:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La source bienfaisante

Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Parchemin de mission:
 

Le jour tant attendu était finalement arrivé. L’inauguration du grand dispensaire du clan Yamanaka était imminente, et à cette occasion, de nombreux invités de prestige avaient été conviés. Parmi eux figurait notamment un émissaire personnel du seigneur, auprès duquel Kirei comptait bien démontrer toute la bienfaisance de sa maisonnée, ainsi que toute l’influence qu’elle exerçait désormais dans la région. Mais il n’était guère le seul à convaincre, une multitude de personnalités locales susceptibles de devenir de précieux soutiens avait répondu à l’appel, une manne diplomatique qu’il valait mieux ne pas négliger.

Cela faisait désormais bien longtemps que le jeune chef du clan était rompu à la politique, bien aidé par un Conseil Yamanaka constitué d’anguilles, renards et autres vautours peu avares en intrigues. Toute une ménagerie qui lui avait donné bien du fil à retordre, mais qui l’avait idéalement préparé à des moments comme celui-ci. Toutefois, Kirei éprouvait toujours une légère gêne à nouer des relations purement utilitaristes sous couvert d’une cordialité de façade, dérangé par l’artificialité de tels liens. Il trouvait une certaine hypocrisie à cette forme de socialité mondaine, quand les différentes parties en présence ne recherchaient en fait qu’un échange de bons procédés. Sans doute était-ce nécessaire afin de maintenir des rapports plus harmonieux, et le jeune homme s’y était habitué, s’efforçant de maintenir une certaine forme d’intérêt sincère même auprès de ces interlocuteurs.

Pour cette occasion, une partie des locaux flambant neufs avaient temporairement été aménagés en salle de réception, au sein de laquelle les invités avaient commencé à affluer. Un grand buffet avait été dressé, commandé auprès du meilleur traiteur de la Côte Verdoyante qui fournissait également le Daimyo, tandis que diverses boissons avaient été mises à disposition. Kirei avait d’ailleurs veillé à ce qu’aucune liqueur trop forte ne puisse être servie, et à ce que le personnel suive de près la consommation des convives, afin d’éviter au maximum tout esclandre lié à l’alcool.

Subsistait la menace éventuelle venue de l’extérieur, pour laquelle la présence de Jinpachi et de ses gardes se révélait précieuse. Tandis qu’il remplissait deux verres de vin, le jeune chef du clan s’adressait à son acolyte.

Kirei : "Je vous remercie de nouveau de m’avoir accompagné, et de vous occuper du périmètre de sécurité. J’ai envoyé Ao et Sayuri démanteler le reste du cartel Shinsei-gumi, mais je ne serais pas surpris qu’ils profitent de l’évènement afin de tenter un dernier baroud d’honneur. Sans compter certains individus pour le moins hostiles à notre médecine, voire envers les ninjas en général, qui doivent voir cette inauguration d’un mauvais œil. Vous avoir ici est des plus rassurants, pour les invités bien sûr, mais aussi pour moi : il m’aurait été délicat de devoir tout gérer par moi-même."

Tendant l’un des deux verres en direction de Jinpachi, Kirei ajouta avec un sourire discret : "Je sais que ce n’est pas un petit verre qui devrait entamer votre résistance ! Détendons-nous, mais restons vigilants. Si l’une de ces menaces venait à se concrétiser, je compte sur vous pour la neutraliser comme vous savez si bien le faire. Tant que les invités ne sont pas blessés et que les locaux ne sont pas vraiment endommagés, rien ne vaudra une bonne démonstration de force afin de montrer ce qu’il en coûte de s’attaquer au clan Yamanaka, et de gagner le respect de tous ici présents. Si besoin est, sachez que vous pouvez compter sur moi afin d’intervenir à vos côtés."

Action:
 

Kirei : "Ainsi nous pourrons rester en contact, même si nous nous éloignons un peu ou si vous partez patrouiller aux alentours. Si vous repérez un individu suspect, je serai également en mesure de sonder son esprit afin de vérifier ses intentions."
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Jinpachi
Yamanaka Jinpachi
Indépendant
Messages : 124
Date d'inscription : 25/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG B
Ryos: 0
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue418/1200La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (418/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Acte 1
Tadake Yuriko and Yamanaka Jinpachi



La mission allait commencer. Je me retrouvais dans un endroit bondé de monde. Le jour de l'ouverture du dispensaire. Je n'étais pas forcément très à l'aise dans un milieu comme celui-ci. Je m'étais retrouvé comme agent de sécurité et Kirei avait insisté. Je m'étais retrouvé face à lui qui m'expliquait que cette mission allait de paire avec une autre mission qu'allait effectuer Sayuri et Ao. Moi qui croyais pour une fois avoir un intérêt pour mon clan être au-dessus du babouin au cul rosé par les hommes, mais non il fallait qu'on soit de nouveau au même niveau. Je me détestais sur ce coup. Je détestais tout le monde, en particulier Kirei en cet instant, il ne pouvait pas simplement affirmer que j'étais l'unique et le plus puissant membre des Yamanaka. 

Il me tendait une coupe d'alcool. J'acceptais avec plaisir, en effet, ce n'était pas forcément une coupe qui allait me faire quelque chose et surtout que Kirei n'était pas au courant de ce que la drogue faisait sur moi. Je lui répondais d'un air à la fois indifférent, mais également intéresser : 

« - Une démonstration de notre force, parfois Kirei, je me demande si tu ne choisis pas exprès tes mots afin de me motiver. J'adore entendre ces mots de ta bouche. Je voudrais presque que tu me le susurres à l'oreille. Promis, je ne casserai pas tout ! Je peux même le promettre sur Raijin. » 

Il se mit à communiquer par télépathie, je connaissais cette technique, mais je détestais toujours autant qu'on puisse s'immiscer dans mon esprit. Je répondais télépathiquement : 

« - D'accord, je vais aller faire un tour sur ce ! » 

J'avalais cul-sec mon verre et mon corps se levait doucement et je me mis à faire le tour de l'endroit. Ma tête se mettait à tourner à gauche puis à droite de manière assez sereine, mais au fond de moi, j'avais cette folle envie de combattre une personne, j'avais envie de buter un être d'une rare puissance. Donner moi cette chance, Ô dieux amener moi l''incarnation d'un de vos descendants que je puisse me mesure à lui. Moi descendant de Raijin, je vous ferai honneur. 


J'attrapais un peu de nourriture en passant qui finissait au fond de mon gosier. J'avais cette envie de me battre, mais également envie de profiter de la soirée. La dualité de ma personnalité était effarante en cet instant. 


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 641
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La source bienfaisante Sam 16 Mar - 22:09
La source bienfaisante

Érigé avec la fortune du clan Yamanaka, le nouveau dispensaire de la cité avait été brièvement reconvertit en salle de réception.
Certaines salle du domaine, fort étendu et même doté d'un magnifique jardin oeuvre d'un artiste floral du clan (ainsi que de quelques cultures d'herbes médicinales) avait été transformé en petit "atelier" présentant l'art médical du clan Yamanaka afin d'attirer d'éventuels investisseurs.
Herboristerie et médecine traditionnelle côtoyait quelques démonstrations (le moins secrètes et les moins... effrayante pour le public) d' Iroujutsu.

Tout était calibré pour susciter l'intérêt et le respect des puissants convié à l'inauguration.
L'événement mondain était un pari risqué du clan Yamanaka : la présence du chef du clan de manipulateur d'esprit, hors de son domaine sur-gardé pouvait attirer quelques chasseurs de prime en mal de gloire ou d'ennemi des shinobis télépathes. Sans compter la présence du gratin de la Côte Verdoyante des Sources Chaudes : un attentat contre un des invités nuirait fortement au prestige des Yamanaka.
Et pour finir, il y avait les habituels anti-shinobi, les amateurs de théorie du complot qui voyaient là une manœuvre sournoise des ninjas pour accroître leur influence sur le pays (sur le coup plutôt dans le vrai), les fanatiques religieux qui voyaient dans l'Iroujutsu une pratique contre-nature à la limite de la sorcellerie et de la nécromancie et les obsédés de l'honneur qui n'aimaient guère la présence d'arme humaine formé pour l'assassinat, fussent-elles pourvoyeuses de panacée future...

Les invités commencèrent à arriver, une partie curieuse et intéressée, d'autres plus suspicieux et pour finir certain uniquement là pour profiter du buffet et s'afficher dans de coûteuses toilettes.
Le moindre esclandre pourrait nuire à l'opération séduction décrété par Kirei. Il allait donc aussi falloir ménager les egos et éteindre les flammes des rivalités.
En effet, la plupart des personnes conviés ici étaient d'origine noble, issus de familles de samouraïs puissantes et/ou influentes mais parfois rivales, auxquelles s'ajoutaient les représentant de cartels marchands impitoyables (trempant ou nom dans la contrebande et les affaires plus louches) et des religieux suspicieux et acariâtre mais pesant sur les avis du peuple...
Pour l'instant, tous ces roués politiciens et manipulateurs se demandaient quel était le but des Yamanaka…
Pour eux, rien n'était jamais gratuit : qu'exigerait le mystérieux clan de ninja en échange de ce dispensaire prestigieux ?

Parmi les convives, le clan Yamanaka avait soigneusement dressé le profil d'individu influent ou dangereux, qu'il faudrait sans doute travail au corps (ou surveiller).
En premier lieu se trouvait Hibari Daisuke, l'envoyé personnel du Daimyo des Sources Chaudes.
Splendidement vêtu d'un kimono de cérémonie carmin et or, l'homme faisait plus jeune que son âge.
Chose intéressante, ce n'était pas le bras droit du Daimyo ou un de ses conseillers "officiels". Malgré son coté flamboyant, Daisuke était un homme de l'ombre, la main gauche du diable : les Yamanaka le soupçonnait d'être le maître-espion du Daimyo, probablement formés aux arts ninjas.
Sa présence trahissait la nervosité du Daimyo à propos de l’influence grandissante des Yamanaka dans la région, qui avait envoyé son homme le plus apte à décrypter les projets de ninjas.

A son coté se trouvait celui qu'on avait présenté comme Katsuro Mamoru. Tout en ce jeune homme caparaçonné d'une armure lourde de samouraï, certes de bonne facture et un peu décoré pour l’occasion mais peu adaptée aux événements mondains, criait au garde du corps. D'ailleurs à peine arrivé que le guerrier s'était fait discret, s'adossant dans un coin de la salle de réception d'où il pouvait surveiller toutes les issues... Et tous les invités. S’il accompagnait le maître-espion du Daimyo, nul doute qu’il s’agissait également d’un guerrier redoutable, à même de dispenser brutalement la justice du dirigeant des Sources Chaudes.  Un air de mépris intrigué s’afficha un instant sur son visage quand il croisa Jinpachi et le vit boire en service.

Dans un coin de la salle, deux religieux très différent discutaient philosophie, semblant dédaigner l’animation de la réception.
Le premier, à demi-nu révélant un torse puissamment musclé tatoué de Dragon était Kimiyo Yoshiteru un jeune disciple extrêmement prometteur du Temple du Jade Vert. Son vieux maître malade n'avait pas pu faire le déplacement et c'était donc lui qui était chargé de représenter cette congrégation de moine-guerriers mais aussi d’apothicaires forts influents dans la région. Sa tenue exprimait sans mot ce qu'il pensait de ces mondanités...

