:: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Essence,osmose et convalescence [PV:UZUMAKI NATSUMI]

avatar
Kaguya Yoh
Indépendant
Messages : 49
Date d'inscription : 23/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C - Intendant du clan Kaguya
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
« Cesse donc d'être téméraire et buté Yoh ! Tu le sais pourtant que ça ne mène jamais à rien de bon tout ça... »

J'entends une voix, qui est-ce ? Où suis-je ? Pourquoi me parle t-on ? Je ne suis pas censé être couché au sol moi ? J'ouvre doucement les yeux, un feu de camp se déclare devant moi, une silhouette est présente à coté, j'ai encore du mal à la discerner. Je suis persuadé qu'il n'y a pas deux minutes j'étais affalé sur le sol, et pourtant me voilà dans cet endroit inconnu de ma personne. Au fur et à mesure que le temps s'écoule je peux me rendre compte du lieu où je me situ actuellement. Cependant ça me paraît plus être un souvenir qu'un événement présent, c'est étrange.

Je le reconnais ce visage, je la reconnais cette silhouette, je la reconnais cette personne, mais cette personne n'est pas censée être là, du moins maintenant. Peu à peu je perds ma concentration, mon esprit se laissant emporter par la scène que je vois sous mes yeux. Je contemple mes mains, j'essaie de ressentir la chaleur du feu pour voir si oui ou non cela est bien réel, et je la sens cette chaleur. Donc je suis bien là, devant ce feu, avec elle à mes cotés alors qu'elle est censée être partie il y a bien longtemps, mais pourquoi ?


« Je le sais, mais... tu me connais Kureha, je ne peux pas m'en empêcher. »

« Tu ne peux pas t'en empêcher ? Que feras-tu si tu en meurs ? Tu répondras : c'était mon destin, car je ne pouvais m'empêcher d'être assez con pour être suicidaire ? Laisse moi rire... je t'ai déjà expliqué que tu devais grandir un peu, évoluer, ne pas rester comme le reste du clan. Tu es différent, nous sommes différents, pourtant tu as toujours eu bien du mal à te détacher de nos anciens travers, tu y retombes bien trop souvent à mon goût. »

Oui, c'est une évidence. A force de ne pas ressentir la peur, de ne pas ressentir l'angoisse d'être face à la mort je vais finir par mourir plus jeune que je ne le pense et bien avant d'avoir réalisé quoique ce soit de concret en ce monde. Ma cousine est un peu comme une sœur à mes yeux, reflet d'une humanité dont je dispose, mais que je peine à montrer. Avec celle-ci je ne ressens pas tout le temps le besoin d'être celui que je dois être, je peux être moi, rien de plus. En tout cas, cette entrevue va très certainement tourner au sermon.

Je me confirme le doute lorsqu'elle vient asséner une sacré claque derrière ma tête. Cette douleur je la ressens, donc tout cela est bien réel, ce n'est pas une illusion. Je plisse les yeux, j'ai honte car j'ai l'impression que par rapport à celle-ci je n'ai toujours pas grandi, je n'ai toujours pas mûri ni même compris quoique ce soit encore. Quelle honte me direz-vous. Kureha est mon aîné de quelques années et pourtant il existe un fossé entre nos deux personnages.


« Tu n'es pas obligée de ma frapper tu sais. Rien que tes mots suffisent à avoir l'effet d'un coup de massue pour moi... Kureha... Je ne suis pas suicidaire, juste impulsif sur les bords. Peut-on dire que c'est l'éducation que ce monde m'a apporté qui m'a rendu ainsi ? Ou ne suis-je simplement fait pour être ainsi ? »

« Mais, Yoh ! Ne te cherche pas d'excuses ! Tu es comme tu es, un gamin vociférant, et ce depuis notre plus tendre enfance. Utilise le cerveau de ta tête au lieu d'utiliser ce que, vous, mâle pensait être votre cerveau au creux de vos reins. »

« Tu as raison... », je n'ai pas le temps de terminer.

C'est sur mon corps qu'elle vient prendre position en m'allongeant, venant s'appuyer de tout son poids et venant me coller un coup de tête. C'est douloureux. Kureha se redresse, restant le cul posé sur mon abdomen, me fusillant du regard. Que lui ai-je bien dit pour qu'elle se mette dans cet état à vouloir maintenant me faire rentrer quelque chose par une douleur encore plus grande que sa claque.


