:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Centre Ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa

Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________


A cette heure, les gens respectables dormaient depuis longtemps, sauf s'ils étaient retenus par une quelconque obligation et les jeunes filles surtout, n'étaient plus censé quitter le cocon familial. C'était ce qu'on s'était évertué dix millions de fois à m'expliquer depuis mon arrivée à Suna.

« T'es lourd Yoki, comment je suis censée m'endormir paisiblement avec toi qui me fixe ainsi.
— Avec la dose que j'ai mise dans ton verre cela ne devrait pas être un problème petite tête.
— C'est carrément de la séquestration. Tu es vraiment le pire...  »



Des crédules. Si Yoki avait un talent particulier pour les poisons et autres fioles aux effets douteux par son statut de marionnettiste, à force d'être sa victime -et principal cobaye; j'avais retiré ce qu'il y avait à en apprendre. Bien évidemment, je m'étais bien gardée de m'en vanter, surtout devant mon abruti —mais adoré— de frère.

« Je ne suis plus vraiment une enfant pour être traitée ainsi tu sais.
— Si seulement...
Sa tonalité dévoilait sa lassitude.  »


Yoki n'aimait pas particulièrement me restreindre, mais il n'avait jamais su s'opposer à l'autorité paternelle. Celui-là même qui avait décrété que mes conneries, c'était fini ! Pour reprendre ses termes. Bon certes, j'avais peut-être abusé ces derniers jours. Simulant une respiration longue et profonde, affalée dans le lit, parfaite joueuse de comédie, je m'appliquais dans mon rôle de princesse endormie. Un subterfuge efficace, mon stupide petit frère cédait à l'offre alléchante des muses de son sommeil et il ronflait presque quand mon nez proche du sien vérifier son état, je me moquais silencieusement.  Me courir après matin et soir, en plus de cumuler ses propres obligations, semblait plus épuisant qu'il ne l'avait imaginé.

Bonds silencieux, ombre furtive et loin du domaine des Serika, sur les rues sableuses de la belle Suna étaient libérés les tissus colorés. Les pas dansants, il ne restait plus qu'à rejoindre la baraque servant le meilleur alcool, celle qui était donc la plus animée. L'endroit étant bombé, il était facile de se fondre dans la masse, puisque le taux d'alcoolémie n'aurait pas permis de reconnaitre la moindre face au levé du jour.

« Encore toi ? Se plaignait le tavernier. Tu vas m'attirer des ennuis... Il était coupé dans son élan...
— Non plutôt la bonne fortune mon ami.  »


Jeux de mots foireux pour accompagner la masse excessive d'argent offerte pour une simple bouteille. Sa couardise ne l'avait rendu hésitant que l'instant qu'il avait fallu pour que son avarisme ne prenne le dessus.

« Seulement si tu ne te fais pas prendre encore une fois.
— Pas cette fois !  »



Lui avais-je offert comme une audacieuse garantie, au pire des cas, ce serait le jeu du chat et de la souris final de la soirée. Les petites habitudes quoi. Il était déjà tard, les groupes d'ivrognes s'étaient construit depuis longtemps. Le goulot de ma bouteille en main, tout en m'abreuvant, je jetais un coup d'œil sur la pièce enfumée. C'était un sacré foutoir par ici, un qui améliorait toujours mon humeur au milieu du bruit et des élucubrations d'alcooliques ne faisant aucun sens. Mais ... Certaines étaient plus captivantes que d'autres. Mon oreille se tendait en captant quelques bouts de phrases qui promettaient du divertissement sous peu. Sourire malicieux, ma tête s'était tournée vers un gros baraqué...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Ma première mission officielle pour Suna ! C'est plein de fierté que je vais me préparer au départ pour Umore. Mais avant cela...
La taverne du bon Sunajin, héhé, j'ai bien envie de claquer le peu de ryos qu'il me reste dans une bonne bière. Je pousse la porte et des rires m’accueillent. Les habitants rincés à l'alcool buvaient sans retenue, ce qui arrangeait bien le tavernier, qui courait de droite à gauche pour servir tout ses clients.

"Wada ! Ça faisait un bail qu'on t'avait pas croisé ici !"

Le rire gras de Tadamori, mon pote de boisson me parvient aux oreilles. Son ventre bedonnant, sa barbe mal rasée et son hygiène douteuse ne font pas de lui le plus bel étalon de la ville mais, en tant que client n°1, le patron va pas le dégager.
Je saisis la main ferme de mon camarade et je m’assoies à sa table.

