chinoike, elle embrassa le front de son fils en lui murmurant de rester contre elle quoi qu’il arrive. Chiguru remua le nez sans rien dire, déçu, mais il fait un large sourire à Hitagi qui affirmait être une princesse. Il plissa le nez et sourit largement.

« Tu es donc une princesse guerrière ! Comme les légendes ! »

Sa mère caressa ses cheveux avec attention et observa la petite colorée qui rentra dans l’habitacle et frissonna. Elle n’aimait pas du tout son aura. Elle se plaqua un peu contre le dossier du fauteuil en tirant son fils contre elle. Il soupira et gronda un peu en restant sagement contre elle. Himeka caressa doucement les cheveux de son fils sans rien dire en observant le paysage. Le petit avait du mal à tenir en place.

Dès que le carrosse s’arrêta il bondit dehors et sa mère lui attrapa fermement le poignet en le grondant sèchement avant de regarder Etsu. Elle soupira en l’écoutant, mais c’était un soupir de soulagement, elle lui adressa un sourire.

« J’ai compris, merci ! »

Elle écarquilla les yeux en voyant Riyuku tomber et tout dévaler avant de finir contre le mur d'un bordel. Chiguru s'échappa de l'emprise de sa mère pour courir se réfugier derrière Hitagi.

« Il est bizarre le monsieur chauve… »

Il s’arrêta et écouta avec attention autour de lui avant de glisser sa main dans celle de sa princesse guerrière.

« Il y a des marchands d’étoffes ! Et puis y a des saltimbanques ! »

Le petit garçon avait bien entendu le son des musiques des saltimbanques, et les cris des marchands. Miyuki put en se faufilant parmi les passants et le peuple voir un grand marché où les vendeurs et commerçants rivalisaient d’inventivité pour attirer les clients. Sur la grande place une grande troupe de saltimbanques distrayaient les passants, alors que certains enfants circulaient discrètement pour couper les cordons des bourses. Elle pouvait voir des enfants regarder la route, l’un détala en voyant le carrosse pour disparaître dans les ruelles. En le suivant elle pourrait le voir parler à un homme portant un costume d’arlequin avec un loup sur les yeux et un chapeau.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Ft  Chinoike Hitagi & RyukuOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



En tant que Chinoike, on aurait pu penser que mon plus grand malheur serait la tragédie qui avait frappé mon clan. Je dirais que cela était vrai. La perte des miens et de ma famille.... mais si je devais en citer un second, je crois qu'il s'agirait d'un nom unique : Ryuku. Je crois qu'il serait même indescriptible d'imaginer la manière dont je voulais l’étriper à chaque fois qu'il faisait une stupidité. S'il ne tournait en ridicule que lui, je m'en moquerais bien sauf que nous étions en mission! Il en allait de notre réputation et de notre sérieux! Que dirait-on si des rumeurs de l'incompétence d'un des nôtres circulaient dans tout le sekai!

Toutefois, j'avais la chance de pouvoir bénéficier de la présence de ma petite Hitagi. Bien qu'impétueuse, je savais qu'elle obéirait aux ordres et qu'elle ferait de son mieux. Bien sûr, elle avait son petit tempérament mais je savais pertinemment qu'elle ferait en sorte de ne pas me décevoir et qu'elle attacherait de l'importance à la réussite de cette mission. Quant à Miyuki, je la savais particulièrement professionnelle, je n'avais toujours eu que de bons échos sur sa manière de faire et son efficacité faisait sa gloire. Mon seul point noir était un crâne chauve, qui, heureusement, avait au moins pour lui d'être un bon combattant. Mais pour le reste....

Alors que nous prenions la route du marché et que nous commencions à fureter les étales au travers de la foule, je demeurais auprès de la mère et du fils, jusqu'à ce que mon imbécile d'acolyte de Ryuku disparut de mon champ de vision en une rocambolesque cavalcade qui le conduisit à s'écraser contre les murs d'une auberge de femmes de joies. Sérieusement? C'était à se demander qui je devais surveiller. Je serrais fortement du poing et je serrais les dents pour ne pas m'énerver. Ils nous faisaient passer pour des gros idiots et je ne trouva rien à redire aux mots du petit Chiguru.

" Je crois que si un malheur doit arriver au cours de cette mission, c'est sur lui que cela va tomber. "

Je me tournais alors vers la mère avec un air véritable désolé. Je ne pouvais trouver aucune justification à un tel comportement. Il me le paierait. Je prélèverais sur son solde ou bien je lui organiserais des travaux forcés au domaine et dans le froid. Il aurait au moins le temps de réfléchir.