« AGIS bordel ! Cesse de parler, cesse de danser, cesse de fabuler et AGIS ! C'est dans l'action que l'on apprend, c'est dans les rencontres que l'on grandit, dans un voyage que l'on mûri, dans nos amis que nous trouvons conseils. TOI tu ne fais qu'être seul, te plaindre, et stagner en parlant de changer. Bouge le ton cul ! Arrête de vouloir tout le temps te battre, arrête de t'en prendre aux autres, arrête d'être agressif verbalement, prends le temps d'écouter ce qu'on a à te dit et agis en conséquence. TU n'es pas le plus fort, TU n'es pas le meilleur, TU n'es pas celui à qui l'on doit tout. Ceux que tu rencontres ont sans doute bien des choses à t'apprendre, à t'inculquer, à te montrer. Ils ne se résument pas à être des proies que tu peux manger, certains ont certainement plus de valeurs que ta propre personne, alors par pitié essaie d'être quelqu'un de mâture et de réfléchi au lieu de te résumer à n'être qu'un animal. »

Au fur et à mesure que ces mots sortent, l'ensemble du décor redevient flou. Sa voix résonne dans ma tête avec cette impression de sentir une pression sur ma boîte crânienne. J'ai l'impression de taper un malaise juste à sentir son poids sur mon corps et de prendre ce coup de tête qu'elle me met. Je comprends encore moins ce qui se passe, où je suis putain ?!

________________________________________________

Le réveil est difficile, quand j'ouvre les yeux je sens une douleur me parcourir, néanmoins je me rends compte que je suis allongé dans un lit. Alors, entre le moment où j'ai pensé être à moitié mort dans une forêt et celui où j'ai pensé être avec Kureha, je pense que je me suis perdu. Un rêve sans doute, j'ai dû rêver l'ensemble de ce qui m'est arrivé dernièrement.

Néanmoins, la douleur est présente, et quand mes yeux se posent sur mon corps allongé dans cette chambre j'en déduis que le combat, lui, n'a pas été un rêve. Je me suis bel et bien battu avec Uzumaki Katsumi, je me suis réellement fait battre et lamentablement écraser. Au moins cette fois-ci je suis persuadé d'être dans la réalité, mais le rêve que je viens de faire me laisse perplexe, il me laisse un goût amer au travers de la gorge, j'ai eu réellement l'espoir de la revoir, mais non.

Ma respiration se fait difficile, j'arrive à peine à bouger mes bras, il n'est même pas nécessaire de tenter de me redresser pour comprendre qu'au vue de mon état il m'est impossible d'entreprendre quoique ce soit. La question qui se pose maintenant est : pourquoi suis-je ici ? Un passant a t-il eu la bonne idée de m'amener ici ? Car je veux bien le comprendre, mais me soigner ? Pourquoi ? Si je suis un inconnu au bord de la mort, m'amener dans un hôpital semble logique, un médecin est fait pour soigner, mais dans une chambre qui semble être celle d'une auberge et me soigner personnellement je ne comprends pas cette logique.

Je tourne la tête et découvre alors ma précédente adversaire non loin de mon chevet. Donc c'est elle, c'est Katsumi qui m'a emmené ici et qui m'a soigné. Je ne m'attarde pas sur son visage et contemple alors le plafond en me remémorant précisément les précédents événements. Décidément je me fais de plus en plus lamentable, mais passons si vous le voulez bien, ce n'est pas la question essentielle qui me vient à l'esprit.


« Combien de temps... ? Depuis combien de temps je suis allongé ici à dormir... Katsumi ? »

Je la nomme de son prénom, son nom m'est bien égal maintenant. Je ne la considère plus comme un ennemi d'un clan pour qui je nourris du ressentiment. Ce temps est révolu, je n'en ai plus envie, je n'en ai plus le désir. De toute façon il m'est impossible de contester cette défaite qu'a été la mienne. J'assume pleinement le rôle de convalescent que j'endosse désormais à ses yeux. En tout cas, je me demande bien combien de temps cela fait qu'elle est là à me surveiller.

Ma fierté en a prit un coup, mais tant pis. Ce n'est que de la fierté mal placée de toute façon, je n'en ai pas réellement besoin. Une chose est certaine qui plus est, les muscles de mes jambes me brûlent. Mes biceps sont en feu, et pourtant je viens passer une main sur mon visage. Un long soupire se fait entendre, ce lit reste confortable.

