:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Domaine des Chinoike Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute [SOLO]

Chinoike Etsu
Chinoike Etsu
Indépendant
Messages : 78
Date d'inscription : 16/04/2019
Localisation : Il va faire tout noir!!! TG!

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B - intendante des Chinoike
Ryos: 0
Expérience:
Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute [SOLO] Left_bar_bleue118/1200Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute [SOLO] Empty_bar_bleue  (118/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Régis, apporte-moi le caféSOLO
On est gouvernés par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis.




Quand on était si peu nombreux, on pouvait se demander l'intérêt d'avoir créé un conseil. On pouvait même se demander de l'intérêt de faire des réunions. Il n'y avait pas un seul Chinoike qui ne pouvait pas ne pas mettre la main à la patte, à part peut-être les vieillards et les gamins en bas âges. Mais il fallait dire que cela représentait une grosse part de nos membres. La plupart des miens, les adultes vigoureux, avaient été massacrés pour laisser tout ce beau monde s'enfuir. Voilà ce qu'on était. Des gosses et des vieillards. Mais des gamins qui avaient été obligé de grandir plus vite que la moyenne et des vieux obligés de repousser la mort encore un peu.

Je me tenais face à quelques membres du clan : Fuyu, celle qu'on considérait comme l'une des plus sages d'entre nous, à la fois parce qu'on la respectait comme shinobi mais aussi parce qu'elle avait souvent assisté nos chefs anciens et Manami - c'est impressionnant comme même évoquer son nom m'irritait - ; Zennosuke que l'on considérait comme un héros parce qu'il faisait parti de ceux qui ont repoussé les Uchiha et qui a sauvé un grand nombre des individus du clan, et enfin Kamejiro dont je n'avais pas grand chose à dire. On avait dû mal à s'entendre sur la politique. Quant à notre chef? Abonné absent. C'était à moi de faire la sale besogne.

On était tous autour d'une table et silencieux, les bras croisés et on se regardait en chien de faïence. Le premier qui explosa était bien évidemment Kamejiro.

" Bon, les gars, il serait peut-être temps de se bouger le fion, non? La région pourrait se mettre à fondre quand vous vous déciderez. "

Quel abruti.

" Tsss... Commence déjà à dégager tes pieds de la table. Là, on pourra commencer. "

" Oh? La princesse se rebelle? Tu pourrais au moins me le demander gentiment. C'est pas digne de Mademoiselle l'Intendante. "

" Suffit. Kamejiro, tes enfantillages nous font perdre du temps. "

Je savais qu'il me reprochait ma jeunesse et qu'il ne s'expliquait pas pourquoi on m'avait choisi. Quel con. Il avait toujours pas compris qu'on gagnerait pas de la façon qu'il voulait. C'était du pur suicide. En attendant, il la ramenait pas quand Fuyu l'ouvrait.

" Je vous ai convoqué afin de vous faire le rapport suite à notre requête auprès du Damyio afin de pouvoir ouvrir un petit marché local pour tenter de vivre un peu plus correctement. "

Là, je m'attendais à une remarque de Kamejiro mais Fuyu le fusilla du regard comme si elle avait deviné que cela le démangerait. Je le vis se mordre la lèvre et j'avais eu un petit sourire narquois. Parfois, j'avouais que tous les deux, on agissait comme des gosses. Fallait bien se détendre un peu.

" Nous lui avons fait part de tous les bénéfices que cela pourrait rapporter à la région. Et comme il fallait le brosser dans le sens du poil, on lui a bien évidemment fait comprendre que nous allions pouvoir lui rendre sa part sur cet investissement. Nous lui avons vanté nos talents de pêcheurs, de chasseurs,  de miniers... bref, qu'on était capable de vendre tous les produits que l'on récoltait. "

" Bordel! Pourquoi vous avez pas demandé qu'on autorise à ouvrir des avant-postes! On a besoin de guerriers, on a besoin d'en imposer! Pas de lopettes marchandes! On est des putains de shinobis! "

Je le fusillais du regard. Parfois il me gonflait. Avec des mecs comme lui à notre tête, on serait déjà tous morts.

" Réfléchis deux secondes. Si on commence à vouloir développer en premier une force militaire, tu crois vraiment que ça va le rassurer? Et puis, tu connais le coût? On a pas un ryos. Le clan a besoin d'argent. C'est pour ça qu'il faut que nous développions en premier notre économie et après, on aurait l'oseille pour un appuis plus... musclé. "

Je m'étais surprise à conserver mon sang froid, mais surtout de ne pas le voir répliquer quoique se soit à ce que j'avais dit.

" Donc. Je disais. Oui. On a donc discuter pendant... un certain temps pour le convaincre et j'ai l'honneur de vous dire que cela a payé. Il nous a donné son autorisation. "

J'affichais un petit sourire et j'agitais le document officiel qui portait le sceau du Grand Patron. Je me tournais vers Fuyu qui salua cette "petite" victoire d'un mouvement de tête, et je crus même déceler un vague sourire sur le visage figé de Zennosuke à mon intention. Cela devait être sa façon de me féliciter. C'était pas énorme mais au moins, on avait fait un premier pas pour se retourner.

" Bon.... maintenant qu'on a les papiers, va falloir se mettre au boulot. "

Oui. Un sacré boulot. Mais bizarrement, cela me réjouissait. Au moins, les miens n'auraient plus à se terrer comme des lapins dans ces grottes gelées. C'était pas grand chose mais ce petit projet leur donnait un but sur lequel réfléchir. Au moins, on n'allait pas broyer du noir.

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Domaine des Chinoike-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.