:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miyamoto Nori [Terminé]

Onryou Maho
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 225
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendant - Rang A
Ryos: 807
Expérience:
Miyamoto Nori [Terminé] Left_bar_bleue270/2000Miyamoto Nori [Terminé] Empty_bar_bleue  (270/2000)
Miyamoto Nori [Terminé] Mer 20 Mar - 23:12
Onryou Maho



Matricule ninja
NOM : Miyamoto
PRÉNOM : Nori
GROUPE : Uzu
GRADE : Jounin
RANG : A
SEXE :
ÂGE : 41
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : Miyamoto Inoe - Mère encore en vie.

Personnalité
QUALITÉS
Rigoureux
Persévérant
Courageux
Charitable
Loyal
Franc
Vigilant
Réfléchi
Indépendant
DÉFAUTS
Froid
Sans pitié
Pessimiste
Têtu
Abrupt
Sarcastique
Intransigeant
Revêche
Désinvolte
AIME
Le combat
La calligraphie
L'alcool
La séduction
La poésie
L'inconnu
N'AIME PAS
La médiocrité
La lâcheté
La monotonie
L'attentisme
La cupidité
La réthorique
AUTRES
Homo
Hominis
Lupus
PHYSIQUE
TAILLE :
1m76
POIDS :
74kg
PEAU :
Blanche
CHEVEUX :
Noir
Longs
YEUX :
Jaune
comme ceux d'un oiseau
VISAGE :
Visage fin aux traits acérés et anguleux. Un nez extrêmement fin qui s'associe à des lèvres minces.
CORPS :
Un corps musclé fort bien proportionné. Ses muscles définis lui donnent une silhouette sculpturale. De nombreuses cicatrices parcourent sa peau.
AUTRE :
Il porte presque toujours un Keikogi de bonne facture accompagné parfois d'un Hakama. Si la veste est presque toujours dans les tons bleutés des Miyamoto, le pantalon varie entre le noir et le blanc.
Histoire


► Bien qu'ils ne possédaient pas de chakra, les parents de Nori n'en restaient pas moins des Miyamoto. Excellents forgerons, ils faisaient partie de la moelle épinière du clan. Sa mère en particulier forgeait d'excellents katanas.

► D'autant plus stricte dans un monde chaotique, l'enfance chez les Miyamoto était sous l'égide de la rigueur. Nori apprit très tôt, comme tous les siens, la valeur de l'obéissance et du travail. Surtout qu'avant la création des villages, obéir à un ordre faisait parfois la différence entre la vie et la mort.

► Il fallut attendre l'âge de sept ans pour que l'enfant se démarqua un peu des autres, montrant une aptitude au chakra, chose encore assez rare parmi les siens. La fierté de ses parents et l'excitation de ce monde nouveau le motivait à donner le meilleur de soi-même. De nature timide, il sortit un peu de sa coquille, forgeant ses premières amitiés durant sa formation.

► Avant la création d'Uzu, les étudiants n'avaient pas toujours le luxe d'être véritablement prêts avant d'affronter le monde extérieur. Entre attaques de bandits et guerres claniques, Nori dut rapidement s'endurcir. Comme nombre des siens, il avait tué avant ses seize ans. Ceci dit bien qu'il vit des membres de son clan mourir, il ne perdit réellement qu'un camarade.
Voir un enfant de son âge, un partenaire, un ami, périr sous ses yeux fut un petit traumatisme. Cela aurait pu être lui, et en réalité sa naïveté enfantine était bien morte ce jour-là (14 ans). Il comprit que devenir plus fort n'était pas simplement un problème d'honneur, mais bien une question de survie.

► Il passe enfin le fameux examen des Miyamoto. Une année d'épreuves et d'exercices, qui certes l'épuisèrent physiquement et moralement, mais eurent au moins le mérite d'éveiller le curieux don de son clan. Il crut bien devenir fou la première fois qu'il l'entendit, cette voix à la fois douce et glaciale, le murmure d'une femme aussi dangereuse et maternelle que la mort. Miyamoto Sango devint son guide, une des dix Dragons ayant autrefois sauvé le clan, une épéiste dont la détermination sans faille pouvait s'avérer cruelle.
Notre héros reçut donc l'approbation des siens, entrant fièrement dans le premier cercle.