" Madame. Veuillez excuser le comportement déplorable de mon camarade. Il est... Comment dire.... il est un peu retardé. Ce n'est pas un mauvais élément. Ne tenez pas compte de ces étrangetés. Lorsqu'il devra agir, il se montrera plus... efficace. "

Je m'inclinai légèrement devant Himeka pour m'excuser à la place de cet idiot. Puis je confiais quelques secondes la jeune femme et le fils au bon soin d'Hitagi.

" Je te les confie deux secondes. Je vais récupérer cet idiot. "

Je m'échappais donc de mes obligations pour retrouver rapidement mon imbécile de Chinoike, sans pour autant relâcher mon attention sur ce qui m'entourait. Là, je retrouvais cet idiot aux prises de femmes de joies et lui qui paraissait décontenancer de ces attentions tactiles. Il était désespérant.

" Ryuku!!! Qu'est-ce que tu fais! Tu ne peux donc pas te gérer toi-même ne serait-ce que le temps d'une mission! Ne fait pas honte au nom que nous portons! Triple idiot! "

Aussitôt, je m'approchais de lui pour lui donner une claque derrière la tête, et regardais sévèrement les catins autour de lui.

" Mesdames, veuillez vous trouver un autre crétin. Celui-là doit me suivre. "

Aussitôt la brebis égarée retrouvée, je fis en sorte de rapidement retrouver Hitagi, le petit garçon et sa mère dans cette foule qui n'en finissait pas de s'agiter. Là, je finis toutefois par les retrouver en contemplation devant un groupe de saltimbanques qui faisait son numéro. A tous les coups, le gamin allait s'émerveiller devant ce genre de chose. Il avait de la chance d'avoir encore toute son innocence. Oui, vraiment de la chance.

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu, Ryuku et Miyuki
A
J’étais restée tranquillement avec la mère et le fils, les suivants sans détourner de ma route, essayant de faire fi du comportement de la mère à mon égard. Je ne lui avais probablement pas inspiré confiance, pourquoi ? Je n’en savais trop rien, j’étais capable de faire plusieurs choses offensante pour les grandes gens, mais quoi, je n’en savais trop rien encore une fois, des fois certaine personne ne pouvait juste pas aimer les autres. Ma foi, je n’allais pas être de celle qui allait m’en formaliser. Je n’avais aucun problème d’un autre côté à gagner la confiance du jeune garçon, car celui-ci ne cessait de me fixer de ses grands yeux ronds. Il était fasciné par ma personne et je devais bien avouer que c’était assez gratifiant d’être regardée comme héroïne, c’était même follement excitant. Je ne pouvais sortir de ma tête, les mots que le môme avait utilisés pour me définir, princesse guerrière. Je savourais intérieurement en gloussant presque comme une jeune fille, il fallait bien l’avouer, je n’avais pas l’habitude d’être qualifié et complimenter de la sorte, il n’y avait donc rien d’étrange pour moi de profiter sincèrement de cela.

Mais, malheureusement, je n’eus guère le temps de réellement profiter, que je vis Ryuku dévaler la pente pour aller s’écraser contre une maison en contrebas, le vacarme que le chauve avait provoqué m’avait sortis de mes délicieuses pensées. J’eu du mal à retenir mon sérieux, de petites larmes de rire coulèrent du coin de mes yeux. Mais, je m’étais forcée de ne pas rire, après tout, j’étais une princesse, les princesses ne rigole pas… Enfin je crois ? Je vis alors s’excuser devant la mère, puis se tournant vers moi, celle-ci me déclara qu’elle me laissant nos deux clients. Puis, celle-ci disparu pour aller chercher la catastrophe humaine qu’était Ryuku. J’étais mitigée par son comportement, d’un côté, j’étais clairement hilare devant ses abracadabrantesque galère, d’un autre, je n’avais pas l’impression que nous puissions être pris au sérieux avec le chauve… J’aurai bien aimé être prise au sérieux pas que par un garçon de neuf ans. Paye ta crédibilité de shinobi après. C’était un peu un résultat à somme nulle ma foi… Et alors que tout le monde avait le regard fixé sur le bougre qui allait probablement payer les conséquences de ces actes devant Etsu, je ne pus que prononcer intérieurement une prière vers le ciel avec un grand sourire :

Adieu Ryuku, nos chemins se sépare aujourd’hui… Tu as été un fantastique allié, mais tu n’en réchapperas pas. Dieux, épargnez lui le maximum de tourment et faite qu’Etsu l’achève rapidement ! Courage dans l’au-delà vieux frère.

