:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Senju Daiki [TERMINÉ]

Senju Daiki
Senju Daiki
Konoha no Jonin
Messages : 114
Date d'inscription : 23/12/2018
Age : 28
Localisation : la forêt près de Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
Senju Daiki [TERMINÉ] Left_bar_bleue418/1200Senju Daiki [TERMINÉ] Empty_bar_bleue  (418/1200)
Senju Daiki [TERMINÉ] Dim 23 Déc - 19:40
Senju Daiki



Matricule ninja
NOM : Senju
PRÉNOM : Daiki
GROUPE : Konoha
GRADE : Jounin – Capitaine des Quatre Cavaliers de Konoha
RANG : B
SEXE :
ÂGE : 28 ans
SITUATION : Célibataire
FAMILLE : La mère de Daiki est une civile. Ils ont une relation cordiale. Sa mère le couve toujours un peu malgré qu’il soit un jounin et le capitaine des Quatre Cavaliers de Konoha.
La relation avec son père est tendue depuis quelques années, cela étant dû au fait qu’il ait caché avoir le
Mokuton dans sa jeunesse.
Il est enfant unique et n’a aucun enfant.


Personnalité
QUALITÉS
Dévoué
Calme
Réfléchi
Attentif
Amical
Chaleureux
Bon enfant
Connait ses limites
Détendu
DÉFAUTS
Têtu
Protestataire
Involontaire
Fuit les responsabilités
Arrogant
Méfiant
Capricieux
Procrastinateur
Quelque peu Hypocrite
AIME
Les grands espaces
Voyager
Décider lui-même
Le thé
Le son du vent dans les branches
la saveur amère
N'AIME PAS
La violence
Être cloîtré
Les decisions qu’on lui impose
Rester dans le village
Rester au domaine du clan
Parler de marriage
AUTRES
N’affectionne pas particulièrement son mértier
Se considère comme le jardinier du Sekai
N'est pas certain d'être le meilleur choix pour diriger les Quatre Cavaliers
PHYSIQUE
TAILLE :
1m87
POIDS :
86kg
PEAU :
claire
CHEVEUX :
Noirs
Court
YEUX :
Noirs
Tombants
VISAGE :
Son visage est assez carré. Ses traits sont plutôt dur et droits
CORPS :
Un corps entretenu par l'entraînement : épaules large, musculature impressionnante, quelques cicatrice du à ses missions
AUTRE :
Il a de tatouer un grand aigle dans son dos dont les plumes son projetés sur ses épaules et ses bras
Histoire

Ce matin je me suis arrêté au terrain d’entrainement pour méditer quelques instants, me recentrer, prendre le temps de retrouver un semblant de sens à ma vie. Parfois, avec le clan qui subitement s’intéresse à ma vie amoureuse, je me retrouve submergé. Par tout et par rien. Je n’arrive plus à respirer, c’est comme si on m’avait retiré une partie de mon humanité, de ma liberté.

Depuis que j’ai révélé avoir l’habileté de contrôler le Mokuton, j’ai l’impression que ma vie m’échappe, que je ne peux plus aller là où je le désire que je ne puisse plus faire ce qui m’importe. On cherche toujours à m’enterrer sous davantage de responsabilités, davantage de missions, d’attentes et n’importe quoi d’autre. Le Mokuton est plus lourd à porter qu’il n’y parait.

Combien de femmes différentes m’a-t-on fait rencontrer au cours des quelques jours que je suis resté ? Sincèrement, j’ai arrêté de compter après sept. C’est à en perdre la tête cette histoire.
Je me relève, époussetant mes vêtements. Je dois donner un rapport à l’Hokage de la dernière mission des Quatre Cavaliers.

Nous n’avons pas encore beaucoup travaillé ensemble, mais je les connais, enfin … plus ou moins. Uchiha Masaru, membre du bureau d'interrogation, Aburame Eru, une kunoichi à la sombre réputation, Akimichi Meito, une véritable arme de guerre vivante, et Hyuga Kôkei, un homme qui a connu l'enfer et qui en est ressorti grandit, se sont eux les Quatre Cavaliers. Ils proviennent tous d’un des clans les plus importants de Konoha. Ils ont tous les quatre ont été formés par l’Hokage lui-même et ils ont décidé de me, moi, à leur tête.

Parfois, je me demande qui est passé par la tête de l’Hokage lorsqu’il a pris cette décision. M’enfin.