"Héhé ! Quelles sont les nouvelles ?"

On peut se demander ce que fait un être aussi parfait que moi aux côté d'un homme au physique abject. C'est simple, son âme est noble, c'est un ami de qualité et je sais qu'il saura prendre ses responsabilité si on lui demande. L'alcool fait parfois ressortir les meilleurs côté d'un être humais... Au lieu des pires.
Je sors le rouleau :

"Le Kaze m'a donné une mission, je vais aller régler son compte au guerrier invaincu de l'arène d'Umore."

Quelques têtes se tournent vers moi. Beaucoup d'ivrognes connaissent cette fameuse arène. Un lieu où les paris vont bon train, et tout le monde avait entendu parler de ce combattant hors pair.
La renommée de Suna et la mienne ne pourraient qu'être glorifiée par une victoire contre cet adversaires.

"Ooh ! Je vais pouvoir me faire un petit pactole ! Il ne fait aucun doute que tu vas gagner."

Les yeux de mon ami sont fixés sur ma musculature, il connait bien ma force en combat rapproché. Le barman débarque à la table et je lui demande comme d'hab, de l'alcool bien fort, dans une chope immense. Mon regard s'éclaire :

"A ma victoire."

Les quelques bourrées qui avaient écouté mon histoire lèvent leur chope en rigolant et avalent cul sec une bonne partie du liquide.
Alors que la soirée va bon train, je remarque une jeune femme entrer dans la bar... C'est rare de voir une présence féminine ici, cependant je n'y fait guère plus attention.
Mon corps posé sur ce tabouret, j'avale le plus d'alcool possible, essayant de repousser mes limites. Les autres s'écroulent déjà mais Tadamori tient bon, je ne l'ai pas choisi comme compagnon de boisson pour rien.

"Comme au bon vieux temps Wada ! On va voir lequel de nous deux tient le plus longtemps !"

Je le regarde avec un air de défi, si il y a bien un autre type de combat dans lequel j'excelle, c'est bien celui-ci, mais Tadamori est un professionnel. J'avale une dernière lampée et je m'exclame :

"Si j'arrive à te vaincre ce soir alors éclater l'autre sera du gâteau !"

Je pose ma main gigantesque sur son épaule, manquant de le faire basculer et nous éclatons de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________


Il ne fallait pas attendre longtemps pour que le duo alcoolisé confirme bien ce qui m'avait semblé comprendre. Encore cette histoire d'arène, voilà que tous les pochetrons de la taverne ne parlaient que de ça, s'électrisant les uns, les autres pour s'y rendre demain en vrai fan-boy. Tous les gens de Kaze avaient-ils un problème avec leur taux de testostérones ?  Ou seulement ceux que je croisais ou connaissais. Le pire dans tout ça, ici, on encourageait, on félicitait, même qu'on le fêtait... Ou alors, c'était qu'un Serika lui-même avait filé un ordre aussi stupide, bien que cela n'était pas surprenant en soi. Cette famille avait vraiment un problème dans son slip. Où damne avais-je eu la malédiction d'atterrir... Ma bouteille s'était vidé bien trop vite à mon goût, probablement parce que je marinais mon désaccord, plus que je ne faisais ce pour quoi j'étais ici : m'amuser !

Sans musique et avec autant d'affluence de gens, cela allait être difficile de se défouler des frustrations de la journée en dansant. Il était déjà tard et puis il fallait croire que mon envie d'alcool était la plus grande que celle de trouver un autre coin. Mon attention se détournait à nouveau vers l'objet des dernières attentions. Il y avait bien des manières de se divertir après tout. L'éclat de rire des deux joyeux lurons avait couvert le bruit des pas annonçant mon arrivée vers eux et sans demander mon reste, j'avais posé mon fessier sur un tabouret adjacent à leur table. Accusatrice, je lorgnais sur le pouilleux qui avait manqué de tomber à la renverse.

« Vous le prenez plutôt bien... La façon pathétique dont sont gaspillés vos impôts pour envoyer celui-là nous ridiculisait au nom de Suna. Inquisition se faisait maintenant sur la cible principale, le commandité de la mission. Et c'est en arrivant ivre mort que tu espères servir de punching-ball sans trop souffrir au champion demain ?  »

Mon coude se posait lourdement dessus le meuble sur pied avant que ma main largement ouverte ne puisse capturer un côté de mon menton. L'air de réflexion il parait... mais là c'était juste le liquide sévèrement dosé qui avait déjà rendu ma tête trop lourde pour mes petites épaules. Un bout de doigt de la paluche libre appuyait alors sur un biceps faisant la taille de ma tête peut-être bien...