Juste après cela profitant de la dissipation de l’attention de sa mère, celui se libéra de l’étreinte de sa mère, courus avec ses petites jambes pour se réfugier derrière moi, puis celui-ci déclara avec candeur et un petit rire aux éclats cristallin :

« Il est bizarre le monsieur chauve… »

Moi, j’essayais de me contorsionner pour voir ce que le jeune garçon pouvait bien faire derrière moi, mais bien assez rapidement, le jeune garçon se détacha de mon dos pour venir à côté de moi, puis glissa sa petite main potelée dans ma propre main, blafarde, exsangue, couturé de petites ligne blanche. Je serrai instantanément ma prise sur la main du petit garçon. Celui-ci parla alors de marchands d’étoffe et de saltimbanques, mais je n’écoutai pas vraiment. Une fois, que le garçon eu finis Je me baissai, plaça mon autre bas en large de sa poitrine, puis murmura dans ses oreilles :

« J’vous déconseille d’être aussi imprudent que mon amis chauve… D’vriez rester près d’moi. J’vous protégerai ! »

Puis, me relevant, regarda bien la présence de mon nodachi à ma ceinture, j’esquissai un sourire confiant, puis le quitta pour parler à la dame avec sérieux :

« Bon, commençons donc seuls, ils vont bien nous rejoindre à un moment à un autre. Dame Himeka, venez donc devant et tenez-vous aussi la main d’vot’ fils et ne la lâcher pas. Pis, comme la dis ma boss, si vous voyez quelqu’un qu’vous connaissez, prévenez moi… On ira s’cacher un coup… »

Puis, je me tournai vers le jeune garçon, prenant un ton plus gentil :

« Quand à vous, Sieur Chigeru, ne lâchez ni la main de vot’ mère, ni la mienne ! Puis, tout s’passera bien, hein ? »

Je me relevai, puis scrutant la foule, ne remarqua rien qui m’intrigua. Je remarquai cependant un magasin de vêtement. Je me tournai vers les deux et indiqua, vers ou nous allions nous diriger. Je guidai ainsi dans la foule, la mère et son fils, toujours fermement accrocher les uns aux autres, moi tenant le fils, la mère tenant elle aussi son fils. Après quelques mètres, je pus faire sortir mes deux clients de la marée humaine. Je les emmenai avec moi jusqu’à l’étale de vêtement ou j’achetai deux capes en toiles miteuse que je payais une bouchée de pain, puis les donnai à la mère et au fils. Au moins ceux-ci serait un minimum caché des regards, j’insistai lourdement pour que les deux les mettent. Puis, sentant mon ventre gargouiller, je me tournai vers le fils et la mère et déclara :

« Bon, j’ai faim, on irait pas s’acheter quelque trucs à manger ? Après on ira se balader, qu’en pensez-vous ? »



kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Ryuku
Chinoike Ryuku
Indépendant
Messages : 48
Date d'inscription : 05/03/2019
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 336
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue43/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (43/1200)

Feat les chinoikes

Mission B - On tape sur qui ?

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Tdyj

Aie ! Mais ! Mais ! Qu'est-ce que j'ai fait encore ? Suis-je suffisamment bête pour me poser cette question ? C'était totalement à prévoir de voir débarquer Etsu ainsi. J'en rigole tout de même intérieurement. Elle est tout de même kawai ainsi à venir m'enguirlander, ses pommettes légèrement rougeâtres, il paraît que la beauté d'un visage féminin est à sa perfection au moment de la colère. Pour notre intendante, c'est peut-être vrai. Un temps soit peu désolé, je lui souris en me grattant le derrière du crâne. Elle font mal ses claques quand même, je jugerais avoir aperçu de la fumée après son attaque. Mon moral s'évapore un peu plus quand mon regard se pose sur mes deux conquêtes filant vers de nouvelles trouvailles. Je dois me résigner, sinon ma sentence sera bien plus grande qu'une légère réprimande. Je ne peux tout de même pas retenir un léger torrent de larmes accompagnant ma tristesse. Vite, emboîtons le pas derrière la chinoike aux cheveux vert !

Vous ai-je dit que ma déception était inconsolable ? Nul besoin de le préciser aux gens présents dans mon sillage. Ceux ayant le malheur de croiser mon regard, ne peuvent alors contempler qu'un visage de mort, un teint blafard digne d'un fantôme. Certains se crispent rien qu'à cette vue voir prennent peur. Une vision qui semble échapper à l'intendante qui use de toute son énergie pour retrouver nos compagnons. Personnellement, je me contente de la suivre, poussant de manière nonchalante les gens m'obstruant le passage. Etsu active le pas ! J'aperçois le nodachi de Hitagi. Nous voilà tous de nouveau réuni. La petite Chinoike ose me regarder dans les yeux. À son air de stupéfaction, j'en déduis que ma mine de déterrer n'est pas belle à voir. J'en soupire. Le spectacle en fond lui par contre attire mon attention.