► Enfin considéré comme un adulte par ses pairs, Nori participait pleinement à la vie de son clan. Il se retrouva plus que jamais au contact de la violence, des cadavres, et de la morosité du monde. La dureté du Sekai ne faisait que renforcer sa détermination, tant est qu'il passa sans soucis la porte du deuxième cercle.
Pourtant, chaque année teintait de noir une âme encore jeune, si bien que dans sa vingtaine, il portait déjà les germes de son légendaire pessimisme.

► Alors que le monde se stabilisait, que les clans cessaient de s'étriper, et que les Grands villages émergeaient, les Miyamoto subirent une violente tragédie. En pleine nuit, sans prévenir, une puissante explosion détonna au beau milieu de leurs quartiers. Les assaillants sortirent des ombres en véritables démons nocturnes. Évidement, dans un clan où chaque individu savait manier la lame, l'attentat fut vite contenu. Malheureusement, le mal était fait.
Nori ne fut hélas pas présent la nuit du désastre, mais il eut l'horreur de constater que même dans un monde adouci, le deuil n'était jamais très loin.
Alors qu'il enterrait son père, l'ironie du sort voulut que la mission qui l'avait éloigné des siens fut celle qui lui valut son entrée dans le Troisième cercle. Du haut de ses vingt-huit ans, ayant largement prouver sa valeur, Nori ne se sentait pas moins désespérément impuissant. Le temps rongeait son optimisme, lui prouvant une fois de plus que peu importe l'époque, la loi du plus fort prédominait toujours.

► Les Miyamoto rejoignent finalement Uzu, bouleversant en moins d'un ans un mode de vie presque centenaire. Nori voyait d'un très bon œil cette mixité nouvelle, et malgré sa nonchalance apparente, il appréciait grandement ce vent de fraîcheur. Tout le clan fut positivement affecté, tant est que notre héros se permit même de goûter au fardeau de Candide.
Le contact des Fuma permit à sa mère de surpasser son deuil et de reprendre du service, les Uzumaki aidèrent le clan à perfectionner leur Kekkai genkai, bref, une véritable renaissance prit place au sein des Miyamoto.

► Nori prit rapidement sa place au sein du village, alternant entre un poste de garde et des missions de shinobi. Pourtant, de toutes ces nouveautés, l'Amour fut la plus importante. Certes il avait déjà eu quelques aventures, voire même une ou deux relations un peu plus consistantes, mais rien jusqu'alors n'avait égalé l'intensité de celle-ci.
Barano Hana, jounin d'Uzushio était une femme extraordinaire. Alliant à la perfection l'élégance des glaciers et la puissance d'un blizzard, elle fut pour notre héros une expérience profonde, sincère et brutale, violente et passionnée, des merveilles de l'Amour. Durant les cinq ans que durèrent leur relation se fut bien la première fois que la vie du soldat trouvait une autre priorité que la voie de l'épée : un rayon de soleil dans un ciel nuageux.
Pourtant le destin d'un ninja ne s'embarrassait pas de romance. Mirage délicieux, Hana disparut d'un jour à l'autre. Était-elle morte au combat? Avait-elle été enlevée? Demeurait-elle captive, torturée de milles façons tout en étant incapable d'appeler à l'aide? Il l'ignorait, et à force d'échecs, il finit par accepter qu'il n'en saurait jamais rien.

