:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Battre à l'unisson [PNJ Daimyo]

Senju Haruka
Senju Haruka
Konoha no Jonin
Messages : 120
Date d'inscription : 23/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 60
Expérience:
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Left_bar_bleue332/2000Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Empty_bar_bleue  (332/2000)
Senju Haruka
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Bd208e11




Tokugawa Shigeshige. La Senju ne s’avait à quoi s’attendre de la part du Daimyo du pays du feu, si ce n’est que comme tout seigneur, il ferait probablement montre d’une volonté d’affirmer son autorité. Tout particulièrement depuis que le Hokage s’était soumis à celle-ci. Que comme tout le monde, il éprouverait une réticence à traiter avec les ninja. Serait-ce la peur ou la méfiance qui prédominerait dans son regard ? Haruka songea à sa position. L’homme devait prouver aux civils qu’il tenait le pays en main et plus particulièrement le village, une menace aux yeux des habitants. Il devait faire la démonstration de son absolu contrôle. Haruka devait donc témoigner d’une pleine obéissance et d’un ton des plus révérencieux pour espérer un échange favorable.

Senju Haruka-dono je présume ?Questionna un samouraï devant-elle, la tirant de ses pensées.

L’intendante était en effet arrivée à la hauteur d’un garde du palais qui la dévisageait avec méfiance, et sa nervosité palpable poussa la shinobi à lui apporter rapidement une réponse.

C’est bien moi, confirma-t-elle en s’inclinant.

Le garde jeta un œil presque mauvais à ses atours. Ce n’est pas la tenue en grandes pompes, bardée de dorures et d’arabesques florales, qui lui inspira cette expression ; mais bien la broche tissant le symbole de Konoha sur sa poitrine.

Suivez-moi, expédia-t-il rudement en effectuant une manœuvre militaire qui l’invitait à se faire escorter, imité par son partenaire situé de l’autre côté de la porte d’entrée.

D’autres sujets s’affairèrent à ouvrir l’antre du Daimyo, un endroit qui respirait le faste et la puissance. Des icônes martiales, des colonnes sculptées de dragons entrelacés et des gravures de jade emplissaient l’espace d’une opulence imposante. Haruka réajusta sa tenue. L’aura de pareils lieux avaient leur effet : en observant les marbrures sous les toits, la shinobi sentait peser sur elle le sérieux de cette rencontre.

Les samouraï s’arrêtèrent finalement devant l’une des nombreuses salles qui composaient le palais. Ils l’avaient escortée en ligne droite vers ce qui semblait être le trône, ne manquant plus que d’être ouvert à sa présence pour l’auditionner. Derrière la porte, au bout de la pièce, était sûrement assis le Daimyo.

Haruka inspira profondément tandis que quelqu’un annonçait d’un cri son arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 788
Date d'inscription : 16/03/2017
PNJ
Battre à l'unisson


D'un mouvement vif mais élégant, maintes fois répétés, deux samouraï ouvrirent les portes coulissantes de la salle dans un ensemble parfait.

"Senju Haruka, émissaire de Konoha !" clama immédiatement un crieur d'une voix ferme, alors que son escorte invitait l'intendante à entrer.
Le crieur se retira après une courbette et les deux samouraïs gardant la porte la refermèrent doucement.

La salle de dimensions écrasantes respirait l'opulence (et un goût un peu douteux pour les dragons dorée en décoration), mais semblait étrangement vide.
Visiblement, le Daimyo du Pays du Feu avait souhaitait recevoir l'émissaire de Konoha en grande pompe, dans sa splendide salle du trône... Mais sans les habituels courtisans et sycophantes qui rampaient dans les ombres du pouvoirs.
L'effet en était encore plus impressionnant.

Les yeux aguerrit de la Senju remarquèrent bien vite des ombres soigneusement dissimulée derrière de fastueux pilier laqués de rouge ou à l’abri de luxueux paravents. Sans nul doute des gardes du corps du Daimyo, prêt à intervenir en cas de quelque fourberie de la part de la kunoichi...
Était-ce de la méfiance ou une simple précaution ? Voire même de la flatterie, reconnaissant implicitement sa dangerosité.

Assis pesamment sur un trône de bois sculpté et orné de dragon d'or (encore !), se trouvait Tokugawa Shigeshige, dirigeant suprême du Pays du Feu (sauf à Konoha).
Une lourde bannière était tendu au dessus de lui, affichant fièrement les couleurs et le kanji du feu propre à Hi no Kuni.

L'homme au centre de cette mise en scène impressionnante en était décevant.
Petit et bedonnant, ses cheveux gris coiffée à la mode chonmage des samouraï avec son chignon huilé caractéristique lui permettait de ne pas s'émouvoir de sa calvitie prononcée. Barbe et favoris complété le tableau d'un homme d'apparence débonnaire qui avait dépassé l'âge mur pour entrer de plein pied dans la vieillesse.
Semblant mal à l'aise dans ses vêtements d'apparat en soie teinté de rouge, il avait tout d'un vieil oncle amical.

Mais Haruka savait que les apparences pouvaient être trompeuse : malgré son âge Shigeshige était toujours un guerrier redoutable, mais aussi un visionnaire et un diplomate malin comme un singe. Il avait sût rejeter les convenances et pardonner les nombreuses vendetta en s'alliant avec des ninja et rallier moult familles prestigieuses à sa bannière pour former puissant le Pays du Feu. Qu'il dirigeait depuis sans faillir d'une main de fer dans un gant de velours.
Pas étonnant qu'il s'entende bien avec Akimichi Chô !