Ce monde... non, je me rends compte après ce combat et ce rêve que ce n'est pas le monde qui m'a rendu ainsi, mais moi. Ce n'est pas aux autres de tout le temps devoir faire l'effort de me comprendre, mais à moi. Je suis devenu ainsi car je l'ai bien voulu et je pensais détenir une certaine vérité. Je suis dans le mensonge depuis le début. Changer ne se fait pas car on nous a octroyé un sceau pouvant changer la vision du monde qui nous entoure ou parce que l'on se fixe un but, c'est faux, changer se fait par l'effort, les rencontres, les voyages et j'en passe.

Cette rencontre m'aura permit de m'en rendre compte. Uzumaki Katsumi, démone incarnée dans un corps de femme à l'apparence si fragile et au caractère si ferme intérieurement. Femme qui fait preuve d'amour, de compassion et de bêtise alors qu'elle s'avère être la plus féroce, monstrueuse et forte de nous deux. Pourquoi je souris encore comme un con... Mais quel soulagement d'avoir vécu cette cuisante défaite.

Tout de même... j'ai faim. Dans la douleur d'un gargouillement profond je sens un appétit m'envahir, mais je n'ai pas faim d'elle, j'ai simplement faim de nourriture. Il va falloir que je finisse par aller me trouver de quoi manger tôt ou tard si je ne veux pas rester loque que je suis en ce moment. Trêve de gourmandise, le sujet n'est pas ici.


« Quelle magnifique personne tu es... Uzumaki Katsumi. Il est donc possible de faire preuve d'humanité en gardant une part si sombre enfouie au sein de notre personne... Extraordinaire tout de même... Mais pourquoi t'être personnellement occupé de moi ? »

Ne cachons pas notre admiration, elle fait preuve d'un remerciement profond que je lui octroie sincèrement. L'honnêteté, la sincérité, la pureté, des qualités que je n'ai pas tout le temps, mais que je sais montrer. Avouer ce que l'on est, l'admettre, avancer, tout cela est en chacun de nous après tout. Nous sommes tous capables du pire comme du meilleur, il ne tient qu'à nous au moment opportun de faire le meilleur choix qui s'offre à nous.

Pour continuer sur cette fameuse honnêteté, je n'ai pas de désir de vengeance, mais de revanche. Celui de pouvoir la vaincre un jour prochain sans avoir à être conduit par les mauvaises raisons. Juste par plaisir, par passion, par amitié si je puis dire les choses ainsi. Ami ? En ai-je au moins ? Est-elle désormais mon ami ? Bonne question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Katsumi
Uzushio no Chunin
Messages : 48
Date d'inscription : 25/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Tu avais sans doute était trop brutale avec lui, sans aucun doute en effet. Regarde le, que lui as-tu fait pour qu'il soit dans cet état ? Il avait des ecchymoses en quantité, du sang sur ses vêtements, et ce n'était pas le tien. Tu aurais sans doute dû le tuer non ? Après tout, il était pas censé continuer de vivre, de nombreuses personnes voudraient sans doute sa tête plantée sur un pieu. Lui qui à dévoré tant de gens tel Cronos dévorant sa progéniture de peur de perdre son trône. Seulement voilà, il y avait un survivant, un échappé. Cette fois, c'était toi. Le félin avait voulu te manger, il s'était frotté à plus démoniaque que lui ... tu savais très bien, qu'au fond, tu étais bien plus destructrice que le petit chaton qui avait voulu ta peau. Tu avais beau essayée, tu avais beau le vouloir, tu ne parvenais pas à te pardonner.

Cependant, ce n'est pas la culpabilité qui te poussa à l'amener à cette auberge, ce n'est pas non plus la pitié, bien que, il était sacrément pitoyable. Ce qui t'y a poussé, c'est ton humanité. Il avait raison, tu étais un démon écarlate, mais au final, tu n'en restais pas moins humaine, toi même tu ne te comprenais pas forcément, mais tu préférais suivre tes principes, tes choix, afin de n'avoir aucun regret. Le soignant alors, le changeant, passant d'ailleurs les détails de la morphologie du jeune homme. Tu le veillais alors là, depuis un bon moment, calmement, bien qu'assez impatiente, attendre ce n'était pas spécialement ton truc, pourtant tu avais fait cet effort. Effort qui valut le coup, voici donc que la belle au bois dormant sort du pays des songes, un fin sourire se dessinant sur tes lèvres, sa première question étant finalement ... la plus classique.

