:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les porcs marchent. [PV Shun]

Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 452
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 148
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue914/1200Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (914/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Je vous jure! J'ai vu un porc qui marche! S'exclame hystérique la vieille Kuchinawa.

Je dirai bien que c'est inhabituelle, mais on parle d'une femme qui s'affole parce que les astres s'alignent ou alors car elle prétend avoir vu des samouraïs fantômes chevauché à travers le village. Quand elle n'est pas en train de râler car les Onis sont descendus de la montagne pour aller voler des chèvres (alors que c'est juste Genkishi qui veut un casse dalle nocturne sans agacer la cuisinière). Alors... Au choix, soit c'est une vieille ninja d'exception qui a une perception qui transcende celle des Uchihas, des Hyuga et des senseurs, ou alors c'est le givre des montagnes qui commence à lui glacer la cervelle. Je dirai bien que les deux sont équiprobables mais l'expérience m'a appris que les ninjas les plus retors et les plus terrifiants étaient aussi ceux qui étaient les plus à même d'être détecté par les senseurs, ma sœur n'ayant rien trouvé à son propos, je penche plutôt pour la sénilité. Le naufrage de la vieillesse même. J'ai avec moi une vieille (mais jeune) connaissance, de passage pour sauver des orphelins.

-Tu vois Shun, c'est pour ça que les orphelinats des villages ninjas ont un avantage par rapport à ceux des villes et villages normaux ; les enfants sont moins exposés à ce genre de conneries. La vieille m'accroche du regard, enragée.
-Vous devez faire quelque chose, porte bannière des Kishos, vous êtes la gardienne de ces terres qui sont autant celles de vos ancêtres que des miens! Vous devez aller voir.
-Vous n'êtes pas sûr que vous avez vu juste un sanglier plus moche que les autres?
Ça va faire une semaine qu'elle parle de ça quand même, d'habitude au bout d'une journée à déblatérer ses inepties elle s'arrête pour aller faire plus important ; rapiécer les yukatas de ses petits enfants par exemple.
-Non! Je sais ce que j'ai vu, dans les rizières, il y avait un porc qui marchait sur ses deux pattes avant!
-Auriez-vous bu ou fumer toute substance particulière ce soir là?
-Non, j'étais sobre! Je n'avais plus d'alcool de citron justement, je voulais aller à l'auberge en acheter mais en sortant de chez moi, je l'ai vu! Cet abominable cochon, je l'entendais couiner. Il tenait quelque chose sur son épaule et partait vers le vieux château abandonné! Vous devez aller voir. On aurait dit une enfant.
J'imagine que oui.

En temps normaux j'enverrai un binôme mener l'enquête, mais puisque je suis déjà avec Shun, j'imagine que c'est à moi de m'y coller avec lui, même si l'on est en fin d'après-midi. Le soleil est encore haut dans le ciel, mais commence déjà à descendre petit à petit.
Le temps de s'équiper (c'est à dire d'emprunter des bougies et un chandelier aux villageois, ainsi que de la corde, au cas où) et on part.

-Tu as entendu les rumeurs ; il y aurait une fille qui aurait disparue de l'orphelinat d'à côté. Tu penses que c'est une simple fugue ou alors d'un vrai... Un vrai enlèvement? Personne ne va jamais au vieux château d'habitude, on le dit hanté mais personne ne s'en est jamais vraiment inquiété, une histoire pour effrayer les enfants et les inciter à ne pas sortir la nuit. J'espère que c'est ça.

***

Lorsqu'on arrive au castel Kyazu, l'endroit est sans appel ; la végétation a envahi une bonne partie des lieux, les murailles sont envahies de lierre, un coup de pied dans la porte principale suffit à l'ébranler. Mais je ne suis pas sereine à la simple idée de... Tout faire sauter et arriver les armes à la main, on ne sait pas vraiment ce qu'il y a derrière et je n'ai pas envie d'annoncer notre arrivée plus que je ne l'ai déjà fait. Je matérialise une petite veine de cristal sous la porte avant d'invoquer ma clone shoton de l'autre côté, lui laissant la tâche d'ouvrir en discrétion.
Ce qui s’avérera finalement assez facile puisque selon elle, il n'y avait qu'une simple planche qui maintenait la porte fermée. Ce qui soulève alors la question, qui a mis cette planche?