A sa gauche se tenait une jeune fille, à peine sortie de l'adolescence et qui semblait s'ennuyer au possible tout en affichant un air d'indifférence. La princesse Tokugawa Chachami.
Là encore, une personne à ne pas sous-estimer : Hakura savait qu'elle avait été formée par les meilleurs percepteurs, y compris des jônin de Konoha. Les Tokugawa étaient un clan guerrier, dont même les femmes étaient formé à l'art de la guerre... Et du poison, dans le cas de Chachami.
Mais la princesse n'était ni une tueuse, ni une garde du corps : son véritable talent était ailleurs. Sa mémoire et ses capacités de calculs étaient exceptionnels, rivalisant selon la légende avec le mystérieux Chiffre du Pays du Vent.
Même si elle n'était qu'une "conseillère", il n'était pas faux de dire que toutes la comptabilité, tous les impots et l'organisation du commerce du Pays du Feu passait sous ses yeux blasés.

A la droite du Daimyo se trouvait un homme d'âge mur aussi sec et élancé que son voisin était rondouillard et avenant.
Manucuré, ses cheveux longs soigneusement coiffés et huilés, il arborait un air pincé qui gâchait un peu ses traits d'aigle plus qu'agréable pour un homme de son âge.
Sa main se tenait (soi-disant) négligemment posée sur la garde extrêmement sobre d'un katana au fourreau, lui aussi sans le moindre ornement, contraste saisissant avec le kimono luxueux de l'homme.

Il s'agissait de Tokugawa Kazehaya, maître d'arme, garde du corps et conseiller militaire du Daimyo. Il s'agissait d'un rônin aux faits d'arme légendaires, qui avait été introduit dans le clan peu après la fondation du Pays du Feu. Ayant vu son ancien maître et sa famille empoisonnés sournoisement par des ninja (les dossier secrets de la Senju savaient même qu'il s'agissait de tueurs Aburame), il ne portait guère Konoha dans son cœur.
Cependant, il reconnaissait leurs talents et "tolérait" leur usage en temps qu'arme déplaisante au service d'un objectif plus grand...

"Senju-dono, c'est un plaisir de vous recevoir dans ce... pas si modeste palais !" s'exclama le Daimyo d'un ton joyeux, ses prunelles étincelant d'intelligence derrière son masque jovial. Il claqua des doigts et des serviteurs sortirent de nulle part (ou plutôt de portes dérobées) pour proposer divers rafraîchissements avant de quitter les lieux en toute hâte.
La princesse Chachami se contenta de s’alanguir et de grogner à voix basse une vague salutation qui aurait pu être polie si la demoiselle n'avait pas préféré contempler ses ongles que sa visiteuse.
Bien que rigide et la main jamais bien loin de son sabre, Kazehaya se montre plus polis en s'inclinant élégamment, saluant la konohajin d'un sobre "Senju-dono, ravis de vous recevoir." qui était bien évidemment un mensonge.

Via ses propres espions et sa correspondance avec Chô, le Daimyo avait déjà une vague idée de ce qui amenait l'intendante de Konoha à ses portes, mais il laissa la kunoichi expliquer elle-même ses requêtes.
Il claqua des mains et tous sortirent, à part ses proches conseillers. Même les gardes dissimulés derrières colonnades et paravents. Kazehaya se raidit et décocha un lourd regard à son maître inconséquent. Mais le maître d'arme ne dit rien.
"Bien, maintenant que nous sommes entre nous, nous pouvons commencer ! Et pas la peine de s'embêter avec le protocole." clama joyeusement le Daimyo, en rajoutant sûrement dans la bonhomie pour endormir la méfiance de son interlocutrice. Chô faisait exactement la même chose...
"Sire..." souffla son garde du corps, qui aurait pu faire un parfait Hyûga tant il était rigide.
"En espérant que ça vaille le coup..." maugréa dans sa barbe la princesse, visiblement peu intéressée par ces discussions politiques.

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Haruka
Senju Haruka
Konoha no Jonin
Messages : 120
Date d'inscription : 23/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 60
Expérience:
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Left_bar_bleue332/2000Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Empty_bar_bleue  (332/2000)
Senju Haruka
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Bd208e11




Les deux conseillers, fendus d'un naturel presque désobligeant, retinrent l'attention d'Haruka d'une manière plutôt déplaisante. Il n'y avait en face d'elle que des esprits redoutables et majoritairement antipathiques, dont un entretenait sûrement une rancœur personnelle envers les ninja. Quant au Daimyo, outre son impressionnante absence de charisme compensée par d’exubérantes dorures, son regard révélait tout de même une pénétrante sagacité. Bien qu’elle eût parfait l’art de maîtriser son image et ses émotions, un vieux singe tel que lui n’avait pas dû manquer la gravité qui venait d’alourdir délicatement ses traits : signe qu’elle venait de reconnaître en lui un adversaire de taille. Intérieurement, l’intendante pesta. Il était exactement comme Chô, peut-être même pire. Elle reconnaissait ce style qui l’avait autrefois fait plier naïvement aux quatre volontés du Hokage lors de sa prise de fonctions.  Le souvenir pénible d’une course folle dans la tour pour lui apporter un énième Onigiri frais la traversa alors. Au moins savait-elle à peu près à quel terrible énergumène elle avait affaire, désormais.

Cependant, il était hors de question d’imaginer rivaliser sur son terrain. Haruka avait beau s’être forgé des armes auprès de ses précepteurs et d’Akimichi Chô, elle avait en face d’elle un homme aguerri par des années d’expérience politique qui avait fédéré tout un territoire en une seule nation. Autrement dit, un maître sournois du langage, des cadeaux insidieux et des médiations à contrepartie avantageuses. Pour lui, évidemment. Si l’art de la diplomatie avait su la sauver, la faire grandir et évoluer, cette fois, il n’était pas question d’orchestrer la moindre manipulation : humilité et franchise étaient de mise.

