:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako]

Aller à la page : Précédent  1, 2
PNJ
PNJ
Messages : 705
Date d'inscription : 16/03/2017
Libérer, délivrer.

Alors que Kameyo s'improvisait acrobate pour essayer de se libérer de l'importune présence de l'ivrogne, Senzo ne mit pas longtemps à arriver à la hauteur de la fille aux yeux de braises, non sans avoir écarté avec brio l'impudent qui avait essayé d'attenter à ses économies. L'homme bredouilla quelques excuses maladroites avant que le croupier ne hèle un des vigiles pour le mettre dehors. Une fois sur les planches, le Nishimura se mua en un comédien habile dont la verve confirmait la tentative de mensonge de l'Akuma.

Sans se connaître, ces deux là jouaient leur rôle à merveille et la concomitance de leurs remarques ne pouvait que faire douter le plus têtu des gêneurs. Si bien que le soûlard de service, interloqué par la scène qui se jouait devant lui et pas aidé par l'alcool, finit par admettre qu'il s'était sans doute trompé avant de repartir en titubant vers la table de chô-han.

Motivée par celui qui venait peut-être de sauvegarder sa couverture, le petit bout de femme accepta de l'accompagner jusqu'au bar. La demande du jounin d'Uzushio fut limpide mais un peu trop simultanée avec l'arrivée de Roishi et Kameyo pour ne pas éveiller quelques soupçons chez l'aubergiste. Misame s'attarda longuement sur les deux énergumènes, hésitant quant au choix de sa réponse, pour finalement accepter en voyant les piécettes briller sur le comptoir. Il ramassa l'argent qu'il rangea immédiatement dans sa caisse, puis invita les deux autres d'une main tendue dans la direction à suivre.

-Suivez-moi...surenchérit-il laconiquement.

Enfin, Senzo allait entrer dans cette foutu cave et Kameyo pouvoir mettre la main sur ce directeur d'orphelinat corrompu. Les gardiens s'écartèrent pour laisser passer le duo, puis refermèrent la porte après leur passage.

Cette nouvelle salle était épurée de tout. Des murs blancs, vides de tout artifices, pas de tables, pas de chaises, rien! Juste les six personnes qui avaient eu le privilège de pouvoir entrer ici, en train de se mouvoir aux quatre coins de la pièce dans un état semi-végétatif, leurs corps et leurs esprits stimulés par quelque chose qui échappait aux ninjas, ainsi que deux armoires à glace gonflant des muscles dissuasifs pour qui tenterait quelque chose de mal avisé. Parmi les présents, pas trace de Roishi, mais au fond de la salle, une porte entrouverte, incrustée dans un mur dont elle adoptait les mêmes teintes pour se confondre au reste de la pièce une fois close, confirma que quelqu'un était passé par là il y a peu.

Un homme rachitique, reconnaissable par les larges lunettes rondes qui lui cachaient une partie du visage, se positionna face aux deux nouveaux arrivants en leur octroyant un léger sourire.

-Madame, monsieur, bonjour, je m'appelle Suigetsu Tudo. Soyez les bienvenus dans la salle du ''virtual game''. Je ne vous ai jamais vu auparavant, c'est donc votre première fois ici. Regardez-moi bien dans les yeux, je vais tout vous expliquer. C'est un tout nouveau type de jeu de mon invention. Dans quelques instants vous allez vous retrouver transportés dans un monde dans lequel vous pourrez interagir avec les autres participants, dans le cadre de petits jeux divers qui détermineront l'équipement auquel vous aurez droit pour la joute finale. Le vainqueur de cette joute gagnera le triple de sa mise initiale, tandis que les autres repartiront bredouilles...au moindre problème, nous avons ici nos deux gardes du corps près à vous faire sortir de l'établissement...

Alors qu'il plaça ses mains l'une contre l'autre en terminant son speech, un cri sourd de douleur se fit entendre au loin, provenant assurément de derrière la porte dérobée, bien qu'apparemment assez éloigné de l'endroit où les deux shinobis se trouvaient actuellement. Ce bruit troubla très clairement Suigetsu qui arrêta net son mouvement de mains, avant de se diriger vers la porte pour la refermer, tout en lançant un regard noir aux deux vigiles.

-Hum...pardonnez-moi ce petit intermède...reprenons si vous le voulez bien...poursuivit-il en s'essuyant le front d'un revers de manche avant de manipuler quelques signes de mains...je vais commencer par monsieur, regardez-moi bien dans les yeux...vous avez de la chance, vous êtes les derniers que nous pouvons accueillir ce soir, car cela me demande beaucoup d'efforts et après vous je serais vidé...Gemu no bijon...ne vous inquiétez pas, vous serez totalement libérez de ceci au moindre contact un peu rude....la joute se chargera de régler ceci si vous perdez votre duel...bon jeu...

Le gengutsu était lancé, mais les deux ninjas souhaitaient t-ils se laisser faire ou allaient-ils anticiper, portés par des intentions bien différentes que celle de se laisser entraîner dans un jeu illusoire.

-------------------------------------------------------------

Dans la salle principale, avachi sur le bar, Haribo releva la tête lorsque son camarade l'interpella. Prêt à rejoindre l'ivrogne auprès de Kameyo, il n'en eut pas le temps, judicieusement intercepté par la Nara dont les minauderies retinrent son attention plus que de mesure. Les épaules carrées, la mâchoire proéminente et son regard sombre toisant la kunoïchi de la tête aux pieds, sans manquer de marquer une pause sur le décolleté de la jeune femme, Haribo ne devait pas être loin du double mètre une fois déployé. Ses biceps étiraient largement les manches de son maillot, comme pour dissuader tout agresseur potentiel de se frotter à lui et le reste de sa musculature n'était pas en reste, griffée ici et là de plusieurs cicatrices qui justifiaient un certains goût pour la baston.

