:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Domaines des Clans Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La fière et le néophyte. [Pv Lavi]

Invité
Invité
Invité
Si je disais que ninja était un métier, ça ne serait pas vraiment faire justice à ce statut. A cette espèce même, cette évolution volontaire des hommes et des femmes vers une nouvelle existence.
Je suis une ninja quand je me lève le matin, je suis une ninja quand je me fringue, quand je dirige les hommes sur le terrain, administre le clan, fait mine de ne plus être qu'une simple femme fragile devant mon homme.
Être une kunoichi, être un shinobi, c'est une façon de vivre, parce que c'est un rôle qui nous colle à la peau et qui s'incruste en nous comme un tatouage, on a beau essayer de s'en débarrasser, de tout enfouir profondément, un jour tout revient au galop. Que ça soit par une vieille connaissance qui revient ou même juste l'ivresse débordante du pouvoir qui devient une sirène dont il est impossible de résister aux avances. Les ninjas sont des légendes, des monstres et des héros, tout en même temps car il est impossible de faire l'unanimité ; certains me regardent comme si j'étais l'avatar même de la justice sur ces terres, d'autres sauteront de joie en apprenant ma mort.

-Le maître des lieux va vous recevoir. La servante s'incline d'une petite courbette alors que moi et mes hommes attendions dans la cour du domaine.

Des mercenaires en guenilles dans ce qui doit être le domaine le plus classieux d'Uzushio, à l'exception des médecins Omura qui apportent une certaine attention à leur tenue. J'ai été la seule à avoir eu le temps de me changer (et de prendre en bain) pendant que les autres exécutaient toutes les tâches subalternes dont une intendante peut s'affranchir pour le bien de la représentation du clan. Par exemple l'entretien des armes ou l'écriture d'un rapport pour les archives. Il faut garder scrupuleusement en mémoire qui a fait quoi, histoire de pouvoir ressortir les papiers le cas échéant. Ou recouvrir des dettes qu'un débiteur peut scrupuleux aurait pu oublier par "mégarde", aiment-ils dire.
Quoi qu'il en soit, je me lève et fait signe aux quatre autres qui m'accompagnent de rester là.

-Mes respects votre excellence. J'encaisse. Ce fut un honneur. Le. Tout mes respects de la part du clan Kisho. Pactole. Au plaisir de faire affaires avec vous. Puis m'éclipse.

C'est en retournant dans la cour intérieure que je profite d'un petit de pause pour sous peser plus sérieusement mon paiement ; rubis sur l'ongle si je me fie à mon instinct. Une bonne affaire de faite en somme, une fois ce détail confirmer, le silence qui s'offre à moi me permet une petite pause ; j'ai le temps avant de retourner auprès de ma troupe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La fière et le néophyte.


Un moment de détente parfait entre une bonne lecture et un paysage des plus calme pour se soustraire à un quotidien fort ennuyeux. Je ne peux que te féliciter d'avoir trouvé cette branche sur laquelle se poser quelques heures cher éborgné. Quoique… Il est bien vrai que ces démangeaisons se font bien désagréables au bout du compte, qui plus est, elles nous ramènent à une erreur encore récente. A quand ce fier cache-oeil faisant de nous le premier pseudo-pirate d'Uzu ? Ce pansement ne nous donne pas fière allure, il faut bien l'avouer, néanmoins ce n'est que le temps de voir ces cicatrices disparaître pour laisser place à un globe oculaire en bien mauvais état. Je t'ai déjà conseillé maintes et maintes fois une greffe d'un nouvel œil, mais tu sembles vouloir t'obstiner à préserver ce stigmate encore pour bien des années. Je ne peux le nier, au moins pour le temps de se faire pardonner ou d'apprendre de nos erreurs.

Enfin, cesse donc de somnoler et hâte toi à terminer cette lecture pendant que Père s'occupe de régler sa note. Quel hypocrite franchement, rémunérer une femme qu'il ne peut reconnaître à sa juste valeur… Sans doute que sa survie prime sur son sens et ses valeurs moral. Peut-être qu'un jour il apprendra à agir autrement que ces ancêtres le lui ont appris. En attendant, de notre coté nous préférons nous détacher davantage de ces coutumes dont il vante tant les mérites. Nous avons eu peu  d'occasion de lui faire face depuis notre dernière entrevue, ou peut-être préférons-nous nous-même le fuir que de devoir encore partager un repas avec celui-ci.


- C'est qu'il est agaçant. Je préfère attendre notre voyage pour le Pays du Feu. Au moins nous aurons de quoi le surprendre et lui prouver à quel point il a tort de s'enfoncer dans une telle couardise à vouloir gâcher son argent en engageant des mercenaires plutôt que de faire confiance à sa propre progéniture…

Il est bien vrai que ce voyage va te, enfin… nous permettre de faire nos preuves. J'ai moi-même hâte de voir lequel de nous deux devra prendre les devants pour assurer ce voyage. Les interactions sociales ne me plaisent pas vraiment, il ne sera pas difficile de te laisser la place pour visiter le village caché de Konoha.