La Senju s’inclina respectueusement pour saluer ses interlocuteurs.

Merci de me recevoir. Je ne souhaite pas abuser de votre précieux temps, aussi irais-je à l’essentiel. Konoha souhaite organiser un examen afin de promouvoir ses plus jeunes combattants, et nous espérions le réaliser en étroite coopération avec le village caché d’Uzushio.

Après que des regards plus ou moins étonnés la fusillèrent, la kunoichi s’appliqua à fournir des informations plus rassurantes.

Nous avons déjà échangé avec eux pour nous mettre d’accord sur certains termes et sécurités. Ils se sont notamment engagés à renoncer au vol de techniques, et tout ce qui constituerait un acte hostile envers le Village et le pays du feu. Nous avons en ce sens signé un pacte de non-agression. Du reste, vous vous demandez sûrement où se situe l’intérêt d’une telle entreprise…

L’intendante marqua une pause.

Nous pensons qu’il s’agit d’une opportunité pour le pays et pour le village. Nos genin auront tout d’abord l’occasion de se mesurer à des adversaires inédits. Nous y voyons l’occasion d’enrichir nos graines de ninja, ils auront tous beaucoup à apprendre de cette rencontre, tant d’un point de vue martial que philosophique. Il s’agit également d’un moyen indirect de faire la démonstration de notre puissance.

La Senju parlait d’un air franc qui se voulait également terre à terre. Si elle en venait à passer pour une utopiste bienheureuse, on ne manquerait pas de lui rappeler que les relations diplomatiques entre pays n’étaient pas actuellement faites d’amour, d’eau fraîche et de papillons.

Au-delà de ce que je viens d’énoncer, nous rapprocher d’Uzushio nous semble être la promesse d’échanges économiques intéressants. Nous parlons d’une cité marchande prospère, leurs ressources pourraient nous être bénéfiques. Enfin, au regard ce qui s’est produit à Baransu…la valeur d’une alliance n’est, me semble-t-il, plus à prouver. Bien des rapports que j’ai reçus mentionnaient à quel point la collaboration fut essentielle et salvatrice sur le terrain. Nous avons ainsi développé un regard différent et nous pensons à présent qu’il est important de nous ouvrir et de cultiver des relations plus étendues. Une politique mondiale nous rendrait moins isolés, donc moins fragiles. Surtout si nous prenons en compte les projets belliqueux de nos voisins de Suna. Cet examen pourrait être le premier pavé d’une alliance fructueuse, et nos récents échanges avec Uzushio se sont avérés prometteurs.

Haruka s’inclina alors.

Bien évidemment, nous n’irons pas plus loin que des intentions sans votre approbation, ce qui fait l’objet de notre consultation.

Attendant la réaction de son auditoire, Haruka espérait que le Daimyo considère cette demande avec la même vision avant-gardiste qui lui avait fait rallier le pays. Si quelqu'un pouvait comprendre l'intérêt d'une alliance, c'était bien lui. Pourvu que des années d'aisance n'aient pas engraissé son esprit de fatuité molle et apathique...
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 788
Date d'inscription : 16/03/2017
PNJ
Battre à l'unisson

L'annonce initiale de l'Intendante de Konoha suscita de la surprise, même chez des politiciens aussi rouées que les dirigeants du Pays du Feu.
La Daimyo fut le premier à retrouver contenance, retrouvant son masque bonhomme, même si ses yeux se firent un instant pensifs. Il caressa sa barbe, visiblement en attente de la suite.
La princesse eut un petit sursaut d’intérêt ses yeux scintillant soudain, son imagination visiblement enflammée. La Senju put ressentir brièvement une sorte de... joie mauvaise ? Une soif de sang en tout cas.
Visiblement, la jeune fille semblait s'amusait à l'idée du projet et si elle affecta bien vite son air nonchalant et blasé habituel, Haruka sentait qu'elle avait toute son attention.
Le maître d'arme ne cacha même pas sa suspicion. Sa rigidité et ses yeux plissés trahissait sa désapprobation : rien que l'idée de se mélangeait avec l'étranger était limite de la trahison envers son clan d'accueil et sa nation.
Néanmoins, il s'agissait d'un samouraï : l'honneur et le protocole obligeait à ce qu'il écoute jusqu'au bout la proposition de l'envoyé de Konoha. Il "conseillerait" son maître après...

Haruka continua, explicitant ses préparatifs et ceux du projet. Le Daimyo, la figure marmoréenne, étaient impénétrable, mais il ne l'interrompit point.
La princesse étaient intriguée mais affectée de ne pas s'intéresser à l'idée, alors que le rônin étaient évidemment plus conservateur et suspicieux.

Après qu'elle eut fini son exposé, le Daimyo la remercia d'un sourire et d'un hochement de tête.
"Un projet... intéressant." déclara-t-il d'un ton neutre. Difficile pour l'instant de dire s'il l'approuvait ou pas. "Je ne nie pas qu'il y a pas mal d'opportunité là-dedans... Mais aussi beaucoup d'inconnus. Et de risque. J'aurais par ailleurs apprécié être plus consulter à propos de ce... Pacte de non-agression entre vos deux Villages Cachés..."
"La parole d'un ninja ne compte pas. Ils n'ont pas d'honneur et seraient les premiers à violer un traité au moindre soupçon d'avantage !" intervint Tokugawa Kazehaya, dont les yeux brillant défiait la konohajin de prétendre le contraire.