- Deux jours ... j'y suis allé un peu fort sur ta frimousse mon minet.

Un petit rire alors, te levant, tu avais prévue bien des choses pour son réveil, à commencer par son linge propre au bout du lit, mais également, un repas, un vrai repas. Descendant alors au bas de l'auberge, et remontant avec une assiette pleine, ainsi que de l'eau. Il aurait sans doute faim, et, ce serait toujours mieux que si il te bouffe le bras, non ? Déposant le tout sur la table de nuit à côté du lit alors qu'il reprenait ses petits compliments mitigés, même après deux jours d'inconscience.

- Mange, c'est mieux que de la chaire humaine ... et ne cherche pas à comprendre, je ne pouvais juste pas te laisser mourir comme un chien. Même si, je suppose que ta tête seule plairait à beaucoup de monde ...

Te rasseyant sur la chaise au côté du lit, le regardant tandis que tu ressortais un bouquin, reprenant ta lecture au milieu du livre, calmement, comme si rien ne s'était passé entre vous, après tout, tu étais si douce là, si attentionnée, c'était assez perturbant, il en serait peut-être chamboulé, mais ... tu n'allais tout de même pas le tuer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaguya Yoh
Indépendant
Messages : 49
Date d'inscription : 23/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C - Intendant du clan Kaguya
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Deux jours.... deux jours à dormir... Décidément j'en ai mangé pour mon grade cette fois-ci, mais je l'ai cherché. Puis-je lui en vouloir de m'avoir assommé de la sorte ? Nullement. Qui sème le vent récolte la tempête m'a t-on dit un jour. Sacré tempête que voici. J'acquiesce tout de même à la façon qu'elle a de m'appeler : mon minet. Oui, je suis effectivement le matou qui vient de se mater. J'ai daigné sortir les griffes contre un félin plus aiguisé que moi. Il faut savoir assumer les conséquences de ces actes par moment, et on y est à ce moment, on y est arrivé à se faire allonger par plus fort que soi. Cette douleur que je ressens est ma leçon, ma leçon particulière administrée par un personnage que je dois normalement haïr du plus profond de mon être et que pourtant j'arrive à apprécier.

Peut-être est-ce réellement une bonne chose que d'avoir croisé sa route, que d'avoir reçu cette rouste. Les stigmates de cet affrontement seront pour moi un rappel à l'ordre, j'en ressors tout de même grandi, mûri. Si cette demoiselle me dit qu'elle y a été un fort je préfère me dire que c'est un mal nécessaire. Se faire dompter peut avoir ses bons côtés tout de même.

« Je l'ai cherché... avouons le, je n'ai que ce que je mérite, et c'est tout. »

Je n'ai pas grand chose à ajouter à cela, c'est une simple vérité, mais c'est un fait avéré, je le mérite. Puis, voyons le bon côté des choses mes lecteurs, cette convalescence me permettra de réfléchir un peu plus à l'avenir. Se reposer, se détendre, c'est peut-être ce qui me manque le plus. Je ne passe presque pas de temps à me détendre, à réfléchir, j'agis sur le moment, je prends des décisions assez brute quant à l'avenir. Désormais je vais pouvoir respirer un peu plus, quoique de respirer pour le moment me fait un mal de chien.

Lorsque Katsumi descend au bas de l'auberge, je remarque mes vêtements au pied de mon lit. Je soulève lentement la couette... eh merde je suis nue. Même pour un homme ça reste assez particulier que de se dire qu'une étrangère à pu vous examiner sous les moindres détails. Je n'ai pas honte de mon corps, mais ça me laisse perplexe. Deux jours... en vrai espérons qu'elle n'en ait pas profité pour se rincer un peu l’œil, mais dans le fond je peux me dire que ça reste flatteur.

Une assiette est posée sur mon chevet. De la nourriture... enfin. Néanmoins je ne peux m'empêcher de remarquer ce morceau de viande animale trônant au centre de celle-ci. Les légumes passent encore, mais la viande animale : jamais ! Je me saisis faiblement de l'assiette ainsi que des couverts, commençant à me délecter de la verdure que je peux y trouver tout en l'écoutant me parler. Un point se faire souligner par mon esprit : ma tête plairait à beaucoup de monde.