A coté de lui, en kimono blanc et d'un violet presque noir et portant un sinistre maquillage à l'allant se trouvait Misako Kinnori, une prêtresse du Temple des Nuits et des Ombres.
Très mystérieuse (voir un brin inquiétante), cette congrégation n'en restait pas moins incontournable car présidant souvent aux mariages mais surtout aux cérémonies funéraires. Souvent, ces moines discrets, voire secrets géraient aussi les successions.
Très traditionalistes (le Jade Vert condamnant même fermement les arts ninjas), ces deux ordres monastiques allaient sans doute mettre des bâtons dans les roues des Yamanaka. Hypocrisie, car le clan savait bien que les moines de ces temples maniaient parfois le Taijutsu ou étaient instruit dans l’art du Fuinjutsu, voir dans d’autres domaines faisant appel au chakra.

Au centre de l'attention, un verre déjà à la main, riait d'une voix caquetante la vieille et sèche Umiko Tomoyo, dont la tenue exotique et sombre qui faisant ostensiblement ressortir ses bijoux de prix.
Issus du peuple (il y a bien longtemps), commère, gouailleuse mais surtout sans la moindre once de pitié ou de morale, elle possédait de nombreux comptoirs commerciaux divers et varié et dirigeait la Guilde des Pécheurs de la Côte des Sources Chaudes.

A ses cotés, le rouge au joues et à l'air gêné se tenait Umiko Aimi une jeune fille, à peine une adolescente, mais dont l'opulente poitrine attiré les regards masculins. Silencieuse et à l'air naïve, vêtue d'un kimono blanc sobre, elle offrait un contraste saisissant avec sa grand-mère si sûre d'elle. Elle virait à l’écarlate dès qu’elle croisait le regard de Kirei ou de Asato Toshi.
Il s'agissait sans doute de sa première sortie en société et vu comment la vieille rombière l'exhibait, elle servait visiblement de pot-de-miel pour attirer quelque bon parti dans les rets de l'empire commercial d'Umiko Tomoyo. Nul doute que les deux femmes allaient tâter le terrain pour savoir ce que voulaient exactement les Yamanaka afin d’en profiter au maximum. Elles ne s’opposeraient donc sans doute pas ouvertement à eux s’il y avait quelque-chose à gagner.

Donnant la réplique à Tomoyo et attirant lui aussi tout les regards se trouvait Asato Toshi. Presque aussi androgyne qu'Ao et d'une grande élégance dans un kimono bleu orné de hérons hors de prix, l'acteur, écrivain et poète le plus en vue de la Côte Verdoyante des Sources Chaudes charmait ces dames de sa voix mélodieuse.
Séducteur et superficiel, il était celui par lequel le scandale arrive. Mais il était aussi effroyablement intelligent et cultivé. On le soupçonnait également soit d'être un ninja, soit d'avoir des accointances avec la pègre, vu le nombre de maris cocufiés qui avaient perdu leur duel d'honneur contre lui...
Extrêmement populaire, il avait une grande influence auprès du peuple et de certains nobles. Visiblement, il n’était là que pour l’aspect mondain de la réception et se faire voir (et peut être trouver quelque pucelle à mettre dans son lit). Il n’était pas à négliger cependant : lanceur de rumeur et influenceur, une satire de sa part pourrait ruiner la réputation du clan Yamanaka.

Vieux et crépit au poing de ressemblé à un lézard desséché, Takashi Susumu boudait visiblement et se plaignait à tout va aux malheureux qui avaient le malheurs de le croiser.
Indéboulonnable dirigeant de la Guilde du Serpent d'Or, rassemblant les médicastres, apothicaires et autres médecins (plus ou moins louches et efficaces), il serait sans doute le principal opposant au projet des Yamanaka qui marchaient sur ses plates-bandes.  On disait aussi que ces rivaux avaient une petite tendance à mourir de maladie à des moments un peu trop opportun…

Il tenait la grappe à l'étrange Sumi Birei, splendidement vêtue mais dont le demi-masque (on racontait qu'il cachait une terrible blessure ou une difformité) attiré immédiatement le regard.
Suite au décès (fort opportun) de son noble mari, la jeune veuve s'était retrouvé à la tête d'une petite fortune qu'elle avait fort bien investit et fait prospérer, notamment en ce spécialisant dans la chose écrite.
Plumes, parchemins, encres, sceaux et cachets, quasiment tout ce qui était publié dans la Côte des Sources Chaudes passaient à un moment par une entreprise que possédait sa famille. Elle disposait également d'un réseau fiable de messagers fort efficace, ce qui ne faisait qu'accroître son réseau de renseignement. Difficile de savoir ce qu’elle pensait du dispensaire, elle savait rester impassible. Et plus difficile encore de savoir ce que ses sources variées lui avaient appris sur le projet des Yamanaka…

Enfin, s'étant officiellement présenté comme un "partenaire commercial" de Takashi Susumu (qui n’avait pas contredit), se tenait l'imposant Genjirô Dai. Bedonnant mais musclé, véritable montagne humaine, il avait (contre son gré) laissé au vestiaire un imposant sabre à deux main "de cérémonie" (cette dernière ne pouvant être qu'une décapitation sommaire). Du coup, il maugréait dans un coin, lançant des regards noirs àKatsuro Mamoru et à la majorité des gens, surtout membre du clan Yamanaka. Il détonnait un peu au milieu de ses gens visiblement cultivé, amis son regard chafouin trahissait une intelligence plus vive que son aspect de brute laisser supposer.
Il toisa Jinpachi, un sourire goguenard aux lèvres en levant une coupe de sake et en jouant de sa musculature, reconnaissant chez le Yamanaka un être plus intéressant que le reste des chiffes-molles batifolant dans cette réception.


HRP:
 

Informations des espions:
 

   
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
A la réponse de Jinpachi, Kirei esquissa un sourire non-dissimulé. Il employait effectivement ses mots à dessein, et c’était d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il avait personnellement tenu à inaugurer lui-même le dispensaire, afin de se prêter au jeu diplomatique qui ne manquerait guère de s’y tramer. Mais loin de la seule démagogie, il s’agissait également des termes qu’il estimait justes en cette situation, et Jinpachi était sans aucun doute l’homme idéal dans de telles circonstances.

Kirei : "Après tout, il est de mon devoir que chaque membre du clan reste motivé et épanoui en son sein ! Bien qu’en tant que Yamanaka, nous privilégions les méthodes alternatives, force est de constater qu’une approche plus directe se révèle parfois toute indiquée. J’ose espérer que tout se déroulera sans incident, mais une attaque restera l’opportunité de nous illustrer… et certainement celle de t’amuser un peu."

Tandis que Jinpachi s’éloignait après avoir descendu cul-sec le verre qui venait de lui être servi, Kirei scrutait attentivement la pièce et les différents individus qui l’avaient peu à peu remplie. Il n’eut aucun mal à identifier certains d’entre eux, sur lesquels il disposait d’ores-et-déjà d’informations précieuses grâce au travail préalable des espions du clan. Nombre de ces convives pouvaient probablement devenir des soutiens de taille dans la conquête de la Côte Verdoyante, mais il s’agissait d’autant d’obstacles potentiels avec lesquels il allait subtilement falloir manier la carotte et le bâton, ou encore agir avec prudence.

Kirei (à Jinpachi par télépathie) : "Le samouraï doit être Katsuro Mamoru. Mieux vaut se méfier de lui, outre son ouïe aiguisée, il semble t’avoir remarqué et te garder à l’œil. D’après le rapport, il serait très sensible aux exploits martiaux. S’il devenait encombrant, ça peut être une opportunité à exploiter afin de le divertir. Sinon, je pourrai toujours m’arranger afin de lui faire rencontrer Umiko Aimi, elle devrait lui faire perdre ses moyens tout en nous offrant un spectacle des plus intéressants."

Ce Katsuro Mamoru accompagnait probablement Hibari Daisuke, l’émissaire du Daimyo qui incarnait aux yeux de Kirei la première personne qu’il convenait d’aborder. En tant que représentant du seigneur, il semblait opportun de faire valoir une certaine préséance protocolaire, et de ne guère se précipiter sous ses yeux auprès de tous ces alliés potentiels. Ces derniers passeraient ensuite. Si Fukami de son vrai nom, n’aiderait guère les Yamanaka dans leur entreprise, il était toujours possible de maintenir une bonne image qu’il pourrait alors rapporter à son souverain.

Kirei : "Excusez-moi, ne seriez-vous pas Hibari Daisuke, émissaire de seigneur Ueno ? Permettez-moi de me présenter, je suis Yamanaka Kirei, actuel responsable du clan Yamanaka. Je me doute que le Daimyo ne se déplace que rarement en personne pour ce genre d’évènements, mais en tant que son représentant, sachez que votre présence en ces lieux nous honore et compte beaucoup pour nous. Merci d’être venu."
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Jinpachi
Yamanaka Jinpachi
Indépendant
Messages : 124
Date d'inscription : 25/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG B
Ryos: 0
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue418/1200La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (418/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Acte 1
Tadake Yuriko and Yamanaka Jinpachi



Le monde était présent dans le dispensaire. Je me sentais bizarrement pas vraiment à ma place. Je n'étais pas forcément à mon aise, mais il fallait faire quelque chose. Les revendications télépathique de mon cher supérieur me rappelait quelque chose. Ce samouraï, il avait quelque chose d'intéressant. Je devais faire attention à lui, mais le meilleur moyen c'était de parler à cet homme et de faire quelque chose d'intéressant avec. Je devais capter son attention, mais c'était compliqué de savoir ce que je devais réellement faire. Je m'approchais de cet homme, mon corps se faisait lourd, le regard des gens me donnaient envie de les buter et mon regard était constamment plein de défi. Je m'approchais de cet adepte du Bushido et ma voix se faisait incertaine :

« - Bonjour, excusez-moi de vous déranger, mais j'aime beaucoup votre attirail. Je suis un férue de combat et je reste perplexe sur les mouvements que tu pouvais faire avec une armure de ce calibre. Comment faites-vous pour vous déplacer ? Enfin votre vitesse doit sûrement être amoindri par son poids, non ? »

Je regardais cet homme dans les yeux. Mes yeux étaient assez franc. Je posais ma main dans mes cheveux et je lui disais d'un ton un peu plus piquant :

« - En fait, je ne sais pas si tu as vu par la-bas. La fille n'arrête pas de nous regarder. Que diriez-vous qu'elle se joigne à nous ? »


Je n'attendais pas forcément sa réponse et je fis signe à la demoiselle de nous rejoindre. J'accompagnais mes gestes d'un immense sourire. J'étais un garde du corps, mais je devais également essayer d'aider Kirei à avancer dans les négociations. Je commençais à répondre à Kirei par télépathie :

« [pour Kirei] Je vais essayer de m'occuper des deux zigotos, concentre toi sur tes manœuvres diplomatiques. S'il faut je ferais un petit duel avec le Samouraï. J'ai toujours rêvé de pouvoir me mesurer à un tel combattant. En attendant, si t'as des conseils, n'hésite pas. Cependant, évite de trop me parler télépathiquement, je suis toujours stressé dans ces moments-là. Je ne suis pas habitué avec la télépathie. »


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 641
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
La source bienfaisante

La réception commençait et les invités, célèbre ou non, se dispersait lentement dans le resplendissant dispensaire tout neuf financé par les Yanamaka.
Des groupes de discussion et d'affinité se dessinaient, tout comme les deux religieux qui discutait entre eux ou les marchands qui commençaient leur lobbying.