***

Je passe voir ma mère avant de quitter le village encore une fois. J’ai besoin d’air, de tranquillité. Je veux retourner en harmonie avec la nature, passer quelques semaines loin de la civilisation.
De partir ainsi me rappelle lorsque j’ai rencontré ce moine dans mes premières années de services. À l’époque, je gardais mon affinité avec le mokuton un secret. J’avais menti pour garder le secret, échouant volontairement les examens que les anciens du clan nous imposaient. J’étais en pleine crise existentielle, apprenant à manier le Katon pour prouver à mon clan que je n’avais pas besoin de ça (même si, en réalité, je pouvais le faire).

D’ailleurs la relation avec mon père était - est toujours - quelque peu tendue par ce fait. Il me considérait comme l’épitome de la paresse et de la rébellion, trouvant un millier de raisons de me reprendre ou de me donner tort.

Retournons au moine, c’est plus simple comme ça, je n’ai pas vraiment le désir de parler lui. Lors d’une mission d’escorte, j’ai rencontré ce moine Igurashi Himono. Nous avons beaucoup parlé et pour moi qui n’avais jamais pris le temps de réfléchir à ma propre spiritualité, notre rencontre a été une révélation, un éveil spirituel. Il m'a parlé de Shinsei, la divinité de la vie, de la santé et de la force, m'expliquant en détail les bienfaits d'un corps en santé, d'une vie bien menée et d'une force sans équivoque.

Lorsque nous avions terminé, j'ai commencé à méditer, à prendre soin de mon corps, comme de mon esprit, à cultiver ma force, à trouver harmonie et paix dans la forêt ; chose que je fais encore aujourd'hui.

***

J'adore ma mère, c'est une femme très charmante, aimante et bénévole, mais parfois elle ne réalise pas que ce qu'elle dit n'a pas bien été reçu. Elle m'a parlé toute la soirée de mes techniques Katon. Elle me disait à quel point tout le monde du clan avait été surpris lorsque j'avais fait ce choix. Il faut avouer que bois et feu ne sont guère un bon mélange. À ces souvenirs, mon père s'est emporté et il a quitté la pièce en furie, laissant ma mère soupirer.

J'ai toujours su qu'il avait honte de moi pour de nombreuses raisons : d'abord le fait que j'ai caché mon affinité avec le Mokuton, puis le fait que j'ai décidé par moi-même d'apprendre le Katon et le peu de sérieux avec lequel je traitais mon métier de shinobi dans ma jeunesse et ... si je nommais toutes les raisons, nous y serions encore demain matin, alors je vais m'arrêter là. Les raisons sont nombreuses et ma mère n'a jamais vraiment compris pourquoi. Elle n'est pas née dans un clan de shinobis. En fait, elle n'en faisait même pas partie avant d'épouser mon père. Les traditions, l'honneur et le devoir d'un shinobis sont des concepts qu'elle n'arrive toujours pas à bien saisir.

***

Je me trouve à quelques jours de marche de Konoha. L'air est frais, la cacophonie du village et des gens est bien loin. Je peux enfin respirer l'air et me concentrer à mon entraînement. Un sourire me monte au visage alors que je me rappelle ma jeunesse.

Je n'étais pas le plus assidu des ninjas. Je ne m'impliquais jamais vraiment dans mes apprentissages et mes professeurs exaspéraient souvent. On me répétait si souvent que je gâchais mon talent.

Alors il en va de soi qu'il m'a fallu du temps, plusieurs années avant de devenir celui que je suis aujourd'hui. Lorsque j'ai découvert le culte de Shinsei, je me suis mis petit à petit à travailler sur mon caractère, me donnant de plus en plus à mon entraînement, une façon bien à moi d'honorer Shinsei.

Petit à petit, avec mon entraînement, je me suis mis à m’impliquer davantage dans ce que je faisais. Être un shinobi, c’est perfectionner son corps, il est certain que ce n’est pas la parfaite représentation de Shinsei, mais de par mon métier je me dois de cultiver ma force, de me garder au meilleur de ma santé et c’est un bon pas dans cette direction et je pouvais me servir de mon statut de Shinobi pour trier la mauvaise herbe du Sekai. Je pouvais me permettre de sévir sur les malfaiteurs hantant les villages civils. Au départ, cela me donnait une raison de quitter le village, de voyager, mais rapidement, c’est devenu une vocation.

***

Je donne mon rapport à Chô et je quitte, la rencontre étant terminée, je ne vois pas de raison de rester là davantage. Je marche en direction de ma demeure et je ne peux m’empêcher de repenser à l’Hokage.