Continuant de me délecter de ce modeste repas je réfléchis à ce qu'elle vient de me dire. Oui, au vue de l'époque où j'ai sévi, il est vrai que bien du monde aimerait voir ma tête plantée sur une pique, mais cette époque là est révolue. Dans ce monde je ne suis plus aussi influant et désastreux qu'autrefois, la preuve en est que je peine à m'y faire une place convenable. Des ninjas ? J'en ai tué. Des enfants ? J'en ai tué, mais c'était une routine pour tout-à-chacun à l'époque, c'était notre lot quotidien à tous.


« Accepterais-tu mes plus plates excuses... ? »

Ma question se pose avant que je ne remarque l'ouvrage qu'elle tient entre ses mains. Assez particulier tout de même comme genre de lecture. Je ne comprends pas. D'ailleurs ça me fait douter sur ce que Katsumi a pu entreprendre sur mon corps lors de ma coalescence. Lire ce genre d'ouvrage et s'occuper du corps d'un homme durant son sommeil... assez bizarre... Mais passons voulez-vous bien, nous n'allons nous attarder sur ce genre de réflexion malsaine.

« Par ailleurs... tu n'as toujours pas répondu à ma question d'il y a deux jours maintenant... Qu'as-tu appris de ce monde... ? Que comptes-tu entreprendre désormais lors de ton voyage qu'est la vie ? »

Oui, car cela m'intrigue toujours. J'aime à me dire que cette femme puisse m'inculquer certaines choses par rapport à son vécu et sa vision du monde. Instruit moi donc jeune Uzumaki, partage moi tes rêves que je puisse mieux te comprendre. De toute façon je suis apte à t'écouter maintenant que je ne peux presque plus bouger, alors autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Katsumi
Uzushio no Chunin
Messages : 48
Date d'inscription : 25/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur

C'était assez remarquable ce que le sommeil peut apporter, tu ne t'attendais pas à ce qu'il se réveil avec un comportement si paisible. Enfin, tu l'avais sans aucun doute bien calmé, mais tout de même, tu t'attendais plutôt à des insultes, des menaces, pourquoi pas une tentative de violences (qui t'aurais, sans aucun doute, pousser à mettre fin à ses jours dans ce monde). Pourtant, regarde le, il ne bronchait pas, même pas une injure, rien, pas de plaintes, pas de moue boudeuse. Il était simplement allongé à regarder le plafond alors que tu lisais calmement ton livre. Il avait peut-être bien reconnu le livre, et auquel cas, il serait lui aussi un lecteur de tels ouvrages, enfin bon, tu t'en moque un peu sur le fond. Tu estime qu'il n'as pas de preuve par rapport à ce que tu lit et que, par conséquent, il ne peut rien te dire.

Cependant, tu en vint à relever la tête. Venait-il de reconnaître avoir cherché ce qui lui est arrivé ? Et en supplément, il demandait pardon. C'était assez étonnant, lui qui c'était montré si capricieux et orgueilleux, le voilà te demandant d'accepter ses plus plates excuses. Tu aurais bien pu les refuser, mais, à quoi cela te servirait ? Regarde le, il as déjà bien appris la leçon que tu venais de lui donner, lui qui était si prétentieux et confiant dans ses capacités.

- Mh ? Je les accepte. Je commence à croire que j'ai réellement frapper trop fort en fait. Tu te sens bien ?

Le taquinant un peu, il devait sans doute ravaler sa fierté pour tenir de tels propos, à l'entendre, il essayait de se faire pardonner avec sincérité. C'était déjà une évolution dans son comportement, peut-être rapide, impensable, mais c'était déjà ça. Te levant alors afin d'aller ranger ton livre dans tes affaires plus loin avant de revenir vers lui, mettant la main sur son front pour être sûr qu'il n'avait pas de fièvre, que son comportement était volontaire. Avant de finalement l'entendre parler de ce que tu comptais faire, de ta vision du monde.

- Tu est vraiment qu'un enfant. Toujours à insister pour entendre ce que tu veux savoir.

Ricanant alors avec un petit air assez doux, bien que tu repris ton sérieux rapidement. Ta vision du monde, ce que tu en avais appris ... tu étais jeune encore, comparé aux vénérables anciens de ton clan, tu ne savais pas grand chose, cela dit, tu en savais certaines, qui étaient assez significative et qui t'avait poussées, il y'a bien longtemps, à établir ton chemin futur.