Alors c'est ça des saltimbanques ? Hum … Je suis intrigué. Ils sont plutôt fortiches. Ils mêlent du jonglage, avec des acrobaties, c'est plutôt joli à regarder. La preuve, je suis totalement envoûté par le spectacle. Mon teint blafard à disparu pour laisser place à la curiosité d'un gamin. Il n'y a pas à dire regarder ces gentilles petites personnes m'a remonté le moral ! Il est temps que j'arrête de me morfondre, on n'est pas venu là pour visiter d'ailleurs. Reboosté, je n'hésites pas à me coller deux énormes claques qui résonnent dans l'assemblée. J'en profite pour revenir auprès de mes coéquipiers, sourire aux lèvres, air confiant, je lâche un petit pouce en l'air vers Hitagi et un clin d'œil vers Etsu. Ryuku est de nouveau dans la place. Mais une chose me perturbe, je soulève un sourcil, mais où est donc Miyuki ?

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Miyuki
Chinoike Miyuki
Indépendant
Messages : 27
Date d'inscription : 27/09/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Indépendant - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue88/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (88/1200)
Où suis-je ?? Dissimulée, en pleine filature, triple idiot !

Avoir eu quelque capacité telles celles enseignées par le clan Yamanaka, voilà ce que j'aurais répondu à cet imbécile de cousin, si j'avais pu avoir connaissance qu'il me cherchait au travers de la foule. Fort heureusement, j'étais petite, agile, discrète et déguisée à la mode locale dans cette foule de gens venus faire des emplettes au marché local. D'aucune façon, les membres de mon clan pourrait me retrouver dans cette mer de monde. Bien évidemment, de mon coté, je les voyais un peu plus loin débarquer de leur carosse, sans rater Etsu foutre une belle claque derrière la tête du chauve. Je ne savais pas trop ce qui venait de se produire, mais j'étais persuadée que c'était pleinement mérité. D'ailleurs, les conneries de Ryuku étaient peut-être les derniers de mes soucis en ce moment.

Avec tout le tapage causé par l'arrivée de la suite royale, nombreux avaient tourné la tête en direction de la mère, son fils, et les autres membres de mon clan. Si l'effet de surprise pouvait justifier ces regards, ce n'étaient pas ceux qui se désintéresserent rapidement du boucan qui attiraient mon attention, mais plutôt ceux qui continuaient de fixer sans honte les nouveaux arrivant. Au milieu de la troupe de saltimbanques, je vis un gamin qui devait faire ma taille se précipiter un peu plus loin, en direction d'une ruelle, non sans cesser de jeter un coup d'oeil sur le carosse.

Bingo. J'avais trouvé mon informateur.

Moi-même dissimulée dans mes vêtements locaux, guère différente des enfants qui trainaient dans le coin, j'essayais de m'approcher discrètement, réalisant qu'il semblait discuter avec l'un des membres de cette troupe de saltimbanques. Devions-nous nous méfier de la troupe au complet? Ils ne semblaient être que des amuseurs publics, et probablement que l'homme au masque de loup n'était qu'un parasite ayant acheté un costume pour mieux se fondre dans le groupe. C'est donc l'air de rien que je m'étais approchée de l'enfant et de l'homme pour voir ce qu'ils pouvaient bien raconter. Mon tantô était bien dissimulé sous mes amples vêtements, prêt à être utilisé au besoin.

Est-ce que je devais avertir les autres de ce qui se tramait possiblement ? ... Bien franchement, j'hésitais. Etsu pourrait saisir le rapide message d'un kunai qui réflàte au soleil, mais j'avais peur que Ryuku fasse une bêtise, et qu'Hitagi ne lâche l'enfant des yeux au mauvais moment. Non, leur concentration devait rester pour les gens dont on devait assurer la protection. Je pouvais me charger de ce clown moi-même au besoin. Qu'il essaie de toucher à un seul cheveux de cet enfants, et j'allais lui ouvrir le ventre pour ensuite l'étrangler avec ses propres tripes..

coucou:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 912
Date d'inscription : 16/03/2017
Héritier surprise [Mission rang B]
La mère du petit garçon rit nerveusement et hocha la tête avant de tenter de rassurer Etsu d’une petite voix.