Takeshi Susumu, déversait son fiel dans l'oreille de Sumi Birei (et incidemment de Katsuro Mamoru, l'ouïe aux aguets) et des autres invités alentours, pestant sur le "coût prohibitif, sans doute financé par le sang et les meurtres" de ce projet, sur le "mépris ouvertement affiché des Yamanaka" envers les "médecins traditionnels et spécialistes locaux, fiables et respectés", dénonçant une "invasion inique", une "appropriation détestable et cachant sans nul doute de noirs desseins, mais de quoi d'autre s'attendre de la part de ninja".
Le mot avait été lâché, mettant mal à l'aise l'assistance. Tous ici connaissaient le clan de shinobi de la Côte des Sources Chaudes. Certains avait peut être même déjà fait appel à leur service. Toléré par le Daimyo, ils n'en restaient pas moins des armes mystérieuses et craintes.
Le fiel du dirigeant de la Guilde du Serpent d'Or risquait de trouver des oreilles attentives. Car après la mystérieuse médecine, qui déjà s'approchait un peu trop du redoutable poison, d'autres domaines "civils" pourraient susciter la convoitise du clan...
Que cachait le "cadeau" des Yamanaka ? Susumu instillait savamment le doute...

Le chef du clan Yamanaka alla saluer l'émissaire du Daimyo et son escorte.
"Honorable Yamanaka, merci de votre accueil en ces lieux... intéressants." répondit Hibari Daisuki, s'inclinant pour marquer le rang de Kirei et signaler ainsi discrètement à "ceux qui savent", l'acceptation d'un vil et traître ninja en sa présence. "Mon maître, Ueno Sadao, vous présente ses respects et s'excuse de ne pas avoir pu faire le déplacement en personne... Des affaires urgentes ont malheureusement retenu sont attention. Que voulez-vous, la politique... Vous n'y voyez là aucune offense, j'espère ? Je ferais de mon mieux pour lui faire un compte-rendu détaillé de vos œuvres. Allez-vous nous les présenter précisement vous-même ? Vous avez prévu un discours inaugural ?"
Des banalités polies, voire ampoulés, mais ils avaient un public qui ne les quittait pas des yeux. L'acceptation de Hibari Daisuki permit pour un temps de contrebalancer les murmures méphitique du serpent de la Guilde des Médecins.
Toutefois, l'émissaire du Daimyo affichait sa curiosité à mots couverts, informant Kirei qu'il n'était au final pas un décisionnaire et qu'il se montrerait impartial... Tout en étant inquiet des buts réels du clan Yamanaka en ouvrant ici un si dispendieux dispensaire.

Sumi Birei en profita pour s'esquiver de l'attention du représentant des médicastres, allant elle aussi saluer le représentant du Daimyo. Kirei cru voir une lueur de reconnaissance s'échanger dans leur regard.
Il y avait de forte chance que ces deux là se connaissent : l'ombre du Daimyo et l'une des personnes les plus au fait des manipulations et sournoiseries politiques de la Côte des Sources Chaudes.
Rendue suspicieuse par les discours vénéneux de Takashi Susumu, la veuve avait décidé de se faire une idée par elle-même.
Elle n'engagea toutefois pas la conversation (ce qui aurait été impolie), attendant que le chef du clan Yamanaka la remarque et l'apporte.
La manière dont il la traiterait et les informations qu'il donnerait sur les projets des Yamanaka influeraient beaucoup sur ses dispositions envers le clan ninja.

Contacté mentalement par son chef, Jinpachi quant à lui engagea la conversation avec le garde du corps de l'émissaire du Daimyo, le jeune samouraï Katsuro Mamoru.
En s'approchant, Jinpachi pu noter une salutation d'un coup de menton entre le capitaine et la moniale du Temple des Nuits et des Ombres. Se connaissait-il ? Était-ce une invitation à discuter discrète ?
Le jeune homme s'inclina poliment devant le Yamanaka, un brin perplexe (habituellement, on n'abordait pas les gardes du corps qui faisaient tout pour se faire oublier) mais le vague dans ses yeux indiqués qu'il suivait probablement plusieurs conversation en même temps.

"Mes humbles salutations, honorable hôte. Je me nomme Katsuro Mamoru, en service commandé pour le Daimyo." répondit néanmoins le samouraï d'un ton extrêmement poli mais protocolaire. Seules ses lèvres légèrement pincées indiquaient qu'il n'appréciait pas d'avoir été interrompu dans sa surveillance par quelqu'un qui n'avait même pas daigné se présenter.
Néanmoins, le capitaine savait se tenir : il avait identifié Jinpachi à son habillage typique du clan, même si la musculature du Yamanaka l'étonna.
"Il est vrai qu'une armure même finement ajusté et crée sur mesure par les meilleurs artisans peut être un poids pour le guerrier..." continua-t-il d'un ton docte, un peu froid. "Cependant, après une vie d'entrainement elle devient une seconde peau, voir l'étreinte secourable d'une mère pour le samouraï. Sa protection à nulle autre pareille sauve nos vies. Et, à l'inverse de shinobi rodant dans les ténèbres, nous n'avons nul besoin de discrétion ou de l'agilité d'un singe grimpant aux arbres. Sauf votre respect, nous affrontons le danger de face, sans coup férir, sans reculer. Une protection solide est donc requise, car contrairement à ce que certain laisse entendre, nous ne sommes pas suicidaire."

La mention de la jeune fille par Jinpachi attira évidemment le regard du samouraï sur celle-ci.
Il rougit comme le dernier des puceaux quand il croisa les yeux (à retardement, comme beaucoup d'hommes dans la pièce, ce n'est pas là que se posait d'abord son regard) de biche d'Umiko Aimi.
La demoiselle prit l'intérêt du samouraï et du Yamanaka pour une invitation et elle se détacha de son groupe pour les rejoindre, après avoir demandé ingénument (en apparence) la permission à sa grand-mère.
La vieille matoise sourit de toutes ses dents.

"Vous désiriez me parler, messires ?" s'enquit innocemment la belle enfant en approchant de Jinpachi et de Katsuro Mamoru.
Ses grands yeux sombres aux reflets améthystes scintillèrent et un sourire d'enfant s’élargit sur sa bouille ronde.
"Oh ! Mais vous êtes un ninja ! Un de nos hôtes !" s'exclama-t-elle en regardant Jinpachi d'un air fasciné. "Quelle musculature ! Je ne savais pas que les Yamanaka étaient aussi... vigoureux. Ma grand-mère m'a plutôt dit de me méfier de vos tours de passe-passe... Mais je ne crains rien en votre présence, non ?"
Elle fit un clin d’œil qui transforma le pauvre Katsuro Mamoru en statue rouge-brique.
"Messire le samouraï sera là pour défendre ma vertu, non ? Il est le garde du corps du Daimyo, c'est bien ça ?"
"Ah...euh... P-pas exactement..." balbutia le jeune capitaine, évitent de trop détaillé la silhouette généreuse de la jeune fille qui envahissait déjà l'espace vital des deux virils guerriers.
Ils étaient évidemment que tant que Umiko Aimi se trouverait en leur présence, le pauvre samouraï allait être fort distrait et aurait du mal à suivre les conversations dans la salle.

Une voix de stentor troubla néanmoins cette réunion.
"N'ayez crainte, ma douce enfant !" s'exclama Asato Toshi avec emphase en les rejoignant (et attirant tout les regards de la salle). "Nul ninja ou malandrin ne s'en prendra à votre honneur et à votre vertu quand moi, l'illustre Asato Toshi, est présent. Si notre jeune ami le garde du corps doit servir son maître avant tout, ma lame et ma ver...ve vous sont toutes acquises, mon enfant !"
Il termina sa tirade par un clin d'œil canaille à la jeune fille qui rougit, apparemment embarrassée par l'acteur.
Asato Toshi toisa Jinpachi, qu'il jugeait comme une vile brute et Katsuro Mamoru, qu'il considérait déjà comme un jeunot incapable.

A l'autre bout de la salle, Takashi Susumu cessa de répondre son fiel et prit à part Umiko Tomoyo.
Impossible de savoir ce qui s'échangeait à voix basse, mais la matriarche semblait dubitative, bien qu'écoutant avec attention.
Kirei, le diplomate et l'observateur le plus doué des deux Yamanaka, cru voir deux marchands de tapis en train de débattre d'une tractation commerciale.
De son coté, le brutal Genjurô Dai se goinfrait au buffet, sans guère prêter attention à l'assistance en apparence.
Toutefois son sourire s'élargit quand il entendit la tirade de l'acteur qui avait rejoint Jinpachi, le samouraï et la belle demoiselle. Il semblait attendre quelque-chose, flairant le sang. Visiblement, il aurait été ravit que le ninja, le samouraï et le pédant s'affronte pour la gamine...


 
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Kirei : "Je comprends parfaitement. Bien que le seigneur Ueno n’ait pu se rendre ici en personne, le clan Yamanaka lui est d’ores-et-déjà reconnaissant de vous avoir dépêché en son nom. Vous pourrez lui transmettre toute notre considération."

Inclinant légèrement la tête en guise de salutations, et d’expression de ses respects les plus distingués au nom du clan Yamanaka, Kirei se redressa avant de poursuivre.

Kirei : "Mon intervention est effectivement prévue pour bientôt. Je doute que certains invités ne changent d’avis envers les ninjas et nos techniques médicales, mais j’ose espérer que les indécis et ceux ayant une opinion neutre nous feront davantage confiance. Au final, ce n’est pas tant une simple question d’image et de publicité, que de parvenir à évoluer en harmonie. Je pense que les ninjas ont beaucoup à offrir, tant au niveau de la sécurité que de la médecine par exemple. L’idée qu’il puisse y avoir des victimes, des malades ou des blessés non-traités, juste par méfiance envers les ninjas ou du fait de notre effacement dans la société, m’a toujours profondément rebuté. Mais peut-être suis-je trop idéaliste, ou que je surestime les bienfaits qu’une plus grande implication des ninjas pourrait apporter. Etant moi-même l’un d’entre eux, je conçois que mon point de vue ait autant de chances d’être juste que biaisé."

C’est à cet instant que l’une des convives vint se présenter à l’émissaire du Daimyo. Sûrement avait-elle attendu la fin de l’intervention de Kirei afin de ne pas interrompre la conversation, et il semblait à ce dernier que les deux invités semblaient mutuellement se connaître. A en juger au masque qu’elle revêtait sur une partie de son visage, il s’agissait de Sumi Birei, veuve de son mari dont elle avait hérité de la fortune, et qui se trouvait à la tête d’un empire régional de l’édition et de l’impression. Une personnalité discrète, mais pas moins éminente, que le jeune chef du clan Yamanaka salua à son tour, appuyant son propos d’une révérence polie.

Kirei : "Enchanté de vous rencontrer, madame Sumi. Vous allez sûrement trouver cela incongru, mais sachez que j’apprécie énormément votre travail, je ne sais pas ce que je ferais sans vous !"