« Être un gros morceau de viande ne garantira pas de victoire. Amateurs...  »

Dans toute sa perplexité et difficulté à réfléchir sûrement, son compagnon de beuverie montrait des signes avant-coureur de mécontentement, prêt qu'il était à défendre son favori. Mais avant que fusent les noms d'oiseaux en tous genres, j'en rajoutais une couche qui jetait autant d'huile sur le feu qu'elle tempérerait l'ardeur d'un parieur.

« Mais si vous êtes si sûr de vous... Parions ensemble ! Moi sur ta défaite, et toi le louche, sur sa victoire.  
— Qu'est-ce qu'elle manigance encore...
Se plaignait le tavernier en ramenant la suite de l'approvisionnement liquide. Petit sourire en guise de réponse pour lui. Ne m'attire pas les problèmes ici...  Avait-il marmonné dans sa barbe à mon encontre.
—  Alors ? Pari tenu ?  »

Ma main se tendait avec un sourire moqueur.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
" Vous le prenez plutôt bien... La façon pathétique dont sont gaspillés vos impôts pour envoyer celui-là nous ridiculiser au nom de Suna. Et c'est en arrivant ivre mort que tu espères servir de punching-ball sans trop souffrir au champion demain ? "

Une voix ridiculement aiguë et désagréable vient titiller mon oreille. Une jeune femme blonde, plutôt petite, dont je n'avais pas remarqué la présence à notre table, vient de s'adresser à la salle et à moi particulièrement. Son air moqueur et suffisant stoppe les discussions.
Les regards alternent, entre elle et moi, alors que j'essaye de la percer son petit jeu en la fixant.

"Être un gros morceau de viande ne garantira pas de victoire. Amateurs..."

Ajoute-t-elle, penchée vers moi, guettant sûrement ma réaction. Je sens Tadamori s'agiter, mais je ne perd pas une miette de ce spectacle aussi fascinant que pathétique. Des abrutis qui me jugent sans me connaître, j'en ai connu un paquet... Mais peu s'étaient exprimés avec autant d'assurance.
Cette fille m'intrigue.

"Mais si vous êtes si sûr de vous... Parions ensembles ! Moi sur ta défaite, et toi le louche, sur sa victoire... Alors ? Pari tenu ?"

Sa main tendue, elle semble fière de sa prestation. Elle pense avoir descendu un gros balourd prétentieux sans aucune difficulté et quelques moutons commencent même à se ranger de son côté et ricanent, encourageant à la confrontation.
Mais que serait un guerrier de Suna si il succombait à de si futiles stupidités ?

Todimara se lève de son siège, furieux :

"Hé toi ! Ça t'amuse de plomber l'ambiance ? Je..."

"Todimara."

Ma voix calme et déterminée le coupe dans son élan. Je regarde maintenant la fille avec un sourire moqueur... ou sadique en fonction du point de vue. Les quelques railleries à mon encontre cessent immédiatement dés que je me lève pour lui faire face, la dépassant d’au moins trois têtes, comme s'ils se rappelaient soudainement ma musculature.

J'approche mon visage d'elle, elle ne se démonte pas face à plus fort qu'elle... C'est une battante et j'aime ça.
J'attrape sa main et je réponds :

"Tenu. Tu paries quoi ?"

Ma question sadique est un test. Chaque personne que je rencontre est soumise à mon jugement. Est-ce qu'elle a la capacité de rentrer dans mon estime ? Ça dépendra de sa réponse. Plus elle pariera gros, plus elle montrera sa force... Si elle ne parie que des petites babioles ou esquive ma question, elle perdra toute crédibilité et je gagnerais sans avoir à me battre.
Ma conscience absolument pas embrouillée par l'alcool, je guette impatiemment sa réponse.
Fais le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________



