:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Clan Yamanaka Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"beauty and the coward" sayuri

Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Le temps s’était arrêté à l’instant même où l’homme blessé avait filé hors de ma vue. Il était en sécurité, on allait le soigner… On allait le sauver… Je n’avais plus besoin d’être sur le qui-vive, je n’avais plus besoin d’être attentif à tous et je n’en avais de toute façon plus la force. Mon chakra avait été avalé par mon propre sang et c’est l’épuisement qui me priva de mes yeux. Alors je m’étais simplement assis, refusant de rentrer dans cette maison par peur de peut-être ne plus en sortir, je m’étais laissé tombé sur le sol, assis contre le mur, le regard perdu dans ce qui aurait du m’intriguer, mais qui pourtant ne retenait pas mon attention. Que je sois dans un village ou dans un clan, je m’en fichais pour l’heure, j’étais simplement usé par les évènements et la fatigue physique ne réussissait pas à faire taire la violence de ces images. Je revoyais tous, encore et toujours, comme si concéder un peu de calme à mon cœur et à mon esprit était impossible. Le sang semblait jaillir si facilement d’un corps humain, chaque coup, chaque mort, chaque vie arrachés. Tous ça tournait et retournait dans ma tête. C’était étouffant, glaçant comme la vie pouvait basculer si facilement. Pourtant je n’étais pas mort, je n’avais pas été blessé - ce qui entre nous relever d’un miracle. -, j’avais juste été le spectateur silencieux, l’acteur fébrile ayant ôté une vie après avoir assisté durant de longues minutes au massacre sans jamais agir. J’avais tué et pour ce simple fait la vie deviendrait différente pour moi.

Baissant les yeux sur mes mains encore rougis par le sang, je pris conscience de ma faiblesse, des tremblements qui la secouaient sans cesse. J’aurais pu mettre ça sur le coup de la fatigue, de la faim même, mais c’était la peur, ce choc si violent qui venait de m’étreindre et que je ne pourrais jamais effacer. Je n’étais plus un enfant. J’étais devenu aujourd’hui un ninja, réellement… Quoi que je ne l’avais pas fait pour mon village, mais uniquement pour un homme, un ninja disparu dont nous n’avions même pas reçu l’ordre d’aller le chercher. Était-ce vraiment légale alors ? Allions-nous pas nous faire condamner pour un tel massacre ? Je n’en savais rien, et plus je restais là, plus les questions s’enchaînaient, me faisant paniquer face à l’immensité de ce nouveau monde. Rien ne serait plus jamais pareil. Plus rien.

Serrant les poings, j’avais de nouveau fixé ce qui se trouvait devant moi, conscient que je n’avais pas ma place ici, conscient que je n’avais rien à faire ici, que je n’étais qu’une pièce rapporté ayant eu un peu de courage pour s’élancer dans une quête qui le dépassait à présent.


J’étais là pour Kyoshiro, je priais même pour qu’il s’en sorte, mais maintenant que la peur était passé, je ne savais plus quoi faire, je ne savais plus où aller. J’étais perdu, tétanisé. Mon corps m’avait pourtant porté jusqu’au bout, mon Sharingan avait été un précieux allié durant ces quelques heures, mais à présent que me restait-il ? Rien, juste des souvenirs terrifiants.

Je ne saurais pas dire combien de temps j’avais passé là. Ni combien de souvenirs s’était succédé. Penser indéfiniment à ce massacre, à cette peur ne me ferait pas l’oublier, au contraire, je n’aurais de cesse de la nourrir ainsi, mais c’était habituel, presque un réflexe pour moi de me centrer sur le plus sombre dans chaque chose. Je n’étais pas optimiste, pas comme Tensai qui aurait sans doute déjà trouvé mille avantages à cette situation. Découvrir de nouvelles personnes, une nouvelle culture, ou cette amie qui avait fait tout ce chemin pour lui. Il aurait même signalé que l’on pourrait en profiter pour s’entraîner dans un nouvel environnement, mais moi… Je ne voyais qu’un homme à terre m’ayant coûté une innocence. Je n’allais pas lui reprocher, seulement… Cette perte était réelle, douloureuse, et consentie pourtant. Je n’arrivais pas à avancer, comme si le sang refusait de s’effacer de mes yeux, comme si mon cerveau devait tout assimiler avant d’avancer. Je n’avançais pas, jamais, à moins que je sois simplement trop dépressif pour le réaliser.

Relevant alors mes genoux contre mon torse, je posais ma tête sur ces derniers avant de glisser mes mains autour d’eux. Je voulais que l’homme se réveille, je voulais que tout redevienne comme avant. Je ne voulais tout simplement plus affronter tout ça. J’avais jugé mes parents sans doute trop durement face à cette nouvelle réalité et à présent, je m’en voulais. Sans doute mon père avait-il eu raison de se comporter ainsi avec moi, quoi que le penser finirait sans doute par faire se relever Kyoshiro de sa tombe pour me faire manger de telles pensées… Non, il ne se relèverait d’aucune tombe. Il ne mourrait pas, il ne mourrait pas… Je devais cesser de penser ainsi, je devais simplement attendre qu’il se réveille et ne plus lui causer le moindre souci. Oui, je devais être parfaitement comme il le voulait et… Et… Et rien, je ne savais plus ce qu’il pourrait attendre de moi après ça. J’avais du sang sur les mains, j’avais torturé un civil pour lui… Était-ce ce qu’il aurait voulu d’un Genin ? J’en doutais sérieusement… J’étais devenu le cauchemar de quelqu’un, pas quelqu’un de bien… Qu’est-ce que j’avais fait ? Le sauver oui, mais à quel prix ? Celui de la brutalité ? Pourtant j’avais eu raison, ils s’en étaient pris à lui… Mais ce n’était pas faire preuve d’intelligence que de traiter un criminel par le même crime… J’avais paniqué, comme maintenant et je… J’étais perdu. J’avais perdu mon ignorance du monde et c’était douloureux.



☽ • ☾
ft. Sayuri




Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***

Le garçon, tu ne te rappelais pas l’avoir vu entré dans la maison depuis de qu’il était arrivé, mais en même temps, tu n’avais pas non plus quitté le chevet de Kyoshiro pour le confirmer, car ça n’avait pas d’importance. Tu ne le connaissais pas, mais tu t’en foutais. Entièrement, totalement. Tu ignorais même les enfants de ton clan alors pourquoi est-ce que tu te soucierais de ce gamin ? Tu avais autre chose à faire que de le surveiller.

Tu épongeas le front de Kyo, maintenant que les médecins que tu avais apportés étais parti que l’animation était redescendue chez toi à son taux normal, c’est-à-dire inexistant. Mais, voilà, c’était exactement ça qui rendait la situation à son pire. Tu restais enfermée, sans vouloir quitter, n’ayant qu’une seule chose en tête, veiller Kyoshiro, par exemple et surveiller l’état de Yurikô, également.

Mais il en venait un moment ou tu étais saturée par la douleur, par la peur. Tu ne pouvais plus ne prendre davantage et tu avais besoin de sortir, de t’activer qu’importe la façon. Tu n’avais plus la force de rester à le regarder à l’article de la mort ou même de voir Yurikô tout faire pour le sauver. De l’air, il te fallait de l’air, mais tu avais peur de ne pas être là s’il avait besoin de toi …

Déchirée, tu n’arrivais pas à départager. T’aérer l’esprit, prendre quelques instants de recul, ou rester là, t’assurer qu’il allait s’en sortir ?

« Je … Je vais sortir quelques instants, s’il y a quoi que soit, je ne serai pas très loin. »

Le simple fait de sortir de la chambre te permit enfin de respirer un peu, d’alléger le poids sur ton cœur. Tu allas à la bassine d’eau froide pour t’y asperger le visage, peut-être que cela t’aiderait à faire passer l’engourdissement que tu ressentais par tout en toi.

Ton regard se perdit dans l’obscurité de la pièce principal, peut-être pourrais-tu faire de poisons ? Non, tu avais besoin de bouger ton corps avant que l’engourdissement de l’inaction viennent envahir chaque parcelle de ton corps. Tu attrapas quelques Shurikens et Senbons qui reposais sur une étagère dans le coin de la pièce avant de sortir. Tu marchais toujours à pas feutrés, ne faisant que très peu de bruit, une habitude que l’on t’avait enseignée très jeune. Pour tuer un homme sans qu’il ne s’en doute, il fallait s’assurer qu’il ne nous voit pas venir. Et tu excellais dans l’art de dissimuler ta présence.

