:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]

Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 100
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue270/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (270/1200)
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?



La forêt sans fin portait bien son nom. Sans fin. Sans début non plus. C'était finalement comme le désert blanc de ma région mais en forestier. Des arbres à pertes de vue, pas beaucoup de lumière traversantes. Et le pire? C'est que j'avais réussi à perdre Buntaro et je le maudissais.

" Mais quel abruti!! Où il est encore allé se fourrer ce crétin! Il est infernal! Il aurait presque mieux valu que je me trimbale l'autre attaqué du couteau... "

Je faisais référence à Kamejiro. C'était pas l'amour entre nous mais au moins, il ne se serait pas paumé. Bon, en soit, c'était pas la fin du monde. On était des shinobis et on savait se débrouiller. Si vraiment je ne remettais pas la main sur lui, on se retrouverait à notre prochain point de rendez-vous.... encore fallait-il qu'il m'eut écouté quand je lui ai indiqué l'endroit.

" Crétin... crétin... crétin... "

Et pendant que j'ai passé plus d'une heure à l'insulter tout en traçant ma route, la nuit était vite tombée et au même instant.... mon ventre se mit à gargouiller. Enfer et damnation. C'était l'autre tâche qui avait les vivres. Buntaro avait à tout prix voulu les prendre pour je ne sais quelle raison.

" Abruti.... abruti.... abruti.... "

Je m'énervais toute seule et pour rien. Je pouvais râler autant que je voulais, cela n'allait pas me nourrir. Reprenant mon sang froid, il fallait que je vois le bon côté des choses. On était dans une forêt. Il y avait forcément quelques bricoles à chasser. Ne connaissant pas trop le coin, je me risquerais pas à grignoter des baies inconnues. J'étais pas trop d'humeur à finir plier en deux. Seul option? La chasse.

Si l'exil nous avait appris quelque chose, c'était bien à nous démerder comme on pouvait. Quand on avait plus rien, pas un ryos, il fallait avoir recours au système D. On était des shinobis capable de pourchasser la pire créature qu'était l'homme, alors un bestiaux...

J'avais donc l'avantage de la forêt pour faire mon choix, mais j'aurais aussi celle de la nuit. Ma proie? L'idéal serait un sanglier. Je visais trop haut? Peut-être, mais il y avait plus à manger qu'un lapin bourré de petits os qui pourraient m'étrangler. Et puis, les cochons sauvages s'étaient nocturnes et une cible - bien que rapide - que je ne pourrais pas rater.... enfin, normalement. C'était l'occasion pour moi de vérifier si je n'avais pas perdu la main.

Je pris un kunaï dans ma veste puis je remontais la manche du bras opposé qui tenait ma lame. Comme je voulais être certaine de pas foirer mon coup, autant utiliser ce qui était dans mes veines. Au moins, je savais que c'était efficace et je pourrais le manier comme je veux. Je me trouvais donc une planque pour guetter, pas trop éloigner d'un chaîne où il y avait plein de champignons. Les petits mets préférés de nos amis porcins. Il y avait sans doute de quoi gratter sous les racines. J'ai poireauté.... bien une heure et demi... dans le silence complet, tout en continuant à maudire Buntaro dans ma tête. Je comptais pas le rater quand je l'aurais retrouvé.

Et là, enfin. Providence.

J'entendis quelque chose s'agiter dans les broussailles. Prête, j'avais déjà la lame de mon kunaï qui caressait ma peau blanche, prête à l'entailler. Un grognement et la bête sortit. Un sacré morceau. J'étais pas tombée sur le petit sanglier du coin mais cela ne me faisait pas peur et j'avais vraiment faim. L'animal se mit à renifler et elle était hésitante. Elle m'avait déjà repéré? Je m'emballais pas pour autant, et je la laissais faire... jusqu'à ce qu'elle regarda en direction du buisson où je m'étais planquée.

Merde.

Un coup de lame. Un coup de sang.

" Ketsuryū! "

Un flot d'épines sanguines vinrent se figer entre les deux yeux de l'animal. Il se mit à couiner comme un dératé et tenta de prendre la fuite.

Zut. Je n'y étais pas allée assez fort.

" Tu vas pas de barrer maintenant que j'ai poireauté autant de temps pour toi mon gros. "

Je lançais une nouvelle saucée dans sa direction. Je visais les pattes. Il tomba. Il grogna. Mais arrivé à sa hauteur, je plantais violemment mon kunai pour l'achever.

" Bordel. "

J'avais vraiment perdu la main. Mais alors que je m'apprêtais à le dépiauter pour ne prendre que ce qui m'intéressait - parce que j'allais pas me le trimballer - un autre grognement se fit entendre.

" Ne me dites pas qu'il a ramené la famille... "

Par réflexe, je levais mon bras où ma plaie saignait encore un peu et mon kunaï qui me permettrait de me "blesser" une nouvelle fois. Qu'est-ce qui allait me sortir encore? Si c'était Buntaro, il aurait droit au kunaï.

Revenir en haut Aller en bas
Kisho Genkishi
Kisho Genkishi
Indépendant
Messages : 153
Date d'inscription : 31/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue255/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (255/1200)


❝Etsu x Genkishi

    ♡ Alors on chasse le cochon sauvage ?