► Il en avait fait du chemin notre fils de forgeron. Son sérieux et sa détermination à s'améliorer, son application au travail malgré son apparente nonchalance, tout ceci en fit non seulement un pilier des Miyamoto, mais également un membre important du village. Bien qu'il ne partageait point l'optimisme du Senkage, il avait néanmoins démontré une loyauté sans faille, ce qui lui valut finalement la nomination au poste de Chef de la Garde.
Exemple pour la jeunesse, Nori n'en restait pas moins un homme usé par le temps. Plus il affûtait sa lame, et plus il émoussait son âme, rejoignant en cela le destin de nombreux shinobis. L'homme de l'ombre se consumait de ténèbres.
Test RP


L'un après l'autre ils se posèrent sur la coupe. Longs et agiles, les doigts robustes saisirent le verre avec douceur, faisant valser son contenu ambré dans d'un geste sûre et maîtrisé. Chose plutôt rare dans le Sekai, le vin n'en restait pas moins un breuvage exquis dont, il y a quelques années de cela, Nori ne connaissait pas encore les délices. Le sang des poètes lui était depuis familier, mais il fallut pour cela un ange. Peu importe l'occasion, depuis le passage de cette étoile, le plaisir de l'hydromel reste à jamais lié à l'arôme de l'amour perdu.

Marchant lentement dans la brume matinale, le chef de la garde avait momentanément abandonné ses responsabilités, s'esquivant d'Uzushio pour rejoindre un discret exemple de paradis. Caché par la forêt, ce cours d'eau timide fut, des années durant, le jardin secret qu'il partageait avec la sublime Barano Hana. Ils avaient depuis bien longtemps pris l'habitude, après leurs missions respectives, de se retrouver tous les deux, loin des yeux, près du cœur.
Pourtant aujourd'hui, à la rencontre de l'aurore et des choses nouvelles, à la recherche des temps perdus, il arpentait seul le sentier délicieux, teintant de noir cette peinture pastelle. Il dut parcourir plusieurs fois cet exact chemin pour finalement comprendre qu'elle ne reviendrait pas. Même après qu'il apprit l'échec de la mission, il venait encore, chaque Samedi, avec deux verres en cristal et une bouteille encore pleine. Au début, l'espoir d'une agréable surprise compensait encore sa déception, mais à chaque fois qu'il revenait, une bouteille mi-vide et un verre encore propre en main, l'amertume se faisait plus grande, le désespoir plus profond.
Eusse-t'il su clairement ce qui s'était passé, eusse-t'il vu son corps, ou au moins la moindre preuve qu'elle ne reviendrait pas, que cette acceptation eut été plus aisée. Hélas il n'eut pas cette chance. L'amant dut, jour après jour, semaine après semaine, écorcher vif l'espoir, nourrissant une tristesse gourmande de sa peau immonde. Il buvait le sang noirâtre de l'amour égorgé, assaisonnant une peine putride avec des copeaux d’amertume. Lui qui restait toujours de marbre, il se laissait, le temps d'une promenade, submerger par le désespoir. Combien de fois avait-il usé ses poings contre les arbres impassibles, ou encore, plus sobrement, songé à troquer le vide béant laissé dans son cœur pour une noyade propre et limpide? Il se souvenait encore clairement du jour où il reçut, officiellement, l'annonce de l'échec de la mission.


« Nori-sama, je vous assure que nous n'avons aucun doute là-dessus, la traque fut un échec total.
-D'accord... Et nous ignorons totalement ce qu'il est advenu de l'équipe en charge?
-Non, nous n'avons hélas pas de nouvelles.
-Aucune?
-Aucune. »


Le visage totalement impassible, le cœur en lambeaux, Nori salua brièvement son interlocuteur, puis reprit sa route. Encore vêtu de sa tenue de garde, il marchait d'un pas calme et régulier, ses yeux d'aigle ne montrant strictement aucune émotion. Qu'importe que ses intestins se tordent et que sa gorge se noue, il était un ninja, un Miyamoto qui plus est et, juste pour cela, il ne pouvait pas s'écrouler.
Lentement, ses pas l'emmenèrent loin de la tour du Senkage, dans les ruelles charmantes et pittoresques d'Uzushio. Le soleil brillait plus que jamais, transformant le bleu du ciel en merveilleux océan orangé. Le monde tout entier souriait, et pourtant, tout ne lui avait jamais semblé si gris. Portant toujours son masque de cire, il entra dans une boutique sans prétention, saluant d'un geste de la main une vielle femme aux airs maternelles.