Sur le pas de la porte, tu t’assuras une dernière fois que tu n’avais oublié, se serait bête de ne pas pouvoir s’entraîner à cause d’un oubli. Tout y était, tu pourrais donc avoir l’esprit tranquille. Ouvrant la porte, tu vis le jeune garçon Uchiha encore assis sur le parquet. Le garçon devait être traumatisé d’une telle expérience. Et même toi pouvait comprendre une telle réaction. Tu n’avais même pas assisté à toutes la scène, tu ne connaissais aucun détail de la situation et tu étais chamboulée, alors, tu ne pouvais pas imaginer ce qui se passait dans la tête garçon.

Mais s’il était là, c’est qu’il devait être quelqu’un d’important pour Kyoshiro et que ce sentiment devait être partager. Il était là, il était pour lui, alors, peut-être n’était-il pas qu’un de ses gamins insupportable – et même s’il l’était – alors peut-être pouvais-tu lui donner sa chance ? Peut-être que de lui tendre la main, malgré que tu ne fusses en meilleur état que lui était la chose à faire ?

Tu posas une main sur son épaule en t’asseyant à ses côtés.

« Dis petit, tu t’en sors ? »

Parler et démontrer de la gentillesse en ne jouant pas la comédie n’était pas quelque chose de facile pour toi. Cette question un peu maladroite, tu la lui lançais en espérant qu’il ne note pas ton inconfort ou l’énorme effort que tu faisais pour lui adresser la parole. Tu le faisais principalement, car tu savais que c’est ce que ferai Kyoshiro. Tu savais qu’il tendrait sa main vers ce petit garçon effrayé et tu voulais faire la même chose. Tu voulais aider cet enfant, car il était une partie de la vie de Kyoshiro.





CSS par Gaelle



"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Toujours légèrement tremblant, je continuais à me triturer l’esprit et le corps à ma recherche d’une réponse à une question que je n’avais toujours pas. Je ne savais pas, quoi, comment ? Je n’en avais aucune idée. Je savais simplement qu’il pouvait mourir, que j’étais hors de porté de toutes compréhensions de mon esprit. Je savais simplement ça et je supposais que c’était déjà assez. Seulement, alors que j’étais en train de souffrir mille mots en silence, quelqu’un vient poser sa main sur mon épaule, me faisant ainsi sursauter. C’était elle, ce nouveau visage dans ma vie, cette créature capable d’un silence éternelle, qui venait de me tirer de mes réflexions, qui venait prendre de mes nouvelles. Serrant mes mains les unes dans les autres pour camoufler les tremblements, je m’étais légèrement redressé, raidis à son arrivée, comme si malgré ce qui s’était passé, elle pouvait encore me porter préjudice. Je n’étais pas une priorité, mais mon esprit perverti par la peur pensait le contraire. Il y avait toujours un risque infime pour moi.

Posant donc mes yeux sur elle, je réalisais un peu plus que le temps s’était remis à tourner pour les autres, qu’il ne s’était juste pas arrêté avec violence à un instant donné. La vie continuait même si l’absence de réponse continuait de me tuer. « Oui. » soufflais-je donc avec une voix plus étouffée et douloureuse que je ne l’aurais voulu. Cela devait faire au moins une journée que je n’avais pas parler, mes cordes vocales avaient dû depuis souffrir et s’oublier. Quant à la véracité de ma réponse ? Je n’étais pas certains de vraiment saisir le sens de la question après tout, mais j’étais certains de ne pas m’en sortir, de me noyer dans des souffrances que je n’avais même pas vraiment exploré, même pas vraiment sentis. Mais je m’y étais vraiment bloqué, je m’étais figé dans cette terreur et je m’écroulais. Seulement je ne la connaissais pas, je me doutais bien qu’elle devait-être de confiance, mais je n’arrivais guère à m’y tenir. J’avais tout simplement peur, peur de cette réalité, de cette vision du monde. Mais j’avais surtout peur de m’exposer davantage. Alors je mentis, tout simplement. L’on ne pourrait pas m’en vouloir et étant donné que je n’étais rien pour elle, elle ne s’en soucierait pas vraiment et puis elle ne le verrait surtout pas.

Pas très à l’aise avec l’idée de devoir parler et bien que sa présence à mes côtés doit me pousser à prendre sur moi, je n’avais aucun autre sujet en tête que Kyoshiro, que cette avenir incertain. « Co… Comment il va ? » demandais-je finalement, brisant le silence pour répondre à ma seule curiosité. Je n’étais pas encore rentrée, je ne l’avais pas vu et je ne pouvais pas le faire. L’adrénaline était redescendue, le stress légèrement, mais pour le reste… J’avais peur qu’en le voyant, je ne prenne réellement conscience de son état, de ce qu’il pourrait advenir de lui. J’avais peur qu’il ne meurt encore plus prématurément dans mon esprit. Je ne voulais pas, je ne pouvais pas. Alors par lâcheté je restais là, posant une question étouffé et douloureuse à une femme qui n’était sans doute pas venue ici pour voir ces peurs être ressassées par un enfant discret. Elle était peut-être juste sortie pour justement sortir la tête de l’eau, pas pour y replonger comme moi.

Je tremblais, cela restais évident et même le compression de mes mains entre elles ne ferait rien pour le camoufler. J’étais simplement effrayé, marqué, usé. C’était peut-être par simple pitié qu’elle était venue ici et c’était par simple lâcheté, simple faiblesse que je ne me murais pas derrière un visage plus avenant. Je ne pouvais pas assumer mes émotions, j’avais déjà du mal à ne rien ressasser alors camouflé ma douleur serait bel et bien impossible. Il fallait que je reste là, assis par terre, tête baissée et rien ne pourrait m’arriver. Rien de réellement douloureux, si ce n’est sa mort à lui, mais il ne le ferait pas n’est-ce pas ? On ne pouvait pas survivre à l’enfer pour mourir dans un lieu protégé, sécurisé. C’était cruel, insensé et impossible n’est-ce pas ? On l’avait trouvé, ou l’avait amené ici et même si cela avait été un peu trop tard, on l’avait tout de même fait. Il ne pouvait pas partir maintenant, il ne pouvait pas. À ces pensées, mes mains se serrèrent un peu plus encore, comme si la douleur n’avait pas déjà été suffisante. Je devais me contrôler, je ne devais pas m’écrouler.



☽ • ☾
ft. Sayuri




Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Cet enfant n’était pas bien. Même toi tu pouvais le voir. Tu n’avais rien à dire ou rien à faire pour lui remonter le moral et très honnêtement, ses états d’esprit ne t’importaient pas. Mais il était ici, chez toi. Ce simple fait prouvait à lui seul que Kyoshiro tenait à lui ou qu’il tenait à Kyoshiro … l’un des deux.  Mais c’était suffisant pour que tu ne le laissasses pas broyer du noir devant ta maison, ses deux pupilles rouges brillantes de désespoir. Ce qu’ils avaient traversé tous les trois, tu n’en avais aucune idée, mais ce garçon ne s’en remettait pas et probablement qu’il ne s’en remettrait jamais. Il était, après tout, un enfant qu’on venait de lancer dans ce qu’il y avait de plus sombre en ce monde. Il te faisait un peu penser à toi, à son âge, lorsque tu avais commencé ton entraînement plus sérieusement.

Il ne s’attendait pas à être rejoint puisqu’il sursauta au contact de ta main. Sa réponse, tu ne la croyais pas, qui l’aurait cru alors qu’elle était si difficilement dite ? C’était évident pour n’importe qui qu’il n’arrivait pas à se calmer. Un soupir. Que pouvais-tu bien faire pour l’aider ? Qu’est-ce que Kyoshiro ferait ? Il lui parlerait … probablement. Mais toi, tu ne parlais pas. En fait, si tu parlais, tu allais faire plus de dégâts qu’autre chose.

Et sa question te fit serrer la mâchoire, toi qui tentais obstinément de ne pas trop penser à son état. Au sang dans les draps, aux blessures sur son corps, à son visage encore inconscient … Dans un geste emplit d’épuisement, tu passas une main dans ton front, la faisant glisser sur le reste de ton visage, pour l’immobiliser devant ta bouche.

« Je ne suis pas médecin. Je ne peux pas savoir. Mais Yuriko-san dit qu’il est stabilisé. »

Ta voix était un peu retenue par ta main, mal positionnée. Peut-être que ton geste avait été planifier pour cacher ta propre inquiétude ? Tu ne saurais le dire exactement, car toi, tu ne t’inquiétais pas. Pour personne. Jamais. Sauf pour Ao, lorsque, rarement, quand il n’allait. Sauf pour Yuriko en ce moment. Sauf pour Kyoshiro, allongé dans ta chambre, l’air sans vie.

