:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira

Invité
Invité


C'était la première fois que Honchū mettait les pieds dans un village ninja.

Tout était différent de son petit bout de village perdu au beau milieu de la forêt. Ici, les habitations étaient bien plus nombreuses et concentrées, les allées - non, les ruelles ! - plus bruyantes et agitées, tandis que le ciel et le soleil semblaient éclairer les lieux d'une chaude lumière salvatrice. Enfin, ça, ce ne fut qu'après une bonne averse estivale, bien sûr. Autant dire que sur le coup, lorsque l'ourson passa les grandes portes massives du village caché des feuilles aux côtés de son oncle adoptif et d'un autre membre de son clan, eh bien, il tira la gueule comme pas possible. Les cheveux plaqués sur son crane et une moue à coucher dehors sur le visage, l'adolescent ne put s'empêcher de traîner les pieds à quelques mètres de distance derrière ses aînés, montrant à tout le monde et à tous ces shinobis du pays du feu que le jeune Nara n'avait aucune envie de se trouver là. Merci, le karma, vraiment. Déjà, ils avaient marché pendant des heures en plein cagnard et en plus il avait plu sur la fin, tout ça pour quoi ? Pour que le jeune garçon puisse voir le monde et accompagner ses aînés, voire même apprendre à leurs côtés ? Des conneries, vraiment. Il aurait mieux fait de rester à la maison et de se reposer au chaud. Quoi que.. avec Kumako et Shika dans les parages, le repos n'était pas aisé non plus. Quelle galère d'être un Nara.

Bon, il fallait avouer que le voyage n'était pas non plus une si mauvaise chose que ça en soi. Ce n'était pas tous les jours que le petit homme aurait l'occasion de mettre les pieds dans un village ninja, surtout pas un aussi vaste que celui-là. Aller, rien que pour la beauté des yeux - qui n'avait rien à envier à sa forêt natale même si l'endroit valait le coup d’œil - ce voyage n'était pas un échec total. Il n'aurait sans doute aucune envie de revenir dans le futur, mais au moins, on ne pourrait pas lui reprocher de ne jamais être venu. Par contre, lui pourrait reprocher qu'on s'était clairement foutu de sa gueule lorsque, après rencontre de shinobis du village, Hide lui intima de rester bien sagement dehors. Ah. Ah ben d'accord, super.

« Attend nous ici, reprit le frère de Kumako. On en a pas pour longtemps.
- Tu veux pas que je vous tienne la porte non plus tant que j'y suis ? »

Vraiment, Honchū en avait ras le bol. En plus de tout ça, on lui avait fait faire la route pour qu'il reste dehors à observer les gentils petits habitants du village vivre leur quotidien trépidant de marchands de fleurs ou de petit vieux qui raconte sa vie à qui veut bien l'entendre. Génial, vraiment, le bonheur total. Youhou. Qu'on le retienne avant qu'il ne se mette à faire une danse de la joie ! Habitué à un tel franc parler de la part de son neveu adoptif, Echizen tenta immédiatement d'apaiser les tensions - mieux valait éviter de créer un incident diplomatique avant l'heure - mais c'était sans compter l'agacement de l'ourson. Y avait pas idée de lui faire faire autant de route pour rien.

« C'est bon, j'me casserai pas, coupa-t-il son oncle, c'est pas comme si j'avais envie de rester ici. »

Les cheveux encore trempés, le petit homme n'attendit pas que ses aînés s'en aillent à l'intérieur d'un des plus grands bâtiments du village pour aller s'adosser à la façade de ce dernier, les bras croisés et un air plus bougon qu'un putois en colère sur le visage. Ah, Kumako allait l'entendre quand ils allaient rentrer au clan ! Encore une de ses idées fumeuse ça. Heureusement, maintenant, il faisait beau et les rayons du soleil allaient pouvoir faire sécher ses vêtements humides. Dommage, juste, en plus de tout le reste, que le village n'avait pas la même odeur que la forêt après la pluie.

Fais chier.

Confucius a dit : « le karma c'est de la merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 208
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 27

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 605
Expérience:
Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Left_bar_bleue571/500Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Empty_bar_bleue  (571/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pétrichor et pis quoi encore

☽ • ☾

La journée n’avait pas été très belle jusqu’à présent, une bonne excuse pour rester chez moi, enfermé dans ma chambre à lire quelques livres. Ca faisait longtemps que je n’avais pas fait ça, juste prit le temps de me replonger dans mes ouvrages préférés, redécouvrir les pages usées que je commençais à connaitre par coeur. J’aimais lire, j’aimais ce calme, cette bulle dans laquelle je pouvais me plonger sans crainte. Un livre ne me blesserait jamais, pas comme mon père, pas comme ces mots… Ce qu’il pouvait dire, ce qu’il pouvait faire continuaient à résonner en boucle dans mon crâne, comme si après ça, j’avais le droit de le laisser m’atteindre. Sans doute était-ce vrai dans le fond, il y était bien arrivé une première fois, mais… Je ne pouvais pas être éternellement brusqué, ou du moins plus depuis que la sagesse et la douceur de Kyoshiro était rentrée dans ma vie. Il avait une approche complètement différente, une approche qui me laissait perplexe encore, mais qui pourtant commençait lentement à me soulager, à m’apaiser de mes peines. Cela faisait longtemps que je n’avais pas commencé à sentir un poids s’enlever de mes épaules et pourtant… Bien que j’en sois soulagé, j’avais parfois honte, je me sentais presque coupable d’agir ainsi, de ressentir autre chose qu’une profonde fidélité à mes proches, à mes parents.