Aujourd’hui, je ne suis ni de permission, ni de mission. Affecté à la « simple » garnison de la forteresse, il m’incombe de faire quelques rondes. D’abord petites, puis de plus en plus élargies. Comme il y a déjà nos hommes de premières mains aux abords des différentes vallées, je n’ai pas spécialement besoin de trop m’y attarder : personne ne veut tomber sur eux… pas même moi. Ils sont impitoyables et n’hésitent pas à y mettre les dents, pour peu que vous fassiez ne serait-ce qu’UN geste brusque. Ouais, de vraies brutes.
De toute manière, j’évite de les côtoyer au possible. Si certains pensent qu’entre « bêtes sauvages » on devrait plutôt bien s‘entendre, ils se plantent complètement. Bah ouais, je suis là depuis moins d’un an… si j’ai réussi à me faire une place et un nom au sein de la forteresse principale, m’intégrer dans les Burkumins est encore une autre chose, bien distincte, mais surtout aux antipodes de ce que j’ai fait jusque là. Alors, oui. Je les évite, je les fuis comme la peste. Mais chuuuuut, pas un mot. Lin de moi l’envie de me faire étriper par Benkei ou lapider en place publique par Tetsuo. Disons qu’il y a plus agréable comme fin de journée.

De toute façon, on ne m’a pas donné l’ordre d’aller leur tailler la bavette, donc je ne fais en aucun cas de l’insubordination ; je reste dans les clous et j’y resterai à jamais. Il en va non seulement de ma place chez les Kisho, mais c’est aussi qu’une question d’honneur. De fierté. De valeurs… et d’abnégation. Si moi, au regard de mon passif, je ne suis ni loyal ni fidèle… alors qui peut bien l’être ? Vétéran et soldat réformé, certes, mais je reste un militaire. Et ça, rien ni personne ne pourra jamais le changer, parole de Genkishi !!!
En tous les cas, tourner encore et encore autour des mêmes coins, ça reste chiant. Mais même si ça me court complètement sur le haricot et que je me fais chier comme un rat mort, je continue et persiste. Néanmoins, j’en profite pour élargir nos frontières – qui oserait s’approcher de moi de toute façon ? Je sais que je fais peur à tout le monde… Bienvenue dans une société qui se tapettise. Et ça se dit ninja ? BAH TE PARLES – et ainsi m’approcher de la vallée rocheuse, juste à côté de l’Enclave.

Après un temps, je décide de m’octroyer une courte pause. Pour ce faire, je me mets assis et appuie mon dos sur un pan rocheux mais pas trop rocailleux. En fait, grâce à l’érosion naturelle et le climat lié à cette portion du bled, c’était tout lisse. Je soupire de soulagement alors que je sens mes muscles se détendre et tout mon corps se reposer. Y a pas à chier, ça fait un bien fou, même quand on est putain d’endurant. Là, je lève la tête et admire les quelques nuages qui flottent tranquillou bilou dans le ciel avant de fouiller dans mes poches intérieures. Je ressors un paquet de viande séchée et que je m’empresse d’avaler avant de roter tout le bonheur du monde. Ca, c’est fait ! Puis, tout aussi lentement, je chope une clope. Celle-là, elle va bien passer. Oulah oui.
Je galère quelques temps avec mon briquet ; ça ne veut pas. Je soupire et grogne avant de fouiller dans mon sac, cette fois. Vite, une boîte d’allumettes ! Maintenant que je mets la main dessus, je vais enfin pouvoir profiter de la nicotine fournie par Tetsu. Un bon gars lui, je vous le dis.
Mais si je prends le temps de savourer cette cigarette mortuaire, je ne fais pas forcément attention à mes rations. Force est de constater que la faim revient bien vite à la charge et que je n’ai plus de viande séchée vu que j’ai englouti tout le paquet. Il va donc falloir que je chasse. Je lance mon mégot au loin et fais craquer tous mes os avant de m’élancer vers la forêt sans fin.

Bien rapidement, j’atteins le fourré susmentionné et établis quelques points de repères. Je connais plutôt bien le plus profond de cette dernière, mais au vu de toutes les allées et venues à l’entrée de celle-ci, je préfère m’assurer que je ne la louperai pas. Mode traqueur activé, je mets à quatre pattes, sur le sol, et cours de cette manière, adoptant l’attitude ce ma future proie : un cochon sauvage. Utilisant tous mes sens, je finis par repérer les traces d’un bon gros morceau. Mais sans grande surprise, lui aussi m’a senti. Saloperie. Il se dépêche de s’enfuir et passe par des endroits où je suis incapable de passer. Je peste et crache tout mon soûl, grognant et fulminant. Enfin, je grimpe à un arbre et saute de branche en branche en espérant le rattraper.
Le con vient de passer à travers un épais amas de buissons. SU. PER. Puis je l’entends couiner. Un autre prédateur ? Un animal encore plus gros et gras ? Mes yeux s’illuminent, mon sourit s’agrandit. La salive au coin des lèvres, je me prépare à sauter de toutes mes forces pour le choper.

« WOOOOOOOOOOOOH ! COCHOOOOOOOOON !!! Il est mort et ce n’est pas un autre prédateur. Juste un petit bout de femme que je n’ai jamais croisée auparavant (ou alors je ne m’en souviens absolument pas). Ah bah pas cochon… Je m’incline face à elle. T’es qui ? Je demande sans tact aucun, me mettant assis face à elle, alors que je viens de l’interrompre pendant qu’elle dépiautait la carcasse de l’animal sauvage. Genkishi, je me présente ensuite. Je réfléchis quelques temps, essayant de me montrer plus civilisé. Enchanté ? »


❝ this is why we bleed. ❞
made by MISS AMAZING.


Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  V2zp
Merci Daisuke **

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 100
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue270/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (270/1200)
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?




J'avais pu voir des choses étranges au cours de ma courte vie, mais s'il n'y en avait bien une à laquelle je ne m'attendais pas, c'était bien de voir un tel mastodonte me tomber dessus comme un animal sauvage. Par pure réflexe et prudence, je restais sur ma défensive avant de constater qu'il en avait après l'animal que je venais de mettre à terre. Brute de décoffrage, il me demanda sans manière qui j'étais. Ce ne fut qu'à ce moment là que j'abaissais mon kunaï. Bizarrement, il ne m'inspirait pas la crainte. Non pas qu'il n'avait pas une taille impressionnante, mais tout simplement parce que s'il avait voulu, il aurait pu s'en prendre directement à ma personne.

Je n'ai pas osé répondre tout de suite et je l'observais alors qu'il s'assît tranquillement devant moi. Quel âge pouvait-il avoir? Genkishi, hein? Un shinobi ou juste un chasseur de passage? Je ne pouvais pas m'amuser à le questionner comme ça alors que je m'étais perdue enfin... que j'avais perdu Buntaro. Je posais mes yeux rouges sur lui, avec je dois dire un peu d'étonnement. La situation était vraiment bizarre.

" Enchantée. Je suis Etsu. "

A ces mots, je m’accroupis près de la carcasse du sanglier et je continuais mon œuvre. Il fallait que je le vide et que je fasse attention à ne pas crever l'estomac. Si l'odeur était infect, j'évitais de le montrer. Ce n'était pas comme si je ne m'y étais jamais attelée dans l'Isthme. Il le fallait bien après tout... on était reparti de rien, et même les enfants devaient se mettre à contribution. A prendre à chasser dans les glaces étaient... bien différents d'ici. Alors que je retirais les viscères de l'animal, je levais mon menton en direction du fameux Genkishi.

" Vous savez... je ne pourrais pas tout... manger. Si vous souhaitez, vous pouvez prendre ce qui reste? Histoire que la viande ne soit pas perdue. Est-ce que... cela vous intéresse? "

Il fallait bien entamer la conversation. Si ce dernier s'était assis, peut-être désirait-il faire un brin de causette? Ce n'était pas spécialement mon fort mais je pouvais faire un effort. Peut-être pourrait-il d'ailleurs m'aider à trouver le village le plus proche et sortir de cette forêt sans fin. Mais peut-être devrais-je commencer par poser la question la plus importante.

" A tout hasard... est-ce que vous auriez croisé quelqu'un d'autre que moi? Un homme d'environ mon âge, brun, plutôt pâle... qui dénoterait avec le décor? "

Et qui aurait l'air d'un parfait abruti que je ne tarderais pas à dépiauter exactement comme ce cochon sauvage?

" Nous nous sommes séparés accidentellement. "

Que pouvais-je dire de mieux? Sans rien rajouter, je finissais pas besogne. Il fallait maintenant que je me débarrasse de la peau et ensuite je pourrais me couper la viande. J'avais oublié comment cela était fastidieux et déplaisant... et cette odeur.... Puisque j'avais proposé de partager, peut-être que l'inconnu pourrait contribuer à la tâche?

" Pardonnez-moi. Cela va peut-être vous paraître grossier mais, vous serait-il possible de m'aider avec ce sanglier? "

Je tentais de lui faire un sourire pour lui paraître plus agréable. Il fallait dire que mes bras étaient maintenant souillés jusqu'aux coudes et la vision que j'offrais n'était pas très reluisante. Mais vu l'homme d'expérience qu'il paraissait être, il avait dû en avoir vu d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Kisho Genkishi
Kisho Genkishi
Indépendant
Messages : 153
Date d'inscription : 31/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue255/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (255/1200)


❝Etsu x Genkishi

    ♡ Alors on chasse le cochon sauvage ?


Cette femme, là… Elle est bizarre. Bon, qu’elle soit sur la défensive quand je lui saute dessus sans le vouloir parce que je veux bouffer le cochon qu’elle vient de flinguer, ok. Je comprends et conçois tout à fait. Mais son regard et ses yeux… Merde, ils sont loin d’être normaux ! Je suis relativement âgé quand on prend la moyenne,e t autant dire que j’en ai vécues, des choses. Mais alors ces yeux… Par tous les dieux, c’est bien la première fois que je vois des pupilles aussi rouges ! On dirait presque des sharingans… Sans les formes étranges à la place de l’iris. Bref, moi ça me fait tout bizarre. Et honnêtement, si elle ne s’était pas présentée de la sorte et ne s’était pas montrée aussi « avenante », je me serais probablement battu. Je veux dire, je me serais senti en danger, donc je dégaine. C’est simple, basique. Efficace. Mais pas là.
Bref, je me suis présenté, je lui présente quelques bribes de politesses et elle fait un juste retour des choses. Etsu… Ça sonne mignon à mon oreille. Par contre, je suis bien incapable de dire si je l’ai déjà entendu auparavant ou pas, ce prénom. Mais ça sonne bien, alors je hoche simplement la tête en souriant à pleines dents. Puis elle commence à s’accroupir auprès de la carcasse sans vie de l’animal, commençant à le vider sous mes yeux. Ma bouffe qui s’en va alors qu’elle était juste sous mes yeux… Je peste et me mords les joues : ça m’apprendra à être aussi lent !

