:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]

Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue118/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (118/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?



La forêt sans fin portait bien son nom. Sans fin. Sans début non plus. C'était finalement comme le désert blanc de ma région mais en forestier. Des arbres à pertes de vue, pas beaucoup de lumière traversantes. Et le pire? C'est que j'avais réussi à perdre Buntaro et je le maudissais.

" Mais quel abruti!! Où il est encore allé se fourrer ce crétin! Il est infernal! Il aurait presque mieux valu que je me trimbale l'autre attaqué du couteau... "

Je faisais référence à Kamejiro. C'était pas l'amour entre nous mais au moins, il ne se serait pas paumé. Bon, en soit, c'était pas la fin du monde. On était des shinobis et on savait se débrouiller. Si vraiment je ne remettais pas la main sur lui, on se retrouverait à notre prochain point de rendez-vous.... encore fallait-il qu'il m'eut écouté quand je lui ai indiqué l'endroit.

" Crétin... crétin... crétin... "

Et pendant que j'ai passé plus d'une heure à l'insulter tout en traçant ma route, la nuit était vite tombée et au même instant.... mon ventre se mit à gargouiller. Enfer et damnation. C'était l'autre tâche qui avait les vivres. Buntaro avait à tout prix voulu les prendre pour je ne sais quelle raison.

" Abruti.... abruti.... abruti.... "

Je m'énervais toute seule et pour rien. Je pouvais râler autant que je voulais, cela n'allait pas me nourrir. Reprenant mon sang froid, il fallait que je vois le bon côté des choses. On était dans une forêt. Il y avait forcément quelques bricoles à chasser. Ne connaissant pas trop le coin, je me risquerais pas à grignoter des baies inconnues. J'étais pas trop d'humeur à finir plier en deux. Seul option? La chasse.

Si l'exil nous avait appris quelque chose, c'était bien à nous démerder comme on pouvait. Quand on avait plus rien, pas un ryos, il fallait avoir recours au système D. On était des shinobis capable de pourchasser la pire créature qu'était l'homme, alors un bestiaux...

J'avais donc l'avantage de la forêt pour faire mon choix, mais j'aurais aussi celle de la nuit. Ma proie? L'idéal serait un sanglier. Je visais trop haut? Peut-être, mais il y avait plus à manger qu'un lapin bourré de petits os qui pourraient m'étrangler. Et puis, les cochons sauvages s'étaient nocturnes et une cible - bien que rapide - que je ne pourrais pas rater.... enfin, normalement. C'était l'occasion pour moi de vérifier si je n'avais pas perdu la main.

Je pris un kunaï dans ma veste puis je remontais la manche du bras opposé qui tenait ma lame. Comme je voulais être certaine de pas foirer mon coup, autant utiliser ce qui était dans mes veines. Au moins, je savais que c'était efficace et je pourrais le manier comme je veux. Je me trouvais donc une planque pour guetter, pas trop éloigner d'un chaîne où il y avait plein de champignons. Les petits mets préférés de nos amis porcins. Il y avait sans doute de quoi gratter sous les racines. J'ai poireauté.... bien une heure et demi... dans le silence complet, tout en continuant à maudire Buntaro dans ma tête. Je comptais pas le rater quand je l'aurais retrouvé.

Et là, enfin. Providence.

J'entendis quelque chose s'agiter dans les broussailles. Prête, j'avais déjà la lame de mon kunaï qui caressait ma peau blanche, prête à l'entailler. Un grognement et la bête sortit. Un sacré morceau. J'étais pas tombée sur le petit sanglier du coin mais cela ne me faisait pas peur et j'avais vraiment faim. L'animal se mit à renifler et elle était hésitante. Elle m'avait déjà repéré? Je m'emballais pas pour autant, et je la laissais faire... jusqu'à ce qu'elle regarda en direction du buisson où je m'étais planquée.

Merde.

Un coup de lame. Un coup de sang.

" Ketsuryū! "

Un flot d'épines sanguines vinrent se figer entre les deux yeux de l'animal. Il se mit à couiner comme un dératé et tenta de prendre la fuite.

Zut. Je n'y étais pas allée assez fort.

" Tu vas pas de barrer maintenant que j'ai poireauté autant de temps pour toi mon gros. "

Je lançais une nouvelle saucée dans sa direction. Je visais les pattes. Il tomba. Il grogna. Mais arrivé à sa hauteur, je plantais violemment mon kunai pour l'achever.

" Bordel. "

J'avais vraiment perdu la main. Mais alors que je m'apprêtais à le dépiauter pour ne prendre que ce qui m'intéressait - parce que j'allais pas me le trimballer - un autre grognement se fit entendre.

" Ne me dites pas qu'il a ramené la famille... "

Par réflexe, je levais mon bras où ma plaie saignait encore un peu et mon kunaï qui me permettrait de me "blesser" une nouvelle fois. Qu'est-ce qui allait me sortir encore? Si c'était Buntaro, il aurait droit au kunaï.