Pourtant dieu que cela faisait du bien de pouvoir respirer un peu, mais comme toutes bonnes choses, il semblaient y avoir une fin. J’étais en train d’entamer un nouveau chapitre quand j’entendis quelqu’un rentrer. Ma mère à entendre le bruit de ses pas. La maison craquait parfois quand on marché sur une planche précise, et j’avais appris à reconnaitre la démarche de chacun, les directions prises pour parfois me permettre de prolonger mes lectures. Fermant d’avance mon livre, je ne pus retenir mon soupir, ni même mon coeur se serrer lorsque j’entendis la voix de ma mère fendre le silence. Elle m’appelait et comme le brave petit soldat que j’étais, j’avançais vers elle, descendant pour la rejoindre dans l’entrée ou elle m’attendait avec quelque chose à la main. Visiblement un message de mon père me demandant de le rejoindre dans le centre du village. Il avait besoin de moi et presque aussitôt les souvenirs douloureux de cet entrainement forcé me revinrent en tête. Je ne pouvais pas fuir, ni prétexter un entrainement avec quiconque… Elle, elle savait que quand je restais ici c’était pour ne rien faire d’autre que lire, alors je n’avais pas le choix…

Enfilant mes chaussures, j’avais commencé à marcher le pas lourd vers la destination indiqué. Quoi qu’il veuille, il n’y aurait rien de plaisant dans ce qu’il pourrait se passer, alors autant prendre son temps pour repousser un peu plus l’instant fatidique ou la colère de mon père m’exploserait au visage. Malheureusement, le village n’était pas assez grand pour me garder loin de lui éternellement et les portes du bâtiment se dessinèrent bientôt sous mes yeux. L’angoisse venait de monter d’un cran à l’idée qu’il me suffirait de pousser une porte pour voir mon géniteur se dessiner dans l’ombre, mais je devais faire face, je n’avais pas vraiment le choix. Cessant de contempler le bâtiment - et obligé d’admettre qu’il ne disparaîtrait pas même en le voulant. - je franchis les derniers mètres me séparant des poignées avant d’en saisir une. Fermé ? Fronçant légèrement les sourcils, j’essayais une nouvelle fois avant qu’elle ne s’ouvre un peu brusquement. Manquant de la prendre en pleine tête, j’avais été obligé de faire un pas en arrière pour découvrir un homme que j’avais déjà entraperçu. Il semblait savoir pourquoi j’étais là, mais après une rapide explication, il m’indiqua que j’allais devoir attendre. C’était bien ma veine, j’allais devoir rester là, à fixer cette porte, la peur au ventre, sans savoir ce que me voulait mon père… Je savais que je n’étais pas à la hauteur de ses espérances… Mais j’essayais sincèrement de m’améliorer, quoi qu’il en pense…

Faire plaisir à tout le monde était impossible et j’allais forcément finir par trahir quelqu’un, que ce soit mon père, l’homme que j’admirais et qui pourtant me faisait peur depuis que j’étais en âge d’être conscient, ou Tadake Kyoshiro un homme que je connaissais à peine et qui pourtant m’avait montré qu’une main tendu n’était pas nécessairement là pour punir… J’étais dans une impasse, dans une tourmante angoissante…

Reculant de quelque pas, j’allais sans doute me lancer dans une marches infinie lorsque je le vis. Il était là depuis le début, enfin il ne venait pas d’arriver du moins, mais la peur de ce qui pourrait m’arriver en ces murs m’avaient tellement angoissé que je n’avais même pas prit conscience de sa présence. Il semblait plus jeune que moi et clairement moins préoccupé par sa présence ici. Il semblait… Pas au dessus de tout, mais… Loin des préoccupations des autres. Et il semblait surtout avoir prit la pluie à en croire l’état de ses vêtements et de ses cheveux. Alors si mon idée principale était de continuer à m’en foutre de lui, je pris plutôt le pli de… Je sais pas, me changer les idées en faisant d’un chien mouillé un être humain ? En plus je ne le connaissais pas, enfin je ne connaissais pas tout le monde, clairement, mais une tête aussi blasé je l’aurais retenu, pour sûr. « Si tu veux il y a de quoi te sécher pas loin à l’académie… » finis-je par souffler mal à l’aise alors que je faisais un pas vers lui. Ne pas penser à mon père et à tout ce que je pourrais faire pour échouer un peu plus était à présent une priorité au vu des jambes que je devinais déjà cotonneuse. « Ils ont des serviettes et des vêtements perdu… Comme si on pouvait réellement oublier son t-shirt quelque part. » soufflais-je légèrement arrogant quoi qu’intérieurement reconnaissant que ce gamin soit là. Au moins il offrait une porte de secours à mon cerveau affolé.