Il croit en mes habiletés, tellement qu’il m’a assigné capitaine des Quatre Cavaliers. Parfois, j’ai un peu peur qu’il me forme pour un poste politique au sein du village. Je préférais rester sans attache. Je ne veux pas m’encombrer de toutes ces responsabilités.

Les Quatre Cavaliers est un groupe de shinobi disparate et la pression d’arrivée à bien les mener est réelle. Ils sont tous les quatre plus puissants que moi, ils sont légèrement plus jeunes, à l’exception de Kôkei qui est plus vieux d’un mois. Si l’on m’en avait donné la chance, je n’aurais tout simplement pas accepté une telle responsabilité. Je ne fonds pas vraiment dans ce quatuor déjà bien trempé. Leur personnalité détonne les unes contre les autres et m’insérer quelque part là-dedans est plus ardu que je n’aurais espéré, surtout considérant le rejet implicite de ma nomination aux yeux de Kôkei.
Test RP

L’oiseau pépite joyeusement, bien installé sur une branche un peu au-dessus de ma tête. Je ferme les yeux et m’abandonne à la sensation du vent enveloppant mon corps. J’écoute le bruissement des feuilles, la voix de l’oiseau, le calme de la forêt. Les effluves de la terre et du bois humides après la pluie chatouillent mes narines. C’est dans des instants comme celui-là que je me sens le plus en paix avec moi-même, entouré par la nature, loin de tout ce qui pourrait m’écraser l’esprit.

Assis sous un arbre, à l’entrée d’une petite clairière à une journée de marche de Konoha, j’étais venu ici me consacrer à mon entrainement, loin des autres, dans l’espoir d’être assez loin pour éviter que le clan me présente sans cesse de nouvelles femmes, pour éviter d’avoir plus de missions.

Les minutes s’écoulent, mon souffle est calme et mon corps immobile, mais mon esprit s’active à outre mesure, ne me laissant pas méditer comme je le souhaite, détournant mes pensées.

Ma mère et mon père me reviennent à l’esprit. Il n’y a pas plus dépareillé qu’eux. Elle n'est pas ninja. C'est une femme douce, gentille, charmante, aimante. Elle s’inquiète pour moi, me traite encore comme un enfant, malgré tout ce que j’ai fait, malgré mon grade de Jounin … Mon père, il est sévère, intransigeant ; sa vie, il l’a enchaînée à son métier. C'est l’incarnation de ce qu’un shinobi devrait être. Il est obnubilé par ce qu'est l'image de la dévotion pour un ninja. Dans sa tête, la seule chose qui importe c’est d’honorer le clan, protéger le village, être une arme de destruction. C’est l'une des raisons pour lesquelles il m’a quasiment renié lorsque j’ai échoué les tests pour le Mokuton.

Est-ce qu’on attend de moi que je devienne comme mon père, une vielle souche séchée qui a oublié le sens de la vie ?

Non, je ne crois pas. L’époque de mon père est révolue, nous avons trouvé un terrain d’entente avec nos ennemis d’antan, les Uchiha, et nous l'avons appelé Konoha. Les Senjus changent, évoluent et s’adaptent au nouveau monde dans lequel nous vivons. Au sein du village, l’intransigeance de mon père n’est pas exigée de tous. De plus un nouveau chef de clan, c’est une chance supplémentaire de de quitter nos mœurs d’autrefois, celles où nous répandions guerre et violence avec plus d’aisance que respirer …

La vie de village apporte une stabilité que nous n’avions pas, une chance de plus à la coexistence …

Je secoue la tête, chassant de mon esprit ces pensées. Se vider la tête a toujours été une tâche ardue pour moi.

«Santé, vie, force … Santé, vie, force … »

Je ne connais pas les prières que les moines adressent au seigneur Shinsei, alors je me contente de répéter en boucle ces trois mots en son honneur, commençant mon entrainement.

Je prends deux énormes pierres dans mes mains, gardant le dos bien droit, et je les soulève à répétition, les amenant à être parallèles au sol. Bien qu’être un ninja ne m’a jamais inspiré, je m’abandonne à mon entraînement.

J’entretiens mon corps, me maintiens en santé, cultive ma force avec dédication. Si je ne le fais pas pour devenir un meilleur ninja, je me dédie pleinement à cet entrainement pour honorer Shinsei.