Sans surprise, l'idée même d'une bagarre de taverne enflammait les esprits. Les plus taigneux encourageaient le démontage de celui qu'ils vénéraient presque il n'y avait pas plus de quelques minutes, puis moi dans tout ça ? J'affirmais ma prise aussi fermement que possible dans sa grosse main, avec la face de la petite fille capricieuse qui avait obtenu ce qu'elle voulait. Le nez relevé, bien obligé pour le regarder dans les yeux, puis encore il avait fait l'effort de se pencher.  Est-ce qu'il passait les portes ?  Dans tous les cas, il était plus malin que tous les penauds que j'avais truandés à ce jeu-là jusqu'ici. En général, d'abord ils aboyaient, ensuite ils défiaient, s'ils étaient toujours en état de le faire. Grande gueule ou joueur  jusqu'à quel point ? On allait vite le savoir. Bon, j'aurais peut-être dû réfléchir plus loin que le bout de mon nez ou prendre le temps de la réflexion pour répondre, mais emportée dans l'élan, l'offre venait d'elle-même, la réponse était au tac au tac de ses derniers mots.

« Notre amour-propre.  »

Après tout, cela partait à la base d'une histoire d'orgueil et l'amour-propre lui étaient intimement liés non ?

« Je propose que le perdant sert de valet pendant un mois tout entier à l'autre. Comme dans les grandes maisons, tu sais ce gars toujours levé avant toi, couché après toi, qui peut même lasser tes bottes si tu as la flemme.  »

Le public en tout cas validait l'offre, les plus audacieux qui pourtant s'étaient cachés dans l'ombre à la levée de sa chaise, revenaient quinquant avec quelques remarques ou plutôt suggestions pour le calvaire du perdant. D'autres restaient surpris. Tout le monde semblait attendre une somme d'argent. C'était trop facile, puis je n'en avais pas grand-chose à faire. Par contre, une armoire comme lui charger de mettre des bâtons dans les roux de Yoki pendant que je filais comme le vent... ça n'avait pas de prix. Restait à le convaincre que le prix soit suffisant.

« Une Serika de bonne lignée comme moi, portant les bagages d'un gros ours comme toi, du jamais vu à Suna.  »

Dommage que ce n'était pas prêt d'arriver. Le tavernier lui me lançait un regard suspicieux  en faisant des gestes discrets que je n'arrivais pas à déchiffrer... Peu importe !

« Si c'est bon pour toi, buvons à ces beaux prochains jours qui nous attendent ! »

Ou plutôt, saoulons-le jusqu'à ce qu'il tombe ivre mort au point de ne pas pouvoir se rendre vers son objectif.

« A moins que tu sois déjà hors course pour ce genre de défi-là. Bois-toi aussi le louche, je réglerais la note patron. Invitation faite à son fidèle admirateur qui me fusillait du regard.  »

Un geste au tavernier pour l'inciter à prendre commande, puis ne restait plus qu'à voir comment la suite se profilerait.

« J'espère que tu te bats aussi bien que tu ne sais descendre les choppes de bières. Je n'aime pas les victoires faciles. »

Simple taquinerie pour l'inviter à boire cette fois, non pas sans arrières-pensées...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La poigne de cette fille est forte. En forçant, j'aurais sûrement réussi à la broyer mais ce n'est pas ce que je veux, ce n'est pas une guerre de nerf, mais un combat d'honneur. Et lorsqu'on est loyal, les coups bas sont à proscrire.

"Notre amour propre."

Une étincelle s'allume dans mes yeux lorsqu'elle répond sans broncher.

"Je propose que le perdant sert de valet pendant un mois tout entier à l'autre. Comme dans les grandes maisons, tu sais ce gars toujours levé avant toi, couché après toi, qui peut même lasser tes bottes si tu as la flemme."

Un mois. Elle venait de parier bien plus gros que je ne le pensais... Sans hésiter. Héhé, cette fille vient de me confirmer qu'elle a un sacré charisme.
Ce défi sera encore plus palpitant ! Je ne me battrais plus uniquement pour Suna mais aussi pour conserver mon amour-propre. Si je dois perdre ce combat, alors j'aurais mérité qu'elle reçoive la récompense de son pari.

"Une Serika de bonne lignée comme moi, portant les bagages d'un gros ours comme toi, du jamais vu à Suna."

Pardon ? J'ai bien entendu ce qu'elle venait de dire ? Une Serika ?
Haha, je comprends mieux pourquoi elle en impose ! Les Serika ont une conviction hors du commun et je les respecte énormément. Mais ne crois pas que je vais me dégonfler pour autant. La battre à son propre jeux serait un exploit respecté à Suna.