☽ • ☾
ft. Honchū


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Perdu dans ses pensées, le jeune garçon n'avait même pas remarqué cette drôle de silhouette d'une tête de plus que lui qui avait fini par s'approcher de lui. Il fallait dire qu'il y avait tant à voir dans ce magnifique village ninja : des falaises trop hautes, des toits mouillés, des routes salissantes, des gamins qui criaient trop fort, des passants qui s'engueulaient pour une caisse posée au mauvais endroit... non, vraiment, cet endroit avait tout pour plaire. Le bonheur total. Et voilà qu'en plus de ça, en plus de devoir attendre à rien faire devant un bâtiment qui sentait le pipi de chat - bon d'accord ça c'était Honchū qui exagérait un peu - un gêneur venait lui tenir la conversation comme s'ils étaient amis depuis toujours. Dépité, le jeune Nara tourna la tête en direction de l'adolescent qui lui faisait face. Avec ses cheveux et ses yeux clairs et son visage enfantin, le shinobi en herbe avait plus l'air d'un enfant que lui.. enfin, ça, c'était l'avis de l'ourson mal léché. Tout ce que le petit homme pensait à cet instant là - donc, dans un moment de bougon exceptionnel - ne reflétait sans doute pas ses réelles à priori au sujet de cet inconnu. Quoi que ?

« Si tu veux il y a de quoi te sécher pas loin à l’académie…
- J'ai l'air d'en avoir quelque chose à faire ? »

Bon d'accord, c'était pas très sympa. Ces quelques mots, le cerf en herbe les avait soufflé sur un ton plus acerbe et hautain que jamais. Il n'y avait pas idée de venir l'emmerder alors qu'il était trempé au beau milieu d'un endroit qu'il ne connaissait pas. Vraiment, Kumako, on repassera pour les idées fumeuses. Pourquoi est-ce qu'on venait lui parler d'abord ? Il faisait si pitié que ça avec ses vêtements trempés ? Il fallait croire.

« Ils ont des serviettes et des vêtements perdu… Reprit l'adolescent avant d'afficher une mine hautaine comme si cette information était capitale. Comme si on pouvait réellement oublier son t-shirt quelque part. »

Ah, parce qu'en plus il insistait ? Qu'est que Honchū en avait à battre qu'il y a des serviettes et des objets perdus. C'était un truc de citadins que de perdre ses vêtements ou quoi ? Fallait croire qu'ils avaient trop de moyens et trop d'affaires pour les perdre aussi facilement. Vraiment, plus le temps passait, et plus le jeune Nara était dépité de son voyage. Quoi ? il pouvait l'être encore plus ? Il fallait croire que oui.

« J'vais pas piquer un t-shirt, avec ma chance ça va provoquer un incident diplomatique, grommela-t-il une fois de plus. Donc tu peux garder ta gentillesse le shinobi. »

Par contre, parler sur ce ton à l'un de ses aînés c'était tout à fait valide, pas vrai ? Honchū ne savait même pas qui était la personne qui lui faisait face, de quel clan il venait. Enfin. Il pouvait être le fils de l'Hokage que cela n'aurait rien changé dans sa façon de faire. Il n'aurait pas baissé le regard ni même revu ses paroles. Ah, et dire qu'il osait parler d'incident politique à éviter avec le village ! Peu importe. L'inconnu allait sans doute passer son chemin. Enfin, ça, ce fut sans la présence d'un courant d'air un peu trop froid au goût de l'ourson.

.....

« T'as dis qu'il y avait des serviettes aussi ? »

Mieux valait éviter de se choper la crève en plus de cette journée de merde.

Confucius a dit : « le karma c'est de la merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 208
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 27

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 605
Expérience:
Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Left_bar_bleue571/500Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Empty_bar_bleue  (571/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pétrichor et pis quoi encore

☽ • ☾

J’avais sincèrement pris sur moi pour ne rien répondre et aller au bout de mes pensées. Après tout je savais combien cela pouvait-être gênant quand quelqu’un venait nous déranger pour rien et je savais aussi combien les choses pouvaient nous coûter, alors je ne dis rien, continuant à lui faire cette proposition qui n’avait rien d’altruiste, mais qui s’appuyait davantage sur ce qu’il pourrait faire pour moi en cet instant. Son existence pouvait me faire oublier celle de mon père, enfin pas complètement, mais assez pour que cela ne soit plus aussi douloureux. Sauf que dans tout l’univers, il fallait que je fasse preuve de bonne volonté et d’humanité avec le seul gosse qui avait un caractère plus compliqué que moi. Dans un sens qu’il me saute au visage en souriant comme si c’était le plus beau jour de sa vie me semblait impossible, mais je ne sais pas, un petit effort ne l’aurait pas tué non ? La preuve j’étais encore en vie à cet instant. Le seul point intéressant dans tout ça fut qu’il parlait d’accident politique et donc me confirma contre son gré ce que je pensais déjà, à savoir qu’il n’était pas d’ici. S'il croyait vraiment qu’avec un comportement aussi craignos il ne risquait rien… Il se foutait le doigt dans l’oeil. Soupirant donc, je reculais d’un pas, préférant ne rien dire pour ne pas moi aussi provoquer quoi que ce soit, du moins c’était sans compter le garçon qui finit quand même par reprendre la raison en réclamant plus de précision sur ce que je venais de dire. C’était possible de changer aussi vite d’avis ? Bon, je ne dirais rien, j’avais cette même tendance à porter un masque, à repousser tout le monde avant de réaliser que je ne pouvais rien faire seul. C’était juste étrange de voir quelqu’un d’autre le faire avec autant de… Naturel ? Détachement ? Je n’étais pas certains que ce soit réellement un masque en fait, quoi que je n’en savais rien, je ne le connaissais pas, la seule chose que je pouvais dire de lui c’était que malgré toute ma bonne volonté, il retenait mon attention. Comme quoi être une porte de sortie à l’emprise de mon père rendait toujours les gens plus… Mémorable.

