:: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: L'isthme du Gel Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Travaux d'intérêt généraux

Sarutobi Sarutobi Misaka
Messages : 45
Date d'inscription : 04/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chef du clan Sarutobi - Rang A
Ryos: 11
Expérience:
Travaux d'intérêt généraux Left_bar_bleue104/2000Travaux d'intérêt généraux Empty_bar_bleue  (104/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
CARNET DE BORD
Date
Hiver de l'an 12
Lieu
Kizu, Isthme de gel
Nom
Sarutobi
Prénoms
Sarutobi Misaka



















Une nouvelle fois, je suis partie hors du domaine, de Karawar et des plaines fertiles afin d'oeuvrer pour le bien des miens en gagnant des ryos à l'étranger. Cette fois, ma mission se déroule dans l'Isthme de gel, une zone que je connais mais où je ne passerais pas mes vacances en raison de son climat. J'ai été habituée au milieu tempéré de ma région natale et le voyage aura été long, me faisant douter de la pertinence d'un tel voyage. Récolter des sous ne m'aurait pas été impossible à une distance plus proche de chez moi. Il fallait que j'ai vraiment envie de voir le monde pour ne décider de m'arrêter qu'en terre froide sans même savoir à quoi m'attendre. J'ai posé le pied et ai ensuite cherché auprès des autorités qui pourrait avoir besoin de mes services.

Ma mission consiste en une consigne simple : déblayer. Une tâche confiée par un homme au demeurant aigri qui n'a pas souri lorsque j'ai proposé mon aide et dont je ne pense pas garder un excellent souvenir.

Au moins, le rouleau est fait en bonne et due forme:
 

L'Isthme de gel, cette région froide et son climat rude, je reviens après mon grand voyage mais cette fois, pas en compagnie de mon époux : je suis là seule au marais de Kobie, un passage froid et peu accueillant mais obligatoire pour atteindre les montagnes de foudre, aussi l'urgence de la situation n'est pas difficile à mesurer. Pas folle, je comprends bien que le blocage d'une voie vers une importante partie du monde est une catastrophe pour une région aussi pauvre. Le daimyo a besoin que la situation soit rétablie et peu de clans viennent ici, le shinobi se fait donc rare et faire appel à l'étranger est la seule solution. Cependant, il ne s'agit que d'un éboulement et les ouvriers de chantier me semblent bien capables d'accomplir une tâche certes longue mais qui me semble dans leurs attributions, car ils sont payés pour cela. Je parcours le chemin indiqué par cet homme qui m'a confié la mission de rétablir la situation au milieu d'un décor de gel. Point de glace, mais de la neige légère. Et surtout ce gel qui donne son nom à ces terres. Cependant, au fil de mes pas, je constate un sol des plus en plus glissants et donc moins accueillant et je manque de tomber à la renverse mais use de mon épée pour me retenir. Je progresse, mais de plus en plus difficilement et commence à voir le premier défi : déplacer des professionnels jusque là.
Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Sarutobi Sarutobi Misaka
Messages : 45
Date d'inscription : 04/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chef du clan Sarutobi - Rang A
Ryos: 11
Expérience:
Travaux d'intérêt généraux Left_bar_bleue104/2000Travaux d'intérêt généraux Empty_bar_bleue  (104/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
CARNET DE BORD
Date
Hiver de l'an 12
Lieu
Kizu, Isthme de gel
Nom
Sarutobi
Prénoms
Sarutobi Misaka



















L'éboulement a fait son effet sur une zone relativement large. Si la majorité des pierres sont surement amassées en un point précis, de la boue froide, du gravier et des déchets naturels ont quant à eux dévalé plus de pente et gênent très nettement l'accès au lieu de l'effondrement. Je ne suis pas encore arrivée que déjà s'amoncèlent des branches dispersés d'abord sporadiquement puis rapidement en amas sur une légère couche de copeaux de bois. Ne me laissant pas abattre devant l'ampleur des dégâts, je ramasse les premiers morceaux un par un, les réunis sous le bras mais constate rapidement, avec amertume, que la tâche s'annonce longue et ardue car le chemin ne se fera pas en dix enjambées. Un exercice peu pratique les bras chargés car les restes d'arbres sont enchevêtrés de manière difficilement extricable à une seule main. Seule, je serai trop lente, c'est un constat indéniable, la zone couverte est trop large et le terrain trop peu pratique. Alors je lâche ce que je tiens et joins les mains dans une danse et appelle des clones. Beaucoup de clones. C'est le Taju Kage bunshin. Apparaissent mes répliques, une quarantaine d'individus identiques à moi-même, mais j'ai l'impression d'avoir soulevé un tronc d'arbre seule tant ça fatigue. Je réitère l'opération et maintenant, ce sont le double de femmes qui sont prêtes à affronter la nature.

