:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Centre-ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume

Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 88
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 91
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue250/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (250/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

La Sorcière s'était emparée de l'hôpital pour la nuit. On était venu la chercher, en désespoir de cause, face au manque d'effectif comparé à la recrudescence des blessés. Une bonne partie des médecins ne s'étaient pas présentée sans donner signe de vie et on comptait un nombre de patients bien plus élevé que de normal ! Que pouvait-il bien se passer dans ce maudit village ? Les effets de la pleine lune ? Une invasion ennemie ?

Face à cette crise, Mifuyu dirigeait l'organe médical d'une main de maître, avec fermeté. Elle ne cherchait pas des réponses, mais bien des résultats. Il fallait pouvoir traiter tout le monde de la même manière et avec la même passion, tels étaient les maîtres mots de la médecine pratiquée par son clan depuis des décennies. Avec elle dans les parages, tout le monde était sous tension et le moindre médecin veillait à répéter deux fois chacun de ses mouvements pour ne pas faire de connerie et ainsi éviter l'humiliation publique. Pour certains, cela ne suffisait pas.

La première des mesures qu'avait prise la vieille dame, ce fut de renvoyer chez eux tous les patients en fin de convalescence qui occupaient toujours des lits. Elle réorganisa ensuite le positionnement des patients : les malades graves au fond de l'hôpital, les blessures graves juste devant, les consultations basiques dans l'aile droite et les blessures que l'on pourrait qualifier de "suite de bagarre de bars" dans l'aile gauche, qui était la plus facilement accessible. C'est celle-ci qui se remplissait le plus vite cette nuit. Des nez cassés, poignets retournés, ce n'était généralement pas grave, mais il fallait tout de même les prendre en charge. Pourquoi diable les médecins ne s'étaient-ils pas présentés ? Ils n'étaient pas assez nombreux et l'ancienne dépêcha les plus mauvais de ses éléments pour aller tirer du lit les vrais médecins. Demain, la tempête Mifuyu irait s'abattre chez chacun des médecins Omura ayant manqué de se présenter, alors ils feraient mieux de saisir cette dernière opportunité de se sauver.

Aucun d'entre eux n'arriva. Si, sous les coups de deux heures, certains parmi les blessés. Ils faisaient parti d'un attroupement d'une bonne vingtaine de personnes qui arrivaient du même endroit, la gueule ou les poings amochés et la truffe rouge comme le sang. Il semblerait qu'un bar entier avait été décimé. C'en était trop. La doyenne redirigea la jolie bande vers ses médecins, puis en saisi deux par la manche. "Montrez-moi d'où vous venez. J'en ai ma claque." Elle voulait voir d'où venait toute cette agitation et elle comptait bien y mettre un terme.

Les deux hommes qui l'accompagnaient avaient du mal à se mouvoir correctement, mais une petite conversation avec l'horrible mamie suffit à les faire filer droit. Ils la menèrent alors jusqu'à un petit bar en extérieur, qui aurait d'ordinaire été charmant si ce n'était pour les tabourets et innombrables déchets jetés dans tous les sens, les taches de sang et la dizaine d'hommes et de femmes qui étaient toujours en train de se battre à l'intérieur. Tss. Mifuyu avait toujours détesté ce genre d'endroits, et encore plus ceux qui les fréquentaient. A la vue d'un jeune homme particulièrement vif - sans doute un shinobi, se dit-elle - les deux blessés à ses côtés coururent se cacher. Elle s'approcha alors de lui d'un pas assuré, mais calme.

- C'est vous, la brute ?

Elle ne le quittait plus des yeux, son regard féroce en disant long.
ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
Kudo Tsume
Kudo Tsume
Uzushio no Chunin
Messages : 12
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG A
Ryos: 0
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue20/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (20/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

☽ • ☾

C’est moi la brute ? Me retournant vers l’enfant sans vraiment être sûr de ce que j’avais entendu, je la regardais longuement, comme si cette phrase allait prendre un sens à mes yeux. Une brute ? Pourquoi demander ça exactement ? Je n’étais pas bien sûr de saisir l’idée, ni même de ce qu’elle faisait ici, ni même moi, mais après un rapide coup d’œil autour de moi, un sourire béat fissura mon visage. « Oups ? » soufflais-je alors en rigolant. Des souvenirs me revenaient vaguement en tête. J’étais rentrée à la maison, je n’avais pas trouvé Hatsumomo, du coup je n’avais pas pu lui raconter ma découverte du jour sur la magie du corps humain, notamment sur la résistance à la douleur en cas d’exposition involontaire aux piqûres de frelon, mais elle n’était pas là, du coup je n’avais eu personne à qui parler et ça avait été… Mortellement frustrant.