- La paix ne durera pas ... les villages se forment, Konoha, Uzushio, Suna, et dans le monde, des clans libres revendiquent leurs droits ... à un moment, une nouvelle guerre éclatera, bien plus meurtrière et monstrueuse que les dernières. Je te l'ai dit, je suis née un an avant cette paix, et je compte bien, quand la guerre arrivera, restaurer cette paix, de gré ... ou de force s'il le faut. Quitte à être traquée, chassée et considérée comme un monstre. Après tout, tu l'a dit tout à l'heure, je suis sans doute plus monstrueuse que toi. Chacun d'entre nous est capable du meilleur ...
Comme du pire. Tu a vu les deux côtés du miroir, aussi bien les miens, que les deux faces du monde, puisque tu as connu la guerre des clans ...


Te retournant alors doucement, le regardant juste du coin de l'oeil avec un rictus confiant, sûre de toi, persuadée que, le moment de la guerre venue, la diplomatie ne suffira pas, que tu devra agir avec brutalité et faire régner la paix par la peur, pour conserver l'amour, le renforcer entre les villages, les pousser à s'entraider contre un seul et même mal ... au fond, tu te voyais déjà comme celle qui se sacrifierai, mais au fond, tout cela n'est pas encore fait, n'est-ce pas ? Il est vrai qu'une guerre est prévisible, chacun veut sa part du gâteau, mais quel est le prix de cette part ?

- Soit plus fort, le moment venu, j'aurais besoin de toi ... Jaguar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaguya Yoh
Indépendant
Messages : 49
Date d'inscription : 23/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C - Intendant du clan Kaguya
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Elle parle de guerre comme-ci c'était si simple de la prévoir. Guerre n'est qu'insupportable enchevêtrement d'événements que l'on ne peut contrôler. Je me souviens très bien de la guerre lors de mon enfance, ce qu'elle m'a poussé à faire pour ce qui était notre idéal à l'époque. J'entends encore certaines nuits ces enfants hurler dans ma tête, me suppliant de les épargner. Ces femmes qui ne demandaient qu'à survivre, leurs maris qui ne voulaient que leur sécurité. Et moi, au milieu de tout cela, en train de prendre plaisir à piller et tuer. Me délectant des cadavres juste après. Époque affreuse tout de même, mais le pire est que je ne n'ai pas de réels remords quant à ce que j'ai fait à cette époque, aucun.

Je ne sais pas si Katsumi se rend compte de ce qu'elle dit. Serait-elle capable de pire pour accomplir le meilleur ? Je n'en suis pas certain. Devenir un monstre a un prix, un prix qui nous coûte notre vie. Je sais de quoi je parle, on me rejette, on ne veut pas de moi car je me suis fait la réputation d'un loup solitaire, cannibale, maniaque et malade. Malheureusement je le regrette, car cette même réputation dont j'ai rêvé jadis me porte maintenant préjudice. Alors, petite Uzumaki, pèse bien le poids de tes mots car ils auront une importance capitale à l'avenir.

Pour réaliser nos rêves, il nous faut par moment être capable du pire, mais le pire reste toujours à venir. Peut-être lui faudra t-elle réitérer mes erreurs du passé, écraser le faible afin d'abattre le fort, tuer pour ses idéaux. Qu'elle ait en face d'elle femme, homme, enfant, ou les trois à la fois. Son ennemi peut se cacher en chacun de nous, son adversaire est déjà partout.

« Je respecte cette vision. Tout de même, j'ai encore une question : es-tu certaine d'être capable de renier les tiens ? D'assumer le regard de celui que tu aimes pour celle que tu veux devenir ? Sachant que tes proches deviendront sans doute tes ennemis et que pour réaliser ton rêver tu auras peut-être à les tuer ? »

Oui, les sacrifices sont nécessaires pour réaliser ces idéaux. On se doit de savoir porter ce poids qu'est notre destin sur nos épaules. D'assumer la responsabilité de ce qu'on sera poussé à faire à l'avenir. Il faut bien se rentrer en tête que – comme dit plus haut – tout a un prix. La note peut paraître bien salée par moment, trop même pour que l'on puisse ensuite vivre avec. Je connais des individus en ce monde ayant décidé de mettre fin à leur jour car il leur était impossible de vivre avec ce poids sur la conscience.