Après ses multiples aller retour du regard, il planta celui-ci dans celui de la manipulatrice d'ombre, un sourire torve au coin des lèvres, tandis qu'il finit sa chope de bière d'un trait, sans même se rendre compte que la moitié du breuvage dégoulinait sur son menton et ses vêtements.

-Un habitué oui...un habitué qui connaît beaucoup de choses sur cette putain de ville...un vrai nid de vipères derrière ses allures de sainte-nitouche...il s'essuya les babines d'un revers de manche négligeant, éjectant malhabilement un filet de bière mêlé de bave en direction de Towa...et je peux te dire qu'une femme ne devrait jamais rester seule dans un endroit pareil...je connais un bon moyen pour tuer l'ennui, et d'après les clefs que tu as en main, je suppose que tu possèdes une chambre ici...montons là-haut tous les deux et on pourra...hmmm...disons...discuter plus longuement ah ah ah...

Tout inspirait le dégoût chez cet homme, mais ces paroles supposaient qu'il en connaissait un bout sur Fukaido. Peut être pourrait il en apprendre plus à la kunoïchi sur le sujet qui l'intéressait. Il s'étira en se mettant debout, confirmant sa taille et sa stature, puis posa une main ferme sur l'épaule de la Nara.

-Aller, on y va!!?

La fille aux cheveux blonds accepta finalement et gravit l'escalier menant vers les chambres avec l'homme à sa suite. La numéro sept lui avait été dévolue et tandis qu'elle tournait la clef dans la serrure elle put sentir l'haleine fétide du type venir lui caresser la nuque.

-Heureusement pour la petite qu'elle n'était pas ninja...les ninjas je les broie entre mes mains...je les hais...tous à parader avec leur chakra...moi je suis incapable de le manipuler correctement, c'est ce que m'ont dit les Kisho quand j'ai voulu fricoter avec eux...ces imbéciles m'ont viré, purement et simplement, du coup j'ai trouvé un maître plus compatissant qui m'a enseigné les bases du combat au corps à corps...

Alors que l'autre racontait sa vie en déversant sa haine des shinobis, la porte s'ouvrit sur une turne vétuste mais propre, composée de deux lits jumeaux, deux tables de nuit et une petite salle d'eau dans laquelle apparaissaient une douche et un lavabo, les toilettes étant dans le couloir. Le visage d'Haribo, rougit par la chaleur imposée par le trop plein de spiritueux, transpirait à grosses gouttes lorsqu'il pénétra dans la chambre juste après Towa, en refermant la porte avec vacarme. Son regard se fit malsain, posé sur les courbes de la kunoïchi.

-Hé hé hé...c'est le moment de passer aux choses sérieuses petite.

Lentement il s'approcha puis agrippa la jeune femme par les épaules.

-Aller ma belle, fais pas ta timide, c'est bien toi qui m'as dit que tu t'ennuyais. Donne moi ce que je veux et je te donnerais ce que tu veux...balança t-il à la volée, puant d'arrogance bien qu'il n'ait pas la moindre idée des intentions de la Nara.


Récapitulatif:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Nara Towa
Nara Towa
Indépendant
Messages : 140
Date d'inscription : 14/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C
Ryos: 0
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue727/500[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (727/500)
Libérer, Délivrer


Tandis que j'aborde cet homme, Haribo, je l'examine furtivement. Ce n'est pas le genre d'individu auquel on viendrait chercher des noises, je suppose même qu'il n'hésite pas à se servir de sa stature pour intimider, à défaut d'user de la force. Un nid de vipères ? J'essuie du revers de la main, d'un geste gracieux presque dansant, le filet de bave, continuant à écouter le discours de l'homme. Je me demande ce qu'il sait sur cet endroit, je me demande s'il pourrait m'offrir quelques informations utiles pour ma mission. Je suppose que oui et c'est pour cela que je m'apprête à accepter sa proposition, celle de monter dans ma chambre, malgré son côté répugnant et l'idée qu'il doit avoir derrière la tête... Généralement, quand un homme veut "discuter plus longuement" avec une femme, dans une chambre, après avoir reluqué ses formes, ce n'est pas vraiment pour bavarder.


-Aller, on y va!!?


Je hoche la tête, toujours souriante avant de délaisser le bar pour monter dans ma chambre, suivie de près par l'habitué des lieux. Alors que je déverrouille la porte, l'homme laisse échapper quelques informations intéressante sur sa propre personne. Il est persuadé de pouvoir venir à bout de ninjas malgré leur maîtrise du chakra, il connaît les Kisho et détient quelques compétences au combat au corps à corps. Bukijutsu ou Taijutsu ? Quoiqu'il en soit, s'il peut employer du chakra, sa maîtrise en est primaire et il ne représente pas une grosse menace pour moi. Néanmoins, il vaut mieux que je reste sur mes gardes, au cas où cet individu ne serait pas seul. Mais, chaque chose en son temps...

Haribo a bien trop bu... J'espère qu'il ne s'endormira pas comme un imbécile lorsque je tenterai de lui soutirer des informations bien que cela puisse me permettre de prendre quelques précautions et que l'alcool risque peut-être et malencontreusement pour lui, de le rendre bavard, très bavard.