"Si c'est bon pour toi, buvons à ces beaux prochains jours qui nous attendent ! J'espère que tu te bats aussi bien que tu ne sais descendre les choppes de bières. Je n'aime pas les victoires faciles."

Ajouta-t-elle après avoir invité Todimara à se saouler avec nous.
Les ivrognes rigolent bien du défi lancé par la Serika au Chuunin prometteur. Mais ils ne saisissent pas la symbolique que cela représente pour moi. Je respecterait ce défi jusqu'au bout ! Et je sais qu'elle aussi. Ils pensent que si je gagne, elle se défilera. Mais je ne suis pas de cet avis. Elle passerait pour une lâche, une profiteuse... Ce qu'elle n'est évidemment pas.

J’attrape la chope offerte par ma concurrente et répond :

"Et moi j'espère que tu ne finiras pas par terre. Ce serait dommage de louper le spectacle de demain."

J'avale le demi-litre d'alcool et je la regarde droit dans les yeux, la défiant de faire pareil. Rare sont ceux qui tiennent aussi bien l'alcool que moi. De plus, avec son petit gabarit, elle est désavantagée.
Gagner ce petit combat d'ego ne m’empêchera pas de me concentrer sur ma mission, Suna sera honorée de ma réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________


À première vue, l'offre le satisfaisait à merveille, peut-être un peu trop même... Est-ce que ça commençait à me faire douter ? Pas du tout ! Ce n'était pas vraiment le genre de chose qui pouvait m'inquiéter, qu'importe les conséquences, j'y penserais sur le tas... Comme toujours. Dans les moments comme ceux-là, où j'engloutissais un demi-litre de bibine à la suite pour imiter mon nouvel acolyte... Je comprenais mieux les inquiétudes de mon petit frère à mon encontre. Il n'avait pas fini de garnir sa petite tête de cheveux blancs, croyez-moi.

"Plaf"

Le son de la chope qui frappait la table, comme pour appuyer fermement sur un interrupteur de chronomètre imaginaire, je voulais faire le même temps, histoire de montrer qu'il n'avait pas affaire à une amatrice. Combien même il n'y avait pas de quoi s'en vanter... Toute ma denture en exposition avec ce sourire de fille satisfaite, j'envoyais un regard en coin à celui qui pensait me coucher sur la table au premier round.

« Et rater ma victoire ? Tu plaisantes. Si tu lui tiens tête plus de dix minutes, je ne t'obligerais pas à porter d'uniforme en récompense. »

Ma main tirée une nouvelle dose d'alcool vers moi, mon tour de lever cette dernière pour lancer le prochain round de la table.  A vrai dire, je n'avais pas réellement fait attention au suivi de l'acolyte de mon parieur.

« Mais dis-moi, tu sais contre qui tu comptes te battre demain au moins ? Tu t'es renseigné un peu ? Le vieux fou doit s'être vexé que quelques jeunes Serika aient mangé leurs propres sables là-bas. »

Ricanement avant de finir de plusieurs gorgées mon verre. Mes cousins étaient partis en groupe, tout vantard, à leur retour, ils avaient rasé les murs et évité le sujet.  Veine tentative de cacher la défaite, surtout dans un clan comme celui-là. Pauvres diables, ils avaient dû en manger des quantités de sable après ça... Signe au patron pour remplir les chopes et je guettais l'état du géant qui devenait quand même un peu flou pour tout avouer... Mais rien ne laisserait paraître l'état alcoolisé avancé tant qu'il ne faudrait pas quitter la position assise.

« Je suis une habituée, surtout avec mes dispos occasionnelles, faut bien faire le plein pour le mois. »

Clin d'œil. Encore que, celui-ci promettait d'être prometteur à ce niveau vu la tournure de la soirée. Si ça s'apprenait chez moi, l'escapade, comme le pari, j'allais traverser le désert dans une déferlante de sable... La pensée me faisait emmètre un petit rire idiot spontané, la fille qui s'amusait toute seule faut croire. Mon père et moi n'avions pas la même définition du mot risque ! Ni même loisir en fait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La blonde avala le contenu de sa chope sans aucune difficulté avant de la reposer sur la table, satisfaite. Todimara a de quoi être jaloux, j'ai trouvé une nouvelle partenaire pour aller m'enfiler de la bière et coucher tous les buveurs banals.
Cependant, je suis curieux. Les Serika ne sont pas réputés pour traîner dans les bars et parier avec des ivrognes, je me demande bien ce qui la pousse à agir comme ça, elle doit être bien sûre d'elle.

