:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: L'isthme du Gel Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A]

Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 125
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 25
Expérience:
Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Left_bar_bleue358/2000Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Empty_bar_bleue  (358/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

Fertile cueillette
~

Mission :
 

En se portant volontaire, Mifuyu n'imaginait pas recevoir une mission si dangereuse, bien qu'elle fut contente de constater la confiance que lui accordait le Senkage, signe que ses capacités étaient reconnues par l'homme le plus puissant du village – cela pourrait lui servir plus tard. On sentait un respect mutuel dans leurs échanges, la doyenne en était ravie. Ravie, elle l'était autant que terrifiée. Ce genre de sentiments restait extrêmement rare chez la vieillarde, mais force était de constater que l'allusion à ce terrible poison, que seule une poignée de shinobis est capable de reproduire – et dont elle ne faisait pas partie, à son plus grand regret – suffisait à son esprit pour qu'il se lance dans toutes sortes de tourments. C'était un poison ignoble et bien plus puissant qu'il n'y paraissait : assassinez un roi, un soi-disant héritier légitime lui succèdera et rien ne changera. Rendez-le stérile et tout son monde s'écroulera, ses sujets se livrant à une lutte mortelle pour sa succession. Les alliances d'antan s'écrouleront et les traîtrises s'enchaîneront. Quelqu'un, ou plus vraisemblablement quelques-uns, puisque se procurer une dose de ce poison était extrêmement coûteux, en voulait grandement à la direction actuelle de la Ligue. Cela mettait le village dans l'embarras, mais c'était également une occasion pour la sorcière de se hisser en salvatrice et d'obtenir les faveurs du Senkage, mais encore plus précieusement, celles de la Ligue, dont seul un fou sous-estimerait l'influence. Qui sait, peut-être parviendrait-elle à mettre le doigt sur la recette du Tueur de Prince.

Ce serait une entreprise délicate, il n'y avait nul doute à cela. L'homme en face d'elle, qui dirigeait son village d'une main ferme et habile, semblait particulièrement inquiet. Pour qu'un homme aussi honorable que lui estime que le rapatriement de ces ingrédients était plus important que la vie de ses combattants, c'est qu'il devait être victime d'une certaine pression, bien que Mifuyu partageait en tout point cette priorité. Il était évident pour elle que les intérêts de la Ligue étaient bien supérieurs à quelques pertes. C'était également à cause de cette pression que la médecin, préférant normalement travailler seule, fut soulagée à la mention du nom de celle qui deviendrait son équipière. Myōshin Junko. Elle ne l'avait jamais rencontrée personnellement, mais, pour l'avoir aperçue quelques fois, elle lui semblait être une femme puissante et fière de ses valeurs, ce qui la rendait d'autant plus respectable. Elles ne pourraient alors que s'aimer ou se détester et le succès de la mission en dépendait.

"Je vous remercie pour la confiance que vous m'accordez, Senkage-sama. Je tâcherai de rejoindre Junko, et ensemble nous mèneront à bien cette mission. Vous pouvez dire à la Ligue que leur sort est entre de bonnes mains."

Elle attrapa le parchemin et quitta les lieux, un air grave imprimé sur le visage.

***


Ce serait la mission la plus périlleuse qu'elle aurait à accomplir depuis bien longtemps, de quoi la stimuler un peu. Elle n'avait plus mené de combat depuis sa transformation et la simple idée de lutter pour ses valeurs à nouveau suffisait à faire déferler une vague de frissons dans tout son être.
Elle avait rendez-vous avec Junko le soir même, la question étant bien trop urgente pour se permettre d'attendre le lendemain. Elles voyageraient de nuit, ce qui leur permettrait d'atteindre la rive au petit matin et d'entamer leur trajet jusqu'au marais de Kobie à l'abris des regards.

La doyenne, vêtue d'une fine tenue blanche, plus agréable qu'une blouse mais toujours à la couleur de son clan, arriva au port une heure avant la tombée de la nuit. En attendant son équipière, elle alla inspecter le navire qui avait été mis à leur disposition. C'était un voilier de taille moyenne, à la couleur totalement banale et dont le symbole d'Uzushio était timidement disposé sur la coque, suffisant pour éloigner les bandits des mers mais assez discret pour ne pas alerter le moindre bateau. Elle monta dessus d'un pas timide et se rendit dans la cabine, où elle salua l'équipage qui les accompagnait.
Quand elle en sortit, elle tomba sur Junko qui venait d'arriver sur le ponton. Sans afficher le moindre sourire, elle parla d'un ton ferme mais non-agressif.