-Hé hé hé...c'est le moment de passer aux choses sérieuses petite. Aller ma belle, fais pas ta timide, c'est bien toi qui m'as dit que tu t'ennuyais. Donne moi ce que je veux et je te donnerais ce que tu veux...

Je dépose un baiser sur l'une de ses mains avant de laisser l'une des miennes caresser l'un de ses bras tandis que je viens me blottir contre lui. Au contact, je viens l'embrasser dans le cou avant d'essayer de l'attirer dans l'un des lits. Je préfères éviter de mélanger nos salives, si possible, je n'ai pas vraiment envie d'être prise de nausées. J'espère que les clients de la maison close sont moins... repoussants. Si je dois le faire, je le ferai par devoir bien que cela me déplaise. Alors que je m'adonne à quelques caresses, j'essaie de lui retirer son haut.

"Une vieille dame m'a dit de me méfier de deux personnes..." Je fais mine de réfléchir, comme si j'avais oublié leur nom -chose parfaitement impossible-. "Kuina et... Yuzu, je crois... Vous les connaissez ?"

Je m'approche de son oreille que je mordille. Il m'est essentiel de savoir comment il se positionne, s'il est leur allié alors que Harano m'a dit de me méfier d'eux, alors je peux lui soutirer des informations et essayer de m'en débarrasser après. S'il est opposé à eux, je pourrais peut-être obtenir des informations auprès de lui et le manipuler afin de me faciliter le travail.

"J'aimerais éviter de me retrouver dans de sales draps, vous comprenez ? J'ai besoin de savoir à qui je peux faire confiance et de qui je dois me méfier... Sinon, puisque je n'ai personne pour me protéger, je risque de mourir ou pire..."

Je laisse son imagination travailler tandis que je me colle à lui, le couvrant de nouveaux baisers, je tente d'employer chacun de mes gestes pour effectuer quelques vérifications subtiles. J'essaie de voir s'il ne possède pas une arme ou quelque chose d'une quelconque importance pour moi sur lui. Mais, je le fais le plus discrètement possible.

"J'ai entendu parlé de trafic d'esclave..." Je lâche ceci comme un soupire, laissant ma tête retomber sur l'homme tandis que ma main parcours son torse.

Je retarde tant que possible le moment de l'action par dégoût mais également pour être sûre d'obtenir des résultats, je ne veux pas me donner à un monstre si je ne peux rien avoir en retour. Un pacte a toujours au moins un avantage par côté.

ft. Kameyo & Kumako

Revenir en haut Aller en bas
Akuma Kameyo
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 306
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 21

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 160
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue916/1200[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (916/1200)
« Senzo ! Mais quel plaisir de te voir ! Allons boire ! Voyons si tu tiens plus cette fois »

Je sautais au cou de mon compagnon avec un sourire. Je hochais la tête à son murmure. Il confortait mon idée, j’allais pas foutre en l’air mon camouflage. Je le suivis en silence et regardais le manège de ma camarade. Pas mal. Allez… Courage, moi j’aurais pas pu, il aurait fini la gorge ouverte.

« Et on se serait roulé dans son sang ! »

Dit comme ça… Kokkai… C’est une bonne idée ! Même si… Bon, c’était pas trop le propos ! L’autre nous permit de suivre le directeur de l’orphelinat. Enfin, d’aller dans sa direction. J’observais la salle et le hurlement me fit sursauter. Je n’étais pas du tout intéressé par ce que racontait l’homme.

[]« Il n’est qu’un obstacle. »

À nouveau d’accord ma chère Kokkai. Et qu’est-ce qu’on fait a un obstacle… Enfin, un trio d’obstacle ? On l’élimine. Rapidement. J’activais mon chakra et seulement vingt centimètres de mes griffes sortirent, chauffées, et je bondis sur les hommes dans l’intention de rependre leur sang rapidement.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 705
Date d'inscription : 16/03/2017
Libérer, délivrer.

Dans la chambre numéro sept, la température venait encore d'augmenter d'un cran. Les baisers offerts par la kunoïchi, plus par conscience professionnelle que par envie, firent leur petit effet. Sous l'effet conjugué de l'alcool et du désir qu'avait fait naître la Nara chez le tas de muscle, les yeux d'Haribo roulèrent dans leurs orbites de manière totalement désordonnée. S'il semblait être dans les meilleures dispositions de détente pour cracher ce qu'il savait, le doute subsistait quant à sa capacité à rester éveillé et un minimum lucide pour ne pas répondre à côté. C'est pourquoi la jeune femme s'empressa de maintenir au mieux cet instinct si animal qui permet de dépasser nos propres limites. Se blottissant contre lui, elle tenta de lui retirer son haut, ce que le type lui laissa faire à sa guise en même temps que fusa la première question. Un bras venait d'être extirpé de l'une des manches lorsqu'il entendit résonner le nom de Yuzu, ce à quoi il réagit d'un mouvement de recul.

-Yu...Yuzu...

Malgré l'alcool, ce nom le fit clairement réagir et les traits de son visage, bien qu'inconsistants, mirent immédiatement la puce à l'oreille de Towa qui remarqua de la crainte, voire de la peur.

-Hip...tu d'vrais pas prononcer ce nom si fort...ça fait quelques mois qu'il s'est pointé ici la première fois...chuchota t-il...hip...c'est Kuina qui l'a ramené de ses quelques semaines de repos dans les montagnes...on dit qu'elle est tombé follement amoureuse et l'a invité à venir vivre avec elle...ce qu'il a refusé tout en lui promettant de venir la voir une fois par semaine...depuis, elle porte son enfant...du coup lorsqu'il vient, il lui laisse de l'argent...tout en sautant ses filles de joies...