- Tu dis cela, mais tu raffoles de la bonne cuisine… Je te soupçonne déjà de baver sur bien des mets !

« Que nenni mon cher ami… »

Nous n'avons même pas le temps de terminer notre échange qu'une silhouette vient s'incruster dans le paysage. Est-ce bien elle ? Bonne question… Peut-être faut-il s'approcher pour s'en assurer, mais la demoiselle semble compter son dû. Douter d'un Uesugi ? Avons-nous déjà vu Père ne pas payer ce qu'il devait ? Jamais ! Bien trop soucieux de conserver l'image de notre clan. N'allons pas la déranger pour le moment, la célèbre intendante du clan Kisho semble bien concentrée. Nous allons avoir tout le temps de converser avec celle-ci, le paternel est bien trop centré sur ses affaires aujourd'hui pour se soucier de notre planning quotidien, puis nous sommes encore en convalescence après tout et donc pas encore en état de se faire taper une nouvelle fois sur les doigts.

Suite à une dizaine de minutes, te voila en train de quitter cette branche que tu as su chérir ces dernières heures pour retrouver le sol de notre jardin intérieur. Ne te cachant pas, et lui faisant déjà presque face, tu t'avances avec un léger sourire au visage. L'honneur va t-il être partagé ? Ou serons-nous les seuls honorés de cette journée ? Bien bonne question. En attendant, tu continues de t'approcher et c'est à quelques mètres de Kisho Benkei, livre en poche, que tu constates votre différence de taille et de carrure. Voilà une femme qui doit avoir de la poigne ! T'inclinant respectueusement pour la saluer, te voila qui prends enfin la parole.


- Uesugi Lavi, digne et futur héritier de ce clan. Vous me voyez honoré de pouvoir enfin faire votre rencontre, chère Kisho Benkei. Ne te retiens pas trop longtemps de parler non plus, tu vas encore finir à t'époumoner comme un abruti au bout de cinq minutes. Ne sois pas si crispé, détends toi un peu avant de reprendre la parole. Je dois dire que je ne vous imaginais pas aussi grande, c'est que les standards du coin laissent à penser qu'il est presque inconcevable pour une femme d'atteindre une taille pareille. Néanmoins, ne le prenez pas mal, je le vois aussi bien comme un atout pour vous qu'un compliment sortant de ma bouche. Je vois que Père a honoré sa part du marché et que vous semblez vouloir vous détendre avant de reprendre la route vers votre territoire… Souffle un peu avant de terminer, tu vas réellement finir par manquer d'oxygène avant la fin de tes fidèles salutations. Puis-je me permettre de vous soustraire un peu plus longtemps à vos obligations ? C'est que je suis un lecteur de vos ouvrages, un fan si l'on peut dire les choses ainsi. De ce fait, pour un débutant tel que moi, avoir la chance de pouvoir profiter du savoir et de l'expérience direct d'une Intendante de votre carrure est une chance à ne pas laisser passer. Voudriez-vous bien rester en ma compagnie l'espace d'un moment, s'il vous plaît ?


Feat
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
-Avec plaisir. Je pourrai largement commenter sa tenue ou même ses manières, son vocabulaire qui me fait étrangement penser aux lèches culs des cours des Daimyo, esquisser une grimace devant son cache-oeil, mais je privilégie la flatterie. Il faut dire que ce n'est pas tout les jours qu'on vient me voir pour mes ouvrages. Même si cette tendance semble être propre à Uzushio ces derniers temps, d'abord Katsumi, puis lui. Hm... Je réfléchis à une façon courtoise de m'intéresser à cette proposition.

Pas que je n'en n'ai cure, plutôt qu'à la forteresse Tetsuo et Nakai ont la fâcheuse manie de me taquiner avec ça, aussi, les réponses que je leur fait parvenir ne sont pas tout à fait des réponses appropriées à la demande polie d'un bel inconnu. Puis finalement quelque chose vient alors que mon visage repassait de joie et bonne humeur à "âme morte à l'intérieur, carcasse qui ne s'anime que par pur instinct de survie".

-Un autographe en échange d'une tasse de thé? Ca va paraître vieux jeu, mais c'est toujours une bonne façon d'ouvrir la conversation. J'imagine que vous avez lu mes essais sur le combat en formation et la contre insurrection? Ou alors... Il ne parle pas de mes romans érotiques à l'eau de rose quand même?

La dernière fois qu'on m'a parlé de mes ouvrages cochons, c'était Katsumi dans les bains publics d'Uzushio. Disons que même si ce sont des écrits sous pseudonyme, j'aimerais éviter d'être connus pour les histoires de culs de la comtesse plutôt que pour mes travaux sur la stratégie et la tactique. La doctrine doit se souvenir de moi comme d'une stratège, pas comme d'une nymphomane en vadrouille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Uzushiogakure :: Domaines des Clans-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.