« J’imagine qu’il faut de tout pour faire un monde, puis s’il est efficace… Et bien je ne vais rien dire ! »

Elle se précipita tout de même vers son fils et lui attrapa fermement l’oreille en le voyant se diriger sans faire attention dans la foule. Sans douceur elle lui tordit et leva la main comme pour lui donner une gifle. La présence d’Hitagi la retient de justice, surtout quand elle la vit garder la main de son fils dans la sienne. Le petit garçon eut un petit mouvement de recul face à sa mère et leva les yeux vers sa princesse avec l’admiration que seul un enfant pouvait avoir. Il hocha sagement la tête, autant que possible sa mère lui tenait toujours l’oreille.

« D’accord ! »

Himeka relâcha son fils et lui attrapa la main en le tirant un peu plus vers lui avant de se diriger avec Hitagi vers les marchands sans lâcher sa main. Le petit garçon observa avec soin les étoffe, mais il était distrait par les saltimbanque et n’arrivait pas à se concentrer. Il tournait autour des étales sans savoir quoi faire sous le regard inquiet de sa mère. Il faisait chaud et vite les mains se couvraient de transpiration.

***

Les prostituées regardèrent Etsu et Ruyku avant de rire sous les voiles qui… tentaient de masquer leur formes. Même les plus jeunes ne portaient guère de chose. L’une d’elle posa sa main sur le torse du chauve et pianota avec un air… emplit de sous-entendu et de charme. Une autre enroula ses bras autour d’Etsu et frotta son nez dans ses cheveux l’empêchant de repartir tout de suite. La plus séductrice se tourna vers Etsu.

« Oh mais… pourquoi partir si vite… Votre ami semble avoir besoin de temps pour se remettre… Nous pourrions vous offrir quelques divertissements des plus… Exotique… »

La prostituée près de Ryuku lui mordilla l’oreille avec beaucoup de sous-entendu dans le regard et lui caressa le menton.

***

L’arlequin se pencha et le petit déclara à voix basse, mais notre espionne put entendre.

« Les arrivants sont riches ! J’vu l’blason ! Même s’y a d’drôle gars vec. Y a un chauve, pis un j’sais pas avec des ch’veux verts, pis une vec un sabre ! Mais’ont l’air d’avoir du pognon ! »

L’arlequin lui donna une pièce et caressa ses cheveux avec douceur avant que le gamin ne disparaisse. L’arlequin soupira et sourit avant de s’allumer une cigarette à l’odeur douceâtre qu’il fuma. En entier avant de glisser le mégot dans une pochette et de prendre la route de la place. Il ne parus même pas remarquer la petite espionne. Qui elle sentit l’odeur du tabac, et avec la tenue ajustée elle put s’assurer d’un coup d’œil du manque d’arme. Sans pouvoir voir qui c’était.

***

Les saltimbanques gagnaient du public. Chiguru négocia avec habilité un beau tissu pour sa mère avant de lever les yeux en voyant une femme sur des échasses. Il éclata de rire et tenta de battre des mains. Il entraîna les deux femmes vers la foule. Il eut une bousculade violente à cause d’un cracheur de feu qui n’était pas ninja. Il venait de réussir à lâcher une boule de feu aussi grosse qu’un Katon. La main humide du petit garçon glissa de celle des deux femmes et l’arlequin saisit ce moment-là pour surprendre les deux jeunes femmes en leur faisant un « Bouh ! » joyeux à l’oreille avant d’éclater de rire et de prendre les mains de la mère pour la faire danser. EN attendant, le petit garçon avait disparu, engloutit par la foule. Personne ne put voir un des gamins trancher prestement les cordons de la bourse d'Hitagi, la mère se dégagea vite de l'arlequin qui prit une autre femme pour danser et se mit à chercher son fils.
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 189
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 35
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue495/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (495/1200)
Ft  Chinoike Hitagi & Ryuku & MiyukiOn est pas là pour trier des lentilles!
Héritier : c'est un homme qui vous prend le pouls chaque fois qu'il vous serre la main.



C'était pas possible d'avoir un âne comme lui dans son équipe. Et dire qu'il était mon aîné! Je ne savais vraiment pas ce qui allait être le plus terrible, ma mission ou bien surveiller cet idiot! Heureusement qu'il avait la force et le courage des imbéciles, sinon, je l'aurais scalpé de mes propres mains. Il pouvait faire la tête comme il l'entendait, tenter de me prendre en pitié, cela ne marcherait certainement pas. Des fois, je me disais qu'il avait la mentalité d'un enfant de neuf ans...