Tu regardais l’obscurité devant chez toi, assise à côté de ce garçon dont l’humeur sombre semblait contagieuse. Quand tu avais du mal avec quelque chose, tu avais deux solutions : soit tu buvais, soit tu t’entraînais. Mais tu ne voulais pas te risquer à boire. Pas ce soir-là, si tu te mettais à boire ainsi, qu’en penserait Yuriko ? Et de toute façon, tu avais déjà tes outils pour t’entraîner.

Tu laissas quelques instants passer, ne sachant pas exactement quantifier le temps qui s’écoulait. Tu cherchais la force de bouger, de plus rester paralyser par l’inquiétude dévorante au fond de ton estomac. Tu fixais le boisé devant chez toi sans le voir, ton esprit enchaîné à d’autres images. Tu avais besoin de le sortir de ta tête quelques heures, sinon tu allais craquer, tu le savais. Tu n’avais pas la force de regarder, tu ne l’avais jamais, même petite lorsque ta mère rentrait de mission, tu n’avais pas la force d’être là pour la supporter.

Non, il n’était pas le temps de ses laisser avaler par quelque chose qui était passé. Tu te relevas donc d’un geste un peu brusque. Il était temps d’y aller sinon tu n’aurais plus la force de quitter.

« Je vais m’entraîner. Viens avec moi. »

Ce n’était pas une question ou une demande. Un ordre. Froid, détacher même. Si tu effrayais cet enfant, c’était déjà mieux que de le laisser se morfondre, là, à probablement vider ses réserves de chakras pour ses pupilles si caractéristiques.

Puis sans attendre sa réaction tu avanças dans le boisé, pour t’enfoncer jusqu’à une petite clairière où tu aimais t’entraîner. Surtout qu’elle n’était pas aussi loin de chez toi que le lac. De cette façon revenir ne serait pas trop difficile (tu t’attendais à devoir le porter revenir si tu en jugeais son état). De plus, tu ne comptais pas être tendre avec lui. Si tu voulais sortir les tracas de ton esprit et du sien, il faudrait que tu réussisse à capter toute son attention.





CSS par Gaelle



"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Elle ne savait pas ? Je ne savais pas pourquoi j’avais cru que c’était le cas, après tout, on était venu ici pour une raison non ? Ca ne pouvait pas rien signifier non ? Elle devait bien être quelque chose ? Mais non, elle pouvait simplement me dire qu’il était stabilisé, mais c’était uniquement car Yuriko lui avait dit. Il était stabilisé… Ca me semblait tellement peu, tellement inutile et pourtant ça voulait bien dire qu’il ne s’écroulerait pas plus non ? Qu’il ne plongerait pas la tête la première dans les abysses de ses souffrances ? Oui, c’était une bonne chose, mais j’aurais voulu entendre qu’il allait réellement mieux, qu’il allait s’en sortir et que ce n’était qu’une question de temps. Là… J’avais l’impression que s'il mourrait demain, cela ne serait rien de plus qu’une possibilité acquise, pas une surprise. Ca n’allait pas, ça n’allait vraiment pas. J’avais envie de vomir, de m’écrouler, de disparaître, mais ça ne changerait rien. La douleur serait toujours là, présente, vive et brutale. Ca ne changerait vraiment rien. Alors le silence s’étendit de nouveau et menaça de nous plonger tous les deux dans une souffrance éternelle. Une souffrance que l’on ne pourrait pas repousser et que l’on semblait déjà avoir bien assimilé. Ce serait donc notre quotidien ? Je n’en voulais pas, réellement pas.

Elle se redressa alors brusquement, me sortant de mes songes dans un sursaut presque douloureux pour finalement m’annoncer qu’elle allait aller s'entraîner et que je devais venir avec elle. Mon estomac se noua presque aussitôt, se tordant douloureusement alors qu’elle avançait pour disparaître dans la végétation. Si la proposition était possible, elle sonnait davantage comme un ordre et même si l’envie de rester ici me traversa l’esprit, je dus surtout admettre avoir peur de sa vision des choses. Elle n’était pas de Konoha, elle voulait m’isoler. Quelqu’un s'inquiétait réellement de mon absence ? Je doutais que Kyoshiro ne le fasse pas, mais s'il n’était pas au courant ? Si j’étais une disparition collatérale pour Yuriko ? Mais refuser ? Non. Alors je me levais à mon tour, la suivant d’assez loin en sentant toutes mes convictions m’abandonner. Quoi qu’il puisse arriver en ce jour, ça ne pourrait jamais être pire que ce que j’avais vu. Pire que ce cauchemar que je venais de traverser et qui continuait à me hanter. Dans le fond, si je finissais ko, peut-être que la souffrance serait moindre et qu’il me serait possible de dormir un peu. Juste un peu.

La rejoignant dans un espace plus dégagé, je devais reconnaître que le paysage était magnifique, assez différent de Konoha ou l’on pouvait deviner les immenses murs d’enceintes derrière les arbres. Là… Tous semblait plus sauvage, même ce lac à la surface sans doute perturbé par un animal. Mais je doutais être là pour contempler les beautés de ce paysage, à la rigueur j’allais la voir faire, mais c’était tout, d’ailleurs pourquoi vouloir de moi ici, elle savait ce que j’étais non ? Et elle savait ce que mon sang pouvait faire. Elle ignorait peut-être que je n’avais pas assez de force pour ça, mais elle ne pouvait pas ignorer les risques. Alors, en ne voulant pas créer d'incident diplomatique inutile, je fis preuve d’honnêteté, de couardise aussi peut-être, mais je refusais d’être jugé pour une réalité que l’on aurait pu éviter. « Je suis un Uchiha. », déclarais-je avec quelques trémolos trahissant mon incertitude dans la voix. « Il ne serait pas préférable que vous vous entraîniez sans moi ? Je ne voudrais pas que vous pensiez que je puisse… En voir plus qu’il ne faudrait. » et que les gestes s’impriment dans mon esprit avec une clarté digne des ouvrages les plus approfondi. Après, elle ne me connaissait pas, elle ne savait pas que depuis des années, je m’entraînais sans que le carmin significatif du Sharingan n’étreigne mes yeux. Elle ne savait pas que j’essayais par-dessus tout d’apprendre moi-même mes techniques, mais l’ignorance n’écartait en rien le danger pour une personne extérieur et… Ma peur du danger faisait réagir un peu trop facilement l’ascendance de mon clan.

« Et j’ai pas besoin d’une nourrice, sans offense, j’ai dit que ça allait. » déclarais-je pas vraiment certain de moi, mais conscient d’une chose, je ne voulais pas être là. Je préférais certes rester à distance de l’homme pour ne pas trop en voir sur sa détresse, mais je voulais rester non loin, au cas où. Je ne servirais très clairement à rien dans cette situation, soyons honnête, mais cela ne changerait rien au fait que je voulais être là si jamais… La seule mort que je me devais de voir en face serait la sienne. Il était mon maître, il avait fait de moi quelqu’un acceptant enfin de marcher dans le bon sens, s'il partait, je devais inscrit la sérénité mortuaire de son visage dans mon crâne pour me rappeler le prix de la vie. Alors je voulais rentrer, je voulais continuer à attendre et non pas suivre une femme qui devait chercher à évacuer son stress en se défoulant. Je ne fonctionnais pas comme ça, la violence ne résoudrait jamais quoi que ce soit dans mon cœur. Plus je m’énervais, plus j'échouerais après tout, alors malgré l’orage qui m’animait, je devais rester à ma place, je devais rester calme. « Désolé. » ajoutais-je avec le plus de respect possible avant de courber l’échine pour appuyer mes mots, mais une fois le message passé, je m’étais redressé, reculant de quelques pas en signe d’abandon pour retourner d'où l’on venait. J’étais peut-être lâche, mais pas dénué d’éducation. J’avais besoin d’oublier à ma façon… En rationalisant.



☽ • ☾
ft. Sayuri




Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Il t’avait suivi dans la forêt. Sans poser de question, mais une fois à destination, il semblait plus réticent à participer à peu importe ce que tu avais de prévu. Il mit de l'avant ses pupilles ses pupilles et tu éclatas de rire. Un rire ironique, calculé. Tu voulais lui faire savoir le mépris que t'inspirait un être qui se cachait derrière son sang et qui refusait de s'entrainer. Pire encore, il dit n'avoir besoin d'aucune nourrice.

Nourrice. Ce mot te fit froncer les sourcils, effaça le rire et l'ironie de ton visage. Tu fixais le pauvre enfant qui n'avait aucune idée de l'erreur qu'il venait de commettre. Tu n’avais rien d’une nourrice. Et même si tu essayais, le pauvre enfant serait probablement mort, car tu n’avais jamais eu la patience de t’en occuper.