Celle qui maîtrisait secrètement le Fuinjutsu et qui n’était que peu connue du grand public serait peut-être surprise de ce premier contact, mais il pouvait permettre d’instaurer une atmosphère plus légère ainsi qu’une image beaucoup plus sympathique que celle qu’elle s’était éventuellement forgée jusqu’à présent, a fortiori au contact des médicastres ayant sans aucun doute déversé son fiel à l’égard du clan Yamanaka. Toutefois, Kirei ne pouvait décemment en rester là sans expliciter son propos, au risque d’éveiller au contraire la suspicion de sa nouvelle interlocutrice.

Kirei : "Il s’avère que je suis un grand passionné d’art et de culture, notamment de littérature, et une bonne partie de ma bibliothèque doit provenir de chez vous. Les plumes que j’utilise, l’encre, les cachets et les parchemins sur lesquels j’en fais usage au quotidien, me sont autant d’outils indispensables qui viennent de vos entreprises. Il m’était donc difficile de passer à côté et de ne pas entendre parler de vous. Je suis heureux que vous soyez venue."

Esquissant un sourire, Kirei posa alors brièvement le regard en direction d’Asato Toshi, dont l’entrée en scène pour le moins bruyante ne pouvait que difficilement passer inaperçue. Une chance, en ce qu’il put ainsi directement remarquer la situation qui se dessinait du côté de Jinpachi. Préférant prendre les devants plutôt que d’attendre une évolution naturelle encore plus imprévisible, le jeune chef du clan Yamanaka préféra s’adresser à son partenaire afin de lui donner quelques conseils.

Kirei : "Désolé de recourir à la télépathie, j’ai remarqué qu’un invité assez encombrant venait de s’incruster de ton côté. Asato Toshi… Il aime jouer les justiciers envers les femmes, mieux vaut ne rien faire de déplacé envers Umiko Aimi. Mais si c’est possible, essaie de mettre le samouraï en concurrence avec lui pour s’accaparer la fille, ça pourrait bien détourner toute son attention et te laisser le champ libre !"
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Jinpachi
Yamanaka Jinpachi
Indépendant
Messages : 124
Date d'inscription : 25/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG B
Ryos: 0
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue418/1200La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (418/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Acte 1
Tadake Yuriko and Yamanaka Jinpachi





Le samouraï qui se trouvait devant moi avait un nom que j'avais du mal à me souvenir, mais il fallait simplement éviter de l'appeler par son prénom et ce n'était pas forcément chose que je faisais souvent. Il m'expliquait que son armure étant faite sur-mesure outre son attrait défensif pouvait également être d'une grande utilité dans l'agilité. Je me retrouvais fasciner à croire que mes yeux débordaient d'une grande admiration pour ce travail d'orfèvre et je souriais d'un sourire sincère pour une des rares fois que cela m'arrivait :


« - Je suis juste pantois devant cet accoutrement, j'aimerais réellement voir ce genre d'armement en mouvement. Si, un jour, j'ai l'occasion de vous voir combattre, ça serait un véritable honneur pour moi. »

Alors que la demoiselle à laquelle j'avais fait signe nous avait rejoints. Elle était d'une beauté opulente et très rare, le samouraï semblait un peu empourpré, c'était assez étrange de le voir comme ça, il semblait si calme et si spécial auparavant alors qu'en cet instant, il semblait extrêmement fragile. La faiblesse d'un homme est parfois la femme et en cet instant cet adage se confirmait plutôt bien. Elle me regardait et parlait de moi comme un ninja, un hôte de cet événement théoriquement en effet, j'en étais un, mais ce n'était pas forcément le rôle que j'aimais le plus. Elle me parlait de nos tours de passe-passe et de notre réputation, enfin celle de notre clan. Je rigolais d'un petit rire sarcastique :

« - En effet, vous n'avez rien à craindre. Je ne suis pas adepte de ce genre de fourberies ce que je préfère, ce sont les véritables combats. Un combat rempli d'honneur et de respect. Un véritable combat entre deux personnes qui sont dans l'optique de s'amuser. »

Soudain, une voix me fit sursauter, une personne dont je n'avais pas ressenti la présence de cet homme qui se joignait à nous. Un homme dont le langage était d'un ennui et il me toisait d'un regard dédaigneux, il semblait vouloir draguer la demoiselle et le samouraï partait avec un handicap assez lourd. Je souriais de manière amicale envers ce nouvel arrivant, mais je trouvais sa façon de rabaisser ce samouraï assez puéril, ma verve s’embourba dans ma gorge avant de s'en sortir d'une manière assez étonnante :

« - Je ne vous connais point, mais je pense que cet homme est en mesure de protéger la vertu de cette femme. Enfin, cela m'étonnerait qu'un samurai ne protège pas une femme en détresse. Est-ce que je me trompe ? Et vous mademoiselle ne pensez-vous pas que cet homme est capable de vous défendre ? »


[Pour Kirei ] « Cet homme est pire que les punaises, je sens que je vais avoir du mal à m'en dépatouiller. J'ai le droit de le frapper, tu crois ? Il me sort par les trous de nez. »




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 641
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La source bienfaisante Jeu 16 Mai - 23:34
La source bienfaisante

La politesse exquise de Kirei sembla faire des merveilles auprès du représentant du Daimyo.
Il avait craint rencontrer un chef de clan arrogant et intrigant, mais il se trouvait face à un homme posé et réfléchit.
Le fait de parler de la sécurité (comprendre : la lutte contre les assassinats et les empoisonnements) toucha bien évidemment Hibari Daisuke.
Pour le maître-espion du Daimyo, c'était une de ses plus grandes craintes : ne pas être à même de protéger son maître de quelque fourberie shinobi.
Le fait d'avoir à deux pas des experts en Iroujutsu serait évidemment un plus. Et même s'il ne faisait que jouer au samouraï à la cour, l'envoyé du Daimyo savait à quel point les soins prodigués par des spécialistes ninja étaient à même de soigner des blessures grades. Ce serait bel et bien en plus pour l'armée de la Côte Verdoyante des Sources Chaudes...

Mais cela risquait aussi d'accroître leur dépendance envers le clan Yamanaka et d'étendre leur influence dans le royaume... Chose, qui bien sûr ne devait pas se produire.
"J'ai grande hâte d'entendre votre discours, Yamanaka-dono." déclara Daisuke d'un ton courtois. "Pour nous autres soldats, tous les progrès de la médecine sont bons à prendre... S'ils respectent les traditions du royaume et sont offerts en toute honnêteté à un prix décent."
L'homme de confiance du Daimyo resta donc poliment neutre, affichant un visage agréable et ouvert, mais ne prenant pas parti. Pas pour l'instant du moins...

Les discours de Kirei avaient attiré l'attention de la mystérieuse Sumi Birei.
Elle salua les deux hommes d'une inclinaison raffinée de la tête, mais qui trahissait aussi une certaine confiance, voire une certaine arrogance. La veuve saluait des égaux et non des superieur.
Mais à part ce petit trait effronté, sa voix douce et charmante débordait de courtoisie. Visiblement, elle avait l'habitude de ce genre de réunion.
"Pareillement enchanté, Yamanaka-dono." répondit la femme à demi-masquée d'un ton sincère où pointait un soupçon d'humour. "Votre conversation semble plus flatteuse et intéressante que les jérémiades du médicastre en chef de la Guilde du Serpent d'Or. Si jamais vous décidiez de publier les mémoires et aventures d'éminent shinobi de votre clan, nous sommes à votre disposition... Nous avons également des rouleaux et parchemin d'excellentes factures et des encres rares qui pourraient peut-être vous intéresser... Même si hélas, les ninjas ont tendances à se servir de ce genre de chose pour la violence ou enregistrer leurs techniques secrètes... J'avoue être moi-même assez curieuse de la chose."

Elle baissa la voix et se tourna de façon à n'être vu et entendu que de Kirei. Ainsi personne ne pouvait même lire sur ses lèvres.
Si le mouvement avait été effectué à dessein, il trahissait une espionne rouée tout à fait conscience de son environnement.
"La légende est-elle vrai ? Votre clan conserve-t-il depuis des éons ses techniques shinobi les plus mystérieuse dans un immense rouleau de parchemin secret soigneusement dissimulé sur vos terres et à l'abris de défense impénétrable ? Ou est-ce pure romance ? En tout cas, j'adorerais pouvoir jeter un œil sur ce rouleau... Oh, pas pour dérober vos secrets qui me dépassent complètement. Juste pour apprécier l'œuvre et son histoire."
Simple curiosité ou aveux d'un sinistre dessein ? Voulait-elle tenter de dérober ou de négocier l'accès aux techniques de l'Hiden Yamanaka ? En tout cas, Birei semblait fort bien renseignées sur les us et coutumes des shinobis.

De l'autre côté de la salle, Jinpachi était dérangé par l'intervention malvenue du flamboyant acteur Asato Toshi.
Le faquin volait-il à la rescousse de la jeune Umiko Ami (à l'opulente poitrine qui attirait tous les regards) ? Etait-il saoul ? Juste dans son rôle de chevalier-servant ? Ou plus sombrement, mandaté par quelqu'un pour se moquer du puissant et brutal Yamanaka ?
Avisant la scène du coin de l'oeil, Kirei transmit ses ordres et observation à son chef militaire.

Encouragé et poussé sous les feux de la rampe par Jinpachi, le jeune capitaine samouraï se ragaillardit pour se dresser fièrement entre la jeune demoiselle et l'(in)opportun "sauveur".
"Nul doute que ma lame serait bien à même de parer à tout danger. Rassurez-vous donc, monsieur, cette jeune demoiselle ne risque rien en ma présence." s'exclama-t-il, bombant le torse (et lançant quelques œillades discrètes à Ami, puisant courage et détermination dans ses douces courbes féminines). "Et Yamanaka-san s'est jusqu'à présent montré de la plus grande courtoisie, affirmant son attachement au sens de l'honneur qui unit tout combattant."
"Peuh !" coupa alors l'acteur avec force geste grandiloquent. "Un ninja qui se targue d'être honorable ? C'est un beau oxymore ! Vous l'avez cru sur parole, mon jeune ami ? Mais qu'attendre d'autre de l'intelligence militaire... Le shinobi est fourbe, menteur et n'a aucune morale ! Et le samouraï n'a qu'oeillère et traditions empesées ! C'est pour ça qu'il faut des hommes comme moi pour veiller au grain et protéger la gent féminine - et masculine, ne soyons pas sexistes - de travers de ce monde chaotique."

Il s'inclina avec emphase, dédiant un nouveau sourire charmeur à la belle Ami.
"Mademoiselle, même si ces deux escogriffes vous semblent intéressant - le cœur d'une femme est toujours faible face aux canailles - je vais me tenir à vos côtés, si vous le voulez bien. Voir vous entraîner vers d'autres cieux... Car entre un gai-luron qui sait parler aux femmes et deux meurtriers mandatés, à la fois si opposé et si semblable, que préféreriez-vous fréquenter ?"
La plus jeune des deux Umiko pouffa sous les pitreries pompeuses de l'acteur...Mais elle ne semblait pas non plus insensible à ses charmes.
Et pour Ami, voir trois hommes se disputer ses faveurs était du plus haut-comique. Mais lequel des trois servirait le mieux ses ambitions ?