Mais je crois que ce fut le pompon quand les filles de joie commencèrent à tenter de jouer de leurs charmes. Les pauvres, elles étaient particulièrement mal tombées avec moi. S'il y avait bien quelque chose pour laquelle je n'avais aucune sensibilité, c'était sur ce genre de comportement... enfin... à part avec... on s'en moquait. Revenons à nos moutons. Lorsque l'une d'entre elles mis son nez dans mes cheveux, je vis rouge. Je détestais que l'on me touchasse. Là, je saisis son poignet et le serra avec force, sans équivoque. Mon regard à moi n'était certainement pas amical.

" Je en le répèterais pas. Trouver un autre crétin. Nous n'avons pas le temps de jouer. Allez vous chercher un autre pigeon. "

Je n'aimais vraiment pas que l'on se permît ce genre d'attitude sans mon autorisation. Si on pensait que j'étais de la vieille école et que j'étais coincée? Je dirais peut-être. Mais j'avais été élevée de manière stricte. On ne badinait pas. Pas le genre de la maison. En tout cas, une fois que j'eus récupéré Ryuku des griffes de ces catins, je me rendis directement auprès de Hitagi qui avait en surveillance l'enfant et sa mère. Lorsque l'on parvint à les avoir en visuel, je vis que nos deux clients portaient une cape de mauvaise facture, et je supposais que l'idée venait peut-être de la jeune Hitagi. Je lui souris en acquiesçant de la tête pour lui montrer que c'était une bonne idée. C'était maigre mais au moins, cela attirerait moins l'attention sur l'enfant et la beauté de sa mère. Mais alors que j'avançais, la foule devenait de plus en plus compacte et s'agglutinait pour observer le spectacle des saltimbanques. Je ne pus m'empêcher de jurer.

" Zut. On va avoir des difficultés pour avancer... je ne vois plus Hitagi. "

Cela ne sentait pas bon du tout. J'aurais dû essayer de convaincre la mère de ne pas s'arrêter dans un endroit si bondé de monde. Mais je pouvais au moins profiter de cette folie pour me faire oublier de tous, disparaître parmi tous ces gens pour prêter mon attention à tout ce qui pouvait me paraître suspect. Alors que je perdus de vue Ryuku une nouvelle fois, je laissais tomber l'affaire avec ce dernier, il saurait se débrouiller. Il fallait aussi que je lui fasse confiance de toutes manières. Je voyais que cela s'agitait de plus en plus, et au détour d'un regard jeté en direction de mes cibles, je vis que la mère se fit embarquée pour une danse. Où était le gamin? Elle ne l'aurait jamais laissée.

Rapidement, je cherchais à atteindre le bâtiment le plus proche. En contrebas, je ne pourrais rien voir, rien déceler. Il fallait à tout prix que je pris de la hauteur. Hitagi et Ryuku ferait les choses sur le plancher des vaches et puisque cet idiot sans cheveux semblait avoir une fascination pour les femmes, je ne doutais pas qu'il jouasse les chevaliers servants pour la mère du gamin.

Une fois que je trouvais un baraquement, je grimpas très vite et discrètement. Dans l'ombre des lumières et à l'abri des regards, je cherchais de mes yeux rougeoyants dans la foule une petite silhouette, celle du petit garçon et de son nouveau manteau. Je cherchais à percevoir si des gens marchaient en contresens pour fuir la zone, des individus dont le comportement ne convenaient pas à une telle fête.



   
Récapitulatif combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Hitagi
Chinoike Hitagi
Indépendant
Messages : 114
Date d'inscription : 15/03/2019
Age : 18
Localisation : Varsovie; Pologne

Fiche du Ninja
Grade & Rang: C
Ryos: 168
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue306/500Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (306/500)
Kinder Surprise
Hitagi feat. Etsu, Ryuku et Miyuki
J
’avais toujours horriblement faim, mais aucune réelle petite échoppe vendant de la bouffe ne semblait être ici, la poisse bref, alors que je sentais mon ventre gargouiller, le jeune garçon nous attira moi et sa mère dans la foule. Il y avait autour de nous, mille et une splendeurs étranges et exotiques. Je me sentais un peu comme Chigeru, au fond, j’étais toujours une enfant, je ne voyais pas du tout ce genre de chose durant mes missions et encore moins dans l’isthme ou les seuls évènements un peu festif étaient des cultes étranges envers des divinités animistes, rien là-bas n’était amusant, mais pourtant, ici-bas, dans cette foire, tout était amusant. Il y avait une femme sur des échasses, des musiciens, des cracheurs de feu, c’était un monde incroyable et festif, tout ici était nouveau pour moi et j’étais particulièrement distraite, surtout à cause de la foule et je dois bien avouée que malheureusement, j’avais baissé ma garde. Et alors que nous étions entraînées par le jeune garçon, moi et sa mère au milieu de la foule, nous percutâmes un cracheur de feu qui fit sortir de sa bouche un brasier énorme. Je tombai à la renverse devant le choc, choquée et étonnée par ce qui venait de se passer, était-il un ninja ? Etait-il un ennemi ?  Non, je ne crois pas, car celui-ci disparu et recommença son spectacle.