« Écoute bien gamin. Si j'étais ta nourrice, peut-être que tu ne serais pas si pathétique que ça. Alors ferme ta gueule et prépares-toi à t'entraîner. Tu devrais te considérer chanceux que je daigne t'accorder même dix minutes. »

Irritée ? Oui. C'était bien la raison pourquoi tu détestais les enfants. Ils chialaient tout le temps et espéraient qu'on leur donne tout, tout cuit dans le bec, sans y fournir l'effort.  Et ils se pensaient tous meilleurs que les adultes qui, eux, savaient ce qu'ils faisaient. D'accord, cet enfant avait du culot de te parler de la sorte (malgré sa voix qui ne semblait pas en accord avec ses mots) et tu respectais les gens qui avaient du culot. Plus que les trouillards et les emmerdeurs, mais tu comptais bien lui apprendre le sens du mot respect, du moins envers ta personne. Si Kyoshiro se frayait un chemin dans le cœur des gens par sa gentillesse, toi, tu te le frayais par la peur.

Tu fis quelques mudra pour relâcher une vague de pulsions meurtrière en direction du gamin dans le but de le paralyser et ainsi pouvoir le garder là où il était. Tu ne le faisais pas pour lui, ou pour toi (oui, bon tout ce que tu faisais était fait pour toi), mais tu essayais de faire quelque chose pour Kyoshiro. Si tu ne pouvais faire quelque chose pour son état, tu voulais parvenir à faire quelque chose qu'il ferait, à aider comme il le ferait. Mais cet enfant te faisait de l’attitude et de l’indépendance alors qu’il n’arrivait même pas encore à dire à sa voix de pas trembler ou de pas laisser son trouble se manifester.

« Je ne sais pas pour qui tu te prends. Mais il est temps de redescendre les deux pieds sur terre. Ce que tu as vu, c'était probablement horrible. Mais tu vas voir pire. Tu es un putain de ninja. Le sang, la mort, tout ça, ça va être ton quotidien un jour. Kyoshiro va s'en sortir. Il n'a pas le choix. Toi, tu vas te remettre sur pied, pour lui, si ce n'est pas pour toi. Tu seras capable de l'accueillir avec autre chose qu'une tête de mort. »

Tu n'étais pas maternelle ou même gentille. Si c'était du réconfort qu'il avait besoin, tant pis pour lui. Tu allais lui enseigner de la même façon qu'on t'avait enseigné : en subissant, en endurant. L’important avant tout était de former le caractère. Si tes mots étaient méchants ou difficiles à entendre, au moins, ils étaient vrais. Tu n’avais aucune idée de l’efficacité de ta pédagogie, mais tu voulais plus que tout faire passer ton message.

« Prends tes shurikens et montre-moi ce que tu sais faire. Et tes pupilles, j’m’en fiche si elles copient quoi que ce soit, sinon je ne t’aurais pas amené ici en sachant que t’es un Uchiha. »

À chaque fois que tu avais parlé, ta voix était calme, froide, à la limite du détaché. Tu gardais le raz-de-marée de tes émotions sous un couvercle bien fermé. Il n’était pas question de te montrer aussi faible, aussi ébranlé que lui.





CSS par Gaelle





"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Avais-je dit quelque chose de mal ? Sans doute, je n’avais pas vraiment de compétences sociale en même temps, j’avais simplement dit ce que je pensais et j’avais surtout voulu préserver ses secrets, mais visiblement ce n’était pas passé, car le ton qu’elle employa et les mots surtout… Pathétique ? Me la fermer ? Chanceux d’avoir son attention ? Mes points se serrèrent et presque aussitôt mon Sharingan prit possession de mes yeux, je le sentis, je le voulus même. Elle me jugeait pathétique ? Elle qui n’était pas foutu de prendre soin de Kyoshiro alors que nous étions venus la trouver ? Elle qui ne trouvait pas mieux que s’en prendre à un enfant, à l’élève de son… J’avais appris à ranger mon arrogance au placard depuis que Kyoshiro était rentré dans ma vie, mais là, quelque soit le danger évident de la situation, je sentis mon sang bouillir et me pousser hors du raisonnable. Elle était allée trop loin, mais comme pour me rappeler que je n’étais rien et que je n’aurais jamais la moindre chance, elle me priva de toute réponse en m’expulsant toutes sa violence au visage. Tétanisé, plongeait dans une nouvelle spirale ou seuls mes souvenirs venait me tenir compagnie. Je me sentis mourir, imploser et ses mots, quoi que toujours aussi violent semblèrent perdre leurs sens. Je n’étais pas certain de cette thérapie, je n’étais même pas sur que cela puisse avoir le moindre impact, mais lorsqu’elle me libéra en réclamant une démonstration, la colère reprit le dessus.

Nous étions là pour Kyoshiro, pas pour perdre notre temps inutilement en se prenant le bec. On était là pour lui, mais visiblement elle était bien plus destructrice et elle s’orientait vers la mauvaise personne. Cela fut presque naturel, comme un réflexe oublié, les mudra s’enchaînèrent à une vitesse folle avant que les crissements semblables à la foudre ne prennent naissance sous mes mains pour finalement courir en sa direction. Je savais quelle était cette technique, je l’avais vu, je l’avais lu, mais je ne pensais pas pouvoir la maîtriser si facilement, je ne me pensais d’ailleurs même pas capable d’une telle chose seulement voilà, elle avait été trop loin et ce que j’avais si ardemment cherché à étouffée au plus profond de moi reprenait enfin ses droits. Je n’hériterais jamais du Katon légendaire de ma mère, mais seul le Raiton bâtard inonderait mes veines. Pour le coup je m’en fichais, je voulais juste la blessé, physiquement, comme elle m’avait blessé et je m’en fichais un peu de comment. Mon arrogance m’avait dépassé, tout comme l’ignorance de mes ressources.

Prenant alors mes shurikens dans ma poche, je me repositionnais avant de les lancer avec précision, comme-si la destination était évidente. Bien sûr qu’elle l’était, je les lançais sur elle, mais ni ces étoiles de métal, ni même l’expression de ce chakra ne suffirent à tarir mon cœur de sa douleur. Je continuais à souffrir, à m’écrouler face à ce nouveau jugement que je n’avais plus eu à accuser depuis trop longtemps. Elle n’était personne et pourtant elle visait juste… Je la détestais. « Quand on a fait juste qu’attendre on a pas spécialement le droit de parler. » soufflais-je acide, plein de jugement, plein de rancœur aussi.

« Tu me trouves pathétique ? Sincèrement ?! T’es qui pour me juger ? Ce n'est pas parce que tu te tapes mon Sensei que t’as le droit de me juger ! T’es personne, juste une timbrée arrogante ! » ça ne faisait pas de bien, ça ne faisait vraiment pas de bien. Je tremblais, j’étais fébrile et bien loin de celui que j’étais même habituellement, je n’aurais pas du, mais là… J’avais pas envie de plus m’écrouler plus que ça, je n’avais pas envie de me sentir encore plus… Je m’en voulais déjà assez non ? Alors comment j’étais censé accepter plus maintenant ? Kyoshiro était à la frontière de la mort, je n’avais pas de temps à prendre à me battre avec une femme qui ne pouvait pas être à son chevet. « Les Shurikens c’est cadeau ! », soufflais-je avant de détourner les yeux pour reprendre la direction que j’avais souhaité emprunter un peu plus tôt, à savoir le chemin vers chez elle.



☽ • ☾
ft. Sayuri






Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Cet enfant, tu n’y croyais pas. Il activait une tech raiton que tu ne connaissais pas. En voyant les éclairs ramper sur le sol, tu ne pu t’empêcher de sourire. Il avait du mordant ce petit Uchiha. Et si tu arrivais te le haïr, tant mieux. Il ne penserait plus à Kyoshiro. Bien que te méthode étaient sauvages, c’était comme ça que le Ichizo avait de toi la Kunoichi que tu étais. Il t’avait fait si mal que tu n’arrivais plus à penser à ta mère, la seule chose que tu avais à l’esprit c’était cette douleur et ce désir de lui montrer de quel bois tu te chauffais.

Et tu reproduisais exactement la même chose avec ce petit Uchiha. Quoi que lui avait plus de mordant que toi à l’époque et que tu devais avouer également passer tes nerfs dans cet entraînement.