C’est là que j’étais sortie et que j’avais atterri ici. Après, je n’étais plus exactement certains de pourquoi le bar avait l’air ravagé, ni même de pourquoi j’avais du sang sur moi, mais j’étais presque sûr que ça avait un rapport lointain avec le fait de ne plus savoir combien de verre j’avais pu boire. Je n’étais pas méchant, du moins je crois, mais il était évident que si j’étais encore debout, c’était bien que je les avais tous mit à terre non ? Alors même bourré, j’étais efficace et que ce soit des civils ne changeait absolument rien, ils étaient nuls, c’était un fait, moi non. Reportant donc mon attention sur la gamine, je levais mon bras piqué par le vespidé pour lui montrer. Elle n’était pas ma sœur, mais c’était une gamine qui, bien qu’elle me semble moins sympathique, devait sans doute avoir un peu d’attention à me donner. « J’ai été piqué et le truc incroyable c’est que j’ai pas eu si mal, enfin mon rythme cardiaque à augmenté, mais c’est une réaction biologique face à l’injection du venin, c’est comme le fait que ça ai gonflé, mais je croyais que ça faisait beaucoup plus mal et en fait non, enfin en même temps, j’aime bien avoir mal alors ça aurait été ok… », commençais-je avant de tirer une chaise pour m’asseoir et me mettre à son niveau, pour pas qu’elle pense que je la prenne de haut. « Combien faudrait-il de piqûre pour causer la mort ? J’aurais bien voulu faire le test, parce qu’au pire un arrêt cardiaque, c’est ok, et puis ça se relance un cœur, mais je n'ai pas pu tester… », continuais-je toujours aussi lunaire, absent de cette planète, de cette réalité et de ce qu’elle pouvait vraiment vouloir faire. Elle était venu et j’avais oublié pourquoi. Sans doute cela me reviendrait, sans doute… Ou pas, mais on s’en fichait.

Continuant à sourire à l’enfant, je finis par lui proposer une activité que ma soeur aurait adoré, « Dis-moi gamine, ça te dit qu’on aille tester combien il faut de piqûre avant que je meurs ? » et que je revienne à moi… Mère allait atrocement m’en vouloir, mais au moins je pourrais savoir combien mon corps avait été amélioré depuis le temps. C’était toujours bien de savoir ces choses-là. Toujours bien de connaître ses limites et puis avec un peu de chance - Je mourrais enfin… - je pourrais peut-être développer une résistance. Tiens d’ailleurs, si jamais on me piquait dans mes tatouages, est-ce que je pourrais mourir ? Hum, il faudrait discipliner ces frelons, je pense, pour être sûr que l’expérience soit concluante. Quoi que s'ils me piquaient tous, je n’aurais plus de sujet d’expérience non ? Il faudrait peut-être y aller dans une tenue spéciale non ? Quoi que si on faisait ça, la tenu finir par se détruire… Après ce n’était qu’un vêtement, était-ce vraiment important ? Non, clairement pas.




☽ • ☾
ft. Mifuyu


Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 88
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 91
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue250/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (250/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

A peine avait-il ouvert sa vilaine bouche que le garçon provoqua la rage de la Sorcière. "Oups" avait-il osé dire. Quel petit impertinent ! Il ne se rendait pas compte que certains travaillaient, que ses actions pouvaient avoir des conséquences sur tous et qu'une personnalité aussi limitée que la sienne était inévitablement destinée à finir sous ses scalpels, dans une salle d'autopsie à moins de trente ans ? Même sa mère ne ferait pas le déplacement pour venir pleurer un tel déchet.

L'énergumène était un illuminé, cela ne faisait aucun doute. Le voilà qui exhibait son bras, couvert par la piqûre de ce qui devait être une abeille ou un frelon, et qui en rigolait. Chose intéressante, il semblait tout de même avoir certaines notions en médecine et sa manière de s'exprimer n'était pas totalement débile, ou en tout cas elle avait déjà vu bien pire depuis qu'elle avait rejoint le village des tourbillons. Enfin, elle en était la preuve même, on pouvait bien être complètement dérangé et briller par son intelligence. L'homme disait aimer la douleur – chose qu'elle aurait pu deviner d'elle-même au vu du champ de bataille qui les entourait – mais c'était toujours intéressant à entendre sortant de la bouche du principal concerné.