-Alors, la grande question que tout le monde se pose ; on commence par fouiller le rez-de-chaussée, les étages supérieurs ou on est con et on fonce directement au sous-sol?
-Chut chut chut, écoutez.
Isda se fige, Shun l'imite et je me résous tardivement à tendre l'oreille.

Un sifflement, une sorte de mélodie dissonante. Je ne saurais pas dire si c'est un genjutsu auditif ou juste quelqu'un qui siffle mal, mais en tout cas à défaut de tenir ses notes il a une certaine capacité pulmonaire vu combien de temps elles durent. Cela vient d'en haut, l'une des tours du château.
Je consulte Shun du regard, lui faisant signe d'ouvrir la voie et par la même, de choisir notre itinéraire ; je n'ai pas très envie d'ouvrir le chemin dans un lieu que je ne connais pas alors que je manque cruellement de pratique en corps à corps.
En haut, devant nous ou en bas? Nous n'avons pas encore parcouru la cour intérieur du château, mais il doit bien y avoir un escalier pour monter non?
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Shun
Uzushio no Chunin
Messages : 228
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 25

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG C
Ryos: 414
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue817/500Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (817/500)
Voir le profil de l'utilisateur
    Un porc qui marchait, une anomalie de la nature, la vieille dame aurait-elle perdue la boule ? Un porc cela ne pouvait pas marcher sur deux pattes cette espèce était clairement créer pour marcher à quatre pattes, rien de plus rien de moins. Cependant, cette vieille dame semblait être sûre d'elle, il n'était pas rare de voir une personne sénile s'entêter sur un fait qu'il croit du plus profond de son cœur que s'est réel alors que cela n'est pas du tout. J'étais simplement venu dans cet endroit afin de continuer ma quête des orphelins qui lorsqu'on était qu'un simple spectateur que je pouvais ressembler à un pédophile, mais finalement, c'était pour protéger ces enfants qui étaient paumés et qui avaient besoin d'un guide. Un guide qui se souciait des orphelins, un simple être humain qui voulait donner une chance à ceux qui n'en avaient eu aucune lors de leur enfance. La géante m'expliquait que les orphelins des villages avaient la chance d'échapper à ces drôles d'inepties racontées par cette vieille dame. Je me mis à éclater de rire avant de rétorquer :

    « - Je pense que tu ne connais pas les vieux Uzumaki. Ils sont pas mal dans leur genre. Niveau inepties, ils sont pas mal. Quand tu vois certains de leurs descendants, tu peux comprendre. Quand je vois l'idiote Katsumi. »

    Les propos de la vieille parlaient de cet animal bipède dont on ne connaissait rien, cependant quelque chose semblait réel le rapt d'enfant, d'orphelins qui disparaissaient comme ceux que j'avais perdu dans l'incendie de mon orphelinat. Nous allions former un étrange duo entre une géante et un jeune garçon aux cheveux longs. Je regardais la femme tout en attrapant un chandelier :

    « - Non, je n'ai rien entendu sur cette rumeur. Il est rare que je m'arrête pour écouter ce genre de choses. »



    - -----------------------------------------------------------------------------


    Nous arrivâmes à l'endroit même dont les propos de la vieille pie avaient décrit le décor. Cette fameuse battisse où peu de gens venaient. L'endroit semblait ressembler aux décors de vieux romans. Les lierres qui montaient sur la demeure, la porte du sous-sol qui paraissait trop simple. Le clone de cristal qui m'avait jadis fait extrêmement peur à la limite du trauma venait d'apparaître non loin de la porte. Alors que Benkei me demandait par où passer, nous nous stoppâmes comme un frisson d'effroi venait de nous paralyser le long du corps, j'avais limite envie de faire un kai juste par précaution tellement ce sifflement strident m'avait pétrifié de peur. Il fallait que je choisisse par où aller :

    « - Hum... Je ne sais pas trop. Mais j'aimerais secourir les enfants le plus rapidement possible. On vise le sous-sol ? »

    Il voulait que j'aille devant, je n'avais rien d'un homme éclaireur, mais il fallait commencer par quelqu'un et ce serait moi. Je m'approchais de la porte et l'ouvrait en attendant ce qui allait se produire. J'espère qu'il n'y avait pas d'énormes araignées ou clowns, cela me fait une peur bleue.