Il reprit sa respiration et sembla vouloir en rester là tandis que la fille aux cheveux blonds le rappela à l'ordre par quelques paroles et quelques mordillements d'oreilles qui décuplèrent son désir. Il enserra les hanches de la femme de ses mains puissantes et s'apprêta à la rapprocher de lui quand il fut rattrapé par un trop plein de confiance et une envie de protéger cette femme apparemment frêle et apeurée, certains de l'impressionner par ses connaissances avisées du quotidien de Fukaido.

-...mais le plus intéressant c'est qu'elle n'est pas la seule à recevoir de l'argent de la part de ce type...il en verse également à l'hôpital de la ville. Pour donner les meilleures chances à son enfant d'être suivi de manière pointue et de naître confortablement, il finance régulièrement l'achat d'équipements médicaux du dernier cri et permet aux plus pauvres de la ville de se soigner gratuitement... du moins ça c'est ce qui se dit, mais y a une autre rumeur qui traîne dans les coins les plus informés et qui dit qu'il aurait déposé à l'hôpital une personne importante pour lui, une vieille femme et qu'il aurait passé ce deal pour qu'elle puisse guérir d'un mal tenace en toute discrétion...

Débarrassé de son haut, Haribo se prélassa de tout son long sur l'un des lits, son état d'ébriété avancée ne lui permettant que difficilement de se situer dans l'espace.

-...si tout le monde se demande comment il peut avoir autant d'argent, tout le monde se tait, et il est pour la plupart considéré comme un bienfaiteur...il a même réussi à embobiner les autorités...cependant pour d'autres c'est un type mystérieux et sombre qui utilise l'influence de Kuina pour se couvrir...

A présent bien trop concentré sur la poitrine de la jeune femme qu'il tentait d'attirer jusqu'à lui avec une idée bien précise derrière la tête, l'homme saoul ne sentit même pas les mains de la belle se promener sur lui de manière curieuse bien que discrète. La Nara, n'eut cependant contact avec aucune lame ou autres armes. C'est donc soulagée qu'elle put poser la question suivante, avant même que son corps n'entre en contact plus rapproché avec lui.

-Un trafic d'esclaves? Co...comment quelqu'un comme toi peut-il avoir entendu parler de ça...il la repoussa maladroitement, une lueur d'inquiétude mêlée de colère dans le regard...qui es-tu réellement espèce de petite garce?

Inexplicablement, le ton de sa voix et son attitude avaient totalement changés. Il se redressa et se mit en position défensive, les yeux injectés de sang sous l'emprise des spiritueux autant que par l'idée de s'être fait floué.

-Il y a des choses qu'il vaut mieux ne pas aborder...quitte cette ville avant que quelqu'un te tue...moi ou un autre...

Titubant, il détourna les talons et prit le chemin de la porte dans l'intention de quitter la pièce. La manipulatrice d'ombres le retint avant de s'excuser.

Haribo se retourna sèchement vers elle. Le regard noir.

-Tu n'écoutes donc pas ce que l'on te dit? Pars d'ici! Tu es bien trop curieuse pour une gamine!

Gonflant ses muscles, il tendit la main vers la Nara dans le but de lui saisir le crâne et de le broyer lentement entre ses doigts.

-Aian Kuro...

Il n'avait plus l'air décidé à écouter quoique ce soit venant de son opposante.

--------------------------------------------------------------------------------

Dans les sous-sols de l'établissement, Kameyo et Senzo se retrouvaient face à leur destin et au choix qui s'offrait désormais à eux. Jouer le jeu et profiter d'un moment de détente inédit ou rester focus sur l'objectif que représentait la capture et l'interrogatoire de Roishi. Si le Nishimura, peut être moins impliqué par la chasse à l'homme que sa coéquipière du moment, se laissa tenter par le virtual game, le raisonnement de l'Akuma fut bien différent et tandis que le premier nommé se laissa aller au gengutsu et débuta sa propre partie, la femme aux yeux jaunes usa de sa vivacité autant que de son instabilité pour surprendre tout son monde en attaquant les maîtres des lieux au risque de se faire démasquer.

D'un coup de griffe en plein dans l'estomac et épuisé par les efforts fournis pour plonger les participants dans ses illusions, Suigetsu s'écroula au premier assaut, face contre terre, à demi-conscient. Les deux armoires à glace eurent à peine le temps de réagir que la petite sauvage était déjà sur eux, balafrant le bras de l'un alors que le second esquivait avec difficulté, plus par réflexe de survie qu'intentionnellement. Pendant que son compère se tordait de douleur en se tenant le bras, l'autre s'essaya à un coup de pied maladroit qui manqua sa cible. N'est pas shinobi qui veut. Kameyo n'eut aucun mal à asséner le coup de grâce aux deux mastodontes, tout surpris de se prendre la branlée du siècle par une lilliputienne qui ne leur laissa aucune chance. Leur sang se répandit rapidement sur le sol, alors que Senzo et les autres personnes présentes continuait à jouer sans se douter du carnage qui venait d'avoir lieu à côté d'eux.

La kunoïchi, qui avait bien repéré l'ouverture de la porte dérobée, se rua à l'intérieur du corridor qui la mena après quelques instants jusqu'à deux hommes en train d'en découdre. Enfin plutôt auprès de deux hommes dont l'un était en train de faire la peau à l'autre, un katana brandit vers le haut, prêt à s'abattre une dernière fois sur sa victime qui n'était autre que Roishi, reclus dans un coin, les bras devant son visage effrayé et implorant d'une voix faible son agresseur de lui laisser la vie, alors qu'il était déjà recouvert d'une multitude de plaies annonciatrices d'une mort prochaine s'il ne recevait pas rapidement des soins adéquates.

