:: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Senju Nobunaga - L'unijambiste de Konoha

avatar
Senju Nobunaga
Konoha no Jonin
Messages : 5
Date d'inscription : 05/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur



Matricule ninja
NOM : Senju
PRÉNOM : Nobunaga
GROUPE : Konoha
GRADE : Jônin
RANG : B
SEXE :
ÂGE : 28 ans
SITUATION : Divorcé
FAMILLE : Ses deux parents sont en vie, il est fils unique et sa femme l'a quitté en emportant leur fille avec elle.

Personnalité
QUALITÉS
Protecteur
Loyal
Entêté
Courageux
Résilient
Cordon bleu
Patriote
Combattif
Ambitieux
DÉFAUTS
Sournois
Égoïste
Violent
Impulsif
Machiste
Intolérant
Acerbe
Mégalomane
Acariâtre
AIME
La gastronomie
L'alcool
Cuisiner
Le calme
Konoha
Son clan
N'AIME PAS
Le tabac
Les déserteurs
Son état
La tomate
Voyager
Les escaliers
AUTRES
Grand brûlé
Unijambiste
Souffre de SPT
PHYSIQUE
TAILLE :
1m88
POIDS :
80kg
PEAU :
Blanche
CHEVEUX :
Noirs
Mi-longs
YEUX :
Rouges
Fins
VISAGE :
Le visage de Nobunaga est marqué par des brûlures sur sa joue gauche et son front. Il a souvent les traits tirés par la fatigue et la douleur. Ses yeux sont perpétuellement entourés de larges cernes. Malgré ses blessures, il a un faciès agréable à regarder.
CORPS :
Il est parsemé de brûlures, cicatrices et autres meurtrissures. Il n'aime pas les montrer et les cache derrière ses vêtements. Ses muscles ne sont pas particulièrement dessinés et il a perdu de la masse durant sa détention. Sa jambe droite lui a été enlevée suite à une explosion, l'arrachant jusqu'au milieu de la cuisse. Pour faire face à cela, il porte une prothèse en métal lui permettant de se déplacer à faible vitesse, mais pas de courir.
AUTRE :
Le shinobi porte généralement un costume lui donnant l'air d'un civil. Il est constitué d'un pantalon noir, une ceinture en cuir, une chemise blanche à manches longues et une cravate sombre. Par dessus, il porte un long manteau noir à col relevé sur lequel est brodé le symbole du clan Senju. Son bandeau ninja est attaché à sa ceinture, proche de sa fesse droite, mais impossible à voir en raison des vêtements qu'il porte. Enfin, il a toujours avec lui une solide canne en bois, créée par le mokuton de son père, dont il se sert pour marcher.
Histoire


Senju Nobunaga est né en l’an -13 sur les terres du clan. Son père, Senju Mikami, était un  membre respecté et puissant qui avait la chance de maîtriser le mokuton, chose suffisamment rare pour être notée. Au détour d’un voyage à l’étranger, il fit la connaissance de Hadake Kayo, une kunoichi sans clan qui gagnait sa vie en tant que mercenaire. Quelques années après que leur amour ait vu le jour, il prit la forme d’un enfant: Nobunaga. L’accouchement fut difficile pour la mère et les médecins du clan lui conseillèrent ne plus avoir d’enfant à l’avenir, auquel cas, elle risquerait fort de ne pas y survivre.


Condamné à demeurer enfant unique, le bambin eut droit à tout l’amour de ses parents. Au vu de la place de son père, il ne manquait de rien. Kayo n’ayant plus de raison de se battre, elle décida de l’élever en laissant son mari lutter pour les siens. La guerre faisait encore rage à cette époque, aussi, elle décida d’enseigner les arts ninjas à son enfant dès son plus jeune âge. Tout comme elle, il s’avéra qu’il maîtrisait le katon, chose très mal vue au sein du clan. Elle tenta de le cacher en le forçant à manier le doton, malheureusement la vérité éclata bien vite. Si le fait de manier la terre atténuait la crainte de certains, le fait qu’il ne puisse utiliser le mokuton comme son père ne jouait pas en la faveur du jeune Nobunaga. Le pire arriva lorsque sa capacité à utiliser la lave se manifesta.