L'individu, de sexe masculin, grand, à la peau blanche tatouée et aux yeux bleus, était-il réellement humain ? Était-il réellement vivant ? Pourquoi cette fascination lugubre pour le macabre ? Cela leur faisait là un étonnant point commun. Ici, à Uzushio, tout le monde respirait la paix, le commerce et la candeur. Pourtant, ici, en plein cœur du village se trouvaient deux étranges et dangereuses créatures, pas tout à fait complètes, qui échappent chaque jour à la mort et en redemandent. Des prédateurs en quête d'une adrénaline que seul l'ultime frisson pouvait leur procurer.

L'ascenseur émotionnel était puissant. Passée d'énervée, à choquée puis intriguée, la doyenne des Omura était désormais intéressée. Oui, un tel physique et un tel mental se devaient d'être analysés. Ce serait un crime contre la science que de passer son chemin et d'oublier cette rencontre sans avoir tenté la moindre démarche. Il voulait savoir combien de piqûres il fallait pour causer la mort ? Elle n'aurait qu'à le ramener dans son laboratoire pour le lui montrer. Elle l'y enfermerait et analyserait son évolution : la science de l'esprit était en tout point aussi intéressante que la science du corps. Ensemble, docteure et patient, ils révolutionnerait la vision étriquée que les hommes ont de leur esprit.

Elle haïssait qu'il l'avait appelée gamine, elle, la grande Mifuyu. Elle le haïssait, tout court. Mais elle voulait en savoir plus, elle voulait l'utiliser, elle voulait qu'il devienne sa chose, son toutou pour la suivre dans sa propre folie. Il aimait le venin ? Bien, elle en avait plein sa sacoche, qu'il vienne se servir.

- Très bonne idée monsieur, je sais justement où l'on pourrait faire ce genre de test ! Ma grand-mère a un petit laboratoire, personne ne nous y verrait et on pourrait jouer avec les frelons !

Elle se serait faite vomir. Elle se détestait pour être rentrée dans son jeu, mais l'homme était visiblement instable. Si elle n'avait aucun doute qu'elle réussirait à le mater d'elle-même, un patient consentant était un patient plus fiable. Elle aussi était entrée dans un état second : elle n'avait pas ressenti le moindre pincement au cœur alors qu'elle venait d'imiter la voix de sa petite fille, petite fille qu'elle avait violemment assassinée pour se réincarner dans son corps ; ainsi que celui de ses sœurs. Elle n'était pas toujours fière de ce qu'elle avait fait, même si elle ne remettait jamais en question la nécessité  qui avait motivé un tel acte, mais ce soir, elle s'en contrefoutait. Non, pire, elle jubilait à l'idée de l'avoir fait. Elle jubilait à l'idée de le refaire. Et pourquoi pas avec lui ?

- Suis moi, je t'y emmène ! Je suis sûre qu'elle sera très contente de t'avoir ! ricana-t-elle.
ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
Kudo Tsume
Kudo Tsume
Uzushio no Chunin
Messages : 12
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG A
Ryos: 0
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue20/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (20/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

☽ • ☾

Oh ? La grand-mère de cette jeune créature avait un laboratoire et des frelons ? J’avais brutalement envie de venir jouer avec elle et je ne me posais pas vraiment plus de questions. Commençant donc à la suivre en sautillant légèrement, j’imaginais déjà toutes les choses que ces insectes pourraient faire pour la science, en avait-il seulement conscience ? J’aurais été un peu stupide de répondre non, car il n’y avait rien de plus élaboré qu’un essaim… Oh, il faudrait vraiment que je les étudie un jour, mais pas maintenant, j’avais mieux à faire pour le moment. J’allais m’amuser, du moins dans l’idée, car je n’étais pas franchement certain de ce qu’une enfant pourrait faire pour moi, mais lorsqu’on regardait Hatsumomo, il était évident que la jeunesse n’était pas un frein. « Elle prépare des choses avec ces frelons ? », demandais-je finalement, ignorant un peu tout ce qu’il y avait autour de moi, comme si je n’avais aucune crainte. C’était une petite fille, pourquoi avoir peur finalement ? Et puis la peur ne servait à rien de toute façon.