"Et rater ma victoire ? Tu plaisantes. Si tu lui tiens tête plus de dix minutes, je ne t'obligerais pas à porter d'uniforme en récompense. "

Nouvelle lampée, la nouvelle venue est déterminée à me faire craquer. C'est mal nous connaître. En buvant, je lâche un coup d’œil malicieux à mon ami, bien ennuyé à regarder des amateurs se défier.

"Mais dis-moi, tu sais contre qui tu comptes te battre demain au moins ? Tu t'es renseigné un peu ? Le vieux fou doit s'être vexé que quelques jeunes Serika aient mangés leur propre sable là-bas."

Oh ? Je ne suis pas le premier ? Information précieuse. Si je réussis là où des Serikas ont échoués, je serais encore plus respecté. un combat glorieux, du renom et une Serika à mon service ? Cette victoire est de plus en plus alléchante.
Ma camarade semble avoir plus de difficultés à finir son verre cette fois... Même si c'est infime, ça n'échappe pas à des pros comme nous. Si elle commence déjà à faiblir, elle n'a aucune chance de gagner, je ne suis qu'au début.

"Je suis une habituée, surtout avec mes dispos occasionnelles, faut bien faire le plein pour le mois."

Qu'est ce qu'elle est bavarde ! C'est bien beau de parler mais j'avoue que l'art de la rhétorique est vraiment un de mes points faibles.
Je regarde le barman qui s'approche pour nous servir de nouveau avec un sourire sadique :

"Non, fais nous monter d'un niveau. Ça va être trop long sinon."

Il semble hésiter. Je venais littéralement de lui demander de mettre un de ses alcool les plus forts dans nos chopes. Je veux un véritable tord-boyaux. Pour nous trois, il nous faut un terrain de combat de qualité.

"J'aime improviser en combat. La meilleure manière de jauger son ennemi est de le combattre."

Dis-je pour répondre à sa question.

"Au lieu de penser à ta victoire certaine, pourquoi tu ne me dirais pas ce que t'aimerais faire à mon service si tu perds ? D'ailleurs on ne s'est pas présentés..."

J'avale le liquide brûlant puis je regarde la fille :

"Wada Munemasa. Et toi ?"

Encore une petite provocation, pour stimuler nos nerfs. Je ne connaissais pas son prénom encore. Et j'aimerais bien savoir qui j'affronte. Je pars demain pour aller analyser ce fameux combattant, si elle peut craquer vite, ça m'arrangerais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________


Monter d'un niveau ?  Pour le coup, un sourcil se relevait et vu la face du tavernier, c'était une surprise corsée qui s'en venait. Qu'à cela ne tienne ! C'était pour cela que j'étais venue ici, boire jusqu'à dormir sur la table, de toute façon, tôt ou tard, Yoki viendrait me récupérer et camouflerait l'incident pour éviter de se faire traiter d'incapable par le tyran familial. Mais pour en revenir à nos moutons actuels et ne pas se gâcher le plaisir, la réponse du bonhomme ne me surprenait pas vraiment. Même si ma moue désapprobatrice semblait juger négativement l'attitude, au final c'était l'hôpital qui se foutait de la charité, j'étais faite de la même essence irraisonnée.

« Tu joues sur ta chance en somme. Je te souhaite d'avoir ce qu'il faut demain pour rester en un seul morceau dans ce cas.  »


La question suivante en revanche me clouait le bec un petit moment, tant que le tavernier avait eu le temps de revenir servir son eau de feu. Quel étrange spécimen quand même, soit il était en train de se foutre de moi avec brio, soit il n'avait pas très bien compris le concept de la sentence du perdant. C'était intéressant.

« Moi c'est Kõya, du clan Serika il paraît. Hum, ce que j'aimerais faire ? Me lever tard dans la journée, ne pas avoir à m'entraîner et surtout de quoi boire pour égayer les journées, ça et tu seras parfait, je pourrais même perdre exprès ! »


À son service ou pas, c'était mes souhaits de toute l'année à bien y repenser. Quelle étrange idée de demander ça. Ou c'était une tactique pour sélectionner le pire des tâches, qu'importe, on était joueur ou on ne l'était pas. Une gorgée du breuvage me décrochait une grimace très parlante, mais je n'abandonnais pas pour autant la course... Au bout de quelques minutes toutes mes papilles auraient cramé de toute façon.