Je reste pourtant assis, à baver et à regarder la jeune femme dépecer le cochon sauvage. Bordel, j’en salive déjà. Il a l’air si succulent ! Et pourtant je ne pourrai pas y goûter. Je ne pourrai pas y toucher… Quelle tristesse. Quelle hérésie… Quelle vie de merde ! Mais bon, je reste là. Je n’ai pas trop le choix, depuis que je lui suis tombé dessus. Je me retiens néanmoins de soupirer ; je ne l’aurai clairement pas vidé comme ça, le bordel. Là, tout ce qu’elle risque, c‘est d’en foutre partout ! Mais il faut croire que la providence et la chance sont de mon côté : elle me regarde droit dans les yeux et m’indique qu’elle ne pourra pas tout manger toute seule. Puis elle me propose de prendre le reste ? Sérieusement ??? Mes yeux papillonnent et on jurerait y voir des étoiles si on y prête suffisamment attention. Non sans énergie ou vivacité, je hoche la tête de haut en bas, presque frénétiquement. Quelle question, c’est comme demander à un Sunajin s’il veut dominer le monde !
Mais pour l’heure, je ne lui réponds pas de vive voix. J’estime que mes gestes sont suffisamment clairs, limpides et… évocateurs. En fait, je crois même être un peu timide. C’est rare, pour moi, de voir une demoiselle dépiauter un bestiau avec autant de sang froid et sans manquer de relâcher ses tripes à tout moment. Puis, de toute façon, à l’époque, c’était moi qui m’occupais de faire ça. Ma femme cuisinait, je chassais et vidais les animaux. Chacun avait ses tâches ! C’est comme ça qu’un couple doit agir, selon moi. Sinon ça devient vite le bordel. Et, même sans parler de ça en fait, j’estime qu’il est tout simplement con de laisser la femme tout gérer. Faut que tout soit équitable bordel.

La demoiselle reprend ensuite la parole alors que je continue de l’admirer (ou peut-être est-ce le gibier que j’admire…) : elle semble s’être paumée dans les bois. Quelle super idée, tiens. En parlant de ça… Je ne suis même pas certain d’être moi-même capable de m’y repérer. Le retour va être beau, oulah. Elle me demande donc si j’ai croisé quelqu’un d’autre… A peu près le même âge, la même gueule, la même peau… Bon, je n’ai pas besoin de forcé pour comprendre et voir si ça passe avec ma mémoire : je n’ai rien croisé d’autre que ce merveilleux sanglier… qu’elle me propose ensuite de découper avec elle parce qu’elle a l’air d’en chier sa race quand même. Je hausse les épaules et sors mon un kunai, que je fais tournoyer entre mes doigts, avant de m’atteler à la tâche.

« Nan. J’ai vu personne. Juste l’cochon… pis toi, Etsu. Du sang me gicle dessus, je m’essuie le visage. Z’êtes disputés ? Je commence de nouveau à être curieux. Au moins t’sauras qu’c’pas une bonne idée d’v’nir seule dans la forêt. Ca craint de ouf ici quand même, y a vlà les bestiaux... »

❝ whisper of hope. ❞
made by MISS AMAZING.


Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  V2zp
Merci Daisuke **

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 100
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue270/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (270/1200)
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?




J'étais tombée sur un phénomène. Encore un coup de ma chance prodigieuse et j'étais bien entendue totalement ironique. Alors que je m'attelais à découper la cochonnaille en devenir, je ne pouvais ne pas avoir perçu le visage envieux de l'homme qui se tenait là, bavant devant la viande fraîchement abattue. En voilà un qui pensait avec son estomac. Mai l'avantage de ce genre de type était que leurs envies ou leur manière de parler était souvent tout aussi primaires. Manger, boire... et.... bref. Je m'arrêterais sur cette pensée et l'image horrible qui venait de me traverser.

Du coup, naturellement, je lui proposais de reprendre ma tâche de découpe, une bonne manière pour lui de participer à cette charge et quelque part, mériter sa part du gâteau. Moi, je me reculais un peu pour lui laisser la place et l'observais ainsi dans ses gestes. C'est à ce moment là qu'il se décida à parler à son tour. Enfin parler.... une tentative de langage en tout cas. Je ne compris ses propos qu'au prix d'un effort monumental de ma part. D'ailleurs, l'expression de mon visage ne dissimulait pas le moins du monde que j'essayais de le comprendre, fronçant un peu les sourcils comme si je me concentrais sur quelque chose. Ici, c'était les mots qui sortaient de la bouche de Genkishi.

" Euh... alors non. Nous nous sommes pas disputés. Mon ami est un homme assez tête en l'air. Et par malchance, c'est lui qui portait l'essentiel de mes affaires. L'eau et la nourriture notamment. "

Satané Buntaro.

" Je n'imaginais pas la forêt si dense dans les environs et je dois avouer que je ne pensais pas non plus perdre mon camarade. Je suppose que c'est une chance pour moi de vous avoir trouvé sur mon chemin? "

Une chance, c'était ce que j'espérais. Je priais pour qu'il ne soit pas totalement dingue parce que je n'avais absolument pas envie de me battre maintenant. Pas l'estomac vide. Pas ici avec ce porc à mes pieds.