« Abandonner son humanité au profit d'un dessein de paix et d'amour est louable, mais des conséquences existent, je te parle en connaissance de cause. Par le passé, et même après la guerre, j'ai pillé, brûlé et anéanti de petits villages avec les miens. Je me suis vue détruire des familles, faire naître la haine chez certains enfants en mangeant ce qui était pour eux des frères, des sœurs, des parents... Aujourd'hui il m'est difficile de ressentir les émotions comme vous autres, elles sont abstraites, dénuées de sens par moment. Naturellement je n'ai pas fait ça pour des raisons aussi louables que les tiennes, mais c'est pour t'illustrer le prix que tu auras à payer. »

Tout se paie un jour, je me doute qu'il me faudra passer devant le jugement dernier quand le moment sera venu. Lorsque l'on me déroulera le fil de ma vie je ne suis pas certain d'en être fier ou bien même d'avoir la force de voir la vérité en face. J'ai renié ce passé, j'ai préféré le renier car je ne désire plus m'y fier pour me faire une image de moi-même. J'aime à me dire que l'avenir sera sans doute radieux et qu'il m'offrira une chance de me racheter.

La solution est sans doute là : partager son rêve avec elle. L'épauler le jour où le besoin se fera ressentir. Si d'ici ce jour la petite Uzumaki Katsumi, Eclair de Rubis d'Uzu, Renard Pourpre des Uzumaki, n'a pas changé et que ses idéaux rejoindront mes idées de paix et de tranquillité, pourquoi pas. C'est une idée qui se vaut autant qu'une autre, mais faut-il encore en être capable. Ma rédemption ne se fera pas toute seule.


« Je ne suis pas contre l'idée de t'aider, mais il me faudra de réelles raisons, que tu apportes des valeurs à ton rêve, que tes décisions soient justes car je suis aujourd'hui dans l'incapacité d'agir à mon bon désir. »

Effectivement, j'ai accepté que l'on m'appose un sceau afin de brider cette sombre partie de ma personne. Naturellement je ne peux renier la totalité de mes travers, mais je le sens aujourd'hui qu'il m'est impossible d'accomplir certains méfaits comme par le passé. Un mal pour un bien. Un mal nécessaire même.

« Le sceau que tu as aperçus durant le combat est le reflet de mes pêchés. Il est présent pour me rappeler ce que j'ai fais et ce que je dois faire maintenant. Un stigmate que j'accepte pleinement. »

Il nous faut accepter notre passé, car notre passé forge souvent notre futur. Même quand je parle de le renier, j'avoue m'en servir pour mûrir, car même si je n'accepte pas l'ensemble de mes choix, c'est eux qui m'ont mené ici aujourd'hui. Oui, mes choix m'ont permit de rencontrer cette femme qui maintenant, je m'en rends compte, me permet de grandir un peu plus, d'ouvrir les yeux et de ne plus me voiler la face. La preuve en est que jamais je n'aurai cru pouvoir converser avec un membre du clan Uzumaki, et c'est pourtant fait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Uzumaki Katsumi
Uzushio no Chunin
Messages : 48
Date d'inscription : 25/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: Chuunin - Rang B
Ryos: 0
Expérience:
0/1200  (0/1200)
Voir le profil de l'utilisateur
Dos à cet homme, tu lui avais dévoilé tes ambitions, toi qui n'a jamais affrontée la guerre, tu l'a connu pourtant de part les récits, de part les visions, de part la joie des gens à la fondation d'Uzushio, ce village qui représente finalement un espoir pour tant de gens, ce village qui fut fondé sur une amitié entre Uzumaki et Omura tout comme Konoha le fut sur la sagesse de Hashirama et Madara. Tu étais pourtant bel et bien convaincue de tes idéaux, de ce qui se passerait très prochainement. Tu n'en jubilais pas ... cela te faisais éprouver de l'inquiétude en réalité, tu avais sans doute peur de la venue de ce jour, après tout ... que ferais-tu si tu perdais Aiko ? Hisame ? Rien que là, tu risque de mal tourner en les perdant ... alors imagines-tu les conséquences d'une guerre réelle ? Une guerre dont tu n'aurais pas besoin des récits pour la connaître. Tu en avais alors bel et bien conscience, c'est pour cette raison que tu comptais l'anticiper. Te dire capable de l'éviter était sans doute présomptueux, mais au fond ... ton courage n'avais d'égal que ta folie.

- On verra. Je n'ai pas eu besoin de te tuer pour te faire entendre raison.

Un sourire alors, le regard de biais dans celui du Kaguya, tu devais le reconnaître, il était quelqu'un d'expérience, il savait de quoi il parlait, après tout, il a vécu les guerres précédentes, contrairement à toi. Il a vu les horreurs, il les a commise également. Au fond, il en sait plus que toi sur le sujet, mais au fond ... il est peut-être juste encore traumatisé de ce qu'il a traversé. Il était alors déjà bien trop tard pour lui, mais tu refusais de laisser la jeunesse connaître la guerre ... il fallait, à tes yeux, réellement maintenir la paix actuelle.