"Ravie de faire votre connaissance, je suis Omura Mifuyu. Merci de m'accompagner sur cette mission, votre aide est appréciée."

Les deux femmes passeraient un certain temps ensemble, alors rien ne servait de presser la rencontre. Elles feraient plus amplement connaissance plus tard si cela était nécessaire, mais, en attendant, elles avaient du pain sur la planche.

"On ferait mieux d'y aller maintenant. Plus on avance de nuit, mieux c'est."

Elle avait conscience de balancer des évidences et elle n'aimait pas ça. La Sorcière essayait en fait simplement d'asseoir un certain rapport hiérarchique entre les deux femmes de talent, comme pour rappeler que c'était avant tout à elle qu'avait été confiée cette mission et que la kunoichi ne faisait que l'accompagner. Son arrogance finira par la perdre.


~
ft. Myōshin Junko


Revenir en haut Aller en bas
Myōshin Junko
Myōshin Junko
Uzushio no Jonin
Messages : 56
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 139
Expérience:
Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Left_bar_bleue133/2000Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Empty_bar_bleue  (133/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

Junko avait atteint cet âge où elle se considérait comme quelqu’un d’expérience, ayant vécu suffisamment pour ne pas se laisser facilement surprendre par la vie, sans pour autant avoir dépassé cette phase critique à partir de laquelle elle se sentirait dépassée par les événements et par la jeunesse pleine de fougue – comme pouvaient l’être les quinquagénaires et autres seniors. Ce sentiment venait naturellement du fait qu’elle estimait l’espérance de vie des shinobi à cinquante ans et que passé cet âge, même si ledit shinobi y survivait, il ne ressemblait plus qu’à un déchet incapable de penser droit – on pouvait parler de mort cérébrale, somme toute. Ce métier épuisait, tant physiquement que psychologiquement.
Mais là n’était pas le propos. Si elle songeait à son expérience de la vie, c’est que précisément ce jour-là, en lisant l’ordre de mission qui lui parvenait tout juste, elle resta interdite. Jamais elle n’aurait songé, un jour, se retrouver confrontée à pareille situation.

Peu de gens le savaient à Uzushio, mais la dame était mère d’un fils âgé de 12 ans. Elle avait éprouvé le désir d’enfant assez tôt, après son retour au Myōshin-ji, et cela lui avait toujours semblé une évidence, dût-elle sacrifier l’aspect romantique de la chose. L’histoire s’était plutôt bien terminée pour elle, puisqu’elle avait eu la chance d’avoir un partenaire compréhensif, à cette époque-là. Toujours était-il qu’elle découvrait à présent qu’on pouvait sciemment jouer avec la fertilité d’autrui – peu importait si ce dernier le « méritait » – sans le moindre remords. La nouvelle ne la laissait pas indifférente : bien sûr, elle était révoltée. Une part d’elle, cependant, hésitait, effarée. Elle se projetait facilement ; elle pouvait sentir la douleur causée par une telle situation, jusqu’au plus profond de ses entrailles. Elle aimait son fils, en dépit de toutes les rumeurs que les mauvaises langues s’évertuaient à répandre. Elle l’aimait et pour rien au monde elle ne souhaitait perdre cette chance d’enfanter de nouveau. Cela lui paraissait si naturel, presque nécessaire, et elle comprenait le traumatisme que cela pouvait causer pour ceux qui souhaitaient assurer leur descendance.