Les porcs marchent. [PV Shun] 8rbv
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 452
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 148
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue914/1200Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (914/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-Allons en bas, allons au sous sol. Dans les entrailles du castel Kyazu.

On traîne un peu avant de trouver l'entrée de sous-sols, un petit escalier dérobé y mène, à l'écart de tout. Le jeune initié du village des tourbillons ouvre grand les portes, nous nous enfonçons un peu dans le souterrain avant que la lumière du jour ne nous atteigne plus, je me place à sa hauteur et tend le chandelier en avant pour nous apporter un peu de lumière. Il fait noir comme dans un four ici et je n'ai pour intention de me laisser surprendre ; dans un environnement claustrophobe comme celui-ci, il en faut peu pour que les choses changent. C'est avec une certaine appréhension que je laisse Shun m'emboîter le pas dans cette cave ; les murs humides et noircis par des années de suies donnent un air presque organique à l'environnement autour de nous, l'air frais des sous-sols nous rafraîchit de la chaleur d'été au dehors mais m'arrache presque un frisson. Sans prendre des allures de dédales, presque tout se ressemble et à la première intersection, je fais signe à mon compagnon de prendre à droite. A peine le temps de souffler de soulagement qu'une rafale de vent vient éteindre notre unique source de lumière.

-Ah bordel de merde! Pourquoi est-ce qu'on a plus de lumière? De la lumière bordel de merde! Je craque et invoque mon écu de cristal, le béryl jaune se met à luire et apporte un éclairage de fortune le temps de rallumer le chandelier. Je... Je, je crois que j'ai un peu paniqué sur le coup. Je déglutis sans chercher à cacher mon malaise.

Je n'aime pas les combats en milieux clos ; rien de tel qu'un bon mangonneau ou une jolie onagre pour exploser un bâtiment et ne pas avoir à se farcir ce genre de choses. J'ai un certain mal à dissimuler le mal être qui m'habite jusqu'à ce que nous arrivions à une salle un peu plus grande ; une sorte d’égout central avec encore une porte de l'autre côté. Les geôles peut-être?

-Ah! C'est comme ça que j'aime mes souterrains ; des cavernes géantes et des énormes tunnels pour s'évader, le grandiose doit aussi s'appliquer au discret.

J'avance, oubliant momentanément mes inquiétudes et marchant en ligne droite jusqu'à la porte de l'autre côté alors que le bruit de l'eau des canalisations autour de nous et le bassin de rétention en contrebas couvre mes pas. Je suis à peu près certaine que les geôles, et dans les geôles je suis certains qu'on trouvera quelqu'un ou quelque chose qui nous indiquera ce qui se passe ici. Ca doit être des vieux racontars, la vieille mémé qui devient foule.
Je pose la main sur la poignée de la porte, on m'ouvre en même temps que je me fais propulsé en arrière par la puissance de l'impact. J'ai à peine le temps de réfléchir qu'une douleur lancinante envahit mon corps, j'ai le dos en compote et en relevant la tête malgré la migraine tout juste arrivée je comprends ce qu'elle voulait dire.
La vieille Kuchinawa.
C'est vraiment un porc bipède.

-Gruik.

Deux yeux jaunes qui brûlent de fureur, un corps rendu difforme par sa nouvelle posture et les innombrables sceaux de fuinjutsu qui parcourent sa carcasse de bossu porcin, le cochon émacié et abîmé nous toise avec un regard alerte, prêt à en découdre. J'essaie de me lever avant que la douleur ne vienne me clouer au sol, la bête nous sonde avant d'émettre un grognement strident qui vient me crever les oreilles.
Pire encore, la bête fait un pas maladroit mais vif dans notre direction, humant l'air en agitant un gourdin fermement encordée à son bras droit, l'autre ayant été amputé et grossièrement cautérisé. Un instant de flottement puis la curée.
Le porc hurle à nouveau, faisant virevolter sauvagement l'énorme barreau de herse qui constitue son unique arme avant de se jeter sur nous. Je décolle et recule en puisant dans mes forces pour siffler une protection entre nous ; ma clone de cristal s'interpose le plus naturellement du monde et tente le corps à corps. La pierre contre la chair, elle esquive une frappe grossière avant de porter l'estocade en transformant son bras en lame diamantée. Le tas de muscle trapu encaisse sans broncher avant de la frapper d'un violent coup de herse, la brisant en milles morceaux comme s'il s'agissait d'une pauvre coupe de porcelaine.
L'animal reporte son attention sur Shun alors que je chancelle contre un mur, incapable de comprendre d'où cela sort.