« T’as pas peur de créer un accident politique en mouillant une serviette de Konoha ? » demandais-je un peu plus acerbe, comme clairement blessé dans mon ego face à ce rejet. Je ne faisais pas vraiment d’effort avec les autres, mais j’étais du genre à penser que quand ça arrivait, les personnes devaient je ne sais pas… Répondre autres choses que par la violence habituelle que je leur réservais. Ce qui n’avait aucun sens, je n’étais rien ni personne, je ne valais rien autant comme homme que ninja alors il ne pouvait rien avoir dans mon sens. C’était des mathématiques simple, une action positive ne pouvait pas mettre en branle des années de négativité. À moins que cela soit une histoire de Karma, dans le fond je n’en savais trop rien et ça n’allait plus changer grand chose.

« Je suis presque sûr que laisser mourir l’enfant d’un représentant de je ne sais quoi représente un plus grand accident politique que l’emprunt d’un t-shirt. » soufflais-je sur un ton moribond. Si mon père savait que j’étais lié de prêt ou de loin avec ce genre de chose, j’étais presque sûr qu’il ne me laisserait jamais m’en sortir. Alors même si le plan c’était d’éviter de penser à ce que lui ferait et pourquoi j’étais là, il m’était impossible de ne pas penser à toutes les possibilités. Comme celle qui voudrait que je souffre un peu plus d’une absence d’effort de ma part. C’était qu’un gosse, le genre super désagréable, mais qu’un gosse, comme moi, on devrait pouvoir faire autre chose que parler de ce qui pourrait arriver et aux guerres qu’on pourrait provoquer à simplement se tendre la main non ? Je veux dire, quel danger on pouvait représenter l’un pour l’autre ? Ok on était des ninjas, ok on savait comment s’en prendre à l’autre, du moins moi, lui je n’avais aucune idée de si il avait suivi une formation ou non, mais dans tous les cas, on connaissait quand même des moyens de se défendre, sinon il ne serait pas resté dehors, seul, sans surveillance. Alors oui on pouvait-être un danger, mais non je n’allais rien faire. C’était qu’un enfant… Je ne devrais même pas me prendre la tête pour ça. « Donc tu te bouges ou tu décides de prier pour prendre suffisamment le soleil pour sécher ? », il y avait d’autre façon de faire, d’autres façon de parler aux gens, mais je faisais l’effort de continuer à lui parler, c’était déjà pas mal et en plus… Bon je n’avais aucune excuse à me comporter comme un con si ce n’est que c’était dans ma nature, mais qui pourrait me juger ? J’étais toujours comme ça. C’était ma façon de survivre et ce gars ne me donnait aucune envie de changer. Il était aussi agréable que mon père… Enfin peut-être pas, car ça c’était super insultant, mais vous voyez l’idée. 


☽ • ☾
ft. Honchū


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Bon Dieu, qu'est-ce que ce gamin agaçait Honchū. Il avait beau sembler aussi frêle qu'un chaton que cela ne l'empêchait pas d'avoir une véritable langue de vipère. Celui-là n'avait pas dû se prendre assez de claques en étant plus jeune. Quoi ? S'il avait conscience qu'il était le premier à avoir manqué de respect à l'albinos ? Pas le moins du monde. C'était lui qui était venu lui casser les pieds en premier, qu'il n'ose même pas râler à ce sujet. Dans un autre contexte, l'ourson se serait sans doute montré encore plus cynique et serait parti après seulement quelques répliques échangées. Le problème, cette fois-ci, c'était qu'il ne pouvait pas partir comme il le voulait. Alors, il se contenta de rouler des yeux et de laisser sa langue claquer d'agacement face à la question - presque rhétorique - de son aîné.

« T'es stupide ou tu le fais exprès ? Lança-t-il sur un ton acerbe. J'parlais de voler un truc. »

Quoi que, avec ce genre d'endroits et de condensé de dirigeants nerveux, on ne savait jamais quand on pouvait déclencher un incident politique. Qui sait, les habitants du village caché des feuilles ne supportaient peut-être pas qu'on utilise leur serviettes pour se sécher. Enfin, tout ça, ce n'était pas vraiment les affaires du jeune Nara. Plus vite tout ceci serait réglé, plus vite il pourrait rentrer chez lui et dormir pour le reste de la semaine au moins tout en maudissant sa mère et ses idées fumeuses. Mais s'il pouvait le faire en évitant de choper un rhume, c'était une bonne chose aussi. De là à dire qu'il risquait de mourir.. c'était tout de même un peu exagéré de la part de l'adolescent à la tignasse blanche. Quoi que.. avec son karma, Honchū serait parfaitement capable de mourir d'un rhume. Ouais, se sécher et se réchauffer était vraiment une bonne idée.