A l’évidence, cela revêtait d’autant plus d’importance que les personnes concernées constituaient des figures importantes de la Ligue Somei – mais, à vrai dire, cet argument touchait beaucoup moins Junko, qui considérait que si quelqu’un parvenait à les évincer de la sorte, c’est que quelque part ils avaient atteint leurs limites. D’ailleurs, si on lui avait demandé son avis – ce que personne ne ferait jamais, certainement – elle aurait été plutôt critique : compte tenu de l’apparente facilité avec laquelle le poison avait été administré et de la situation de dépendance dans laquelle se trouvait la Ligue, était-il encore pertinent de s’allier à eux et de les aider ? Après tout, si un organisme était capable de les renverser de la sorte, il paraissait plus intelligent de s’allier avec le nouveau challengeur que de s’obstiner à parier sur le combattant vieillissant.
Mais tout ceci n’était que son avis – celui d’une femme qui n’avait aucun poids politique, qui plus est. Et si le Senkage avait la volonté d’aider et de faire perdurer ses relations avec la Ligue actuelle, alors Junko n’avait certainement pas son mot à dire et s’emploierait à trouver les ingrédients pour le remède – et, pourquoi pas, le « traître ». Peut-être était-ce d’ailleurs pour cette raison, et pour son naturel maternel, qu’on avait fait appel à ses services sur cette mission. Le Senkage avait peut-être enfin reconnu qu’en dépit de leurs idéaux diamétralement opposés, elle était un soldat fidèle. Si tel était le cas, quelle ne serait pas sa désillusion lorsque Junko aurait suffisamment de cartes dans sa main pour ne plus se soucier d’une quelconque hiérarchie. Pour l’heure, en tout cas, elle jouait son rôle de chien de garde à la perfection.

Il fallait cependant faire attention à ne pas trop abuser de son apparente docilité, en particulier lorsque l’on souhaitait faire équipe avec elle. Junko restait quelqu’un de fier et pas tout le monde ne pouvait prétendre à un ascendant hiérarchique sur elle. Parmi les rares élus, elle pouvait évidemment compter le Senkage et ses conseillers, et Senzo, son chef d’équipe (presque à contrecœur, cela dit).
Alors, lorsqu’elle rencontra la petite Omura et que celle-ci souligna son caractère « optionnel » – au sens d’accompagnatrice, et non de coéquipière – elle dut se faire violence pour ne pas rétorquer. Peut-être son sentiment était-il amplifié par le fait que sa nouvelle partenaire était une Omura. Les Dieux lui en soient témoins, Junko avait quelque chose contre les clans fondateurs d’Uzushio. Cela ne tenait pas seulement au fait qu’elle réprouvait l’aristocratie ; de son point de vue, ils étaient également responsables du maintien de la politique d’Uzushio dans un état végétatif, alors même que l’ennemi était aux portes. Elle ne supportait pas l’attentisme ambiant. C’était peut-être un point de vue biaisé, mais la dame ne doutait pas non plus qu’une gamine élevée au sein de ce clan, biberonnée à de tels idéaux, pensât de la même façon.

A vrai dire, ses pensées trahissaient sa totale méconnaissance d’Omura Mifuyu – elle n’en avait, bien entendu, pas conscience. Elle ne pouvait certainement pas connaitre l’ensemble des shinobis du Village, à l’évidence, et le petit monde qui s’était formé autour d’elle lui prenait suffisamment de temps et d’énergie pour qu’elle n’éprouve pas, en plus, le besoin de se renseigner sur de lointains et jeunes collègues. Finalement, elle hochait vaguement la tête, en signe d’assentiment. « Vous avez raison. Nous discuterons des détails en chemin. » Et, sans plus tarder, elle grimpa dans le navire.

Une fois installées à son bord, Junko souhaita tout de même poursuivre la conversation. A l’évidence, l’Omura devait avoir connaissance de détails supplémentaires, puisque c’était à elle que la mission avait été confiée, au départ. Une occasion rêvée pour la dame de revenir sur l’arrogance de la jeune, d’ailleurs. « Alors, j’imagine que vous avez des informations qui ne m’ont pas été communiquées par écrit ? » Et l’œil brillant d’une lueur malicieuse, elle ajouta : « Puisque vous êtes en charge de cette mission. » Ce qui signifiait également, au passage, qu’elle serait en charge d’un fiasco, s’il survenait. La dame sourit, l’air visiblement amusé. La nuit allait être longue, autant l’occuper.

Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 125
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 25
Expérience:
Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Left_bar_bleue358/2000Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Empty_bar_bleue  (358/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

Fertile cueillette
~


"Je sais simplement que si le choix s'offre à nous, notre priorité est de récupérer les ingrédients, tant pis si c'est au prix de la sécurité de la première expédition, si tant est qu'ils soient toujours en vie. Vous n'aurez pas de problème avec ça ?" répondit-elle sobrement à sa partenaire, passant outre son évident ton condescendant. Elle-même ne disposait d'aucun état d'âme à laisser derrière elle quelques vies si cela pouvait assurer le succès de la mission. Elle espérait qu'il en serait autant pour Junko.

Elle ne disposait en réalité d'aucune information supplémentaire de valeur, si ce n'est à propos du fonctionnement du terrible Tueur de Prince, mais elle doutait qu'il soit d'une quelconque utilité de le mentionner. Cela traduisait la totale ignorance du village et même de la Ligue quant à cette situation et il leur reviendrait de tirer au clair ce mystère. Leur rôle n'était pas simplement la recherche de l'antidote, elles avaient également à découvrir qui avait bien pu fomenter une telle atrocité. Ce genre de traîtrise ne saurait être supporté et il leur reviendrait de faire de cette affaire un exemple pour le future. Que quiconque qui s'attaque aux intérêts de la Ligue subisse le courroux des tourbillons.

Elle savait qu'elle avait affaire à une dame de caractère, la lueur dans son regard et sa vive expressivité en étaient les parfaits témoins. Elle appréciait cela, mais il ne faudrait pas que cela ne crée une rivalité malsaine entre les deux kunoichis. L'ancienne n'était pas du genre à se laisser écraser ni à apprécier le sarcasme, elle ferait en sorte de le rappeler à la moindre occasion. Elle songea toutefois que, si tant est qu'elles n'aient pas envie de s'écharper en chemin, elles devraient être capables de faire du bon boulot.

Avant que le voyage ne débute, elle souhaita tout de même rappeler à la dame son statut, pour être sûre que celle qui l'accompagnait était bien au courant de qui elle avait à faire. Mifuyu n'était pas n'importe qui et, comme toutes les personnes en ayant conscience, elle aimait beaucoup le rappeler.

"En tant que dirigeante en second de la Division d'Amélioration des Performances Humaines, on m'a chargé de récupérer ces ingrédients pour mettre au point le traitement. Nous n'avons pas le droit à l'échec."

L'équipage s'activa enfin et le navire quitta le port du village sans difficulté. La nuit étant tombée, leur trajet devrait se dérouler sans encombre, au moins le temps de rejoindre l'Isthme du Gel. La plus longue partie de leur itinéraire improvisé serait le littoral la côte verdoyante des sources chaudes, mais elle doutait que leurs ennemis ne les attendent ici, au carrefour entre les villages de la feuille et du tourbillon. Puisqu'une alliance était en cours de scellement entre les deux forces, il serait stupide de leur part de tenter quoi que ce soit en terrain doublement ennemi. Elle ne doutait pas en revanche qu'elles seraient attendues une fois à l'approche du Marais, où elles ne pourraient plus faire confiance à la moindre brindille. Au vu des précieux ingrédients qu'elles venaient récupérer, il était certain qu'une organisation aussi puissante que celle qui avait mis au point ce coup d'état informel aurait mis les moyens pour défendre ces denrées salvatrices.

Il en allait de l'avenir de la Ligue et, à travers elle, du village, alors il était important de ne pas rester aveugle aux dangers. La Sorcière se devait de faire une bonne impression durant cette mission, il en allait de la réussite des prochaines étapes de son plan personnel pour redorer le blason du clan des médecins, trop souvent mis de côté lors des prises décisionnelles importantes. Il lui fallait trouver ce traître.

Le trajet fut calme, mais éprouvant. L'ambiance était à l'image de la température locale, sombre et glaciale. Les deux femmes n'avaient que peu d'informations à s'échanger et la discussion ne semblait pas naturelle pour Mifuyu. Elle prit toutefois quelques courtes secondes pour lister ses capacités à son équipière, afin d'éviter toute surprise par la suite et d'instaurer un semblant de travail d'équipe.