Rapport de situation:
 

Statistiques du cochon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Shun
Uzushio no Chunin
Messages : 228
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 25

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG C
Ryos: 414
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue817/500Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (817/500)
Voir le profil de l'utilisateur
    Je me retrouvais en tête de peloton comme on pouvait dire parfois, le sous-sol était froid noir et étroit. On sentait l'humidité qui caressait ma joue d'un simple geste, elle se lovait dans chaque partie de mon torse afin de me serrer contre elle et de m'enserrer de son étreinte mortelle. Je me sentais mal-à-l'aise et surtout mouillée ce qui n'était pas quelque chose de très agréable. Entre la froideur de mon corps et la peur qui commençait à devenir de plus en plus un certain effroi qui m'inquiétait de plus en plus. Ce genre de sentiment qui donnait envie de se casser à toutes jambes vers la sortie. Il faisait de plus en plus noir, j'entendais que le souffle de la femme qui paraissait si puissante et toujours avec un sang-froid sans faille, enfin, je blaguais sur cette chose, Benkei n'était pas réellement un modèle de sang-froid, mais elle inspirait quelque chose de différent de ce que je connaissais d'elle. Je lui répondais d'un ton assez neutre :

    « - Ne t'inquiète pas Benkei, la lumière permet sûrement de ne pas voir des choses qu'on n'aimerait sûrement pas voir. Rats, araignées et j'en passe. »

    Je n'aimais pas forcément toutes ces vermines de ce genre. Le noir j'aimais bien ça, nous continuâmes d'avancer un peu plus loin pour déboucher sur une zone beaucoup plus grande et vaste. Benkei préférait cette topographie du terrain, personnellement, j'étais plutôt d'accord avec ce fin stratège, un endroit comme celui-ci me permettait de pouvoir me mouvoir de manière beaucoup plus subtile et rapide. Alors que nous continuâmes toujours un peu plus loin, une sorte de porte nous faisait face, je vis la demoiselle commencer à ouvrir la poignée de portes. Mon corps sentait quelque chose qui allait arriver, ma main se levait avant de crier :

    « - Attends n'ouvre pas ! »

    Trop tard, le corps de la géante valsait à cause de poids de l'ennemi qui défonçait la porte. Un porc qui se trouvait sur ses deux jambes. Une immense bête avec une certaine épée. Le clone de cristal avait réussi à porter un coup avant qu'il ne se fasse détruire par le porc. La géante s'était retrouvée contre le mur, à moi de jouer. Je choppais rapidement un kunai et activait le chakra nagishi, d'un simple regard l'analyse avait été faite. Le porc possédait une force remarquable, mais il était lent. Je me dirigeais vers lui, j'esquivais un premier coup en roulant sur la gauche avant de me retrouver dans un angle mort. J'assénais une salve de coup de kunai au niveau du talon d'Achille de la bête. Le Grouic retentissait de nouveau avant de voir cet animal à deux jambes devenir furax, un animal dont la douleur était forte devenait clairement imprévisible. Je reculais rapidement avant de me retrouver à côté de ma camarade :

    « - Comment-tu vas ? Je vais avoir besoin de ton aide. Pourrais-tu recréer un clone de cristal pour détourner son attention, j'aimerais restreindre un peu plus ses mouvements en touchant le deuxième talon, mais il devient imprévisible à cause de la douleur. Il est en mode berserker. J'aimerai avant qu'il ne meure analyser les fuins, j'ai peur qu'en le tuant les sceaux disparaissent. »


    Je gardais ma technique active alors que le démon goresque se mit à se relever en s'appuyant avec son arme comme une canne. Je me rapprochais de l'ennemi assez rapidement avant de me servir du mur qui se retrouvait derrière lui pour me projeter non loin de lui, mais en visant un second angle mort, j'espérais que le clone de cristal allait apparaître bientôt, mais sinon je me retrouverais à devoir utiliser des techniques dont je n'avais pas forcément envie pour le moment ce n'était que le mini boss. Le docteur qui avait causé ce monstre devait être bien plus fort.