Revenir en haut Aller en bas
Kisho Genkishi
Kisho Genkishi
Indépendant
Messages : 106
Date d'inscription : 31/03/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang B
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue89/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (89/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


❝Etsu x Genkishi

    ♡ Alors on chasse le cochon sauvage ?


Aujourd’hui, je ne suis ni de permission, ni de mission. Affecté à la « simple » garnison de la forteresse, il m’incombe de faire quelques rondes. D’abord petites, puis de plus en plus élargies. Comme il y a déjà nos hommes de premières mains aux abords des différentes vallées, je n’ai pas spécialement besoin de trop m’y attarder : personne ne veut tomber sur eux… pas même moi. Ils sont impitoyables et n’hésitent pas à y mettre les dents, pour peu que vous fassiez ne serait-ce qu’UN geste brusque. Ouais, de vraies brutes.
De toute manière, j’évite de les côtoyer au possible. Si certains pensent qu’entre « bêtes sauvages » on devrait plutôt bien s‘entendre, ils se plantent complètement. Bah ouais, je suis là depuis moins d’un an… si j’ai réussi à me faire une place et un nom au sein de la forteresse principale, m’intégrer dans les Burkumins est encore une autre chose, bien distincte, mais surtout aux antipodes de ce que j’ai fait jusque là. Alors, oui. Je les évite, je les fuis comme la peste. Mais chuuuuut, pas un mot. Lin de moi l’envie de me faire étriper par Benkei ou lapider en place publique par Tetsuo. Disons qu’il y a plus agréable comme fin de journée.

De toute façon, on ne m’a pas donné l’ordre d’aller leur tailler la bavette, donc je ne fais en aucun cas de l’insubordination ; je reste dans les clous et j’y resterai à jamais. Il en va non seulement de ma place chez les Kisho, mais c’est aussi qu’une question d’honneur. De fierté. De valeurs… et d’abnégation. Si moi, au regard de mon passif, je ne suis ni loyal ni fidèle… alors qui peut bien l’être ? Vétéran et soldat réformé, certes, mais je reste un militaire. Et ça, rien ni personne ne pourra jamais le changer, parole de Genkishi !!!
En tous les cas, tourner encore et encore autour des mêmes coins, ça reste chiant. Mais même si ça me court complètement sur le haricot et que je me fais chier comme un rat mort, je continue et persiste. Néanmoins, j’en profite pour élargir nos frontières – qui oserait s’approcher de moi de toute façon ? Je sais que je fais peur à tout le monde… Bienvenue dans une société qui se tapettise. Et ça se dit ninja ? BAH TE PARLES – et ainsi m’approcher de la vallée rocheuse, juste à côté de l’Enclave.

Après un temps, je décide de m’octroyer une courte pause. Pour ce faire, je me mets assis et appuie mon dos sur un pan rocheux mais pas trop rocailleux. En fait, grâce à l’érosion naturelle et le climat lié à cette portion du bled, c’était tout lisse. Je soupire de soulagement alors que je sens mes muscles se détendre et tout mon corps se reposer. Y a pas à chier, ça fait un bien fou, même quand on est putain d’endurant. Là, je lève la tête et admire les quelques nuages qui flottent tranquillou bilou dans le ciel avant de fouiller dans mes poches intérieures. Je ressors un paquet de viande séchée et que je m’empresse d’avaler avant de roter tout le bonheur du monde. Ca, c’est fait ! Puis, tout aussi lentement, je chope une clope. Celle-là, elle va bien passer. Oulah oui.
Je galère quelques temps avec mon briquet ; ça ne veut pas. Je soupire et grogne avant de fouiller dans mon sac, cette fois. Vite, une boîte d’allumettes ! Maintenant que je mets la main dessus, je vais enfin pouvoir profiter de la nicotine fournie par Tetsu. Un bon gars lui, je vous le dis.
Mais si je prends le temps de savourer cette cigarette mortuaire, je ne fais pas forcément attention à mes rations. Force est de constater que la faim revient bien vite à la charge et que je n’ai plus de viande séchée vu que j’ai englouti tout le paquet. Il va donc falloir que je chasse. Je lance mon mégot au loin et fais craquer tous mes os avant de m’élancer vers la forêt sans fin.

Bien rapidement, j’atteins le fourré susmentionné et établis quelques points de repères. Je connais plutôt bien le plus profond de cette dernière, mais au vu de toutes les allées et venues à l’entrée de celle-ci, je préfère m’assurer que je ne la louperai pas. Mode traqueur activé, je mets à quatre pattes, sur le sol, et cours de cette manière, adoptant l’attitude ce ma future proie : un cochon sauvage. Utilisant tous mes sens, je finis par repérer les traces d’un bon gros morceau. Mais sans grande surprise, lui aussi m’a senti. Saloperie. Il se dépêche de s’enfuir et passe par des endroits où je suis incapable de passer. Je peste et crache tout mon soûl, grognant et fulminant. Enfin, je grimpe à un arbre et saute de branche en branche en espérant le rattraper.
Le con vient de passer à travers un épais amas de buissons. SU. PER. Puis je l’entends couiner. Un autre prédateur ? Un animal encore plus gros et gras ? Mes yeux s’illuminent, mon sourit s’agrandit. La salive au coin des lèvres, je me prépare à sauter de toutes mes forces pour le choper.