Elles établirent un avant-poste de fortune à une distance raisonnable du marais, afin de se reposer avant de rejoindre la zone qui faisait l'objet de leur mission. Nul ne pouvait prévoir ce qui les attendrait une fois qu'elles auraient pénétré la zone boueuse et végétale. D'expérience, l'ancienne n'avait jamais apprécié les marais. Dans le temps, ils étaient le refuge de troupes de bandits ou de clans shinobis de second rang, se camouflant dans l'odeur putride des reflux pour compenser leur manque de raffinement. A cause de leurs environnements spongieux et hostiles, les combats qui s'y déroulaient étaient toujours les plus chaotiques et se terminaient souvent en bains de sangs affreux. Rien qu'à regarder ses mains, elle avait presque l'impression de revoir le sang couler le long de ses doigts.

Heureusement, les temps avaient changé.

Elles rejoignirent finalement Kobie à l'aube, sur leurs gardes, veillant à éviter au mieux toutes les zones surexposées. Dans quel bourbier s'étaient-elle fourrées ?


~
ft. Myōshin Junko


Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 688
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Fertile Cuillette

       
À peine arrivées sur le rivage du marais Kobie que l’odeur dégoûtante de l’humidité et feuilles pourries assaillent les narines des deux kunoichi. Le sable de la plage est visqueux et le bateau à refuser de trop s’approcher, laissant les deux femmes toucher terre en prenant une barque jusqu’au rivage.

Bien qu’il fasse plus humide dans cette région du monde qu’à Uzushio, il fait légèrement plus frais, surtout lorsque le vent du nord se lève, quelques autres barques vous ont accompagnées pour installer un campement pour l’équipage. Ce bateau vous servira également pour votre retour. L’équipage ayant été mandaté par la ligue de Somei à ce seul effet. Il y a dans ce navire suffisamment de vivres pour plusieurs jours.

La ligue vous a également fournie une carte montrant l’itinéraire de l’expédition, pour perdre le moins de temps possible, puisque le poison est encore en action chez les dirigeants de la guilde. Il est, cependant, évident que l’équipage est sur les nerfs, leurs patrons les ayant un dépêchés avec deux kunoichi, dont une étrange gamine.

Les deux femmes ne perdent pas de temps avant de s’avancer vers le marais et à bonne distance, elles installent leur avant-poste de fortune. Le marais immense et s’étend à perte de vue, tel le gardien à franchir avant d’atteindre le lac gelé, désert de glace par-delà les montagnes.

Quelques énormes insectes bourdonnent autour des têtes des voyageuses, avide de sang, mais plus embêtant que dangereux. Jusqu’à présent elles n’avaient croisé aucun animal, aucune autre vie en fait. La destination se trouvant à deux jours de marche de leur position. La vieille sorcière des Omura et Junko peinent à avancer le marécage alors que le sol glisse sous leurs pieds et cherche à se dérober, ce qui les ralenti considérablement.

La nature autour d’elles est assez dense, petite, mais envahissantes. Les racines s’étirent et s’étendent, comme si elles cherchent volontaire à faire tomber les visiteurs. Trous, terriers et nid, il ne manque pas de faune dans ce marais, ça c’est certain.

Récapitulatif:
 

Revenir en haut Aller en bas
Myōshin Junko
Myōshin Junko
Uzushio no Jonin
Messages : 56
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 139
Expérience:
Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Left_bar_bleue133/2000Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Empty_bar_bleue  (133/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

Par deux fois, au cours de leur voyage, Junko haussa les épaules, sans vraiment répondre. La première fois lorsqu’on lui demanda si elle aurait des remords à abandonner la précédente expédition dépêchée par la Ligue – elle jugeait la question nulle et non avenue, son rang et ses antécédents parlant pour elle. La seconde, lorsque la petite crut bon de rappeler qui elle était. En toute honnêteté, peu lui en chalait. Elle aurait beau se pavaner, avec son nom clanique et son titre – qui ne lui évoquait rien, de toute façon –, la dame ne verrait jamais qu’une enfant née dans la pourpre. Il arrivait parfois que de tels enfants gagnent son respect, voire son amitié ; a priori, ni la suffisance ni la présomption n’étaient des critères pour y parvenir et, de toute évidence, l’Omura ne semblait pas vouloir s’embarrasser de son affection. Au moins, cela avait le mérite d’être clair. Certainement qu’elles feraient un effort, chacune de leur côté, pour que la mission se déroule au mieux, dans une ambiance cordiale. Mais ni l’une, ni l’autre, ne semblait vouloir sympathiser. Finalement, cette atmosphère convint tout à fait à Junko qui eut tout le loisir de s’isoler, au moins mentalement, au cours de la nuit.