" Bon. Je vais chercher de quoi faire un feu. On pourra au moins cuire la viande. Cela tuera aussi les parasites. "

Une indication de bon sens. Je l'abandonnais quelques instants à ses coups de kunaïs et ses jets de sang sur le visage pour récupérer quelque morceaux de bois morts, des brindilles et de la mousse asséchée pour faire démarrer le tout. Je n'étais peut-être pas épaisse dans mon genre, ni la femme la plus musclée mais j'avais de la ressource. Bon, je dus faire plusieurs aller-retour pour amener de quoi faire mais au moins, c'était fait. Combien de temps cela me prit? Je ne saurais le dire, mais assez pour retirer ce que l'on avait besoin sur l'animal. Je pris l'initiative d'essayer d'allumer un feu. Dans ma poche, j'avais toujours une pierre à feu justement. Quelques étincelles sur la mousse séchée, on souffle sur le début de braise et hop! On le démarre, on l'entretient, on place les bûches.... J'avais même eu la prévenance de prendre des petites branches sur lesquelles embrocher nos bouts de viandes. J'en tendis quelques unes à Genkishi.

" Tenez... pour les tenir au-dessus du feu. "

Assise les jambes croisées, je découpais des morceaux plus petits de ma viande avant de les empaler sur mon pic de fortune. Je les passais au dessus des flammes pour les faire cuire.... en silence.... parce que je ne savais guère trop faire la conversation. Pas à ce genre de type en tout cas.

" Vous... vous êtes originaire du coin? Vous connaissez bien l'endroit? "

Il fallait bien tenter quelque chose, communiquer avec l'autochtone.


Revenir en haut Aller en bas
Kisho Genkishi
Kisho Genkishi
Indépendant
Messages : 153
Date d'inscription : 31/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue255/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (255/1200)


❝Etsu x Genkishi

    ♡ Alors on chasse le cochon sauvage ?


Je veux faire confiance à Etsu. De toute façon, c’est ça ou alors je la tue sur place. Et honnêtement, je n’en ai pas spécialement envie. En un sens, elle ne m’a rien fait… Elle a même accepté de partager la bouffe avec moi. Et ça, pour une personne de mon genre… ça veut dire beaucoup de choses. Ah ça oui. Bien plus qu’un pacte ou une bague au doigt… bon, j’exagère mais l’idée est là. Toujours est-il que je reste quand même dubitatif quant à sa raison dans les forêts du Nord-Ouest. Je veux dire… Ok, elle s’est perdue. Elle est complètement paumée et ça se voit. Mais de là à vouloir me faire croire qu’ils ne se sont pas disputés ? Genre… A quel moment tu laisserais une donzelle seule dans les bois ? Tu as beau être tête en l’air, pour moi c’est quelque chose qui n’est pas forcément envisageable. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai directement pensé à la prise de becs.
M’enfin, je n’ai pas d’autre choix que de lui accorder le bénéfice du doute jusqu’à ce que je sois sûr de ce qu’elle me dit. Par contre, une chose me dit qu’elle n’est probablement pas non plus inoffensive. Je veux dire, elle a déjà des yeux ultra spéciaux (du genre qu’on ne voit clairement pas tous les jours, et c’est encore différent des yeux vairons). Ensuite… Ben elle sait manier le kunai. Les civils, en général, ils s’arrêtent aux lames longues, genre des katanas de plus ou moins bonne facture. Pas aux armes de ninjas. Néanmoins, je ne relève pas et ne dis rien. De toute façon, la voilà qui se recule et fronce les sourcils, comme si elle se concentrait sur… quelque chose. Mais de là à dire sur quoi… Aucune foutue idée, con.

« Putain con… Y a beau êt’ tête en l’air, j’arrive pas à comprendre p’quoi il t’a laissée toute seule… Petit silence, j’éclate une cuisse du cochon. Il y en a partout de chez partout. J’attrape alors un pan de mon treillis pour m’essuyer la tronche, histoire de ne pas avoir la vue trop embrouillée à cause du sang. T’m’aurais dit qu’il avait oublié la bouffe que’q’part, j’dis pas. Mais là… Je la regarde en souriant. M’enfin, t’dois mieux connaître la situation qu’moi hein. »

Elle n’imaginait pas la forêt si dense ? BAH COUILLONNE. C’est une putain de forêt dans les MONTAGNES, bien sûr qu’elle va être dense. Raaaah la la la la. C’est pourtant la première chose qu’on apprend aux premières recrues : toujours se renseigner au maximum sur les territoires qu’on s’apprête à visiter ! La moindre erreur topographique peut vous être fatale… Et si elle était tombée sur un mec mauvais qui ne cherche qu’à tuer, plutôt que sur moi, hm ? Bah elle serait morte. Bim bam boom. Adieu Etsu.
Pareil, elle continue de dire qu’elle n’a jamais pensé pouvoir perdre son soi-disant camarade. Mes couilles sur la commode. Comment vous voulez que je la crois ? En terrain hostile, on est supposés marcher de front ou alors à la suite l’un de l’autre, surtout en binôme ! Alors à moins qu’il l’ait semée exprès, je ne comprends pas. Mais je vais tout de même éviter de remettre le sujet sur le tapis, c’est un coup à ce qu’elle me prive de bouffe bordel.

