:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠

Invité
Invité



Matricule ninja
NOM :  Nara - 奈良
PRÉNOM : Honchū - 本忠
GROUPE : Indépendant
GRADE : Genin
RANG : D
SEXE :
ÂGE : 12 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE :
Mère biologique : Nara Yui - décédée
Mère adoptive : Nara Kumako
Oncle adoptif : Nara Shinpachi

Personnalité
QUALITÉS
Curieux
Franc
Débrouillard
Indépendant
Intelligent
Calme
Attentif
Patient
Intrépide
DÉFAUTS
Nonchalant
De mauvaise foi
Malchanceux
Maladroit
Râleur
Bordélique
Têtu
Sarcastique
Fainéant
AIME
Sa mère
La découverte
Le calme
Les animaux
La nature
L'oshiruko
N'AIME PAS
Le karma
Les navets
L'autorité
Les réprimandes
Les guerres
Les hyperactifs
AUTRES
Si quelque chose doit mal arriver - alors ça tournera forcément mal pour lui
Roi des situations désastreuses, le karma et la vie ont visiblement une dent contre lui
Est aussi dépité par l'attitude de sa mère qu'il ne l'aime sincèrement pour ce qu'elle est
PHYSIQUE
TAILLE :
1m47
POIDS :
36kg
PEAU :
Légèrement matte
CHEVEUX :
Noirs
Courts
YEUX :
Noirs
Tombants
VISAGE :
Un visage d'enfant aux paupières tombantes et aux cheveux en bataille rarement coiffés, nombreux sont ceux à croire qu'il tire la tête ou qu'il n'a pas assez dormi la nuit précédente, si ce n'est parfois les deux
CORPS :
Dans la moyenne des enfants de son âge, il est musclé juste ce qu'il faut pour savoir se servir de ses poings et de ses jambes pour se défendre
AUTRE :
Son corps ne porte pas de marques très distinctives quand bien même il n'est pas rare de découvrir quelques bleus ou cicatrices par ci par là, mais rien de très inhabituel pour un jeune shinobi au karma incertain
Histoire
Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠 1RswkeT

Naissance et premières années - Comme tout le monde, Honchū n'a aucun souvenir du jour de sa naissance. Tout ce qu'il sait, c'est que lorsqu'il vit le jour, celle qui l'avait porté en son sein pendant près de neuf mois perdit la vie. Yui, un nom, fut la seule chose que le petit homme eut le droit au sujet de sa mère. Pas de visage, pas d'odeur, pas de voix, un nom et rien qu'un nom pour unique souvenir de celle qui lui avait donné la vie - et ce, au sens littéral du terme. Si sa génitrice lui manque ? Il ne saurait le dire. Comment regretter quelque chose qu'il n'a jamais connu ? Et puis, ce n'est pas comme s'il s'était retrouvé tout seul, trouvant en la jeune kunoichi Nara Kumako une mère de substitution dès sa première semaine de vie. Lorsqu'il repense à ses premiers souvenirs, Honchū ne se souvient que du visage de la jeune femme, du regard inquiet qu'elle avait lorsqu'il grimpait aux arbres ou s'approchait des animaux sauvages, ainsi que la façon qu'il avait de s'endormir dans ses bras dès qu'elle lui caressait les cheveux. S'il y a bien une chose pour laquelle il peut s'estimer chanceux - quand bien même ça le crèverait de le dire - c'est bien pour le fait de l'avoir pour mère.

Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠 P602VnJ

Enfance - Outre les cascades dans les arbres, les courses poursuite dans la forêt et ses maladresses dignes d'un chiot à trois pattes, Honchū eut une enfance somme toute paisible pour un futur shinobi. Bien loin des formations à la dure des enfants durant les guerres, le jeune garçon apprit tout ce qu'il sait aujourd'hui aux côtés de sa mère et ce quand bien même il rechignait quotidiennement à la tâche. Ah, à ses yeux, s'entraîner au combat et à différencier les différentes herbes médicinales semblait tout aussi éreintant que ce qu'avaient dû vivre leurs prédécesseurs ! Quelle plaie, se disait-il souvent alors qu'il écoutait d'une oreille distraite ce que sa pipelette de mère avait à lui raconter. Pourtant, quand bien même le petit homme ne mettait aucunement du cœur à l'ouvrage, cela ne l'empêcha pas de retenir bon nombre des apprentissages de sa mère et de ceux de ses aînés du clan. Rien n'y fait, le jeune garçon ne semble pas vouloir faire preuve de bonne volonté, que ce soit pour devenir un shinobi digne de ce nom, ou bien pour trouver une autre voie dans sa vie un peu trop aléatoire à son goût. A quoi bon s'embêter à faire quelque chose de bien ? Tout finira de toutes manières par tourner mal et par foirer. Les gens se blessent, tombent malade, meurent, et ce même parmi les plus forts des clans. Alors, à quoi bon ? On ne lutte pas contre le karma, surtout lorsqu'on est né avec le mauvais œil comme lui. C'est très jeune que le jeune Nara se décida à se laisser porter par la courant de la vie sans chercher à nager à contre sens ou à sortir de l'eau.

Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠 ROruPkt

Maintenant - Même s'il a prit un peu de gallon et des années, Honchū n'en demeure pas moins une tête de nœud qui ne se laisse pas dire grand chose. Partisan du moindre effort, il semble ravi d'évoluer dans un monde sans guerre et n'apprécie pas plus que ça ses entraînements de futur shinobi. Bien loin de vouloir porter avec fierté le nom de son clan et de partager les valeurs de ce dernier, l'adolescent préfère passer le plus clair de son temps à flâner et à éviter de trop faire d'efforts dans les tâches qu'il ne juge pas nécessaires. Alors, dès qu'il en a l'occasion, la petite tête brûlée n'hésite pas à s'aventurer toujours plus loin dans les territoires de son clan, quitte à, un jour, finir par sortir de sa contrée natale afin de voir ce qu'il se passe ailleurs. Qui sait, le karma sera peut-être plus indulgent là-bas, dans un endroit moins remplit de racines qui le font tomber et de branches qui lui grattent le visage.

Au fond, Honchū tient peut-être plus de l'ours solitaire que du cerf vivant dans sa harde.
Test RP

« Tu te fous de ma gueule j'espère ? »

Un silence. Face à la nouvelle, le jeune shinobi semblait avoir perdu toute forme de respect envers ses aînés – ou tout du moins, le peu qu’il avait de base – vociférant avec rage ces sentiments qu’il ne parvenait pas à contrôler correctement. Kumako avait disparu. Ces deux imbéciles de jonins étaient partis avec elle en mission de reconnaissance et avaient été assez stupides pour tomber en plein dans une embuscade, laissant derrière eux la jeune femme tout en trouvant assez intelligent de revenir au clan pour annoncer sa disparation à son fils. Honchū bouillonnait de rage.

« Je suis désolé d'avoir à t'apprendre cette nouvelle.. mais rien n'est enc-
- J’en ai rien à foutre de vos excuses, pesta-t-il après lui avoir coupé la parole, vous vous prétendez shinobis mais vous osez vous pointer comme des fleurs alors que l’une des vôtres a disparu ? Une bonne bande de bras cassés et de branleurs, voilà ce que vous êtes.
- Honchū, ce n'est pas en passant ta colère sur nous que ça va la ramener..
- Ouais, bien sûr, c'est moi le problème dans cette histoire parce que vous êtes des gros cons. Et vous l'avez cherché au moins, ou vous vous êtes cassés la queue entre les pattes pour sauver vos vies ? »

Au clan Nara, on avait beau être habitué à la langue de vipère et au franc parlé de l'adolescent mais ce furent des regards médusés qui encaissèrent ses paroles acerbes ce jour-là. Ah, si Kumako avait été présente, sans doute lui aurait-elle mis une bonne claque à l'arrière de la tête puis l'aurait forcé à manger des navets pendant au moins une semaine tout en suivant les entraînements de Shika, de quoi le calmer une bonne fois pour toutes. Mais non, sa mère n'était pas là - sa mère n'était plus là - et c'était bien ça le problème. Dans un élan de réconfort familial, l'un des membres de l'escouade fit un pas vers lui et posa sa main sur son épaule, ignorant les mots de l'adolescent dans une situation où il n'y avait rien à dire pour apaiser le chagrin ; main que le jeune Nara ne tarda pas à repousser d'une claque dans le bras.