Un peu avant leur débarquement, elle s’était accordée une minute à l’avant du bateau, en toute discrétion. La proue pointait vers le nord-est, à ce moment-là. Dans la pénombre, elle crut voir au loin l’étendue glacée et infertile du Lac Gelé. Peut-être était-ce seulement le reflet de la Lune disparaissant sur une mer d’huile… Elle eut un pincement au cœur, tout en songeant qu’il était heureux que leur mission ne les conduise pas plus à l’est. Plus elle avançait dans cette direction et plus ses souvenirs se faisaient précis et douloureux. Pourtant, les événements les plus tragiques s’étaient déroulés à l’orée de ce marais ; étrangement, elle n’en gardait qu’un souvenir diffus, comme si son esprit avait préféré occulter cette partie de son existence. A contrario, elle se remémorait parfaitement sa vie au-delà du Lac, à Hommachi, la montagne des Dieux. Chaque détail de son foyer, le Myōshin-ji, chaque mimique de ses frères, les moines. Elle décrocha son regard de la surface de la mer presque à regret. Il ne fallait pas qu’elle y songe, il ne fallait pas que les souvenirs les plus pénibles resurgissent. Il ne fallait pas qu’elle pense à lui.
Lorsqu’elle débarqua, aux côtés de Mifuyu, elle était redevenue la Jônin d’Uzu en mission pour la Ligue, compétente et sûre d’elle – mais à quel prix ? Sans un mot, elle s’activa à monter leur campement. Elle ne rechignait pas à la tâche ; cela l’aidait à se concentrer.

Tandis qu’elles prenaient la route, un peu plus tard, et qu’elles entamaient leur long périple dans les marécages, Junko activa naturellement son sixième sens – comme elle se plaisait à l’appeler. L’atmosphère était lourde, il y avait un quelque chose de pourri et de nauséabond dans cet endroit qui la dérangeait. Peu à l’aise dans cette végétation qu’elle trouvait presque oppressante – comme si des milliers d’yeux les observaient, à demi enfouis dans le sol – elle prenait un peu de hauteur, dès que possible, s’appuyant sur les branches décharnées des arbres qui peinaient à s’accrocher à cette terre fluide et fuyante.
Elle suivait l’Omura de près, lui laissant tout le loisir de diriger leur groupe dans cet environnement fourbe. C’était mieux ainsi, car cela lui permettait d’être plus concentrée sur ce qui les entourait. Des deux, c’était certainement elle qui avait le plus chance de détecter une présence – alliée ou ennemie.

Elles n’avaient pas tellement avancé quand, songeant soudainement que sur la carte qui leur avait été donné il figurait l’itinéraire de l’expédition précédente, elle interpella sa collègue. « Je me demandais… Est-ce que l’on suit le trajet de l’expédition ? » La question n’était pas tellement de savoir où elles allaient. En réalité, quelque chose la préoccupait légèrement avec cette histoire de trahison. Elle trouvait cocasse qu’on leur ait indiqué l’itinéraire de l’expédition, comme s’il s’agissait de suivre leur route pour les retrouver. « S’il leur est effectivement arrivé quelque chose et que notre priorité n’est pas de les secourir… Ne devrions-nous pas nous éloigner du chemin ? » Elle se mettait à la place du traitre ; c’était lui faciliter la tâche que de suivre, à la lettre, le trajet qu’il avait tracé. Parfois, voir le mal partout n’était pas une si mauvaise chose.


Récapitulatif:
 
Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 125
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 25
Expérience:
Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Left_bar_bleue358/2000Fertile cueillette - ft. Junko [Mission A] Empty_bar_bleue  (358/2000)
Voir le profil de l'utilisateur

Fertile cueillette
~


Quelle puanteur. Dans ce marais, au milieu de cette végétation boueuse et nauséabonde, les deux kunoichis avançaient avec précaution. La doyenne gardait sa manche appuyée contre son nez, dans un futile espoir de filtrer l'odeur de mort qui régnait dans les environs. Elle avait l'impression que cet affreux parfum s'invitait en elle par tous les pores de sa peau, la contaminant de l'intérieur. Elle se sentait pourrir, mais il lui fallait mettre son dégoût de côté si elle souhaitait survivre. Car il ne faisait aucun doute qu'elles ne tarderaient pas à être attaquées. Leurs adversaires avaient-ils déjà eu vent de leur présence en ces lieux ? Cela était difficile à confirmer dans cette végétation sauvage, dont l'infecte senteur rendait la concentration difficile.