« Si par chance t’veux dire qu’t’es tombée sur quelqu’un qu’veut pas s’battre, j’pense qu’ouais, t’chanceuse. Je ris légèrement alors que j’enlève la dernière couche de cuir slash poils de la bestiole. Nous y vlà, on va pouvoir l’bouffer l’cono ! »

Finalement, elle indique aller chercher des branches histoire de faire une bonne flambée pour le faire cuire. Boarf, j’aurais très bien pu le bouffer cru ; peut-être qu’il y a des parasites mais, honnêtement, vu mon gabarit et ce que j’ai pu avalé depuis déjà des années, je les défonce les bactéries. Très clairement. Mais si madame a le luxe de vouloir le faire cuire, dans ce cas… Je lui réponds et ainsi approuve d’un simple hochement de tête alors qu’elle se barre dans les fourrés. Bah, au moins, ça me laisse le temps de finir de préparer sa carcasse. Retirer les os bien chiants, ainsi que les abats. Vérifier que ça n’est pas trop abîmé pour qu’on puisse les grignoter (j’adore le foie et les rognons !). Enfin, on retire les viscères tout en faisant attention ; ça nous fera des saucisses comme ça.
Pendant ce temps-là, l’étrangère a fait quelques allers et retours pour ramener de la mousse et des brindilles, ainsi que quelques branches. Une fois qu’elle a tout ce qu’elle faut, elle cherche un truc dans sa poche. Une étincelle et quelques souffles plus tard, voilà que le feu prend. Elle me tend une autre branche histoire d’embrocher la barbac dessus, ce que je fais. Puis je me joins à elle, assis près du feu, à faire flamber quelques bouts de viandes à mon tour. Est-ce que je salive ? Complètement. Mais j’ai trop faim aussi !

« Originaire du coin… Bah j’suis pas tout près, mais d’c’qu’j’comprends t’viens d’v’là loin, con ! Je tâte ma viande. Pas assez cuite, je fais la moue. Après d’là à dire que j’connais l’endroit… On va dire qu’j’ai des r’pères ouais… Je la regarde, l’oeil amusé. Pas comme toi, je la charrie. »

❝ hypnotik. ❞
made by MISS AMAZING.


Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  V2zp
Merci Daisuke **

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 100
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue270/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (270/1200)
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?




Je rêvais ou le grand costaud ne me croyait pas quand je disais que Buntaro s'était perdu? Pensait-il vraiment que je perdrais mon temps à raconter des bobards aussi ridicules?

" On voit que vous ne connaissez pas mon camarade. C'est une buse en matière d'orientation. De toutes façons, il n'en fait qu'à sa tête. "

En réalité, c'était plus sur le principe que la disparition de l'autre idiot me mettait en colère. On devait rester ensemble. Point barre. Je ne m'inquiétais pas spécialement pour lui car je savais qu'il était tout à fait à même de se défendre comme sans nul doute il ne s'inquiétait pas pour moi.

Rapidement, nous vaquâmes à notre propre affaire. Genkishi aux dépiautages des restes du sanglier, et moi à l'allumage de mon feu jusqu'à me tenir prêt de ce dernier pour faire cuire mon bout de viande. Il m'indiqua que j'avais de la chance de l'avoir croiser lui et pas un autre. Bizarrement, cela m'arracha un petit sourire du coin des lèvres. S'il m'avait fallu me battre, je l'aurais fait. Comme n'importe quel Chinoike et shinobi. Seulement, je ne lui avais parler ni de l'un, ni de l'autre. Je me contentais de hocher la tête comme pour lui signifier qu'il avait raison. Ce qui en un sens était le cas.

Quand je me décidais de lui poser une question, sa manière de répondre me semblait toujours particulière. Mais plus il parlait, plus je commençais à un peu le comprendre.

" Je viens de loin en effet. Je suis originaire de l'Isthme de gel. L'autre côté de la terre vue d'ici. "

C'était un demi-mensonge. Je venais de là-bas mais pas mes origines. C'était un peu ma façon d'abréger les choses et de ne pas m'étirer sur le sujet.

" Je me trouvais à l'Enclave. J'étais venue voir.... une amie. "

Le terme était un peu fort mais c'était encore une fois plus simple. Je n'étais certaine de toutes manières qu'il en avait quelque chose à faire. Mes yeux se portèrent alors sur mon bout de viande qui me paraissait assez cuit pour moi, et je commençais à délicatement mordre dedans. Une fois avalée, je me décidais de questionner à nouveau le grand homme.

" Vous... vous n'étiez venu ici que pour chasser? "

Mon interrogation était à demi-innocente. Bien qu'il m'avait indiqué qu'il ne me ferait aucun mal, cela ne signifiait pas qu'il n'était pas là pour en faire à quelqu'un d'autres. Il était si bizarre.

" En tout cas, je reconnais que je me suis peut-être montrée un peu présomptueuse en m'aventurant ici sans connaître. Je souhaite juste trouver un village ou la ville la plus proche. Vous pourriez peut-être me dire dans quelle direction il me faudra repartir? Ce serait bien aimable. "

Je repartirais au matin. Maintenant que la nuit était tombée, c'était un mauvaise idée de continuer ma route. Je devais aussi profiter de la présence de Genkishi pour glaner quelques informations sur les environs, cela pouvait toujours m'être utile.

Revenir en haut Aller en bas
Kisho Genkishi
Kisho Genkishi
Indépendant
Messages : 153
Date d'inscription : 31/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue255/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (255/1200)


❝Etsu x Genkishi

    ♡ Alors on chasse le cochon sauvage ?