« Je t'offre un joker pour la chose la plus terrible pour toi que tu ne voudrais pas faire. Tu choisis quoi ?  »


La moitié à peine du récipient avec ce liquide de malheur et l'évidence frappait dans mon esprit, au jeu du buveur la victoire pourrait me faire défaut... Sauf si je mettais en application les méthodes de Yoki pour me faire décuver le matin. Tirée d'une de mes poches, une barre de ration venait éponger l'excès d'alcool dans mon estomac. Quand tu n'étais pas une force de la nature, mieux valait être malin.

«  Vous en voulez  ?
— Une fois vos consommations finies, on ferme !
Annonçait le tavernier.   »


Et là toute la difficulté de la situation se dévoilait, impossible de marcher droit en gardant de la contenance, le retour au bercail promettait du ridicule. Heureusement ce dernier ne tuait pas ! Un problème à la fois ceci dit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La chance ? Depuis quand un combat viril entre hommes puissants se joue sur la chance ? Non, la détermination prime. Si un homme n'a pas la volonté de gagner un combat, alors il n'a aucune chance face à un véritable guerrier.
Je vais écraser cet adversaire car il se bat pour l'argent et la popularité, sûrement pas pour la beauté d'un combat.

"Ta réponse ironique est bien confiante Kõya, prend garde à ne pas tomber de trop haut."

Je ne compte pas réfléchir maintenant à ce que je lui ferais endurer. On verra bien le moment venu. Sa descente était de plus en plus dure, n'importe qui à part Todimara ne supporte cette liqueur. Mon œsophage commence lui aussi à sentir passer chaque gorgée.

"Je t'offre un joker pour la chose la plus terrible pour toi que tu ne voudrais pas faire. Tu choisis quoi ?"

Alors que j'allais répondre, elle sort une barre de ration et l'avale. Je suppose que c'est déjà trop pour elle, si elle continue sa fierté en prendra un coup.
Todimara rigole.
Il doit repenser à la première fois où j'ai pris une cuite avec lui. La nourriture n'ayant absolument pas suffit. Je refuse son offre par fair-play.

"Si je perds ce pari, je compte bien me plier à toutes tes volontés."

Je n'ai pas accepté ce pari à la légère. Je respecte toujours ma parole.
Je finis le liquide restant alors que le barman annonce la fin du service. Les rares ivrognes qui ne dorment pas quittent la taverne en chantant. Demain, ils auront tout oublié.
Il ne reste plus que Kõya, Todimara et moi-même avec l'esprit assez clair pour encore discuter.

"Malheureusement, je ne pourrais pas t'admirer bourrée. J'espère que tu viendras encourager ton poulain dans les gradins demain."

La soirée bruyante et joyeuse était maintenant plus silencieuse. J'ai l'impression d'avoir à peine bu. La prochaine fois que je viendrais me bourrer, j'espère qu'elle sera encore là pour relever un peu le niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
La dure vie des blonds | Pv. Wana Munemasa Ulvz


La dure vie des blonds | Feat. Wana Munemasa
_________________________________________



Visiblement, le Wada gagnait la première manche du défi. Sa coupe était vide bien avant que la mienne n’arrive à sa moitié. Il fallait savoir s’avouer vaincu parfois, est-ce que ça comptait pour un acte raisonnable quand je poussais ma chope en annonçant que je ne la finirais pas ?

« C’est assez pour moi, surtout si je compte être aux premières loges du combat demain. Cela serait bien dommage que je ne me réveille pas pour voir ta déculotté par vrai ?  »


Sourire taquin, en toute franchise, à sa victoire, je n’y croyais pas trop et c’était plutôt confiante et sereine que j’allais m’endormir ce soir.

« Je n’ai pas l’habitude de boire un alcool aussi fort, mais… ça viendra, on retrouve pour une prochaine manche. Le dernier debout gribouillera la face de ceux qui sont tombés !  »


Si là il n’était pas établi dans tous les esprits que j’avais un peu trop l’âme joueuse, c’était qu’ils étaient pire que moi au fond peut être à ce niveau-là. Puis ce n’était pas forcément l’alcool qui m’avait déridée et était en cause de ce trait de caractère que la famille trouvait fâcheux. Quittant mon tabouret pour me redresser sans gestes trop brusques, je gagnais encore quelques secondes en parlant pour trouver un équilibre… Un qui camouflerait un peu le ridicule d’une démarche ébréchée. Comme si c'était encore possible.