L'Isthme de gel n'est pas ma région préférée, j'ai un pincement pour les territoires plus tempérés que celui-ci. Voyager m'a pourtant permis de découvrir de jolis coins ici, mais le climat n'est pas celui dans lequel je souhaiterais vivre. J'admire la ténacité des Chinoike, mais je craindrais trop pour la survie des miens. Un décor si peu accueillant nécessiterait un comportement plus sauvage de notre part, ce à quoi je réponds : "Non, merci." Nous aurions un tempérament plus guerrier et serions plus parés à la violence, puisqu'elle serait journalière, mais sans façon. Les foudres du démon qui a frappé les Sarutobi ont été une épreuve suffisante, je ne souhaite pas un quotidien de conflits pour les nôtres. La géopolitique est suffisamment instable sans risquer plus que le raisonnable.
J'ai un coup de fatigue après ces deux grosses dépenses d'énergie, mais on m'envoie une tape dans le dos qui me remet les yeux en face des trous. Mes instructions sont données aux clones : nous formerons une chaine humaine et allons acheminer le bois plus haut, vers les éboulis, où il sera possible de brûler tout ça. Prenant la tête du peloton, je m'exécute et continue l'ascension, suivie par une file qui se passe les débris naturels. C'est ainsi que nous entassons tout plus haut, suant et chauffant malgré le froid ambiant, la température de notre corps est bienvenue dans cet endroit gelé. Tout s'amasse au fil du temps et nous dégageons le chemin, qui devient dès lors plus praticable, puis écartons la poussière et la boue à coups d'épées, de pieds, de branchages afin de rendre notre travail plus propre. Ne reste plus que le noeud du problème : l'éboulement.
Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Sarutobi Sarutobi Misaka
Messages : 45
Date d'inscription : 04/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chef du clan Sarutobi - Rang A
Ryos: 11
Expérience:
Travaux d'intérêt généraux Left_bar_bleue104/2000Travaux d'intérêt généraux Empty_bar_bleue  (104/2000)
Voir le profil de l'utilisateur
CARNET DE BORD
Date
Hiver de l'an 12
Lieu
Kizu, Isthme de gel
Nom
Sarutobi
Prénoms
Sarutobi Misaka



















Des branches et quelques tronc nous auront fait transpirer, car nous avons amené cela en hauteur afin de faire bruler le tout sur les pierres. Mais je ne me suis pas attendue à ce que l'ampleur de l'accident soit telle, car la roche n'est pas réunie sur une bande de vingt-cinq mètres de large mais répartie sur au moins cent mètres. Devant ce spectacle désolant, je suis restée béate. De gros cailloux, très gros. Certains sont même de véritables blocs qui ne se sont pas brisés durant la chute, d'immenses parts qui vont nécessiter un transport à plusieurs paires de bras. Pas un arbre n'a résisté à la pression et ce beau monde s'est retrouvé en bas, bloquant la route, rendant impossible le transit, paralysant le trafic et occasionnant, je suppose, des tortueux détours. Un calvaire pour le commerce, un calvaire pour ceux qui vivent du marché et dont les revenus ne peuvent être contentés par l'économie locale. Une énorme perte pour Kobie, car si certains passages se font moyennant finance, le contrôle des petites routes, bien moins fréquentées d'habitude, est difficile, voire impossible de manière totalement un efficace. Il s'agit donc d'un gros manque à gagner pour le daimyo, raison pour laquelle Kizu est prêt à payer une belle somme. C'est ainsi que débutent les travaux du chantier principal.

Je me retrousse les manches, consciente que chacun de mes muscles sera mis à rude épreuve. Je sais ne pas être l'athlète la plus puissante du monde, mais je suis endurante et ne rechigne pas à l'effort. J'organise mon équipe en voyant le boulot à abattre. Aucun clone n'est de trop. Nous commençons par créer un chemin permettant d'atteindre le sommet de l'éboulement sans devoir sauter chaque rocher. Je déblaye, les clones déblaient, puis un passage est libéré. Nous continuons en évacuant les pierres se situant le plus en altitude en les réunissant en contrebas pour qu'aucune ne nous tombe dessus. Nous nous occupons d'abord du haut et, au fur et à mesure que s'entassent les pierres, d'autres répliques de moi oeuvrent à les briser en les faisant s'entrechoquer pour créer de la caillasse qui peut servir à décorer la forêt, paver des chemins forestiers, notamment les chemins que la boue gelée a rendue moins praticables. Ainsi, ils seront plus sûrs, car les cailloux sont enfoncés dans le sol, assez profondément pour tenir solidement.

Les gros blocs sont les plus difficiles à déplacer et sans mes clones, je serais incapable de les faire bouger. Même à plusieurs, l'acheminement est délicat et plusieurs auront disparu après le choc de plusieurs kilogrammes sur le pied. Mais nombreuses, nous pouvons nous relayer et ainsi, le soir venu, je jette le dernier caillou sur un amas, libérant définitivement la route que mes clones ont nettoyée avec zèle. La mission est accomplie et je félicite mes doubles qui prennent enfin le temps de souffler, mais leur demandent de rester pour m'aider dans une dernière chose. Pour la forme, nous réunissons, sans nous presser, les pierres en un grand cercle au centre duquel nous posons d'abord quelques branches. Je respire un grand coup, car encore tendue, j'aurais besoin de me relaxer. J'étire mes épaules et regarde mes duplicatas qui semblent attendre que j'agisse.

«Félicitation ! Je vous demanderai cependant de ne pas partir maintenant, afin de pouvoir combattre l'incendie en cas de bêtise ou de faux mouvement, dit Misaka, prudente.»

C'est épée en main que j'infuse du chakra affinitaire dans ma lame pour mettre le feu au bois. Nous regardons brûler les débris d'arbres sans aucun incident jusqu'au soir, alimentant le foyer jusqu'à ce que ne reste plus rien de l'incident. Le feu de joie terminé, je trouve une auberge dans laquelle me reposer et, le lendemain, vais revoir le responsable des travaux publics pour lui annoncer le succès de ma mission. C'est sans le sourire qu'il signe un papelard en m'envoyant à l'hôtel de ville pour recevoir mon dû. Une récompense bien méritée qui requinque avant d'entamer le trajet du retour.
Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Autres Régions :: Nord-Est :: L'isthme du Gel-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.