Mais ce fut le Daimyo qui d'un geste calme rabroua son cerbère.
"... Oh mon cher Kazehaya, je crois que c'est simplement la nature humaine. Au cours de ma longue vie, j'ai vu bien d'étranges actes se faire justifier par l'honneur, parfois à posteriori d'une immonde trahison. N'oubliez pas que c'est les vainqueurs qui écrivent l'histoire. La gagnant a donc forcement la cause la plus juste. Les shinobi ont au moins l'avantage de ne guère s’embarrasser de faux-semblants. Mais les traités ne sont pas que des paroles en l'air. Ils sont aussi le signe que l'adversaire reconnait votre valeur et sent votre katana près de sa nuque... Et vous, le sien."

Le rônin grogna, mais s'excusa auprès de la Senju de son esclandre d'une courbette guindée.
Laissant de coté ses a priori, il envisagea le projet de Konoha calmement en stratège.
"Senju-dono, une question : Konoha a-t-il des velléités militaire cachés lors de cet... examen ? L'organiser à Uzushio ressemble à un aveu de faiblesse, mais cela peut être justement l'occasion d'introduire un groupe d'assassin d'élite pour provoquer un... incident."

Le Daimyo eut un petit sourire devant la question.
"L'idée  est originale, mais s'il s'agit d'un prélude pour une invasion du Pays des Tourbillons, j'ai espoir que l'Hokage m'aurait fait prévenir pour que je mobilise mes troupes. Et si la manœuvre pourrait être opportune, je ne sais pas si elle serait intéressante. Politiquement, une invasion est... délicate. Surtout qu'Uzushio et le Pays des Tourbillons ont plutôt bonne réputation. Nous risquerions de nous mettre tout le Sekai à dos... A moins bien sûr qu'ils nous fournissent un casus belli irréfutable... Quand à une alliance... J'aborderais le sujet plus tard."

La princesse intervient d'un ton désabusé.
"L'idée d'organisation votre examen à Uzushio est intéressante. J'imagine que vous avez promis de leur rendre la pareille pour une future redite... Qui arrivera peut être jamais. Bien joué. Je propose que nous y assistions en temps qu'envoyés du Pays du Feu. Avec une suite la plus imposante possible. Cela obligera Uzushio à nous proposer moult garantis et à dépenser moult argent pour satisfaire les invités de marques que nous sommes..."
"Vous n'y pensez pas princesse !" tonna aussitôt le rônin, outrée. ""Nous ne pouvons risquer ainsi de nous rendre en territoire ennemi, surtout vous et le Daimyo ! Au pire, s'il faut des représentant du Pays du Feu, je vous trouverais des volontaires !"

Tokugawa Shigeshige rit doucement, masquant son amusement en buvant son thé.
Il se tourna vers Haruka pour demander quelques éclaircissement. ses yeux se firent inquisiteur, révélant sa profonde intelligence.
"Soyons précis : en quoi consiste cet examen ? Est-il dangereux pour vos, donc nos, troupes ? Êtes-vous sûr de pouvoir empêcher toute tricherie qui pourrait avantager Uzushio, si ceux-ci souhaitaient vous humilier ou dévaloriser les ninjas du Pays du Feu. Si moi-même et ma douce princesse qui ne rêve que de voir s'affronter jusqu'à la mort des jeunes gens nous nous y rendions en personne, pour prouver le courage du Feu, pourriez-vous nous protéger ?"


   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Haruka
Senju Haruka
Konoha no Jonin
Messages : 120
Date d'inscription : 23/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 60
Expérience:
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Left_bar_bleue332/2000Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Empty_bar_bleue  (332/2000)
Senju Haruka
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Bd208e11




Si elle n’avait pas été en présence de personnages si importants, Haruka aurait bien décroché un sourire suite à la réplique du Daimyo adressée à son rônin. Face à une sagesse burinée à coup d’expériences douloureuses, de résignations et d’observations de toute une vie, ce dernier n’avait pu que se rétracter honteusement. La réjouissance fût toutefois brève, car son intervention acheva de révéler toute la complexité de cet entretien. Si l’opinion du Daimyo sur les hommes était d’ors et déjà forgée, celle de son conseiller l’était également. Aucuns mots, pas même ceux de son seigneur, ne sauraient sortir cet homme de sa haine. Il n’y avait ainsi aucune bonne réponse à sa bravade, inutile alors de se défendre bec et ongles.

En effet, nous avons saisi l’occasion à la volée, veuillez pardonner notre empressement, dit-elle en s’inclinant aussi bas que l’exigeaient des excuses en bonne et due forme. Cependant, ce pacte ne saurait être consolidé que par votre approbation. Comme vous l’avez si habilement fait remarquer, il s’agit pour l’heure d’une mise en respect.

L’intendante se redressa pour mieux s’adresser à tous ses interlocuteurs, dont un rônnin en particulier.

Par ailleurs, vous avez raison, notre parole ne compte pas. Seule celle du Daimyo importe, car nous avons juré de le servir, ainsi que le pays. Dans cet objectif, nous pensons qu’entretenir des intentions militaires cachées en ces circonstances serait bien trop risqué.

Hélas, Haruka s’apprêtait probablement à en décevoir plus d’un. Elle ne s’attendait pas vraiment à un tel enthousiasme face à l’idée d’un conflit orchestré. La princesse notamment, dont elle avait réussi à capter l’attention avec cette optique, allait sans nul doute se renfrogner.

Il me semble en effet, reprit-elle, qu’Uzushio a la main mise sur bien trop de réseaux marchands pour que nous ne puissions en pâtir d’une manière ou d’une autre. D’autant que cela ne ferait d’exacerber davantage les tensions qui existent entre Konoha et d’autres villages si, en réaction, Uzushio décidait de s’allier avec eux. Ils auraient une bonne raison de le faire, et les autres de se liguer contre nous, car nous représenterions un danger flagrant. Nous serions alors complètement isolés et pris en tenaille. Même si nous avions un motif légitime pour nous déclarer ennemis, cela ne me paraît toujours pas avantageux.