Elle se coula prêt du jeune Katsuro Mamoru, qui de noble héros protecteur se changea en piquet.
"Oh, mais ne vous en faîtes pas... Katsuro-sama est un grand guerrier et un protecteur." susurra-t-elle d'une voix douce et amusée. "Et je suis sûr que Yamanaka-san ne souhaite pas d'esclandre... Mais je suis curieux de ses histoires. Pensez donc, un shinobi ! C'est si exotique ! En tant qu'auteur et acteur, n'y aurait-il pas là de quoi s'inspirer, Asato-dono ? Et bien évidemment, vous pouvez rester, si vous craignez tant pour ma vertu..."
La jeune fille fit discrètement un clin d'œil à Jinpachi, lui signifiant par-là que d'eux tous, c'était sans doute le fastueux artiste qui reluquait le plus ses charmes...

Leur discussion fut soudain interrompue par un puissant éclat de voix égrillarde.
"Aahahah, ma p'tite dame, franchement vous ne devriez pas trop espérer des bonzes !" ricanait l'imposant Genjirô Dai, qui avait rejoint le couple de moines qui discutait ensemble tranquillement. "Sans offense pour vous, belle plante de la Nuit. La religion et les mystères, c'est très féminin... Mais qu'un homme digne de ce nom décide de s'isoler et de ses priver des plaisirs de la vie... Quelle déception ! C'est pas en mangeant du tofu mou qu'on forge un vrai guerrier, quelqu'un à même de défendre la communauté et les autres !"
Insulté, il fallut toute la maîtrise et la patience monastique de Kimiyo Yoshiteru pour ne pas immédiatement faire à l'impudent une démonstration des arts martiaux les plus brutaux enseignés au Temple du Jade Vert.

Sa compagne ne semblait guère plus ravie de l'interruption, toisant le pourceau d'un air dédaigneux.
"Genjîro...san... C'est bien cela ?"rétorqua le bonze tatoué d'une voix glaciale. "Avez-vous entendu parler des moines-guerriers du Temple du Jade Vert ? Je pense que vous sous-estimez grandement nos capacités martiales. Croyez-le, nous sommes amplement capables de nous défendre. Et ce que vous appelez les plaisirs de la vie ne sont que des appétits barbares des esprits qui n'ont pas atteint l'illumination."
La colère du moine était palpable et seul sa maîtrise l'empêcher d'expluser manu-militari ce sagouin qui présentement engloutissait par poignée les petits-fours du buffet.

Misako Kinnori intervint alors d'une voix atone et calme, comme la mort.
"J'appuie les dire de mon estimé collègue. Ne sous-estimez pas l'art de la guerre du Temple du Jade Vert. Et inutile de faire assaut d'incivilité en comparant vos talents martiaux. Nous sommes ici dans un futur lieu de soin et de repos."
Le colosse ricana à nouveau, visiblement peu convaincu et ardent provocateur.
"Mouaip ! c'est vrai que ça serait peu respectueux de nos hôtes, ahahaha !" grogna-t-il de sa voix de stentor. "Alors comme ça un petit moinillon fluet serait à même d'en remontrer à un fier guerrier ou un samouraï ? Etonnant ! Etonnant ! Mais qui sait vous avez peut-être bien des techniques secrètes de combat, un peu comme ces sales ninja ! Ah, quelle hypocrisie ! Si j'étais pas un homme poli et courtois, j'testerais ça moi-même ! Et ça fournirait peut-être des sujets d'expérience aux médecins-magiques promis par les Yamanaka ! Ah ah ah !"

Kirei et Jinpachi purent voir les poings Yoshiteru se serrait et blêmir. Une lueur inquiétante dansait dans le regard du moine outré.
Sous-entendre que les religieux pratiquaient le ninjutsu n'était jamais bien accueillit (même si c'était souvent la vérité).
Kinnori recula, hésitante. Pourquoi ce pourceau provoquait-il autant son confrère ? Le futur chef du Temple du Jade Vert n'était pas connu pour sa gentillesse et sa patience...


 
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Kirei : "Je vous remercie, j’admets que mon monologue vous aura sûrement donné un petit avant-goût de mon allocution. Si la rémunération de nos services ne devrait guère poser problème, j’ose espérer qu’il en sera de même au regard du respect des traditions du royaume. J’entends par là que si nous sommes garants d’une déontologie et d’une éthique médicale des plus scrupuleuses, beaucoup considèrent quand même que notre médecine shinobi demeure une hérésie. Mais il nous appartient de les convaincre, et venir efficacement en aide aux malades et aux blessés sera peut-être la meilleure manière de leur donner tort."

Sumi Birei avait pour sa part aimablement salué les deux hommes, arborant une démarche des plus dignes et pleine de confiance, conforme au rang qu’elle occupait au sein de la société. Une image concordant parfaitement au portrait que Kirei avait pu dresser, et il n’en fut en rien indisposé. De toute évidence, les deux partageaient certains points communs, et peut-être que ces affinités faciliteraient un rapprochement stratégique.

Kirei : "Voilà des offres fort intéressantes ! Il est vrai que les ninjas sont réputés pour de telles pratiques, mais la majorité d’entre nous ne recherchent pas la violence, a fortiori le clan Yamanaka. C’est d’ailleurs pourquoi nous tenions à ouvrir ce dispensaire. Je reste persuadé que l’essence-même de la voie du shinobi est de rendre le monde meilleur, et que les arts ninjas ont été créés en ce dessein."

Tandis que Kirei et Hibari Daisuke prenaient mutuellement congé l’un de l’autre afin de rencontrer d’autres convives, Sumi Birei en profita pour prendre subtilement le chef du clan Yamanaka à part. La discrétion de son entreprise n’échappa guère à Kirei, dont le visage laissa s’échapper un sourire uniquement visible de son interlocutrice. Respectant la confidentialité de leurs échanges, il s’exprima à son tour à voix basse d’un ton légèrement enjoué, marchant posément à ses côtés.

Kirei : "J’espère ne point vous décevoir, mais la réalité entourant nos arcanes est loin d’être aussi romancée que dans les rumeurs. Dans la pratique shinobi, nombre de secrets se transmettent directement de sensei à disciple, et les plus exceptionnels d’entre eux ne sont que rarement archivés. Cet usage est moins contraignant et permet de limiter les vols de techniques, malgré le risque de les voir se perdre, ce qui peut paraître pour un sacrilège ! Mais contrairement à ce que la société civile peut parfois penser, le monde ninja est ouvert et sait partager son savoir. Les académies des villages shinobis en est un parfait exemple, où tout le monde peut venir apprendre et tenter de devenir un ninja. Le clan Yamanaka ne fait pas exception. Il est vrai que nous cultivons une certaine confidentialité, mais nous pourrions très bien initier nos précieux alliés."

Bien évidemment, le jeune homme ne pouvait divulguer de plus amples informations concernant les secrets de son clan. Sa réponse n’en demeurait pas moins pertinente pour autant, et laissait délibérément la porte ouverte à une entente potentielle. Si Kirei ne prendrait jamais le risque d’exposer les siens, et qu’il ne serait jamais question d’enseigner les arts Yamanaka à une personne extérieure, il serait toujours possible de partager certaines techniques de ninja à ninja, et une femme à l’esprit affuté telle que Sumi Birei ne manquerait pas de comprendre la proposition qui venait de lui être faite en échange de son soutien.

C’est alors qu’un puissant éclat de voix vint perturber ce petit aparté. Il était difficile de ne pas remarquer ce géant sans gêne, qui cherchait visiblement à provoquer le tandem de religieux invités à cette inauguration : Misako Kinnori et Kimiyo Yoshiteru. La colère de ce dernier était palpable, mais il parvenait pour l’instant à se maîtriser. Mieux valait-il intervenir avant que la situation ne dégénère. Saluant Sumi Birei d’un geste de la tête, le chef du clan Yamanaka s’excusa de devoir temporairement s’éclipser.

Kirei : "Je vous prie de m’excuser Sumi-dono, il semble qu’il y ait quelque grabuge dont je devrais aller m’enquérir. Cet échange fut un plaisir, mais cette interruption n’est que partie remise."

Se retirant avec courtoisie, le jeune homme se dirigeait à présent en direction du trio, dont il était parvenu à suivre la conversation, bien aidé par les vociférations de l’élément perturbateur.

Kirei : "Médecins-magiques ? Voilà qui est flatteur !"

L’instigateur de cette querelle n’était autre que Genjirô Dai. D’après les rapports d’espionnage, il s’agissait d’un pirate, reconverti comme mercenaire à la solde du Shinsei-gumi. Compte-tenu de sa mission, mettre des bâtons dans les roues des Yamanaka, Kirei comprit rapidement que toute tentative de médiation serait une perte de temps, et se révélerait infructueuse. Ainsi préféra-t-il prendre parti en faveur du moine et de la prêtresse, qui à défaut de se réjouir, le verraient peut-être comme un allié potentiel, ou un partenaire de circonstance. Cette décision s’imposa d’autant plus naturellement au jeune homme, qu’il n’avait que peu d’estime pour les malfrats tels que ce Genjirô. Quitte à monnayer des soutiens, mieux valait-il négocier avec des individus plus fréquentables.

Kirei : "Je me présente, je suis Yamanaka Kirei, enchanté de faire votre connaissance. Je vous remercie d’être venus jusqu’ici pour participer à l’inauguration de ce dispensaire." dit-il en s’inclinant légèrement. "Veuillez me pardonner, mais je ne peux qu’abonder dans le sens de madame, et comprendre la réaction de monsieur ici présents."

Regardant tour à tour Misako Kinnori et Kimiyo Yoshiteru avec respect, il se tourna ensuite vers Genjirô Dai. "Heureusement, vous êtes un « homme poli et courtois », je suppose que vous ne verrez donc aucun inconvénient à ne guère déranger les hôtes."