Certains anciens voulaient le museler au vu du danger qu’il représentait pour les siens. D’autres pensaient qu’il était possible de se servir de son talent à leurs fins mais s’il représentait une aberration. En dépit de houleux débats, Mikami se fit fort de sa position pour défendre son fils. Malheureusement, plus le temps passait, plus cela lui retombait dessus. Bien que jeune, Nobunaga s’en rendit vite compte et chercha à redoubler d’efforts. Il voulait être le membre le plus puissant de son clan pour faire taire toutes les vipères qui lui voulaient du mal à lui et à son père.


Alors encore très jeune, le senju prit part à quelques missions et même à une grande bataille contre les forces du clan Uchiha, durant laquelle il tua pour la première fois. La guerre faisait encore rage à cette époque et il eut tôt fait de comprendre à quel point elle pouvait se montrer impitoyable. Comme tant d’autres, il vit des amis mourir sans raison ni sans pouvoir l’empêcher. Nobunaga se sentait dépassé et incapable de quoique ce soit. Face au puissant et charismatique Hashirama, il fut prit de doutes pendant un temps mais parvint à les faire taire en s’inspirant de son jeune frère Tobirama. Si un membre du clan avait put devenir si fort sans manier le mokuton, alors il le pourrait aussi.


Quelques années passèrent avant que Senju et Uchiha ne s’allient et mettent progressivement fin à la guerre. Voyant une nouvelle organisation se former, et aidé par son père, il décida d’avoir une place dans celle-ci. Il continuait de redoubler d’efforts, persuadé du fait qu’il serait un jour l’épine dorsale de son clan. Lorsque Konoha fut fondé et malgré son expérience, on lui donna dans un premier temps le grade de genin. Malgré la mort de son leader, il continua d’avancer et jura fidélité au nouvel Hokage. À force d’efforts et de travail, il reçut une promotion un an plus tard.


En compagnie de son ami de toujours, Senju Ieyasu, il forma une équipe et continua d’oeuvrer pour le bien de Konoha. L’époque était encore relativement trouble et il avaient bien plus de travail qu’il ne pouvait en supporter. La charge était lourde à porter et leur stress toujours plus grand mais ils tenaient bon. Alors qu’ils entraient dans leur vingtième année, on leur donna le grade de Jônin et ils furent contraint de se séparer pour former de jeunes shinobis.


Ayant hérité de sa première équipe, Nobunaga retrouva une vie plus calme et il en profita pour s’intéresser à une jeune et ravissante civile qui gagnait sa vie en tenant un restaurant de nouilles. Tatsuya était une femme avec un fort caractère et elle ne manqua pas de lui en faire voir de toutes les couleurs. Avec du temps et de la patience, il fut en mesure de la séduire et ils se marièrent. Leur union se concrétisa une année plus tard par la naissance de leur fille Sawako.


La vie suivit son cours pendant quelques années et quand il eut terminé de former sa première équipe, il décida d’arrêter l’enseignement pour un temps. Il voulait se concentrer sur sa carrière et s’intéressa de surcroit à la politique de son clan afin de s’y faire une plus grande place. Un jour qu’il revenait de mission, il apprit que son meilleur ami Ieyasu avait perdu la vie lors d’une mission. Sur la tombe de son ami, il jura de protéger sa veuve et sa fille au péril de sa vie.


Malheureusement, alors qu’il fêtait son quart de siècle, il apprit que la jeune fille de son ami défunt avait disparue. L’affaire fut confiée à la police du village, ce qui rassura le Senju. De ce qu’il savait la relation entre la veuve de Ieyasu et sa fille était compliquée, peut être ne s’agissait-il là que d’une simple fugue.