« Donc tu te bouges ou tu décides de prier pour prendre suffisamment le soleil pour sécher ?
- Ouais, si ça peut m'permettre d'être vite tranquille à nouveau ça me va. »

Mains toujours dans les poches, le jeune Nara n'attendit pas un instant de plus pour quitter son mur afin de se mettre à marcher en direction du jeune shinobi. Tant pis pour Echizen et Hide s'il s'éloignait un peu, il n'avait qu'à pas le laisser tout seul et lui faire attendre autant de temps. Ça lui fera les pieds. Qui sait, peut-être qu'au passage Honchū pourrait trouver quelque chose à se mettre dans l'estomac.. quelque chose de plus sympa que des rations pour le voyage, tout du moins.

« On t'a pas appris à respecter les étrangers dans ton petit village ? »

Ces quelques mots, la tête brûlée les avait soufflé comme si c'était lui, l'aîné et le plus grand des yeux. Malgré la dizaine de centimètres qui séparait les deux adolescents, l'ourson le regardait plus haut qu'il ne l'aurait dû. Ah, le sale gosse.

Confucius a dit : « le karma c'est de la merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 208
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 27

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 605
Expérience:
Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Left_bar_bleue571/500Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Empty_bar_bleue  (571/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pétrichor et pis quoi encore

☽ • ☾

Les choses pouvaient sincèrement dégénérer s'il continuait à me parler comme ça et je n’étais pas bien sûr qu’on me pardonne ça si jamais ça venait à arriver. Alors je pris sur moi, préférant le faire bouger pour le conduire là où on pourrait le sécher plutôt que passer mon chemin. Après tout, m’énerver sur son caractère à la con serait déjà plus reposant que d’attendre mon père sans savoir pourquoi j’étais là. Commençant donc à marcher, j’avançais vers l’académie alors que l’autre me rejoignait en se réjouissant d’en finir vite. Il était vraiment… Il me soûlait réellement, mais je devais ignorer et ça irait bien, du moins jusqu’à ce qu’il ne se plaigne du traitement que je venais de lui réserver. Il était sérieux là ? Non parce que celui qui venait de manquer sérieusement de respect à l’autre c’était lui non ? Je venais simplement lui proposer d’éviter la mort et lui ne m’avait tout simplement pas loupé. Ça donnait vraiment envie, encore plus maintenant qu’il me demandait des comptes. La réponse intelligente aurait été de l’ignorer, mais là… Non, ce n’était pas possible.

« Et toi on t’as appris à respecter tes hôtes un jour ? » demandais-je avec une pointe d’acidité dans la voix. Non-car on pouvait m’accuser de tout ce qu’on voulait, mais sincèrement, je n’avais pas ouvert les hostilités. Alors si on allait devoir jouer à ce petit jeu épuisant encore longtemps autant lui faire comprendre qu’il ne pourrait pas faire ce qu’il voulait avec moi. Il n’était pas dans son village, même si je n’en avais strictement rien à faire de la politique et que je n’allais pas déclencher la moindre guerre par plaisir, je n’étais pas non plus obligé de subir son comportement. Il était un petit con bien trop sûr de lui qui avait besoin de redescendre. « Ôtes moi d’un doute, c’est bien toi le crétin qui manque de respect à l’autre quand il était juste question de t’aider… », je n’avais pas besoin de l’entendre en soit, je savais que les choses s’étaient passé ainsi, j’étais là. Il m’agaçait sincèrement, mais c’était un sentiment beaucoup moins frustrant et douloureux que ce que j’avais ressenti avant, alors j’acceptais, du moins je continuais à préférer ça. « Mais au passage t’es quoi toi ? Non parce que visiblement t’attends de moi des petites courbettes, donc éclaires moi, je suis tout ouïe. », à mon avis ce n’était rien de plus qu’un gosse d’un clan tellement secondaire qu’ils devaient vouloir se donner des grands airs pour ne pas céder entièrement et si facilement à Konoha, sauf que si ils étaient là… C’était sans doute que le village compterait un nouveau clan de faible en ces murs.

Bon, j’étais injuste, le clan Uchiha n’avait la supériorité qu’au travers un Dojutsu d’une puissance douloureuse et dont le prix était souvent la vie, ou le bonheur lui-même. J’en faisais les frais après tout, je savais que le prix était bien trop élevé et vivre ainsi m’était beaucoup plus douloureux… Mais je n’étais pas là pour penser à ça, ce que je voulais savoir maintenant c’était pourquoi ce gosse se croyait au-dessus des autres. J’étais assez bien placé pour savoir qu’il était parfois plus simple de porter des masques. Ça évitait beaucoup de chose, comme affronter la réalité, voir le monde en face et peut-être que cet enfant n’en était pas là et qu’il était juste à des années-lumière de ma façon d’être. Je perdais mon temps, mais au moins il était bien plus reposant que tout ce que j’aurais eu à supporter. C’était un lot de consolation presque agréable au final.  