Devant les éclairs rampants, tu choisis d’employer la technique du shushin. Alors qu’il continuait de t’insulter. Inutile ? Oui, tu étais entièrement inutile dans cette situation. Tu laissais avaler par ta peur et par ton inquiétude. Et c’était exactement pour ça que tu avais besoin de bouger, de faire quelque chose plutôt que de laisser tes ténèbres t’engloutir, plutôt que de regarder le soleil se noyer.

Comment … Comment avait-il déduit ça si rapidement ? Et ce n’était arrivé qu’une seule fois. Et tu n’étais même pas certaine qu’il se rappelait de toi, au vu de sa réputation. Tu étais une épave et tu le savais. Tu vivais bien … Tu arrivais à vivre avec cette pensée. Enfin, plus ou moins …

Il t’envoya ensuite les étoiles ninja, avant de tenter de repartir une autre fois. Mais tu n’allais pas simplement le laisser aller ainsi. Pas après qu’il t’ait dit ces choses qui t’avaient tout de même serré le cœur. Te taper Kyoshiro … Tu ne l’avais pas vu en un mois et demi. Pouvais-tu même dire ça ? Un grognement s’échappa de tes lèvres alors que tu bondissais entre les étoiles de fer qui fonçaient sur toi. L’une d’elle t’érafla la joue laissant un petit filet de sang couler, alors qu’une autre vint déchirer une partie de la manche de ton vêtement.

Il avait osé. Il avait touché ton visage.

« Tch. »

Tu bondis à côté de lui, t’appuyant sur une main pour faire deux coups de pieds successifs à la poitrine. Normalement, s’il était ne serait-ce que la moitié d’un shinobi décent, il bloquerait ou éviterait. Tu propulsas ensuite, à même la force de tes bras pour retourner sur tes pieds alors que tu lanças des shurikens en direction du gamin. À ses shurikens étaient accrochés des fils de fer. Tu allais l’immobiliser. Encore une fois, pour bien lui faire comprendre qu’il ne partirait pas d’ici sans ton consentement.

Au premier abord tes shurikens avaient lamentablement échouer de toucher leur cible. Mais d’un geste de la main, tu activas le piège que tu venais de tendre. Il allait se prendre dans ta toile …

« Je crois que tu ne comprends pas la situation. Je peux faire ça toute la nuit. Pas toi. Alors arrête de me faire chier et coopère, bordel. »

Tu avais été pathétique toi aussi, mais tu ne l’étais plus, plus maintenant, plus jamais. Bon, tu retins quelques commentaires concernant ce qu’il venait de dire concernant ta relation déjà précaire avec l’aveugle de Konoha. Ça ne t’aiderait en rien à lui faire comprendre que tu n’étais pas son ennemie.

« Je suis la personne la mieux placer pour te juger. Tu vas te relever. Tu vas t’endurcir. Et tu pourras montrer tes progrès à ton sensei. Tu pourras lui montrer que tu n’as pas qu’été la victime de sa souffrance. »





CSS par Gaelle



Récap:
 


"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Elle avait été rapide, mais j’avais vu si clair dans ses mouvements, dans son repositionnement et dans le mien. J’avais vu, avec clarté, comme si mon Sharingan continuait de pousser ses limites au-delà du possible, au-delà de ce que j’avais l’habitude. Quelque chose clochait réellement, quelque chose que je n’arrivais pas à saisir à moins que… Je n’eus pas le temps de plus réfléchir que ça que déjà elle apparaissait à côté de moi, qu’elle frappait, que je voyais les coups arriver un à un jusqu’à ce qu’elle n’aille plus loin et que les Shurikens ne reviennent dans la partie. J’étais… Tout me semblait si fluide, si évident que ça en devenait perturbant, paralysant même. Je voyais clairement ce qu’il se passait et… J’étais tellement captivé par ça que je fus littéralement pris par son attaque. Immobilisé, je pus enfin retrouver mes esprits pour l’entendre me dire qu’elle était la mieux placé pour me juger. Non, ce n’était pas le cas, je n’avais pas envie de faire ça, je n’avais pas envie de devoir montrer quoi que ce soit à Kyoshiro pour qu’il me voit autrement que comme une victime. Me verrait-il seulement ainsi ? J’en venais à me poser la question, brièvement, car les liens qui me maintenaient finirent par m’énerver tout comme elle.

Je n’étais pas un jouet, pas son jouet du moins et il était hors de question qu’elle puisse jouer ainsi avec moi. Hors de question qu’elle prenne le moindre ascendant. Je… Je ne voulais pas, je refusais, je n’abandonnerais pas car je voulais simplement retourner près de la maison et attendre, juste attendre qu’il revienne à lui. « Je suis pas de ton clan, je suis pas sous tes ordres, j’ai aucune raison de faire ce que tu me demandes. », soufflais-je avec rage avant que je ne me défende à nouveau en lançant un nouveau Jutsu. J’avais eu du mal à le maîtriser celui-là, mais à force de persévérance, il était devenu une clé de voûte de ma survie. Alors des pétales de fleurs commencèrent à envahir l’espace, l’aveuglant assez pour que je saisisse un kunai du bout des doigts pour me libérer de ses fils qui avaient déjà commençaient à entamer ma peau. J’avais alors profité de sa désorientation pour filer le plus loin possible et me laisser tomber contre un arbre. Je m’épuisais déjà, mon chakra commençant déjà à me faire défaut. Ce n’était pas tant la technique qui m’épuisait, mais c’était ce Sharingan qui semblait si… Différent… Se pouvait-il que ?

C’était sans doute idiot de ne pas y avoir pensé plus tôt, mais je n’allais pas me faire un film monocentré sur le traumatisme que je venais de vivre, mais pourtant, se pouvait-il que tout ça ai fini par marquer mon sang au fer-blanc ? Je voyais clairement les intentions de cette femme tout comme j’avais commencé à lire celle de la jeune Tadake. Je voyais dans le jeu de tout le monde, je voyais… Ça ne pouvait pas être une coïncidence, car elle serait beaucoup trop belle.

Alors il devint évident que je devais rester. Je voulais retrouver une place non loin de Kyoshiro pour ne pas risquer de le perdre, mais j’avais à présent un autre besoin, celui de savoir si ma vue, tout ce qui faisait de mon Sharingan une arme plus perfectionnée, était une nouvelle réalité ou non. Avais-je fini par faire de ma carcasse sans intérêt quelque chose d’enfin digne d’être aimé, ou était-ce simplement mon esprit meurtri qui voyait le monde autrement ? Je n’en savais tellement rien et pourtant, j’étais presque certain d’être en mesure de reproduire ce qu’elle venait de faire, j’étais presque certain de savoir faire à nouveau mouche, comme elle. J’avais vu, j’avais vu très clairement dans son jeu… J’avais vu.

Mais je ne pouvais pas trop me reposer sur mes lauriers, si elle voulait se défouler et s’entraîner, j’étais très nettement en dessous de son niveau. Contrairement à elle sans doute, je n’avais ni dormi, ni mangé et mes forces étaient bel et bien limité. J’avais même toujours les mêmes vêtements sanglant sur moi, mes mains demeurant marqué par le sang séché de ma victime et sans doute de l’homme que nous avions sauvé. Je n’étais pas en état de la suivre ou de mener la moindre expérience, pourtant… L’optique d’avoir éveillé une puissance dormante était intrigante, comme une douce sensation qui me fit rester sans doute un peu trop de temps à la même place pour espérer ne pas être trouvé à présent qu’elle était libéré de mon Genjutsu. Mais j’avais besoin de comprendre tout ce qu’il se passait.



☽ • ☾
ft. Sayuri






Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Cet enfant … comment un enfant avec un si mauvais caractère pouvait être dans le cercle de ses proches ? Tu ne pouvais simplement pas comprendre, comment un homme comme … Oui. Tu le comprenais, c’était probablement pour la même raison qui t’attirait irréfutablement vers lui. Il avait un magnétisme que tu ne pouvais nier. Il savait comment prendre n’importe qui par les émotions et craquer la coquille qui l’entourait. Et c’était pour cette raison même que tu avais opté pour apporter cet enfant ici. C’était pour cette même raison que tu voulais le sortir de sa léthargie. Devoir son jeune élève ainsi briser ne lui ferait-il pas plus de mal ?

Cherchais-tu simplement une raison pour passer tes nerfs à vif sur un pauvre enfant qui n’avait littéralement rien demandé ? étais-tu si puérile ? Probablement, mais cela ne changeait pas le fait que de s’activer allait le sortir de sa léthargie et lui permettrait de se calmer de reprendre un peu le dessus sur ses démons. Et toi ça t’arrangeait. Ça t’occupait quelques instants.