Gneuh gneuh gneuh on voit que vous ne connaissez pas mon camarade. Bien vu l’aveugle. Bien sûr que je ne le connais pas ton corniaud, déjà que toi je ne te connais pas… Cela dit, elle marque un point, je peux difficilement juger la situation (car j’estime que c’est ça, le fond de son message) vu que je les connais ni d’Eve, ni d’Adam, et… Surtout, je n’étais pas avec eux quand ils se sont séparés, perdues, distancés, engueulés ou que sais-je encore. Et honnêtement : j’en n’ai rien à putain de branler. Genre vraiment pas. Là, tout ce que je veux, c’est bouffer et rentrer au bercail. Ce coin-là craint vraiment, et il n’y a pas grand-chose d’intéressant à faire, si ce n’est chasser… Quand on ne me coupe pas l’herbe sous le pied ! Aussi hausse-je juste les épaules en guise de réponse. Ça ne sert à rien de continuer à débattre là-dessus. De toute façon, moi ce que je comprends, c’est que le type est un con de première catégorie et qu’il a été plus que mal dressé. Bien évidemment, je vais garder mon commentaire pour moi. Comme dit, je ne sais rien d’elle, et je n’ai pas envie de la brusquer au risque qu’elle veuille me planter, parce que ça voudrait dire me battre. Et, vu sa carrure… Je ne donne pas cher de sa peau si elle rencontre ma puissance.
Bref, on vaque à la préparation de la bouffe, sans forcément beaucoup parler (il s’agirait de ne pas oublier que je suis loin d’être la personne la plus loquace et éloquente au monde, hein). De toute façon, la discussion reste quand même basique : d’où vient-elle, comment a-t-elle fait pour se perdre ? Est-ce que je connais le territoire sur lequel on se trouve, est-ce que je pourrai la guider ? Ce genre de conneries, quoi. Plus cordial tu crèves, je pense. Jusqu’au moment où elle m’indique venir de l’Isthme du Gel. AH ! Double AH, même. Ce pays de mort là. J’en frissonne rien qu’en y repensant : qu’est-ce qu’on peut se geler les burnes dans ce bled de cons !

« Brrr… T’as pas d’chance quand même, con ! Je croque dans la viande que j’estime suffisamment cuite. J’veux dire, c’clairement pas l’coin du Sekai l’plus hospitalier… L’dernier coup j’m’étais bien caillé l’cul ! Et pourtant j’étais bien couvert, bordel. Je soupire et embroche un autre bout de viande. Bon au moins, d’c’qu’j’ai pu comprendre, vous savez nous aguicher avec vos danses du ventre ! Je ne la regarde pas et ris grassement. Bah, je ne suis qu’un homme, donc on ne juge pas. »

Puis à elle de me dire ce qu’elle pouvait bien foutre aussi loin de ses terres, du coup. Une amie à l’Enclave ? On ne va pas se mentir, l’endroit cité n’est pas le plus peuplé du coin. Ah ça non ! Et s’il ne fait pas forcément aussi froid que chez elle, on ne peut pas dire que ça soit un endroit pour autant plus hospitalier ou accueillant… Ce n’est pas pour rien qu’on avait installé une chiée de Burkumins, histoire de favoriser nos défenses et d’éviter toute visite pour le moins… non souhaitée. Incongrue, si je puis citer les grands juristes ou philosophes que sont Benkei et Kaede. Mais du coup… Est-ce qu’elle est venue voir quelque de chez nous ? Ça m’étonne quand même ; notre clan n’est clairement pas réputé pour vouloir faire copain copain avec d’autres personnes, encore moins des types aussi éloignés. Je veux dire… On est des mercenaires en bonne et due forme. On prend les contrats, on se fait payer, et si ça ne suffit plus on va voir ailleurs. C’est Simple. Basique. Efficace. Bah, ma curiosité est maintenant aussi attisée que le feu qui nous sert à faire chauffer notre viande, donc autant que je crève l’abcès. Sinon ça va me casser les couilles encore quelques temps.

« V’nue voir une amie à l’Enclave, hein… Je répète doucement avant de croquer à nouveau dans ma bouffe. T’sais, j’viens d’là-bas moi ! Me targue-je. M’dis pas qu’tu connais Benkei quand même ?! Mes yeux s’écarquillent et se posent sur elle, pleins de surprise. Enfin, mon sourire s’étire. Si c’le cas, c’est qu’le monde est vach’ment p’tit, ben Dieu ! »

Apparemment, elle est plus bavarde quand elle mange. En effet, une fois qu’elle a enfin croqué dans sa nourriture, elle me pose une nouvelle question, histoire de savoir ce que je peux bien foutre là. C’est une bonne question, quand même. En fait, j’ai un peu oublié la raison de ma présence ici… La faute au cochon, ça ! Il m’a tellement fait saliver que j’en ai perdu l’essentiel. Putain con ! Du coup j’imagine que hocher la tête suffirait mais… Peut-être pas en fait. Pour vrai, j’aimerai bien savoir comment j’ai terminé ici. Genre, me rappeler. Foutue mémoire sélective, je vous jure ! J’imagine que je vais devoir faire intervenir Genkiste une nouvelle fois, histoire de broder et baratiner un peu… le tout, sans qu’elle s’en rende compte ! C’est que je sais retourner les cerveaux à mes heures perdues. Des heures et des heures d’entraînements, ça. Personne ne peut me tester.