La nouvelle de la mort de la fille fit l’effet d’un véritable coup de massue pour Nobunaga. Dans une ruelle sombre, elle avait été retrouvée en morceau et gardait les traces d’une agression sexuelle. Rendu pour par la nouvelle, il alla demander des comptes à aux forces du clan Uchiha mais nul ne fut en mesure de lui donner de réponse satisfaisante. Le tueur était en liberté et personne n’avait la moindre piste.


La mort de la fille d’Ieyasu ne fut pas un cas isolé. Quelques semaines plus tard, d’autres enfants disparurent. La Police du village affirma qu’il s’agissait d’un tueur en série et déploya tous ses effectifs pour l’attraper. Pourtant, malgré tous ces efforts, elle n’y parvenait pas. Par le fruit du plus grand des hasards, Nobunaga tomba sur le tueur alors qu’il déposait le cadavre d’une nouvelle victime. Un combat s’amorça entre eux mais le Senju le perdit et son ennemi prit la fuite.


Il s’agissait d’un Hyuga qui avait perdu l’esprit et dont l’identité n’échappait pas à Nobunaga. Une équipe d’intervention fut mise sur place pour retrouver et tuer le déserteur. Soucieux de venger la fille de son ami, il voulut la rejoindre mais on le lui interdit formellement. N’écoutant que sa soif de vengeance, il désobéit et partit avant les autres. Même s’il n’était pas un formidable traqueur, il retrouva facilement la trace du tueur. Aveuglé par la rage, il ne se rendit pas compte qu’il fonçait droit dans un piège. Quand il comprit, il était déjà trop tard. Le nukenin avait placé un sceau qui se déclencha au passage de Nobunaga. L’explosion fut terrible et lui arracha la jambe droite.


Quand il reprit connaissance il était dans une grotte et le tueur avait fait de lui son nouveau jouet. Véritable expert en fuinjutsu et pourvu d’un byakugan, il arrivait toujours à échapper à ses poursuivants in extremis. Pendant des mois, il tortura Nobunaga pour s’amuser. Comme il n’avait plus personne avec qui jouer, il prenait soin de le garder en vie pour que le calvaire puisse durer.


Un peu moins d’une année de détention passa avant que les forces de konoha ne parviennent finalement à le retrouver. Complètement traumatisé, il se laissa ramener au village sans même s’en rendre compte. Ce ne fut que des semaines plus tard, alors qu’il était en convalescence au fond de son lit, qu’on lui expliqua que le déserteur avait été tué lors de l’attaque et qu’il ne représentait plus de menace.


Mutilé et privé de sa vengeance, Nobunaga devait réussir à présent à remonter la pente. Il devait sortir de ce lit et retrouver la place qui était la sienne. Des mois de rééducation lui furent nécessaire avant de quitter l'hôpital. De retour chez lui, il n’était plus le même homme. Souffrant d’un stress post-traumatique, il se réveillait en hurlant la nuit, le corps en sueur et parcourut de frissons. Sa femme chercha à l’aider mais plus le temps passait, moins elle arrivait à tenir le choc pour deux. Lorsque, finalement, le Senju leva la main sur sa femme, elle comprit que leur histoire touchait à sa fin. Malgré tout elle prit sur elle dans l’intérêt de leur fille, jusqu’à ce que dans une crise il ne vienne à la frapper elle aussi. Le lendemain, sa femme quittait le foyer et demandait le divorce.


Seul, Nobunaga comprit qu’il ne lui restait plus qu’une chose dans la vie: son travail. S’il ne voulait pas le perdre, il devait surmonter son handicap, devenir plus fort qu’il ne l’était et lutter perpétuellement pour montrer que même unijambiste, il valait quelque chose. Ce calvaire fut le plus difficile de sa vie et même aujourd’hui, il n’est pas encore aussi puissant qu’avant son accident. Plus d’une année se passa ainsi et l’homme parvint malgré tout à retrouver une place dans la société ninja. De nos jours, il continue de faire de son mieux malgré le fait que bon nombre de missions lui soit interdites. D’un caractère explosif et fort du Yôton qu’il maîtrise, il a tendance à se spécialiser dans la destruction, ce qui est paradoxal pour un membre du clan Senju.