-J'ai...puisque je vous dit que je n'ai rien raconté, pitié, ne faites pas ça...

Par l'interstice formé entre ses bras, il aperçut la jeune femme arriver dans le dos de son opposant et s'époumona comme il put.

-C'est...c'est elle là...ponctua t-il d'un doigt dans la direction de l'Akuma.

Oubliant sa victime, l'autre se retourna pour faire face à la jeune femme.

-Alors comme ça on s'intéresse aux disparitions fillette? Si on causait un peu de la tienne?

L'homme était de taille moyenne et d'allure banale, ni bodybuildé, ni rachitique, et semblait ne faire qu'un avec son Katana qu'il pointa vers la fille aux yeux de braises avec l'intention de s'en servir contre elle. Situé à environs cinq mètre d'elle, il s'écria.

-Issen...

Si la kunoïchi aux yeux jaunes voulait conclure son interrogatoire, elle allait devoir faire vite, mais avant tout rester en vie.


Récapitulatif:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Nara Towa
Nara Towa
Indépendant
Messages : 140
Date d'inscription : 14/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C
Ryos: 0
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue727/500[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (727/500)
Libérer, Délivrer


Yuzu... Ce type n'est décidément pas normal... A la vue de l'expression que m'offre Haribo, je comprends sans peine qu'il vaut mieux éviter d'être l'ennemi de l'amant de Kuina. Mais, je ne comprends pas ce qui rend cet homme aussi effrayant. Je continue à caresser et embrasser l'individu qui se trouve dans ma chambre tandis qu'il m'offre d'autres informations sur celui qui est, à mes yeux, de plus en plus suspect. Leur rencontre dans les montagnes, sont impossibilité de vivre avec Kuina... Une conclusion m'est apparue. Mes soupçons sont devenus une certitude : Yuzu travaille pour Hidoi Daiki, d'une façon ou d'une autre. Cependant, cet homme au-dessus duquel je me tiens sait des choses, plus qu'il n'en dit. Je veut qu'il crache le morceau, qu'il me dise tout ce qu'il sait. Tandis que mes mains se baladent et constatent qu'il ne détient pas d'armes, je me répète encore et encore que ce n'est pas suffisant, que je ne peux pas me permettre d'agir si je n'ai rien de plus, que je ne peux pas mettre ma partenaire en danger bien que je ne doute pas de sa force. Et, trop pressée, je prononce des mots imprudents, une foutue question de trop.

Haribo me repousse, je ne lutte pas et il se lève. Il est énervé. Je ne peux pas lui en vouloir, il s'est fait avoir comme un bleu. Cependant, je ne comprends pas... Qui me tuerait ? Je me lève en arrangeant mes cheveux et mes vêtements, puis je m'excuse en posant une main sur l'une de ses épaules.

Une nouvelle erreur.

Je crois que je comprends le sens de ses mots lorsqu'il m'attaque. Il me saisit la tête et tente de me broyer le crâne. J'écarquille les yeux et reste muette. Ce n'est que la douleur qui me ramène à moi, à mon calme et à la réalité. Je saisis ses poignets de toute ma force, essaie de lui mettre un coup de pied, puis je tente de lui faire une balayette pour l'envoyer au sol. Reculant de deux pas, j'emploie une technique de mon clan, le Kage Nui, dans l'optique de le transpercer. Je ne veux pas le tuer -pour l'instant-, je veux juste lui faire mal, lui retirer le désir de se battre ou me débrouiller pour qu'il ne soit plus en mesure de le faire pour l'interroger à ma guise avant de mettre fin à ses jours. Cet homme me répugne, mais ce n'est pas ça qui pèse dans la balance... Ce qui pèse dans la balance, c'est qu'il y a des choses qu'il sait mais qu'il ne devrait pas savoir. Il aurait dû faire comme s'il n'avait rien entendu...

S'il travaille avec Yuzu et Daiki, il faut que je lui soutire des informations. Mon visage est inexpressif, un véritable masque de glace... Moi aussi, j'ai plusieurs facettes.

Uniquement si le Kage Nui fonctionne :

"Tu n'as décidément pas de chance... D'abord tu t'écrases face à ce Yuzu qui, je suppose, a été engagé par Hidoi Daiki, pour protéger son petit trafic d'esclaves... Puis, tu te fais empaler par une femme avec laquelle tu avais prévu de t'envoyer en l'air."

Mes mots sont crus car je veux le pousser à bout, dans l'espoir qu'il soit plus bavard. S'il garde le silence, je continue.

"J'aimerais que tu partages avec la garce que je suis les informations que tu détiens..."

S'il refuse ou s'apprête à crier, je lui saute à la gorge.

ft. Kameyo & Kumako

Revenir en haut Aller en bas
Akuma Kameyo
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 306
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 21

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 160
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue916/1200[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (916/1200)
Je me fichais de la vie de l’homme en face de moi et Kokkai excitait mon envie de sang… J’allais découper lentement ces esclavagistes. Mon ombre n’avait même pas en réalité besoin de me plonger dans un état de violence. La haine des esclavagistes… C’était assez pour moi pour avoir envie de transformer en bouillie sanglante tous ceux qui les aidaient… Tous. Sans exception. Je restais surprise de réussir à planter l’utilisateur de Genjustu, mais pas le temps de discuter. Je continuais d’user mes griffes au minimum de leur capacité. Je me fichais complètement des coups de pieds, trop faible pour me toucher… Mes griffes déchiquetèrent la chair. Je souris légèrement et m’engouffrais dans le couloir.