Timbrée ? autant que pouvait l’être une kunoichi de ton genre. Arrogante ? oui, sans hésitation. Et tu allais lui montrer exactement pourquoi. Il n’était peut-être pas de ton clan ou à tes ordres ( en général, de toute façon, cela revenait même ), mais tu étais décidée de faire quelque chose à son sujet. De chance ou un manque total de celle-ci, tu ne pourrais le dire, après tout, tu étais encore plus brisée que lui et non pas par quelque vision d’horreur que ce soit. Tu avais appris à vivre avec elles …

Alors que tu crus réussir à emprisonner le petit Uchiha dans ta toile de fer, tu fus surprise de le voir se désintégrer en pétales de fleurs. Merde. Lui aussi connaissait cette technique ? tu avais déjà vu Ao s’en servir et tu l’avais même vécue une ou deux fois par le passé, mais tu devais bien admettre que si ce petit garçon la connaissait, c’est qu’il devait bien y avoir du potentiel quelque part.

Les pétales s’envolèrent et t’entourèrent rapidement, se prenant dans ta gorge. Tu savais ce qui t’attendait, c’était l’avantage d’avoir Ao comme coéquipier : avoir pu goûter une palette impressionnante de genjutsu.

Les pétales foncèrent sur toi, t’aveuglèrent et t’étouffèrent. Tu tombas à genoux cherchant ton souffle. Oh l’enfant de … Tu allais lui faire manger le gazon par la racine. Lorsqu’enfin tu revins dans le monde réel, où tu pouvais respirer sans que des pétales de fleur ne bloquaient plus ta gorge. Tu te relevas. Tu n’allais plus lui faire de quartier.

Tu ne lanças qu’un shuriken, qu’un seul. Mais à peine avait-il quitté ta main qu’il devenait en devenait un millier. Bien sûr, tu n’allais pas le tuer, tu ne le visas donc pas, mais t’en servi plutôt pour faire un barrage derrière lui, juste au cas ou il tenterait encore de partir.

Les milles shurikens vinrent se planter derrière lui. Signal de ton agacement. Tu lui montrais que si voulais réellement faire une bouchée de lui, tu l’aurais fait depuis longtemps. Par contre, tu comptais bien lui rendre la monnaie de sa pièce, lui qui t’avait éraflé la joue.

D’un geste du poignet, du tira sur le fil de fer que tu avais noué à l’un de tes shurikens pour le rappeler vers toi et, au passage venir abîmer sa joue, comme il l’avait fait à la tienne.

« Tu n’es peut-être pas de mon clan. Mais est-ce que je m’en fous ? oui. »






CSS par Gaelle



Récap:
 


"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Le besoin de savoir sembla presque disparaître lorsque je vis une pluie de métal et d’acier me tomber dessus, mais la curiosité l’emporta et je finis par sortir de ma cachette. Elle était furieuse, c’était évident, mais moi j’étais… Surpris… Je voyais clairement chaque mouvement, j’évitais ce qui m’arrivait dessus et lorsque ses Shurikens s’habillèrent de fils de fer j’eus l’impression de pouvoir le reproduire à mon tour. Les Shurikens avaient bien pris une direction, mais ils étaient liés à elle et elle en faisait ce qu’elle voulait. Je pouvais donc en faire de même non ? Oui, je pouvais le faire, il me suffirait d’un peu d’entraînement sans doute, mais j’avais ce qu’il faut sur moi. C’était fascinant, véritablement. Mon Sharingan avait changé, il y avait quelque chose de nouveau, il y avait quelque chose qui n’était pas habituel. Alors jusqu’où cela allait ? Jusqu’où j’allais pouvoir anticiper ?

Elle m’attira alors à elle, me blessant au passage avant de cracher son venin. Elle était en colère, sans doute n’avait-elle pas cru que je puisse faire quoi que ce soit m’opposant à elle et pourtant. Nous étions censés être là pour Kyoshiro, pas pour se prendre la tête, mais elle en avait décidé autrement, tout comme mon sang. Elle voulait se défouler, je voulais tester cette nouvelle limite. « J’y aurais presque cru à cette comédie de femme fragile capable d’aimer… », soufflais-je arrogant en faisant référence à la différence de comportement qu’il y avait à présent entre la première fois que je l’avais vu et maintenant. La douleur pouvait expliquer tout ça, là preuve, je n’aurais jamais fait preuve d’arrogance face à une inconnue, encore moins dans un autre clan, dans un village inconnu ou tout pouvait arriver. Oui, moi aussi j’avais changé, mais je ne l’aurais pas attaqué si elle n’avait pas cherché à le faire. Elle avait déclenché la tempête, elle devrait en accuser le coup.

Coupant les fils avec le Kunai que j’avais encore dans la main, je me libérais à nouveau, faisant un pas vers elle, le regard sombre. « Ok, amusons-nous ! » soufflais-je acide avant de faire exactement ce qu’elle avait fait juste avant. Shurikens avec des fils, le lancé, puis la redirection. Bon, j’avais merdé, j’avais certes lancé juste, mais je n’avais pas su faire ce que je voulais. J’allais avoir besoin de plus d’un lancer pour y arriver, d’une véritable manipulation de ces outils pour pouvoir faire quelque chose de viable. Rien n’était jamais donné, mais j’étais étonné de savoir viser aussi juste en si peu de temps. Il y avait définitivement quelque chose avec mon Sharingan, quelque chose qui dépassait mes propres attentes.

Lâchant les fils que j’avais dans la main, je saisissais un nouveau Kunai dans la main avant de foncer sur elle pour l’attaquer de front. Pourquoi ? À quel moment j’avais pensé que c’était une bonne idée ? Aucune idée, mais elle voulait qu’on agisse comme des idiots ? Alors j’allais agir comme un crétin. Frappant, je reculais une nouvelle fois avant d’enchaîner bien plus vite que je n’en avais l’habitude. Mes mouvements étaient fluides, ses mouvements à elle aussi. Il fallait qu’elle riposte, qu’elle me donne de quoi alimenter le moulin de mes interrogations, « T’as ce que tu veux là ?! T’es contente ?! » lui demandais-je brutalement en m’arrêtant pour m’éloigner de quelques mètres le temps de reprendre mon souffle. Je n’étais pas bon au corps-à-corps, je ne l’avais jamais été, mais… J’étais en colère… Contre elle, contre moi, contre cette curiosité qui me faisait perdre l’esprit. Je n’étais pas comme ça, pas comme elle, mais il fallait croire que la souffrance était capable de faire ressortir le pire en moi.

Reculant encore d’un pas, je m’abaissais pour reprendre ce que j’avais laissé tomber un peu plus tôt, près à retenter l’expérience, à essayer cette technique qui m’avait semblé si clair quelques minutes plus tôt. J’allais le faire et elle ne pourra pas dire que je n’aurais rien apprit pour rendre Kyoshiro fier.



☽ • ☾
ft. Sayuri






Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Les yeux de cet enfant te plaisaient. Le changement dans son regard aussi. Il te prenait au sérieux. Enfin. Et encore, il arrivait à faire des commentaires qui venait te secouer profondément. Tu n’avais d’abord, jamais prétendue être fragile. S’il t’avait vu comme tel, Peut-être était-il réellement temps de rectifier la situation et tu allais y prendre plaisir. Capable d’aimer ? Ça non plus tu n’y avais pas prétendu … n’est-ce pas ? Alors comment est-ce que ce gamin avait pu croire que tu étais une femme fragile capable d’aimer ? d’où sortait-il ces âneries ? Tu étais décidée lui montrer qu’il n’avait de toi que de fausses impressions. Sans le blesser. Kyoshiro ne te le pardonnerait sûrement pas.

Mais ce gamin, il t’avait imité. Il avait reproduit ta technique. U avais entendu beaucoup d’histoire par rapport à aux yeux écarlates des Uchiha, mais jamais tu ne leur avais face toi-même. Excitant. C’était excitant de savoir que ce petit pourrait imiter tout ce que tu lui enverrais au visage.

Son shuriken fonça vers toi tu évitas le lancer initial en bondissant, faisant une pirouette vers la gauche, mais tu ne pris pas le risque de te les prendre dans le dos, faisant une substitution immédiatement en te posant sur le sol.

Le jeune Uchiha fonça alors vers toi, Kunai sorti, comme s’il cherchait à te tuer. Sur ton visage, un petit sourire apparu. Tu attrapas son poignet, tentant de le faire tourner pour que son dos soit contre toi et ses bas croisés devant lui. Tu comptais sur ta vitesse naturelle pour déjouer le pouvoir de ses yeux. Tu n’avais nul doute qu’il verrait ce que tu faisais, mais pouvait-il réellement changer son itinéraire à cette vitesse ? Tu n’allais pas sous-estimer le pouvoir de ses yeux, ou de ce garçon, après tout, il était un Uchiha.