Parfaitement calme et souriant, l’objectif de Kirei visait à rester diplomate et à gagner la confiance des deux Temples, tout en poussant Genjrio Dai à se décrédibiliser. Si les Yamanaka neutralisaient un "méchant", ce qui était une menace pouvait alors devenir une opportunité. Et si celui-ci se calmait, tout rentrerait dans l’ordre de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Jinpachi
Yamanaka Jinpachi
Indépendant
Messages : 124
Date d'inscription : 25/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG B
Ryos: 0
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue418/1200La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (418/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Acte 1
Tadake Yuriko and Yamanaka Jinpachi




La situation m'exaspérait. Je n'aimais pas les mondanités et surtout les piètres beaux parleurs de la trempe de cet homme qui n'arrêtait pas de parler de manière et de coutumes. En attendant, j'aimais bien ce Samourai, si je pouvais, j'aimerais bien qu'on soit ami. Il était droit dans ses baskets et il serait un parfait rival. Par contre, l'acteur commençait à effleurer mon nez d'une envie folle de coller mon poing en plein milieu de son faciès qui me semblait de plus en plus indigeste. Je devais me calmer sinon j'allais créer un certain esclandre et puis devant le samouraï et la jeune demoiselle, je pense que de nous trois le plus impoli et moins courtois restait cet homme. Je souriais d'un sourire un peu provocateur : 

« - Excusez-moi, mais en tant qu'hôte de cette réception, je vous trouve carrément grossier. Vous vous permettez de me dénigrer, de dénigrer mon clan et ma façon de travailler. J'ai des valeurs et je ne combats jamais en tant que fourbe. Il est possible de vous le démontrer si le cœur vous en dit, mais pas aujourd'hui, je ne souhaite guère gâcher la fête des autres personnes. De plus, vous souhaitez me parler de courtoisie, mais de nous 5 le moins courtois est bien vous. Vous n'arrêtez pas de nous dénigrer afin de vous glorifier, il se peut que vous possédiez au final une bien piètre image de vous pour vous complaire dans cette stratégie de glorification. En attendant, j'étais heureux d'avoir un échange avec cette femme dont le sourire vaut plus que votre charabia diffamant, ainsi que ce samouraï dont les valeurs et son histoire sont plus intéressantes que votre psyché bien trop superficielle. »

Je regardais la demoiselle et le samouraï avant de dire : 

« - Je ne sais pas ce que vous pensez des valeurs d'un samouraï, mais à mon avis cet homme serait le prince dont vous aviez toujours rêver. Enfin, je suppose, cet homme est d'une droiture et d'un dévouement que la plupart des femmes rêverait d'avoir. Quant à vous jeune femme qui semblait obnubiler par les paroles de notre cher vampire, je pense que votre esprit est bien plus grand pour voir la flatterie comme une immense manipulation. » 

Je regardais le moine de Jade vert, il semblait étrangement violent. Enfin un peu d'action dans ce genre qui allait rajouter un peu le piment. J'aurais bien voulu aller me battre contre lui, mais j'attendais le signal de Kirei. 





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 641
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
La source bienfaisante

Le chef du clan Yamanaka était en train de nouer des relations intéressantes et courtoises avec des puissants de la Côte Verdoyante des Sources Chaudes.
L'envoyé du Daimyo semblait, si ce n'est convaincu par les garanties d'éthique et de bon sens soulignée par Kirei était au moins poliment neutre et en demandait visiblement qu'à se laisser convaincre.

Bien que déçue (même si c'était prévisible), Sumi Birei apprécia la sincérité et les (maigres) informations offertes par Kirei.
Derrière son demi-masque, les yeux de la veuve étincelèrent d'envie quand le chef des Yamanaka mentionna un possible enseignement.
Nul doute, cette femme convoiter le pouvoir ou au moins la connaissance.
"D'après mes recherches, il me semblait pourtant qu'il fallait être née dans le bon clan pour pouvoir bénéficier de l'instruction dans certains arts ninja..." commença-t-elle avant d'être coupée par la vive dispute entre le pirate et les moines. "Aaaah, le devoir vous appelle... Quel dommage. Mais les hommes sont de tels butors..."
Elle s'inclina poliment, laissant l'organisateur de la réception s'enquérir du pourquoi de cette agitation.


Kirei se présenta, interrompant la dispute par son arrivée.
Courtois, poli, maître de lui, le chef du clan Yamanaka détonnait face à la brute (seput être déjà avinée). Il s'attira un regard reconnaissant de la part de la moniale du Temple des Nuits et des Ombres.
Misako Kinnori avait essayé de calmer le jeu, mais ils ne seraient pas trop de deux pour apaiser l'ire (fortement compréhensible) du bouillant Kimiyo Yoshiteru.
Il sembla un instant à Kirei que son imposant tatouage ondoya. Peut être sous l'effet des muscles bandés du puissant bonze du Temple du Jade Vert.
"En d'autre lieu et à un autre moment, je me serais fait une joie de... corriger vos a priori et autres idées fausse..." siffla le moine en serrant les dents et les poings. "Nos talents sont issus de traditions millénaires impliquant un entraînement rude et une harmonie parfaite entre le corps et l'esprit. Il ne s'agit pas là de quelques tours de passe-passe destinés à être vendus ou souillés par le meurtre, comme les techniques secrètes des shinobi. Sans offense, Yamanaka-dono : chacun à sa place dans la Roue de la Vie et la Mort, comme l'enseigne si bien ma collègue ici-présente."

L'abject mercenaire ne fit que reniflait de mépris devant le moine.
Mais peut-être grâce avec l'intervention de Kirei, il décida de ne plus titiller plus avant le moine. Un méchant sourire barrait cependant ses lèvres lipus.
"Oh, enchanté Kirei-san !" s'exclama Genjirô Dai d'une voix forte et à la limite de la grossièreté en tendant une main graisseuse vers le chef du clan Yamanaka. "Désolé si j'ai été un peu brouillon avec mes propos. J'ai pas l'habitude de fréquenté les grands de ce monde et ma curiosité m'a emportée..."
Il suffisait de regarder son sourire mesquin pour savoir qu'il n'en pensait pas un traître mot.
"J'vais pas déranger plus longtemps ces saintetés aux pouvoirs mystiques issus d'un austère entraînement." poursuivit la brute en affichant toujours son sourire goguenard. Il afficha un air (faussement) candide, voir benêt, du plus haut répugnant. "Sans offense, Yamanaka-san, mais vous devriez peut-être vous convertir ! Gagner quelques muscles vous ferez sans doute le plus grand bien ! Oh, est-ce que c'est parce que vous souffririez d'une santé fragile que vous avez développé tout ces arts médicaux ?"

"Cessez d'importuner nos hôtes et les invités." coupa soudain une voix sèche derrière Kirei, celle de Takeshi Susumu, le médicastre en chef de la Guilde du Serpent d'Or. "Votre rémunération n'inclut pas de se donner en spectacle que je sache ! Je pense que le buffet apprécierait plus votre compagnie que les personnes ici présentes !"
Le butor émit un grognement, avant de se retirer d'un pas lent et lourd.
"Bien compris m'sieur. Je vis pour servir." grogna la brute pirate en se dirigeant en effet vers le petits fours de la réception. Il baissa ensuite vaguement la voix (qui resta audible pour tout le groupe, visiblement à dessein). "Soyez tout de même prudent, patron. Les ninjas du clan Yamanaka sont célèbres pour leurs tours d'illusions et de manipulations..."

Le médecin s'inclina profondément devant Kirei, une fois son garde du corps renvoyé. Visiblement, ça lui coûtait.
"Toutes mes excuses pour ce moment désagréable." déclama Takeshi Susumu, dont au aurait dit que chaque mot était aussi douloureux qu'un arrachage de dent. "J'espérais avoir un entretien avec Hibari Daisuki au sujet de...hummm... tout ceci. Mais mon homme a gâché cette opportunité et à visiblement insulté vos honorable hôtes. J'en suis rouge de honte. Ce butor m'a hélas était imposé par la guilde, car après tout, je devais assisté à une réunion avec de mortels ninjas qui menacent en plus de voler nos emplois. On a craint pour ma vie ou ma santé mentale et j'ai donc été contraint d'amener ce.... garde du corps fort gênant."

Les propos du docteur aidèrent aussi à calmer le moine du Temple de Jade Vert, qui passa l'éponge d'un haussement d'épaule en se drapant dans sa dignité monastique.
"Les roquets minables aboient fort et bêtement. Les tigres rusés patientent et se font discret." philosopha le bonze en détendant ses poings.
"Est-ce que ceci fait de Kirei-dono, le shinobi et prestigieux chef des mystérieux et subtil Yamanaka un tigre ?" plaisanta (peut être, sa voix éthérée laisser planer le doute) alors Misako Kinnori, remerciant Kirei et Susumu de leur intervention d'un signe de tête poli.

De son coté, Jin tenait tête à l'acteur qui voulait (à tord) se poser en sauveur de la splendide demoiselle "menacée par de vils ninjas".
Asato Toshi comprit vite qu'il n'aurait pas gain de cause. Il porta la main à son cœur, comme mortellement touché par quelque invisible trait.
"Il semble que je me suis encore trop emporté. Mes intentions étaient pourtant nobles et pures, enfin et plus si affinité..." déclara l'acteur d'un ton tragique. "Désolé de vous avoir brocarder, mes amis samouraï et shinobi. Mais quel gentilhomme resterait indifférent à voir une si jeune et douce demoiselle s'acoquiner avec des hommes aux professions si violente ?"
Il s'inclina bien bas, mais pour s'excuser ou comme un acteur saluant l'assistance ?
En tout cas, cela fit pouffer Umiko Ami.  

A coté de Jin, le samouraï se raidit soudain, l'air aux aguets et perplexe. Il lança un rapide coup d’œil à l'émissaire du Daimyo, puis à l'autre esclandre opposant visiblement des moines et une brute, heureusement vite stoppée par Kirei-dono.
Le jeune Katsuro Mamoru ravala un juron : les piques et pitreries de l'acteur, la présence de la si désirable Umiko et les railleries grossières et provocante du soit-disant garde du corps du chef de la guilde des médecins l'avait distrait de ses tâches. Il n'était pas là pour passer du bon temps (aussi délicieuse soit la présence d'Ami), mais pour monter la garde.

"Nulle offense qui ne soit oubliable de mon coté." déclara sentencieusement le samouraï, très service-service (un peu pour briller devant la jeune dame) en reportant son attention sur l'acteur.
Hélas, sa mansuétude ne fit qu'encourager le bellâtre, qui dans un sourire charmeur un rien contrit, continua donc de se mêler au groupe
"Ouf ! Je ne voudrais pas rester sur une mauvaise impression !" s'exclama joyeusement Asato Toshi, dont la gouaille était intarissable. "J'avoue que vous piquez ma curiosité, et mes demoiselles en détresse à délivrer. Je voyais samouraï et ninja comme deux opposés. Le guerrier brutal mais honorable et l'assassin discret et fourbe. Visiblement, ce n'est pas aussi simple ! Aaaah, la réalité dépasse toujours la fiction ! Racontez-nous donc, Yamanaka-dono, votre glorieux nindô ! Comment conciliez-vous votre honneur et vos...hummmm... tâches d'homme de l'ombre ? Il y a certainement de quoi s'instruire ! Qui sait, je tirerais peut être une pièce épique et dramatique de vos aventures édifiantes... Si je parviens à rendre honorable la profession de shinobi, pardonneriez-vous mon trop grand enthousiasme à voler au secours de belle qui n'en ont pas forcement besoin ?"

Cependant, Jinpachi n'eut pas le loisir de répondre à la question.
Un bruit de verre brisé vint soudain résonner dans la salle où les deux disputes s'étaient apaisé. L'émissaire du Daimyo venait de lâcher son verre alors qu'il discutait tranquillement avec Sumi Birei en attendant le retour de Kirei.
"Ah, toute mes excuses... Visiblement la fatigue m'a rattrapé..." souffla Hibari Daisuke, l'air tout de même un peu perplexe. Voir... malade.
Il ramassa cependant les débris lui-même alors qu'un serviteur se précipitait. Les deux Yamanaka le vire discrètement renifler le verre brisé et le peu de liquide qu'il contenait (un simple thé normalement), avant de secouer la tête.
A coté de Jinpachi, le jeune samouraï se raidit.
"Il se passe quelque-chose d'anormal... Son excellence..." murmura-t-il, ne quittant pas des yeux l'homme qu'il avait juré de protégé. Sans attendre, il abandonna sa belle, l'acteur et le ninja pour se porter au devant de son maître.
Et qui semblait soudain bien pâle.