Continuant à marcher, mon excitation laissa peu-à-peu place à un questionnement. Nous prenions la direction de la maison non ? Se pourrait-il que l’enfant à mes côtés soit tout simplement une Omura ? Ooooh, si c’était le cas j’allais vraiment m’amuser, me tournant alors vers elle, je la regardais avec un grand sourire, « Dis-moi gamine, tu ne serais pas une Omura ? », bon, pour mère, il était préférable que je ne m’étende pas vraiment sur le sujet, que j’en reste à quelque chose de moins dangereux pour elle, car après tout, si j’étais consentant et que j’aimais ça, ce n’était pas très éthique comme comportement. Charcuter son enfant n’était pas bien vu, surtout quand ce n’était pas vraiment votre enfant. Mais passons, je pense que j’aurais bientôt tout les plaisirs du monde à jouer avec des insectes et ca serait l’œuvre d’une enfant… L’on ne pouvait pas punir une enfant pas vrai ?

Au pire j’aurais qu’à dire que c’était de ma faute, ce qui serait vrai après tout ! J’avais corrompu cette âme, je lui avais proposé quelque chose et elle n’avait fait que répondre à mes questions. Oui, il ne lui arriverait rien et puis dans le pire des cas, ça serait moi qu’on punirait pour avoir fait des choses moralement interdite avec une enfant. Enfin pas ce genre de chose, elle semblait beaucoup trop jeune et je n’étais pas si déplacé, enfin je crois, je n’en étais pas sûr, mais une chose est sur, là, il serait question de laisser une jeune enfant voir quelque chose de sans doute trop violent, alors autant la rassurer, « Je dirais rien à personne et au pire, je dirais que c’est moi ! T’inquiètes pas ! », bon, elle n’avait pas l’air inquiète, mais je voulais éviter un drame si cette dernière réalisée trop tard qu’elle n’était pas prête.




☽ • ☾
ft. Mifuyu


Revenir en haut Aller en bas
Omura Mifuyu
Omura Mifuyu
Uzushio no Jonin
Messages : 88
Date d'inscription : 26/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG A
Ryos: 91
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue250/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (250/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

Souvent, le hasard faisait bien les choses. Elle n'y avait pas vraiment pensé lorsqu'elle lui avait fait cette proposition saugrenue, mais, en y réfléchissant plus en profondeur, il se trouvait justement que l'un de ses laboratoires bossait sur des hybrides à base de frelons, guêpes et abeilles. Ces insectes, d'une si grande complexité, renfermaient un venin des plus mystérieux aux yeux des scientifiques du clan. Si elle parvenait à en subtiliser quelques-uns où à faire rentrer Tsume directement dans cette salle, cela ferait un bon appât. Que ferait-elle ensuite ? Elle le laisserait mourir ? L'empoisonnerait ? Elle ne savait pas encore, mais elle tenterait de l'observer, de l'analyser et même d'en faire son prisonnier s'il se révélait détenteur de quelconques gênes qui pourraient l'intéresser. Autrement, il ferait simplement un bon cobaye. Y avait-il réellement quelqu'un dans ce village qui s'inquièterait si un type comme lui disparaissait ? Elle se devait d'être prudente, certes, mais elle ne voyait pas bien quel genre de danger pouvait-elle prendre en s'intéressant à cette… chose ? Il devait être seul au monde, personne ne pourrait supporter une telle instabilité mentale. Personne, sauf elle, qui l'accueillait à bras ouverts et scalpels affûtés. Il pourrait avoir l'immense honneur de devenir l'un de ses petits protégés et de gonfler ses rangs.

- Oui ! J'ai pas tout compris à ce qu'elle m'a expliqué, mais elle récolte leur venin pour ses études !

Elle parlait d'un ton faussement jovial, masquant ainsi ses sombres desseins. Elle prenait toujours l'identité de sa défunte petite-fille, qui lui offrait actuellement la couverture parfaite. Qui se méfiait d'une petite fille, hein ? Certainement pas lui, visiblement éméché et inconscient. Inconscient ? Pas exactement, visiblement, puisqu'il venait de deviner son appartenance au clan des médecins. Ce n'était pas un exploit en soi étant donné qu'ils prenaient directement la direction du quartier Omura, mais cela montrait quand même qu'il avait une bonne connaissance de la ville. Était-il là depuis longtemps ? Connaissait-il déjà certains membres de sa famille ? Tant pis, elle ne le montrerait de toute façon à personne. Il était à elle, rien qu'à elle.