À sa question, tu éclatas de rire. Un rire un peu froid, détaché peut-être. Aucunement sincère. Avant relâcher ta poigne sur le bras de l’enfant.

« Oui. C’est ce que je voulais. Recommence. Mais ne me prends pas pour cible cette fois-ci. »

Ta voix était sèche, emplie de colère, de frustration. Mais tu te faisais violence pour ne pas la manifester physiquement. Ce n’était pas l’envie de le cribler d’une centaine d’objets pointus et tranchants qui te manquait. Ce n’était simplement pas avisé. Comment l’expliquerais-tu à Yuriko ou à Kyoshiro ? Et ton clan ? Ce n’était pas le temps de déclarer une guerre, simplement de passer tes nerfs et de distraire cet enfant le temps de faire redescendre un peu la tension. Tellement d’efforts et il ne le voyait pas. Bien sûr tes piques de colère ne devaient pas aider à ce qu’il remarqua que tu avais de bonnes intentions, mais depuis quelque temps, tes émotions étaient tellement toutes chamboulées que tu avais un peu abandonné, depuis leur arrivée, de les garder sous contrôle.

Par contre, s’il osait dire ne serait-ce qu’un commentaire déplaisant de plus, tu allais le laisser là. Seul dans la forêt. Il retrouverait son chemin lui-même. Ce ne serait plus ton problème.

« Je n’aime pas particulièrement les enfants de ton genre … Les enfants tout simplement. Alors, rends ça moins pénible, veux-tu ? Et … je ne suis ni fragile, ni … »

Oh et tu n’allais pas commencer à t’expliquer à ce gamin non ? Il aura compris lui-même. Tu n’étais pas l’une de ses fleurs fragiles du clan, n’est-ce pas ?





CSS par Gaelle



Récap:
 


"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

Elle m’avait immobilisé, tout simplement, coupant court à ma rage en me rappelant rapidement à la réalité. Je n’étais pas fort, j’étais juste… Mon Sharingan était juste une complication de plus sans solution… Se pouvait-il vraiment que ? Je n’eus pas spécialement le temps de réfléchir d’avantage qu’elle se mettait déjà à rire, froidement. C’était terrifiant comme cette femme était à l’opposé de l’image que j’avais tenu d’elle. Comment cela était-il possible dans le fond ? Comment lui pouvait vouloir de quoi que ce soit avec elle ? Je supposais qu’elle devait bien avoir quelques talents dans les plaisirs de la chair, malheureusement je n’en voyais absolument pas l’intérêt pour le moment et bien au-delà de ça, j’étais sans doute mal placé pour parler. Je n’avais pas le droit d’avoir de telles pensées, je devais être plus intelligent que ça. Elle voulait que je recommence, sans la prendre pour cible cette fois-ci. En soit je voulais bien, mais il fallait bien qu’elle ne se défoule pas sur moi.

Reculant donc de quelques pas, je gardais le silence, même quand elle avouait ne pas aimer particulièrement les enfants comme moi. Car j’étais un genre bien définie d’enfant moi ? En revanche la suite de ses mots furent beaucoup plus probant. Ne pas rendre ça plus pénible, mais surtout affirmer qu’elle n’était pas fragile pas plus qu’elle ? Elle ne finit pas sa phrase, mais j’avais compris, je n’étais pas stupide à ce point-là et l’entendre parler ainsi avait quelque chose de personnel. Ça m’avait calmé, très clairement, non pas car j’étais subitement attristé par elle, mais simplement par cette impression, cette incapacité à ressentir ce genre de chose ? Non, il ne fallait pas que je m’occupe de ça, il ne fallait pas que je m’enfonce dans d'autres questionnements. Alors à la place je fis ce qu’elle m’avait demandé en prenant pour cible un arbre non loin de moi. Lancer les Shurikens, puis les orienter grâce aux fils. Comme la première fois, ce fut simple, mais cette fois-ci les choses allèrent dans mon sens. Récupérant ces étoiles d’acier, je réitérais une dernière fois mes actions pour m’assurer que rien de tout ça n’était illusoire, mais lorsqu’il s’agissait d’une évidence pour mon propre cerveau, à quoi cela servait de s’acharner ? À rien si ce n’est à démontrer une fois de plus que j’avais réussi, pour la première fois de ma vie, sans vraiment de grande difficulté.

Moi qui avais tant l’habitude de me perdre dans des lectures interminables et dans des entraînements éreintant, j’avais l’impression d’être une étrangeté à présent. La vie pourrait-elle devenir plus simple grâce à ça ? Je ne saurais dire.

Récupérant alors simplement mes armes, je m’éloignais d’elle pensif. M’avançant alors sur l’eau, je ne m’y enfonçais pas malgré ma fatigue évidente. J’étais épuisé, mais j’avais besoin de cet espace calme, comme lorsque je me retrouvais en pleine méditation, « Capable d’aimer ? » demandais-je alors que je m’arrêtasse pour regarder le paysage autour de moi dans l’espoir d’y trouver une réponse, n’importe laquelle, mais rien. J’étais toujours là, toujours seul, sans aucune maîtrise de ce futur, ni de cet avenir. « Ça nous fait au moins un point commun. » murmurais-je alors, pas vraiment certain de m’être fait entendre, mais cet aveu était douloureux. J’apprenais seulement à accepter des gens dans ma vie, j’étais encore malhabile et j’étais… J’étais inquiet comme lui et c’était suffisamment étrange pour que mon propre esprit ne le rejette pas. C’était trop, trop d’un coup, trop pour moi.

Me retournant finalement vers elle, je laissais l’azure naturel de mes yeux reprendre le dessus faute d’avoir encore assez d’énergie pour garder cette sécurité. Je devrais peut-être envisager de rejoindre le rivage si je ne voulais pas finir tremper, mais avant de faire ça, j’avais besoin de savoir si je ne prendrais pas un risque en revenant vers elle. « J’ai pas… J’ai pas récupéré, je ne vais pas pouvoir faire plus sauf si le plan c’est que je m’écroule de fatigue, alors on peut en rester là ? » ma voix était tendue, comme si je craignais qu’elle ne réponde quelque chose de vraiment douloureux. Mais soyons honnête, je pouvais peut-être encore me traîner pendant quelques minutes, mais passé ce moment, je n’aurais plus d’autre choix que d’abandonner et ce n'était pas qu’une question de combat, c’était bien abandonner tout court. J’étais assez épuisé pour plusieurs années, irritable et de mauvaise foi, si je tenais un tant soit peu à la vie, je devais cesser maintenant et elle devait le comprendre.



☽ • ☾
ft. Sayuri






Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Il resta en silence. Suite à ta déclaration plutôt maladroite, il resta en silence, s’exécuta, l’air fatigué. Le poids du monde était sur ses épaules. Bien sûr tu n’avais jamais été dans sa position, car si ton mentor avait connu se genre de trouble … Tu aurais probablement été celle qui l’aurais achevé. C’était plus simple, plus réaliste et ton maître était vieux, les chances qu’il s’en soient sorites auraient été infimes, et tu ne l’avais jamais aimé de toute façon. Ce qui clairement, n’était pas le cas du petit Uchiha. Et s’il avait agit comme toi tu l’aurais fait, tu ne lui aurais pas pardonné. S’il avait tenté de tuer Kyoshiro, tu l’aurais traqué et tué toi-même.

Non, ce n’était pas le temps d’y penser.

Tu restais silencieuse observant le jeune garçon refaire la technique, mais réussir, cette fois-ci. Bien, il apprenait bien. Tu lanças un regard à la ronde. Seul. Vous étiez toujours seuls, c’était déjà bien. C’était d’ailleurs une des raisons pourquoi tu aimais cet endroit. Personne ne venait t’y déranger.

Ce qui te surpris le plus fut, bien évidemment, qu’il ne reprit pas le chemin de ta maison, à la place, il se mit à avancer sur l’eau, comme si elle était aussi solide que le plancher. Mais que faisait-il ? Voulait-il s’épuiser encore plus ? Pourtant, en s’éloignant, il compléta la phrase que tu avais laisser en suspend quelques instants plus tôt. Tu vis qu’il murmura quelque chose, mais tu ne sus quoi exactement. Son regard se perdait sur la montagne, la forêt, le lac, les reflet de la lune sur l’eau calme ... Oui, l’endroit était de toute beauté, mais ce n’était pas exactement ce qu’il cherchait à voir.