☽ • ☾
ft. Honchū


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Il fallait se l'avouer, Honchū était celui qui avait lancé la première pierre, et le seul à blâmer pour la situation dans laquelle ils se trouvaient tous les deux actuellement. Le cerf avait baissé la tête et montré ses bois en signe d'avertissement sans même se soucier des intentions de l'animal qui lui faisait face et ce, malgré des intentions pacifistes de la part de ce dernier. Il fallait dire que les relations humaines et sociales et lui, ça faisait quatorze. L'adolescent avait déjà du mal à converser avec les siens et sa mère sans provoquer un incident diplomatique au sein de son propre clan - n'hésitant pas à jeter de l'eau en plein visage de son chef faisant la sieste, par exemple - alors faire ami ami avec un jeune de son âge dans un village inconnu.. cela revenait du miracle. Enfin, il lui avait tout de même adressé la parole, c'était un pas en avant, non ? Oui, bon, d'accord, parlons plutôt de coup de pied qu'un véritable pas mais.. c'était toujours mis qu'un pas en arrière. On va dire, tout du moins.

« Et toi on t’as appris à respecter tes hôtes un jour ?
- J'crois. Ou alors j'écoutais pas à ce moment là. »

Pour un peu, l'ourson aurait presque fait mine de réfléchir à la chose en levant les yeux au ciel avant de lancer un regard de côté en direction de son aîné. Un autre que lui aurait sans doute esquissé un sourire pour ponctuer ses paroles acerbes, mais pas lui. Ses paupières étaient toujours aussi lourdes et son air toujours aussi détaché. Bien sûr qu'on l'avait mis en garde de bien se comporter une fois arrivé à Konoha, chose qu'il avait fait. Enfin, chose qu'il aurait presque réussir à faire correctement si on était pas venu l'emmerder. C'est que l'autre, en plus, il osait le traiter d'imbécile en plus de ça ? Il avait de la chance que le jeune Nara ne daigne pas vouloir répliquer. Non, lui, il se contenta de cligner des yeux tout en fixant son interlocuteur avant de reporter son attention devant lui, comme s'il ne l'avait pas entendu, comme s'il se fichait de ce qu'il venait de lui dire.

Mains toujours dans les poches, les deux comparses aux allures de chien et de chat continuèrent alors leur petite marche dans les ruelles du village, ne restant ensembles sans doute que par fierté de ne pas courber l'échine devant l'autre.

« Prend pas la peine de faire des petites courbettes comme si tu faisais face au fils du seigneur du feu, lança-t-il finalement d'un ton presque dépité. J'suis un Nara. Nara Honchū si tu veux tout savoir. »

Est-ce que c'était une bonne idée que de donner son nom comme ça ? Bah, ce n'était pas comme si Honchū et les membres de son clan étaient venus là sans invitation. Ils avaient actuellement le droit de se trouver dans le village et n'avaient rien de criminels notoires. Et puis, toutes ces histoires passaient bien au dessus de la tête du jeune garçon de toutes manières.

« Et toi t'es quoi Monsieur l'bon samaritain ? »

Quelle drôle de façon de se présenter quand même.

Confucius a dit : « le karma c'est de la merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 208
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 27

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 605
Expérience:
Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Left_bar_bleue571/500Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Empty_bar_bleue  (571/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pétrichor et pis quoi encore

☽ • ☾

Je n’allais très clairement pas gagner la palme de l’hôte de l’année à lui parler ainsi, mais il avait commencé et je m’en défendrais si jamais on me reprochait quoi que ce soit. Et puis même si je m’en plaignais, je préférais largement ce garçon à mon père. Lui au moins, il ne pourrait pas me déconstruire à l’envie. Il ne pourrait que m’exaspérer, m’agacer, mais il resterait un refuge bien rassurant face à mes réalités.

Lui demandant donc qui il était, enfin ce qu’il était, j’écoutais sagement sa réponse. Il n’était pas l’enfant d’un haut dirigeant, il était un Nara et il s’appelait Honchū. J’avouais ne pas vraiment bien connaître ce clan. J’en avais entendu parler, notamment quand mon père invitait des collègues de travail à la maison, mais je n’en savais pas vraiment plus. Juste un clan indépendant aux capacités héréditaires étonnantes. Je m’en voulais un peu de ne pas avoir était davantage attentif, mais j’étais tellement centré sur ce qui ne ferait pas de moi un échec pour les miens que j’en avais visiblement oublié d’écouter ce qui m’éviterait d’être davantage ridicule. Connaitre une existence et en maîtriser tous les aspects étaient deux choses bien différentes. En revanche, s'il n’était pas du pays du feu, il était d’un clan étranger et sans doute qu’un souci avec eux pourrait mettre à mal des accords. Mais comment être plus aimable quand le garçon n’avait de cesse de me chercher ? La preuve étant lorsqu’il retourna la question, me demandant ce que moi j’étais. Contrairement à moi, je doutais qu’il ignore pleinement ce que mon nom évoquerait à ses oreilles. Le clan Uchiha était connu de tous pour une seule et unique raison, le Sharingan, ce Dojutsu puissant qui en laissait plus d’un rêveur et qui faisait de nous - du moins dans la théorie. - des combattants puissants, mais aussi en cible potentielle pour l’obtention de cet œil. « Uchiha Akira. », répondis-je simplement. Autant laisser mon clan faire le reste du travail.