« Me touche pas, vociféra-t-il avec une colère plus qu'inhabituelle chez un être aussi détaché que lui. J'ai pas besoin de votre pitié. Si vous êtes pas capables d'aller la chercher, j'y vais moi. »

Ce fut ainsi sans demander son reste que le jeune garçon décida de tourner le dos à ses aînés, à son clan, afin de partir à la recherche de celle qu'il pensait qu'on avait lâchement abandonné. Si on tenta de l'arrêter ? Oh, il n'était pas rare de voir l'ourson mal léché s'en aller dans les bois pour fuir l'autorité ou pour se passer les nerfs, et puis, ce n'était pas comme s'il savait où se trouvait le village où la jeune kunoichi avait disparu. Pour dire vrai, Honchū n'avait pas le moindre idée d'où se rendre et savait parfaitement qu'il n'aurait aucune chance s'il venait à tomber sur les shinobis qui s'en étaient pris aux siens - qui s'en étaient pris à sa mère - et pourtant, il ne se détourna pas de son chemin incertain, tout comme on ne chercha pas à l'en détourner. Il reviendrait. Il revenait toujours. Où est-ce qu'un gamin comme lui pourrait bien aller de toutes manières ? Pas bien loin.

Sans se retourner, le jeune shinobi quitta alors l’enceinte de son clan, courant droit devant lui, sautant par dessus les racines, encore, encore, encore, sans jamais s’arrêter, les poings serrés, les traits crispés, comme une véritable bombe prête à exploser. Kumako ne pouvait pas avoir disparu. Elle devait être sur leurs traces, elle se devait de l’être. Une vielle peau comme elle ne pouvait pas se faire avoir aussi facilement, s’était-il dit alors. Sans cri, sans une larme, l’adolescent s’était alors lancé sur les traces de ses deux aînés revenus au Clan, remontant leurs pas aussi loin qu’il en fut capable, aussi loin que ses faibles connaissances lui permirent de remonter, continuant quoi qu’il arrive même lorsqu’il fut bien incapable de dire s’il allait dans la bonne direction ou non. Même lorsque le soleil finit par disparaître et par plonger les bois dans les ténèbres, il ne s’arrêta pas. Non, la seule chose qui sembla capable de le faire se stopper fut la fatigue.

Vlan, dans la gueule.

Comme une claque, elle finit par l’assommer au beau milieu de la forêt. Le souffle rauque, le front couvert de sueur et le corps tremblant à cause de l’effort et de la retombée d’adrénaline, le jeune genin se laissa alors tomber à genoux sur le sol. C’était un mauvais rêve, pas vrai ? Kumako n’avait pas vraiment disparu, il ne s’était pas arraché les poumons et mis ses jambes à l’épreuve pour ça, pas vrai ? Elle n’allait pas finir comme Yui, pas vrai ?

« Tu vas rentrer, pas vrai ? Souffla-t-il dans un murmure nerveux. »

Dans un excès de colère nerveux, le jeune garçon ponctua ses paroles par un coup de poing sur le sol. Et un autre, et un autre, comme s’il était responsable de ce qui se passait, comme si le monde lui même était responsable de cette disparition. N’était-ce pas le cas ? On lui avait déjà prit sa mère biologique et on ne lui avait donné aucun père, on lui avait fait vivre de nombreux tourments au cours de sa jeune vie, et maintenant, on lui arrachait la seule famille qui lui restait. Il entendait la voix de sa mère lui souffler qu’un jour, elle risquait de partir et de ne jamais revenir, car elle était la première sur le champ de bataille, celle qu’il fallait viser pour permettre de déstabiliser les troupes. Un bon ramassis de connerie si on écoutait le jeune garçon. Ah, il aurait plus que manqué qu’il ne se fasse attaquer par une bête sauvage et il aurait tout gagné. Mais non, le karma ne marchait pas comme ça. C’était seul au beau milieu de nul part qu’il souffrirait le plus. Et ce fut seul qu’il resta alors que quelques gouttes vinrent s'écraser sur la terre aux côtés de son poing meurtris. Pourtant, il ne pleuvait pas ce soir là.