- Oui, c'est ça ! Comment tu as su ? Je ne suis pas encore très douée, mais ma grand-mère m'a dit que je deviendrai une grande médecin, comme elle !

Elle fit mine de rire, un grand sourire illuminant son visage macabre. Jouer la fatiguait. Elle n'était pas une petite fille et jacasser avec une voix exagérément aiguë de la sorte l'agaçait terriblement. Heureusement, elle pouvait déjà apercevoir son laboratoire au loin. Celui-ci était un peu excentré par rapport à la Division d'Amélioration des Performances Humaines, ce qui devrait lui permettre de s'y introduire et, plus difficile encore, d'y introduire son bruyant invité sans être repérée. De toute façon, on ne lui refuserait rien, pas à elle.

Tandis qu'ils se rapprochaient, l'individu lui dit une chose qui lui fit tant plaisir. Il ne dirait rien, il ne la dénoncerait pas. Elle avait du mal à imaginer qu'il ait pu comprendre la véritable raison de son comportement. Non, il devait plutôt se faire des films dans sa tête amochée et cela l'arrangeait bien. Si on les repérait ici, il dirait que c'était lui qui avait souhaité l'amener. Parfait.
Ils arrivèrent enfin devant la porte métallique.

- C'est ici ! s'exclama l'ancienne, dans une voix rauque et âgée qui était déjà redevenue la sienne.

Elle ouvrit la porte, s'engouffra dans la pièce sombre et fit signe à son invité de le rejoindre. Elle alluma lentement toutes les torches qui étaient suspendues aux murs, afin de redonner un tant soit peu de vie à ce lieu lugubre. Elle se retourna vers lui et lui pointa du doigt une cage, à l'autre bout de la salle, dans laquelle on entendait voler des dizaines de frelons. A côté, des abeilles. Dans une autre, des guêpes. Encore une autre, des fourmis rouges. Et cela continuait ainsi, toutes contenant des insectes capables de provoquer un choc chez l'humain. Il y avait ici de quoi satisfaire le moindre de ses désirs.

- Bon, finie la comédie, dit-elle d'un ton calme, sans prendre la peine d'expliquer. S'il ne comprenait pas, tant pis pour lui. J'ai là-bas un sérum dans lequel se trouve une quantité concentrée de venin de frelons. Veux-tu l'essayer ? Je ne peux en garantir les effets, c'est encore expérimental.

Elle racla sa gorge difficilement, dérangée par la poussière.

- La seule chose que je puisse t'affirmer, c'est que le rat à qui on l'a injecté n'a pas tenu deux minutes. Et son agonie fut douloureuse.

Elle pensait qu'il y avait dedans suffisamment de venin pour lui faire perdre connaissance, au moins à cause de la douleur que cela lui infligerait. Elle ne savait néanmoins pas ce qui arriverait à son corps : gonflerait-il ? Serait-il recouvert de plaques rouges ? Elle devint elle-même curieuse à l'idée d'analyser ce phénomène, qui, pourtant, l'avait faite doucement sourire quand son assistant lui avait d'abord fait part du projet d'analyser ces insectes.

Une chose était sûre. S'il ne résistait pas au sérum, il se réveillerait attaché aux poignets et chevilles sur sa table d'opération. Le temps d'avoir une petite conversation avec elle. Encore fallait-il qu'il accepte de poursuivre l'expérience. S'il résistait... Qui savait ce qu'il pourrait se passer ? On ne pouvait jamais être sûr avec ces lunatiques.
ASHLING POUR EPICODE

Revenir en haut Aller en bas
Kudo Tsume
Kudo Tsume
Uzushio no Chunin
Messages : 12
Date d'inscription : 18/05/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG A
Ryos: 0
Expérience:
C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Left_bar_bleue20/2000C'est vous, la brute ? - ft. Kudo Tsume Empty_bar_bleue  (20/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
C'est vous, la brute ?