Test RP


Seul dans sa cuisine, Nobunaga regardait le village depuis sa fenêtre. Dans son petit appartement miteux, il attendait un verre d’alcool fort à la main. Tendant l’oreille, il entendit que l’eau sur le feu était sur le point de déborder. S’aidant du meuble où il faisait à manger, il avança vers les plaques pour baisser l’arrivée de gaz. Sans même y penser, il s’empara du manche de la casserole et la vida dans la passoire de l’évier. Quand il transféra de nouveau son riz, il se rendit compte qu’il en avait trop fait. Soupirant, il se maudit d’avoir cette fâcheuse habitude. Comment s’en débarrasser ? Il avait cuisiné pour sa femme et sa fille durant des années, cela était ancré en lui. Tout en soupirant, il alla péniblement s'installer à table pour avaler son repas sans dire un mot. Que pouvait-il bien y avoir à ajouter de toute façon ? La main crispée sur sa fourchette, il se maudissait d’avoir été si bête. Tout cela n’était pas sa faute, pourquoi Megumi ne le comprenait-elle pas ? Il avait besoin d’aide, pas qu’on le juge...


Une fois son estomac rempli, le shinobi prit la direction de son salon, qui servait en même temps de chambre. Sans se presser, il enfila ses vêtements et comme d’habitude, il eut le plus grand mal à mettre convenablement son pantalon. Une infirmière lui avait expliqué qu’avec le temps, tout cela serait plus simple. Il voulait vraiment la croire, mais pourtant rien n’y faisait. Il n’arrivait ni à accepter son sort ni à faire avec. Ce n’était pas normal qu’une telle chose lui arrive à lui. Il était tout fou de rage contre lui même, contre la vie, contre cet enfoiré de psychopathe. Il était toujours en colère, une colère vive et lancinante que rien ne semblait en mesure de faire taire.


S’aidant de sa canne, il avança vers sa porte et sortit de l’appartement. Aujourd’hui, il avait rendez-vous avec l’un de ses anciens élèves sur le terrain d’entrainement numéro cinq. Une fois le verrou tourné, Nobunaga resta immobile, son regard tourné vers les escaliers. Depuis qu’il avait perdu sa jambe, ils étaient devenus son plus grand ennemi. Quelle ironie pour lui de vivre dans un immeuble de cinq étages et ne pas avoir eu la chance de trouver autre chose qu’un studio au quatrième n'était-il pas ? Une minute durant, il observa les marches sans rien dire. Les braver était plus qu’un combat pour lui et il redoutait de le faire à chaque fois. Finalement, prenant son courage à deux mains, il entama la descente. La paume tremblante sur sa canne, il avançait petit à petit, posant d’abord le bout de bois sur la marche avant de lentement poser son pied valide. Quand cela était fait, s’aidant de la rambarde, il se faisait violence pour avancer la prothèse. Malheureusement pour lui et en dépit des miracles de la médecine moderne, la perte de sa jambe avait été fait de la pire des manières et la découpe était une véritable boucherie. En plus de le faire souffrir au quotidien, son moignon difforme le tiraillait chaque fois qu’il prenait appui sur sa fausse jambe.


Cinquante trois, tel était le nombre de marche se trouvant entre la rue et son immeuble. À force de les compter, il connaissait ce nombre par coeur. Au bout de vingt longues minutes à souffrir le martyr, Nobunaga arriva en bas. Ruisselant de sueur et une crampe dans le bras droit, il fit une pause avant de se rendre à destination. Devant lui passaient les gens sans le voir. Parfois, un enfant le montrait du doigt ou quelque civil lui lançait un regard de pitié. Il détestait cela, cette vulnérabilité n’était pas digne de lui. Il était un grand ninja, pas un estropié incapable de faire quoique ce soit. Voilà pourquoi il devait se battre au quotidien, se battre contre la société et son handicap: afin de ne pas être mis définitivement sur la touche.