« Fais chier... »

Plic. Ploc. Et voilà que de nouvelles gouttes s’écrasèrent sur le sol, ruisselant du visage plus crispé que jamais du jeune garçon comme un véritable torrent de larmes et de morve. Charmant, sa mère aurait sûrement dit en le voyant renifler de la sorte. Honchū avait beau recevoir les apprentissages de son clan et d’un shinobi en devenir, il n’en demeurait pas moins un enfant.

« FAIS CHIER ! »

*****

Il avait fallu qu’il se perdre sur le chemin du retour, bien sûr qu’il avait dû se perdre. S’il y avait bien quelqu’un à qui cela devait arriver, c’était bien lui. Après s’être endormi à même le sol de la forêt après avoir cherché sa mère près d’un jour suivant sa fuite, le jeune shinobi avait fini par tourner les talons et par retourner chez lui. Résigné, ravalant sa fierté, le pas lourd et traînant comme jamais. Il l’avait cherché, avait tourné en rond, avait crié son nom, était tombé plus d’une fois, puis avait fini par baisser les bras. Honchū ne pouvait rien faire contre le karma, contre cette vie insipide dans laquelle il était tombée. Alors, la mort dans l’âme, il avait fini par tourner les talons et par rentrer.. ou tout du moins, par tenter de le faire. Foncer tête baissée était une chose, mais revenir sur ses pas en était une autre. Il lui fallut presque le double du temps pour rentrer, pour qu’on vienne le cueillir aux abords des terres du clan.Le jeune garçon ne prit même pas la peine de lever les yeux vers eux. A quoi bon ?

« Dites rien, siffla-t-il d'une voix vide de toute émotion, mettant d'emblée une barrière entre les siens et lui. »

Cette fois-ci, pas de gros mots, pas de gros yeux ni de poings serrés, seul un regard vide accueillit le petit groupe qui vint à sa rencontre. Bah, on allait sans doute lui passer un savon et lui dire de ne plus recommencer, que le clan était là pour lui dans cette épreuve bla bla bla et vas-y que je te passe de la pommade pour tenter de te consoler. Ce discours, Honchū l’avait déjà entendu de loin et n’y avait jamais cru. Ça ne ramenait pas les morts à la vie.

« Je pars quelques jours et c’est avec cette tête là que tu m’accueilles ? Souffla une voix bien trop familière à ses oreilles. C’est bien la peine d’être rentrée tiens ! »

Quoi ? Comme si son cœur venait de louper un battement, l’adolescent s’arrêta net avant de tourner la tête en direction de cette voix qu’il avait cru ne jamais plus entendre. Pourtant, elle était bien là, sa mère, marchant en sa direction comme si de rien n’était, comme si elle n’avait pas disparu, comme si lui n’était pas parti. Est-ce qu’il rêvait ? Est-ce qu’il était encore endormi contre un arbre au beau milieu de la forêt ? Non, la tape qu’il se prit sur le dessus du crâne lui confirma bien qu’il était parmi les vivants, et que c’était bien cette vielle peau de Kumako qui se tenait devant lui.

« Ça c’est pour être parti du village sans rien dire à personne et pour avoir manqué de respect à tes aînés, le gronda-t-elle malgré les circonstances. Et ça… »

Sur le coup, le jeune garçon ne broncha pas, s’attendant presque à une nouvelle claque qui l’aurait sans doute aidé à réagir, à bouger, à dire quelque chose. Mais non, ce fut une étreinte des plus sincères qui le ramena sur terre. Cette odeur, cette chaleur, ça ne pouvait être que sa mère. Elle était là, vraiment là, c’était vraiment elle qui le serrait contre son cœur. Et pour une fois, l’ourson grognon ne chercha pas à se défaire de l’emprise des bras de sa mère.