« AH! Voici en fin mon client préféré... Nori-sama? Nori? Nori!! NORI MON DIEU RÉVEILLEZ VOUS! »

Il n'avait pas fait deux pas dans cet alcôve que lui, fier Miyamoto, s'était tout simplement évanoui. Peu de personne autre que sa mère savaient lui faire ôter son masque. Hana était l'une d'entre elle, et cette vielle vendeuse d'alcool, qu'il avait appris à connaître avec sa tendre amante, en faisant également partie. Il ne voulait au départ qu'acheter une bouteille de vin, un vin blanc plus précisément, dont l'arôme de litchi et de rose en faisait une merveille. Pourtant cet endroit plus que tout autre lui avait littéralement balancé sa peine au visage. Il s'agissait après tout de l'exacte alcôve ou la belle Barano lui fit découvrir les plaisirs du vin. Ce lieux, tout comme le ruisseau caché dans la forêt, était un sanctuaire. Ici il n'était plus Miyamoto Nori, chef de la garde, tout comme elle n'était plus Barano Hana, Jônin d'Uzushio. Ici l'un comme l'autre pouvaient se dévêtir des apparences et n'être que deux amis, deux amants, appréciant un bon verre de vin. Seulement elle et lui n'existaient plus. Ici n'existait plus, une vérité qui fut pour lui bien plus tranchante que l'acier.


Oui, cela prit du temps, mais l'idée qu'elle ne reviendrait jamais s'inscrivit petit à petit dans son esprit. Il comprenait les faits, cela ne signifiait par pour autant qu'il les acceptait. Tout comme il revenait encore chaque semaine dans son paradis perdu, il gardait encore l'espoir de lécher à nouveau cette peau de nacre. Car après tout, tant qu'il ignorait ce qui s'était passé, il ne pouvait tout simplement pas abandonner.
Au départ, il fit réellement de son mieux pour obtenir des réponses. Analysant les différentes étapes de la traque, et se lançant personellement sur les traces de ce fameux Kokujin. Si seulement il mettait la main sur cet homme, sans doute obtiendrait-il quelques réponses? Il mit même de côté son éducation Miyamoto, négligeant pendant un an clan et carrière, obsédé par le doute, par ce petit bout d'ignorance qui l'empêchait d'oublier l'espoir. Alors que l'homme se consumait à la tâche, l'amour s'épuisait à l'attente.
Aussi puissant fut son désir de réponses, rien ne résistait à l'assaut du temps. Tout comme les montagnes s'érodaient sous la caresse de la pluie et du vent, sa frénésie s'arrêta d'elle-même avec la dernière goutte d'espoir. Ses escapades hebdomadaires se firent moins régulières, les semaines devinrent des mois, puis l'habitude prit sa place dans l’entrepôt du passé. On pourrait penser que cette acceptation de l'ignorance serait un soulagement, cependant il ne s'agissait pas d'un simple feu de forêt. Nori avait certes brûlé toutes pousses d'espoir, mais il avait également consumé la terre elle-même, ne laissant après sa folie heureuse qu'un silencieux désert.
Le Miyamoto savait désormais qu'il n'aura jamais de réponse, cela ne le rendait pas pour autant heureux. Pèlerin assoiffé au milieu du désert, il avait simplement appris à se contenter du sable. Sa gorge n'en restait pas moins brûlante, ses lèvres gercées ne lui faisaient pas moins mal, mais il vivait avec. Loque obligée d'avancer, il mâchait les grains avec nonchalance, arrachant de ce sel abrupt une maigre force de vie.


Ainsi, en cette matinée fraîche et docile, c'était armé de souvenirs que Nori se promenait dans la forêt. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait vu son ruisseau, mais cette fois il ne s'embarrassait pas de deux verres. Une bouteille, une coupe, et une myriade de souvenirs, tels étaient ses compagnons.