J’enchaîne les exercices les uns après les autres avec précision et attention, jusqu’à ce que mon corps ne me porte plus, et me laisse tomber au sol. Mon souffle est lourd, j’avale l’air plus que je ne le respire. La sueur roule le long de mon visage, trempe mon chandail. J’ai l’impression de surchauffer, comme si mon chakra s’était transformé en feu parcourant mes veines.

Je souris.

J’adore cette sensation. Elle me rappelle pourquoi je fais ces efforts. Elle me fait penser à toutes ces personnes que je peux protéger, au poids que je pèse dans ce monde de fous.

Lorsque j’arrive finalement à calmer mon souffle et mon cœur battant la chamade, je me lève et vide ma gourde d’eau. Je prends le chemin du village le plus près, où j’ai pris une chambre pour quelques jours.

Il ne me faut que quelques minutes pour atteindre ma destination et je n’hésite pas à y prendre un bain chaud. La tête penchant légèrement vers l’arrière, je laisse l’eau chaude détendre mes muscles, mais même dans cet état de semi-transe je ne peux m’empêcher de penser au clan et au village.

Les Senjus sont effrayés de perdre le Mokuton, ils sont désespérés de le voir apparaître chez davantage d’enfants et je dois avouer que d’avoir caché que j’avais cette habileté au clan pendant si longtemps n’a certainement pas aidé à calmer le jeu.

Pourtant, le clan, c’est tellement plus que le Mokuton. C’est un chef disponible pour les siens, c’est une intendante de Konoha dédiée à la tâche, c’est un homme maniant le magma, c’est des guerriers dévoués au village, à la paix, c’est des hommes et des femmes cherchant leur bonheur. Je ne crois pas que le Mokuton soit un trait définissant du clan, mais certains n’arrivent pas à effacer cette idée, le glorifiant, cherchant à le transmettre à tout prix. Selon moi, se sont de vieux fous ayant oublié la valeur humaine. Ils se sont perdus dans leur désir de puissance.

Mais, est-ce réellement nécessaire, d’être un ninja et d’avoir le Mokuton pour le bien des Senjus ? Non, ça non plus, je ne le crois pas. Nous vivons dans un village, notre contribution va au-delà de notre Godai Seishitsu Henka. Peut-être suis-je simplement un idéaliste qui ose croire à d’idiotes fabulations, mais je veux y croire, j’ai besoin d’y croire. Pour tous ceux qui contribuent au développement du village sans pour autant prendre les armes. Chacun joue sa part. Nous avons besoin de tout, pas simplement de ninjas aux différents Kekkai Genkai.

Je sors de l’eau et rejoins ma couche pour la nuit. J’ai entendu de drôles de rumeurs ; celles d’une bande de brigands cherchant à dépouiller les innocents de leurs biens et de leur vie. Demain, j’irai à leur recherche. Je ne peux pas laisser ces pauvres gens dans la terreur.

Je ne peux m’empêcher de songer qu’il faut être cruel jusqu’au plus profond de son âme pour oser s’en prendre à ceux qui ne peuvent se défendre. Chaque homme, chaque femme, chaque enfant a le droit de vivre. Non, c’est plus qu’un droit. C’est plus qu’une nécessité, c’est … je n’arrive pas à le formuler clairement, mais le monde serait un endroit bien triste s’il n’était habité que de ninjas sans vergogne ou de samouraïs assoiffés de sang. Je ne veux pas imaginer un tel endroit, un monde où une femme comme ma mère n’aurait pas eu sa place …

Ce n’est pas parce que tu n’as ni village, ni clan, ce n’est pas parce que tu es un ninja ou un paysan que tu peux prendre sans donner. La vie n’est pas faite de cette façon.

Je soupire avant de me retourner dans mon lit. J'ai de la difficulté à trouver le sommeil. C’était comme si mon esprit se rebellait contre ma volonté, comme si mon corps épuisé ne suffisait pas.

Ma mère n’est pas une kunoichi et il m’est difficile de l’imaginer en danger. Le village me donne cette paix d’esprit. Je sais que quoi qu’il arrive, entre les murs de Konoha, elle sera en sécurité. Pourtant ce n’est pas le cas de ceux qui vivent à l’extérieur, dans le Sekai.

Peut-être est-ce grâce à ma mère, civile provenant de terres étrangères, peut-être que ce ne l’est pas, mais je sens que j’ai la responsabilité de protéger ces gens qui, comme elle, ne peuvent rien contre la cruauté grandissante de l’homme. Je me dois de déraciner ceux qui troublent la paix. Arracher les mauvaises herbes, garder les jeunes pousses des dangers … J’y dédie mon temps, mon corps mon esprit, mon moi tout entier.