Les porcs marchent. [PV Shun] 8rbv
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 452
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 148
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue914/1200Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (914/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Pas besoin de me le faire dire de fois, malgré la brûlure qui se répand dans tout mon corps, je pose une main sur le mur de pierre ; la roche se transforme en cristal et en émerge ma clone qui émerge de nouveau pour fondre sur le porc avec cette fois-ci une agilité féline. Isda esquive une première attaque par les côtés avant de tenter un coup de pied sauté qui ne fait que déséquilibré légèrement le cochon, le teigneux hurle un coup avant de repartir à l'attaque.
Puis intervention providentielle de Shun qui réussit à porter une attaque éclair au niveau de la gorge du porc, la bête émet un râle d'agonie avant de s'effondrer au bout de quelques pas, s'écroulant au sol sans même comprendre ce qui lui arrive. Je profite du calme nouveau pour me relever en prenant mon temps, incapable de déterminer ce qui a pu cassé en moi ; j'espère que c'est juste des contusions particulièrement vilaines et pas une fracture.

-Quel chieur celui-la. Après cette expédition je n'aurais pas démérité un bon bain chaud. Bien joué Shun.

Je me traîne jusqu'à la carcasse du cochon avant de regarder les inscriptions qui parcourent sur son corps ; les différents sceaux qui ornent son cuir, les mutilations qu'il a subi. Une fois n'est pas coutume je me salis les mains et retourne le macchabée pour le mettre sur le dos, dévoilant des idéogrammes très anciens.
Anciens mais pas nécessairement savants ; les mots sont simples, "vie", "obéissance", "sang", celui qui s'est penché sur son cas faisait preuve d'une certaine expertise mais n'avait manifestement pas que ça à foutre.

-Honnêtement on dirait plus un clone qui avait déjà une base de chair que vraiment un saccage façon Omura. Je dis ça, mais les Omura sont assez tordus pour se faire une armée de cochons.

En tout cas les sceaux ne sont pas en train de disparaître, peut-être que notre hôte énigmatique n'avait pas vraiment de secret à caché sur le cochon.
Il faut dire que je pourrais sans doutes faire la même chose.
En retournant le corps, les écritures sur son dos sont beaucoup plus abstraites, cela m'évoque vaguement une quelconque technique de support médical mais n'étant pas toubib je ne saurai dire. Je consulte Shun d'un regard.

-Tu reconnais ce qu'il y a dessus toi?
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Shun
Uzushio no Chunin
Messages : 228
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 25

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG C
Ryos: 414
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue817/500Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (817/500)
Voir le profil de l'utilisateur
    Il suffisait que je lui demande pour qu'elle s'exécute et le songe d'un passé qui fut brisée en un coup de porc faisait une réapparition splendide. La clone de cristal, la création se mouvait d'une élégance et une rapidité qui était étonnante pour un clone qui devait peser assez lourdement. Alors que Monsieur Porc s'amusait avec la clone, mon corps se contorsionnait dans une rapidité et une agilité déconcertante, il était vrai que mon corps n'était pas forcément le plus rapide, mais dans une certaine mesure, il était d'une rapidité et d'une fluidité composé par les battements de la coordination de mes divers membres. Mon corps s'était tendu comme une ligne afin de se propulser vers l'ennemi et mon kunai dont le chakra rallongeait une certaine portée venait de s'abattre sur la jugulaire de ce bipède monstrueux avant de l'entendre dans un râle grouiesque s'écrouler sur le sol dans une douleur visible par la détresse de ses yeux. Mon visage s'était retrouvé taché du liquide rougeâtre de cette chose, je n'avais jamais tué un homme, mais bizarrement, j'avais l'impression en cet instant quand j'avais pu entrapercevoir son regard avant qu'il meure. Le pire dans cet amas de circonstances, c'est que je n'avais pas sourcillé que je n'avais pas pleuré, il était loin du môme qui avait pleuré lorsqu'il avait tué des crabes. Que m'arrivait-il ? Peut-être que finalement, j'avais l'impression d'avoir délivré cette immonde chose d'un sort qui était bien trop pesant pour lui, mais c'était une façon égoïste de pensée, parce qu'en soi, je ne lui avais pas demandé ce qu'il souhaitait.