C’était arrogant, très clairement, mais je laissais le silence me reprendre avant d’arriver enfin devant l’Académie. Rentrant dans cette dernière, je n’eus qu’à expliquer à un chuunin la raison de ma présence avant de pouvoir m’enfoncer un peu plus dans le bâtiment jusqu’à trouver mon bonheur. Il y avait en effet des serviettes sèches, mais aussi quelques vêtements abandonner que le Nara pourrait prendre au besoin, « Pourquoi t’es à Konoha ? », demandais-je finalement en me laissant tomber sur un banc non loin de là. Pourquoi un clan d’indépendant était au village ? Étrangement, la présence de mon père au même endroit ne me laissait plus vraiment de doute quant à ce que lui faisait, mais pourquoi eux étaient là ?

Je n’étais pas encore en âge de vraiment me plonger sur la politique des différents pays et du monde. J’étais Genin, on ne m’en demanderait jamais autant, mais je finirais par devoir, quand par miracle je passerais Chuunin par exemple. Je ne pourrais plus me cacher derrière un grade enfantin. J’allais devoir apprendre à comprendre les arcanes de ce monde, comprendre les enjeux. Je n’étais pas non plus stupide, par exemple je savais que si je m’en prenais à lui, il pouvait y avoir un accident diplomatie, raison pour laquelle, si ce jeu un peu stupide avait couru, il n’était jamais allé plus loin qu’un manque de respect. Je n’irais pas le frapper, pas plus que je n’irais vraiment l’insulter, même si le traiter d’imbécile n’était pas vraiment respectueux, c’était bon enfant. J’avais besoin d’en savoir plus, de continuer à m’occuper l’esprit pendant que lui s’éviter une mort par maladie.  


☽ • ☾
ft. Honchū


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Un Uchiha, il était tombé sur un putain de Uchiha.

Un autre que lui - un autre du village - aurait sans doute jugé l'adolescent du regard quant à son apparence atypique pour un clan reconnu pour avoir les yeux et cheveux noirs, mais ce genre de choses passaient bien au dessus de la tête du Nara. Déjà, parce que de par son jeune âge il n'en avait tout simplement aucunement idée, mais aussi parce qu'il n'était pas un sale gosse au point de se moquer du physique d'autrui. Tout du moins.. pas face à un inconnu. Sa mère, Shika ou Hide c'était d'autres histoires. Il n'était pas rare que l'ourson mal léché ne se moque des cernes et de la barbe mal rasé du meilleur ami de son oncle, ou de la tronche de Kumako au réveil. Mais ça, c'était une toute autre histoire. Pour le coup, alors, face à la déclaration du genin, Honchū s'était simplement contenté de cligner des yeux tout en dévisageant son interlocuteur.

« Ah, souffla-t-il sans grande conviction, c'est moi qui aurait dû faire des courbettes, c'est ça ? »

Cynisme et sarcasme quand vous nous tenez ! C'est qu'il ne faisait pas face à n'importe qui, le petit cerf. Akira n'avait même pas eu besoin d'habiller ses paroles que la réputation de son clan fit le travail à sa place. Un Uchiha, un gamin d'un des clans fondateur de ce foutu village de pecnots, vraiment, c'était bien la veine du sale gosse. Est-ce que c'était pour ça qu'il était venu le voir ? Est-ce que c'était pour se pavaner et montrer à quel point son clan inspirait le respect et toutes ces conneries ? Allez savoir. Pour le coup, Honchū ne chercha pas plus le conflit que ça. Il fallait dire qu'il avait d'autres choses à faire, comme regarder autour de lui alors qu'ils entraient dans un bâtiment qui semblait être l'académie. Alors c'était là que les gamins du village apprenaient à devenir de gentils petits shinobis ? La barbe. Rester sur des bancs une bonne partie de la journée, ce n'était vraiment pas la tasse de thé du jeune Nara.

« Pourquoi t’es à Konoha ? Finit par demander le Uchiha. »

Ah, en voilà une bonne question qui fit s’affaisser lourdement les paupières de l'ourson mal léché. Akira voulait des explications, hein ? Eh bien il allait en avoir pour son argent, ça, c'était sûr.

« La vieille peau qui me sert de mère a jugé bon de m'envoyer en mission diplomatique avec mon oncle et son pote, grommela-t-il tout en communiquant tout son sel à son aîné. Parait que ça m'apporterait des trucs pour mon apprentissage de la vie tout ça, bla bla et bla. Tout ça pour qu'on me dise de rester gentiment dehors à compter les nuages comme un gentil petit toutou. Youhou, ils m'ont emmené en balade pour me dégourdir les pattes quoi. A ce stade là ils auraient mieux fait de prendre un clebs à la place. »

Pour le coup, le jeune Nara semblait être un véritable bloc de sel à l'état pur. Et pourtant, ses paroles étaient criantes d'une drôle de vérité : on l'avait forcé à venir, pour rien. Mis à part écouter Echizen et Hide tout le long du voyage et les suivre comme un enfant modèle - enfin, presque modèle vu comme il avait traîné les pieds tout le long du voyage - Honchū n'avait pas fait grand chose de concret. Vraiment, sa mère allait l'entendre quand ils allaient rentrer.