- C'est vrai, les périodes vécues ont été affreuses ... je devrais peut-être reconnaître que tu n'es pas un si périt minet. Cela dit ... Je sais parfaitement ce que je fais. Je veux que mon fils grandissent dans un monde de paix, j'y ai eu droit, pourquoi pas la prochaine génération ?

Repensant au sceau que tu avais vu, comprenant mieux à quoi il servait. Un souvenir du passé, une trace de ses erreurs, tu en aurais sans doute une toi aussi, au final, tu te moquais bien du prix à payer, il existait des risques partout, où que tu sois tu risquais quelque chose. Les missions, le quotidien, chaque choix est un risque. La différence n'est autre que la conséquence lié à ce risque ...

- Contente toi d'être prêt, quand on se recroisera, on verra, si tu es assez fort.

Tournant de nouveau la tête devant toi, dos à lui, tu pris tes affaires, tu ne pouvais plus te permettre d'attendre, le Senkage attendait le rapport de la mission et tu avais déjà deux jours de retard. Te pensait-il morte ? Non, tu en doute sérieusement. Cela dit, tu allais encore te faire disputer par les hauts placés du village ... et dire que tu venais de reconnaître que tu te foutais de leurs avis, jusqu'à quand jouera tu la gentille Shinobi sotte et naive ?

Quittant alors la chambre de l'auberge, tu espérais réellement le recroiser plus tard, d'ici peu de temps après tout, il évoluera vite, tu le pensais, mais en étais-tu certaine ? Seul l'avenir le dira et ... tandis que tu avais déjà entamée le chemin du retour, tu songeais déjà à ton prochain départ, il était grand temps de mettre tes objectifs en place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kaguya Yoh
Indépendant
Messages : 49
Date d'inscription : 23/10/2018

Fiche du Ninja
Grade & Rang: RANG C - Intendant du clan Kaguya
Ryos: 0
Expérience:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Je n'étais pas un petit minet. Aujourd'hui je ne suis qu'une ombre à la recherche de sa destinée, de sa nouvelle vie. Je ne vaux plus grand chose en temps de paix, les miens non plus d'ailleurs. Je me rends compte maintenant que les temps ont tellement changé que nous n'avons plus réellement une place en ce monde. C'est d'ailleurs pour cette raison que je m'efforce de changer dans le but de pouvoir changer les miens, mais bon, j'ai encore de la route à faire.

Son fils ? Cette femme a donc un mioche. Katsumi pense réellement pouvoir offrir une paix durable à son enfant, c'est honorable. Malheureusement la kunoichi oublie que pour offrir cette paix elle va tout d'abord amener une guerre, ou du moins participer à la prochaine. Visualise t-elle le fait que cette guerre peut avoir raison de son fils ? Je n'en suis pas certain. Il faut que ce renard se fasse à l'idée que bien des dangers attendant sa famille, son foyer. Il lui faut élargir sa vision du monde, ainsi que son influence dans celui-ci.

Je pense naturellement que nous allons finir par nous retrouver un jour et j'espère que ce jour-là ses projets se marieront avec les miens. Que l'on puisse être en osmose totale et agir pleinement sans que l'un de nous ne soit bridé par l'autre ou les intentions qu'il amènera avec les projets que nous entreprendrons. J'ai encore bien du mal à me faire à cette idée.

Oui, cette idée de m'allier à une Uzumaki afin d'accomplir mes rêves. En attendant je prévois déjà d'entreprendre un petit voyage, un petit périple pour en apprendre davantage. Les réponses que celle-ci vient de m'amener ne font que poser encore plus de questions. Je la laisse s'en aller afin de me laisser aller à mes songes. Réfléchir est la meilleure des solutions pour le moment, rien d'autre. Je pense avoir quelques jours devant moi afin d'y penser, car de toute manière pour le moment je ne peux plus bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dawn of Ninja :: Zone Rp - Le Sekai :: Pays du Tourbillon - Uzu no Kuni :: Territoires d'Uzu-
Sauter vers:

Cliquez sur une technique de la Bibliothèque pour obtenir son code !
Il ne vous restera plus qu'à le copier-coller ailleurs.