 
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
En réponse au regard de remerciement que Misako Kinnori lui adressait, Kirei lui retourna un sourire des plus naturels qu’il n’avait aucunement eu besoin de simuler. S’ils partageaient un intérêt commun à calmer le jeu, ils semblaient posséder certaines similitudes, tant dans leur manière de faire, que la lassitude des massacres sévissant au sein du monde shinobi. Le jeune homme ne pouvait nier les propos du moine du Temple du Jade Vert, dont le tatouage paraissait se mettre à luire, lorsque celui-ci mentionna les techniques secrètes des ninjas souillées par le meurtre. En tant que Yamanaka, il était lui-même à la tête d’une caste d’assassinat d’élite. S’il avait pu concilier cet aspect avec ses propres valeurs morales ou éthiques, c’était bien car l’élimination de quelques-uns pouvait parfois épargner le plus grand nombre et profiter à tous, et que les siens étaient également tournés vers les arts médicaux ou un style de combat se voulant plus subtil et moins violent.

Kirei : "Vous avez parfaitement raison. C’est également pourquoi nous avons tenu à ouvrir ce dispensaire. Nous ne pouvons compenser la mort des uns en sauvant la vie des autres, mais cela ne nous exempt guère de faire tout notre possible afin d’œuvrer au mieux. Dans la Roue de la Vie et de la Mort, j’espère que les ninjas sauront occuper une autre facette que la plus sombre de celle-ci."

Pour sa part, Genjirô Dai proférait de fausses excuses, mais il jouait au moins le jeu des apparences, ce qui satisfaisait amplement Kirei. Après tout, il ne faisait que son travail, aussi détestable celui-ci pouvait-il être. Si ça se trouve, lui-même se serait bien passé de se retrouver à un tel évènement, et il y avait fort à parier qu’en cet instant, il aurait largement préféré voguer sur les mers. Ces pensées engendrèrent un soupçon de sympathie inattendue chez Kirei, si bien qu’il ne s’offusqua guère des commentaires du mercenaire à son égard, trouvant même du sens à ses remarques désobligeantes.

Kirei : "Vous savez, je suis sûr que Jinpachi, mon ami ci-présent, serait parfaitement d’accord avec vous ! Peut-être qu’il serait effectivement mieux pour ma santé que je prenne quelques muscles, et je dois reconnaître que le Temple du Jade Vert fait un travail assez impressionnant à ce niveau-là. Peut-être que nous pourrions nous entraider mutuellement !"

Profitant de la plaisanterie, le chef du clan Yamanaka avait toutefois saisi l’occasion de manifester son intérêt et son estime à l’égard du Temple du Jade Vert. Cela n’engageait à rien, tout en permettant une première approche indirecte.

C’est alors que Takashi Susumu fit son entrée en scène, réprimandant son homme de main et se présentant à son tour à la petite assemblée qui s’était formée, en compagnie des moines et de Kirei. Ce dernier se demandait s’il s’agissait-là d’une simple mise en scène, ou si le comportement un peu trop voyant du mercenaire mettait son employeur dans l’embarras. Il n’était pas difficile de voir que le vieil homme se faisait violence afin d’agir avec déférence, ce qui n’était guère surprenant compte-tenu de sa méfiance, voire de son hostilité, à l’égard de l’entreprise du clan Yamanaka marchant sur ses plates-bandes.

Kirei : "Nulle inquiétude, je vous remercie pour votre sollicitude." dit-il en s’inclinant poliment. "Je doute que nous puissions voler vos emplois, même si nous en avions eu l’intention !" ajouta-t-il d’un ton avenant. "La Guilde du Serpent d’Or assure depuis bien longtemps une mission de santé publique formidable au sein de la Côte Verdoyante, et je pense que cela continuera. Certes, il y aura toujours des médecins ou autres apothicaires plus ou moins légitimes, tout comme il y aura toujours des ninjas aux agissements peu recommandables, mais il serait dommage que cela vienne entacher l’ensemble que nous représentons. J’espère de tout cœur que nous pourrons fleurir côte à côte, afin de soigner d’autant plus de personnes, et de sauver d’autant plus de vies."

Si les médicastres voyaient clairement les shinobis et ce dispensaire d’un mauvais œil, le chef du clan Yamanaka nourrissait une opinion plus mitigée, et souhaitait sincèrement pouvoir cohabiter avec la guilde. Dans tous les cas, l’intervention de Takashi Susumu avait eu le mérite d’apaiser les esprits, Misako Kinnori le remerciant lui et Kirei pour leur contribution. Rebondissant sur les propos de son partenaire avec malice, le jeune homme répondit d’un nouveau sourire, appréciant le trait d’esprit dont elle venait de faire preuve. Il n’eut cependant guère le loisir de profiter de ce moment d’accalmie.

Kirei : "Veuillez m’excuser."

Appuyant son propos d’une révérence fugace, ses interlocuteurs ne manqueraient pas de comprendre les raisons de ce départ précipité, tandis qu’il se dirigeait prestement en direction d’Hibari Daisuke, subitement victime d’un malaise inquiétant. L’émissaire tentait de ramasser les débris de verre, tandis qu’un serviteur se précipitait vers lui. Il semblait renifler l’odeur du liquide, avant de secouer la tête, une démarche qui ne manqua pas d’interpeler le chef du clan Yamanaka. Compte-tenu des circonstances, il n’y avait nul besoin de connaissances spécifiques en médecine pour soupçonner un empoisonnement, ou que quelque chose de suspect était en train de se tramer.

Kirei : "Nul besoin de vous excuser Hibari-dono, veuillez-vous ménager. Vos symptômes et la manière dont ils sont survenus me laissent penser à une tentative d’empoisonnement, surtout lorsque l’on pense à votre position ou au contexte ambiant. J’espère me tromper, mais ne serait-ce que par précaution, je vais procéder à l’utilisation d’une technique médicale shinobi. Surtout, ne vous inquiétez pas outre mesure, si vous êtes effectivement malade, vous êtes au meilleur endroit pour que l’on s’occupe de vous !"

Essayant de rassurer l’émissaire avec une once d’humour, Kirei s’était exprimé d’un ton calme et affirmé. Dans une telle urgence, mieux valait-il montrer que l’on gardait parfaitement son sang-froid, et que l’on semblait maîtriser la situation, afin d’apaiser les esprits et de faciliter l’intervention.

Action:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Jinpachi
Yamanaka Jinpachi
Indépendant
Messages : 124
Date d'inscription : 25/01/2019

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG B
Ryos: 0
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue418/1200La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (418/1200)
Voir le profil de l'utilisateur


Acte 1
Tadake Yuriko and Yamanaka Jinpachi


Cette mission commençait clairement à me taper sur le système. Je me retrouvai à devoir parler avec des gens et en plus, je me coltinais un putain d'être pompeux pire qu'Ao et ses courbettes. Je ne pensais même pas que c'était possible. L'homme n'arrêtait pas de parler et de critiquer notre métier et le fait que l'honneur et n'était pas une caractéristique qu'on parlait souvent. Je regardais cet homme dont la critique était aisé, ma voix se faisait un peu trop ironique : 

« - Je ne suis peut-être simplement pas comme l'étiquette que vous souhaitez coller sur tout le monde. J'ai de l'honneur et je ne suis guère fourbe. Je suis différent tout simplement, je me suis construit par mes valeurs. Mon nindo est simplement de devenir fort pour protéger ceux que j'aime, je ne dois pas dénoter au final du mode de vie d'un samouraï. Créer une pièce sur ma vie, la vie d'un rustre dans un clan de parole. Vous seriez étonné de voir à quoi ma vie rime dans mon clan et je pense que cette demoiselle est capable de se défendre toute seule, enfin, je suppose. » 

Alors que j'allais continuer de parler, un bruit sec, un bruit de verre qui s'éclatait sur le sol après le bruit rauque et sourd d'un corps qui s'effondrait, le maître du samouraï, enfin le maître, je ne savais pas trop comment on pouvait définir cette personne et son lien avec le samouraï. Forcément, l'adepte d'un mode de vie particulier souhaitait aller s’enquérir de l'état de cet homme. Kirei semblait avoir la situation en main, mais je me devais d'accompagner cet homme. Je m'inclinais devant la demoiselle et l'homme : 

« - Je vous prie de m'excuser, je vais accompagner le messire pour aller voir comment la situation évolue ! Je laisse la demoiselle entre de bonnes-mains. »

Je m'approchais du chef de clan : 


« - Comment cela se passe. Il va s'en sortir, j'espère ?! »


Je m'agenouillai tout en voyant la main de ce chef s'illuminer d'une lueur verdâtre.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
PNJ
Messages : 641
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: La source bienfaisante Ven 12 Juil - 21:57
La source bienfaisante

En bon diplomate, Kirei essaya de rassurer non seulement les moines mais aussi le dirigeant suprême de la Guilde du Serpent d'Or.
Menant les débats d'une main de maître, le chef des Yamanaka évita tout débordement.
L'impudent mercenaire s'en fut renvoyé vers le buffet, chasser tel un roquet qui aboie trop.

Mais avant que Kirei n'ai pu creuser plus avant la situation, par exemple pour calmer les craintes de l'envoyée de la guilde des médecins et apothicaires, un nouvel incident se produisit. Peut être lié au précédent.
Hibari Daisuke lâcha son verre, visiblement souffrant bien qu'essayant de faire bonne figure.

Suspectant immédiatement un empoisonnement, le chef du clan Yamanaka se porta immédiatement à son chevet.
Après un instant d'hésitation Takashi Susumu lui emboîta le pas : le vieil homme avait sans nul doute lui aussi remarqué l'étrange faiblesse et les gestes crispés de l’envoyé du Daimyo.
Ils furent promptement rejoint par le garde du corps officiels de celui-ci, suivit par Jinpachi.

Kirei ne pris pas de gant et annonça tout de go ses soupçons.
"C'est.. fort possible..." souffla Hibari Daisuke, qui devait faire un effort surhumain pour rester debout et avait du mal à parler, ses muscles commençant à se crisper contre sa volonté.
Le maître des Yamanaka commença aussitôt à utiliser une puissante technique curative, après avoir fait s'asseoir dans un coin calme le maître-espion du Daimyo.

"Je vous surveille ! Pas d'entourloupe ninja !" siffla immédiatement le vieux maître de la Guilde du Serpent d'Or d'un ton venimeux. Il prenait le pouls du patient et examinez ses yeux, apparemment bien décidé à aider à sa manière. "Pupilles légèrement dilatés... Il a de plus en plus de mal à respirer et ces muscles sont durs comme du fer... Cela agit vite !"
Il farfouilla dans ses poches, révélant tout une série de fioles et de poudre. Visiblement Takashi Susumu ne se déplaçait pas sans sa propre pharmacopée. Il passa quelques sels sous le nez du représentant de son Seigneur.
"Restez conscient messire ! Cela devrait dégager vos bronches..."
Le médecin mentait en partie, peut être pour rassurer Daisuke : s'il s'agissait bien de poison, ce n'est pas quelques vapeurs puantes ou fumigation d'apothicaire qui sauverait le patient.
En tout cas, le vieil homme semblait mettre de coté sa rivalité envers les ninjas-médecins pour aider : ses informations sur l'état du patient étaient parfaitement exactes.