« WOOOOOOOOOOOOH ! COCHOOOOOOOOON !!! Il est mort et ce n’est pas un autre prédateur. Juste un petit bout de femme que je n’ai jamais croisée auparavant (ou alors je ne m’en souviens absolument pas). Ah bah pas cochon… Je m’incline face à elle. T’es qui ? Je demande sans tact aucun, me mettant assis face à elle, alors que je viens de l’interrompre pendant qu’elle dépiautait la carcasse de l’animal sauvage. Genkishi, je me présente ensuite. Je réfléchis quelques temps, essayant de me montrer plus civilisé. Enchanté ? »


❝ this is why we bleed. ❞
made by MISS AMAZING.
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 0
Expérience:
Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Left_bar_bleue118/1200Alors on chasse le cochon sauvage? [PV Kisho Genkishi]  Empty_bar_bleue  (118/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Ft Kisho GenkishiLa ciiiiible, vise la ciiiiiiiiible!
Alors on chasse le cochon sauvage?




J'avais pu voir des choses étranges au cours de ma courte vie, mais s'il n'y en avait bien une à laquelle je ne m'attendais pas, c'était bien de voir un tel mastodonte me tomber dessus comme un animal sauvage. Par pure réflexe et prudence, je restais sur ma défensive avant de constater qu'il en avait après l'animal que je venais de mettre à terre. Brute de décoffrage, il me demanda sans manière qui j'étais. Ce ne fut qu'à ce moment là que j'abaissais mon kunaï. Bizarrement, il ne m'inspirait pas la crainte. Non pas qu'il n'avait pas une taille impressionnante, mais tout simplement parce que s'il avait voulu, il aurait pu s'en prendre directement à ma personne.

Je n'ai pas osé répondre tout de suite et je l'observais alors qu'il s'assît tranquillement devant moi. Quel âge pouvait-il avoir? Genkishi, hein? Un shinobi ou juste un chasseur de passage? Je ne pouvais pas m'amuser à le questionner comme ça alors que je m'étais perdue enfin... que j'avais perdu Buntaro. Je posais mes yeux rouges sur lui, avec je dois dire un peu d'étonnement. La situation était vraiment bizarre.

" Enchantée. Je suis Etsu. "

A ces mots, je m’accroupis près de la carcasse du sanglier et je continuais mon œuvre. Il fallait que je le vide et que je fasse attention à ne pas crever l'estomac. Si l'odeur était infect, j'évitais de le montrer. Ce n'était pas comme si je ne m'y étais jamais attelée dans l'Isthme. Il le fallait bien après tout... on était reparti de rien, et même les enfants devaient se mettre à contribution. A prendre à chasser dans les glaces étaient... bien différents d'ici. Alors que je retirais les viscères de l'animal, je levais mon menton en direction du fameux Genkishi.

" Vous savez... je ne pourrais pas tout... manger. Si vous souhaitez, vous pouvez prendre ce qui reste? Histoire que la viande ne soit pas perdue. Est-ce que... cela vous intéresse? "

Il fallait bien entamer la conversation. Si ce dernier s'était assis, peut-être désirait-il faire un brin de causette? Ce n'était pas spécialement mon fort mais je pouvais faire un effort. Peut-être pourrait-il d'ailleurs m'aider à trouver le village le plus proche et sortir de cette forêt sans fin. Mais peut-être devrais-je commencer par poser la question la plus importante.

" A tout hasard... est-ce que vous auriez croisé quelqu'un d'autre que moi? Un homme d'environ mon âge, brun, plutôt pâle... qui dénoterait avec le décor? "

Et qui aurait l'air d'un parfait abruti que je ne tarderais pas à dépiauter exactement comme ce cochon sauvage?

" Nous nous sommes séparés accidentellement. "

Que pouvais-je dire de mieux? Sans rien rajouter, je finissais pas besogne. Il fallait maintenant que je me débarrasse de la peau et ensuite je pourrais me couper la viande. J'avais oublié comment cela était fastidieux et déplaisant... et cette odeur.... Puisque j'avais proposé de partager, peut-être que l'inconnu pourrait contribuer à la tâche?

" Pardonnez-moi. Cela va peut-être vous paraître grossier mais, vous serait-il possible de m'aider avec ce sanglier? "

Je tentais de lui faire un sourire pour lui paraître plus agréable. Il fallait dire que mes bras étaient maintenant souillés jusqu'aux coudes et la vision que j'offrais n'était pas très reluisante. Mais vu l'homme d'expérience qu'il paraissait être, il avait dû en avoir vu d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: Vallée Rocheuse-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.