Remis sur pied, le Senju prit lentement la direction de la porte principale. Son élève l’y attendait et ensemble, ils firent le reste du chemin en discutant. Hyuga Kotetsu était un jeune homme empli d’empathie et s’était fait la promesse d’aider son ancien sensei à remonter la pente. Telle était la raison de sa présence. Ensemble, ils avaient pris l’habitude de combattre pour tester toujours plus les limites de Nobunaga et les repousser petit à petit. Au début, le simple fait de tenir debout était un défi. Petit à petit, il arrivait à résister à quelques coups sans chuter. Bien sûr, ce n’était pas encore suffisant pour combattre un adversaire de son niveau, mais il fallait un début à tout.


Immobile, l’unijambiste utilisait son ninjutsu au maximum pour tenter de garder Kotetsu à distance. Après quelques minutes, le chuunin parvint à passer les défenses de son sensei. Arrivant à son contact, il arrêta la paume de sa main à quelques centimètres de son thorax. Nobunaga se mordit la lèvre inférieure et pesta dans sa barbe. Après avoir attrapé le col de son partenaire, il explosa.


« Ne retiens pas tes coups bordel ! lui cracha-t-il au visage.


- Tu ne veux tout de même pas que je donne mon maximum contre toi dans cet ét... s’arrêta-il à temps.


- Dis le.


- Non, c’était...


- Dis le bon sang !


- Dans cet état ! T’es content ? J’y peux rien si tu as perdu une jambe. J’veux juste t’aider moi, dit le Hyuga en baissant progressivement la voix.


- Si tu veux m’aider ne me ménage pas. Je ne veux pas qu’on me voit comme un demi-homme, comme un infirme incapable de quoique ce soit. Pas toi... »


Alors qu’un silence gênant s’installait entre les deux hommes, Nobunaga baissa le regard avant de lâcher son apprenti. Il ne pouvait pas accepter sa condition, jamais il ne le ferait ni n’y comptait. Il serait le plus puissant Senju de son clan, c’était tout, il n’y avait rien à dire. Qu’importent la douleur, la souffrance ou les efforts, il ferait face à tout ce qui se dresserait devant lui. Il n’avait plus rien d’autre au monde que son travail, il ne pouvait pas se permettre de le perdre. Sans sa dernière raison de vivre, qu’est-ce qui le raccrocherait encore à ce monde ?


« D’accord, c’est promis. » affirma le chuunin l’air déterminé.


Après s’être écartés, les deux hommes reprirent l’entrainement. Contrairement à ce qui se passait précédemment, Kotetsu ne faisait plus preuve de retenue. Il allait vite, réagissait vite et tapait fort. Fort de son byakugan, il esquivait plus de techniques qu’il n’en recevait et perçait aisément la défense de son maître et ami. Durant l’heure qui suivit, Nobunaga se fit passer à tabac sans jamais se plaindre. Malheureusement pour lui, vint un moment où son corps ne supporta plus le choc et où il ne fut en mesure de se relever. Avachis dans l’herbe, il se roula sur le côté en gémissant faiblement. Son corps le faisait souffrir et il avait chaud, tellement chaud. Venant à lui, Kotetsu tendit la main pour l’aider à se relever avant de lui mettre sa canne dans la main.


« Ce sera tout pour aujourd’hui, affirma le Senju en crachant un glaire de sang.


- Je pense que ce serait plus sage, en effet. »


Passant le bras autour de Kotetsu, l’unijambiste le laissa l’aider à rejoindre une pierre non loin. Se laissant tomber piteusement, il respira bruyamment à plein poumons. Son souffle lui brûlait la gorge et il sentait tous ses muscles le tirailler. Sans parler bien sûr de son moignon qui lui arrachait par moment des grimaces de souffrance. Le chemin serait long, si long qu’il semblait impossible à surmonter. En serait-il capable ?