« Ça c'est parce que tu m'as manqué, ponctua la jeune femme tout en serrant ses bras autour de lui. »

Au revoir, la fierté, le sarcasme, la gueule mal lunée et ce besoin oppressant de garder ses distances. Il n’avait fallut que de quelques jours, de quelques mots, d’une étreinte, pour laisser le jeune shinobi fondre en larmes. Peu importe si les autres le voyaient, peu importe si sa mère sentait son haut s’humidifier à cause de ses larmes, peu importe si on le voyait dans cet état là. Kumako était de retour, Honchū était de retour à la maison. Ce fut alors sans un bruit – ou plutôt, sans la moindre parole au vu des sanglots bruyants qui s’échappaient de sa gorge – que le jeune garçon passa ses bras autour du corps de sa mère, ses doigts tremblant se crispant à ses vêtements comme s’il craignait qu’elle ne disparaisse d’une seconde à l’autre. Elle était là, elle était vraiment là. Peu importe s’il venait à être puni pour son comportement. Elle était là, en vie, et il se devait de profiter de cet instant comme jamais il ne l’avait fait auparavant.

On ne savait jamais de quoi demain pouvait être fait.
Derrière l'écran
PSEUDO : Niut ou Moose
ÂGE : 23 ans
CONNU PAR : L'Ourse m'a traîné ici
AUTRE CHOSE ? Bisous sur vos joues
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Yo !
Fiche terminée, en attente du test Rp. Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠 3555537478

Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1130
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Bonsoir et bienvenue sur Dawn of ninja.

Voici ton test RP:
 

Tu as deux semaines pour le rédiger. Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Désolée pour l'attente, la grippe avait mangé mon cerveau.
Test Rp terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Messages : 1130
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Bonjour.

Tu avais deux semaines pour rédiger ce test donc t'inquiète, pas besoin d'être désolé, tu es largtement dans les temps.




Après l'Ourse vient l'Ourson •• 奈良 本忠 Pq2c


Respect test-rp et originalité

Au top. J'ai vraiment beaucoup aimé ce test. On ressent bien l'état psychologique d'Honchu à de multiples moments, ainsi que son caractère global. Sa colère et sa tristesse sont retranscrites de manière subtile, sans en rajouter trop. Une mention spéciale pour ce passage ''Comme une claque, elle finit par l’assommer au beau milieu de la forêt...Elle n’allait pas finir comme Yui, pas vrai ?'' que j'ai trouvé particulièrement prenant, tout comme l'ensemble de la mise en scène, assez simple en apparence, mais juste.
Petit bémol qui n'en est pas vraiment un au regard de la situation. J'ai cru comprendre que vous vous connaissez assez bien avec Kumako pour que ce ne soit pas un problème (et je reconnais que l'intitulé du test pouvait s'y prêter), mais attention à ne pas faire agir/parler d'autre PJ dans tes futurs RP.
Pour le reste, les consignes sont respectées donc c'est tout bon. A noter tout de même que chez les indépendants, les grades (genin, chunin, jounin) n'esxistent pas.



Orthographe et grammaire

Tu possèdes une très belle plume, fluide et immersive. Rien à dire de ce côté là, si ce n'est bravo. L'orthographe est bon également, très bon même, tout comme la syntaxe. Il y a quelques fautes mais très rares et je pense dues à l'inattention pour la plupart. En voici certaines.

-Au clan Nara, on avait beau être habitué à la langue de vipère et au franc parlé de l'adolescent mais ce furent des regards médusés qui encaissèrent ses paroles acerbes ce jour-là. => ''on avait beau être habitué...mais''. Tel quel ça ne fonctionne pas très bien. ''On était habitué...mais'' ou ''on avait beau être habitué...ce furent des regards'' seraient plus justes.

-Dans un excès de colère nerveux=>Dans cette phrase, soit il manque une virgule  entre ''colère'' et ''nerveux'', soit j'opterais plutôt pour accorder ''nerveux'' avec colère, donc ''colère nerveuse''.

-il aurait plus que manqué qu’il ne se fasse attaquer=>il aurait plus manqué qu’il ne se fasse attaquer (un ''que'' en trop)

-Il avait fallu qu’il se perdre sur le chemin=>Il avait fallu qu’il se perde sur le chemin



Avis général et verdict

Encore une fois, un très bon test RP. C'est donc sans surprise que je te valide en tant qu'indépendant de rang D du clan Nara. Je t'invite à aller recenser ton avatar ainsi qu'à faire ta fiche technique. Et comme nous sommes en plein recensement, autant le faire aussi pour clarifier les effectifs. Amuse-toi bien parmi nous.



Bon jeu!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.