Je courus sans user de technique, économisant au maximum mes forces. Je ne savais pas ce qui m’attendait derrière. Il fallait attendre sagement. Les hurlements m’indiquaient où aller. Pas difficile non plus au vu de l’odeur du sang. Tiens… Roishi. Le sauver de son agresseur et il parlerait… si… facilement. Ou alors… il tenterait de résister… Et moi j’allais finir par le découper. Fillette… Ça va ! J’étais toute petite mais bon ! Je restais attentive et sentis le coup venir. Je continuais d’utiliser mon agilité pour esquiver le coup avec souplesse. Couloir… ou non. Ce n’était pas très grave. L’agité m’apporterait ce qu’il fallait pour éviter. Même si je sentis le coup entailler en partie ma chair. Clignant de l’œil j’activais mon œil du traqueur. Je fondis sur l’homme sans attendre. Son sang allait repeindre les murs.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 705
Date d'inscription : 16/03/2017
Libérer, délivrer.

D'une mine interloquée, Haribo constata la poigne de la Nara lorsqu'elle se saisit de ses poignets pour l'obliger à relâcher l'étau imposé par ses mains. Sous le coup de la surprise autant que de la force de la blonde, l'ivrogne vit ses doigts se desserrer. Très légèrement, mais suffisamment pour permettre à la kunoïchi de se dégager et laisser Haribo seul avec son air niais. Elle ne s'arrêta cependant pas là, puisque, après un bel enchaînement, elle balaya les jambes d'un adversaire bien plus puissant qu'il n'était rapide. L'autre chuta lourdement, son coccyx rebondissant sur le parquet, dans un bruit sourd.

-Sale petite morveuse...

Fou de rage de s'être fait surprendre par cette fille qu'il imaginait jusqu'à présent aussi frêle qu'elle était belle, il se redressa en prenant appui sur son autre main mais n'eut pas le temps de se mettre en action, qu'un des ses flancs se fit transpercer par une pique d'ombre qu'il avait vu surgir de nulle part. Il posa un genoux à terre, la douleur venant ajouter un peu de rouge au teint déjà bien aviné du pochtron, un léger filet de sang s'écoulant d'entre ses lèvres.

Lorsqu'il releva son regard vers la kunoichi, cette dernière put apercevoir des yeux injectés de sang se mêler aux quelques veines de colères qui venaient d'apparaître sur son front.

-Espèce de garce...bordel cette fille...t'es une putain de femme ninja c'est ça hein? Tu t'es bien foutu de ma gueule hein...

"Tu n'as décidément pas de chance... D'abord tu t'écrases face à ce Yuzu qui, je suppose, a été engagé par Hidoi Daiki, pour protéger son petit trafic d'esclaves... Puis, tu te fais empaler par une femme avec laquelle tu avais prévu de t'envoyer en l'air."

Sans compter le fait que sa virilité fut fortement bousculée par l'essence même de la fin de cette réplique, Haribo répondit au début de la remarque par un regard noir. S'il n'avait l'air de vouloir céder aucune information supplémentaire et que le nom de Yuzu le faisait toujours autant sourciller, l'évocation de Hidoi Daiki ne semblait pas le troubler ou le faire tiquer.

-Tu oses continuer à me poser des questions? JE VAIS...

A peine commença t-il à hurler que la manipulatrice d'ombre lui sauta dessus pour le faire taire. Il profita de l'aubaine pour reprendre ses esprits et se jeter sur elle l'épaule en avant, espérant profiter de la vitesse imprimée par les deux pour rendre le contact plus violent. S'il la repoussait, il enchaînerait par un coup de poing. A présent, plus rien ne comptait plus pour lui que faire la peau de cette femme qui s'était joué de lui.

------------------------------------------------------------

Deux étages plus bas, Akuma Kameyo s'était embarquée dans une indécise course poursuite dans les dédales de l'endroit, pour finalement retrouver Roishi , à moitié mort, et devoir se coltiner son exécuteur en prime. Probablement vexée que son adversaire ait pu la prendre pour une gamine, le petit bout de femme esquiva une bonne partie de l'attaque, avec l'agilité du chat qui vient de repérer son repas, tout en continuant d'avancer d'une manière qui parut désorganisée au premier coup d’œil, mais qui se révéla d'une grande efficacité puisqu'elle se retrouva rapidement au corps à corps avec l'homme au katana.

Pendant sa progression, et après avoir activé ses pupilles si spéciales, l'Akuma constata que cette partie du corridor n'était éclairée que de six bougies installées sur chaque mur, trois de chaque côté. Elle pu également jauger la profondeur des entailles de Roishi, et si elle pouvait être sûr d'une chose, c'est qu'elle allait devoir faire au plus court si elle souhaitait avoir le temps d'interroger le directeur de l'orphelinat avant qu'il meure.

Dans la continuité de l'action, elle asséna une série de coups que l'épéiste ne parvint pas à prévoir, malgré l'appui de son arme pour tenter de se protéger. Cacun de ses mouvements était analysé par Kameyo, qui observa plusieurs failles dans la défense de l'autre, ainsi que des déplacements qui laissaient supposer que le gars avait quelques soucis avec son genou gauche. Si quelques coups rebondirent contre la lame, la plupart atteignirent le type et l'obligèrent à reculer sur plusieurs mètres, au fur et à mesure que la kunoïchi avançait. Une fois l'assaut terminé, le visage tuméfié, il se fendit malgré tout d'un sourire forcé.