    Je répondais à la géante :

    « - Il était chiant, mais finalement, il était simplement une marionnette, c'est triste que sa vie fût un simple ramassis d'ordres. »

    On s'approcha conjointement vers le corps de la pauvre chose. Les sceaux étaient restés même dans la mort, la vie, c'était le principal sceau. Elle parlait d'une sorte de clone plus qu'une création, mais j'avais l'impression que c'était quelque chose de différent de plus mystérieux, puis elle retournait le dos pour voir de nouveaux symboles. Je regardai ces différents symboles, mon cerveau semblait rentrer en ébullition, je me demandais bien quelque chose :

    « - J'ai l'impression que c'est un sceau qui permet de lier deux âmes. Tu ne penses pas qu'on est lié l'âme d'un humain à ce cochon ? Qui aurait pu faire ce genre d'horreur. »


Les porcs marchent. [PV Shun] 8rbv
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 452
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 148
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue914/1200Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (914/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-C'était un porc. Il aurait fini à la casserole de toute façon. Il n'empêche que je ne suis guère à l'aise avec l'idée de le manger maintenant qu'il a subi toutes ces choses.

Quant aux sceaux dans son dos ; le transfert d'âme est une technique très rare, très pointue, presque une science qu'un art ou une simple technique. Ce serait assez étrange de lier une âme humaine à un cochon ; à ce niveau de puissance il y a plus simple pour transformer un sbire en un sbire décérébré, toute répétition mise à part, il y a quelque chose dans cet endroit qui me dérange. Je ne cache pas mon malaise devant le cadavre et donne un petit coup de pied dedans, appréhendant une réaction qui ne vient pas. Une fois assurée que le porc soit mort, je soulève sa tête ; un cochon comme on en trouve partout à la campagne.

-Cela semble plausible. Mais maintenant que nous sommes ici, inutile de trop poser de questions ; les réponses devraient venir d'elle-même. Continuons, j'aimerais bien savoir ce qu'il y a de l'autre côté de cette porte qu'il gardait. Les geôles seront plus bavardes que lui sur ce qui c'est passé ici.

Je m'approche de la porte puis fais signe à ma clone de passer devant, celle-ci glousse devant ma prudence avant de s'aventurer dans le cachot en sifflotant ; la plupart des cellules sont vides, abandonnées depuis longtemps, mais certaines d'elles ont été aménagées et montrent des signes d'habitations récentes.

-Hey! HEEEEEY! Sortez-nous de la.
-Je ne ferais pas ça si j'étais à votre place.
-Ta gueule le samouraï, faites nous sortir, on vous récompensera.

Dans l'une dernières cellules, tout au fond des geôles il y a un homme seul, un samouraï local si je me réfère à sa cuirasse qui moisit dans un coin, il se protège le regard d'une main fébrile mais digne quand j'approche le chandelier de lui.
Dans la fosse pour la vermine, juste à côté il y a les autres, des brigands vu leurs accoutrements déguenillés et vulgaire. Haut en couleur aussi, pas le choix d'un noble ou d'un ninja mais bien évidemment d'un bandit qui a réussit.

-Vous êtes?
-Je m'appelle Date Genosuke, j'avais entendu des rumeurs sur ce château et j'étais venu enquêter quand j'ai entendu dire que des enfants avaient enlevés.
Le bretteur hausse les épaules. Il faut croire que les rumeurs sont vrais vu notre geôlier. En bas... Il y a la folle qui m'a mis au trou. Sortez moi de la, j'ai pas envie de m'éterniser ici.
-Nous oubliez pas putain! On veut pas rester ici non plus.

Je me penche au dessus du trou ; un puits de plusieurs mètres de fond sans prise, la corde pour les faire monter est juste à côté d'eux mais ce sont des bandits. Qui me dit qu'ils ne méritent pas ce qui leur arrive?