« Fais chier, râla-t-il une fois de plus entre ses dents. »

Dire qu'il n'avait même pas prit la peine de pester sur la présence de l'Uchiha dans toute cette histoire. Bah, cela semblait évident que lui aussi, il lui cassait bien les pieds. Pas vrai ?

Confucius a dit : « le karma c'est de la merde. »
Revenir en haut Aller en bas
Uchiha Akira
Uchiha Akira
Konoha no Genin
Messages : 208
Date d'inscription : 18/03/2019
Age : 27

Fiche du Ninja
Grade & Rang: GENIN - RANG C
Ryos: 605
Expérience:
Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Left_bar_bleue571/500Pétrichor et pis quoi encore •• fr. Uchiha Akira Empty_bar_bleue  (571/500)
Voir le profil de l'utilisateur
Pétrichor et pis quoi encore

☽ • ☾

Heureusement que je lui avais déjà tourné le dos, sinon le léger sourire arrogant qui venait d’étirer mes lèvres à sa réponse se serait vu. Et ça… Non, autant éviter de passer pour l’arrogant que je n’étais que de circonstance. Ne répondant donc rien, je me contentais simplement d’avancer vers l’académie où il pourrait se changer. Mais aussi détaché pouvais-je être, j’étais aussi curieux de savoir ce qu’un clan pouvait faire ici et pourquoi mon père avait eu besoin de me faire venir. Alors il commença ses explications, à commencé par la décision de sa mère. C’était étrange, mais à l’entendre parler ainsi d’elle, j’eus comme une impression de déjà vu. Il taclait volontairement sa mère, il s’appelait Honchū, il y avait quelque chose que mon cerveau voulait me faire voir, mais je n’arrivais pas à rassembler mes idées. Continuant à l’écouter, il apparaissait évident que lui comme moi étions face à la même problématique. Devoir apprendre sans pour autant être réellement impliqué de par nos âges. Au final il n’était pas si différent. Il ne voulait pas être là et sa famille ne semblait pas lui tenir davantage à cœur. Mais sur ce point, j’avais surtout l’impression que ce n’était qu’un caprice d’enfant et non d’une réelle absence de sentiment positif à leurs égards. Mais on ne l’écoutait pas.

« Tu ferais mieux de te changer. », déclarais-je avant de relever les yeux vers lui. Pourquoi savoir qu’il n’était pas là de son plein grès me faisait du bien ? Pourquoi j’étais rassuré à cette annonce ? Sans doute car en plus de m’éviter une confrontation avec mon père, il partageait sans doute la désagréable sensation d’avoir des comptes à rendre. Il était moins étranger que je ne l’avais voulu, alors sans abattre mes défenses, je relâchais sans doute un peu de pression. « Jusqu’à présent je ne comprenais pas pourquoi mon père m’avait fait venir en urgence, mais je pense que de toute évidence, c’était pour jouer aux chiens ensembles. », sans mauvaise interprétation, mais je croyais sincèrement que mon père avait pu vouloir me faire venir ici pour apporter une présence à un enfant qui n’avait pas sa place dans une salle de réunion. , une journée à m’entraîner, à essayer de sortir de cette ombre étouffante. Une journée qui n’aurait sans doute pas fait la différence, mais qui aurait pu me le faire croire. J’avais perdu du temps et mon seul réconfort c’était lui.

C’était étrange de dire ça, étrange de penser comme ça… Pourtant c’était ainsi, ce gosse était plus rassurant que mon avenir…. Il était un peu comme cet… Oh. Honchū ? Ce n’était pas le prénom de cet enfant ? De celui de cette femme qui avait été plus maternelle que ma propre mère ? De celle qui m’avait sortie des ténèbres pour m’offrir la chaleur rassurante de ses bras ? Il y aurait une réelle ironie si l’enfant malpolie et râleur qu’elle avait élevé était le même qui me faisait face. Pourtant c’était possible non ? Je ne dirais pas qu’il lui ressemblait, il semblait plus fatigué, mais il avait les cheveux bruns, les yeux foncés, comme elle…

Je n’aimais pas avoir ce genre d’intuition, mais s'il était vraiment son fils, n’avais-je pas pour devoir d’être un peu plus… Agréable ? C’était stupide, surtout quand on savait combien il m’avait manqué de respect, mais elle m’avait sauvé de l’horreur, n’était-ce pas un gage à rendre ? « Ta mère… Elle ne s’appellerait pas Kumako-san ? » demandais-je alors. Inutile d’en dire trop pour le moment, inutile de lui révéler dans quelle position elle m’avait trouvé. Si ça se trouve il n’était pas cet Honchū, et il y avait juste deux garçons correspondant à ce qu’elle avait pu me dire. Les coïncidences existaient, je n’y croyais pas, mais c’était possible alors, j’avais besoin de savoir et peut-être que là, si c’était le cas, la journée pourrait réellement être moins douloureuse. Peut-être que mon père ne m’avait pas fait venir pour lui, mais il m’offrait une excuse dans tous les cas, alors autant la saisir non ?


☽ • ☾
ft. Honchū


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Feu - Hi no Kuni :: Konohagakure :: Centre - ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.