De faire la guerre, de tuer, de détruire, ce n’est pas mon champ de prédilection. Oui, je peux me battre, mais jamais dans l’intention de tuer. Oui, je cultive ma force, mon endurance. Oui, j’apprends de nouvelles techniques.

Oui, je suis un ninja.

Je ne hais pas ce que je fais, mais ce n’est pas seulement ce que je suis. Je cherche encore ma place dans ce métier, loin des responsabilités et des ennuis, une tâche qui m’irait. D’ici là, je devrai trouver une façon de naviguer autour de ce que me lance le clan et le Hokage. Il faudra que je trouve une façon d’éviter les devoirs, les attentes, les … qu’importe, au bout du compte, s’ils désirent me donner plus de travail, ils trouveront bien quelque chose.

Parfois, j’envie ceux qui n’ont pas à répondre à des autorités supérieures. J’envie leur liberté. Puis, je me souviens que leur liberté vient avec un prix et je me dis que ce n’est pas si mal, finalement. Après tout, je peux aller et venir à ma guise ... Lorsque je n’ai pas de mission ou de réunion ou que le clan ne me demande pas d’attention particulière.

La lune est couverte par un manteau de nuages sombres et les étoiles, timides, s’y sont également cachées. La nuit est sombre et fraîche. Des conditions idéales pour dormir, si l’on veut mon avis. Pourtant, mon esprit continue de me refuser le sommeil.


Derrière l'écran
PSEUDO : Parking
ÂGE : 23 ans
CONNU PAR : Ceci est le Tc de Yamanaka Sayuri et Omura Hatsumomo. C'est inscrit sur au moins une des deux fiches, mais je suis trop paresseuse pour fouiller. Désolée
AUTRE CHOSE ? Huuum ... Ayez pitié de mon âme ? Non ... C'pas ça. Ah Oui ! Hâte de jouer le perso, voilà.


Senju Daiki [TERMINÉ] JAC2XUGh_o-1
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 1322
Date d'inscription : 16/03/2017
Re: Senju Daiki [TERMINÉ] Sam 29 Déc - 8:54
Correcteur
Bienvenue sur Dawn of Ninja.

Voici ton test RP:
 

Bonne chance, tu as deux semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Daiki
Senju Daiki
Konoha no Jonin
Messages : 114
Date d'inscription : 23/12/2018
Age : 28
Localisation : la forêt près de Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
Senju Daiki [TERMINÉ] Left_bar_bleue418/1200Senju Daiki [TERMINÉ] Empty_bar_bleue  (418/1200)
Re: Senju Daiki [TERMINÉ] Sam 29 Déc - 20:36
Senju Daiki
Juste pour signaler que j'ai fini le test !


Senju Daiki [TERMINÉ] JAC2XUGh_o-1
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 1322
Date d'inscription : 16/03/2017
Re: Senju Daiki [TERMINÉ] Dim 30 Déc - 12:51
Correcteur
Après vérification, comme la demande n'a pas eu de réponse officielle pour créer ce troisième compte, il faudra attendre qu'Aburame Hako revienne et autorise ou non le personnage, comme il est le créateur du prédéfini.
Revenir en haut Aller en bas
Senju Daiki
Senju Daiki
Konoha no Jonin
Messages : 114
Date d'inscription : 23/12/2018
Age : 28
Localisation : la forêt près de Konoha

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
Senju Daiki [TERMINÉ] Left_bar_bleue418/1200Senju Daiki [TERMINÉ] Empty_bar_bleue  (418/1200)
Re: Senju Daiki [TERMINÉ] Dim 30 Déc - 16:13
Senju Daiki


Senju Daiki [TERMINÉ] JAC2XUGh_o-1
Revenir en haut Aller en bas
Correcteur
Correcteur
Messages : 1322
Date d'inscription : 16/03/2017
Re: Senju Daiki [TERMINÉ] Mer 2 Jan - 19:20
Correcteur


Senju Daiki [TERMINÉ] Pq2c


Respect test-rp et originalité

C'est bon.




Orthographe et grammaire

C'est bon.



Avis général et verdict

C'est bon. Cavalier validé.

Tu es jounin de rang B à Konoha.

Tu connais la procédure. Recensement d'avatar et création de fiche technique.

Bon jeu !



Correction par Correcteur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.