Mais heureusement, Kirei était un incroyable praticien de l'Iroujutsu et un spécialiste en poison. Il avait déjà était confronté à bien pire !
La substance toxique était puissante et rapide, mais plutôt basique dans ses effets : la technique du Yamanaka le neutralisa sans mal. En tout cas, il s'agissait d'une toxine assez puissance pour affecter même un shinobi ou un samouraï entraîné !
L'émissaire du Daimyo reprit des couleurs et prit une profonde goulée d'air, ses poumons fonctionnant de nouveau. Ses muscles convulsés se détendirent ensuite après quelques tremblement.
Il restait cependant fort affaiblit après pareille expérience.

"... Merci... Yamanaka-dono.... Takashi-dono..." haleta-t-il, visiblement éprouvée mais reconnaissant. "M'empoisonner... moi ! Quelle... ironie... Mais... ce n'était pas... dans le thé... Pas d'odeur... pas de goût..."
Le maître-espion du Daimyo devait avoir l'habitude des poisons, de par son travail. Même s'il existait, notamment dans le monde shinobi, des substances toxiques qui ne laissait aucune trace, elle étaient rares et coûteuses et bien souvent des goûteurs entraînés pouvait tout de même les détecter.

"Laissez-moi vous examiner monseigneur !" déclara mielleusement le chef de la Guilde du Serpent d'Or, voulant sans doute ne pas se faire évincer. "Il faut être certain que la substance a été éliminée par.... les tours de passes-passes shinobi. J'ai aussi du baume pour soulager vos muscles endoloris..."
"Une incroyable démonstration." salua Sumi Birei d'un ton un poil trop guindé et volontairement neutre, à la fois ravie d'avoir eut une démonstration des arts ninjas, intriguée et inquiète.

"Ah !" tonna alors la voix de stentor du pirate qui s'était rapproché pour voir se que faisait son patron. "Vous l'avez dit madame ! Une parfaite démonstration ! Quelle merveilleuse coïncidence que l'on tente d'empoisonner l'envoyé du Daimyo à une réception où grouillent des ninjas venues venter leur arts médicaux ! Sacré spectacle !"
A ce stade, ce n'était plus des sous-entendu que beuglait Genjirô Dai, mais de véritables accusions envers les Yamanaka.
Vu sa voix de colosse qui avait portée dans toute la salle, impossible désormais de glisser discrètement sur l'incident ou de faire passer ça pour un simple malaise...
Les autres invités contemplaient désormais la scène en murmurant entre eux à propos de la tentative d'empoisonnement.

Bien sûr, tous ne croyaient pas aux théories complotistes du mercenaire.
Umiko Tomoyo fit signe discrètement à sa petite-fille de la rejoindre, accompagnée par l'acteur qui lui servait (pour le grand plaisir de celui-ci) de garde-chiourme. La vieille marchandes semblaient méfiante, plissant des yeux en examinant Kirei et Jinpachi.

Nulle suspicions dans les yeux de Sumi Birei, qui semblait plus intriguée qu'autre chose. Ni dans ceux de Misako Kinnori, la moniale du Temple des Nuits et des Ombres. Il y dansait par contre une certaine inquiétude.
Probablement pas pour sa vie, mais pour la suite...
Car s'il y avait eut une tentative d'empoisonnement et que les Yamanaka n'y étaient pour rien... Cela signifiait qu'un tueur rôdait dans l'ombre. Sans doute un des membres de l'assemblée.
Mais même si l'assassin se tenait à carreau, restait la suspicion et la recherche de coupable.

Kirei savait que certaines personnes ici savait jouer du poison : la soi-disant belle et douce Umiki Aimi et sa grand-mère. Takashi Susumu, le vieux médecin se sentant menacé par les Yamanaka.
D'autres invités pouvaient eux aussi avoir eut accès à une toxine d'origine shinobi : l'acteur Asato Toshi fanfaronnait beaucoup sabre au point mais les Yamanaka savaient qu'il usait parfois d'art plus fourbes... Sumi Birei était une énigme dont la passé regorgeait de morts plus ou moins suspectes. Misako Kinnori, la moniale, avait elle aussi une histoire sanglante et son magistère la mettait souvent en contact avec la mort.
Et la victime elle-même : Hibari Daisuke était après tout le maître-espion du Daimyo et devait donc bien connaître ce genre de menace...

Katsuri Mamoru se pencha discrètement vers l'oreille de Jinpachi.
Le jeune homme ne croyait pas à un quelconque complot des Yamanaka et avait pris le franc ninja en sympathie. Il avait donc décidé de lui faire confiance.
"Yamanaka-san... Juste avant l'incident, j'ai cru entendre un bruit étrange. Je ne saurais dire d'où, la salle était particulièrement animée... Comme un souffle... Presque comme une flèche ou un shuriken qui fend l'air, vous voyez, mais en bien plus faible...."


 
Feat.
Revenir en haut Aller en bas
Yamanaka Kirei
Yamanaka Kirei
Indépendant
Messages : 38
Date d'inscription : 20/05/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: A - Chef du clan Yamanaka
Ryos: 533
Expérience:
La source bienfaisante Left_bar_bleue151/2000La source bienfaisante Empty_bar_bleue  (151/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
Tandis que Kirei se penchait au chevet du pauvre émissaire, probablement victime des enjeux politiques et d’intérêts privés malintentionnés, Takashi Susumu décida d’intervenir à son tour. La première réaction du chef des Yamanaka fut de ressentir une certaine méfiance à l’égard de cet individu, qui de par son hostilité envers ce projet de dispensaire, voire les ninjas en général, et sa maîtrise des poisons, faisait un suspect naturel. Il aurait cependant eu bien du mal à justifier une éventuelle opposition à ce que le médicastre le rejoigne, et s’il était innocent, un autre médecin n’était de toute façon pas de trop.  De plus, s’il était coupable, peut-être avait-il un antidote à disposition, et mieux valait-il faire fi de ses réserves afin de se concentrer sur le patient. Le garde du corps de ce dernier, ainsi que Jinpachi, ne tardèrent point à les rejoindre à leur tour.

Kirei : "N’ayez crainte Takashi-dono ! Votre renfort est qui plus est le bienvenu." dit-il à son confrère de circonstances, qui pour sa part s’était lancé dans l’auscultation d’Hibari Daisuke. Il se tourna alors en direction de son partenaire de mission, qui se tenait à ses côtés. "Je crains qu’il ne s’agisse bel et bien d’un empoisonnement. La toxine semble virulente, mais je pense être en mesure de l’endiguer. Il devrait s’en sortir, mais ça ne me dit rien qui vaille. Un assassin se cache peut-être parmi nous."

Le jeune homme observait de près le dirigeant de la Guilde du Serpent d’or, aussi bien afin de le surveiller, que par curiosité didactique. De toute évidence, il n’était pas un imposteur, et son diagnostic était exact. Tout comme lui, il cherchait également à rassurer leur patient, en usant de paroles et d’effet placebo, ce qui était une excellente initiative. Si cette séquence ne dissipait guère complètement les soupçons de Kirei, elle améliorait l’image qu’il pouvait avoir de Takashi Susumu, à qui il préférait laisser le bénéfice du doute dans l’attente de nouveaux éléments. Après tout, les suspects ne manquaient pas.

Fort heureusement, la technique de l’Iryô-nin faisait effet, et l’émissaire reprenait peu à peu des couleurs tandis que ses muscles se relâchaient. Bien que très affaibli, il semblait pour l’instant hors de danger, et le leader Yamanaka était impressionné par la lucidité dont il faisait preuve après cette terrible expérience. Nul doute qu’il était quelqu’un d’aguerri, et son témoignage de connaisseur pouvait comporter de précieux indices.

Kirei : "Je vous en prie Hibari-dono. Je suis heureux d’avoir pu vous être utile." lui répondit-il d’un sourire soulagé. "Il sera toujours possible d’analyser les résidus de thé, mais s’il n’y avait d’après vous aucune odeur ni aucun goût, cela pourrait signifier que le poison est indétectable… Ou qu’il pourrait venir d’ailleurs. Qu’en pensez-vous, Takashi-dono ?"

Ce dernier poursuivait l’auscultation du patient, et se révélait utile en appliquant un onguent soulageant ses muscles. Ironiquement, il était tout aussi suspicieux de Kirei que celui-ci ne l’était de lui, et il était fort possible qu’aucun des deux ne soient en réalité impliqués dans cet attentat. C’est pourquoi le ninja médecin préférait tenter de collaborer avec lui, essayant de prolonger dans les faits son discours d’ouverture. Tant qu’il restait sur ses gardes, il n’y avait rien à perdre à collaborer.

Bien évidemment, cette démonstration n’était guère sans avoir suscité un certain nombre de réactions. Si celle de Sumi Birei fit intérieurement plaisir au jeune homme de par sa teneur méliorative, bien qu’elle était empreinte de neutralité, celle de Genjirô Dai était quant à elle plus problématique. Portant des accusations à peine voilées à l’endroit du clan Yamanaka, il soulevait l’idée d’une mise en scène visant à assurer leur propre promotion. Quand bien même il savait que le mercenaire n’était pas nécessairement cru par les autres convives, Kirei ne pouvait laisser de tels propos sans réponse. Il veilla à s’exprimer de manière à être clairement entendu de tous, tout en maintenant un ton posé dénué d’énervement ou d’agressivité. A vrai dire, il s’attendait déjà à cette récupération des évènements de la part de ses détracteurs, ce qui l’aidait à garder un certain sang-froid.

Kirei : "Compte-tenu de l’image que vous avez des miens, je peux comprendre vos accusations, mais ce raisonnement est réversible. Comme par hasard, lorsque les Yamanaka inaugurent leur grand dispensaire, un empoisonnement s’y produit. Serait-ce réellement une coïncidence, ou bien une tentative de les discréditer ? A mon avis, mieux vaut ne pas se perdre dans ces insinuations, et se concentrer sur la recherche de la vérité, afin de rendre justice à Hibari-dono. A mes yeux, attenter à la vie de son émissaire représente même une attaque indirecte contre le seigneur Ueno, et quiconque est l’auteur de ces faits se rend coupable de haute trahison envers sa nation."

Par cette allocution, le dirigeant Yamanaka cherchait à dissocier cette affaire de son clan, en soulignant toutes les implications bien plus graves qui étaient ici en jeu. C’était aussi le moyen de fédérer la petite assemblée contre le ou les conspirateurs, en mettant en évidence qu’il n’était pas (seulement) question de la réputation des Yamanaka, mais qu’il s’agissait là d’une attaque contre l’Etat. Si cette posture ferait peut-être bonne impression aux yeux du seigneur, Kirei souhaitait sincèrement rendre justice à Hibari Daisuke, et purger la Côte Verdoyante de ces malfrats. Les suspects étaient nombreux, et il allait falloir mener l’enquête...

(HRP : Je ne suis pas sûr que Kirei soit censé remarquer que le garde du corps parle à Jinpachi, vu qu’il le fait discrètement et que ce n’est pas un bleu. Du coup je n’ai pas réagi à ce passage Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Centre :: Grandes Forêts-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.