L’intendant marqua une pause.

De notre perspective, profiter des richesses du pays des tourbillons serait la meilleure option. Car pour nourrir des intentions plus belliqueuses le village a d’abord besoin de prendre le temps de se renforcer, nous avons encore trop de genin en apprentissage, contrairement à Uzushio. Ils pourraient souffrir des représailles d’une guerre ouverte et devenir notre talon d’Achille si l’on venait à s’emparer de leur kekkei genkai. Et quand bien même ils seraient promus au cours des examens, ils demeureraient inexpérimentés. Sans compter qu’après les batailles de Baransu, nos ninja sont éreintés. En définitive, un tel projet nous semble actuellement défavorable sur la durée.

Une certaine déception fut bel et bien palpable chez ses interlocuteurs. Du moins en avait-elle l’impression. Elle s’attendait bien à ce qu’un certain rônnin lui reproche une éventuelle faiblesse du village, mais il fallait bien regarder les choses en face. L’intendante espérait toutefois être en mesure de regagner les faveurs de la princesse.

En ce qui concerne les modalités de l’examen, il s’agirait d’une succession d’épreuves tout ce qu’il y a de plus classique, nous avons déjà pratiqué ce genre d’évaluation au sein du village. Il s’agit de mettre nos genin en difficulté tant physiquement que mentalement. Il peut s’agir de course aux points ou de duels, ces derniers notamment devraient beaucoup vous plaire, puisqu’il est traditionnellement possible d’y assister depuis des gradins. Les mises à mort sont toutefois interdites, nous espérons en effet faire progresser nos genin et non les perdre.

La Senju esquissa ce qui ressemblait à une courbette d’excuses à l’intention de la princesse, tout en s’efforçant de livrer son explication sans s’en attirer les foudres.

Par ailleurs, les épreuves ne sont pas toujours martiales, il peut s’agir de réponses écrites faisant appel au discernement des évalués. Quoi qu’il arrive les épreuves sont en tout cas strictement orchestrées et encadrées par des chunin et des jônin afin de contrôler tout débordement. Tricherie incluse. Ce sont évidemment nos meilleurs éléments qui superviseront le déroulement puisque nous nous trouverons en territoire étranger. Quant à votre protection, soyez assurés que vous serez sous bonne garde. Le Hokage et moi-même nous tiendrions en permanence à vos côtés. Pour ma part, je possède des facultés sensorielles et une célérité toutes indiquées, mes techniques me spécialisent dans la traque et la capture. Personne ne vous approchera sans que j’en sois consciente et sans que je ne puisse réagir immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 788
Date d'inscription : 16/03/2017
Battre à l'unisson

Le Daimyo du Pays du Feu eut un petit sourire amusé face aux excuses (et même les flatteries) de l'Intendante de Konoha.
Roué politicien, il avait fait le pari de s'entendre avec le Village Caché de la Feuille. Grâce à lui et à la monstrueuse menace qu'il représentait, son ascension avait été météorique. Moult rivaux étaient devenu des vassaux.
Et si Tokugawa Shigeshige avait retenu quelques leçons de sa longue vie passée à guerroyer, c'était qu'il fallait se montrer magnanime dans la victoire. Et surtout, de ne pas abuser de la peur et des menaces.

Si son alliance avec les shinobis avaient permis de poser les bases et de cimenter le Pays du Feu, il s'agissait d'une chose qu'il fallait pudiquement glisser sous le tapis de nos jours. Le vestige d'une époque brutale et troublée, une arme que l'on ne ressortirait de la cave qu'en cas d'urgence.
Du coup, les remettre sous le feu des projecteurs était risqué, même si le projet de Konoha et d'Uzushio ne concernait normalement que le monde de l'ombre... Mais ces choses là finissent toujours par ce savoir.
Ce serait un plus pour le Village Caché qui brillerait lors de ces "épreuves". Même les tueurs de sang-froid ont besoin de publicité pour renouveler leur clientèle...

Le Daimyo laissait discourir l'Intendante de Konoha, pesant silencieusement le pour et le contre.
Même s'il avait rappelé à l'ordre la Senju, Shigeshige ne lui en voulait pas pour ce pacte de non-agression et ces connivences avec l'ennemi.
Il faudrait sans doute des pinces chauffées au rouge pour l'arracher de la bouche de Kazehaya, mais un bon général sait que parfois il faut lâcher la bride à ses subordonnés. Parfois, il était nécessaire que ce soit des hommes de terrain, ayant l'expérience nécessaire, qui prennent les décisions.
Or le Daimyo avait pleinement confiance en Chô concernant les questions touchant au monde ninja.

Le dirigeant suprême du Pays du Feu avait déjà pris sa décision. Un bon stratège doit saisir les opportunités. Les plans ne doivent pas être figé. Il fallait réagir, s'adapter avec soin. L'immobilité, c'est la mort.
Du coup, il allait soutenir le projet de Konoha. Voyons ce qu'il en sortira : il se sentait tout à fait capable d'en tirer profil d'une manière ou d'un autre.
Cependant, le Daimyo n'annonça pas sa décision. En bon maître, il se devait d'écouter l'avis de ses conseillers. Et il fallait affiner l'idée...

Contrairement à ce que pensait l'Intendante de Konoha, le rude samouraï Kazehaya ne se raidit pas plus que ça et ne se gaussa pas de l'état des forces du Village Caché de la Feuille.
Le rônin et son maître avaient connu des guerres dévastatrices : ils connaissaient la valeur du moral, la nécessité du repos et de la réorganisation des troupes, même victorieuses.