En me relevant, je remarquai la mère en train de danser avec un arlequin… Sachant que je ne tenais plus la main de Chigeru et que sa mère non plus, ou était-il ? Dame Himeka possédait sur son visage un rictus de dégout, moi mo cœur se mettait à battre à tout rompre, j’avais perdu le jeune garçon ? Non, non je ne pouvais pas avoir perdue le garçon, c’était impossible, j’avais promis de veiller sur lui à Etsu, à sa mère et à lui-même. Je, je devais le retrouver. L’arlequin finis par lâcher la jeune femme qui se débattait de toute évidence pour s’échapper et retrouver son enfant, disparu dans la foule. Je serai les dents et sentis mon sang se glacé, je sentis une irrépressible colère  monter dans mon ventre, une rage intense envers ce monde, cette mission et mon incapacité. Cette haine viscérale fut encore plus exacerbée lorsque je sentis ma bourse se faire trancher. Quelqu’un venait de me dérober ma bourse.

Ivre de rage, je n’avais réellement aucun moyen de retrouver le gamin. Cette foule m’en empêchait, je devais la dissiper, coute que coute. Je sortis mon sabre de son fourreau d’un mouvement fluide, ferma les yeux, diffusant mon chakra dedans, sentant celui-ci parcourir les moindres recoins de l’acier trempée. Puis, après quelque seconde, fis signe à Himeka de reculer d’un aboiement bestial, puis levant bien haut, asséna un coup par terre. Il y eu une onde de choc qui explosa les pavées par terre, une grosse partie de la foule fus jetée à terre. Silencieuse et probablement choquée à cause de la foudre qui venait à moitié de s’écraser en plein milieu de la place, malgré le beau temps apparent. Me sentant légèrement plus calme, j’hurlai :

« SIEUR CHIGERU, OU ETES VOUS ? »

Puis, tendant l’oreille, n’entendant que les rumeurs de peur des citoyens, je finis par apercevoir le clown qui avait attrapé les mains d’Himeka, allongé par terre comme tout le monde, se tenant les oreilles. En un flash de lucidité, je revis la manière dont il s’était accroché à elle alors qu’elle essayait de se débattre et de si libérer. Il était définitivement trop louche à mes yeux. Beaucoup  trop louche, et maintenant qu’il était allongé par terre, c’était ma chance, en plus il était forcément coupable. C’était une trop grande coïncidence, j’en étais persuadée. Levant un regard haineux, je me dirigeai vers lui, faisant de grand mouvement avec ma lame, puis à sa hauteur, plaça ma lame sous sa gorge, appuyant un peu, je sifflai :

« Rends moi le gosse chien ou je t’égorge ! »

Je sentais mon sang pulsé dans mes veines, avec colère, j’attendais la réponse de l’autre, j’étais prête à le saigner comme un porc l’autre, je ne pouvais pas laisser ce gosse disparaître, il était une des première personne à me regarder comme cela, je ne pouvais pas ignorer cela, autant que ce mioche avait de l’affection pour lui, j’en avais tout autant pour lui.

Récapitulatif du combat:
 


kyro. creation 017 for kam'
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Ryuku
Chinoike Ryuku
Indépendant
Messages : 48
Date d'inscription : 05/03/2019
Age : 26

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 336
Expérience:
Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Left_bar_bleue43/1200Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Empty_bar_bleue  (43/1200)

Feat les chinoikes

Mission B - On tape sur qui ?