« On y arrivera sensei. », affirma Kotetsu comme s’il avait perçu le doute de son ami.


D’abord silencieux, Nobunaga renifla avant d’éponger son front en sueur du dos de la paume. Comme pour répondre à la phrase de son élève, il hocha lentement la tête de bas en haut avant de jouer nerveusement avec sa canne.


« Merci Kotetsu. »


C’en était assez pour aujourd’hui et il était grand temps de rentrer. Trop fier pour s’aider de son ami comme d’une canne géante, il attendit une dizaine de minutes que son corps ne commence à se remettre. Lorsqu'il estima s’être suffisamment remis en forme, il reprit la direction du village. Plus silencieux qu’à leur venue, les deux hommes se séparèrent peu après avoir passé la porte principale.


De nouveau seul, Nobunaga avançait moins vite qu’à l'accoutumée. Après tout, en plus d’être estropié, il était fatigué, ce qui n’arrangeait pas vraiment les choses. Son bras droit était si dur qu’il avait presque l’impression de ne pas le sentir autrement qu’en souffrant. Sa canne tremblait à chaque pas et il mordait nerveusement l’intérieur de sa joue. Malheureusement, tout n’était pas encore terminé. Alors qu’il arrivait à destination, le teint du Senju devint blafard. Son plus grand ennemi se rappelait à lui alors qu’il arrivait devant son immeuble. Sans dire un mot, il restait immobile devant les marches qui lui semblaient être le plus grand et infranchissable des monts du Sekai. Tout en soupirant, il se dit qu’il n’était pas encore rentré chez lui...


Derrière l'écran
PSEUDO : Tête de Chèvre
ÂGE : 23 ans
CONNU PAR : DC de Nôka
AUTRE CHOSE ? Non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Nobunaga
Konoha no Jonin
Messages : 5
Date d'inscription : 05/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Bonsoir,

Première partie terminée, j'attends donc le test RP.

Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue sur Dawn of Ninja !

Tout d'abord, je te préviens d'avance, mais ce sera lié à ta fiche technique, si ta jambe n'est pas un équipement unique, elle n'aura aucune incidence autre qu'esthétique sur le jeu, notamment dans les dégâts reçus ou qu'elle peut infliger. Je ne fais que prévenir.

Voici ton test RP:
 

Tu disposes de deux semaines. Bonne chance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Senju Nobunaga
Konoha no Jonin
Messages : 5
Date d'inscription : 05/12/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: JOUNIN - RANG B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Bonsoir,

Le test RP est terminé, j'attends donc la correction pour entrer en jeu.

Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 572
Date d'inscription : 16/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Respect test-rp et originalité

J'ai compris avoir mal formulé mon test RP, donc je ne vais pas te reprocher de ne pas avoir répondu à ce que je souhaitais que tu répondes puisque la consigne était compréhensible dans le sens que tu as compris. Je pensais à une blessure morale, mentale, mais il était tout à fait possible de comprendre la consigne comme demandant de tourner autour de la blessure physique. Aussi, tu as respecté ce que j'ai demandé. Je m'attendais à voir en quoi le refoulement dont tu as fait preuve en giflant ta femme pouvait t'être néfaste dans le but d'être à nouveau considéré, si la violence n'était justement pas un obstacle, mais en effet, la blessure physique est valable.



Orthographe et grammaire

Tu écris bien et cela fait plaisir aux yeux. Ai-je mal lu ? Peut-être, mais je ne peux pas te reprocher de ne pas t'être appliqué.



Avis général et verdict

Le test RP est réussi, je ne vais pas te faire repasser l'exercice pour une erreur dont je suis fautif. Tu es validé jounin de rang B à Konoha.

Je t'invite à recenser ton avatar et à créer ta fiche technique.



Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Votre Personnage :: Présentations :: Fiches Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.