Surtout, prends bien le temps de sentir l'arôme avant de goûter! L'odorat est aussi important que le goût pour apprécier le vin.

Bien qu'il entendit chacun de ces mots, aucune voix n'avait perturbé le silence forestier. Réagissant à la mélancolie de son protégé, la mystérieuse Sango décida de l'aider. Bien que rien ne changea autour de lui, Nori senti les bras de son ancêtre se poser autour de lui. S'était un peu comme se faire enlacer par le vent, étrange, mais tout de même agréable. Prenant une profonde inspiration, l'amant se laissa envahir par l'arôme de litchi et de rose, revoyant par la même occasion une chevelure ébène, des lèvres carmines, et un visage à jamais disparu. C'était le premier vin qu'elle lui avait fait découvrir, le symbole même de leur relation.

"Merci Sango."

Une voie hésitante et tremblante, voila qui détonnait avec son personnage habituel. Le chef de garde enlevait enfin son masque, réveillant une fois de plus un amour dormant, mais n'ayant rien perdu de sa superbe. Tandis qu'il portait la coupe à ses lèvres, des larmes envahissaient ses joues. Sa bouche se remplissant d'or, ses yeux débordant de cristal, Nori saluait à sa façon celle qui fut et restera, l'amour de sa vie.
Derrière l'écran
PSEUDO : Saylen
ÂGE : 26
CONNU PAR : Eh... un petit oiseau.
AUTRE CHOSE ? Un petit oiseau!
Revenir en haut Aller en bas
Onryou Maho
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 225
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendant - Rang A
Ryos: 807
Expérience:
Miyamoto Nori [Terminé] Left_bar_bleue270/2000Miyamoto Nori [Terminé] Empty_bar_bleue  (270/2000)
Re: Miyamoto Nori [Terminé] Jeu 21 Mar - 21:07
Onryou Maho
Petit up.
Présentation terminée, en attente du jugement des dieux.


Carnet de bord (Présentation inclue)
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 2018
Date d'inscription : 16/03/2017
Correcteur
Voilà pour ton test de rp :

Test:
 

Tu as deux semaines pour faire ton test !
Revenir en haut Aller en bas
Onryou Maho
Onryou Maho
Garde de la forêt
Messages : 225
Date d'inscription : 27/11/2017

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Intendant - Rang A
Ryos: 807
Expérience:
Miyamoto Nori [Terminé] Left_bar_bleue270/2000Miyamoto Nori [Terminé] Empty_bar_bleue  (270/2000)
Re: Miyamoto Nori [Terminé] Ven 22 Mar - 21:27
Onryou Maho
Test rp terminé!


Carnet de bord (Présentation inclue)
Fiche Technique
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 2018
Date d'inscription : 16/03/2017
Re: Miyamoto Nori [Terminé] Sam 23 Mar - 22:58
Correcteur


Miyamoto Nori [Terminé] Pq2c


Respect test-rp et originalité

Wow. Tout simplement.
Je me suis laissée emporter par tes métaphores qui m'ont faite ressentir le désespoir, l'abandon de ton perso. D'ailleurs, ton accompagnement musical était excellent aussi. La consigne est respectée, considérant que je t'ai demander de me décrire les émotions ressenties. Tu les as poussée plus loin que la description me es faisant ressentir. Je n'ai rien à redire si ce n'est que des félicitations !



Orthographe et grammaire

C'est top ici ! Je n'ai rien remarqué (peut-être étais-je trop occupée à vivre ton test plutôt que de chercher des erreurs, mais nous n'en parlerons pas trop) alors c'est génial.



Avis général et verdict

Pour finir, je suis heureuse de te valider.

Tu es donc désormais un Jonin de rang A à Uzushigakure.

Tu connais déjà la procédure : avatar, FT et tout et tout !



Correction par un nouveau fan de ta plume
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.