-Shun? Ton choix.
Revenir en haut Aller en bas
Shun
Shun
Uzushio no Chunin
Messages : 228
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 25

Fiche du Ninja
Grade & Rang: CHUUNIN - RANG C
Ryos: 414
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue817/500Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (817/500)
Voir le profil de l'utilisateur
    Il aurait fini à la casserole parfois, je me demandais si je ne devais pas devenir végétarien. Je détestais le fait de voir des animaux mourir dans d'affreuses circonstances. C'était tout simplement une horreur pour mon petit cœur et surtout que je trouvais les animaux tellement plus dignes de la vie que certains hommes. De plus, ce porc n'était rien d'autres qu'une abomination créé par l'homme. Je ne disais rien à ses propos sur le fait de la casserole et j'écoutais la suite de ce que la géante avait à dire. Je ne savais pas trop quoi dire, j'ajoutais un simple :

    « - Je te suis. »

    Nous avançons dans la zone après la porte à la recherche des nouvelles preuves ou bien d'autres choses. Le clone de cristal avait pris la tête de la file et elle nous servait en quelque sorte de guide dans un dédale dont on ne connaissait rien, je ne pipais mot. J'observais juste, je regardais le long du couloir et je me demandais alors que des cris couvrissent l'ensemble du couloir. Je ne comprenais pas forcément grand chose. Benkei semblait être attiré par l'un des samouraïs. Elle souhaitait libérer que cet homme, mais d'autres semblaient avoir un destin bien plus funeste. Je devais choisir si on les sauvait ou non. Je répondais d'un air un peu distrait :

    « - Je pense qu'ils ont le droit de vivre ou au moins ils pourront servir de diversion. On les envoi d'un côté et nous on va de l'autre côté. »

    J'attrapai la corde avec mes bras avant de la lancer dans le puits. Je regardais la demoiselle :


    « - J'espère ne pas me tromper. Mais j'ai foi en ce plan ! »

    Je croisais les doigts au fond de mon âme de ne pas souffrir de mon innocence et du fait que parfois, je croyais trop en les hommes pour voir le démon qui se cachait dans le fond de leurs âmes.


Les porcs marchent. [PV Shun] 8rbv
Revenir en haut Aller en bas
Kisho Benkei
Kisho Benkei
Indépendant
Messages : 452
Date d'inscription : 20/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendante - B
Ryos: 148
Expérience:
Les porcs marchent. [PV Shun] Left_bar_bleue914/1200Les porcs marchent. [PV Shun] Empty_bar_bleue  (914/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
-C'est votre jour de chance bandes de chiens. Vous n'avez pas intérêt à m'enfler en foutant le bazar dans la région sinon je vous lynche. J'attrape la corde et on les remonte.

Un par un, en suant sang et eau pour des cons qui en valent à peine le prix, mais puisque Shun veut, on le fait sans râler. Une fois qu'ils sont tous hors de leur trou ils s'éclipsent sans demander leur reste au mépris le plus total de la politesse, ils auraient faits de bons obstacles entre nous et le timbré qui a créé le cochon, mais ça rendrait caduc l'intérêt de les avoir sortis d'affaire. J'hésite un instant à libérer le samouraï mais c'est un impérial ; je le relâcherai quand tout cette affaire sera tirée au clair, en attendant je m'approche un peu plus de l'escalier dérobé qui mène toujours plus bas sous terre. Même en essayant de me souvenir de la géographie des environs, je ne saurais dire si les souterrains dans lesquels nous nous aventurons sont proches de la surface via des entrées d'air dans la vallée avoisinante ou alors si nous sommes dans l'abysse. L'obscurité autour de nous se fait presque asphyxiante, anxiogène, mais il faut bien avancer et faire la part des choses au sujet de ce château. Même si l'escalier qui se présente devant nous ne me dit rien qui vaille, j'échange un regard avec Shun, même si ce n'est pas ma tasse de thé autant y aller. J'avance la première.

-Il fait noir comme dans un four. J'ai besoin d'entendre sa voix, avancer seule dans cet endroit n'est pas quelque chose que j'apprécierai, même avec un clone et lui c'est limite-limite. Je crois que nous arrivons au but. Dans la salle de torture du château.