Par quelques hochements de tête entre les deux hommes et un sourire envers l'émissaire de la Feuille, l'idée de profiter de l'examen pour tenter un coup de force fut abandonné.
Il fallait bien avoué qu'à part cette histoire à Baransu, le Sekai et le Pays du Feu connaissait une ère de paix et de prospérité sans précédent.
Celui qui briserait ce fait s'exposerait à l'ire de tous. Malgré les proclamation de son Shogun, l'Empire de Tetsu avait vu chuter drastiquement son commerce et on ne comptait plus les soldats impériaux "disparu" qui avaient sagement décidés de ne pas rentrer à la maison et d'aller chercher fortune ailleurs....

"Vos... genin..." grimaça tout de même le rônin en s'adressant à la Senju. "Étant donné les circonstances, seront-ils à la hauteurs des épreuves ? Car si nous acceptons votre idée, ils ne représenteront pas que Konoha, mais tout le Pays du Feu. Et il serait très malséant pour vous et pour nous qu'ils s'y fassent humilier."
"Ooooh, c'est comme une sorte de guerre sous forme de sport ou de partie de shogi mais avec de vrais gens !" s'exclama la princesse Chachami d'un ton d'un inquiétant enthousiasme. "Il va bien falloir choisir vos pièces... Oh, il faut que j'y assiste !"

Le Daimyo eut un petit ricanement en se resservant du thé.
"Et bien, vous en avez déjà conquis une !" s'exclama-t-il joyeusement, mais peut être aussi vaguement inquiet de la soif de sang palpable de la Princesse. Elle lui tira la langue comme une sale gosse (mais c'était abominablement surjoué), ce qu'il ne releva bien évidemment pas.
Le visage bonhomme du Daimyo redevint vite plus grave et sérieux.
"Une question : les mises à morts sont donc interdites, mais avez-vous prévus des... incidents ? Ou prit des précaution pour qu'il n'en arrive pas à vos élèves ? Je ne suis pas extrêmement aux faits de la manière de fonctionner des shinobi, mais seraient-ils possible, pour vous ou Uzushio de glisser quelques ninjas expérimentés et à même de provoquer quelques tragiques décès accidentels dans le camp adverse ? Après tout, vous êtes des ninja : la tricherie et la sournoiserie est dans votre nature, c'est votre métier..."

Cela mit bien évidemment mal à l'aise le rônin (déjà, Kazehaya savait qu'il allait être de corvée d'escorte de la Princesse si son seigneur approuvait le projet).
"Se pose aussi la question de la sécurité des... spectateurs." siffla le samouraï en décochant un lourd regard vers Chachami qui minauda effrontément. "Et de la parole donnée : si les envoyés de Konoha brillent trop et écrasent les shinobi débutant d'Uzushio, comment réagiront nos hôtes ?"

Le Daimyo du Pays du Feu eut un petit sourire matois en contemplant sa tasse de thé.
"J'imagine qu'il serait bon d'envoyer dans le lot quelques ninjas... moins qualifiés. J'imagine que vous avez déjà quelques évaluations internes et que vous pouvez estimer qui a ses chances et qui ne fera que bonne figure..." proposa-t-il à la Senju à demi-voix. "Avoir quelques bon perdant permettrait de flatter un peu Uzushio... Mais bien évidemment, je compte sur vous pour que Konoha et le Pays du Feu brille au final..."
Le rônin à coté de lui eut une petite grimace de mépris, visiblement peu ravis de ce genre de combine. Son seigneur et maître était parfois aussi retors qu'un shinobi !

Et il n'était pas en reste.
Se coulant comme un chat en s'allongeant à demi sur la table au mépris des convenances, la princesse Chachami reprit la parole, ses yeux pétillants de malice plongeant dans le regard d'Haruka.
"Oh... Avez-vous quelques jeunes Uchiha à envoyer à cet... examen ?" minauda-t-elle d'un ton mielleux. "Non seulement ils sont souvent plutôt décoratif, bien plus que les membres du clan de votre Hokage, mais leur réputation de guerrier les précèdent. Les gens voudront voir un Uchiha en action. Et... Vous avez beau avoir signer un soi-disant traité interdisant le vol de techniques ninja, peut-on réellement empêcher un utilisateur du sharingan de regarder ? Et de ce souvenir..."

Kazehaya ne partageait pas l'enthousiasme de la princesse. Trop de gens autour de lui pensaient en ninja. Et cela le forçait à faire de même et il n'aimait pas ça.
"Cela serait sans doute dangereux. Je ne recommande pas que Konoha envoie à cet... examen des shinobi aux talents uniques ou précieux, comme des Hyûga ou des Uchiha. Idéalement, il faudrait expédié là-bas des ninjas plutôt puissant, mais remplaçable."
Le rônin se forçait visiblement à aborder ce détail. Mais il le faisait pour deux raisons.
D'abord, les dôjutsu et autres arts mystérieux de certains clans de ninja étaient des atouts du Pays du Feu, qu'il convenait de conserver à l’abri, à n'utiliser quand cas d'urgence et non pour la gloriole d'une sorte d'examen shinobi.
Enfin, et c'était plus personnel, il avait été soldat et général. Il avait déjà été abandonné sur le champs de bataille pour couvrir une retraite ou faire diversion. Il avait lui-même usé de pareilles tactiques dans des moments désespérés, même s'il n'en tirait aucune fierté.

En tout cas, les discussion avançaient bien : grâce aux explications précise de l'Intendante de Konhoha, le Daimyo et ses conseillers semblaient plutôt enclin à suivre l'idée proposée par la Senju.
Si elle chassait leurs derniers doutes et répondaient avec sa maestria habituelle, l'émissaire de Konoha rentrerait sûrement avec une lettre portant le sceau officiel des Tokugawa qui valideraient le projet...