Héritier Surprise [MISSION RANG B] - Chinoike Family  Tdyj

Perdu. Tout simplement désorienté, je ne sais clairement plus où je me trouve. Ma tête n'arrête pas de faire des aller-retour sur les visages voisins en tentant désespérément de reconnaître un visage familier. Mais peine perdue. Des larmes commencent à couler le long de mes joues. Mais heu … ce n'est pas parce que j'ai fait quelques bêtises qu'il faut me laisser derrière comme ça. Je peux être utile ! Je le jure ! Au même moment, une chaleur non-inconnue vient enserrer ma main, le mouvement est accompagné d'une douce caresse. « La vilaine fille est finalement partie » me murmure-t-on à l'oreille. Tiens revoilà les jeunes prostitués de tout à l'heure. Elles ont l'air bien plus motivées que précédemment. Sans gênes, elles reprirent là où elles s'étaient arrêtées, comprimant mon corps de leur poitrine généreuse, accompagné d'un parfum enivrant, qui ferait chavirer n'importe quel homme. Mon regard n'est alors qu'amour envers elle. Comment pourrais-je résister ? Faites dont mesdemoiselles, je suis tout à vous, emmenez moi au paradis. Love !

Plus loin dans la rue retenti un énorme fracas, j'ai aperçu du coin de l’œil, la lame d'Hitagi virevoltant dans les airs. L'heure n'est plus vraiment à l'amusement. Pourquoi faut-il que je sois toujours dérangé au moment crucial ? Peut-être parce que je ne suis pas vraiment là pour ça. Ça paraît une bonne raison. Un léger vent de panique fait son apparition. Il faut dire que brandir une si grande lame ne laisse pas de marbre beaucoup de personne. Avec détermination, je me décide à rejoindre ma cadette, pourtant sans succès. Deux poids me retiennent au niveau de mes poignets. Les deux filles de joie n'ont visiblement pas l'intention de me laisser partir. « Ne partez pas, vous avez vu ça, protégez nous messire ». Je marque un temps d'étonnement. Comment ça ? Je ne comprends pas, qu'est-ce que tu dis ? Hitagi semble en danger, rien n'est plus important que les gens du clan. Je me contre-fiche de votre sort. Pour coroner le tout, je sens que la seconde demoiselle à l'une de ses mains prise sur ma bourse (d'argent). Je vois, le mal de Dieu a donc déjà frappé ici. Je soupire.

Ryuku : Partez avant qu'il ne soit trop tard.
Fille : Pas question, nous ne vous lâcherons pas. Nous avons trop peur.

Dit-elle renforçant la pression sur mon bras. Je semble pourtant avoir été clair. A l'entente de ces mots, mon visage se ferme, mon chakra se densifie, mes muscles se crispent. Armé de toute ma force, je saisis la gorge de l'une des deux jeunes filles. Le poids plume de la seconde accrochée à mon bras, ne m'a même pas dérangé. Enserrant la chair dessous le menton, je la soulève légèrement du sol. Nos regards se croisent, je lis très clairement de la stupéfaction et de la peur sur son visage. Peut-être me prenait-elle pour un pauvre idiot venant vaquer dans cette région. Mon faciès lui reste stoïque, il retransmet très bien la normalité de la situation selon ma vision. Les gens en dehors du clan ne sont rien, ceux entravant notre avancée ne sont déjà que les jouets de Dieu, la mort est sûrement le meilleur des remèdes pour eux. Ses piètres tentatives, de se débattre n'y changent rien si ce n'est de faire saigner mon avant-bras. Sa consœur semble bien trop horrifiée de la situation pour tenter quoique se soit. Plus les secondes passent, moins elle est vigoureuse, jusqu'à cesser tout mouvement dans une coloration légèrement bleuté. Relâchant ma poigne, je laisse la jeune fille tomber lourdement au sol. Est-elle morte ? Peut-être …

Je prends une simple seconde pour regarder ma fraîche victime avant de dévisager la seconde. J'ai déjà perdu bien trop de temps. « Je vous avez prévenu » seront les derniers mots que pu entendre la prostituée. Totalement à ma merci, celle encore consciente fini violemment au sol, le crâne heurtant les pavés avec force. Nul besoin d'examiner leur corps, elles ne viendront plus barrer notre route. Instinctivement, mes jambes prirent le chemin d'Hitagi. La distance qui nous sépare n'est finalement pas si grande. J'en profite pour prendre en main ma fidèle accompagnatrice (lance), sans même que je le remarque mon dojutsu s'est activé. Maintenant au niveau de ma cousine, j'ai beau observer la scène, je ne la comprends pas.

Ryuku : C'est qui ce gars, on doit lui faire la peau ?

Ai-je simplement énoncé, d'un ton neutre, comme si tuer est une banalité chez les Chinoikes. Mon avant-bras gauche est lui recouvert de sang et griffures, un écoulement d’hémoglobine semble avoir taché légèrement mes chaussures d'ailleurs.




Récapitulatif combat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Sud-Ouest :: Plaines désertiques-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.