Mais nul de victime démembrée ou de cadavres qui pendent, aucun vestige d'aucun acte sadique si ce n'est une sorte d'énorme corne de brume à côté d'une chevalet à écarteler. Mais malgré la relative propreté des lieux, avec des râteliers qui à une époque portaient fièrement les outils du bourreau aujourd'hui vides, les sols propres comme au premier jour, il y a cette odeur dans l'air. De savon frais, avec un petit relent métallique, une odeur de rouille ou de sang, une façon comme une autre de faire oublier les saletés. Les lucarnes qui donnent sur l'extérieurs sont grandes ouvertes comme pour essayer d'obtenir un courant d'air et dans un coin de la pièce, à côté des tables où s'empilent des livres et des parchemins par dizaines, il est là.
L'hôte du château, avec les raies de lumières qui filtrent à travers les tentures transformées en rideaux de fortunes, on distingue les reflets de son bandeau d'Uzushio qu'il porte autour du cou, mais aussi des deux grosses bésicles opaques qui cachent ses yeux. Le ninja du tourbillon abandonne le corps entre ses mains comme une goule surprise en pleine repas, le masque métallique qui lui sert de visage me prive de ses émotions mais son maniérisme supplante assez bien la prothèse. Rien ne filtre de son visage qu'on associerait presque à un masque de kabuki en bien plus sinistre et inexpressif que vraiment une protection pour intimider. Ce masque, il est utilitaire presque.
Le maniaque a un sursaut.

-Ah! Shun! Hein? Qu'est-ce que tu fais ici? Comme pour se laver de cadavre qu'il avait encore entre les pattes il y a quelques instants, il jette ses mains en l'air avant de les essuyer prestement sur son pantalon, me sondant du regard avant de finalement reporter son attention sur Shun. Il est nerveux, très nerveux et moi aussi. Je n'ai pas envie de me fritter avec un boucher comme lui. Je peux tout expliquer. C'est moi, Akeno Omura. J'avais... Il se fige. J'étais passé à l'orphelinat pour récupérer ma nièce, Gozen. Tu te souviens hein? Elle est sourde. Non, NOON! Rugit-il, je me fige sans même achever le pas en avant que je voulais entreprendre. Vous allez marcher sur les kanjis. J'oriente mon cristal vers le bas pour distinguer des sceaux, partout, au sol, au plafond, sur les murs. La lueur rose du cristal leur donne une teinte cerise, toute la pièce est recouverte de sceaux à l'exception d'une petite allée centrale jusqu'au chevalet de torture. Je ne voulais pas... Il grommelle dans son masque en regardant par terre avant de finalement relever la tête. Enfin si! Je voulais faire ces choses mais pas... Pas sur des bonnes personnes, vous n'avez pas... Vous les avez libéré hein? Vous avez sorti les voleurs de grand chemin de leur trou. Qu'est-ce que vous avez fait du cochon?

Ce n'est pas... Ce n'est pas de la haine, ou de l'animosité qu'il ressent. J'ai l'impression qu'il a peur de quelque chose, qu'il craint pour autre chose que sa vie ou sa réputation. De toute manière c'est un progressiste vu sa méthode et son corps ravagé par le chakra et le masque en fer sur son visage. Il ne doit plus être à sa près à propos de son nez et la boue qui orne son schisme.

-Ce n'est pas pour vous qu'ils sont-là. Laissez les passer. Du sol émerge plusieurs clones d'ombres qui s'extraient péniblement du granit environnant avant de fondre vers la sortie en nous évitant largement, une manœuvre en tenaille.

Mon esprit se fige ; c'est un uzushiojin, si je l'attaque sans qu'il ne m'ait attaqué en premier je vais créer un incident diplomatique. Je ne peux pas le tuer par précaution parce que Shun est avec moi et qu'il ne devrait pas à avoir garder un tel secret, mais si c'est vraiment une tenaille pour nous découper en deux on va se faire hacher menue par ses clones si c'est vraiment un Omura.
Au lieu de me battre ou fuir, je reste connement figée sur place à regarder ma vie défilée en me demandant si je suis en train de faire la plus grande erreur de ma vie pour ne pas froisser un ami que les jeux politiques ne me reconnaîtront peut-être jamais, ou alors si je fais la bonne chose.

-...

Rapport de situation :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.