« Et à quelle heure l’exploit va-t-il se produire ? Je compte bien ne pas quitter mon lit trop tôt.  »


Probablement que je ne le quitterais pas du tout si Yoki ne venait aux aurores m’y déloger. D’ailleurs, mieux valait retrouver mes draps avant que ce dernier ne comprenne que ses méthodes ne fonctionnaient plus. Le pouilleux me lançait un dernier air mauvais, pas mécontent qu’il était que je déguerpisse enfin et  je lui rendais son mépris avec une minaude merdeuse.

« Allez, j’y vais, après tout on va vite se revoir tous les trois ! »


Un petit geste de la main pour le géant, mais aussi surtout pour son compagnon qui fulminait déjà; aucun doute, il m’adorait celui-là. Un grand effort était alors de rigueur pour ne pas tamponner les tables alentour jusqu’à la sortir, je n’étais pas dupe pour autant, peu de chance que j’avais su faire l’illusion, ne voyant plus claire à un mètre devant moi. Rentrer au bercail alors être une véritable épreuve, un trop grand risque de se faire prendre dans cet état, donc… Autant grimper sur un toit pour faire un petit somme, de toute manière, la violence du soleil de Kaze me réveillerait bien assez tôt comme ça pour me permettre de respecter toutes mes taches de la journée.

« À demain tavernier !
— Ne te sens pas obligé de revenir surtout !
Concluait le patron peu avenant. »


En même temps, il fallait le comprendre, la dernière fois que le paternel m’avait trouvé ici, il lui avait fallu une semaine pour extraire le sable de son local. Heureusement Yoki était plus tempéré. L’honneur était sauf, je pense, puisque j’avais réussi à regagner la sortir sans embrasser le sol, mais il ne le resterait pas longtemps au bout de quelques bonds ou comme n’importe lequel des vagabonds, je m’offrais la fin de cette nuit à la belle étoile. Comme au bon vieux temps au fond, même jusqu’au détail des boyaux qui se tordaient !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
A bientôt.
Je souris aux provocations de la blonde. Les Sunajins sont incroyables, je ne pensais pas avoir une telle conversation un jour.
Malgré le fait que ce combat semblait prendre la tournure d'un jeu pour elle, je n'oublie pas le fait que cette mission pour Suna reste importante. Il n'est pas question de la foirer, et ce n'est pas un défi stupide qui va m'y plier.

Après m'avoir encore nargué, elle se tourne fièrement :

"Allez, j’y vais, après tout on va vite se revoir tous les trois !"

Son corps svelte se mouvoie à travers les tables en désordre, droit vers la sortie du bar. Demain, je partirais au matin, le combat est au soir, je me demande bien si elle sera au premières loges... Si elle arrive à décuver pour assumer le voyage jusque Umore.
Sa chevelure blonde disparaît dans la porte et le silence retombe... Et bien, faut croire qu'elle prenait de la place.
Kōya porte bien son nom... Sa prestance, son allure et sa détermination me rappellent les traits des Serika. A un degré différent certes, mais marqué.

La main ferme de mon ami se pose sur mon épaule et son sourire moqueur m’accueille :

"Ben alors ? Depuis quand t'acceptes des défis aussi ridicules sous prétexte qu'une jolie fille te le propose ?"

Son antipathie pour la femme semble avoir disparue, il s'est régale du spectacle je suppose...
J'avale ma dernière lampée de boisson, les yeux dans le vide avant de répondre :

"Depuis que je suis sûr de gagner."

Tadamori éclate d'un rire gras. Dire que j'ai cru qu'il était sérieux quand il jouait au jaloux.

"Quand tu auras gagné tu me la prêtera un peu alors ?"

Ajoute-t-il. Je soupire, la rigolade est descendue, je n'ai plus vraiment envie de penser à tout ça. Une longue nuit m'attend, je ferais mieux d'aller prendre du temps pour moi.
Je le regarde froidement :

"Tu peux toujours rêver. On se revoie pour la fin du combat."

Je me lève, détendant mes muscles engourdis. Je m'approche du barman et lui tend quelques ryos.

"Hé ! Minute ! J'espère que vous payez pour votre amie quand même !"

Hein ? Je le regarde bouche bée. Décidément, elle se sera moquée de moi jusqu'au bout...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Vent - Kaze no Kuni :: Sunagakure :: Centre Ville-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.