☽ • ☾

J’avais beau être loin je savais reconnaître le chemin jusqu’à chez moi et lorsqu’elle me confirma être en effet une Omura, un léger mouvement de panique me traversa avant de s’éteindre. Était-ce vraiment une bonne idée que de suivre quelqu’un d’autre de ce clan ? Le risque l’on découvre celui que j’étais été assez grand, mais… C’était une enfant, ça allait le faire et au pire je n’aurais qu’à m’accuser. « J’y habite, je connais encore le chemin ! » répondis-je simplement avant de la rassurer. L’on ne tarda pas à atteindre le fameux laboratoire de la grand-mère et lorsque l’on y fut, son comportement changea complètement, c’était… Elle n’était pas si innocente que ça et peut-être même qu’elle avait davantage de point commun avec Hatsumomo qu’avec une enfant classique… Cette optique m’arracha un réelle sourire qui ne fit que grandir lorsqu’elle laissa tomber le masque. Fini la comédie ? Ô que j’allais me plaire avec elle. Je m’en fichais brutalement que ma mère puisse être impliquée, si j’étais fou, cela ne regardait que moi après tout.

Me tournant donc vers l’enfant, je m’approchais suffisamment pour glisser une main sur son visage avant de m’abaisser et de glisser le mien jusqu’à ses oreilles, « J’ai l’air d’être un rat ? », sans doute en avais-je eu l’allure, il fut un temps, quand j’étais arrivé ici et que mère cherchait encore à me montrer mes origines. Oui, j’avais eu tout d’un cobaye, mais c’était tellement jouissif… Comment ne pas m’en satisfaire ? M’éloignant à pas de chat, je me redressais au passage pour rejoindre le fameux sérum inconnu qui pourrait nécroser mon sang. Faisant donc de l’espace sur le plan de travail, je pris la cartouche que je fis glisser dans mes mains avant de le reposer. J’aimais cette couleur jaunâtre, j’aimais le danger que celui-ci représentait… Posant donc ma main sur un garrot, je comprimais naturellement et presque par réflexe mon bras gauche pour m’assurer une exposition plus rapide dans mon myocarde. Trouvant une seringue, je la chargeais pleinement du liquide avant de planter l’aiguille dans mon bras pour m’empoisonner. La douleur de la piqûre m’arracha un frisson de plaisir qui me fit rejeter un instant la tête en arrière et puis le feu se répandit dans mes veines, brûlant tout sur son passage, décomposant mes cellules. Je connaissais cette impression, j’en reconnaissais chaque symptôme et j’aimais clairement ça.

Légèrement tremblant, je retrouvais le sol chancelant, un sourire hystérique sur le visage. Cette douleur, elle était si bonne, si profonde et si… Continue. J’en avais connu des pires m’ayant arraché plus d’une conscience, mais là… J’avais beau sentir ma peau brûler, la résistance naturelle de mon corps reprenait toujours le dessus, me faisant ignorer chaque bride mortelle.

Je n’étais pas un rat, je n’étais même pas vraiment humain et… - J’avais mal, j’avais tellement mal. Me pliant brutalement en deux, je tenais mon coeur à présent si battant que j’avais peur qu’il s’arrête, genoux à terre, conscience au bord des lèvres, je me sentais mourir, j’avais besoin qu’on m’aide, qu’on me laisse une chance de survivre, quoi que… Voulais-je vraiment survivre ? Non, peut-être que je serais enfin libéré, peut-être que mon âme n’aurait plus à subir tout ça, peut-être que… Je pleurais, je pleurais tout simplement, ma tête touchant le sol dans l’espoir vain que le froid ne me prive de cette fièvre. Mais ça n’arrivait pas, j’avais juste…- Qu’est-ce que je faisais par terre au juste ? Pourquoi étais-je là ? Je ne comprenais plus rien, je n’avais même pas sentis ma conscience m’échapper, c’était… Hilarant… Un rire profond traversa ma gorge avant que je ne me relève, entraîné par la folie. La douleur était la plus douce des récompenses, elle était si plaisante et si… Me laissant tomber en arrière, je m’allongeais sur le sol, semi-conscient, absent face à la douleur de plus en plus grande. Quoi que cette dernière était encore acceptable, c’était davantage la détresse de mon corps qui m’épuisait et qui pourtant ne m’empêchait pas de rire, « J’adore ce sérum… » déclarais-je hilare alors mes bras s’étendaient de tout leurs longs sur le sol. C’était parfaitement épuisant et pourtant, j’aimais sentir le venin se répandre dans mes veines.




☽ • ☾
ft. Mifuyu


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Centre-ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.