   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Haruka
Senju Haruka
Konoha no Jonin
Messages : 120
Date d'inscription : 23/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Jônin - rang A
Ryos: 60
Expérience:
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Left_bar_bleue332/2000Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Empty_bar_bleue  (332/2000)
Senju Haruka
Battre à l'unisson [PNJ Daimyo] Bd208e11




La réplique du rônin fit mouche. A vrai dire, le sujet préoccupait également Haruka depuis un certain temps. Étaient-ils à la hauteur ? Elle repensait aux jeunes pousses qu’elle avait vu défiler dans l’intendance pour repartir avec des missions plus ou moins reluisantes. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’entre repeindre des tours et s’aventurer chez les Kaguya, l’expérience était pour le moins disparate au sein des genin du village. Certains étaient clairement mieux préparés que d’autres, mais que fallait-il faire en réponse à ce constat ? Aucun discours, aussi sévère soit-il, sur les responsabilités qui leurs incomberaient bientôt ne leurs forgeraient subitement les armes nécessaires. Elle ne pouvait que demande à leurs sensei de les préparer du mieux qu’ils pouvaient, puis les jeter dans le grand bain avec des mises en garde. L’électrochoc engendré par cette mise en situation soudaine pouvait être plus efficace que des années d’entraînement, ou à l’inverse, complètement dévastateur. Haruka fut traversée par une résignation : comme pour tous les adolescents au bord de l’âge adulte, rien ne pourrait vraiment les préparer à cette confrontation à la réalité. Elle se demanda alors si, d’une certaine façon, elle éprouvait ce que ressentaient les parents qui regardent leurs enfants grandir.

La Senju se tourna vers le rônin et le Daimyo.

Je suis certaine que nos genin sauront s’illustrer, cet examen ne peut être que le lieu de leur dépassement. Même s’ils rencontrent l’échec, ils brilleront de tout leur éclat avant de s’effondrer. Et parfois, il gît plus de mérite et de beauté dans les actes de celui qui perd. Je ne veux pas dire que nous allons rencontrer la défaite, mais je vous garantis que quoi qu’il arrive, le spectacle de leur évolution personnelle sera aussi gratifiant pour le pays qu’une victoire, réelle ou non.

Haruka ajouta, la mâchoire quelques peu crispée par son propos :

Dans le même temps, ce cas de figure permettra également, comme vous l’avez justement remarqué, de flatter Uzushio…

Elle ne préféra pas répondre au sujet des… bons perdants. Aussi cruelle que pouvait sembler la remarque du Daimyo, elle contenait sa part de vérité. L’intendante savait que certains ne seraient pas dans leur élément, laissant pour eux se profiler une défaite plus que probable. Elle voulait toutefois croire en une surprise, en un moment de grâce, cet éclair de génie qui pouvait frapper n’importe lequel d’entre eux.
Du reste, Haruka douta que ses mots atteignent la sensibilité…particulière, de la princesse, dont l’intervention avait fendue l’intendante d’une mine déconcertée. Mais la mention d’un spectacle de belle allure suffisait probablement à parachever son excitation. L’idée morbide qu’elle puisse réclamer la mort d’un genin suite à un combat traversa l’esprit de la Senju, mais elle préféra chasser cette possibilité de ses pensées. Même si elle les voyait comme des pièces sur un plateau, les règles du jeu avaient été définies. D’ailleurs, puisque le Daimyo le lui demandait, elle allait les préciser.

Concernant d’éventuels incidents…nous ne pouvons naturellement pas garantir que les participants ne se blesseront pas entre eux, mais des examinateurs et des surveillants de grade supérieur seront présents sur les lieux pour les protéger d’une agression extérieure. Du reste, nous avons l’intention de couvrir les lieux où se dérouleront les examens d’un sceau, afin de prévenir toute intrusion. Cela permettra aussi de protéger le public de ce qui se passe à l’intérieur.

La Senju se retourna ensuite vers la princesse, dont la remarque sur l’esthétisme des Uchiha et l’inélégance des Akimichi manqua de la faire recracher son thé.

Eh bien…nous aurons trois Uchiha participant aux examen et cela a soulevé bien des questions. Compte tenu de la nature de leur dôjutsu, nous avons convenu avec Uzushio que l’utilisation du sharingan serait restreinte. Utiliser ses capacités de copiage constituera un acte éliminatoire. Évidemment, au regard des implications et de l’affront que cela pourrait constituer à l’encontre d’Uzushio, cet acte appellera également à d’autres sanctions établies par le village.

Haruka déposa sa tasse de thé sur la table qui s’étendait en face d’elle et s’adressa enfin au rônin.

Je comprends parfaitement votre réticence, mais les Hyûga et les Uchiha ne sont pas uniquement de précieuses ressources. Ils contribuent largement à notre compétitivité, nous avons donc grandement intérêt à les faire participer. Nous avons beaucoup à y gagner si, de surcroît, ils aiguisent leurs talents durant cette compétition. Et elle constitue un terreau très favorable à cette ambition. Soyez certains que nous avons conscience de leur valeur et des risques encourus, nous serons là pour veiller à leur intégrité physique.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 788
Date d'inscription : 16/03/2017
PNJ
Battre à l'unisson

LLe discours sur le mérite de la défaite de l'intendante de Konoha toucha visiblement la corde sensible de l'ex-rônin qui servait de garde du corps et général au Daimyo du Pays du Feu.
Même ce dernier, ayant lui aussi sa part de bataille et de "replis stratégique" eut un petit hochement de menton appréciateur.
Visiblement, accepter avec sagesse une défaite hypothétique raisonner avec l'honneur samouraï des deux guerriers. Ils avaient connu sur le champs de bataille, tant en temps qu'allié ou qu'ennemi, des têtes brûlés irresponsables qui avait transformer un revers de fortune mineurs et cinglante déroute, voire en massacre à cause de leur fierté mal placé".
Cela rassurait un peu les deux dirigeant du Pays du Feu de savoir que leur ninja savaient reconnaître quand ils étaient dépassé.