Heureusement, sa partenaire possédait les dons de sensorialité. Mifuyu aurait également aimé maîtriser ce pouvoir, mais elle avait consacré sa vie à quelque chose de plus grand, qui ne lui avait laissé ni place ni temps à l'apprentissage de ces pratiques. La science était la seule directrice de son existence et elle lui jurait une allégeance inconditionnelle. Tant qu'elle restait avec Junko, celle-ci pourrait l'informer des éventuels dangers. Car il y en avait, c'était certain. En sachant qu'elles se déplaçaient et suivaient l'itinéraire de la précédente expédition, tout était bien trop calme. Les deux femmes ne pouvaient entendre que la végétation frissonner et les mouvements des quelques bestioles qui grouillaient autour d'elles. Ces insectes bourdonnant l'énervaient tout particulièrement, mais elle les savait inoffensifs.

Tandis qu'elles peinaient à avancer à un rythme correcte, la vieillarde s'étonnait qu'aucun groupe ne se soit encore dévoilé pour leur sauter à la gorge. Elle les imaginait sortir tout droit des eaux boueuses, le visage masqué et les lames affûtées. Elle y était préparée. Les deux Jonins n'étaient pas stupides : il était évident qu'elles étaient attendues. Après avoir annihiler la précédente équipe, leurs ennemis devaient s'attendre à une réaction de la part du village caché des tourbillons. Il ne serait pas étonnant qu'ils aient même appelé des renforts.

Leur expédition serait longue et, à chacun de ses pas qui s'enfonçait péniblement dans la boue, la destination lui semblait de plus en plus inaccessible. Autant mettre tout de suite de côté ce qui était arrivé au groupe précédent, car là n'était pas leur objectif principal. Junko souleva alors un point intéressant. Elles suivaient en effet le chemin de l'expédition, car c'était l'itinéraire le plus rapide pour atteindre la zone où se trouvait les ingrédients pour contrer le légendaire Tueur de prince. Mifuyu n'avait pas songé changer, car elle ne craignait pas l'affrontement et ne souhaitait pas faire traîner cette mission en longueur. En y repensant, ce n'était certainement pas la meilleure stratégie.

"Nous sommes en effet en train de suivre leur trajet, qui est le plus rapide pour rejoindre notre objectif. Mais vous avez raison, il serait plus judicieux de nous éloigner un peu." Elle marqua alors un arrêt, le temps de réfléchir aux différentes options qui s'offraient à elles et de jeter un coup d’œil aux environs. "Même si je ne suis pas sûre que cela suffise à nous protéger", ajouta-t-elle en haussant les épaules.

Elle sortit de sa poche une carte qui avait été dessinée pour elle par un expert au village. Cette région hostile n'ayant été cartographiée que partiellement - en raison de sa nature, évidemment - il était dangereux d'accorder sa pleine confiance à ce travail. Bien sûr, c'était toujours mieux que d'y aller à l'aveuglette, mais les erreurs devaient être nombreuses. Elle montra du doigt un possible itinéraire alternatif à sa comparse.

"Peut-être pourrions-nous contourner nos potentiels assaillants en allant de ce côté, mais cela prolongerait notre trajet d'au moins une demie-journée."

C'était sans doute la bonne solution. Selon sa carte, en modifiant leur route d'une vingtaine de degrés vers l'Ouest, elles pourraient rejoindre une zone plus densément boisée, plus idéale pour se camoufler. "D'après le cartographe, les arbres y sont plus hauts et plus denses. Nous pourrions bénéficier d'une vue d'ensemble du Marais." Elle espérait toutefois qu'il n'était pas trop tard et qu'elles n'avaient pas déjà été repérées par la troupe engagée par leurs ennemis, les traîtres qui cherchaient à faire sombrer la Ligue de l'intérieur.

Résumé :
 

~
ft. Myōshin Junko


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: L'isthme du Gel-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.