« Ouais chasser pis… J’tais en vacances à la base. ‘fin en vacances… j’avais décidé d’me promener un peu, quoi ! Pis comme j’suis un gars démerde et qu’j’aime pas la facilité, j’me suis dit qu’chasser s’rait pas plus mal, t’vois l’genre ? Encore une fois, j’embroche un nouveau bout de viande le temps qu’elle ouvre sa gueule. Bien une bonne femme, teh (je rigole, je ne le pense pas vraiment, calmez-vous les femens). Un peu présomptueuse ? Bah, elle a au moins l’audace de le reconnaître… Mais en tout cas, elle ne gagne pas en humilité en parlant comme ça, c’est sûr. Vous les jeunes… Faut tout vous apprendre ! Je lui mets un douce claque amicale dans le dos, évitant de lui décrocher les poumons. Trouver un village ? P’TITE PITCHOUNE QU’T’ES BEN NAÏVE ! Y a que dalle autour de nous. T’bien paumée dans la forêt, j’te l’dis ! Là, j’attrape mon sac à proximité et sors une bouteille de saké que j’ai « empruntée » à Tetsuo. T’en veux ? Je lui demande en l’ouvrant avant de m’en servir dans une petite coupelle. L’mieux à faire, pour toi, c’est d’quitter la région, l’prochain village s’ra pas très loin une fois que t’s’ras sortie d’là. Je tends mon bras dans une direction. C’par là. J’espère juste qu’ton gadjo s’ra capab’ d’comprend’ qu’tu t’es barrée, hein. J’vais pas rester indéfiniment ici, genre j’pense r’partir d’main matin, à l’aube. »   

❝ never give up on your dreams. ❞
made by MISS AMAZING.


Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  V2zp
Merci Daisuke **

Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 141
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 100
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue270/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (270/1200)
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?




J'étais en train de mâchouiller comme je pouvais mon morceau de sanglier quand Genkishi indiqua qu'il connaissait ma région. Il l'avait visité assez pour se rendre compte que les lieux étaient bien loin de l'image du paradis. Je ne l'aurais pas contredit sur le sujet. Par contre, quand il me parla de danse aguichante, je fus tellement surprise que je faillis m'étouffer alors qu'il ria avec un ton de pervers. Je dus me taper sur la poitrine pour faire passer convenablement ma nourriture et quand je pus retrouver un semblant de souffle, je le regardais avec des yeux ronds.

" Pardon? La danse du ventre? Vous parlez de quoi? "

Je n'en avais fichtrement aucune idée. Autant je pouvais imaginer qu'il existait quelque part un bordel pour réchauffer le cœur des hommes solitaires, autant je ne m'attendais pas à ce genre de pratique ou plutôt type de danse. A part qu'il se moquait de moi ou bien était-ce simplement une métaphore pour expliquer ma première idée? C'était venir d'un peu loin pour ça.

Je m'apprêtais à nouveau à prendre une bouchée de ma brochette de fortune quand il me surprit de plus belle en m'indiquant qu'il était originaire de l'Enclave. Je sourcillais d'étonnement tout en arrachant un petit morceau du cochon sauvage et m'arrêta toute nette quand il me parla de l'intendante des Kisho. Sérieux? Avec le nombre d'individus qui parcourrait le sekaï, il avait fallu que je tombai sur un de ces camarades? Finalement, cette rencontre était peut-être de meilleure fortune que ce que je croyais.

" Benkei? Kisho Benkei? L'intendante du clan du même nom? C'était en effet cette dernière que je suis allée voir. Je devais l'aider dans une petite affaire. C'est vraiment... étonnant. Curieux même que je tombe sur vous. "

Je déglutis en avalant ma pitance. Je me mis alors à l'écouter et à déchiffrer son dialecte bizarroïde pour comprendre qu'il était plutôt le genre de type à avoir une piètre opinion des autres. Ou plutôt des plus jeunes que lui. La marque de l'ancienneté. Cela m'agaçait. Mais quand il me tapa dans le dos, je faillis m'étouffer une nouvelle fois avec ma brochette et en plus, j'avais droit en bonus à une remarque qui vexa mon égo. Je le fusillais légèrement du regard mais je n'eus pas le temps de répliquer qu'il me présenta une bouteille de saké. Je ne le refusa pas. Une coupelle, c'était pas grand chose.

" Loin de moi l'idée de vous semblez ingrate ou bien prétentieuse, mais la petiote comme vous dites, est intendante et bien loin d'être naïve. Je vous ai simplement demandé le village le plus proche, je ne vous ai jamais dit que je m'attendais à ce qu'il y en ait un dans les environs immédiats. "

Je pris une mine un peu renfrognée avant de boire le verre qu'il me servit.

" Merci de partager votre saké. C'est généreux de votre part. "

Alors que je reposais ma coupelle, un vieux souvenir me vint à l'esprit.

" Chez moi, certains prétendent que le goût du saké est différent en fonction de la personne avec qui ont le partage. Je suppose que s'il a bon goût, cela signifie un bon présage. "

Puis je suivis du regard la direction qu'il me montrait. Moi aussi j'avais l'intention de partir à l'aube.

" Mmm...ok. Je pensais aussi m'échapper d'ici au lever du soleil. Il ne serait pas prudent pour moi de continuer ma route par cette nuit noire. Vous allez devoir supporter ma naïveté encore quelques heures. "

Comment ça j'étais susceptible? Mais pas du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.