"Voilà qui est joliment tourné, Dame Senju." lança avec respect Tokugawa Kazehaya, montrant pour la première fois les prémisses d'une certaine sympathie pour la kunoichi du Village Caché la Feuille. "Limiter les pertes est essentiel, surtout concernant de future force vive de votre Village et de notre nation."
La princesse Chachami eut par contre eut moue exagérément dégoutté.
"Tout de même, pas de défaitisme. J'espère que nos glorieux konohajin mettrons une déculotté mémorables aux jeunes pousses shinobi d'Uzushio. Ou au moins, seront capables de perdre avec panache et de manière à impressionner le public !"

Le Daimyo calma la princesse assoiffée de sang d'un doux geste de la main, auquel elle répondit d'un sourire amusé et énigmatique. Difficile de dire ce qu'elle pensait vraiment, tant visiblement elle aimait provoquer.
"Nul doute que Konoha enverra des jeunes ninjas de talents." coupa le Daimyo du Pays du Feu d'un ton posé. "Cet.... exercice cordial semble être une bonne idée. Visiblement, vous avez bien pensé les règles, même si je me méfie de cette histoire de sceau... Il faudra se défier de quelque trahison, il me semble justement que les Uzumaki sont les maître de ce genre de chose... Mais je vous fais confiance pour assurer la sécurité de vos shinobi et de nos envoyés."

L'annonce de la participation de trois jeunes Uchiha ravit la princesse Chachami. Visiblement, elle avait bien trop écouté les légendes à propos des détenteurs du mythique sharingan et rêvait de les voir en action.
Le rônin était moins ravis à l'idée de risquer de tels atouts du Pays du Fue en terre étrangère pour un banal exercice.
Il se rangea néanmoins à l'avis de la Senju après qu'elle eut détaillé les précautions prises.
"Hmmmm... Cela ne me plaît guère, mais c'est aussi l'opportunité d'une belle démonstration de puissance qui serait à même de refréner les éventuels projets militaires de nos ennemis... En tout cas, je compte sur vos ninjas de rang supérieur pour ne pas quitter nos jeunes prodigieuses des yeux. Y compris en cas de blessure, voire de mort. La réputation d'incroyables médecins des Omura n'est plus à faire... Qui sait ce qu'il pourrait tirer du simple examen d'un petit Uchiha !"

Voyant que le plus ferme opposant au projet finissait par écouter l'Intendante de Konoha, le Daimyo eut un petit sourire qu’il masqua en reposant son thé.
Même si la princesse boudait un peu à l'idée de ne pas se délecter de combats à morts (mais où avait-il raté son éducation ? Il faudrait qu'il en parle à sa mère...), Shigeshige savait qu'elle ne manquerait ce spectacle unique pour rien au monde.
Lui même était plutôt intrigué par le projet. Après tout, si Akimichi Chô était assez confiant pour risquer ses ninjas...

"Bien. Il me semble que tout est dit..." termina-t-il d'un ton ferme et officiel, abandonnant pour un temps son aspect de grand-père débonnaire. "Senju Haruka de Konoha, vous avez ma bénédiction pour lancer ce projet. Qu'il nous rapporte gloire et informations sur le Pays du Tourbillons et ses ninjas."
Il fit une brève pause avant de poursuivre, à la fois pour reprendre du thé mais aussi pour donner plus de poids à ses propos.
"Cette triste affaire à Baransu a déjà montrer au Sekai la puissance de nos ninjas, mais il s'agissait d'une alliance de tous les Villages Cachés, de divers clans indépendants et des samouraï de la Vallée d'Enokizu. Nous y avons partagé les honneurs avec Uzushio... Il est temps de leur montrer ce que valent les shinobi de Konoha animés par la Volonté du Feu. Cela nous permettra de jauger leur puissance militaire et plus de leur assise économique. En effet, si Suna ne cache pas ses visées expansionnistes, les rats du Déserts sont loin, alors que le Pays des Tourbillons est juste à nos portes. Je compte sur Konoha et ses shinobis pour porter haut et fort nos couleurs !"
Il claqua des doigts et de nouveau des serviteurs empressés sortirent de quelque porte secrètes pour lui apporter des parchemins et son sceau, afin qu'il signe les traités requis par la kunoichi du clan Senju.
 
Le maître du Pays du Feu se détendit de nouveau, retrouvant son aspect d'hôte charmant, servant lui même le thé à Haruka.
"Si jamais le Daimyo des Tourbillons fait le déplacement lui-même pour assister aux épreuves, je devrais faire de même. J'espère que vous serez d'assurer ma sécurité et celle de la Princesse... Ce qui me permettra d'ailleurs de la surveiller afin qu'elle ne ruine pas notre nation en paris stupide avec d'autres nobles..."
Chachami leva les yeux aux ciel de manière exagérée, avant de s'affaler de nouveau sur les coussins, reprenant sa moue mi-boudeuse, mi-blasée.
"J'espère qu'il y aura du spectacle et que vous avez songé à mettre à l'épreuve vos ninjas dans des défis haut en couleurs." maugréa la jeune femme. "J'attends ça avec impatience..."


Résumé:
 

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Territoire du Feu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.