-Humpf...je vois que même les nabots peuvent être des shinobis accomplis...tenta t-il par provocation.

Il avait beau faire le malin, il savait qu'il lui fallait rapidement sortir de cette situation de proximité. Insufflant du chakra dans son sabre, il balaya l'espace dans un mouvement latéral du haut vers le bas pour faire reculer sa cible autant que faire se pouvait, puis recula de quelques pas avant de lancer son katana en direction de la kunoichi en même temps qu'il se munit de deux shurikens qui furent lancés immédiatement après.


Récapitulatif:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Nara Towa
Nara Towa
Indépendant
Messages : 140
Date d'inscription : 14/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C
Ryos: 0
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue727/500[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (727/500)
Libérer, Délivrer


Mon enchaînement semble fonctionner. Je note dans un coin de mon esprit que sa rapidité ne vaut pas grand chose, comparée à sa force. Incapable de ressentir la moindre once de culpabilité, seul un résidu de pitié se fait ressentir dans ma poitrine. Cela me ferait presque mal de voir à quel point l'humanité peut être décevante, il se laisse submerger par ses émotions au point d'en être puéril et se fie aux apparences qui ne peuvent être que trompeuses. Une femme est mignonne donc faible ? Stupide. Un homme est fort donc il faut se soumettre bêtement ? Pathétique. La mort ne serait qu'une bénédiction pour son existence de débauche.

-Tu oses continuer à me poser des questions? JE VAIS...

Refusant de me répondre tout en prenant la parole, il ne répond pas mes attentes et ne semble pas prêt de le faire. Je lui saute donc à la gorge, tout en notant dans un coin de mon esprit, qu'il n'a pas réagi à l'évocation de Hidoi Daiki. Mes déductions seraient-elles fausses quand bien même les éléments à ma disposition me laisseraient penser cela ? Ou est-il trop bas dans la hiérarchie pour savoir quoique ce soit ?

Contrairement à ce que mes calculs m'ont annoncée, l'individu qui me fait face se redresse et me fonce dessus. Celui-ci étant particulièrement énervé et connaissant ma maigre constitution, je fais appel à un Kawarimi pour esquiver, sachant pertinemment qu'il me serait difficile de modifier ma course assez rapidement.

Une goutte de sueur perle sur mon front. Il doit être pas mal endurant pour s'être relevé aussi vite. Son portrait se précise petit à petit dans mon esprit. Je me tiens droite, le front plissé. Il est surement plus endurant, moins intelligent et rapide que moi. Pour les réserves de chakra et la force, je n'ai aucun moyen de vérifier...

C'est un affrontement direct, un duel... Ce n'est pas mon point fort et les échanges se font assez rapides, mais mon cerveau fonctionne à plein régime et j'ai déjà déterminé trois scénario différents avec leurs trois prochains mouvements. Je suis une Nara, la réflexion, c'est mon truc et je ne compte pas laisser cette capacité de côté, au contraire je compte l'exploiter jusqu'à épuisement. Quoiqu'il en soit, j'enchaîne sur une technique de Katon. L'espace est réduit puisque nous nous trouvons dans une chambre, il est donc plus difficile d'esquiver ce genre de jutsu. Mais ce n'est pas tout, cela signifie également que je peux peut-être déclencher un début d'incendie, élément susceptible de virer à mon avantage...

ft. Kameyo & Kumako

Revenir en haut Aller en bas
Akuma Kameyo
Akuma Kameyo
Indépendant
Messages : 306
Date d'inscription : 18/12/2017
Age : 21

Fiche du Ninja
Grade & Rang: B
Ryos: 160
Expérience:
[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Left_bar_bleue916/1200[Mission rang A] Libérer, délivrer [Kameyo & Kumako] - Page 2 Empty_bar_bleue  (916/1200)
J’aurais pu être fatiguée de faire couler le sang, de le voir éclabousser les murs… Mais les samouraïs m’avaient trop bien dressé dans l’arène. Dans mes rêves je pouvais encore la sentir, la voir, y retourner. La grille s’ouvrait lentement, le collier de cuir que j’avais autour du cou était tenu par quatre dresseurs, le sable collé à mes pieds nus, l’odeur de la sueur et du sang, la chaleur écrasante du soleil au-dessus de ma tête, les cris des autres combattants et du public… Et l’oublie dans l’inconscience que m’offrait à l’époque les prises de conscience de Kokkai. Parfois le sang dégoulinant sur mon corps presque nu… Alors, je n’allais pas ralentir le rythme de mes attaques maintenant. Acier contre Acier… Mes griffes avaient frappé contre son sabre, mais j’avais eu le plaisir de sentir mes griffes déchirer également sa chair.

Je retombais sur mes jambes et l’observais sans rien dire. Je vis la contraction de ses muscles, je vis son genou. Je restais de marbre. Je bondis vers lui, glissant sous le coup, je le sentis en partie me toucher, quelques égratignures ou coupures sans importances en je visais sans peur aucune ce genou gauche plus faible. Au dernier moment, je sortis entièrement mes griffes. De vingt centimètres, je passais à quarante sans aucune difficulté. J’étais presque sûre qu’il ne s’y attendait pas du tout. Quarante centimètres d’acier dans le genou… Sachant que de mon autre main je la levais pour frapper là où il était déjà sérieusement blessé.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
PNJ
Messages : 705
Date d'inscription : 16/03/2017
Libérer, délivrer.