« C’est ça être un shinobi, gamin. »

Tu n’avais rien d’autre à dire, car c’était vrai. Tu étais devenue cette femme, cette faucheuse d’homme simplement pour ton métier, simplement pour ton nom, pour sa gloire. Tu n’avais pas le droit, ni capacité d’aimer. Les sentiments n’étaient que le théâtre d’erreur en mission. Il fallait les éteindre, devenir une arme, totalement, entièrement, sans quoi vous vous se perdiez, la raison s’enfuirait à toutes jambes, alors que la délusion et la folie viendrait vous prendre leurs bras pour ne plus jamais vous laisser aller …

L’enfant te tira encore de tes réflexions. Il était épuisé. Il voulait reprendre plus tard. Peut-être n’étais-tu pas si mauvais professeur finalement ? Il semblait que tu avais atteint ton objectif et dans son esprit, il y avait autre chose que les blessures de son mentor. Tant mieux pour lui, car, toi, tu n’y voyais toujours pas clair. Ton esprit était encore hanté par son visage livide, son corps inanimé, par le sang qui le couvrait, par les blessures … Tu hochas la tête en réponse à sa question.

« Ne t’inquiète pas. Viens. Je préparerai un futon. C’est … »

Tu réfléchis quelques secondes. Les mots que tu allais dire sonnaient étrange dans ta tête et tu avais peur du résultat si tu les disais. Peut-être ferais-tu fuir cet enfant pour toujours ?

« C’est malsain de rester à l’extérieur sans sommeil, sans nourriture. »

Tu avais parlé avec assez de force pour qu’il t’entende, mais tu restas sagement sur la berge, ne te mouillant même pas les orteils. Tu n’avais pas peur de l’eau, tu savais nager, mais tu n’avais pas particulièrement l’envie de le faire à cet instant-là en particulier. Savait-il seulement à quel point toutes ses petites actions pouvaient être irritantes ?




CSS par Gaelle



Récap:
 


"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 351
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 28

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 224
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue1614/500"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (1614/500)
Uchiha Akira
beauty and the coward

☽ • ☾

C’était ça être un ninja à ses yeux ? Je n’irais même pas dire le contraire en soit, c’était simplement cruel. Je ne voulais donc plus m’éterniser davantage ici, j’étais épuisé, aussi bien mentalement que physiquement. Je m’attendais déjà à une levée de bouclier, mais à la place… Elle parla de me préparer un futon, comme si je pouvais dormir, quant à sa dernière réflexion… J’étais lâche, sur des terres inconnues, avec des inconnus, je n’allais très certainement pas réclamer ni nourriture, ni endroit pour dormir. Je n’avais rien à dire, je devais simplement demeurer invisible. Alors après un soupire, je me mis à avancer, lentement, vers la berge. Retrouvant la terre ferme, je sentis mes pieds cesser de trembler et me remercier de ne pas leurs imposer plus de douleur. J’en avais assez fait, j’en avais même trop fait. Je devais me reposer. « Pas la peine de vous embêter, je sais dormir contre un mur.. », déclarais-je simplement, en me disant que de toute façon, pleinement m’abandonner au sommeil me serait impossible dans ces conditions. Somnoler à la rigueur, mais pas plus, pas d’avantage.

Quant à ses derniers mots, allais-je les laisser ainsi, sans conséquence ? Non, très certainement pas, mais je n’aurais de toute façon aucune bonne réponse à fournir pour justifier le fait que je sois resté dehors. Je n’avais pas vraiment repris conscience jusqu’à son arrivée à elle. J’étais resté là, choqué par l’évidente violence m’ayant broyé. Je n’avais su que faire et j’avais tout simplement attendu que le temps passe. Que mon esprit revienne de lui-même, que je n’ai plus à souffrir, juste à oublier… « C’est sans doute moins malsain qu’être assis à son chevet à voir cette réalité se répéter sans discontinuer. » répondis-je alors les poings serrés. Je ne pouvais pas être spectateur de sa souffrance. Je ne pouvais vraiment pas. Je préférais rester là, assis, à attendre que le monde accepte d’avancer sans moi. Je ne pouvais pas, je ne pouvais simplement pas. « Sans offense. » ajoutais-je en sachant, ou du moins en me doutant,qu’elle et la soeur de l’homme devaient s’être perdues à son chevet. Mais elles étaient proches de lui alors ça avait sans doute plus de sens et puis elles devaient être plus courageuse que moi. « Et j’avais pas faim... », ajoutais-je en étant franc pour ça. Je n’avais pas pensé à manger, je n’avais pas la tête à ça. De toute façon à la maison ce n’était pas non plus une grande habitude. Ma mère n’était pas une grande cuisinière et elle me punissait sans doute un peu trop souvent de ne pas être au niveau. Alors ne pas manger quelques jours n’était pas grave. C’était… Acceptable.

Avançant déjà vers le chemin du retour, je réalisais que je n’avais pas la moindre idée d’où aller, alors je me retournais à nouveau vers elle, « Ça serait moins malsains de rester juste à l’intérieur ? », je n’avais pas le coeur à manger, quoi qu’il arrive, mais rentrer… Je suppose que si je restais loin de lui ça pourrait aller non ? J’avais encore besoin de temps, « On peut rentrer du coup ? » demandais-je finalement en attendant qu’elle me guide. J’en avais eu assez pour aujourd’hui, j’avais eu un comportement à l’opposé de ce que j’étais, alors, j’avais vraiment besoin de calme à présent. Au moins elle avait réussi à me faire oublier un peu l’état de mon maître. Je voulais juste que la journée s’arrête à présent… Ce n’était pas forcément mieux.    



☽ • ☾
ft. Sayuri




Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Sayuri
Yamanaka Sayuri
Indépendant
Messages : 429
Date d'inscription : 21/08/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Rang A
Ryos: 459
Expérience:
"beauty and the coward" sayuri Left_bar_bleue2120/2000"beauty and the coward" sayuri Empty_bar_bleue  (2120/2000)
Yamanaka Sayuri



Beauty and the coward

Uchiha Akira et Yamanaka Sayuri

À ton tour de tendre la main 









***


Il n’y avait plus grand-chose à dire de ton côté. Le petit était à bout de force et il fallait qui se repose. Tu voulais au moins qu’il puisse tenir debout lorsque Kyoshiro se réveillerait, car aussi insupportable que pouvait être ce gamin, il était, tout de même, son élève. Un petit soupir franchit tes lèvres, alors que tu te faisais la réflexion que malgré son arrogance, ce gamin n’était pas entièrement une cause perdue. Il semblait suffisamment réfléchi, suffisamment analytique pour te répondre des choses qui activait ta propre réflexion.

Effectivement, pouvais-tu dire que de rester à son chevet à en perdre la raison était sain ? non, non car ce ne l’était pas. Tu étais obnubilée, obsédée par son état. Chaque seconde qui passait, chaque instant qui s’écoulait, bien que tu pusses poser ton regard sur lui, tu n’avais aucune assurance de si, un jour, il se réveillerait. Et cette simple pensée te tordit le cœur dans la poitrine. Il fallait la chasser. Maintenant.

Il passa devant, prenant le chemin du retour, avant de se retourner et de te demander s’il était possible de rentrer. En guise de réponse, tu hochas lentement de la tête avant de passer devant. Ton pas était traînant, ton esprit clairement ailleurs.

Le chemin du retour prenait quelques minutes et, durant tout ce temps, tu restas silencieuse, tentant vainement de chasser de ton esprit les images de son visage et de son corps meurtri par la torture. Dire que toi-même infligeais quelque chose du genre à tes victimes sans jamais te soucier de ceux qui les retrouveraient. Dire que tu étais de ces monstres qui avaient presque réussi à te l’arracher.

Ta main gauche vint trouver ta poitrine et se crispa sur le tissu à cette réalisation. Tu étais un monstre. Tu aurais pu être celle qui lui aurait fait ça si tu ne l’avais pas connu. Non. Non il fallait cesser. Cet entrainement ne t’avait décidément rien apporter de bon, car l’unique chose que tu en tirais était des regrets. Des regrets épais dans lesquels tu te noyais un peu plus chaque seconde qui passait. Et ta tête tournait, ton esprit pris dans un boucle infernal t’envoyant sans des images de ceux que tu avais toi-même torturé, les remplaçants par lui, celui qui tentait de récupérer dans ta chambre …

Heureusement, le trajet ne fût pas si long. Tu pus donc rapidement occuper ton esprit à autre chose, comme préparer le matériel nécessaire pour dormir pour tes deux invités surprises, au moins, ça t’occupait les mains et l’esprit quelques instants.





CSS par Gaelle



"beauty and the coward" sayuri Untitl25
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Clan Yamanaka-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.