Obnubilé par l'envie de décoller la mâchoire de la kunoïchi, Haribo fonça, ne se fiant qu'à son instinct et à ses muscles, ou peut être bien juste à l'instinct de ses muscles, son cerveau n'étant assurément pas celui le plus fonctionnel. C'est ainsi qu'il fut surpris de voir la manipulatrice d'ombres disparaître devant ses yeux et encore plus éberlué de constater l'apparition, en lieu et place de la jeune femme, d'un tabouret en bois, qu'il aurait juré avoir vu sur sa droite quelques instants avant. Perturbé par ce tour de passe-passe que seuls les manipulateurs de chakra étaient capables de réaliser, son épaule percuta violemment le tabouret, avant de venir se fracasser contre le mur situé entre les lits jumeaux.

-RAAAAAAAARRRR

Il hurla un cri de douleur des plus bruyants, se frotta plusieurs fois la clavicule pour tenter d'atténuer le mal, puis se retourna sèchement, son regard vitreux se promenant aléatoirement dans la pièce en quête de la Nara volatile. Il finit par tomber dessus, en lieu et place du tabouret, comme il aurait pu s'en douter s'il avait pu devenir un shinobi accompli, et s'apprêta à enchaîner au corps à corps. Malheureusement, toute son agitation nerveuse avait donné à la fille largement assez de temps pour préparer son attaque suivante. Cette fois, une boule de feu jaillit de la bouche de Towa, le brasier filant à toute allure dans la direction d'Haribo qui eut à peine le temps de croiser les bras devant lui avant de l'encaisser de plein fouet. Sonné, il tituba, tandis que le feu vint lécher le bois des deux plumards en s'éparpillant, pour finalement enflammer la toile qui servait de couvre-lit. L'incendie ne tarda pas à se répandre sur l'ensemble de la couette, pour finalement s'attaquer au hêtre dont étaient fabriquées les lattes composant le sommier.

L'ivrogne reprit ses esprits, motivé par la chaleur anormalement haute régnant soudainement dans la chambre. Ses yeux se rouvrirent sur un lit de fumée prenant de plus en plus d'ampleur, un filet commençant même à s'exfiltrer de la pièce en se glissant sous la porte. Il zieuta les environs. Sur sa gauche, à peu près à la même distance de lui et de la kunoïchi, une fenêtre. La seule de l'endroit. S'il pouvait l'atteindre, il pourrait s'échapper et laisser la blonde cramer ici. Esquivant l'ardeur des flammes du mieux possible, il commença sa progression vers cet échappatoire, mais fut rattrapé par sa rage en regardant la Nara. Fuir devant une de ses saletés de shinobis était une option qu'il n'était pas encore prêt à accepter, si bien qu'alors qu'il avait déjà parcouru la moitié du chemin, il saisit quelques bibelots décoratifs sur une bordure de meuble pour les jeter en direction de son adversaire, avant de se ruer sur elle, les poings en avant. Une glissade pour s'approcher de sa victime le plus rapidement possible, suivie d'un coup de pied ascendant en faisant appel à toute sa force, tout en utilisant le mouvement pour se redresser et se retrouver face à face avec la femme ninja. Sans même savoir si son dernier coup avait fait mouche, il enquilla sur une technique de taijutsu qui avait pour but de ne laisser aucun répit à son opposante.

Alors que personne d'autre que les deux belligérants ne se trouvait à l'étage pour le moment, les joueurs au rez-de-chaussée continuaient de s'abreuver en spiritueux, bien trop occupés à brailler leurs insatisfactions, tant ludiques que qu'économiques, pour se rendre compte de ce qui se tramait. Nulle doute cependant que la fumée ne tarderait pas à se répandre si rien n'était fait pour l'éviter.

-------------------------------------------------------

Dans le corridor souterrain, Kameyo était engagée dans un autre type de combat, loin d'imaginer que sa coéquipière venait de mettre le feu aux poudres un peu plus haut. Évitant habilement le coup de lame en rupture du sabreur, la jeune femme n'en fut pas moins repoussée en arrière, ce qui ne sembla cependant pas la gêner outre mesure puisque qu'elle ne tarda pas à se rapprocher de son adversaire en utilisant sa souplesse féline pour, d'une glissade, esquiver la technique suivante, son katana retombant un peu plus loin derrière la fille, à côté du shuriken destiné à son visage. En revanche, la seconde étoile ninja, celle orientée vers sa jambe droite à la base, ne manqua pas de venir lui chatouiller l'épaule, arrachant quelques morceaux de peau à la kunoïchi sur son passage.

L'Akuma ne perdit pas de temps pour contre-attaquer, après avoir constaté une faiblesse osseuse chez son adversaire. Tandis que son premier coup allait toucher le genou douloureux du type, c'est grâce à un réflexe surhumain qu'il retira la jambe visée au dernier moment, avant de reculer à nouveau de quelques pas. La garce! Avait-elle découvert son point faible? Il ne comptait pas retenter sa chance pour le découvrir, si bien qu'il lança un nouveau shuriken vers son opposante, puis enchaîna plusieurs signes de mains pour tenter de repousser la fille aux yeux jaunes un peu plus loin encore, ainsi que pour accélérer la vitesse du projectile. L'action devait lui permettre de créer une ouverture afin de récupérer son arme.

Une fois la technique accomplie, l'épéiste concentra son attention sur son objectif, prit son élan et glissa sur plusieurs mètres en direction de son arme pour finalement s'en saisir, tout en gardant un œil distrait sur son adversaire. Toujours étendu au sol, Roishi semblait de plus en plus mal en point, ses paupières luttant pour ne pas se clore définitivement.

-Ai...aidez-moi...


Récapitulatif:
 
   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Ouest :: L'enclave-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.